Appel à communication : « Le Sahara précolonial : des sociétés en archipel ». Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (date limite : 30/04)

Projet de publication proposé par Cyrille Aillet (Université Lumière Lyon 2), Chloé Capel (UMR 8167) et Élise Voguet (CNRS, IRHT).

Appel

Depuis une vingtaine d’années, la recherche sur l’histoire des peuples sahariens connaît un renouveau remarquable. La conception traditionnelle du Sahara prémoderne comme espace de frontière entre l’Afrique du Nord et le Sahel a été progressivement abandonnée au profit de l’idée que le Grand Désert constituait une aire autonome, à l’intérieur de laquelle s’opérait la jonction entre les deux Afriques (Loimeier, 2013, 54-76). Notre appel à contributions s’inscrit dans cette nouvelle dynamique en invitant historiens, archéologues et spécialistes d’autres disciplines à questionner la cohérence de cet espace culturel saharien, entre le haut Moyen Âge, où l’islam fait son apparition dans ces régions, et le xixe siècle, à la veille des poussées coloniales modernes. Le point de départ de notre réflexion est le constat d’une tension entre le caractère insulaire de ces sociétés et leur vocation cosmopolite, entre la discontinuité géographique du peuplement saharien et les formes de cohésion socio-culturelle qui peuvent en assurer l’unité relative, à l’image des archipels maritimes. En effet, si les régions comme le Tafilalt au Maroc (Capel, 2016a), le Touat (Voguet, 2017 et 2018) ou le bassin de Ouargla (Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) en Algérie, le Fezzan en Libye (entre autres Mattingly, Sterry, Edwards, 2015) ou les oasis du Kaouar au Niger (Vikør, 1999) peuvent être considérées comme des points névralgiques au sein d’un vaste réseau d’échanges et de rencontres transrégionaux, elles n’abritent pas moins des cultures vernaculaires d’une diversité et d’une richesse remarquables. De même, la grande mobilité de leurs habitants, notamment les marchands ou les lettrés, a donné lieu à la formation d’une véritable diaspora transsaharienne, marquée par une conscience et une mémoire de groupe qui peuvent être très fortes (Lydon, 2009, 340-400).

Les contributions, en interrogeant la pertinence de la notion d’archipel appliquée aux mondes sahariens, telle qu’elle a pu être également employée pour qualifier l’économie mondialisée actuelle (Dolfus, 1996, 25-30), devraient s’articuler autour de trois axes de recherche.

Le premier axe envisage le phénomène de la mobilité des oasiens sur la longue durée et celui de l’attraction de ces pôles de peuplement sahariens. Nous serons attentifs à la pratique du commerce à grande ou moyenne distance (Lydon, 2009 ; Mattingly et alii , 2017), aux migrations économiques ou sociales de groupes nomades vers les régions oasiennes (Cleaveland, 2002) et aux différents déplacements à des fins religieuses ou intellectuelles, tels que les pèlerinages ou les voyages « pour acquérir la science » (fī ṭalab al-ʿilm) des lettrés musulmans (Warscheid, 2017).

Le deuxième axe concerne l’organisation politique et sociale des différentes sociétés oasiennes. L’objectif est, d’un côté, de penser les organisations de peuplement et les formes d’exercice de pouvoir, notamment par la fabrique de structures institutionnelles à l’échelle locale (Warscheid, 2017), de l’autre, de sonder les relations que les régions oasiennes entretiennent entre elles mais aussi avec des acteurs politiques externes (méditerranéens et sub-sahariens principalement), qu’il s’agisse d’États ou de confédérations tribales (Cleaveland, 2002 ; Hassen, 1999 ; Amara, 2003). Ce thème sera aussi l’occasion de questionner le poids de ces interlocuteurs extérieurs dans la structuration politique et économique de ces archipels sahariens et dans l’émergence des grandes formations politiques sahariennes (Grémont, 2010) telles que l’Empire almoravide, le royaume de Ghāna ou les sultanats de Mālī, de Kānem ou de Borno.

Enfin, le troisième axe s’attache à une histoire de la production culturelle en milieu oasien, envisagée comme un processus d’appropriation créative de formes et de modèles allogènes par les populations locales, ou comme l’élaboration de modèles autochtones. Il s’agit d’interroger l’apparition de traditions littéraires (Rebstock, 2001 ; Hunwick, 2011 ; Steward, 2016) et la genèse d’une culture savante et religieuse musulmane (Osswald, 1993 ; Krätli & Lydon, 2011), mais aussi d’historiciser la culture matérielle oasienne, de l’artisanat à l’architecture (Vallat, 2014 ; Chekhab-Abudaya, 2016 ; Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) et le domaine des savoirs et des savoir-faire sahariens, notamment agricoles, techniques, symboliques et artistiques (Capel, 2016b). Dans ce cadre, nous serons particulièrement sensibles aux approches qui thématisent l’interaction entre l’oralité et l’écriture.

Calendrier

Les propositions d’articles, en français ou en anglais (4 000 signes maximum) sont à envoyer par courriel à cyrilleaillet@yahoo.fr avant le 01 septembre 2019.

Les auteurs recevront une réponse (article retenu ou non) dans le mois suivant.

Les articles rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45 000 signes devront être envoyés avant le 30 avril 2020. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication : dépasser la frontière, revue Frontiere·s (date limite : 10/06)

Frontière·s. Revue d’Archéologie, Histoire et Histoire de l’art se destine à offrir un espace de réflexion épistémologique en Open Access aux chercheur·se·s dont les travaux portent sur les sociétés antiques et médiévales autour du terme polysémique et débattu de « frontière ». Pour son numéro inaugural, « Dépasser la frontière  », la revue aborde les thématiques associées au franchissement des frontières, quelles qu’elles soient.

Présentation de la revue

À ce jour, peu d’espaces dédiés à la réflexion épistémologique sont disponibles en Open Access dans les sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge. C’est de ce constat que sont nés le laboratoire junior et la revue Frontière·s. Son objectif est de proposer à la communauté scientifique un support de publication rapide tout en garantissant la rigueur scientifique de l’évaluation par les pairs. Cette initiative est portée par de jeunes chercheurs de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, principal soutien du projet, en partenariat avec la Pépinière de revues de l’Université Jean Moulin (Lyon 3).

Dans les études menées sur les sociétés anciennes, la notion de frontière est bien souvent restreinte au sens de limite géopolitique. Pourtant, la polysémie du mot permet d’envisager une multitude de réflexions portant sur les modalités de séparation, concrètes ou abstraites, naturelles ou construites. C’est le sens de la revue Frontière·s : embrasser les différentes acceptions du mot frontière, en tant que limite, non seulement géophysique, étatique ou politique, mais aussi sociale, culturelle, symbolique, linguistique, métaphysique, etc. En d’autres termes, les contributions pourront interroger tous les éléments qui créent des séparations entre les individus au sein des sociétés antiques et médiévales.

Archéologues, historiens et historiens de l’art trouveront dans la revue un cadre pour appréhender la frontière comme objet transdisciplinaire. Celle-ci adoptera le format de synthèses semestrielles, articulées autour de grandes problématiques.

Appel en cours

Ce numéro inaugural propose aux auteur·e·s d’interroger le thème « Dépasser la frontière ». Toutes les acceptions du verbe « dépasser » pourront être abordées, sans restriction sémantique. On pourra l’entendre dans le sens de franchir, surmonter, transgresser, surpasser, etc. Le dépassement de la frontière induit ainsi un large spectre d’acteur·rice·s et de manifestations. Les auteur·e·s aborderont librement la question selon différentes approches :

  • Sémantique et discours
  • Culture matérielle et matérialité
  • Caractère volontaire ou subi du franchissement
  • Transgression de la Loi et des normes
  • Acteurs individuels et mises en réseaux
  • Rythmes, temporalités et dynamiques
  • Intermédiaires et agents
Modalité de soumission

Les auteurs adresseront leur contribution avant le 10 juin 2019 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les normes éditoriales sont disponibles ici.

Les normes bibliographiques sont disponibles ici

Source et contacts

Source : https://calenda.org/554434

Coordination du numéro : Vincent CHOLLIER (HiSoMA) et Gaëlle PERROT (HiSoMA)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Prix : Prix Jeunes chercheurs de Lyon (date limite : 31/05)

Présentation

Pour exprimer l’intérêt qu’elle porte aux jeunes chercheurs/ses, la Métropole de Lyon décerne trois prix de 5 000 € chacun dans les trois grands champs thématiques suivants :

1. Thème « bio santé et société »,
> où les enjeux dépassent largement les seuls aspects technologiques, notamment dans les secteurs du cancer et des vaccins, traditionnellement en pointe à Lyon, avec la médecine personnalisée, la croissance de pathologies émergentes, la nécessité de développer des approches avancées de modélisation et simulation.
Ex : Biologie, Cancérologie, Infectiologie, Droit, Médecine…

2. Thème « sciences et ingénierie »
> avec des enjeux comme les industries du futur pour qui les aspects de durabilité et de soutenabilité sont au centre des préoccupations, le partage de l’énergie, les transports.
Ex : Sciences formelles et de la nature, Ingénierie…

3. Thème « humanités et urbanité »
> dans une compréhension des métropoles où la technologie, les politiques publiques et les organisations sont tournées vers l’humain. L’analyse des sociétés dans une compréhension de la modernité, du religieux et de la laïcité, de la gestion des croissances économiques et des risques sont étudiés comme des enjeux majeurs.
Ex : Sciences sociales, Urbanisme, Sciences Politiques, Humanités…

Pour candidater

1 – Les candidats doivent avoir suivi une partie au moins de leur cursus universitaire, thèse ou post doc dans l’une des universités, grandes écoles ou l’un des laboratoires de recherche de l’Université de Lyon.
Les travaux présentés devront avoir été réalisés dans l’un des organismes précités.
2 – Les candidats sont des personnes physiques.
3 – Les candidats doivent être nés à partir du 1er janvier 1984
4 – Pour concourir, avoir soutenu sa thèse entre le 1er mai 2014 et le 1er mai 2017.
5 – Les candidats ont la possibilité de concourir une deuxième fois

Dossier à fournir
Chaque candidat, en précisant impérativement le prix pour lequel il concourt, devra fournir un dossier en langue française, dans une version numérique (CD-ROM ou clé USB), en un seul fichier qui comprend toutes les pièces.

Les dossiers numérisées sous CD-ROM ou clé USB sont à faire parvenir en envoi recommandé, DHL, ou colissimo sous enveloppe bulle cachetée avant le 31 mai 2019 par voie postale à :
Maison des Etudiants Métropole de Lyon – 25 rue Jaboulay – 69007 Lyon
Règlement en pièce jointe à partir d’avril 2019

Source

https://www.lyoncampus.info/Prix-Jeune-Chercheur_a1473.html

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement doctoral : contrat CIFRE pour un archéologue, département de la Haute Savoie (date limite : 30/04)

Finalité du poste

Etudiant en thèse dans le cadre du dispositif CIFRE (50 % recherche / 50 % collectivité) se voyant confier, dans le cadre de sa présence au sein de la collectivité, une mission de recherche archéologique sur le patrimoine bâti médiéval.

Missions principales

Vous devrez participer aux opérations sur le terrain-fouilles et études de bâti, aux rapports et à terme prendre la responsabilité d’opérations archéologiques ;Vous participerez ponctuellement à la conduite technique des différents projets de l’unité ; Vous serez partenaire dans l’élaboration de la politique de recherche scientifique de l’unité;Vous participerez ponctuellement aux tâches administratives de l’unité.

Pour plus d’informations : https://www.hautesavoie.fr/sites/default/files/fiche-emploi/pdf/pcp-archeo-appr_.pdf

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Conférences : Rendez-vous de l’histoire du monde arabe, Paris, 11-14/04/2019

Programme des 5èmes Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe, à l’Institut du Monde Arabe (Paris) du 11 au 14 avril 2019. Le thème de cette année est « Le corps« .

Présentation de Rendez-vous de l’Histoire de l’Institut du monde arabe en langue des signes française ici.​

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts

Parution : L. Saussus (dir.), « Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité », DOuai, 2019

Titre : « Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité »

Auteur(s) : Lise Saussus (dir.), avec la collaboration de Nicolas Thomas, Marisa Pirson et Benjamin Jagou

Lieu et date d’édition : Douai et Louvain-la-Neuve, 2019

Collection : Collection Archaeologia Duacensis, 31 – Collection d’archéologie Joseph Mertens, XVII

Format : 21 x 29,5 cm – Relié sous couverture souple, quadrichromie

Pages : 277 pages

ISBN : 978-2-9567195-0-2 et 978-2-9302080-5-3

Prix : 30 € TVAC hors frais de port

Commander : craneditions@uclouvain.be

Résumé / Abstract :

De 1983 à 1987, une fouille archéologique rue Saint-Julien à Douai révèle un atelier et ses quelques milliers de déchets témoignant d’un travail du cuivre et de ses alliages au XIIIe siècle. Cette publication examine l’unité de production à la lumière des sources archéologiques, mais aussi de sources écrites et archéométriques. Elle présente le cadre de la découverte à l’échelle de la ville jusqu’à celle de la parcelle en s’intéressant à l’intégration des métiers du cuivre dans le tissu urbain. L’étude de la stratigraphie et des structures composant cet atelier dans un vaste espace de près de 1 000 m² précède l’analyse du mobilier métallurgique, des techniques variées, en particulier celles des réparations de vaisselle, mais aussi des alliages mis en œuvre. Enrichie par l’examen du travail du fer, associé à celui du cuivre, et d’une partie de la vaisselle en céramique consommée sur le site, l’étude illustre un de ces ateliers de proximité qui ont subsisté à côté des grands centres de production tels ceux de la vallée de la Meuse. Voué à l’entretien des vaisselles, enclin à répondre à des commandes variées, ce type d’ateliers actifs aux échelles locales, celles de la ville et de ses alentours, profite de la circulation des productions de masse mises sur le marché à une échelle globale.

From 1983 to 1987, an archaeological excavation along the rue Saint-Julien in Douai revealed a workshop and its several thousand pieces of waste, testifying to the work of copper and its alloys during the 13th century. In this book, the workplace is examined in the light of archaeological sources, but also of written and archaeometric sources. It presents the framework of the discovery from the global scale of the city to the particular plot by focusing on the integration of the metalworking professions into the urban fabric. The study of the stratigraphy and structures composing this workshop in a vast space of nearly 1,000 m² precedes the analysis of the metallurgical finds, of the various techniques, in particular those of cooking and table utensil’s repairs, but also of the alloys used. Enriched by the examination of the ironwork associated with the copperwork, and part of the ceramic tableware consumed on the site, the study illustrates one of these local workshops that have survived alongside major production centres, such as those in the Meuse valley. Dedicated to the maintenance of crockery, inclined to respond to various demands, this type of workshop, active at the local level of the city and its surroundings, benefits from the circulation of mass productions placed on the market on a global scale.

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts

Ecole d’été : « Collections en Méditerranée », MMSH, Aix-En-PROVENCE, 8-17/07/2019 (limite : 30 avril 2019)

Du 8 au 17 juillet 2019 se tiendra une école d’été à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme en collaboration avec le MuCEM (Aix-en-Provence/Marseille) sur le thème : “Collections en Méditerranée / Understanding Mediterranean Collections”. L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes.

Date limite : 30 avril 2019

Le public visé est celui des jeunes chercheurs (Master, Doctorat) mais aussi des chercheurs, enseignants-chercheurs et professionnels des institutions culturelles souhaitant se former aux problématiques de l’école d’été. Nous vous serions reconnaissantes de diffuser cet appel dans vos réseaux (page Facebook, compte Twitter, partenaires etc…). Vous trouverez toutes les informations sur le programme et les conditions de candidatures sur le site de l’appel.  L’école se déroulera de la manière suivante :

-des conférences de chercheurs ou de professionnels internationaux enrichiront la réflexion par l’analyse de situations relatives aux autres pays européens et de la rive sud-méditerranéenne.
-des visites dans des collections aixoises et marseillaises, conçues à la fois comme des conférences guidées et comme des formations sur site, seront conduites par un binôme chercheur-professionnel.
-des ateliers méthodologiques encadrés par des chercheurs et des professionnels formeront les participants aux différentes modalités d’écriture employées dans l’analyse et la valorisation d’une collection (billet sur un carnet de recherche en ligne, livret de visite d’une collection, présentation sur le site de l’établissement, documentaire filmé ou montage sonore). Ces ateliers permettront aux participants de travailler à leur projet personnel qui sera présenté lors des séances de restitution.




Disciplines : Histoire – archéologie – ethnologie – archivistique – humanités numériques – histoire de l’art – sciences de l’Antiquité
Organisation :
L’école d’été aura lieu principalement dans les locaux de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) et du MuCEM (Marseille). Elle offre à tous les participants le logement en résidence universitaire, ainsi que les déjeuners. Les frais de déplacement, les petits déjeuners et dîners restent à la charge des participants (des cuisines collectives sont à leur disposition dans les résidences universitaires). Six bourses d’aide à la mobilité d’un montant de 250 € seront accordées sur demande motivée et après examen du dossier du candidat.
Comment candidater ?
Les candidats seront sélectionnés sur la base d’un curriculum vitae (max. 2 pages) et d’une présentation (500 mots max.), en français ou en anglais, montrant le lien du projet de recherche ou de l’activité professionnelle avec les problématiques de l’école d’été. La date limite de candidature est porté au 30 avril 2019.
Programme de l’école d’été à télécharger : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/4399/files/2019/03/AAC-école-dété-MMSH-Collections.pdf 
Renseignements et dépôt des candidatures :ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts

Conférence : Frank T. Coulson, « Ovid’s Transformations in the Middle Ages and the Myth of Medea », 28/03, Lyon.

Frank T. Coulson, Distinguished Professor of Classics à l’Université d’État de l’Ohio, donnera une conférence intitulée « Ovid’s Transformations in the Middle Ages and the Myth of Medea » le jeudi  28 mars, de 10 h à 12 h à l’Université Lyon 2 (18 quai Claude Bernard, salle B147). Le professeur Coulson est l’un des plus grands spécialistes internationaux de la transmission médiévale d’Ovide. Il est notamment éditeur des plusieurs commentaires latins aux Métamorphoses.

Cette conférence est organisée dans le cadre du séminaire biannuel « Ovide au Moyen Âge » du CIHAM, coordonné par Marylène Possamaï et Irene Salvo García.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Formation : stage intensif de lange arabe, option recherche sciences humaines et sociales, 24/06-19/07, Tunis (date limite : 30/04

L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) propose une nouvelle formule de son stage annuel d’été avec une semaine supplémentaire de cours pour renforcer l’apprentissage de l’arabe standard et ce, en réponse aux attentes formulées par les stagiaires des années précédentes.

Ce stage intensif organisé par l’IRMC, en partenariat avec Institut national des langues et civilisations orientales l’INALCO, est placé sous la responsabilité scientifique des professeurs Luc Deheuvels, (INALCO) et Oissila Saaidia, (IRMC).

Il s’adresse à des étudiants (masterisants et doctorants) et aux chercheurs sur le monde arabe.

Outre l’apprentissage de la langue arabe, il propose des orientations linguistiques plus spécifiques aux recherches en SHS (enquêtes, terrains, questionnaires, travail statistique, entretiens, retours d’enquêtes, exploitation d’une documentation spécifique, lecture de la presse…).

Ce stage offre une formation linguistique et culturelle approfondie à des stagiaires ayant déjà suivi un enseignement académique ou assimilé, de langue arabe standard (fusha) répondant à l’un des profils suivants :

  • Profil 1 = post débutant : entre 150 et 250 heures d’arabe)
  • Profil 2 = intermédiaire : entre 250 et 400 heures d’arabe (+/-2 années d’arabe)

Les enseignements proposés se déroulent sur 4 semaines et représentent 100 heures d’arabe en cours collectifs à raison de 5 heures par jour. Ils s’articulent autour des thèm30/04)es et des matières suivantes : grammaire de l’arabe standard, expression et compréhension écrites et orales, lecture et dictée, presse écrite, presse audiovisuelle, questions de société, histoire contemporaine, sociologie, science politique, médias…

Un enseignement d’arabe dialectal tunisien est également proposé (niveau débutant accepté).

L’équipe est formée de professeurs tunisiens spécialisés dans l’enseignement de l’arabe langue étrangère et par des chercheurs en sciences humaines et sociales.

MODALITÉS ET FRAIS D’INSCRIPTION

Le nombre de places étant limité, nous vous conseillons de remplir le formulaire ci-joint et de nous la renvoyer avant le 30 avril 2019 à : direction@irmcmaghreb.org 

Il vous sera alors adressé un test de niveau correspondant à votre profil. Les frais d’inscription s’élèvent à 750 euros.

Ils devront impérativement être versés au plus tard le 8 juin par virement bancaire en euros sur le compte bancaire de l’IRMC domicilié en France.

La somme versée ne sera en aucun cas remboursée en cas de désistement, sauf pour raisons médicale ou professionnelle dûment justifiées.

Si le versement de la totalité des frais d’inscription dans les délais indiqués n’est pas effectif, l’IRMC s’autorise à annuler votre inscription.

INFORMATIONS PRATIQUES

Les stagiaires doivent être présents à l’IRMC, le vendredi 21 juin, pour passer un test oral. Le logement est à la charge des stagiaires.

Toutefois, de prix conventionnés négociés par l’IRMC auprès pensions de familles. Il leur est conseillé de procéder à la réservation avant leur arrivée à Tunis.

Contact : direction@irmcmaghreb.org / Tél. +216 71 796 722

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier doctoral : « Les imaginaires dans les villes du monde méditerranéen (XIIe-XVe s.), Sienne, 17-21/06/2019 (limite : 15 avril)

Appel à candidatures pour un atelier doctoral qui se tiendra à San Gimignano (Sienne), les 17-21 juin 2019 : « Imaginaires dans les villes du monde méditerranéen (XIIe-XVe siècles) »

L’atelier doctoral est organisé dans le cadre des ateliers internationaux de formation doctorale Pouvoirs, sociétés, imaginaires dans les villes du monde méditerranéen (XIIe-XVe siècles). Pour une approche historico-anthropologique de la ville médiévale. L’objectif des ateliers est l’étude des sociétés urbaines du Moyen Âge, en mettant l’accent sur les systèmes politiques et les différentes manifestation de l’imaginaire urbain et en portant le regard sur toutes les villes du bassin méditerranéen – celles de l’Occident chrétien, celles de la zone d’influence byzantine et celles des régions sous domination islamique.

Date limite : 15 avril 2019

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts

Parution : C. Pierreville, « Anthologie de la littérature érotique du Moyen Âge », Paris, 2019

Anthologie de la littérature érotique du Moyen Âge, textes édités, traduits et commentés par Corinne Pierreville, Paris, Honoré Champion, 2019.

ISBN : 9782745350855

Ce recueil se destine à tous ceux qui douteraient que l’érotisme ait pu exister dans la littérature médiévale. Des textes du XIIe au XVe siècle empruntés à des genres variés révèlent la manière dont s’expriment le désir et le plaisir sexuel au Moyen Âge, des premiers troubles sensuels aux voluptés charnelles les plus transgressives, de la fin amor à la luxure assumée. Ces œuvres revendiquent la légitimité de la vie sexuelle, l’accès à la jouissance et l’intellectualisation de la sensualité. Elles présentent un large éventail de positions et de pratiques qui secouent le cadre conventionnel de la relation hétérosexuelle. Elles exposent les besoins primordiaux du corps libéré des entraves morales, religieuses ou sociales cherchant à maîtriser ou refouler ses pulsions, et le transforment en univers à explorer et à exprimer. Elles permettent de découvrir le rapport qu’entretenaient les hommes et les femmes de l’époque avec leur part charnelle, elles nous donnent accès à leurs fantasmes dans toute leur richesse et leur complexité. En matière de caresses, de comportements, de projections fantasmées, de représentations suggestives ou de sublimation par le langage et par l’art, le raffinement de l’imaginaire médiéval n’a guère à envier aux siècles ultérieurs. Chantant la vie et la vérité des corps, il ne peut laisser personne indifférent.

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts

ArchéoLyon 2019, 16/03

L’archéologie lyonnaise accompagne chaque année, sur la base des prescriptions émises par l’État, de nombreux projets de construction immobilière ou d’aménagement urbain. Ses chercheurs initient par ailleurs des projets scientifiques qui permettent de relire et d’exploiter, souvent dans un travail collaboratif et inter-institutionnel, les données réunies. Ces progrès dans la connaissance restent généralement opaques pour le public : il ne peut avoir directement accès aux chantiers à cause des délais de réalisation des fouilles et des contraintes de sécurité qui s’y imposent, et les études qui se déroulent en bureau ou en laboratoire ne lui sont que peu accessibles.

C’est pour partager ce renouvellement des connaissances que le Service archéologique de la Ville de Lyon (SAVL) s’est associé au musée des Confluences afin de proposer au public le rendez-vous annuel ArchéoLyon. Organisée en collaboration avec le Service régional de l’Archéologie (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes) et avec la participation de ces autres acteurs, public et privé, de l’archéologie préventive que sont l’Inrap et Evéha, la troisième édition de cette rencontre avec le public se tient le 16 mars 2019.

Le secteur de Vaise, qui a livré ces dernières années de très belles découvertes, et où l’occupation de l’Ile Barbe fait l’objet d’une relecture pluridisciplinaire, sera largement à l’honneur, tout comme Fourvière, qui n’a pas fini de réserver des surprises aux archéologues… Au-delà d’un zoom sur Lyon à l’époque de l’empereur Claude, en écho à l’exposition du Musée des Beaux-Arts, nous traverserons les siècles, à l’image de la richesse et de la diversité du champ des études ouvert à l’archéologie lyonnaise.

14h-18h20, Musée des Confluence, 86 quai Perrache, 69002 Lyon.

Source et programme : http://www.archeologie.lyon.fr/archeo/sections/fr/publics/actualite/archeolyon_2019

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Conférence : Fouille archéologique à Pont-d’Ain, Pont-d’Ain, 28/03

La Communauté de commune Rives de l’Ain-Pays de Cerdon et l’Inrap organisent une conférence sur les premiers résultats de la fouille archéologique réalisée en amont du projet d’Écosphère Innovation à Pont-d’Ain. 
Franck Gabayet et Dominique Mazuy, archéologues à l’Inrap et chercheurs associés au laboratoire ArAr.
– jeudi 28 mars 2019 – 18h30 – salle des fêtes – quai Justin Reymond – Pont d’Ain

Une équipe d’archéologues de l’Inrap, sur prescription de l’État (Drac Auvergne–Rhône-Alpes) a réalisé entre novembre 2017 et mars 2018, une fouille archéologique d’une surface de 18 600 m2, répartie en trois zones le long de la route D1084. Une première occupation des Xe-XIIe siècles permet de restituer dans le secteur un habitat rural constitué de plusieurs bâtiments sur poteaux, dotés pour certains de silos enterrés, (stockage des grains ?). La zone principale a livré les vestiges d’un édifice militaire, mentionné par des textes d’archives sous le nom de Bâtie de Vieu-sous-Varey, mais dont l’emplacement était resté inconnu avant les opérations d’archéologie préventive.

source : https://www.arar.mom.fr/recherche-et-activites/conferences/fouille-archeologique-pont-d-ain

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel a communication : « Assistance, protection et contrôle social dans les Etats de Savoie et les Etats voisins. Aspects d’histoire sociale à partir des sources juridiques et judiciaires, Nice, 28-29/10 (date limite : 01/05)

L’étude des sources juridiques et judiciaires a toujours été essentielle pour l’histoire sociale ; celle qui a pris forme durant les années 60 du XXe siècle n’aurait pu exister sans elles. Pour autant, cette histoire sociale a débuté par une « histoire par le haut » : les études consacrées aux sources juridiques ont commencé par aborder le droit tel qu’il était produit par les institutions publiques et les acteurs juridictionnels. Mais cela a également permis d’inaugurer une nouvelle approche de la source juridique de la part de l’histoire sociale : non seulement ces sources peuvent être utilisées pour éclairer des éléments oubliés d’histoire sociale, mais leur approche, dans une perspective sociologique ou anthropologique, peut améliorer notre compréhension des constructions normatives et des pratiques judiciaires.

Nice – Faculté de droit et science politique, 28-29 Novembre 2019

Argumentaire

Ainsi, une lecture du droit tel qu’il est appliqué aux individus et tel qu’ils le ressentent offre d’importantes opportunités : elle peut d’abord fournir un complément à ce que peuvent apporter d’autres sources historiques, mais nous éclairer également sur le contexte sociopolitique et les éléments d’expérience sociale qui produisent des sources juridiques dans toute leur diversité.

Ce colloque a ainsi pour objectif d’explorer la manière dont des sources juridiques peuvent être utilisées dans une perspective analytique d’histoire sociale. La thématique choisie concerne le domaine dans lequel le droit est le plus proche de besoins des individus : celui de l’assistance, de la protection et du contrôle social. Cette problématique centrale de l’histoire sociale n’a jamais été abordée dans les États de Savoie : l’historiographie de l’assistance, de la protection et du contrôle social y est quasiment inexistante, en tous cas envisagée à partir de sources juridiques et judiciaires. Or, l’assistance, la protection et le contrôle social sont des enjeux humains, sociétaux, politiques, économiques, juridiques voire juridictionnels de premier ordre et posent, dans une perspective d’histoire sociale, de multiples questions :

Celle d’abord des personnes assistées, en situation de faiblesse de précarité, ou de vulnérabilité et de leurs besoins : les pauvres (mendiants, vagabonds, familles pauvres, familles nombreuses), les malades ou victimes d’accidents (contaminés contagieux, victimes d’épidémies, déments, infirmes, victimes de guerre, blessés), les vieillards, les femmes (veuves, filles-mères, prostituées), les enfants (enfants abandonnés, orphelins), les étrangers (migrants, réfugiés, déplacés, voyageurs, pèlerins), les prisonniers, chômeurs, naufragés…

Cette même diversité se retrouve lorsqu’on s’intéresse aux dispositifs d’assistance, qu’il s’agisse des moyens (aumônes, assurances privées, assurances sociales, mutuelles) ou des structures (hôpitaux, hospices, asiles, lazarets, sanatoria, ateliers de charité, xenodochia).

On la retrouve aussi lorsqu’on pense aux acteurs de l’assistance et de la protection, qu’il s’agisse d’acteurs privés (corporations, confréries de pénitents, associations de dévotion, entreprises, philanthropes, sociétés de secours mutuels, loges maçonniques) ou bien d’acteurs institutionnels (États, Communes, Départements, Provinces, Églises, congrégations religieuses, armée, monts de piété, caisses de crédit municipal).

La cadre chronologique est volontairement large, puisqu’il couvre la période du Moyen Âge, de l’Âge baroque, des Temps modernes et de l’histoire contemporaine.

Le Cadre géographique est celui des Anciens États de Savoie (dans leur acception la plus large) et des États limitrophes à titre de comparaison et afin de mettre en lumière la circulation des modèles et des pratiques.

Les langues du colloque étant l’italien, le français et l’anglais, la communication faite dans une langue fera l’objet d’un résumé d’une page dans au moins une des deux autres langues, et sera distribué au moment du colloque.

Les communications seront limitées à 20 minutes.

Modalités de soumission

Les propositions de communication devront parvenir à l’adresse suivante :

marc.ortolani@univ-cotedazur.fr

En mentionnant :

  • les coordonnées de l’auteur (adresse mail, téléphone)
  • le titre (même provisoire) de la communication
  • un bref résumé (10 lignes maximum)
  • une présentation de l’auteur (10 lignes maximum)

Délai de réponse à l’appel à communication : au plus tard le 1er mai 2019

Source : https://rmblf.be/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement : contrat doctoral fléché 2019-2022 de la Casa de Velazquez

La Casa de Velázquez a vocation à accueillir des doctorants préparant une thèse dans les champs disciplinaires qui relèvent de sa sphère de compétence telle qu’elle est définie dans le décret 2011-164 du 10 février 2011 relatif aux Écoles françaises à l’Etranger. Elle « a pour mission de développer […] les recherches relatives aux arts, aux langues, aux littératures et aux sociétés des domaines hispanique et ibérique, ibéro-américain pour les périodes coloniale et contemporaine, et maghrébin ».

La Casa de Velázquez peut donc accueillir, en convention avec l’École Doctorale du candidat retenu, en septembre 2019 et pour une durée de trois ans, un doctorant travaillant dans ces champs disciplinaires, géographiques et chronologiques.

Les documents seront déposés (format pdf) sur le site de la Casa de Velázquez (ACCÈS AU FORMULAIRE DE DÉPÔT DE CANDIDATUREavant le 30 avril 2019, à 15h00. Après une première expertise et un classement effectué par la Casa de Velázquez, les dossiers des candidats seront transmis au MESRI pour expertise et les résultats seront publiés avant la fin du mois de juin.

Pour plus d’informations sur les contrats doctoraux fléchés dans les autres Écoles françaises à l’étranger  : resefe.fr

Source : http://resefe.fr/node/499

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Jeunes chercheurs en Histoire, Archéologie et Littérature du Moyen âge du Ciham-UMR 5648