Archives de catégorie : Appels à contribution

[Appel à communication] Formuler l’hypothèse, établir la preuve: du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire, 3-4 juin 2020 [date limite: 13 janvier 2020]

Présentation
Des élèves de l’École des chartes, des membres de l’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon et de l’école doctorale de l’EPHE organisent les journées d’étude intitulées « Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire », qui auront lieu mercredi 3 et jeudi 4 juin 2020.
 
Ces journées s’adressent à tous les jeunes chercheurs.
 
Appel à communication (résumé)

L’hypothèse et la preuve sont intrinsèquement liées aux études en sciences humaines et sociales depuis leur constitution en disciplines scientifiques. Face à la complexité de son objet d’étude, le chercheur avance, de manière provisoire, des hypothèses, des propositions d’explications et d’interprétations qui seront ultérieurement validées ou réfutées. Au XIXᵉ siècle, afin d’asseoir la scientificité de la discipline historique, l’école méthodique a érigé le recours à la preuve comme règle essentielle de cette méthode, enseignée et pratiquée par les établissements de recherche qu’étaient l’École des chartes et l’École pratique des hautes études. La démarche historique est fondée sur l’interrogation des sources en les mettant à l’épreuve de la critique pour en tirer des conclusions. Le recours à la preuve est alors l’élément clé de cette méthode car elle permet de poser une affirmation vérifiable. Comme le rappelle Claude Gauvard, la preuve n’est pas l’apanage du seul historien, mais aussi celui des théologiens, des mathématiciens et physiciens et, surtout, des juges (Dictionnaire de l’historien, 2015, p. 551-553). Dans les sciences historiques comme dans les procédures judiciaires, on recherche des preuves parce qu’on cherche la part de vérité accessible. Il s’agit alors d’une exigence épistémologique à laquelle le chercheur attache sa crédibilité au sein de la communauté scientifique.

Modalités

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le lundi 13 janvier 2020, à l’adresse : chroniques.chartistes@chartes.psl.eu


Elles peuvent être rédigées en français ou en anglais, et doivent être accompagnées des informations suivantes :

  • nom, prénom et courriel
  • titre de la communication et résumé en 400 mots maximum
  • une brève bio-bibliographie
Source: Ecole nationale des chartes
Appel à communication intégral

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à contribution] Le traitement de la donnée « date » dans les éditions numériques de corpus de sources médiévales.

Atelier du groupe « dates et formules » – COSME2

La date est l’un des premiers critères d’identification et d’analyse de tout document ancien, et pour cette raison l’élément qui figure normalement en tête de toute édition de source, quelle que soit la nature du corpus (diplomatique, épigraphique, sigillographique, etc.). Dans les entreprises d’édition et de bases de données numériques, le traitement de l’élément date n’est pourtant pas sans poser problème. Cela tient à la diversité des modes d’expression de la date en usage au Moyen-Âge (styles chronologiques variables selon l’époque, les régions et les chancelleries, recours au calendrier liturgique), dans certains cas à l’absence de datation explicite et plus marginalement aux opérations de falsifications, qui imposent à l’éditeur de réattribuer à chaque document ou objet une date ou une fourchette de dates exprimée dans un système contemporain et standardisé. Or ces opérations de normalisation sont en elles-mêmes problématiques, par les choix qu’elles impliquent (quel format et quelles règles de datation adopter ? comment traiter des dates incertaines ? etc.) et parce qu’elles comportent un risque de déperdition d’information, lié à la rigidité des formulaires établis dans le cadre de l’édition numérique. Un autre enjeu est celui de l’interopérabilité : la variation des systèmes d’encodage de l’information « date » d’un corpus à l’autre rend aujourd’hui difficile les interrogations et tri croisés selon ce critère.

Le groupe « dates et formules » du consortium COSME2 propose la tenue d’un premier atelier autour de ces questions le jeudi 12 mars 2020 à Poitiers (CESCM) avec pour objectifs :

  • de dresser un état des lieux des pratiques et des problèmes en matière de traitement de l’élément « date » dans les corpus et bases de données numériques récents ou en cours d’édition ;

  • de recenser et d’évaluer les outils susceptibles de faciliter l’interopérabilité et les interrogations croisées (permettant par exemple l’analyse automatique de datation ou la mise en concordance des systèmes de datation médiévaux).

Un second atelier sera organisé à Paris ou à Strasbourg à l’automne 2020, les objectifs finaux étant :

  1. d’établir un référentiel pour le traitement et l’encodage de la donnée « date » dans les différents types de corpus et bases de données, autrement dit de proposer des recommandations pour l’harmonisation du traitement de cette information dans les futurs corpus et bases de données de textes médiévaux ;
  2. de penser les moyens d’une interrogation croisée des différents corpus (moteur(-s) de recherche(-s) commun(-s) ou partagé(-s)) et donc d’une interopérabilité renforcée, sur le critère de la date.

Le format envisagé est celui d’une présentation rapide par chaque participant(-e) des problèmes rencontrés et des choix opérés relativement au traitement de la date dans le cadre de l’édition ou de la base de données numérique dont il ou elle est partie prenante, ainsi que des outils mobilisés et des problèmes ou questions en suspens (10 à 15 minutes), suivie d’une table-ronde.

La date limite est fixée au 15 janvier 2020

Organisateurs : Emilie Kurdziel (U. Poitiers/CECSM) et Thomas Brunner (U. Strasbourg/ARCHE).





 

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Appel à communication] Effet de réel, effet du réel: la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janvier 2021) [Date limite: 31 mars 2020]

Organisation

Université de Poitiers – CESCM – CNRS, en collaboration avec la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl

Comité d’organisation : Claudio Galderisi

Vladimir Agrigoroaei, Christelle Chaillou, Pierre-Marie Joris, Pierre Levron, Cinzia Pignatelli

Présentation

La question du réel est tout entière celle des lettres médiévales : de leur réalité matérielle et intellectuelle, de leur horizon de production et de réception, de leurs auteurs affichés ou anonymes, de leur vocation. Mais qu’est-ce que le réel au Moyen Âge ?

Qu’il s’agisse de la matérialité de l’œuvre, de sa paternité, des commanditaires ou des destinataires qui en éclairent l’existence, des faits de langue qui la connotent, la localisent, la datent, l’inscrivent dans un continuum linguistique, des enjeux intellectuels, politiques ou religieux qui la subsument ou de la création poétique ou fictionnelle qui en fait une réalité littéraire à la fois subsidiaire et autonome par rapport à l’horizon temporel dans lequel le texte est écrit, la recherche est confrontée à l’éternel calibrage de la bonne distance critique. Si ce que l’on doit comprendre est déjà en partie compris dans le texte, il est alors indispensable pour l’herméneute de savoir reconnaître ce que l’intention des auteurs a voulu faire apparaître dans l’œuvre pour qu’elle soit ainsi comprise, de savoir identifier ce que s’y est glissé et qui constitue la partie résiduelle du cercle herméneutique que seuls le temps et la recherche peuvent espérer mettre au jour.

Le premier de ces deux réels, que Roland Barthes a baptisé « effet de réel », paraît signaler des processus esthétiques qui jouent sur les ressorts de l’illusion référentielle et de la suspension d’incrédulité. Le second, que Nancy Regalado a appelé avec une formule heureuse « effet du réel », semble désigner les traces plus ou moins conscientes des relations biunivoques que le texte entretient avec la réalité extratextuelle. Ainsi posés l’un en face de l’autre, ces deux réels semblent recouvrir la presque totalité des lettres médiévales. Rares sont en effet les œuvres où l’auteur n’a pas essayé d’entraîner le lecteur vers un monde en trompe l’œil ; encore plus rares sont les textes qui ne révèlent pas des signes, du moins à nos yeux, de la réalité historique, linguistique ou intellectuelle dont ils sont à la fois le reflet et le creuset.

Or la notion de réel n’est évidemment pas la même au Moyen Âge et aujourd’hui ; elle est aussi très différente pour un auditeur de la matière de Bretagne ou des chansons de geste au XIIe siècle ou pour un lecteur de Charles d’Orléans et de François Villon à la moitié du XVe siècle.

Les lettres médiévales posent à l’herméneute une multitude de questions qui gravitent autour de ces deux réels et de leurs seuils. Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas pour un lecteur médiéval qui croit davantage aux merveilles et aux miracles qu’à la réalité qui l’entoure ? En lisant le Roman d’Eneas, dont l’auteur ne revendique pas la source réelle, le lecteur médiéval reconnaît-il dans ce silence une volonté de dissimuler l’effet du réel, une sorte de refus de l’effet de réel ou un effet du réel poétique ? Et que pense ce même lecteur devant ce que nous appelons le topos du livre source qu’il rencontre dans un grand nombre de romans arthuriens ? Effet de réel ou effet du réel, ou les deux, selon que l’on se situe du côté de l’auteur ou d’un lecteur pas toujours suffisant ? Que perçoit au juste ce lecteur de l’effet du réel ? Les enjeux historiques, idéologiques, dynastiques qui traversent les lettres médiévales et qui expliquent en partie les choix des auteurs, sont-ils compris comme des effets du réel par des lecteurs qui seraient en dehors du cercle des commanditaires ou destinataires ? L’effet de réel du lecteur médiéval est-il le même que croit reconnaître aujourd’hui l’herméneute en quête d’illusion référentielle ? Et, a contrario, comment se façonne pour un auteur médiéval et pour son propre lecteur la perception du réel ? Robert de Clari décrivant Constantinople reflète-t-il ce qu’il voit ou témoigne-t-il de la diffusion de la matière d’Antiquité dans son milieu culturel ? Y a-t-il une langue pour les effets de réel et une langue propre à l’effet du réel ? Ces deux effets sont-ils l’un et l’autre associés spécifiquement à des motifs, à des genres, à des matières ? L’illusion référentielle opère-t-elle de la même manière dans un poème en vers ou dans un récit en prose ? La réalité psychologique et la réalité historique peuvent-elles modifier l’interaction entre ces deux réels jusqu’à parfois les confondre ? Enfin, comment la réalité plurielle du texte médiéval s’articule-t-elle avec ces deux expressions de la subjectivité littéraire ?

Il ne s’agit là que de quelques-unes parmi les interrogations que pose la question du réel, sous toutes ses formes, dans les textes médiévaux. Ces questions seront abordées lors des deux journées de communications et dans les conférences du samedi ouvertes au grand public : au réel de la ville. Le colloque sera structuré en quatre séances qui recouvrent les principales questions ici évoquées et qui correspondent à autant d’approches du sujet : épistémologique, historique et historiographique, linguistique, esthétique.

Les propositions de communication (titre et résumé), seront soumises au comité scientifique du colloque. Elles sont à adresser à colloqueCESCM2021@gmail.comavant le 31 mars 2020.

Comité scientifique : Martin Aurell, Joëlle Ducos, Jean-Marie Fritz, Claudio Galderisi, Nancy Regalado, Jean-Claude Schmitt, Jean-René Valette, Jean-Jacques Vincensini, Fabio Zinelli, Michel Zink.

 

Affiche et version imprimable de l’appel à communication :

https://cescm.hypotheses.org/files/2019/11/Colloque_CERSCM-SLLMOO_effetder%C3%A9el_janvier2021.pdf

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Candidature] École d’été MIDA/ENIS Spring School 2020, Catane, 2-8/03/2020 (limite : 25 déc. 2019)

Appel à candidature : The Innovative Training Network  “Mediating Islam in the Digital Age” (MIDA) and the European Network for Islamic Studies (ENIS) organise the “Contesting authority: knowledge, power and expressions of selfhood”

Info : https://www.ehess.fr/fr/appels-%C3%A9tudiants/midaenis-spring-school-2020?fbclid=IwAR09HGXKfTtb3gEY0Thz0G2Nol2zd-5LJoHMso1F612LmgmEq2QCzgUT-6g

  • Date: Monday 2nd – 8th of March 2020
  • Venue: Catania, Sicily
  • Premises: Università degli Studi di Catania, Palazzo Pedagaggi, Via Vittorio Emanuele II 49, 95131 Catania, Sicily (Italy)

Date limite/Deadline : Wednesday, 25th of December 2019

 

  • Theme: Contesting authority: knowledge, power and expressions of selfhood

The ENIS Spring School 2020 addresses two closely interrelated aspects of Islam in the digital age. Firstly, how (past and contemporary) technological revolutions have informed the performance of selfhood (including gender), the modes of engagement with society, and the political consequences of shifting boundaries between public and private spheres. Secondly, it addresses the construction and transformation of religious authority and religious knowledge production, and concomitant questions of legitimacy, power and discipline, under changing circumstances.

Presently there is a mushrooming of YouTube channels presenting testimonials and life accounts, face book pages providing space for minority groups (e.g. homosexuals or ex-Muslims) that publicise previous hidden aspects of identity, as well as blogs and homemade videos communicating everyday life events or short clips showing artistic performance in an affordable non-celebrity style sharing them with a wide audience. Quite often they contain an (implicit) political statement about the societies in which the expressions are uttered, not only in the message but also in the mere fact of the utterance.

(Young) people in the Muslim world, like elsewhere, share more and more aspects of self, including more intimate and previously hidden ones, or experiences with ‘illegality’. These new digital forms of self-expression also entail a claim to space for individualised selfhood. Out of sight of different regimes of surveillance, forms of marginality, secret lives and intimate experiences take on a more public form. With that it questions dominant forms of authority, whether parental, communal, religious or political. The Muslim / Arab world is usually characterised as stressing communal or relational forms of identities and putting less emphasis on individualised selfhood in comparison to the West. The Arab Uprisings first seemed to overturn some deeply rooted forms of authority, including with respect to political power, but now long-established authoritarian forms of power with their different nuances appear to be square back. Yet several observers notice a ‘silent revolution’ taking place on an individual level, asserting individual selfhood and rights. Do these new forms of self-narratives and artistic performances offer us insight into the development of new forms of selfhood?  What are the most important characteristics and expressive forms of these new forms of selfhood? What are the potential political consequences of new forms of self-understanding and expression?

Issues of selfhood and artistic performance are closely linked to questions of legitimacy, power and discipline. Muslims have held varying, sometimes conflicting, views on the extent to which knowledge and authority are exclusive of a single figure, a masculine ‘professional’ group, or distributed in society, how knowledge should be transmitted and controlled, and the literary forms that it should take, and how it should be reproduced.

The widely held assumption that in the pre-digital era Islamic reasoning was a collective matter of established scholars and theology-centred argumentation lacks historical pedigree. The individual as a political subject emerged centuries before the dawn of digital technology. This also questions the assumption that religious authority was uncontested, only to be challenged very recently by the same technological innovations. Questioning ‘established’ religious authorities and addressing new audiences is as old as Islam. The invention of paper, the rise of literacy and the emergence of ‘calligraphic states’, and not least the spread of print technology have had profound influence on authority and knowledge production, but also generated new expressions of selfhood. Digitisation has intensified this process in an unprecedented way, resulting in the rise of new intellectuals, the feminisation of contestation, the ‘democratisation’ of knowledge production, the emergence of new audiences and discursive communities, the relocation, subjectivation, and fragmentation of authority, but also in new forms of community building, online and offline. Finally, digitisation also prompted ‘established’ religious authorities to reflect upon these newly arising challenges and how to effectively cope with them.

The organisers of the MIDA/ENIS Springschool 2020 invite researchers to reflect on these issues from the perspective of their own research and present their work. In order to enhance historical comparison and analytical depth, we very explicitly call not only on researchers working on contemporary issues, but also those who deal with Islam in the past.

Requirements for applications

PhD candidate students and advanced MA students, whose research focuses on this topic without limitation to Islamic societies or Islam, are invited to apply for participation.

Please note:

  • Candidates enrolled at French and Spanish universities are invited to apply at IISMM
  • Candidates enrolled in Italian universities are invited to apply at SeSaMO
  • Candidates enrolled in Dutch universities are invited to apply at NISIS
  • Candidates enrolled in German universities are invited to apply at the CNMS

Candidates enrolled in other universities than the ones mentioned are requested to apply at one of the four institutions only.

It is mandatory to specify in the application: Application Springschool 2020

Successful applicants may receive some funding from the Selection Committee.

Scientific Committee

  • Prof. Pascal Buresi (CNRS, EHESS-IISMM)
  • Prof. Albrecht Fuess (CNMS/University of Marburg)
  • Maike Neufend (CNMS/University of Marburg)
  • Dr. Jens Heibach (German Institute of Global and Areas Studies, and Marburg University)
  • Prof. Christian Lange (Director NISIS)
  • Dr. Pénélope Larzillière (IRD)
  • Prof. Daniela Melfa (SeSaMO president, University of Catania)
  • Prof. Karin van Nieuwkerk (Radboud University Nijmegen)
  • Prof. Thijl Sunier (Stichting VU)
  • Prof. Gerard Wiegers (UvA)

Applications must include the following:

  • a CV
  • a motivation letter
  • a one-page description of your PhD or MA project
  • a title and an abstract* of 300 words (max.) of your presentation (15 minutes) to be given at the spring school
  • a short biography* of 50 words (max. in the third person)

Please note the following:

Successful applicants must arrange their own visa (if applicable), transport and accommodation (except for the participants through IISMM, whose transport and accommodation will be taken care of).

  • About MIDA

The MIDA-project rests on the premise that technological innovations today and in the past have had a tremendous and unprecedented influence on Islam: on the modes of expression and communication of religious messages and traditions, and on the modes of engagement with society, and ultimately also on religious doctrines. In short, they have unleashed forces that have ultimately changed the face of religion This holds true as much for contemporary digitisation as for previous technological transformations. Instead of singling out one specific technological landmark as unique, subsequent innovations and transformations must be brought together into one analytical frame.

  • About ENIS

ENIS (European Network for Islamic Studies) stems from the collaboration of various European academic institutions: NISIS (the Netherlands Interuniversity School for Islamic Studies), IISMM (l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman), CSIC (Consejo superior de investigaciones científicas), Philipps-University of Marburg, and SeSaMO (Società Italiana di Studi sul Medio Oriente).

*If your application is successful these will be used in the digital program booklet.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à Contribution] El’Manuscript 2020

We are pleased to invite submissions of abstracts for the El’Manuscript-2020 international conference on the creation and development of information systems for storage, description, processing, analysis, and publication of medieval and early modern handwritten and printed texts and documentary records. Any person involved in the creation or application of these resources — including researchers; instructors; staff of libraries, museums, and archives; programmers, and undergraduate and graduate students — is welcome to participate. El’Manuscript-2020 is the eighth in a series of biennial international conferences entitled “Textual Heritage and Information Technologies” that brings together linguists, specialists in historical source criticism, IT specialists, and others involved in publishing and studying our textual heritage. Along with the lectures, a summer school will be part of the conference, which will allow practitioners to become familiar with various technologies, approaches and methods for working with manuscripts. The working language of the 2020 conference is English. In the philological sections, talks in Russian are welcome, but should be accompanied by slides in English. Papers presented at the conference will be published in a volume of proceedings and on the textualheritage.org website.

The working language of the 2020 conference is English. In the philological sections, talks in Russian are welcome, but should be accompanied by slides in English. Papers presented at the conference will be published in a volume of proceedings and on the textualheritage.org website.

Conference topics

  1. The physical document – Material and technology
    ● Codicology
    ● Instrumental analysis
    ● Visual observation of documents
    ● Recognition of relevant features of historic book binding techniques
    ● Water mark data base
    ● DNA analysis
    ● …
  2. The script – Recognition and analysis
    ● Palaeography
    ● Photographing
    ● Visualization
    ● Digitisation
  3. Handwritten Text Recognition, Optical Character Recognition
  4. ● …
  5. The text – its processing and presentation
    ● Textology and textual criticism
    ● Digital editions
    ● Digital publishing
    ● Text markup formats
    ● Lemmatization and morphological markup
    ● …
  6. Beyond document, script, and text – analytics and interpretation
    ● Digital libraries and databases
    ● Corpora
    ● Storage formats and long term storage
    ● Lexicography
    ● Data mining and statistics
    ● Written cultural heritage and Artificial Intelligence
    ● Navigation and access
    ● Web technologies
    ● Open science
    ● …

General Information
Conference dates: 13-17 September 2020
Venue: University of Freiburg
Postal Address: Slavisches Seminar, Werthmannstr. 14, 79098 Freiburg, Germany
Organization Committee Chair: Prof. Dr. Achim Rabus, Prof. Dr. Viktor A. Baranov, Prof. Dr. Heinz Miklas, Prof. Dr. Aleksandr M. Moldovan
Contact person: Dr. Christine Grillborzer
E-mail (Organization Committee): elmanuscript2020@slavistik.uni-freiburg.de
Conference Website: www.elmanuscript2020.uni-freiburg.de

Abstract submission
Abstracts are limited to 200 words and should include the following information:
● Paper title;
● 5-7 keywords;
● Author’s (authors’) first and last names;
● Affiliation (institution);
● Educational status or degree obtained (student, postgraduate student, PhD, professor, etc.)

Deadline for abstracts: 29 February 2020

Reviewing: The abstracts submitted to the conference will be peer-reviewed. The reviewers’ comments will be transmitted to the authors.
Notifications of acceptance by the Program Committee will be sent by email by the end of April. The accepted abstracts will be published before the conference.
Registration opens May 1 and ends June 30 2020.
Registration fee: The organisation committee is making every effort to keep the registration fee for the conference to a minimum. The precise fee will be announced by January 2020.
Scholarships: A limited number of (partial) scholarships for participants from non-Western countries will be available. We will circulate information on how to apply for these scholarships in due course.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Appel à Contribution] Deuxièmes rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique

L’association lyonnaise Diachronies contemporaines organisera les 15 et 16 juin 2020 un colloque à destination des jeunes chercheurs et chercheuses en diachronie : les Deuxièmes rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique. Cette année, en plus de la focalisation sur les langues gallo-romanes, l’événement s’ouvre également à l’étude des langues anciennes. Des actes numériques seront édités à la suite de l’événement (voir les actes 2019).

Sans exclusive théorique, les Rencontres lyonnaises acceptent des présentations mettant en pratique toutes les approches de la linguistique: syntaxe, morphologie, phonologie, phonétique, sémantique, lexicologie, pragmatique, sociolinguistique, dialectologie, etc. Les communications devront traiter soit de l’évolution de la langue en diachronie, soit d’un état synchronique révolu. Nous encourageons fortement les travaux appliquant et/ou permettant des analyses computationnelles telles que la linguistique de corpus, la philologie numérique, la textométrie ou tout autre approche d’humanités numériques dont le résultat peut intéresserla communauté linguistique. À ce titre, les études qui s’intéressent à la conception et/ou à la diffusion de corpus adaptés à l’analyse linguistique et/ou philologique sont les bienvenues.

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communication détaillé de l’événement:

Appel à communication | Rencontres lyonnaises 2020

Des résumés d’une page maximum, à l’exclusion d’éventuelles figures ou tables et d’une bibliographie, devront être envoyés en deux versions, l’une anonyme et l’autre non, à l’adresse diachro2020@gmail.com avant le 31/01/2020.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Appel à communication] Imaginer la frontière, revue Frontière·s

Présentation de la revue 

À ce jour, peu d’espaces dédiés à la réflexion épistémologique sont disponibles en Open Access dans les sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge. C’est de ce constat que sont nés le laboratoire junior et la revue Frontière·s. Son objectif est de proposer à la communauté scientifique un support de publication rapide tout en garantissant la rigueur scientifique de l’évaluation par les pairs. Cette initiative est portée par de jeunes chercheurs de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, principal soutien du projet, en partenariat avec la Pépinière de revues de l’Université Jean Moulin (Lyon 3).

Dans les études menées sur les sociétés anciennes, la notion de frontière est bien souvent restreinte au sens de limite géopolitique. Pourtant, la polysémie du mot permet d’envisager une multitude de réflexions portant sur les modalités de séparation, concrètes ou abstraites, naturelles ou construites. C’est le sens de la revue Frontière·s : embrasser les différentes acceptions du mot frontière, en tant que limite, non seulement géophysique, étatique ou politique, mais aussi sociale, culturelle, symbolique, linguistique, métaphysique, etc. En d’autres termes, les contributions pourront interroger tous les éléments qui créent des séparations entre les individus au sein des sociétés antiques et médiévales.

Archéologues, historiens et historiens de l’art trouveront dans la revue un cadre pour appréhender la frontière comme objet transdisciplinaire. Celle-ci adoptera le format de synthèses semestrielles, articulées autour de grandes problématiques.

Appel en cours : «Imaginer la frontière »

Toute frontière fait l’objet d’un imaginaire. Quelle qu’en soit la nature, une frontière a en effet suscité une réflexion qui en a déterminé les modalités, selon des besoins et des croyances préétablies. Avec le numéro « Imaginer la frontière », les auteur·e·s sont invité·e·s à s’interroger sur les imaginaires qui ont mené à l’établissement de frontières ou qui en ont résulté, leurs acteurs et leur(s) temporalité(s). Les axes de recherches pourront appréhender aussi bien les frontières religieuses (interdits, rites de passages…), sociales (élites, clergé…), physiques (bornes, murs, fleuves…) ou encore heuristique (aires d’études, périodisation de l’histoire…). La réception pourra être également être un axe d’étude (imaginaire politique actuel de frontières dites antiques ou médiévales).

Calendrier

  • 18 juin 2019 : appel à contributions
  • 20 décembre 2019 : date limite de soumission des articles complets                      

  • 1er mars 2020 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 1er mai novembre 2020 : date de retour des versions corrigées
  • juin 2019 : parution du numéro

Modalités de soumission

Les auteurs adresseront leur contribution

avant le 20 décembre 2019

à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les normes éditoriales sont disponibles ici.

Les normes bibliographiques sont disponibles ici.

 

Source

https://calenda.org/554434

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

[Appel à communication] 5eme Journées doctorales internationales de Transitions, “Marges (XIe-XVIIe siècles)”, Lège, 5-6/02/2020 (date limite : 31/08)

L’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première Modernité de l’Université de Liège s’associe au CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) de l’Université de Poitiers et au CML (Centre for Medieval Literature) des universités de York et du Danemark du Sud (Odense) à l’occasion de rencontres doctorales en trois volets (2020-2021).

Mises en œuvre par les doctorant·e·s de ces trois institutions, ces journées ont pour but de favoriser l’échange et les débats entre doctorant·e·s, jeunes chercheur·se·s et collègues expérimenté·e·s dans les domaines de l’histoire, de la philologie, de la linguistique, de l’histoire de l’art, de la littérature ou encore la musicologie.

Le premier volet de ces rencontres sera organisé à Liège les 5 et 6 février 2020, autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles) », les bornes chronologiques de cet appel s’inscrivant dans celles explorées par Transitions.

Argumentaire

De l’histoire à la linguistique, en passant par l’histoire de l’art, la philologie et la musicologie, la notion de marge est omniprésente, et la tendance actuelle de la recherche dans ces disciplines est à la reconsidération de sa définition. Le concept de marge, qu’il soit envisagé dans son acception première ou figurée, suscite aujourd’hui encore la réflexion des chercheur·se·s, lesquel·le·s interrogent les potentialités multiples qu’il offre en vue de renouveler l’approche de leur objet d’étude.

L’idée traditionnelle de « frontière » et le couple notionnel « centre/périphérie » soulèvent d’importantes interrogations : quelles relations le centre entretient-il avec « sa » périphérie ? Quelles en sont les dynamiques, en matière de pouvoir et de domination (politiques, religieux, culturels, artistiques ou linguistiques) ? Quelle valeur convient-il encore d’accorder au concept de Kunstgeographie ? La frontière géographique tend aussi à déterminer certains domaines d’étude : comment la langue et la littérature évoluent-elles en territoire limitrophe ? Comment ces marges sont-elles représentées dans l’art et dans les lettres ? Quelles sont les limites des mondes fictionnels ? Comment peuvent-elles être dépassées, pour peu qu’elles doivent l’être ?

La marge peut aussi être explorée en rapport avec une norme. Elle devient alors un espace de contrainte ou de liberté dont l’artiste et l’homme de lettres s’emparent pour créer des œuvres alliant tradition et innovation. Comment auteurs, peintres, sculpteurs et architectes détournent-ils les codes et modèles afin de développer des formules inédites ? Comment les grammairiens établissent-ils les normes d’une langue, quelles en sont les conséquences sur les pratiques, littéraires mais aussi sociales (sociolectes), de cette langue ? Quelles résistances ces normes suscitent-elles ?

La marge peut aussi être interrogée dans sa matérialité, en tant que séparateur spatial, entre monde réel et espace fictif. Grotesques, architecture en trompe l’œil, tapisseries feintes – l’artiste transgresse avec ingéniosité la limite imposée par le cadre. C’est également dans l’espace paratextuel que le copiste ou l’imprimeur interagit avec les autres intervenants du processus de création et de réception du livre (corrections, gloses, instructions à destination de l’enlumineur, du graveur ou du lecteur ; colophons, lettres au lecteur) ; que le possesseur peut se faire connaître (marques d’appartenance, commentaires) ; que remanieurs et maîtres d’atelier, enfin, créent un véritable apparat destiné à faciliter l’interaction entre texte et lecteur (rubriques, tables des matières, titres courants).

À partir des objets et des disciplines qui leurs sont propres, les participant·e·s sont invité·e·s à proposer une réflexion sur la notion de marge et sur les notions sœurs que sont celles de limites, de confins ou de frontières, de même que sur la place que celles-ci occupent au sein de leurs recherches.

Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront être présentées en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Au terme de chaque session sera engagée, avec le public présent, une discussion que le comité organisateur souhaite résolument transdisciplinaire.

Modalités pratiques

Les propositions des doctorant·e·s, belges ou étranger·ère·s, sont attendues pour le 31 août 2019, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à l’UR Transitions (transitions.jd2020@gmail.com), en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant·e et celles du/de la (des) directeur·rice(s) de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse, l’intitulé de la communication, et un résumé d’une quinzaine de lignes de la communication proposée, rédigé en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Les doctorant·e·s seront informé·e·s des résultats de la sélection le 15 septembre 2019.

À l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’UR Transitions est heureuse d’annoncer que les déjeuners et les pauses café des deux journées seront offerts. Les frais relatifs au transport et au logement seront en revanche à charge des participant·e·s.

Comité organisateur : Giulia Barison, Alexandre Goderniaux, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Comité scientifique : Renaud Adam, Giulia Barison, Émilie Corswarem, Laure Fagnart, Alexandre Goderniaux, Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Source

https://cescm.hypotheses.org/11536

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication, École internationale d’été”Understanding Mediterranean Collections”, Aix-en-Provence/Marseille, 8-17/07 (date limite : 06/05)

Coordination

Emmanuelle Chapron (MMSH-TELEMMe), Véronique Ginouvès (MMSH), Cyril Isnart (IDEMEC), Julien Loiseau (IREMAM), Aude Fanlo (MuCEM).

Présentation

La Maison méditerranéenne des sciences de lhomme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (IFPO), et dans le cadre du Réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), organise une école d’été internationale à Aix-enProvence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019. 

“Collections en Méditerranée / Understanding Mediterranean Collections” propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes. 

Les études méditerranéennes s’appuient sur des ensembles de sources – archives, imprimés, manuscrits, iconographie, objets, vestiges archéologiques, documents sonores et audiovisuels – conservés dans des bibliothèques, des dépôts d’archives, des musées, des bases de données numériques. Ces ensembles sont souvent utilisés par les chercheurs sans tenir compte de leur statut de collection. Or ces ensembles sont le fruit d’opérations de rassemblement, de tri, de conservation, de transmission, parfois de dispersions, de destructions partielles ou totales, de reconstitutions virtuelles ou matérielles. Leur histoire peut être ancienne, stratifiée, mal documentée, ou résulter d’initiatives récentes, chargées d’enjeux politiques et culturels très vifs. Leur traitement archivistique peut aussi les avoir transformées, en particulier lorsqu’elles ont été numérisées et que leur structuration en formats de données informatiques les a rendues plus accessibles, plus visuelles, plus facilement utilisables.

Comment la constitution des collections a-t-elle accompagné la construction et l’évolution de l’objet scientifique qu’est la Méditerranée ? Comment exploiter des collections constituées selon une logique propre, tout en renouvelant les questionnaires que l’on peut développer à partir d’elles ? Comment documenter l’histoire des collections disparues, dispersées, détruites par les catastrophes ou les conflits ? Peut-on retrouver les réflexes savants issus de la consultation de supports analogiques dans la recherche et l’usage des collections numériques ? Comment constituer, exploiter et transmettre de nouveaux corpus documentaires ?

Le propos de cette école d’été est d’aborder de front les problématiques scientifiques et professionnelles, de manière à faciliter le dialogue et la collaboration entre les milieux de la recherche et les milieux de la conservation et de la valorisation patrimoniale.

L’école se déroulera de la manière suivante:

  • des conférences de chercheurs ou de professionnels internationaux enrichiront la réflexion par l’analyse de situations relatives aux autres pays européens et de la rive sud-méditerranéenne.
  • des visites dans des collections aixoises et marseillaises, conçues à la fois comme des conférences guidées et comme des formations sur site, seront conduites par un binôme chercheur-professionnel.  
  • des ateliers méthodologiques encadrés par des chercheurs et des professionnels formeront les participants aux différentes modalités d’écriture employées dans l’analyse et la valorisation d’une collection (billet sur un carnet de recherche en ligne, livret de visite d’une collection, présentation sur le site de l’établissement, documentaire filmé ou montage sonore). Ces ateliers permettront aux participants de travailler à leur projet personnel qui sera présenté lors des séances de restitution. 
Disciplines

Histoire – archéologie – ethnologie – archivistique – humanités numériques – histoire de l’art – sciences de l’Antiquité

Organisation

L’école d’été aura lieu principalement dans les locaux de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) et du MuCEM (Marseille). Elle offre à tous les participants le logement en résidence universitaire, ainsi que les déjeuners. Les frais de déplacement, les petits déjeuners et dîners restent à la charge des participants (des cuisines collectives sont à leur disposition dans les résidences universitaires). Six bourses d’aide à la mobilité d’un montant de 250 € seront accordées sur demande motivée et après examen du dossier du candidat.

Conseil scientifique : Kmar  Bendana (professeur d’histoire contemporaine, Université de la Manouba, Tunisie), Sophie Bouffier (professeur d’histoire ancienne, directrice de la MMSH), Pietro Clemente (professeur d’ethnologie, Université de Sienne, Italie), Isabelle Dion (directrice par interim des ANOM), Émilie Girard (responsable du département des collections et des ressources documentaires du Mucem), Brigitte Marin (professeur d’histoire moderne, Aix Marseille Université), Michel Mouton (directeur de l’IFPO), Catherine Virlouvet (directrice de l’École française de Rome).

Sélection des participants

Le public visé est celui des jeunes chercheurs (Master, Doctorat), mais aussi chercheurs, enseignants-chercheurs et professionnels des institutions culturelles souhaitant se former aux problématiques de l’école d’été. L’école ne nécessite aucun savoir technique spécifique préalable. Les candidats seront sélectionnés sur la base d’un curriculum vitae (max. 2 pages) et d’une présentation (500 mots max.), en français ou en anglais, montrant le lien du projet de recherche ou de l’activité professionnelle avec les problématiques de l’école d’été. 

Renseignements et dépôt des candidatures : ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr

Appel à Candidature et Programme de l’école d’été : http://www.mmsh.univaix.fr/News/Pages/Flash-306.aspx  

Date limite de candidature : 6 mai 2019

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication : “Le Sahara précolonial : des sociétés en archipel”. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (date limite : 30/04)

Projet de publication proposé par Cyrille Aillet (Université Lumière Lyon 2), Chloé Capel (UMR 8167) et Élise Voguet (CNRS, IRHT).

Appel

Depuis une vingtaine d’années, la recherche sur l’histoire des peuples sahariens connaît un renouveau remarquable. La conception traditionnelle du Sahara prémoderne comme espace de frontière entre l’Afrique du Nord et le Sahel a été progressivement abandonnée au profit de l’idée que le Grand Désert constituait une aire autonome, à l’intérieur de laquelle s’opérait la jonction entre les deux Afriques (Loimeier, 2013, 54-76). Notre appel à contributions s’inscrit dans cette nouvelle dynamique en invitant historiens, archéologues et spécialistes d’autres disciplines à questionner la cohérence de cet espace culturel saharien, entre le haut Moyen Âge, où l’islam fait son apparition dans ces régions, et le xixe siècle, à la veille des poussées coloniales modernes. Le point de départ de notre réflexion est le constat d’une tension entre le caractère insulaire de ces sociétés et leur vocation cosmopolite, entre la discontinuité géographique du peuplement saharien et les formes de cohésion socio-culturelle qui peuvent en assurer l’unité relative, à l’image des archipels maritimes. En effet, si les régions comme le Tafilalt au Maroc (Capel, 2016a), le Touat (Voguet, 2017 et 2018) ou le bassin de Ouargla (Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) en Algérie, le Fezzan en Libye (entre autres Mattingly, Sterry, Edwards, 2015) ou les oasis du Kaouar au Niger (Vikør, 1999) peuvent être considérées comme des points névralgiques au sein d’un vaste réseau d’échanges et de rencontres transrégionaux, elles n’abritent pas moins des cultures vernaculaires d’une diversité et d’une richesse remarquables. De même, la grande mobilité de leurs habitants, notamment les marchands ou les lettrés, a donné lieu à la formation d’une véritable diaspora transsaharienne, marquée par une conscience et une mémoire de groupe qui peuvent être très fortes (Lydon, 2009, 340-400).

Les contributions, en interrogeant la pertinence de la notion d’archipel appliquée aux mondes sahariens, telle qu’elle a pu être également employée pour qualifier l’économie mondialisée actuelle (Dolfus, 1996, 25-30), devraient s’articuler autour de trois axes de recherche.

Le premier axe envisage le phénomène de la mobilité des oasiens sur la longue durée et celui de l’attraction de ces pôles de peuplement sahariens. Nous serons attentifs à la pratique du commerce à grande ou moyenne distance (Lydon, 2009 ; Mattingly et alii , 2017), aux migrations économiques ou sociales de groupes nomades vers les régions oasiennes (Cleaveland, 2002) et aux différents déplacements à des fins religieuses ou intellectuelles, tels que les pèlerinages ou les voyages « pour acquérir la science » (fī ṭalab al-ʿilm) des lettrés musulmans (Warscheid, 2017).

Le deuxième axe concerne l’organisation politique et sociale des différentes sociétés oasiennes. L’objectif est, d’un côté, de penser les organisations de peuplement et les formes d’exercice de pouvoir, notamment par la fabrique de structures institutionnelles à l’échelle locale (Warscheid, 2017), de l’autre, de sonder les relations que les régions oasiennes entretiennent entre elles mais aussi avec des acteurs politiques externes (méditerranéens et sub-sahariens principalement), qu’il s’agisse d’États ou de confédérations tribales (Cleaveland, 2002 ; Hassen, 1999 ; Amara, 2003). Ce thème sera aussi l’occasion de questionner le poids de ces interlocuteurs extérieurs dans la structuration politique et économique de ces archipels sahariens et dans l’émergence des grandes formations politiques sahariennes (Grémont, 2010) telles que l’Empire almoravide, le royaume de Ghāna ou les sultanats de Mālī, de Kānem ou de Borno.

Enfin, le troisième axe s’attache à une histoire de la production culturelle en milieu oasien, envisagée comme un processus d’appropriation créative de formes et de modèles allogènes par les populations locales, ou comme l’élaboration de modèles autochtones. Il s’agit d’interroger l’apparition de traditions littéraires (Rebstock, 2001 ; Hunwick, 2011 ; Steward, 2016) et la genèse d’une culture savante et religieuse musulmane (Osswald, 1993 ; Krätli & Lydon, 2011), mais aussi d’historiciser la culture matérielle oasienne, de l’artisanat à l’architecture (Vallat, 2014 ; Chekhab-Abudaya, 2016 ; Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) et le domaine des savoirs et des savoir-faire sahariens, notamment agricoles, techniques, symboliques et artistiques (Capel, 2016b). Dans ce cadre, nous serons particulièrement sensibles aux approches qui thématisent l’interaction entre l’oralité et l’écriture.

Calendrier

Les propositions d’articles, en français ou en anglais (4 000 signes maximum) sont à envoyer par courriel à cyrilleaillet@yahoo.fr avant le 01 septembre 2019.

Les auteurs recevront une réponse (article retenu ou non) dans le mois suivant.

Les articles rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45 000 signes devront être envoyés avant le 30 avril 2020. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication : dépasser la frontière, revue Frontiere·s (date limite : 10/06)

Frontière·s. Revue d’Archéologie, Histoire et Histoire de l’art se destine à offrir un espace de réflexion épistémologique en Open Access aux chercheur·se·s dont les travaux portent sur les sociétés antiques et médiévales autour du terme polysémique et débattu de « frontière ». Pour son numéro inaugural, « Dépasser la frontière  », la revue aborde les thématiques associées au franchissement des frontières, quelles qu’elles soient.

Présentation de la revue

À ce jour, peu d’espaces dédiés à la réflexion épistémologique sont disponibles en Open Access dans les sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge. C’est de ce constat que sont nés le laboratoire junior et la revue Frontière·s. Son objectif est de proposer à la communauté scientifique un support de publication rapide tout en garantissant la rigueur scientifique de l’évaluation par les pairs. Cette initiative est portée par de jeunes chercheurs de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, principal soutien du projet, en partenariat avec la Pépinière de revues de l’Université Jean Moulin (Lyon 3).

Dans les études menées sur les sociétés anciennes, la notion de frontière est bien souvent restreinte au sens de limite géopolitique. Pourtant, la polysémie du mot permet d’envisager une multitude de réflexions portant sur les modalités de séparation, concrètes ou abstraites, naturelles ou construites. C’est le sens de la revue Frontière·s : embrasser les différentes acceptions du mot frontière, en tant que limite, non seulement géophysique, étatique ou politique, mais aussi sociale, culturelle, symbolique, linguistique, métaphysique, etc. En d’autres termes, les contributions pourront interroger tous les éléments qui créent des séparations entre les individus au sein des sociétés antiques et médiévales.

Archéologues, historiens et historiens de l’art trouveront dans la revue un cadre pour appréhender la frontière comme objet transdisciplinaire. Celle-ci adoptera le format de synthèses semestrielles, articulées autour de grandes problématiques.

Appel en cours

Ce numéro inaugural propose aux auteur·e·s d’interroger le thème « Dépasser la frontière ». Toutes les acceptions du verbe « dépasser » pourront être abordées, sans restriction sémantique. On pourra l’entendre dans le sens de franchir, surmonter, transgresser, surpasser, etc. Le dépassement de la frontière induit ainsi un large spectre d’acteur·rice·s et de manifestations. Les auteur·e·s aborderont librement la question selon différentes approches :

  • Sémantique et discours
  • Culture matérielle et matérialité
  • Caractère volontaire ou subi du franchissement
  • Transgression de la Loi et des normes
  • Acteurs individuels et mises en réseaux
  • Rythmes, temporalités et dynamiques
  • Intermédiaires et agents
Modalité de soumission

Les auteurs adresseront leur contribution avant le 10 juin 2019 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les normes éditoriales sont disponibles ici.

Les normes bibliographiques sont disponibles ici

Source et contacts

Source : https://calenda.org/554434

Coordination du numéro : Vincent CHOLLIER (HiSoMA) et Gaëlle PERROT (HiSoMA)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel a communication : “Assistance, protection et contrôle social dans les Etats de Savoie et les Etats voisins. Aspects d’histoire sociale à partir des sources juridiques et judiciaires, Nice, 28-29/10 (date limite : 01/05)

L’étude des sources juridiques et judiciaires a toujours été essentielle pour l’histoire sociale ; celle qui a pris forme durant les années 60 du XXe siècle n’aurait pu exister sans elles. Pour autant, cette histoire sociale a débuté par une « histoire par le haut » : les études consacrées aux sources juridiques ont commencé par aborder le droit tel qu’il était produit par les institutions publiques et les acteurs juridictionnels. Mais cela a également permis d’inaugurer une nouvelle approche de la source juridique de la part de l’histoire sociale : non seulement ces sources peuvent être utilisées pour éclairer des éléments oubliés d’histoire sociale, mais leur approche, dans une perspective sociologique ou anthropologique, peut améliorer notre compréhension des constructions normatives et des pratiques judiciaires.

Nice – Faculté de droit et science politique, 28-29 Novembre 2019

Argumentaire

Ainsi, une lecture du droit tel qu’il est appliqué aux individus et tel qu’ils le ressentent offre d’importantes opportunités : elle peut d’abord fournir un complément à ce que peuvent apporter d’autres sources historiques, mais nous éclairer également sur le contexte sociopolitique et les éléments d’expérience sociale qui produisent des sources juridiques dans toute leur diversité.

Ce colloque a ainsi pour objectif d’explorer la manière dont des sources juridiques peuvent être utilisées dans une perspective analytique d’histoire sociale. La thématique choisie concerne le domaine dans lequel le droit est le plus proche de besoins des individus : celui de l’assistance, de la protection et du contrôle social. Cette problématique centrale de l’histoire sociale n’a jamais été abordée dans les États de Savoie : l’historiographie de l’assistance, de la protection et du contrôle social y est quasiment inexistante, en tous cas envisagée à partir de sources juridiques et judiciaires. Or, l’assistance, la protection et le contrôle social sont des enjeux humains, sociétaux, politiques, économiques, juridiques voire juridictionnels de premier ordre et posent, dans une perspective d’histoire sociale, de multiples questions :

Celle d’abord des personnes assistées, en situation de faiblesse de précarité, ou de vulnérabilité et de leurs besoins : les pauvres (mendiants, vagabonds, familles pauvres, familles nombreuses), les malades ou victimes d’accidents (contaminés contagieux, victimes d’épidémies, déments, infirmes, victimes de guerre, blessés), les vieillards, les femmes (veuves, filles-mères, prostituées), les enfants (enfants abandonnés, orphelins), les étrangers (migrants, réfugiés, déplacés, voyageurs, pèlerins), les prisonniers, chômeurs, naufragés…

Cette même diversité se retrouve lorsqu’on s’intéresse aux dispositifs d’assistance, qu’il s’agisse des moyens (aumônes, assurances privées, assurances sociales, mutuelles) ou des structures (hôpitaux, hospices, asiles, lazarets, sanatoria, ateliers de charité, xenodochia).

On la retrouve aussi lorsqu’on pense aux acteurs de l’assistance et de la protection, qu’il s’agisse d’acteurs privés (corporations, confréries de pénitents, associations de dévotion, entreprises, philanthropes, sociétés de secours mutuels, loges maçonniques) ou bien d’acteurs institutionnels (États, Communes, Départements, Provinces, Églises, congrégations religieuses, armée, monts de piété, caisses de crédit municipal).

La cadre chronologique est volontairement large, puisqu’il couvre la période du Moyen Âge, de l’Âge baroque, des Temps modernes et de l’histoire contemporaine.

Le Cadre géographique est celui des Anciens États de Savoie (dans leur acception la plus large) et des États limitrophes à titre de comparaison et afin de mettre en lumière la circulation des modèles et des pratiques.

Les langues du colloque étant l’italien, le français et l’anglais, la communication faite dans une langue fera l’objet d’un résumé d’une page dans au moins une des deux autres langues, et sera distribué au moment du colloque.

Les communications seront limitées à 20 minutes.

Modalités de soumission

Les propositions de communication devront parvenir à l’adresse suivante :

marc.ortolani@univ-cotedazur.fr

En mentionnant :

  • les coordonnées de l’auteur (adresse mail, téléphone)
  • le titre (même provisoire) de la communication
  • un bref résumé (10 lignes maximum)
  • une présentation de l’auteur (10 lignes maximum)

Délai de réponse à l’appel à communication : au plus tard le 1er mai 2019

Source : https://rmblf.be/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication: Gotico-antiqua, proto-romain, hybride. Caractères typographiques du XVe siècle entre gothique et romain (1450-1500)

Le colloque et l’exposition Gotico-Antiqua, Proto-Romain, Hybride. Caractères du XVe siècle entre gothique et romain, les 25 et 26 mai à l’école nationale supérieure d’art et de design de Nancy, sont fondés sur un programme de recherche en cours à l’Atelier national de recherche typographique (ANRT) qui examine la période historique de 1459-1482. Le colloque a pour objectif de réunir des chercheurs dans le domaine de la typographie, de la paléographie et de l’histoire du livre, en mettant l’accent sur les caractères et les formes de lettres. Cette période relativement peu étudiée – après Gutenberg et avant la stabilisation du modèle de Jenson – s’étend des premières traces de tendances humanistiques aux romains ‹purs›, en passant par de nombreux cas de dessins incertains, hybridations volontaires et formes proto- ou archaïques du romain. En 1459 à Mayence, Johann Fust et Peter Schöffer ont imprimé le Rationale Divinorum Officiorum de Guillaume Durand, utilisant un caractère typographique (connu aujourd’hui en tant que Durandus) qui ne ressemblait à aucun autre caractère antérieur. De là, nous pouvons suivre une grande varité de développements, en partie relative aux voyages des premiers imprimeurs de la région du Rhin vers l’Italie et la France. Par extension, nous nous intéressons également au mouvement des presses privées initié par William Morris et Emery Walker à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne. Ce mouvement a redonné vie à certains de ces caractères avant qu’ils ne retombent dans l’oubli.

Nous sollicitons des contributions sur la période 1450-1500, dans les domaines de la recherche en typographie, paléographie et incunables, ainsi que de la période plus tardive de revival par les presses privées et les fonderies de caractères à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Nous nous intéressons particulièrement aux formes de lettres qui se situent quelque part entre les styles gothique et romain (tendances humanistiques dans le gothique, traces du gothique dans le romain, hybridations de gothique et de romain), ainsi qu’à des contributions concernant le contexte plus large, et la période de transition de la fin du Moyen Âge à la Renaissance (manuscrits et impressions). La proposition doit être soumise en anglais, mais les conférences peuvent être données en anglais ou en français.

La date limite de soumission des candidatures est fixée au 8 mars 2019 (minuit, heure d’Europe centrale).

Merci d’envoyer votre proposition à gotico-antiqua@anrt-nancy.fr et d’écrire «Gotico-Antiqua proposition» dans l’objet email. Les propositions doivent comprendre un titre, un résumé de la présentation (3000 signes/500 mots max) et un court CV, le tout regroupé de préference dans un seul fichier PDF.

24-26 avril 2019

Ecole nationale supérieure d’art et de design – Place Cartier Bresson
Nancy, France (54)

  • Thomas Huot-Marchand
    courriel : thomas [dot] huot-marchand [at] anrt-nancy [dot] fr

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

9eme International Medieval Meeting Lleida (25-18/06), Lleida

The main strand of this year’s Meeting is “Expressivity and power in the Middle Ages”. Confirmed speakers are: Piroska Nagy (Université du Québec), Sari Katajala-Peltomaa(Tampere University), Christian de Mérindol, Maravillas Aguiar (Universidad de La Laguna), Alicia Miguélez (Universidade Nova de Lisboa), María del Carmen García Herrero and Cristina Pérez Galán (Universidad de Zaragoza), Xavier Barral (Università Ca’ Foscari Venezia – Institut d’Estudis Catalans), Vinni Lucherini (Università degli Studi di Napoli Federico II), Bernard Ribemont (Université d’Orléans), Bernard Ribemont (Université d’Orléans), Nelly Labére (Université de Bordeaux),Francesc Massip (Universitat Rovira i Virgili) and Karen Stöber (Universitat de Lleida).

Enrolment open for paperssessions, posters and business from 5th November 2018 until 24th March 2019.

Enrolment open for attendees from 5th November 2018 until 24th May 2019.

Registration Fee

Full rate : : 100 €

Doctoral/graduate/undergraduate students ; Participants previous editions of IMMLleida ; Participants aged over 65 ; Unemployed : 50 €

Source : http://www.internationalmedievalmeetinglleida.udl.cat/en/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communications : The Surrounding Forest : Trees in the Medieval Imaginary, Londres, 22 juin 2019 (date limite : 1 mars)

In the Shanameh written by the Persian poet Ferdowsi at around the turn of the Christian millennium, the conqueror Sekandar (aka Alexander the Great) encounters a speaking tree that foretells his doom, saying: 

Few days remain;

You must prepare your final baggage train. Neither your mother, nor your family,

Nor the veiled women of your land will see Your face again.

Like the tree of the Dream of the Rood, which speaks for itself, or the dream tree of Nebuchadnezzar in the Book of Daniel, which portends the Babylonian king’s own fall, the speaking tree faced by Sekandar is a being that possesses knowledge and understanding of the world that far exceeds his own. There is something magnificent about trees, a majesty to their towering figures that singles them out as more than just a part of our natural surroundings. Rooted in the soil, they emerge from below and aim high: forever branching never-ending fractals. Exhaling, we relax and sink into their repeating patterns. Why do we recognize them as objects of beauty? How is this loveliness captured in medieval imagery? Is the method different across cultures? Why? Are arboreal images particularly well-suited to certain types of knowledge communication? What might they be? We are interested in how humans use these images drawn from nature to communicate effectively.

This one-day symposium aims to explore the image of the tree as a conduit for the exploration of human engagements with environment in the global middle ages, broadly defined, and seeks to encourage cross-cultural, trans-national, and interdisciplinary understanding of the role of trees, woodland, and other vegetation in various contexts. We want to better understand human responses to nature. What is it about ‘arboreal beauty’ that connects it with the divine? Recognized across cultures as axis mundi, the tree shoots upwards, its trunk and branches stretching, reaching, growing towards the light as it seeks to bridge the in-between space that divides earth from the heavens. The liminal quality of foliage, trees, and forests is recognized by artists and weavers of images across the world. 

Papers may include, but are not limited to, consideration of trees:

  • as central and marginal images 
  • as symbol and metaphor for systems of kinship/networks/communities 
  • as a material for craft/manufacture that acknowledges/utilizes arboreal materiality 
  • and geographical/regional variation in their symbolic, religious, and cultural significance 
  • and forests as persons, and the emotional/sensory life of trees 
  • pre-/post-Industrial age 
  • as means of expressing human emotion 
  • as a means of considering Deep Time, timelessness, eternity, and temporality 
  • and their connection with ‘folk’ customs and practices  
  • as a symbol for negotiation across cultures, religions, and cultural traditions 
  • as an image of salvation, with life-giving properties, for the body and/or soul 
  • as underlying diagrammatic structures in mapping and communicating knowledge

Anyone interested in participating should send a paper title and brief abstract (max 250 words) for 20-minute papers to the organizers, Mike Bintley (michael.bintley@bbk.ac.uk) and Pippa Salonius (pippa.salonius@monash.edu), by 1st March, 2019. 

Please include your full contact details, including institutional affiliation and professional status.

Lieu

Birkbeck College, University of London A Symposium Hosted by Medieval Ecocriticisms and N/EMICS

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts