Appel à communication:Les intellectuels au Moyen Âge : soixante ans d’un anachronisme fondateur:19-20 octobre 2017:Université d’Artois, Arras[délai:10/O6/2017]

RÉSUMÉ

Cet appel à communication concerne un colloque organisé les 19 et 20 octobre 2017 à l’université d’Artois (Arras) et intitulé « Les intellectuels au Moyen Âge : 60 ans d’un anachronisme fondateur. Hommage à Jacques Le Goff ».

Argumentaire

L’année 2017 coïncide avec le 60e anniversaire de la publication des Intellectuels au Moyen Âge de Jacques Le Goff (Seuil, 1957). Lors de sa parution, l’ouvrage constituait – avec Marchands et banquiers au Moyen Âge (Puf, 1957) – l’un des volets du diptyque consacré au « travail au Moyen Âge », sujet d’une thèse esquissée et restée inachevée. Cette étude fondatrice, construite sur l’emploi d’un anachronisme assumé par son auteur – le substantif intellectuel n’apparaissant en français qu’avec l’affaire Dreyfus à la fin du XIXe siècle –, arracha l’histoire des élites intellectuelles médiévales du seul domaine de l’histoire des idées, où elle avait été longtemps cantonnée, pour la faire entrer dans le champ de l’histoire sociale et culturelle. Si le caractère heuristique de l’usage du terme d’« intellectuels » pour le Moyen Âge a généralement été salué par l’historiographie, son caractère anachronique a pourtant souvent détourné les historiens de son emploi au profit d’autres concepts qui ne recouvrent pas exactement le même sens[1]. Surtout, l’intégration de la réflexion d’Antonio Gramsci sur la catégorie des « intellectuels organiques », dans la préface que livra Jacques Le Goff à la réédition de 1984, a souvent été ignorée, alors qu’elle constitue une inflexion essentielle de la réflexion du médiéviste. Soixante ans après cette publication, il convient donc de s’en saisir à nouveau, comme d’un hommage au grand médiéviste, mais aussi pour en souligner l’actualité renouvelée dans le champ historiographique.

Trois types de questionnement seront au cœur de cette relecture collective de son œuvre :

1/ Le premier consistera à dresser, plus de vingt ans après celui proposé par Alain Boureau[2], un bilan de la réception de l’œuvre de Jacques Le Goff auprès des historiens et des spécialistes des sciences sociales, d’en circonscrire les lectures et les relectures, voire d’en mesurer l’écart parfois avec l’intention initiale de son auteur.

2/ Le second axe entend reprendre la question de la pertinence du concept d’« intellectuel » pour la période médiévale et d’en discuter les contours à la lumière d’une historiographie renouvelée. Pour Jacques Le Goff, cette catégorie sociale était née de l’« alliance de la réflexion personnelle et de sa diffusion dans un enseignement »[3]. L’historien avait d’abord conçu « ses intellectuels » comme des enseignants-chercheurs, dominés par la figure du maître des XIIe-XIIIe siècles, même si, de son propre aveu, il n’avait pu se résoudre à écarter les « littérateurs », pour peu que ceux-ci fussent frottés de culture universitaire[4]. La préface de 1984 proposait néanmoins quelques inflexions et envisageait de « nouveaux intellectuels » médiévaux[5] : l’« intellectuel autorisé » qui prétendait « participer aussi du pouvoir ecclésiastique » et « s’arroger une influence politique », ou l’« intellectuel marginal » – réservé à Rutebeuf – qui affichait au contraire son mépris pour les honneurs, jusqu’aux « intellectuels organiques » – selon l’acception établie par Gramsci –, produits de la recomposition du paysage social, de l’émergence de nouvelles catégories auxquelles ils sont liés, et dont ils sont amenés à définir et à légitimer le rôle social en critiquant l’ordre établi et en endossant le rôle de véritable « organisateurs de la société »[6]. Au gré d’un « repentir », Jacques Le Goff rejoignait l’acception qui s’était progressivement imposée, depuis l’affaire Dreyfus, et qui voyait justement dans l’intellectuel « quelqu’un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas » (J.-P. Sartre), qui use de ses fonctions créatrice et médiatrice hors de son champ d’activité traditionnel, pour les mettre au service d’une cause, généralement politique, ou d’un public large[7]. Ainsi, l’étude des relations entretenues par les intellectuels médiévaux avec le(s) pouvoir(s) sera-t-elle privilégiée.

3/ Le troisième axe souhaiterait proposer un nouvel examen des nombreuses intuitions historiques et pistes d’interprétation ouvertes par J. Le Goff, dont certaines constituent des terrains de recherche toujours fructueux pour les historiens. Il serait ainsi l’occasion de s’interroger sur la chronologie médiévale de la naissance et de l’affirmation des intellectuels : ne peut-on envisager des intellectuels avant le XIIe siècle ? Quel rôle la professionnalisation des universitaires au XIVe siècle joua-t-elle dans leur rapport avec le pouvoir politique[8] ? L’humanisme est-il un « anti-intellectualisme » ? Par ailleurs, le lien entre le cadre urbain et la fonction intellectuelle que mettait en évidence Jacques Le Goff est-il irréductible ? Ne peut-il y avoir d’intellectuels au village ? On invitera également à examiner la variété des situations géographiques pour déterminer ou non l’existence de spécificités locales dans la définition d’un profil des intellectuels : ainsi, l’« intellectuel laïc » est-il une exception italienne[9] ? Dans cette perspective, on se montrera particulièrement attentif aux conditions sociales et matérielles des intellectuels : conditions de travail ; moyens et niveaux de rémunérations, réelles ou symboliques ; stratégies de distinctions déployées.

Pour plus d’informations : « Les intellectuels au Moyen Âge : soixante ans d’un anachronisme fondateur », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 09 mai 2017, http://calenda.org/404187

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque : « Living on the edge », 3e Congrès Ardit, 17-19 mai, Barcelone

« Living on the Edge: Transgression, Exclusion and Persecution in the Middle Ages « 

programme

Organizing Committee

Delfi I. Nieto-Isabel

Dr. Noemí Barrera Gómez

Jordi Casals Parés

Contact details

congress.ardit@ub.edu

www.ub.edu/ardit

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

École d’été : « Historia(s) de mujeres », 19-21 juillet, Denia [délai : 1/07/2017]

programme et modalités : pdf

Departamento de Historia Medieval y Ciencias y Técnicas Historiográficas
Dirige: Ana Echevarría Arsuaga
Coordina: Jaume Tortosa Amor

Resumen del curso

Este curso tratará diversas perspectivas de la historia de las mujeres, intentando reflejar las últimas líneas de investigación de este campo para los siglos XIII-XVII. Las conferencias abarcarán desde las últimas tendencias en historia de la reginalidad y el poder de las mujeres de la
élite social, a las propuestas sobre poder, imagen y mecenazgo en la Corona de Aragón, y el estudio de la religiosidad femenina como fenómeno diferenciador.

EL CURSO SE RETRANSMITE EN DIRECTO POR INTERNET (STREAMING) CON ACCESO RESTRINGIDO PARA AQUELLAS PERSONAS QUE NO SE DESPLACEN A LAS INSTALACIONES DEL CENTRO. VER LAS INSTRUCCIONES DE SEGUIMIENTO.

EL CURSO TAMBIéN SE PODRÁ REALIZAR EN DIFERIDO CON POSTERIORIDAD A LAS SESIONES PRESENCIALES. AQUELLAS PERSONAS QUE DESEEN ESTA MODALIDAD REALIZARÁn UN TRABAJO COMPROBATORIO PARA LA OBTENCIÓN DEL CERTIFICADO/CRÉDITOS.

VER LAS INSTRUCCIONES.

Contenido y desarrollo

19 de julio de 2017
(17:00 – 19:00) Reginalidad medieval: posibilidades, límites y estereotipos – Nuria Silleras. Profesora Titular de Estudios Hispánicos. Universidad de Colorado, Boulder.
(19:00 – 21:00) Cosas de mujeres: el linaje, el poder y la ciudad, damas de Mendoza – Esther Alegre Carvajal. Profesora Titular de Historia del Arte. UNED.

 20 de julio de 2017
(10:00 – 12:00) La percepción masculina de la mujer en la literatura catalana medieval – Rafael Narbona. Catedrático de Historia Medieval.Universidad de Valencia.
(12:00 – 14:00) La Casa de la Reina en la Baja Edad Media – María Narbona. Profesora Contratada. Universidad deZaragoza.
(17:00 – 19:00) Mujeres medievales en territorio dianense: señoras, ermitañas, vecinas – Josefa Sanz Torres. Profesora-Tutora. UNED-Denia.

(19:00 – 21:00) Mudéjares y moriscas frente a la Inquisición – Ana Echevarría Arsuaga. Profesora Titular de Historia Medieval. UNED.
Borja Franco Llopis. Investigador Ramón y Cajal. Departamento de Historia del Arte. UNED.

21 de julio de 2017
(10:00 – 12:00) Mujeres espirituales. Las beatas de los siglos XVI y XVII – Francisco Pons Fuster. Catedrático de Enseñanza Secundaria.
(12:00 – 14:00) Guardianas de la comunidad: las mujeres moriscas – Luis F. Bernabé Pons. Catedrático de Estudios Árabes. Universidad de Alicante.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Journée d’étude : 2e Journée de doctorants de l’UdL en Histoire de l’Islam, U. Lyon 2 (Berges du Rhône),24 mai 2017

JED UDL H. Islam -Programme

Mercredi 24 mai, 09h15-18h

Journée doctorale organisée avec le soutien du CIHAM/UMR 5648 et du LARHRA/UMR 5190.

 Salle des colloques (Bat. Erato 020), Campus Berges du Rhône, Université Lyon 2 – Quai Claude Bernard – 69007 Lyon

9h15-9h45 – Accueil des participants et introduction

Session I : Déplacements, circulation et cohabitations

9h45-10h30 – Louis FANDRE (Université Lumière-Lyon 2 – Master ʽMondes Médiévaux’) – « Les stratégies commerciales des Hafsides à la fin du XIIIe siècle : entre compromis et réaffirmation d’une autorité politique »
10h30-11h15 – Anaïs MASSOT (EHESS – UMR 8216/CéSor) – « La tarîqa Naqshbandiyya-Khalidiyya à Damas au début du XIXe siècle : circulation d’individus et d’idées pendant les Tanzimat ottomanes »
11h15-12h00 – Salma HARGAL (Université Lumière-Lyon 2 – UMR 5190/LARHRA) « Administrer des migrations musulmanes dans l’Empire ottoman : le cas des Maghrébins (1847- 1914) »

Session II : Pratiques discursives et littéraires

14h00-14h45 – Mohamed BEN MANSOUR (ENS de Lyon – UMR 5206/Triangle) – « La verve poétique face au pouvoir politique à l’époque abbasside »

14h45-15h30 – Marouane SLAMA (Université Lumière-Lyon 2 – Master ʽMondes Médiévaux’) – « Le Kawkab al-Rawḍa : histoire d’une île, histoire égyptienne »

Session III :Cultures politiques, cultures juridiques

15h45-16h30 – Enki BAPTISTE (Université Lumière-Lyon 2 – Master ʽMondes Médiévaux’) –  « Du Compagnon zélé au calife mesuré : la formation politique de ʽUmar. Forgerie historiographique et mythologie du cheminement initiatique »
16h30-17h15 – Karine MICHEL (ENS de Lyon – UMR 5206/Triangle) – « Sagesses anciennes et philosophie politique à l’âge classique de l’Islam »

17h15-18h00 – Marion WEISSLINGER (ENS de Lyon – UMR 5206/Triangle) « Le concept d’intérêt général (maṣlaḥa) chez Najm al-Dīn al-Ṭūfī (1276-1277/1316) »

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Atelier doctoral : « Sistemi politici e forme di governo nelle città del Mediterraneo », San Gimignano (Sienne-Italie), 19-23 juin [délai: 10 mai]

Les démandes sont à retourner pour le 10 mai 2017 par mail (voir modalités ci-dessous) ; réponses communiqueés le 25 mai.

Attention, places limitées à 14 doctorants.

Le domande dovranno pervenire all’indirizzo di posta elettronica cescc.2011@gmail.com, allegando la documentazione richiesta, entro e non oltre il 10 maggio 2017.

La comunicazione agli ammessi all’Atelier sarà effettuata, per posta elettronica, entro il 25 maggio 2017.

 Bando di ammissione

L’Atelier doctoral si propone in diretta prosecuzione della Scuola di alti studi dottorali che dal 2004 al 2016 ha costituito una sede di formazione specialistica avanzata destinata ai giovani studiosi che dedicano le proprie ricerche allo studio della civiltà comunale. Promossa dal Centro di Studi sulla civiltà comunale della Deputazione di Storia Patria per la Toscana, la Scuola è venuta distinguendosi come una delle più qualificate “summer school” a livello internazionale: su oltre 170 partecipanti, oltre 40 sono provenuti da Università non italiane.

Gli Ateliers internationaux de formation doctorale sono ora organizzati dal Centro di Studi sulla civiltà comunale della Deputazione di Storia Patria per la Toscana in collaborazione con il Dottorato di ricerca in Studi storici delle Università di Firenze e di Siena, l’École française de Rome, l’ Université Paris-Sorbonne, e hanno sede a San Gimignano grazie al sostegno della locale Amministrazione comunale. Il Comitato scientifico è composto da Elisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne),
Jean-Claude Maire Vigueur (Università di Roma Tre), Giuliano Pinto (Deputazione di Storia patria per la Toscana), Pierre Savy (École française de Rome) e Andrea Zorzi (Università di Firenze).

Obiettivo degli Ateliers è lo studio delle società urbane del basso medioevo, con una particolare attenzione per i sistemi politici e le
diverse manifestazioni dell’immaginario urbano, allargando lo sguardo all’insieme delle città del bacino mediterraneo, sia dell’Occidente cattolico sia dell’area di influenza bizantina sia delle regioni sotto dominazione islamica. Gli Ateliers offrono un ambiente stimolante di confronto intellettuale tra specialisti affermati e giovani studiosi in formazione, per favorire, attraverso momenti di discussione e di scambio, il rinnovamento delle prospettivi di ricerca e l’allargamento dello spettro
comparativo.

Gli Ateliers, di carattere multidisciplinare, prevedono lezioni su questioni interpretative di ampio respiro tenute da docenti specialisti e seminari tenuti dai partecipanti sui propri temi di ricerca. Docenti del primo Atelier – dedicato a Sistemi politici e forme di governo nelle città del Mediterraneo – saranno i proff. Simone Balossino (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse), Enrico Faini (Università di Firenze), Matteo Ferrari (Université de Poitiers), Lorenzo Tanzini (Università di Cagliari), Pierluigi Terenzi (Università di Padova), Pierre Savy (École française de Rome), Alessandro Vanoli (Bologna) e Andrea Zorzi (Università di Firenze).

Sono ammessi a partecipare laureandi e laureati delle lauree specialistiche e magistrali, dottorandi e dottori di ricerca, diplomandi e diplomati nelle Scuole di specializzazione, assegnisti di ricerca e borsisti post lauream in discipline storiche e medievistiche provenienti da qualsiasi sede universitaria italiana e straniera e di qualsiasi nazionalità.

La partecipazione agli Ateliers è riservata a 14 (quattordici) giovani studiosi, scelti a giudizio insindacabile del Comitato scientifico per valutazione comparativa dei titoli e dei *curricula *presentati. Non sono ammessi partecipanti in soprannumero.

Gli Ateliers hanno carattere residenziale. Gli ammessi sono tenuti ad assistere con assiduità a tutte le sedute e a svolgere un seminario sulla propria ricerca, secondo il programma ufficializzato all’inizio dell’atelier. Al suo termine sarà rilasciato ai partecipanti un attestato di partecipazione. Si fa riserva di rifiutare l’attestato a coloro che, senza giustificato motivo, non frequentino assiduamente le lezioni.

Agli ammessi è offerta l’ospitalità completa ad esclusione delle spese di viaggio.

I candidati dovranno presentare:
– una domanda di ammissione con l’indicazione delle generalità e dell’attuale status formativo o professionale, e corredata dall’indicazione dei recapiti postale, telefonico ed e-mail, utilizzando il modulo disponibile all’url seguente:
https://drive.google.com/open?id=0B3msUwgSmtL7c25qYVM1SjVSU3M
– una breve descrizione del progetto di ricerca in corso (utilizzando il modulo disponibile all’url sopra indicato);
– un curriculum (di massimo due cartelle) degli studi seguiti e dell’attività scientifica svolta;
– copia di eventuali pubblicazioni edite ed inedite.

Non saranno prese in considerazione le domande prive della descrizione del progetto di ricerca e della compilazione del modulo di ammissione.

Le domande dovranno pervenire all’indirizzo di posta elettronica cescc.2011@gmail.com, allegando la documentazione richiesta, entro e non oltre il 10 maggio 2017.

La comunicazione agli ammessi all’Atelier sarà effettuata, per posta elettronica, entro il 25 maggio 2017.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

École d’été : « [Populations rejetées, populations déplacées] Poblacions rebutjades, poblacions desplaçades », 13-14 juillet 2017, Balaguer [SP] [

[ENG] Group solidarity, based on shared interests and beliefs, inspires security and identity in the men and women of any society. As a consequence we find the rejection of those who have opposing interests or who are in any way different. This causes the generation of rejected populations, which are converted into displaced  populations. Analysing the medieval experience can provide lessons from the past for the present.
Prix d’inscripcion: 50 € (tarifa general), 40 € (tarifa jubilats), 30 €
(tarifa estudiants), 25 € ( tarifa jubilats Aules de la Gent Gran), 25 €
(tarifa assistents VII International Medieval Meeting Lleida 2017).
Bourses d’hébergement et d’assistance possible.
Inscripció: Enviar correu electrònic amb les dades personals a [envoyer les données personnels par mail à]
medieval@historia.udl.cat o bé per telèfon: 973 703152.
A tots els participants se’ls farà entrega d’un certificat d’assistència.
Informació: Grup de Recerca Consolidat en Estudis Medievals “Espai, Poder i Cultura”. medieval@historia.udl.cat, 973703152,
Arxiu Comarcal de la Noguera  acnoguera.cultura@ge
ncat.cat, 973 443056
Seu del curs: Consell Comarcal de la
Noguera, carrer d’Àngel Guimerà, 28-30. 25600 Balaguer (Lleida).
[CAT] La solidaritat de grup, teixida sobre els interessos i creences compartits, infon seguretat i identitat als homes i dones de cada societat. En deriva fàcilment el rebuig d’aquells amb els qui col·lisionen els interessos o d’aquells que, en algun sentit, són diferents. Es generen així poblacions rebutjades que esdevenen poblacions desplaçades. Apreciar l’experiència de l’edat mitjana davant d’aquestes situacions pot aportar lliçons des del passat cap al nostre present.
[ESP]La solidaridad de grupo, tejida sobre los intereses y creen-
cias compartidos, infunde seguridad e identidad a los hombres y mujeres de cada sociedad. De ello deriva, con facilidad, el rechazo de aquellos de intereses contrapuestos o de aquellos que, de un u otro modo, son diferentes. Se generan así poblaciones rechazadas que se convierten en poblaciones desplazadas. Analizar la experiencia de la edad media ante estas situaciones puede aportar lecciones desde el pasado hacia nuestro presente.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Journée d’étude: Les marges: Paris, 18/05/2017

Le jeudi 18 mai 2017 se tiendra la journée thématique annuelle de l’IRHT consacrée aux marges. Ce thème, qui se trouve au carrefour des sciences du texte, rassemble toutes les sections du laboratoire, en ce qu’il touche aussi bien à la philologie, la lexicographie, l’histoire, la paléographie, qu’à la codicologie.

Argumentaire

Le jeudi 18 mai 2017 se tiendra la journée thématique annuelle de l’IRHT consacrée aux marges. Ce thème, qui se trouve au carrefour des sciences du texte, rassemble toutes les sections du laboratoire, en ce qu’il touche aussi bien à la philologie, la lexicographie, l’histoire, la paléographie, qu’à la codicologie.

Autour du texte, dimension essentielle de la culture et de sa transmission, les espaces laissés vides sont devenus le réceptacle de mentions, décors, marques codicologiques, etc. qui participent à son histoire. Sur tous les supports – papyrus, parchemin ou papier, manuscrit ou imprimé – et quel que soit le type de document, des écrits de la pratique aux livres liturgiques, en passant par les textes scientifiques et juridiques, ces ajouts, contemporains ou postérieurs, doivent être analysés. Il s’agira ainsi de rendre compte de pratiques éditoriales (rubriques, manchettes, références, iconographie), de pratiques de lecture et d’utilisation des textes transmis (marques de repérage, annotations, gloses, commentaires), mais également de tout autre type d’ajouts indépendants (mentions de noms, listes de livres, décomptes).

Vous pouvez consulter le programme détaillé sur le Carnet de l’IRHT.

 

Pour plus d’informations :

« Les marges », Journée d’étude, Calenda, Publié le jeudi 20 avril 2017, http://calenda.org/402566

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribuation:L’oubli, arme, trace ou droit:Paris, 16–17/11/2017 [délai:31/05/2017]

Le colloque se propose d’envisager l’oubli  comme objet d’histoire pour lui-même. Celui-ci est conçu non comme un résultat par défaut du manque de mémoire, mais comme un objet d’étude à part entière. Les « usages de l’oubli » firent l’objet des discussions du colloque de Royaumont en 1986, et donnèrent lieu à des réflexions passionnantes. Nous souhaitons en poursuivre le cours pour l’Antiquité et le Moyen Âge, dans la littérature comme dans l’histoire.

Paris et Cergy 16 et 17 novembre 2017

Argumentaire

En contrepoint du célèbre « devoir de mémoire » dont l’expression évoque certes davantage l’époque contemporaine que les époques ancienne et médiévale, nous proposons d’initier une réflexion sur le thème de l’oubli. Les travaux de Paul Ricoeur[1]consacrés au temps et à la mémoire envisagent l’oubli comme antonyme de la mémoire et comme obstacle à la connaissance de l’histoire. Nous souhaitons ici envisager l’oubli  comme objet d’histoire pour lui-même. Celui-ci est conçu non comme un résultat par défaut du manque de mémoire, celle-ci étant un objet tout à fait pertinent pour le Moyen Âge comme en atteste l’insistance sur le respect du aux « autorités » ou l’entretien de la memoria dans le cadre des généalogies et de l’exaltation de la grandeur dynastique, mais comme un objet d’étude à part entière. Les « usages de l’oubli[2] » firent l’objet des discussions du colloque de Royaumont en 1986, et donnèrent lieu à des réflexions passionnantes. Nous souhaitons en poursuivre le cours pour l’Antiquité et le Moyen Âge, dans la littérature comme dans l’histoire. Une réflexion de nature épistémologique et historiographique sur la pertinence de l’oubli comme objet d’histoire semble nécessaire en ouverture des travaux. Puis nous tâcherons de confronter les perceptions de l’oubli dans la littérature profane et sacrée de l’antiquité où il apparaît comme honni, sinon comme un crime du moins comme une menace. Il est en effet conçu comme inimaginable pour les descendants du peuple hébreu lorsqu’il est appliqué à Jérusalem (Ps. 137. 5) dans la Bible[3], ou encore aux héros épiques lorsqu’il est appliqué à la mère patrie dans les poèmes homériques. Pourtant, à l’époque médiévale, l’oubli est prescrit comme un droit   pour les convertis du judaïsme et de l’islam au christianisme et le crime consiste alors, pour les chrétiens comme pour leurs anciens coreligionnaires, à leur rappeler leur ancienne foi. Mais l’oubli peut également être conçu comme un châtiment lorsque des criminels se voient condamnés à la damnatio memoriae -largement étudiée pour l’Antiquité, mais constituant néanmoins un objet nécessaire à la réflexion sur les usages de l’oubli-ou au bannissement loin de leur patrie durant plusieurs années. Mais l’oubli volontaire ou imposé en est-il vraiment un ? L’interdiction de se souvenir est-elle vraiment ou déjà un oubli ? Par ailleurs, le registre de la peine, de la pénitence ou de la purgation pourra constituer un cadre fécond pour l’interrogation sur l’oubli des crimes et des péchés. Enfin, on n’oubliera pas d’examiner les problèmes posés par la dimension matérielle du souvenir, ce que d’aucuns envisagent sous l’angle de la trace[4]. L’oubli est-il possible lorsque le document existe et quels sont alors les moyens mis en œuvre pour l’effacer ?

Pour plus d’informations : « L’oubli, arme, trace ou droit », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 20 avril 2017, http://calenda.org/401951

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

JED : Journée doctorale du CIHAM, « Écrire l’histoire », Lyon 2 (Salle des colloques), 26 avril 2017

JED CIHAM 26 avril – programme :

Salle des colloques, Bât. Erato, ER020 (à droite du Grand Amphithéâtre de Lyon 2), Campus Berges du Rhône,
18 quai Claude Bernard, 69007 Lyon

9h30       Accueil des participants

9h45  Ouverture de la journée

« Ma thèse en 5 minutes »

10h   Wahid Tarraf – « La Syrie entre l’Oronte et la Méditerranée à l’époque des Croisades »

10h15 Magali Romaggi – « Narcisse au miroir des eaux »

10h30 Elsa Gabaude – « L’usure en procès au temps des papes d’Avignon »

10h45 Thomas Girard – « L’incroyance des gens (1215-1525) »

11h Romain Chevalier – « Bâtardises et sociétés de cour »

Varia

11h20 Jean-Benoît Krumenacker – « Pierre Rostaing, un érudit au service du chapitre »
(Thèse avec le soutien d’Arc 5)

« Écrire l’histoire »

14h Thomas Girard – « L’écriture de l’histoire et la matérialité de l’incroyance. Comment décrire une hétéropraxie ? »

14h40 Benjamin Oury – « Le bourg castral de Rame »

15h20 Ariane Pinche – « Des petites histoires pour écrire l’Histoire »
(Thèse avec le soutien d’Arc 5)

16h Fin de la journée

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Poste : éditeur à l’École française de Rome [délai : 11 mai 2017, 12h00]

Un poste d’éditeur(trice) est à pourvoir au service des publications. Pour consulter la fiche de poste, cliquer ici . La date limite d’envoi des candidatures est fixée au 11 mai 2017 à 12 heures.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Appel à contribution:20e Colloque International sur le Document Électronique:ENSSIB, Villeurbanne, 23-25/11/2017[délai:12/06/2017]

20e Colloque International sur le Document Électronique

CiDE.20

20th International Conference on Digital Document

Le Document ?

Organisé par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques – Enssib en partenariat avec les équipes de recherche : CiTu-Paragraphe de l’Université de Paris 8, GERiiCO – Université de Lille (SHS), ELICO de l’Université de Lyon, ICAR ENS-Université de Lyon 2, LIRIS de l’INSA de Lyon, et Magellan IAE-Université de Lyon 3.

 

23-24-25 novembre 2017
Lieu du Colloque : Enssib, 17-21 bd du 11 novembre 1918, Villeurbanne

La vingtième édition du Colloque international sur le document numérique sera l’occasion de réinterroger les notions du « document ». Depuis la première édition de CiDE, les métamorphoses du document ont été nombreuses : passage de l’analogique au numérique, phénomène de délocalisation/relocalisation sur les réseaux, polymorphie des espaces documentaires… Objet hétérogène, hybride, dont le rapport au temps et à l’espace est en constante évolution, le document suscite constamment de nouvelles interrogations.

Les colloques CiDE ont débuté à Rabat en 1998 avec le « document numérique », appréhendé dans sa version primaire c’est-à-dire une représentation numérique du document classique (fichier ou site web passif). Depuis cette date, 19 colloques ont successivement questionné la notion de « document » à travers les thèmes suivants : Document dynamique ; Bibliothèques numériques ; Document et sciences cognitives ; Document pédagogique et mobile ; La pluri-modalité et le multimédia ; Approches sémantiques pour le document électronique ; Le Multilinguisme ; Le document électronique ; Le document numérique dans le monde de la science et de la recherche ; Interactions et usages autour du document numérique ; Patrimoine 3.0 ; Document numérique entre permanence et mutations ; Le “Document” à l’ère de la différenciation numérique ; Métiers de l’information, des bibliothèques et des archives à l’ère de la différentiation numérique ; Dispositifs numériques : contenus, interactivité et visualisation ; Livre post-numérique : historique, mutations et perspectives ; Documents et dispositifs à l’ère post-numérique ; Vers une épistémè numérique.
Cette année, à l’occasion de son vingtième anniversaire, CiDE’20 propose de revisiter ces thématiques dans une approche multidisciplinaire et en considérant le document dans ses acceptions et représentations les plus diverses : document textuel monolingue, document multilingue, document image, document multimédia, document structuré, document lié , document modifiable, etc.
Certaines questions nécessitent d’être précisées, notamment le cycle de vie du document, son caractère pérenne ou au contraire fugitif, éphémère, ses traitements, la transformation des formes éditoriales et de scénarisation, ses fonctions et ses usages… À l’heure des data (big data, smart data) et de l’analyse prédictive fondées sur des approches de deep learning, quel rôle peut encore jouer le document ? Quel impact le mouvement de l’open data peut-il avoir sur le document, sur sa fonction de médiation ? Depuis près de 20 ans, les nombreux programmes de numérisation ont permis la constitution de fonds documentaires volumineux, déplaçant ainsi l’enjeu vers l’accès à ces fonds et leur représentation (métadonnées, visualisation…).
Le colloque se penche, aussi, sur la place et le rôle du document produit et géré par les bibliothèques, les différents lieux de savoir (archives, centres de documentation, musées…) ainsi que les entreprises. Ces organisations comptent sur la puissance des technologies numériques pour donner sens à la masse de données en mouvance et en perpétuelle augmentation. Les organismes institutionnels (entreprises, bibliothèques, archives, ministères, laboratoires de recherche, etc.) sont amenés à produire et/ou à gérer des données dites ouvertes qui nécessitent des analyses et des évaluations car elles sont vues, comme étant des éléments fondamentaux d’appui à l’innovation. Avec le développement des données massives et hétérogènes illustrant l’évolution de la notion de document avec sa diversité et sa multiplication, le traitement du contenu de document numérique fait appel, également, à la pluridisciplinarité (sciences de l’information et de la communication, sciences cognitives, informatique, logique, traitement automatique des langues, statistiques, linguistique, etc.), permettant des analyses de corpus multimédias et multilingues avec des applications variées. Néanmoins, l’exploitation du document pose la question de la validité et la certification de son contenu. La prise en compte des aspects juridiques (problèmes de plagiat, falsification et propriété
intellectuelle) des documents numériques sont des aspects à réactualiser.
Le colloque CiDE’20 accueillera des contributions théoriques, des présentations d’études de cas, des résultats de projets applicatifs ou expérimentaux en lien avec les thèmes suivants :
  • Approches théoriques du document (processus de (re)documentarisation, sémio-pragmatique du document, histoire des supports, document vs data,…)
  • Description, représentation, classification, indexation, gestion (ontologies, données ouvertes, open data, dataviz,…)
  • Formes, formats et normes (typologie des documents, structuration, balisage, interopérabilité, flux documentaires,…)
  • Enjeux de codage et métadonnées (DC, FRBR, RDA, PREMS,…)
  • Accès à l’information (recherche documentaire, filtrage, fouille de données, fouille de textes, annotation, recommandation,…)
  • Éditorialisation, scénarisation, design informationnel, expériences utilisateurs (GED, workflow,…)
  • Usages du document (médiation et médiatisation, trace et mémoire, art numérique, écrits professionnels, analyse documentaire,…) dans les espaces documentaires (bibliothèques, musées, archives,…)
  • Numérisation du patrimoine scientifique et culturel (textes anciens, images, vidéos, archivage des corpus hétérogènes,…)
  • Qualité des contenus du document (données ouvertes ou liées, données iconographiques et/ou audiovisuelles,…)
  • Aspects juridiques (propriété intellectuelle, certification des données, falsification des documents,…)
Le colloque sera ainsi l’occasion de poser quelques questions centrales, d’apporter éventuellement des éléments de réponse, et surtout d’ouvrir des pistes de réflexion pour de nouvelles recherches.

Comité scientifique international

  • Mohamed HASSOUN, Enssib, France, Président
  • Khaldoun ZREIK, Université de Paris 8, France, Co-président
  • Stéphane CHAUDIRON, Université de Lille 3, France, Co-président

Membres

  • Ghislaine AZEMARD, Université de Paris8, France
  • Abdel BELAID, Université de Loraine, France
  • Radia BERNAOUI, ENSV d’Alger, Algérie
  • Guillaume BESACIER, Université Paris 8, France
  • Cherifa BOUKACEM, Université de Lyon 1, France
  • Sabrina BOULESNANE, Université de Lyon 3, France
  • Jean-Jacques BOUTAUD, Université de Bourgogne, France
  • Laïd BOUZIDI, UniversitédeLyon3, France
  • Valentina BREZHNEVA, Université d’État Saint Petersburg, Russie
  • Évelyne BROUDOUX, CNAM de Paris, France
  • Nadège BROUSTAU, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles
  • Sylvie CALABRETTO, INSA de Lyon, France
  • Ghislaine CHARTRON, CNAM de Paris, France
  • Kazimierz CHOROS, Wrocław University of Science and Technology, Poland
  • Évelyne COHEN, Enssib de Lyon, France
  • Viviane COUZINT, IUT – Université de Toulouse3, France
  • Amos DAVID, Université de Loraine, France
  • Giovanni DEPAOLI, Professeur émérite, France
  • Christine DEVELOTTE, ENS Lyon, France
  • Mamadou DIARRA, EBAD, Sénégal
  • Joseph DICHY, Université de Lyon 2, France
  • Bernard DIONE, EBAD, Sénégal
  • David DOUYERE, IUT – Université de Tours, France
  • Jacques DUCLOY, Loria, France
  • Véronique EGLIN, INSA de Lyon, France
  • Mabrouka ELHACHANI-LAKHDHAR, Université de Lyon3, France
  • Jean-François FAU, Université Senghor Alexandrie, Égypte
  • Dominic FOREST, Université de Montréal – EBSI, Canada
  • Mauro GAIO, Université de Pau, France
  • Francisco Javier GARCÍA MARCO, Université de Zaragoza, Espagne
  • Joël GARDES, RD-TECH-GRE, France
  • Malek GHENIMA, ESC-Université de la Manouba, Tunis, Tunisie
  • Abdessamad Réda GHOMARI, ESI d’Alger, Algérie
  • Khaled HABCHI, ISD – Université de la Manouba Tunis, Tunisie
  • Maryvonne HOLZEM, Université de Rouen, France
  • Bernard IDELSON, Université de la Réunion, France
  • Madjid IHADJADENE, Université de Paris8, France
  • Rosa ISSOLAH, ENSA d’Alger, Algérie
  • Bernard JACQUEMIN, Université de Lille 3, France
  • Stéphane CHAUDIRON, Université Lille 3, France
  • Khaldoun ZREIK, CITU-Paragraphe, Université Paris8, France
  • Ioannis KANELLOS, ENST Bretagne, France
  • Hamamache KHEDDOUCI, Université de Lyon 1, France
  • Jacques LABICHE, Université de Rouen, France
  • Pascal LARDELLIER, Université de Dijon, France
  • Omar LAROUK, Enssib de Lyon, France
  • Patrizia LAUDATI, Université de Valenciennes, France
  • Frank LE BOURGEOIS, INSA de Lyon, France
  • Sylvie LELEU-MERVIEL, Université de Valenciennes, France
  • Catherine LONEUX, Université de Rouen, France
  • Jacques MADELAINE, Professeur émérite, France
  • Yves MARCOUX, Université de Montréal – EBSI, Canada
  • Azedine MAREDJ, CERIST d’Alger, Algérie
  • Sabine MAS, Université de Montréal – EBSI, Canada
  • Vincent MEYER, Université de Nice, France
  • Abderrazak MKADMI, ISD – Université de la Manouba, Tunisie., Tunisie
  • Mustapha MOJAHID, Institut de Recherche en Informatique de Toulouse, France
  • Ghassan MOURAD, Université Libanaise, Bierut, Liban
  • Widad MUSTAFA EL HADI, Université de Lille 3, France
  • Omar NOUALI, CERIST d’Alger, Algérie
  • Peter OHLY, GESIS – Institut Leibniz des Sciences Sociales, Allemagne
  • Céline PAGANELLI, Université de Montpellier 3, France
  • Françoise PAQUIENSEGUY, Sciences Po, Lyon, France
  • Juznic PRIMOZ, University of Ljubljana, Slovénie
  • Jean-Pierre RAYSZ, Société Jouve, France
  • Jean-Marc ROBERT, Polytechnique de Montréal, Canada
  • Pascal ROBERT, Enssib de Lyon, France
  • Imad SALEH, Université de Paris 8, France
  • Mohamed SIDIR, Université d’Amiens, France
  • Éric TRUPIN, Université de Rouen, France
  • Seth VAN HOOLAND, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles
  • Christine VANOIRBEEK, École polytechnique fédérale de Lausanne, Suisse
  • Christian VARINARD, Université de Lyon 3, France
  • Lise VERLAET, Université de Montpellier 3, France
  • Jean VIVIER, Professeur émérite, France
  • Manuel ZACKLAD, CNAM de Paris, France
  • Maja ŽUMER, Université de Ljubljana, Slovénie

Calendrier

12 juin 2017 : Date limite de soumission des prépositions
17 juillet 2017 : Notification aux auteurs
4 septembre 2017 : Date limite de réception de la version définitive de l’article
23-24-25 Novembre 2017 : Colloque à l’Enssib – Villeurbanne-Lyon

Modalités de sélection

La sélection des articles est faite après une double évaluation à l’aveugle, d’une version complète de l’article proposé.
La langue de communication est le français et l’anglais (pas de traductions simultanées).

Publication des actes du colloque

Les actes du colloque seront publiés aux éditions Europia (http://europia.org/edition/livres/doc/CatDoc.htm)
Seuls seront publiés les articles présentés par leur(s) auteur(s) lors du colloque.

Instruction aux auteurs

Les propositions sont attendues avant le 12 juin 2017. Elles doivent être rédigées sous forme d’article, en français ou en anglais, d’une longueur maximale de 30 000 caractères (espaces compris).
Pour cette soumission, les auteurs veilleront particulièrement à respecter l’anonymat des propositions, celles-ci ne doivent contenir que le titre de la proposition, le résumé et les mots-clés, le corps de leur article (aucune référence ne doit permettre aux évaluateurs de reconnaitre ‘identité du ou des auteurs) et les références bibliographiques. Le dépôt des propositions est à effectuer via la rubrique « dépôts des articles ».
Les propositions sont évaluées en double aveugle, une notification est envoyée aux auteurs le 17 juillet 2017.

Dépôt de la version définitive

Les propositions retenues sont à déposer dans leur version finale au plus tard le 04 septembre 2017. Celles-ci doivent impérativement tenir compte des éventuelles remarques des évaluateurs. Les auteurs sont invités à suivre scrupuleusement les normes de rédaction de l’éditeur Europia, téléchargeables dans les formats suivants : ODT, DOC, PDF.

Inscription au colloque

Les inscriptions au colloque sont obligatoires (pour au moins un auteur en cas de co-écriture) et doivent être complétées avant le 11 septembre 2017. Seuls seront publiés les articles présentés par leur(s) auteur(s) lors du colloque.

Contacts CiDE.20

  • Mohamed HASSOUN, Enssib – Lyon (cide20[at]enssib.fr)
  • Stéphane CHAUDIRON, Université de Lille 3
  • Khaldoun ZREIK, Université de Paris 8

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journées d’étude:Penser–repenser l’archéologie, l’histoire et l’anthropologie:22-23/05/2017, CNRS, Ivry-sur-Seine.

Présentation

Quelques préhistoriens se sont interrogés sur la pratique de leur métier et sur la relation entre le chercheur et son objet (sujet) d’étude. Quelle est sa démarche du vestige archéologique à la restitution finale qu’il en donne ? Quel sens donne-t-il à sa démarche ? On y découvre combien sont indissociables les objets de la discipline et les modes de pensée de celles-ci : concepts, outils, méthodes, modélisations. S’il va de soi que la plus grande rigueur est de mise au stade de la fouille, de la compilation des données et de leur analyse, leur exploitation fait une large place à l’interprétation. Peut-être plus encore qu’en histoire, les conclusions sont toujours susceptibles d’être reprises, reformulées, remises en cause.

Les organisateurs de cette table ronde souhaitent à présent élargir cette réflexion à d’autres disciplines des sciences humaines, en particulier, à l’ethnologie, à l’histoire mais aussi à l’archéologie en général.

Mettre nos réflexions en commun serait sans doute salutaire pour l’ensemble de ces disciplines.

Pour plus d’informations : 

« Penser–repenser l’archéologie, l’histoire et l’anthropologie », Journée d’étude, Calenda, Publié le mercredi 12 avril 2017, http://calenda.org/402661

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel Workshop : Workshop on Corpus-based Research in the Humanities (CRH) with a special focus on space and time annotations, Vienne (Autriche), 25-26 Janvier 2018 [délai : 8 octobre 2017]


IMPORTANT DATES
Deadlines :
– Abstract submission: 8 October 2017
– Notification of acceptance: 5 November 2017
– Final version of paper: 3 December 2017
– Workshop: 25-26 January 2018

web: http://www.oeaw.ac.at/ac/crh2/

The Workshop on « Corpus-based Research in the Humanities » (CRH) brings together those areas of Computational Linguistics and the Humanities that share an interest in the building, managing and analysis of text corpora. The edition of this year has a specific focus on time and space annotation in textual data, backed by a keynote speaker with special interest in this aspect of corpus management.

The second edition of CRH will be held in Vienna (Austria) on January 25th-26th 2018 and will be hosted Austrian Academy of Sciences, University of Vienna and Technische Universitaet Wien.

The series of the CRH workshops continues that of the workshop on « Annotation of Corpora for Research in the Humanities » (ACRH), the three editions of which were held respectively in 2011 (Heidelberg, Germany), 2012 (Lisbon, Portugal) and 2013 (Sofia, Bulgaria). The first CRH was held in Warsaw (Poland) in 2015.

Submissions of long abstracts for oral presentations and posters (with or without demonstrations) featuring high quality and previously unpublished research are invited on the following TOPICS:

– specific issues related to the annotation of corpora for research in the Humanities (annotation schemes and principles), with special interest in space and time annotations
– corpora as a basis for research in the Humanities
– diachronic, historical and literary corpora
– use of corpora for stylometrics and authorship attribution
– philological issues, like different readings, textual variants, apparatus, non-standard orthography and spelling variation
– adaptation of NLP tools for older language varieties
– integration of corpora for the Humanities into language resources infrastructures
– tools for building and accessing corpora for the Humanities
– examples of fruitful collaboration between Computational Linguistics and Humanities in building and exploiting corpora
– theoretical aspects of the use of empirical evidence provided by corpora in the Humanities

This year, CRH will have a SPECIAL TOPIC concerning time and space annotation in textual data. Submissions with this focus are especially encouraged.

Contributions reporting results from completed as well as ongoing research are welcome. They will be evaluated on novelty of approach and methods, whether descriptive, theoretical, formal or computational.

The proceedings will be published in time for the workshop. They will be co-edited by Andrew Frank, Christine Ivanovic, Francesco Mambrini, Marco Passarotti and Caroline Sporleder.

MOTIVATION AND AIMS
Research in the Humanities is predominantly text-based. For centuries scholars have studied documents such as historical manuscripts, literary works, legal contracts, diaries of important personalities, old tax records etc. Large amounts of such documents exist and are increasingly available in digital form. This has a potentially profound impact on how research is conducted in the Humanities.
Digitised sources allowing scholars to analyse texts quicker and more systematically.

Digital data can also be (semi-)automatically mined: important facts and interdependencies can be detected, complex statistics can be calculated. Analysis of locations and time in documents is often crucial to understand and visualize trends. Results can be visualised and presented to the scholars, who can then delve further into the data for verification and deeper analysis.

Digitisation encourages empirical research, opening the road for completely new research paradigms that exploit `big data’ for humanities research. Digitisation is only a first step, however. In their raw form, electronic corpora are of limited use to humanities researchers. Corpus annotation can build on a long tradition in (corpus) linguistics and computational linguistics but the true potential of such resources is only unlocked if corpora are enriched with different layers of linguistic annotation (ranging from morphology to semantics, including location and time).

The CRH workshop aims at building a tighter collaboration between people working in various areas of the Humanities (such as literature, philology, history, translational studies etc.) and the research community involved in developing, using and making accessible different kinds of corpora. A gap exists between computational linguists (who sometimes do not involve humanists in developing and exploiting corpora for the Humanities) and humanists (who sometimes just aren’t aware that such corpora do exist and that automatic methods and standards to build and use them are today available).
Over the past few years a number of historical annotated corpora have been started, among which are treebanks for Middle, Early Modern and Old English, Early New High German, Medieval Portuguese, Ugaritic, Latin, Ancient Greek and several translations of the New Testament into Indo-European languages. The experience of these ever-growing set of projects can provide many suggestions on the methodology as well as on the practice of interaction between literary studies, philology and corpus linguistics.

[…]
INSTRUCTIONS FOR SUBMISSION
We invite to submit long abstracts describing original, unpublished research related to the topics of the workshop as PDF. Abstracts should not exceed 6 pages (references included) and written in English.
Submissions have to be made via the EasyChair page of the workshop at https://easychair.org/conferences/?conf=crh2 (requires prior registration with EasyChair).
The style guidelines can be found here: http://www.oeaw.ac.at/forschung-institute/biblio/academiae-corpora/ac/crh2/authors-kit/.

Reviewing will be double-blind; therefore, the abstract should not include the authors’ names and affiliations or any references to web-sites, project names etc. revealing the authors’ identity. Furthermore, any self-reference should be avoided. For instance, instead of « We previously showed (Brown, 2001)… », use citations such as « Brown previously showed (Brown, 2001)… ». Each submitted abstract will be reviewed by three members of the program committee.

Submitted abstracts can be for oral or poster presentations (possibly with demo). There is no difference between the different kinds of presentation both in terms of reviewing process and publication in the proceedings (the limit of 6 pages holds for both abstracts intended for oral and poster presentations).

The authors of the accepted abstracts will be required to submit the full version of their paper, which may be extended up to 10 pages (references included).

PRESENTATIONS
The oral presentations at the workshop will be 30 minutes long (25 minutes for presentation and 5 minutes for questions and discussion).
Depending on the number of submissions, a poster session might be organised as well.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Université d’été:Digital History Summer School:Lausanne, 20-23/06/2017[délai:30/04/2017]

The University of Lausanne and infoclio.ch are pleased to announce that a Digital History Summer School will take place at the University of Lausanne, from the 20th to the 23rd of June 2017.

Why Organize a Digital History Summer School?

Today, historians are increasingly confronted with questions about the use of primary sources. How does one deal with historical primary sources in the Digital Age? What peculiarities present sources, which have been digitized, or which originated in digital form–so-called “born-digital” sources? How do we read them? How do we interpret them? How can they be used in order to construct a historical narrative?

This four-day Summer School offers historians (PhD-candidates, graduates students, established historians) the opportunity to acquire the basic principles of data usage in the historical sciences, and benefit from insights gained in other humanities and social sciences disciplines.

The first three days of the Summer School will alternate lectures and workshops. Courses will be held in plenary sessions, whereas workshops take place in smaller groups. Lectures will tackle crucial epistemological or theoretical problems, while workshops allow participants to learn technical skills by working hands-on with historical data on their own personal computer.

On its last day, the Summer School will host a so-called « datasprint »–a hackathon based on data. What is a hackathon, you ask? A hackathon is originally a gathering of developers organized by team around project bearers with the objective of producing a prototype application in a few hours. In our case, the datasprint will be an opportunity to put into practice the technical skills learned during the Summer School. Teams will choose a research topic, and then collaboratively collect data about it. They will then continue by interpreting the gathered data, and finally attempt to develop a historical narrative based on said data.

With the support of Unidistance (http://unidistance.ch/), LabEx Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe (http://labex-ehne.fr/) and the association Histoire & Informatique / Geschichte & Informatik (http://blog.ahc-ch.ch/).

Speakers

Frédéric Clavert | Marten Düring | Martin Grandjean | Tobias Hodel | Elena Pierazzo | Valérie Schafer | Sean Takats | Jane Winters | Aris Xanthos

 

Pour plus d’informations :  « Digital History Summer School »,  École d’été,  Calenda, Publié le vendredi 31 mars 2017, http://calenda.org/400090

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque : « Theorica : La construction du discours théorique au Moyen Âge 5. Penser la traduction au Moyen Âge », 3-4 mai, Casa de Velázquez, Madrid

Le programme de recherche « Theorica », initié en 2012, se propose de revisiter l’idée reçue selon laquelle le Moyen Âge serait un temps asystématique et par conséquent inapte à toute théorisation. Pour ce cinquième volet, le domaine retenu a été celui des discours sur la traduction, pour interroger la manière dont le Moyen Âge a ressenti le besoin de théoriser la traduction.

Il ne s’agit pas ici d’appliquer les méthodes d’analyse de la traductologie contemporaine aux textes médiévaux mais bien d’interroger le regard porté sur la traduction par les théoriciens et/ou praticiens du Moyen Âge afin de dégager les différentes conceptions de la traduction qui s’opposaient à la fin du Moyen Âge. Comment les traducteurs médiévaux perçoivent-ils leur travail et quels discours théoriques construisent-ils afin de mieux encadrer leurs pratiques ? Peut-on parler d’une « traductologie médiévale » ? Quelles sont les fonctions et l’utilité de la traduction selon les hommes du Moyen Âge ? Quels problèmes linguistiques apparaissent, selon eux, lors du processus de traduction ? L’analyse des pratiques de traduction confirme-t-elle ces théories énoncées à la même période ? Dans le cas contraire, comment expliquer ces écarts entre norme et pratique ?

Date et lieu de la manifestation : 3-4 mai 2017, Casa de Velázquez, Madrid.
Page de l’événement : https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/agenda/news/theorica5-la-construction-du-discours-theorique/
Contact : theorica(at)ens[tiret]lyon[point]fr

 Programa Theorica 5 (español)

Programme Theorica 5 (français)

Programme

Mercredi 3 mai : Les théories de la traduction du XIIe au XIVesiècle

9h00-9h30. Accueil des participants

Présentation du colloque par Carlos Heusch (École normale supérieure de Lyon)

9h45-11h00. Session 1 : Fondements théoriques de la traduction médiévale – Présidée par Georges Martin

  • Anna Svenbro (Université Paris Nanterre) : « Jérôme, Augustin, Boèce – Prolègomènes à toute traduction médiévale qui voudra se présenter comme science »
  • Corinne Mencé-Caster (Université Paris-Sorbonne) : « La traduction médiévale : un déterminant majeur de la construction d’une théorie de l’écriture d’invention en castillan »

10h45. Débat

11h00. Pause

11h30-13h00. Session 2 :  Traduction et réécriture – Présidée par Georges Martin

  • Maud Pérez-Simon (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) : « Traduire pour contredire, Les Monstres des hommes »
  • Gisèle Besson (École normale supérieure de Lyon) : « Le statut de la mythologie dans la traduction de La Cité de Dieu par Raoul de Presles »

12h30. Débat

13h00. Déjeuner au restaurant de la Casa de Velázquez

15h00-17h00. Session 3 : Vers une professionnalisation de la traduction dans l’Espagne médiévale – Présidée par Inés Fernández-Ordóñez

  • Julio César Santoyo (Universidad de León) : « Percepción, reflexión y autoanálisis en los traductores de los siglos XII y XIII »
  • Danielle Jacquart (École Pratique des Hautes Études) : « Des traductions au fil de la plume et à la chaîne ? Le cas de Gérard de Crémone dans la Tolède du XIIesiècle »
  • Rafael Ramón Guerrero (Universidad Complutense de Madrid) : « La Epístola De intellectu de Alfarabi – Del árabe al latín »

16h30. Débat

17h00. Pause

17h15-18h45. Session 4 : La traduction sous Alphonse X – Présidée par Inés Fernández-Ordóñez

  • Irene Salvo García (Syddansk Universitet, Odense – Marie Curie) : « La traducción en la historiografía alfonsí: una lectura teórica »
  • Jesús Rodríguez Velasco (Columbia University, New York) : «Ficción de interpretación» (par visioconférence depuis New York)

18h15. Débat

20h30. Dîner du colloque

Jeudi 4 mai : Les théories de la traduction à la fin du Moyen Âge

9h30-11h30. Session 5 : Nouvelles traductions, traducteurs nouveaux – Présidée par Rebeca Sanmartín

  • Ángel Gómez Moreno (Universidad Complutense de Madrid) : « Va la vida: la Botánica en traducción »
  • Tomàs Martínez Romero (Universitat Jaume I, Castellón) : « La traducción según los traductores catalanes “menores” de la Edad Media »
  • Juan Carlos Conde (Magdalen College – University of Oxford) : « Traducir textos religiosos en el siglo XV: Fernán Pérez de Guzmán y Fray Gonzalo de Ocaña »

11h00. Débat

11h30. Pause

12h00-14h00. Session 6 : Traduction et humanisme – Présidée par Joaquín Rubio Tovar

  • Jeremy Lawrance (University of Nottingham) : « La polémica entre Cartagena y Bruni sobre cómo hay que traducir a Aristóteles »
  • María Morrás (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone) : « La Ética y las traducciones en los círculos literarios »
  • Mélanie Juste (École normale supérieure de Lyon) : « La traduction selon Alfonso de Madrigal, El Tostado : une théorie de la pratique »

13h30. Débat

14h00. Déjeuner au restaurant de la Casa de Velázquez

16h00-18h00. Session 7 : Traduction et minorités, le cas des Mudéjars et Morisques – Présidée par Danielle Jacquart

  • Olivier Brisville-Fertin (École normale supérieure de Lyon) : « Quelques réflexions sur le statut et les fonctions des traductions aljamiadas de prédication : dixo partida de los sabios… »
  • Alice Kadri (Université Paris Nanterre) : « “Fue sacado de ‘arabī en ‘ajami”. Pratiques de traduction aljamiada chez les mudéjars et les morisques »

17h00. Débat

17h30. Conclusions par Joaquín Rubio Tovar

17h45. Clôture du colloque.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Jeunes chercheurs en Histoire, Archéologie et Littérature du Moyen âge du Ciham-UMR 5648