[Soutenance HDR] Mehdi Ghouirgate, Les Almohades après 1269 : construction et déconstruction d’un objet historiographique, Paris (ehess), 7 déc. 2019

La soutenance d’Habilitation à Diriger les Recherches de Monsieur Mehdi Ghouirgate (MCF, Bordeaux-Montaigne) intitulée Les Almohades après 1269 : construction et déconstruction d’un objet historiographique se déroulera le samedi 7 décembre 2019 à Paris.

 

COMPOSITION DU JURY :

Pascal Buresi (DR, CNRS, DE EHESS)

Benoit Grévin (DR, CNRS)

Jocelyne Dakhlia (DE, EHESS)

Abdellah Bounfour (PR, INALCO)

Makram Abbès (PR, ENS de Lyon)

 

EHESS | 96, boulevard Raspail, Paris 6e arr. | Salle Lombard

Samedi 7 décembre 2019

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Soutenance hdr] Salah Trabelsi, Pour une approche critique des aspects méconnus d’une longue histoire de l’esclavage dans le monde arabe, lyon (msh), 04 déc. 2019

Soutenance de monsieur Salah Trabelsi (MCF, Lyon 2)

COMPOSITION DU JURY :

Floréal Sanagustin (PR, Lyon 2)

Sylvia Chiffoleau (CR, CNRS)

Saba Farès (PR, Toulouse-Jean-Jaurès)

Gabriel Martinez-Gros (PREM, Paris-Ouest-Nanterre-La Défense)

Khadim J.  Hasan (PR, INALCO)

 

MSH Lyon St-Étienne | 14, avenue Berthelot, Lyon 7e arr. | Salle Marc-Bloch

Mercredi 4 décembre 2019 à 14 heures.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Membra disjecta – Membra conjucta. Logiques de séparation, de recomposition et de rassemblement des documents médiévaux

Membra disjectaMembra conjucta. Logiques de séparation, de recomposition et de rassemblement des documents médiévaux

Le séminaire se tient à la Sorbonne en salle Perroy, de 17h à 19h

Séminaire fondé par

  • Ezio Ornato
  • Jean-Philippe Genet
  • Carla Bozzolo

et coordonné par

  • François Foronda,
  • Émilie Cottereau-Gabillet
  • Octave Julien

Programme du séminaire (pdf)

  • Jeudi 9 Janvier

Émilie Mineo (Université de Namur, F.R.S.-FNRS)

« Si en est cyrografes fais en trois parties ». Approche codicologique des chirographes échevinaux de Tournai du XIIIe siècle

Discutante : Julie Claustre (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

  • Jeudi 23 Janvier

Marie-Émeline Sterlin (Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre)

(Re)composer le document, (re)définir le pouvoir. Cartularisation et pouvoir municipal dans le nord du royaume de France (XIIIe-XVesiècle)

Discutant : Thomas Brunner (Université de Strasbourg, ARCHE – EA 3400)

  • Jeudi 13 Février

Maria Alessandra Bilotta (Instituto de Estudos Medievais, Universidade Nova de Lisboa )

Membra disjectaMembra conjucta :

logiques de séparation et de recomposition dans l’étude des fragments des manuscrits juridiques (France du Midi, Péninsule italienne, Péninsule ibérique)

Discutant : François Foronda (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

  • Jeudi 12 Mars

Octave Julien (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

La division des manuscrits en livrets : hasard ou calcul ?

Discutant : Nicolas Perreaux (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

  • Jeudi 26 Mars

Pierre Chambert-Protat (FNS, Université de Fribourg)

Travailler non seulement sur des textes, mais dans des livres.

Florus et le milieu lyonnais face à la structure matérielle du codex

Discutant : Jérémy  Delmulle (CNRS, IRHT)

  • Jeudi 23 Avril

Darwin Smith (CNRS, Lamop)

Membra peregrinanda : livres et bibliothèque à Notre-Dame de Paris

Discutant : Yann Potin (Archives nationales de France)

Informations complémentaires : fforonda@univ-paris1.fr

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Appel à communication] Formuler l’hypothèse, établir la preuve: du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire, 3-4 juin 2020 [date limite: 13 janvier 2020]

Présentation
Des élèves de l’École des chartes, des membres de l’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon et de l’école doctorale de l’EPHE organisent les journées d’étude intitulées « Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire », qui auront lieu mercredi 3 et jeudi 4 juin 2020.
 
Ces journées s’adressent à tous les jeunes chercheurs.
 
Appel à communication (résumé)

L’hypothèse et la preuve sont intrinsèquement liées aux études en sciences humaines et sociales depuis leur constitution en disciplines scientifiques. Face à la complexité de son objet d’étude, le chercheur avance, de manière provisoire, des hypothèses, des propositions d’explications et d’interprétations qui seront ultérieurement validées ou réfutées. Au XIXᵉ siècle, afin d’asseoir la scientificité de la discipline historique, l’école méthodique a érigé le recours à la preuve comme règle essentielle de cette méthode, enseignée et pratiquée par les établissements de recherche qu’étaient l’École des chartes et l’École pratique des hautes études. La démarche historique est fondée sur l’interrogation des sources en les mettant à l’épreuve de la critique pour en tirer des conclusions. Le recours à la preuve est alors l’élément clé de cette méthode car elle permet de poser une affirmation vérifiable. Comme le rappelle Claude Gauvard, la preuve n’est pas l’apanage du seul historien, mais aussi celui des théologiens, des mathématiciens et physiciens et, surtout, des juges (Dictionnaire de l’historien, 2015, p. 551-553). Dans les sciences historiques comme dans les procédures judiciaires, on recherche des preuves parce qu’on cherche la part de vérité accessible. Il s’agit alors d’une exigence épistémologique à laquelle le chercheur attache sa crédibilité au sein de la communauté scientifique.

Modalités

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le lundi 13 janvier 2020, à l’adresse : chroniques.chartistes@chartes.psl.eu


Elles peuvent être rédigées en français ou en anglais, et doivent être accompagnées des informations suivantes :

  • nom, prénom et courriel
  • titre de la communication et résumé en 400 mots maximum
  • une brève bio-bibliographie
Source: Ecole nationale des chartes
Appel à communication intégral

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Soutenance de thèse] Mehdi Berriah, Les Mamelouks et la guerre : stratégie, tactique et idéologie (1250-1375), Paris (Sorbonne), 11 déc. 2019.

Mehdi Berriah soutiendra sa thèse  de doctorat “Les Mamelouks et la guerre: stratégie, tactique et idéologie (1250-1375)” réalisée sous la direction de Madame Sylvie Denoix (Directrice de recherche CNRS/UMR Orient & Méditerranée) le mercredi 11 décembre à 9h00 à l’adresse suivante : Centre Sorbonne. Salle Duroselle. 14 rue Cujas. 75005 Paris.
 

Le jury sera composé de : 

Mme Sylvie Denoix, CNRS/UMR Orient & Méditerranée

M. Frédéric Imbert, professeur, Université Aix-Marseille

M. Konrad Hirschler, professeur, Freie Univesität Berlin

M. Hugh Kennedy, professeur, School of Oriental and African Studies

M. Abbès Zouache, CNRS/Directeur du CEFAS 

Dans l’optique du pot qui fera suite à la soutenance, les personnes désireuses d’y assister sont priées d’envoyer un mail à Mehdi Berriah à l’adresse électronique suivante : mmber17[at]gmail.com 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à candidature] Introduction aux sources du droit romain, Rome, Ecole française de Rome, 31 août-4 septembre 2020 [date limite de candidature: 2 mars 2020]

Introduction aux sources du droit romain 2020 /Atelier de formation à la recherche, 4ème édition
Présentation

Le droit représente une composante essentielle du monde romain. L’étude des textes juridiques permet de mettre en lumière une logique argumentative propre au droit et d’identifier les valeurs qui régissent les décisions des juristes et des législateurs, mais permet aussi de s’approcher au plus près d’un certain nombre de réalités historiques. Il s’agit de sources variées (littéraires, épigraphiques, papyrologiques) qui révèlent l’évolution de la pensée juridique, les principes du droit, ses modalités d’application. Elles laissent également entrevoir des données économiques, des modes de vie, des pratiques sociales. Les textes juridiques constituent donc une documentation riche et utile pour les historiens, qui attend en partie d’être exploitée. Mais une question de méthode se pose : dans quelle mesure peut-on considérer les textes juridiques comme un miroir fiable des réalités économiques, sociales et politiques ? Surtout comment s’orienter parmi la variété des sources, des genres et des éditions des textes juridiques ?

L’atelier vise à familiariser les participants avec les principaux textes du droit romain et les problèmes de méthode qu’ils suscitent, à partir de leur lecture directe et suivie. La littérature juridique constituera le premier champ d’exploration, à partir du Digeste : nous nous demanderons ainsi ce qu’est un juriste à Rome, comment se fait le droit, quelle est la nature des différents genres littéraires, quelles sont les éditions de référence. Les constitutions impériales, à partir de la Mosaicarum et Romanarum legum Collatio et des Codes, formeront le deuxième terrain de travail.

Les séances se tiendront dans la salle de séminaire de la Place Navone et dans la Bibliothèque Volterra. Constituée à partir du dépôt confié à l’École Française de Rome par le grand romaniste Edoardo Volterra, ses extraordinaires fonds ancien et moderne permettront de réfléchir à la transmission des textes antiques et à leur traversée de la culture européenne. L’étude du droit romain, sous la forme des livres dans les rayons de la bibliothèque Volterra, permettra de rendre visible et immédiatement accessible un parcours dans l’histoire de l’historiographie.

La formation sera assurée par Jean-Louis Ferrary, Dario Mantovani et Hélène Ménard. Un quatrième intervenant, choisi chaque année parmi les chercheurs impliqués dans un projet de recherche international, en donnera une illustration à l’intention des élèves Lors de l’édition 2020, le papyrologue Marco Fressura (RomaTre-Redhis) sera invité. La séance finale du vendredi 4 septembre sera consacrée à la mise en pratique par les participants, organisés par groupes, des méthodes acquises sur l’analyse des sources juridiques.

L’atelier s’adresse aux jeunes chercheurs (Master 2e année, doctorants, post-doctorants), spécialistes d’histoire romaine et médiévale, de philologie ou de droit, plus généralement tout jeune chercheur souhaitant se familiariser avec les sources du droit romain pour son sujet de recherche ou pour développer sa connaissance d’une documentation de première importance.

Elle se déroulera sur cinq jours (du lundi au vendredi). Les séances auront lieu de 9h30 à 12h30 puis de 14h30 à 17h30.

Les langues utilisées, par les intervenants comme par les participants, seront l’italien et le français.

L’École française de Rome attribue des bourses, qui prennent en charge les frais de séjour ; les frais de transport restent à la charge des participants.

 

Responsables :

Jean-Louis Ferrary, Académie des inscriptions et belles-lettres

Dario Mantovani, Collège de France

Hélène Ménard, Université Paul-Valéry Montpellier 3, Labex Archimede-Montpellier

 

Les candidats doivent envoyer :

un curriculum vitae
une lettre de motivation soigneusement argumentée

 

Les dossiers de candidature doivent être déposés sur la plateforme prévue à cet effet, avant le 2 mars 2020, 12h (heure de Rome).

Source: Ecole française de Rome (contacts et lien vers plateforme de candidature ici)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Franco Morenzoni, Sur les routes des Alpes. Religieux, marchands et animaux dans la Suisse occidentale (XIIIe-XVe siècles), Turnhout, Brepols, 2019, 476 p.

À l’occasion du départ à la retraite du Professeur Franco Morenzoni (Université de Genève), le présent ouvrage réunit un certain nombre de ses travaux les plus marquants consacrés à l’actuelle Suisse occidentale au Moyen Âge. Ce recueil d’articles, divisé en quatre parties thématiques – chacune préfacée par des spécialistes et d’anciens collègues – vise à rendre compte de la richesse de recherches menées sur plus de vingt-cinq ans, dans l’histoire économique et sociale aussi bien que dans l’histoire religieuse. Ces domaines, a priori bien distincts, constituent différents points d’entrée qui dévoilent un même intérêt pour l’homme médiéval dans ses interactions avec le monde qui l’entoure. Pionniers par bien des aspects, les travaux de Franco Morenzoni ont renouvelé l’histoire de la Savoie et des Alpes aux derniers siècles du Moyen Âge: ce recueil en est le témoignage.

Franco Morenzoni a été professeur d’histoire médiévale à l’Université de Genève jusqu’en 2019

Table des matières

Publications de Franco Morenzoni

Première partie – Curés et prédicateurs 

Nicole Bériou, Introduction 

Évangélisation et organisation ecclésiastique de la Suisse romande des origines au début du XIVe siècle 

L’encadrement et l’instruction religieuse des fidèles d’après les statuts synodaux des diocèses de Genève et de Sion (XIIIe-XVe siècles)

La Légende dorée d’un curé du XVe siècle du diocèse de Genève 

Vincent Ferrier et la prédication mendiante à Genève au XVe siècle 

Deuxième partie – Échanges et milieux naturels 

François Walter, Introduction 

Voyages et déplacements depuis le Valais à la fin du Moyen Âge

Contribution à l’histoire des prix des céréales et des fèves en Valais à la fin du Moyen Âge d’après les comptes de châtellenie (vers 1270-1450)

Note sur la présence de l’ours en Valais et dans le Chablais vaudois à la fin du Moyen Âge 

La capture et le commerce des faucons dans les Alpes occidentales au XIVe siècle 

L’achat et la vente de chevaux d’après les registres des notaires fribourgeois de la fin du Moyen Âge 

Troisième partie – Les routes alpines du commerce européen 

Guido Castelnuovo, Introduction 

La via del Vallese e il commercio internazionale e regionale alla fine del Medioevo 

Le mouvement commercial au péage de Saint-Maurice d’Agaune à la fin du Moyen Âge (1281-1450)

Les produits sidérurgiques dans les comptes de péage de Saint-Maurice d’Agaune et de Villeneuve-Chillon (XIVe-XVe siècles)

Les marchés et les foires de Sion et de Saint-Maurice d’Agaune à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle)

Quatrième partie – Politiques monétaires et prêteurs d’argent

Pierre Dubuis, Introduction 

Monnaies réelles et monnaies de compte dans le Valais savoyard et épiscopal  (fin XIIIe-début XVe s.)

Quelques précisions à propos de l’atelier monétaire de Saint-Maurice d’Agaune vers le milieu du XIVe siècle 

Le duc Amédée VIII de Savoie et sa monnaie (vers 1420 – vers 1434)

Les prêteurs d’argent et leurs clients dans le Valais savoyard à la veille de la Peste Noire 

L’inventaire après décès de Bacinodus Tracho, Lombard de Sion (17 janvier 1376)

Le réseau des casanes lombardes dans l’espace comtois et la Suisse occidentale (XIIIe-XIVe siècles)

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Soutenance] Coraline Rey, Archives et bibliothèque à Cîteaux: entreprises d’écritures au Moyen Âge (XIIe siècle – début du XVIe siècle), Dijon, 7 décembre 2019

Coraline Rey soutiendra sa thèse de doctorat intitulée :

“Archives et bibliothèque à Cîteaux : entreprises d’écritures au Moyen Âge (XIIe siècle – début du XVIe siècle)”

le samedi 7 décembre 2019 à 14h
Université de Bourgogne, Bâtiment Droit-Lettres
Salle du Conseil Droit
2 boulevard Gabriel, 21000 DIJON

Jury :

  • Monsieur François BOUGARD, Professeur d’histoire du Moyen Âge, Université Paris-Nanterre, IRHT-UPR 841 du CNRS, Rapporteur
  • Monsieur Laurent FELLER, Professeur d’histoire du Moyen Âge, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8589-LAMOP, Rapporteur
  • Madame Donatella NEBBIAI, Directrice de recherche émérite au CNRS, IRHT-UPR 841 du CNRS, Examinatrice
  • Monsieur Benoît-Michel TOCK, Professeur d’histoire du Moyen Âge, Université de Strasbourg, EA 3400 ARCHE, Examinateur, membre absent
  • Monsieur Daniel RUSSO, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Bourgogne-Franche-Comté, UMR 7366-Centre Georges Chevrier, Directeur
  • Madame Eliana MAGNANI, Chargée de recherches au CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8589-LAMOP, Co-encadrante
Lieu Salle du conseil – UFR Droit
Source: Laboratoire ARTEHIS

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Mohamed Shahrour (trad. M. Abbès), Pour un islam humaniste. Une lecture contemporaine du Coran, Le Cerf, 2019

Violence, terrorisme, citoyenneté, allégeance à l’État, rapport aux autres religions : nul ne tente au Proche-Orient de penser de manière rénovée l’islam d’aujourd’hui comme le fait Muhammad Shahrour. Réfléchir sur la religion et poser à nouveaux frais son articulation à l’éthique, au politique ou au social constituent pour lui une des tâches les plus urgentes. L’islamologue et exégète syrien, qui suscite de nombreuses réactions dans le monde arabe, interroge ici la définition même du mot « islam ».

Audacieux et radical, ce livre fait table rase de la tradition religieuse et du corpus exégétique, théologique et juridique, afin de faire advenir, à partir du Coran, le geste primordial qui a présidé à la naissance de l’islam. Les résultats de cette recherche surprennent par leur modernité : ils réinstallent les dimensions axiologiques au coeur de la profession de foi islamique et conduisent également à lutter contre l’intolérance.Un livre inégalé qui propose de nombreuses pistes pour le renouvellement de la pensée de la loi, du statut de la femme ou du rapport entre politique et religion.Traduit, présenté et annoté par Makram Abbès, professeur à l’ENS de Lyon

Enseignant à l’université de Damas de 1972 à 2000, Muhammad Shahrour publie en 1990 Le Livre et le Coran, censuré dans de nombreux pays musulmans.

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/18882/pour-un-islam-humaniste

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Nicolas Faucherre, Les citadelles du roi de France sous Charles VII et Louis XI, Chagny, CeCaB, 2019, 450 p.

Présentation

De 1450 à 1483, Charles VII puis Louis XI ont sécurisé toutes les nouvelles extensions du domaine royal en y construisant des « citadelles », des châteaux de garnison spécifiquement conçus pour surveiller les villes conquises. Au sortir du Moyen Âge, les architectes du roi inventent alors des formes neuves, tant pour mettre en scène la monarchie absolue que pour répondre aux progrès de l’artillerie à poudre. En 30 ans seulement, ils mettent en place les nouvelles solutions de la fortification moderne : ouverture de tir, circulations, tour à canon, ouvrage détaché devant la porte, moineau d’artillerie. Ces seize citadelles, si importantes dans l’histoire de la défense, ont souvent été des forteresses mal aimées, tôt détruites et vite oubliées.

La thèse de Nicolas Faucherre, soutenue en 1993 et publiée ici pour la première fois, a fait sortir de l’ombre ces jalons essentiels de la construction de l’État moderne. Elle reste aujourd’hui encore une référence de premier plan pour l’histoire et la castellologie.

Renseignements sur le site de l’éditeur: Centre de castellologie de Bourgogne (CeCaB)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Hervé Mouillebouche, Châteaux et palais de la Bourgogne médiévale. Recueil d’articles, Chagny, CeCaB, 2019, 596 p.

Recueil d’articles d’Hervé Mouillebouche, maître de conférences HDR en histoire médiévale à l’Université de Bourgogne

Toutes informations sur le site de l’éditeur, le Centre de castellologie de Bourgogne, CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Yves Coativy, Aux origines de l’Etat breton. Servir le duc de Bretagne aux XIIIe et XIVe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 344 p.

Présentation

Ce livre décrit la construction de l’État breton à ses débuts. Loin de la doctrine des Montforts, les ducs de la maison de Dreux administrent entre 1213 et 1341 leur principauté en bons pères de famille, efficaces, économes et sans trop de scrupules. Entourés et aidés de quelques centaines d’officiers et de fermiers, ils administrent de façon très rigoureuse leur domaine. Grâce à une étude systématique des sources et à un important travail de prosopographie des serviteurs des ducs, cet ouvrage apporte un éclairage nouveau sur la Bretagne des XIIIe et XIVe siècles.

Avec le soutien de l’université de Bretagne occidentale.

Tous renseignements (table des matières, introduction et autres) sur le site de l’éditeur : PUR

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à contribution] Le traitement de la donnée « date » dans les éditions numériques de corpus de sources médiévales.

Atelier du groupe « dates et formules » – COSME2

La date est l’un des premiers critères d’identification et d’analyse de tout document ancien, et pour cette raison l’élément qui figure normalement en tête de toute édition de source, quelle que soit la nature du corpus (diplomatique, épigraphique, sigillographique, etc.). Dans les entreprises d’édition et de bases de données numériques, le traitement de l’élément date n’est pourtant pas sans poser problème. Cela tient à la diversité des modes d’expression de la date en usage au Moyen-Âge (styles chronologiques variables selon l’époque, les régions et les chancelleries, recours au calendrier liturgique), dans certains cas à l’absence de datation explicite et plus marginalement aux opérations de falsifications, qui imposent à l’éditeur de réattribuer à chaque document ou objet une date ou une fourchette de dates exprimée dans un système contemporain et standardisé. Or ces opérations de normalisation sont en elles-mêmes problématiques, par les choix qu’elles impliquent (quel format et quelles règles de datation adopter ? comment traiter des dates incertaines ? etc.) et parce qu’elles comportent un risque de déperdition d’information, lié à la rigidité des formulaires établis dans le cadre de l’édition numérique. Un autre enjeu est celui de l’interopérabilité : la variation des systèmes d’encodage de l’information « date » d’un corpus à l’autre rend aujourd’hui difficile les interrogations et tri croisés selon ce critère.

Le groupe « dates et formules » du consortium COSME2 propose la tenue d’un premier atelier autour de ces questions le jeudi 12 mars 2020 à Poitiers (CESCM) avec pour objectifs :

  • de dresser un état des lieux des pratiques et des problèmes en matière de traitement de l’élément « date » dans les corpus et bases de données numériques récents ou en cours d’édition ;

  • de recenser et d’évaluer les outils susceptibles de faciliter l’interopérabilité et les interrogations croisées (permettant par exemple l’analyse automatique de datation ou la mise en concordance des systèmes de datation médiévaux).

Un second atelier sera organisé à Paris ou à Strasbourg à l’automne 2020, les objectifs finaux étant :

  1. d’établir un référentiel pour le traitement et l’encodage de la donnée « date » dans les différents types de corpus et bases de données, autrement dit de proposer des recommandations pour l’harmonisation du traitement de cette information dans les futurs corpus et bases de données de textes médiévaux ;
  2. de penser les moyens d’une interrogation croisée des différents corpus (moteur(-s) de recherche(-s) commun(-s) ou partagé(-s)) et donc d’une interopérabilité renforcée, sur le critère de la date.

Le format envisagé est celui d’une présentation rapide par chaque participant(-e) des problèmes rencontrés et des choix opérés relativement au traitement de la date dans le cadre de l’édition ou de la base de données numérique dont il ou elle est partie prenante, ainsi que des outils mobilisés et des problèmes ou questions en suspens (10 à 15 minutes), suivie d’une table-ronde.

La date limite est fixée au 15 janvier 2020

Organisateurs : Emilie Kurdziel (U. Poitiers/CECSM) et Thomas Brunner (U. Strasbourg/ARCHE).





 

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Bourses de recherche] Archives départementales du Jura, 2019/2020, date limite de candidature: 6 Décembre 2019

Le Département du Jura propose 3 à 4 bourses par an à de jeunes chercheurs de toute discipline inscrits en enseignement supérieur (Master, Doctorat etc.) et qui doivent recourir de façon importante à l’exploitation d’archives conservées au sein des Archives départementales du Jura pour les besoins de leurs travaux.

Cadre et finalités des bourses départementales de recherche en enseignement supérieur dans le Jura

Parce que le Département du Jura est dépourvu de siège d’université ou de faculté, à l’initiative des Archives du Jura, le Conseil général du Jura a instauré à compter de l’année universitaire 2009-2010 des bourses départementales de recherche en archives afin de promouvoir les études nouvelles et approfondir les connaissances sur le Jura en tout domaine documenté par des sources originales écrites, tout en incitant de jeunes chercheurs à utiliser les très nombreux fonds aux contenus variés conservés par les Archives départementales du Jura.

Outre ce rôle incitatif et financier, il s’agit pour les Archives départementales du Jura d’accompagner aussi les étudiants boursiers dans leurs recherches autant qu’il est besoin, aux côtés de leur directeur de recherche ; le dispositif participe ainsi des activités scientifiques des Archives du Jura et peut inaugurer à plus grande échelle un partenariat avec un centre universitaire sur un thème d’étude précis.

Enfin, les Archives du Jura favorisent la diffusion des résultats de recherche des étudiants auprès des Jurassiens et des Comtois.

 

Obtenir une bourse départementale de recherche

L’obtention d’une bourse est conditionnée par une résidence en France depuis au moins 3 ans et la nécessité de consulter et d’employer des documents conservés aux Archives départementales du Jura pour établir une part principale ou très notable du mémoire ou de la thèse.

L’étudiant remet aux Archives départementales du Jura un dossier par courrier postal (BP 14, 39570 Montmorot) comprenant le formulaire de demande de bourse, une courte présentation du mémoire ou de la thèse préparée, une liste des documents conservés aux Archives du Jura et devant être étudiés pour l’objet du mémoire ou de la thèse, un justificatif d’inscription dans l’établissement d’enseignement supérieur, une lettre de recommandation du directeur de recherche. Pour l’année universitaire 2019-2020, les dossiers doivent être reçus à partir du 2 septembre 2019 et au plus tard le 6 décembre 2019

L’attribution de la bourse de recherche se fait après examen du dossier. Y est particulièrement vérifiée la pertinence des sources listées par l’étudiant par rapport au sujet de sa recherche.

Pendant ses études, et même en amont de sa demande de bourse, l’étudiant peut recevoir conseil et aide méthodologiques et être orienté parmi les fonds par le directeur ou le personnel qualifié des Archives.

Les bourses attribuées pour une année universitaire sont reconductibles chaque année pendant la durée de préparation du mémoire ou de la thèse, sur présentation des justificatifs de poursuite d’études requis au règlement d’attribution des bourses.

L’étudiant s’engage à remettre, après l’obtention de son diplôme, un exemplaire papier exhaustif de son mémoire ou de sa thèse aux Archives qui l’incluront au sein de leur bibliothèque historique. Lors de cette remise, il sera demandé à l’étudiant de bien vouloir préciser par écrit les modalités de communication et de reproduction de ses travaux en salle de lecture des Archives, une incommunicabilité de 10 ans maximum étant possible, par exemple si l’étudiant poursuit ses travaux ou entreprend de les publier.

 

Présenter aux Jurassiens les résultats de recherches nouvelles

Les étudiants ayant obtenu une bourse départementale de recherche sont particulièrement invités, à l’issue de leur mémoire ou de leur thèse, à transmettre au public du Jura les résultats de leurs travaux. Le cadre privilégié de cet échange est l’une des séances de la Société d’émulation du Jura (SeJ) pour une communication d’environ 3/4 d’heure, suivie d’un débat avec le public ; les séances ont lieu un samedi par mois d’octobre à juin, de 15 heures à 17h30 environ. La communication est généralement suivie de sa publication au bulletin annuel des Travaux de la Société d’émulation du Jura, ce qui offre souvent de surcroît une première occasion aux étudiants d’éditer de façon professionnelle un texte d’étude.

Depuis 2018, les étudiants peuvent aussi proposer de donner une conférence plus longue aux Archives du Jura ou dans un autre cadre approprié au thème de leur recherche.

=> Contacter pour proposer une communication à la SeJ ou une conférence, s’adresser aux Archives : 03.84.47.41.28 ou formulaire de contact, ou à la SeJ : socemuljura@free.fr.

Règlement d’attribution des bourses et formulaire de demande de bourse téléchargeables : Archives départementales du Jura

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à communication] Effet de réel, effet du réel: la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janvier 2021) [Date limite: 31 mars 2020]

Organisation

Université de Poitiers – CESCM – CNRS, en collaboration avec la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl

Comité d’organisation : Claudio Galderisi

Vladimir Agrigoroaei, Christelle Chaillou, Pierre-Marie Joris, Pierre Levron, Cinzia Pignatelli

Présentation

La question du réel est tout entière celle des lettres médiévales : de leur réalité matérielle et intellectuelle, de leur horizon de production et de réception, de leurs auteurs affichés ou anonymes, de leur vocation. Mais qu’est-ce que le réel au Moyen Âge ?

Qu’il s’agisse de la matérialité de l’œuvre, de sa paternité, des commanditaires ou des destinataires qui en éclairent l’existence, des faits de langue qui la connotent, la localisent, la datent, l’inscrivent dans un continuum linguistique, des enjeux intellectuels, politiques ou religieux qui la subsument ou de la création poétique ou fictionnelle qui en fait une réalité littéraire à la fois subsidiaire et autonome par rapport à l’horizon temporel dans lequel le texte est écrit, la recherche est confrontée à l’éternel calibrage de la bonne distance critique. Si ce que l’on doit comprendre est déjà en partie compris dans le texte, il est alors indispensable pour l’herméneute de savoir reconnaître ce que l’intention des auteurs a voulu faire apparaître dans l’œuvre pour qu’elle soit ainsi comprise, de savoir identifier ce que s’y est glissé et qui constitue la partie résiduelle du cercle herméneutique que seuls le temps et la recherche peuvent espérer mettre au jour.

Le premier de ces deux réels, que Roland Barthes a baptisé « effet de réel », paraît signaler des processus esthétiques qui jouent sur les ressorts de l’illusion référentielle et de la suspension d’incrédulité. Le second, que Nancy Regalado a appelé avec une formule heureuse « effet du réel », semble désigner les traces plus ou moins conscientes des relations biunivoques que le texte entretient avec la réalité extratextuelle. Ainsi posés l’un en face de l’autre, ces deux réels semblent recouvrir la presque totalité des lettres médiévales. Rares sont en effet les œuvres où l’auteur n’a pas essayé d’entraîner le lecteur vers un monde en trompe l’œil ; encore plus rares sont les textes qui ne révèlent pas des signes, du moins à nos yeux, de la réalité historique, linguistique ou intellectuelle dont ils sont à la fois le reflet et le creuset.

Or la notion de réel n’est évidemment pas la même au Moyen Âge et aujourd’hui ; elle est aussi très différente pour un auditeur de la matière de Bretagne ou des chansons de geste au XIIe siècle ou pour un lecteur de Charles d’Orléans et de François Villon à la moitié du XVe siècle.

Les lettres médiévales posent à l’herméneute une multitude de questions qui gravitent autour de ces deux réels et de leurs seuils. Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas pour un lecteur médiéval qui croit davantage aux merveilles et aux miracles qu’à la réalité qui l’entoure ? En lisant le Roman d’Eneas, dont l’auteur ne revendique pas la source réelle, le lecteur médiéval reconnaît-il dans ce silence une volonté de dissimuler l’effet du réel, une sorte de refus de l’effet de réel ou un effet du réel poétique ? Et que pense ce même lecteur devant ce que nous appelons le topos du livre source qu’il rencontre dans un grand nombre de romans arthuriens ? Effet de réel ou effet du réel, ou les deux, selon que l’on se situe du côté de l’auteur ou d’un lecteur pas toujours suffisant ? Que perçoit au juste ce lecteur de l’effet du réel ? Les enjeux historiques, idéologiques, dynastiques qui traversent les lettres médiévales et qui expliquent en partie les choix des auteurs, sont-ils compris comme des effets du réel par des lecteurs qui seraient en dehors du cercle des commanditaires ou destinataires ? L’effet de réel du lecteur médiéval est-il le même que croit reconnaître aujourd’hui l’herméneute en quête d’illusion référentielle ? Et, a contrario, comment se façonne pour un auteur médiéval et pour son propre lecteur la perception du réel ? Robert de Clari décrivant Constantinople reflète-t-il ce qu’il voit ou témoigne-t-il de la diffusion de la matière d’Antiquité dans son milieu culturel ? Y a-t-il une langue pour les effets de réel et une langue propre à l’effet du réel ? Ces deux effets sont-ils l’un et l’autre associés spécifiquement à des motifs, à des genres, à des matières ? L’illusion référentielle opère-t-elle de la même manière dans un poème en vers ou dans un récit en prose ? La réalité psychologique et la réalité historique peuvent-elles modifier l’interaction entre ces deux réels jusqu’à parfois les confondre ? Enfin, comment la réalité plurielle du texte médiéval s’articule-t-elle avec ces deux expressions de la subjectivité littéraire ?

Il ne s’agit là que de quelques-unes parmi les interrogations que pose la question du réel, sous toutes ses formes, dans les textes médiévaux. Ces questions seront abordées lors des deux journées de communications et dans les conférences du samedi ouvertes au grand public : au réel de la ville. Le colloque sera structuré en quatre séances qui recouvrent les principales questions ici évoquées et qui correspondent à autant d’approches du sujet : épistémologique, historique et historiographique, linguistique, esthétique.

Les propositions de communication (titre et résumé), seront soumises au comité scientifique du colloque. Elles sont à adresser à colloqueCESCM2021@gmail.comavant le 31 mars 2020.

Comité scientifique : Martin Aurell, Joëlle Ducos, Jean-Marie Fritz, Claudio Galderisi, Nancy Regalado, Jean-Claude Schmitt, Jean-René Valette, Jean-Jacques Vincensini, Fabio Zinelli, Michel Zink.

 

Affiche et version imprimable de l’appel à communication :

https://cescm.hypotheses.org/files/2019/11/Colloque_CERSCM-SLLMOO_effetder%C3%A9el_janvier2021.pdf

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

Jeunes chercheurs en Histoire, Archéologie et Littérature du Moyen âge du Ciham-UMR 5648