Archives de catégorie : Appels à contribution

[Appel à communication] Colloque « Sanctions spirituelles et politique dans la catholicité, des origines à l’époque contemporaine », Rome, Ecole française de Rome, 29-30 octobre 2020 [Date limite candidature : 30 juillet 2020]

Présentation

Après les journées inaugurales de Lyon (8-9 octobre 2018), consacrées aux Formes comparées de la coercition, de l’exclusion et de la réinclusion dans les traditions des trois monothéismes abrahamiques, et celles de Rome (14-15 janvier 2019), centrées sur Le lancement, les relances et la levée des sanctions spirituelles, ce troisième colloque international du cycle de recherches FULMEN aborde un aspect thématique majeur de l’histoire du « glaive spirituel » : sa place et ses usages dans la sphère politique à travers les âges, aussi bien dans les relations internationales que dans la vie intérieure des collectivités nationales ou locales.

 

Au plan de la géopolitique d’abord européenne, puis mondiale, les contributions permettront de mesurer la force et les limites de ces moyens d’action spécifique de la papauté que constituent l’excommunication et l’interdits, moyens qui renvoie directement à sa mission spirituelle – et dont l’usage expose donc toujours le Siège apostolique à l’accusation de dévoiement dans la poursuite d’intérêts trop matériels. Très peu examinées dans leurs caractères spécifiques (domination du flou et de la flexibilité, diffraction du pouvoir de sanctionner au sein du clergé, temporalité lente et marquée par l’itération, engagement des consciences individuelles, etc.) malgré le développement récent d’un certain intérêt historigoraphique, les sanctions spirituelles forment également des objets d’étude privilégiés pour aborder les phénomènes de confrontation, de conjonction et de tension entre autorité spirituelle et puissance séculière au sein des sociétés politiques. Leur étude offre en outre un point de vue de longue durée sur le dualisme qui caractérise le pouvoir en Occident au moins jusqu’aux Lumières et sur les jeux dialectiques afférents – qu’il s’agisse de poussées des tendances théocratiques ou de « sécularisation » par la sacralisation des pouvoirs princier : à un âge d’or du gouvernement par les sanctions canoniques aux XIIe et XIIIe siècles, conditionné entre autres par la juridicisation des censures, succède un très lent recul, qui va de pair avec celui de l’universalité de la juridiction ecclésiastique.

Comment les usages et les effets socio-politiques de l’excommunication et de l’interdit persistent-ils et se reconfigurent-ils au fil du temps, selon les contextes politico-religieux ? Ce colloque s’efforcera de mettre en parallèle des situations plus ou moins éloignées dans le temps et des exemples contemporains, tirés de contextes où l’Église conserve une forte emprise sociale, par exemple en Italie ou en Amérique latine.

Les propositions de communication (1000 à 2000 signes) sont à envoyer en allemand, anglais, espagnol, français ou italien à l’adresse julien.thery(at)univ-lyon2.fr avant le 30 juillet 2020.

Présentation du Programme FULMEN

Source : Ecole française de Rome

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] « Une histoire de la concurrence: champs d’études et interprétations historiennes », numéro thématique de la revue « Cahiers du Framespa » [Date limite : 15 septembre 2020]

Les Cahiers de Framespa, revue d’histoire sociale éditée par l’UMR 5136 FRAMESPA (université Toulouse-Jean Jaurès/CNRS) lancent un appel à contribution pour le dossier thématique Concurrence, portant sur l’analyse du concept et des situations de concurrences dans les différents champs de l’histoire économique, politique, sociale, religieuse et culturelle du Moyen Âge et de l’Époque moderne.

Coordination du dossier
  • Sandrine Victor (FRAMESPA, U. Champollion d’Albi)
  • Alexandra Beauchamp (Criham-FRAMESPA, U. de Limoges)
Présentation

Les historiens ne se privent pas, avec profit, de travailler des concepts contemporains et de les questionner dans leur historicité. Quelle place peut donc trouver, dans les recherches actuelles en histoire médiévale et moderne, une réflexion envisagée sous l’angle de la concurrence ? Quelles situations et quels contextes médiévaux ou modernes sont vécus ou décrits comme concurrentiels par leurs contemporains ? Quelle valeur accordent-ils aux dynamiques qu’ils engendrent ? Quels critères l’historien du XXIe siècle prend-il en compte pour considérer que la concurrence est à l’œuvre dans la période, la situation qu’il analyse ? Concurrence, rivalités, émulation, coopétition (Le Jan, Bürher-Thierry, Gasparri- 2018) se distinguent-elles selon les situations ou procèdent-elles des mêmes mécanismes ?

Si l’emploi du terme concerne prioritairement de nos jours le champ économique, force est de constater que la concurrence s’applique et se pense aussi bien à la cour, dans le monde politique et diplomatique, mais également dans la société au sens large (course à la dot, distinctions et honneurs ; trafic de reliques et influences des paroisses ; rivalités artistiques ; concurrences symboliques…). L’acception communément retenue aujourd’hui du concept de concurrence retient plus le « fait de se trouver en opposition, le plus souvent d’intérêt dans la poursuite d’un même but, chacun visant à supplanter son rival » (2e sens défini par le dictionnaire du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, https://www.cnrtl.fr/definition/concurrence) que le « fait d’être ensemble, d’agir de concert, conjointement, à égalité dans la poursuite d’un même but » (1er sens défini par ce même dictionnaire). La rivalité, la compétition, l’émulation, qu’elles sous-tendent une appréciation positive ou négative, semblent donc aujourd’hui avoir pris le pas dans le sens donné au concept de concurrence sur les formes les plus anciennes et les premiers usages latins et vernaculaires du substantif concurren(cia) qui privilégiaient les sens de rencontre, d’accord, de convergence, que l’on trouve dans le verbe latin concurrere et qui demeurent actuellement dans l’expression française « jusqu’à concurrence de ».

Sans rejeter ni l’approche nominaliste et les enquêtes qui se centreraient sur le vocabulaire et la formulation de l’idée de concurrence au Moyen Âge et à l’Époque moderne, ni une démarche de reconstruction, qui pisterait dans les sources les critères et caractéristiques témoignant d’une forme historique de concurrence, ce dossier cherche à encourager les travaux visant à interroger le regard porté historiquement sur la concurrence, sous toutes ses formes, et ses évolutions. Dans quelle mesure, entre le Ve et le XVIIIe siècle, les formes de concurrence sont-elles dénigrées ou au contraire valorisées ? Est-ce alors un concept positif ou négatif ? L’appréciation de la concurrence fait-elle systématiquement intervenir un critère moral ? La concurrence est-elle alors interdite, rendue possible ou même encouragée ? Observe-t-on des démarches volontaires de mise en concurrence ? La concurrence a-t-elle donc une fonction sociale, économique, politique ? Quel rôle et quels discours tiennent respectivement les individus, les groupes sociaux, les états de la société, les entreprises et les pouvoirs envers la concurrence, ses différentes formes et évaluations ? Étudier la concurrence, est-ce étudier une vision de la société médiévale et moderne ?

Calendrier

Le calendrier de publication est le suivant :

Envoi des propositions : 15 septembre 2020

Merci d’adresser un résumé en français de 500 mots, explicitant l’enjeu de l’étude proposée, son angle méthodologique et échelle d’analyse, l’espace étudié et le spectre chronologique retenu, accompagné d’une biographie de 100 mots aux adresses suivantes :

sandrine.victor@univ-jfc.fr et alexandra.beauchamp@unilim.fr.

Notifications aux auteur.e.s : 15 octobre 2020

Les propositions seront sélectionnées par les coordonnatrices du dossier et validées par le comité de rédaction de la revue.

Envoi de l’article : 15 janvier 2021

Les articles feront l’objet d’une évaluation en double aveugle ; ils devront respecter les normes éditoriales de la revue.

Publication septembre 2021

 

Source : Calenda

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] Investir la frontière, Revue Frontière.s [Date limite : 20 décembre 2020]

Coordination : Marine Lépée, Gaëlle Perrot

Argumentaire

La frontière n’est pas seulement une limite ou une interface entre deux réalités. Elle constitue également un espace construit et organisé où s’investir ou à investir de manière plus ou moins pérenne. Pour ce quatrième numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les modalités d’appropriation de la frontière et ses formes d’occupation, en portant une attention particulière aux acteurs et aux dynamiques centres-périphéries.

La thématique pourra être abordée librement selon différentes approches :

  • investissement matériel : habiter ou aménager des espaces intégrés ou à la marge, investir des moyens financiers, humains, structurels
  • investissement territorial : maîtriser et étendre les limites d’un territoire religieux, agricole, étatique, etc.
  • investissement militaire : engager des forces militaires afin d’occuper/conquérir un espace ou une population
  • investissement symbolique : revêtir la frontière d’un droit, d’un pouvoir, d’une dimension honorifique, d’une juridiction, d’une identité territoriale ou nationale
  • investissement intellectuel : considérer une frontière ou un territoire frontalier comme un horizon de la connaissance, un espace à cartographier ou à explorer.
Calendrier
  • 20 décembre 2020 : date limite de soumission des articles complets
  • 15 mars 2021 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 15 avril 2021 : date de retour des versions corrigées
  • juin 2021 : parution du numéro
Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution avant le 20 juin 2020 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

 

Source : Revue Frontière.s

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] La déterritorialisation : résistance ou résilience ? (Antiquité – Moyen Âge), Boulogne-sur-Mer, 17 nov. 2020 (lim. 3 juil. 2020)

Confrontées à l’affirmation d’une autorité jugée hostile sur leurs territoires, les populations disposent d’un répertoire d’actions de résistance relativement vaste. La manifestation, la désobéissance civile ou la lutte active, par la plume ou par les armes, sont les recours les plus répandus mais ne sont pas les seules options. Quand les populations ont le sentiment que le départ est nécessaire, la déterritorialisation peut être également, selon certaines modalités, une œuvre de résistance ou une forme de résilience. Que l’on pense à l’anachorèse des paysans égyptiens écrasés d’impôts, à la fuite au désert des pseudo-messies juifs du Ier  siècle, à l’abandon parfois de territoires entiers pour se resserrer à l’échelle de villes ou de quartiers, la déterritorialisation a pu s’expliquer par des logiques pragmatiques et bassement matérielles, mais elle a pu se nourrir aussi de motivations, voire de justifications ou de critiques plus ou moins élaborées (éventuellement a posteriori), mettant en évidence, prétextant ou instrumentalisant un refus de l’obéissance ou du mélange social, politique ou culturel. Comprise ainsi, la déterritorialisation peut n’être pas qu’une simple fuite, mais la sublimation d’une perte. Elle a pu être pensée, appliquée et vécue comme un mode de résistance, voire de survie collective, physique ou identitaire. Elle a pu être volontaire tout autant que contrainte ou incitée, attendue par l’autre parti ou le prendre au dépourvu, permettre d’échapper au pire ou entraîner de lourdes difficultés en exil.

Calendrier

L’appel à propositions est ouvert jusqu’au vendredi 3 juillet. La réponse sera donnée dans les quinze jours. La journée d’études aura lieu à

Boulogne-sur-Mer, au site universitaire du Musée (Université du Littoral – Côte d’Opale) le mardi 17 novembre 2020. Les travaux sont susceptibles de donner lieu à publication sous la forme d’un dossier thématique dans une revue spécialisée.

Plus d’informations : La déterritorialisation

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] «Les communautés religieuses et villageoises dans la reconstruction économique à la fin du Moyen Âge (XVe-XVIe siècles)» (lim. 15 juillet)

En août 1996, les Amis de Léoncel avaient traité en un seul colloque deux siècles et demi d’histoire de l’abbaye (1303-1562), dans un dossier qui faisait la part la plus belle aux difficultés du XIVe et du début du XVe siècle. En nous appuyant sur de nouvelles approches, nous souhaitons cette année remettre en perspective la reconstruction économique associée au retour des moines à Léoncel dans le deuxième quart du XVe siècle.

Après le Petit Optimum Médiéval et une extension des terroirs qui a largement bénéficié aux cisterciens, l’« automne » du Moyen Âge est marqué par une déprise du peuplement, effet d’un effondrement démographique et de troubles guerriers (ici les attaques de Raymond de Turenne). Mais s’ensuit, au XVe siècle, une reconquête et une réorganisation des terroirs, portée par le triomphe de l’écrit (terriers, cartulaires, inventaires…), le développement des échanges et des marchés, l’affirmation des communautés d’habitants et la « naissance des communs » (F. Mouthon). Comment les communautés, religieuses ou villageoises organisent-elles cette reconstruction économique ? Quelles sont leurs stratégies documentaires ?

Un des enjeux pour les communautés religieuses désormais privées du travail et des capacités de gestion des convers est de continuer à tirer des revenus de leur patrimoine. Quel est le profil de leurs tenanciers ou albergataires ? Comment les domaines monastiques (souvent dévolus au faire-valoir direct) sont-ils réinvestis par une population rurale ?

Propositions, pour le 15 juillet 2020, à transmettre à l’adresse contact@les-amis-de-leoncel.com

Lieu: Hostun (Drôme)

Date: Samedi 12 septembre 2020

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Appel à Contribution] Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) 24.2 (lim. 31 août)

Le Bucema, bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, est une revue scientifique à comité de lecture consacrée aux études sur le Moyen Âge. Fidèle à son principe de diffusion de la recherche en train de se faire et librement accessible, le Bucema continue à mettre l’accent sur l’interdisciplinarité ‐sciences humaines et sociales, sciences de la nature et mathématiques‐, comme le meilleur moyen d’inventer une nouvelle médiévistique. Il est particulièrement intéressé par les contributions proposant des nouvelles méthodes, faisant état d’expériences dans le domaine des humanités numériques (digital humanities) et des nouvelles technologies, s’interrogeant sur les implications épistémologiques et conceptuelles des recherches sur le Moyen Âge.

Le Bucema 24.2 publié en ligne sur la plateforme OpenEdition Journals est en préparation. Nous vous invitons à soumettre, dès maintenant et avant le 31 août 2020, votre contribution pour ses différentes rubriques en vue de la publication du numéro varia n° 24.2, à paraître en décembre 2020. Pour exemple, le numéro 23.1 (2019) est consultable à l’adresse https://journals.openedition.org/cem/16281

Fidèle à son principe de diffusion de la recherche en train de se faire et librement accessible, le Bucema continue à mettre l’accent sur l’interdisciplinarité ‐sciences humaines et sociales, sciences de la nature et mathématiques‐, comme le meilleur moyen d’inventer une nouvelle médiévistique. Il est particulièrement intéressé par les contributions proposant des nouvelles méthodes, faisant état d’expériences dans le domaine des humanités numériques (digital humanities) et des nouvelles technologies, s’interrogeant sur les implications épistémologiques et conceptuelles des recherches sur le Moyen Âge. Il accueille aussi des études et des synthèses de fond dans les domaines de l’archéologie, de l’histoire et de l’histoire de l’art, tout en se faisant l’écho de l’actualité de la recherche la plus récente.

Tourné vers la communauté scientifique internationale, le Bucema accepte des contributions dans les langues suivantes : allemand, anglais, espagnol, français, italien, portugais.

Le contenu de votre contribution est soumis à un comité de lecture avant publication.

Axes thématiques

Les différentes rubriques :

  • Recherche active : articles et études de fond inédits ;
  • Entretien : échanges avec un(e) spécialiste sur son expérience dans son domaine de recherches ;
  • Note de lecture : essai bibliographique thématique, autour d’un ou plusieurs ouvrages ;
  • Point de vue : sur une expérience concrète d’exercice, avec des implications dans le champ de la recherche ;
  • Découvertes : archéologique, archivistique, textuelle, iconographique, artistique, etc., importante ;
  • Chantiers : communications brèves mais problématisées, faisant état des avancées scientifiques des recherches nouvelles ou en cours (fouilles archéologiques, recherches archivistiques, iconographiques, lexicales, etc.) ; 
  • Chroniques : synthèses fouillées des rencontres scientifiques ;
  • Dissertatio : résumés de thèses, de dissertations et de mémoires ;
  • Rendez-vous : annonces de nouveaux programmes de recherches, des rencontres à venir.

Modalités de soumission

Les articles seront soumis au comité de rédaction et envoyés au secrétariat de rédaction de la revue, sous forme électronique (fichier attaché format .doc, .docx), à l’adresse suivante :

bucema.contact@gmail.com

Avant le 31 août 2020.

 

Tout auteur qui envoie un article au Bucema‐Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, si cet article est accepté, reconnaît au CEM le droit de le publier sous forme électronique sur le site

Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

 

Source et informations complémentaires: https://calenda.org/785843

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Appel à contribution] « La conversion religieuse en actes : scènes, pratiques et circulations »  (lim. 15 sept. 2020)

AAC en version PDF

Dossier coordonné par : 

Pamela Millet (EHESS-CéSor)
Hamida Azouani-Rekkas (EHESS-CMH)  
Bernard Coyault (EHESS-IMAF) 

Date limite d’envoi des propositions : 15 septembre 2020 

Ce numéro thématique se propose de revenir sur les phénomènes de conversions religieuses comme pratiques sociales polymorphes, et interroge les différentes pratiques, temporalités et mobilités religieuses qui en découlent. Jouissant d’une grande profondeur historique, la question de la conversion suscite, en effet, une diversité d’interprétations et d’approches aussi bien épistémologiques que méthodologiques (Buckser et Glazier 2003). Pourtant, malgré une abondante littérature, les dynamiques de conversions sont généralement appréhendées en sciences sociales soit dans leur dimension spirituelle (Redford 1843 ; Brandt 2009) soit dans leur dimension fonctionnaliste voire utilitariste, couvrant le champ de la « rationalité de la conversion religieuse » (Decobert 2000). En outre, la notion de conversion se voit plus souvent analysée à partir de sa narration, de ses « illustrations biographiques » (Le Pape 2010), et donc décrite sous forme d’un récit standardisé et standardisant (Mary et Piault 1998 ; Fabre 1999), de « rupture » (Meyer 1998) ou de « radical change » (Robbins 2007) dans la vie du converti. Dans les sociétés africaines, les caractéristiques sociales, économiques et politiques – « le paradigme fonctionnaliste » en somme (Willaime 1999 : 22) – sont généralement mobilisées comme variables explicatives privilégiées pour rendre compte des conversions d’individus, poussant le chercheur à s’éloigner des idéologies religieuses (chrétiennes ou islamiques notamment) mais également à faire passer la dimension personnelle, voire intime, pour une variable secondaire (Comaroff et Comaroff 1991). Dans le cas des conversions aux pentecôtismes par exemple, les crises de sens, les dictatures, la pauvreté ou l’insécurité – « l’anomie » en somme (Durkheim 1975 [1897]) – apparaissent comme des récits explicatifs de premier choix pour énoncer les conversions individuelles ou de masse – deux phénomènes pourtant phénoménologiquement différents (Mahieddin 2015).  

La conversion à l’échelle des individus : acteurs, matérialités et dynamiques sociétales

 Le numéro 182 des Archives en sciences sociales des religions (Savy et Sotinel 2018) présentait dans une perspective plus historique une analyse de ce qui se donnait à voir dans l’espace public à la suite de phénomènes de conversions religieuses dans les contextes européen et méditerranéen à partir de la fin de l’Antiquité jusqu’à la période moderne. Ce dossier vise à prolonger cette démarche en interrogeant dans un double sens, phénoménologique et sémiologique, les gestes, les signes et les mises en scènes des conversions religieuses en Afrique. En croisant ces deux dimensions qui se veulent attentives à ce que les individus donnent à voir de leurs expériences quotidiennes, qu’il s’agisse du rapport qu’ils entretiennent à eux-mêmes, aux autres ou à la société environnante, nous invitons à penser les phénomènes de conversions religieuses par le biais de leur mise en signes, qui nous renseigne sur les différentes manières dont les acteurs expérimentent en situation et matérialisent leur croire. Si les phénomènes de conversions ne sont pas appréhendés ici comme des récits standardisés marquant des « avant » et des « après » stabilisés et figés, mais bien comme des processus dynamiques et performatifs, l’accent sera mis sur les pratiques sociales des acteurs ainsi que sur les représentations et imaginaires qui les sous-tendent. Plus spécifiquement, nous souhaitons dans le cadre de ce dossier lire les phénomènes de conversions religieuses principalement à partir de ce qui se joue à l’échelle des individus (y compris quand il s’agit de conversions collectives), tant de nouveaux que d’anciens convertis, travaillés par des rapports sociaux de genre, de classe et de génération, et qui se donnent davantage à voir sous l’angle du « croire c’est faire », à l’intersection du privé et du public. La conversion est ici entendue dans sa dimension expérientielle, vécue, soit comme une pratique, une façon spécifique d’habiter le soi et d’habiter le monde, qu’il s’agisse d’expériences ostentatoires plus ou moins intensives ou de formes plus discrètes liées aux questions de l’intime (notamment l’hygiène corporelle, les pratiques sexuelles, etc.).  

Il s’agit donc d’interroger les performances des acteurs, leurs mises en signes et en actes, ce qu’ils énoncent et font, leurs manières de faire au quotidien, sans oublier les voix dissidentes, ou encore  ces « acteurs-veilleurs » (Millet 2019), qui se donnent parfois pour mission de vérifier, de valider et/ou d’invalider les discours, les pratiques et les attitudes, mettant ainsi en avant tout à la fois les expériences des acteurs et les rapports de force qui, à divers degrés, les accompagnent. La perspective telle qu’elle est ici pensée permet de s’intéresser à la manière dont les individus agissent et donnent sens à leurs actes mais aussi à la façon dont cet agir, résolument pluriel, interroge l’éternelle dialectique du dire et du faire. Il s’agit ainsi, d’une part, d’appréhender à nouveaux frais, à la suite du numéro 123 de Politique Africaine consacré à la pluralisation religieuse (Lasseur et Mayrargue 2011) les manières dont le politique et le religieux s’imbriquent dans les mécanismes de construction et de présentation de soi, et d’autre part, d’inscrire les débats sur les acteurs religieux africains dans des discussions contemporaines sur les logiques de recompositions du religieux (Berger 1971 ;  Fouchard, Mary et Otayek 2005 ; Holder et Sow 2013 ; Lasseur et Mayrargue 2011 ; Giordan et Pace 2014) et les dynamiques d’individualisation qui ne sont pas elles-mêmes à l’abri d’ambivalences et parfois même de contradictions.  

Les convertis dans la cité : identifications, subjectivations et rapports de force

En partant des acteurs et de leurs trajectoires propres, de leurs expériences, des manières dont ils s’affirment et se donnent à voir quotidiennement comme convertis (soit d’une focalisation sur l’individualité mais sans que cela ne proscrive des approches qui s’inscriraient dans une analyse des interactions entre expériences individuelles et collectives) ce dossier qui s’inscrit dans la lignée des travaux sur les modes de subjectivations invite à penser les conversions religieuses comme des phénomènes de fabrication et de mise en signes plus ou moins complexes de nouveaux rapports à soi, aux autres et au monde social, qui peuvent fonctionner en synergie, en opposition, voire en conflit. Les débats souvent passionnés sur la question des effets de la conversion sur la vie quotidienne montrent en effet à quel point les enjeux de compréhension de telles transformations débordent largement les enjeux religieux et ramènent presque toujours à du politique (Michel 1994).

Centrer l’attention sur les individus, sur leurs pratiques concrètes, sur la conversion en train de se faire, c’est-à-dire sur les jeux et enjeux des signes qu’investissent et déploient les acteurs pour matérialiser et constamment (re)négocier leur adhésionconversion, ce n’est pas tant chercher à déterminer ce qu’est ou n’est pas une “conversion ou encore l’idée qu’en tant qu’ethnographe on a de ce qu’elle devrait être, que de s’attacher à saisir ce que l’acte de se convertir fait faire aux individus, soit les façons dont les individus-convertis construisent dans la quotidienneté, à partir de pratiques, d’attitudes, de représentations et d’imaginaires, leur « réel ». Outre que coexistent parmi les acteurs eux-mêmes de multiples conceptions de ce qu’est une “véritable conversion”,  tant en terme de temporalités individuelles que de paroles ou rites performatifs, qui peuvent être en tension et contribuer à brouiller davantage les pistes entre ce qu’est ou n’est pas une “conversion”, l’entrée par “l’instantané du montrer et le processus de se faire” (De Lame 2007: 10) et par les modes de subjectivation fait émerger ici tout une série de questions qui ont le mérite de rendre aux individus une certaine agentivité. Mais si cette invitation à relire les phénomènes de conversions fait la part belle à l’individu et à la variété de ses registres d’action,  il ne s’agit pas pour autant de nier l’importance des tensions entre l’individuel et le collectif, entre engagement personnel et engagement collectif constamment en jeu dans de telles expériences sociales, mais d’utiliser cette approche empirique comme un prisme d’analyse de la façon dont ces phénomènes se composent et se recomposent, et surtout se donnent à voir. 

Comment l’acte de se convertir ou de se dire converti est-il mobilisé pour mettre en saillance des manières de faire spécifiques, des représentations et de nouveaux imaginaires ? Au nom de quelles visions du monde, de quelles luttes et selon quelles stratégies ? Comment et selon quelles modalités peut-il être source de reconfigurations identitaires et sociales aussi bien dans l’espace privé que dans l’espace public ? Comment et selon quelles modalités se révèle-t-il être au cœur de mécanismes d’élaboration de “nouvelles” frontières sociales ? Qu’induit-il en termes de (re-/dé-)socialisations ? Quelles sont les porosités à l’œuvre ? Quels sont les rapports de force entre les différents acteurs en présence tant au niveau vertical (chefs religieux/figures charismatiques et convertis ordinaires) qu’au niveau horizontal (entre convertis ordinaires /entre leaders religieux), et comment ceux-ci sont-ils travaillés par des rapports sociaux de classe, de genre et de génération ? En quoi ce “croire c’est faire” dans sa version religieuse peut-il être assimilé à une “expression subjective d’un être-au-monde » (De Lame, ibid.) spécifique, en termes d’innovations et d’ajustements, par comparaison notamment avec d’autres formes de croire, à l’instar du croire associatif, politique, artistique, etc. ? Quelle est la spécificité de ces “actes de conversion”, qui impliquent plus largement un questionnement sur les modalités de construction de la figure du converti et sur ses différentes déclinaisons ?  

 

Axes thématiques

Déconstructions identitaires et reconfiguration des liens sociaux

Sans chercher à privilégier tels contextes sociopolitiques ou tels mouvements religieux, il s’agit donc de se focaliser sur une échelle peu étudiée de la sociohistoire, de la socio-anthropologie politique et de la socio-anthropologie des religions en abordant les phénomènes de conversions religieuses sous l’angle d’un engagement relationnel (Aubin-Boltanski et al. 2014). L’objectif est de se focaliser sur les problématiques que soulèvent la fabrique de « l’acteur-converti » et leurs intrications sur les pratiques sociales engendrées par l’acte de se convertir ; le but étant, à travers ce que donne à voir le sujet-converti, de saisir l’individu-sujet dans un vaste système d’interactions internes/externes en prise sur un univers social, et ainsi échapper à la difficulté d’accréditer « l’effet récit » (Le Pape 2010), qui est davantage une reconstruction biographique qu’un corpus de faits objectifs. Se convertir engendre des signes extérieurs variables à travers l’histoire, codifiés sous des formes infiniment disparates selon les contextes nationaux, eux-mêmes inscrits dans un contexte transnational. Situé à la frontière entre l’individuel et le collectif, l’acte de se convertir peut générer une véritable restructuration des rapports sociaux et impliquer un brouillage dans les référents identitaires et familiaux (Tank-Storper 2013).  

Se convertir peut en effet engendrer des reconfigurations de positions, d’identifications et de rapports sociaux – nouveaux comportements individuels, nouveaux rapports à la famille et à l’entourage, à l’espace – (Mary et Piault 1998 ; Fancello 2006 ; Mossière 2009 ; Pons 2013 ; Boissevain et Le Pape 2014 ; Ehazouambela 2015), et dans de nombreux cas des oppositions aux politiques de l’Etat. Dans d’autres cas, loin de traduire uniquement des logiques de transformation individuelle, la conversion peut aussi investir l’individu d’une sorte de nouvelle “mission” qui consiste à participer dans une perspective théopolitique à la reconfiguration de la société (Fancello et Mary 2010). Le converti qui se perçoit comme un élu n’est pas seulement appelé à réaliser sa propre destinée ici-bas – ce qui peut parfois se traduire par la valorisation de l’esprit d’entreprise (Haenni 2005 ; LeBlanc 2012 ; Luca et Madinier 2016 ; Millet-Mouity 2019), puis par la mise en signes et en scène de preuves matérielles de sa “réussite” : il peut aussi participer à une mission plus large, celle de « restaurer » la nation à laquelle il appartient, ce qui fait écho à la très controversée dominion theology apparue aux Etats-Unis dans les années 1970 et popularisée depuis mondialement. Dans le contexte éthiopien par exemple, nombre d’Eglises de type néo-pentecôtistes adhèrent à cette vision (Coyault 2019) – une configuration que l’on retrouve dans d’autres contextes africains.

Dans cette perspective, la conversion peut instaurer très vite de nouveaux modes de sociabilité (Fath 2005 : 45), mais aussi, par l’intervention d’êtres surnaturels – un dieu notamment -, de nouvelles écritures corporéisées de soi plus ou moins complexes et contraignantes, qui incluent le sujet croyant dans de nouvelles formes d’ « individualisme communautaire » (Willaime 2004 : 171). À ce propos, Joseph Tonda (2005) parle de « déparentélisation » pour souligner l’affaiblissement des liens de parentés claniques ou lignagères au profit de nouvelles formes de sociabilités et de relations qui émergent au sein de la « communauté des croyants ». D’autres auteurs évoquent le « réalignement » des relations sociales (Engelke 2011) ou la « restructuration » des liens familiaux (van Djik 2002).

Nouvelles hybridations, bricolages et affirmations de soi

Les phénomènes de conversions religieuses pourront aussi être abordés sous l’angle des parcours religieux pluriels, qui se matérialisent à partir des expériences quotidiennes des individus dans différents contextes sociaux, culturels et politiques, permettant ainsi de problématiser, des notions telles que « bricolage » (Lévi-Strauss 1962 ; Hervieu-Léger 2001b ;), « conversion careers » (Richardson 1978 ; Gooren 2010) ; « concubinage religieux » (Mbembe 1988 : 32), « transit religieux » (Bastian 1997), « hybridisme » (Canclini 1998), « libertinage religieux   (Mvoula-Moukouari 2007), « butinage religieux » (Soares 2009 ; Lasseur et Mayrargue 2011), « nomadisme ecclésial » (Coyault 2013) et « papillonnage religieux » (Millet 2020). La prise en compte de temporalités différentes de celle de la narration du récit de la conversion permettrait de saisir ainsi à nouveaux frais, par le prisme de la conversion vécue, les contextes de pluralisme religieux en Afrique. L’objectif étant de mieux saisir tout à la fois les mobilités et les circulations religieuses des acteurs au sein d’un même groupe et de plusieurs groupes confessionnels (mobilités intra et interreligieuses). Le recours à ces différentes notions et l’analyse des transformations du rapport à soi, aux autres et à la société environnante qui découlent de l’acte de se convertir permettront de penser plus largement la conversion religieuse comme un ensemble d’esthétiques corporelles et « techniques de soi » (Foucault 1988 : 18), qui engendre des actions concrètes plus ou moins visibles sur les corps et un travail quotidien du converti sur de multiples aspects de sa vie. L’individu-converti donne à voir sa conversion, c’est-à-dire la façon dont il la matérialise et la bricole au quotidien, via un ensemble de pratiques concrètes, de représentations et de nouveaux imaginaires plus ou moins complexes, qui impactent à divers degrés son corps. Ainsi, chez certains croyants pentecôtistes, juifs ou musulmans, c’est bien corporellement que la nouvelle expérience du monde et de soi-même est appelée à prendre sens. La conversion en train de se faire, qui n’exclut ni les interrogations ni les phases de relâchement (Aubin-Boltanski, Lamine et Luca 2014), tout aussi spirituelle soit-elle, n’en demeure pas moins physique : elle se vit dans le corps (Millet 2019). ²

La pluralisation religieuse demandera également à être pensée dans le cadre de la globalisation des pratiques. Le monde du Web en particulier, avec la multiplication et le renouvellement des médias numériques qu’il sous-tend, devient un excellent réservoir qui favorise la transnationalisation de telles manières de faire, engendrant ainsi des réseaux connectés de pratiques, de représentations et d’imaginaires. Cette interconnexion qui s’opère par le biais de réseaux sociaux, blogs, forums, églises en ligne, sites web d’églises, de mosquées, de temples, de synagogues, etc. dessine, non sans tensions, une « nouvelle géographie spirituelle du monde » (Kamari-Clarke 2004 : 4).  S’appuyant sur les différents angles proposés, nous sollicitons des articles sur toutes les formes de (re-/dé) conversions religieuses, à partir des approches qui problématisent les pratiques sociales engendrées par l’acte de se (re-/dé-)convertir et articulent également la question des espaces et des temporalités observables dans les sociétés africaines.  

 

Calendrier

15 septembre 2020 : date limite d’envoi des propositions d’article (en français ou en anglais) à Pamela Millet millet.pamela@yahoo.fr, Hamida Azouani-Rekkas hamida.azouani-rekkas@ehess.fr et Bernard Coyault bernard.coyault@gmail.com  

25 septembre 2020 : notifications aux auteur·e·s de l’acceptation ou du refus de leur proposition. 

15 février 2021 : date limite d’envoi des articles rédigés aux coordonnatrices et coordonnateur du dossier.

Pour plus d’information sur le format des articles à soumettre, voir les consignes aux auteur·e·s :

https://polaf.hypotheses.org/soumettre-un-article  

https://polaf.hypotheses.org/soumettre-un-article/submit-to-the-journal  

 

Références bibliographiques

 

AUBIN-BOLTANSKI, E., LAMINE A-S., et LUCA N., (dir.), 2014, Croire en Actes. Distance, intensité ou excès ? Paris, L’Harmattan.  

BASTIAN, J.-P., 1997, La mutación religiosa de América latina. Para una sociologia del cambio social en la modernidad periférica, México, Fondo de cultura económica.  

BERGER, P., 1971, La Religion dans la conscience moderne : essai d’analyse culturelle, Paris, Centurion. 

BOISSEVAIN, K., LE PAPE L., 2014, « Les conversions religieuses en Méditerranée. Dynamiques entre engagements individuels et cadres institutionnels », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], Numéro spécial, mis en ligne le 13.2.2015, consulté le 24.4.2020. URL : http://journals.openedition.org/cerri/1411.

Brandt, P-Y, 2009, « La conversion, retournement ou changement d’appartenance ? Approche psychologique du parcours de Pierre dans l’œuvre lucanienne », Études théologiques et religieuses, 1 (84), p. 1-22.

CANCLINI, N.G., 1998, Culturas Híbridas. Estratégias para entrar e sair da modernidade, Sâo Paulo, Edusp. 

COMAROFF, J., COMAROFF, J., 1991 Of Revelation and Revolution, vol. I, Christianity, Colonialism and Consciousness in South Africa, vol. II, The University of Chicago Press.  

COYAULT, B., 2013, « Du nomadisme ecclésial dans la diaspora congolaise en France : entre pragmatisme religieux et subversion des identités assignées » in FER Y. et MALOGNE-FER G. (dir.), Le protestantisme évangélique à l’épreuve des cultures, Paris, L’Harmattan, p. 129-152.  

____________, 2019, «’Africa Arise’ – Beza International Church : panafricanisme et imaginaire théopolitique d’un pentecôtisme éthiopien » Bulletin de l’Observatoire international du religieux, n°28 – décembre, Sciences Po – CERI. 

Decobert, C., 2000, « De la rationalité de la conversion religieuse », Cahiers du Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, n°2, p.100-130.

DURKHEIM E., 1975 (1893), « Définition du fait moral », in DURKHEIM E., Textes 2. Religion, morale, anomie, Paris, Editions de Minuit, p. 257-288.  

EHAZOUAMBELA, D., 2015, L’Islam au Gabon. Socio-anthropologie d’une minorité́ confessionnelle, Thèse pour l’obtention du grade de docteur en Anthropologie de l’EHESS, Paris.  

ENGELKE, M., 2010, »Past Pentecostalism: Notes on Rupture, Realignment, and Everyday Life in Pentecostal and African Independent Churches », Africa, 80 (2), p. 177-199.  

FABRE P-A, « Présentation, Conversions religieuses : Histoires et récits », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 54ᵉ année, N. 4, 1999. p. 805-812. 

FANCELLO, S., 2006, Les aventuriers du pentecôtisme ghanéen, Nation et délivrance en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala et IRD.  

FANCELLO, S., MARY, A., 2010, Les chrétiens africains en Europe. Prophétismes, pentecôtismes et politique des nations, Paris, Karthala. 

FATH, S., 2005, Du ghetto au réseau. Le protestantisme évangélique en France (1800-2005), Genève, Labor et Fides.

FOURCHARD, L., MARY A., OTAYEK R., (éds.), 2005, Entreprises religieuses transnationales en Afrique de l’Ouest, Ibadan/Paris, Ifra/Karthala.  

HAENNI, P., 2005, L’islam de marché. L’autre révolution conservatrice, Paris, Seuil.

HERVIEU-LEGER D., 2001, La religion en miettes ou la question des sectes, Paris, Calmann-Lévy.  

HOLDER, G., SOW, M. (éds.), 2013, L’Afrique des laïcités. Etat, religion et pouvoirs au sud du Sahara, Alger, Editions Tombouctou.  

GIORDAN, G., PACE, E., 2014, Religious Pluralism: Framing Religious Diversity in the Contemporary World, Springer International.  

GOOREN, H., 2010, « Conversions narratives », in ANDERSON A. et al. Studyng global pentecotalisms. Theory and Methods. Berkeley and Los Angeles: University of California Press, p. 93-112.  

KAMARI CLARKE, M., 2004, Mapping Yorubá networks. Power and Agency in the Making of Trans-national Communities, Durham, N. C.: Duke University Press. C.  

DE LAME., D., 2007, « Entre le dualisme et son double, les écueils de la construction de soi. Des difficultés d’analyse biopolitique en contexte postcolonial », in « Politiques du corps », Politique africaine, n° 107, p. 9-22.

LASSEUR, M., et MAYRARGUE, C., 2011, « Le religieux dans la pluralisation contemporaine éclatement et concurrence », Politique africaine, vol. 123, no. 3, p. 5-115. 

LEBLANC, M-N., 2012, « Du militant à l’entrepreneur. Les nouveaux acteurs religieux de la moralisation par le bas en Côte-d’Ivoire”, Fabienne Samson(dir) “L’islam au-delà des catégories”, Cahiers d’études africaines, LII (2-3), n° 206-207, pp. 443-516.  

LE PAPE, L., 2010, « Tout change, mais rien ne change ». Les conversions religieuses sont-elles des bifurcations ? » in M. BESSIN, M., BIDART, C. M. GROSSETTI, M. (eds.), L’enquête sur les bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, p. 212-223. 

LEVIS-STRAUSS, C., 1962, La pensée sauvage, Paris, Plon. 

LUCA, N., et MADINIER. R., 2016, (dirs.), « Les entreprises face au religieux », Archives en sciences sociales des Religions, 175/1, p. 11-23.

MAHIEDDIN, E, 2015, Faire le travail de Dieu. Une anthropologie morale en Suède contemporaine, Thèse pour l’obtention du grade de docteur en Anthropologie de l’Université́ d’Aix-Marseille.  

MARY, A. et PIAULT M.H., 1998, « Parcours de conversion », Journal des africanistes, vol. 68, fascicule 1-2  

MBEMBE, A., 1988, Afriques indociles, Christianisme, pouvoir et Etat en société postcoloniale, Paris, Karthala.

MEYER, B., 1998, « Make a complete break with the past: memory and postcolonial modernity in Ghanaian discourse »,, Journal of Religion in Africa 28 (3), p. 316-349.  

MICHEL, P., 1994, Politique et religion . La grande mutation, Paris Albin Michel.

MILLET-MOUITY, P., 2020 (à paraitre), « D’une église à l’autre. Phénoménologie du papillonnage religieux parmi les néo- pentecôtistes euro-africano-caribéens de la région parisienne », Itinéraire.  

____________., 2019, « Des néo-pentecôtistes à la conquête de l’Afrique : décoloniser les esprits et exporter la théologie de l’autosuggestion et de l’auto-persuasion », in Batibonak, S., et Batibonak, P., Aborder le développement autrement, in Revue Africaniste Interdisciplinaire, Yaoundé. 

MOSSIERE, G., 2009, Des femmes converties à l’islam en France et au Québec : Religiosités d’un nouveau genre. Thèse présentée à la Faculté́ des études supérieures en vue de l’obtention du grade de Philosophie Doctoral (PhD.) en Anthropologie, Université́ de Montréal.  

MVOULA-MOUKOUARI, L., 2006, « La prolifération des Eglises et le libertinage religieux », in TONDA J., et MISSIÉ J.-P., Les Églises et la société congolaise d’aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, p. 69-80.

PONS, C., (dir.), 2013, Jésus, moi et les autres. La construction collective d’une relation personnelle à Jésus dans les Eglises évangéliques : Europe, Océanie, Maghreb, Paris, CNRS Editions.  

REDFORD George. 1843, The great Change: A Treatise on Conversion, Philadelphia, American Sunday-School Union. 

RICHARDSON, J., 1978, Conversion Careers: In and Out of the New Religions. Beverly Hills, CA: Sage Publications  

ROBBINS, J., 2007, « Continuity Thinking and the Problem of Christian Culture: Belief, Time, and the Anthropology of Christianity ». Current Anthropology, 48 (1), p. 5–38.

SAVY, P., SOTINEL, C., 2018, « Les signes et les scènes de la conversion dans l’espace public (Antiquité – période moderne) », Archives en sciences sociales des religions, n°182. 

SOARES, E., 2009, Le butinage religieux. Pratiques et pratiquants au Brésil, Genève-Paris, The Graduate Institute Publications – Karthala.

TANK-STORPER, S., 2013, « Troubles dans la judéité. Mariages mixtes, conversions et frontières de l’identité́ juive », Ethnologie française, 2013/4 (Vol. 43), p. 591-599 . 

TONDA, J., 2005, Le souverain moderne. Le corps du pouvoir en Afrique centrale (Congo, Gabon), Paris, Karthala. 

VAN DJIK, R., 2002, « Religion, reciprocity and restructuring family responsibility in the Ghanaian Pentecostal diaspora », in The Transnational Family: New European Frontiers and Global Networks (ed.) D. Bryceson & U. Vuoruela, Oxford: Berg, p. 173-96.  

WILLAIME, J.-P., 2004, « Protestantisme établi et protestantisme de conversion. Les recompositions du protestantisme en ultra-modernisé », in J.P. Bastian (dir.), La recomposition des protestantismes en Europe latine : entre émotion et tradition, Genève, Labor et Fides, p. 13-26. 

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à proposition] Financements pour l’organisation de 2 séminaires doctoraux en islamologie (limite : 15 juil. 2020)

Dans le cadre de son programme d’appui à la formation et la recherche publique française en islamologie, soutenu par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Plan SHS / DGRI), le GIS Moyen Orient et Mondes Musulmans apporte un soutien financier pour l’organisation de deux séminaires de formation doctorale intensive d’une semaine en 2020-2021. Tous les aspects de l’islamologie peuvent être concernés : histoire des doctrines et des pratiques religieuses, droit musulman, pensée islamique contemporaine, selon une approche reposant sur les principes de l’analyse critique et du dialogue avec les différentes sciences humaines et sociales (notamment histoire, philosophie, sociologie, anthropologie). Le choix de thématiques ou de domaines en lien avec l’actualité de la recherche internationale sera particulièrement encouragé, ainsi que de formations tournées vers le renforcement des compétences philologiques (lecture, analyse, édition et/ou traduction de documents ou ouvrages, imprimés ou manuscrits). Ces séminaires sont destinés à la formation d’étudiants de niveau avancé (master 2/doctorants), inscrits dans une université française ou étrangère.

Les projets devront être portés par un ou plusieurs responsables scientifiques affiliés à l’une des structures membres du GIS (les autres intervenants ou formateurs peuvent être extérieurs aux structures du GIS). Les formations devront être organisées si possible sur le Campus Condorcet et se tenir avant mars 2021. Il conviendra de préciser les modalités envisagées en cas d’impossibilité à organiser le séminaire en présentiel.

Le dossier de candidature devra être composé d’un argumentaire présentant le thème, les axes et les dates proposées pour le séminaire (2 pages maximum), d’un budget prévisionnel indiquant des éventuels co-financements, le nom du ou des porteurs du projet et son/leur laboratoire de rattachement, le nombre estimé de participants et la liste des encadrants pressenti, français ou étrangers. Sont éligibles les dépenses : frais de déplacement et d’hébergement, repas, frais d’impression, dans la limite de 10.000 euros par séminaire de formation.
Les propositions seront évaluées sur la base d’expertises externes sollicitées par le GIS et sélectionnées par le conseil scientifique du GIS de septembre 2020.

Date limite d’envoi des candidatures : 15 juillet 2020.
Adresse d’envoi : francesco.chiabotti[at]inalco.fr

http://majlis-remomm.fr/63379?fbclid=IwAR3Vo8xVyYz_ASi1HXDbFicGIC91v4CQP6O_nTKGGkcL3ptNolgvJA8pAMU

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Arabic Pasts: Histories and Historiographies, Londres, oct. 2020 (limite : 26 juin 2020)

Arabic Pasts: Histories and Historiographies. Research workshop

Co-hosted by the Aga Khan University, Institute for the Study of Muslim Civilisations and SOAS, University of London, 23 and 24 October 2020, Aga Khan Centre, London & Online

This annual exploratory and informal workshop offers the opportunity to reflect on history writing in Arabic. We encourage contributions focused on methodologies, research agendas, and case studies that investigate history writing in the Middle East and North Africa in any period from the seventh century to the present. 

We are interested in papers that consider the practical and conceptual challenges of working on history writing in the region. Papers might elucidate the following sorts of questions: 

Through what practices of writing or otherwise encoding the past and of remembering and forgetting, have different groups in the Middle East and North Africa viewed their pasts? At different times and places, how have the significant contours, events and actors in their histories been seen? Was the significant past the same for court historians as for literary historians; for bureaucrats as for the military; for Sufis as for Muslim lawyers and Traditionists? 

How did non-Muslims and Muslims, men and women, adherents of different sectarian or juristic traditions, or speakers of different languages, within societies that became “Islamic” imagine the shape and meaning of their specific societies’ own pasts, and their relation to the universal history of the Islamic community? 

How have urban and rural people, workers and peasants, the religiously educated and the technocratic elite, developed different ways of writing, remembering, or commemorating particular events in, or the broad sweep of, local, national, or “Islamic” history? 

In what ways do educational institutions, museums, media organizations and proponents of heritage use history writing in Arabic to shape loyalties and senses of belonging in the Middle East, North Africa, and Europe?   

 

Contributions are invited from scholars at all career levels, addressing any period and any part of the Middle East and North Africa, broadly defined. 

This year we anticipate running the workshop from the Aga Khan Centre in London, with social distancing. We expect a significant online component. 

 

The following colleagues will chair panels and serve as respondents to panels:

Julia Bray, University of Oxford

Fozia Bora, University of Leeds

Jaakko Hämeen-Anttila, University of Edinburgh

Konrad Hirschler, Freie Universität Berlin

Marie Legendre, University of Edinburgh 

Andrew Marsham, University of Cambridge

Harry Munt, University of York

 

Arabic Pasts is co-organized by Hugh Kennedy (SOAS), James McDougall (Oxford), and Sarah Bowen Savant (AKU-ISMC).

Please submit an abstract of 300 words or less by 26 June to ArabicPastsConf@aku.edu. There is a small budget to provide some travel assistance for scholars outside of London.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] XXIIe Congrès International de la Société Rencesvals pour l’étude des épopées romanes

Le XXIIe congrès international de la Société Rencesvals se tiendra à Lille dans les locaux de la MESHS (Maison Européenne des Sciences Humaines et Sociales) du lundi 19 au vendredi 23 juillet 2021. L’accueil des participants débutera dès le matin du lundi 19 juillet.

Les thèmes du Congrès, qui ont été choisis par le Comité de direction, sont les suivants :

  1. Le Nord de la France et la production épique (textes et manuscrits)
    Conférence plénière : Ludovic Nys (Université Polytechnique des Hauts-de-France)
  2. L’imaginaire épique de l’espace et du temps du XIIeau XVesiècle

Conférence plénière : Jean-Pierre Martin (Université d’Artois)

  1. Historiographie et chanson de geste
    Conférence plénière : Françoise Le Saux (University of Reading)
  2. Le lexique des chansons de geste
    Conférence plénière : Gilles Roques (CNRS ATILF)
  3. Divers.

Les communications ne doivent pas dépasser vingt à vingt-cinq minutes. Cinq à dix minutes seront accordées à la discussion à l’issue de chaque présentation (soit trente minutes en tout par intervention). Les langues des travaux seront le français, l’espagnol et l’italien, mais des communications en anglais pourront également être présentées.

Les collègues qui désireraient faire une communication sont invités à nous envoyer, au plus tard pour le 1e septembre 2020, la fiche ci-jointe, incluant une première présentation, qui peut déjà constituer un abstract ne dépassant pas 250 mots. Les propositions de communication pourront être liées à l’un des thèmes ci-dessus ou s’inscrire dans la rubrique Divers. Toute proposition doit parvenir à Emmanuelle Poulain-Gautret (emmanuelle.poulain-gautret@univ-lille.fr). Nous vous remercions de bien vouloir indiquer le plus tôt possible si vous souhaitez participer au congrès, même si vous ne souhaitez pas communiquer.

Le colloque se tiendra dans les locaux de la MESHS, à proximité (rue des Canonniers, 5 minutes à pied) des deux gares TGV de Lille (Lille Europe et Lille Flandres), reliées par navettes de bus et taxis à l’aéroport de Lesquin. Lille propose de nombreuses possibilités de logements  la deuxième circulaire fournira une liste indicative d’hôtels.

Frais d’inscription :

Les frais d’inscription au Congrès se situeront autour de 100 euros (repas du midi et activités inclus, à l’exception du banquet et des repas des excursions, à Azincourt et au Louvre-Lens) pour les participants. Les étudiants et accompagnants bénéficieront d’un tarif réduit : ces éléments seront précisés dans la deuxième circulaire, qui donnera également l’adresse du site pour le paiement en ligne.

Nous nous réjouissons de vous accueillir à Lille en 2021.

Source : Conjointures via RMBLF

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Appel à communication] « Ecrit, politique et culture urbaine au temps de Philippe de Vigneulles », Metz, 1er-3 octobre 2020 [date limite propositions : 1er juin 2020]

Le colloque se tient dans le cadre du Projet CPER «Metz 1500» soutenu par l’Université de Lorraine, le CRULH et Ecritures.

Date : 1er au 3 octobre 2020

Lieu : Université de Lorraine, Metz, campus du Saulcy

Organisateurs : Julien Abed (EA 3943 Écritures), Léonard Dauphant (EA 3945 CRULH)

Contact : leonard.dauphant@univ-lorraine.fr

Voir ici l’appel à communications

 

Source : CRULH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] 4e Congrès des études sur le Moyen-Orient et mondes musulmans, Aix-en-Provence, 28-30 juin 2021 (limite : 1/07/20).

4e Congrès des études sur le Moyen-Orient et mondes musulmans, Aix-en-Provence, 28-30 juin 2021

Appel à contributions

Après le succès des trois précédentes éditions, le Groupement d’Intérêt Scientifique « Moyen-Orient et mondes musulmans » organisera le quatrième Congrès des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans les lundi 28, mardi 29 et mercredi 30 juin 2021, dans les locaux de la Faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines d’Aix-Marseille Université en collaboration avec l’IREMAM, l’IDEMEC, le CHERPA, l’IMAF, l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée, et en partenariat avec l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman) et la SEMOMM (Société des Études sur le Moyen-Orient et Mondes Musulmans).

Les chercheurs et enseignants-chercheurs (à partir du niveau doctorat) sont invités à envoyer des propositions d’atelier thématique au plus tard le 1er juillet 2020 en utilisant obligatoirement le document joint en word :

  • sous la forme d’un résumé en français ou en anglais de 1 500 signes maximum (espaces compris),
  • en indiquant clairement le nom du ou des responsables de l’atelier et les intervenants pressentis (jusqu’à quatre avec éventuellement un discutant),
  • en précisant l’adresse mail, l’institution et/ou le laboratoire d’appartenance pour chacun des participants,
  • en nommant le document selon le modèle : congres2021_NOMRESPONSABLE.doc

Vous trouverez en pièces jointes de ce mail l’appel traduit en anglais, arabe et turc et sur le site du GIS : http://majlis-remomm.fr/63296

Les thèmes proposés peuvent relever d’un ou plusieurs domaines des sciences humaines et sociales (anthropologie, archéologie et histoire de l’art, droit, économie, géographie, histoire, islamologie et sciences religieuses, linguistique, littérature, philosophie, sociologie, science politique), dans une perspective globale ou régionale. Comme les années précédentes, le congrès est une invitation à dépasser les cloisonnements disciplinaires et institutionnels, en rassemblant des contributeurs d’horizon divers, travaillant en France et partout dans le monde. Les propositions collectives émanant de jeunes chercheurs, doctorants et post-doctorants sont encouragées. Les propositions de communication individuelle ne seront en revanche pas éligibles.

NB : Afin d’encourager la participation de chercheurs venant du Maghreb et du Moyen-Orient, une aide financière pour leur déplacement et leur hébergement pourra être accordée sur décision du conseil scientifique du GIS, en fonction des financements disponibles. Priorité sera donnée à la participation des jeunes chercheurs de ces régions.

Les propositions seront examinées par le comité scientifique du GIS qui donnera sa réponse aux participants au début du mois d’octobre 2020. Une fois la proposition d’atelier acceptée, la liste des participants pourra être complétée ou amendée jusqu’au 15 décembre 2020.

Le programme définitif de l’atelier devra être remis à cette date.

Pour toutes les propositions, l’envoi est à faire à l’adresse suivante :gis.congres@gmail.com

Frais d’inscriptions (à régler au premier trimestre 2021) :

– 30 euros pour tous les participants (participants à un atelier et public)

– Exonération pour les adhérents de la SEMOMM (Société des Études sur le Moyen-Orient et les Mondes Musulmans)

– 10 euros pour les doctorants participants à un atelier

– Exonération pour les autres étudiants (Licence et Master) mais avec inscription obligatoire

Appel_4èmeCongrès_fr

Appel_4èmeCongrès_en

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contributions] Scriptor, Cantor & Notator. Matérialités du son dans les Manuscrits de Chant.

Les contributions originales sur des sources de première main sur le chant liturgique médiéval sont les bienvenues pour contribuer au nouvel ouvrage collectif, SCRIPTOR, CANTOR & NOTATOR. Matérialités du son dans les Manuscrits de Chant, à paraître dans la collection Musicalia Antiquitatis & Medii Aevi (MUSAM), chez BREPOLS.

Ce livre propose de présenter les recherches et les tendances récentes et innovantes en matière d’études sur la paléographie musicale et els techniques de transcription et d’édition de musique ancienne, avec un focus sur le chant liturgique. Il regroupera une collection d’articules regroupés en chapitres, qui proposent d’explorer les étroites relations –et les influences respectives –entre l’écriture du chant, sa pratique et son apprentissage, depuis les manuscrits médiévaux neumes jusqu’aux sources imprimées.

L’étendue du champ d’investigation musicale et paléographique va du « plain-chant » de l’Europe occidentale jusqu’au monde byzantin médiéval. Dans une perspective didactique, ces travaux proposent de mettre au point les paramètres de compréhension des usages et des pratiques en vue de fonder une véritable méthodologie de recherche sur les manuscrits de chant autour de la paléographie musicale, dans le contexte des notations du chant et des pratiques culturelles médiévales.

 

Thèmes abordés :

Chaque contribution devra clarifier dès le départ l’originalité des découvertes dans les recherches et présenter les aspects majeurs de la problématique débattue. Il est important que l’auteur se positionne dans l’historiographie de son sujet et suggère l’enjeu de son apport vis-à-vis de la communauté musicologique et des études médiévales.

 

Informations sur les contributions :

  • Les contributeurs souhaitant proposer un article devront d’abord envoyer un titre et un résumé à l’éditeur. La date limite d’envoi des propositions est le 1er novembre 2020. La contribution peut aller d’un article à un chapitre (limité à 15000 mots).
  • Anglais, français, allemand et italien acceptés.
  • Sélection des articles opérée avec le concours du comité éditorial de la collection Musam-Brepols et une éventuelle expertise externe.
  • Publication prévue fin 2021.

Contact et renseignements auprès d’Elsa De Luca : elsadeluca@fcsh.unl.pt

Direction de publication :

Elsa De Luca (CESEM-NOVA University of Lisbon) : elsadeluca@fcsh.unl.pt

Jean-François GOUDESENNE (Institut de recherche et d’histoire des textes-CNRS) : musicologie@cnrs-orleans.fr

Ivan Moody (CESEM-NOVA University of Lisbon) : ivanmoody@fcsh.unl.pt

Sources: https://www.irht.cnrs.fr/?q=fr/agenda/appel-contributions-scriptor-cantor-notator

Amalia Desbrest

Doctorante en littérature médiévale espagnole, ENS de Lyon - CIHAM -UMR 5648.

More Posts

[Candidature] Atelier doctoral : Théories, représentations, pratiques de la justice, Salerne, 8-12/06/2020 (limite : 12 avril)

Atelier doctoral “Teorie, rappresentazioni e pratiche della giustizia” / “Théories, représentations, pratiques de la justice”

Atelier doctoral de spécialisation “Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge“. IXe Séminaire international : “Théories, représentations, pratiques de la justice”, à Salerne, campus universitaire de Fisciano, les 8-12 juin 2020

Date limite : Candidatures à envoyer avant le 12 avril 2020.

Informations : https://www.efrome.it/la-recherche/actualite-et-appels/evenement/appel-a-candidature-atelier-teorie-rappresentazioni-e-pratiche-della-giustizia-theories-r.html

CFP Atelier doctorale Salerne 2020

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Congrès de la SHMESP : Modèles, réseaux et échanges curiaux au Moyen Âge (limite : 15 avr. 2020)

Le 52e Congrès de notre société se tiendra, en collaboration avec le Réseau des Médiévistes belges de Langue française, à Bruxelles du 20 au 23 mai 2021, sur le thème « Modèles, réseaux et échanges curiaux au Moyen Âge ». Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-joint l’argumentaire scientifique.

Les propositions de communication doivent être adressées avant le 15 avril 2020, délai de rigueur, exclusivement par courrier électronique aux adresses suivantes : secretariat@shmesp.fr et info.rmblf@gmail.com. Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Les sociétaires intéressés sont invités à prendre attentivement connaissance des grandes orientations fixées par le comité scientifique. Celui-ci fera connaître d’ici début juin les contributions retenues.

Nous rappelons que la Société ne prend pas en charge les frais des intervenants. Des bourses sont toutefois proposées aux doctorantes et doctorants, ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs, qui interviendraient lors de ce congrès.

Les actes des congrès de le SHMESP paraissent régulièrement à l’occasion de l’Assemblée générale de l’année qui suit, grâce notamment au travail des responsables des publications. Les collègues qui proposent une communication s’engagent donc moralement à publier leur texte en le rendant dans les délais imposés par ce calendrier serré, soit le pour 1er octobre 2021, et en respectant le nombre de signes défini par les responsables des publications ainsi que les normes de la collection.

Nous encourageons vivement les jeunes chercheurs à participer à ce congrès. Les directeurs de thèses sont donc invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés.

L’argumentaire est à télécharger en PDF.

Source : Le Bureau de la SHMESP

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à comm.] Islamic Esotericism in Global Contexts. 2020 Meeting of the European Network for the Study of Islam and Esotericism, 24-26 Sept 2020, Université catholique de Louvain (limite : 1/05)

The European Network for the Study of Islam and Esotericism (ENSIE) invites you to submit proposals for its 2020 meeting. The theme for the meeting is “Islamic Esotericism in Global Contexts”. The aim is to consider the relationship between Islam and esotericism, and Islamic esotericism, in a global context, shifting the emphasis not only from Western perspectives, but also being more inclusive of the experience of Islam beyond the Arabo-Persian domains. We encourage proposals that give prominence to the agency of non-Western actors in negotiating and challenging social, political, and doctrinal “realities” as they manifest in the writings and activities of esoteric groups and systems. The chronological scope thus stretches from medieval to contemporary times. We encourage papers outlining suitable methods of investigation, re-evaluating accepted conceptual frameworks, formulating effective comparative research, and foraying into new textual frontiers.

We invite papers that engage with these aims, but proposals that do not relate to the 2020 meeting theme are also welcome.

There is no fee for attending the meeting and accommodation will be provided, but the cost of travel is the responsibility of individual participants.

Proposals
By 1 May 2020, please send to 2020ensie@gmail.com

  • The title and abstract (250 words maximum) of your proposed paper.
  • Your name, institution, academic position, a brief bio, and a short CV.


Scientific committee
The meeting is organized by

http://ensie.site/conferences.html

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communications] Espaces maritimes, ports et littoraux du Roussillon à la Provence au Moyen Âge, Montpellier, 12-13 juin 2020 [Date limite propositions : 1er mars 2020]

Les XIIe – XIIIe siècles, période d’essor économique et d’accroissement des échanges, notamment en Méditerranée, constituent à bien des égards un âge d’or des ports maritimes et fluviaux. Mais qu’est-ce qu’un port au Moyen Âge ? La question, posée à l’occasion du renouveau des recherches en histoire maritime et sur les sociétés littorales, peut sembler banale mais vise à définir les spécificités des établissements portuaires qui constituent des escales incontournables au sein des réseaux d’échanges en Méditerranée, et couvrent ainsi un large champ de spécialités. Ont été envisagés plus particulièrement dans ces recherches récentes, le choix du site géographique et l’évolution générale du paysage littoral, les liens entre terre et mer – par l’intermédiaire, parfois, d’un espace lagunaire –, mais aussi les fonctions et types d’infrastructures, les logiques d’organisation de la ville et du port au cours du temps et les modes de structuration du territoire, intégrant les préoccupations politiques et économiques des pouvoirs régionaux et extrarégionaux. Le choix d’implantation, de la confluence de cours d’eau au fond de baie, du cordon littoral à la lagune abritée, conditionne autant la lutte incessante contre l’envasement des infrastructures que la structuration de la ville en fonction de son bassin d’approvisionnement et du stockage de ses exportations.

L’espace portuaire possède une profonde valeur patrimoniale géohistorique. Le choix de fonder un port répond à des mutations profondes des sociétés et de leurs moteurs d’échange. Aigues-Mortes et son port fondés au XIIIe siècle par le roi de France Louis IX constituent un exemple emblématique de ces enjeux croisés, à la fois politiques, géographiques et économiques, qui ont conduit à la création d’une ville portuaire.

Comprendre la disparition d’un port est une démarche tout aussi enrichissante. Elle rend compte des changements d’ordre politiques, économiques et environnementaux, auxquels les sociétés ont dû faire face et, par là-même, déployer leurs capacités d’adaptation. Ces modalités d’adaptation sont complexes (techniques, financières) et se produisent sur différentes temporalités, tantôt progressives et continues dans le temps (entretien des bassins, des aménagements portuaires…), tantôt plus ponctuelles en réponse à des événements météo-marins extrêmes. L’adaptation des sociétés littorales ne dépend pas uniquement d’aspects techniques, mais aussi de l’engagement et des ressources des pouvoirs politiques afin de soutenir des travaux d’entretien, de dragage, de réparation, de modernisation pour pérenniser l’existence du port. Toutefois, lorsque les défis s’annonçaient trop difficiles à relever (premières manifestations du Petit Âge Glaciaire, concurrence, guerre), l’abandon du port pouvait s’imposer, révélant ainsi les limites de l’adaptation des sociétés littorales aux changements environnementaux, mais aussi sociaux et politiques, alors à l’œuvre.

Cette rencontre entend réunir des historiens, géographes et géoarchéologues, spécialistes des sources textuelles, cartographiques, autant que matérielles issues de l’archéologie et de la géomorphologie, afin de confronter les approches et de tirer des enseignements de ces regards croisés sur les changements sociétaux et environnementaux de la période médiévale qui ont touché les sociétés littorales et les établissements portuaires. Les questionnements portant sur le cas spécifique d’Aigues-Mortes trouveront peut-être un écho dans le cas d’autres sites méditerranéens actuellement étudiés, soulevant des analogies ou des situations contradictoires susceptibles d’apporter des éléments de réponse. Ces regards croisés permettront d’apprécier les singularités d’un port, son degré de développement et ses évolutions, ainsi que de l’appréhender à différentes échelles spatiales et temporelles.

Thèmes abordés :
– Le contexte géographique de l’implantation du port maritime et/ou fluvial médiéval
– Les fonctions et les infrastructures portuaires
– Bassin d’approvisionnement maritime et/ou fluvial du port
– Les relations ville/port/avant-port
– La délimitation d’une « zone » portuaire (mouillage au large, escales de déchargement)
– Les réseaux et les dynamiques portuaires
– Changements côtiers et pérennisation de la structure portuaire
– L’adaptation des sociétés portuaires aux évènements paroxystiques

Détails et informations pratiques (soumission, inscription…) sur la plateforme dédiée : https://portsmoyenage.sciencesconf.org/

 

Source : SHMESP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] « Les sources perdues, une fatalité pour l’historien ? », Journée d’études, Tours, 4 juin 2020 [Date limite propositions : 15 mars 2020]

Journée d’études organisée par l’AJCH (Association des Jeunes Chercheurs en Histoire)

Appel à communications ici (argumentaire, informations et modalités de soumission)

Source : AJCH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] Arbitraire et arbitrages : les zones grises du pouvoir (XIIe-XVIIIe siècle), Montréal (Québec), 5- 7 mai 2021 (date limite propositions : 1er mai 2020)

Argumentaire

Dans le monde occidental contemporain régi par le droit et la loi, par les constitutions et les chartes, envahi par une normativité galopante, l’idée que le pouvoir puisse avoir une part d’arbitraire peut surprendre ou choquer. Les dictionnaires de la langue française, depuis la première édition de celui de l’Académie en 1694, donnent le ton : « On appelle pouvoir arbitraire un pouvoir absolu qui n’a pour règle que la volonté du souverain. Il ne se dit qu’en mauvaise part. » Cette mauvaise part persiste et s’amplifie même par la suite. Le dictionnaire Larousse définit ainsi l’arbitraire comme rien de moins que ce « qui dépend de la volonté, du bon plaisir de quelqu’un et intervient en violation de la loi ou de la justice ». En 1690 pourtant Antoine Furetière proposait une définition plus nuancée, reflétant une signification ancienne inspirée de la pratique du droit : « qui dépend de l’estimation des hommes, qui n’est point fixé par le droit, ni par la loi », un sens que l’on retrouve déjà chez Jean Froissart en 1397 : « qui dépend de la décision du juge », tout simplement.

L’ambivalence du mot arbitraire s’enrichit d’une connotation bien plus positive lorsque l’on introduit le terme, plus acceptable aujourd’hui, de « discrétion ». Chargé des valeurs morales d’intelligence, de compétence ou de sensibilité, on le réserve plus volontiers aux juges dans l’exercice de leurs fonctions, qu’aux hommes et aux femmes qui interviennent dans le champ du politique, dépositaires des souverainetés nationales ou simples agents chargés du maintien et de l’application des lois. C’est qu’aucune loi, aucune constitution, aucune norme ne peut prétendre régir l’intégralité de l’activité humaine ni non plus définir avec objectivité la manière dont sont appliquées l’ensemble de ces normes. Contre Accurse, pour qui « tout se trouve dans le corps du droit », Thomas d’Aquin reconnaissait que le législateur ne pouvait ni ne voulait tout exprimer dans la loi. Il reconnaissait donc l’existence d’une zone grise qui échappe aussi bien à l’interprétation juridique qu’à l’administration de preuves rationnelles. Les circonstances infinies des relations humaines ne se laissent, en outre, pas enfermer dans les codes et traités normatifs. Leur nécessaire appréciation dans les processus de régulation des relations sociales implique également de laisser une certaine latitude à ceux qui en sont en charge. Dans l’administration de la justice par exemple, l’arbitraire des juges a été défini, dès le xiie siècle, comme la capacité d’appréciation des circonstances des crimes ou des délits afin d’arbitrer, c’est-à-dire, simplement, de choisir les peines les plus appropriées. Par ailleurs, l’arbitrage du juge, presque universellement reconnu, ne se distingue pas nettement de celui des arbitres du droit privé, « amiables compositeurs » investis par la volonté des parties d’une fonction médiatrice aussi déterminante que celle des juges dans la procédure du règlement des conflits.

Le prince, le juge et l’arbitre, chacun dans son champ d’action et dans la limite de ses capacités, répondent à un même besoin des sociétés humaines de réguler les interactions sociales (instaurer et garantir le respect des normes ou des lois) ; de combler le fossé entre les normes et les pratiques (par exemple à propos de la détermination ou de l’application des peines) ; de compenser l’absence de normes reconnues (vides juridiques ou cas de terra nullius) ; ou encore de régir les modes de dérogation à la norme (par exemple dans les cas d’exception fondés sur la nécessité). En cela, l’arbitraire se situe au carrefour de la contrainte et de la liberté, dans un clair-obscur de l’exercice du pouvoir, lieu d’insertion de valeurs morales comme la caritas, la grâce et la miséricorde. Il introduit les notions de transaction, de négociation et de contrat, abordées dans plusieurs études récentes qui proposent de revisiter les schémas encore trop linéaires qui président à notre compréhension de la construction de l’État et de la souveraineté modernes. Et si entre le temps de Froissart et celui des lexicographes de la fin du xviie siècle, l’affirmation du pouvoir, les transformations de la notion de souveraineté et l’évolution des modes de gouvernement ont gommé la dualité originelle du terme arbitraire, entre arbitrage et arbitraire, ils n’ont pas fait disparaître l’importance de la légitimité, de la recherche du consensus et du consentement, comme corollaire de l’exercice du pouvoir dans tout régime politique, à l’exception peut-être de la tyrannie.

Ce colloque, au carrefour de l’histoire, du droit, de la philosophie et de l’anthropologie, propose d’envisager de manière pluridisciplinaire ou interdisciplinaire et par une lecture comparative les pratiques arbitraires/arbitrales dans le champ du droit privé, du droit pénal et de l’exercice du pouvoir public. Il cherche ainsi à observer les limites posées par le droit, la coutume, la morale à la liberté de l’exercice d’un pouvoir contraignant, voire absolu, dans l’espace européen et dans ses colonies, entre le xiie et le xviiie siècle. Plus concrètement, les propositions pourront se pencher sur :

  • les pratiques de la souveraineté médiées par des instances de représentation ouvrant au dialogue à différentes échelles (conseils, diètes, cortès, parlements, états et assemblées) ;
  • la pratique de l’exception comme la grâce, les rémissions ou les abolitions ;
  • les modalités d’interpellation des pouvoirs comme la supplique, la requête ou la pétition ;
  • les lieux, les moments et les modalités d’exercice et d’application
    • de l’arbitrage proprement dits, en tant que renoncement volontaire à une marge de liberté au bénéfice d’un tiers ;
    • de l’exception dans les domaines politique (suivant l’aphorisme de Karl Schmitt, « Le souverain est celui qui décide de/dans la nécessité »), ou du droit (cas royaux, lèse-majesté, voire procès politiques)
  • ainsi que les tensions et les résistances produites par l’exercice de l’arbitraire (par exemple la mise par écrit des coutumes).

Nombre de ces éléments ont fait l’objet d’études, parfois récentes et souvent exhaustives. L’intérêt de ce colloque tient plutôt à la réflexion croisée qu’il propose sur convergences et les divergences qui unissent ou, au contraire, opposent ces pratiques pour mieux comprendre la diversité des pratiques politiques de l’Europe médiévale et moderne : existence de contraintes conjoncturelles et structurelles (sociales ou institutionnelles) ; interférence de l’action humaine dans les pratiques du pouvoir (l’arbitraire/arbitrage étant par définition œuvre humaine et non institutionnelle) ; lieux de réflexion sur ces marges du pouvoir où interagissent souvent le droit et la morale (traités juridiques ou des peines comme le De pœnis temperandis de Tiraqueau, miroirs des princes ou traités de gouvernement de toute nature). Cette approche pourrait enrichir une réflexion plus ouverte encore, sur la fonction de lissage de l’ensemble de ces pratiques arbitrales dans le choc des libertés en conflit, sur la fragilité des espaces-limites entre polities et tyrannies ou sur la persistance d’un oxymore qui n’est qu’apparent : y a-t-il un lieu de normativité de l’arbitraire ?

Modalités de contribution

Le colloque se tiendra à l’Université du Québec à Montréal du 5 au 7 mai 2021. Les propositions de communications (1500 caractères) accompagnées d’un bref curriculum vitae sont à adresser avant le 1er mai 2020

par voie électronique à :

Benjamin Deruelle, professeur Département d’histoire Université du Québec à Montréal deruelle.benjamin@uqam.ca ou à : Michel Hébert, professeur émérite Département d’histoire Université du Québec à Montréal hebert.michel@uqam.ca

Prise en charge

Dans toute la mesure du possible, les organisateurs chercheront à assurer le transport et le logement des participants au colloque. Cependant, tous ceux ou celles qui peuvent éventuellement assurer leur propre financement, par la voie de leurs universités ou de centres de recherche, sont invités à le faire savoir au moment de l’envoi du dépôt de leur proposition. L’existence de tels financements externes (même non encore assurés), en effet, est un important prérequis pour la demande de subvention générale qui sera déposée pour l’organisation du colloque.

Comité scientifique
  • Pascal Bastien (UQAM),
  • Josep Capdeferro (U. Pompeu Fabra),
  • Fanny Cosandey (EHESS)
  • Benjamin Deruelle (UQAM),
  • Jean-Philippe Garneau (UQAM),
  • Claude Gauvard (U. Paris 1),
  • Michel Hébert (UQAM),
  • Olivier Matteoni (U. Paris 1),
  • Lyse Roy (UQAM).
Source : Calenda

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts