Appel à contribution:Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique[délai:06/01/2019]

Chères et chers collègues,

L’association Diachronies contemporaines, vouée à la promotion du travail des jeunes chercheurs en linguistique historique, organise cette année les Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique. Ce colloque se tiendra le 06/06/2019 à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Des actes numériques et éventuellement papier seront édités. Vous trouverez l’appel à communication en pièce jointe ainsi que sur la page de l’événement

Nous encourageons, évidemment, à la plus large diffusion de cette information ! 

Cordialement,

Au nom de l’association Diachronies contemporaines,

A. Pinche, P. Plocharz, T. Premat, V. Surrel et F. Zuk.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Trames arborescentes, éthique et pratique des trames arborescentes, Paris, 19/11

19 novembre 2018
Bibliothèque interuniversitaire de Santé, 12 rue de l’Ecole de Médecine, Paris 5eme

Programme

  • 9h00 : Accueil des participants et programme de la journée, Naïs Virenque, Sergi Sancho-Fibla et Florian Violon
  • 9h30 : Evaluer un arbre décisionnel en médecine : les controverses de l’algorithme de Han, Florian Violon, CHU de Nancy, Université de Lorraine
  • 10h00 : Pause
  • 10h15 : Les arbres décisionnels détournés aux urgens : de l’incitation à l’économie de pensée à l’intégration dans la pensée médicale, Océane Fiant, Université de Nantes
  • 10h45 : Transmission des savoirs et arbres décisionnels : réflexion philosophique sur la place du doute et de l’incertitude dans l’art médical et son apprentissage, Laetitia Marcucci, Université de Nice Sophia Antipolis
  • 11h15 : Questions
  • 12h00 : Déjeuner
  • 14h00 : Trames arborescentes en anthropologie biologique, Caroline Polet, Institut royal des sciences naturelles de Belgique, Rosine Orban, Université Libre de Bruxelles
  • 14h45 : Question
  • 15h00 : Pause
  • 15h15 : Les arborescences en droit : l’ambiguïté d’une (in)utilisation scientifique, Nicolas Paris, Université de Bourgogne-France-Comté
  • 15h45 : L’arbre et la visualisation de la jurisprudence des droits d’auteur, Audilio Gonzalez Aguilar, Université de Montpellier I
  • 16h15 : Questions
  • 16h45 : Conclusions et clôture de la journée

Source : http://www.medecine.parisdescartes.fr/content/uploads/2018/10/Programme-JES-TA-Me%CC%81decine-droit-anthropologie.pdf

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Colloque:Les mondes des bergers – XIIe XVe siècle:18/10/2018, université Grenoble-Alpes

Bergers et bergères sont des personnages récurrents de la littérature médiévale. Du XIIe siècle à la fin du XVe siècle, le motif pastoral s’épanouit dans le paysage littéraire et artistique et devient peu à peu incontournable. Il se rencontre de plus en plus fréquemment dans les poèmes, textes narratifs et pièces de théâtre, mais également dans les écrits scientifiques tels que les traités agronomiques, notamment le Bon berger de Jean de Brie.
Toutefois, la figure du berger n’est pas univoque : certains mènent une existence paisible dans un cadre éloigné du reste du monde, des rituels de cour comme du chaos des champs de bataille. D’autres sont au contraire exposés à une violence explicite : les viols sont très présents dans les pastourelles françaises, de même que la guerre, dans le Pastoralet de Bucarius, par exemple, ou dans les bergeries, ces pièces destinées aux entrées princières.


La journée d’étude « Les mondes des bergers, XIIe – XVe siècles » entend ainsi explorer cet univers pastoral comme lieu de tensions et d’affrontements, entre nature et civilisation, monde paysan et monde courtois, gouvernants et gouvernés. Au fil des interventions nous circulerons entre les périodes et les espaces pour mieux appréhender ce monde à la fois constant et protéiforme

Pour plus d’informations : https://maigre.hypotheses.org/549

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Le roi Salomon au Moyen Âge : savoirs et représentations:18-19/10/2018, Orléans

Dans le cadre du nouvel axe de recherches sur les rapports entre secret et publicité du laboratoire POLEN (Pouvoirs, Lettres, Normes, EA 4710) de l’Université d’Orléans, le Centre d’Études Supérieures sur la Fin du Moyen Âge (CESFiMA) organise, les 19 et 19 octobre 2018, un colloque international sur le roi Salomon au Moyen Âge : savoirs et représentations. À l’époque médiévale, en Oriente et en Occident, se conjuguent en effet sur cette figure mythique de l’Antiquité des aspects variés et parfois contradictoires touchant aussi bien au secret (magie, mystique nuptiale, connaissance sapientiale, symbolique cosmologique du Temple, etc.) qu’à une diffusion d’idées et de représentations visant à un consensus social et politique (concernant notamment l’idéologie du pouvoir royal, l’exercice de la justice, etc.). Ce colloque s’inscrit dans une optique comparative dans la mesure où la place qu’occupe Salomon dans les trois religions du Livre (judaïsme, christianisme, islam) n’a fait que croître et embellir durant la période médiévale, dans le cadre d’une symbolique du pouvoir en partie commune et de ce que l’on pourrait qualifier une « culture de l’équivoque ».

Programme

Jeudi 18 octobre

9h – Ouverture du colloque et accueil des participants

9h30 – Jean-Patrice Boudet (Université d’Orléans), Introduction

I – Le roi Salomon, sa sagesse et son temple

10h – Kristina Mitalaité (CNRS, Laboratoire d’études sur les Monothéismes, Paris), Le traité De templo Salomonis de Bède le Vénérable et son influence

10h30 – Guylène Hidrio (Université Charles de Gaulle-Lille 3), Images et symbolique du temple dans l’Occident médiéval, du temple de la sagesse au temple de Jérusalem

11h – Danielle Buschinger (Université d’Amiens), Le roi Salomon dans la littérature médiévale allemande

11h30 – Discussion

14h – Anne-Orange Poilpré (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne), Images et figures de Salomon à l’époque carolingienne

II – Salomon auteur spirituel, figure de la sagesse et de la connaissance mystique

14h30 – Roy Rosenstein (The American University, Paris), Le savoir proverbial de Salomon au Moyen Âge

15h – Pierre Lory (École Pratique des Hautes Études, Paris), Salomon dans la mystique musulmane

15h30 – Discussion

16h – Sumi Shimahara (Université Paris-Sorbonne), Salomon dans l’exégèse biblique à l’époque carolingienne

16h30 – Philippe Faure (Université d’Orléans), Salomon prototype du Christ dans l’iconographie médiévale

17h – Christian Heck (Université Charles de Gaulle-Lille 3), L’idolâtrie de Salomon dans l’art de la fin du Moyen Âge

17h30 – Discussion

Vendredi 19 octobre

III – Salomon et les savoirs secrets : magie, divination, démonologie, exorcisme

9h30 – Emma Abate (CNRS-IRHT), L’héritage de Salomon : techniques de convocation des démons à toute heure de la nuit dans un manuscrit hébreu de la BnF

10h – Jean-Charles Coulon (CNRS-IRHT), Salomon dans les traités de magie islamiques médiévaux

10h30 – Discussion

11h – Tamara Andrucovici (Université Paris-Sorbonne), φευγε μεμισιμενι Σολομóν σε διóκι : Salomon, roi, exorciste et thaumaturge dans le monde byzantin

11h30 – Julien Véronèse (Université d’Orléans), Salomon exorciste et magicien dans l’Occident médiéval

12h – Discussion

IV – Salomon et ses orients : savoir cosmologique et représentations

14h15 – Allegra Iafrate (Kunsthistorisches Institut in Florenz/Max-Planck-Institut), La longue vie des objets magiques de la tradition salomonienne

14h45 – Anna Caiozzo (Université Bordeaux-Montaigne), Salomon et ses images en Orient : magicien, roi et prophète (XIVe-XVIe siècle)

15h15 – Discussion

15h45 – Sonia Fellous (CNRS-IRHT), Salomon dans l’iconographie juive médiévale

16h15 – Épilogue : Le savoir du constructeur. Imaginaire symbolique et récréations légendaires. Autour du livre d’Hugues Berton et Christelle Imbert, Les enfants de Salomon. Approches historiques et rituelles sur les compagnonnages et la franc-maçonnerie

Pour plus d’information : « Le roi Salomon au Moyen Âge : savoirs et représentations », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 05 septembre 2018, https://calenda.org/474396

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

colloque:Châteaux et justice:28-29/09/2018, Périgueux

Le pouvoir de justice du seigneur donne souvent lieu à une approche simpliste voire caricaturale. Le château incarnait physiquement ce pouvoir et symbolisait, à souhait, le méchant seigneur. Qu’en est-il vraiment, du Moyen-Age au XIXe siècle ? La justice seigneuriale est un sujet qui fut parfois effleuré par les Rencontres (« château et village », « château et pouvoir ») mais jamais abordé directement d’où ce choix du thème « Châteaux et justice » pour l’édition 2018 des Rencontres.

Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée. Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain.

Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord proposent, lors de ce colloque, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative.

La visite proposée au château de La Chapelle-Faucher (XIIIe-XVIIIe), qui occupe une place bien particulière dans l’histoire du Périgord, illustre dramatiquement l’exercice d’une justice militaire qui se veut expéditive et exemplaire.

Programme

28, 29 et 30 septembre 2018

Périgueux, L’Odyssée (Nouveau Théâtre de Périgueux), salle Montaigne

Entrée gratuite

Vendredi 28 septembre

Périgueux, L’Odyssée, salle Montaigne

8h45 Accueil des participants

9h00 Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres.

Actualités de l’archéologie en Nouvelle Aquitaine

9h30 Patrice Conte et Laure Leroux, archéologue, Hadès, Saint-Eloy-les-Tuileries, Habitat rural et architecture vernaculaire au XVIe siècle en Limousin.

10h00 Coralie Demangeot, Amaïa Legaz, et Xavier Perrot, archéologues (Hadès) : La nécropole antique de Saint-Seurin à Bordeaux : premiers résultats de la fouille de l’îlot Castéja à Bordeaux.

10h30 Discussion et pause.

Le juge, officier du seigneur ?

11h00 Florian Besson, Université de Lorraine, « Tous les barons du royaume ont le pouvoir de faire juger les habitants de leurs seigneuries » : aspects concrets et défis techniques des justices seigneuriales en Orient latin, 1099-1229.

11h30 Jean-Marie Constant, Université du Mans, L’officier seigneurial, prédateur ou juge de proximité.

12h00 Discussion suivie d’un déjeuner pour les intervenants.

Fourches patibulaires, ordalie, pilori, prisons… Châteaux en peine

14h00 Cyrielle Chamot, Université Panthéon-Sorbonne, Charges et devoir du châtelain en matière judiciaire à la fin du Moyen Âge.

14h30 Anne Crola, Université Bordeaux-Montaigne, Justice seigneuriale et fourches patibulaires : la haute justice acquise, manifestée et exercée dans le Périgord médiéval et moderne (XIIIe-XVIIIe siècles).

15h00 Laure Leroux, archéologue, Hadès, De l’ordalie au pilori : lieux, temps et formes de la justice dans la baronnie de Biron.

15h30 Discussion et pause

Légendes et châtiments

16h00 Milena Lenderovà, Université de Pardubice (République Tchèque), L´emmurement : la peine capitale et la légende. Trois exemples des Pays tchèques aux temps modernes.

16h30 Nadège Langbour, Université de Rouen-CEREdI, Le château de Bridoire dans les romans de Christian Grenier : entre instrument de justice, siège du pouvoir et enjeu judiciaire.

17h00 Discussion

18h00 Réunion du conseil scientifique et du conseil d’administration de l’association.

Samedi 29 septembre

Périgueux, L’Odyssée, salle Montaigne

Gens de justice

9h00 Renaud Gahide, Université libre de Bruxelles (Belgique), Juges et témoins ! Mais qui sont donc ces échevins de la Ville et Châtellenie de Warneton ? Un exemple de justice seigneuriale en comté de Flandre (XVIe-XVIIIe siècles).

9h30 Nicolas Soulas, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse, De la justice du seigneur à celle de la Nation ? Le personnel de la justice seigneuriale dans la tourmente révolutionnaire et au-delà à travers l’exemple de la vallée du Rhône.

10h00 Discussion et pause.

La justice hantée par l’esprit de château

10h30 Claude-Isabelle Brelot, Université Lyon 2, Le procureur et le châtelain (1833-1876).

11h00 Sophie Delbrel, Université de Bordeaux, La justice contre l’esprit de château : le procès d’Eugène de Lur-Saluces devant la Haute Cour en 1901.

11h30 Discussion

12h00 Départ pour l’excursion

13h00 déjeuner à Saint Jean de Cole pour les intrevenants et sur inscription.

15h00 viste du château de la Chapelle-Faucher

Dimanche 30 septembre

Périgueux, L’Odyssée, salle Montaigne

Lieux de justice

9h30 Sylvie Bepoix, Université de Franche Comté, Laboratoire Chrono-Environnement – UMR6249, La visibilité matérielle des pouvoirs judiciaires : le cas du comté de Bourgogne à la fin du Moyen Âge.

10h00 Pierre-Benoît Roumagnou, Sorbonne Université, La ferme seigneuriale : les lieux de justice des sièges seigneuriaux locaux autour de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles.

10h30 Discussion et pause.

Demander justice. Le château arbitre des conflits ?

11h00 Laura Viaut, Université de Limoges, La justice des seigneurs au tournant de l’an mil. Un héritage à réhabiliter ?

11h30 Philippe Crémieu-Alcan, Université de Poitiers, Entre château et justice. Quand faire sa justice, quand demander justice ? Le traitement des infractions forestières et de chasse au XVIIIe siècle en Guyenne.

12h00 Discussion

12h15 Alain Blanchard, Université de Limoges, Conclusions.

 

Pour plus d’informations : « Châteaux et justice », Colloque, Calenda, Publié le mardi 04 septembre 2018, https://calenda.org/473371

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à candidature:atelier pour masterants de l’EFR « Livres et cultures de l’écrit au Moyen Âge et à l’époque moderne, composition, usages, circulations. Rome, 28/01-01/02 (date limite : 30/10)

Pour la troisième année consécutive, les membres de l’EFR proposent une semaine de formation, du 28 janvier au 1er février 2019, à des étudiantes et étudiants de Master 1 et Master 2 inscrits dans une université française. Cette semaine sera consacrée au livre (manuscrit et imprimé) et aux différents modes de conception et d’utilisation de l’écrit en Europe occidentale, au Moyen Âge et à l’époque moderne. Ces thématiques seront abordées à partir des fonds documentaires existant en Italie.

L’expression « cultures de l’écrit » renvoie aux formes concrètes de l’écriture, à leurs contextes de conception, au rapport entre oralité et écriture, ainsi qu’aux différents rôles politiques, économiques et sociaux attribués à l’écrit dans les sociétés médiévales et modernes (dont sa maîtrise, sa transmission et sa conservation). L’historiographie italienne a apporté sur ce sujet une contribution particulièrement importante et la péninsule offre un terrain d’étude riche : centres majeurs de production manuscrite et de lecture, ateliers typographiques nombreux, variété de sources de la pratique (registres, cartulaires, comptabilités, etc.), diversité des langues et des écritures utilisées. On questionnera, par ailleurs, le rôle de l’écrit dans ses multiples dimensions : didactiques (enseigner, transmettre, édifier), narratives et poétiques (décrire, raconter, inventer), esthétiques (mettre en mots et en images) tout comme pragmatiques (compter, délibérer, administrer, gouverner).

L’objectif de cet atelier pratique est de proposer un panorama des sources, des archives et des méthodes concernant l’histoire du livre et l’étude des cultures de l’écrit. Le sujet sera abordé à la fois sous l’angle de l’histoire culturelle et de l’histoire sociale, mais également dans sa dimension matérielle (diplomatique, codicologie, paléographie ou épigraphie). Les sessions seront abordées à partir de mises au point historiques et historiographiques complétées par des études de cas.

Cet atelier permettra de découvrir in situ des sources manuscrites et imprimées dans différents lieux de conservation romains, ainsi que de s’initier à des outils et à des méthodes d’analyse spécifiques. Animé par les membres de l’EFR, le stage s’articulera autour de cours, travaux pratiques et visites de collections d’archives et de bibliothèques (Bibliothèque vaticane, Archivio Segreto Vaticano, Archivio di Stato, Accademia dei Lincei, Biblioteca Angelica, Biblioteca Casanatense…). Dans le cadre des différentes sessions, les étudiants auront la possibilité d’exposer et de discuter l’avancée de leurs travaux. De courtes lectures préparatoires seront proposées en amont afin de fournir des références indispensables à la découverte des sites, des collections et des archives.

Cette formation est ouverte aux étudiantes et étudiants de master de diverses disciplines (histoire, littérature, philologie) dont les recherches portent aussi bien sur l’étude du livre en tant qu’objet (analysé dans sa conception, sa rédaction tout comme sa circulation) que sur les cultures de l’écrit, en Europe occidentale du début du Moyen Âge jusqu’à la fin de l’époque moderne. La commission d’évaluation n’attend pas de profil académique particulier ; les dossiers seront évalués avant tout en fonction du bénéfice que les candidats pourront retirer de la formation.

Après examen des dossiers, les étudiantes et les étudiants retenus seront logés à l’École française de Rome, place Navone, et leurs déjeuners seront pris en charge. En revanche, le déplacement vers Rome ainsi que les dîners sont à la charge des participants ou de leur université. Dans le cas où ni l’étudiant, ni l’université de rattachement ne serait en mesure d’assurer ce financement, le candidat peut demander une aide à l’École française de Rome, sur présentation d’une attestation de non prise en charge par l’établissement d’origine.

Admissions

Les dossiers de candidatures seront transmis par les responsables de master. Ils comporteront : un CV, un relevé des notes obtenues en L3 ou M1, une lettre de motivation évoquant les projets futurs de l’étudiante ou de l’étudiant ainsi qu’une lettre de présentation du directeur ou de la directrice de mémoire.

Les dossiers, sous forme d’un seul document PDF, devront parvenir avant le 30 octobre 2018 à l’adresse suivante : atelier.master@efrome.it La sélection effectuée par le comité de coordination de l’EFR sera communiquée au plus tard le 15 novembre 2018.

Informations pratiques

Un rapport de stage (environ 8 pages) devra être remis aux formateurs et aux formatrices, comprenant un compte-rendu des activités assorti d’une réflexion plus approfondie sur une catégorie de sources découverte durant le stage, au choix. Ce rapport pourra faire l’objet d’une validation en fonction des modalités prévues par les universités de rattachement des étudiantes et étudiants (stages, exercice au sein d’un séminaire, etc.).

Pour toute question, contacter : Pierre Chambert-Protat et Carole Mabboux (atelier.master@efrome.it)

source : http://services.simple-mail.fr/editor_images2/image_8e7bcb7d/files/Appel%20%C3%A0%20candidatures%20Atelier%20Master%20EFR.pdf

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature: Université de Lille, contrat postdoctoral ou ingénieur de recherche Humanités numériques/Littérature française des XVe et début XVIe (date limite:01/11)

Appel à candidature : Contrat de recherche postdoctoral OU Contrat Ingénieur de recherche ou d’études Humanités numériques/ Littérature française des XVe et début XVIe siècles / manuscrits et imprimés          

Dans le cadre de la préparation d’une base de données relationnelle sur des textes de la fin du Moyen Âge et du début du XVIe siècle (manuscrits et imprimés), l’Université de Lille recrute un/une post-doctorant/e ou ingénieur de recherches ou d’études pour 12 mois.

La personne recrutée travaillera sous la responsabilité du professeur Catherine Gaullier-Bougassas. Elle aura pour missions :

-le recensement et l’analyse des besoins pour la conception de la base de données, qu’elle présentera dans un document écrit ;

-le dépouillement d’un corpus de textes du XVe et du début du XVIe siècles (textes disponibles sous forme d’éditions modernes ou à partir des manuscrits et des imprimés des XVe et XVIe siècles, numérisés ou non)

-la collecte de données et la rédaction de notices

-la conception de la base de données relationnelle qui inclura des notices sur les textes, leurs manuscrits et/ou imprimés et qui établira les critères de recherche selon lesquels les croiser.

-la rédaction du cahier des charges pour le projet, ainsi que de la documentation d’administration et d’utilisation.

-la documentation de la production, du traitement et des analyses des données de la base.

  • l’interface avec l’équipe informatique qui réalisera la base.

Compétences demandées :

  • compétences en matière de conception de base de données relationnelle (connaissance d’un système de gestion de base de données ; expérience de réalisation d’une base de données relationnelle souhaitée).
  • connaissance de la littérature de la fin du Moyen Âge et/ou du début du XVIe siècle – maîtrise du moyen français
  • compétences en paléographie et en transcription de textes manuscrits et imprimés du XVe et du XVIe siècles

Conditions de travail

Le/la candidat(e) sera recruté(e) en CDD pour une durée de douze mois. Il/elle sera rémunéré(e) suivant les grilles de l’Université de Lille et en fonction de son expérience.

Procédure de recrutement.

Les candidatures sont à envoyer avant le 15 septembre 2018 avec les documents suivants en format PDF à  catherine.bougassas@univ-lille.fr

-une lettre de motivation

-un curriculum vitae

-une copie du rapport de thèse et deux publications pour un contrat de recherche postdoctoral

Une audition des candidats retenus sera organisée rapidement pour un recrutement en octobre ou le 1er novembre 2018.  Contact et information : catherine.bougassas@univ-lille.fr

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement:bourses de la Casa de Velazquez (date limite : 05/10)

La Casa de Velázquez propose des aides spécifiques(bourses) aux étudiants pour l’année 2019. Elles sont destinées à de jeunes chercheurs doctorants, sans condition de nationalité.

  Aides spécifiques
(« Bourses« )
Public Chercheurs doctorants dont les travaux nécessitent un séjour
court en péninsule Ibérique.
Profil du candidat Etre inscrit en doctorat et
présenter un projet de recherche se rapportant à l’un des domaines de compétence de
l’établissement
Condition d’âge Être majeur
Conditions de nationalité Aucune
Durée 1 à 3 mois consécutifs
  Consulter les conditions générales d’attribution
Campagne Ouverte jusqu’au 5 octobre 2018 à 13h00
Candidatures Accéder aux portail de candidatures

 

Pour plus d’informations : https://www.casadevelazquez.org/index.php?id=411

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire:Pero Lopez de Ayala, premier humaniste espagnol ? (Lyon, 20/09)

Le Séminaire “Pero López de Ayala, premier humaniste espagnol?”
se tiendra à l’ENS de Lyon, site Descartes, salle D2.018, le jeudi 20 septembre 2018 de 16h00 à 18h00.

Avec la participation de Jeremy Lawrance, University of Nottingham et María Morrás, Universitat Pompeu Fabra de Barcelone et University of Oxford.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Source : http://ciham.ish-lyon.cnrs.fr/pero-lopez-ayala-premier-humaniste-espagnol

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Publication:Nicole Bériou, Religion et communication : un autre regard sur la prédication au Moyen Âge, Genève, Droz, 2018.

https://www.droz.org/france/8720-thickbox_default/religion-et-communication.jpg

Résumé

Les paroles des prédicateurs transmises au prisme déformant des sermons modèles ou des prises de notes préservent quelque chose du processus de communication qui est leur raison d’être. Il faut pour le percevoir considérer l’ensemble du système de communication sociale auquel elles appartiennent. Comment, en effet, être écouté et se faire entendre des simples gens sans parler à l’unisson de la liturgie et des images, à la manière d’instruments de musique divers et concertants ? Comment les entretenir efficacement de Dieu, des anges et des saints, sinon par des figures qui parleront à leur imaginaire et en chargeant les mots du quotidien d’autres sens que leur sens immédiat ? Ces voies richement documentées ne doivent pas faire perdre de vue la question difficile mais cruciale de la réception effective. Puisque les mêmes repères culturels sont souvent partagés entre les prédicateurs et ceux qui les écoutent, l’adoption massive des représentations religieuses disséminées dans les sermons s’en trouve facilitée. Mais l’accueil du message est rarement dénué de réinterprétation.

Sommaire

TABLE DES MATIÈRES

REMERCIEMENTS

AVANT-PROPOS

LISTE DES ABRÉVIATIONS

INTRODUCTION
Prédication et communication du message religieux : le tournant du XIIIe siècle

Première partie
LA PRÉDICATION DANS LE SYSTÈME DE COMMUNICATION

CHAPITRE PREMIER
Prédication et liturgie

CHAPITRE II
Latin et langues vernaculaires dans les traces écrites de la parole vive

CHAPITRE III
Les images et la communication de la parole de Dieu

CHAPITRE IV
Les instruments de musique dans l’imaginaire des prédicateurs

Deuxième partie
RENDRE PRÉSENT L’INVISIBLE

CHAPITRE V
Le Christ pèlerin

CHAPITRE VI
La figure de l’ange

CHAPITRE VII
L’eucharistie

CHAPITRE VIII
L’intercession dans les sermons de la Toussaint

Troisième partie
DES SAINTS FAÇONNÉS PAR LA PAROLE

CHAPITRE IX
Sainte Marie Madeleine dans les sermons parisiens

CHAPITRE X
Saint Pierre, patron spécial de Pise au XIIIe siècle

CHAPITRE XI
Pellem pro pelle (Job 2, 4) Les sermons pour la fête de Saint Barthélemy

CHAPITRE XII
Saint Michel dans la prédication

CHAPITRE XIII
Saint François, premier prophète de son ordre

CHAPITRE XIV
Saint François dans la Légende dorée et dans les sermons de Jacques de Voragine

CHAPITRE XV
Sainte Claire : sermons dans l’espace français

ORIGINE DES TEXTES

TABLE DES ILLUSTRATIONS

INDEX BIBLIQUE

INDEX DES NOMS DE PERSONNE

INDEX DES AUTEURS CONTEMPORAINS

Source : DROZ

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Colloque:CONVEGNO 2018 FONDAZIONE TARDO MEDIOEVO – Programma e bando per 15 borse di studio:11-13/10/2018[délai:31/08/2018]

CONVEGNO

11-13|10|2018 A San Miniato

il XVI Convegno di studi «Libertas e libertates nel tardo medioevo. Realtà italiane nel contesto europeo». Il convegno intende proporre alla comunità degli studiosi e alla cittadinanza consapevole una riflessione sulsignificato storico della libertà.

Programme : Programma convegno 2018

Bourses : Convegno_San Miniato_2018_bando(1)

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

École d’été: « Cities cultural heritage and digital humanities », Turin, 16-23 septembre 2018 [délai: 6 août]

Lien siteAppel à participantsformulaire

[Cours en anglais ; participation de 600 € (repas du midi et collations du soir inclus ; bourses possibles ; candidature par envoi éléctronique].

The International Summer School — Cities, Cultural Heritage and Digital Humanities — focuses on Digital Humanities Methodologies for Cultural Heritage with the aim of highlighting cities in this celebratory European Year of Cultural Heritage.

The Summer School is in its 2nd edition, part of the International Joint Project on Digital Humanities and Cultural Heritage developed by POLITO and UCLA. The 2018 program is co-organized by the Politecnico di Torino (POLITO), University of California, Los Angeles (UCLA), École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris (EHESS), and the Italian Association of Urban History (AISU). The program will involve students in an intensive interdisciplinary research-training program on digital approaches to cities as physical, architectural, economic, political and social spaces, in addition to their history and ongoing impact.
This intensive training program deals with spatial and temporal dynamics linked to present urban spaces and built environments. It aims to enhance the understanding of urban heritage in the context of urban layers. It will center on changes in districts, streets, buildings, and public spaces at different historical moments, as well as on the intersecting relationships with activities, purposes, professions, and social groups of different origins. The objective of the 2018 Summer School is to provide participants with a broad understanding of the necessary interaction between different forms of knowledge and practice within urban history, as well as introduce digital skills. We will introduce two different approaches:
(i) how to construct, design and present an articulated research project; and (ii) how to develop it in a multidisciplinary, interactive and international contexts.
Teaching and practice for both include how to improve research and output by using digital methodologies.

 

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts

Appel à communication:les Mondes des bergers (XIIe-XVe siècles):18/10/2018, Université Grenoble-Alpes[délai:20/07/2018]

Bergers et bergères sont des personnages récurrents de la littérature médiévale. Du XIIesiècle à la fin du XVe siècle, le motif pastoral s’épanouit dans le paysage littéraire et artistique et devient peu à peu incontournable. Il se rencontre de plus en plus fréquemment dans les poèmes, textes narratifs et pièces de théâtre, mais également dans les écrits scientifiques tels que les traités agronomiques dont notamment le Bon berger de Jean de Brie, qui aurait été rédigé à la suite d’une commande du roi Charles V.

Toutefois, la figure du berger n’est pas univoque : certains mènent une existence paisible dans un cadre éloigné du reste du monde, des rituels de cour comme du chaos des champs de bataille. Telle la « pastoure » du Dit de Christine de Pizan qui cherche à s’isoler, à « seulete estre » , les bergers se montrent parfois indifférents à toute préoccupation politique, morale ou religieuse, vivent proches de la nature, au rythme de journées qui se ressemblent toutes, entrecoupées de fêtes, de danses, de festins improvisés à l’ombre des arbres. Rien ne semble, en apparence, pouvoir menacer l’harmonie de leur univers, ni la faim, ni la maladie, ni la mort. Pourtant, tel le célèbre « Et in Arcadia ego » qui connaîtra un grand succès en peinture aux XVIe et XVIIe siècles, certains détails font surgir le souvenir d’une violence implicite.Pour d’autres, cette dernière se fait au contraire explicite : les viols sont très présents dans les pastourelles françaises, de même que la guerre, dans le Pastoralet de Bucarius, par exemple, ou dans les bergeries, ces pièces destinées aux entrées princières. Les pâtres abandonnent leur réserve pour y exposer un jugement parfois virulent sur les affaires de leur temps : entre les guerres et les pillages, l’âge d’or semble bien lointain.L’univers pastoral se révèle ainsi un lieu de tensions et d’affrontements, entre nature et civilisation, monde paysan et monde courtois, gouvernants et gouvernés. Il peut constituer l’un de ces « mondes possibles » dont parle par exemple Françoise Lavocat , lieu d’une réalité alternative, parfois utopique, se faisant le miroir critique ou flatteur de la réalité. Il soulève donc également des enjeux politiques et polémiques qui invitent à interroger la place de la littérature pastorale au sein des enjeux et conflits de la société.Cet appel à communication s’inscrit donc dans une perspective diachronique. Il offre un point de rencontre entre les divers éléments qui composent un univers pluriel et participent au dynamisme d’une forme littéraire hybride, narrative et dialoguée, qui ressortit à la fois au registre « aristocratisant » et « popularisant » selon les termes de Pierre Bec, recouvre le domaine de la poésie lyrique, mais répond aussi aux nécessités de la scène théâtrale.

  1. Christine de Pizan, Le Dit de la Pastoure (1403), édition Maurice Roy, Œuvres poétiques de Christine de Pizan, Didot et Cie (Firmin) / Marchessou fils, Paris / Le Puy, 1891, p. 236.
  2. Françoise Lavocat, La théorie littéraire des mondes possibles, CNRS Éditions, Paris, 2010. Françoise Lavocat, Fait et fiction : pour une frontière, Éditions du Seuil, Paris, 2016.
  3. Pierre Bec, La lyrique française au Moyen Âge (XIIè-XIIIè siècles). Contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux : études et textes, Picard, Paris, 1977, t. I, p. 131.

Afin d’orienter les débats, nous mettons ici une liste possible de thèmes qui pourraient être abordés :

  • Quels rapports l’univers pastoral dessine-t-il entre nature et culture ?
  • Comment représenter la violence et la sexualité ?
  • Dans quelle mesure le motif pastoral est-il caractérisé par sa transgénéricité ? Comment se traduit le passage d’un genre ou d’une forme à l’autre ? Quels liens peut-on par exemple établir entre les pastourelles et d’autres formes de lyrique non pastorale, ou entre les bergeries et d’autres formes dramatiques ?
  • Comment la littérature pastorale s’inscrit-elle dans une dynamique de réécriture ? Existe-t-il des sources antiques ou médio-latines du corpus médiéval ?

Cet appel à communication est ouvert aux jeunes chercheurs de toutes les disciplines. La journée d’étude sera introduite par Mme Fleur Vigneron, Maître de conférences en langue et littérature française du Moyen Âge à l’université Grenoble-Alpes, et donnera lieu à une conférence plénière de M. Denis Huë, Professeur de langue et de littérature française du Moyen Âge à l’université Rennes II. Il se tiendra le jeudi 18 octobre 2018 à l’université Grenoble-Alpes. Il sera suivi d’une publication sur la plate-forme L’Ouvroir Litt&Arts de l’Université Grenoble-Alpes.Les propositions de communication (250 mots max.) devront être rédigées en français, et accompagnées d’un C.V. académique. Elles devront être retournées conjointement aux trois organisateurs : Marielle Devlaeminck (marielle.devlaeminck[at]gmail.com), Charlotte Guiot (charlotte.guiot[at]ens-lyon.fr) et Maxime Kamin (maxime.kamin[at]univ-grenoble-alpes.fr) au plus tard le 20 juillet 2018, date limite de soumission des dossiers.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Bourse: bourses de mobilité du DAAD:Allemagne[délai:15/09/2018]

Avant la pause estivale, nous nous permettons d’attirer votre attention sur les bourses de mobilité du DAAD (Office allemand d’échanges universitaires) et vous prions de diffuser cette information dans vos réseaux.

Comme tous les ans, nous vous invitons (doctorants, post-doctorants et enseignants-chercheurs confirmés issus de toutes disciplines) àpostuler pour nos bourses de mobilité afin de financer votre séjour de recherche en Allemagne.

Important : Des connaissances d’allemand ne sont pas nécessaires si votre langue de travail sur place est l’anglais.

Parmi les diverses bourses que nous proposons (voir tableau ici), trois des programmes de bourses arrivent à échéance le 15 septembre (pour une mobilité en 2019) :

1.       Bourse de recherche de courte durée : pour doctorants et post-doctorants, pour un séjour de 1 à 6 mois en Allemagne (1200 € par mois, cumulable avec un contrat doctoral)

2.       Mission de recherche : pour enseignants-chercheurs en poste dans un établissement d’enseignement supérieur français, pour un séjour de 1 à 3 mois en Allemagne (2000 € par mois)

3.       Réinvitation d’anciens boursiers : pour anciens boursiers du DAAD ayant bénéficié d’une bourse de 6 mois minimum en Allemagne, pour un séjour de 1 à 3 mois en Allemagne (2000 € par mois)

Vous trouverez toutes les informations relatives aux bourses (p.ex. conditions générales et une Foire aux questions) sur notre site Internet.

Afin de vous aider dans votre démarche, vous y trouverez également un guide de candidature détaillant les principales étapes de la candidature en ligne.

Lotta Resch
DAAD – Deutscher Akademischer Austauschdienst
(Office Allemand d’Echanges Universitaires)
Bureau Paris
Maison de la Recherche – Sorbonne Université
28 rue Serpente
75006 Paris
e-mail: resch[at]daad.de
http://www.daad-france.fr

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communications:Éthique et pratique des trames arborescentes : concevoir et utiliser des outils en arbre ou en arborescence en médecine, droit et anthropologie, Paris, 19/11 (date limite : 15/07)

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. En décembre 2018, nous consacrerons une journée d’étude aux trames arborescentes du point de vue de ceux qui les conçoivent et les utilisent afin de prendre en charge, de gérer et d’étudier l’humain, la personne et les populations, à savoir les médecins, les juristes et les anthropologues.

De fait, force est de constater que la médecine, le droit et l’anthropologie regorgent d’arbres et d’arborescences qui guident, innervent ou alimentent les habitudes quotidiennes de leurs praticiens : arbres décisionnels, arbres diagnostiques, protocoles arborescents qui jalonnent les couloirs des services d’urgence, arborescences dichotomiques qui peuvent schématiser la binarité du droit, arbres protocolaires, arbres classificateurs ou phylogénétiques appliqués à l’anthropo- ou l’ethnogénétique, ou encore schémas arborescents qui organisent visuellement des rapports de parenté. Originairement fondés sur le modèle formel de l’arbor, un schéma dont l’objectif est de relier entre eux deux ou plusieurs éléments selon des critères précis de manière à produire du sens, l’arbre et l’arborescence assurent une fonction de diagramme ou d’organigramme. D’un point de départ dérivent plusieurs divisions et subdivisions via des éléments graphiques délinéateurs – branches, lignes, flèches ou autres – afin de conduire celui qui en use à la plus grande précision et à la plus grande efficacité éthique et pratique. Qu’ils soient matériels ou mentaux, graphiques ou métaphoriques, les arbres et les arborescences peuplent le quotidien et l’environnement visuel des médecins, des juristes et des anthropologues, en soulevant des problématiques concrètes lorsque vient le moment de leur confrontation avec des « cas » vivants et/ou organiques.

C’est sur la nature de la conception et de l’usage de tels arbres et arborescences par ceux qui étudient l’humain dans ce qu’il a de plus idiosyncratique (son corps, sa personne, ses origines, sa position dans la société) que nous souhaiterions nous interroger. De fait, les praticiens qui y recourent les conçoivent et les utilisent dans des cas spécifiques, selon des critères précis et au sein de pratiques fermement définies et délimitées. En outre, les éléments visuels et graphiques auxquels ils recourent schématisent les modalités de l’action que les diagrammes en arbre ou en arborescence reflètent ou appellent. Les branches reposent-elles sur des rapports de cause à effet entre deux feuilles et/ou fruits ? L’arbre se parcourt-il de haut en bas, de bas en haut, de gauche à droite, de droite à gauche ; pourquoi et selon quels présupposés éthiques et pratiques ? Que représente chaque étape du cheminement arborescent ? Qu’apportent l’arbre et l’arborescence à la pratique de la médecine, du droit et de l’anthropologie ? Quelles sont leurs caractéristiques, leurs singularités, leurs limites ? Font-ils l’objet d’un enseignement universitaire spécifique ou reposent-elles sur le principe d’une reconnaissance et d’une compréhension visuelles spontanées, habituelles, communes ? Où les trouve-t-on ? Innervent-ils l’environnement visuel des praticiens ? Sont-ils réellement utiles ? Quelle place accordent-ils au vivant, à l’organique ? La schématisation en arbre ou en arborescence est-elle réductrice lorsqu’il s’agit d’étudier l’humain et/ou les populations ? Qu’en est-il de l’applicabilité des arbres et des arborescences à grande échelle ? Quelle forme de systématisation mettent-ils en place, et que faire lorsque des cas spécifiques leur échappent ? D’autres schémas leur sont-ils superposables ? Les arbres et les arborescences s’accompagnent-ils de textes (lois, protocoles, règlements, recommandations ou autres) ? Ont-ils pour objectif de favoriser l’anticipation d’un évènement à venir ?

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 15 juillet 2018.

Lieu :

BIU SAnté, Université Paris 5

Organisation :

Naïs Virenque – Antoine Paris – Sergi Sancho Fibla – Florian Violon

Contacts :

Naïs Virenque (Histoire de l’Art, des Sciences et des Techniques) nais.virenque@univ-tours.fr

Antoine Paris (Langue et Littérature grecques)
antoine7.paris@wanadoo.fr

Sergi Sancho Fibla (Littérature médiévale)
ssfibla@gmail.com

Florian Violon (Anatomie et Cytologie pathologiques)
florian.violon.est@gmail.com

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Jeunes chercheurs en Histoire, Archéologie et Littérature du Moyen âge du Ciham-UMR 5648