Archives de catégorie : Appels à contribution

[Appel à comm.] Pratiques funéraires et identité(s), Strasbourg (limite 5 avril 2020)

Appel à communication : journées d’études, organisées par l’UMR 7044 ArcHiMedE de l’Université de Strasbourg (Unistra)

Pratiques funéraires et identité(s) / Funerary practices and identity/ies

Résumé :

La mort d’un individu dans une communauté entraîne généralement la mise en place d’une chaîne opératoire funéraire complexe répétée de décès en décès. Elle s’oppose en cela aux dépôts non funéraires, caractérisés par l’absence de funérailles et/ou de tombe dédiée (rejet ou abandon du cadavre, privation de sépulture – Boulestin 2016). L’étude de la « pratique »(ibid.) d’un groupe donné et de sa variabilité permet de saisir des contrastes dans le traitement des défunts et d’appréhender plusieurs aspects de la société des vivants. Les rituels et funérailles – difficilement saisissables dans le cas des populations pré- et protohistoriques -, ainsi que les gestes funéraires révèlent de facto une ou plusieurs des identités du défunt. Il peut s’agir de son identité individuelle, liée par exemple à son sexe, son âge ou son statut social, mais également de son identité collective, qui est quant à elle « vécue et produite » (Lenclud 2008) et qui renvoie à son appartenance à un groupe. Le rôle de la pratique funéraire, dans ce dernier cas, est ainsi de maintenir les liens entre ses acteurs et de s’assurer de sa pérennité.

  • Date limite : 5 avril 2020

Argumentaire

La mort d’un individu dans une communauté entraîne généralement la mise en place d’une chaîne opératoire funéraire complexe répétée de décès en décès. Elle s’oppose en cela aux dépôts non funéraires, caractérisés par l’absence de funérailles et/ou de tombe dédiée (rejet ou abandon du cadavre, privation de sépulture – BOULESTIN 2016). L’étude de la « pratique » (ibid.) d’un groupe donné et de sa variabilité permet de saisir des contrastes dans le traitement des défunts et d’appréhender plusieurs aspects de la société des vivants. Les rituels et funérailles – difficilement saisissables dans le cas des populations pré- et protohistoriques -, ainsi que les gestes funéraires révèlent de facto une ou plusieurs des identités du défunt. Il peut s’agir de son identité individuelle, liée par exemple à son sexe, son âge ou son statut social, mais également de son identité collective, qui est quant à elle « vécue et produite » (LENCLUD 2008) et qui renvoie à son appartenance à un groupe. Le rôle de la pratique funéraire, dans ce dernier cas, est ainsi de maintenir les liens entre ses acteurs et de s’assurer de sa pérennité.

La mort et les événements qui gravitent autour de son surgissement mènent à des interactions sociales et des gestes spécifiques qui interrogent les philosophes. Parmi leurs points de vue, la pratique (praxis) entretient une relation dialectique avec la théorie. Elle conduit à distinguer la pratique de la philosophie et la philosophie pratique, qui amènent à se questionner et à agir sur la sphère funéraire. Dans ce cas, la théorie sur la mort peut prendre une forme pratique dans le cadre des funérailles, de l’expression des croyances et des pensées collectives ou individuelles, rattachables à des cultures ou des éducations spécifiques (HABERMAS 2008). Le mort met l’individu et la communauté face à l’inconnu, à l’interrogation métaphysique et les pousse à établir une série de pratiques et de récits qui délivrent de la crainte, mais aussi de la souillure provoquée par le mort (ILDEFONSE 2012).

Axes

Ces journées d’études, organisées par l’UMR 7044 ArcHiMedE de l’Université de Strasbourg (Unistra), s’adressent aux doctorant(e)s et docteur(e)s en Archéologie, Histoire, Histoire des religions, Sociologie, Anthropologie, Ethnologie, Philosophie, Théologie et Lettres classiques. Les communications auront une durée de 20 minutes et seront suivies par 10 minutes de discussion avec la salle. Les communications devront examiner les pratiques funéraires d’une population ancienne ou actuelle, dans un espace géographique illimité, sous le prisme de(s) (l’)identité(s). Elles s’appuieront sur des données textuelles, archéologiques, iconographiques et/ou sur des observations de terrain. Elles s’articuleront autour des 3 axes suivants :

  1. Rituels et funérailles : préparation du corps, cérémonie(s), acteur(s), fonction(s), sacrifice(s), etc. ;
  2. Le défunt : âge, sexe, pathologie(s), traitement et position de dépôt du corps, réintervention(s) sur le cadavre, etc. ;
  3. La sépulture : type de sépulture, contexte, architecture, aménagement(s) spécifique(s), contenant, système de signalisation, mobilier, etc.

Modalités de contributions

Les propositions de communication, de 3 000 signes maximum, devront être en français ou en anglais et envoyées par mail à jdeidentite@gmail.com

avant le 5 avril 2020

accompagnées d’un curriculum vitae. Les communications sélectionnées par le comité scientifique seront annoncées en fin avril 2020. Les contributions pourront faire l’objet d’une publication.

Comité scientifique

  • Noisette BEC DRELON (docteur en Préhistoire, membre associée UMR 7269 LAMPEA, membre associée UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Guillaume DUCOEUR (McF en Histoire des religions des mondes orientaux et asiatiques, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Séverine BLIN (chargée de recherche au CNRS, membre associée UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Fanny CHENAL (anthropologue, INRAP) ;
  • Michele CUTINO (PR en Histoire de l’Église ancienne, UR 4377) ;
  • Salomé DEBOOS (McF en Ethnologie, UMR 7363 SAGE) ; Sylvie DONNAT (McF en Égyptologie, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Michel HUMM (PR en Histoire romaine, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Régine HUNZIKER-RODEWALD (PR d’Ancien Testament, UR 4378) ; 
  • Christian JEUNESSE (PR émérite de Préhistoire, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Angélique LABRUDE (docteur en Protohistoire égéenne, membre associée UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Denis MONNERIE (PR émérite d’Ethnologie, UMR 7367 DynamE) ;
  • Virginie MULLER (McF en Assyriologie, Laboratoire Archéorient) ;
  • Philippe QUENET (PR en Archéologie de l’Orient ancien, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Anne-Caroline RENDU LOISEL (McF en Assyriologie et Archéologie de l’Orient ancien, UR 7044 ArcHiMedE) ;
  • John SCHEID (Professeur honoraire de Religion, institutions et société de la Rome antique, Collège de France) ;
  • Aline TENU (chargée de recherche au CNRS, membre associée UMR 7041 ArScAn) ;
  • Jean-Luc VIX (Mcf en Philologie grecque, UR 3094 CARRA).  

Comité d’organisation

  • Juliette FLOQUET (doctorante en Archéologie du Proche-Orient – UMR 7044) ;
  • Corentin VOISIN (agrégé d’Histoire, doctorant en Histoire ancienne – UMR 7044) ;
  • Laura WALDVOGEL (doctorante en Préhistoire – UMR 7044).

Références bibliographiques

Albert, J.-P., 1999, « Les rites funéraires. Approches anthropologiques », Les cahiers de la faculté de théologie, pp. 141-152.

Baudry, P., 2005. « La ritualité funéraire », HERMÈS 43, pp. 189-194.

Boulestin, B., 2016, « Norme funéraire : illusions et vérités », dans Lauwers, M. & Zemour A. (dir.), Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours. Antibes, pp. 363-377.         

Boulestin, B., 2012, « Champ de la discipline : concepts et mise en œuvre », dans Bonnabel L. (dir.), Archéologie de la mort en France, Paris, pp. 24-41.

Boulestin, B. & Duday, H., 2005, « Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire », dans Mordant, C. & Depierre, G. (éd.), Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France, Actes de la table ronde de Sens-en-Bourgogne (Yonne), pp. 17-35.

Chesson, M. S, 2001, « Social Memory, Identity, and Death: An Introduction », dans Chesson M. S. (éd.), Social Memory, Identity, and Death: Anthropological Perspectives on Mortuary Rituals. Anthropological Perspectives on Mortuary Rituals, American Anthropological Association n°10, pp. 1-10.

Duday, H. & al., 1990, « L’Anthropologie « de terrain » : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 2/3-4, pp. 29-49.

Fahlander, F. & Oestigaard T., 2008, « The Materiality of Death: Bodies, Burials, Beliefs », dans Fahlander, F. & Oestigaard T. (éd.), The Materiality of Death: Bodies, Burials, Beliefs. Oxford : Archaeopress, pp. 1-18.

Ferret, C., 2011, « L’identité, une question de définition », Cahiers d’Asie centrale 19-20, pp. 459-461.         

Habermas, J., 2008, « Sur le rapport de la théorie et de la pratique », Les Études philosophiques 87, pp. 487-498.

Ildefonse, F., 2012, Il y a des dieux, Paris.

Leclerc, J., 1990, « La notion de sépulture », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 2/3-4, pp. 13-18. 

Leclerc, J. & Tarrête, J., 1988, « Sépulture », dans Leroi-Gourhan, A. (éd.), Dictionnaire de la Préhistoire ou les Voies de l’Homme, pp. 99-114.

Lenclud, G., 2008, « Identité et identités », L’Homme 187-188, pp. 447-462.

Nilsson Stutz, L. & Tarlow, S. (éd.), 2013, The Oxford Handbook of Death and Burial, Oxford University Press, Oxford, 849 p.

Testart, A., 2004, La Servitude volontaire. 1 : Les morts d’accompagnement ; 2 : L’origine de l’État, Paris.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Call for papers] 13th Celtic Conference in Classics, Around the Classics: Paratextual Frame of Latin Classics in the Middle Ages, Lyon, 15-18 July 2020 [Deadline : 27 March 2020]

Convenors : Angela Cossu (École française de Rome) and Frédéric Duplessis (École normale supérieure de Lyon)
Call for papers (pdf)

 

Source : Frédéric Duplessis

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] Intégrer les marges, journées des doctorants du CIHAM, Lyon, 22-23/10/2020 (Date limite : 15/05)

Entre transition (périphéries, confins) et rupture (limites, écarts, frontières), les marges sont toujours relatives, pensées dans leur rapport avec une norme. Le modèle centre-périphérie a longtemps retardé leur étude, les cantonnant à une définition en négatif vis-à-vis d’un centre tout puissant, où elles étaient instituées comme le pôle perdant au sein d’un système dissymétrique. Poser la question de l’intégration des marges (territoriales, spatiales, mais aussi sociales), doit permettre de dépasser ce constat pessimiste et ce désintérêt – allègrement battu en brèche par les recherches des deux dernières décennies – pour les marges. Il s’agit en effet d’interroger le rapport essentiel que ces dernières entretiennent, non plus seulement à la norme mais également au temps : loin d’être figées, les marges évoluent au gré d’une trajectoire alliant des processus variables de marginalisation et de “démarginalisation”. En jouant sur toute la polysémie du terme, des marginalia des manuscrits aux marches territoriales, en passant par les individus et les groupes marginaux, ces journées d’études souhaitent susciter une réflexion transdisciplinaire, entre littérature, histoire et archéologie ; à la croisée des mondes médiévaux chrétiens et musulmans, conformément aux intérêts fondateurs du laboratoire du CIHAM – UMR 5648.

 

L’enjeu est en premier lieu heuristique : cette intégration des marges intéresse la démarche du chercheur, et engage des méthodologies bien précises selon les disciplines et les terrains de recherche. Des communications soulevant des problèmes méthodologiques seront donc appréciées : faut-il intégrer les marginalia et les mentions hors-teneur aux éditions et à la réflexion, et si oui, comment le faire ? Comment inclure des marges documentaires à son corpus ? Que faire des objets historiographiques jugés marginaux ou des traditions érudites longtemps décriées ? On pourra aussi s’interroger sur les moyens qu’a l’archéologie d’appréhender ce et ceux que les textes laissent de côté. Elle possède aussi ses propres biais méthodologiques : l’archéologie des territoires permet-elle par exemple d’aborder et de modéliser convenablement des systèmes de peuplement, sans faire l’économie d’espaces laissés en marge de la recherche programmée ou des fouilles préventives ?

 

 En littérature, les marges des manuscrits accueillent aussi bien des gloses que des enluminures, des systèmes d’organisation et de renvoi, des corrections, des notes de lecture. Ces éléments entretiennent des relations avec le contenu du texte central qui peuvent aller de l’autonomie à l’étroite dépendance, en fournissant par exemple des clefs d’interprétation. Se pose dès lors la question de la place de ces marges dans la composition d’ensemble et dans la réception des œuvres. En outre, le sujet invite à prendre en compte la place de discours hors-normes et de figures marginales de la société médiévale dans les œuvres littéraires. Les univers de fiction et les matières (de Bretagne, de France, de Rome) ont eux aussi leurs centres et leurs frontières (génériques, linguistiques, formelles, géographiques, stylistiques) : comment ces éléments ont-ils pu évoluer, et comment des objets esthétiquement ou génériquement marginaux ont-ils pu intégrer le canon ?

L’articulation entre les espaces et les acteurs est tout particulièrement à étudier. En archéologie, l’observation sur le temps long des redéploiements des réseaux de peuplement permet notamment la mise en évidence, d’un point de vue plus matériel, d’une redéfinition des confins et des frontières. 

À la confluence de l’histoire et de l’archéologie, on pourra tenter de percevoir, dans une situation donnée, les enjeux liés au contrôle de ces espaces limites (concurrence, confrontations, résistances). Dans l’Occident médiéval, on pensera ainsi aux stratégies d’appropriation de ces territoires, à une échelle allant du diocèse à celle de la principauté ou du royaume.  On pourra aussi se questionner sur la genèse des sociétés de frontières, et sur le rôle des réseaux commerciaux, qui par exemple dans le cas transsaharien furent vecteurs de l’intégration de chapelets oasiens aux frontières du désert, ces derniers devenant non plus des territoires marginaux, mais des points-relais dans un plus vaste système économique. Ceux-ci apparaissent alors non plus comme des espaces isolés, oubliés par un centre de commandement lointain, mais comme des territoires cohérents et autonomes, pleinement intégrés dans un système alternatif.

En terres d’Islam, l’historiographie récente tend à rejeter l’idée d’un islam classique sunnite, préférant désormais insister sur la pluralité des appropriations de la religion. Dans ce paradigme, intégrer les marges de l’Empire, longtemps perçues comme des repaires d’hérétiques, est devenu une nécessité. La redécouverte des sources produites dans ces territoires marginaux permet un renversement de perspective et invite à s’interroger sur les défis que posent ces nouvelles approches.

 

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 15 mai 2020 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com.

 

Eléments bibliographiques indicatifs :

L’Occident sur ses marges (VIe-XIe siècles). Formes et techniques de l’intégration, Médiévales, 51, 2006.

AILLET, Cyrille, CRESSIER, Patrice, GILOTTE, Sophie (éd.), Sedrata : Histoire et archéologie d’un carrefour du Sahara médiéval à la lumière des archives inédites de Marguerite van Berchem, Madrid, Casa de Velázquez, 2017.

BÜHRER-THIERRY, Geneviève, Aux marges du monde germanique : l’évêque, le prince, les païens (VIIIe-XIe siècles), Turnhout, Brepols, 2014.

FOURCADE, Sarah, LE PAGE, Dominique et PAVIOT, Jacques (dir.), La noblesse des marches, de Bourgogne et d’ailleurs au temps de Marguerite d’Autriche (XVe-XVIe siècle), Annales de Bourgogne, t.89, fascicules 3 et 4, 2017.

LATIMIER, Adeline, PAVLEVSKI-MALINGRE, Joanna et SERVIER, Alicia, Merveilleux et marges dans le livre profane à la fin du Moyen Age (XIIe-XVe siècles), Turnhout, Brepols, 2017.

WIRTH, Jean et alii, Les Marges à drôleries dans les manuscrits gothiques (1250-1350), Genève, Droz, 2008.

 

Comité d’organisation : Enki Baptiste, Florentin Briffaz, Ronan Capron, Amalia Desbrest, Anna Lafont-Chardin, Mariam Hazim-Terrasse.

Comité scientifique : Cyrille Aillet, Marie-Céline Isaia, Irène Salvo-Garcia, Laurent Schneider

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

[Appel à contribution] CSIC 4th edition of the MediterráneoS International Conference (lim. 28 fév. 2020)

The fourth edition of the “MediterráneoS” international conference, organized by predoctoral and postdoctoral researchers belonging to the Institute of Languages and Cultures of the Mediterranean and the Middle East (ILC, CCHS – CSIC), will take place in October 2020, 14th to 16th. Our Institute brings together very diverse fields related to different languages and cultures of the Mediterranean, considering the Mediterranean as a social, historical and geographical ensemble and attending to its Greco-Roman, Jewish, Arab and Near Eastern (including the Ancient Near East) origins and influences.

The objective of “MediterráneoS 2020” is to propose a multidisciplinary space of debate in which young researchers dedicated to the study of the different cultures represented in our Institute present their research works in relation to the transfer of knowledge, either in time and space, and from any perspective and methodology: from the study of educational systems to the transmission of ideas, texts, artistic techniques or work methodologies, utensils, legends, ceremonies, etc. Presentations in which the Mediterranean is outlined as a space of contact and exchange between peoples and cultures will be especially appreciated.

We invite young researchers (PhD students or postdocs at the beginning of their scientific training) in any discipline included in the field of Humanities and Social Sciences to participate in these conferences by presenting communications. The talks will have a maximum duration of 20 minutes and may be presented in Spanish, English or French.

MediterráneoS has funding for some travel grants for those people who might need it (within a maximum of 100€).

Proposals (which can be presented in different formats, such as presentations, workshops, posters, etc.) may be sent until February 28, 2020 (briefly indicating in the subject the subject treated in the proposal) to the following email: jornadas_mediterraneos@cchs.csic.es. They must contain 300 – 500 words. The proposal must be accompanied by a set of keywords, name and surname, degree, research center or university of origin year in which the doctorate was earned (if it applies) and, in case of applying for the travel grant, reasons for requesting it. Please, attach your CV when sending the proposal.

The selected researchers will be duly informed, and then asked to pay a registration fee of 25 euros (which must be deposited in the account of the Santander Bank: IBAN ES880049-5134-35-2317224221) indicating the concept “MediterráneoS 2020”.

Voir: http://cchs.csic.es/en/event/iv-international-conference-mediterraneos-2020?fbclid=IwAR0WArdqUVG-7RZUqnDLG7bgL4lnH9FQMf-qoY82St2F-DhGxbRNyboif4g

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Seminar for Arabian Studies 2020 (Lim. 28 fév. 2020)

We are very pleased to announce that the 54th Seminar for Arabian Studies, organised by the International Association for the Study of Arabia (IASA), will take place in Casa Arabe, Cordoba, Spain, from 15th to 18th July 2020. More information on this fantastic venue can be found here.

If you wish to offer a paper, please send an abstract to seminar.arab@theiasa.com on or before the 28 February 2020 for consideration by the Steering Committee. The Seminar for Arabian Studies is an annual international conference for the presentation of the latest academic research on the archaeology, history, epigraphy, languages, literature, art, culture, ethnography, geography, geology and natural history of the Arabian Peninsula (and associated areas), from the earliest times to the present day or, in the case of political and social history, to the end of the Ottoman Empire (1922). Full details on how to submit your abstract are below.
 
This is the first time that the Seminar has been held in Spain and only the second time that it has been held outside the UK in 50 years. In addition to the regular three day Seminar several special and focus sessions are also being held, full details are below.

Special Sessions

We are pleased to announce that there will be two special held at the next Seminar for Arabian Studies and we welcome abstract submissions to these sessions. Please submit your abstract to seminar.arab@theiasa.com on or before the 28 February 2020 for consideration by the Steering Committee. Your abstract must include all the details listed below in the call for papers. 
 
Special Session 1: Intellectual links: language, law, theology and culture in Jazirat al-‘Arab and Jazirat al-Andalus.
As in other regions of the Islamic world, in al-Andalus Arabia had an important presence in the writings of its scholars and the imaginaire of its inhabitants. The process of Arabization, the spread of the Maliki legal school with its origins in Medinan legal practice, the literary and historical memory of pre-Islamic Arabia, and the interest for its geography and history against the background of the hajj practices are some of the aspects that have been explored although there is still room for new approaches and perspectives. In this Special Session we invite
We are pleased to announce that there will be two special held at the next Seminar for Arabian Studies and we welcome abstract submissions to these sessions. Please submit your abstract to seminar.arab@theiasa.com on or before the 28 February 2020 for consideration by the Steering Committee. Your abstract must include all the details listed below in the call for papers. 


Special Session 2: Comparison of cultural environmental adaptations in the Arabian and Iberian peninsulas.
In this session we aim at discussing diversity in human adaptations to arid environments in the Arabian and Iberian Peninsula. These two peninsulas are both large land masses with a range of geographies and with rich cultural histories. Although they came closely into contact only from the Islamic period onwards they shared similarities in climate, land, and connectivity long before that. This session is intended to allow scholars to present on behavioural strategies developed to cope with the specifics of arid landscapes in both Arabia and Iberia from the early prehistory to modern times. There is particular interest in settlement dynamics, subsistence strategies as well as water control and management from an archaeological point of view, but contributions from other perspectives are also welcome.

Focus Session


Revealing cultural landscapes in northwest Arabia: new archaeological explorations in Al-Ula
 
Best known for Saudi Arabia’s first inscribed World Heritage Site, Hegra, this Nabataean sister city of Petra is the only extensively studied and contextualised archaeological site in AlUla County (northwest Saudi Arabia). Since 2018, an international team of more than 30 surveyors and specialists led by Oxford Archaeology in the core area and University of Western Australia in the hinterland, with inputs from King Saud University, has developed a survey of the area and has thus far identified more than 19,000 sites. The largest number of sites are funerary, agro-pastoral and rock art/inscriptions, generating essential information on the nature of and changes in AlUla’s past cultural landscapes, particularly in late prehistory. Targeted excavations are enhancing the understanding of chronology and function of major site types, in some cases with surprising results. Evidences range from Palaeolithic activity areas to Neolithic ritual practices at 7200 cal BP to Muslim pilgrimage sub routes.

Call for Papers

Abstracts for main Seminar or the special sessions should include what the proposed paper intends to cover, an outline of the approach it will take and an indication of the significance of the topic. Abstracts can include up to three relevant bibliographical references. All abstracts must also include 1) the title of the proposed paper; 2) name(s) and affiliation(s) of the contributor(s); 3) five keywords. Abstracts are limited to 200 words maximum (not including bibliographic references) and abstracts that are significantly over the word limit may rejected. Please submit your abstracts as Word documents only.
 
Presentations are limited to 20 minutes, with an additional 5 minutes for discussion. Due to programme time constraints, and the ever-increasing number of abstracts received, there is no guarantee that all papers will be accepted. The Steering Committee will select those abstracts that are most scholarly, with a focused statement of thesis or importance, clear aims and methodology, well-organised research data, specified sources, and coherent conclusions. As in previous years, the Committee will normally only accept one abstract from any given project.
 
Only those papers that are actually presented at the Seminar will be considered for publication in the Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, and they will be subject to editorial and peer review.
 
Focus Session Proposals
The Committee is happy to consider possible Focus Session Proposals. A Focus Session Proposal must include a minimum of four papers and have a clear scholarly focus with the explicit purpose to promote discussion and debate on work currently in progress, the current state of scholarship, issues involved in the application of new approaches and models, etc. A proposal for a Focus Session should include a summary of up to 200 words outlining the purpose of the Session, along with abstracts formatted as outlined above for individual abstracts. The Committee will still consider each focus session abstract individually. A Focus Session chair may be nominated by the proposer but a final decision on this will remain with the Committee.
 
Posters
The Seminar is very happy to receive submissions for the presentation of research posters. All posters presented at the Seminar must have an abstract approved in advance by the Committee; other posters will not be accepted. The deadline for the submission of poster abstracts is the 31 April 2020. A poster abstract submission form and guidelines are on the Seminar’s website. Posters will no longer be published as short papers in PSAS. For further information please see:  https://www.theiasa.com/seminar/ and contact seminar.arab@theiasa.com

The next Seminar for Arabian Studies will be held at Casa Árabe Córdoba from Wednesday 15th to Saturday 18th July 2020.

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à projets de recherche] « Islam, religion et société » (BCC – DLPAJ) LIMITE : 16/03/2020

Le Bureau central des cultes a le plaisir de vous annoncer la publication de l’appel à projets de recherche (AAP) 2020 « Islam, religion et société » du ministère de l’intérieur.

Depuis 2015, le ministère soutient la recherche et notamment les jeunes chercheurs et post-doctorants dans les champs disciplinaires de l’islamologie et des sciences humaines sur l’islam de France. Comme chaque année, les AAP 2020 sont présentés par grands axes, chacun d’eux étant composé de plusieurs thèmes, laissant aux chercheurs toute latitude pour fixer leur méthodologie, structurer leur projet et envisager leurs terrains d’étude.

  • AXE 1 – CONNAISSANCE DE L’ISLAM DE FRANCE : APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE ET DYNAMIQUE
  • AXE 2 – ISLAMOLOGIE : DÉVELOPPEMENT ET DIFFUSION DE LA CONNAISSANCE
  • AXE 3 : LES CADRES RELIGIEUX MUSULMANS EN FRANCE

Les recherches soutenues éclaireront les dynamiques complexes que connaît cette religion et ses différentes expressions, dans le contexte contemporain, la diversité de ses courants, pratiques et discours, de sa composition et de ses recompositions. Les approches pluridisciplinaires sont fortement encouragées.

La date limite de candidature est fixée au lundi 16 mars 2020, par voie électronique à l’adresse fonctionnelle : bureau-central-cultes[at]interieur.gouv.fr

Après l’envoi du courriel, le dossier papier doit être envoyé dans les plus brefs délais par voie postale à l’adresse suivante : Ministère de l’intérieur, DLPAJ, Bureau central des cultes, place Beauvau, 75800 Paris Cedex 08.

Les documents à télécharger :

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Sources et archives. Journées doctorales de Caen et de Rouen, Caen, 27 mai 2020 et Rouen, semaine du 15 juin 2020 (date à préciser) [Date limite propositions : 10 février 2020]

Journées de l’Ecole Doctorale 558 « Histoire, Patrimoine, Mémoire, Langage »
Présentation des journées

L’école doctorale « Histoire, Mémoire, Patrimoine, Langage », née en 2012 de la fusion d’une partie des ED 350 (Rouen) et 68 (Caen-Le Havre), regroupe 13 unités de recherche et 400 doctorants de disciplines variées : histoire, archéologie, philosophie, épistémologie, lettres modernes, arts du spectacle, langues, littératures et civilisations étrangères, linguistique ou encore sciences du langage. Forte de cette pluridisciplinarité, l’ED 558, placée sous la direction d’Alexandra Merle (ERLIS), propose cette année deux journées d’échange – qui se tiendront à Caen et à Rouen – afin de réunir ses jeunes chercheurs autour de la thématique “Sources et archives”.

Ces journées s’offrent comme un espace de réflexion et de discussion dans lequel les jeunes chercheurs en SHS sont invités à interroger les méthodologies de recherche qu’ils emploient à l’heure de recueillir et d’exploiter leurs sources. Étapes indispensables de la démarche scientifique, aussi exaltantes que frustrantes, la collecte et l’exploitation des données constituent un défi face auquel s’élaborent de nombreuses stratégies. La pluralité des disciplines susmentionnées promet un riche dialogue méthodologique qui permettra de confronter les freins et leviers spécifiques à chacune et de mettre en évidence des points de convergence.

L’objectif est de créer un rendez-vous annuel pérenne pour promouvoir les avancées de l’ED et cultiver les contacts entre ses différentes unités de recherche, ainsi qu’avec des ED partenaires. Cet appel à communications s’adresse donc aux jeunes chercheurs de l’ED 558 (du master au post-doctorat) mais aussi à des membres d’autres ED ayant été confrontés à l’étude des méthodologies de la recherche en SHS.

Axes thématiques

    Chacun est invité à proposer une communication à partir de ses travaux de recherche, suivant l’un ou plusieurs des six axes thématiques exposés ci-dessous:

    Diversité des sources : nature et méthode

    Quelle typologie traditionnelle de sources est propre à chaque discipline ? Comment les différentes disciplines travaillent-elles leur documentation ? Selon les spécificités inhérentes à chaque discipline, quel est le rapport individuel du jeune chercheur à l’archive et à la source ?

    Sources primaires et sources secondaires: une négociation constante

    En quoi les catégories de sources primaires et sources secondaires peuvent-elles se recouper et, dans le cadre d’une abondance de sources, que privilégier ? Quel regard critique impliquent-elles respectivement et quelles difficultés posent-elles ? En quoi une source a priori secondaire peut-elle devenir un objet d’étude à elle seule ? Comment identifier et définir les différents types de sources ?

Entre absence et abondance de sources : situations disciplinaires et points de vue comparés sur sources éditées et inédites

    En fonction des disciplines et des périodes d’étude, quels problèmes surgissent à l’heure d’identifier, puis d’exploiter les sources (sources lacunaires, abondance d’informations, …) ? Quelles solutions peuvent alors être envisagées ? Quelle posture adopter face à l’inédit ? Comment penser nouvellement un objet d’étude abondamment traité par la recherche ? Comment aborder un sujet totalement nouveau du point de vue des sources à traiter ? Quels sont les problèmes inhérents à la datation des sources et à leur pérennité, notamment dans le cas de sources orales et de sources numériques impliquant des enjeux de stockage des données ?

Interdisciplinarité et spécificité des sources : croiser les expertises pour s’approprier un corpus

    Comment envisager l’interdisciplinarité en tant que nouvelle modalité privilégiée dans le travail de recherche ? Comment permet-elle d’élargir les types de sources et les méthodes lors de la collecte des données et de l’exploitation de ces données ? Quels avantages fournit l’interdisciplinarité ? Quels écueils faut-il éviter ? Comment un jeune chercheur peut emprunter une ou des démarches en dehors de sa discipline, créant ainsi une interdisciplinarité propre à nourrir son approche individuelle mais aussi la méthodologie de sa propre discipline ?

    Échecs  et succès d’accès aux sources : accéder et rendre accessible les sources

    Quels accès aux sources se présentent aux jeunes chercheurs en SHS à l’heure actuelle ? Quelles problématiques d’exploitation et de publication soulève la consultation de sources issues d’archives privées ? Des sources consultables de façon matérielle aux sources en ligne, quelles différences méthodologiques entraîne la diversité des supports ? Comment appréhender le libre-accès aux sources et utiliser des plate-formes comme HAL ? Comment s’approprier et utiliser efficacement les bibliothèques en ligne ou les sites de récolement de sources ? Comment les jeunes chercheurs en SHS peuvent-ils exploiter les nouveaux outils bibliographiques pour communiquer leurs sources de façon normée et faciliter leur consultation ?

    Démarches de jeunes chercheurs en SHS : des questions aux sources ou des     sources aux questions ?

    Comment une réflexion autour de “sources et archives” permet-elle d’envisager la distance entre le chercheur et son sujet de recherche, notamment dans le contexte d’une dématérialisation croissante des contenus ? En quoi le rapport aux sources et aux archives façonne-t-il la réflexion scientifique et méthodologique des jeunes chercheurs actuels ? Quelle place occupent les sources dans le parcours du chercheur, et comment accommoder la réflexion avec le moment de découverte – attendue ou non – des sources ?

Types et formats des communications

 Chaque intervenant disposera de 20 minutes d’exposé oral pour sa communication. Les propositions de communication doivent être soumises au format PDF avant le 10 février 2020 sous la forme d’un texte de présentation de la communication de 2000 signes (espaces inclus). Il sera accompagné d’une présentation personnelle de 300 signes (espaces inclus) où seront indiqués nom et prénom, unité de recherche et école doctorale de rattachement (département pour les étudiants de master), fonctions assurées au sein de celles-ci ainsi que le ou les axes thématiques auxquels se rapporte la communication proposée dans le cadre des journées “Sources et archives”.

 

Modalités de soumission des propositions de communication

Adresse mail de contact: journeesed558@gmail.com

Clôture de l’appel: 10 février 2020

Réponse aux auteurs: 29 février 2020

Clôture de l’envoi des communications définitives: 17 mai 2020

 

Informations pratiques

Dates : le 27 mai 2020 à Caen (9h30-18h), la semaine du 15 juin à Rouen (date à préciser)

Lieux : Amphithéâtre de la MRSH (campus 1 de l’université de Caen Normandie) et à l’université de Rouen (salle de conférences de la MDU)

 

Comité organisateur

Victor Barabino, CRAHAM (Caen)
Côme Barbaray, GRHIS (Rouen)
Samantha Caretti, LASLAR (Caen)
Léa Chevalier, LASLAR (Caen)
Christophe Denis, ERIAC (Rouen)
Marion Duchesne, ERLIS (Caen)
Orlane Drux, CEREDI (Rouen)
Victor Faingnaert, HISTEME (Caen)
Charlotte-Isabelle Le Ridée, HISTEME (Caen)
Yohan Marc, GRHIS (Rouen)

Coordinateurs

Pour Caen : victor.barabino@unicaen.fr

Pour Rouen : come.barbaray@hotmail.com

Source : RMBLF

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Journées Jeunes chercheurs Janua 2020, Espace(s) et pouvoir(s), Poitiers, 9-10 avril 2020 [Date limite propositions : 15 février 2020

Les journées auront lieu les 9 et 10 avril 2020.

Ces journées d’études sont organisées par JANUA, l’association des étudiants de master et doctorants de l’Université de Poitiers qui regroupe les laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et CRIHAM (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie). L’objectif de ces deux journées d’études est de présenter les travaux de jeunes chercheurs sur le thème « espace(s) et pouvoir(s) » dans une perspective pluridisciplinaire et méthodologique laissant place au dialogue. Le choix de ce thème, large et riche en possibilités, permet un accès à toutes les disciplines et à toutes les périodes historiques, afin de favoriser l’ouverture d’esprit et l’apprentissage dans un moment d’émulation intellectuelle.

La notion d’« espace » est un concept que l’on rencontre constamment au gré de nos recherches : l’ « espace » peut être considéré comme un cadre territorial (un pays, une ville, un département, une région…), comme un lieu physique précis (un bâtiment, une salle…) ou encore comme un espace symbolique (réseaux iconographiques dans les églises, espaces liturgiques et cérémoniaux…). C’est une source de réflexion et de développements très divers car ce concept porte en lui un aspect multidimensionnel qui comprend aussi bien des notions géographiques, sociales et culturelles. L’« espace » peut être compris soit comme un territoire, c’est-à-dire un espace à l’empreinte humaine forte délimité par des frontières politiques (cité, seigneurie, commune, etc.), soit comme une étendue physique régie par des contraintes naturelles (chaînes de montagnes, interfaces maritimes, etc..). Cette zone peut alors être elle-même structurée par une société organisée en classes sociales qui se répartissent cet espace (enclaves de pauvreté, résidences élitaires). Cette notion ne peut être définie en dehors de son contexte politique car c’est ce dernier qui délimite ses frontières aussi bien géographiquement et physiquement que culturellement. Il est donc naturel d’en venir à la question suivante : dans quelle mesure cette notion « d’espace » est liée au thème du pouvoir ? Bien souvent, l’appropriation de l’espace est un enjeu pour le pouvoir. Ce fut le cas lors de l’acquisition de l’habitat aristocratique par l’administration de l’État durant le siècle des Lumières ou bien pour transformer les hôtels particuliers en bâtiments publics au XIXe siècle. Pour comprendre le lien entre l’expression des rapports de pouvoir et l’espace, il suffit de s’intéresser aux conquêtes, colonisations, migrations, mais également aux déplacements de frontières allant souvent de pair avec les échanges culturels. Par exemple, la façon dont certains camps romains ont été les structures de base d’un développement urbain (Cologne et Bonn en Germanie) montre l’importance que peut parfois prendre la relation entre le pouvoir en place et le ou les espace(s) structurant la géographie d’un lieu. Il ne s’agit pas alors seulement de frontières bien définies, de lignes fixes, mais d’un espace plus large au cœur duquel les échanges culturels sont fréquents et structurent un territoire. Ces périodes de mutations ont apporté avec elles la question de l’appropriation d’un lieu, d’un territoire étendu qui est le lieu de projection du pouvoir de celui ou ceux qui le contrôlent.

Ce thème d’« espace(s) et pouvoir(s) » s’articulera autour d’un cadre géographique (un pays, une région, une ville ou même un bâtiment), en changeant les rapports d’échelle, et en combinant sa réflexion avec les rapports que ces espaces ont pu avoir avec les pouvoirs politiques. Ce projet se réfèrera à des problématiques sur l’émergence de nouvelles conceptions du pouvoir ainsi qu’aux dynamiques sociales exprimées par l’espace. Il abordera également des thématiques moins étendues, comme le rôle défensif d’un territoire pour servir le pouvoir, d’un espace dans lequel le pouvoir s’exerce ou qui est la vitrine sociale de celui qui le possède, témoin de sa puissance (militaire, économique, influence sociale).

Dans ce cadre, les présentations pourront être organisées selon trois axes différents :

  • Le premier axe s’articulera autour des dynamiques de contrôle d’un espace par les pouvoirs politiques.  Il sera possible d’évoquer plusieurs questionnements sur le maintien du pouvoir lié à un espace, un processus d’attachement à un espace en lien avec l’autorité y exerçant un pouvoir, etc. Il s’agira ainsi de traiter l’administration du pouvoir dans un ensemble, comme par exemple le pouvoir royal, seigneurial ou politique dans un lieu.
  • Le deuxième axe sera réservé aux espaces dits « concrets », qui sont des espaces construits par l’homme, comme des bâtiments religieux, d’habitation, à but militaire ou politique, ou bien encore certaines parties de ces bâtiments, comme les salles réservées à l’exercice du pouvoir.
  • Le troisième axe abordera l’espace en tant que symbole culturel, et notamment son rôle dans la représentation et la théâtralisation des rapports politiques, religieux et sociaux. Touchant à tous les domaines d’études, ce thème offre de grandes possibilités de propositions de communication. Cette réflexion a pour but la transdisciplinarité, à travers l’analyse des sources étudiées par les jeunes chercheurs, qu’elles soient écrites ou matérielles.

Les propositions de communication (environ 500 mots) doivent être envoyées, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 15 février 2020. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés au début du mois de mars. L’événement se déroulera sur deux journées. L’après-midi de la seconde journée sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50 euros par intervenant.

Exemples de références bibliographiques :

ANDRAULT-SCHMITT Claude (dir.), Le palais des comtes à Poitiers, Nicolas PROUTEAU, « Richard Cœur de Lion : entre mythes et réalités », Snoeck, 2016, p.82-87.

BECKER Jean-Jacques, Serge BERSTEIN, Sophie CHAUVEAU, Ouvriers, villes et société, Autour d’Yves Lequin et de l’histoire sociale, Paris, Nouveau monde éditions, 2005.

BOURILLON Florence, Les villes en France au XIXe siècle, Paris, Ophrys, 1992.

BREFE Fonseca, CLAUDIA Ana, GUALDÉ Krystel, « Pouvoirs : représenter le pouvoir en France du Moyen âge à nos jours » : exposition, Château des ducs de Bretagne-Musée  d’histoire de Nantes, du 4 octobre 2008 au 4 janvier 2009, Paris, Somogy éditions d’art, 2008.

BRUNET Roger, FERRAS Robert, THÉRY Hervé, Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Édition Reclus – La Documentation Française, 2009 (3ème édition revue et augmentée) ; voir notamment les définitions d’ « espace » de la page 193 à la page 195, de « pouvoir » aux pages 398 et 399 et de « territoire » aux pages 480 et 481.

DESTEMBERG Antoine, LE GOFF Fabrice, Atlas de la France médiévale : hommes, pouvoirs et espaces, du Ve au XVe siècle, Paris, Éditions Autrement, 2017.

DORIGNY Marcel, LE GOFF Fabrice, Atlas des premières colonisations : XVedébut XIXe siècle, des conquistadores aux libérateurs, Paris, Autrement, 2013.

DUBASQUE François et KOCHER-MARBOEUF  Éric (dir), Terres d’élections,  Les dynamiques de l’ancrage politique, 1750-2009, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

DUSSERRE Aurélia, HOUTTE Arnaud-Dominique, BALAVOINE Guillaume, Atlas de la France au XXe siècle : 1914-2002, De la Grande Guerre à une nouvelle société, Paris, Éditions Autrement, 2018.

HUBERT Étienne, L’« Incastellamento » en Italie centrale : Pouvoirs, territoire et peuplement dans la vallée du Turano au Moyen Âge, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2002.

MALIGORNE Yvan, L’architecture romaine dans l’ouest de la Gaule, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

NEWTON William Ritchey, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard, 2000.

PHAN Bernard, Colonisations et décolonisations (XVIeXXe siècle), Paris, Presses Universitaires de France, 2017.

TRÉMENT Frédéric, « Élites et villae dans le territoire de la cité arverne », Actes du colloque, Les élites et leurs facettes, les élites locales dans le monde hellénistique et romain, (Clermont-Ferrand, 24-26 novembre 2000) p.661-676.

 Comité Scientifique

Stéphane BOISSELLIER, Professeur en Histoire médiévale au CESCM

François DUBASQUE, Maître de conférences en Histoire contemporaine au CRIHAM

Charles  GARCIA, Maître de conférences HDR en Histoire et Littérature médiévale espagnole au CESCM

Philippe MAINTEROT, Maître de conférences en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Vincent MICHEL, Professeur en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Marie-Luce PUJALTE-FRAYSSE, Maître de conférences en Histoire de l’Art moderne au CRIHAM

Fabrice VIGIER, Maître de conférences d’Histoire moderne au CRIHAM

Alexandre VINCENT, Maître de conférences en Histoire romaine à HeRMA

Comité d’organisation : Association Janua

Mélanie FERREIRA (CESCM, Diplômée du master II Mondes Médiévaux en archéologie du bâti)

Emilie MARGAIX (CESCM, Doctorante en Histoire médiévale)

Mehdi MONTET (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)

Camille PACCOU (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)

Source : CESCM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Poétiques de la Nuit. Night studies de l’Antiquité à l’époque moderne, Paris, 29 avril 2020 [Date limite propositions : 15 février 2020]

Présentation du projet et argumentaire
Antoine Paris et Naïs Virenque souhaiteraient mettre en place (en vue, peut-être, d’un projet de plus grande ampleur) un groupe de recherche sur un domaine d’étude assez récent : les Night Studies.
 
Pour l’instant, les Night Studies constituent un objet scientifique surtout abordé par des contemporanéistes spécialistes d’histoire urbaine. En 2019, lors d’une conférence à la Sorbonne, le professeur canadien Will Straw a remarqué l’expansion de ce thème et a retracé l’histoire de ce qu’il appelle  « la ‘construction d’un champ’ dans la vie académique ». En novembre dernier, des historiens, sociologues et anthropologues ont organisé à Prague un colloque intitulé « Working at Night », où il était essentiellement question de travailleurs sociaux dans les démocraties populaires, de cinéma russe et de théâtre alternatif. À Lisbonne, un groupe de recherche mené par des anthropologues et des sociologues spécialistes d’Urban Studies a publié un appel à communications pour une première International Conference on Night Studies, centrée exclusivement sur l’époque contemporaine. Actuellement, la revue Asie lance un appel à contributions pour un numéro dont le titre sera « La nuit dans l’art asiatique : perceptions, imaginaires, représentations ». Du reste, les Night Studies tiennent une place de plus en plus grande en art, littérature et communication muséographique. En témoignent, par exemple, le roman éponyme de Cyrus Colter, publié en 1979, ou, plus récemment, l’exposition L’oeil et la nuit, qui se tient à l’Institut des Cultures d’Islam de Paris jusqu’au 9 février 2020.
 
Antoine Paris et Naïs Virenque souhaiteraient initier une réflexion collective relevant des problématiques des Night Studies appliquées aux périodes antique à moderne. Il ne s’agira donc pas d’accumuler les études de cas sur des objets historiques, littéraires ou artistiques en les abordant à travers la thématique de la nuit, mais plutôt de proposer une réflexion conceptuelle et notionnelle d’ordre philosophique, heuristique, herméneutique, épistémologique, esthétique ou encore historiographique sur la spécificité de la nuit.
 
Quelques propositions :
– Qu’est-ce que la nuit ?
– La nuit comme repère spatio-temporel, comme durée isolée dans le temps
– La nuit et son atmosphère propre
– Qu’est-ce que discourir sur la nuit ?
– Nuit et perception sensorielle (visuelle, olfactive, sonore, haptique, gustative, mais aussi thermique, spatiale ou encore temporelle)
– Raconter la nuit
– La nuit comme alternative au jour ?
– Spécificité des activités nocturnes
– Des modalités de récit et de mise en image spécifiques à la nuit ?
– La nuit au-delà de l’obscurité du ciel, de la lumière de la lune et du scintillement des étoiles : acteurs, récits, politiques, narration, pièges, ruses, magie, ésotérisme, sorcellerie, démonologie
– Nuit et histoire de l’astronomie, du ciel et des objets célestes
– Apprendre, mémoriser, enseigner, être initié la nuit : quelle spécificité, quels objectifs, quelle efficacité ?
– Prier, célébrer, méditer la nuit
– Symbolique de la nuit
 
– La nuit et d’autres phénomènes d’obscurité : éclipses, brouillard, nuées, tunnels
– Les animaux et les végétaux de la nuit : ceux que l’on entend, ceux que l’on redoute
– Les transformations liées à la nuit : créature hybrides, monstres
– Divinités de la nuit
– Reproduire la nuit : grottes, monastères, chambres, volets, rideaux, paravents, théâtre
– Éclairer la nuit
 
Modalités et informations pratiques
 
Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 15 février 2020 à antoine7.paris@gmail.com et nais.virenque@gmail.com.
 
La journée, intitulée « Poétiques de la Nuit. Night Studies de l’Antiquité à l’époque moderne » aura lieu à Paris le 29 avril 2020.
 
S’agissant de la première étape de la constitution d’un groupe de travail, nous ne pourrons malheureusement pas prendre en charge les frais de déplacement et d’hébergement des participants.
 
Source: Naïs Virenque et Antoine Paris

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution]  4th summer school on ibadism: Assessing the Study of Early Ibadi Sources. methodologies, developments and perspectives (19 Mai 2020)

 Assessing the Study of Early Ibadi Sources: methodologies, developments and perspectives

Fourth Summer School – Details

In view of the successful three Summer Schools on Ibadism and Omani Studies in Volos, Greece (2017), on Procida Island (Naples), Italy (2018) and in Vancouver, Canada (2019), respectively, the Scientific Committee supervising the Summer School, its patron and sponsor agreed to continue and herewith invite to the

Fourth Summer School on Ibadism

scheduled for taking place in Tuebingen, Germany, in the period of 7th to 11th September 2020.

Since Tuebingen, most notably in the personality of Professor Josef van Ess, is closely related to the evolving academic Ibadi and Omani studies and their developments, the idea has been put forward to begin the next Summer School on Ibadism with a one-day workshop in honour of Professor Josef van Ess.

Under the title of

« Assessing the Study Of Early Ibadi Sources: methodologies, developments and perspectives »

the workshop is intended to pay tribute to the contribution which Professor van Ess made to research and study particularly on early Ibadi sources and the formation of Ibadi identity as expressed in early Ibadi theological and legal thinking. Ad personam invited colleagues and students of Professor van Ess will assess his rich respective oeuvre, a legacy that at the same time will serve as the source of inspiration for the subsequent Summer School.

Under the title of

« Cultural Encounters and Ibadi Theological Developments »

the Summer School will focus on text studies (early sources) bearing on the emergence and early development of Ibadi theological thinking within the culturally and religiously multifaceted context and spectrum of Early Islam.

As in the years passed. we invite applications from PhD and Senior MA students working on Ibadism and/or related matters that help to understand how certain theological concepts and ideas out of the great variety that made up context and spectrum of Early Islam, crystallized into a specifically Ibadi theology, what may have furthered this process, and who may have prompted it. Participating students are expected to present the fruits of their own pertinent research (25 to 30 minutes presentation, followed by 15 to 20 minutes discussion). Additional input will be given by ad personam invited keynote speakers who will serve also as respondents on the students’ presentations.

Applications for participation in the Summer School should contain:

  1. An outline of the intended presentation
  2. Applicant’s CV
  3. A motivational letter

and be submitted not later than 19 May 2020 to Pr. Angeliki Ziaka (angelica@ziakas.net) or to Pr. Ersilia Francesca (efrancesca@unior.it).

All submitted applications will be reviewed by the Scientific Committee supervising the Summer School.

REQUIREMENTS: MA and PhD Students of all over the world are encouraged to participate. A background in Islamic studies is welcome.

NUMBER OF STUDENTS: 10-12. At least 3 students will be selected from the MA and PhD students of the hosting country.

LANGUAGE REQUIREMENTS: All teaching, course materials and coursework will be in English. Students are required to have at least an intermediate level knowledge of English. Knowledge of Arabic is welcome.

COSTS: The Summer School will provide accommodation, meals and one excursion for the selected students. No tuition fees required.

Successful candidates will be informed of the decision via email.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[appel à communication] 11th Conference on Ibadi Studies (22-24 juin 2020, Rio de janeiro)

FAR BEYOND THE ATLANTIC
LITERARY PRODUCTION, EXCHANGE AND MATERIAL CULTURE
ACROSS BRAZILIAN AND IBADI-OMANI HISTORY

The Portuguese occupations of Brazil and Oman provide the starting pointfor the 11th conference on Ibadi Studies, which sets out to explore the multifaceted aspects of history, religion and culture in these distant, though connected, areas.
The conference focuses on the historical and cultural relations between the Portuguese and two of the societies that they occupied: those inhabiting an Atlantic shore and another, the Indian Ocean. Identifying the role and the heritage left by the Portuguese maritime explorers, from the 15th century beyond, is fundamental for understanding the relations between Portuguese, Omani and Brazilian societies and their mutual representations of the ‘Other’. In order to shed light on this issue, the conference remains open to topics such as the Portuguese historical sources on Oman and Brazil, modern travelers’ accounts on both countries and translation of Omani sources and literature from Arabic into Brazilian Portuguese. The conference will also focus on the Ibadi communities of East and North Africa, their interconnections, influences and differences over
time with the Omani community.
The shared past of the Portuguese presence in Brazil and Oman has received very little attention.
The conference aims to fill this gap using comparative, multidimensional and interdisciplinary approaches to the study of cultural heritage, especially as it is embodied in religious and other expressions.
The study of religion and cultural heritage in modern times, apart from the study of ideas, beliefs and religious teachings, also involves understanding the role that aesthetics, objects, places, costumes, and other material goods and signifiers play in religious practice. As mediators of the internal religiosity and the cultural heritage of individuals and communities, these elements transform religious phenomenon into something particular and concrete.
The conference thus takes a step beyond theology, religious law, history, religious literature and ethics in general, to deal with material culture and cultural heritage, looking also at the ways in which intellectuals have helped to refine, prioritize, represent, and serve religion.
The 11th Conference on Ibadi Studies will investigate material cultures which have emerged over the centuries as a distillation of local culture and religiosity, accepting parallel influences, in dialectical or polemical form, from other sources.
Finally, the 11th Conference on Ibadi Studies welcomes innovative researches on religion, law, history, literature, art, archeology and architecture as well as studies providing anthropological and social understanding of archival and monumental elements of tangible and intangible cultural heritage.

Thematic Subdivisions of the Conference will include:
1. Literature and cultural heritage
2. Exchanges of goods and ideas across the Atlantic and Indian Ocean
3. Ibadi and/or Brazilian material culture in a comparative perspective
4. Religious and urban art and architecture
5. Intangible heritage embodied: Orality and popular culture
6. Defining the “self” and the “other/s” in multicultural environments
7. Transmission of knowledge and production of books as artefacts of the material culture
8. Portuguese sources on Ibadism, Oman and South Arabia
9. Omani sources on the Portuguese Empire
10. Description of Ibadi and Brazilian societies by travelers in a comparative perspective
11. Omani Postcolonial literature and its translation into Brazilian Portuguese

Place: Federal University of Rio de Janeiro Department of Oriental and Slavic Languages Faculty of Letters

Date: 22-24 juin 2020

Informations complémentaires: https://ibadistudies.org/index.php/conferences/upcoming-conferences/details

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Les états du corps en image, Paris, 27 mai 2020 [date limite propositions: 24 janvier 2020]

Présentation

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art sise au CESCM de Poitiers. Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris), qui sont ouvertes à tous, tout en donnant une place notable aux doctorants et aux jeunes chercheurs (dès le Master 2).

La journée d’étude du mercredi 27 mai 2020 aura lieu à l’INHA (salle Vasari)

Argumentaire

Comme pour les précédentes journées du GRIM, les communications dureront 20 mn. Elles seront dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie, et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

Depuis les deux dernières décennies, les historiographies médiévistes anglo-américaine et européenne se sont emparées de la question de la matérialité et de la perception sensible des œuvres.

Au-delà de la matérialité et de la sensorialité, une question mérite d’être explorée, dont l’horizon d’anthropologie religieuse est fondamental pour la compréhension des images et des comportements : celui des états du corps, rendus visibles par des ornements, des traits anatomiques des mouvements spécifiques, et par des situations singulières dans les lieux et les espaces des images. Or, figurer le corps suppose un recours à une grande variété d’approches et de moyens plastiques : dissimulé par son vêtement ou révélé par la nudité, montré entièrement ou partiellement, marqué ou non par des caractères sexués, exalté dans sa chair et son volume par un rendu tridimensionnel, ou sublimé par l’abstraction. Bien qu’ayant renoncé un temps à la représentation en ronde-bosse, l’art médiéval repense la représentation du corps, autorisant une forme de séduction physique à travers la figuration, notamment à partir de la fin du XIIe siècle.  

Le corps est omniprésent dans les images médiévales car son intérêt est sans cesse renouvelé par l’éventail de possibles presque infini qu’il offre. Il est en effet considéré comme un instrument dont le chrétien dispose. Autrement dit, il est neutre et peut conduire au meilleur comme au pire, siège des faiblesses humaines, mais aussi voie du Salut. Le refus du dualisme entre corps et âme – contre toute la tradition antique – s’explique par la revalorisation de la chair liée à l’incarnation du Christ (« la chair est le gond du Salut » explique Tertullien). Toutes ces manières de concevoir le corps en image renvoient bien sûr à sa valeur anthropologique, mais aussi à une capacité à traduire, par le travail plastique et visuel, différents niveaux de conscience, de connaissance ou d’ignorance. Au-delà de sa présence, on s’interrogera sur ce que le figuré exprime de l’état du corps tour à tour pécheur, souffrant, contraint, martyrisé, transcendé par l’esprit, ressuscité, glorieux, divin, objet d’adoration dont la substance se manifeste dans les espèces eucharistiques.

Ces corps en images sont à considérer en fonction de l’environnement iconique qu’ils peuplent, mais aussi en tenant compte du contexte, notamment celle de la mise en visibilité des images. En outre, cette journée permettra d’aborder les questions de simulacre, de séduction, d’imaginatio, propres aux images mais aussi de mesurer l’apport des études comportementales à notre disciplineÀ partir d’études de cas, il s’agira donc de considérer la rencontre entre la représentation et son support, et de rendre compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Les propositions de communications se feront par retour du formulaire ci-joint en courrier attaché avant le vendredi 24 janvier 2020

à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.com

L’accès aux Rencontres du GRIM est ouvert à tous, et les étudiants de licence et de Master sont cordialement invités à venir écouter les conférenciers. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, les intervenants et les auditeurs s’adresseront aux centres de recherche dont ils dépendent pour une éventuelle prise en charge des frais.

Le programme définitif sera établi et diffusé début mai, envoyé par e-mail à toutes les personnes inscrites, et également disponible sur le site du CESCM : https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-formation/grim-imago/

Comité scientifique
  • Isabelle Marchesin, conseillère scientifique du domaine histoire de l’art médiéval (INHA)
  • Charlotte Denoël, Conservateur en chef, service des manuscrits médiévaux (BnF)
  • Anne-Orange Poilpré, MCF (Université Paris 1/HiCSA)
  • Cécile Voyer, Pr (Université de Poitiers/CESCM
Informations complémentaires

Indépendamment de la journée d’étude du 27 mai, les chercheurs en iconographie médiévale occidentale, byzantine ou islamique, peuvent, s’ils le souhaitent, inscrire leur sujet d’étude et leurs publications dans le Répertoire du GRIM, par l’entremise d’un autre formulaire ci-joint, à remplir ou à mettre à jour pour les personnes déjà inscrites.

Source : Calenda

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Colloque international DERVI, Actualité et histoire des violences incestueuses : entre occultation et révélation, Paris, 4-6 février 2021 [Date limite propositions : 15 février 2020]

Appel à communications

Les sciences humaines et sociales, notamment l’anthropologie des XIXe et XXe siècles, ont posé l’inceste comme un interdit fondateur de toute société humaine (Durkheim ; Lévi-Strauss), incitant à le penser comme un invariant culturel dépouillé d’historicité. Dans les représentations communes, l’inceste est considéré comme impensable et innommable ; il est également assimilé à l’anomie monstrueuse et extraordinaire. Interdit et censé être inexistant (Dussy), indicible et donc imperméable à toute évaluation de sa réalité, l’inceste ne pouvait pas faire l’objet de débats publics, ni être appréhendé dans la trame ordinaire du quotidien. Aujourd’hui, et de façon croissante depuis une vingtaine d’années, ce paradigme incestueux semble voler en éclats. Dénoncées comme un « mal absolu », les violences sexuelles commises sur les enfants, dont l’inceste, sont omniprésentes dans l’espace public. Les campagnes de prévention organisées par les pouvoirs publics se succèdent, les affaires criminelles impliquant des violences incestueuses défraient la chronique judiciaire, les témoignages de victimes investissent les médias (presse, télévision, sites internet), ainsi que d’autres formes
narratives (cinéma, littérature, BD), tandis que les sondages alertent sur la fréquence de l’inceste (IPSOS/AIVI, 2010).


Organisé dans le cadre du programme de recherche ANR DERVI (« Dire, Entendre, Restituer les Violences Incestueuses ») par des anthropologues et des historiennes, ce colloque a pour objet l’étude de cette transformation, de ses enjeux épistémologiques et disciplinaires, ainsi que de ses multiples facteurs explicatifs. Il s’agira de comprendre, dans une perspective trans-disciplinaire et trans-périodes, la complexité du fait incestueux, qui peut s’appréhender comme une violence ordinaire réitérée dans un cadre familier, voire quotidien, malgré sa réprobation collective en apparence unanime.
Alors que depuis une trentaine d’années le silence qui pèse sur l’inceste a été mis en évidence dans de nombreuses études issues de champs disciplinaires variés (psychanalyse, histoire, anthropologie, gender studies), ce colloque centrera l’attention sur la divulgation de l’inceste et le moment crucial de son dévoilement, à des échelles (familles, réseaux institutionnels, médias), en des contextes (familial, judiciaire, administratif, médiatique, littéraire), suivant des modalités (révélation, dénonciation, témoignage, signalement, détection, récits, « affaires ») et avec des répercussions (indignation, indifférence, déni, scandale) variables. Qui dit ou montre quoi ? A partir de quand ? Qui entend quoi ? Qui en rend compte ? Quelles sont les modalités du dévoilement de l’inceste ? Comment est-il accueilli ?
Les communications s’attacheront à décliner les différentes représentations et significations de l’inceste selon l’identité de ceux qui y sont confrontés, leur position dans la famille (père, mère, frère, sœur, cousins, oncle, tante, etc.), la situation et les places de chacun (agresseurs, victimes, proches, témoins, travailleurs sociaux,
magistrats, membres de la famille d’accueil, etc.). Elles tiendront compte des conceptions mouvantes de l’enfance, de la sexualité, de la famille et de la parenté, d’hier et d’aujourd’hui, qui éclairent les variables de la criminalisation et de la judiciarisation de l’inceste suivant les contextes sociaux et historiques donnés.
Ce colloque favorisera les contributions qui s’écarteront des représentations courantes de l’inceste comme acte extraordinaire, pour en décrypter le caractère ordinaire, et le penseront comme un fait social engageant le fonctionnement d’une collectivité. Loin de l’isoler, les communications pourront interroger l’inceste dans le cadre plus large des autres violences commises sur les enfants, au sein duquel il est dissimulé ou identifié, que ce soit par les travailleurs sociaux, les juges ou les chercheurs. De même, elles penseront les violences incestueuses au sein d’une configuration qui dépasse le couple attendu fille victime/père agresseur, en intégrant, le cas échéant, le voisinage et divers agresseurs. De plus, ce colloque encouragera les propositions issues de différents champs disciplinaires (anthropologie, sociologie, histoire, droit, médecine, psychanalyse) et/ou émanant d’acteurs du monde professionnel (travailleurs sociaux, médecins, magistrats). Les communications proposeront une analyse diachronique ou synchronique des
violences incestueuses, des études de cas ou des analyses plus vastes, selon des méthodes d’approches diverses (travail de terrain ethnographique, entretiens, études d’archives, expériences professionnelles, etc.). Elle pourront s’inscrire dans une périodisation étendue du Moyen Âge à nos jours, porter sur des échelles (locale, nationale, internationale) diverses, ainsi qu’envisager des analyses comparatistes.

Les communications intégreront l’un des quatre axes suivants :


1. Les révélations de l’inceste en contexte contemporain (famille et proches, protection de l’enfance, tribunaux, associations, etc.)
Les processus actuels de détection, de signalement, voire de prise en charge des situations incestueuses seront interrogées dans leur triple dimension sociale, médicale et judiciaire. A partir de quelles informations l’inceste est-il repéré et /ou signalé ? Pour qui, par qui (familiers, proches, voisins, médecins, assistants sociaux, etc.), sous quelle forme (rédactionnelle, descriptive, morale avec les signes de « bonne foi », etc.) et à partir de quels éléments ? Comment, chez les uns et chez les autres, se construit une conviction ? Comment les différents professionnels fondent-ils leur décision sur une situation ? Quelle différence posent-ils entre « risque » et « danger » ? Quelle est la part du doute dans leurs décisions ? Quels regards les différents personnels qui reçoivent les enfants portent-ils sur ces rapports, les faits incriminés et les parents ? Les normes sociales pesant sur les représentations du crime et des agresseurs, il faudra comprendre dans quelle mesure ces représentations des violences sexuelles contre les enfants et leur traitement sont tributaires du sexe, de l’âge, des liens de parenté, de la place dans la famille dans la société (emploi, catégorie sociale) de l’agresseur présumé.


2. Les violences incestueuses en contexte judiciaire du Moyen Âge à nos jours
Les spécificités de l’inceste, voire son inscription dans un continuum de violences (« crimes de mœurs », mauvais traitements à enfants, infanticide, « libertinage », etc.), seront étudiées en partant du processus d’identification du « crime » et de sa peine en contexte judiciaire. Les normes sociales et légales qui en déterminent, voire en empêchent la répression, se recouvrent-elles ? Les études pourront se concentrer sur le fait répressif, les éléments de criminalisation, de procédure et de répression : selon quels savoirs (juridiques, médicaux, etc.) le crime est-il qualifié, poursuivi et puni ? Quels sont les mots pour dire le crime hier et aujourd’hui, dans la
littérature savante et selon les justiciables ? Dans les dossiers pénaux, qui dénonce-t-on et comment ? Qui agresse qui et comment ? Il s’agira aussi d’éclairer les évolutions, ainsi que leurs facteurs d’explication, légales, sociales, culturelles : quelles sont les représentations du fait incestueux suivant les périodes ? A quelles conceptions de la famille, de l’enfance, de la jeunesse et de la sexualité, mais aussi du rôle de la justice, notamment répressive,
renvoient-elles ? Dans quels contextes le fait incestueux déborde-t-il les arcanes de la justice pour intéresser le débat public ?


3. Les interprétations médicales et psychanalytiques de l’inceste et de la violence à enfants
Les communications proposeront des analyses sur le discours médical et psychanalytique produit sur les violences incestueuses depuis l’émergence de la médecine aliéniste jusqu’à nos jours (rapports d’expertise et théorie médicale, discours médical dans les médias et la littérature de témoignage, XVIIIe-XXIe siècles). Quelles
conditions de possibilité ont présidé au repérage par le corps médical de l’inceste comme réalité (examen du linge, examen du corps) ? Quelles sont les modalités de désignation du fait et des gestes incestueux ? Quels sont les liens de parenté retenus pour identifier l’inceste ? Comment les protagonistes sont-ils désignés et évalués ? Comment explique-t-on l’inceste ? L’inceste a-t-il été pensé dans le cadre d’autres violences exercées contre les enfants ? De
quelles manières et à quelles conditions les conséquences de l’inceste subi ont-elles été repérées, identifiées, prises en compte et théorisées par les médecins ?


4. Les violences incestueuses et leur réception dans l’espace public
Comment l’opinion se saisit-elle de la parole des victimes d’inceste ? Selon quelles modalités, avec quels acteurs et médiateurs une accusation/révélation est-elle portée dans un espace de visibilité, de discussions et de débats contradictoires ? Quels systèmes d’émotions, d’interprétations, d’argumentations, révélateurs de normes et de valeurs – partagées ou conflictuelles –, les affaires judiciaires fortement médiatisées soulèvent-elles ? Quelles formes de publicité sont données aux témoignages des victimes d’inceste ? Quels sont les contextes historiques,socio-économiques (stratégies éditoriales) et personnels (à quel âge, dans quelles situations) de ces mises en récit, et quelles formes narratives déploient-elles ? Quelles inflexions peut-on repérer dans la médiatisation des violences incestueuses ? Quand le sujet surgit-il dans les médias, à quel rythme, selon quelles modalités d’énonciation, en faisant intervenir quels protagonistes (victimes, médecins, magistrats, experts, etc.), dans quelles rubriques/émissions afin de saisir l’intérêt qu’il suscite et la manière dont il est pris en charge par le discours
social ?


Les communications se dérouleront en français ou en anglais.

Les propositions de 2 500 signes maximum
(espaces compris) comprendront titre, résumé et principales références bibliographiques ainsi qu’une courte
présentation de l’auteur (statut, discipline, rattachement institutionnel). Elles devront être envoyées par courriel à :
dervi@listes.huma-num.fr avant le 15 février 2020.
Les résultats de la sélection seront communiqués le 30 avril 2020.


Comité d’organisation :                                                                                      équipe DERVI (ANR, CEMS/EHESS-CNRS ; Pléiade/Paris 13) : Anne-Claude Ambroise-Rendu (CHCSC/Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Sylvaine Camelin (Paris-Nanterre), Anne-Emmanuelle Demartini (Pléïade/Paris-13), Julie Doyon (FNS-Fribourg/Paris-13), Charlie Duperron (doctorant CEMS/EHESS-CNRS), Fabienne Giuliani (Post-Doctorante CEMS/EHESS-CNRS), Léonore Le Caisne
(CEMS/EHESS-CNRS)


Comité scientifique :                                                                                            Walter Albardier (psychiatre, responsable du CRIAVS d’Ile-de-France)
Christine Bard (historienne, professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Angers)
Pascal Bastien (historien, professeur d’histoire de l’Europe moderne à l’université du Québec à Montréal)
Elisabeth Claverie (anthropologue, directrice de recherche émérite au CNRS)
Alain Corbin (historien, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne)
Agnès Fine (anthropologue, directrice d’étude émérite à l’EHESS)
Vincent Gourdon (historien, directeur de recherche au CNRS)
Thomas Laqueur (historien, professeur émérite à l’université de Berkeley)
Véronique Le Goaziou (sociologue, chercheuse associée au LAMES-CNRS)
François-Joseph Ruggiu (historien, professeur d’histoire moderne à l’université Paris IV, CNRS)
Denis Salas (magistrat, président de l’Association française pour l’histoire de la justice)
Sylvie Steinberg (historienne, directrice d’étude à l’EHESS)
Simon Teuscher (historien, professeur à l’université de Zurich)
George Vigarello (historien, directeur d’étude à l’EHESS)

Source : Société de Démographie Historique
Appel à communication en pdf

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Les stalles de la cathédrale d’Amiens, 500 ans, Amiens, 20-21 novembre 2020 [Date limite propositions: 15 mars 2020]

Appel à communication en pdf :
https://www.abbaye-saint-martin-aux-bois.fr/wp-content/uploads/2019/11/Stalles-Amiens-AppelComm.pdf
Source : https://www.abbaye-saint-martin-aux-bois.fr/colloque-500-ans-cathedrale-damiens/

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Patrimoines militaires habités. Espaces intérieurs, mobilier et mémoire des lieux (XIVe-XXIe siècle), Paris, 26-27 juin 2020 [Date limite proposition: 2 mars 2020]

Présentation synthétique

À l’articulation de l’histoire de l’architecture, des interior studies et des études muséographiques, ce cinquième colloque international du programme « Patrimoine militaire » (2012-2024) vise à stimuler les réflexions méthodologiques sur la manière de documenter, de penser et de concevoir des reconstitutions d’intérieurs historiques militaires, qui soient attentives à la mémoire plurielle des lieux et des hommes qui les ont façonnés au fil du temps. Il ambitionne d’aborder la structuration de méthodes et de modes opératoires d’investigation depuis l’enquête jusqu’à la réalisation d’outils de médiation.

Organisation et informations pratiques

Ce colloque international sous la direction scientifique d’Émilie d’Orgeix (EPHE, Histara 7347) et de Nicolas Meynen (U. Toulouse Jean-Jaurès, FRAMESPA/UMR5136 CNRS) est organisé en partenariat avec le Groupement d’Intérêt Scientifique « Patrimoines militaires : architectures, aménagements, techniques & sociétés » (GIS P2ATS) et le centre François-Georges Pariset (EA 538) de l’université Bordeaux Montaigne.

Il aura lieu à Paris, INHA, Salle Vasari, vendredi 26 et samedi 27 juin 2020

Argumentaire

À l’articulation de l’histoire de l’architecture, des Interior Studies et des études muséographiques, ce cinquième colloque international du programme « Patrimoine militaire » (2012-2024) vise à stimuler les réflexions méthodologiques sur la manière de penser et de concevoir des reconstitutions d’intérieurs historiques militaires qui soient attentives à la mémoire plurielle des lieux et des hommes qui les ont façonnés au fil du temps. Il se fonde sur deux constats. Le premier est qu’il est aujourd’hui essentiel d’infléchir l’écriture d’une histoire de l’architecture qui a longtemps considéré l’étude des aménagements intérieurs et leurs évolutions successives comme un registre secondaire, voire dissocié du projet architectural. L’histoire des espaces intérieurs, la mémoire des lieux et des objets qui les composent, par nature temporaires, fragiles et soumis aux changements d’usage, de technique, de mode et de goût, sont encore trop rarement pris en compte dans les études préalables à l’ouverture publique de sites et de monuments. Dans la grande majorité des cas, l’acquisition et la reconstitution d’intérieurs est le fruit de politiques d’achats de mobilier par substitution, afin de restituer des « états matrices » à défaut de pouvoir documenter, dans le temps long, la mémoire des lieux et des hommes qui les ont habités (Lacaze, Poulot). Le second constat est qu’il est fondamental de reprendre l’ensemble de ces questions à l’aune des paradigmes propres au patrimoine militaire : des espaces techniques collectifs, utilitaires, fonctionnels, à l’obsolescence parfois programmée, souvent dégradés, désaffectés, vidés, pillés ou même détruits (fig. 1. Hôpital militaire désaffecté de la Mercé, Gérone, 1930)Pourtant, en dépit du renouveau porté par le champ des Interior Studies, qui a largement renouvelé les approches muséographiques ces dernières décennies (Massey, Hollis), la question des intérieurs militaires reste toujours largement absente des débats. Ainsi, en 2016, sur la cinquantaine de réponses qu’a suscité l’appel à contributions du numéro de la revue In Situ consacré à la connaissance, à la protection, à la conservation et à la présentation au public des ensembles mobiliers, industriels et techniques, aucune ne portait sur le patrimoine militaire. Hormis quelques sites qui ont fait l’objet d’enquêtes archivistiques et archéologiques approfondies, telles ceux de Louisbourg (Nouvelle-Ecosse, Canada) ou de Suomenlinna (Helsinki, Finlande), l’ouverture au public s’accompagne rarement d’études préalables documentant tant la configuration des espaces meublés que les cadres et modes de vie des hommes qui y ont vécu. D’une manière générale, s’opposent aujourd’hui, de manière assez frontale, des reconstitutions muséales interprétatives épurées de toute quotidienneté à des bricolages foisonnants nourris par le florissant marché international des militaria.

En d’autres termes, ce colloque vise à concilier les approches et à réduire les écarts entre présentation isotope et générique d’espaces militaires meublés (modèles-types de casernes, gymnases, hôpitaux, casemates, corps-de-garde, bunkers…) et restitution de lieux et de cadres de vie temporellement et spatialement « situés ». Si ces problématiques croisent parfois celles d’autres typologies d’intérieurs (dont celles du patrimoine technique et industriel), elles en suscitent également de nouvelles. Les premières tiennent à la restitution de la technicité « phasée » de ces espaces. Comment rendre compte des aménagements successifs et des gestes performés dans ces « machines immobiles », pour reprendre le terme de Vauban, en l’absence de tout vestige d’armement, de matériel ou de mobilier ? Comment documenter et restituer l’acoustique et la disposition de cubatures aujourd’hui vides, la luminosité, les odeurs de poudre et les sons parfois assourdissants des casemates, tourelles de tirs ou blockhaus ? Les deuxièmes portent sur la restitution de la nature à la fois collective et individuelle d’espaces militaires où les hommes cohabitaient en permanence en grand nombre. Quel parti-pris et quel équilibre adopter pour évoquer l’« écologie » de milieux partagés tout en rendant compte de leur appropriation individuelle par les hommes qui y vivaient ? Dans quelle mesure et comment peut-on restituer la diversité des origines sociales, des habitus tout autant que la diversité des objets dans des reconstitutions souvent vidées des scories et des rebuts de la vie quotidienne des armées. Faut-il rendre peintures dégradées, graffitis, vitres brisées, mobilier le plus souvent produit en série et objets du quotidien modestes, cassés ou rafistolés, livres cornés, tentures trouées, tables écornées… ? Les troisièmes tiennent à la reconnaissance des acteurs qui ont aménagé ces espaces. Quels ont été les concepteurs des modèles, les inventeurs de solutions d’aménagements et d’objets militaires, et quelle est leur part d’inventivité et d’innovation ? Quelles sont les chaînes de fabrication et à quelles sphères professionnelles « extérieures » a-t-il fallu recourir ? Enfin, quel parti-pris adopter pour ne pas réduire artificiellement les multiples « vies » de ces espaces militaires à quelques uniques moments forts comme c’est souvent le cas ? Inversement, comment restituer et équilibrer la trame du temps long, les sédimentations successives des espaces, de leurs processus de réaffectation ou de leur délitement progressif ? Comment concilier « l’adaptation des espaces au discours et des discours aux espaces » (Giraudier) ? Et enfin, en corollaire, quels exemples retenir des récentes approches muséographiques, des scénographies foisonnantes inspirées des « cabinets de curiosités » ou du récent retour en force des « period rooms » (fig 2. Musée de l’artillerie, Genève, 1880).

Au-delà d’une simple démarche cumulative, sous la forme de successions d’études de cas, ce colloque international ambitionne de susciter des communications portant sur la structuration de méthodes et de modes opératoires d’investigation depuis l’enquête jusqu’à la réalisation d’outils de médiation. Les propositions de contribution privilégieront l’une des quatre grandes thématiques de recherche suivantes :

1/  Enquêtes documentaires croisées

La première session illustrera combien le croisement et l’élargissement des recherches archivistiques peuvent permettre de travailler sur des éléments de patrimoine matériel (agencement, mobilier, décor, objets, instruments…) et immatériel (mode, cadres de vie) aujourd’hui disparus. Les communications pourront ainsi illustrer l’apport de fonds documentaires, techniques, industriels, littéraires… propices à la restitution fine d’intérieurs militaires « situés » dans le temps et dans l’espace.

2/ Objets structurants

La seconde session valorisera les communications portant sur l’étude matérielle d’objets considérés comme « structurants » dans le cadre de la mise en valeur d’intérieurs. Il peut s’agir d’objets dont la conception, la forme, le design ou la matérialité révèlent des fonctions (sportives, thermales…), des gestes, une ergonomie, des pratiques propres à la sphère militaire (éclairages, objets portatifs, mobiles, en kit, démontables, avec fixation spéciales, matières ignifuges, hydrofuges, composées, nouvelles…) tels les mobiliers de ou de marine. Les présentations illustreront comment ces objets peuvent servir de socle discursif et permettent de construire un discours de médiation dans la mise en valeur d’un espace intérieur dont le contenu a disparu.

3/ Inventions et procédés

La troisième session sera consacrée à l’approfondissement de profils professionnels, (ingénieurs, inventeurs, fabricants, artisans, industriels…) à l’origine de créations d’intérieurs ou de mobilier militaires. Elle valorisera les communications illustrant la mise en place de nouveaux modèles et brevets déposés, leurs modes opératoires de fabrication. Celles qui portent sur les caractéristiques fonctionnelles et rationnelles, le design des objets conçus, l’économie de moyens recherchée. Elle portera également sur les transferts potentiels dans la sphère civile (coffres, malles, vaisselle, lampes, matériel pliant de camping…) et inversement (fig.3. Campement de Moascar, Égypte, 1914).

4/ Dispositifs muséographiques

Enfin, la dernière session visera à rendre compte d’expériences ou de dispositifs muséographiques récents de restitution ou d’évocation d’intérieurs militaires ouverts au public. Les expériences seront révélatrices de choix et de principes susceptibles de définir un ensemble de bonnes pratiques dans ce domaine. Les communications valoriseront une approche critique et analytique des réalisations.

Conditions de soumission

Les propositions de communication (résumé de 1 500 signes précisant le titre de la communication, l’argumentation et les sources mobilisées), accompagnées d’un court curriculum vitae (notice de 500 signes précisant le nom sous lequel l’intervenant souhaite être cité, un contact téléphonique, un courriel, son affiliation institutionnelle et son laboratoire de rattachement le cas échéant), sont à adresser au plus tard le 2 mars 2020

conjointement aux deux adresses suivantes : emilie.dorgeix@ephe.psl.eu et nicolas.meynen@univ-tlse2.fr

Comité scientifique
  • Jean-Yves Besselièvre, Directeur du Musée de la Marine, Brest
  • Emilie d’Orgeix, Pr. EPHE, Paris
  • Marc Grignon, professeur titulaire en histoire de l’architecture, département d’histoire, université Laval, Québec, Canada
  • Nicolas Meynen, MCF, Université Toulouse – Jean-Jaurès
  • Gilles Ragot, Pr. Bordeaux-Montaigne
  • Alicia Camara Muñoz, professeur titulaire de la chaire histoire de l’architecture, département d’histoire de l’art, université UNED, Madrid, Espagne
  • Stephen Spiteri, superintendant des fortifications maltaises et Pr. Université de La Valette, Malte
  • Marino Vigano, professeur, université catholique de Milan, Italie
  • Isabelle Warmoes, adjointe au directeur du Musée des plans-reliefs, Paris
A propos du programme Patrimoine militaire (2012-2024) / Gis Patrimoines militaires (P2ATS)

Le programme de recherche « Patrimoine militaire », initié en 2012 entre les universités Toulouse – Jean Jaurès (Nicolas Meynen) et Bordeaux Montaigne (Émilie d’Orgeix) et le Gis « Patrimoines militaires » porté depuis 2019 par l’École Pratique des Hautes Études (EA Histara) invitent à opérer un renouvellement des problématiques liées au patrimoine militaire en croisant pratiques historiennes, architecturales et patrimoniales. Ces colloques conçus sous la forme de rencontres biennales publiées dans une collection dédiée aux Presses Universitaires du Midi engagent à l’étude de l’architecture militaire, non pas envisagée comme une sédimentation d’isolats et d’expériences « micro-territoriales », mais selon une double approche topographique et typologique. Ce parti pris permet d’éclairer les articulations fécondes qui unissent terrain, formes architecturales et matérialité de manière diachronique tout en couvrant des territoires larges, rarement connectés.

Orientations bibliographiques

Ariès Philippe et Duby Georges (dir.), Histoire de la vie privée, 5 vols, Paris, Seuil, 1985-87.

Bernasconi Gianenrico, « L’objet portatif : matérialité et usages », La grande chevauchée. Faire de l’histoire avec Daniel Roche (V. Milliot, P. Minard, M. Porret dir.), Genève, Droz, 2011, p. 165-180.

Bernasconi Gianenrico, Objets portatifs au Siècle des lumière, Paris, CTHS, 2015.

Certeau Michel (de), L’Invention du quotidien, Arts de faire, Paris, Gallimard, t. 1, 1990.

Costa Sandra, Poulot Dominique et Volait Mercedes (ed.), The Period Rooms. Allestimenti storici tra arte, collezionismo e museologia, Bologne, Bolonia University Press, 2016.

Giraudier Vincent, « Muséographie et mémoire des conflits, l’exemple du musée de l’Armée », Transmettre, n°13, Paris, La Documentation française, p. 51-53.

Hollis Edward, “The house of life and the memory palace. Some thoughts on the historiography of interiors”, Interiors, n°1, 2010, p. 105-117.

Janssen Elsje (dir.), Multidisciplinary conservation: a holistic view for historic interiors, Rome, International Council of Museums, Committee for Conservation (ICOM-CC), 2010.

Kagan Judith, Séréna-Allier Dominique et Tricaud Anne, « Ensembles mobiliers, industriels, techniques. Connaissance, protection, conservation, présentation au public », In Situ, 29 | 2016 [http://journals.openedition.org/insitu/13500]

Lacaze Julien, » Le démantèlement des grandes demeures : de La Roche-Guyon à Dampierre (1987-2013) », La Tribune de l’Art, lundi 29 avril 2013. [https://www.latribunedelart.com/le-demantelement-des-grandes-demeures-de-la-roche-guyon-a-dampierre-1987-2013#nh20]

Massey Anne, “Interior design, history and development”, Encyclopaedia of Interior Design (J. Banham, dir.), London Routledge, p. 609-612.

Ortíz Sánchez Maai Enai, « Museos militares: dispositivos exhibitorios y el borramiento de la memoria de la lucha social en México  », ICOFOM Study Series, n°46, 2018, p. 167-192.

Poulot Dominique, « Musées et guerres de mémoire : pédagogie et frustration mémorielle », Les guerres de mémoires. La France et son histoire (P. Blanchard et I. Veyrat-Masson, dir.), Paris, La Découverte, 2008, p. 230-240.

Poulot Dominique, « Une approche historique des musées d’histoire », Musées de guerre et mémoriaux. Politiques de la mémoire (J-Y Boursier, dir.), Paris, éd. de la MSH, 2005, p. 17-34.

Poulot Dominique, « Conservation et mémoire d’une bataille : quelques réflexions », Waterloo. Monuments et représentations de mémoires européennes (1792-2001), Louvain-la-Neuve, Université de Louvain-la-Neuve, 2003, p. 13-27

Rice Charles, The emergence of the interior. Architecture, modernity, domesticity. London, Routledge, 2007.

Smyth Gerry, Croft Jo, Our house. The representation of domestic space in modern culture. Amsterdam, Rodopi, 2006.

Savoye Céline, Du militaire au civil », CR de l’exposition tenue à la Biennale internationale du Design de Saint-Etienne, 2002 [https://next.liberation.fr/guide/2002/11/15/design-le-genie-militaire_421762]

Teyssot Georges, « Fantasmagories du mobilier », Walter Benjamin, Les maisons oniriques, Paris, Hermann, série Philosophie, 2013, chap. II, p. 53-111.

Thomson Helen Bieri, « Entre restitution et évocation : les nouvelles salles historiques du château de Prangins », Art et Architecture en Suisse, 2013, n1, p. 14-21.

Source : Calenda

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Colloque international, 61e rencontres du Centre européen d’Etudes bourguignonnes : « Entre réel et imaginaire: les animaux dans l’histoire, l’art et la littérature à l’époque bourguignonne (XIVe-XVIe siècles) », Enghien, 24-27 septembre 2020 [Date limite propositions: 18 janvier 2020]

Les 61e Rencontres du Centre européen d’Études bourguignonnes (CEEB)  se tiendront du 24 au 27 septembre 2020 à Enghien, au sein des anciennes écuries érigées par la famille d’Arenberg. Le thème retenu sera celui de la présence, de la cohabitation et des représentations du monde animalier – familier, sauvage, exotique ou imaginaire – au cours des XIVe-XVIe siècles. À titre d’exemple, l’on peut notamment songer au cheval et à sa place dans la vie sociale et militaire, aux pratiques d’élevage, aux animaux de compagnie, aux ménageries, à la chasse et à la pêche, aux « nuisibles » (tels que le rat ou le loup par exemple), à l’iconographie d’animaux réels ou imaginaires, aux représentations héraldiques, aux bestiaires et aux encyclopédies, aux traditions populaires et à la symbolique… Ce faisant, la place de l’homme et de l’animal, au sein de leur environnement – ou en dehors de leur environnement habituel – offre un angle de réflexion très intéressant que la recherche a singulièrement mis en évidence ces dernières années.

Les personnes désireuses de présenter une communication ou désireuses d’obtenir plus d’informations sont invitées à s’adresser au Prof. Alain Marchandisse, secrétaire général du CEEB, à l’adresse suivante : alain.marchandisse@uliege.be en fournissant le titre et un bref résumé (5 à 10 lignes) de la communication proposée avant le 18 janvier 2020 au plus tard. La liste des interventions retenues par le Comité exécutif du CEEB sera établie au mois de février 2020 et chaque candidat en sera averti personnellement.

Source et argumentaire en anglais : CEEB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Malbouffe et mauvaises pratiques alimentaires, de l’Antiquité à nos jours, Clermont-Ferrand, 3 et 4 novembre 2020 [Date limite propositions: 31 mars 2020]

Présentation

Le CHEC (Centre d’Histoire « Espaces et Cultures »), en partenariat avec l’Université Bordeaux-Montaigne ainsi que la fondation Nestlé-France, organise en novembre 2020 un colloque international sur la malbouffe et les mauvaises pratiques alimentaires de l’Antiquité à nos jours. Il s’agira d’appréhender et comprendre les effets des mauvaises pratiques alimentaires sur les individus, les sociétés ou l’environnement sur le temps long. Ainsi, le concept de malbouffe, relativement récent, sera interrogé à différentes périodes et dans différents espaces afin d’en mesurer l’opérabilité depuis l’Antiquité. Les propositions de communication, en français ou en anglais, sont à envoyer avant le 31 mars 2020

Organisation scientifique : Stéphanie Lachaud (Bordeaux-Montaigne-CEMMC), Stéphane Le Bras (UCA-CHEC) et Corinne Marache (Bordeaux-Montaigne-CEMMC)

 

Argumentaire

Manger sainement est probablement l’une des préoccupations majeures de nos sociétés contemporaines et la thématique fait régulièrement la une des médias en tous genres. La nourriture y devient alors facilement le support d’un discours militant, qui vise à promouvoir la nécessité d’une alimentation la plus saine possible et à ausculter les séquelles des mauvaises pratiques alimentaires et de la malbouffe, faisant ainsi se croiser enjeux sociaux, environnementaux et sanitaires.
Ce terme de « malbouffe » émerge en France à la fin des années 1970 [de Rosnay, 1979], équivalent de l’expression anglaise junk food, apparue aux États-Unis dans les années 1950 [Lasky, 1977]. Il fait alors référence à une nourriture considérée comme mauvaise, tant sur le plan diététique que sanitaire (aliments trop riches en sucre, en sel, en graisse, en additifs, trop transformés et trop pauvres en apports nutritifs). Ces pratiques alimentaires, liées à l’intensification de la production industrielle et à la restauration rapide, sont accusées de provoquer des pathologies diverses (obésité, maladies cardio-vasculaires, diabète par exemple) et d’avoir des impacts environnementaux majeurs. Les pouvoir publics prennent alors des mesures pour sensibiliser les populations à l’importance d’une alimentation saine et équilibrée (« Stratégie mondiale pour l’alimentation » de l’OMS), à l’intérêt de renouer avec le goût (« Semaine du goût » en France) ou, plus récemment, à l’importance de la consommation de produits locaux (« Farmers’ Market Promotion Program » aux États-Unis ou « Projets alimentaires territoriaux » pour les cantines scolaires en France). Il s’agit donc clairement d’un concept marqué chronologiquement, ancré dans la société de consommation et ses spécificités de la seconde moitié du XXe siècle.
Pourtant, si les modalités et canaux d’informations font de ce sujet une thématique ardente de nos jours, elle n’est pour autant pas une nouveauté. En effet, les mauvaises pratiques alimentaires ont toujours existé et le lien entre alimentation et santé est une question déjà présente dès l’Antiquité : dans la Grèce ancienne, la santé par l’alimentation constitue un pan fondamental dans la théorie hippocratique des humeurs alors que les moralistes en dénoncent les abus. Au Moyen Âge et à l’époque moderne, une profusion de textes, tels Le Régime de santé de l’école de Salerne (XIe-XIIe s.) ou An Essay on Regimen (George Cheyne, 1740), abondent de conseils et prescriptions pour conserver la santé par l’alimentation. Plus tard encore, la naissance de la naturopathie à la fin du XIXe siècle témoigne de l’importance accordée aux aliments dans les considérations médicales, tandis que le mouvement végétarien contemporain s’articule autour des mêmes principes diététiques, popularisés et appliqués par John Harvey Kellogg (1852-1943) dans le dernier quart du siècle. Enfin, dans la France des années 1950-1960, l’Association française pour la recherche de l’alimentation normale, fondée en 1952 par des médecins et biologistes, veille à propager des idéaux qualitatifs alimentaires, autour notamment du souhait d’imposer des normes de production et de commercialisation.
Fort logiquement, tous ces courants, quelles que soient les époques, se sont inquiétés de certaines mauvaises pratiques ou de la consommation de mauvais produits alimentaires, considérés comme néfastes pour la santé. Regroupés en France sous le néologisme « malbouffe » depuis le tournant des années 1980 puis popularisé dans les années 2000 [Bové et Dufour, 2000 ; Jaillette, 2000], ces aliments ou pratiques nuisibles sont eux aussi déjà très présents dans les écrits des médecins du XXe siècle, des hygiénistes du XIXe siècle, des législateurs de l’époque moderne ou des médecins-philosophes antiques.
Or, bien que la problématique soit abondamment investie par la presse, les émissions télévisées, les ouvrages médicaux ou grands publics depuis plus de trente ans, il s’agit d’un sujet encore relativement peu exploré collectivement et internationalement par les sciences humaines en général et l’histoire en particulier. Chez les historiens, l’histoire de l’alimentation et des pratiques alimentaires [Flandrin et Montarani, 1996 ; Kiple and Ornelas, 2000 ; de Ferrière et Williot, 2008 ; Meyzie, 2005 ; Quellier, 2010 ; Parasecoli et Scholliers, 2012] connait un vif succès depuis une vingtaine d’années. Des thèmes comme ceux de la sécurité et de la qualité alimentaire [Stanziani, 2005], des peurs alimentaires [Ferrières, 2002], des liens entre santé et alimentation [Audoin-Rouzeau et Sabban, 2007], de la nourriture au temps des empires [Laudan, 2013] ou des emballages alimentaires [Hachez-Leory, 2019] ont permis d’aborder l’étude des pratiques alimentaires sous des prismes originaux. Mais la question plus spécifique de la malbouffe – et, pour s’inscrire de manière plus exacte dans une perspective diachronique, celles des mauvaises pratiques alimentaires – reste encore largement à explorer, non seulement par les historiens, mais également par les autres sciences humaines.
L’entreprise est d’autant plus ardue et pertinente qu’il s’agit là d’un objet particulièrement fluctuant dans l’espace et dans le temps, ce qui en rend l’analyse dans le temps long fort complexe. Ce que l’on considère aujourd’hui comme une mauvaise pratique alimentaire n’a en effet rien à voir avec ce que l’on considérait comme mauvais dans l’Antiquité, au Moyen Âge, à l’époque moderne ou au début de la période contemporaine. Cette notion est en effet un miroir culturel, économique et social des sociétés considérées, qu’il conviendra de définir et de contextualiser pour mieux en comprendre les évolutions. Elle permettra également de réfléchir et d’interroger la question des modèles alimentaires normatifs, ainsi que des injonctions morales définissant le « bon » et le « mauvais », concepts là aussi très fluctuants dans le temps et selon les environnements (culturels, sociaux, religieux, géographiques, etc.)

L’objectif de cette manifestation scientifique est donc d’interroger la notion de malbouffe et d’étudier les mauvaises pratiques alimentaires sur le temps long, en mettant en évidence leurs permanences et leurs mutations, mais également leur conceptualisation et leurs concordances/dissemblances à différentes périodes. La perception au fil du temps de ce qui correspond ou non au principe de mauvaises pratiques alimentaires sera ainsi au cœur de notre propos et à cet égard, quatre grands axes pourront être abordés :

  • Les produits. C’est bien évidemment le premier élément qui vient à l’esprit lorsqu’on évoque la malbouffe. Quels sont les produits – liquides ou solides – frappés par ce statut selon les lieux et les époques ? Pour quelles raisons ? Dans quelles circonstances ? Ainsi, il faudra s’interroger sur le contexte de stigmatisation de tel ou tel produit, mais également son évolution sur un temps plus ou moins long. La question des modes alimentaires, des trajectoires des produits pourra être interrogée pour comprendre ce que l’on considère comme de mauvais produits alimentaires.
  • Les pratiques. Ici se pose la question des modalités de production, de transformation, de conditionnement, d’emballage, de transport et de consommation des nourritures considérées comme malsaines, en envisageant les structures, les réseaux, les individus qui conditionnent et supportent ces pratiques depuis l’antiquité jusqu’à nos jours et dans différents espaces. L’évolution des manières de table (durée des repas, fast food, repas à emporter, repas servis dans les transports…) pourra également être prise en compte dans la mesure où elles peuvent elles aussi participer de la malbouffe. Les cadres des comportements (pratiques individuelles ou collectives) pourront eux aussi être étudiés, notamment en lien avec l’idée d’excès dont il faudra sonder les contours sur le temps long. Dans ce contexte, la notion de seuil est elle aussi fondamentale et pourrait mériter l’attention afin d’appréhender les limites de tolérance et de tempérance à diverses périodes.
  • Les discours. Au croisement des deux problématiques précédentes se trouve la manière dont le discours sur la malbouffe se construit. Celui-ci peut être positif-mélioratif ou au contraire négatif-péjoratif. Dans tous les cas, il participe pleinement à la compréhension des phénomènes historiques en jeu en cherchant à identifier ce qu’est une « nourriture malsaine » et les circuits par lesquels l’information circule. Les décalages dans l’espace, dans le temps et selon les milieux socio-professionnels de ce qui est perçu comme relevant de la malbouffe seront également au coeur du propos, tout comme les écarts entre ces discours, les préconisations et mesures qu’ils induisent. Les processus de stigmatisation pourront tout autant attirer l’attention, ainsi que ceux d’opposition (discours diététique ou gastronomique par exemple).
  • Les répercussions. Au carrefour des enjeux propres à la production et à la consommation s’impose la question des effets de la malbouffe et des mauvaises pratiques alimentaires, tant pour les personnes, que l’environnement, l’économie ou les sociétés dans leur globalité. Ici, une réflexion pourra également porter sur les solutions proposées (produits ou comportements) à ces dérèglements (pollution des sols, gestion des ressources, malnutrition, soucis de croissance, limitation du pouvoir d’achat, disparités sociales, etc.).

Propositions de communications

Les propositions pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes prédéfinis ; elles pourront s’intéresser à un produit en particulier, un événement spécifique ou, au contraire, proposer une approche synthétique sur le temps long, de pratiques alimentaires stigmatisées ; elles pourront cibler n’importe quel espace géographique mondial, quelle que soit sa taille, ou proposer des comparaisons entre espaces.
Si l’histoire est la discipline privilégiée, des ouvertures pluridisciplinaires sont possibles et souhaitées, notamment vers la géographie, la sociologie, l’anthropologie, le droit, la nutrition, l’économie ou les sciences de la nature.
Une attention toute particulière sera portée aux jeunes chercheurs et chercheuses (masterants, doctorants, jeunes docteurs), ainsi qu’aux propositions provenant de l’étranger.

Les langues de travail du colloque seront le français et l’anglais.

L’organisation prendra en charge l’hébergement et les repas pour les deux jours du colloque. Nous financerons également une partie ou la totalité du trajet, dans la mesure du possible, notamment pour ceux dont les laboratoires ne peuvent pas assumer le coût total du voyage.

Les propositions (3000 signes, en français ou en anglais) sont à envoyer avant le 31/03/2020, accompagnées d’un court CV, à lachaud.stephanie@wanadoo.fr, stephane.lebras@uca.fr et corinne.marache@gmail.com

 

Bibliographie indicative et sélective

Frédérique Audoin-Rouzeau, et Françoise Sabban (dir.), Un aliment sain dans un corps sain. Perspectives historiques, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2007.
José Bové et François Dufour, Le monde n’est pas une marchandise : des paysans contre la malbouffe, Paris, La Découverte, 2000.
Marc de Ferrière Le Vayer et Jean-Pierre Williot, Saga de la pomme de terre, Paris, Ed. du cercle d’art, 2008.
Stella et Joël de Rosnay, La malbouffe : comment se nourrir pour mieux vivre, Paris, Ed. Olivier Orban, 1979.
Madeleine Ferrières, Histoire des peurs alimentaires : du Moyen âge à l’aube du XXe siècle, Paris, Éditions Points, 2002.
Jean-Louis Flandrin et Massimo Montanari (dir.), Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, 1996.
David Gentilcore, Food and Health in Early Modern Europe. Diet, Medicine and Society, 1450-1800, Londres, Bloomsbury, 2016.
Florence Hachez-Leroy, Menaces sur l’alimentation. Emballages, colorants et autres contaminants alimentaires, XIXe-XXe siècles, Tours, PUFR, 2019.
Jean-Claude Jaillette, Les dossiers noirs de la malbouffe, Paris, Albin Michel, 2000.
Kenneth F. Kiple and Kriemhild Conee Ornelas (eds.), The Cambridge World History of Food, NYC, Cambridge Univ. Press, 2000.
Michael S. Lasky, The Complete Junk Food Book, NYC, McGraw-Hill, 1977. Rachel Laudan, Cuisine and Empire. Cooking in World History, Berkeley, Univ. of California Press, 2013.
Philippe Meyzie, L’alimentation en Europe à l’époque moderne : manger et boire, XVIe s.-XIXe s., Paris, A. Colin, 2010.
Fabio Parasecoli and Peter Scholliers, A cultural history of food, 6 volumes (Antiquity, Medieval Age, Renaissance, Early Modern Age, Age of Empire, Modern Age), London, New York, Berg, 2012.
Florent Quellier, Gourmandise : histoire d’un péché capital, Paris, A. Colin, 2010. Alessandro Stanziani, Histoire de la qualité alimentaire, XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, 2005.

Comité scientifique :

Martin Bruegel, INRA
Pierre-Antoine Dessaux, U. Tours
Madeleine Ferrières, U. d’Avignon
Fabien Knittel, U. Franche-Comté
Caroline Lardy, UCA Clermont
Julie Mardon, UCA Clermont
Marilyn Nicoud, U. d’Avignon
Philippe Meyzie, U. Bordeaux-Montaigne
Peter Scholliers, Vrije Universiteit Bruxelles
Jon Stobart, Manchester Metropolitan University
Dimitri Tilloi-d’Ambrosi, U. Lyon Jean-Moulin

 

Source et argumentaire en anglais :

CHEC : http://chec.uca.fr/article710.html

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] La récitation dans les premiers siècles de l’Islam (7ᵉ‒9ᵉ siècles), Le Caire, 29/06-02/07/2020 (Limite : 31 janv. 2020)

Calendrier:

  • 31 janvier 2020: proposition d’une demi-page à envoyer à secretariat@ideo-cairo.org.
  • 15 mai 2020: résumé de trois pages à envoyer à la même adresse, si votre proposition est acceptée.

Thématiques:

  • Récitation coranique ‒ Psalmodie ‒ Oralité ‒ Transmission.
  • Islam ‒ Judaïsme ‒ Christianisme ‒ Zoroastrisme ‒ Antiquité tardive et débuts de l’Islam.
  • Torah ‒ Bible ‒ Psaumes ‒ Coran ‒ Qaṣaṣ ‒ Poésie ‒ Prières ‒ Rites ‒ Saǧʿ ‒ Récitation ‒ Mémorisation.

Ce colloque offre un espace de réflexion sur les différents types de récitation dans les régions centrales de l’Empire arabo-musulman (de l’Égypte à la Perse et à la péninsule arabique) durant les trois premiers siècles de l’Islam, et ce dans les contextes suivants :

  • contexte « religieux islamique » : le Coran, le Ḥadīṯ, les histoires (qaṣaṣ), la poésie mystique…
  • contexte « religieux non-islamique » : psaumes et prières, juives et chrétiennes (en grec, syriaque, copte, arabe) ; cérémonies zoroastriennes et manichéennes ; rites magiques…
  • contexte « profane » : poésie et prose rimés (saǧʿ), en arabe, hébreu, syriaque, copte… ; discours politiques et propagande ; techniques de mémorisation pour l’apprentissage de savoirs médicaux, scientifiques, philosophiques, légaux, grammaticaux…

NB: la distinction entre « religieux » et « profane » sera évaluée.

Les discussions sur ces types de récitations serviront de point de départ pour une réflexion sur les genres littéraires des textes récités, sur les techniques de récitation, mais aussi sur les acteurs de la récitation et les contextes socio-politiques et les questions liées à l’acte de la récitation. Ce colloque est ouvert à des contributions sur l’un ou plusieurs de thèmes suivants :

Nous étudierons les pratiques qui précèdent ou qui constituent l’acte de la récitation (religieuse et profane) : l’écoute, l’apprentissage par cœur, la lecture, la récitation, la déclamation devant une audience, le chant, le jeu scénique…, ainsi que les règles et les modalités de la prononciation du texte, des aspects artistiques et émotionnels, et enfin des contextes précis dans lesquels tel ou tel texte est récité (rites, célébrations, fêtes, calendriers, circonstances, conditions matérielles, vêtements…)

La récitation est une forme de transmission du savoir. Et en retour, certains récitateurs « professionnels » transmettent un savoir-faire spécifique à la récitation. Cette session étudiera l’articulation entre la récitation et l’enseignement/apprentissage, en prenant en considération la culture matérielle (manuscrite ou épigraphique), les pratiques d’apprentissage telles que la « récitation devant un maître » et sa validation (iǧāza), ainsi que les acteurs de la récitation (souvent des professionnels, des religieux ou des artistes…) et comment ils transmettent leur art vocal et leur éthique (adab al-qurrāʾ par exemple).

Cette session explorera les horizons religieux/spirituels des pratiques de la récitation (édification, justification, prière de guérison, mysticisme…), ainsi que ses buts profanes (politiques, sociaux, académiques, artistiques…) : la maîtrise des contenus, le choix des temps ou des formes de récitation peuvent être liés au pouvoir, à l’identité de la communauté ou à la création.

Bien qu’ouvert au public, ce colloque a pour premier objectif d’être un lieu de travail et de débat scientifique. À cette fin, nous demanderons aux intervenants qui auront été sélectionnés d’envoyer un résumé en trois pages de leur intervention avant le 15 mai 2020. Ces résumés seront distribués aux autres intervenants. Chaque intervenant s’inscrira comme répondant pour au-moins l’une des interventions présentée par un pair. Tous les intervenants s’engagent à assister à toutes les sessions.

Langues de travail de ce colloque : anglais et arabe.

Les billets d’avion, transferts aéroport, hôtel et demi-pension seront pris en charge par l’Idéo, grâce à une subvention de l’Union européenne dans la cadre du projet «Adawāt» (2018‒2022).

Le numéro 37 (2022) du MIDÉO sera consacré à cette problématique et accueillera les articles présentés lors de ce colloque ou non, après qu’ils auront été soumis au processus habituel d’évaluation.

Pour plus de renseignements, merci de nous écrire à secretariat@ideo-cairo.org.

Voir également: argumentaire version PDF.

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à participation] XXIIIe Rencontres Diwan, Aix-en-Provence, 18-19-20 juin 2020 (limite : 9 février 2020)

Les XXIIIe Rencontres des doctorants de l’association Diwan se tiendront les 18, 19 et 20 juin 2020 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence.

Ces journées seront l’occasion de présenter leurs recherches pour les doctorants des diverses universités françaises qui travaillent sur les mondes musulmans médiévaux, qu’ils soient archéologues, historiens, littéraires, historiens de l’art ou philosophes. Ils pourront échanger avec d’autres doctorants, mais aussi avec des post-doctorants, enseignants et chercheurs, dans un cadre et une atmosphère de convivialité.

Dans le cadre de ces Rencontres, les doctorants pourront présenter le fruit de leurs recherches devant leurs pairs, dans un esprit de sérieux et de bienveillance. Chaque intervention durera 10 minutes, suivie de questions et de discussions qui pourront être poursuivies durant les pauses et les repas. L’exposé pourra porter aussi bien sur un point de ta recherche que sur l’approche méthodologique, la démarche scientifique ou la présentation des sources.

Pour candidater, il suffit de remplir la fiche de renseignements_Diwan2020 et de la faire parvenir avant le 09 février 2020 à l’adresse suivante : association.diwan2020[at]gmail.com.

Les membres du bureau Diwan 2020

Vincent ORY (président, Aix-Marseille Université)
Simon PIERRE (secrétaire, Sorbonne Université)
Bastien DUMONT (trésorier, Université de Paris Panthéon-Sorbonne)
Aïda EL KHIARI (coordinatrice, Sorbonne Université)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Food Economies in Pre-Modern Europe. Food markets development and integration (XIth-XVIIIth centuries)

Capture d’écran 2019-12-03 à 22.50.20

University of Lleida, 11th-12th June 2020

During the first half of the 20th century, the market was interpreted as an exogenous element to the medieval society, which was considered fundamentally autarkic. Under the influence of the market, medieval society increasingly focused its productive bases on commercialization, whose growth was the primum movens of geographical specialization. Under these premises, a good deal of the historiography of the time maintained that between the twelfth and eighteenth centuries, there was a progressive and more or less linear trend of the European economy towards commercialization; feudal institutions were an obstacle for this development, and commercialization emerged from the cities and was introduced into the countryside to transform rural economy.

In the last two decades, a number of studies have reconsidered the role of market economy and commercialization among pre-modern peasant societies and have shown that between the twelfth and fourteenth centuries both had already penetrated strongly in rural areas. Another line of studies, focusing on the importance of interregional exchanges, states that the development and integration of markets did not occur in a linear fashion, and wonders whether the reasons that determined it were more linked to technological or institutional factors.

Within these new lines of research, food markets take a fundamental place. The food that has received the most attention is cereal. The importance of the commercial networks through which it circulated has been determined, as well as the importance of the cereal in determining the conditions of life in the countryside and the city or the relevance of the policies that tried to control or tax its traffic. The relationship between market and dearth or famine remains one of the most controversial issues to date. In the 18th century, the French physiocrats and the first British economists observed that cooperation failures had a lot to do with the occurrence of famines. The key to preventing famine was integration between rural regions and urban markets, as well as integration among different regional markets, a vision that is currently shared by the new institutional economic history.

Other staple products such as salt also developed extensive commercial networks of great economic and political relevance. Wine or meat generated distribution circuits, of smaller amplitude, but dense and of great importance; and, finally, luxury products such as sugar, saffron or some wines, whose traffic could be the most lucrative, also generated their own distribution networks, eminently commercial and often long distance, which in turn led to the deployment of fiscal policies and commercial techniques.

The “International Conference on Food Economies in Pre-Modern Europe. Food markets development and integration (XIth-XVIIIth centuries)” invites the submission of papers describing research on development and integration of food markets in Europe in medieval and early modern times.

Themes to be addressed may include:
– Food markets development
– Food markets integration
– Disrupting elements of commercial integration: jurisdictional fragmentation, wars, epidemics, etc.
– Food prices
– Relations between food crises (dearth and famine) and food market integration
– Spread and circulation of economic information on food markets.
– Technologies, means and costs of food distribution.
– Regional and interregional foodstuffs trade
– Food trade: actors, networks, routes.
– Specialized food markets.

Two types of submission, with free choice of subject, will be accepted:
Individual submissions.
Submissions for “panel” sessions on a given theme.

Submissions will be reviewed and selected by academic committee.
Sessions will last 90 minutes in all. They should comprise a chair and two papers of 30 minutes each in length or three papers of 20 minutes.
Papers may be presented in English, Spanish, Catalan, French or Italian.
Chairs will not be permitted to read a paper in a session they moderate.
The deadline for sending submissions is 15th March.

Submissions can be made here: http://foodeconomies-udl.com/call-for-papers/

Acceptances will be sent as soon as possible (Until 30th March).

 

Universitat de Lleida

Centre de Cultures i Cooperació Transfronterera, University of Lleida

Fundació Universitat de Lleida
Campus Cappont 25001 Lleida
+34 973 00 35 57
fundacio@udl.cat

Source: RMBLF.be

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

Jeunes chercheur.es en Histoire, Archéologie et Littérature du Moyen Âge du Ciham-UMR 5648