[Parution] Olivier Simonin et Caroline De Barrau (éd.), La Formule au Moyen Âge III. Formulas in Medieval Culture III, Turnhout, Brepols, 2021, 447 p.

Présentation

Étude interdisciplinaire sur le concept de formule au Moyen Âge

Les modes de pensée et de représentation médiévaux sont profondément marqués par l’usage de reprises et de régularités attendus et reconnaissables, qui sont sources de tensions productives entre expression individuelle et normes collectives, changement et continuité, création et convention. De façon très générale, toute formule se caractérise par un figement ou une régularité plus ou moins marquée laissant la place, en creux, à l’innovation. La définition de la formule se décline différemment en fonction de la discipline considérée, et cet ouvrage propose une réflexion interdisciplinaire sur ses différentes acceptions et sur les recoupements que l’on peut observer entre elles. En outre, un échange entre plusieurs intervenants, poursuivant une discussion sous forme de table ronde à l’occasion du colloque international organisé à Perpignan en 2014, vient clore le volume et propose un premier aperçu synthétique de l’emploi de la notion pour les différentes disciplines concernées : codicologie, diplomatique, épigraphie, histoire, histoire de l’art, littérature, linguistique, musicologie.

Table des matières

Olivier Simonin et Caroline de Barrau, De la polysémie de la formule

Histoire

Anne Brenon, Quand les brebis mangent les loups. Subversion de la formule et hérésie cathare

Viola Mariotti, Vulpes transfiguratas in talpas : les cathares entre renards et taupes dans l’épître Audite, cœli d’Henri de Clairvaux. Métamorphose d’une formule allégorique anti-hérétique

Noemi Barrera Gómez, Explicar la trinidad mediante su formulación. Une gramática teológica en el De proprietatibus rerum

Florence Ninitte, Enjeux d’un transfert formulaire. Du débat islamo-chrétien d’al-Hashimii et d’al-Kindii à l’encyclopdie Speculum Historiale de Vincent de Beauvais

María Jesús Fuente, La fórmula Esther. La reina bíblica como modelo de reinas medievales

Manuscrits, chartes et inscriptions

Véronique Soreau, L’art de la formule dans l’art de guérir. Édition et étude d’extraits en moyen-anglais des recettes médicinales des manuscrits : Cambridge, Trinity College, Wren Library 1037 (O.1.13) et 921 (R.14.51)

Emilie Cottereau-Gabillet, Colophons de manuscrits et constructions formulaires (France, XIVe et XVe siècles)

Chantal Senseby, La « date de lieu » et ses variations du Xe au XIIe siècle en Anjou et en Touraine

Paolo Buffo, Expérimentations notariales et modèles textuels dans la documentation de Philippe de Savoie-Achaïe (1295-1334)

Histoire de l’art

Marie Charbonnel, Pour faire et accomplir les choses dessus dites. Formules en contextes, les fondations entre acte et lieu du XIIIe au XVe siècle

Angélique Ferrand, Donner forme au(x) temps. La formule du Zodiaque et son association avec les Occupations des Mois

Anne Leturque, Des formules pour peindre des images

Musicologie

Anne Ibos-Augé, Formules, lieux communs, stéréotypes ? L’emploi de citations lyriques dans un traité spirituel : l’exemple du Livre d’amoretes

Anne-Zoé Rillon-Marne, Les formes de l’intertextualité biblique dans la lyrique latine des conduits (fin XIIe-XIIIe siècle)

Langue et littérature françaises médiévales

Malinka Velinova, La formule épique dans le moule de la relative en ancien français

Laurence Picano-Doucet, Les formules magiques de Médée dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure

Quentin Vincenot,«Sis lupus et sensum hominis habeas ». Le loup-garou entre l’être, le paraître et le dire

Stéphanie Bulthé, Formules didactiques dans les exemples du Livre de Regnart

Élyse Dupras, Formules de culpabilité, formules de pénitence dans les Miracles de Notre Dame par personnages

Autres littératures romanes

Antonio Sotgiu, Boccace et les formulaires pour les confesseurs. Le cas de la nouvelle de Sire Chapelet

Gemma Pellissa Prades, Hi ha una fórmula única per caracteritzar el fenomen de la ficció sentimental a la península ibèrica?

Postface

Table ronde sur la formule

Index des œuvres et des auteurs

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Bernard Andenmatten (dir.), Othon 1er de Grandson (vers 1240-1328). Le parcours exceptionnel d’un grand seigneur vaudois, Lausanne, Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 2020

OthonGrandsonimage

Présentation

Les contrastes d’une figure fascinante.

Retracer la vie d’Othon Ier, sire de Grandson, permet de souligner les contrastes d’une figure fascinante. Grand seigneur issu de la noblesse vaudoise à la carrière internationale – de l’Angleterre à la Terre sainte, en passant par la France et l’Italie –, financier doué pour les affaires qui se lança dans de grandes opérations bancaires, aristocrate particulièrement imbu de son identité chevaleresque ; célibataire laïc sans postérité qui mena d’une main ferme la politique familiale, avant d’aller reposer pour l’éternité dans un somptueux tombeau, installé dans le chœur de la cathédrale de Lausanne aux côtés de ses cousins évêques : Othon Ier de Grandson étonnera par les multiples facettes et les indéniables ambivalences d’une longue vie aventureuse.

Le présent ouvrage collectif rassemble des études inédites sur le personnage, regroupées autour de trois thématiques principales : le séjour anglais et l’aventure orientale ; les activités financières et leurs répercussions politiques ; la création d’une mémoire liturgique et familiale en pays de Vaud.

Table des matières

Bernard Andenmatten, Avant-propos………………………………………………..V

LA CARRIÈRE INTERNATIONALE

Michael Prestwich, Othon de Grandson et la cour d’Edouard Ier…………3

Alain Corbellari, Le crépuscule des Croisades…………………………..…….23

Susan Marti, Entre Orient et Occident: l’antependium d’Othon de Grandson…………………………..…………………………..…………………………...37

Xavier Hélary, Othon de Grandson au siège d’Acre…………………………55

LE GRAND FINANCIER

David Kusman, Haute noblesse et profit financier…………………………..73

Christian Hesse, Succès et aléas de l’activité commerciale et financière de la noblesse…………………………..…………………………..…………………..103

JeanDaniel Morerod, Finances et sentiments.………………………….…..125

Clémence Thévenaz Modestin, Une châtellenie pour des créances….135

LA MÉMOIRE EN PAYS DE VAUD

Daniel De Raemy, Le châteaurésidence d’Othon de Grandson………159

Dave Lüthi, Un monument funéraire d’exception…………………………..195

Bernard Andenmatten, La part de Dieu et la mémoire des hommes219

 

Source : Cahiers lausannois d’histoire médiévale

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Webinaire] Mythes et discours, entre l’ “inter” et le “trans” – 26 et 27 mai 2021 – Université de Biskra

L’équipe SELEN (Sémiotique en Enseignement de la Littérature à l’Ere du Numérique) du laboratoire SEPRADIS (Sémiotique et Pratiques Discursives) de l’Université de Biskra, organise, les 26 et 27 mai 2021, un wébinaire international sur les mythes et leurs discours.

Vous trouverez ci-dessous le programme avec les liens d’accès aux différentes sessions.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Colloque] La Syrie omeyyade, un contexte pour le Coran ?, en ligne, Strasbourg, 2-4 juin 2021

À la jonction des études coraniques et de l’histoire, ce colloque entend interroger l’évolution et la place du texte coranique aux débuts de l’Islam dans un contexte spatial et temporel déterminé : la région centrale de la Syrie-Palestine (Bilād al-Shām) sous la dynastie califale omeyyade (661-750). Le but est de favoriser les échanges entre des spécialistes de l’espace syrien à l’époque omeyyade (historiens, littéraires, papyrologues, archéologues) et des spécialistes du texte coranique (islamologues, philologues, codicologues) pour faire le point et avancer de nouvelles pistes sur le Coran dans la Syrie omeyyade.

At the crossroads of Qur’anic studies and History, this conference intends to investigate the evolution and place of the Qur’anic text in early Islam within a specific spatial and temporal context: the central region of Syria and Palestine (Bilād al-Shām) under the Umayyad caliphate dynasty (661-750). The aim is to foster exchanges between specialists of the Syrian area in the Umayyad period (historians, papyrologists, specialists of literature, archaeologists) and specialists of the Qur’anic text (among which specialists of Islam as a religion (“islamologues”), philologists, codicologists) in order to gather the latest academic studies on the Qur’an in Umayyad Syria and propose new directions of research.

Ce colloque interdisciplinaire international est organisé par Anne-Sylvie Boisliveau (Maître de Conférences, Université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède) et Mathilde Boudier (PhD, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8167 Orient & Méditerranée), avec la coopération d’Éric Vallet (Professeur en études arabes, Université de Strasbourg). Ce colloque est hébergé au laboratoire UMR7044 Archimède (CNRS / Université de Strasbourg) ; il est soutenu par un financement du Bureau Central des Cultes dans le cadre de la commission « Islam, Religion et Société » des Ministères et un financement de l’ITI Hisaar (Université de Strasbourg).

This interdisciplinary and international colloquium is organized by par Anne-Sylvie Boisliveau (Assistant Professor, Université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède) and Mathilde Boudier (PhD, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8167 Orient & Méditerranée), with the cooperation of Éric Vallet (Full Professor in Arabic Studies, Université de Strasbourg). It is hosted by UMR7044 Archimède laboratory (CNRS/University of Strasbourg, France) and funded by a grant awarded by the Bureau Central des Cultes withing the framework of the « Islam, Religion and Society » commission of the French Ministries, and a funding awarded by the ITI Hisaar (Interdisciplinary Institute for History, Sociology, Archaeology and Anthropology of Religions, of the University of Strasbourg).

Le colloque sera en français et en anglais. The colloquium will be in French and English.

Lieu : en fonction du contexte sanitaire,le colloque prendra  une forme hybride, le présentiel (Université de Strasbourg) étant réservé aux intervenants qui pourront faire le déplacement.. Pour assister au colloque, rendez-vous sur la chaîne youtube de la MISHA https://www.youtube.com/c/MISHAlsace/ NB : Pour les chercheurs ou étudiants désireux de participer au colloque avec possibilité de poser des questions, une inscription sera disponible (sous réserve : nombre de places limité pour préserver la qualité des échanges) (information à venir ici). Le colloque est aussi enregistré et sera disponible en ligne (lien à venir).

Venue : Due to the sanitary conditions, the colloquium will probably be hybrid: only speakers who can will be attending in Strasbourg. To follow the colloquium online, please join the MISHA YouTube https://www.youtube.com/c/MISHAlsace/ . Researchers and students interested in participating directly may register in limited number (information will appear here). The colloquium will be filmed and available online.

   

Participants

Sean W. ANTHONY (The Ohio State University)
Mohamed BAKHOUCH (Aix-Marseille Université/IREMAM)
Nicolet BOEKHOFF-VAN DER VOORT (Radboud University)
Antoine BORRUT (University of Maryland)
Hassan BOUALI (Université Paris Nanterre)
Hassan CHAHDI (Collège de France) (t.b.c.)
Arianna D’OTTONE RAMBACH (Sapienza – Università di Roma)
Bastien DUMONT (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Guillaume DYE (Université libre de Bruxelles)
Mattia GUIDETTI (University of Bologna)
Steven C. JUDD (Southern Connecticut State University)
Thierry LEGRAND (Université de Strasbourg)
Paul NEUENKIRCHEN (GIS MOMM)
Mehdy SHADDEL (University of Leiden)
Éric VALLET (Université de Strasbourg)
Holger ZELLENTIN (University of Tubigen) (t.b.c.)

Programme provisoire/Provisional Program

Horaire local / Time is in Paris Time (UTC +2) = CEST (Central European Summer Time)

Mercredi 2 juin

13.30-14.00 Accueil général et introduction / Official welcome and introduction
14.00-15.20 Histoire et Études Coraniques : Communication inaugurale à 2 voix / History and Qur’anic Studies: 2-voices Introduction
15.30-19.00 Session 1 : Le Coran et les ambitions impériales omeyyades / The Qur’an and Umayyad Struggle for Imperial Power

Jeudi 3 juin

10.00-12.00 Session 2 : La Syrie comme contexte de composition et de canonisation du Coran / Syria as a Context for Qur’anic Composition & Canonization
14.00-17.30 Session 3 : Usages sociaux du Coran : lire le Coran dans la Syrie omeyyade / Reading the Qur’an in Umayyad Syria : Social Meanings.

Vendredi 4 juin

13.00-16.30 Session 4 : Le Coran dans les rapports entre musulmans et chrétiens en Syrie omeyyade / Qur’an in Muslim-Christian Relations in Umayyad Syria
16.30-17.30 Conclusion et discussion générale / Conclusion and General Discussion

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’étude] Les traités de maqālāt aux IIIe/IXe et IVe/Xe siècles, en ligne, 3/06/2021

Les traités de maqālāt aux IIIe/IXe et IVe/Xe siècles, La doxographie comme source et comme genre

Une journée d’études organisée par Ziad Bou Akl (département de philosophie) sur les principaux traités de maqālāt, à la fois en tant que source des premières grandes ontologies du kalām et en tant que genre autonome qui remplit un certain nombre de fonctions normatives, théologiques et politiques, au sein de la communauté religieuse.

Notre connaissance des premiers siècles du kalām repose presque exclusivement sur des doxographies dans lesquelles ont été consignées, classées et réarrangées les différentes thèses et doctrines des théologiens. Procédant par « unités de divergence », les traités de maqālāt sont un genre doxographique qui connut un essor dans le monde islamique aux IIIe/IXe et IVe/Xe siècles.

Nous examinerons lors de cette journée d’études les principaux traités de maqālāt de cette époque, à la fois en tant que source des premières grandes ontologies du kalām et en tant que genre autonome qui remplit un certain nombre de fonctions normatives, théologiques et politiques, au sein de la communauté religieuse.

10h : Accueil

10h15 : Marwan Rashed (Sorbonne Université), « La maqāla du lieu (de) Dieu. Usages croisés »

11h : Dariouche Kechavarzi (EPHE), « Les shiʿites ghulāt dans les Maqālāt d’al-Balkhī : transmissions textuelles et enjeux historiographiques »

11h45 : Pause

12h : Gregor Schwarb (SOAS University of London), « Le Kitāb al-Anwār wa-l-marāqib d’Abū Yaʿqūb al-Qirqisānī : une œuvre de Maqālāt juive ? »

12h45 : Pause déjeuner

14h : James Weaver (Université de Zurich), « Form and function in the Maqālāts of Abū l-Qāsim al-Balkhī and Abū l-Ḥasan al-Ashʿarī »

14h45 : Ziad Bou Akl (CNRS/ENS), « Le projet doxographique d’Abū al-ʿAbbās al-Qalānisī »

Informations complémentaires et lien de connexion: https://www.ens.psl.eu/agenda/les-traites-de-maqalat-aux-iiieixe-et-ivexe-siecles/2021-06-03t080000

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Webinaire] “The Medieval Mediterranean : Local and Global Perspectives” ; session “Maritime Conflict in the Medieval Mediterranean”, 18 mai 2021

El proper dimarts, dia 18 de maig, a les 19:00 CET (18:00 GMT), se celebrarà la sisena sessió dels webinars “The Medieval Mediterranean: Local and Global Perspectives” (coorganitzats pel Medieval Studies Research Group de la University of Lincoln, el Woolf Institute de Cambridge, la Institució Milà i Fontanals del CSIC a Barcelona i la Université de Liège).

Maritime Conflict in the Medieval Mediterranean

Speaker: 
Dr Victòria A. Burguera i Puigserver (Institució Milà i Fontanals-CSIC, Barcelona & Universitat de les Illes Balears)

In conversation with:
Dr Antonella Liuzzo Scorpo (University of Lincoln)
and
Dr Alessandro Rizzo (University of Liège)


Per participar-hi, cal registrar-se a:

https://www.societymedievalmediterranean.com/news

Source : Olivier Brisville-Fertin

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Comptes rendus] Séminaire des médiévistes , séance du 29 avril 2021, “Recherches doctorales au CIHAM “

La 7e et dernière séance du séminaire des médiévistes a été consacrée à la recherche doctorale au CIHAM.

Elle a commencé par la communication de Cécile Noridal, enseignante dans le secondaire et doctorante du CIHAM, en 4e année de thèse, sous la direction de Marylène Possamaï-Pérez (Lyon 2). Elle nous a proposé un aperçu des recherches de sa thèse, intitulée « Transgressions, transformations et métamorphoses dans le cycle de Huon de Bordeaux ».

Cécile Noridal a d’abord présenté le cycle de Huon de Bordeaux, une chanson de geste tardive, écrite autour de 1260. Huon de Bordeaux, qui a oublié de se rendre à l’assemblée pour rendre hommage à l’empereur Charles et qui a tué son fils dans un duel dans les règles, est envoyé par Charles en Orient pour y accomplir plusieurs quêtes épiques qui vont évoluer en voyage au-delà des frontières du monde connu.

Cécile Noridal a engagé une réflexion autour de la notion de transgression, au sein de cette chanson de geste, qui exprime l’évolution de ce genre dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

La transgression est d’abord diégétique : contrairement à l’usage répandu de la narration des chansons de geste, ce ne sont pas les vassaux qui remettent en cause l’autorité du roi mais c’est l’empereur Charles qui transgresse lui-même cet ordre en abusant de son pouvoir. C’est l’excès de colère de Charles qui déclenche l’aventure : le héros privé de son héritage doit retrouver ce qui lui a injustement été enlevé en entamant une série de quêtes démesurées.

De cette rupture du contrat vassalique par le roi, l’image de la personne du roi (mais non le rôle du roi) en sort ternie, a indiqué Cécile Noridal en soulignant que le cycle s’achève par Aubéron, le roi de Faeris, expliquant à Charles pourquoi le hanap magique, qui se remplit lorsqu’il est tenu par une personne vertueuse, se vide lorsque c’est Charles qui le tient : c’est parce que Charles a contrevenu à son rôle de roi. Sa désobéissance au code chevaleresque a nécessité l’intervention merveilleuse du roi de Faeris.

La transgression est ensuite thématique : le merveilleux se mêle à l’épique. Cécile Noridal a rappelé les trois domaines du merveilleux relevés par Jacques Le Goff (Jacques Le Goff, L’Imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985) : le mirabilis qui tire ses origines des temps préchrétiens, le magicus qui est l’être surnaturel et maléfique lié au diable, et le miraculosus qui est le domaine du merveilleux chrétien, lié à Dieu.

Alors que le merveilleux chrétien (miraculosus) domine d’habitude dans la chanson de geste, dans Huon de Bordeaux, le mirabilis est prédominant. La première partie, qui se passe dans l’empire carolingien, met le surnaturel chrétien au premier plan (sermons sur les reliques, ordalie, songes prémonitoires et émissaires évangéliques envoyés à Charles). Cependant, dans la suite du récit, lors du voyage au-delà des frontières de l’empire carolingien, le miraculosus cède le pas au magicus (affrontement du géant l’Orgueilleux, fils de Belzébuth), mais surtout au merveilleux préchrétien (mirabilis) grâce au personnage du roi fée Aubéron. Néanmoins, contrairement au conte merveilleux où le mirabilis est omniprésent au-delà des frontières carolingiennes, l’auteur du cycle de Huon de Bordeaux introduit seulement l’univers merveilleux sans y plonger entièrement : il se distingue alors en intégrant dans le roman, le merveilleux féérique de manière raisonnée.

Néanmoins, Cécile Noridal a démontré que l’auteur transgresse ses propres règles en brouillant le merveilleux chrétien et féérique : à la fin du récit le personnage d’Aubéron, venu dans l’empire de Charles, est christianisé car dans ce royaume chrétien sa magie ne peut provenir que de Dieu.

Cécile Noridal a poursuivi son analyse avec une troisième transgression, celle de la figure du héros épique. Huon est loin du héros épique classique, il est humanisé, faillible. Le héros épique participe à une aventure collective, ses qualités sont démesurées et il n’est défini que par son discours et ses actions, qu’il a préalablement annoncées. Huon, lui, est accompagné de chevaliers et aidés par Aubéron, mais une partie de son aventure se fait séparé de son groupe ; il sort vainqueur de ses combats seulement grâce à l’aide de ses compagnons ou de la magie ; son discours n’annonce pas seulement ses actions futures, mas il sert aussi à exprimer ses émotions.

L’auteur transgresse les règles de la chanson de geste et les fait évoluer en individualisant le héros.

Cécile Noridal a conclu sa communication en insistant sur la valeur des transgressions de Huon de Bordeaux : elles inscrivent le texte en décalage par rapport au canon traditionnel de l’épopée, grâce à l’influence du roman et du conte merveilleux. La société carolingienne n’est alors plus idéalisée, le héros est humanisé ; il est un héros en devenir et le merveilleux devient indispensable à la réussite de sa mission, tout en apportant originalité et esthétisme à l’œuvre qui expriment la touche de l’écrivain, au-delà de l’œuvre orale collective.

S’en est suivi une discussion où Cécile Noridal a rappelé l’actualité de la recherche littéraire : on ne sait pas si les auteurs médiévaux s’interrogeaient sur l’évolution du genre de la chanson de geste et du roman, mais la recherche actuelle rend compte que les frontières entre les genres et entre les trois grandes thématiques littéraires (matière de France, de Bretagne, Antique) ne sont pas hermétiques, qu’il y a des transfuges et des inspirations d’une matière à l’autre. Comme l’a montré Cécile Noridal, la chanson de Huon de Bordeaux s’inspire des autres genres et évolue en tant que genre en s’éloignant, notamment, de son ancrage historique traditionnel pour aller vers un divertissement plaisant.

 

Compte rendu rédigé par Eve Defaÿsse.

 

 

Ensuite, dans sa communication intitulée « La dépense publique, un moteur du changement ? Fiscalité, institutions et société dans la commune de Bologne de la fin du XIIIe siècle à la fin du XIVe siècle », Marco Conti a présenté une partie de son travail pour lequel lui a été tout récemment décerné le titre de docteur, à l’issue d’une soutenance le 11 janvier 2021. Sa thèse (« Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) »), sous la direction du professeur Jean-Louis Gaulin (Université Lumière Lyon 2) visait en effet à dresser un état de la fiscalité à Bologne, de la fin du XIIIe à la moitié du XIVe siècle, en étudiant plusieurs séquences politiques. La matière était abondante (plus de 200 registres à l’Archivio di Stato di Bologna) et plaidait pour une étude à la fois fine et totale.

Dans son enquête, la question de la dépense publique s’avère centrale. A la question initiale (« la dépense publique est-elle un moteur du changement ? »), Marco Conti répond par l’affirmative. Dans le sillage des travaux de Paolo Cammarosano et de Patrizia Mainoni, on sait désormais que c’est la dépense publique qui permet aux villes de trouver de nouvelles sources de financement. Les dépenses militaires s’alourdissent à mesure de la concurrence entre cités italiennes.

Marco Conti a ensuite présenté les différentes phrases chronologiques qui constituent le fil rouge de sa thèse, au miroir des finances et de la fiscalité. Là encore, la dépense publique est un aiguillon à l’action politique. Adaptation, équilibre des forces politiques, recherche de nouveaux financements en sont les maîtres mots.

La première période, centrée sur l’année 1288, est bien connue par les sources, notamment statutaires. Bologne, cité influente, ne serait-ce que par l’aura de son Studium, est dirigée par le Popolo et le Conseil des Anciens joue un rôle important. Plus de 70 % des dépenses sont constituées par les dépenses militaires et l’approvisionnement de la ville en blé. Ces dépenses sont financées par un grand nombre d’impôts indirects et par quelques impôts directs occasionnels.

L’équilibre se rompt avec le conflit (1296-1297) qui oppose Bologne au seigneur de Ferrare, Azzo d’Este. La guerre provoque de profondes mutations institutionnelles. On voit apparaître des commissaires dont certains ont en charge la question financière. En un semestre seulement de l’année 1296, la commune de Bologne dépense 30% de plus que lors d’un même exercice en 1288 ! C’est dire si l’adage selon lequel « l’argent est le nerf de la guerre » prend tout son sens ici.

Le début du XIVe siècle constitue la troisième période, marquée par la « crypto seigneurie » pourrait-on dire de Romeo Pepoli qui réussit à partir de 1310 à bâtir une véritable seigneurie personnelle, contrôlant directement ou indirectement les instances de la Commune. Des commissions ad hoc sont pérennisées, à l’instar des Difensori dell’avere. La question annonaire et le financement de la guerre continuent de guider les dépenses.

Avec le bannissement de Romeo Pepoli en 1321 s’ouvre une nouvelle période. De 1320 à 1334, le célèbre Bertrand du Pouget, légat du pape, contrôle directement la ville. La question financière est au cœur de la praxis administrative. Bertrand du Pouget réforme en profondeur les institutions citadines. Si le Conseil des Anciens, émanation du pouvoir du Popolo reste en place, il n’en est pas moins dépossédé de ses fonctions fiscales.

Puis, en 1334-1337, les institutions communales sont restaurées via la pars schacchese, avec comme chef de file Taddeo Pepoli, le propre fils de Romeo. La nouvelle administration s’accompagne d’une amélioration des conditions d’archivages (et l’on sait, a posteriori, toute la manne documentaire que cela peut apporter au chercheur). L’argent public est contrôlé par Taddeo Pepoli en ce que seuls ou presque ses propres ordres de paiement guident la dépense. Certes, les dépenses militaires diminuent au cours de la période, mais c’est le reflet d’une baisse significative des conflits. En conclusion pour cette période, Marco Conti parle d’une « ligne budgétaire clairement seigneuriale ».

La dernière séquence retenue est celle de la seigneurie des Visconti (1350-1360). Les Visconti, qui ont acheté la seigneurie, font largement appel à des officiers forains qui leur sont liés. Pour autant, le Conseil des Anciens joue un rôle étroit en tant qu’intermédiaire entre la société bolonaise et les Visconti. Le régime des Visconti se caractérise par des dépenses militaires accrues (le niveau des dépenses militaires remonte à 50 % environ du budget de la ville) et surtout par un « volume d’endettement plus audacieux ».

A l’heure du bilan comparatif, Marco Conti insiste sur l’habileté et la puissance des Visconti. Ceux-ci replacent l’élite du Popolo dans le jeu politique. Ils font ainsi participer l’élite des prêteurs, changeurs en les impliquant dans le fonctionnement et la décision de la dépense publique, tout en maintenant un jeu complexe d’équilibre politique. Les Visconti trouvent dans l’élite du Popolo un allié de circonstance. En cela, ils rompent avec l’expérience Bertrand du Pouget : pendant la domination du légat, si l’élite est toujours au cœur de la commune, la décision de la finance publique ne lui appartient plus. Et lors de l’hégémonie de Romeo Pepoli, l’élite est réduite à une seule personne et à son clan en quelque sorte.

Après cette présentation, Marco Conti a répondu à de nombreuses questions qui n’ont pas manqué d’alimenter la discussion (évasion fiscale, question territoriale). En tentant une pesée d’ensemble, il appert que Bologne, malgré ses expériences politiques variées, connaît un « statu quo territorial sur un siècle » : nulle augmentation des recettes possible ou presque. Derrière ce tableau fort complet de toutes ces séquences politiques guidées par la dépense publique et au miroir de son impressionnant corpus de sources, Marco Conti dégage une certaine ambivalence. Il s’agit là de l’alliance entre innovation et tradition dans le champ politique et documentaire.

 

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

 

Troisième communication :

Julien Rebière, “Les monnaies de bronze (fals/fulûs) dans le califat omeyyade (661-750) “

Compte rendu à suivre

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Offre d’emplois] Université de Fribourg (Suisse), 1 poste Maître d’enseignement et de recherche /1 poste Professeur(e) en Histoire médiévale [Date limite candidature : 30 juin 2021]

La Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université de Fribourg (Suisse) met au concours

  • un poste de MER (Maître d’enseignement et de recherche) 60-80% en Histoire médiévale
  • un poste de Professeur-e (open rank) à 80-100% en Histoire médiévale

avec une entrée en fonction le 1er septembre 2022

 

Appel à candidatures détaillé_MER_28042021

Appel à candidatures détaillé_PO_28042021

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Offre d’emploi] 4 post-doc projet ERC AGRELITA [Date limite candidature : 15 juin 2021]

Présentation


Dans le cadre du Projet ERC Advanced grant 2020 AGRELITA, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), quatre postes contractuels de post-doctorants à temps plein (100%) sont à pourvoir à compter du 01/10/2021.

AGRELITA est basé à l’Université de Lille et financé pour cinq ans par l’ERC (2021-2026). Des déplacements sont à prévoir en France et à l’étranger.
Durée du contrat pour chaque poste : 3 ans, avec un renouvellement possible de 2 ans

Appel à candidatures détaillé :

ERCPost-docAGRELITA_FR.pdf

 

Source : Prof. Catherine Gaullier-Bougassas

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] Séminaire des doctorants du CIHAM, Co-modal (Lyon-3 et visioconférence), 19 mai 2021

Le séminaire aura lieu en salle Caillemer (Lyon-3, campus des quais), le mercredi 19 mai 2021 de 14h à 17h.

Pour recevoir le lien de connexion ou pour assister en présentiel, une inscription préalable est nécessaire en écrivant à l’adresse suivante: enki.baptiste1@univ-lyon2.fr.

Programme

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloque] Congrès de la SHMESP : Modèles, réseaux et échanges curiaux au Moyen Âge, 20-23/05/2021, en ligne

52e Congrès de la SHMESP : « Modèles, réseaux et échanges curiaux au Moyen Âge », 20-23 mai 2021

La situation sanitaire, et l’obligation d’une quarantaine de 10 jours imposée en Belgique aux personnes provenant de zones rouges, nous a obligés, à regret, à basculer une fois encore notre congrès en distanciel. Le programme a été modifié en conséquence afin de rendre supportables les journées, la plupart des intervenants ayant choisi d’envoyer leurs textes à l’avance et de limiter leurs présentations à un court résumé, visant à amorcer la discussion.

Celles et ceux qui souhaiteraient assister au congrès en ligne à en informer le secrétariat général de la SHMESP, d’ici le 13 mai, afin que leur soient envoyés les liens avec les différentes sessions et les textes des interventions  : secretariat[at]shmesp.fr

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] A. Nef, Révolutions islamiques. Émergences de l’Islam en Méditerranée (VIIe-Xe siècle), EFR, mai 2021

Comment comprendre l’émergence du monde islamique aux VIIe-Xe siècles ? L’empire islamique est-il le dernier des grands empires antiques ou au contraire le premier empire médiéval ? Cet ouvrage propose de dépasser l’opposition entre rupture et continuité. Si l’empire islamique emprunte à l’existant, il engage aussi la création d’un monde nouveau, fruit d’une révolution symbolique inscrite dans un temps long. Ce processus révolutionnaire accompagne les conquêtes et produit des répliques dans les régions nouvellement intégrées qui, en retour, co-produisent ce monde nouveau. Une attention particulière est portée ici sur l’Occident islamique, trop souvent encore considéré comme périphérique, et sur la nature de la révolution shiite fatimide que cette région a connue au Xe siècle.

Annliese Nef est professeur d’histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de la Méditerranée islamique, elle a publié notamment : Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, 2011, et plus récemment un livre remarqué, L’Islam a-t-il une histoire ? Du fait religieux comme fait social, Bordeaux, 2017

Livre en vente sur le site des publications 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Journal of Islamic Archaeology, Refuse and reuse in Islamic Archaeology, Special Issue Summer 2022 (lim. fin 2021)

“Something ends, something begins”. Refuse and reuse in Islamic Archaeology

Guest Editor: Dr. Jose C. Carvajal Lopez (University of Leicester)

Refuse and reuse are ever-present and well-documented phenomena in the archaeology of Islamic societies, but even if they are at the core of the formation of many of our datasets, they remain understudied in themselves. There is little work yet done to understand the relationship between these phenomena and the idea of Islamic societies emerging from the remains of previous (Islamic or pre-Islamic) societies.

The advances of Islamic archaeology in the last decades have taken us away from the exclusive focus on art history and architecture that characterised the first steps of the field. It is more and more frequent to find research on Islamic societies where the technologies and typologies of common wares are studied along with highly decorated glazed vessels, small villages and modest houses are documented along palatine and religious complexes and bioarchaeological approaches consider faunal and botanical remains and human bones to understand the lives of women and men, the powerful and the weak alike. And yet, within Islamic contexts, relatively little attention has been paid to the processes of formation of the archaeological contexts that we study and even less to the processes of resignification of refused materials.

In this special issue we welcome papers that deal with the information provided by refuse contexts about the Islamic societies that left or reused them. This information may emerge from taphonomic considerations of one or several categories of refuse (bones, plant remains, ceramics), or it may reflect specific behavioural traits that have led to the accumulation of specific refuse, or a combination of both. We also encourage explorations of the meaning of reuse of materials. Which affordances of things, which associations of meanings led to the particular selection of elements to be reused? This is a question where New Materialist approaches may offer exciting insights, although this issue is open to all theoretical perspectives.

Please get in touch for more details and for expressions of interest!

Submissions should be ready by end of 2021

Jose C. Carvajal Lopez: jccl2@leicester.ac.uk

University of Leicester

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] BEO 69 – Faire archive au Proche-Orient hier et aujourd’hui : légitimités, matérialités, temporalités (lim. 15 juin 2021)

Depuis une dizaine d’années, des historiens de l’Islam médiéval se sont saisis de la question des archives, envisagées non plus uniquement comme sources mais comme objets historiques à part entière, et ont interrogé les modes de constitution de leurs différents corpus documentaires d’étude. Leurs travaux sont ainsi largement revenus, à travers la prise en compte de la matérialité de l’archive, sur l’idée auparavant répandue d’une absence de culture archivistique dans les sociétés pré-ottomanes. La rareté, sinon l’absence, des archives datant de cette période et ayant survécu jusqu’à nos jours a longtemps été perçue comme reflet de l’absence de volonté conservatoire à l’époque médiévale, alors que ces études récentes montrent qu’il y avait bien des pratiques de l’archive, mais qui pouvaient mener à leur destruction. Les résultats de ces études plaident en faveur d’un regard anthropologique capable d’appréhender la manière dont diverses pratiques documentaires faisaient partie de stratégies de formation et de reproduction de groupes sociaux (Tamer El-Leithy 2011 ; Maaike van Berkel 2014 ; Julien Loiseau 2009 ; Frédéric Bauden 2013). Ces études ont ainsi montré la nécessité de se départir d’une logique construite autour d’une catégorie spatiale et matérielle de l’archive dérivée de l’expérience historique occidentale, en faveur d’une analyse en termes de « pratiques d’archives » (Konrad Hirschler 2016).

L’Empire ottoman, quant à lui, est connu pour avoir non seulement généré de très nombreuses archives, mais également pour avoir développé un système d’archivage très robuste. Selon Halil Inalcik, la production d’un defter (registre impérial) faisait partie intégrante des pratiques d’incorporation à l’empire de territoires nouvellement conquis par les Ottomans (Halil Inalcik 1954). D’autres travaux, portant sur la période des tanzimât, ont souligné par ailleurs que « la réforme de l’Etat est une réforme de ses registres » (Marc Aymes 2019), appelant à se saisir des pratiques archivistiques comme clé de lecture des transformations impériales au XIXe siècle. Avec la fin de l’Empire ottoman et la création d’Etats-nations dans la région du Proche-Orient, et plus encore avec l’accession à l’indépendance de ces derniers, la question des archives est progressivement devenue, ici comme ailleurs, un enjeu de légitimité historique. Le fait d’assembler les archives d’une “nation” est en effet un acte fondateur pour le récit national, quand il ne participe pas de l’effort-même de construction de l’Etat. La question des pratiques d’archives s’est donc aussi imposée comme un domaine de recherche dynamique dans le champ des études contemporaines. Ainsi, plusieurs programmes, manifestations scientifiques ou ouvrages ont tenté, ces dernières années, d’interroger les pratiques de l’archive au Proche-Orient. En 2019 est paru l’ouvrage de référence Archiver au Proche-Orient. Fabriques documentaires contemporaines (Christine Jungen et Jihane Sfeir (dir.) 2019), qui nous entraîne dans une exploration éclectique de lieux dans lesquels sont constitués, conservés et mobilisés des documents historiques. Toujours en 2019, le colloque « Nouvelles archives numériques au Proche-Orient » organisé à Beyrouth par l’Ifpo, l’Institut français du Liban, la MMSH et l’ANR SHAKK a engagé une réflexion, nécessaire en sciences humaines, quant à l’exploitation scientifique et la valorisation de collections qui ont été constituées dans/sur les pays du Proche-Orient. Il a initié un dialogue entre les différents acteurs intéressés par ce nouveau type de documents, leur collecte et leur archivage, avec un focus sur l’image, l’audiovisuel et le web. Ce ne sont là que deux exemples montrant la vitalité et la nécessité d’un retour critique sur les processus de mise en archives, leurs acteurs et leurs enjeux.

Dans l’ensemble de ces travaux, portant sur les périodes médiévale, moderne et contemporaine de l’histoire du Proche-Orient, la réflexion s’est donc portée sur les logiques sociales et politiques présidant au développement de cultures archivistiques spécifiques. Elle s’est surtout éloignée d’une conception étroitement stato-centrée de l’archive pour envisager les pratiques de production et de conservation documentaire déployées par une variété d’acteurs. Ces pratiques, saisies dans leurs dimensions sociales, spatiales ou matérielles, deviennent alors de précieux sites d’observation à partir desquels appréhender les enjeux de pouvoir, de mémoire et de vérité qui traversent les sociétés du Proche-Orient à ces différentes périodes.

Dans ce numéro du Bulletin d’études orientales, nous voudrions mettre en dialogue des contributions venues de disciplines diverses (histoire, littérature, anthropologie notamment) et portant sur des périodes variées, mais qui se rejoignent autour d’un ensemble de questions :

1) Les questions liées aux enjeux de légitimité, s’agissant aussi bien de celle, parfois contestée, des acteurs de l’archive (Etats, institutions communautaires, familles, organisations de la société civile, entrepreneurs de mémoire…), que de celle dont certains groupes sociaux cherchent à doter, à travers diverses pratiques de l’archive, leurs revendications sociales, politiques ou mémorielles.

2)  Les questions touchant à la matérialité et à l’environnement physique des pratiques archivistiques, qu’il s’agisse d’interroger les traces matérielles relevées sur différents types de documents (coutures, reliures, ratures, annotations, etc.) comme autant d’indices d’une logique conservatoire, de penser les rationalités sous-jacentes aux agencements et recompositions de divers ensembles documentaires, ou encore d’observer les effets des circulations de matériaux documentaires entre différents supports ou différents corpus (Pour une exploration de ce type de questionnements dans la période contemporaine, voir Christine Jungen et Candice Raymond 2012).

3)  Les questions qui touchent à la mise en archives de sources non-écrites et de processus en cours. Comment se saisir de l’éphémère pour l’inscrire dans la temporalité de l’archive ? Ainsi, les travaux récents sur la constitution d’archives orales et leur valorisation, mais aussi sur les archives théâtrales et du spectacle vivant ou la constitution de corpus de vidéos vouées à disparaître, nous ont interpellées et conduites à nous interroger sur les raisons qui poussent le chercheur à vouloir « faire archive », et comment la constitution des archives elle-même peut prendre en compte leur valorisation et leur utilisation future.

Les articles soumis pourront faire entre 10 et 20 pages environ (format ‘Word’, Times New Roman 12, espacement 1.5), soit plus ou moins 10 000 mots ou 60 000 caractères (espaces compris). Les articles suivront impérativement les instructions présentées dans la charte éditoriale de l’Ifpo (pour les normes bibliographiques et les caractères de transcription). Les articles seront obligatoirement accompagnés d’une bibliographie des ouvrages ou des études cités dans le corps de l’article. Des planches et photographies peuvent illustrer l’article, en nombre raisonnable et en noir et blanc si possible.

Ce dossier sera dirigé par : Pauline Koetschet, Falestin Naïli, Najla Nakhlé-Cerruti et Candice Raymond. Les propositions d’articles sous forme de résumés devront parvenir avant le 15 juin 2021 à l’adresse de Pauline Koetschet, directrice du DEAMM et du BEO : p.koetschet@ifporient.org

Les articles correspondant aux propositions acceptées seront ensuite à remettre avant le 15 janvier 2022.

English

Bibliographie

Marc Aymes 2019, « La main courante de l’archivation. Deux histoires ottomanes », in C. Jungen, J. Sfeir (dir), Archiver au Proche-Orient. Fabriques documentaires contemporaines, Paris, Karthala, p.27.

Frédéric Bauden 2013, « Du destin des archives en Islam. Analyse des données et éléments de réponse », in D. Aigle, S. Péquignot (dir.), La correspondance entre souverains, princes et cités-États. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (XIIIe-début XVIe s.), Turnhout, pp. 9-30.

Maaike van Berkel 2014, « Reconstructing Archival Practices in Abbasid Baghdad », Journal of Abbasid Studies 1, pp. 7-22.

Tamer El-Leithy 2014, « Living documents, dying archives: towards a historical anthropology of medieval Arabic marchives », Al-Qantara 32, 2011, pp. 389-434.

Konrad Hirschler 2016, « From archives to archival practices : rethinking the preservation of Mamluk administrative documents », Journal of the American Oriental Society 136.1, pp. 1-28.

Halil Inalcik 1954, « Ottoman methods of conquest », Studia Islamica 2, pp. 103-129.

Christine Jungen et Jihane Sfeir (dir.) 2019, Archiver au Proche-Orient. Fabriques documentaires contemporaines, Paris, Karthala.

Christine Jungen et Candice Raymond 2012, « Les trajectoires matérielles de l’archive », introduction au numéro thématique « Pratiques d’archives. Fabriques, modelages, manipulations », Ateliers d’anthropologie 36, en ligne : https://journals.openedition.org/ateliers/9080

Julien Loiseau 2009, « Le silence des archives : conservation documentaire et historiographie de l’Etat dans le sultanat mamelouk (XIIIe-XVIe siècle) », in L’autorité de l’écrit au Moyen-Âge, Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, pp. 285-298.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Diffusion de la recherche] nouveau carnet Hypothèses sur l’ibadisme médiéval et contemporain

Le nouveau carnet de recherche Islams ibadites. L’ibadisme dans les sociétés de l’islam médiéval et contemporain se veut être le digne successeur du carnet Maghribadite administré depuis 2012 par Cyrille Aillet et qui sera clôturé dans les semaines à venir. En élargissant la focale et en englobant aussi bien l’histoire des sociétés ibadites médiévales que contemporaines, orientales et maghrébines, le nouveau carnet espère devenir la plateforme francophone de veille scientifique sur l’ibadisme.

Les intéressés y trouveront également un annuaire (en cours de construction) des principaux chercheurs, des informations sur les lieux de la recherche et des bibliographies (en cours de construction.

L’équipe de rédaction se compose des membres suivants:

  • Cyrille AILLET, professeur des Universités à l’Université Lumière Lyon-2 et membre du laboratoire CIHAM-UMR 5648
  • Salah BAHMANI, doctorant en histoire médiévale à l’EPHE et membre du laboratoire PROCLAC UMR 7192.
  • Enki BAPTISTE (rédacteur en chef), doctorant en histoire médiévale à l’Université Lumière Lyon-2, membre du laboratoire CIHAM-UMR 5648, et associé au CEFREPA USR 3141.
  • Augustin JOMIER, maître de conférence à l’INALCO, membre du laboratoire CERMOM.
  • Soufien MESTAOUI, principal membre de l’association Ibadica.

L’équipe de rédaction est joignable à l’adresse suivante: islamsibadites@gmail.com.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts