[Appel à contributions] Théologies islamiques des catastrophes, MIDEO (limite : 30 juin 2021)

Théologies islamiques des catastrophes : entre science, religion et messianismes

Dossier dirigé par Abdessamad Belhaj (Université catholique de Louvain, CISMOC) et Haoues Seniguer (Sciences-Po Lyon, Triangle UMR 5206, Lyon)

Cliquer ici pour télécharger ici la version PDF…

La Covid-19 (kūfīd-19) s’est déclarée aux alentours d’octobre-novembre 2019 en Chine. En plus d’être devenue un problème de santé publique mondiale, celle-ci s’est rapidement transformée en « un fait social total » (Mauss, 2013). Elle a effectivement mis en branle une pluralité d’institutions et de champs sociaux au sein des enceintes aussi bien nationales qu’internationales : économique, politique, culturel et religieux.

L’épidémie (wabāʾ) a donc engendré son lot de commentaires et de gloses religieuses de la part des hommes de foi. C’est ainsi que le théologien marocain Aḥmad al-Raysūnī, président de l’Union internationale des savants musulmans (UISM), affirma à propos de la pandémie de coronovirus (ǧāʾiḥat kūrūnā) que celle-ci appartient à « la tradition de l’épreuve/l’affliction[1] » (sunnat al-ibtilāʾ), de sorte à ce que « croyant et homme raisonnable » s’interrogent plus avant sur la manière de « tirer profit » de cette « épreuve » (yastafīdu min al-balāʾ), autrement dit des « leçons » (al-ʿibar wa-l-durūs) du point de vue spirituel et existentiel. Afin que, in fine, les gens puissent selon lui méditer sur « leur façon de vivre et sur leurs comportements » (uslūb ḥayātihim wa-sulūkihim)[2].

Pourtant, loin de se contenter de ce discours consensuel, al-Raysūnī en a également profité pour souligner combien la pandémie avait révélé l’étendue de « la santé (salāma) et sagesse (ḥikma) de l’ensemble des lois et règles contenues dans la religion islamique, de son régime législatif (manẓūmatihi al-tašrīʿiyya) ». Finalement, la pandémie, de ce point de vue, constituerait « la meilleure preuve du caractère céleste de l’islam, valable en tout lieu et en tout temps (ṣāliḥan li-kull makān wa-zamān) », prétendant même que « de nombreux endroits d’Asie orientale auraient embrassé l’islam » après la survenue du virus, parce que leurs habitants se seraient rendu compte que ses « lois et règles assurent la santé et la protection de l’Homme contre tout préjudice et mal (ḍarar wa-šarr) ». Quant au secrétaire général de l’institution présidée par Aḥmad al-Raysūnī, le shaykh ʿAlī Muḥyī al-Dīn al-Qaradāġī, « ces épidémies et virus » (al-awbiʾa wa-l-fayrūsāt) procèdent du « destin de Dieu » (qadar Allāh). Ceux-ci sont « des preuves absolues et vivantes (min al-adilla al-qāṭiʿa al-mušāhada) du pouvoir de Dieu le Très-Haut de décimer qui Il veut décimer, et ce, par le plus faible de ses soldats (bi-aḍʿaf ǧunūdihi) », référant, à l’appui de sa démonstration, à la sourate al-Muddaṯṯir (LXXIV), verset 31 : « Et nul ne connaît les soldats de ton Seigneur sauf Lui » (wa-mā yaʿlamu ǧunūd rabbika illā huwa). Il s’agirait d’une « affliction », « de maladies » (amrāḍ) par lesquelles Dieu « disciplinerait musulmans et non-musulmans », conférant « au croyant éprouvé par elles, mais empli de patience, la récompense du martyr[3] » (aǧr al-šahīd).

En fait, transcendant la seule période contemporaine, la théologie musulmane des catastrophes peut trouver des origines réelles ou présumées dans des passages coraniques ou des traditions dites prophétiques (Sunna) qui rapportent des calamités, avérées, allégoriques ou eschatologiques : nous pensons à la bataille de Uḥud, aux scènes de l’Apocalypse (ou apocalyptiques), à la punition des peuples mécréants par la destruction, la noyade, etc. La sourate al-Zalzala (XCIX) illustre par exemple l’imaginaire coranique de la catastrophe, comme événement apocalyptique maîtrisé ou jugulé par l’omnipotence et la justice divines. À la suite du Coran, les clercs musulmans, dans l’histoire, ont ainsi produit plusieurs types de littérature religieuse comme réponses aux catastrophes, naturelles ou humaines : guerres, épidémies, famines, tremblements de terre, etc. Probablement, la littérature à ce titre la plus ancienne est celle du corpus des traditions prophétiques (ou « imamiques » du côté šīʿite), tantôt de facture messianique, tantôt de facture pragmatique, tendant à former une espèce de norme théologique en matière de désastre. On en trouve des traces dans les chapitres des miḥan (épreuves), des fitan (séditions), du ṭāʿūn (peste) ou du ṭibb (médecine) dans les compilations prophétiques efflorescentes au 3ᵉ/9ᵉ siècle, à l’instar de la compilation al-Ǧāmiʿ al-ṣaḥīḥ (Le Compendium des traditions authentifiées) d’al-Buḫārī (m. 256/870). Ce dernier considère que l’épidémie est un destin de Dieu, un châtiment et une épreuve, que la contagion en soi n’existe pas (la peste étant une création divine dans la conception traditionniste), élevant en outre le statut du mort par épidémie à celui de martyr, et conseillant, de surcroît, le confinement.

Un autre type de littérature théologique des catastrophes, plus tardive et plus sophistiquée cette fois-ci, apparaît dans des traités théologico-éthiques sur les épidémies (Aḥmad ʿIṣām ʿAbd al-Qādir al-Kātib a compté 33 textes). En effet, nous disposons d’une trentaine de traités théologiques composés par des théologiens et des juristes musulmans sur le ṭāʿūn (peste) ou le wabāʾ (épidémie). Le traité le plus influent, qui a d’ailleurs fait autorité dans les milieux sunnites, est celui de Baḏl al-māʿūn fī faḍl al-ṭāʿūn (Offrir la bienfaisance à l’égard de la vertu de la peste) composé par Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, traditionniste égyptien mort en 852/1449. Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī y discute le rôle du djinn dans l’épidémie, le statut du mort par la peste (qui devient égal à celui du martyr), de l’importance de rester confiné dans le pays touché par la peste, de se repentir, d’accomplir les invocations pour demander à Allāh la levée de la peste, ainsi que d’adopter des précautions et pratiques médicales comme la phlébotomie. On y trouve aussi une tradition tardive attribuée au Prophète, qui dit que : « La peste est un martyre et une compassion pour ma communauté, une torture pour les mécréants », ce qui pose la question de l’altérité et de la peur dans la vision traditionniste de la catastrophe, du danger ou de la menace.

Du côté šīʿite, le clerc Muḥammad ibn al-Ḥasan al-Ḥurr al-ʿĀmilī (m. 1104/1693) a dédié un chapitre de sa somme de jurisprudence šīʿite Wasāʾil al-šīʿa (Les Instruments des šīʿites) à la question de l’autorisation de fuir les lieux de l’épidémie et de la peste, sauf en cas de nécessité d’y résider, comme pour les combattants et les gardes-frontières. Nous pouvons y voir toute la flexibilité de la pensée théologique šīʿite en matière de (ré)conciliation entre les contraintes de l’urgence et les normes en vigueur de la tradition « imamique ».

Les travaux de Jacqueline Sublet, Josef van Ess, Boaz Shoshan, Lawrence I. Conrad et de Justin K. Stearns, entre autres, montrent que les croyances autour de l’épidémie ont été largement déterminées par les discours théologiques jusqu’au XIXᵉ siècle. Néanmoins, même si ces travaux sont érudits et toujours utiles, ils sont datés et manquent en partie d’analyse plus serrée du contenu des traditions. Aussi, au vu de l’acuité de cette théologie islamique des catastrophes qui s’est (re)déployée récemment, notamment dans le monde majoritairement musulman, certaines questions sur les continuités/discontinuités dans le discours théologique entre hier et aujourd’hui restent à interroger, à investir plus avant ; celles également relatives aux normes, aux dilemmes éthiques qui se posent aux musulmans confessants et à leurs autorités religieuses : des dilemmes éthiques entre la part de destin et la part de l’action humaine, en particulier de la responsabilité devant Dieu et l’ensemble de l’humanité ; entre la préservation de la vie humaine et les impératifs d’observance des rites et rituels religieux stricto sensu. Qui a causé l’épidémie : Dieu, les djinns ou les hommes (et lesquels) ? Faut-il se fier, du point de vue des théologiens intéressés à la question, à la science ou aux données de la foi pour expliquer les phénomènes épidémiques, naturels, mais également surmonter, prévenir ou conjurer les catastrophes ? Quelle est la part du sacré, du séculier ou du profane, en d’autres mots, quelle est la part réservée à l’un et à l’autre dans les théologies musulmanes ? Dans quelle mesure la théologie islamique (ou théologies islamiques) des catastrophes est-elle aussi et simultanément une théologie de la peur, sinon de la responsabilisation/‌culpabilisation de l’Homme face à lui-même et face à ses semblables ? Quelle différence le discours islamique classique et contemporain établit-il entre le musulman et le non-musulman face à l’épidémie ? Comment comprendre les différents arguments normatifs religieux mobilisés par les théologiens ? Peut-on relever, à ce propos, des différences entre les littératures sunnites et šīʿites ? Entre la littérature ancienne et plus tardive concernant les catastrophes ou drames humains ? Comment les théologiens musulmans contemporains s’emparent-ils de la littérature religieuse classique pour développer leur regard sur l’environnement, le déchaînement des éléments naturels, voire vis-à-vis de l’ordre politique, etc. ?

C’est à ces quelques grandes questions parmi d’autres possibles que souhaite se confronter le dossier de ce MIDÉO consacré, au sens large, à la théologie islamique des catastrophes à différentes époques de l’histoire, dans la pensée théologique ancienne, moderne et contemporaine.

  • Date limite pour proposer un article: 30 juin 2021 (pour une publication prévue en janvier 2023).
  • Merci d’envoyer votre article à mideo@ideo-cairo.org.
  • Le MIDÉO accueille à la fois des articles et des éditions de textes. Nous ne fixons pas de limite de longueur aux articles, seul l’intérêt scientifique est pris en compte. Merci de noter que les articles qui n’appliquent pas nos recommandations aux auteurs ne seront pas évalués. 

Sources primaires

  •  al-ʿĀmilī (1104/1693) Muḥammad b. al-Ḥasan al-Ḥurr, Wasāʾil al-šīʿa, Téhéran, al-Maktaba al-Islāmiyya bi-Ṭihrān, 1975.
  • Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī (852/1449) Aḥmad b. ʿAlī, Baḏl al-māʿūn fī faḍl al-ṭāʿun, éd. par Aḥmad ʿIṣām ʿAbd al-Qādir al-Kātib, Riyad, Dār al-ʿĀṣima, 2016.
  • al-Suyūṭī (911/1505) Ǧalāl al-Dīn ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Bakr, Mā rawāhu al-wāʿūn fī aḫbār al-ṭāʿūn, Damas, Dār al-Qalam, 1997.

Études

  • Lawrence I. Conrad, “Ṭāʿūn and Wabāʾ: Conceptions of Plague and Pestilence in Early Islam”, Journal of the Economic and Social History of the Orient 25/3, 1982, p. 268‒307.
  • Josef van Ess, « La peste d’Emmaüs. Théologie et ‘‘histoire du salut’’ aux prémices de l’Islam », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Année 2000, 144-1, p. 325‒337.
  • Josef van Ess, Der Fehltritt des Gelehrten: die « Pest von Emmaus » und ihre theologischen Nachspiele, Heidelberg, C. Winter, 2001.
  • Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, P. U. F., 2013.
  • Boaz Shoshan, “Wabāʾ” in : EI II, Vol. 11, p. 3‒5.
  • Justin K. Stearns, Infectious Ideas: Contagion in Premodern Islamic and Christian Thought in the Western Mediterranean, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2011.
  • Jacqueline Sublet, La peste prise aux rets de la jurisprudence : le traité d’Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī sur la peste, Paris, Éditions Larose, G. P. Maisonneuve, 1971.

[1] https://www.aljazeera.net/programs/shariah_and_life_during_ramadan/2020/4/27/الشريعة-والحياة-في-رمضان (consulté le 20 juin 2020).

[2] http://alwatannews.tn/article/14562 (consulté le 20 juin 2020).

[3] http://iumsonline.org/ar/ContentDetails.aspx?ID=11019 (consulté le 21 juin 2020).

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[A paraître] Sophie Brouquet, Toulouse, une capitale culturelle et artistique à la fin du Moyen Âge, Toulouse, Presses universitaires du Midi (Tempus), 352 p.

Toulouse, une capitale culturelle et artistique à la fin du Moyen Âge

Présentation

Toulouse connaît au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge l’essor de ses activités artistiques. Privée de cour princière, elle n’en est pas moins un centre dynamique qui bénéficie de son rayonnement de capitale régionale. À chaque pas que fait le promeneur du XXIe siècle dans les rues du centre-ville s’offre une parcelle d’un patrimoine historique, largement dominé par l’art médiéval. C’est à la redécouverte de cette intense période de créativité dans tous les domaines artistiques, de la musique à la peinture, de l’enluminure à la sculpture, en passant par l’orfèvrerie et la broderie, que cet ouvrage invite son lecteur.
Bien des livres ont été écrits sur la Toulouse médiévale. L’originalité de celui-ci est de retracer la totalité des activités culturelles et artistiques d’une grande ville du royaume de France aux XIVe et XVe siècles.

Introduction, table des matières et prix de souscription sur le site de l’éditeur, Les Presses universitaires du Midi

Source : Presses universitaires du Midi

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[A paraître] Lucie Malbos et Maurice Carrez (coord), Les sociétés nordiques et baltes à l’aube de la christianisation, Revue d’histoire nordique, n°26, 2018, 266 p.

n° 26 - Les Sociétés nordiques et baltes à l'aube de la christianisation

Présentation

Le dossier étudie, d’un point de vue archéologique et historique, les sociétés nordiques et baltes dans les siècles qui ont précédé l’introduction plus ou moins massive du christianisme dans ces contrées, parfois à l’aide de croisades au XIIIe siècle. Il montre que ces sociétés, loin d’être retardataires, avaient un degré non négligeable de développement. Il souligne aussi que la christianisation a été un processus relativement lent et compliqué, se heurtant à des structures sociétales et mentales solides.
Les deux articles des « mélanges » portent, l’un sur les De la Gardie, une famille française anoblie au service des rois de Suède, et l’autre sur les facteurs socio-économiques qui ont favorisé la victoire russe et la conquête de la Finlande lors de la Grande Guerre du Nord de 1700 à 1714.
La rubrique « Sources » présente pour sa part une traduction française (inédite) de l’œuvre célèbre de Johann Gröning, Navigatio libera.

Sommaire sur le site de l’éditeur, les Presses universitaires du Midi

 

Source : Presses universitaires du Midi

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Christine Ferlampin-Acher (Dir.), Arthur en Europe à la fin du Moyen Âge. Approches comparées (1270-1530), Paris, Classiques Garnier, 2020, 293 p.

Version numérique déjà disponible ; version papier à paraître le 19/08/2020

Sommaire et version numérique sur le site de l’éditeur, Classiques Garnier

Source : Classiques Garnier

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Poste] ATER en Histoire Médiévale, Université Clermont Auvergne, 2020 [Date limite candidature : 20 août 2020]

Profil enseignement : Histoire de l’Occident médiéval (Xe – XVe siècles). Initiation aux sources et archives de l’histoire médiévale. Enseignement à tous les niveaux de Licence.

Profil recherche : Histoire des pratiques sociales, culturelles et religieuses de l’Occident médiéval (Xe-XVe siècles)

Toutes informations sur le site Galaxie : https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/ATERListesOffresPubliees/0632035V/FOPC_35798.pdf

Source : Université Clermont-Auvergne via Linkedin

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[A paraître] Yann Dejugnat (éd.), Expériences impériales. Les cultures politiques dans la péninsule ibérique et au Maghreb, VIIIe-XVe siècle, volume 3, Bordeaux, Ausonius Editions, 240 p.

Présentation

Dès le milieu du XXe siècle, le concept d’empire fut utilisé par les historiens comme instrument d’analyse des formations politiques qui se constituèrent dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge. Si l’“idée impériale” fut longtemps conçue comme un projet cohérent et unitaire, une émanation d’une conscience nationale, aujourd’hui les empires sont envisagés comme des entités politiques instables, hybrides et éminemment pragmatiques. Fondé sur une approche pluridisciplinaire, cet ouvrage les aborde comme des expériences politiques, en s’interrogeant sur ce qui fait empire et sur la mise en évidence de cultures impériales, à la fois diverses et connectées, irréductibles à un modèle unique.

Sommaire
Présentation : p. 9 
 
Introduction : Yann Dejugnat : p. 13 
 
Les acteurs des empires 
 
Flocel Sabaté,
¿Qué es un imperio en la Edad Media? La Corona de Aragón como punto de discusión : p. 21 
 
Aurélien Montel,
La fabrique de l’empire des Omeyyades de Cordoue : l’allégeance de Fès au califat d’al-Andalus (363/974) : p. 39 
 
Mohammed Bensaou,
L’intégration des Banū Hilāl dans le système impérial almohade : p. 55 
 
Rachid Yamani,
La Grenade nasride : élites savantes et pouvoir : p. 73 

 

Pratiques et imaginaires politiques 
 
Alejandro Peláez,
Reconocimiento y transmisión de la autoridad política en el Occidente islámico (ss. viii-xv): la bay‘a en la dinámica imperial : p. 91 
 
Nicolas Mias,
L’usage du grand appareil de pierre dans le bassin de l’Èbre (ixe –xe s.) : une expression de l’impérialisme omeyyade ? : p. 105 
 
Diego Rodríguez Peña,
Modèles de royauté dans la Chronica Adefonsi Imperatoris : p. 129 
 
Roxane Chilà,
La couronne d’Aragon au xve siècle, un empire méditerranéen ? Exploration historiographique : p. 145 

 

Interactions impériales 
 
Javier Domingo,
La génesis de la plástica de los capiteles altomedievales hispanos : entre la tradición clásica, la moda bizantina y el uso de spolia : p. 161 
 
Susana Calvo Capilla,
Estrategias de autoafirmación de los califatos en al-Andalus : spolia, historia y ciencia : p. 179 
 
Yann Dejugnat,
Reconstruire l’Empire islamique : les expériences d’Ibn Ḫaldūn : p. 195 

 

Références bibliographiques : p. 211
 
Source : Ausonius Editions

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Publication] Carrying on the Tradition: A Social and Intellectual History of Hadith Transmission across a Thousand Years, Brill (Juil. 2020)

Series: Islamic History and Civilization, Volume: 160

Auteur : Garrett Davidson

In Carrying on the Tradition Garrett Davidson employs a variety of largely unutilized print, as well as archival sources collected from the Near East, North Africa, India, Europe, and North America. He analyses these sources to excavate the fundamental reinvention of the conceptions and practices of hadith transmission that resulted from the establishment of the hadith canon. Further, the book examines how hadith scholars reimagined the transmission of hadith, not as a scholarly tool, as it had originally been, but instead as, among other things, an act of pious emulation of the forefathers. It demonstrates the emergence of new genres and subgenres of hadith literature, as a result of this shift, examining them as artefacts of the cultural, social, and intellectual history of Muslim religiosity from the tenth to twentieth centuries.

Voir plus : https://brill.com/view/title/39428

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’études] « Espaces conventuels et circulation liturgique en Rhône-Alpes au Moyen Âge », Grenoble, MSH-Alpes, 18 septembre 2020

Organisation

Anne Baud (ArAr)
Noëlle Deflou-Leca (LEM-CERCOR)
Laurent Ripart (LLSETI)

Programme

 

Attention: Veuillez noter que si les conditions sanitaires empêchent la tenue de cette journée à la date prévue, elle sera reportée dans le courant du printemps 2021.

Source : Université Saint-Etienne, LEM-CERCOR

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journées de castellologie] 27e journées de castellologie de Bourgogne, Chagny, chapelle du Château de Bellecroix, 10 octobre 2020

Journée initialement prévue le 17 mai à Saint-Christophe-en-Brionnais

Dépliant, programme, informations et bulletin d’inscription ici
Source : Centre de castellologie de Bourgogne

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Information] Lancement du site éditeur ARTEHIS Editions

Le laboratoire ARTEHIS (UMR 6298 Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés) lance son site éditeur, hébergé sur la plateforme Open Edition Books à cette adresse https://books.openedition.org/artehis.

Toutes informations ici

Source : Centre d’études médiévales d’Auxerre

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Julien Foltran, Vivre en ville près d’une abbaye, les pays d’Aude du VIIIe au XVIe siècle, Région Occitanie, Cahiers du Patrimoine, 2020

Présentation

A l’époque carolingienne, ce qui est aujourd’hui le département de l’Aude est en marge du royaume et appartient à une région tout juste conquise où les monastères furent considérés comme des relais du pouvoir. Bénéficiant d’immunités et de privilèges, consignés dans de précieuses chartes de fondation, les abbayes bénédictines des pays d’Aude ont été de grands centres spirituels et religieux. A la tête d’importants domaines, elles sont bien souvent devenues très influentes, tant sur le plan économique que politique. Les somptueux bâtiments conservés à Alet, à Caunes, à Lagrasse, ou encore à Saint-Hilaire, à Saint-Polycarpe, représentent aujourd’hui les meilleurs témoignages de cette puissance passée et sont à classer parmi les plus beaux monuments languedociens.

Ces abbayes ne sont pas restées isolées et, pour beaucoup d’entre elles, une agglomération existe encore près de leur enclos mais l’histoire de cette bourgade est souvent méconnue. C’est pourquoi Julien Foltran s’est intéressé à ces villes, révélant que l’abbé, à la tête des moines, exerçait un pouvoir civil sur les habitants et devait garantir leur sécurité, tout en ayant la charge d’assurer le salut de leur âme. En retour, c’est à l’abbaye que les habitants devaient s’acquitter de leurs taxes et redevances. Face à leur puissant seigneur et suivant un mouvement entamé en Languedoc dès le XIIe siècle, les laïcs formèrent des communautés afin de défendre leurs intérêts.

Dès lors, deux communautés distinctes aux intérêts parfois divergents, mais en constante communication, cohabitaient sur un même territoire : celle des religieux et celle des laïcs. Si les premiers vivaient et menaient l’essentiel de leurs activités dans l’enclos monastique, les seconds construisaient leur maison et travaillaient le plus souvent dans la ville qui était théoriquement interdite aux moines. Pourtant, les clercs pouvaient y posséder quelque bien immobilier. Il existe aujourd’hui dans ces villes suffisamment de vestiges pour appréhender le mode de vie de leurs habitants entre les XIIIe et XVIe siècles, comprendre les transformations urbaines successives, mais aussi pour mettre en évidence les matériaux et les techniques de construction.

Source : Patrimoines en Occitanie

Bon de commande téléchargeable sur le site

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Alexis Charansonnet, Jean-Louis Gaulin et Xavier Hélary (éd.), Lyon 1312. Rattacher la ville au Royaume ? Lyon, Ciham Editions, 2020, 376 p.

Résumé

Annexion, rattachement ou réunion ? Le bon terme n’est pas facile à trouver, tant le processus qui a conduit les Lyonnais à devenir de bons et fidèles sujets du roi de France a été long et tortueux. Les mots latins du droit (permutatio, annexio, superioritas, imperium, potestas, auctoritas…) employés par les médiévaux eux-mêmes accentuent encore cette difficulté. Une chose est sûre : jusqu’au début du xiv e siècle, la ville relève sans aucun doute possible de l’Empire – séquelle des lointains partages qui ont divisé l’empire de Charlemagne. Mais, depuis saint Louis, les Capétiens ont mis à profit les querelles incessantes qui opposent l’archevêque et les bourgeois de Lyon pour intervenir dans les affaires de la ville. C’est sous Philippe le Bel (1285-1314) que la mainmise se fait plus pesante. En 1307, les « Philippines » fondent la souveraineté du roi sur Lyon ; en 1310, l’armée royale vient à bout des velléités de résistance de l’archevêque ; à partir de 1313, Lyon est le siège d’une sénéchaussée royale nouvellement créée. Tout s’est joué en quelques années. Philippe le Bel et ses conseillers ont montré leur opiniâtreté. Quand la mauvaise foi et la duplicité n’ont pas suffi, ils n’ont pas reculé devant l’usage de la force. À la mort du « Roi de fer », les Lyonnais sont français.

C’est pour mieux comprendre l’entrée de Lyon dans le royaume de France qu’une vingtaine d’historiens ont joint leurs efforts. Il leur a paru nécessaire, en effet, de reprendre la réflexion sur la situation particulière de Lyon à partir du ix e siècle et de la conduire jusqu’au début de l’époque moderne, quand la ville accueille les rois de France sur le chemin des guerres d’Italie. Grâce à leurs contributions, c’est l’histoire toute spéciale d’une ville-frontière, entre France et Empire, qui se trouve éclairée d’un nouveau jour.

Sommaire

IntroductionJean-Louis Gaulin

 

Partie 1 : L’année 1312 et son contexte

 

Lyon 1300Jacques Rossiaud

Philippe le Bel s’est-il posé la question des frontières du royaume ?Elizabeth A. R. Brown

Le tournant décisif (1307-1312) : essai de relecture critiqueSébastien Nadiras

L’« Ost de Lyon » (1310). Les aspects militaires de la réunion de Lyon au royaume (fin XIIIe-début XIVe siècle)Xavier Hélary

L’assemblée générale de mars 1312 à Lyon : un instrument politique méconnu de Philippe IV le BelÉlisabeth Lalou

Imperium pontifical et monarchie française : les couronnements lyonnais de Clément V et de Jean XXII Armand Jamme

 

Partie 2 : Une cité dans le royaume de Bourgogne et dans l’Empire (IXe-XIIIe siècle)

 

Une ville royale sans le roi : la cité des archevêques Burchard, entre nouvelle Église royale et réseaux aristocratiques ancrésFrançois Demotz

Les sœurs ennemies ? Lyon et Vienne de 794 à 1121Nathanaël Nimmegeers

La situation géopolitique de Lyon entre Empire et Royaume (ca. 1230-ca. 1270) : quelques réflexionsAlexis Charansonnet

Les ambitions lyonnaises de la maison de SavoieBruno Galland

 

Partie 3 : Lyon, ville royale (XIVe-XVIe siècle)

 

Défense et illustration de l’Église de Lyon au concile de Constance. Un mémoire en faveur d’Amédée de Talaru (1416)Fabrice Delivré

Lyon et le roi de Bourges (1417-1429) : une loyauté naturelle, réfléchie et calculéePhilippe Contamine

Lyon se défend : délibérations, procès et foires à la fin du Moyen ÂgeGisela Naegle

La ville en représentation face au roi : armoiries lyonnaises et entrées royales, de Louis XI à François IerTania Lévy

Léon, Lyon, le lion : l’art mécanique de Léonard de Vinci au service de la politique royaleMarco Versiero

Une ville-frontière au coeur du royaume. Lyon ville royale et capitale, de Charles VII à François I er (1435-1525)Léonard Dauphant

Index des noms de personne et de lieu

Crédits photographiques et iconographiques

Source : De Boccard

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Podcasts] Actualités de la recherche en archéologie en Savoie et en Haute-Savoie

Retrouvez ici une série de podcasts de 5 minutes consacrés à l’actualité de la recherche archéologique dans les deux départements de Savoie et de Haute-Savoie

Source : Patrimoines de la Savoie

https://patrimoines.savoie.fr/web/psp_13308/archeologie

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance de thèse] Matthieu Parlier, « Rhétorique et rituels de cour à Byzance. La légitimation de l’empereur sous les premiers Paléologues (1259-1328) », MSH Lyon-Saint-Etienne, 8 septembre 2020, 14h

Matthieu PARLIER soutiendra sa thèse, dirigée par Nicole BÉRIOU, le 8 septembre 2020 à la MSH Lyon St-Étienne à 14 heures.

 

Membres du jury : Christophe GIROS (Université Lyon 2), Jean SCHNEIDER (Université Lyon 2), Vincent DEROCHE (CNRS), Niels GAUL (University of Edinburgh), Béatrice CASEAU-CHEVALLIER (Sorbonne Université), Nicole BÉRIOU (Université Lyon 2) et Sophie MÉTIVIER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

 

Attention : L’accès du public dépendra de l’évolution de la situation sanitaire.

Source : CIHAM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Exposition et publication associée] Mines de montagne, Saint-Pierre-de-Curtille, Abbaye de Hautecombe, grange batelière, 18 juillet 2020-20 septembre 2020

Image

Présentation de l’exposition ici

A consulter et à télécharger, le numéro hors-série de la Rubrique des patrimoines sur les Mines de montagne

 

Source : https://patrimoines.savoie.fr/web/dsp_5967/expositions-en-cours

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance de thèse] Olivier Brisville-Fertin, « Le discours aljamiado et sa communauté », Lyon, 4 sept. 2020

Olivier BRISVILLE-FERTIN (ENS de Lyon, CIHAM-UMR 5648) soutiendra le 4 septembre 2020 sa thèse de doctorat intitulée « Le discours aljamiado et sa communauté », effectuée sous la co-direction de Carlos HEUSCH (ENS de Lyon) et d’Alberto MONTANER FRUTOS (U. de Zaragoza). La soutenance aura lieu dans la salle D8.001 du site Buisson de l’École normale supérieure de Lyon (15 parvis Descartes, 69007 Lyon).

Le jury sera composé d’Éric Beaumatin (U. Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Paris), de Nuria de Castilla (EPHE-PSL, Paris), de Mercedes García-Arenal (CCHS-CSIC, Madrid), de Linda G. Jones (U. Pompeu Fabra, Barcelone), de Julie Marquer (U. Lumière-Lyon 2, Lyon) et des deux co-directeurs.

Résumé sur thèses.fr.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] « A Companion to Medieval Rules and Customaries », éd. Krijn Pansters

A Companion to Medieval Rules and Customaries, éd. Krijn Pansters, oston – Leyde, Brill, 2020 (Brill’s Companions to the Christian Tradition, 93). XII + 438 p. ISBN : 978-90-04-43154-6. prix : 229 euros.

A Companion to Medieval Rules and Customaries offers an introduction to the rules and customaries of the main religious orders in medieval Europe: Benedictine, Cistercian, Carthusian, Augustinian, Premonstratensian, Templar, Hospitaller, Teutonic, Dominican, Franciscan, and Carmelite. As well as introducing the early history and spirituality of the orders, scholars survey the central topics – organization, doctrine, morality, liturgy, and culture, as documented by these primary sources.

 

Source: Brill via RMBLF.be 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] Patrick Pion et Nathan Schlanger (Dir.), Apprendre. Archéologie de la transmission des savoirs, Paris, Inrap/La Découverte, 2020, 304 p.

couverture1.jpg

L’Inrap et La Découverte publient les actes du colloque Apprendre, Archéologie de la transmission des savoirs, un ouvrage pour étoffer le débat sur l’apprentissage qui mêle la voix singulière de l’archéologie à la polyphonie disciplinaire des études dans le champ de la transmission des savoirs (en librairie dès le 11 juin 2020).

 

À l’instar de l’anthropologie, de l’histoire et de la sociologie, l’archéologie impose de ne pas restreindre les savoirs aux seuls territoires lettrés et aux cultures de l’écrit. Elle replace les connaissances et apprentissages humains dans une perspective de très longue durée, soit près de trois millions d’années au cours desquelles apparaît et se développe le langage articulé, principal vecteur de la transmission. À travers l’étude de la matérialité des supports, des dispositifs d’apprentissage et des lieux de savoir, cette discipline apporte également un éclairage original sur les phénomènes de transmission et de socialisation des connaissances dans les sociétés humaines passées et présentes, que ce soit lors d’activités quotidiennes informelles ou dans des cadres professionnels et intergénérationnels plus structurés.

Les textes rassemblés dans cet ouvrage sont issus du colloque international« Transmettre les savoirs, archéologie des apprentissages », organisé par l’Institut national de recherches archéologiques préventives, en partenariat avec Universcience, qui s’est tenu à la Cité des sciences et de l’industrie, les 28 et 29 novembre 2017, sous la direction scientifique de Patrick Pion (Inrap et université Paris-Nanterre) et de Nathan Schlanger (École nationale des chartes).

Source : INRAP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[A paraître] « Moyen Âge en séries », Revue Médiévales, n°78/2020

A paraître le 20 août 2020

Moyen Âge en séries

Merlin, Chasseurs de dragons, Kaamelott, Game of Thrones, Médiévales montre comment les séries réinventent par l’image et le son, un Moyen Âge immédiatement reconnu comme tel par les téléspectateurs.

Médiévales aborde la présence du Moyen Âge dans les séries télévisées à travers neuf panoramas thématiques ou études de cas. Les contributions se fondent sur l’étude de séries à visée historique qui ont parfois la prétention de restituer un Moyen Âge réel (Thierry la Fronde, Vikings, The Last Kingdom, Knightfall, Marco Polo, ʿUmar ibn al-Khaṭṭāb, The Bastard Executioner, etc.), de séries inspirées d’œuvres ou de motifs littéraires médiévaux (Merlin, Chasseurs de dragons, Kaamelott, etc.), mais aussi de séries de fantasy dont l’univers est perçu par leurs concepteurs et par le public comme moyenâgeux, ou du moins relié à une forme de Moyen Âge (Game of Thrones, Xena : Warrior Princess, etc.). Les auteurs montrent ainsi comment, par l’usage de signes et de thèmes récurrents (violence, dragons, châteaux, guerriers, cartes, etc.) les séries réinventent par l’image et le son un Moyen Âge immédiatement reconnu comme tel par les téléspectateurs. Ce dossier est complété par un Point de vue consacré au « médiévalisme » et par deux études consacrées à la prosopographie.

Coordinateurs du numéro : Alban Gautier et Laurent Vissière
Sommaire

Alban Gautier, Laurent Vissière
Les séries télévisées, entre Moyen Âge et médiévalisme

Florian Besson, Simon Hasdenteufel
Cartes sur table. Réflexions sur le rapport à l’espace dans les séries médiévalistes

Marie-Emmanuelle Torres
Ça sonne médiéval ! Du fantasme à la reconstitution sonore dans les séries

Riccardo Facchini, Davide Iacono 
« The North is hard and cold, and has no mercy ».
Le Nord médiéval dans les séries télévisées

Pierre-Brice Stahl
Médiévalisme boréal et séries télévisées

Bernard Papin
Thierry la Fronde, figure de la Résistance.
Quand une Occupation en cache une autre…

Aude Mairey
Le Merlin de la BBC (2008-2012). Entre détournement et réappropriation

Enki Baptiste, Hassan Bouali
Les débuts de l’islam à l’écran. La série ‘Umar ibn al-Khaṭṭāb

Yohann Chanoir
Un Moyen Âge en marge ?
Périphéries, marginaux et singularité dans la série The Bastard Executioner

Lucie Herbreteau
Ami, ennemi, héros. Redéfinir le dragon médiéval pour les séries jeunesse

Essais et recherches

Thierry Pécout
Les enquêtes générales en Provence angevine (1297-1299 et 1331-1334).
De la liste à la carte

Isabelle Mathieu, Maryvonne Miquel, Anne Tchounikine
Les officiers des territoires angevins à la fin du Moyen Âge.
Conception d’une base de données prosopographique

Point de vue

Vincent Ferré
Le médiévalisme a quarante ans, ou « L’ouverture qu’il faudra bien pratiquer un jour… »

 

Notes de lecture

Cyrille Aillet, Patrice Cressier, Sophie Gilotte (éd.), Sedrata. Histoire et archéologie d’un carrefour du Sahara médiéval à la lumière des archives inédites de Marguerite van Berchem (Emmanuelle Tixier du Mesnil) ; Jean-François Boyer, Pouvoirs et territoires en Aquitaine du viie au xe siècle. Enquête sur l’administration locale (Guilhem Pépin) ; Justine Breton, Le Roi qui fut et qui sera. Représentations du pouvoir arthurien sur petit et grand écrans (Alban Gautier) ; Pierre Dubois, De la reconquête de la Terre sainte. De l’abrègement des guerres et procès du royaume des Francs (Loïc Chollet) ; Jean-Charles Ducène, L’Europe et les géographes arabes du Moyen Âge (ixe-xve siècles). « La grande terre » et ses peuples. Conceptualisation d’un espace ethnique et politique (Anna Caiozzo) ; Roy Flechner, Máire Ní Mhaonaigh (dir.), The Introduction of Christianity into the Early Medieval Insular World. Converting the Isles I (Magali Coumert) ; Nicolas Weill-Parot, Véronique Sales, Le Vrai Visage du Moyen Âge. Au-delà des idées reçues (Marie Delcourte-Debarre

Livres reçus

Source : Presses universitaires de Vincennes

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

Jeunes chercheur.es en Histoire, Archéologie et Littérature du Moyen Âge du Ciham-UMR 5648

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search