[Visioconférence] Journée d’études, « les cryptes romanes et leur décor peint », Poitiers-CESCM, 29 avril 2021, 9h-17h30

Journée d’études organisée par le CESCM, sous la coordination de Marcello Angheben et Claire Boisseau
 

Date :  Jeudi 29 avril 2021 – 9h / 17h30

En visioconférence : lien de connexion

La journée se déroule en présentiel (Poitiers, hôtel Berthelot – 24 rue de la chaîne – salle Crozet), pour les étudiants de Master 1 Mondes médiévaux (séminaire Histoire de l’art II, coordonné par Marcello Angheben), sur inscription préalable :
marcello.angheben@univ-poitiers.fr, claire.boisseau@univ-poitiers.fr

Programme

• 9h – Accueil et présentation de la journée

• 9h30 – Christian Sapin (Directeur de recherche émérite CNRS, UMR Artehis, Auxerre-Dijon) : Architecture, fonctions et circulations

• 10h10 – Marcello Angheben (Maître de conférence en histoire de l’art, Université de Poitiers / CESCM) : Présentation des problématiques : les exemples italiens

10h50 – Pause

• 11h10 – Carolina Sarrade (Archéographe, ingénieure d’études, Université de Poitiers / CESCM) : La crypte de Saint-Savin : approche technique

• 11h50 – Claire Boisseau (Doctorante, Université de Poitiers / CESCM) : Comprendre les peintures de la crypte de Saint-Savin à la lumière du culte des saints

 

• 14h – Amaëlle Marzais (Doctorante contractuelle, Université de Tours / CESR, en codirection avec le CESCM) : La crypte de Tavant : architecture et décor peint

• 14h40 – Géraldine Fray (Conservatrice-restauratrice de peinture murale, EURL FRAY) : Bilan sanitaire de la crypte de Notre-Dame-la-Grande : une stabilité précaire

15h20 – Pause

• 15h40 – Claudine Landry (Docteure en histoire de l’art) : Le décor de la crypte de l’église Notre-Dame de Montmorillon

• 16h20 – Cécile Voyer (Professeure d’histoire de l’art, Université de Poitiers, CESCM) : Le décor peint de la crypte de la collégiale de Saint-Aignan-sur-Cher, une image de la confession

• 17h – Conclusions

Contacts :

marcello.angheben@univ-poitiers.fr

claire.boisseau@univ-poitiers.fr

Source : Carnets du CESCM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Térence Le Deschault de Monredon, « Autour d’une iconographie peu ordinaire sur la cheminée du Châtel de Theys : entre chevalerie, érotisme et alliance matrimoniale », 15 avril 2021, 17h30

Séminaire doctoral de Litt&Arts, Association Litthésarts

Lien Zoom : https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/j/95269099444?pwd=YXJtdExCZHh2U2ZtdXY4aDRQamRUQT09

Présentation de la conférence

Le Châtel de Theys est un édifice médiéval surprenant situé sur le balcon de Belledonne. Son décor peint, essentiellement connu par un petit groupe de spécialistes, se fonde sur le Perceval  de Chrétien de Troyes. Cependant, son analyse est plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Un point particulier de cet ensemble, situé sur la cheminée de la salle, est particulièrement difficile d’interprétation. L’iconographie visible à cet endroit ne peut être déchiffrée qu’en ayant recours à différentes sources : historiques, héraldiques, littéraires et iconographiques. Ce cas d’espèce sera l’occasion de suivre le raisonnement et la méthode, ayant permis de proposer une hypothèse d’interprétation pour une scène qui n’entrait pas dans la logique interprétative du reste du décor. Cette approche pluridisciplinaire est susceptible d’intéresser un large public et facilement accessible à des auditeurs non spécialistes en histoire de l’art.

Présentation du conférencier

Térence Le Deschault de Monredon est docteur ès lettres de l’université de Genève, historien de l’art médiéviste et conseiller pour le patrimoine auprès de la commune de Theys. Spécialiste des décors peints civils, il a publié un ouvrage intitulé « Le décor peint de la maison médiévale. Orner pour signifier en France avant 1350 (Paris, Picard, 2015) ». Après plusieurs années passées en tant que chercheur associé à l’Université autonome de Barcelone, il se consacre à présent à la sauvegarde et à la mise en valeur des peintures murales civiles médiévales en France, travaillant en collaboration avec des musées, des municipalités et des propriétaires privés.

Source : https://maigre.hypotheses.org/2069

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Guillaume Grillon, Jean-Pierre Garcia et Thomas Labbé, Vignes et vins de Talant. 800 ans d’histoire en Bourgogne, Dijon, Editions Faton, 2021, 144 p.

Vignes et vins de Talant

Présentation

À l’image de nombreux autres vignobles urbains, le vignoble de Talant est en plein renouveau. Avec la réhabilitation du cellier ducal dans les années 1980, la plantation d’une première parcelle sur le coteau de la Côte aux Ailles au début des années 1990 et la remise en vignes des Époutières en 2015, la Ville entend replacer ses vignes et ses vins sur le chemin de l’histoire.
À partir de documents d’archives inédits mais aussi des traces sur le terrain, cet ouvrage emmène le lecteur à la découverte du passé viticole de Talant, une ville nouvelle et fortifiée fondée sur les hauteurs de Dijon en 1208 par le duc de Bourgogne Eudes III. Avec 26 hectares de vignes, le domaine ducal de Talant constitue au Moyen Âge l’un des quatre grands vignobles produisant les vins bus à la cour de Bourgogne et offerts en cadeaux diplomatiques aux grands personnages du royaume. Si Talant a connu ses plus belles heures sous la dynastie des ducs Valois (1367-1477), c’est au xixe siècle que le vignoble talantais atteint sa plus grande extension, avec près de 190 hectares plantés en gamay en 1830 et 75 % des ménages qui se déclarent vignerons. Alors qu’ils auraient pu prétendre à devenir de grands climats, le Clos Meunier, le Clos Marosse ou encore le Clos Marchand ont été morcelés et délaissés pour finalement disparaître sous les habitations. Hormis les vins rouges et blancs, la production talantaise se distingue à la fin du Moyen Âge par le « galant de Madame », un vin cuit probablement aromatisé à la gentiane et particulièrement apprécié de la duchesse Marguerite de Flandre. Aujourd’hui, outre son bourgogne blanc du coteau de la Fontaine aux Fées, Talant a maintenant son crémant et bientôt un bourgogne rouge !

Source : Editions Faton via Artehis

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[A paraître] Céline Berrette (dir.), Les renaissances du château de Pontus de Tyard à Bissy-sous-Fley, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 2021, 125 p.

Le château et l'Žéglise de Châteauneuf (Côte-d'Or, au Moyen Âge

Présentation

Située au sud de la côte viticole chalonnaise, la maison forte de Bissy-sur-Fley est un exemple particulièrement bien conservé de manoir aristocratique de la fin du style gothique. C’est aussi le lieu où naquit il y a 500 ans le savant et poète Pontus de Tyard, qui aimait à s’y retrouver parfois avec ses amis humanistes.
Depuis 20 ans, une association de bénévoles réussit à préserver sa mémoire dans le respect de l’esprit de son temps : dans les décors, les jardins et dans sa fabuleuse vigne conservatoire.

Source : CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[A paraître] Philippe Durand (dir.), Le château du Cheylard (commune d’Aujac, Gard), « sentinelle des Cévennes », Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 2021, 484 p.

Le château et l'Žéglise de Châteauneuf (Côte-d'Or, au Moyen Âge

Présentation

À château exceptionnel, livre exceptionnel !
Sur son éperon culminant à 600 m d’altitude, le château du Cheylard domine et contrôle depuis 1211 la vallée de la Cèze. Sous l’impulsion de ses propriétaires passionnés, Marlène et Gilbert Léautier, les vestiges des XIIIeXVIIe siècles ont été patiemment restaurés, sans rien perdre de leur authenticité.
Philippe Durand a réuni une vaste équipe pluridisciplinaire, regroupant des chercheurs venus d’horizons plus ou moins lointains, pour étudier les pierres et les hommes. Ce livre, fruit d’une aventure humaine, éclaire l’histoire des Cévennes et apporte un nouveau fleuron à la connaissance castellologique.

Source : CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Bernard Gueugnon, Le château d’Alone-Toulongeon en Autunois, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 2021, 66 p.

Le château d'Alone-Toulongeon en Autunois

Présentation

Du château d’Alone-Toulongeon, à 15 km au sud d’Autun, il ne restait guère qu’une partie des douves en eau et quelques moignons de murs émergeant des broussailles, quand son propriétaire, auteur de ce livre, entreprit de l’aménager.
Le curage des fossés et l’aménagement d’un chemin contournant la butte ont fait apparaître le plan du château des XIIeXVIIe siècles réaménagé au XVIIIe siècle et entouré d’un jardin à la française. À la fin de l’Ancien régime, celui-ci passait pour être le plus beau de la région.
 Ce château a hébergé des personnages illustres : Antoine-II de Toulonjon époux de Françoise de Rabutin-Chantal, fille de sainte Jeanne de Chantal et tante de la marquise de Sévigné ; Gabrielle de Toulonjon épouse de Roger de Bussy-Rabutin et Charles Gravier de Vergennes, ministre de Louis XVI.

Source : CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Journée d’études « Le genre des savoirs : apprentissage et éducation dans l’histoire européenne de l’Antiquité à l’époque contemporaine », 16 avril 2021, 9h30-17h30

Quatrième journée des jeunes chercheurs du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC)
Présentation

Faisant suite aux éditions 2017, 2018 et 2019 consacrées respectivement à la norme, aux trajectoires individuelles et aux héritages culturels européens, la journée d’étude des jeunes chercheurs du CRHEC, le laboratoire d’histoire de l’université Paris-Est Créteil, revient pour une quatrième édition le 16 avril 2021 prochain, cette fois consacrée à la question du genre dans le monde de l’apprentissage et de l’éducation. Cette thématique sera traitée de l’Antiquité à l’époque contemporaine, et comprendra plusieurs interventions réparties en différentes sessions sur toute la journée.

Organisation

La journée, coorganisée par Iris Pupella-Noguès, Gabriel Redon et Marine Tesson (doctorant.e.s au CRHEC), aura lieu en visioconférence de 9h30 à 17h30.

Lien pour la visioconférence

Programme
  • 9h30 : accueil des participants
  • 9h45 : Introduction par Iris Pupella-Noguès (CRHEC)
  • 10h-10h30 : Marine Tesson (CRHEC), « Quelques réflexions sur l’évolution de l’éducation des femmes entre monde classique et Antiquité tardive ».
  • 10h30-11h : Amélie Belleli (Université de Limoges) « L’apprentissage chrétien au IVe siècle : Eustochium ou l’idéal féminin hiéronymien ».
  • 11h-11h15 : discussion et pause
  • 11h15-11h45 : Rafal Perkowski (Sorbonne Université), « Être une auteure de poèmes savants à la fin du Moyen-Âge. L’étude de passages sur l’astronomie dans l’œuvre de Christine de Pizan (1365-1430) ».
  • 11h45-12h15 : Lucie Jardot (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le couple princier dans les Pays-Bas bourguignons : miroir et modèle d’une éducation genrée de Philippe le Hardi et Marguerite de Flandre à Charles Quint et Isabelle de Portugal (1369-1539) ».
  • 12h15-13h30 : Discussion et pause déjeuner
  • 13h30-14h : Imyra Santana (Sorbonne université, IReMus), « Les femmes et l’apprentissage des instruments de musique au XVIIIe siècle ».
  • 14h-14h30 : Clarisse Tesson (CRHEC), « Jésus m’instruit dans le secret » : la mystique, accès des femmes au savoir théologique ».
  • 14h30-15h : Laurent Filliung (CRHEC), « Une mystique et ses formateurs en Lorraine allemande : Catherine Filliung ».
  • 15h-15h30 : Amélie Puche (Université d’Artois), « Forcer les portes des facultés : les femmes et l’enseignement supérieur en France à la fin du XIXe siècle ».
  • 15h30-16h : discussion et pause
  • 16h-16h30 : Arnaud Baubérot (CRHEC), “Le genre d’un non-savoir. La rubrique astrologique de Marie-Claire (1937-1940) ».
  • 16h30-17h : Franziska Seitz (CRHEC), « La non-mixité en contexte de formation des femmes migrantes des années 1970 à 1990 ».
  • 17h : conclusion générale de la journée et discussion par Gabriel Redon et Marine Tesson (CRHEC).
Source : Calenda

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Journée des doctorants, Centre Michel de Boüard-CRAHAM, 16 avril 2021, 14h-17h

Séminaire Histoire, archéologie et civilisations des mondes antiques et médiévaux M.1HI4A / M.2HRA2A
Coordination : Guillaume BLANCHET (Unicaen, Craham)
Programme :

Jean-Louis PARMENTIER (Unicaen, Craham), Rançon et rachat des captifs en Europe du Nord (VIIe-XIIe s.)

Alban GOTTFROIS (Unicaen, Craham), Le château de Caen, de la forteresse ducale à la caserne Lefebvre (XIe-XIXe s.) : étude architecturale, archéologique et historique

Thomas VERGINE (Unicaen, Craham), Salives (Côte-d’Or), Morphogenèse d’une agglomération d’origine castrale

Lien de visioconférence

Source : Craham

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] Publication d’éditions critiques ou traductions au MIDEO (limite : 30 mai 2021)

Dear Colleague,

I am writing to let you know that MIDEO —the Miscellanies of the Dominican Institute for Oriental Studies— is accepting, in addition to articles and book reviewscritical editions of primary texts in Arabic, Persian, and other languages relevant to understanding the intellectual history of Islamicate societies throughout the centuries. We also accept translations of such works into English or French.

As a non-commercial, internationally peer-reviewed research journal of Islamic studies, we consider critical editions and/or translations of any length, i.e. also those that might be either too long for commercial journals or too short for a book project. The deadline for submission for the next issue of MIDEO is May 31, 2021.

We would be delighted to receive your proposal. If you have any further questions, please do not hesitate to contact us.

With best wishes,

Dr. Dennis Halft, OP
Directeur de la publication / Editor / رئيس تحرير المجلّة

MIDÉO (Mélanges de l’Institut dominicain d’études orientales)
Secrétariat | 1 rue al-Ṭarābīchī | ʿAbbāssiyya B.P. 18 |
11381 Le Caire | Égypte
mideo@ideo-cairo.org

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] S. J. Shoemaker, A Prophet Has appeared : The Rise of Islam through Christian and Jewish Eyes. A Sourcebook, University of California Press, mars 2021.

Early Islam has emerged as a lively site of historical investigation, and scholars have challenged the traditional accounts of Islamic origins by drawing attention to the wealth of non-Islamic sources that describe the rise of Islam. A Prophet Has Appeared brings this approach to the classroom. This collection provides students and scholars with carefully selected, introduced, and annotated materials from non-Islamic sources dating to the early years of Islam. These can be read alone or alongside the Qur’an and later Islamic materials. Applying historical-critical analysis, the volume moves these invaluable sources to more equal footing with later Islamic narratives about Muhammad and the formation of his new religious movement.

Included are new English translations of sources by twenty authors, originally written in not only Greek and Latin but also Syriac, Georgian, Armenian, Hebrew, and Arabic and spanning a geographic range from England to Egypt and Iran. Ideal for the classroom and personal library, this sourcebook provides readers with the tools to meaningfully approach a new, burgeoning area of Islamic studies.

Table of Contents

Acknowledgments

Introduction 

1 The Teaching of Jacob the Newly Baptized 

2 Synodical Letter, Homily on the Nativity, and Homily on Epiphany
Sophronius of Jerusalem

3 A Syriac Fragment Concerning the Believers’ Invasion of Syria

4 Letter 14
Maximus the Confessor

5 Chronicle 
Thomas the Presbyter

6 The Armenian Chronicle of 661 attributed to Sebeos

7 The Spiritual Meadow, Appendix to the Georgian Version
John Moschus

8 Homily on the End-Times
Ps.-Ephrem the Syrian

9 Letter 14C
Isho?yahb III of Adiabene

10 Edifying Tales, Homily on the Lord’s Passion, The Hodegos, and Questions and Answers
Anastasius of Sinai

11 The Khuzistan Chronicle 

12 The Apocalypse of Rabbi Shim?on b. Yohai, The Secrets of Rabbi Shim?on b. Yohai 

13 Pirqe de-Rabbi Eliezer 30 

14 The Maronite Chronicle 

15 On the Holy Places 
Adomnán / Arculf

16 The Apocalypse of Ps.-Shenoute

17 The Book of Main Points 
John Bar Penkaye

18 Fourth Letter to John the Stylite
Jacob of Edessa

19 The Passion of Peter of Capitolias 
20 Excerpts from a Lost Seventh-Century Greek Source,
The Chronicle of Theophanes, The Chronicle of Agapius,
The Chronicle of Michael the Syrian, and The Chronicle of 1234

About the Author

Stephen J. Shoemaker is Professor of Religious Studies and Ira E. Gaston Fellow in Christian Studies at the University of Oregon. He is a specialist on early Christian apocrypha, devotion to the Virgin Mary, and the rise of Islam. He is the author of The Death of a Prophet, The Apocalypse of Empire, and Mary in Early Christian Faith and Devotion, among many other publications.

https://www.ucpress.edu/book/9780520299610/a-prophet-has-appeared#about-author

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[APPEL À CONTRIBUTION] Dominer la nature, naturaliser les dominations. Quelle est la nature de la nature? Université paris I, 2/3 novembre 2021. Date limite 24/05/2021

Argumentaire :

La naturalisation d’un phénomène social est, dès l’Antiquité, une stratégie utilisée par certains groupes sociaux pour imposer des rapports de domination : c’est par exemple le cas de la réification des esclaves. Cependant, les éléments associés à la « nature », et la définition même de ce qu’est la « nature », changent selon les contextes et les configurations sociales. Nous souhaitons interroger ces usages des catégories « naturelles », ainsi que le double-sens du mot « nature » : elle est à la fois un espace opposé aux espaces culturels, et une identité perçue comme intrinsèque aux individus. Nous nous intéressons tout particulièrement aux liens qui sont parfois faits entre ces deux définitions dans un but de contrôle social, ainsi qu’à la remise en cause de ces phénomènes.

 

La naturalisation des dominations sociales est un phénomène connu, qui s’applique notamment dans le champ de la classe, du genre et de la race. En attribuant des caractéristiques physiques à la pauvreté, en identifiant le sexe avec le genre et en leur attribuant des caractéristiques sociales[1], ou en créant une division ethnique de la société autour de la race, de nombreux phénomènes de domination ont été rendus évidents en les biologisant. De la même manière, la constitution d’une identité collective pour un peuple (l’ethnogenèse et les récits des origines étudiés par Magali Coumert[2]) a pu contribuer à rendre évidente, naturelle, l’organisation de nombreuses sociétés. Si ces phénomènes sont connus, leurs critiques et leurs remises en cause sont également d’un grand intérêt pour analyser leur construction.

 

Le mouvement inverse, mais complémentaire du premier, est celui de la domination de l’environnement, en créant une « nature » radicalement différente de la sphère humaine (la « culture »). Par cette différence, il est devenu concevable de s’extraire de la nature, et donc de pouvoir l’exploiter à des fins productives. Cette différence a été construite par des discours (Descartes qui fait l’homme « comme maître et possesseur de la nature »), mais aussi par des pratiques comme la cartographie, analysées en histoire ou en géographie[3]. Ce « grand partage », remis en cause dès les travaux de Philippe Descola[4], puis par la crise écologique et les questionnements sur l’impact de l’humanité, a également été mis au service des catégories sociales dominantes.

C’est le croisement entre ces deux analyses (naturalisation des dominations sociales, domination naturalisée sur l’environnement) qui nous intéresse tout particulièrement. Sa remise en cause dans le champ scientifique, dans le sillage des questionnements politiques sur l’intersectionnalité des luttes à partir des années 1990, s’est d’abord porté sur la domination de l’Occident hors d’Europe lors de la colonisation, où la domination sur les corps a permis de justifier l’exploitation d’une nature construite comme vide, ce que montre bien Sylvia Federici[5]. Cependant, de nombreux aspects de cette construction croisée restent à analyser, notamment la production de discours justificatifs, la construction du cadre juridique permettant cette domination, ou la concrétisation des rapports de force. On peut aller jusqu’à évoquer aussi des résistances à ces dominations, voire un retournement de la logique de naturalisation en faveur de l’émancipation des dominé.e.s : les écoféministes, tout en dénonçant la naturalisation ⋅ ⋅ des femmes par le patriarcat, cherchent à se réapproprier la nature et à construire une autre forme de rapport à elle. Il peut également être intéressant de s’intéresser à certaines figures jouant avec ces frontières (comme celle de François d’Assise, qui remet en cause tant la domination sociale de l’institution cléricale qu’humaine sur la nature), ou à des moments qui cristallisent ces conflits (l’esclavage, la crise des enclosures analysée par Thompson[6]…).

 

Afin de donner plus d’ampleur à cette analyse croisée, nous voulons ouvrir ce colloque à des chercheuses et chercheurs de toutes les périodes historiques et de toutes les sciences humaines (notamment des géographes et des anthropologues). Les thèmes déjà évoqués offrent une base de propositions, mais nous sommes ouvert.e.s à toute communication qui aborderait ces problématiques générales sous un autre angle. Le choix de proposer ce colloque pendant les vacances scolaires est aussi une invitation à la participation de collègues en poste dans le secondaire, afin de diversifier les profils des participant.e.s et d’enrichir les discussions.

 

Afin de diversifier le type d’interventions et de permettre des discussions plus variées sur ce sujet, nous acceptons aussi bien des interventions classiques (20 minutes de prise de parole, 10 minutes de question), que des propositions d’ateliers plus personnalisés, pouvant être animés par un.e ou plusieurs doctorant.e.s, et prendre des formes variées (pour une durée de 30 minutes). La proposition de communication ou d’atelier devra faire une page maximum, et être envoyée avant le lundi 24 mai à l’adresse : colloquenature@protonmail.com.

Les réponses seront données aux candidat-e-s fin juin et le colloque se tiendra au Campus Condorcet, Centre des Colloques, les 2 et 3 novembre 2021.

[1] HÉRITIER Françoise, Masculin/Féminin I. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996 ; HÉRITIER Françoise, Masculin/Féminin II. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002.

[2] COUMERT Magali, Origines des peuples. Les récits du haut Moyen Âge occidental (550-850), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2007.

[3] RETAILLÉ Denis, « Cartographie, quadrillage et ordre sédentaire », L’Information géographique, 2013/4 (Vol. 77), pp. 88-108.

[4] DESCOLA Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

[5] FEDERICI Sylvia, Caliban et la sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive, Genève, Entremonde, 2014.

[6] THOMPSON E.P., La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, Paris, La Découverte, 2014 [1975].

Comité d’organisation

Justine Audebrand (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP)

Jonas Matheron (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, SIRICE)

Hugo Vidon (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP)

Comité scientifique

Geneviève Bührer-Thierry, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Jean-Pierre Devroey, Université Libre de Bruxelles

Catherine Larrère, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Marylène Patou-Mathis, CNRS rattachée au Muséum National d’Histoire Naturelle

Lien de l’argumentaire : https://lamop.pantheonsorbonne.fr/actualite/dominer-nature-naturaliser-dominations 

 

[Appel à contribution] Table ronde « Convertir un lieu ». Jeudi 10 et vendredi 11 mars 2022, Université Côte d’Azur (Nice). Date limite : 20 septembre 2021

Le Programme Espace et Religieux, programme de recherche informel lancé en novembre 2021 dans le cadre de réflexions doctorales et adossé à des UMR, organise une première table ronde à l’université Côte d’Azur les 11 et 12 mars 2022. Ce programme vise à développer et à rendre visibles les travaux de jeunes chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales autour des notions d’espace et de religieux. Afin de promouvoir des échanges sur la longue durée, cette première Table ronde à Nice sera suivie d’une prochaine rencontre à Paris en mars 2023.

Appel à communications :

En France, l’intérêt des sciences humaines et sociales pour l’espace comme entrée et objet d’analyse pertinents, croissant depuis les années 1980 (le « tournant spatial »), est désormais généralisé. Les études portant sur les spatialités des sociétés se multiplient, notamment en ce qui concerne l’analyse des faits religieux. En histoire et en archéologie, c’est d’abord pour la période médiévale et l’étude du christianisme que s’est développée une réflexion sur la construction de l’espace appuyée sur des notions d’anthropologie (Congrès de la SHMESP, 2007). Plus récemment, une géographie des faits religieux s’est constituée en une branche distincte de la géographie culturelle, mobilisant des concepts sociologiques et anthropologiques (Dejean, Endelstein, 2013). En sociologie et en anthropologie des religions, le terrain d’enquête n’est plus seulement décor mais paysage des expériences et des représentations (Obadia, 2015). Face à cet intérêt pour les rapports entre l’espace et le religieux, la Table ronde des 10-11 mars 2022, intégrée au programme Espace et Religieux, se voudrait être une occasion de dialogue entre les disciplines. La thématique choisie est celle de la conversion de l’espace. Fortement transversale, elle fait écho à d’importantes dynamiques religieuses de l’histoire, inévitablement associées à des mécaniques socio-politiques. La conversion des lieux renvoie du reste à des considérations contemporaines : visibilité religieuse dans l’espace ou enjeux patrimoniaux (Sainte Sophie à Istanbul). 

            Nous nous intéresserons ici à la notion de conversion dans sa dimension religieuse, soit l’adoption de nouvelles croyances par un individu ou un collectif, de manière forcée ou volontaire (Azria, Hervieu-Léger, 2010). Puisque l’humain est spatial (Lussault, 2007), la conversion des hommes et des femmes doit s’envisager dans des lieux et des territoires. Bien qu’abordés par différents groupes de recherche, tels que le programme en histoire POCRAM, les questionnements sur la conversion de l’espace restent limités par leurs cadres disciplinaire, chronologique et/ou géographique. Cette journée d’étude entend décloisonner la réflexion en invitant des chercheurs, jeunes ou confirmés, de tout horizon disciplinaire au sein des sciences humaines et sociales. Chaque participant sera invité à expliciter ses démarches et ses modèles, afin de permettre d’éventuels transferts entre disciplines. Toutes les « religions » peuvent être envisagées : les trois monothéismes (judaïsme, christianisme et islam), les polythéismes (historiques tels que le panthéon grec et actuels tels que l’hindouisme) et d’autres expressions spirituelles (bouddhisme, animisme, totémisme). Le « lieu » d’inscription des faits religieux peut renvoyer à des espaces anthropiques ou naturels (Unesco, 1998), abstraits ou matérialisés, et être étudié à différentes échelles et à travers différents types de représentation. Aucune limite géographique ou historique (de la Préhistoire à nos jours) n’est imposée.

            Nous voudrions inviter à réfléchir à la conversion de l’espace du point de vue des acteurs (politiques, religieux, économiques), de leurs motivations et des moyens mis en œuvre, et à ses conséquences socio-spatiales. Des distinctions seraient à opérer dans le processus entre des religions universalistes et missionnaires et des religions non englobantes. La conversion de l’espace peut se traduire par une modification matérielle du paysage (édification de lieux de culte, mise en scène de symboles) ; par des rituels ou mobilités « territorialisant » la religion (Bonnemaison, 1992) ; par l’adoption d’une autre conception de l’espace sacré (Nordeide, 2013) ; par la gestion des co-spatialités dans le cas d’une coexistence religieuse ; par l’instauration de nouvelles dénominations (toponymes, substantifs désignant l’espace religieux) ; par la théorisation et l’institutionnalisation des lieux religieux par des discours normatifs ; par l’évolution des représentations autour des cultes inscrits dans l’espace (patrimonialisation, sécularisation). Les questions de continuité ou de temporalité (moment de la conversion ou processus sur la longue durée) offrent également matière à réflexion. Ces différents phénomènes permettent in fine d’interroger la nature spatiale de la conversion : existe-t-il des transitions religieuses s’opérant sans conséquences territoriales, ou la conversion religieuse est-elle fondamentalement spatialisée ? 

Dans cette optique, les propositions pourront s’insérer dans l’un des trois axes suivants : 

  1. Convertir un lieu pour lui donner un sens religieux.  
  2. Convertir un lieu pour inscrire une norme religieuse différente de celle qui était auparavant liée à ce lieu.
  3. Convertir un lieu afin d’effacer ou d’occulter sa dimension religieuse. 

Les propositions de communication (résumé et titre) ne devront pas dépasser 500 mots et seront accompagnées de renseignements (situation institutionnelle, domaine de recherche). Nous attendons vos propositions avant le 20 septembre par mail à l’adresse suivante : peer.collectif@gmail.com

Bibliographie indicative 

  • Bonnemaison J., « Le territoire enchanté. Croyances et territorialités en Mélanésie », Géographie et Cultures, 3, 1992, p. 71-88. 
  • Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, Actes des congrès de la SHMESP, 37ᵉ congrès tenu à Mulhouse, Publications de la Sorbonne, Paris, 2006. 
  • Dejean F., Endelstein L., « Approches spatiales des faits religieux. Jalons épistémologiques et orientations contemporaines », dans Carnets de Géographes, 2013. 
  • « Conversion », dans R. Azria, D. Hervieu-Léger (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Presses Universitaires de France, Paris, 2010, p. 188-190. 
  • Nordeide S. W. (dir.), Sacred Sites and Holy Places: Exploring the Sacralization of Landscape through Time and Space, Brepols, Turnhout, 2013.
  • Obadia L., « Spatial turn, beyond geography: a new Agenda for sciences of religion? », International Review of Sociology, 25:2, 2015, p. 200-217. 
  • Poutrin I., « Changement de décor. La conversion des lieux de culte », Conversion/Pouvoir et religion, 3 novembre 2014. En ligne : http://pocram.hypotheses.org/429    
  • Les Sites sacrés naturels, Symposium Unesco, Paris, France, 22-25 septembre 1998. 
  • Scheid J., De Polignac F., « Qu’est-ce qu’un “paysage religieux” ? Représentations cultuelles de l’espace dans les sociétés anciennes », Revue de lhistoire des religions, 2010/4, p. 427-434.

Comité d’organisation
Manon Banoun, doctorante, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ArScan
Angela Baranes, doctorante, Université Côte d’Azur, CEPAM ; Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ArScan

Comité scientifique
Marie-Pierre Ballarin, historienne chargée de recherche à l’IRD ; Université Côte d’Azur, URMIS
Manon Banoun, doctorante, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ArScan
Angela Baranes, doctorante, Université Côte d’Azur, CEPAM ; Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ArScan
Lucine Endelstein, géographe chargée de Recherche CNRS, Université Toulouse Jean-Jaurès, LISST
Michel Lauwers, PU en histoire médiévale, Université Côte d’Azur, CEPAM
Anne Nissen, PU en archéologie médiévale, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ArScAn

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à contribution] Arabic Pasts: Histories and Historiographies, Londres, oct. 2021 (lim. 19 av. 2021)

Institute for the Study of Muslim Civilisations

This annual exploratory and informal workshop offers the opportunity to reflect on history writing in Arabic. We encourage contributions focused on methodologies, research agendas, and case studies that investigate history writing in the Middle East and North Africa in any period from the seventh century to the present.

We are interested in papers that consider the practical and conceptual challenges of working on history writing in the region. Papers might elucidate the following sorts of questions:

  • Through what practices of writing or otherwise encoding the past, and of remembering and forgetting, have different groups in the Middle East and North Africa viewed their pasts? At different times and places, how have the significant contours, events and actors in their histories been seen? Was the significant past the same for court historians as for literary historians; for bureaucrats as for the military; for Sufis as for Muslim lawyers and Traditionists?
  • How did non-Muslims and Muslims, men and women, adherents of different sectarian or juristic traditions, or speakers of different languages, within societies that became “Islamic” imagine the shape and meaning of their specific societies’ own pasts, and their relation to the universal history of the Islamic community?
  • How have urban and rural people, workers and peasants, the religiously educated and the technocratic elite, developed different ways of writing, remembering, or commemorating particular events in, or the broad sweep of, local, national, or “Islamic” history?
  • In what ways do educational institutions, museums, media organisations and proponents of heritage use history writing in Arabic to shape loyalties and senses of belonging in the Middle East, North Africa, and Europe?
  • How can digital methods now enhance or change our understandings of the past? What additional information and perspectives do they offer?

Contributions are invited from scholars at all career levels, addressing any period and any part of the Middle East and North Africa, broadly defined.

This year we anticipate running the workshop from the Aga Khan Centre in London (subject to UK government guidelines on travel), with the possibility to have an online component featuring participants who are unable to travel to the UK. As in past years, there is a small budget to provide some travel assistance for scholars outside of London.

 

Date

The workshop will take place on 7 and 8 October 2021.

Organisers

Arabic Pasts is co-organised by Sarah Bowen Savant (AKU-ISMC), Hugh Kennedy (SOAS University of London) and James McDougall (University of Oxford).

Submission

Please submit an abstract of 300 words or less by 19 April to ArabicPastsConf@aku.edu.

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] 15 avril 2021. Noms, parenté, migrations : la lente évolution du système anthroponymique durant le Moyen Âge occidental – Prochaine séance du séminaire Nommer les Hommes dans les mondes anciens (Laboratoire HiSoMA)

Le 15 avril 2021 en webinaire, de 17h à 19h, aura lieu la prochaine séance du séminaire Nommer les Hommes dans les mondes anciens organisé par le laboratoire HiSoMA.

La séance, intitulée « Noms, parenté, migrations : la lente évolution du système anthroponymique durant le Moyen Âge occidental » sera assurée par Bruno Dumézil (Sorbonne Université) et Arnaud Lestremau (Lycée Paul Eluard, Saint-Denis, LAMOP).

Lien de connexion et page du séminaire sur le site du laboratoire HiSoMA.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Frédérique Le Nan, Poétesses et escrivaines en Occitanie médiévale. La trace, la voix, le genre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 272 p.

Dix-sept poétesses ont composé en Occitanie médiévale entre 1170 et 1240 des pièces lyriques, des lettres et des débats. Pour autant nous ne détenons de cet âge d’or, antérieur à la Croisade des Albigeois, que des fragments épars, des pièces isolées, des capitales ornées et de rares notations musicales. Ces poétesses composèrent en langue d’oc, une langue de culture relativement homogène. Leur appartenance à la noblesse, leur éducation et la liberté probable dont elles jouissaient les y disposaient.

Avec le soutien de l’université d’Angers
Introduction et sommaire sur le site de l’éditeur, PUR
Source : PUR

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Tristan Martine, Jessika Nowak et Jens Schneider (éd.), Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques (IXe-XIIIe siècle), Paris, Editions de la Sorbonne, 2021, 244 p.

Présentation

De la fin du IXe au XIIIe siècle a lieu en Occident un processus de séparation des pouvoirs aristocratiques laïques et ecclésiastiques, en lien avec la réforme grégorienne, tandis que l’on assiste également à un phénomène de spatialisation, puis de territorialisation, du pouvoir. Si ces thématiques sont au cœur de nombreuses recherches actuelles, les chercheurs francophones et germanophones les comprennent très différemment. Ainsi, à l’inverse des Français, les Allemands ne se sont quasiment pas, après 1945, intéressés aux problèmes spatiaux : le terme allemand Territorialisierung, qui recouvre l’idée que le pouvoir des aristocrates ait pu être fondé sur un principe territorial et reposer sur des espaces aux frontières plus ou moins bien définies, n’est utilisé que pour décrire des phénomènes à partir de la fin du XIIe siècle.

Ce volume réunit donc les textes de jeunes chercheurs et chercheuses issus des deux rives du Rhin afin de comparer ces approches à partir de l’étude de l’élaboration de nouveaux modèles de domination spatiale dans les royaumes de France et de Germanie. Ils s’intéressent de manière concrète à l’intrication des espaces laïques et ecclésiastiques, aux formes et aux enjeux des zones d’interface entre ces deux mondes, aux conflits et aux interactions résultant de leurs délimitations. Cela doit permettre de dépasser les traditions historiographiques nationales pour susciter de nouvelles approches comparatistes et ainsi créer les conditions d’un dialogue renouvelé.

Sommaire

Avant-propos – Discussions entre voisins. Espace, concept et expérience de l’espace selon les perspectives des médiévistes français et allemands/Gespräche unter Nachbarn. Raum, Raumbegriff und Raumerfahrung aus Perspektiven der französischen und deutschen Mediävistik
Tristan Martine, Jessika Nowak, Jens Schneider

Introduction. Ecclesia et spatialisation des rapports sociaux
Michel Lauwers

Aspekte der Konstituierung von Rechtsräumen
Caspar Ehlers, Tristan Martine, Jessika Nowak, Jens Schneider

Première partie. DES MODÈLES ET DES MOTS : LES ENJEUX DE LA DOMINATION SPATIALE

Des structures domaniales aux territoires ecclésiaux ? Entités spatiales et dynamique du processus de spatialisation dans les actes diplomatiques (VIIe-XIIIe siècles)
Nicolas Perreaux

Recht und Raum zwischen Karolinger- und Ottonenzeit. Zum Sendhandbuch des Abtes Regino von Prüm
Felix Grollmann

Des dominations désincarnées ? Dépendants et dépendantes entre l’abbaye de Maroilles et la seigneurie d’Avesnes au milieu du XIIe siècle
Nicolas Schroeder

Imitatio episcopi ? Le rôle des évêques dans l’émergence de seigneuries laïques polarisées en Lotharingie méridionale (Xe-XIe s.)
Tristan Martine

Deuxième partie. INTRICATION DES ESPACES LAÏQUES ET ECCLÉSIASTIQUES

Implantations prieurales et enjeux territoriaux aux confins de la Bretagne et de l’Anjou (XIe-XIIe siècles)
Jérôme Beaumon

La seigneurie ecclésiastique de Saint-Étienne de Troyes. Approches d’un espace non territorialisé (XIIe-XIIIe siècles)
Thomas Lacomme

Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques en Vermandois occidental (XIe-début XIIe siècles) : complémentarités et distinctions. Le cas du Mont-Saint-Quentin
Paul Chaffenet

Terre d’Église puis seigneurie laïque en Bretagne : l’exemple de Rannée/La Guerche (XIe-XIIIe siècles)
Julien Bachelier

Troisième partie. INTERFACES, CONFLITS ET TENSIONS

Die Integration Burgunds in das Kaiserreich. Eine Analyse der Netzwerke burgundischer Bistümer
Lisa Klocke

Conflits spatiaux et territorialisation seigneuriale. La famille de Lusignan et les espaces ecclésiastiques
Clément de Vasselot de Régné

Die Bischöfe von Verden in ottonischer Zeit. Bischöfliches Agieren in Räumen geistlicher und weltlicher Macht
Tobias P. Jansen

Entre diocèse et seigneurie ecclésiastique. Remarques sur l’espace épiscopal en Gévaudan (XIe-XIIe siècles)
Fernand Peloux

Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques. Définitions, modèles et conflits en zones d’interface (IXe-XIIIe siècles). Éléments de conclusion
Florian Mazel

Index des lieux

Index des personnes

Résumés

Les auteur·e·s

 
Source : Editions de la Sorbonne

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journées d’étude] Les structures matérielles de la route médiévale, 30 mars-31 mars 2021 [visioconférence]

Journées d’étude CIHAM-ARCHÉORIENT dans le cadre du projet Marges et avant-postes soutenu par la MSH de Lyon St-Étienne.

Coordination

Yassir BENHIMA, Sophie GILOTTE, Marie-Odile ROUSSET

Avec les interventions de :

Damien MARTINEZ, Camille RHONÉ-QUER, Christophe GIROS, Bérangère REDON, Maël CRÉPY, Louis MANIÈRE, Julie MARCHAND, Jean-Michel MOUTON, Marie-Odile ROUSSET, Zacharie MOCHTARI DE PIERREPONT, Éric VALLET, Franck BRECHON, Stéphane BOISSELLIER, Yassir BENHIMA, Alain KERSUZAN, Élodie VIGOUROUX

Lien pour assister aux journées : https://us02web.zoom.us/j/81558227748?pwd=a0VRVTBlWHVUSlhtMndyZnhscWtwQT09
Programme complet
Affiche
Source : CIHAM

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journée d’étude] NORÉCRIT, Pratique de l’écrit dans la Normandie médiévale, vendredi 9 avril 2021, 9h45-17h [En ligne]

Norécrit

Séminaire Érudition et numérique

Cette journée se déroulera sur Zoom : https://bit.ly/30Otc2Z

Programme :

 

9h45-12h45

Introduction, Grégory COMBALBERT

PRATIQUES DE L’ÉCRIT ET VITALITÉ ÉCONOMIQUE. LES COUTUMIERS DE VILLES ET DE PORTS

  • Lény RETOUX et Laurence JEAN-MARIE (Unicaen, Craham), Une édition numérique de coutumiers urbains. Enjeux, choix d’encodage et perspectives

BIBLIOTHÈQUES ET PRODUCTIONS MONASTIQUES

  • Louis CHEVALIER (Unicaen, Craham), L’édition critique numérique des sources liturgiques du Mont Saint-Michel
  • Stéphane LECOUTEUX (Unicaen, Craham), Les notices des manuscrits du Mont Saint-Michel non conservés à Avranches. L’exemple des manuscrits de Figeac et de Vendôme
  • Stéphane LECOUTEUX (Unicaen, Craham), L’étude matérielle des manuscrits anciens du Mont Saint-Michel produits au XIesiècle. Interprétation des résultats
  • Catherine JACQUEMARD (Unicaen, Craham), Objectifs, contraintes et outils pour l’édition numérique de compilations médiévales (collections des manuscrits montois, Avranches, BM, 235 et Vaticano, BAV, Vat. lat. 9668)

14h-17h

L’ADMINISTRATION PAR L’ÉCRIT DU DIOCÈSE DE ROUEN AU XIIIeSIÈCLE

  • Lise LEVIEUX et Élisabeth LALOU (Université de Rouen Normandie, Grhis · EA 3831), Autour d’Eudes Rigaud. Transcription et encodage d’un registre de visites pastorales du XIIIesiècle
  • Émeline MANCEL (CNRS, Craham), Le registre des églises du diocèse de Rouen et sa valorisation en XML-TEI. Choix et enjeux d’encodage
  • Émeline MANCEL (CNRS, Craham), Édition critique et numérique des actes des archevêques de Rouen (1231-1275). Première approche du corpus

APPROCHE TRANSVERSALES
LA CRÉATION D’UN LABORATOIRE NUMÉRIQUE RÉGIONAL DE SOURCES ANCIENNES

  • Marie BISSON (Unicaen, MRSH, pôle Document numérique [PDN], Craham), Anne GOLOUBKOFF et Pierre-Yves BUARD (Unicaen, MRSH, PDN), La création d’un laboratoire de textes. L’expérience Norécrit en contexte

 

Le RIN NORÉCRIT Aux sources de la Normandie. Pratiques docu- mentaires dans la Normandie médiévale, 2018-2021, est financé par la Région Normandie. Resp. Laurence Jean-Marie et Grégory Combalbert (Unicaen, Craham).

Source : Craham

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Haude Morvan, « Sous les pas des frères ». Les sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle », Rome-Paris, Ecole française de Rome, 2021 (Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, 389), 300 p.

BEFAR 389-Morvan-copertina-FB

Présentation

Ce livre aborde l’art funéraire du XIIIe siècle par un biais original. Il s’intéresse à la manière dont les Frères Prêcheurs et Mineurs ont traité les sépultures de papes et de cardinaux dans leur discours, à la fois littéraire et monumental, entre 1250 et 1304. L’analyse des tombes de prélats situées dans des églises mendiantes, réparties entre l’Italie et la France, révèle une intervention des frères dans les choix d’emplacement, de forme et d’iconographie. Il ressort ainsi de l’enquête que les Frères Prêcheurs ont eu une politique de leur espace davantage planifiée que les Frères Mineurs, puisqu’ils n’acceptèrent dans le chœur de leurs églises que les sépultures de prélats appartenant à l’ordre, surmontées d’une plate-tombe. De leur côté, les Frères Mineurs ont construit un discours original sur leur rôle dans l’accompagnement des mourants, à la fois dans l’iconographie et dans la littérature homilétique. Enfin, ce livre accorde une place importante aux procédés mis en œuvre par les mendiants pour « créer » des saints parmi les prélats qui étaient issus de l’ordre ou qui en étaient des bienfaiteurs.

Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur
Version en ligne OpenEdition Books

 

Source : Ecole française de Rome

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

Jeunes chercheur.es en Histoire, Archéologie et Littérature du Moyen Âge du Ciham-UMR 5648

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search