Archives de catégorie : Conférences et colloques

[Colloque] Theorica : Teoría e historia en el siglo de Alfonso X (1250-1350) / Théorie et histoire à l’ère d’Alphonse X

Colloque international organisé par Francisco Bautista (USAL), Irene Salvo García (UAM) et Carlos Heusch (ENS de Lyon – CIHAM) 

Date : 29-30 avril 2021, en ligne

Programme : 

Jeudi 29 avril : 

11h-11h30 : Ouverture de Francisco Bautista, Irene Salvo García et Carlos Heusch. 

11h30-13h : Première session : 

Alberto Montaner (Université de Saragosse) : « La lógica historiográfica y lógica hermenéutica: En torno a las relaciones de la Historia Roderici y Chronica Naiarensis ». 

Helena de Carlos (Université de Saint Jacques de Compostelle) : « De la alegoría a la historia: la utilización de Excidium Troie en territorio ibérico en el siglo xiii ». 

15h-17h : Deuxième session : 

Irene Salvo García (Université Autonome de Madrid) : « Historiografía del mito en la General estoria de Alfonso x ». 

Miguel Giadás Quintela (Université de Saint Jacques de Compostelle) : « Influencias del canon mitográfico en Gonzalo de Hinojosa ». 

Vendredi 30 avril : 

9h30-11h30 : Troisième session : 

Carmen Benítez Guerrero (Université de Séville) : « Historiografía breve en el reinado de Alfonso xi: los Anales del infante ». 

Covadonga Valdaliso (Université de Lisbonne) : « Historiografía breve en el reinado de Alfonso xi: el Libre de las heras ». 

11h-11h30 : Pause

11h30-13h : Quatrième session : 

Francisco Bautista (Université de Salamanque) : « Estructura y narración en la historiografía alfonsí ». 

Manuel Hijano (Université de Durham) : « Poética de la Crónica de 1344 ». 

13h-13h30 : Conclusions. 

 Vous pourrez suivre le colloque en ligne en cliquant sur le lien mentionné sur le programme et l’affiche ou en cliquant sur le lien ci-dessous :

 
Il est possible de rejoindre la conférence directement à partir de la version navigateur. Dans ce cas, vous devrez renseigner le mot de passe suivant : 915130.
 
La conférence sera ouverte 15 minutes avant le début des séances.
 
 

Amalia Desbrest

Doctorante en littérature médiévale espagnole, ENS de Lyon - CIHAM -UMR 5648.

More Posts

[Visioconférence] Journée d’études, « les cryptes romanes et leur décor peint », Poitiers-CESCM, 29 avril 2021, 9h-17h30

Journée d’études organisée par le CESCM, sous la coordination de Marcello Angheben et Claire Boisseau
 

Date :  Jeudi 29 avril 2021 – 9h / 17h30

En visioconférence : lien de connexion

La journée se déroule en présentiel (Poitiers, hôtel Berthelot – 24 rue de la chaîne – salle Crozet), pour les étudiants de Master 1 Mondes médiévaux (séminaire Histoire de l’art II, coordonné par Marcello Angheben), sur inscription préalable :
marcello.angheben@univ-poitiers.fr, claire.boisseau@univ-poitiers.fr

Programme

• 9h – Accueil et présentation de la journée

• 9h30 – Christian Sapin (Directeur de recherche émérite CNRS, UMR Artehis, Auxerre-Dijon) : Architecture, fonctions et circulations

• 10h10 – Marcello Angheben (Maître de conférence en histoire de l’art, Université de Poitiers / CESCM) : Présentation des problématiques : les exemples italiens

10h50 – Pause

• 11h10 – Carolina Sarrade (Archéographe, ingénieure d’études, Université de Poitiers / CESCM) : La crypte de Saint-Savin : approche technique

• 11h50 – Claire Boisseau (Doctorante, Université de Poitiers / CESCM) : Comprendre les peintures de la crypte de Saint-Savin à la lumière du culte des saints

 

• 14h – Amaëlle Marzais (Doctorante contractuelle, Université de Tours / CESR, en codirection avec le CESCM) : La crypte de Tavant : architecture et décor peint

• 14h40 – Géraldine Fray (Conservatrice-restauratrice de peinture murale, EURL FRAY) : Bilan sanitaire de la crypte de Notre-Dame-la-Grande : une stabilité précaire

15h20 – Pause

• 15h40 – Claudine Landry (Docteure en histoire de l’art) : Le décor de la crypte de l’église Notre-Dame de Montmorillon

• 16h20 – Cécile Voyer (Professeure d’histoire de l’art, Université de Poitiers, CESCM) : Le décor peint de la crypte de la collégiale de Saint-Aignan-sur-Cher, une image de la confession

• 17h – Conclusions

Contacts :

marcello.angheben@univ-poitiers.fr

claire.boisseau@univ-poitiers.fr

Source : Carnets du CESCM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Térence Le Deschault de Monredon, « Autour d’une iconographie peu ordinaire sur la cheminée du Châtel de Theys : entre chevalerie, érotisme et alliance matrimoniale », 15 avril 2021, 17h30

Séminaire doctoral de Litt&Arts, Association Litthésarts

Lien Zoom : https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/j/95269099444?pwd=YXJtdExCZHh2U2ZtdXY4aDRQamRUQT09

Présentation de la conférence

Le Châtel de Theys est un édifice médiéval surprenant situé sur le balcon de Belledonne. Son décor peint, essentiellement connu par un petit groupe de spécialistes, se fonde sur le Perceval  de Chrétien de Troyes. Cependant, son analyse est plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Un point particulier de cet ensemble, situé sur la cheminée de la salle, est particulièrement difficile d’interprétation. L’iconographie visible à cet endroit ne peut être déchiffrée qu’en ayant recours à différentes sources : historiques, héraldiques, littéraires et iconographiques. Ce cas d’espèce sera l’occasion de suivre le raisonnement et la méthode, ayant permis de proposer une hypothèse d’interprétation pour une scène qui n’entrait pas dans la logique interprétative du reste du décor. Cette approche pluridisciplinaire est susceptible d’intéresser un large public et facilement accessible à des auditeurs non spécialistes en histoire de l’art.

Présentation du conférencier

Térence Le Deschault de Monredon est docteur ès lettres de l’université de Genève, historien de l’art médiéviste et conseiller pour le patrimoine auprès de la commune de Theys. Spécialiste des décors peints civils, il a publié un ouvrage intitulé « Le décor peint de la maison médiévale. Orner pour signifier en France avant 1350 (Paris, Picard, 2015) ». Après plusieurs années passées en tant que chercheur associé à l’Université autonome de Barcelone, il se consacre à présent à la sauvegarde et à la mise en valeur des peintures murales civiles médiévales en France, travaillant en collaboration avec des musées, des municipalités et des propriétaires privés.

Source : https://maigre.hypotheses.org/2069

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Journée d’études « Le genre des savoirs : apprentissage et éducation dans l’histoire européenne de l’Antiquité à l’époque contemporaine », 16 avril 2021, 9h30-17h30

Quatrième journée des jeunes chercheurs du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC)
Présentation

Faisant suite aux éditions 2017, 2018 et 2019 consacrées respectivement à la norme, aux trajectoires individuelles et aux héritages culturels européens, la journée d’étude des jeunes chercheurs du CRHEC, le laboratoire d’histoire de l’université Paris-Est Créteil, revient pour une quatrième édition le 16 avril 2021 prochain, cette fois consacrée à la question du genre dans le monde de l’apprentissage et de l’éducation. Cette thématique sera traitée de l’Antiquité à l’époque contemporaine, et comprendra plusieurs interventions réparties en différentes sessions sur toute la journée.

Organisation

La journée, coorganisée par Iris Pupella-Noguès, Gabriel Redon et Marine Tesson (doctorant.e.s au CRHEC), aura lieu en visioconférence de 9h30 à 17h30.

Lien pour la visioconférence

Programme
  • 9h30 : accueil des participants
  • 9h45 : Introduction par Iris Pupella-Noguès (CRHEC)
  • 10h-10h30 : Marine Tesson (CRHEC), « Quelques réflexions sur l’évolution de l’éducation des femmes entre monde classique et Antiquité tardive ».
  • 10h30-11h : Amélie Belleli (Université de Limoges) « L’apprentissage chrétien au IVe siècle : Eustochium ou l’idéal féminin hiéronymien ».
  • 11h-11h15 : discussion et pause
  • 11h15-11h45 : Rafal Perkowski (Sorbonne Université), « Être une auteure de poèmes savants à la fin du Moyen-Âge. L’étude de passages sur l’astronomie dans l’œuvre de Christine de Pizan (1365-1430) ».
  • 11h45-12h15 : Lucie Jardot (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le couple princier dans les Pays-Bas bourguignons : miroir et modèle d’une éducation genrée de Philippe le Hardi et Marguerite de Flandre à Charles Quint et Isabelle de Portugal (1369-1539) ».
  • 12h15-13h30 : Discussion et pause déjeuner
  • 13h30-14h : Imyra Santana (Sorbonne université, IReMus), « Les femmes et l’apprentissage des instruments de musique au XVIIIe siècle ».
  • 14h-14h30 : Clarisse Tesson (CRHEC), « Jésus m’instruit dans le secret » : la mystique, accès des femmes au savoir théologique ».
  • 14h30-15h : Laurent Filliung (CRHEC), « Une mystique et ses formateurs en Lorraine allemande : Catherine Filliung ».
  • 15h-15h30 : Amélie Puche (Université d’Artois), « Forcer les portes des facultés : les femmes et l’enseignement supérieur en France à la fin du XIXe siècle ».
  • 15h30-16h : discussion et pause
  • 16h-16h30 : Arnaud Baubérot (CRHEC), “Le genre d’un non-savoir. La rubrique astrologique de Marie-Claire (1937-1940) ».
  • 16h30-17h : Franziska Seitz (CRHEC), « La non-mixité en contexte de formation des femmes migrantes des années 1970 à 1990 ».
  • 17h : conclusion générale de la journée et discussion par Gabriel Redon et Marine Tesson (CRHEC).
Source : Calenda

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Journée des doctorants, Centre Michel de Boüard-CRAHAM, 16 avril 2021, 14h-17h

Séminaire Histoire, archéologie et civilisations des mondes antiques et médiévaux M.1HI4A / M.2HRA2A
Coordination : Guillaume BLANCHET (Unicaen, Craham)
Programme :

Jean-Louis PARMENTIER (Unicaen, Craham), Rançon et rachat des captifs en Europe du Nord (VIIe-XIIe s.)

Alban GOTTFROIS (Unicaen, Craham), Le château de Caen, de la forteresse ducale à la caserne Lefebvre (XIe-XIXe s.) : étude architecturale, archéologique et historique

Thomas VERGINE (Unicaen, Craham), Salives (Côte-d’Or), Morphogenèse d’une agglomération d’origine castrale

Lien de visioconférence

Source : Craham

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] 15 avril 2021. Noms, parenté, migrations : la lente évolution du système anthroponymique durant le Moyen Âge occidental – Prochaine séance du séminaire Nommer les Hommes dans les mondes anciens (Laboratoire HiSoMA)

Le 15 avril 2021 en webinaire, de 17h à 19h, aura lieu la prochaine séance du séminaire Nommer les Hommes dans les mondes anciens organisé par le laboratoire HiSoMA.

La séance, intitulée « Noms, parenté, migrations : la lente évolution du système anthroponymique durant le Moyen Âge occidental » sera assurée par Bruno Dumézil (Sorbonne Université) et Arnaud Lestremau (Lycée Paul Eluard, Saint-Denis, LAMOP).

Lien de connexion et page du séminaire sur le site du laboratoire HiSoMA.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Journées d’étude] Les structures matérielles de la route médiévale, 30 mars-31 mars 2021 [visioconférence]

Journées d’étude CIHAM-ARCHÉORIENT dans le cadre du projet Marges et avant-postes soutenu par la MSH de Lyon St-Étienne.

Coordination

Yassir BENHIMA, Sophie GILOTTE, Marie-Odile ROUSSET

Avec les interventions de :

Damien MARTINEZ, Camille RHONÉ-QUER, Christophe GIROS, Bérangère REDON, Maël CRÉPY, Louis MANIÈRE, Julie MARCHAND, Jean-Michel MOUTON, Marie-Odile ROUSSET, Zacharie MOCHTARI DE PIERREPONT, Éric VALLET, Franck BRECHON, Stéphane BOISSELLIER, Yassir BENHIMA, Alain KERSUZAN, Élodie VIGOUROUX

Lien pour assister aux journées : https://us02web.zoom.us/j/81558227748?pwd=a0VRVTBlWHVUSlhtMndyZnhscWtwQT09
Programme complet
Affiche
Source : CIHAM

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journée d’étude] NORÉCRIT, Pratique de l’écrit dans la Normandie médiévale, vendredi 9 avril 2021, 9h45-17h [En ligne]

Norécrit

Séminaire Érudition et numérique

Cette journée se déroulera sur Zoom : https://bit.ly/30Otc2Z

Programme :

 

9h45-12h45

Introduction, Grégory COMBALBERT

PRATIQUES DE L’ÉCRIT ET VITALITÉ ÉCONOMIQUE. LES COUTUMIERS DE VILLES ET DE PORTS

  • Lény RETOUX et Laurence JEAN-MARIE (Unicaen, Craham), Une édition numérique de coutumiers urbains. Enjeux, choix d’encodage et perspectives

BIBLIOTHÈQUES ET PRODUCTIONS MONASTIQUES

  • Louis CHEVALIER (Unicaen, Craham), L’édition critique numérique des sources liturgiques du Mont Saint-Michel
  • Stéphane LECOUTEUX (Unicaen, Craham), Les notices des manuscrits du Mont Saint-Michel non conservés à Avranches. L’exemple des manuscrits de Figeac et de Vendôme
  • Stéphane LECOUTEUX (Unicaen, Craham), L’étude matérielle des manuscrits anciens du Mont Saint-Michel produits au XIesiècle. Interprétation des résultats
  • Catherine JACQUEMARD (Unicaen, Craham), Objectifs, contraintes et outils pour l’édition numérique de compilations médiévales (collections des manuscrits montois, Avranches, BM, 235 et Vaticano, BAV, Vat. lat. 9668)

14h-17h

L’ADMINISTRATION PAR L’ÉCRIT DU DIOCÈSE DE ROUEN AU XIIIeSIÈCLE

  • Lise LEVIEUX et Élisabeth LALOU (Université de Rouen Normandie, Grhis · EA 3831), Autour d’Eudes Rigaud. Transcription et encodage d’un registre de visites pastorales du XIIIesiècle
  • Émeline MANCEL (CNRS, Craham), Le registre des églises du diocèse de Rouen et sa valorisation en XML-TEI. Choix et enjeux d’encodage
  • Émeline MANCEL (CNRS, Craham), Édition critique et numérique des actes des archevêques de Rouen (1231-1275). Première approche du corpus

APPROCHE TRANSVERSALES
LA CRÉATION D’UN LABORATOIRE NUMÉRIQUE RÉGIONAL DE SOURCES ANCIENNES

  • Marie BISSON (Unicaen, MRSH, pôle Document numérique [PDN], Craham), Anne GOLOUBKOFF et Pierre-Yves BUARD (Unicaen, MRSH, PDN), La création d’un laboratoire de textes. L’expérience Norécrit en contexte

 

Le RIN NORÉCRIT Aux sources de la Normandie. Pratiques docu- mentaires dans la Normandie médiévale, 2018-2021, est financé par la Région Normandie. Resp. Laurence Jean-Marie et Grégory Combalbert (Unicaen, Craham).

Source : Craham

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Festival] Histoire et Cité, « Voyages », Genève-Lausanne, [en ligne], 23-28 mars 2021

Retrouvez le festival Histoire et Cité, avec toute une série de conférences, de débats, de replays accessibles gratuitement en ligne à cette adresse : https://histoire-cite.ch

Cette année, le thème, d’une acuité toute particulière, est « Voyages »

Programme en pdf

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] Fonctions des cartulaires-rouleaux : approches sociales et contextuelles d’un genre documentaire, 25-26 mars

Colloque du projet ANR JCJC ROTULUS, organisé par le CRULH (EA 3945 – Université de Lorraine)

En visio-conférence : à ce lien.

Le fait qu’on ait parfois choisi la forme en rouleau pour rédiger des cartulaires interroge les médiévistes. Le choix de cette forme matérielle se faisait-il en fonction de possibles vocations ou missions spécifiques pour ces recueils ?

Au cours du travail d’inventaire des cartulaires-rouleaux médiévaux conservés en France, mené dans le cadre du projet ANR ROTULUS, l’examen statistiques a permis de commencer l’exploration de premières hypothèses en ce sens. Après Poitiers (mai 2019) puis Angers (nov. 2019), cette troisième rencontre du projet est l’occasion d’examiner, à travers des approches multiples, deux possibles usages spécifiques.

Un usage récurrent, qui fera l’objet de la première session du colloque, consiste en la compilation de documents par les établissements monastiques, dans le cadre de la gestion domaniale ou l’organisation d’un réseau institutionnel monastique. En effet, de nombreux cartulaires-rouleaux sont relatifs à des dépendances, des unités domaniales voire parfois des offices monastiques. En articulation avec la production et la conservation des autres écrits (chartes et cartulaires-codices) et leur localisation, une réflexion sera menée sur le lieu de production du cartulaire-rouleau, ses potentiels usages qu’il conviendrait de localiser ou contextualiser et sur de possibles envois documentaires qui auraient été réalisés par le truchement d’une compilation en rouleau.

Le second usage souvent privilégié mis en évidence est d’avoir recours à la forme en rouleau pour constituer des dossiers plus ou moins importants en lien avec des conflits ou des situations qui nécessitent de l’institution commanditaire du recueil un effort en vue d’une défense particulière. La forme en rouleau, en ce cas, aurait pu être choisie en vertu des possibilités qu’elle présentait : une possible lecture performative, s’accompagnant de gestes précis (dérouler d’une main, ré-enrouler de l’autre…) ou la perspective d’un déroulement complet, en certains cas, pour procéder à l’ostension d’une série de documents ou, encore, une fonction d’aide-mémoire à usage interne.

 

Programme :

Jeudi 25 mars

9h30-10H15

  • Mot d’accueil par Christine BARRALIS (MCF Université de Lorraine – CRULH)
  • Jean-Baptiste RENAULT (IE CRULH – Université de Lorraine), L’usage du rouleau dans le monde monastique et canonial : premiers résultats de l’inventaire des cartulaires-rouleaux conservés en France.

Les cartulaires-rouleaux des établissements réguliers : gestion domaniale et organisation des réseaux institutionnels

10h30-12h00 : présidence : Léonard DAUPHANT (MCF Université de Lorraine – CRULH)

  • Paul-Henri LÉCUYER (chargé d’études documentaires, Archives départementales de Maine-et-Loire)Les cartulaires-rouleaux de l’abbaye Saint-Florent de Saumur et ses prieurés (XIe-XVe siècles).
  • Chantal SENSÉBY (MCF HDR, Université d’Orléans), Codex, pancartes et rouleaux : choix documentaires en Val de Loire (XIe-XIIIe siècles).
  • Tamiko FOURNIER-FUJIMOTO (docteur, Université de Caen – CRAHAM), Le rouleau de Saint-Etienne de Caen relatif à Cambes et Hérouville (XIIe siècle).

Après-midi : présidence : Timothy SALEMME (maître-assistant, Université de Luxembourg)

13h30-14h30

  • Yingxin LUAN (doctorante, EHESS), L’inventaire-rouleau des franciscains de Rouen (XIIIe siècle) : un outil de gestion interne.
  • Louise GENTIL (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Università degli studi di Milano)Tracer un territoire : rouleaux et codex cisterciens de l’abbaye de Chiaravalle milanese.

14h45-15h45

  • Hubert FLAMMARION (chercheur associé CRULH – Université de Lorraine)Les rouleaux-dossiers des abbayes d’Auberive et de Septfontaines.
  • Marlène HELIAS-BARON (IR, IRHT-CNRS)Les rouleaux de Chaalis : des documents polymorphes pour des usages multiples (XIIIe –XVe siècle).

Vendredi 26 mars

Le rouleau, dossier de défense ou dossier relatif à un conflit

9h00-10h45 : présidence : Laurent MORELLE (directeur d’études EPHE)

  • Simone ALLEGRIA (professeur associé SAF – Istituto centrale per la patologia degli archivi et del libro, Roma)Il rotolo 3 dell’archivio capitolare di Arezzo: tra testo e contesto.
  • Stéphane LAFAYE (chercheur associé CRIHAM – Université de Limoges)Affaires limousines de la fin du XIe siècle : un fragment de rouleau à charge extrait des archives de Cluny.
  • Cécile TREFFORT (PR Université de Poitiers – CESCM)Chanoines contre religieuses : un cartulaire-dossier en rouleau, le « Testament de sainte Radegonde » (XIIe siècle).

11h00-12h00 : présidence : Elodie PAPIN (IE CRULH – Université de Lorraine)

  • Sébastien FRAY (MCF Université de Saint-Étienne – IRHIM)Entre enquête et recueil de documents, le cas du rouleau d’Aurillac (XIIIe siècle).
  • Nicolas RUFFINI-RONZANI (UCLouvain / UNamur)Les rouleaux dans la procédure judiciaire : les « dossiers » de l’abbaye Saint-Aubert de Cambrai (XIIIe – XVe siècles).

Conclusions, par Sébastien BARRET (chargé de recherches, CNRS – IRHT)

13h00 Fin du colloque

 

Source: ROTULUS via RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Conférence] Chrétiens et musulmans dans la vallée du Nil au Moyen Âge, IFAO, en ligne (22/03/2021)

 

Dans le cadre du cycle de conférences « Midan Mounira », nous avons le plaisir de vous convier à une conférence en ligne et en direct de Julien Loiseau et Robin Seignobos, le lundi 22 mars à 18h00 (heure du Caire). Cette conférence vous est proposée par l’Institut français d’archéologie orientale et est intitulée « Chrétien et musulmans dans la vallée du Nil au Moyen Âge ».

Julien Loiseau, professeur d’histoire du monde islamique médiéval à Aix-Marseille Université, et Robin Seignobos, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon-2,  sous forme d’un panel animé par Frédéric Abécassis, présenteront au cours de cette conférence le numéro 79 de la revue Médiévales qui vient de paraître sous le titre Pouvoirs chrétiens et musulmans (XIᵉ‒XVᵉ siècle).

Cliquer ici pour plus d’informations sur la conférence et les intervenants… 

 

يسعدنا دعوتكم لحضور محاضرةً بالبثّ المباشر عبر الإنترنت يوم الاثنين الموافق ٢٢ مارس الساعة السادسة مساءً (بتوقيت القاهرة) ضمن سلسلة محاضرات «ميدان منيرة». بدعوة من قبل المعهد الفرنسيّ للآثار الشرقيّة. يلقي چوليان لوازو  ومعه روپان سنيوبوس، محاضرةً بعنوان «مسيحيّو و مسلمو وادي النيل في العصور الوسطى».

يلقي المحاضرة چوليان لوازو، أستاذ تاريخ العالم الإسلامي ّفي القرون الوسطى بجامعة إيكس مرسيليا، و معه روپان سنيوبوس، المحاضر بجامعة لوميير ليون ٢ في شكل مناقشةٍ يديرها فريديريك أبيكاسيس. سيقوما خلال هذه المحاضرة بتقديم العدد ٧٩ من المجلّة العلميّة «ميديڤال» الّتي ظهرتْ للتّوّ تحت عنوان القوى المسيحيّة والإسلاميّة من القرون الحادي عشر الى الخامس عشر. 

اضغط هنا لمزيد من المعلومات…

 

Plus d’information : https://www.ifao.egnet.net/recherche/manifestations/ma1311/

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloque] 53e Congrès de la SHMESP : Succéder, École française de Rome, mai 2022 (lim. 15 avril 2021)

Le 53e Congrès de notre société se tiendra à l’École française de Rome, du 26 au 29 mai 2022 sur le thème de « Succéder au Moyen Âge ». L’argumentaire scientifique est ci-dessous.

Les propositions de communication doivent être adressées au secrétariat de la SHMESP avant le 15 avril 2021, délai de rigueur, exclusivement par courrier électronique à secretariat@shmesp.fr. Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Les sociétaires intéressés sont invités à prendre attentivement connaissance des grandes orientations fixées par le comité scientifique. Celui-ci fera connaître d’ici fin mai les contributions retenues.

Nous rappelons que la Société ne prend pas en charge les frais des intervenants. Des bourses sont toutefois proposées aux doctorantes et doctorants, ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs, qui interviendraient lors de ce congrès.

Les actes des congrès de le SHMESP paraissent régulièrement à l’occasion de l’Assemblée générale de l’année qui suit, grâce notamment au travail des responsables des publications. Les collègues qui proposent une communication s’engagent donc moralement à publier leur texte en le rendant dans les délais imposés par ce calendrier serré, soit le pour 1er octobre 2022, et en respectant le nombre de signes défini par les responsables des publications ainsi que les normes de la collection.

Nous encourageons vivement les jeunes chercheurs à participer à ce congrès. Les directeurs de thèses sont donc invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés.

En espérant que cet appel retiendra votre attention, nous vous prions d’accepter, chères et chers collègues, l’expression de nos sentiments dévoués,

Argumentaire scientifique

Le thème du congrès de la SHMESP en 2022 tient en un seul mot : succéder. Un verbe, qui, selon le dictionnaire, signifie « prendre la suite de quelqu’un dans un emploi, une charge, une dignité, une fonction ». Il s’agit donc d’une action, d’un phénomène que l’on propose d’observer ici depuis la perspective de l’acteur, que ce dernier soit une personne – celle ou celui qui succède, donc – ou une institution, une œuvre ou encore une idée. Le thème n’inclut pas la transmission et les façons dont celle-ci est réglée par qui s’assure une postérité. Il ne peut être restreint, non plus, à « recevoir » ou à « hériter » : succéder suppose de s’inscrire activement dans une chronologie et de définir sa propre identité en regard d’une entité disparue.
L’importance de la succession à l’époque médiévale doit être soulignée, bien que l’objet « succéder », sur les aspects duquel il existe un grand nombre de travaux, n’ait guère été thématisé comme tel. Diverses notions médiévales ou d’apparence médiévale ont été plus travaillées pour qualifier l’enchaînement, le relai ou le séquençage temporel au sein de la société, notamment dans ses expressions politiques, religieuses et culturelles : « tradition », « réforme », « rénovation » ou « translation ». Toutes témoignent, on le sait, de ce que les institutions du temps répondaient à un besoin de changement sans bouleverser leurs cadres de référence ou, du moins, sans assumer de le faire – parfois dans l’espoir affiché du retour à un état de stabilité antécédent, jugé meilleur. Des travaux récents ont nuancé et enrichi notre connaissance de l’usage contextuel de ces concepts. Qu’en est-il de succéder ? La notion est sans doute plus historienne que médiévale, plus étique qu’émique. Toutefois, le verbe est bien attesté dans les sources françaises de la fin du Moyen Âge, où il désigne d’abord le fait de prendre la suite de quelqu’un – mais cette observation superficielle ne doit pas masquer la nécessité d’une réflexion sur la sémantique de la succession.
Comment succède-t-on ? Quels mécanismes de légitimation, de récupération ou de distanciation met-on en œuvre pour s’assurer une place singulière au terme d’une série ? Pourquoi se présenter ou présenter quelqu’un d’autre, une institution, une ville, une école de pensée, comme la suite d’une entité dont la spécificité est désormais en partie abolie ? Prétendre « succéder », c’est vouloir donner l’impression que coexistent ce qui n’est plus et ce qui est : c’est un outil tout à la fois fort simple et très efficace pour résoudre l’équation de la continuité et du changement, en inversant le fil du temps ou, du moins, en en atténuant la brutalité : le présent n’abolit plus le passé, mais le prolonge sous des modalités neuves. La notion est tout entière contenue dans un paradoxe temporel renvoyant deux objets qui ne peuvent coexister à une seule identité. Le Dictionnaire de Furetière, en 1690, illustre ainsi le terme « succéder » par l’exemple concret des crans d’une roue ou d’une horloge, lesquels « se succèdent, entrent l’un après l’autre dans leur pignon ». Il peut alors étendre la définition à une lecture figurée du verbe : « succéder se dit aussi, en morale, des charges, des dignitez et d’autres places où on entre l’un après l’autre ». Le rôle de successeur revient à prendre possession et à gérer le bilan d’un autre, en se glissant dans les pas et les fonctions identifiées de ce dernier, quitte à le désavouer. La succession peut susciter quelque ambiguïté aux yeux des observateurs, contemporains comme modernes. Pensons à cette ferme détenue pendant quatre cent cinquante ans par un paysan nommé Johannes Hooss . Non que, tel un patriarche, le même homme ait vécu un demi-millénaire : il s’agit bien sûr d’une succession de père en fils, étayée de la transmission d’un nom. Exemple saisissant qui témoigne de ce que, jusqu’aux derniers siècles du « long Moyen Âge », la succession était lourdement réglée et donnait à une partie du monde les apparences de l’immobilité et de l’automaticité, tels des crans entrant dans leur pignon. Mais exemple qui ne doit pas masquer la complexité de l’action de succéder à l’époque médiévale.

Les premières pistes que l’on propose à la réflexion peuvent être ordonnées en trois ensembles.

  1. Légitimation et revendication : succéder selon un ordre
    La rigoureuse série des fils Hooss pointe l’ordre et le formalisme qui règlent souvent la succession familiale et la succession dynastique dans les sources médiévales. Attachés à la notion de continuité, les documents relatant la longue hérédité des rois et princes présentent régulièrement cette dernière comme immémoriale et nécessaire. En Occident, l’avènement royal, moment exemplaire de la succession, ne doit-il pas se dérouler conformément à un ordre consigné dans un manuscrit appelé, précisément, ordo ? Ne trouve-t-on pas de même, dans le monde byzantin, une fameuse Codification de l’ordre du Palais, plus couramment désignée comme le Livre des Cérémonies ? Au service de cet ordre successoral et, donc, au cœur du thème de la rencontre, pointe la question de l’ascendance : la production de littérature généalogique, courante au Moyen Âge, permet de documenter successions et filiations. Construction et reconstruction de listes, énumérations et désignations du rang, d’une place dans un ordre lignager, matérialisent l’idée de suite. On aurait vite fait de croire en l’existence d’un ordre « naturel » de la succession, dont la continuité dynastique serait le paradigme. Mais cet ordre ne doit pas faire illusion : l’ordre successoral est un enjeu et un lieu de tensions plus qu’une structure contraignante. D’ailleurs, ne cherche-t-on pas, dans le Songe du Vergier, le nom de ce roi grec très puissant dont « toutevoies nous lisons que son propre filz ne luy succeda mie, mez le filz d’une jonglerresse» ? Des successions étonnantes se produisirent au cours du Moyen Âge : le fils d’une jongleuse devenant roi, peut-être pas bien souvent, mais il était des usurpations, des avènements imprévus, des successions empêchées, contestées, refusées – parfois même par leur récipiendaire, le successeur ne voulant pas l’être. A contrario, il était des successeurs se présentant comme tels mais qui, pour finir, n’étaient pas acceptés (pensons aux « antipapes », soit ceux qui ont obtenu et exercé la fonction de pape mais que l’histoire ne reconnaît plus aujourd’hui comme tels, parce qu’un concurrent l’a emporté).
    La succession dynastique n’est pas nécessairement familiale – comme l’exemple des papes vient le rappeler –, unique, ni même masculine : des successions électives existent, des successions collectives sont attestées. Des lois successorales organisant le partage ou la possession en commun (indivision) ont prévalu des siècles durant. Mais il arrive tout aussi bien qu’aucune norme ne soit disponible en la matière ou, au contraire, que les règles soient multiples et concurrentes. Les modalités de la succession sont, de fait, évolutives et elles font l’objet de choix : à l’époque mérovingienne, en particulier, il arriva que l’on inventât une norme successorale dans le moment même où l’on prétendait la respecter. À l’autre extrémité du Moyen Âge, la succession royale française, à l’aube de la guerre de Cent Ans, paraît plus ouverte qu’on ne le croirait après coup : elle fait l’objet d’une même application inventive de l’usage et de la loi, qui se trouvent mobilisés, modelés voire inventés pour asseoir une revendication aux dépens d’une autre. De l’ordre « naturel », il faut en effet s’écarter pour porter son regard sur les rapports entre normes et pratiques de la succession, sur la distance qui les sépare et sur les libertés prises par la personne nouvellement intronisée comme sur celles qui peuvent lui être accordées. La bâtardise, notamment, induit un dysfonctionnement révélateur de la tension entre normes, souvent hostiles à sa succession, et pratiques, dont on observe, empiriquement, qu’elles peuvent être accommodantes : il est des bâtards légitimés qui deviennent héritiers.
    D’aucuns répugnent pourtant à considérer comme successeur celui qui prend la suite sans respecter la règle – il est alors qualifié d’usurpateur. La succession est en réalité toujours envisageable, par la capacité génératrice du conflit : on peut contester les procédures, contester la succession, contester le successeur. La revendication du titre et la prise de fonction sont des moments de tension, de faiblesse, voire de crise. Ils peuvent être violents – voir les « guerres de Succession », considérées comme un objet en soi dans la classification polémologique commune, visible sur Wikipédia, par exemple –, aussi bien dans un contexte dynastique qu’entrepreneurial. Car succéder est une opération, soumise à accident : malgré un ordre établi, la succession est soumise à l’imprévisible. Mieux qu’« hériter », « succéder » permet ainsi de réfléchir aux nœuds, aux tensions, aux dysfonctionnements et même à la façon dont on prend possession ou se départit de l’héritage.
  2. Entre inventaire et nouvelles propositions : succéder, récupérer
    On propose, par ce thème, de placer les pratiques de la succession au cœur des observations. De nombreux travaux ont déjà abordé les ressorts de la transmission patrimoniale et dynastique dans la société médiévale (à travers les constitutions d’apanages, par exemple), sous l’angle de l’édification légale comme sous l’angle des rituels. Il s’agirait ici de se pencher sur l’acte consistant à recueillir et récupérer, à faire le bilan d’une activité ou d’une fonction passée pour la tenir à son tour et, potentiellement, l’adapter. La succession renvoie, de fait, à de nombreux domaines de l’action humaine : dynastique ou politique, certes, mais également économique à travers les unités de production, les ateliers ou encore les compagnies commerciales. Elle s’appuie sur des sources spécifiques : on pense, notamment, à l’inventaire, au bilan économique, aux comptes que l’on tient. Succéder implique de gérer ce qui est reçu et de l’assumer. Comment se forme-t-on à prendre la suite d’une activité, qu’elle soit gouvernementale, artisanale ou commerciale ? Le problème de la formation se pose et, à travers lui, la question d’institutions dont l’une des fonctions est celle d’assurer à de plus jeunes la capacité de succéder : écoles et studia, ateliers et botteghe, et l’on en passe.
    La reprise et la suite donnée ne tiennent toutefois pas au seul successeur : cet acteur dépend, souvent, des collaborateurs de celui ou celle qu’il remplace et doit, presque toujours, ménager les « publics » de la succession (sujets d’un royaume, mais aussi clients d’une activité commerciale, élèves d’un maître), qu’il s’agit de rallier, de convaincre ou de gérer en tant qu’ils sont conservateurs et garants d’une qualité passée. Ainsi, quand le maître d’œuvre d’un bâtiment vient à être remplacé, dans quelles limites le nouveau venu peut-il innover sans trahir le commanditaire ? Que fait-il des modèles laissés ? Sous quelles conditions peut-il se revendiquer d’une filiation technique avec celui dont il prend la place ? La question est d’autant plus complexe que, dans le domaine artisanal, la succession est bien souvent collective : l’arrivée d’un nouvel ordonnateur sur un chantier signifie que le relai est pris non pas par un seul homme, mais par une équipe, peut-être en partie la même, en partie une autre. Observer les pratiques du successeur, c’est aussi une façon de poser la question de l’inventaire, conçu comme une médiation entre le patrimoine laissé et le patrimoine reçu. L’objet et son établissement permettent d’interroger les modalités de la prise de possession mais également les obligations et les stratégies qui organisent son évitement : dans quels cas est-il opportun, voire nécessaire, de refuser une succession ? On observe, dans plusieurs espaces, la coutume invitant une partie des enfants à refuser un héritage pour protéger le douaire de leur mère. Au-delà du pragmatisme, le refus de succéder revêt une grande valeur symbolique : qu’on pense, par exemple, à l’écho donné à l’épisode de la « dénudation » de François d’Assise, renonçant à la succession de l’entreprise drapière de son père, en 1206, pour se conformer à une vie de dénuement – épisode dont la popularité est rendue par un abondant corpus biographique dès avant la fin du XIIIe siècle et, bien sûr, par les fresques de Giotto à Assise. Se placer du côté du successeur amène à considérer les tensions apparaissant entre gestion d’un patrimoine (financier, technique ou symbolique) et adaptation à des conditions matérielles ou sociales changeantes.
    Le successeur doit définir sa marge de liberté en regard de pratiques reçues mais aussi de personnels hérités, que l’on peut renouveler (participants au gouvernement comme personnel employé). Car succéder fait se heurter l’individu au passé qu’il récupère : l’un des premiers actes de Louis le Pieux, quand il prend la tête de l’Empire, en 814, est précisément d’écarter du pouvoir une large part des conseillers de Charlemagne, dont ses cousins Adalard et Wala, incités à un exil monastique. La succession fait apparaître des antagonismes relevant de la loyauté, des intérêts ou de l’appartenance générationnelle. Les modifications du statut individuel qu’implique la récupération des charges, des bilans et des responsabilités imposent une reconfiguration des rapports interpersonnels, dans un cadre professionnel comme amical ou familial. Pensons, par exemple, au lien fraternel venant se substituer au lien parental ou marital, lorsque des hommes prennent la succession d’un père ou d’un mari défunt, auprès de leur sœur.
  3. Identifier et comparer : la création du successeur
    La succession doit enfin faire l’objet d’une acception métaphorique. Il est impérieux d’intégrer à cette thématique une approche culturelle et, notamment, historiographique. Dans le contexte médiéval, où la notion moderne de l’auteur est absente, la production intellectuelle et tout particulièrement l’écriture de l’histoire paraissent le domaine même de la succession – dans le monde occidental, où maints prologues mettent en scène le chroniqueur évoquant son devancier, dont il est le « continuateur », comme à Byzance, où abondent continuateurs et continuations (voir Théophane ou Skylitzès), et comme dans le monde islamique, où l’on observe la fréquence et la légitimité de la pratique du dhayl (continuation). Il y a là l’inscription dans une chaîne – où les contemporains sont « des nains sur des épaules de géants », selon la fameuse formule de Bernard de Chartres qui, soit dit en passant, pense la succession comme cumulative, comme une addition plutôt que comme un remplacement. Mais cette succession consciente et parfois revendiquée n’est pas propre à l’historiographie : elle est attestée, selon des modalités et à des degrés divers, dans tous les domaines de la production intellectuelle médiévale.
    À partir de quels critères et dans quelle démarche explicative les chroniqueurs, historiographes, philosophes médiévaux (ou plus récents) établissent-ils les liens de succession quand ceux-ci ne sont réglés ni par la filiation, ni par la loi ? Il est des successions d’individus, mais aussi des successions d’écoles, d’artistes, de normes, pour lesquelles il revient au public d’estimer les similitudes ou les continuations de certaines théories, œuvres ou structures sociales. La question du style artistique et celle de l’emploi et du remploi de certains matériaux et même de certains bâtiments illustrent la possibilité d’une traduction matérielle de ces successions. Souvent, ces successions abolissent l’impératif de continuité chronologique ou jouent avec lui. Les débuts de l’humanisme en sont un exemple aisé, plusieurs auteurs du XIVe siècle étant présentés par leurs contemporains comme les successeurs des grandes plumes antiques. Dans le domaine historiographique, les notions de translatio imperii et de translatio studiorum révèlent le besoin cognitif de créer une continuité des puissances ou des centres en imaginant leur succession, empêchant une vacance.
    La succession spirituelle développe des mécanismes similaires à ceux de la succession intellectuelle, mêlant transfert de connaissances, d’autorité et d’élection pour définir une identité commune perdurant au-delà des générations. Elle peut s’appuyer sur des critères inintelligibles fondés sur le sentiment, mais également sur des conditionnements pratiques. La règle de succession du bouddhisme tibétain, par exemple, s’oriente dès le XIIIe siècle vers le principe de la réincarnation, permettant d’éloigner les monastères des réseaux familiaux – et d’orienter, dans certains cas, le choix de l’enfant élu en fonction des difficultés que la communauté essaye alors de résoudre. À l’inverse, la succession spirituelle peut passer par l’hérédité familiale, notamment dans le monde islamique. Dans les milieux spirituels, la succession dans la sainteté, qualité que l’on hérite généalogiquement, renvoie, en même temps, à des positionnements doctrinaux et textuels, peu formalisés : il en résulte tensions et conflits pour succéder au magistère exercé par le maître. En Occident aussi, la succession religieuse est une question essentielle et, souvent, une importante matrice politique : devenir abbé ou évêque renvoie à une continuité non familiale, mais en esprit, aux implications matérielles et collectives indéniables.
    L’historiographe peut choisir de rendre compte par l’écrit des raisons de cette transmission, notamment lorsqu’il répond à la commande du successeur décrit. C’est à lui que revient de déterminer les causalités rendant cette suite légitime ou non, voire nécessaire. La succession est un fragment de l’histoire – entendue non plus comme discipline du savoir mais comme enchaînement des faits se succédant. Des faits, et des individus. On interprète comme une succession l’enchaînement des générations. Pères et fils, mères et filles, paraissent se suivre et se remplacer : sont-ils trahis par leur ressemblance physique, porteurs du même charisme ? Le successeur offre-t-il l’image de celui qui le précède ? D’individuelle, l’échelle d’observation peut devenir collective, voire globale, en envisageant cette forme de succession, interrogée dans les Écritures et bien pensée par les médiévaux, qu’est le renouvellement des générations (voir Bernard de Chartres, encore) et des « âges ».
    Mais on peut aussi décider de voir en quelqu’un le successeur d’une autre figure, éloignée – figure ancienne et prestigieuse, de préférence, comme dans l’incipit de La Chartreuse de Parme : « Le 15 mai 1796, le général Bonaparte fit son entrée dans Milan à la tête de cette jeune armée qui venait de passer le pont de Lodi et d’apprendre au monde qu’après tant de siècles César et Alexandre avaient un successeur. » Le Moyen Âge avant Stendhal raffolait de ce trope du « successeur » qui permettait de penser et de légitimer les figures contemporaines, de les mesurer à l’aune du passé – entre mille exemples, citons celui, humaniste, de Pétrarque faisant de Stefano Colonna le Jeune un nouveau Théodose. Plus généralement, c’est ainsi que fonctionnent les successions symboliques : d’un général mort mille ans plus tôt à un autre, son successeur ; ou d’une ville à l’autre, Constantinople faisant figure de nouvelle Rome ; voire, dans le domaine du mythe, l’idée que des figures mythologiques s’enchaînent, comme se succèdent les âges de l’histoire de l’humanité (au nombre de quatre, souvent) ou les régimes politiques.
    On le voit, c’est sans renoncer aux diversités des temps, des lieux, des domaines de l’histoire humaine et des acceptions – du littéral au métaphorique du terme – mais en tenant fermement son sens que l’on espère pouvoir éclaircir cette question à l’échelle de tout le Moyen Âge.

Argumentaire_.pdf

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’étude] Vieillesse et pouvoir dans l’Occident médiéval : démographie, stratégie et idéologie, 2 avril 2021, 10h-16h (visioconférence)

Organisation

Emmanuelle Santinelli  (emmanuelle.santinelli@uphf.fr) et Gilles Lecuppre (gilles.lecuppre@uclouvain.be)

Comité scientifique

Martin Aurell, Geneviève Bührer-Thierry, Alban Gautier, Régine Le Jan, Pierre Monnet, Agostino Paravicini-Bagliani

Lien Zoom : https://zoom.us/j/95312229007

 

Programme

10 h : Gilles Lecuppre (Louvain), Emmanuelle Santinelli-Foltz (UPHF, Valenciennes) – Introduction

10h 30 : Emmanuelle Santinelli-Foltz (UPHF, Valenciennes) – Reines et rois mérovingiens « pleins de jours » : parcours et enjeux

11h : Philippe Depreux (Hambourg) – Ils sont venus, ils sont tous là… Dans l’attente de la mort du vieux roi, des temps carolingiens au triomphe de la primogéniture.

11h 30 : Laurence Leleu (Arras) – La vieille et les jeunes. Réalités et représentations de la régence de l’impératrice Adélaïde pendant la minorité d’Otton III

13h 30 : Isabelle Ortega (Nîmes) – Anciens homs, sachanshoms et autres vieillards : la participation des plus âgés au pouvoir dans la principauté de Morée (XIIIe-XIVe siècles)

14h : Christelle Loubet-Balouzat (Nancy) – Les dernières années de Mahaut, comtesse d’Artois (1319-1329) : une vieillesse invisible ?

14h 30 : Alexandra Beauchamp (Limoges) – « com vós, senyor, siats jove […] e fonament de bon príncep sia aver bon consell ». Le statut de « vieil » oncle du roi comme source d’autorité ? Discours et attitudes envers la vieillesse de l’infant Pierre, du roi Pierre IV et de la famille royale d’Aragon au XIVe siècle.

15h : Amandine Le Roux (Evry) – Les vieux officiers de la Chambre apostolique (XIVe – XVe siècles), une expertise au service de l’Église et des églises.

Source et lien vers l’affiche : Les carnets du LAMOP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Doctoriales de la MOM, 16 mars 2021

Les Doctoriales de la MOM se tiendront le 16 mars prochain via la plateforme Zoom.

Cette journée sera l’occasion pour les doctorants.e.s des quatre laboratoires de la MOM de s’exprimer sur leurs sujets de recherche autour de deux temps forts (programme en pièce jointe) :

-de 9h30 à 12h, quatre doctorant.e.s présenteront leurs recherches en lien avec la thématique de l’altérité. Vous trouverez leurs résumés sur le site internet de la MOM.

-de 14h à 16h, des doctorant.e.s de 1ère et 2ème année se succèderont pour présenter leurs projets de recherche qui s’inscrivent dans un panorama géographique et chronologique particulièrement varié.

La journée se clôturera par la présentation des deux nouveaux Labos Juniors de la Maison de l’Orient : « (Co)Habiter » et « Nomad’s Land ». Pour suivre cet évènement, merci de vous inscrire en ligne via le formulaire suivant afin de recevoir le lien pour vous connecter : 

https://framaforms.org/doctoriales-de-la-mom-2021-1614604234

Source : Comité d’organisation des Doctoriales de la MOM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Conférence] 3ème Forum du GIS MOMM « Au-delà des frontières. La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs au Maghreb et au Moyen-Orient », 23, 30 mars et 6 avril

Forum en ligne – 23 mars, 30 mars et 6 avril 2021
Inscriptions 

Depuis 2016, le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans organise, en alternance avec son Congrès, un Forum annuel, visant à engager un débat large sur un aspect particulier lié aux pratiques de la recherche sur le Maghreb, le Moyen-Orient et les mondes musulmans. Après la question de l’enseignement (Enseigner les mondes musulmans, Lyon 2016), et celle des nouvelles formes d’écriture de la recherche, notamment numériques ((D’)écrire les mondes musulmans au XXIe siècle, Aix-en-Provence, 2018), le Forum 2020-21 sera l’occasion de s’intéresser aux dimensions régionales et aréales des recherches menées aujourd’hui concernant le Maghreb, le Moyen-Orient et les mondes musulmans.

À l’heure du tournant global de la recherche en sciences humaines et sociales, quelle peut être la pertinence des recherches menées à une échelle régionale, qui ne se cantonnent pas au seul cadre national, sans pour autant se situer à une échelle mondiale ? Quelles représentations régionales et aréales sont encore à l’œuvre dans les découpages épistémologiques et académiques qui innervent la recherche en France ? Dans quelle mesure sont-elles convergentes ou en décalage avec les dynamiques transnationales de la recherche ailleurs en Europe, dans le monde, et tout particulièrement au Maghreb et au Moyen-Orient ?

Au-delà de ces enjeux scientifiques, le Forum a pour ambition d’ouvrir un espace de travail commun rassemblant les laboratoires de recherche métropolitains membres du GIS, les UMIFRE du Maghreb et du Moyen-Orient, et un certain nombre d’acteurs locaux ou régionaux de la recherche. Accompagné de la publication d’un Cahier du GIS MOMM consacré aux dispositifs de recherche mis en place dans la région par l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, ce Forum s’inscrit dans le travail mené par le GIS depuis 2017 sur les conditions de la recherche au Maghreb et au Moyen-Orient en temps de crise et permettra de poursuivre le dialogue sur ces sujets avec les pouvoirs publics.

L’organisation de ce Forum a bénéficié d’un soutien financier de la DGRI du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (plan SHS 2019).

23 mars 2021

9h15 Introduction, Eric Vallet & Elise Massicard (GIS Moyen-Orient et mondes musulmans)

9h30-11h Table-ronde 1 : Les instituts européens au Moyen-Orient : état des lieux et perspectives

11h15-12h45 : Table-ronde 2 : Favoriser le travail en réseau entre les UMIFRE : l’expérience de SOCOSMA (Séminaire d’Observation du Covid-19 dans les sociétés du Monde Arabe) et des Observatoires urbains.

14h-16h : Table-ronde 3 : La circulation des savoirs entre Europe et Moyen-Orient à l’âge du numérique : traduction et édition, recherche et réseaux sociaux

16h Conclusions

30 mars 2021

9-12h : Table-ronde 4 : La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs : Égypte, Proche-Orient, péninsule Arabique

6 avril 2021

9-10h30 : Table-ronde 5 : La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs : Maghreb

11h-13h : Table-ronde 6 : La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs : mondes turc et iranien, Asie Centrale

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloque] Rome, 11-12 Mars 2021 : Église(s) et vies des grands hommes. Les renouvellements de la biographie religieuse entre Renaissance et réformes

Les 11 et 12 mars 2021 aura lieu le colloque international « Eglise(s) et vies des grands hommes »,  organisé dans le cadre du projet de recherches quinquennal Hommes illustres.

Il se tiendra en format hybride. Pour obtenir le lien de connexion, contacter Cécile Caby ou Grazia Perrino.

Présentation :

  • La représentation en série des « grands hommes » se déploie tous azimuts dans la production littéraire et artistique de l’Europe, entre fin du Moyen Âge et première modernité, devenant un instrument d’exaltation d’individus contemporains, une modalité d’écriture de l’histoire du temps présent et de mise en scène de la gloire et du triomphe des institutions. Loin de se cantonner aux portraits des princes et des rois, des hommes de guerre ou des lettrés et artistes laïcs, le motif des hommes illustres pénètre au cœur de l’institution ecclésiale de deux façons parallèles et souvent entrelacées :

    –         D’une part, les catalogues d’hommes illustres quels qu’ils soient (recueils, cycles peints ou gravés etc.) englobent en leur sein des papes, évêques, frères et autres clercs, sans parler des hommes d’armes au service de la respublica christiana, incorporés à un titre ou à un autre aux formes de la gloire du présent ;

    –         D’autre part, l’Église romaine ou certains groupes en son sein – comme les ordres religieux –, puis les différentes Églises réformées surent capter à leur profit les potentialités de cette nouvelle forme d’écriture biographique et historique qui dépassait en réalité les seules collections d’hommes illustres, pour se déployer largement dans toutes les déclinaisons de la rhétorique eulogique.

    Ainsi, s’interroger sur les renouvellements de la biographie religieuse entre Renaissance et réformes permet de parcourir deux pistes d’analyse, trop souvent oubliées dans l’historiographie : l’une relative à l’évolution des formes de représentation des mondes ecclésiaux et de leur histoire au travers des portraits d’hommes illustres, l’autre attentive à la promotion des nouvelles pratiques culturelles humanistes au service de la construction et de la promotion des identités religieuses.

    Dans les deux cas, les enjeux pour l’appréhension des relations entre pratiques humanistes et institution ecclésiale sont cruciaux, que ce soit à la curie romaine dès le tournant des XIVe et XVe siècles ou dans les multiples foyers de la diffusion humaniste dans l’Europe du XVIe siècle, a fortiori lorsque le motif des hommes illustres devient un instrument stratégique dans les conflits entre l’Église romaine et les nouvelles Églises issues des réformes protestantes.

    Dans ce cadre programmatique, diverses questions pourront être envisagées, comme par exemple :

    –         De quelle façon les clercs et serviteurs de l’Église sont-ils incorporés dans les principales collections humanistes d’hommes illustres ? Dans quels types de contextes (discursifs, iconographiques etc.) sont-ils exaltés comme grands hommes ?

    –         Par quels moyens le registre des hommes illustres fut-il acclimaté au service de l’écriture d’une l’histoire et d’une exaltation des grands hommes des églises du temps présents ? Quels rapports ce registre entretint-il avec d’autres formes de biographie religieuse, notamment l’hagiographie, et d’autres formes d’exemplarité ?

    –         Quels individus ou quelles fonctions (pape, évêques, abbés ou serviteurs des prélats) ou statuts (lettrés, orateurs/prédicateurs, mystiques etc.) furent-ils choisis de préférence pour célébrer la gloire des églises ?

    –         Par quels vecteurs et selon quelle chronologie ce registre s’est-il diffusé à l’échelle européenne, en particulier après le concile de Trente ou dans le cadre des nouvelles réformes protestantes ? Peut-on distinguer des modèles communs ou, au contraire, des spécificités ?

    –         Comment ces modèles s’articulent-ils avec une pensée de la réforme religieuse et comment l’exaltation de la gloire présente s’articule-t-elle dans ces portraits, biographies ou catalogues biographiques religieux à celle de l’aspiration à l’unique gloire céleste ?

    Avec la participation de Susanna Allès Torrent, Thierry Amalou, Concetta Bianca, Luca Boschetto, Marion Deschamp, Johannes Helmrath, Anne Huijbers, Alessandra Malquori, Antonio Manfredi, Olivier Millet, Clémence Revest, Daniele Solvi, Amedeo de Vincentiis, Philipp Zitzlsperger

    Comité scientifique : C. Bianca, C. Caby, E. Crouzet-Pavan, C. Revest

    Institutions partenaires : École française de Rome, CIHAM (UMR 5648), École normale supérieure de Lyon; avec la participation du Centre Roland Mousnier.

    Programme complet

Source de l’information : Carnet Hypothèses Hommes Illustres.

 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Cycle de 11 Webinaires] Usages modernes de l’écrit médiéval, 5 mars-7 juin 2021

Présentation

Comment les gens de l’époque dite moderne ont-ils perçu, lu et compris, conservé, utilisé ou négligé, voire détruit, les écrits que nous qualifions de médiévaux ? Inscrit dans le cadre d’une délégation CNRS consacrée à l’approche diachronique de la documentation médiévale, ce cycle de webinaires réunit des médiévistes et des modernistes, désireux de réfléchir à ces questions et enjeux de réception.

Coordination :

Sébastien Fray, MCF en Histoire du Moyen Âge à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne, membre du LEM-CERCOR (UMR 8584), accueilli en délégation à l’IHRIM (UMR 5317)

S’inscrire/Se connecter :

Pour recevoir le lien de connexion Zoom, inscrivez-vous en envoyant un message à sebastien.fray@univ-st-etienne.fr

Affiche et programme

 

Source : IHRIM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Conférence] J. Bonnéric, Islam & Christianity in the Gulf (7th-9th c.) in Light of the last Excavations in Failaka & Beyond, conférence CEFREPA, Islam: History and Society, en ligne, 21 fév. 2021

The history of Islam and Christianity in the Arab-Persian Gulf was based mainly on written sources. However, archeaological discoveries have also offered many insights that attempt to define the religious landscape of the area from the 7th to the 9th century. It is not always possible to identify the faith of the inhabitants when excavating a settlement, and such identifications are only allowed with the discovery of structures such as place of worship or a burial area, or specific objects such as crosses for Christians, and possibly the study of dietary habits. But excavations help to reconsider the decline of Christianity, in particular at the monastery of al-Qusur on Failaka Island (Kuwait), and to better characterize the Christian and Muslim populations.

 

Dr. Julie Bonnéric is an associate researcher at CEFREPA-Kuwait. She is a specialist of Islamic archaeology with a specific emphasis on religious anthropology. She is currently the heaf of the French-Kuwait archaeological mission at Faylaka.

Dr. ‘Awad al-Assiri (Najran University) is a historian of jewish and christian communities in the Early Islamic Period and Southern Arabia (Najran).

The lecture will be held online in English via Zoom.

Sunday, 21 February 2021

4.00 PM (GMT +3:00) Kuwait

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’étude] Les structures matérielles de la route médiévale, Lyon et en ligne, 30-31/03/2021

Journée d’études CIHAM-Archéorient : « Les structures matérielles de la route médiévale (Terre d’Islam, monde méditerranéen) », 30-31 mars 2021

Journées d’études CIHAM-Archéorient dans le cadre du projet Marges et avant-postes soutenu par la MSH Lyon St-Étienne

Coordination : Yassir BENHIMA, Sophie GILOTTE et Marie-Odile ROUSSET

En visioconférence, informations à venir sur le site du CIHAM.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts