Appel à contribution : Journée doctoral EHESS-Marseille « Usages de la cartographie en sciences sociales », 19/06 [date limite : 28/04]

Une journée doctorale consacrée au thème D’écrire l’espace, usages de la cartographie en sciences sociales est organisée le 19 juin prochain à l’EHESS-Marseille. L’appel à communication en pièce jointe s’adresse aux doctorant(e)s de toute discipline (anthropologie, économie, géographie, histoire, sociologie, etc.) qui traitent de ces questions dans leur recherche.

Les propositions de communication de 500 mots maximum, suivies d’une brève présentation des auteurs, leur affiliation institutionnelle ainsi que leurs coordonnées, sont attendues pour le 28 avril 2018 à l’adresse suivante : decrirelespace@gmail.com

Les réponses seront communiquées avant le 5 mai 2018. Les doctorant(e)s sélectionné(e)s devront envoyer le texte de leur présentation avant le 5 juin 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution – Voyageurs et voyages. Incursions culturelles et linguistiques – 15/16 juin, 2018. Délai: avant le 15 mai.

Université de l’Ouest de Timişoara, Roumanie

La VIIe édition du Colloque International Communication et Culture dans la Romania Européenne (CICCRE) propose comme thème de réflexion et de débat le voyageur et ses voyages, réels ou symboliques, et la manière dont ils se reflètent dans les littératures, les arts et les langues romanes.

Le voyage représente une expérience permanente dans toutes les étapes de la vie de l’homme. Homo viator fait partie de l’épopée de l’humanité et chaque langue le représente à sa manière, dans la sphère du réel ou du symbolique. Les voyages réels, les grandes découvertes, tout comme les grands explorateurs des terres inconnues nous permettent de reconstruire et d’imaginer des itinéraires. En même temps, la littérature transfère le voyage dans le plan de l’imaginaire, du symbolique, de l’inconnu, de l’initiation où le personnage met à l’œuvre sa maturité spirituelle et même toute son existence.

La culture de l’Antiquité (surtout grecque et latine), nous offre des œuvres qui traitent le thème du voyage. Il suffit de rappeler Homère et Virgile qui ont rendu à l’histoire et aux littératures à venir, et surtout à l’imaginaire collectif du monde occidental, la figure du voyageur par excellence et du voyage (maritime ou terrestre) en tant que punition et sublimation de l’être humain. Ulysse, vainqueur dans les guerres grâce à la force de son intelligence, est, en même temps, vainqueur des espaces lointains grâce à la puissance de son âme. Énée parcourtle monde afin de jeter les fondements d’une des plus grandes civilisations de l’Antiquité. C’est lui qui conduit Dante dans les trois mondes d’au-delà, dans son exploit de compréhension dela condition tragique de l’homme.

Par son célèbre personnage Don Quichotte, Cervantès ajoutera d’autres horizons sémantiques au voyage et au drame du voyageur. Le Grand Tour, qui constitue, pendant quelques siècles, un rituel obligatoire dans la formation des jeunes aristocrates, ajoute au voyage de nouvelles significations.

À partir du XIe siècle, l’Europe se trouve dans un mouvement de plus en plus intense, grâce à la reprise du commerce et aux voyages des commerçants. Les nouveaux voyageurs, partout dans l’Europe ou au-delà de ses frontières, sont animés de raisons différentes. Les chevaliers errants parcourent les fiefs afin de se mettre au service des châtelains; les moines pérégrins transmettent dans leurs voyages, à travers le temps et l’espace,les valeurs de la culture chrétienne et antique à la fois; des jongleurs, des troubadours, des trouvères, des artistes, errant d’une Cour à l’autre, laissent dans des œuvres les traces de leur passage dans ces endroits. Les pèlerins et les commerçants, voyageurs par excellence du Moyen Âge, tout comme les grandes découvertes géographiques, les progrès réalisés dans les domaines de la science et de la technique, les changements politiques et religieux de la Renaissance et des siècles suivants changent profondément les conceptions sur le monde et sur la vie.

Le thème du voyage connaît des transformations significatives de nos jours. De nouvelles catégories de voyageurs réels (par exemple les astronautes) et des types différents de voyages littéraires (commela science-fiction) et linguistiques (les nouveaux langages) apparaissent. On peut y ajouter les catégories de la navigation virtuelle: l’Internet et les réseaux sociaux avec leur jargonspécifiques.

Le voyage – quelles que soient ses coordonnées – va connaître de nouvelles formes qui reflètent les changements des modèles culturels de référence ou de l’imaginaire collectif, dont les facettes sont nombreuses et dynamiques.

Les organisateurs du CICCRE 2018 invitent les participants à l’analyse de ce thème complexe, proposantcomme possibles sujets de réflexion et de débat:

– les héros et les voyages;
– les voyages initiatiques ;
– les pèlerins et le thème du pèlerinage ;
– les voyages dans les mers, les naufrages, les exils ;
– les voyages terrestres, les migrations, le croisement des civilisations ;
– les voyages dans l’imaginaire ;
– la métaphore du voyage dans la musique et dans les arts visuels ;
– les notes des voyageurs étrangers sur les Roumains et sur leur langue ;
– le lexique des découvertes géographiques et scientifiques ;
– la langue– le meilleur moyen de voyager dans le temps ;
– les mots voyageurs– la circulation des mots dans l’Europe romane ;
– le jargon des réseaux sociaux ;
– l’internationalisation des termes.

Tous ceux qui sont intéressés par les voyageset les voyageursainsi que par les incursions linguistiques, littéraires et culturelles dans l’espace de la Romania – enseignants, chercheurs, doctorands – sont invités à proposer des communications dans l’une des sections du colloque: langue et littérature latines; langue et littérature roumaines; le roumain comme langue étrangère; langue et littérature françaises; langue et littérature italiennes ; langue et littérature espagnoles; langue et littérature portugaises; didactique des langues romanes ; histoire et théologie ; musique et théâtre ; beaux-arts.
Calendrier du colloque

La VIIe édition du CICCRE aura lieu les 15-16 juin 2018 à l’Université de l’Ouest de Timișoara, 4 bd. Vasile Pârvan, Timişoara ;
le 1er mai 2018 : soumission des propositions (titre et résumés en français et en anglais)

et envoi du bulletin d’inscription (voir ci-dessous) à ciccre@gmail.com ainsi qu’au(x) responsable(s) de la section choisie (voir les adresses électroniques en haut)

le 15 mai 2018 : notification d’acceptation aux auteurs.

Les langues de travail du CICCRE 2018 sont : le roumain, le français, l’italien, l’espagnol et le portugais.
Bulletin d’inscription

(à renvoyer par courriel avant le 1er mai 2018)

Nom(s):
Prénom(s):
Statut (professeur, chercheur, doctorant, etc.) :
Affiliation (université, institut, centre de recherche, etc.)
Courriel électronique:
Section du colloque :
Intitulé de la communication:
Résumés en français et en anglais (200 – 250 mots)
5 mots-clés et 5 Keywords :
Vidéoprojecteur pour la présentation de la communication en diapos : Oui ou non

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Publication – « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) », dir. Maria Alessandra Bilotta

Notions of movement and mobility are central to understanding many aspects of medieval society. Essentially, movement involves connections across time, objects, people, and space. The essays in this volume investigate how the circulation, motion, and mobility of people, patterns, and ideas influenced artistic creation between the 6th and 15th centuries – from the Mediterranean to the Atlantic coast. Scholarship in the volume manifests the international scope of current research on artistic and cultural circulation and mobility in the European Middle Ages. In it, readers are presented with a detailed image illustrating the effects of social and cultural exchange and mobility on artistic creation. As a whole, the collection aims at developing critical and constructive interdisciplinary revision of these matters. New and exciting questions are also raised for future discussion.

Works from scholars specializing in history, history of art, palaeography, codicology, literature, and the history of ideas are bound in a single volume. The book brings together twenty-five contributions from: L. U. Afonso, X. Barral i Altet, C. Barreira, M. A. Bilotta, G. Boto Varela, E. Condello, L. Correia de Sousa, M. Cursi, G. Donati, J. Dubois, I. Escandell Proust, P. Almeida Fernandes, D. Espada, M. Fiorilla, P. Flor, L. Geymonat, J.-M. Guillouët, Ch. Heck, M. V. Herráez Ortega, A. Lemos, E. Lozano, L. Marcozzi, A. A. Nascimento, C. Pulsoni, A. M. Rodrigues, J. Rodrigues, C. Ruzzier, M. Signorini, C. Varela Fernandes, G. Videira Lopes, C. Valdaliso, B. Van den Bossche

Medieval Europe in Motion

Présentation française :

Cette publication rassemble les travaux présentés lors du premier colloque international « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) » (Lisbonne, 18-20 Avril 2013;
https://sites.google.com/site/medievaleuropeinmotion2013/home), organisé par l’Instituto de Estudos Medievais da Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa (IEM-NOVA FCSH), et réunit les contributions des académiciens du Portugal, d’Italie, de la France et de l’Espagne, sous la direction scientifique de Maria Alessandra Bilotta, chercheur de l’IEM-NOVA FCSH et spécialiste des circulations des manuscrits juridiques, en particulier du Midi de la France, au Moyen Age. Le livre est le résultat d’une collaboration éditoriale entre l’Instituto de Estudos Medievais (http://iem.fcsh.unl.pt) et l’éditeur italien Officina di Studi Medievali de Palerme (http://www.officinastudimedievali.it/it/).

Les notions de mouvement et de mobilité sont essentielles à la compréhension de nombreux aspects de la société médiévale. Essentiellement, le mouvement implique des connexions entre le temps, les objets, les personnes et l’espace. Les contributions de ce volume enquêtent sur la façon dont les circulations, les mouvements et la mobilité des objets, des modèles, des commanditaires et des idées ont influencé la création artistique entre les siècles VI et XV de la Méditerranée à la côte atlantique. Le volume montre également la dimension internationale et interdisciplinaire de la recherche actuelle sur la circulation artistique et culturelle et la mobilité au Moyen Age européen.

Informations pratiques :

Maria Alessandra Bilotta (dir.), Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries). Introduction de Gerardo BOTO VARELA – Conclusions de Xavier BARRAL i ALTET, Officina di Studi Medievali, Palermo 2018, 464 pp. (Laboratorio di idee, 2).

Source : Officina di Studi Medievali

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

PROJET: CHANTIER 2018 DU CHÂTEAU MÉDIÉVAL DE BONNEVILLE (BONNEVILLE, 74): 03-29 SEPTEMBRE 2018 [DÉLAI : 15 JUIN]

Campagne de fouilles sur un site fortifié en Haute-Savoie.
Château de Bonneville (Bonneville, 74)
03-29 septembre 2018

Situé sur la route reliant Genève à Cluses et Chamonix, le site de Bonneville connait une histoire relativement longue. Le site fortifié apparait au début du XIIIe siècle et succède à Châtillon-sur-Cluses en tant que capitale du Faucigny. Il domine alors une ville-neuve et possède un intérêt économique certain. Par mariage, le site passe aux mains du Dauphiné assez rapidement et sera au cœur d’un conflit avec la Savoie entre 1268 et 1355. A cette dernière date, il devient possession savoyarde mais perd en partie son intérêt. Il sera par la suite transformé en prison. L’ensemble présente encore aujourd’hui de nombreuses parties médiévales mais l’organisation interne reste peu connue.
L’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du Conseil Départemental de la Haute-Savoie est à l’initiative de cette première campagne de fouille. Ces investigations entrent dans le cadre d’un projet européen visant la transformation du site en musée mais aussi l’acquisition de connaissances archéologiques et historiques plus étendues du site.  De même, elles sont également intégré à mes recherches doctorales. Cette campagne va s’orienter sur l’approche de la zone résidentielle et plus particulièrement de l’aula et du secteur des chambres. Il s’agira alors d’établir la stratigraphie, de mettre le potentiel archéologique du site et enfin d’acquérir une plus grande connaissances de l’organisation de l’espace à cet endroit.

Contact: Loïc Benoit
06-75-87-25-16
Envoyer CV et lettre de motivation à loic.benoit@hautesavoie.fr(link sends e-mail)

Conditions:
– 18 ans minimum
– Vaccin antitétanique
– Expériences requises
– Logement en dur (5min en voiture) et repas pris en charge.

Campagne de fouilles
Lundi 3 Septembre 2018 – Samedi 29 Septembre 2018
Bonneville (74)

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

PROJET: CHANTIER 2018 DU CHÂTEAU MÉDIÉVAL DE CLERMONT (CLERMONT, 74):09 JUILLET – 3 AOUT 2018 [DÉLAI : FIN MAI]

Campagne de fouille sur un site fortifié disparu en Haute-Savoie.
Château de Clermont (Clermont, 74)
Lundi 9 juillet 2018 – Samedi 4 août 2018

Situé en retrait de la route reliant Seyssel à Genève et non loin du grand axe Genève-Chambéry, le site de Clermont connait une histoire relativement longue. Les seigneurs de Clermont apparaissent dans la documentation dès le XIIe siècle et sont très tôt en étroite relation avec les comtes de Genève, une des trois grandes familles se divisant l’actuel territoire haut-savoyard. La fortification rentre très vite en possession de cette grande lignée, si bien que dès le XIIIe siècle elle en fait une de ses résidences comtales principales. Aussi, sa position en fait un des points clés de la défense et de l’économie genevoise. Dès 1401, le comté est racheté par la famille de Savoie. Le site perd alors de son intérêt et le conflit franco-savoyard du début du XVIIe siècle verra la destruction de la forteresse. Aujourd’hui, peu de vestiges sont observables car tous en sous-sol.
L’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du Conseil Départemental de la Haute-Savoie est à l’initiative de la première campagne de fouille (2017). Cette dernière a mis au jour une partie de la tour maîtresse présentant une construction en moyen appareil et des vestiges atteignant plus d’un mètre de haut pour plus de trois mètres de large. Ces investigations entrent dans le cadre d’une volonté du Département d’étudier un site lui appartenant et n’ayant fait l’objet que de peu d’observations. De même, elles sont également intégré à mes recherches doctorales. La nouvelle campagne continuera l’approche sur la tour maîtresse, mais cette fois dans son intégralité. De même, une première approche du secteur de l’aula sera mise en place. Il s’agira alors d’établir la stratigraphie ainsi que de mettre le potentiel archéologique du site en avant afin de réaliser une opération de plus grande envergure par la suite.

Contact: Loïc Benoit
06-75-87-25-16
Envoyer CV et lettre de motivation à loic.benoit@hautesavoie.fr(link sends e-mail)

Conditions:
– 18 ans minimum
– Vaccin antitétanique
– Expériences requises
– Logement en dur (5min en voiture) et repas pris en charge.

Campagne de fouilles
Lundi 9 Juillet 2018 – Samedi 4 Août 2018
Clermont (74270)

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Journée d’étude: La chevalerie : une perspective européenne, Lyon, 02/05

Organisée par Guido Castelnuovo (Avignon) et Xavier Hélary (Lyon 3), la table ronde prévue le mercredi 2 mai réunira des étudiants de doctorat et de master et des chercheurs pour une réflexion collective sur la chevalerie. Il s’agira de dégager les quelques thèmes qui pourraient structurer un projet de recherche plus ample qui porterait sur la chevalerie, sur le temps long, depuis les guerriers des temps carolingiens ou post-carolingiens jusqu’à la fin du Moyen Âge, dans une perspective étendue à l’ensemble de l’Occident médiéval.
Contact : guido.castelnuovo@univ-avignon.fr et xavier.helary@univ-lyon3.fr

Mercredi 2 mai 2018, 10 h 30 – 17 h30, Université Jean-Moulin Lyon 3, Salle Appleton, 15, Quai Claude-Bernard

Matinée (10 h 30 – 12 h 30) : Exposés des masterants du Master Mondes Médiévaux de Lyon

  • Introduction (Guido Castelnuovo et Xavier Hélary)
  • Michael Karger (M1, Lyon3)
  • Laura Maimone (M1, Lyon 3
  • Quentin Singer (M2, Lyon 2)
  • Méline Thomas (M1, Lyon 3)

Après-midi (13 h 30 – 17 h) : Exposés des doctorants du laboratoire

  • Margot Ferrand et Coline Polo (doctorantes, UAPV, CIHAM) : « Appréhender l’évolution de l’habitat chevaleresque : Avignon et le Comtat Venaissin (XIIIe-XVe siècle) »
  • Romain Chevalier (doctorant, UAPV, CIHAM) : « Les chevaliers bâtards au XVe siècle : une légitimation par la vertu ? »

15h-17h. Discussion

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:Trames arborescentes, « Describere arborem », Les trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, Paris, 20/04

Lieu :

Paris, Salle des Commissions de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (24, rue Pavée, 4e arrondissement)

Programme :

  • 9h30 : Accueil des participants et programme de la journée : Naïs Virenque, Sergi Sancho Fibla et Antoine Paris
  • 10h00 : L’arbre comme motif structurel et théologique dans le Lignum vitae de saint Bonaventure : Cyriane Rohner-Ouvry, Université de Strasbourg
  • 10h30 : Pause
  • 10h45 : Les arborescences bonaventuriennes et la luxuriance de la Croix : Laure Solignac, Institut catholique de Paris
  • 11h15 : Questions
  • 12h00 : Déjeuner
  • 14h00 : La réception du Lignum vitae de saint Bonaventure à travers le chant O Cruxfrutex, ou le succès d’une arborescence sonore : Anne-Zoé Rillon-Marne, Université catholique de l’Ouest / Université de Poitiers
  • 14h30 : Le Lignum vitae de saint Bonaventure dans l’art trécentesque : Raphaèle Preisinger, Université de Berne
  • 15h00 : « Un arbore in modo de croce nel quale era uno suspenso e nudo. » Arbres des oraisons et visions de saint Bonaventure chez Arcangela Panigarola : Gwladys Le Cuff, Université Paris-Sorbonne et Université de Picardie / Université Lyon 3
  • 15h30 : Pause
  • 15h45 : Questions
  • 16h30 : Conclusions et clôture de la journée

Contact :

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journées d’étude:La Nació a l’Edat Mitjana:Balaguer, 11-13/07/2018

Càtedra d’estudis medievals del Comtat d’Urgell
XXIII Curs d’estiu-Reunió Científica del Comtat d’Urgell
LA NACIÓ A L’EDAT MITJANA

Balaguer, 11-13 de juliol de 2018

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque de Fanjeaux:L’Eglise et la violence Xe – XIIIe, (9-12/07)

Si la relation entre l’Église et la violence a plusieurs fois été abordée à Fanjeaux – notamment lors des 4e, 38e et 41e sessions – le 54e colloque revient sur cette question et propose de l’envisager sous ses différentes formes, au cours du Moyen âge central, en présentant documents, dossiers ou éclairages nouveaux. Le programme associe des analyses de la justification et de la réprobation des armes et des luttes (contre les spoliateurs, les hérétiques, les infidèles) à une série d’études de cas, qui s’attachent à restituer la vie et la complexité de personnages éminents (prélats en croisade, pape, prédicateurs) et d’épisodes dramatiques (lutte contre les mercenaires, sac de Béziers). On s’efforcera de dégager la spécificité de l’Occitanie, au sens large, au sein du royaume capétien et de la chrétienté occidentale : l’Église n’y est-elle pas confrontée à une violence de voisinage plus forte qu’ailleurs, faute de roi proche, obligée d’intervenir, exposée ainsi davantage à la contestation et engagée par là même dans l’entreprise « de paix et de foi » que veut être la croisade albigeoise ? Sans éviter pour autant toute violence…

Programme :

9h15 : ouverture de la session.

I. RÉGULATION ET USAGE DE LA VIOLENCE PAR OU CONTRE L’ÉGLISE

9h30 : Sébastien Fray (Université Jean Monnet, Saint-Étienne) – Monastères bénédictins et conduites guerrières dans le Sud-Ouest du Royaume de France
(Xe-XIIIe siècles).
10h15 : Dominique Barthélemy (Université Paris-Sorbonne) – Les milices et les confréries de paix diocésaine en Occitanie, XIe-XIIIe siècles.
11h : Simone Balossino (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) – La violence, les villes et l’Église : quelques cas méridionaux (XIIe-XIIIe s.).
11h45 : Xavier Hélary (Université Lyon III) et François Arbelet (Université Paris-Sorbonne) – Les évêques du Midi capétien et le service militaire au roi (1271-1304).

II. LA VIOLENCE VUE PAR LES GENS D’ÉGLISE

14h30 : Guy Lobrichon (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) – Lutte contre l’hérésie et justifications bibliques de la violence au XIIe siècle.
15h15 : Fernand Peloux (Université de Namur) – La violence dans un dossier hagiographique inédit (IXe-XIVe s.) : le martyre de Volusien de Foix et ses miracles.
16h : Françoise Durand (Montpellier) – Innocent III et la violence. Entre justice et miséricorde.

Mardi 10 juillet

9h : Marie-Anne Polo de Beaulieu (École des hautes Études en Sciences Sociales, Paris) – La violence dans les exempla méridionaux du XIIIe siècle.
9h45 : Térence Le Deschault de Monredon (Université de Barcelone) – Iconographie de la violence dans les églises méridionales.
10h30 : Esther Dehoux (Université de Lille) – « Bien vos connois au cors et au visage, as poinz quarrez et as leës espaules » : autour des enseignes de pèlerinage à l’effigie de Guilhem, guerrier saint de Gellone.

III. LE MIDI, LA DISSIDENCE ET LA CROISADE

11h15 : John France (Université de Swansea) – Des prélats méridionaux violents à la Première croisade.
14h30 : Jean-Louis Biget (ENS LSh) – Les violences de la croisade. Réflexions sur la prise de Béziers (22 juillet 1209).
15h15 : Mark G. Pegg (Washington University in Saint-Louis) – La violence comme rédemption : croisade, inquisition et hérésie.
16h : Nicole Bériou (Université Lumière Lyon) et Bernard Hodel, o.p. (Université de Fribourg) – Dominique et la violence évangélique.

Mercredi 11 juillet

Excursion en Minervois : Minerve, château d’Agel et castrum de Ventajou.

Jeudi 12 juillet

9h00 Georges Passerat (Institut catholique de Toulouse) – La guerre sainte dans l’Anonyme de la croisade albigeoise.
9h45 Damien Carraz (Université Clermont Auvergne) – Celeberrimum et generalissimum concilium. Montpellier, 1215 et le negotium pacis
et fidei.
11h Conclusion, par Dominique Barthélemy (Université Paris-Sorbonne)

Source et plan d’accès : http://fanjeaux.com/colloques.html

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire des Médiévistes, « Renart le contrefait, état de la recherche », 05/04, Lyon

Dans le cadre du Séminaire des Médiévistes, l’UMR 5648/CIHAM et le Pôle à Lyon de l’EHESS proposent une conférence avec : Corinne Pierreville, Xavier Hélary, Professeurs à l’Université Lyon 3, Elisabeth Lalou, Professeur à l’Université de Rouen.

« Renart le contrefait : état de la recherche »

Jeudi 5 avril 2018, de 9h30  à 12h30, Université Lyon 3, Amphithéâtre Huvelin, 15 quai Claude Bernard 69007 Lyon (Tram T1 – Station « Quai Claude Bernard »)

Source : EHESS 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:Humanités numériques : de nouveaux outils pour le médiéviste:7-8/05/2018, Université de Namur.

L’ambition de cette rencontre bilingue (anglais / français) destinée en particulier aux jeunes chercheurs et aux étudiants sera, d’une part, d’illustrer combien et comment les humanités numériques contribuent à redynamiser de nombreux champs de recherche en études médiévales et, d’autre part, de fournir une première initiation à certains outils de travail dont les rudiments peuvent s’acquérir au prix d’efforts mesurés.

ANNONCE

Argumentaire

L’informatique, on le sait, s’est aujourd’hui imposée comme un outil incontournable pour le médiéviste. Depuis plusieurs décennies, bon nombre d’historiens, d’historiens de l’art et de philologues du Moyen Âge appuient en effet leurs travaux sur des corpus diplomatiques, des éditions numériques et des bases de données dont la conception a, parfois, été pensée dès le milieu des années 1980. Pourtant, en dépit des apparences, l’exploitation de ces instruments de recherche et de ces corpus demeure globalement en-deçà de leurs potentialités. Hormis quelques notables exceptions, rares sont les médiévistes à s’être engagés dans une approche quantitative globale et fouillée de ces ensembles documentaires numérisés. Les formidables instruments de travail à disposition des chercheurs, dont le Thesaurus Diplomaticus et sa nouvelle mouture des Diplomata Belgica constituent d’excellents exemples belges, sont ainsi trop souvent cantonnés à une fonction unique : celle de servir de répertoires d’éditions. Sans être exclusives des approches plus traditionnelles – bien au contraire –, de nouvelles méthodes d’analyse permettent pourtant d’interroger sur d’autres bases ces corpus documentaires. La portée et la pertinence de ces approches s’accroissant au fil des ans, tout laisse présager qu’elles autoriseront, bientôt, l’émergence de nouvelles formes d’exploration de l’histoire, des arts et des littératures du Moyen Âge, dans lesquelles l’expérimentation et l’innovation méthodologiques occuperont sans aucun doute une place majeure.

L’ambition de cette rencontre bilingue (anglais/français) destinée en particulier aux jeunes chercheurs et aux étudiants sera, d’une part, d’illustrer combien et comment les humanités numériques contribuent à redynamiser de nombreux champs de recherche en études médiévales et, d’autre part, de fournir une première initiation à certains outils de travail dont les rudiments peuvent s’acquérir au prix d’efforts mesurés. La focale portera sur trois méthodes d’analyse quantitative des sources textuelles : 1) l’analyse de réseaux, qui, par l’utilisation de calculs et de graphes, permet d’étudier les relations entre entités sociales, et ainsi de mieux comprendre certains phénomènes sociaux ; 2) le text mining, qui vise à explorer de vastes ensembles documentaires numérisés pour en extraire des données textuelles exploitables par le chercheur ; 3) la stylométrie, dont l’ambition est d’étudier le style propre d’un auteur par le recours à des outils statistiques et, partant, de jeter une lumière nouvelle sur les questions d’attribution.

Concrètement, la rencontre s’articulera en deux temps. La première journée, organisée à l’Université de Namur, illustrera les potentialités de l’analyse de réseaux, du text mininget de la stylométrie dans le cadre de présentations mêlant réflexions méthodologiques et études de cas. La seconde journée, prévue à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), adoptera, quant à elle, une visée plus pédagogique, puisqu’elle proposera une initiation aux méthodes de l’analyse de réseaux, du text mining et de la stylométrie à travers des ateliers ouverts aux débutants. Ces journées d’étude ont avant tout l’ambition de défricher le terrain en vue de l’éventuelle organisation d’autres activités liées aux humanités numériques. Elles aboutiront à la mise en ligne d’un répertoire synthétique décrivant les potentialités et les limites des outils numériques utilisés par les intervenants.

Ce rendez-vous sera organisé conjointement par le Réseau des Médiévistes belges de Langue française (groupe de contact du F.R.S.-FNRS), qui a depuis quelques années entamé sa « mue numérique », et par les groupes de recherche « PraME – Pratiques médiévales de l’écrit » (Université de Namur) et « H37 – Histoire et cultures graphiques » (Université catholique de Louvain).

Programme

Université de Namur

Lundi 7 mai 2018

9h15 : Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent)et Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ) – Introduction

Modérateur : Tristan Martine (Université Lyon-III)

  • 9h30 : Johannes Preiser-Kapeller (Österreichische Akademie der Wissenschaften)– Mapping Medieval Conflicts: A Network Analytical Approach Towards Political Dynamics in the Pre-Modern Period
  • 10h15 : Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ) – Analyse de réseaux et critique historique : quelques enseignements tirés de l’étude du « schisme » de Cambrai (vers 1100)

11h00 : pause

Modérateur : Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent)

  • 11h15 : Nicolas Perreaux (Goethe Universität Frankfurt am Main) – Les corpus diplomatiques numérisés : contenus, méthodes, possibilités
  • 12h00 : Dominique Stutzmann (CNRS / IRHT) La recherche en plein texte dans les manuscrits médiévaux : la reconnaissance des écritures manuscrites dans le projet HIMANIS

12h45 : pause de midi

  • 14h00 : Jeroen De Gussem (UGent) – Forgery in Saint-Denis: A Stylometric Study in the Donation of Charlemagne

Modératrice : Adélaïde Lambert (ULiège)

  • 14h45 : Jean-Baptiste Camps (École nationale des Chartes) – L’analyse généalogique de traditions textuelles : présentation du module « Stemmatology » pour R

15h30 : Pause

  • 15h45 : Nicolas Mazziotta (ULiège) – Lire, choisir et découvrir, puis numériser : la part du philologue dans les nouvelles technologies
  • 16h30 : Pascale Renders (Université de Lille / Université de Liège)et Esther Baiwir (Université de Lille / Université de Liège) – Ancien picard, picard moderne : quelles ressources numériques ?
  • 17h15 : Paul Bertrand (UCLouvain) – Remarques conclusives

Université catholique de Louvain

mardi 8 mai 2018

Ateliers

  • 9h30 : Atelier no 1 – Initiation à l’analyse de réseaux, org. par Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent), Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ)etJohannes Preiser-Kapeller (Österreichische Akademie der Wissenschaften)

12h30 : pause de midi

  • 14h00 : Atelier no 2 – Initiation à la fouille de texte, à l’analyse sémantique et à la stylométrie, org. par Jeroen De Gussem (UGent), Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent) et Nicolas Perreaux (Goethe Universität Frankfurt am Main)

Pour plus d’informations : « Humanités numériques : de nouveaux outils pour le médiéviste », Journée d’étude, Calenda, Publié le vendredi 23 mars 2018, https://calenda.org/437094

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Moyen Âge et séries[délai:31/07/2018]

La revue Médiévales : Langues, Textes, Histoire envisage la publication en 2020 d’un numéro thématique provisoirement intitulé « Moyen Âge et séries ». Ce numéro thématique sera coordonné par Alban Gautier (Université de Caen Normandie) et Laurent Vissière (Sorbonne Université). Les contributions pourront proposer soit des études de cas appuyées sur une bibliographie critique, soit des réflexions plus théoriques illustrées par l’analyse d’exemples précis. Il n’y a aucune exclusive dans les disciplines et les approches : nous accepterons les propositions de spécialistes de littérature, histoire, filmologie, sociologie, histoire de l’art, médialogie, langues et civilisations étrangères, philosophie, sciences politiques, etc.

ANNONCE

Argumentaire

La revue Médiévales : Langues, Textes, Histoire envisage la publication en 2020 d’un numéro thématique provisoirement intitulé « Moyen Âge et séries ».

Les séries occupent une place croissante dans les pratiques culturelles contemporaines, et plusieurs d’entre elles ont à voir avec la période médiévale. Il peut s’agir en premier lieu de la mise en scène d’un épisode historique, d’une période donnée, de la vie d’un personnage célèbre, voire de l’adaptation d’une œuvre littéraire médiévale ou ayant pour cadre le Moyen Âge – ce qui implique un travail documentaire plus ou moins scientifique. Il existe aussi, bien entendu, un Moyen Âge de fantasy, fantastique et fantaisiste, mais que le spectateur reconnaît néanmoins comme « moyenâgeux ». Certaines séries, enfin, comportent des références plus subtiles et moins immédiatement intelligibles à des œuvres ou des événements de la période médiévale.

Quel que soit l’objet de leur travail, les scénaristes et les réalisateurs peuvent appréhender le Moyen Âge à travers les sources primaires et les travaux des historiens, mais ils se référent aussi souvent, et sans le dire, à des passeurs comme Shakespeare, Walter Scott ou Tolkien – pour ne citer que trois noms qui, par leur influence sur la culture anglophone, jouent un rôle majeur dans la vision du Moyen Âge que véhiculent aujourd’hui les séries télévisées. Ils sont également amenés à faire un important travail de reconstitution, concernant aussi bien les vêtements, les objets et même les gestes de la vie quotidienne, que la parole, la musique et tout ce qui relève de la bande-son. Ils traitent ainsi, et pas forcément de manière ridicule, de champs historiques longtemps délaissés par la recherche médiévale, mais aujourd’hui en plein essor (culture matérielle, anthropologie, paysages sonores, etc.).

Les productions culturelles qui pourront faire l’objet de contributions dans ce numéro de Médiévales sont de nature très variée. On retiendra comme objets d’étude des séries télévisées ou produites pour des plateformes de vidéo à la demande ; les séries « patrimoniales » des chaînes de télévision françaises ou étrangères ou des séries récentes, à grand succès ou non. Il convient dans tous les cas que les œuvres considérées répondent à quatre critères : 1. sérialité (de la mini-série de cinq ou six épisodes au feuilleton-fleuve) ; 2. production pour les écrans (en dehors du grand écran et des jeux vidéo) ; 3. dimension fictionnelle (séries documentaires et docu-fictions seront a priori exclus) ; 4. rapport au Moyen Âge.

Le rapport à l’histoire (comme passé et comme science), la variété des représentations du Moyen Âge, la nature de la « médiévalité » et de ce qui « fait Moyen Âge » dans les séries, à la fois dans la conception et dans la réception, font partie des thèmes qui pourront être abordés. Le Moyen Âge est ici défini dans son sens habituel en France, comme la période allant du Ve au XVe siècle, mais rien n’empêche de l’étendre en amont et en aval du moment que l’œuvre étudiée relève d’une forme de Moyen Âge. En termes de géographie, on aura le loisir de traiter des séries venues d’aires culturelles éloignées (par exemple asiatiques), pour lesquelles des codes narratifs et visuels installent le spectateur dans ce qu’il identifie spontanément comme un Moyen Âge. Par ailleurs, on pourra s’intéresser à la réutilisation d’œuvres médiévales dans des séries traitant d’autres périodes ou d’autres mondes – comme la transposition d’un schéma arthurien dans le monde contemporain, ou des péripéties inspirées de la guerre de Cent Ans sur une autre planète.

Enfin, des médiévistes de toutes disciplines sont impliqués dans la production de certaines séries, comme experts pour l’écriture ou la révision des scénarios, voire sur les tournages eux-mêmes. De plus en plus nombreux, les chercheurs étudiant le Moyen Âge s’intéressent aux séries : c’est parmi eux que se recrutent la plupart des spécialistes de ce champ de recherche qu’on appelle désormais le médiévalisme. La constitution des séries médiévalisantes en objet d’étude et domaine d’activité des médiévistes pourra aussi être abordée par les contributions. Cette redéfinition progressive du champ de la médiévistique porte des implications politiques et sociétales qui méritent d’être analysées : entre scientificité et médiation à destination du « grand public », il y là a une dialectique qui n’est pas dépourvue d’ambiguïtés. Pensons aussi à l’enseignement du Moyen Âge à l’école et à l’université, en France et dans le monde : la place qu’y tiennent les séries n’est plus négligeable.

Les contributions pourront proposer soit des études de cas appuyées sur une bibliographie critique, soit des réflexions plus théoriques illustrées par l’analyse d’exemples précis. Il n’y a aucune exclusive dans les disciplines et les approches : nous accepterons les propositions de spécialistes de littérature, histoire, filmologie, sociologie, histoire de l’art, médialogie, langues et civilisations étrangères, philosophie, sciences politiques, etc.

Ce numéro thématique sera coordonné par Alban Gautier (Université de Caen Normandie) et Laurent Vissière (Sorbonne Université).

Le calendrier prévisionnel est le suivant :

  • 31 juillet 2018 : date limite pour la remise des projets de contribution ;
  • septembre 2018 : sélection des contributions, envoi des réponses aux postulants ;
  • 31 mars 2019 : date limite pour la remise des articles ;
  • avril-septembre 2019 : relecture et expertise des articles par les coordinateurs et par le comité de rédaction de la revue ;
  • 30 novembre 2019 : date limite pour la remise des articles révisés ;
  • juin 2020 : parution du numéro, d’abord en volume, puis en ligne sur les plateformes OpenEdition et Cairn.

Dans un premier temps, nous demanderons donc aux personnes désireuses de proposer un article pour ce numéro d’envoyer aux deux coordinateurs (alban.gautier@unicaen.fr et lvissiere@gmail.com) un bref CV (1 page) et un projet de contribution (2 pages) exposant clairement l’angle choisi pour l’étude d’un des aspects mis en avant par le présent appel à communication. Ces deux documents sont à renvoyer avant le 31 juillet 2018.

Pour plus d’informations : « Moyen Âge et séries », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 28 mars 2018, https://calenda.org/437754

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques, 5-6 avril, Paris – Champs sur Marne

Cet atelier a pour but de faire dialoguer des jeunes chercheurs/chercheuses francophones et germanophones autour de la question des relations entre espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques (IXe–XIIIe siècles) dans un espace correspondant à celui de l’ancien empire carolingien. L’objectif est d’étudier la naissance d’espaces ecclésiastiques définis juridiquement et délimités spatialement et de s’interroger sur la perception de ces territoires par les laïques, qui peuvent être influencés par ces nouveaux modèles spatiaux. Surtout, le coeur de cet atelier consistera en l’étude des zones d’interfaces entre ces deux types d’espaces, entre conflits et interactions, discontinuité et émergence d’aires aux caractéristiques particulières.

Les différentes communications sont d’une durée de 20 minutes, suivies de 10 minutes de questions.

Programme

Jeudi, 5 avril 2018

Institut historique allemand, Paris

9:00 : Accueil des participants : T. Martine, J. Nowak, J. Schneider

9:30 : Éléments d’introduction

  • Ouverture de l’atelier par Th. Maissen, directeur de l’IHA
  • Die Rechtsräume, par C. Ehlers (Frankfurt a. Main/Würzburg)
  • Ecclesia et spatialisation des rapports sociaux, par M. Lauwers (Nice)

Session 1. Approches sémantiques, ritualistes et juridiques

Présidence : R. Große (Paris)

  • 10:30 : F. Grollmann (München) – Vorstellungen vom Herrschaftsraum im Kirchenrecht : Von der karolingischen zur ottonischen Epoche
  • 11:00 : N. Perreaux (Frankfurt a. Main) – « Des seigneuries laïques aux territoires ecclésiaux ? Dynamique du processus de territorialisation dans les actes diplomatiques numérisés (VIIe-XIIIe s.) »
  • 11:30 : N. Schroeder (Bruxelles) – Des dominations désincarnées ? La re-production des espaces seigneuriaux comme re-production de subordinations

Session 2. Des territoires épiscopaux en contact

Présidence : M. Czock (Duisburg-Essen)

  • 13:30 : A. Sagasser (Heidelberg) – Die Juden und ihr Platz in den Bischofsstädten Lyon und Speyer – Zwischen weltlichem Pragmatismus und kirchlicher Judenfeindschaft
  • 14:00 : M. Posaric (Kiel) – Die Bischöfe und die istrischen Küstenstädte. Interaktionsformen innerhalb kirchlicher und urbaner Herrschaftsgebiete (13.-14. Jahrhundert)
  • 14:30 : T. Jansen (Bonn) – Die Bischöfe von Verden in ottonischer Zeit – Bischöfliches Agieren in Räumen geistlicher und weltlicher Macht

15:00 – 15:30 – Pause

Présidence : U. Kleine (Hagen)

  • 15:30 : K. Odenbach (Halle-Wittenberg) – Die Bischöfe der Erzdiözese Mainz unter Otto III. und Heinrich II.
  • 16:00 : M. Wenzel (Leipzig) – Lothar III. (1125-1137), die Etablierung seiner Königsherrschaft und die sächsischen Erzbischöfe
  • 16:30 : F. Peloux (Namur) – La construction d’un espace épiscopal. Le cas du Gévaudan (XIe-XIIe siècles)

Vendredi, 6 avril 2018

Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Bois de l’Étang, salle C7

  • 9:15 : Accueil : G. Milani (Paris-Est Marne-la-Vallée)

Session 3. Intrication des espaces laïques et ecclésiastiques

Présidence : D. Panfili (Paris 1)

  • 9:30 : J. Beaumon (Rennes 2) – Implantation prieurale et enjeux territoriaux aux confins de la Bretagne, du Maine et de l’Anjou (XIe-XIIe siècles)
  • 10:00 : Th. Lacomme (EPHE Paris) – Comtes, vicomtes et chanoines : des espaces mixtes en Champagne ? (XIIe-XIIIe siècles)
  • 10:30 – 11:00 – Pause

Présidence : A. Wilkin (Bruxelles)

  • 11:00 : P. Chaffenet (Lille) – Espaces ecclésiastiques et espaces laïques en Vermandois occidental (XIe -début XIIe siècles) : distinctions et complémentarités
  • 11:30 : J. Bachelier (Rennes 2) – Terre d’Église puis seigneurie laïque en Bretagne : l’exemple de La Guerche (XIe-XIIIe siècles)

Session 4. Interfaces, conflits et tensions

Présidence : G. Bührer-Thierry (Paris 1)

  • 13:30 : F. Dirks (Hamburg) – Raumvorstellungen im westfränkischen Reich. Modelle, Interaktionen und Konflikte zwischen Grafen und Klöstern 843-923
  • 14:00 : C. De Vasselot (Nantes) – Coseigneuries et conflits de nomination : la seigneurie de Lusignan entre l’abbaye de Saint-Maixent et l’évêché de Poitiers
  • 14:30 : J. Winandy (Hamburg) – Schenkungen als Kontakt- und Konfliktzonen zwischen kirchlichen und weltlichen Herrschaften. Die Vita Gauzlini

15:00 – 15:30 – Pause

15:30 : Conclusions par G. Lubich (Bochum)

Lieux :

Institut historique allemand – 8 Rue du Parc Royal, Paris, France (75003)

Bâtiment Bois de l’Étang, salle C7 – 5 Boulevard Descartes, Champs-sur-Marne, France (77454)

Pour plus de renseignements :
Contact

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Jeunes chercheurs en Histoire, Archéologie et Littérature du Moyen âge du Ciham-UMR 5648