Appel à communications:Les trames arborescentes sur les façades des lieux sacrés : iconographie, mnémotechnie et anagogie d’un procédé structurel de l’Antiquité chrétienne à la fin du Moyen Âge, Paris, 25/05 [date limite : 10/04]

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Une journée d’étude spécialisée, consacrée aux trames arborescentes qui occupent les façades des édifices religieux antiques et médiévaux, aura lieu le 25 mai 2018

Dans le De Architectura, Vitruve définit l’arbre comme ce qui prodigue à l’homme le matériau nécessaire à l’architecture, mais aussi comme ce qui lui donne à voir le modèle macrocosmique de la construction idéale qu’il peut reproduire en tant que microcosme. Dès les débuts de la chrétienté, le choix topographique de la construction, dans des zones parfois reculées et pourvues d’une flore luxuriante, contribue à définir la tropologie du lieu, c’est-àdire aussi bien celle du site que celle du terrain que l’édifice sacré occupe, celle de son parvis et, bien entendu, celle de l’édifice lui-même.

Dans l’architecture chrétienne sacrée, la structure même des façades laisse fréquemment transparaître une organisation arborescente, sur laquelle se déploient des ramifications autour d’un axe. Cette organisation peut concerner l’ensemble de la façade ou seulement certaines parties : roses monumentales, tympans, voussures, portiques, piédroits, niches, frises, jusqu’à, parfois, l’ensemble du portail lui-même. Le trumeau, les pilastres, les statues-colonnes ou les colonnes peuvent alors se concevoir comme autant de troncs qui supportent un bourgeonnement voire un fleurissement ornemental ou symbolique et tendent à constituer une véritable forêt d’images.

Or, en tant que frontière et que monumentalisation du seuil qui lie le monde laïc et la domus dei, où l’espace et le temps se sacralisent et se spiritualisent, la façade constitue le lieu privilégié pour donner à voir la mémoire du site. Dès lors, l’association de l’iconographie, de l’ornement et de l’architecture inscrit dans la spiritualité les expériences physiques (optiques, haptiques ou encore praxiques) que franchir le seuil provoque. En outre, la façade permet de caractériser visuellement l’intérieur de l’édifice à l’extérieur de ses murs d’une part, et le passage entre cet extérieur et cet intérieur d’autre part. À ce titre, sa symbolique rencontre à nouveau celle de la forêt qui, dans l’imaginaire antique et médiéval, constitue le lieu d’un cheminement initiatique et/ou d’une retraite spirituelle. Enfin, les hiérarchies structurelles de la façade se font l’écho du monde sensible que l’homme peut organiser, tandis que le sens qui se dégage de sa globalité cherche à transcender le sensible en mettant au jour la trame harmonieuse du monde. Par conséquent, les configurations arborescentes qui occupent les façades accentuent l’efficacité d’opérateurs initiatiques, d’intermédiaires et d’intercesseurs qu’elles exercent entre le monde quotidien que l’homme habite, et le lieu sacré au sein duquel communier avec Dieu devient possible.

L’objectif de cette journée sera de s’interroger sur la fonction répartitrice et sur le rôle discursif du phénomène visuel que constituent les façades des édifices sacrés de l’Antiquité chrétienne à la fin du Moyen Âge. On réfléchira notamment à l’opérativité mnémotechnique, parénétique, anagogique et eschatologique que recourir à des trames arborescentes leur confère.

Nous pourrons notamment nous demander :

  • Quelles sont les modalités et les caractéristiques des structures arborescentes, des usages de l’image de l’arbre et de celui du bois dans les façades ?
  • Ces modalités sont-elles spécifiques à cette partie de l’édifice ? Quelles en sont les spécificités ?
  • Quelle est l’efficacité visuelle, spatiale, cognitive, méditative et/ou spirituelle de la structure arborescente à laquelle l’homme se confronte nécessairement en entrant dans l’édifice ?
  • Quels procédés architecturaux, visuels et/ou iconographiques sont mis en œuvre afin de signifier le passage de l’extérieur à l’intérieur de l’édifice ?
  • Quels ressorts plastiques, iconiques et/ou mnémotechniques les trames arborescentes mobilisent-elles, et à quelles fins ?
  • Quels sont les rapports, en miroir ou en confrontation, entre la façade construite par l’homme et la nature réelle dans laquelle l’édifice peut prendre place ?

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 10 avril 2018.

Contacts :

  • Élise Vernerey (elise.vernerey01@univ-poitiers.fr)
  • Mathieu Beaud (mathieu.beaud2@gmail.com)
  • Naïs Virenque (nais.virenque@univ-tours.fr)

https://trarborescentes.sciencesconf.org/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Candidature bourses estivales Robert-Mandrou et Gabriel-Monod [date limite : 15/05]

L’IFRA-SHS attribue, outre des bourses de courte durée, une bourse d’un montant plus important de 1 300 euros destinée à couvrir de manière forfaitaire un séjour de recherche d’une durée minimale de quatre à six semaines en Allemagne, au cours de l’été suivant son attribution (2018). Cette bourse porte le nom de Robert Mandrou, fondateur de la Mission historique française en Allemagne en 1977, ancêtre de l’Institut Français d’Histoire en Allemagne puis de l’IFRA-SHS. Depuis 2006, la « bourse Robert-Mandrou » est réservée aux doctorants.

Pour les candidat(e)s postdoctorant(e)s, une « bourse Gabriel-Monod », dotée de 1 500 euros, est également proposée. Le calendrier et les conditions d’attribution sont les mêmes que pour la « bourse Mandrou ».

Comme pour les bourses habituellement accordées par l’IFRA, le lieu de résidence ne sera pas obligatoirement Francfort-sur-le-Main et cette aide s’adressera à tout étudiant(e) ou chercheur/euse engagé(e) dans une recherche en sciences humaines portant sur l’histoire et la civilisation des pays germaniques de l’Antiquité au XXe siècle, ou sur des sujets relevant d’autres disciplines des sciences sociales, dont la dimension franco-allemande constitue un élément important et une réelle plus-value scientifique.

La sélection des candidat(e)s se fera sur dossier par les chercheuses/chercheurs de l’IFRA-SHS réunis en commission. Le dossier de candidature devra comprendre :

  • une lettre de demande adressée au directeur de l’IFRA-SHS
  • un bref CV mentionnant éventuellement les publications scientifiques
  • une fiche de demande de bourse de l’IFRA-SHS (à demander auprès de l’Institut ou à télécharger à partir du site internet)
  • un descriptif de la recherche en cours et un programme détaillé de travail
  • une attestation du directeur/de la directrice de recherche pour les doctorant(e)s (« bourse Robert-Mandrou »)
  • un RIB

Après sélection et accord, le montant de la bourse sera versé sur un compte bancaire dont les coordonnées auront été fournies par le/la candidat(e), une fois ce dernier arrivé/cette dernière arrivée sur son lieu de travail (attestation faisant foi).

Après son séjour, le/la candidat(e) devra adresser un rapport d’activités et, le cas échéant, un exemplaire de son mémoire ou de sa thèse.

Les dossiers de candidature pour l’été 2018 devront être adressés au directeur de l’Institut Franco-Allemand de Sciences Historiques et Sociales (IFRA-SHS) – Goethe-Universität Frankfurt, Campus Westend, Postfach 42, Norbert-Wollheim-Platz 1 – D-60 629 Frankfurt am Main

La date limite de dépôt des candidatures est le 15 mai 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Prix de thèse de la SFHU [date limite : 11/06]

La Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU) ouvre, pour sa 8e session, au titre de l’année 2018, un concours de thèses qui s’adresse aux jeunes docteur.es en histoire urbaine. Par cette initiative, la SFHU vise à encourager de jeunes chercheurs.ses et à favoriser la plus large diffusion possible de leurs travaux (voir les archives du prix de thèse sur le site : http://sfhu.hypotheses.org/la-sfhu/prix-de-these-sfhu).

1. Objet du concours

Le.la lauréat.e du concours sera récompensé.e par une somme de 2000 euros.

2. Conditions de participation

Le prix est ouvert aux docteur.es ayant soutenu une thèse d’histoire urbaine, rédigée en français, durant l’année (civile) 2017. Les mémoires d’habilitation à diriger des recherches et les thèses de l’École nationale des chartes ne sont pas retenus.
Sont recevables toutes les thèses qui abordent le fait urbain dans son historicité, quels que soient la période, l’espace et la discipline académique (histoire, droit, urbanisme, architecture, histoire de l’art…) concernés.

3. Constitution du dossier de candidature

Pour s’inscrire, le.la docteur.e doit faire acte de candidature en envoyant à la SFHU (voir ci-dessous), un dossier dématérialisé qui comprendra les éléments suivants :

– le formulaire de candidature (ci-dessous, télécharger ou copier) dûment rempli (en version électronique pdf exclu) ;
– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes (en version électronique, traitement de texte, pdf exclu) ;
– un curriculum vitae (en version électronique) ;
– une version électronique de la thèse au format pdf (volume maximum par fichier permettant une transmission en PJ de message électronique, dans la mesure du possible ; voir détails ci-dessous).

4. Procédure d’attribution du prix

Le jury sera composé des membres du bureau de la SFHU. Il examinera l’ensemble des thèses recevables et pourra s’adjoindre des expert.es extérieur.es, français.es et étranger.es.

5. Calendrier

Les candidatures seront enregistrées jusqu’au 11 juin 2018 minuit CET, délai de rigueur (par voie électronique, à l’adresse Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr).
Les résultats seront proclamés en décembre 2018 au plus tard et le prix remis lors de l’AG annuelle et du congrès de la SFHU de 2019.

Dossier de candidature : cliquez ici

Pièces à joindre :

– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes, espaces compris (en version électronique, sous traitement de texte, pdf exclu ; NB : le rapport de soutenance n’est pas demandé) ;
– un curriculum vitae (en version électronique) ;
– une version électronique de la thèse (fichier(s) pdf – en cas de problème d’envoi en pièce jointe, faire un premier envoi avec le dossier « administratif » et les éventuels fichiers transmissibles par mel, pour convenir d’un mode de transmission des fichiers plus lourds, afin de ne pas trop fractionner les volumes et démultiplier les envois).

Formulaire (rappel : en format traitement de texte) et pièces demandées à envoyer, avant le 11 juin 2018 minuit CET, délai de rigueur, à : Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr

NB : un accusé de réception du dossier complet sera envoyé aux candidat.es : penser à vérifier sa bonne réception.

(https://sfhu.hypotheses.org/3459)

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Bourses pour participer à la XIIe conférence de la European Association for Urban History [date limite : 23/04]

La Société Française d’Histoire Urbaine propose à nouveau aux doctorants et jeunes docteurs trois bourses pour participer à la XVIème Conference de la European Association for Urban History, qui aura lieu à Rome du 29 août au 1er septembre 2018 sur le thème Urban renewal and resilience. Cities in comparative perspective.

Le montant de ces bourses est destiné à couvrir les droits d’inscription fixés à 260 euros. Ces bourses ne sont pas cumulables avec une aide accordée par une Ecole doctorale, une université, un département ou un laboratoire de recherche (UMR, EA …).

Les jeunes docteurs devront avoir soutenu leur thèse depuis moins de 3 ans.

Les candidats devront fournir une attestation d’acceptation de leur communication par le responsable de la session ou le comité d’organisation de la Conférence.

Les bénéficiaires s’engagent à adhérer à la SFHU en acquittant leur cotisation 2018.

Les demandes (lettre de candidature + CV + lettre d’acceptation) devront être envoyées à l’adresse du président denis.menjot@ish-lyon.cnrs.fr  d’ici au 23 avril 2018.

Une réponse sera adressée aux candidats au début du mois de mai.

(https://sfhu.hypotheses.org/3469)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature atelier doctoral:L’économie des villes méditerranéennes (Sienne, 25-29/06) [date limite de candidature:15/04]

Cet atelier de formation doctorale s’inscrit dans le prolongement direct de la Scuola di alti studi dottorali qui, de 2004 à 2016, a constitué un lieu de formation de pointe pour les jeunes chercheurs consacrant leurs recherches à l’étude de la culture locale. Promu par le Centro di Studi sulla civiltà comunale de la Deputazione di Storia Patria per la Toscana, l’école s’est signalée comme l’une des « écoles d’été » les plus qualifiées au niveau international : sur plus de 180 participants, plus de 40 provenaient d’universités non italiennes.

Depuis 2017, les Ateliers internationaux de formation doctorale sont organisés par le Centro di Studi sulla civiltà comunale de la Deputazione di Storia Patria per la Toscana en collaboration avec le doctorat en histoire (Dottorato di ricerca in Studi storici) des universités de Florence et de Sienne, l’École française de Rome et l’Université Paris-Sorbonne. Ils se déroulent à San Gimignano avec le soutien de l’administration municipale locale. Le Comité scientifique est composé d’Élisabeth Crouzet-Pavan (Université ParisSorbonne), Jean-Claude Maire Vigueur (Università di Roma Tre), Giuliano Pinto (Deputazione di Storia Patria per la Toscana), Pierre Savy (École française de Rome) et Andrea Zorzi (Università di Firenze).

L’objectif des ateliers est l’étude des sociétés urbaines du Moyen Âge, en mettant l’accent sur les systèmes politiques et les différentes manifestations de l’imaginaire urbain et en portant le regard sur toutes les villes du bassin méditerranéen – celles de l’Occident chrétien, celles de la zone d’influence byzantine et celles des régions sous domination islamique. Les ateliers offrent un environnement stimulant pour les échanges intellectuels entre spécialistes établis et jeunes chercheurs en formation, pour favoriser, à travers des moments de discussion et d’échange, le renouvellement de la recherche et l’élargissement des perspectives comparatives.

Les ateliers, multidisciplinaires, prévoient des leçons sur des questions interprétatives vastes dispensées par des professeurs spécialisés et des séminaires organisés par les participants sur leurs sujets de recherche.

Les enseignants du deuxième Atelier – consacré à l’économie des villes méditerranéennes – seront les professeurs Duccio Balestracci (Università di Siena), Elisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne), Jean-Baptiste Delzant (Aix Marseille Université), Franco Franceschi (Università di Siena), Catherine Kikuchi (École française de Rome), Luca Molà (European University Institute), Giuliano Pinto (Deputazione di Storia patria per la Toscana), Sergio Tognetti (Università di Cagliari) et Cécile Troadec (École française de Rome).

Les participants doivent être des étudiants doctorants, boursiers de recherche et boursiers postuniversitaires dans les disciplines historiques et de « médiévistique » de toutes les universités italiennes et étrangères et de toute nationalité.

La participation à l’atelier est réservée à 14 (quatorze) jeunes chercheurs, choisis à la discrétion du Comité scientifique sur la base d’une évaluation des diplômes et des programmes présentés. Les participants en surnombre ne sont pas autorisés.

Les ateliers ont un caractère résidentiel. Les personnes admises sont tenues d’assister assidûment à toutes les réunions et de conduire durant l’atelier un séminaire sur leurs recherches, selon le programme qui sera rendu officiel au début de l’atelier. Au terme de celui-ci, un certificat de participation sera remis aux participants. Nous nous réservons le droit de refuser un certificat à ceux qui, sans justification, n’auront pas suivi les cours avec assiduité.

L’hospitalité complète est offerte aux candidats retenus, à l’exclusion des frais de déplacement.

Les candidats doivent soumettre :

  • une demande d’admission avec les coordonnées du candidat, l’indication de son niveau d’études et de son statut général et professionnel actuel, une adresse postale, un numéro de téléphone et un courrier électronique, en utilisant le formulaire disponible ici :  https://drive.google.com/file/d/10DcyCLENlCN0ilMScJ9MX4VMD1S3n2q/view?usp=sharing>
  • une brève description du projet de recherche en cours (en utilisant le formulaire disponible sur l’URL indiquée supra)
  • un curriculum vitae de deux pages maximum présentant les études suivies et les activités scientifiques ;- éventuellement, la copie des publications.

On ne prendra pas en compte les demandes omettant de fournir une description du projet de recherche ou dépourvue du formulaire de candidature.

Les demandes doivent être adressées sur la boîte cescc.2011@gmail.com, avec les documents requis en pièces jointes, au plus tard le 15 avril 2018.

Les candidats admis à l’atelier seront informés par courrier électronique avant le 5 mai 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:Trames arborescentes, Transmettre du sens par les trames arborescentes, Poitiers, 23/03

23 mars 2018, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, Poitiers

Organisateurs : Naïs Virenque, Antoine Paris et Sergi Sancho Fibla

Avec le soutien de la FESMAR, En partenariat avec le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Présentation :

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux.

Étudier les trames arborescentes implique de réfléchir principalement à l’arbre et à l’arborescence en tant que structures qui agencent, distribuent, ordonnent un contenu spécifique. Par conséquent, les « trames arborescentes » désignent les modalités structurelles qui organisent un objet culturel sur le modèle implicite ou explicite de l’arbre ou de l’arborescence. L’objectif du projet est d’examiner des structures en ellesmêmes et non tous les aspects graphiques, iconographiques ou métaphoriques des supports visuels, textuels ou sonores qui font appel au végétal.

Les études que le projet accueille — travaux achevés, intuitions ou ébauches momentanées — peuvent porter sur des panoramas généraux, des questionnements épistémologiques ou des cas d’étude sans restriction disciplinaire, géographique ni chronologique.

Programme :

  • 09h30 : Présentation de la journée. Antoine Paris, Université Paris-Sorbonne/Université de Montréal, Faculté de Littérature grecque, Orient et Méditerranée et Département d’Études Bibliques ; Sergi Sancho Fibla Aix-Marseille Université/CNRS, Labexmed, TELEMMe ; Naïs Virenque, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Première session : des arborescences délinéatrices

Présidence : Antoine Paris, Université Paris-Sorbonne/Université de Montréal, Faculté de Littérature grecque, Orient et Méditerranée et Département d’Études Bibliques

  • 10h00 : Mémoriser des divisiones et des distinctiones par une structure arborescente : schémas, diagrammes et délinéations graphiques au Moyen Âge. Naïs Virenque, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance
  • 10h30 : Création, mort et renaissance, la croissance végétale comme réseau opérant dans l’activation d’un décor monumental : le cas du protiro de San Zeno à Vérone. Mathieu Beau, Institut National d’Histoire de l’Art.
  • 11h00 : Questions
  • 11h30 : Pause
  • 11h45 : Structure arborescente de la planche dans les narrations graphiques. Pierre-Alexis Delhaye, Lycée Camille Claudel, Fourmies
  • 12h15 : Déjeuner

Deuxième session : trames arborescentes et herméneutique

Présidence : Joël Biard, Université de Tours/Institut universitaire de France.

  • 14h00 : Des structures arborescentes dans les listes de problèmes mathématiques cunéiformes (Mésopotamie début du IIe millénaire avant notre ère). Christine Proust, Université Paris Diderot/CNRS, SPHERE
  • 14h30 : Les trames arborescentes et la question de l’individuation dans la philosophie médiévale. Iryna Lystopad, Lycée Corot, Savigny-sur-Orge
  • 15h00 : The Arbor Philosophiae amoris in the Early Modernity. José Higuera Rubio, Université de Porto, Instituto de Filosofia.
  • 15h30 : Questions
  • 16h : Pause

Troisième session : une éthique de l’arborescence ?

Présidence : Sergi Sancho Fibla, Aix-Marseille Université/CNRS, Labexmed, TELEMMe

  • 16h15 : L’Arbor actionum de Johannes Bassianus : un instrument taxinomique efficace pour les juristes au Moyen Âge et à la Renaissance. Andrea Errera, Université de Parme, Dipartimento di Giurisprudenza, Studî politici e internazionali
  • 16h45 : Les trames arborescentes en science juridique. Nicolas Paris, Université de Bourgogne Franche-Comté, Centre de Recherche et d’Étude en Droit et Science Politique
  • 17h15 : Utiliser un arbre diagnostique en médecine : caractéristiques et éthique de l’arbre diagnostique de l’embolie pulmonaire. Florian Violon, Université de Lorraine, CHU de Nancy, Laboratoire d’Anatomie et de Cytologie pathologiques
  • 17h45 : Questions
  • 18h15 : Conclusions et clôture de la journée

Contact :

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Soutenance:Exploitation minière et implantation castrale en Dauphiné médiéval (Xe-XVe siècle) Surveiller, organiser et prélever la production minière, Benjamin Oury:14/03/2018, Université Lyon 3.

La soutenance de thèse de M. Benjamin Oury, doctorant au CIHAM, se tiendra
Mercredi 14 mars 2018 à 14h
Salle de la Rotonde, Université Lyon 3 (6e étage)
18 rue Chevreul, 69007 LYON

Sujet : Exploitation minière et implantation castrale en Dauphiné médiéval (Xe-XVe siècle) : Surveiller, organiser et prélever la production minière

Examinateurs :
Catherine Verna, Professeure des Universités, Université Paris 8, EA 1571
Jean-Michel Poisson, Maître de Conférence, EHESS Lyon, CIHAM UMR 5648
Laurent Schneider, Directeur de Recherche, CNRS-EHESS Lyon, CIHAM UMR 5648
Rapporteurs :
Aline Durand, Professeure des Universités, Université du Maine, CRéAAH UMR 6566
Nicolas Carrier, Professeur des Universités, Université Jean Moulin, Lyon 3, CIHAM UMR 5648
Directeur :
Mathieu Arnoux, Directeur d’études, EHESS Paris, CRH UMR 8558

Résumé : Le contrôle des ressources minières est un enjeu d’impor-tance pour le pouvoir seigneurial qui, en plus d’un atout économique, en tire un certain prestige. En Dauphiné, les premières mines de métaux précieux sont exploitées au moins dès le Xe siècle dans des territoires où le relief facilite grandement la découverte et l’exploitation des filons. Les comtes d’Albon, intéressés par ces métaux, débutent leur conquête des ressources souterraines de leur territoire grâce aux donations similaires de l’empereur Frédéric Ier en 1155. Les mines de métaux non-précieux, mais très importants pour la société médiévale, comme le fer, sont aussi exploitées assez tôt dans les montagnes dauphinoises. En parallèle, les implantations castrales, multipliées depuis les environs de l’an Mil, sont le reflet de la prise de pouvoir progressive de seigneurs locaux et participent au contrôle des territoires. Le château, au-delà de son rôle militaire propre, fait office d’édifice multifonctionnel.
Ce sont de véritables relais du pouvoir comtal capables de surveiller et de défendre mais aussi d’administrer leur territoire, particulièrement en contexte minier. Cependant, les liens entre châteaux et exploitations minières ne sont pas forcément visibles et dépendent souvent de la nature du gisement, précieux ou non, du degré de contrôle du territoire ou de sa topographie. À Brandes (Oisans, Isère) comme à L’Argentière, sites argentifères, le château est délaissé dès la fin de l’exploitation minière (fin XIIIe – début XIVe siècle), signe de liens étroits pour le pouvoir comtal entre mines et châteaux. Cela ne se vérifie pas dans les territoires pro- ducteurs de fer où les châteaux ont une autre vocation que protéger et encadrer la production minière : ils assurent la défense de la principauté (zones frontalières) et maintiennent l’autorité comtale auprès des populations.
La mise en place d’une nouvelle politique minière après la grande crise du milieu du XIVe siècle, avec l’octroi de concession nominatives et exclusives, bouleverse aussi la fonction du château qui n’a alors plus de rôle dans l’exploitation minière.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Les manuscrits hagiographiques du Nord de la France et de la Belgique actuelle à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle)[délai:01/06/2018]

À la fin du Moyen Âge, la production hagiographique manuscrite se transforme et connaît son dernier âge d’or entre le succès éditorial de la Légende dorée et l’arrivée de l’imprimerie. De nombreux textes anciens sont abrégés pour intégrer de nouvelles collections. Ce phénomène est en partie responsable du relatif désintérêt des historiens à leur égard : à quoi bon s’intéresser à ces abrégés alors qu’il reste tant à découvrir dans les grands légendiers du Moyen Âge central, et qu’on commence à peine à mieux connaître les tout premiers manuscrits conservés[1] ? Un examen récent de l’immense œuvre hagiographique produite par Jean Gielemans (1427-1487) à l’abbaye de Rouge-Cloître au sud de Bruxelles, où il mit en chantier plusieurs manuscrits, permet de comprendre l’intérêt qu’il y a à explorer les collections tardives[2]. Chez le chanoine de Windesheim s’entremêlent à la fois des modèles hagiographiques anciens, l’exaltation patriotique du Brabant et une spiritualité marquée par la devotio moderna, trame dévotionnelle à l’œuvre dans de nombreuses communautés religieuses d’alors. Cependant, une telle entreprise ne saurait refléter la culture hagiographique de son temps, dans les Pays-Bas méridionaux et plus encore dans une large France du Nord, où existent peu d’études historiques sur la question. L’objectif de ces journées d’études est donc de mieux saisir la place du manuscrit hagiographique, entendu ici au sens large, dans cet espace à la fin du Moyen Âge, en prolongeant notamment les réflexions de Guy Philippart sur la fabrique et les usages des légendiers, à une période où la documentation susceptible de les appréhender est plus abondante, qu’elle se trouve dans les manuscrits eux-mêmes (prologues[3], colophons, marques d’appartenances, notes marginales etc) ou bien à l’extérieur (comptabilité, sources notariées, catalogues anciens)[4].

La parution toute récente dans le dernier volume d’Hagiographies d’une synthèse sur les œuvres produites dans l’espace belge, sous la plume de Valerie Vermassen pour l’hagiographie latine et de Werner Verbeke pour celle en vers et en moyen néerlandais offre un point de départ solide et invite à saisir ensemble les légendiers latins et vernaculaires, en moyen néerlandais comme dans les parlers d’oïl[5]. De ce point de vue, après les remarques fondatrices de Paul Meyer sur les légendiers vernaculaires, les études des romanistes ont jeté une lumière nouvelle sur ces manuscrits et leurs textes[6]. La situation linguistique du nord de la France et de la Belgique induit nécessairement un travail collaboratif, seul à même de faire réfléchir collectivement à la circulation des modèles et des traductions, aux conditions matérielles de la circulation des textes hagiographiques, mais aussi à l’usage de ces manuscrits, dans le cadre de la pastorale et des pratiques cultuelles collectives comme dans celui de l’affirmation de l’individu à la fin du Moyen Âge.

Il s’agira de procéder à l’examen d’un ou de plusieurs manuscrits hagiographiques, mais aussi de rassembler des témoignages anciens sur l’usage de la littérature hagiographique et de ses manuscrits en veillant toujours au contexte de leur production et de leurs usages, au choix et à l’agencement de leurs textes, afin de saisir le rôle de l’hagiographie dans les pratiques culturelles et sociales à l’aube de la modernité. Dans un tel cadre relativement souple, quatre points peuvent être soulevés, sans prétendre à l’exhaustivité :

Typologie de la circulation de l’hagiographie

Dans la longue durée de l’histoire des manuscrits hagiographiques, on trouve généralement à côté des grands légendiers per circulum anni des légendiers thématiques consacrés par exemple à des saintes femmes, des apôtres ou bien encore des ascètes. On prendra en compte aussi bien ces catégories que les libelli consacrés à un nombre restreint de saints. On inclura également les recueils hybrides, les miscellanées, et plus largement, l’association des textes hagiographiques avec d’autres types de textes, qu’ils soient littéraires ou non. On privilégiera ainsi l’étude de l’insertion de récits hagiographiques dans des documents diplomatiques, dans des compilations juridiques, dans des livres municipaux qui permettent d’étudier l’appropriation qui a pu être faite de l’hagiographie dans l’espace public à la fin du Moyen Âge, au-delà du seul monde ecclésial. De même, les premiers imprimés hagiographiques et leur relation avec la production manuscrite pourront être étudiés. D’une manière générale, on veillera aussi aux aspects matériels de ces manuscrits en étudiant leur mise en page, leur décoration afin d’éclairer au mieux leurs fonctions.

Dispositif liturgique et culte des saints

On pourra explorer le lien entre culte des saints et manuscrits hagiographiques. La place de ces manuscrits dans les pratiques liturgiques n’est pas évidente et si des légendiers ont vu leurs textes découpés en leçons dans un second temps, beaucoup d’entre-eux n’ont jamais été utilisés dans un cadre liturgique. Quels rapports entretiennent-ils avec les reliques qu’on trouve dans l’établissement pour lequel ils ont été produits et utilisés ? Comment le manuscrit hagiographique s’articule-t-il au sanctoral de l’abbaye tel qu’on peut le connaître au travers des manuscrits liturgiques ? Dans une telle perspective, les lectionnaires et les bréviaires, dans lesquels les textes hagiographiques se trouvent découpés et normalisés pourront être appréhendés.

Public et utilisation

Pour qui les manuscrits hagiographiques ont-ils été produits, dans quel but, à quel besoin répondent-ils dans un premier temps ? L’étude de leurs provenances et de leurs origines permet de faire réfléchir à la destination de ces manuscrits, tout comme le choix des textes qui les composent permet d’éclairer les buts et les usages attendus de leurs commanditaires. On peut envisager, à l’échelle d’une même ville ou d’une même région ou bien encore d’un même ordre monastique, d’appréhender toute la production de manuscrits hagiographiques afin de mettre en lumière des tendances en fonction de chacun des milieux de production. L’étude de la langue et des traductions opérées peut aussi éclairer ces points et permettre de mieux cerner sinon le public, du moins l’horizon d’attente des collections, si ce n’est repérer des individus à l’œuvre derrière la commande et l’utilisation de tel ou tel manuscrit.

Quels textes circulent ?

S’il s’agit de ne pas négliger le support matériel qu’est le manuscrit hagiographique, c’est bien son contenu qui sera au cœur de ces journées. Comment les textes sont-ils choisis ? À quelle époque ont-ils été composés, sont-ils réécrits ? Les modèles de sainteté qu’ils véhiculent seront ainsi appréhendés en mesurant la proportion entre la production hagiographique ancienne et les saints et les textes plus récents. Quand un établissement donné met en chantier un légendier, quel est le rapport entre celui-ci et les collections hagiographiques déjà présentes ? On ne négligera pas du reste les traces de l’utilisation, à la fin du Moyen Âge, de manuscrits produits dans les siècles précédents, qui peuvent-être relus, supplémentés, rendus plus maniables (tables, foliotation, normalisation linguistique etc). Quant aux légendiers d’auteurs, dont la Légende dorée et ses traductions, on sera attentif aux marques d’appropriation, à leurs adaptations locales, à leurs suppléments éventuels. Bref, il s’agit de comprendre la logique interne des collections, l’idéologie qui les sous-tend, toujours en lien avec le contexte politique et social dans lequel elles sont nées.

Conditions de soumission

Les propositions de communication (500 mots maximum, en français ou en anglais), sont à envoyer

avant le 1er juin 2018.

Nous vous ferons savoir dans le meilleur délai si votre proposition est retenue.

Contact : fernand.peloux@unamur.be

Dates

  • 30 novembre 2018(Université de Lille)
  • 21 mars 2019 (UNamur)
  • 22 mars 2019 (UCL)

Pour plus d’informations : « Les manuscrits hagiographiques du Nord de la France et de la Belgique actuelle à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 05 mars 2018, http://calenda.org/435206

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Quand le fait religieux travaille les identités:29/06/2018,Journée d’étude des doctorants du CéSor, EHESS,Paris[délai:19/03/2018]

Au centre des problématiques sociétales contemporaines, les mots « religion », « identité », « laïcité » et « sécularisation », dont les acceptions diverses et parfois antagonistes reviennent inlassablement dans les débats, ne cessent d’interroger le chercheur·e. Souvent instrumentalisé, leur usage dans les débats publics est souvent basé sur des conceptions anhistoriques et essentialistes, comme si ces termes désignaient en soi des réalités empiriques. L’objectif de cette journée d’étude consacrée aux discours, pratiques, et subjectivités des acteurs religieux est de rassembler les étudiant·e·s et jeunes chercheur·e·s (doctorant·e·s, jeunes docteur·e·s, post-doctorant·e·s) en sciences humaines et sociales et de susciter des réflexions et analyses pluridisciplinaires. En valorisant la pluralité des approches, des époques et des aires culturelles, il s’agira d’interroger aussi bien les discours et pratiques que de réfléchir aux formes d’appartenances et d’identifications, collectives et individuelles, privées et publiques, qui en découlent.

ANNONCE

Journée d’étude des doctorants du CéSor du vendredi 29 juin 2018

Argumentaire

Au centre des problématiques sociétales contemporaines, les mots « religion », « identité », « laïcité » et « sécularisation », dont les acceptions diverses et parfois antagonistes reviennent inlassablement dans les débats, ne cessent d’interroger le chercheur.e. Souvent instrumentalisé, leur usage dans les débats publics est souvent basé sur des conceptions anhistoriques et essentialistes, comme si ces termes désignaient en soi des réalités empiriques. L’objectif de cette journée d’étude consacrée aux discours, pratiques, et subjectivités des acteurs religieux est de rassembler les étudiant.e.s et jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s) en sciences humaines et sociales et de susciter des réflexions et analyses pluridisciplinaires. En valorisant la pluralité des approches, des époques et des aires culturelles, il s’agira d’interroger aussi bien les discours et pratiques que de réfléchir aux formes d’appartenances et d’identifications, collectives et individuelles, privées et publiques, qui en découlent.

Longtemps perçue comme inéluctable, l’idée d’un « désenchantement du monde » (Weber, 1917 ; Gauchet, 1985), engendrée par le « rêve moderniste » (Geschiere, 2007), est appréhendée comme la prise de distance à l’égard de la pratique religieuse et des croyances. Or, la revitalisation des grands monothéismes (Hervieu-Léger, 1990) et l’essor de nouvelles formes de religiosités conduisent à repenser les catégories et cadres d’analyse ainsi que les conceptions du croire et du faire croire (Piette, 1999 ; Aubin-Boltanski et al. 2014). Les bouleversements géopolitiques auxquels nous assistons, marqués systématiquement par le pluralisme et pouvant certes s’expliquer par divers facteurs sociaux-culturels, économiques et politiques, donnent aussi à voir la manière dont la religion, source de tensions à l’échelle mondiale, travaille les questions identitaires. En effet, des exemples tirés de l’actualité plus ou moins récente font ainsi apparaitre des interactions entre pluralisme, sécularisation(s) et mécanismes de constructions identitaires, qu’il s’agisse de défendre sa propre spécificité ou une unité culturelle, d’établir des connexions diasporiques et transnationales en fonction des affinités et/ou des alliances dogmatiques, de développer des revendications ou de faire entendre une voix. Évoquons par exemple, les « printemps arabes » (2011), l’usage et l’instrumentalisation des « racines chrétiennes » en Europe, ainsi que les tensions inter et intraconfessionnelles et conflits ethnico-religieux dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, notamment. La prolifération des religions missionnaires (évangéliques et (néo)pentecôtistes), des « nouvelles spiritualités » (New-Age, néopaganisme et chamanisme), des cultes syncrétiques (type Bwiti fang du Gabon), des Églises prophétiques (harristes, kimbanguistes) et des cultes afro-brésiliens ou afro-cubains, qui transforme fondamentalement les paysages socioreligieux, est également basée sur une constellation de sous-ensembles fondés sur des polarités identitaires diverses.

Si l’articulation des questions religieuses et identitaires se pose avec une acuité particulière dans les sociétés contemporaines (Lamine, 2004), les débats qu’elle engendre ne sont pourtant pas propres à celles-ci. Ils ont traversé les époques et les générations, même si leur évocation semble aujourd’hui parfaitement banalisée. Les transformations et les évolutions des sociétés peuvent être analysées au prisme des identités, négociant un espace entre tradition religieuse et passé d’une part, dynamiques présentes et (re)définitions nouvelles d’autre part. On pourrait tout aussi bien citer comme exemples, dans une perspective plus historique, les croisades du Moyen-Âge, les conversions religieuses (spontanées ou forcées) des temps modernes, les missions catholiques aux xviet xviisiècles ainsi que celles des Églises issues de la Réforme au xviiisiècle et en particulier à la fin du xixsiècle… autant d’exemples qui donnent à voir les tensions et contradictions qui se nouent dans l’articulation entre « identité » et « appartenance religieuse ».

Comment et de quelles manières le religieux travaille-il les identités ? Comment les discours, les pratiques, les représentations religieuses et spirituelles (re)définissent-ils les contours des identités nationales, ethniques, de classe, de genres et/ou de sexualités ? Quelles sont les dynamiques sociales – individuelles et collectives – à l’œuvre ? Quels engagements et mobilisations donnent-ils à voir ?

Il s’agit là de pistes d’analyse non exhaustives, applicables à toutes les périodes historiques et à des champs d’investigation pluriels (la classe, le genre, l’« ethnico-racial », l’orientation sexuelle, etc.), sur des terrains sans exclusive géographique, à partir desquels penser l’articulation entre questions religieuses et mécanismes de constructions identitaires.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Lors de cette journée d’étude nous aurons l’occasion de mettre en commun et de confronter nos savoirs théoriques, nos corpus et données empiriques. Les propositions de communication se feront sous la forme d’un résumé de 300 à 500 mots et sont à envoyer par courriel

au plus tard le 19 mars 2018 

à l’adresse suivante : jedoctorantcesor@gmail.com

Elles comporteront un titre, cinq mots-clés, une brève présentation de l’auteur.e et doivent idéalement s’articuler autour de l’un des deux axes suivants :

  1. Pluralisme religieux et mécanismes de constructions identitaires
  2. Engagements et mobilisations

Pour plus d’informations : « Quand le fait religieux travaille les identités », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 mars 2018, http://calenda.org/434761

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Fouille, étude et inventaire : les grands ensembles mobiliers en archéologie préventive:22-23/03/2018, Université de Caen

En prenant l’exemple des immenses dépotoirs urbains de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, cette table ronde envisagera de manière pluridisciplinaire le traitement des grands ensembles de mobilier archéologique.

Au cours des deux dernières décennies, la généralisation des méthodes de fouille et d’étude des grands ensembles mobilier a permis d’enrichir de façon très conséquente nos corpus. Mais elle a également induit un accroissement important des temps et des coûts de fouille, d’étude et d’inventaire, le tout dans le contexte contraint d’opérations archéologiques préventives et de mise en concurrence des différents opérateurs depuis la loi de 2003.
La problématique visée est de confronter les méthodologies et les attentes des différents acteurs de l’archéologie préventive (Drac, Inrap, collectivités, entreprises privées, musées, etc.) par rapport à la fouille, l’étude et l’inventaire du mobilier archéologique, et tout
particulièrement des grands lots de matériel issus des chantiers archéologiques.
Cette table ronde a pour objectif de nous interroger sur nos capacités à traiter la masse des données de terrain, au travers de multiples exemples concrets dans de nombreux domaines. L’accent sera porté sur les méthodologies à adapter selon les cas (type de
mobilier, d’artisanat, de terrain, etc.) dans le but de dégager des perspectives pour l’avenir, en discutant des finalités scientifiques, des méthodes et des moyens mis en œuvre.

Programme

22/03

Bât. D, salle du Belvédère, DR 408

9h-12h

Introduction

  • Bénédicte Guillot (Inrap, Craham)

La fouille des grands dépotoirs publics à Rouen. Avantages et inconvénients de la fouille en carroyage

  • Gilles Deshayes (Made, Craham)

Les terres cuites architecturales

[pause déjeuner]

14h-18h

  • Élisabeth Lecler-Huby (Inrap, Craham)

Les grands ensembles céramiques en contexte de dépotoir ou d’habitat

  • Alban Horry (Inrap, Arscan)

Les ateliers de potiers

[pause]

16h15

  • Sébastien Gaime (Inrap, Géolab)

Le mobilier métallique

  • Nolwenn Zaour (Inrap, Iramat, LMC)

La paléo-métallurgie

18h15

Apéritif-discussion : « Que faire du mobilier d’époque contemporaine ? Exemple du camp et hôpital de la seconde guerre mondiale, la Touchelais à Savenay (44) ».
Antoine Le Boulaire (Inrap, CReAAH) et Édith Peytremann (Inrap, Craham).

23/03

Bâtiment F, Amphithéâtre de la MRSH

9h-12h

  •  Benoît Clavel (CNRS, MNHN), Anaïs Chalant (MNHN, Labex BCDiv)

La faune, la micro-faune, l’ichtyologie : quels prélèvements ?

  • Vincent Bernard (CNRS, CReAAH)

Les bois

  • Luc Bourgeois (Unicaen, Craham)

Un regard archéologique sur la gestion des déchets dans une ville contemporaine : le Garbage Project, Tucson (Arizona)

Pour plus d’informations : « Fouille, étude et inventaire : les grands ensembles mobiliers en archéologie préventive », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 21 février 2018, http://calenda.org/434526

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

COLLOQUE:RENCONTRE DES DOCTORANTS DE LA MOM, LYON, 26-28/03

Préparé par les doctorant.e.s et organisé autour d’ateliers thématiques sur deux journées et demie, ce colloque souhaite représenter tous les champs disciplinaires de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (archéologie, archéométrie, histoire, épigraphie, philologie, etc.). Il a pour but d’offrir aux doctorant.e.s de la MOM un espace d’échange et de discussion avec les chercheurs, les professionnels de l’archéologie, les étudiants et le grand public.

Amphithéâtre de la MILC, 35 rue Raulin, Lyon 7e

Contact : rdmom2018@gmail.com

Plan et programme

Lundi 26 mars 2018

• Session 1 : Iconographie

14h – 14h30 : La frontalité sur les stèles funéraires de l’époque hellénistique : un critère de représentation des femmes à part
Elise Pampanay (HiSoMA)

14h30 – 15h : Les allusions à la conquête de l’Hispania dans le monnayage romain d’époque républicaine (iie-ier s. av. J.-C.)
Simon Cahanier (HiSoMA)

15h – 15h30 : Les procédés de représentations d’Héraclès dans la céramique attique
Clara Granger (HiSoMA)

15h30 – 16h : Présentation des posters
16h – 16h15 : Pause

• Session 2 : Exploitation des ressources

16h15 – 16h45 : Les paysages artésiens du Nefzaoua (Sud-est tunisien)
Afef Raddadi (Archéorient)

16h45 – 17h15 : L’exploitation du désert Oriental égyptien à l’époque pharaonique
Isabelle Goncalves (HiSoMA)

17h15 – 17h45 : Agriculture en terrasses de l’Axoumite à nos jours
Ninon Blond (Archéorient)

Mardi 27 mars

Session 3 : Religion

9h15 – 9h45 : Collections de lettres apocryphes : pourquoi a-t-on écrit de fausses épîtres dans l’Antiquité
Lucas Rascle (HiSoMA)

9h45 – 10h15 : Entre la piété personnelle et le salut universel – les peintures murales de l’église de Saint-Symphorien-sur-Coise Magdalena Kruszynska (ArAr)

10h15 – 10h45 : Entre éloge et polémique : étude sur la Lettre 38 à Marcella de Jérôme
Gina Derhard (HiSoMA)

10h45 – 11h : pause

Session 4 : Interfaces et échanges

11h – 11h30 : Réalités architecturales du commerce de proximité à Lyon et à Vienne : analyse spatiale et typologique
Marine Lepee (ArAr)

11h30 – 12h : Forum, édifice basilical et locaux administratifs : nouvelles approches du complexe monumental et civique de Vaison-la-Romaine
Caroline Lefebvre (IRAA)

12h – 12h30 : Étudier les comportements et les relations interpersonnelles sur les marchés athéniens : quelles perspectives méthodologiques
Louise Fauchier (HiSoMA)

12h30 – 14h30 : pause déjeuner

• Session 5 : Littérature

14h30 – 15h : Le verbe χυτλόω : une trace du vocabulaire médical dans la poésie grecque du IIIe siècle av. J.-C.
Emmanuelle Morel (HiSoMA)

15h – 15h30 : La création lexicale dans la poésie dramatique : étude des hapax dans l’œuvre d’Eschyle
Alexandra Kozak (HiSoMA)

15h30 – 15h45 : pause

15h45 – 16h15 : Du personnage à l’allégorie : quelques exemples significatifs du renouvellement des procédés de caractérisation dans le roman grec antique et byzantin
Jérôme Bastick (HiSoMA)

16h15 – 16h45 :La représentation du comportement du chien dans les sources cunéiformes de Mésopotamie : le cas des proverbes et des présages
Andréa Vilela (Archéorient)

Mercredi 28 mars

• Session 6 : Organisation de l’espace

9h15 – 9h45 : Les structures et les usages du front de mer péloponnésien ; une évolution présentée à travers d’études de cas
Alexandra Petavridou (HiSoMA)

9h45 – 10h15 : Paysage portuaire et « matérialisation de l’idéologie » à l’époque impériale romaine
Stéphanie Mailleur-Aldbiyat (HiSoMA)

10h15 – 10h45 : Dans et au-delà de l’enceinte monastique, l’organisation spatiale des monastères féminins de l’ordre des Chartreux
Mathilde Duriez (ArAr)

10h45 – 11h : pause

• Session 7 : Métiers

11h – 11h30 : La création lexicale dans les traités médicaux : globulus et pilula dans les Compositiones de Scribonius Largus (Ier ap. J.-C.), textes et realia
Jeanne Mathieu (HiSoMA)

11h30 – 12h : Métiers humbles et communauté chez Léonidas de Tarente
Claire-Emmanuelle Nardone (HiSoMA)

12h – 12h30 : Suse et l’Élam, un sujet d’étude pour l’archéomusicologie
Margaux Bousquet (Archéorient)

12h30 – 14h30 : pause déjeuner

• Session 8 : Techniques

14h30 – 15h : Les grecs avaient-ils du punch au Néolithique ?
Cécile Ménager (Archéorient)

15h – 15h30 : La céramique peinte à pâte claire de moyenne vallée du Rhône : marqueur économique, culturel et social
Cécile Moulin (HiSoMA)

15h30 – 15h45 : pause

15h45 – 16h15 : La production de céramique non-sigillée à Lezoux durant le Haut-Empire
Marjorie Riou (ArAr)

16h15 – 16h45 : Premières conclusions sur le faciès tardo-républicain du Latium septentrional
Lucie Motta (ArAr)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Colloque:Les femmes dans les chansons lyriques de croisade en langue vulgaire:Liège, Belgique, 1-2/03/2018

Les chansons lyriques de croisade constituent un corpus littéraire encore relativement peu étudié. La place des femmes est pourtant importante dans ces textes dont elles sont, avec la Terre sainte, un enjeu considérable : ce sont elles que l’on quitte, dans l’espoir, parfois ténu, d’un amour plus grand ; c’est vers elles que l’on part ou que l’on revient ; c’est leur souvenir qui accompagne le croisé. Source par elle-même d’importants bouleversements, l’entreprise de la croisade vient aussi réinterroger la place des femmes dans la société : leur fonction de régente sur les territoires du croisé, leur participation aux expéditions et à l’œuvre de salut chrétien, et leur éventuel affranchissement de la puissance masculine.

ANNONCE

Présentation

Les chansons lyriques de croisade constituent un corpus littéraire encore relativement peu étudié. La place des femmes est pourtant importante dans ces textes dont elles sont, avec la Terre sainte, un enjeu considérable : ce sont elles que l’on quitte, dans l’espoir, parfois ténu, d’un amour plus grand ; c’est vers elles que l’on part ou que l’on revient ; c’est leur souvenir qui accompagne le croisé. Source par elle-même d’importants bouleversements, l’entreprise de la croisade vient aussi réinterroger la place des femmes dans la société : leur fonction de régente sur les territoires du croisé, leur participation aux expéditions et à l’œuvre de salut chrétien, et leur éventuel affranchissement de la puissance masculine.

Programme

Jeudi 1er mars 2018

9h Accueil des participants

9h30 Ouverture du colloque

  • Annick Delfosse, Vice-doyenne à la Recherche à l’Université de Liège
  • Laure Fagnart, Directrice de l’Unité de recherche Transitions
  • Nadine Henrard, Présidente du Département de Langues et littératures françaises et romanes
  • Introduction par Marjolaine Raguin

Matinée sous la présidence de Gérard Gouiran

10h-11h

  • Danielle Buschinger (Université d’Amiens, France) Amour de la dame et amour de Dieu dans la chanson de croisade des pays de langue allemande
  • Wendy Pfeffer (University of Louisville, États-Unis d’Amérique) L’anneau en question : trois textes et une image en commun

Pause

11h30-12h30

  • Julien Maudoux (Université de Bordeaux, France) Les femmes dans les chansons de croisade : du lexique au discours
  • Elena Muzzolon (Università degli Studi di Padova, Italie) « Conment vivra cors seus ? ». La femme proche et lointaine dans les chansons de croisade

Déjeuner 

Après-midi sous la présidence de Linda Paterson

14h30-16h00

  • Angelica Rieger (RWTH Aachen University, Allemagne) Conon de Béthune entre oc et oïl 
  • Anne Ibos-Augé (Conservatoire de musique de Perpignan, France) « Se mes cors va servir nostre signour, pour çou n’ai pas bonne amour oubliee ». La lyrique de la croisade possède-t-elle une « voix musicale féminine » propre ?
  • Francesco Saverio Annunziata (Università Federico II di Napoli, Italie) L’elogio della dama e la propaganda crociata. Interferenze registrali in alcuni testi trobadorici relativi a Federico II di Svevia.

Pause

16h30-17h30

  • Meritxell Simó Torres (Universitat de Barcelona, Espagne) Les chansons de croisade chez les romanciers du XIIIe siècle
  • Marjolaine Raguin (Université de Liège, Belgique) Les voix de femmes dans les chansons lyriques de croisade : un écho de la prédication ?

Vendredi 2 mars 2018

8h30 Accueil des participants

Matinée sous la présidence de Danielle Buschinger

9h-10h30

  • Marie Guérin (Université Paris-Sorbonne, France) Et chascuns dit : « Ma fame, que fera ? ». Regards croisés sur la participation des femmes à la quatrième croisade
  • Emma Bahillo (Universidad de Valladolid, Espagne) La séparation des amants : émotions et voix féminines dans la chanson lyrique de croisade
  • Sophie Albert (Université Paris-Sorbonne, France) Hélène à la croisée des genres dans le manuscrit de Turin, Biblioteca Nazionale, L-II-14 (1311)

Pause

11h-12h30

  • Luca Gatti (Università di Parma, Italie) Les interférences attributives « du genre » dans la tradition des chansons lyriques à voix féminine en langue d’oïl
  • Patricia Gillies (University of Essex, Royaume-Uni) La croisade n’aura pas lieu: les femmes qui barrent le chemin dans les chansons de croisade de Bertran de Born 
  • Roy Rosenstein (The American University of Paris, France) Belle parleüre? Le statut de la chanson de croisade / chanson de femme R21

Déjeuner

Après-midi sous la présidence d’Angelica Rieger

  • 14h30-15h Earl Jeffrey Richards (Bergische Universität Wuppertal, Allemagne) La figure de de la guerrière dans Le ditié de Jehanne d’Arc de Christine de Pizan
  • 15h-16h Conférence de clôture Sophie Marnette (University of Oxford, Royaume-Uni) Voix de Femmes dans les textes médiévaux : Une approche narratologique et linguistique.

16h Conclusions et clôture officielle du colloque

LIEUX

  • Salle des Professeurs, Liège Université – 7 Place du 20-août
    Liège, Belgique (4000)

Pour plus d’informations: « Les femmes dans les chansons lyriques de croisade en langue vulgaire », Colloque, Calenda, Publié le mardi 20 février 2018, http://calenda.org/434599

 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Publication – C.H . Lawrence, « Le Monachisme médiéval. Formes de vie religieuse en Europe occidentale au Moyen Âge », trad. fr. Nicolas Filicic

Publication – C.H . Lawrence, « Le Monachisme médiéval. Formes de vie religieuse en Europe occidentale au Moyen Âge », trad. fr. Nicolas Filicic

Au IVe siècle, le monachisme fait une timide apparition en Occident, à la faveur des récits de pèlerins et d’évêques orientaux réfugiés en Europe. Quelques siècles plus tard, il occupe une place incontournable dans la société médiévale. L’ouvrage de C. H. Lawrence raconte le prodigieux essor de ce mouvement, ainsi que les nombreuses formes de vie religieuse auxquelles il a donné naissance.

Le moine, selon la célèbre Règle établie par saint Benoît au VIe siècle, partage sa journée entre la prière, le travail et l’étude. Mais la nécessité de gérer des monastères au patrimoine et aux revenus toujours plus importants, de répondre aux sollicitations des pouvoirs temporel et ecclésiastique, d’accorder une place aux femmes dans les maisons religieuses, ou encore de faire face à l’apparition de l’université obligèrent parfois les religieux à déroger aux exigences premières de la vie monastique. Au cours du Moyen Âge, de l’Irlande à l’Italie, les hommes et les femmes vouant leur vie au service de Dieu apportèrent de multiples réponses aux défis posés par ces évolutions. Ces réponses donnèrent naissance à autant de mouvements religieux (Cluny, Cîteaux, Grandmont, Sempringham… ; chanoines, templiers, frères prêcheurs…) dont C. H. Lawrence dresse un portrait saisissant de force et de vitalité.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Parution: Mathias Tranchant, « Les ports maritimes de la France atlantique (XIe-XVe siècle) », t. 1 : « Tableau géohistorique ».

C’est durant la seconde moitié du Moyen Âge que fut mis en place l’essentiel du dispositif portuaire de la France atlantique. Cette genèse s’inscrit dans le même rythme que les grands mouvements de croisance économique puis de crise qui ont marqué l’Europe occidentale à cette époque. Au cours des soixante dernières années, les médiévistes ont beaucoup étudié les sociétés littorales et avec elles les trafics, les marchandises et les navires, mais ils se sont peu préoccupés des espaces portuaires à partir desquels leurs activités étaient rendues possibles. Les cales et les quais, les bassins de stationnement, tous les dispositifs qui permettaient le service des vaisseaux sont passés sous leur regard, ce dernier restant fixé sur les horizons maritimes plus ou moins lointains du commerce et de la pêche. Les ports, considérés en tant que territoires à part entière et non pas comme de vagues appendices urbains ou de simples outillages du négoce, n’ont que très peu attiré l’attention. Il en va de même des efforts considérables consentis par les populations et les autorités publiques qui, face aux menaces d’érosion et d’envasement, ont voulu préserver les lieux dans lesquels les navires trouvaient refuge et par lesquels les denrées circulaient. Les ports sont en cela exceptionnels : ils ont parfois suscité, auprès de sociétés souvent enclines à renoncer devant la force des phénomènes naturels et des changements environnementaux, des réactions collectives de grande ampleur destinées à y résister. Fondé sur une somme significative de monographies produites depuis le XIXe siècle, portant sur les agglomérations maritimes et les provinces littorales, ainsi que sur un corpus important de sources nouvelles tirées des archives centrales, cet ouvrage entend rassembler et organiser nos connaissances relatives aux ports du XIe au XVe siècle. C’est un tableau géohistorique qui présente une vue d’ensemble de la cartographie portuaire de l’époque, en référençant quelque 620 sites. Il fournit de surcroît, dans un but utilitaire, une somme d’informations et de faits nécessaires aux recherches qui sont et seront conduites à leur sujet.

Table des matières : ici

1514986804

Mathias Tranchant est historien médiéviste, maître de conférences à l’université de La Rochelle. Spécialiste des sociétés littorales du Centre-Ouest, il a particulièrement travaillé sur leurs économies ainsi que sur les problématiques de risque maritime. Depuis quelques années, il focalise ses recherches sur les dynamiques des territoires portuaires de la France atlantique.

Informations pratiques :

Mathias Tranchant, Les ports maritimes de la France atlantique (XIe-XVe siècle), t. 1 : Tableau géohistorique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018 (Histoire). 15,5 x 24 cm, 264 p. Couleurs et N & B. ISBN : 978-2-7535-5533-4. Prix : 25,00 €.

Source : Presses universitaires de Rennes

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Appel à contribution: »Describe arborem ». Les trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de Saint Bonaventure, Paris, 13/04 [date limite:17/03]

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Une journée d’étude spécialisée, consacrée aux trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, aura lieu le 13 avril 2018.

« Confectionne dans ton esprit un arbre dont la racine est irriguée par une source au jaillissement perpétuel », « Examinez donc les feuilles de votre vigne, et gravez-les dans votre mémoire d’une manière ineffaçable ». Ainsi saint Bonaventure exhorte-t-il, dans le Lignum vitae et dans la Vigna mistica, son lecteur/auditeur à élaborer mentalement une trame arborescente à même de structurer son élévation spirituelle. Dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, les trames arborescentes, chargées de la symbolique mystique de l’arbre de vie que la culture textuelle et diagrammatique de l’arbre rencontre à partir du XIe siècle, opèrent tant comme des images de prolifération et de luxuriance que comme des formes signifiantes indispensables à la dévotion.

Au cours du XIIIe et du XIVe siècles, sur le modèle de saint Bonaventure, la culture franciscaine use abondamment du modèle répartiteur de l’arbre afin de graduer le parcours par lequel, en recherchant la similitude et la conformité à la souffrance du Christ, le fidèle s’adonne à l’enargeia compassionnelle qui l’habite. Un tel recours relève majoritairement de la nécessité que rencontrent les prédicateurs de mémoriser et de faire mémoriser leurs sermons à une foule d’auditeurs de plus en plus nombreux, en particulier dans les contextes urbain comme rural de l’Italie communale.

En tant qu’ouvrage majeur de la spiritualité franciscaine du XIIIe siècle, le Lignum vitae a fait l’objet de nombreux commentaires et de nombreuses études, qui s’attachent, le plus souvent, à son intertextualité scripturaire, à son efficacité parénétique ou encore à sa mise en image manuscrite puis monumentale. Pourtant, la spécificité de la trame arborescente que la littérature, la théologie et la méditation bonaventuriennes mettent en place, les modalités textuelles, graphiques et iconographiques de son efficacité heuristique, celle des procédés plastiques de son iconographie, l’exploitation de sa mise en musique ou encore la singularité des ressorts mnémotechniques qu’elle engage n’ont fait l’objet que de peu d’études intégrales de la part des spécialistes des structures arborescentes médiévales. Les autres ouvrages de saint Bonaventure ne sont, eux, presque jamais évoqués, alors que, bien souvent, ils amorcent – au moins – l’élaboration mentale d’une trame arborescente essentielle dans la pratique méditative. Nous voudrions notamment nous demander :

  • Quelle performativité et quelle opérationnalité la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure mobilisent-elles ?
  • Sur quoi repose leur considérable fortune, qui tend à écraser quantitativement une large partie des autres modèles de trames arborescentes ?
  • Comment faire l’exégèse, l’herméneutique et l’iconologie de telles trames arborescentes ? Selon quels présupposés méthodologiques, avec quelles implications théoriques ?
  • Quelle est la réception de ces trames, comment interagissent-elles avec les cultures dévotionnelle, méditative, rhétorique, musicale et diagrammatique locales ?

 

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 17 mars 2018.

Contacts :

Naïs Virenque : nais.virenque@univ-tours.fr

Antoine Paris : antoine7.paris@wanadoo.fr

Sergi Sancho Fibla : ssfibla@gmail.com

https://trarborescentes.sciencesconf.org/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Jeunes chercheurs en Histoire, Archéologie et Littérature du Moyen âge du Ciham-UMR 5648