Archives de catégorie : Appels à contribution

Appel à contribution:Châteaux et justice (Xe-XXIe siècle):28-30/09, Périgueux [30/01]

XXVIe Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord

D’emblée, le pouvoir de justice du seigneur peut donner lieu à une approche simpliste voire caricaturale ; le château incarnant physiquement ce pouvoir et symbolisant, à souhait, le « méchant seigneur ». Qu’en est-il véritablement du Moyen Âge au XIXe siècle ? Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, individuels ou collectifs qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée.  Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain. Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord proposent, lors de leur colloque 2018, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative : des études sur l’Angleterre, les Espagnes, les Allemagnes seront les bienvenues.

Axes thématiques

Les pistes qui suivent constituent des propositions non exclusives de questionnement :

1 : Les origines de la justice seigneuriale : une concession du souverain ou une usurpation des seigneurs ? Quelle est la situation durant le Moyen Âge où se développe une « théorie du pouvoir » qui donne au roi la tâche de conserver la paix et la justice. Les juridictions royales les plus modestes (prévôtés, vigueries) étant trop peu nombreuses, le maillage plus serré des justices seigneuriales donne la possibilité d’établir ce dispositif de maintien de la paix. Quelles réalités se cachent derrière ce constat ?

2 : Pour mieux discerner les pouvoirs de justice du seigneur, il convient de croiser l’étude de la coutume et celle de la pratique des juges dans un lieu donné, dans un moment donné et/ou sur le long terme.

3 : Dans tous les cas le droit de justice est un droit important pour les seigneurs, un élément de prestige et de contrôle sur ses vassaux et tenanciers. Le mot seigneurie est souvent assimilé à celui de justice mais quel est son rôle dans la société du Moyen Âge et des Temps modernes ? En effet, la seigneurie est à la fois une forme de propriété privée et un service public qui encadre la vie villageoise comme la paroisse et la communauté d’habitants.

4 : On connaît la distinction classique entre les trois justices : basse, moyenne et haute. Pour Marcel Marion, elle n’avait plus grand sens aux XVIIe et XVIIIe siècles. Qu’en est-il en réalité ? Il serait intéressant d’observer comment s’articulent ces trois niveaux pour les seigneurs et pour les habitants. L’essor des duchés-pairies aux Temps modernes est-il, par exemple, une simplification, une rationalisation ? Qu’en est-il des seigneurs protestants, en particulier hauts justiciers, dans le contenu et l’application des différents édits de pacification de la seconde moitié du XVIe siècle ?

5 : Le seigneur ne jugeait plus mais commettait des juges qui n’étaient pas des officiers (art. 101 de l’ordonnance de Blois de 1579) et qui devaient avoir les capacités et être agréés par la juridiction royale dont dépendait la seigneurie. L’ensemble de ce personnel a subi aux Temps modernes de sévères critiques dont celle de Charles Loyseau : « La Justice des villages est très mauvaise parce qu’elle est rendue par des gens de peu, sans honneur, sans conscience ».

6 : L’étude des lieux où s’exerce la justice seigneuriale présente aussi un intérêt. Y-a-t-il toujours un « tribunal » dans le château ou le village ou faut-il tenir les séances au cabaret ce qui semble faire perdre de la dignité à la justice et au seigneur ? Quelle était l’attitude des villageois à ce sujet ? Un questionnement du même type concerne la prison. Le seigneur est censé posséder un lieu d’incarcération mais est-ce toujours le cas ? Faut-il « tordre le cou » aux cages de fer et autres oubliettes, mythes ou réalités ?

7 : Quel impact a pu avoir la justice du château sur les justiciables ? Est-elle un recours utilisé volontiers ou suscite-t-elle méfiance, colère et révolte parfois ?

8: La justice du roi fut une autre source de tensions et d’oppositions à la justice seigneuriale. Pour les juristes, la seconde est une délégation de la première. L’essor du pouvoir royal depuis le Moyen Âge jusqu’au XVIIe siècle ne pouvait se manifester sans susciter des formes de concurrence voire d’affrontement entre les deux. Au dernier tiers du XVIIe siècle des « lois » contraignirent davantage les tribunaux des seigneurs. Mais les ordonnances de 1667 et 1670 n’ont sans doute pas réussi à supprimer la diversité du droit. La justice seigneuriale a pu faire durer localement des usages particuliers en matière civile plus qu’en matière criminelle où la justice du roi s’est davantage imposée. Les années 1770-1789 furent très préjudiciables aux justices seigneuriales à la suite de l’édit de mars 1772 et de l’ordonnance de mai 1788.

9: Le 4 août 1789, le système seigneurial était aboli et il n’y avait plus de justice seigneuriale. Mais il fallait au plus vite combler ce vide ; ce fut fait avec la mise en place des justices de paix dans chaque canton. Un tel schéma mériterait d’être revisité à partir de cas concrets et suffisamment documentés. Cela oblige à revenir aussi quelques mois en arrière lors de la préparation des États Généraux. Les cahiers de doléances donnent souvent une image partielle et partiale des justices seigneuriales. Les paysans semblaient moins mécontents qu’on ne l’imagine. Proches, assez rapides et peu coûteuses, elles donnaient plutôt satisfaction. L’image de la future justice de paix se profilait dans les esprits et allait se concrétiser assez rapidement (16-24 août 1789). Souvent les nouveaux « juges de paix » furent recrutés parmi les anciens juges seigneuriaux.

10: Pour le XIXe siècle différentes pistes peuvent être envisagées : le bilan des dépossessions de la justice seigneuriale sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, la confrontation des châtelains avec les représentants de la justice « républicaine », le destin des juges seigneuriaux devenus juges de paix. Cette magistrature était-elle devenue une affaire de famille, comme sous l’Ancien régime ? De quelles manières les châteaux participèrent-ils aux transformations architecturales des anciens lieux dévolus à la justice seigneuriale ? Peut-on revenir sur le cas emblématique de la Bastille, prison royale pendant plus de trois siècles ?

11: Enfin, pour la période la plus contemporaine, on étudiera avec profit le thème des interprétations romanesques, artistiques, théâtrales ou cinématographiques de l’emprise de cette justice seigneuriale puis des jalons de sa disparition, sans ignorer les derniers sursauts d’une volonté restauratrice d’institutions seigneuriales relayés par les médias.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communications (environ 1500 signes), accompagnées d’une brève biobibliographie de l’auteur.e doivent être adressées

au plus tard le 30 janvier 2018,

  • par voie électronique, en format Word à Dominique Picco, secrétaire des Rencontres. : dominique.picco@u-bordeaux-montaigne.fr, et Juliette Glikman, secrétaire adjointe, juliette.glikman@orange.fr
  • Ou par voie postale à Dominique Picco, Université Bordeaux-Montaigne, UFR humanités, Département histoire, Campus universitaire, 33607 Pessac cedex

Comité scientifique

Le Comité scientifique des Rencontres est composé de :

  • Anne Marie Cocula, professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Alain Blanchars, MCF histoire moderne, université de Limoges
  • Roger Baury, MCF histoire moderne université de Lille
  • Frédéric Boutoulle,  professeur d’histoire médiévale université Bordeaux-Montaigne
  • Claude-Isabelle Brelot,  professeur d’histoire contemporaine  université Lyon2
  • Patrick Clarke de Dromentin, docteur en histoire moderne
  • Joelle Chevé, historienne et journaliste
  • Michel Combet, MCF histoire moderne ESPE Aquitaine
  • Jean-Marie Constant, professeur d’histoire moderne université Le Mans
  • Annie Dom, ingénieur de recherche université Bordeaux-Montaigne
  • Juliette Glickman, docteur en histoire
  • Robert Herin, professeur de géographie Université de Caen
  • Philippe Loupès,professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Christine Mazzoli-Guintard, MCF HDR histoire médiévale université de Nantes
  • Dominique Picco, MCF histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Josette Pontet, professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution :Branches of Time Thinking and Representing History through the Arboreal Motif: 20-22 août, Stockholm. [13 janv 18]

Branches of Time
Thinking and Representing History through the Arboreal Motif
Organisation

Naïs Virenque – Antoine Paris – Pippa Salonius – Sergi Sancho Fibla

3rd INTH network Conference
“Place and Displacement: The Spacing of History”

Stockholm, August 20th-22nd, 2018

We are pleased to announce that Trames Arborescentes is preparing a panel proposal for the International Network for Theory of History (INTH) conference (http://www.inth.ugent.be/conference) that will take place in Stockholm on August 2018.

“Place and Displacement: The Spacing of History” has been chosen as the main theme for the aforementioned meeting. Within this framework, Trames Arborescentes has decided to participate by proposing a panel that will gather several speakers around the subject “Branches of Time. Thinking and Representing History through the Arboreal Motif”.

This panel traces the arboreal motif through time, using it as a means to reflect on the making and the representation of History since Antiquity. Three main subjects will be taken into account: “Synchrony and Diachrony”, “Thinking Trees versus Teaching Trees” and “Growth as Progress”.

 

Synchrony and Diachrony:

The first point focuses on the shape of the tree. The Greek term for history (historia) referred to research through time and space. This research required the elaboration of a method for organizing, classifying and presenting information, either for the gathering or the disposition of processes. In this manner History produced a guide that was arranged and, at times, graphically represented. Yet the term “method” implies a system that proceeds by steps. Its original sense, from the Greek term methodos, aims at providing a path to follow according to a path already walked. Therefore, from its origins, this method incorporated both the writing, but also the making of history, as a spatial- temporal shift along a timeline. There is no other way to read an arboreal diagram, but in a temporal sense. Its branches are situated along a principal axis which leads to the chronological reading of its content.

This is precisely the backbone of all arboreal structures, which organize diachrony as a synoptic tool through a line of progression. Indeed, diagrammatical and schematic trees are used in the field of history in different shapes and patterns precisely because they are able to articulate both unity and developments (ramifications) in an itinerary based on succession. However, it is crucial to reflect on the effect these graphic or textual models have on history itself. We typically conceive them as mere distillations of complex historical events and ideas, but their cognitive benefits have already been proven. Likewise, while we acknowledge they are particularly well-suited to the field of history, is their use completely appropriate? Why? Why not?

Thinking Trees versus Teaching Trees

Our second point focuses on research and teaching. As a matter of fact, historians often use arboreal structures as analytical and pedagogical tools. However, are these models used to frame existing content or rather is it the form itself that is pre-existing and the historian brings to light? How are they combined or contrasted with other graphical tools like timelines and tables? Are there differences between the use of tree structures in research and in teaching? How and why would they be different?

Growth as Progress

These kinds of schematic representations are not shaped by a closed geometric figure, but by a form open to indefinite ramifications. In this way trees avoid a certain appearance of linearity. They challenge the idea of narrative chronology in favour of multidirectional temporality. In the final decades of the twentieth century arboreal structures became an object of poststructuralist thought, mainly because of their extremely rational and systematized function. Other models such as Deleuze’s rhizomes were placed in the spotlight in order to avoid synthetic structures. This highlights a political aspect of arboreal imagery. The vertical growth of tree schemata might be seen as a foothold for the unfashionable concept of “progress”. We seek to gain a greater understanding of the political connotations conveyed by tree structures with a series of case studies that show how history has been instrumentalised by them.

We welcome papers that focus on these subjects and/or other aspects of arboreal structures and their use within the field of history.

Proposals containing personal information (including academic affiliation), an abstract (up to 300 words), and a short bio are welcome for this panel. Documents may be submitted to our email address tramesarborescentes@gmail.com before January 13, 2018.

source: Trames Arborescentes: https://trarborescentes.sciencesconf.org/resource/page/id/48

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Appel à contribution:Administrative accountability in the later Middle Ages:16-17/11/2018, Bucarest, Roumanie[30/03/2018]

The emergence of new types of financial records, the creation of institutional procedures, and the birth of a bureaucratic corps in a society in which accountability had been largely social and moral represent key developments in the history of the later Middle Ages. The colloquium will explore the multifaceted reality of administrative accountability in Western Europe, c. 1200-1450. Because the renewed interest in the subject makes methodological exchanges all the more timely, the colloquium will provide a venue for testing new approaches to the sources. Special attention will be given to underexplored archival documents, such as the castellany accounts (computi) of late-medieval Savoy, and to topics that have hitherto received less attention, such as the social impact of institutional consolidation. Comparisons with better-known texts, such as the English pipe rolls, are also encouraged.

Argument

The emergence of new types of financial records, the creation of institutional procedures, and the birth of a bureaucratic corps in a society in which accountability had been largely social and moral represent key developments in the history of the later Middle Ages. The colloquium will explore the multifaceted reality of administrative accountability in Western Europe, c. 1200-1450. Because the renewed interest in the subject makes methodological exchanges all the more timely, the colloquium will provide a venue for testing new approaches to the sources. Special attention will be given to underexplored archival documents, such as the castellany accounts (computi) of late-medieval Savoy, and to topics that have hitherto received less attention, such as the social impact of institutional consolidation. Comparisons with better-known texts, such as the English pipe rolls, are also encouraged.

The colloquium is organised in the frame of the European Research Council Starting Grant no. 638436, ‘Record-keeping, fiscal reform, and the rise of institutional accountability in late-medieval Savoy: a source-oriented approach’ (University of Bucharest)

Topics

Proposals for 30-minute papers are invited on topics including:

  • the institutional dialogue between the central and local administration
  • the impact of administrative and fiscal reform on local communities
  • accounting practices and the auditing of financial records
  • the cultural underpinnings of medieval accountability
  • prosopography: background and career of administrators, from auditing clerks to castellans
  • methodological advances, from manuscript studies to sociological frameworks
  • the transfer of administrative models across medieval Europe

The colloquium papers, which will collected in an edited volume published with an international academic press, should reflect original, unpublished research. The authors will be given the opportunity to revise their contributions for publication.

Submission guidelines

Papers can be presented in English or French; if delivered in French, it is the author’s responsibility to have the paper translated into English for publication.

For inquiries, contact Ionuț Epurescu-Pascovici (ionut.epurescu-pascovici@icub.unibuc.ro) or Roberto Biolzi (roberto.biolzi@unil.ch).

Proposals of circa 300 words, outlining the source material, methodology, and anticipated findings, should be emailed to ionut.epurescu-pascovici@icub.unibuc.ro by 30 March 2018.

The organisers will provide three nights hotel accommodation and help defray travel expenses.

Pour plus d’informations : « Administrative accountability in the later Middle Ages », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 18 décembre 2017, http://calenda.org/425612

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Power, Authority, and Normativity:24-26/05/2018, Université Saint-Louis, Bruxelles[délai:31/01/2018]

 

An omnipresent phenomenon, war was a dominant social fact that impacted every aspect of society in the Middle Ages. Moving away from so-called ‘histoire-bataille’ that studied war on its own as an isolated succession of battles, studies have moved towards investigation of the reciprocal relationships between military conflicts and the economic, legal, political, religious, and social spheres in the Middle Ages.

Capture d_écran 2017-12-16 à 18.05.18

After previous meetings held at the University of Leeds in 2016 and the University of Lisbon in 2017, the 2018 edition of the ‘Medieval Culture and War Conference’ will take place at the Saint-Louis University, Brussels, and will focus on the theme of ‘Power, Authority, and Normativity’. We particularly welcome papers that discuss how medieval warfare, through the organisation, the techniques, and the discourses it mobilised, contributed to the shaping of power and power relationships, and how these power relations, in turn, could influence the adoption of certain forms of military organisation and techniques of warfare; how it related to the concept of authority; and how it was regulated by changing sets of rules over the period. How did power relationships, ideas about authority, and evolving norms have an impact on medieval warfare in theory and in practice? Interdisciplinary approaches from various theoretical backgrounds (e.g. archaeologi- cal, art historical, historical, literary, or sociological perspectives) are encouraged.

Subjects may include, but are not limited to:

  • Theory, doctrine, and ideology of war
  • War, propaganda, and rulership
  • Law and legislation on warfare
  • Literature on war and chivalry
  • Chivalric ethos and military discipline
  • Military justice and violence
  • Military organisation and logistics
  • Warfare and religion
  • Gender and war
  • Fortifications, weaponry, and technology
  • Real and imagined relations between combatants and non-combatants
  • Ideas of ‘Others’ and ‘Otherness’ in warfare
  • Funding of warfare

The conference, organised by the Research Centre for the include keynote presentations by Justine Firnhaber-Baker (University of St Andrews) and Bertrand Schnerb (Université Lille 3). The working language for the conference is English. Please submit an abstract of 250–300 words for a twenty-minute paper, or a proposal for a thematic session of three twenty-minute papers, with a short biography of 150 words, to brusselscultureandwar@gmail.com by 31 January 2018. Contributions from postgraduates and early career researchers are encouraged. A publication of selected proceedings is planned.

For more information visit our website: cultureandwarconference.wordpress.com/.

Brussels Organisation Commi ee: Eric Bousmar (Université Saint-Louis – Bruxelles), Michael Depreter (Université libre de Bruxelles/Université Saint-Louis – Bruxelles), Philippe Desmette (Université Saint-Louis – Bruxelles), Gilles Lecuppre (Université catholique de Louvain), and Quentin Verreycken (Université catholique de Louvain/Université Saint-Louis – Bruxelles).

In conjunction with the Leeds Executive Organisation Committee and the Lisbon Organisation Committee.

Annonce publiée sur le site du Réseau des médiévistes belges de langue française : https://rmblf.be/2017/12/22/appel-a-contribution-atelier-doctoral-outils-et-methodes-pour-lhistoire-des-eglises-entre-orient-et-occident-ve-xixe-siecle/

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel : JED CIHAM 2018 « Étrange et étranger », 11 avril [délai : 1 mars]

Vous trouverez en lien l’argumentaire de la prochaine JED de l’UMR 5648/CIHAM du 11 avril : argumentaire « Étrange et étranger ».

Pour cette journée, trois formats sont proposés pour permettre à chacun de partager ses travaux :
— Une session ma « thèse en 5 minutes »
— Une présentation sur un aspect de vos travaux, un état de vos recherches (varia).
— Une session thématique sur « Étrange et étranger ».
Les propositions (titres et quelques phrases de résumé pour les présentations longues) sont à envoyer à Jeremy Engler avant le 1er mars.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts

Appel à communication:Sacred Science : learning from the Tree [délai : 12/12/1017]

We are pleased to announce that Trames Arborescentes is preparing a symposium for the European Society for the History of Science’s conference (http://www.eshs.org/?lang=en) that will take place in London on September 2018.
«Unity and Disunity» has been chosen as the main theme for the aforementioned meeting. Within this framework, Trames Arborescentes has decided to participate by proposing a commented panel that will gather four speakers around the subject «Sacred Science: Learning from the Tree».
Proposals containing personal information (including academic affiliation), an abstract, and a short bio are welcome for this panel. The document may be submitted to our email address tramesarborescentes@gmail.com before December 12.

This panel traces the arboreal motif through time, using it as a means to reflect on unity and disunity of interaction between science, art and the sacred. Indeed, the figure of the tree has been used as a visualization tool to structure knowledge since Antiquity. However, it turns out that the tree of the Arts and Sciences is a deciduous tree. Its holy leaves, metaphorical expressions of unseen secrets, have been shed as science gradually broke away from the sacred. The apparent unity of its branches, the Arts and the Sciences, became exposed and fractured. What was the role of the arboreal structure in this process?

Three points will stand in our proposal. Firstly, we will question how the treediagram was used to articulate the conjunction of the Arts, the Sciences and the Sacred. During the Middle Ages, tree diagrams were commonly used in the arts degree as tools to study arithmetic, geometry, astronomy, music theory, grammar, logic and rhetoric. These frameworks of learning in the universities were infused with the sacred, they sprang from the sacred. Gradually though, the Arts and Sciences began to be distinguished, subjects changed categories. But even as Darwin was developing his theory of life, the sacred continued to play a role in scientific discovery and communication. How was this distinction nuanced in every period?

The second point will focus on the loss of the sacred and the sacralization of knowledge. In effect, step by step, the distinction between the arts and sciences gradually became a divide and the concept of sacred changed in this learning context. The sacred was given less space in the hierarchies of knowledge, it no longer penetrated every aspect of learning. At some point knowledge itself became sacred. When and how did this happen? What rapport did the sacred have in this dramatic change in our perception of knowledge? Was this new knowledge disruptive? Did it bring about unity or disunity? Is the current dissociation between the Arts and Sciences a consequence of divorcing knowledge from the sacred?

Thirdly, we will examine arboreal motifs in our contemporary era, when encyclopedic knowledge and three-dimensional mind maps, once again seek to chart the infinite, the unknown, what is not seen by the naked eye. Are these new worlds in new dimensions still shown shaped in a tree-form? If so, what knowledge does the tree convey? Why is the arboreal structure effective? How is the sacred expressed (if at all) in this structure?

The dialectic relationship between unity and disunity seems perfectly tailored to the branching of the tree-diagram, which also allows expression of a hierarchical combination ad infinitum. The centrality and unity – concepts in which the trunk of these diagrams was firmly rooted, has been shifted for new multifocal tree-figures, which grant us plenty of new possibilities that adapt well to current models of information visualization. This panel uses arboreal constructs as a means to look into the sacred/knowledge relationship in order to question the forthcoming cognitive patterns of unity and disunity that will shape our near future.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution:Théories et données à l’heure des données massives: Nantes,06/07/2018[délai:08/01/18]

Chers collègues,

 

Dans le cadre de son prochain congrès, la Société de Philosophie des Sciences vient de publier l’appel à communications que vous trouverez en pièce jointe. Le congrès se tiendra à Nantes du 04 au 06 juillet 2018.

 

 

En raison d’un calendrier déjà très chargé, le projet Trames arborescentes ne peut se permettre de soumettre un symposium pour que ceux qui le souhaitent et nous-mêmes organisateurs puissions participer à ce congrès. En revanche, sous réserve de validation par le bureau et les organisateurs du congrès, nous pouvons nous porter garants d’un symposium que l’un ou plusieurs d’entre vous souhaiterait(ent) proposer.

 

La date limite de soumission est fixée au 8 janvier 2018. Antoine Paris, Sergi Sancho Fibla et moi-même recevrons avec plaisir toute éventuelle proposition et serions très heureux de vous soutenir dans toutes vos démarches administratives au nom du projet Trames arborescentes.

 

Comme d’ordinaire, nous restons bien sûr à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.
Avec nos meilleures salutations et tous nos voeux de réussite pour vos travaux,

 

Naïs Virenque.
Pour le bureau du projet Trames arborescentes
nais.virenque[at]gmail.com

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution: Déployer le texte biblique. Les trames arborescentes et l’exégèse de la Bible de l’Antiquité au Moyen Âge: Paris,06/02/2018[délai:15/12/17]

Antoine Paris, Sergi Sancho Fibla et Naïs Virenque sont heureux de vous transmettre l’appel à communications pour la première journée d’étude spécialisée (JES) du projet Trames arborescentes, dont vous trouverez une version en ligne ici. Intitulée « Déployer le texte biblique. Les trames arborescentes et l’exégèse de la Bible de l’Antiquité au Moyen Âge », cette journée aura lieu à Paris le 06 février 2018. La date limite d’envoi des propositions de communication est fixée au 15 décembre 2017.
Afin de favoriser les temps de discussion, que nous avons dû trop souvent interrompre lors des journées précédentes, les JES du projet s’articuleront en deux temps : un premier au cours duquel des intervenants interviendront durant 20mn suivies de 10mn de questions ; un second au cours duquel nous pourrons discuter sous le format d’une table ronde.
Voir l’appel à communication complet : Appel à communications Déployer le texte biblique

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contributions:Corps hybrides aux frontières de l’humain au Moyen Âge:19-20/04/2018,Louvain[délai:31/12/2017]

Colloque international, Université Catholique de Louvain, 19-20 avril 2018

Dans la pensée médiévale, le corps humain fonctionne comme un miroir de l’univers et un modèle pour comprendre la nature, pour interpréter la Bible, pour renforcer les structures sociales et politiques. La déformation et la métamorphose du corps mettent en question cette fonction, surtout quand le corps franchit les frontières entre les différentes espèces et se contamine avec le non-humain, qu’il soit animal, végétal ou objet inanimé.

A l’époque médiévale, la littérature, l’art et la science enjambaient la distance qui sépare l’humain et le non-humain au moyen de créatures hybrides, dont l’identité était marquée par l’ambivalence. Les monstres anthropomorphes, les peuples exotiques censés avoir des traits animaux ou végétaux, les figures humaines intégrant des armes ou d’autres objets dans leurs corps, les animaux ou les plantes portant des ressemblances inquiétantes avec les humains : autant de créations qui dessinaient une constellation de possibilités dans un continuum des êtres.

Si la recherche sur la tératologie s’est parfois occupée de ces combinaisons d’humain et non-humain, les investigations se sont surtout concentrées sur les monstres en tant que représentation de l’altérité. Le temps est venu pour changer de perspective et pour considérer ces corps hybrides comme les produits d’une réflexion sur la possibilité (ou l’impossibilité) de penser l’être humain comme un être fluide et ouvert au non-humain.

Les communications, de la durée d’environ 20 minutes, porteront sur des cas d’interférence du corps humain avec l’animal, le végétal et l’inanimé, et viseront à répondre à des questions telles que : Quelle est la fonction du corps hybride dans la relation à l’humain ? Qu’est-ce qu’il enseigne au lecteur ? Comment l’hybride s’inscrit-t-il dans la représentation de l’identité sociale, politique ou ethnique ?

Modalité de soumission

Nous invitons chaleureusement celles et ceux qui seraient intéressés à nous envoyer une proposition. Cet appel est ouvert aux chercheurs et chercheuses à tous les niveaux de leur carrière, dans les domaines de la littérature, de l’art, de l’histoire culturelle et de l’histoire des sciences du Moyen Âge. Les propositions consisteront en un titre et un résumé de communication d’environ 250 mots, et devront être envoyées à l’adresse antonella.sciancalepore@uclouvain.be avant le 31 décembre 2017.

Comité organisateur

Baudouin Van den Abeele (Université Catholique de Louvain)
Antonella Sciancalepore (Université Catholique de Louvain)
Mattia Cavagna (Université Catholique de Louvain)
Craig Baker (Université Libre de Bruxelles)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution:Limites et frontières. Approches archéologiques:15-16/01/2018,Strasbourg[délai:01/12/2017]

RÉSUMÉ

Le propos pourrait être de présenter les matériaux exhumés par la fouille permettant de cerner des espaces géographiques ou temporels ayant une cohérence intrinsèque eu égard aux ressources utilisées (un type d’objet ou de structure, un mode d’activité ou de pratique). Pour valider cette cohérence, il faudra également se pencher sur le ou les espaces autres, en spécifiant le cas échéant la nature franche ou floue des limites. Cette réflexion, enfin, peut porter sur des entités simples ou complexes ; dans ce dernier cas, nous entendons des territoires formés d’une accumulation d’entités (simples) aux limites convergentes sinon superposées, soit un concept qui pourrait se rapprocher de celui de la frontière.

ANNONCE

Thématique

La frontière est en premier lieu une limite entre des territoires qui en déterminent l’étendue et, par extension pour les périodes les plus récentes de notre histoire, une limite entre des États. L’historien, par les documents écrits et cartographiques, cerne assez aisément des territoires que des critères d’organisation explicites (politiques, économiques, sociales, religieuses…) distinguent des voisins par une limite matérielle reconnue ou des zones-tampon. L’archéologue dont les ressources sont pour l’essentiel muettes, peine à mettre en relation des espaces d’activités, de types de structures, de natures d’objets… avec des groupes sociaux définis ou délimités.

Le propos de notre séminaire interdisciplinaire pourrait donc être de présenter les matériaux exhumés par la fouille permettant de cerner des espaces géographiques ou temporels ayant une cohérence intrinsèque eu égard aux ressources utilisées (un type d’objet ou de structure, un mode d’activité ou de pratique). Pour valider cette cohérence, il faudra également se pencher sur le ou les espaces autres, en spécifiant le cas échéant la nature franche ou floue des limites. Cette réflexion, enfin, peut porter sur des entités simples ou complexes ; dans ce dernier cas, nous entendons des territoires formés d’une accumulation d’entités (simples) aux limites convergentes sinon superposées, soit un concept qui pourrait se rapprocher de celui de la frontière (et donc être confrontés à des entités historiques, comme les Gaulois ou les Étrusques…).

L’idée générale du séminaire n’est donc pas de présenter des espaces pour lesquels on a observé une activité-type ou un ensemble d’objets de même facture, mais plutôt de réfléchir à ce qui compose ou positionne leurs limites ou leurs frontières en confrontant des sortes de couples de pratiques ou d’éléments matériels tels que le fumé ou le séché, le foyer ouvert ou fermé, la brique ou la pierre, l’incinéré ou l’inhumé, le rôti ou le bouilli, le barbu ou le glabre, la fibule ou l’épingle, le domestique ou le sauvage, le nomade ou le sédentaire, la forêt ou l'(agri)culture, la ville ou le village, etc.

Contributeurs

Ce séminaire concerne les étudiants de Master, les doctorants, docteurs, enseignants-chercheurs, archéologues et autres spécialistes.

Modalités d’inscription

Chaque proposition devra être accompagnée des informations suivantes (fiche d’inscription ci-jointe) :

  • le nom, prénom et l’affiliation du contributeur
  • un titre provisoire
  • un résumé de 300 mots maximum

Informations pratiques

Le séminaire interdisciplinaire 2017-2018 est organisé par le département d’archéologie de la Faculté des Sciences Historiques de Strasbourg

Il se tiendra les lundi 15 et mardi 16 janvier 2018 en salle de conférence de la Misha (5, allée du Général Rouvillois, 67083 Strasbourg).

Format de la communication

Les communications prendront la forme suivante :

  • une présentation d’une vingtaine de minutes, appuyée par un diaporama,
  • suivie de 5 à 10 minutes de questions.

Pour plus d’informations : « Limites et frontières. Approches archéologiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 23 novembre 2017, http://calenda.org/424147

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contributions:At the Crossroads:Paris,27-29/06/2018[délai:05/12/2017]

Dans le cadre de son prochain congrès, le laboratoire SPHERE vient de publier l’appel à communications que vous trouverez ci-dessous. Le congrès se tiendra à l’Université Paris 7 du 27 au 29 juin 2018.

En raison d’un calendrier déjà très chargé, le projet Trames arborescentes ne peut se permettre de soumettre un symposium pour que ceux qui le souhaitent et nous-mêmes organisateurs puissions participer à ce congrès. En revanche, sous réserve de validation par le bureau et les organisateurs du congrès, nous pouvons nous porter garants d’un symposium que l’un ou plusieurs d’entre vous souhaiterait(ent) proposer.

La date limite de soumission est fixée au 5 janvier 2018. Antoine Paris, Sergi Sancho Fibla et moi-même recevrons avec plaisir toute éventuelle proposition et serions très heureux de vous soutenir dans toutes vos démarches administratives au nom du projet Trames arborescentes.

Comme d’ordinaire, nous restons bien sûr à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Avec nos meilleures salutations et tous nos voeux de réussite pour vos travaux,

Naïs Virenque.
Pour le bureau du projet Trames arborescentes
contact : nais.virenque[at]gmail.com

​——————————-​

Call for abstracts
Measurement at the Crossroads
June 27-29, 2018
University Paris Diderot, France
Laboratoire Sciences, Philosophie, Histoire (SPHERE), Paris

Deadline: January 5, 2018
measurement2018.sciencesconf.org
———
Measurement at the Crossroads is the third interdisciplinary conference to explore the history and philosophy of measurement after Dimensions of Measurement in Bielefeld (2013) and The Making of Measurement in Cambridge (2015). The organizers of the third conference, which will take place on 27-29 June 2018, in Paris, invite scholars interested in the history, philosophy and sociology of science to address questions related to measurement across disciplines ranging from the natural sciences to the life and human sciences.
The recent revival of the philosophy of measurement in the early 2000s appears to be instrumental in overcoming the tensions that obstructed science studies during much of the second half of the twentieth century. The Paris conference aspires to promote the new ways of addressing issues of quantification and measurement that are now emerging and promising to bridge the various gulfs – theoretical versus practical, descriptive versus normative – that have divided the philosophical, historical and sociological approaches to science. It is now recognized that questions of quantification transcend the earlier focus on meaning and representation which formerly attracted the attention of philosophers of science, and that these questions benefit from investigation alongside the means and processes that enable scientists, and human agents in general, to agree on their measurement results and make them reliable bases for decision and action. The resulting shift of attention towards the uses of measurement results in inference and prediction places the new agenda of philosophy of measurement at the crossroads of conceptual, epistemic, historical, material, technological and institutional issues.
The 2018 conference comes at a time when the field of metrology is about to reach an important turning point with the reform of the International System of Units (SI) that is to be announced by the end of 2018. With Measurement at the Crossroads we aspire to connect the discussions developing in the emerging field of history and philosophy of measurement with some of the issues arising from this major reshaping of the field of metrology. Special attention will thus be given to issues pertaining to the formation of systems of units and standards, as well as to related institutional matters. The conference will build upon the two former ones by inscribing these issues more explicitly in a world-wide and a long-term perspective. In addition to the enquiries related to the contemporary SI reform, time will therefore be allotted for studies concerned with how measurement units have been worked out in the past, from Antiquity to today’s reform, in different regions of the world. This will offer a cultural-anthropological outlook on metrology.
Some of the questions listed below might be helpful to guide contributors without in any way constraining them:
• Quantification and measurement practices
Is it possible to devise a conception of quantity suited for all domains of science, and what are the specific difficulties raised by the definition of properties and quantities in the human sciences?
How can one deal with scientific error, especially experimental error? How can scientists evaluate uncertainty and risk relative to experimental results and their uses?
How can the study of measurement shed new light on the relations between theory, models, experiment and instrumentation?
How can philosophy of measurement contribute to classical problems of the philosophy of science? (e.g.: realism, conventionalism and operationalism in science)
• Units, standards and instruments
How did numbers, units and standards become separated in the course of history, and how did units become coordinated to one another through metrological systems of units?
How do standards contribute to the stabilization of facts? How do they affect human action and self-perception?
How do the descriptive and the normative intertwine in measurement?
What are the reasons behind the project of the new SI? What will be its conceptual, practical, technical and institutional consequences?
• Communities, institutions, normativity and trust
What social and institutional constraints are required to implement a global network of communicable, comparable and reliable measurement results?
How can decisions be taken on the basis of measurement under conditions of uncertainty?
What is the role of trust in the practice of measurement and in the assessment of scientific knowledge?
Can the philosophical, historical and sociological enquiry into measurement make us more aware of our responsibilities in the development of our technological society?

Invited speakers
Karine Chemla (CNRS, SPHERE, France)
Wendy Parker (Durham University, United Kingdom)
Oliver Schlaudt (Heidelberg University, Germany)
Eran Tal (McGill University, Canada)

Programme committee
Mieke Boon (University of Twente, Netherlands)
Marcel Boumans (Utrecht University, Netherlands)
Thomas Coudreau (University Paris Diderot, France)
Olivier Darrigol (CNRS, SPHERE, France)
Marie Gaille (CNRS, SPHERE, France)
Giora Hon (University of Haifa, Israel)
Matthieu Husson (CNRS, Observatoire de Paris, France)
Shaul Katzir (Tel Aviv University, Israel)
Alain Leplège (University Paris Diderot, France)
Alexandre Mallard (Mines ParisTech, France)
Luca Mari (University Cattaneo, Italy)
Alfred Nordmann (Technical University of Darmstadt, Germany)
Theodore Porter (University of California, Los Angeles, USA)
Léna Soler (University of Lorraine, France)
John Steele (Brown University, USA)
Mark Wilson (University of California, Berkeley, USA)

Abstract submission:
The conference will host individual talks and symposiums (groups of 3 talks). The talks will be 40 minutes long, questions included.
Submissions should be PDF files blinded for peer review:
The individual contributors are invited to submit an abstract of 500 words.
Contributors who wish to propose a symposium should submit in the same file a 500-word synopsis that includes the title and theme of the symposium and a 500-word abstract for each talk in the symposium.
To submit abstracts go to the website of the conference: measurement2018.sciencesconf.org, click on “Submit an abstract” and follow the instructions.

Registration
The fees for the conference and dinner will be as follows:
Researchers: EUR 50
Students (masters, PhD): EUR 20
Conference dinner (researchers): EUR 40
Conference dinner (students): EUR 20
Registration will be opened in February 2018.

Dates and deadlines
Deadline for submission: January 5, 2018.
Notification of acceptance: January 30, 2018.
Registration: will open in February 2018.
Conference: June 27-29, 2018.

Organizers
Nadine de Courtenay (University Paris Diderot, France)
Fabien Grégis (Tel Aviv University, Israel & SPHERE, France)
Christine Proust (CNRS & University Paris Diderot, SPHERE, France)

Contact
measurement2018@sciencesconf.org

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à confection de symposium:HOPOS:Groningue, juillet 2018[délai:01/12/2017]

Dans le cadre de son prochain congrès, l’HOPOS (the International Society for the History of Philosophy of Science) vient de publier son appel à communications : http://www.hopos2018.nl/call-for-abstracts/. Le congrès se tiendra à l’Université de Groningue (Pays-Bas) du 9 au 12 juillet 2018.

En raison d’un calendrier déjà très chargé, le projet Trames arborescentes ne peut se permettre de soumettre un symposium pour que ceux qui le souhaitent et nous-mêmes organisateurs puissions participer à ce congrès. En revanche, sous réserve de validation par le bureau et les organisateurs de l’HOPOS, nous pouvons nous porter garants d’un symposium que l’un ou plusieurs d’entre vous souhaiterait(ent) proposer.

La date limite de soumission est proche : elle est fixée au 1er décembre 2017. Antoine Paris, Sergi Sancho Fibla et moi-même recevrons avec plaisir toute éventuelle proposition et serions très heureux de vous soutenir dans toutes vos démarches administratives au nom du projet Trames arborescentes.

Comme d’ordinaire, nous restons bien sûr à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Avec nos meilleures salutations et tous nos voeux de réussite pour vos travaux,

Naïs Virenque.
Pour le bureau du projet Trames arborescentes
contact : nais.virenque[at]gmail.com

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication:L’architecture religieuse et monastique dans le nord de la France et régions limitrophes (XIe-XIIIe siècle):11-13/10/2018,Université d’Artois et de Lille 3[délai:01/12/2017]

Nombreux sont les grands monuments religieux du Moyen Âge central dans le nord de la France qui ont disparu, victimes de la Révolution et des conflits, mais il est nécessaire de se pencher de nouveau sur ceux qui subsistent et ceux révélés par les fouilles. En effet, la multiplication des chantiers, l’appropriation de l’archéologie du bâti par l’historien de l’architecture, l’apport des méthodes de datation (dendrochronologie, C14) et la relecture des sources renouvellent nos connaissances. Les travaux récents, parfois confidentiels, méritent d’être valorisés et partagés devant un large public. Leur présentation sera l’occasion d’échanger et de faire le point sur les nouveaux acquis et les perspectives de recherche.

Université d’Artois et Université Charles-de-Gaulle-Lille 3

11, 12 et 13 octobre 2018

Argumentaire

Dans le nord de la France, « […] non seulement il n’y est pas question de monuments de transition, mais ceux du treizième y sont tout à fait inconnus […]. Généralement parlant, un édifice de cent cinquante ans est, dans ce pays, une sorte de rareté […] », telle était l’opinion formulée par Ludovic Vitet en 18311. Les travaux de synthèse de Pierre Héliot sur les églises du Pas-de-Calais au début des années 1950 puis de Jacques Thiébaut sur le Nord montraient bien que cette idée ne pouvait être admise2. Certes nombreux sont les grands monuments qui ont disparu, victimes de la Révolution et des conflits, mais il est nécessaire de se pencher de nouveau sur ceux qui subsistent et ceux révélés par les fouilles. En effet, la multiplication des chantiers, l’appropriation de l’archéologie du bâti par l’historien de l’architecture, l’apport des méthodes de datation (dendrochronologie, C14) et la relecture des sources renouvellent nos connaissances. Les travaux récents, parfois confidentiels, méritent d’être valorisés et partagés devant un large public. Leur présentation sera l’occasion d’échanger et de faire le point sur les nouveaux acquis et les perspectives de recherche.

Dans  ce colloque le choix est porté  sur l’architecture religieuse  et  monastique entre le  début du  XIe siècle et le début du XIIIe siècle dans la partie septentrionale de l’ancienne province ecclésiastique de Reims (diocèses de Thérouanne, Tournai, Arras et Cambrai), qui s’étendait bien au-delà des limites actuelles du nord de la France. À cette époque, l’activité constructrice est féconde : il s’agit soit de reconstructions sur des sites existants, comme pour les cathédrales d’Arras ou de Cambrai, ou les abbayes, telle Saint-Bertin de Saint-Omer, soit de nouvelles implantations, qui sont parfois l’œuvre de nouvelles communautés canoniales, qu’elles soient séculières (Saint-Omer de Lillers, Saint-Pierre de Lille ou Saint-Pierre d’Aire-sur-la-Lys) ou régulières (prémontrés à Dommartin), ou de nouvelles communautés monastiques, tels les cisterciens, par exemple. Qu’ils aient subsisté ou disparu, les monuments construits durant cette période révèlent le dynamisme de la création architecturale de cette vaste région, au carrefour de l’Europe du nord. Les routes commerciales favorisèrent les échanges entre le monde anglo-normand, le royaume de France et le comté de Champagne, via le Vermandois. Les voies fluviales, dont l’Escaut, frontière naturelle entre le Saint Empire romain germanique et la Flandre, fut un axe majeur, permirent notamment la circulation de matériaux, accompagnée des transferts des formes et des techniques.

Le thème retenu, l’architecture religieuse et monastique, implique que l’édifice de culte ne soit pas l’objet d’étude exclusif, mais que la présentation et l’analyse des autres bâtiments de la vie communautaire, trop souvent négligés, aient toute leur place ici. La périodisation définie permettra de s’intéresser autant aux édifices romans qu’à ceux des premiers temps du gothique. Il s’agira alors de s’interroger sur la continuité de certains partis architecturaux associés à des références formelles nouvelles et de mieux apprécier la première architecture gothique dans cette région.

Cet appel à communications invite les chercheurs, d’horizons différents – historiens, historiens de l’architecture et archéologues –, à réfléchir à cette histoire de l’architecture et de la construction au cours de cette période marquée par des innovations à la fois conceptuelles et techniques. Il conviendra de s’intéresser tout autant au transfert des pratiques constructives qu’à celui des formes qui conduisirent à ce nouvel art de bâtir. Ainsi, par exemple, il s’agira de réenvisager le lien entre, d’une part, le perfectionnement de la taille de la pierre, le développement du moyen appareil régulier, l’extension de la voûte d’ogives et la rationalisation de certains procédés de construction et, d’autre part, l’émergence de nouveaux modèles de la première architecture gothique dès le dernier tiers du XIIe siècle sur ce territoire.

Les propositions pourront traiter, par le biais de la monographie ou de façon thématique, des sujets portant sur le projet architectural, le commanditaire et le maître d’œuvre, les usages, le choix des matériaux et leur mise en œuvre, l’évolution des techniques, le décor monumental, entre autres.

Pour plus d’informations : « L’architecture religieuse et monastique dans le nord de la France et régions limitrophes (XIe-XIIIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 09 novembre 2017, http://calenda.org/417994

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication: «Popularité, réputation, renommée », Séminaires Questes, Paris 19/01, 16/02 et 16/03/2018 [délai:10/12/2017]

«Popularité, réputation, renommée»

« … pour la grant renommee qu’il avoit d’estre preudomme», Jean de  Joinville, Vie de Saint Louis, éd. J. Monfrin, §31

La lecture des chroniques, des romans et des actes de la pratique révèle à quel point la question de la notoriété est essentielle aux sociétés médiévales. Trois termes sont proposés à l’étude : tout d’abord, la « popularité », qui correspond à la faveur du peuple, au crédit dont une personne dispose auprès du plus grand nombre. Ensuite, la « réputation », cette opinion qu’un public se fait d’une personne. Entendue dans son sens positif, c’est une honorabilité, résultat une conduite conforme à une norme sociale socialement établie : c’est un gage de pureté morale. La « renommée » désigne enfin la rumeur que répand l’opinion publique : sémantiquement proche de la réputation, son sens se spécialise progressivement pour devenir un terme laudatif désignant la reconnaissance de prouesses ou de grandes qualités au-delà du cercle social de l’individu. Christine de Pizan dans le Livre des faits et bonnes mœurs du roi Charles V compare la renommée à une fleur de lys : belle, précieuse, mais fragile qui « dit quel chose est noblece de corage » (chap.IV).

Réputation et renommée sont des termes attestés dès la fin du XIIIe siècle, lorsque les premières attestations de popularité remontent au XVIe siècle. La racine commune de ces trois termes est la notion de fama, cette notoriété fondatrice de l’excellence sociale et de l’exemplarité. Le bien famé est écouté, respecté, acclamé dans tous les cercles de la société. Il jouit d’une bonne réputation et peut prétendre à une certaine renommée. A l’inverse, le mal famé devient un paria, et doit reconstruire sa réputation. Yvain dans le Chevalier au Lion est un des nombreux exemples littéraires de ce processus: contraint de partir à l’aventure après avoir été accusé de manquer à ses devoirs de chevalerie, il part en quête d’une renommée perdue.

Popularité, réputation, rénommée : ces trois héritiers de la fama sont des marqueurs clefs de la société et de la culture médiévales. Ils alimentent toute une série de travaux de l’historiographie récente, qui s’attache en particulier à (re)mettre en perspective l’étude des groupes et des rapports sociaux : pourrait-il y avoir excellence sociale, notamment nobiliaire, sans réputation ? La noblesse est-elle seule à pouvoir prétendre à la renommée ? Si réputation et renommée sont liées à une indéniable considération sociale, la popularité sur la place publique est-elle synonyme d’estime et de respect ?

Pistes de problématisation:

  •  Quels liens entretiennent ces trois avatars de la notoriété avec l’exercice politique ? Que peut nous dire la fama sur la justification du pouvoir ? Quel rapport les gouvernants entretiennent-ils avec leur image ?
  •  Comment et pourquoi montrer que l’on est respectable au Moyen Âge ?
  •  Comment ces trois notions s’articulent-elles dans les représentations artistiques et littéraires ? Sont-elles l’apanage de groupes sociaux, de personnes ?
  •  Ces trois notions sont-elles déterminées sur les mêmes critères ? La réputation et la renommée sont-elles attachées aux mêmes qualités morales et sociales dans tous les milieux ?

Conditions de soumission:

Cet appel à communication est ouvert aux étudiants de master, de doctorat et aux jeunes chercheurs en études médiévales, quelle que soit leur discipline. Les propositions de communication, d’un maximum de 1000 mots, accompagnées d’un CV doivent être envoyées conjointement à François Arbelet (fr.arbelet[a]gmail.com) et Marielle Devlaeminck (marielle.devlaeminck[a]gmail.com) avant le 10 décembre 2017. Elles pourront donner lieu à une communication orale de 25 minutes durant l’une des trois séances du séminaire (19 janvier, 16 février, 16 mars 2018) et/ou à une publication dans la revue de l’association (www.questes.revues.org).

Bibliographie indicative:

Maria Rosa Lida de Malkiel, L’idée de la gloire dans la tradition occidentale : Antiquité, Moyen Âge occidental, Castille, Paris, C. Klincksieck, 1968.

Claude Gauvard (dir.), « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales, 24, 1993.

Claude Gauvard, « Fama », dans Dictionnaire du Moyen Âge, Claude Gauvard (dir.), Alain De Libera (dir.), Michel Zink (dir), Paris, PUF, coll. Quadrige, 2002.

Thierry Dutour, Sous l’empire du bien : « bonnes gens » et pacte social (XIIIe-XVe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2015.

Source : https://questes.hypotheses.org/1741

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Projet/réseau de recherche : « The Early Modern Book Project » Autour de l’histoire du livre au début de l’époque moderne.

The Early Modern Book Project vise à mettre en relation des jeunes chercheurs travaillant de près ou de loin sur le livre à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Les chercheurs confirmés et les professionnels des métiers du livre sont bien sûr les bienvenus dans le projet. Prenant acte des frontières disciplinaires souvent très rigides et, parfois, de l’absence de communication, ce projet cherche à favoriser la circulation de l’information et le partage des compétences scientifiques et techniques dans le domaine du livre manuscrit et imprimé à un niveau international.
Pour ce faire, un site a été créé, https://embookproject.org/, qui s’articule autour de plusieurs axes :
–          D’abord un « Who’s who » des jeunes chercheurs travaillant sur ce domaine. Le Member Directory est un moyen de retrouver facilement les personnes s’intéressant à un aspect spécifique du sujet.
–          Le calendrier, ouvert à tous, permet de repérer les conférences, les appels à contribution et les offres de postes liés à l’histoire du livre.
–          Le forum, réservé aux inscrits, est un espace d’échange informel, où il est possible de se tenir informé des nouvelles publications et de demander des conseils d’aide à la recherche : renseignements bibliographiques, traductions, transcriptions, identifications de provenances, d’éditions, de textes, d’images (entre autres).
–          Un glossaire multilingue des termes liés à l’histoire du livre est également en cours de constitution.
Outre cette plate-forme en ligne, nous souhaitons organiser des rencontres et ateliers ouverts aux membres ainsi qu’aux autres chercheurs, où chacun pourra intervenir en fonction de ses centres d’intérêt.
–          Des ateliers thématiques seront l’occasion pour les jeunes chercheurs de se former à des méthodes issues de toutes les disciplines liées à l’étude du livre ancien, qui peuvent leur être utiles dans leur recherche : par exemple la codicologie, la bibliographie matérielle, le catalogage, les instruments de recherche, l’analyse des textes et des images…
–          Sur le long terme, des journées d’études et stages auprès de spécialistes du domaine sont également envisagées.
***
The Early Modern Book Project aims to put young scholars working on Late Medieval and Early Modern manuscripts and printed books in contact with each other. Senior scholars interested in the subject are of course welcome to join. To bypass the disciplinary boundaries within the Humanities  and the lack of communication among institutions, we want to encourage  the sharing of information and technical skills related to the study of manuscript and printed books at an international scale.
To that end, a website has been created, https://embookproject.org/, consisting of four parts:
  • As a « who’s who » of young scholars working on the subject, the Member Directory is a mean to get in touch with people working on a specific aspect of the subject.
  • A calendar, accessible to all, was designed to isolate information about the conferences, call for papers, and job offers related to book history.
  • A forum, which is all about informal exchanges between the members – its access is therefore restricted. Here members can keep themselves up to date with recent publications and seek assistance from other members (bibliographical advices, translating or transcribing texts, identifying the past owners of copies, identifying editions, texts, images).
  • A multilingual glossary is currently being developed.
Aside from this online platform, we wish to organize meetings and workshops open to members and other scholars, where people will be able to take part depending on their research interests.
  • Thematic workshops will be set up to allow young scholars to learn more about the various methods used to study rare books. These skills would definitely be an asset to their research. For example codicology, material bibliography, cataloging, research tools, analyzing texts and images.
  • In the future, we also wish to organize conferences and summer schools, with the help of experts in the field of book history.
The Early Modern Book Project vise à mettre en relation des jeunes chercheurs travaillant de près ou de loin sur le livre à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Les chercheurs confirmés et les professionnels des métiers du livre sont bien sûr les bienvenus dans le projet. Prenant acte des frontières disciplinaires souvent très rigides et, parfois, de l’absence de communication, ce projet cherche à favoriser la circulation de l’information et le partage des compétences scientifiques et techniques dans le domaine du livre manuscrit et imprimé à un niveau international.
Pour ce faire, un site a été créé, https://embookproject.org/, qui s’articule autour de plusieurs axes :
–          D’abord un « Who’s who » des jeunes chercheurs travaillant sur ce domaine. Le Member Directory est un moyen de retrouver facilement les personnes s’intéressant à un aspect spécifique du sujet.
–          Le calendrier, ouvert à tous, permet de repérer les conférences, les appels à contribution et les offres de postes liés à l’histoire du livre.
–          Le forum, réservé aux inscrits, est un espace d’échange informel, où il est possible de se tenir informé des nouvelles publications et de demander des conseils d’aide à la recherche : renseignements bibliographiques, traductions, transcriptions, identifications de provenances, d’éditions, de textes, d’images (entre autres).
–          Un glossaire multilingue des termes liés à l’histoire du livre est également en cours de constitution.
Outre cette plate-forme en ligne, nous souhaitons organiser des rencontres et ateliers ouverts aux membres ainsi qu’aux autres chercheurs, où chacun pourra intervenir en fonction de ses centres d’intérêt.
–          Des ateliers thématiques seront l’occasion pour les jeunes chercheurs de se former à des méthodes issues de toutes les disciplines liées à l’étude du livre ancien, qui peuvent leur être utiles dans leur recherche : par exemple la codicologie, la bibliographie matérielle, le catalogage, les instruments de recherche, l’analyse des textes et des images…
–          Sur le long terme, des journées d’études et stages auprès de spécialistes du domaine sont également envisagées.
***
The Early Modern Book Project aims to put young scholars working on Late Medieval and Early Modern manuscripts and printed books in contact with each other. Senior scholars interested in the subject are of course welcome to join. To bypass the disciplinary boundaries within the Humanities  and the lack of communication among institutions, we want to encourage  the sharing of information and technical skills related to the study of manuscript and printed books at an international scale.
To that end, a website has been created, https://embookproject.org/, consisting of four parts:
  • As a « who’s who » of young scholars working on the subject, the Member Directory is a mean to get in touch with people working on a specific aspect of the subject.
  • A calendar, accessible to all, was designed to isolate information about the conferences, call for papers, and job offers related to book history.
  • A forum, which is all about informal exchanges between the members – its access is therefore restricted. Here members can keep themselves up to date with recent publications and seek assistance from other members (bibliographical advices, translating or transcribing texts, identifying the past owners of copies, identifying editions, texts, images).
  • A multilingual glossary is currently being developed.
Aside from this online platform, we wish to organize meetings and workshops open to members and other scholars, where people will be able to take part depending on their research interests.
  • Thematic workshops will be set up to allow young scholars to learn more about the various methods used to study rare books. These skills would definitely be an asset to their research. For example codicology, material bibliography, cataloging, research tools, analyzing texts and images.
  • In the future, we also wish to organize conferences and summer schools, with the help of experts in the field of book history.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts