Archives de catégorie : Appels à contribution

Appel à communication : « Le Sahara précolonial : des sociétés en archipel ». Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (date limite : 30/04)

Projet de publication proposé par Cyrille Aillet (Université Lumière Lyon 2), Chloé Capel (UMR 8167) et Élise Voguet (CNRS, IRHT).

Appel

Depuis une vingtaine d’années, la recherche sur l’histoire des peuples sahariens connaît un renouveau remarquable. La conception traditionnelle du Sahara prémoderne comme espace de frontière entre l’Afrique du Nord et le Sahel a été progressivement abandonnée au profit de l’idée que le Grand Désert constituait une aire autonome, à l’intérieur de laquelle s’opérait la jonction entre les deux Afriques (Loimeier, 2013, 54-76). Notre appel à contributions s’inscrit dans cette nouvelle dynamique en invitant historiens, archéologues et spécialistes d’autres disciplines à questionner la cohérence de cet espace culturel saharien, entre le haut Moyen Âge, où l’islam fait son apparition dans ces régions, et le xixe siècle, à la veille des poussées coloniales modernes. Le point de départ de notre réflexion est le constat d’une tension entre le caractère insulaire de ces sociétés et leur vocation cosmopolite, entre la discontinuité géographique du peuplement saharien et les formes de cohésion socio-culturelle qui peuvent en assurer l’unité relative, à l’image des archipels maritimes. En effet, si les régions comme le Tafilalt au Maroc (Capel, 2016a), le Touat (Voguet, 2017 et 2018) ou le bassin de Ouargla (Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) en Algérie, le Fezzan en Libye (entre autres Mattingly, Sterry, Edwards, 2015) ou les oasis du Kaouar au Niger (Vikør, 1999) peuvent être considérées comme des points névralgiques au sein d’un vaste réseau d’échanges et de rencontres transrégionaux, elles n’abritent pas moins des cultures vernaculaires d’une diversité et d’une richesse remarquables. De même, la grande mobilité de leurs habitants, notamment les marchands ou les lettrés, a donné lieu à la formation d’une véritable diaspora transsaharienne, marquée par une conscience et une mémoire de groupe qui peuvent être très fortes (Lydon, 2009, 340-400).

Les contributions, en interrogeant la pertinence de la notion d’archipel appliquée aux mondes sahariens, telle qu’elle a pu être également employée pour qualifier l’économie mondialisée actuelle (Dolfus, 1996, 25-30), devraient s’articuler autour de trois axes de recherche.

Le premier axe envisage le phénomène de la mobilité des oasiens sur la longue durée et celui de l’attraction de ces pôles de peuplement sahariens. Nous serons attentifs à la pratique du commerce à grande ou moyenne distance (Lydon, 2009 ; Mattingly et alii , 2017), aux migrations économiques ou sociales de groupes nomades vers les régions oasiennes (Cleaveland, 2002) et aux différents déplacements à des fins religieuses ou intellectuelles, tels que les pèlerinages ou les voyages « pour acquérir la science » (fī ṭalab al-ʿilm) des lettrés musulmans (Warscheid, 2017).

Le deuxième axe concerne l’organisation politique et sociale des différentes sociétés oasiennes. L’objectif est, d’un côté, de penser les organisations de peuplement et les formes d’exercice de pouvoir, notamment par la fabrique de structures institutionnelles à l’échelle locale (Warscheid, 2017), de l’autre, de sonder les relations que les régions oasiennes entretiennent entre elles mais aussi avec des acteurs politiques externes (méditerranéens et sub-sahariens principalement), qu’il s’agisse d’États ou de confédérations tribales (Cleaveland, 2002 ; Hassen, 1999 ; Amara, 2003). Ce thème sera aussi l’occasion de questionner le poids de ces interlocuteurs extérieurs dans la structuration politique et économique de ces archipels sahariens et dans l’émergence des grandes formations politiques sahariennes (Grémont, 2010) telles que l’Empire almoravide, le royaume de Ghāna ou les sultanats de Mālī, de Kānem ou de Borno.

Enfin, le troisième axe s’attache à une histoire de la production culturelle en milieu oasien, envisagée comme un processus d’appropriation créative de formes et de modèles allogènes par les populations locales, ou comme l’élaboration de modèles autochtones. Il s’agit d’interroger l’apparition de traditions littéraires (Rebstock, 2001 ; Hunwick, 2011 ; Steward, 2016) et la genèse d’une culture savante et religieuse musulmane (Osswald, 1993 ; Krätli & Lydon, 2011), mais aussi d’historiciser la culture matérielle oasienne, de l’artisanat à l’architecture (Vallat, 2014 ; Chekhab-Abudaya, 2016 ; Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) et le domaine des savoirs et des savoir-faire sahariens, notamment agricoles, techniques, symboliques et artistiques (Capel, 2016b). Dans ce cadre, nous serons particulièrement sensibles aux approches qui thématisent l’interaction entre l’oralité et l’écriture.

Calendrier

Les propositions d’articles, en français ou en anglais (4 000 signes maximum) sont à envoyer par courriel à cyrilleaillet@yahoo.fr avant le 01 septembre 2019.

Les auteurs recevront une réponse (article retenu ou non) dans le mois suivant.

Les articles rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45 000 signes devront être envoyés avant le 30 avril 2020. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication : dépasser la frontière, revue Frontiere·s (date limite : 10/06)

Frontière·s. Revue d’Archéologie, Histoire et Histoire de l’art se destine à offrir un espace de réflexion épistémologique en Open Access aux chercheur·se·s dont les travaux portent sur les sociétés antiques et médiévales autour du terme polysémique et débattu de « frontière ». Pour son numéro inaugural, « Dépasser la frontière  », la revue aborde les thématiques associées au franchissement des frontières, quelles qu’elles soient.

Présentation de la revue

À ce jour, peu d’espaces dédiés à la réflexion épistémologique sont disponibles en Open Access dans les sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge. C’est de ce constat que sont nés le laboratoire junior et la revue Frontière·s. Son objectif est de proposer à la communauté scientifique un support de publication rapide tout en garantissant la rigueur scientifique de l’évaluation par les pairs. Cette initiative est portée par de jeunes chercheurs de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, principal soutien du projet, en partenariat avec la Pépinière de revues de l’Université Jean Moulin (Lyon 3).

Dans les études menées sur les sociétés anciennes, la notion de frontière est bien souvent restreinte au sens de limite géopolitique. Pourtant, la polysémie du mot permet d’envisager une multitude de réflexions portant sur les modalités de séparation, concrètes ou abstraites, naturelles ou construites. C’est le sens de la revue Frontière·s : embrasser les différentes acceptions du mot frontière, en tant que limite, non seulement géophysique, étatique ou politique, mais aussi sociale, culturelle, symbolique, linguistique, métaphysique, etc. En d’autres termes, les contributions pourront interroger tous les éléments qui créent des séparations entre les individus au sein des sociétés antiques et médiévales.

Archéologues, historiens et historiens de l’art trouveront dans la revue un cadre pour appréhender la frontière comme objet transdisciplinaire. Celle-ci adoptera le format de synthèses semestrielles, articulées autour de grandes problématiques.

Appel en cours

Ce numéro inaugural propose aux auteur·e·s d’interroger le thème « Dépasser la frontière ». Toutes les acceptions du verbe « dépasser » pourront être abordées, sans restriction sémantique. On pourra l’entendre dans le sens de franchir, surmonter, transgresser, surpasser, etc. Le dépassement de la frontière induit ainsi un large spectre d’acteur·rice·s et de manifestations. Les auteur·e·s aborderont librement la question selon différentes approches :

  • Sémantique et discours
  • Culture matérielle et matérialité
  • Caractère volontaire ou subi du franchissement
  • Transgression de la Loi et des normes
  • Acteurs individuels et mises en réseaux
  • Rythmes, temporalités et dynamiques
  • Intermédiaires et agents
Modalité de soumission

Les auteurs adresseront leur contribution avant le 10 juin 2019 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les normes éditoriales sont disponibles ici.

Les normes bibliographiques sont disponibles ici

Source et contacts

Source : https://calenda.org/554434

Coordination du numéro : Vincent CHOLLIER (HiSoMA) et Gaëlle PERROT (HiSoMA)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel a communication : « Assistance, protection et contrôle social dans les Etats de Savoie et les Etats voisins. Aspects d’histoire sociale à partir des sources juridiques et judiciaires, Nice, 28-29/10 (date limite : 01/05)

L’étude des sources juridiques et judiciaires a toujours été essentielle pour l’histoire sociale ; celle qui a pris forme durant les années 60 du XXe siècle n’aurait pu exister sans elles. Pour autant, cette histoire sociale a débuté par une « histoire par le haut » : les études consacrées aux sources juridiques ont commencé par aborder le droit tel qu’il était produit par les institutions publiques et les acteurs juridictionnels. Mais cela a également permis d’inaugurer une nouvelle approche de la source juridique de la part de l’histoire sociale : non seulement ces sources peuvent être utilisées pour éclairer des éléments oubliés d’histoire sociale, mais leur approche, dans une perspective sociologique ou anthropologique, peut améliorer notre compréhension des constructions normatives et des pratiques judiciaires.

Nice – Faculté de droit et science politique, 28-29 Novembre 2019

Argumentaire

Ainsi, une lecture du droit tel qu’il est appliqué aux individus et tel qu’ils le ressentent offre d’importantes opportunités : elle peut d’abord fournir un complément à ce que peuvent apporter d’autres sources historiques, mais nous éclairer également sur le contexte sociopolitique et les éléments d’expérience sociale qui produisent des sources juridiques dans toute leur diversité.

Ce colloque a ainsi pour objectif d’explorer la manière dont des sources juridiques peuvent être utilisées dans une perspective analytique d’histoire sociale. La thématique choisie concerne le domaine dans lequel le droit est le plus proche de besoins des individus : celui de l’assistance, de la protection et du contrôle social. Cette problématique centrale de l’histoire sociale n’a jamais été abordée dans les États de Savoie : l’historiographie de l’assistance, de la protection et du contrôle social y est quasiment inexistante, en tous cas envisagée à partir de sources juridiques et judiciaires. Or, l’assistance, la protection et le contrôle social sont des enjeux humains, sociétaux, politiques, économiques, juridiques voire juridictionnels de premier ordre et posent, dans une perspective d’histoire sociale, de multiples questions :

Celle d’abord des personnes assistées, en situation de faiblesse de précarité, ou de vulnérabilité et de leurs besoins : les pauvres (mendiants, vagabonds, familles pauvres, familles nombreuses), les malades ou victimes d’accidents (contaminés contagieux, victimes d’épidémies, déments, infirmes, victimes de guerre, blessés), les vieillards, les femmes (veuves, filles-mères, prostituées), les enfants (enfants abandonnés, orphelins), les étrangers (migrants, réfugiés, déplacés, voyageurs, pèlerins), les prisonniers, chômeurs, naufragés…

Cette même diversité se retrouve lorsqu’on s’intéresse aux dispositifs d’assistance, qu’il s’agisse des moyens (aumônes, assurances privées, assurances sociales, mutuelles) ou des structures (hôpitaux, hospices, asiles, lazarets, sanatoria, ateliers de charité, xenodochia).

On la retrouve aussi lorsqu’on pense aux acteurs de l’assistance et de la protection, qu’il s’agisse d’acteurs privés (corporations, confréries de pénitents, associations de dévotion, entreprises, philanthropes, sociétés de secours mutuels, loges maçonniques) ou bien d’acteurs institutionnels (États, Communes, Départements, Provinces, Églises, congrégations religieuses, armée, monts de piété, caisses de crédit municipal).

La cadre chronologique est volontairement large, puisqu’il couvre la période du Moyen Âge, de l’Âge baroque, des Temps modernes et de l’histoire contemporaine.

Le Cadre géographique est celui des Anciens États de Savoie (dans leur acception la plus large) et des États limitrophes à titre de comparaison et afin de mettre en lumière la circulation des modèles et des pratiques.

Les langues du colloque étant l’italien, le français et l’anglais, la communication faite dans une langue fera l’objet d’un résumé d’une page dans au moins une des deux autres langues, et sera distribué au moment du colloque.

Les communications seront limitées à 20 minutes.

Modalités de soumission

Les propositions de communication devront parvenir à l’adresse suivante :

marc.ortolani@univ-cotedazur.fr

En mentionnant :

  • les coordonnées de l’auteur (adresse mail, téléphone)
  • le titre (même provisoire) de la communication
  • un bref résumé (10 lignes maximum)
  • une présentation de l’auteur (10 lignes maximum)

Délai de réponse à l’appel à communication : au plus tard le 1er mai 2019

Source : https://rmblf.be/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication : les seigneurs de Beaujeu : Xe – XVe s, Lyon, 11/06 (date limite : 01/04)

Après une première journée qui s’est tenue en novembre 2017, Bruno Galland et Xavier Hélary organisent une seconde journée sur les seigneurs de Beaujeu (Xe-XVe s.), le mardi 11 juin 2019, aux Archives départementales et métropolitaines de Lyon.

Les propositions de communication peuvent être adressées à xavier.helary@univ-lyon3.fr

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication: Gotico-antiqua, proto-romain, hybride. Caractères typographiques du XVe siècle entre gothique et romain (1450-1500)

Le colloque et l’exposition Gotico-Antiqua, Proto-Romain, Hybride. Caractères du XVe siècle entre gothique et romain, les 25 et 26 mai à l’école nationale supérieure d’art et de design de Nancy, sont fondés sur un programme de recherche en cours à l’Atelier national de recherche typographique (ANRT) qui examine la période historique de 1459-1482. Le colloque a pour objectif de réunir des chercheurs dans le domaine de la typographie, de la paléographie et de l’histoire du livre, en mettant l’accent sur les caractères et les formes de lettres. Cette période relativement peu étudiée – après Gutenberg et avant la stabilisation du modèle de Jenson – s’étend des premières traces de tendances humanistiques aux romains ‹purs›, en passant par de nombreux cas de dessins incertains, hybridations volontaires et formes proto- ou archaïques du romain. En 1459 à Mayence, Johann Fust et Peter Schöffer ont imprimé le Rationale Divinorum Officiorum de Guillaume Durand, utilisant un caractère typographique (connu aujourd’hui en tant que Durandus) qui ne ressemblait à aucun autre caractère antérieur. De là, nous pouvons suivre une grande varité de développements, en partie relative aux voyages des premiers imprimeurs de la région du Rhin vers l’Italie et la France. Par extension, nous nous intéressons également au mouvement des presses privées initié par William Morris et Emery Walker à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne. Ce mouvement a redonné vie à certains de ces caractères avant qu’ils ne retombent dans l’oubli.

Nous sollicitons des contributions sur la période 1450-1500, dans les domaines de la recherche en typographie, paléographie et incunables, ainsi que de la période plus tardive de revival par les presses privées et les fonderies de caractères à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Nous nous intéressons particulièrement aux formes de lettres qui se situent quelque part entre les styles gothique et romain (tendances humanistiques dans le gothique, traces du gothique dans le romain, hybridations de gothique et de romain), ainsi qu’à des contributions concernant le contexte plus large, et la période de transition de la fin du Moyen Âge à la Renaissance (manuscrits et impressions). La proposition doit être soumise en anglais, mais les conférences peuvent être données en anglais ou en français.

La date limite de soumission des candidatures est fixée au 8 mars 2019 (minuit, heure d’Europe centrale).

Merci d’envoyer votre proposition à gotico-antiqua@anrt-nancy.fr et d’écrire «Gotico-Antiqua proposition» dans l’objet email. Les propositions doivent comprendre un titre, un résumé de la présentation (3000 signes/500 mots max) et un court CV, le tout regroupé de préference dans un seul fichier PDF.

24-26 avril 2019

Ecole nationale supérieure d’art et de design – Place Cartier Bresson
Nancy, France (54)

  • Thomas Huot-Marchand
    courriel : thomas [dot] huot-marchand [at] anrt-nancy [dot] fr

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

9eme International Medieval Meeting Lleida (25-18/06), Lleida

The main strand of this year’s Meeting is « Expressivity and power in the Middle Ages ». Confirmed speakers are: Piroska Nagy (Université du Québec), Sari Katajala-Peltomaa(Tampere University), Christian de Mérindol, Maravillas Aguiar (Universidad de La Laguna), Alicia Miguélez (Universidade Nova de Lisboa), María del Carmen García Herrero and Cristina Pérez Galán (Universidad de Zaragoza), Xavier Barral (Università Ca’ Foscari Venezia – Institut d’Estudis Catalans), Vinni Lucherini (Università degli Studi di Napoli Federico II), Bernard Ribemont (Université d’Orléans), Bernard Ribemont (Université d’Orléans), Nelly Labére (Université de Bordeaux),Francesc Massip (Universitat Rovira i Virgili) and Karen Stöber (Universitat de Lleida).

Enrolment open for paperssessions, posters and business from 5th November 2018 until 24th March 2019.

Enrolment open for attendees from 5th November 2018 until 24th May 2019.

Registration Fee

Full rate : : 100 €

Doctoral/graduate/undergraduate students ; Participants previous editions of IMMLleida ; Participants aged over 65 ; Unemployed : 50 €

Source : http://www.internationalmedievalmeetinglleida.udl.cat/en/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communications : The Surrounding Forest : Trees in the Medieval Imaginary, Londres, 22 juin 2019 (date limite : 1 mars)

In the Shanameh written by the Persian poet Ferdowsi at around the turn of the Christian millennium, the conqueror Sekandar (aka Alexander the Great) encounters a speaking tree that foretells his doom, saying: 

Few days remain;

You must prepare your final baggage train. Neither your mother, nor your family,

Nor the veiled women of your land will see Your face again.

Like the tree of the Dream of the Rood, which speaks for itself, or the dream tree of Nebuchadnezzar in the Book of Daniel, which portends the Babylonian king’s own fall, the speaking tree faced by Sekandar is a being that possesses knowledge and understanding of the world that far exceeds his own. There is something magnificent about trees, a majesty to their towering figures that singles them out as more than just a part of our natural surroundings. Rooted in the soil, they emerge from below and aim high: forever branching never-ending fractals. Exhaling, we relax and sink into their repeating patterns. Why do we recognize them as objects of beauty? How is this loveliness captured in medieval imagery? Is the method different across cultures? Why? Are arboreal images particularly well-suited to certain types of knowledge communication? What might they be? We are interested in how humans use these images drawn from nature to communicate effectively.

This one-day symposium aims to explore the image of the tree as a conduit for the exploration of human engagements with environment in the global middle ages, broadly defined, and seeks to encourage cross-cultural, trans-national, and interdisciplinary understanding of the role of trees, woodland, and other vegetation in various contexts. We want to better understand human responses to nature. What is it about ‘arboreal beauty’ that connects it with the divine? Recognized across cultures as axis mundi, the tree shoots upwards, its trunk and branches stretching, reaching, growing towards the light as it seeks to bridge the in-between space that divides earth from the heavens. The liminal quality of foliage, trees, and forests is recognized by artists and weavers of images across the world. 

Papers may include, but are not limited to, consideration of trees:

  • as central and marginal images 
  • as symbol and metaphor for systems of kinship/networks/communities 
  • as a material for craft/manufacture that acknowledges/utilizes arboreal materiality 
  • and geographical/regional variation in their symbolic, religious, and cultural significance 
  • and forests as persons, and the emotional/sensory life of trees 
  • pre-/post-Industrial age 
  • as means of expressing human emotion 
  • as a means of considering Deep Time, timelessness, eternity, and temporality 
  • and their connection with ‘folk’ customs and practices  
  • as a symbol for negotiation across cultures, religions, and cultural traditions 
  • as an image of salvation, with life-giving properties, for the body and/or soul 
  • as underlying diagrammatic structures in mapping and communicating knowledge

Anyone interested in participating should send a paper title and brief abstract (max 250 words) for 20-minute papers to the organizers, Mike Bintley (michael.bintley@bbk.ac.uk) and Pippa Salonius (pippa.salonius@monash.edu), by 1st March, 2019. 

Please include your full contact details, including institutional affiliation and professional status.

Lieu

Birkbeck College, University of London A Symposium Hosted by Medieval Ecocriticisms and N/EMICS

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication : « La famille au Moyen Âge entre normes et pratiques », journées d’étude des doctorants du CIHAM, 24-25/10 (date limite : 03/05)

Ces journées d’étude auront pour ambition d’aborder le thème de la famille dans les sociétés médiévales chrétiennes et musulmanes. Elles porteront sur les décalages qui pouvaient exister à une même époque et dans un espace donné entre les normes et les pratiques associées à la famille. En effet, les modèles normatifs – qu’il s’agisse de règles contraignantes ou de prescriptions morales – établissent une définition dominante du groupe familial qui ne se recoupe pas forcément avec les réalités observées dans les actes de la pratique ou les représentations véhiculées par les sources littéraires.

Incluant tout type de normes, juridiques, morales, religieuses, on se posera la question du rôle de la pratique dans l’élaboration des modèles normatifs familiaux. Dans la sphère juridique, par exemple, l’étude de l’émergence de nouvelles règles à travers l’évolution de la jurisprudence ou la diffusion du droit romain et la confrontation avec d’autres pratiques, pourra montrer comment ces modèles se recomposent. Plus largement on questionnera les mutations des règles morales et religieuses en rapport avec la pratique, comme l’assouplissement de la définition de l’inceste par l’Eglise en réponse à l’endogamie de la haute noblesse.

Le décalage entre normes et pratiques pourra également être étudié à travers les productions culturelles, qu’elles soient littéraires, iconographiques ou emblématiques. On s’intéressera particulièrement à la production littéraire ou artistique, qui peut aussi bien renforcer et fonder un cadre prescriptif que le remettre en cause. Comment les auteurs jouent-ils avec la vision de l’inceste, de la bâtardise, ou au contraire entérinent-t-ils des modèles familiaux plus traditionnels ? Il sera pertinent de rendre compte des diverses modalités de représentation de la famille dans ses rapports avec les normes lorsqu’ils sont, par exemple, moteurs de l’intrigue et ressorts du tragique ou du comique. Plus largement, nous invitons les participants à se pencher sur la représentation de l’affiliation familiale par les systèmes de signes, qu’il s’agisse des enluminures, de la peinture, mais aussi de la généalogie, de l’héraldique ou de l’emblématique. Cela peut permettre de mesurer le conformisme ou l’originalité de la représentation de la famille par elle-même.

L’étude des sources matérielles – architecturales et archéologiques – sera l’occasion d’illustrer un autre aspect des pratiques familiales. Par exemple, les traces de l’organisation spatiale et symbolique de l’habitat ou bien celle des sépultures peuvent renseigner sur l’écart entre les normes et les modes de vie.

Cette discordance permet également d’aborder la famille comme une construction culturelle plurielle, et place au centre de l’analyse les acteurs en questionnant le rapport à la norme conçu comme générateur de stratégies. Ainsi, un des axes principaux de réflexion ouvert par ces journées d’étude sera centré sur la manière dont les individus ou les groupes familiaux appréhendent, interprètent ou contournent les règles morales, religieuses ou juridiques. On pourra examiner comment les stratégies matrimoniales ou successorales entrent en conflit avec les normes les plus répandues telles que les règles d’héritage, la prohibition de l’inceste ou bien la définition d’une parenté légitime (qui suppose a contrario d’interroger la place de la parenté naturelle ou filiation illégitime dans la famille médiévale).

Enfin, seront éminemment appréciées les propositions de communication analysant l’évolution des pratiques familiales dans le contexte d’une pluralité de modèles normatifs, notamment dans les aires de contacts religieux et culturels, par exemple les aires de contact entre l’islam et la chrétienté.

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 3 mai 2019 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com.

Organisation : Ronan Capron, Romain Chevalier, Prunelle Deleville, Jérémy Engler, Thomas Girard.

Comité scientifique : Jean-Louis Gaulin, Xavier Hélary, Marylène Possamaï-Perez.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication: »Anticiper et gérer, de la Préhistoire au Moyen Âge », Dijon (date limite : 04/02)

Journées d’études du séminaire Dokimades doctorants en mondes anciens et médiévaux de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté

Se projeter dans l’avenir et élaborer des stratégies sont des processus qui se manifestent dès les périodes anciennes afin de pourvoir aux éventuelles difficultés politiques, économiques, sociales et environnementales. Les réflexions sur la conception de l’anticipation et ses différentes formes dans les sociétés anciennes, déjà entamées par la communauté scientifique, se multiplient depuis les années 2000, avec notamment pour l’Occident romain en 2013 le colloque Gérer les territoires, les patrimoines et les crise[1], ou bien avec le regain des études sur les catastrophes naturelles au Moyen Âge[2]. Ces dynamiques, issues des problématiques de nos sociétés contemporaines liées à l’anticipation et à la gestion, sont omniprésentes car liées à l’économie, à la politique ou aux évolutions climatiques. Elles conduisent ainsi les chercheurs à s’interroger sur les manières dont les civilisations qui nous ont précédées ont pu faire face à de tels questionnements. 

En effet, les contextes archéologiques et historiques dans lesquels tous ces paramètres entrent en jeu permettent d’appréhender les liens tissés entre les notions d’anticipation et de gestion, depuis la Préhistoire jusqu’à la fin du Moyen Âge. La maîtrise des événements repose donc sur la conscience des risques ou sur un empirisme fondé sur les crises déjà constatées. C’est ce modèle préventif qu’incarne le couple anticipation-gestion qui doit être appréhendé de manière pluridisciplinaire et sur le temps long. Aussi les sources sur les phénomènes d’anticipation soulèvent-elles également des questions de fiabilité historique, et en cela, une réflexion philologique sur la question de l’anticipation serait également un apport intéressant. 

Cette réflexion a ainsi l’ambition de favoriser et d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherches rapprochant les historiens, les historiens de l’art les archéologues, ainsi que les philologues et les spécialistes d’archéo-géosciences, dans le cadre chronologique couvert par l’UMR 6298 ARTEHIS de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté. 

Plusieurs interrogations peuvent ainsi être prises en compte. Il s’agit d’interroger la conception de l’anticipation durant ces périodes, et ses différentes manifestations : quelle était la capacité d’anticipation de ces sociétés, et quels en étaient les acteurs, les moyens et les instruments ? Comment les situations de vulnérabilité étaient-elles perçues ? Quelle part l’anticipation tenaitelle dans les prises de décision, qu’elles fussent individuelles ou collectives ? De quelle manière gérait-on les situations inéluctables, telles que la vieillesse et la mort ? Quelle marge de manœuvre était disponible à l’échelle individuelle ou collective pour prévenir un aléa similaire ? A-t-on la possibilité de déceler, archéologiquement, historiquement ou anthropologiquement, l’évolution de mesures préventives pour faire face à une situation répétitive ? 

Face à l’ampleur des sujets qui peuvent intégrer ces réflexions, les journées d’études de Dokima s’articuleront autour de quatre axes : 

  1. Anticiper et gérer dans l’économie  

La question conjointe de l’anticipation et de la gestion peut être envisagée dans la sphère économique, c’est- à-dire dans le champ de la production, de la diffusion et de la consommation de richesses. L’artisanat et le commerce sont alors deux axes privilégiés. Les adaptations d’une chaîne opératoire aux risques auxquels un artisan prévient ou répond constituent des formes essentielles de l’anticipation du quotidien. Ces thèmes englobent en effet l’acquisition de la matière première, la mise en forme et enfin les éventuelles retouches et réparations. La gestion de l’espace, des mobilités et des échanges relève aussi de modalités de l’anticipation, il convient donc de les envisager.

  • De la vulnérabilité à la crise.  

L’ensemble des sociétés est soumis à diverses formes de vulnérabilités, qu’elles soient conjoncturelles ou structurelles. Face à celles-ci, l’anticipation et la gestion sont les principaux instruments dont elles disposent pour les atténuer et ainsi prévenir certaines situations de crise. Ces processus gagnent ainsi à être interrogés dans cette perspective de la prévention : quels en étaient les modes de gestion et d’anticipation ? Comment les sociétés anciennes s’organisaientelles face à des aléas ? Dans quelle mesure la diversité des crises (politiques, sociales, économiques, environnementales) conduisait-elle à une multiplicité des modes de gestion et d’anticipation ? Comment ces modes évoluaient-ils dans le temps et l’espace ? 

  • Anticiper et gérer l’inéluctable : la mort.  

Les manières dont les membres d’une société anticipent le moment de la mort et réagissent à celle-ci constituent une composante culturelle forte. Trois temporalités existent dans ce processus. Il est tout d’abord possible d’anticiper le décès en prenant des dispositions préalables afin de maintenir un lien matériel ou spirituel avec le monde des vivants (rédaction d’un testament, érection d’un monument, formules épigraphiques, par exemple). Le trépas pose ensuite la question de la gestion du corps, à la fois d’un point de vue sanitaire et symbolique. Enfin, après l’inhumation, les restes du défunt peuvent encore être sollicités, que ce soit pour des raisons pratiques, à l’occasion d’événements sociaux ou symboliques, ou bien au moment de leur redécouverte par les archéologues. 

  • Anticipation et gestion des archives écrites et du sol.  

Les chercheurs travaillant sur les périodes anciennes s’interrogent sur les matériaux qu’ils exploitent et étudient, qu’il s’agisse de données archéologiques (mobiliers et immobiliers), de manuscrits, de sceaux ou d’archives. Dans cette perspective les problématiques de l’anticipation et de la gestion ne sont pas absentes : l’inventaire, le tri, le classement, la restauration ou stabilisation, le conditionnement, l’environnement de conservation ou l’élimination sont autant de thèmes qui peuvent être abordés. Cette accumulation de données constitue un autre point de réflexion et mène les chercheurs à s’interroger sur leur traitement, leur gestion, leur exploitation et leur diffusion, via par exemple la constitution de bases de données ou le développement d’outils de traitement numérique et/ou statistique. 


[1] Berrendonner Clara, Cébeillac-Gervasoni Mireille, Lamoine Laurent (éds.), Gérer les territoires, les patrimoines et lescrises. Le Quotidien municipal II, actes du colloque international tenu à la Maison des sciences de l’homme, Clermont-Ferrand, 20- 22 octobre 2011, ClermontFerrand, 2013, 637 p. 


[2] Jouanna Jacques, Leclant Jean, Zink Michel (éds.), L’homme face aux calamités naturelles dans l’Antiquité et au Moyen Âge : actes du 16e colloque de la villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer, les 14 et 15 octobre 2005, Paris, 2006, 293 p. ; plus récemment encore Labbé Thomas, Les catastrophes naturelles au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle), Paris, 2017, 352 p. 


Modalités :

Date limite de remise des titres et propositions d’intervention le 4 février 2019, à adresser par courriel à : dokima.ub@gmail.com.

Les propositions de communication comprendront un texte de 400 mots maximum, incluant le titre, le résumé et l’axe de rattachement, ainsi qu’un CV, seront étudiées par un comité scientifique constitué de professeurs et chercheurs de l’Université de Bourgogne-Franche Comté et les réponses seront données au plus tard au début du mois de mars 2019. 

Les communications des journées d’études feront l’objet d’une publication : aussi les participants seront-ils invités à nous joindre après lesdites journées leur article dont les modalités leur seront précisées ultérieurement. 

Les organisateurs assureront les frais de bouche des déjeuners des 17 et du 18 juin ainsi que du dîner du 17 juin, tandis que les frais de transport ainsi que ceux d’hébergement seront à charge des participants. 

Source

http://artehis.u-bourgogne.fr/images/stories/Images/Actualit%C3%A9s/Appel_a_communications_Dokima.pdf

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communications: colloque international de Bellecroix, « Le château de fond en comble : hiérarchisation verticale de la résidence aristocratique, au Moyen âge et à l’époque moderne » (date limite : 01/05)

Le château, notamment le château fort du Moyen Âge, a souvent exprimé la qualité de son occupant par une hypertrophie de la dimension verticale ; cette volonté ostentatoire de voir et d’être vu est emblématisée par l’empilement des étages et la surélévation des tours. Du point de vue de la hiérarchisation verticale des espaces intérieurs, le premier étage est généralement réservé aux fonctions les plus nobles, l’apparat et la réception, tandis que les niveaux bas sont abandonnés aux fonctions de stockage, de cuisine, voire de prison, et les étages supérieurs aux espaces privés et ancillaires (galetas). Les tours et tourelles sont souvent occupées, au bel étage, par des pièces annexes, mais les étages supérieurs sont généralement sous-utilisés, tout comme certains « donjons », plus conçus pour être vus que pour être habités.

Le 7e colloque international de Bellecroix : « Le château de fond en comble : hiérarchisation verticale de la résidence aristocratique, au Moyen Âge et à l’époque moderne », se propose de réunir des chercheurs (historiens, archéologues, architectes…) pour confronter différents cas et différents types d’habitats aristocratiques médiévaux et modernes, et pour mieux comprendre l’usage des différents niveaux et leurs interrelation, aussi bien dans les tours que dans les logis, dans les sous-sols, les étages carrés et les étages de combles. Les communications porteront plutôt sur l’usage des pièces que sur leurs liaisons et leurs distributions.

Le colloque aura lieu au château de Bellecroix (Chagny, Bourgogne), du 18 au 20 octobre 2019.

Sous la direction de Nicolas Faucherre, Delphine Gautier, Hervé Mouillebouche.

Organisé par le Centre de Castellologie de Bourgogne, l’UMR 6298 ARTEHIS et l’université de Bourgogne-Franche-Comté

Propositions à envoyer avant le 1er mai 2019 à H-Mouillebouche@Wanadoo.fr

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication: »Les portes de la guerre seront closes » : Mémoires des conquêtes romaines sous l’Empire et à l’époque médiévale, Lyon, 03-04/06/2019 (date limite : 12/02)

Illustrations © museonazionaleromano.beniculturali.it– MNR, Palazzo Massimo / gallica.bnf.fr – BnF

Comme le prophétise Jupiter au livre 1 de l’Énéide(claudentur Belli portae, v.293), l’instauration du Principat marque le terme de l’expansion romaine en Méditerranée : les frontières de cet « empire sans fin » (imperium sine fine, v.279), fixées par Auguste, n’évolueront alors plus que ponctuellement sous ses successeurs et jusqu’à la disparition de l’Empire romain d’Occident.

Plusieurs recherches récentes, inscrites dans le champ des memory studies, ont mis en évidence le poids qu’ont eu dans la mémoire culturelle des Romains certains épisodes majeurs de leur histoire comme la deuxième guerre punique ou les guerres civiles, notamment en raison de leur portée traumatique. On s’est cependant moins souvent interrogé sur la (les)valeur(s) mémorielle(s) dont ont été chargées les guerres extérieures (bella externa)qui, loin de tomber dans l’oubli, constituaient un réservoir inépuisable d’exempla et de références. Comment les Anciens se sont-ils souvenus des conquêtes républicaines une fois celles-ci achevées, sous l’Empire et, au-delà, à l’époque médiévale ? Comment le sont-ils commémorées ?

L’objectif de ces journées est de proposer des réponses à cette question de la mémoire des conquêtes romaines, en analysant en contexte ses formes (littéraires,iconographiques, épigraphiques, etc.)et ses enjeux, selon une approche diachronique ou synchronique d’épisodes historiques précis, d’auteurs (grecs et latins) particuliers. Il s’agira de mettre en évidence aussi bien la diversité des mémoires et les raisons de cette diversité que des tendances plus générales sur le rôle des guerres dans la construction de la mémoire collective d’une société, sur leur place dans des pratiques de commémoration sous l’Empire et au Moyen Âge.

 Il est attendu descommunications qu’elles fassent dialoguer diverses sources documentaires(textuelles, épigraphiques, iconographiques, etc.) et qu’elles s’efforcent de proposer une approche transdisciplinaire permettant de confronter les points de vue et les méthodes sur un même épisode (histoire/mémoire, vestiges archéologiques/traces mémorielles, etc.). Il est possible,dans ce cadre, de proposer des communications à deux voix.

 Les propositionsde communications, sous forme d’un résumé de 250 mots (en français ou anglais),accompagné d’une présentation des sources mobilisées et d’une courte bibliographie indicative, sont à adresser aux organisateurs : simon.cahanier@univ-lyon3.fret marie.ledentu@univ-lyon3.fr, le mardi 12 février 2019 au plus tard. L’annonce des propositions retenues aura lieu le 25février.

La durée des communications sera de 30 mn et elles feront l’objet d’une publication sous forme d’Actes.

Bibliographie indicative :

Assmann, J. [2002] (2010) : La mémoire culturelle : écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Paris.

Barrandon,N. (2018) : Les Massacres de la République romaine, Paris.

Becker, E.-M., Dochlorn, J et E. Holt, éd. (2014) : Trauma and Traumatization in Individual and Collective Dimensions. Insights from Biblical Studies and Beyond,Göttingen.

David, J.-M., éd. (1998) : Valeurs et mémoire à Rome. Valère Maxime ou la vertu recomposée, Paris.

Galinsky, G. K. (2016) : Memory in ancient Rome and early Christianity,Oxford.

Gowing, A. M. (2005) : Empire and Memory: the Representation of the Roman Republic in Imperial Culture,Cambridge-New York-Melbourne.

Halbwachs, M. (1950) : La mémoire collective, Paris.

Hölscher, T. (2003) : « Images of War in Greece and Rome: between Military Practice, Public Memory, and Cultural Symbolism », JRS, 93, 1-17.

Kubler,A. (2018) : La mémoire culturelle de la deuxième guerre punique. Approche historique d’une construction mémorielle à travers les textes de l’Antiquité, Bâle.

Low, P., Oliver, G. et P. J. Rhodes, éd. (2012) : Cultures of Commemoration: War Memorials, Ancient and Modern, Oxford-New York-Auckland.

Comité scientifique

François Cadiou – Professeur d’histoire romaine (Ausonius UMR 5607, Univ. Bordeaux Montaigne)

Simon Cahanier – Doctorant en littérature et civilisation latines (HiSoMA UMR 5189, Univ. Jean Moulin)

Marie-Céline Isaïa – Maître de conférences HDR en histoire du Moyen Âge (CIHAM UMR 5648, Univ. Jean Moulin)

Marie Ledentu – Professeur de littérature latine (HiSoMA UMR 5189, Univ. Jean Moulin)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution:MOVEMENT AND MOBILITY IN THE MEDIEVAL MEDITERRANEAN (6TH – 15TH CENTURIES):08-12/07/2019, Barcelona, Institut d’Estudis Catalans[délai:31/12/2018]

The conference will be dedicated to the memory of the former president of the Society, Professor Simon Barton.
The keynote lectures will be delivered by Professor Petra Sijpesteijn (University of Leiden), 8th July 2019, and Professor Amy Remensnyder (Brown University), 10th July 2019.

The medieval Mediterranean was not a static maritime space. In recent years, studies have focused on Mediterranean dynamics, connections, encounters and entanglements. What approaches do researches from History, Literature, Archaeology, Philology and other disciplines adopt to better understand the complexity of the medieval Mediterranean? How and to what extent did multiple agents, phenomena and factors interact to shape and intertwine the multidimensional spheres of the Mediterranean? We welcome papers from all disciplines that study movement and mobility
from different perspectives in and across the medieval Mediterranean and its extensions, both physical and imagined. This theme invites a variety of lines of inquiry, a number of which are suggested below.

Topics of the conference could include, but are by no means limited to:
Multicultural contacts, transculturation and assimilation in the medieval Mediterranean
Medieval Mediterranean crossings
Circulation of political, religious and cultural ideas
Circulation of people and commodities
Major and minor, forced and voluntary migrations
Pilgrimage and religious mobility
Diplomacy and its agents
Commerce and its agents
Military expeditions and coastal defence
Naval technology and navigation
Medieval Mediterranean geostrategy
Geographical explorations
Links between the Mediterranean and connected seas (Atlantic, Black Sea, Red Sea)

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique[délai:20/01/2019]

Chères et chers collègues,

L’association Diachronies contemporaines, vouée à la promotion du travail des jeunes chercheurs en linguistique historique, organise cette année les Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique. Ce colloque se tiendra le 06/06/2019 à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Des actes numériques et éventuellement papier seront édités. Vous trouverez l’appel à communication en pièce jointe ainsi que sur la page de l’événement

Nous encourageons, évidemment, à la plus large diffusion de cette information ! 

Cordialement,

Au nom de l’association Diachronies contemporaines,

A. Pinche, P. Plocharz, T. Premat, V. Surrel et F. Zuk.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communications : La réforme grégorienne, une « révolution totale » : 28-29/03/2018, Lyon[délai:14/10/2018]

La réforme grégorienne, une « révolution totale » ? État comparatif de la recherche dans les espaces francophones et germanophones.

28-29 mars 2018 à Lyon

Cet atelier a pour but de réunir de jeunes chercheurs pour faire un état de la recherche sur la période grégorienne dans les pays de langue francophone et germanophone, dans une démarche non seulement comparatiste, mais aussi transdisciplinaire, puisqu’il s’agit d’intégrer différentes disciplines (de l’histoire politique à la théologie, en passant par exemple par l’histoire du droit et l’histoire de l’art) afin de comprendre comment les chercheurs issus de ces différentes disciplines et de plusieurs écoles historiographiques définissent d’un point de vue chronologique et thématique la « réforme grégorienne », d’une part, et surtout comment ils comprennent et mesurent les changements survenus durant cette période, d’autre part.

La date limite pour répondre est le 14 octobre. N’hésitez pas à le diffuser largement à celles et ceux qui pourraient être intéressés par de telles thématiques.

 

Pour plus d’informations : Appel RG Fr-All

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication:les Mondes des bergers (XIIe-XVe siècles):18/10/2018, Université Grenoble-Alpes[délai:20/07/2018]

Bergers et bergères sont des personnages récurrents de la littérature médiévale. Du XIIesiècle à la fin du XVe siècle, le motif pastoral s’épanouit dans le paysage littéraire et artistique et devient peu à peu incontournable. Il se rencontre de plus en plus fréquemment dans les poèmes, textes narratifs et pièces de théâtre, mais également dans les écrits scientifiques tels que les traités agronomiques dont notamment le Bon berger de Jean de Brie, qui aurait été rédigé à la suite d’une commande du roi Charles V.

Toutefois, la figure du berger n’est pas univoque : certains mènent une existence paisible dans un cadre éloigné du reste du monde, des rituels de cour comme du chaos des champs de bataille. Telle la « pastoure » du Dit de Christine de Pizan qui cherche à s’isoler, à « seulete estre » , les bergers se montrent parfois indifférents à toute préoccupation politique, morale ou religieuse, vivent proches de la nature, au rythme de journées qui se ressemblent toutes, entrecoupées de fêtes, de danses, de festins improvisés à l’ombre des arbres. Rien ne semble, en apparence, pouvoir menacer l’harmonie de leur univers, ni la faim, ni la maladie, ni la mort. Pourtant, tel le célèbre « Et in Arcadia ego » qui connaîtra un grand succès en peinture aux XVIe et XVIIe siècles, certains détails font surgir le souvenir d’une violence implicite.Pour d’autres, cette dernière se fait au contraire explicite : les viols sont très présents dans les pastourelles françaises, de même que la guerre, dans le Pastoralet de Bucarius, par exemple, ou dans les bergeries, ces pièces destinées aux entrées princières. Les pâtres abandonnent leur réserve pour y exposer un jugement parfois virulent sur les affaires de leur temps : entre les guerres et les pillages, l’âge d’or semble bien lointain.L’univers pastoral se révèle ainsi un lieu de tensions et d’affrontements, entre nature et civilisation, monde paysan et monde courtois, gouvernants et gouvernés. Il peut constituer l’un de ces « mondes possibles » dont parle par exemple Françoise Lavocat , lieu d’une réalité alternative, parfois utopique, se faisant le miroir critique ou flatteur de la réalité. Il soulève donc également des enjeux politiques et polémiques qui invitent à interroger la place de la littérature pastorale au sein des enjeux et conflits de la société.Cet appel à communication s’inscrit donc dans une perspective diachronique. Il offre un point de rencontre entre les divers éléments qui composent un univers pluriel et participent au dynamisme d’une forme littéraire hybride, narrative et dialoguée, qui ressortit à la fois au registre « aristocratisant » et « popularisant » selon les termes de Pierre Bec, recouvre le domaine de la poésie lyrique, mais répond aussi aux nécessités de la scène théâtrale.

  1. Christine de Pizan, Le Dit de la Pastoure (1403), édition Maurice Roy, Œuvres poétiques de Christine de Pizan, Didot et Cie (Firmin) / Marchessou fils, Paris / Le Puy, 1891, p. 236.
  2. Françoise Lavocat, La théorie littéraire des mondes possibles, CNRS Éditions, Paris, 2010. Françoise Lavocat, Fait et fiction : pour une frontière, Éditions du Seuil, Paris, 2016.
  3. Pierre Bec, La lyrique française au Moyen Âge (XIIè-XIIIè siècles). Contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux : études et textes, Picard, Paris, 1977, t. I, p. 131.

Afin d’orienter les débats, nous mettons ici une liste possible de thèmes qui pourraient être abordés :

  • Quels rapports l’univers pastoral dessine-t-il entre nature et culture ?
  • Comment représenter la violence et la sexualité ?
  • Dans quelle mesure le motif pastoral est-il caractérisé par sa transgénéricité ? Comment se traduit le passage d’un genre ou d’une forme à l’autre ? Quels liens peut-on par exemple établir entre les pastourelles et d’autres formes de lyrique non pastorale, ou entre les bergeries et d’autres formes dramatiques ?
  • Comment la littérature pastorale s’inscrit-elle dans une dynamique de réécriture ? Existe-t-il des sources antiques ou médio-latines du corpus médiéval ?

Cet appel à communication est ouvert aux jeunes chercheurs de toutes les disciplines. La journée d’étude sera introduite par Mme Fleur Vigneron, Maître de conférences en langue et littérature française du Moyen Âge à l’université Grenoble-Alpes, et donnera lieu à une conférence plénière de M. Denis Huë, Professeur de langue et de littérature française du Moyen Âge à l’université Rennes II. Il se tiendra le jeudi 18 octobre 2018 à l’université Grenoble-Alpes. Il sera suivi d’une publication sur la plate-forme L’Ouvroir Litt&Arts de l’Université Grenoble-Alpes.Les propositions de communication (250 mots max.) devront être rédigées en français, et accompagnées d’un C.V. académique. Elles devront être retournées conjointement aux trois organisateurs : Marielle Devlaeminck (marielle.devlaeminck[at]gmail.com), Charlotte Guiot (charlotte.guiot[at]ens-lyon.fr) et Maxime Kamin (maxime.kamin[at]univ-grenoble-alpes.fr) au plus tard le 20 juillet 2018, date limite de soumission des dossiers.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales,
CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin,
mon CV en ligne

More Posts