Archives de catégorie : Conférences et colloques

[Colloque] Jean sans Peur 1419-2019, Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or, 30-31 janvier 2020

En 2020, le Département de l’Aube commémorera le sixième centenaire du traité conclu le 21 mai 1420 à la cathédrale de Troyes entre les rois de France et d’Angleterre. À cette occasion, une grande exposition à l’Hôtel-Dieu-le-Comte retracera les événements qui prévalurent à ce traité et les dernières années de la guerre de Cent Ans.

Diverses manifestations scientifiques et culturelles accompagneront cette année de commémoration, dont une série de quatre journées d’étude, en Côte d’Or, dans l’Aube, la Haute-Marne et les Vosges.

La première se tiendra aux Archives départementales de la Côte-d’Or, à Dijon, le vendredi 31 janvier 2020, autour de la commémoration de l’assassinat du duc de Bourgogne Jean sans Peur à Montereau en 1419.

Intervenants : Philippe Contamine et Jean Richard (Institut de France), Rudi Beaulant (Université de Bourgogne), Éric Bousmar (Université Saint-Louis – Bruxelles), Julien De Palma (Université de Lille 3), Jean Devaux (Université du Littoral-Côte d’Opale), Alain Marchandisse (Université de Liège), Hervé Mouillebouche (Université de Bourgogne), Jacques Paviot (Université Paris Est Créteil-Val de Marne), Emmanuel Roumier (École des chartes-Centre Jean Mabillon/EPHE), Bertrand Schnerb  (Université de Lille 3).

Cette journée sera précédée d’une conférence inaugurale le jeudi 30 janvier à 18h30, par Bertrand Schnerb sur le thème de l’assassinat de Montereau 

Voir le programme détaillé de la journée

Source : Archives départementales de l’Aube

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Séminaire] Pratiques sociales de l’écrit, Atelier de jeunes chercheurs, Paris, EHESS, 22 janvier, 13 février, 27 février, 25 mars, 9 avril, 27 mai et 4 juin 2020

Pratiques sociales de l'écrit

L’atelier de jeunes chercheur.se.s « Pratiques sociales de l’écrit » se propose de créer un espace de réflexion interdisciplinaire et comparative autour des pratiques d’écriture. À travers l’étude de différentes périodes et aires culturelles, l’écrit est appréhendé à la fois comme un acte matériel et social. Les participants interrogent ses usages pragmatiques, symboliques et rituels. Les organisateurs invitent celles et ceux qui partagent un intérêt pour ces problématiques, à venir à l’atelier qui se tiendra à l’EHESS en salle A4–47 du Centre de Recherches Historiques (4ème étage de la MSH) au 54 boulevard Raspail de 17h à 20h les 22 janvier, 13 février, 27 février, 25 mars, 09 avril, 27 mai et 4 juin 2020.

Organisateurs : Serena Galasso (EHESS, CRH) et Louis Genton (Université Paris-Saclay, UVSQ, DYPAC)
Programme du séminaire

22 janvier – Rendre des comptes par l’écrit à la fin du Moyen Âge
Marco Conti (Université Jean Moulin Lyon 3, CIHAM)
Ronan Capron (Université Jean Moulin Lyon 3, CIHAM)
Louis Genton (Université Paris-Saclay, UVSQ, DYPAC)

13 février – Écritures et expériences de l’espace urbain
Cécile Mattoug (Université Paris 1, Géographie-cités)
Mathilde Vassor (Université Paris-Sorbonne, GRIPIC)

27 février – Culture graphique, formes d’écriture et motifs de l’écrit
Marie-Anaïs Guégan (Université Jean Moulin Lyon 3, MARGE)
Ilsiona Nuh (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, CeLIS)
Ismérie Triquet (Université de Rouen, GRHis)
Chahan Vidal-Gorène (École Nationale des Chartes, Centre Jean Mabillon)

25 mars – Circulations du savoir et matérialités de l’écrit
Nicolas Michel (Université de Namur, PaTHs)
Corinna Onelli (EHESS, CRH)
Thomas Veret (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, ILPGA)

9 avril – Lire et écrire au prisme du genre : l’apport des archives privées (XVe-XIXe s.)
Camille Caparos (Aix-Marseille-Université, TELEMMe)
Serena Galasso (EHESS, CRH)
Isabelle Matamaros (Sorbonne Université, LabEx EHNE, SIRICE)

27 mai – Écrit, travail, identité
Dalila Hellis Caputo (EHESS, CRH)
Isabelle Coquillard (Université Paris Nanterre, Laboratoire CHisCo)
Marine Lépinard (EHESS, CRH)

4 juin – Literary writing processes : past, present, future
Lamyk Bekius (Université d’Anvers, Huygens ING-KNAW)
Floor Buschenhenke (Université d’Amsterdam, Huygens ING-KNAW)
Anne-Marie Butzek (Aix-Marseille-Université, Centre PsyClé)

Source : RMBLF

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Manifestation] Les Nocturnes de l’Histoire, Quand les papes vivaient à Lyon, Lyon, 1er avril 2020

Quand les papes vivaient à Lyon…

 

Horaires : 18h-20h

Lieu : Centre Berthelot, 14 avenue Berthelot, 69007, Lyon

Institution organisatrice : CIHAM UMR 5648 (Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux).

Intervenants : Cécile Caby (CIHAM – Lyon 2) ; Alexis Charansonnet (CIHAM – Lyon 2) ; Jean-Louis Gaulin (CIHAM – Lyon 2) ; Bruno Galland (CIHAM – Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon) ; Xavier Hélary (CIHAM – Lyon 3) ; Armand Jamme (CIHAM – CNRS) ; Sylvain Parent (CIHAM – ENSL) ; Julien Théry (CIHAM – Lyon 2) et alii ; avec la collaboration des étudiant.es du master Mondes Médiévaux de Lyon (Lyon 2, Lyon 3, ENSL, EHESS, USMB) et des doctorant.es et post-doctorant.es du CIHAM.

« Lyon sur Rhône », pour reprendre l’expression des chroniqueurs médiévaux, a accueilli à plusieurs reprises la cour pontificale aux XIIIe-XIVe siècles. Ce sont ces séjours pontificaux qui seront au cœur de la manifestation : leurs motifs, leurs modalités (durée, présence d’ecclésiastiques et nobles, de marchands, juristes et notaires, logistique, lieux concernés, hébergement, ravitaillement etc.) et leurs conséquences sur la ville et sa notoriété. Quatre épisodes significatifs seront illustrés au moyen de posters, conférences, lectures théâtralisées et parcours guidés dans les ressources numériques (album de paléographie et bases de données sur les lettres pontificales) :
– le concile de Lyon I et le long séjour d’Innocent IV (fin 1244- début 1251) ;
– le concile de Lyon II (1274) ;
– le couronnement du pape Clément V (1305-1306) ;
– l’élection et le couronnement du pape Jean XXII (1316).

Source : Nocturnes de l’Histoire

(Présentation générale des Nocturnes de l’Histoire ici)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Colloque] Les espaces carcéraux au Moyen Âge : approche interdisciplinaire des territoires et des matérialités de l’incarcération médiévale

Organisateurs: Martine Charageat (Ausonius UMR 5607), Julie Claustre (LaMOP UMR 8589), Élisabeth Lusset (LaMOP UMR 8589) et Mathieu Vivas (IRHiS UMR 8529)

Mercredi 1er avril 2020

13h30 : Accueil des participants

14h : M. Charageat, J. Claustre, É. Lusset, M. Vivas Introduction

L’insertion des prisons dans le paysage et la topographie urbaine

Discutante : Julie Claustre (Univ. de Paris I Panthéon Sorbonne)

14h30-14h50 : R. Beaulant (Univ. de Bourgogne) – La place de la prison échevinale de Dijon dans l’espace urbain

15h-15h20 : L. Tonizzo Feligioni (Univ. de Rome)  On the Topography of medieval prisons – Italy

15h30-15h50 : E. Jean-Courret (Univ. Bordeaux Montaigne)  Aux arrêts ou en prison. Lieux et conditions d’incarcération à Périgueux aux XIVe-XVe siècles

16h-16h30 : Pause

 

Les conditions d’incarcération

Discutant : Mathieu Vivas (Univ. de Lille)

16h30-16h50 : B. Schnerb (Université de Lille)  Entre « prison courtoise » et moult dure prison : les lieux et conditions de détention des prisonniers de guerre à la fin du Moyen Âge (France et « espace bourguignon »)

17h-17h20 : P. Courroux (Univ. de Pau)  Charles d’Armagnac et la tutelle du sire d’Albret : d’une prison à une autre ?

17h30-17h50 : J. Devars (Univ. d’Orléans)  “Se je vous raiembroie, voldriés le vous ?”. Les réclusions de Lancelot dans le Lancelot-Graal : le milieu carcéral aristocratique au prisme de la littérature fictionnelle du XIIIe siècle

 

Jeudi 2 avril 2020

D’un espace carcéral à un autre : entre collaboration et concurrence

Discutante : Sandrine Lavaud (Univ. Bordeaux Montaigne)

9h-9h20 : F. Mariage (Conseiller en patrimoine de la ville de Tournai)  Dispersion, collaborations, concurrences ? Le paysage carcéral de Tournai à la fin du Moyen Âge

9h30-9h50 : Y. Bourgine De Meder (Univ. de Gand et Saint-Andrews) – Réévaluation de la puissance judiciaire seigneuriale en Normandie au XVe siècle : hypothèses de coopération entre la monarchie et la petite aristocratie

10h-10h30 : Pause

10h30-10h50 : V. Lamazou-Duplan (Univ. de Pau) Tenir arrest et prison en Foix-Béarn au XIVe siècle

11h-11h20 : B. Del Bo (Univ. degli Studi di Milano) – Y a-t-il des espaces carcéraux de genre ?

 

La prison au-delà des murs de la prison

Discutante : Martine Charageat (Univ. Bordeaux Montaigne)

14h-14h20 : I. Bazan Diaz (Univ. du Pays Basque UPV/EHU) – La cárcel pública del Señorío de Vizcaya a fines de la Edad Media y su materialización en espacios privados

14h30-14h50 : M. Luz Rodrigo Estevan (Univ. de Saragosse) – E asignó por carcel las casas de su propia habitación. Espacios de reclusión penal en Aragon (siglo XV)

15h00-15h20 : J. Hayez (CNRS), Communiquer depuis la prison. Lettres de prisonniers et captifs de l’Archivio Datini (Italie, vers 1400)

15h30-16h : Pause

 

Réalités et représentations des espaces carcéraux

Discutante : Claude Gauvard (Univ. de Paris I Panthéon Sorbonne)

16h-16h20 : M. Dalbion (Univ. Bordeaux Montaigne) – Usage et représentation de l’espace carcéral dans les différentes versions du Calila et Dimna (VIIIe-XVe siècle)

16h30-16h50 : C. La Rocca (Univ. degli Studi di Padova) – Espaces carcéraux, espaces d’exil, espaces de l’enfer dans les Variæ de Cassiodore

 

Vendredi 3 avril 2020

 

Châteaux et abbayes : des espaces carcéraux ?

Discutante : Élisabeth Lusset (Univ. de Paris I Panthéon Sorbonne)

9h-9h20 : N. Mélard (Centre de Recherche et de Restauration des musées de France, Palais du Louvre, Paris) – Les graffitis et gravures au château de Selles – Archéologie d’un art rupestre médiéval

9h30-9h50 : B. Guillot et A. Gottfrois (Univ. de Caen-Normandie) – La prison médiévale du château de Caen. Nouvelles approches historiques et archéologiques

10h-10h30 : Pause

10h30-10h50 : S. Fray (Univ. de Saint-Étienne) – Le château Saint-Étienne d’Aurillac, prison et symbole de la seigneurie abbatiale

11h00-11h20 : S. Bochaton (Univ. Lyon 2) – La « tour des prisons » de l’abbaye d’Abondance (Haute-Savoie) : un espace carcéral au sein du carré claustral



Lieu: Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine – salle Jean Bordes – 10 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac

Date: 1-3 avril 2020

 

Source: LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Colloque] XXI Convegno del Comité international de paléographie latine, L’emersione delle scriture volgari, la prospettiva paleografica, Firenze, 19-21 febbraio 2020

Il XXI Convegno del Comité international de paléographie latine, L’emersione delle scritture volgari. La prospettiva paleografica, si terrà presso l’Università degli Studi. Il convegno intende esplorare le forme materiali e le scritture che caratterizzano soprattutto le fasi più antiche e sperimentali di questo percorso. In particolare sarà interessante verificare fino a che punto abbiano funzionato come riferimento i tradizionali modelli latini, frutto di codificazioni vecchie di secoli, o se si siano invece percorse altre strade in relazione a nuove esigenze comunicative o al gusto e alle richieste di un pubblico nuovo di committenti.
Il percorso che ha portato le varie lingue d’Europa a conquistare una dimensione scritta non è stato semplice né lineare: diversa la cronologia e diverse le occasioni, le strategie, le tipologie delle testimonianze. A questo campo d’indagine, da sempre privilegiato dagli storici delle lingue e dai filologi, la prospettiva paleografica può dare un contributo originale e decisivo quanto all’interpretazione dei modi e del significato di tale conquista, non limitandosi a concorrere in maniera strumentale alla datazione e localizzazione delle testimonianze.

Le XXIe Colloque de paléographie latine, L’émergence des écrits en langue vulgaire. Le point de vue paléographique, sera hébergé par l’Università degli Studi à Florence du 19 au 21 février 2020. Le Colloque se propose d’explorer les formes matérielles et les écritures qui caractérisent plus spécialement les phases les plus anciennes et les plus expérimentales de ce processus. En particulier, il sera intéressant de se demander jusqu’à quel point les modèles latins traditionnels, issus de conventions vieilles de plusieurs siècles, ont fonctionné comme points de référence, ou bien si, au contraire, ont été explorées d’autres voies en fonction de nouvelles exigences de communication ou du goût et des attentes d’un nouveau public de commanditaires.
Le processus qui a conduit les différentes langues d’Europe à accéder à la dimension écrite n’a pas été simple ni linéaire : la chronologie est variable, comme le sont aussi les circonstances, les stratégies, et la typologie des attestations. Dans ce domaine d’étude, où les philologues et les historiens de la littérature ont toujours été au premier plan, le point de vue paléographique peut apporter une contribution originale et décisive en ce qui concerne les modalités et la signification de cette accession, sans se limiter à contribuer de manière instrumentale à la datation et à la localisation des témoignages.

The twenty-first Colloquium of the Comité international de paléographie latine, The rise of vernacular writing. The palaeographical perspective, will take place at the Università degli Studi in Florence, 19-21 February 2020. The Colloquium sets out to explore the material forms and scripts associated especially with the earliest and most experimental phases of the process. Of particular interest are questions concerning the extent to which the traditional forms of writing in Latin, involving conventions that in some cases had been established centuries earlier, functioned as points of reference for writing in the vernacular, or whether, by contrast, other approaches were taken in response either to new demands in communication or to the taste and expectations of a new audience and patrons.
The process by which the different European languages acquired a written dimension was neither linear nor straightforward: the chronologies involved were different, as were the particular circumstances, strategies employed, and the form and function of vernacular material. Scholarship in this field has tended to be dominated by philologists and historians of literature, but a palaeographical perspective has the potential to make an original and crucial contribution with regard not only to the technical issues of dating and localising the manuscript witnesses but also to an understanding of the modes employed and the wider significance of the adoption of writing in the vernacular.

Programma

Palazzo Fenzi Marucelli, via S. Gallo 10, 50129 Firenze
Dipartimento SAGAS, Aula Magna

Mercoledì 19 febbraio

8.00 – 9.30 Registrazione

9.30 – 10.00 Apertura: saluti del Rettore dell’Università di Firenze, prof. Luigi Dei, del Direttore del SAGAS, prof. Andrea Zorzi; Teresa De Robertis, Marc Smith

I sessione
presidente T. De Robertis

10.00-10.40   P. Åström (Kungliga Biblioteket, Stockholm), The relationship between Latin script and runes in Germanic languages from earliest times to the 12th century

10.40-11.20  M. Schubert (Universität Duisburg-Essen), Hildebrand, Otfrid, and Notker. German language on its way into literacy

11.20-11.40 pausa caffè

II sessione
presidente T. Webber

11.40-12.20 J. Alturo – T. Alaix (Universitat Autònoma de Barcelona), Le prime manifestazioni scritte in catalano: cause, origini, caratteristiche ed espansione di un nuovo sistema grafico

12.20-13.00  F.J. Álvarez López (University of Exeter), Bilingual texts in late Anglo-Saxon Manuscripts: layout, script and use

13.00-14.00 pausa pranzo

III sessione

presidente D. Muzerelle

14.00-14.40        G. Frosini (Accademia della Crusca), Dalle carte e dalle pietre: riflessioni e considerazioni per la storia della lingua italiana

14.40-15.20      T. De Robertis (Università di Firenze), Il libro di poesia tra norma e innovazione

15.20-16.00    M. Pantarotto (Università telematica eCampus), La scrittura a mosaico: inserti in volgare nei testi della predicazione. Aspetti grafici e perigrafici a confronto

16.00-16.30 pausa caffè

16.30 – 18.00 Assemblea generale del CIPL

Giovedì 20 febbraio

IV sessione

presidente E. Overgaauw

9.00-9.40   Å. Ommundsen (Universitet i Bergen), Bilingual scribes in the far North: early evidence from Trondheim, Norway

9.40-10.20   H. Pátková (Univerzita Karlova, Praha), Czech language and Latin alphabet in the late Middle Ages

10.20-11.00  M. Smith (École Nationale des Chartes, Paris), L’émergence d’écritures nationales à la Renaissance

11.00-11.30 pausa caffé

V sessione
presidente O. Merisalo

11.30-12.10    N. Giovè Marchioli (Università di Padova) – C. Tedeschi (Università di Chieti-Pescara), Le scritture esposte in volgare: dalle tracce alla diffusione. Note paleografiche

12.10-12.50   M. E. Martin Lopez (Universidad de León), La emergencia de los escritos en lengua vulgar. Factores y actores en las inscripciones hispanas (ss. XI-XIII)

12.50-14.40 pausa pranzo

14.00-14.40 presentazione poster APICES e CIPL (Aula parva)

VI sessione
presidente M. Maniaci

14.40-15.20    M. Careri (Università di Chieti-Pescara), La forma del titulus. Dal latino alle lingue romanze

15.20-16.00    F. Ceresato – V. Mariotti – D. Stutzmann (CNRS-IRHT, Paris – Université de Lille), Les abréviations dans les manuscrits français du XIIIe siècle : analyses statistiques

16.00-16.30 pausa caffè

16.30-17.00 Assemblea APICES

Venerdì 21 febbraio

VII sessione APICES
presidente S. Barret

9.20-9.30 presentazione della sessione

9.30-9.50 Alessandro Palumbo (Universitetet i Oslo), Bilingualism and biscriptality in medieval Scandinavia

9.50-10.10 Kathryn Peak (University of Oxford), The reception and transmission in England of Boethius’ De Consolatione Philosophiae in the fourteenth and fifteenth centuries

10.10-10.30 Annafelicia Zuffrano (Università di Bologna), Gli estimi in volgare bolognese della fine del Duecento: note paleografiche

10.30-10.50 discussione

10.50-11.20 pausa caffè

VIII sessione
presidente C. Glaßner

11.20-12.00 A. Nievergelt (Universität Zürich), Diakritika in der Schriftgeschichte der altgermanischen Sprachen

12.00-12.40  M. Lacanale (Università di Chieti-Pescara), Gli accenti nei manoscritti romanzi del XII secolo

12.40-14.30 pausa pranzo

IX sessione
presidente C. Dutschke

14.30-15.10  F. Roldão (Universidade de Lisboa) – J. Serafim (Universidade Europeia de Lisboa / Centro de linguas da Universidade de Lisboa), Les chartes de franchises au milieu de l’émergence du portugais : aspects graphiques et matériels

15.10-15.50    M. R. Morujão (Universidade de Coimbra), La langue portugaise dans la chancellerie royale portugaise au XIIIe siècle

15.50-16.10 pausa caffè

X sessione
presidente M. Smith

16.10-16.50  J.Wolf (Universität Marburg), Form – Funktion – Schrift. Buch- und Schriftproduktion in der Lübischen Kanzlei von 1230-1330

16.50-17.30  D. Belmonte (Universidad de Sevilla), El surgimiento de las escrituras en romance en la Edad Media sevillana: documentos del arzobispo y del cabildo catedralicio

17.30-18.00 chiusura del convegno

20.00 cena (su iscrizione)

RISTORANTE GOLDEN VIEW, via de’ Bardi 58/r, 50125 Firenze

Sabato 22 febbraio

10.00 (su iscrizione)

Visita guidata al Museo Nazionale del Bargello

 

Source : https://cipl2020firenze.home.blog/

(informazioni, abstracts, iscrizione etc…)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Séminaire] Présences seigneuriales méridionales, Aix-en-Provence, 30 janvier 2020

Informations pratiques

SMAM -Séances médiévales d’Aix-Marseille : LA3M, IREMAM, TELEMMe, CPAF, CIELAM

Date : Jeudi 30 janvier 2020, 14h-18h
Lieu : Salle PAF, MMSH, Aix-en-Provence
Organisation : Laure Verdon

 

Programme

Laure Verdon (AMU, Telemme) – Introduction

Sandro Carocci (Università di Tor Vergata)Reconsidérer la domination seigneuriale dans l’Italie du sud. Enjeux historiographiques et méthodologiques. À propos de Signorie di Mezzogiorno. Società rurali, potere aristocratici e monarchia (XII-XIII secolo), Viella, Rome, 2014
 
Nicolas Minvielle-Larousse (Chercheur Post-Doctorant, Aix-Marseille Université, CNRS, LA3M, LabexMed)Dominer le sous-sol : exploitation minière et seigneurie dans le Languedoc médiéval
 
Source : Telemme

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[52e Journées romanes, 2020] “Merveilles et miracles à l’époque romane. Lieux, héros, images, Cuxa, 6-11 juillet 2020

vignette-Journees-Romanes-2020
Présentation

Les Journées romanes réunissent durant six jours, en juillet, généralement la seconde semaine du mois, un public passionné et des conférenciers de haut niveau. Le programme alterne des journées de conférences, à l’abbaye Saint-Michel de Cuxa, données par des universitaires ou chercheurs, et des visites des principaux monuments romans, en Roussillon et dans les régions voisines : Catalogne, Languedoc. Une ambiance conviviale caractérise les Journées. Les repas sont pris à Cuxa, l’hébergement est assuré à Prades (navettes). Les Journées romanes sont organisées autour d’un thème particulier, illustrant les rapports entre les arts et la société aux Xème, XIème ou XIIème siècles. Le programme est établi sous la responsabilité d’un Comité scientifique international.

Les Journées romanes 2020 seront consacrées aux « émerveillements » de l’époque romane. De quoi s’émerveillaient nos ancêtres, aux XIe et XIIe siècles ? Quels lieux leur paraissaient extraordinaires, par leur forme, leur situation ou les prodiges qui s’y déroulaient ? Comment voyaient-ils les vestiges du passé, en particulier antique ? Comment considéraient-ils les figures des saints, à l’origine de nombreux miracles ? Ou les héros de la mythologie ? Quelles images de créatures extraordinaires ou exotiques leur étaient-elles proposées ? Voilà une partie des questions auxquelles les conférences des Journées apporteront réponses et exemples. Xavier Barral, Matthieu Beaud, Philippe Cordez, Francisco de Asis García, Emmanuel Garland, Andreas Hartmann, Heike Hansen, Jacqueline Leclercq-Marx, Anna Orriols sont parmi les conférenciers invités. Des excursions seront prévues en Roussillon et dans la région, ainsi qu’au Centre de Sculpture romane de Cabestany, où sont rassemblées les reproductions de la production du célèbre Maître, sculpteur du XIIe siècle qui ne dédaignait pas le fantastique.

Michel Zink aux journées romanes
 

L’un des plus grands médiévistes français, spécialiste incontesté de la littérature et de la pensée du Moyen Âge, Michel Zink a accepté de venir donner la conférence inaugurale des 52es Journées. Membre de l’Académie française, professeur émérite au Collège de France, il est également membre et secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. L’association culturelle de Cuxa est heureuse et honorée d’accueillir une telle personnalité scientifique, reconnue internationalement. Il introduira le thème choisi pour 2020 – Merveilles et miracles – avec une conférence consacrée à « La merveille, la nature et l’humanité », le 6 juillet à 15 h.

Programme détaillé

Lundi 6 juillet

15 h : Conférence d’ouverture : La merveille, la nature et l’humanité. Michel Zink, de l’Académie française, professeur émérite au Collège de France
16 h 30 : Visite de l’Abbaye : Caroline de Barrau, Emmanuel Garland, Olivier Poisson

Mardi 7 juillet, Le passé merveilleux

9h : Se rendre à Rome pour voir des merveilles (ou les imaginer) au XIIe siècle. A propos des Mirabilia Urbis Romae – Xavier Barral i Altet, Université de Rennes, Université de Venise Cà Foscari
10 h 30 : Provoquer le miracle en Terre Sainte au XIIe siècle : l’église hospitalière d’Emmaüs (Abu Gosh) et sa crypte – Andreas Hartmann, Heike Hansen, Nicolas Faucherre, Aix-Marseille Université
11 h 30 : Présentation du livre : Cartulari major, dit Llibre Verd del monestir de Cuixà (2019) – Aymat Catafau, Université de Perpignan, Ramon Ordeig Mata, Arxiu-Biblioteca Episcopal de Vic
14 h : Les mirabilia mythologiques dans l’espace ecclésial – Laurence Terrier, Université de Neuchâtel (Suisse)
15 h : La confusion des passés  :  l’exemple de la Chasse de Théodoric sculptée à l’entrée de la Basilique San Zeno à Vérone – Matthieu Beaud, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne
16 h 30 : Représentations et fonctions du chevalier dans l’art roman : entre réalité, imaginaire et merveilleux – Térence Le Deschault de Monredon,
20 h 30 : Eglise Saint-Félix de Codalet (ou chapelle de Riquer) : Concert (participation aux frais)

Mercredi 8 juillet

Visites en Catalogne : Sant Vicens de Cardona, Sant Llorens prop Bagà

Jeudi 9 juillet

Matin : Les lieux qui émerveillent
9h : San Michele della Chiusa – Carlo Tosco, Politecnico, Turin (Italie)
10 h 30 : La mythification du lieu. San Juan de la Peña et les sanctuaires troglodytes hispaniques – Francisco de Asís García García, Universidad Autónoma de Madrid (Espagne)

Après-midi : Objets, miracles et saints
14 h : La couronne d’Hildegarde de Bingen et la fonction de l’émerveillement dans la deuxième moitié du XIIe siècle – Philippe Cordez, Centre allemand d’Histoire de l’Art (Paris), Evelin Wetter, Fondation Abegg, Riggisberg (Suisse)
15 h : Miracles autour des reliquaires : les objets d’art romans – Florian Meunier, Musée du Louvre (Paris)
16 h 30 : Le merveilleux dans le décor des églises romanes de l’aire pyrénéenne- Emmanuel Garland, docteur en Histoire de l’Art
18 h : Assemblée générale de l’Association culturelle de Cuxa

Vendredi 10 juillet, Images et monstres

Matin : Centre de sculpture romane « Maitre de Cabestany », Cabestany (avec un commentaire sur les acéphales sonneurs de trompe dans l’œuvre du Maître de Cabestany, Olivier Poisson)

Après-midi :

14 h : De la merveille à la sainteté. Saint Christophe et les Cynocéphales (Haut Moyen Âge et Moyen Âge central) – Jacqueline Leclercq-Marx, Université Libre de Bruxelles (Belgique)
15h : Êtres mythiques et plantes prodigieuses dans les herbarii à l’époque romane – Lara de Mérode, Musées royaux des Beaux-Arts, Bruxelles (Belgique)
16 h : Monstres et prodiges sur le parchemin : les tables des canons des évangiles de Cuxa – Anna Orriols, Universitat Autònoma de Barcelona (Catalogne, Espagne)
17 h : Conclusions – Philippe Cordez

Samedi 11 juillet :

Visites en Conflent et Roussillon : Prieuré de Marcèvol, Saint-Féliu d’Amont, le Monestir del Camp

Source : Association culturelle de Cuxa

Plus d’informations sur le déroulement des Journées romanes et sur la vie de l’association à cette adresse

Contacts : Association culturelle de Cuxa (33, rue du Conflent, 66500 Codalet)   Tél: 04 68 96 27 40  ; courriel : contact@cuxa.org

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Table ronde] Programme d’agrégation d’histoire, Bibliothèque interuniversitaire Sorbonne, Paris, 16 janvier 2020

Table ronde en partenariat avec les Éditions de la Sorbonne

Table ronde organisée dans le cadre de la préparation de la question d’histoire médiévale “Ecrits, pouvoirs et société en Occident du XIIe au XIVe siècle” (CAPES d’histoire – géographie et Agrégation d’histoire, 2020)

avec Paul Bertrand, Geneviève Bührer-Thierry, Pierre Chastang, Didier Lett et Olivier Mattéoni,

Jeudi 16 janvier de 18h à 20h
Lieu : BIS, Bibliothèque interuniversitaire Sorbonne – salle de formation, 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Inscription obligatoire : communication@bis-sorbonne.fr

Sources : Bis et Cerhic

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Taula de debat] Angela Orlandi, “Firenze e i suoi mercanti nell’interscambio economico culturale (secoli XIV-XVI)”, Barcelona, CSIC, Diluns, 13 de gener 2020

El proper dilluns, dia 13 de gener, a les 12:00h, se celebrarà la taula de debat, organitzada pel Departament de Ciències Històriques – Estudis Medievals de la Institució Milà i Fontanals (CSIC, Barcelona), en què la Dra. Angela Orlandi (Università degli Studi di Firenze) impartirà la conferència titulada Firenze e i suoi mercanti nell’interscambio economico culturale (secoli XIV-XVI).

 

La sessió tindrà lloc a la Sala d’Actes de la Delegació del CSIC a Catalunya (c/ de les Egipcíaques, 15, Barcelona).

PDF amb el cartell de la taula de debat

 

El próximo lunes, día 13 de enero, a las 12:00h, se celebrará la mesa de debate, organizada por el Departamento de Ciencias Históricas – Estudios Medievales de la Institución Milá y Fontanals (CSIC, Barcelona), en la que la Dra. Angela Orlandi (Università degli Studi di Firenze) impartirá la conferencia titulada Firenze e i suoi mercanti nell’interscambio economico culturale (secoli XIV-XVI).

 

La sesión se desarrollará en el Salón de Actos de la Delegación del CSIC de Cataluña (c/ de les Egipcíaques, 15, Barcelona).

PDF con el cartel de la mesa de debate

 

Source:
Departamento de Ciencias Históricas – Estudios Medievales
Institución Milà i Fontanals
CSIC – Barcelona
tel. 93 442 3489

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Séminaire] Séminaire du PHN (LARHRA): Torsten Hiltmann, “La communication héraldique comme champ d’expérimentation pour les méthodes numériques”

Séance du séance du séminaire Histoire numérique : expériences et méthodes du Pôle histoire numérique du LARHRA
 

TORSTEN HILTMANN

Depuis les travaux novateurs de Michel Pastoureau, suivis de ceux de Laurent Hablot et d’autres, nous connaissons le grand potentiel des sources héraldiques pour l’étude des questions d’histoire culturelle, d’histoire des mentalités et, plus généralement, d’histoire politique et sociale de la fin du Moyen Âge et du début des temps modernes. Le fait qu’elles soient néanmoins encore peu utilisées dans ce genre d’analyses s’explique par trois raisons : la quantité des sources, leur hétérogénéité ainsi que la complexité du sujet lui-même et de sa science, l’héraldique.

Cette séance sera l’occasion de présenter la pertinence de la communication héraldique pour la recherche historique et les obstacles liés à son étude traditionnelle. Nous montrerons ensuite les différentes façons de surmonter ces obstacles par l’utilisation de méthodes numériques, en abordant notamment les techniques du Web sémantique et de l’apprentissage automatique dans l’analyse d’image. Puis nous présenterons quelques approches numériques de la recherche historique dans le contexte d’un cas spécifique et nous discuterons des enjeux méthodologiques que ces approches impliquent pour la recherche historique.

Médiéviste, docteur de l’EPHE, Torsten Hiltmann est depuis janvier 2020 professeur d’histoire numérique à l’Institut d’histoire de l‘Université Humboldt de Berlin.

Date: 15 janvier 2020, 10h-12h

Lieu: MSH Lyon – Saint-Étienne, 14 avenue Berthelot, salle André Bollier, Lyon 7e

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Journée d’étude] Les écritures contemporaines de l’histoire, Paris, 29 janvier 2020

Présentation

Cette journée doit permettre d’interroger les légitimités des écritures contemporaines de l’histoire dans une société paradoxale : mondialisée, hyper connectée et tentée par des replis. Les écritures de l’histoire relèvent d’acteurs différents : journalistes, auteurs de BD, sociologues qui interviennent depuis longtemps dans le domaine du contemporain. Scénaristes, animateurs TV ou radio ont élargi la chronologie à l’Antiquité ou le Moyen Âge, peu pour la Renaissance française. De la mise en scène théatrale, aux fantaisies ou séries, en passant par le phénomène ancien de la biographie ou récent de la non-fiction novel, comment les faits historiques sont-ils traités, quelles sont les « croyances » et les « vérités » des auteurs, les influences respectives ? Assiste-t-on à une diversité qui ouvre ou produit-on un formatage qui conditionne ?

Organisation

Sylvie Le Clech, vice-présidente de la section « Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions » du CTHS

Date : mercredi 29 janvier 2020 de 9h à 17h30
Lieu: Ecole nationale des Chartes, 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Léopold-Delisle)
Inscription gratuite et obligatoire : secretariat @ cths.fr

 

 

Programme
Des événements emblématiques et de leurs usages contemporains, l’histoire revisitée ?
  • 9h : accueil
  • 9h30 : ouverture par Christophe Marion, délégué général du CTHS et Sylvie Le Clech, vice-présidente de la section « Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions »
  • 10h : « Ce que disent de Michel Onfray ses usages de l’histoire de la Révolution Française et des Girondins », par Anne de Mathan, université de Caen Normandie
  • 10h30 : « Le cas d’école des Amants de la Bastille, spectacle musical (2012) », par Marianne Acqua, Lycée Maurice Utrillo, Stains
  • 11h : « Les nouvelles écritures de l’histoire des guerres de Religion : nouveaux langages, nouveaux messages ? », par Olivia Carpi, université de Picardie Jules Verne
  • 11h30-12h30 : échanges avec la salle et témoignage de jeunes chercheurs du collectif Entre-temps
De nouvelles écritures, les historiens, les créatifs et leurs publics
  • 14h : « BD : un discours entre fantaisie et quête de légitimation scientifique », par Paul Chopelin, université Lyon 3
  • 14h30 : « Les Templiers en cause, l’Histoire en jeu. Récits et représentations des Templiers, chez les historiens et dans les jeux vidéo », par Gérald Mercey, Games ink. et Jean Bernard, archiviste paléographe, École des chartes
  • 15h : « Storytelling et muséologie : La mise en récit du patrimoine », par Béatrice Laroche, Université Paris 3, la Sorbonne Nouvelle
  • 15h30 : « Des contenus historiques aux formes artistiques, une étude de cas », par Arnao Gisinger et Pierre Rabardel, historien et photographe, Université Paris 8
  • 16h30 : échanges avec la salle
  • 17h-17h15 : clôture de la journée par Philippe Bourdin, président de la section.

 

Source : Ecole nationale des Chartes

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Colloque] Minorités, migrations, mondialisation en Méditerranée, XIVe – XVIe siècles, Avignon, 4-6 février 2020

Colloque organisé par Florence Bistagne (Avignon Université) et Jérémie Ferrer Bartomeu (Université de Neuchâtel)

Date : mardi 4 février, mercredi 5 février et jeudi 6 février 2020

Lieu: Avignon Université, Campus Hannah Arendt, site centre-ville

Programme du colloque ici

 

Source : Ecole nationale des Chartes

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Journée d’étude] Enfermements IV : travail et milieux clos, Aubervilliers, 28 janvier 2020

Présentation

À travers une approche comparée des relations entre enfermements et travail invitant au dialogue entre historiens, archéologues, sociologues et juristes et prenant en compte la longue durée (du Moyen Âge à l’époque contemporaine), les ateliers de 2020 exploreront les manières dont les milieux clos (monastères, hôpitaux et prisons, en particulier) ont conçu et organisé le travail en leur sein, que l’oisiveté soit tenue pour un vice à combattre par l’enfermement, que le travail contribue à l’économie des milieux clos, qu’il soit un outil de « disciplinarisation » ou que la clôture apparaisse comme une contrainte efficace sur les employés récalcitrant, notamment. Quelles sont les spécificités du travail en situation d’enfermement ? Quels effets la clôture produit-elle sur l’organisation du travail ? À l’inverse, quels sont les effets du travail sur les structures d’enfermement et en quoi le travail les modifie-t-il ? Comment la structure close se projette-t-elle ou se dilate-t-elle, par le travail, au-delà des murs ?

Programme

Matinée

9h30 : accueil

9h45 – Isabelle Heullant-Donat (Univ. de Reims Champagne Ardenne), Julie Claustre (Univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne), Elisabeth Lusset (CNRS), Falk Bretschneider (EHESS) : Introduction

10h15-10h45 Alessandro Stanziani (EHESS): « Un panoptique global. Bentham et la surveillance entre Russie, Angleterre et Inde »

pause

11h15-11h45 – Michel Lauwers (Université de Nice Sophia Antipolis): « « Travail », espace claustral et économie monastique. Quelques réflexions à propos de l’Occident médiéval »

 Après-midi

 14 h-14h30 – Fabrice Guilbaud (Université de Picardie): « Châtiment, resocialisation, réinsertion : idéologies et pratiques du travail des prisonniers du XIXe siècle à aujourd’hui »

15h-15h30 Marina Gazzini (Università degli Studi di Milano): « Lavoro e carcere. I casi di Milano e Barcellona nel tardo medioevo »

pause

16h-16h30 – Gianenrico Bernasconi (Université de Neuchâtel): « Fabriquer l’objet de dévotion : travail ou prière par les mains ? Quelques remarques sur le Klosterarbeit (XVIIIe-XIXe siècle) ».

17h-17h30 – Isabelle Jonveaux (EHESS): « Le travail au monastère : protection ou mise en danger de la clôture ? »

Débats et discussions

 

Organisation

Un atelier organisé par le LAMOP (UMR 8589, CNRS-Paris 1-Panthéon-Sorbonne), le Centre Georg Simmel (UMR 8131, CNRS-EHESS) et le  CERHiC (EA 2616-Université de Reims) avec le soutien du LabEx Hastec et de l’Association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux.

Présentation du programme de recherche Enfermements, histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux ici

Contact: elisabeth.lusset[a]univ-paris1.fr

Lieu de la journée d’étude : Campus Cordorcet, Centre de colloque, Place du Front Populaire, 93322 Aubervilliers, salle 3.05 (3e étage)

 

Source : https://lamop.hypotheses.org/6276

(Résumés disponibles à cette adresse)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Séminaire] Afficher le droit au Moyen Âge. Les chartes lapidaires en discussion, Aubervilliers, 16 janvier 2020

2e séminaire SCRIPTA – PSL organisé par Vincent Debiais (CRH – AHLOMA)

Renseignements : vincent.debiais@ehess.fr

Date et lieux :

Jeudi 16 janvier 2020 de 14h à 17h                                                          Campus Condorcet
Centre de colloques
Place du Front Populaire
93322 Aubervilliers

Présentation

Questions de forme, questions de format ou comment faire charte
Dans le cadre des actions de SCRIPTA PSL “Histoire et pratiques de l’écrit”, le programme Afficher le droit au Moyen Âge. Regards croisés sur les chartes lapidaires entend poser les bases d’une réflexion sur les liens entre les pratiques d’écriture exposée et l’exercice du droit dans la culture écrite du Moyen Âge occidental. Il est conçu comme un cycle de séminaires débouchant sur la publication d’une synthèse bibliographique et thématique, et sur la mise à disposition du corpus rassemblé au cours de la recherche.
Le deuxième séminaire se tiendra le 16 janvier 2020 et sera consacré́ à la question d’objets manuscrits contribuant à l’expression du droit ou de l’autorité, et qui adoptent des formes et des formats hors du commun. Dans cette mise au défi de la diplomatique, la taille, la disposition, le support du texte contribuent-ils à l’efficacité des décisions, à leur diffusion, à la promotion des émetteurs, au règlement des états de tension ou de désordre ? En repartant des réflexions collectives de la première séance, en particulier du rapport dialogique entre autorité et authenticité de l’acte diplomatique dans sa dimension matérielle, ce deuxième rendez-vous sera l’occasion d’aborder les inscriptions au prisme des chartes et d’interroger peut-être plus précisément la pertinence de l’expression « charte lapidaire ».

Programme
  • Sébastien Barret (IRHT)
    Faire charte : une introduction

  • Claire Lamy (Université Paris Sorbonne)
    Des copies pour renforcer l’autorité ? Note sur une série de copies faites à Marmoutier à la fin du XIe siècle

  • Marlène-Helias Baron (IRHT)
    Les pancartes cisterciennes, des chartes comme les autres ?

Source : CRH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Séminaire] « Stemmata quid faciunt ? » Noblesse d’âme ou de sang au Moyen Âge

« À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu. » Cité à satiété par les intellectuels du XIIe siècle, le célèbre passage des Satires de Juvénal résume une croyance fort répandue dans leur milieu. Cette idée est-elle spécifique à quelques clercs savants, férus de classiques latins et défenseurs de l’idée paulinienne de l’égalité radicale des baptisés « ne faisant qu’un dans le Christ » (Gal 3, 28) ? À l’encontre de la taxinomie sociale de l’époque, une telle conception ne leur serait-elle pas exclusive ?

N’en déplaise à Juvénal et à ses commentateurs médiévaux, la généalogie compte pour beaucoup dans la conscience que les nobles ont d’eux-mêmes, alors que leurs aïeux héroïques leur semblent bien supérieurs au commun des mortels. Au sein du lignage, la transmission onomastique ou héraldique corrobore une filiation prestigieuse. Il en va encore davantage avec le domaine familial, doté d’un château, symbole de leur seigneurie, et d’une nécropole où reposent les ancêtres. De longue date, les médiévistes suivent ces pistes. La prosopographie les pousse à structurer chaque lignage dans un tableau de filiation, et à retracer les réseaux consolidant sa domination. Ils définissent ainsi la noblesse en fonction de son monopole de la guerre, de son autorité sur les hommes et de sa possession de la terre. Sa capacité à transmettre à sa descendance l’héritage ancestral leur semble capitale.

Au-delà de ses biens matériels, l’aristocratie médiévale perdure à cause d’une large reconnaissance sociale. Elle devient ainsi « noblesse », selon la vieille définition des Étymologies d’Isidore de Séville, qui joue sur notus (participe passé adjectivé de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis pour conclure : « Le noble est celui dont le nom et la famille sont connus. » Cette reconnaissance sociale est la réputation ou fama, le regard qu’autrui porte sur chacun. Elle se mêle inextricablement de l’honneur, mais aussi de la honte (verecundia) qu’entraîne sa perte. C’est pourquoi le comportement individuel rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire. « Dans les nobles doit reparaître la grandeur d’âme de leurs ancêtres qui conquirent la noblesse par leurs exploits », affirme Jean de Meung. La prééminence sociale dépend étroitement de la vertu, qu’on conçoit certes comme la qualité découlant des actes bons posés par le libre arbitre individuel, mais aussi comme une virtus ou force charismatique se transmettant de père en fils dans quelques lignées privilégiées.

La dialectique entre le sang et la vertu sera au cœur de notre journée d’études. On y abordera les comportements attendus pour prétendre à la prééminence sociale, la déchéance du noble transgressif et la damnation de la mémoire des siens, l’ascension sociale par le mérite socialement reconnu, l’anoblissement par les études, mais aussi la persistance d’une conception plus étroitement généalogique, voire génétique, dans un monde en pleine mutation intellectuelle.

Programme :

Matinée

Martin Aurell et Clément de Vasselot (Université de Poitiers) : Introduction
Michel Fauquier (ESM Saint-Cyr) : Faut-il être noble pour être saint ? Les faux-semblants de l’hagiocratie à travers l’exemple mérovingien
Guy Perry (Université d’Oxford) : Advertising virtue and minimizing vice : the case of the house of Brienne, c.950-1356
Gregory Lippiatt (Université d’Exeter) : Créer de vraies dynasties de croisés : les Montfort et les Brienne autour la Méditerranée au XIIIe siècle

Après-midi

Rodolphe Billaud (ICES) : Famille, noblesse et liens de parenté dans l’apanage du futur Edouard Ier d’Angleterre (1254-1272)
Charles de Miramon (CNRS), Maaike van der Lugt (Université de Versailles) : L’angoisse de la descendance. Noblesse, hérédité et eugénisme à la fin du Moyen Âge
Adriane Boussac (EPHE) : Pour faire cas vilain homme noble perd sa noblesse. Théories et pratiques de la déchéance de la noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge
Thierry Dutour (Sorbonne Université) : Nous sommes esgaulx à peu près. Les incertitudes de la justification de la supériorité nobiliaire à la fin du Moyen Age en France

Lieu: CESCM (Poitiers)
Date: Vendredi 15 mai 2020

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts