Archives de catégorie : Appels à contribution

[Appel à contribution] Ties of Kinship and the Early Islamic Empire, ERC Embedding Conquest, Leyde, décembre 2021 (lim. 31 mars 2021)

Leiden, 6-8 December 2021

We invite submissions for an international conference on the language of kinship in Islamic(ate) societies before the modern period (622–1500 CE). The Embedding Conquest (EmCo) team has been investigating the social, political, administrative, religious, and economic ties that sustained strategies and mechanics of protection and dependency in the early Islamic empire, contributing to shaping imperial rule under the Umayyads and the Abbasids. As part of our project, we study how writers and document producers expressed vertical and horizontal relationships, including the use of family terms. We now invite other researchers to join in our conversation focusing on relational ties that were expressed primarily through or as kinship. This international meeting will be a venue for presenting new studies about practices, categories, and discourses through which kinship might

(i) connect individuals and groups to one another

(ii) contribute to binding an empire (or other large political entity) together.

We are interested in exploring how and when the language of kinship was implemented as a persuasive device, an operative category, and a problem-solving mechanism in premodern Islamic(ate) societies. When did the writers of our sources deploy kinship to describe or create group solidarity? What alternatives to kinship were used, instead, as a basis for expressing social cohesion? When was kinship construed for making claims? When was kinship invoked, and when was it deliberately omitted?

The conference will revolve around three major themes:

  • dynastic rule: presentations centered on caliphal and other ruling dynasties, sultanates, imamates, royal households, dynastic claims, and marriage politics;
  • family ties: presentations centered on kinship as part of family relations, households, consanguinity, adoption, property rights, and family law;
  • kinship outside the family: presentations centered on kinship as part of non-familial relations, tribal affiliation, spiritual kinship, slavery, clientship, and patronage.

We invite presentations showcasing new historical research and look for case-studies that may also address broader historical questions, fitting in any of those three themes. We aim at a collaborative discussion about expressions of kinship and social or political relationships, including relationships giving cohesion to state institutions, empires, or dynasties, while also allowing for alternative definitions of kinship and contested visions of empire. Presenters may either focus on particular contexts or take on the approach of comparative, interconnected, or global histories. We welcome a serious engagement with questions of method and/or theory, and we encourage the participants to be aware of recent anthropological perspectives on kinship. Important work on kinship, gender and reproduction in the modern Middle East has been conducted by Soraya Altorki, Soraya Tremayne, Soheila Shahshahani, and others. Authors who have recently engaged with kinship in historical studies of premodern societies include Jessica Coope, Eve Krakowski, and Martina Deuchler. Among ongoing research projects centered on kinship, we would like to signal one based at the University of Bristol and one based at the University of Haifa.

Interested speakers should submit an abstract (300 words) and a short bio to emco@hum.leidenuniv.nl by 31 March 2021. We welcome submissions from leading and junior scholars, advanced graduate students, and independent researchers. In the hope that it will be possible to travel and convene in person in Leiden, the organizers will cover the travel expenses  and accommodation of confirmed participants for the purposes and duration of the conference. The organizers are committed to gathering a diverse group of presenters and will strive to give more visibility to the work of scholars from traditionally underrepresented groups in academia.

For questions, please write to emco@hum.leidenuniv.nl or to c.palombo@hum.leidenuniv.nl.

Note: Confirmed presenters will be asked to share a draft version of their presentations for pre-circulation among the participants a month before the conference. Selected papers will be published in a volume after the conference.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Expectations of justice and political power in the Islamicate world (ca. 600-1500 CE), ERC Embedding Conquest, Leyde, octobre 2021 (lim. 1er mars 2021)

Leiden University, October 27-29, 2021

In the Islamicate world, as elsewhere, requests for just rule surface constantly as notions of justice are debated and contested. Exemplary rule can be sought in direct and open ways, through entreaties and demands, but also subversively through irony, flattery and satire. Expectations of justice can be pursued through reform or revolution, or via secession, utopianism and millenarianism. This conference, organised in the framework of the ERC-funded Embedding Conquest: Naturalising Muslim rule in the Islamic empire (600-1000) project, examines how such expectations of justice shaped political discourse and behaviour in the early and medieval caliphate (ca. 600-1500 CE).

Participants are asked to present a case study discussing how just rule was defined and what actions and reactions it precipitated in specific historical, geographical and cultural contexts (local, regional and imperial). How was just rule or, conversely, the abuse of political power understood and defined? What solutions were at hand to redress unjust rule or to institute just rule? How was the call for just rule theorised, and what values (scriptural, moral, customary) were invoked? What concrete actions followed from them? Case studies may discuss single instances initiated by individuals (petitions, speeches, literary works) or groups (utopian settlements, revolts) or long-term initiatives (organised, large-scale, revolutionary movements, institutions and structures to implement just rule). Discussion is not limited to Muslim debates and initiatives but can include any group or individual in the Islamicate world.

The following themes are expected to occur as conference panels and applicants are invited to indicate if one of these fits their topic especially well. Papers that do not fall clearly under one of these themes will still be considered as additional panels might be introduced based on submissions.

Expectations of justice as revolutionary action

When do ideas about just rule coalesce into political movements aiming to reconfigure society, including the composition of its political leadership? How are ideas about a just ruler connected to conceptions of a just society more broadly? And how is this realised through actions aimed at societal change? In other words should society change towards a just society, leading to just rule, or rely upon a just ruler to lead and build a just society? Can a society become just without a (just) ruler?

Getting rid of unjust rulers

The idea that justice will prevail when an unjust ruler is removed from power raises interesting questions. When is it permitted to remove a ruler by force or even kill him/her? How is a ruler “made” or presented as unjust in order to allow his/her removal? What characteristics should the just ruler have in order to implement just rule and thereby create a just society? Is it enough to remove the unjust ruler or does an alternative ruler need to be installed?

Calling on rulers to be just

Courtiers, competitors for power, but also humble citizens can step forward to show rulers exemplary behaviour by telling stories, relaying anecdotes or writing treatises, such as mirrors for princes. Sometimes this is done at the instigation of the ruler, as an invitation to offer some slight suggestions for improvement. Whether brought forward from within the governing circle or from outside, criticism can, in fact, become fiercer through the use of satire.

Transparency and anti-corruption

Rule is embodied in more than the ruler alone. When the system that underpins political rule and governance is perceived to be unjust, how should it be repaired? When is unjust rule in fact considered to inhere in the system rather than in the ruler at the top, and why does this happen? Who is responsible and capable for cleaning up or checking on the system to keep it just? How are officials and civil servants who serve political rule kept just? And what constitutes justice in the ruling apparatus for those involved in it and those ruled by it, i.e. by the officials themselves and by the subjects governed by it?

Alternative systems of justice

When the political order does not offer the kind of just treatment that is expected, can people turn to alternative channels such as mediation, petitioning, patronage? How are such alternative justice offerings created and maintained? Do they exist in competition with the state or in co-operation with it? How is justice guaranteed and upheld in these alternative structures?

We invite paper proposals of 250 words to be submitted by 1 March 2021.

We welcome submissions from leading and junior scholars, advanced graduate students, and independent researchers. The organizers are committed to gathering a diverse group of presenters and will do their best to give more visibility to the work of scholars from traditionally underrepresented groups in academia, including but not limited to junior scholars.

Please send your proposal to: emco@hum.leidenuniv.nl

The papers are to be published in a collected volume.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Le genre des célibats, Paris, septembre ou octobre 2021 [Date limite propositions : 1er mars 2021]

Présentation et argumentaire

Si la question du célibat apparaît en filigrane dans les travaux liés au mariage et à la vie familiale et conjugale, ce colloque, organisé par Juliette Eyméoud (EHESS) et Claire-Lise Gaillard (Paris 1, CRHXIX), avec le soutien financier de la Cité du Genre, IdEx Université de Paris, ANR-18-IDEX-0001, lui donnera la première place. Refusant une définition en négatif de l’alliance, définition qui passe forcément à côté de toutes les nuances et complexités du célibat, ces deux journées pluridisciplinaires seront l’occasion de bâtir un outillage théorique commun.

L’historiographie anglosaxonne s’est intéressée de longue date aux célibataires, du Moyen-Age à l’époque contemporaine, toutes classes sociales confondues, hommes comme femmes (Amy M. Froide, John G. MacCurdy). En France, c’est le courant de l’histoire des femmes qui a majoritairement orienté la recherche sur le célibat (Arlette Farge, Cécile Dauphin). Ce dernier a donc fait l’objet d’études portées sur les XIX e et XX e siècles et a quelque peu délaissé le célibat masculin. L’histoire religieuse s’est en revanche penchée sur ce thème, dans une approche à la fois théologique (Nicole Grévy-Pons) et sociale (Myriam Deniel-Ternant, Cindy-Sarah Dumortier). Le célibat est pris dans un ensemble de représentations forgées par notre modernité occidentale qui a fait du couple le modèle normatif. Les sociologues, en allant à la rencontre des célibataires, ont témoigné de leur triste solitude, des difficultés économiques et des stigmates sociaux qui peuvent accompagner cette condition (Pierre Bourdieu, Marie Bergström, Françoise Courtel et Géraldine Vivier). En créant le dialogue entre les disciplines, entre les périodes historiques et les aires culturelles, ce colloque souhaite montrer la pluralité des situations de célibat. Une confrontation des célibats féminins et masculins devrait également permettre de sortir des stéréotypes du vieux garçon et de la vieille fille.

 

Trois axes envisagés

  • 1. Définitions et typologie du célibat : un célibat, des célibats ?

Ce premier axe visera à définir l’objet « célibat » en évitant l’écueil de la définition en négatif. Il faudra s’attacher à identifier la construction historique du célibat comme catégorie juridique, sociale et littéraire. Les dimensions institutionnelles et juridiques en seront un point de départ.
Les communications seront amenées à dresser une typologie des célibats en distinguant plusieurs variables. On isolera par exemple le célibat temporaire dans l’attente d’un mariage, du célibat de circonstance lié à une activité professionnelle, ou encore du célibat définitif et systémique.
Il faudra également redessiner les frontières poreuses du célibat avec le veuvage, la prostitution, le divorce, la jeunesse et la sexualité prénuptiale.
Les variations de genre face aux différents célibats formeront un angle important de notre approche. Le dialogue transdisciplinaire et la confrontation des différents outils méthodologiques devraient permettre d’interroger les définitions possibles du célibat.

 

  • 2. Vivre le célibat au sein des structures sociales et familiales

Ce deuxième axe étudiera le célibat à hauteur des trajectoires individuelles au sein des structures familiales. La place des célibataires dans ces structures doit, là encore, se décliner au pluriel car la valeur accordée au couple et les logiques d’alliance varient selon les aires culturelles et les périodes historiques.
Le célibat selon qu’il est subi, accepté ou revendiqué façonne différemment les vies des hommes et des femmes. Le célibat structure-t-il plus ou moins profondément la vie sociale, professionnelle ou familiale selon le genre et l’âge des individus ? Intériorisation, rejet ou stratégies de contournement, quelles marges les célibataires ont-ils/elles face aux normes et stéréotypes qui pèsent sur eux/elles ?

 

  • 3. Intimité, sexualité, vie affective des célibataires

Le troisième axe s’intéressera aux intimités célibataires. Le célibat peut être considéré comme une variable pour étudier les sexualités et vécus affectifs des individus, des relations individuelles aux amitiés collectives. C’est en somme l’ensemble du régime d’intimités du célibat qui pourra être étudié.
Le regard médical sur le corps des hommes et femmes célibataires pourra faire l’objet d’une attention particulière. Nous espérons également entrer en dialogue avec les recherches en psychanalyse et en psychologie.

Modalités de soumission des propositions

Un projet de communication, clairement rattaché à l’un des trois axes, et qui ne dépasse pas 3 000 caractères ;
Une courte notice biographique (discipline et champs de recherches, publications).

Le tout est à envoyer avant le 1er mars 2021, aux adresses suivantes :

Le colloque se tiendra sur deux jours, à Paris, en septembre ou octobre 2021. Etant tributaires des circonstances sanitaires, nous attendons d’en savoir plus pour fixer un lieu et une date précise.

Source : CRH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Présence de Juvénal, colloque, MSH Clermont-Ferrand, 18-20 novembre 2021 [Date limite propositions : 28 février 2021]

Présentation

COLLOQUE PRÉSENCE DE JUVÉNAL
organisé les 18, 19 et 20 novembre 2021
à la MSH de Clermont-Ferrand par le CELIS et le Centre de recherches André Piganiol-Présence de l’Antiquité sous la direction de Fabrice GALTIER et Rémy POIGNAULT

Argumentaire

Le colloque Présence de Juvénal se situe dans le sillage des précédentes réunions scientifiques issues de la collaboration établie depuis longtemps entre le CELIS et le centre André Piganiol-Présence de l’Antiquité, dont l’objectif est la réception de l’Antiquité.
Il s’agit, en l’occurrence, d’explorer la réception des Satires de Juvénal, œuvre dont le rayonnement et l’influence suscitent depuis quelques années un regain d’attention. En 2005, le Cambridge Companion to Roman Satire en réinterrogeait déjà certains aspects. Mais l’intérêt pour cette question s’est accru depuis, comme en témoignent, en Italie, le colloque qui s’est tenu en 2014, Giovenale tra storia, poesia e ideologia, dont les actes ont été publiés par A. Stramaglia, S. Grazzini et G. Dimatteo (Berlin/Boston, De Gruyter, 2016) et celui qui est prévu à Aquino en mars 2021 sur La fortuna di Giovenale nella letteratura europea, centré surtout sur la littérature italienne, en France, la journée d’études organisée par H. Casanova-Robin et S. Grazzini en mars 2019 sur « La satire de Juvénal et sa postérité », et, tout récemment, le colloque « De la satire à la juvénale : formes et enjeux de la satire chez Rétif de la Bretonne », qui soulignait la filiation entre le satiriste romain et l’auteur français. Cependant, ce vaste champ d’exploration n’a jusqu’ici fait l’objet d’aucune véritable enquête d’ampleur. L’angle d’approche choisi pour la mener à bien concerne, au-delà du seul genre satirique, l’apport de Juvénal à l’expression littéraire des réalités, thèmes ou idées qu’il entend représenter et la manière dont cet apport a été perçu, traduit ou assimilé dans la culture occidentale.
Les principaux axes de réflexion, à titre indicatif, sont les suivants :
– Juvénal et la satire : son rapport au genre et à ses prédécesseurs (Théophraste, Lucilius, Horace, Perse…) ; son influence sur les auteurs de satires (Mathurin Régnier, Théophile de Viau, Boileau, Johnson…)
– Les apports de Juvénal à l’écriture satirique dans l’Antiquité et au-delà, sa réception et son influence : Lucien et la seconde sophistique, les textes satiriques chrétiens (Tertullien, Commodien, Arnobe, Lactance, Prudence, Claudien…), Agrippa d’Aubigné, La Bruyère, Quevedo, Rétif de La Bretonne, Victor Hugo, Léon Bloy, Barbey d’Aurevilly, Octave Mirbeau, Paul Léautaud…
– La satire de Juvénal au carrefour des genres littéraires : épopée (Juvénal et Virgile…) ; histoire (Juvénal et Tacite…) ; philosophie ; rhétorique ; théâtre…
– Juvénal et l’empire romain :

. la réalité de l’empire au prisme du regard du satiriste

. Juvénal inspirateur d’images de l’empire romain dans la littérature et les arts à l’époque moderne et contemporaine

– Éditions, traductions, gloses de Juvénal…


Comité scientifique

– Frédéric Duplessis, ENS de Lyon
– Fabrice Galtier, Université Clermont Auvergne, CELIS
– Stefano Grazzini, Université de Salerne
– Catherine Notter, Université de Strasbourg
– Rémy Poignault, Université Clermont Auvergne, CELIS
– Antonio Stramaglia, Université de Bari

Comité d’organisation

– Grégoire Blanc, doctorant sous contrat, CELIS
– Fabrice Galtier
– Rémy Poignault


Les actes du colloque feront l’objet d’une publication dans la collection « Caesarodunum » du Centre de recherches André Piganiol-Présence de l’Antiquité.


Prière d’adresser le titre de votre proposition de communication avec un bref résumé à fabrice.galtier@orange.fr et remy.poignault1@orange.fr avant le 28 février 2021.

Présence de Juvénal- appel à communication en pdf

Source : Frédéric Duplessis

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] Aux frontières des genres, revue Frontières (lim. 20 juin 2021)

Coordination : Loubna Ayeb, Élise Pampanay

Au croisement de plusieurs champs disciplinaires comme la sociologie, l’histoire et l’anthropologie, les études de genre interrogent les limites identitaires de chacun·e. Construction sociale propre à chaque culture et chaque groupe humain, la notion de genre est au cœur des normes sociales qu’elle contribue à définir et redéfinir. A travers les cultures et les époques, les genres et les sexes ont rarement été limités à la seule dualité masculin-féminin. Dans ce numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’intéresser à ce qui se situe sur ce spectre mais aussi au-delà de cette frontière binaire du genre. Peuvent être appréhendés, à la liberté des auteur·rice·s, les axes suivants : transidentité, androgynie, intersexuation, fluidité, travestissement, castration, etc. Les articles pourront aborder ces thèmes et d’autres à travers les sources archéologiques, épigraphiques, iconographiques, par l’étude des mythes ou des constructions sociales, mais aussi questionner le regard porté par les études historiques et archéologiques modernes sur le genre et la sexuation dans les sociétés anciennes et médiévales.

English version

Calendrier

  • 20 juin 2021 : date limite de soumission des articles complets
  • 20 septembre 2021 : retours des évaluations aux auteurs
  • 20 octobre 2021 : date de retour des versions corrigées
  • décembre 2021 : parution du numéro

Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Voir : https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=118#tocfrom2n1

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Avant l’État. Droit international et pluralisme politico-juridique en Europe, XIIe -XVIIe siècle (Lim. 31 janv.)

 Colloques de Rome (20 septembre 2021) et de Lille/Courtrai (18-19 mai 2022).

L’ambition de ces deux rencontres est de contribuer à combler une lacune historiographique en nouant un dialogue entre les études historiques – où l’on observe depuis longtemps un regain d’intérêt pour l’étude des relations internationales et, en particulier, pour la diplomatie à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne – et les études relevant de l’histoire du droit, en particulier l’histoire de la pratique et de la doctrine médiévale du droit des gens.

L’État étant considéré comme l’acteur exclusif et même l’a priori de toute compréhension possible des relations internationales, on conçoit encore souvent le droit international comme le droit interétatique : du même coup, on exclut du champ d’investigation les relations entre pouvoirs politiques les plus divers. Or la constellation politique médiévale était caractérisée par une pluralité de centres de pouvoir au statut variable, où l’autorité politique était répartie à différents niveaux. Au lieu d’un lien univoque entre souveraineté et territoire, cette constellation révèle un entrelacement et un chevauchement complexe de différentes juridictions, fondées sur des liens de dépendance personnelle et sur des relations de sujétion territoriale. Loin de pouvoir être conçu comme un droit interétatique dominé par l’État national souverain, le droit international de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne devrait plutôt être considéré comme le cadre multi-normatif qui régit les relations entre une grande variété d’acteurs.

Sur cette question, nous organisons deux rencontres, la première à Rome le 20 septembre 2021 et la deuxième à Lille et Courtrai les 18-19 mai 2022. Notre but est d’aborder un vaste éventail de thèmes concernant le droit international, comme la guerre (ses conditions et son déroulement, soldats et mercenaires, droit de prise et de captivité, négociation et exécution des traités de paix), les représailles, la diplomatie (envoyés diplomatiques, traités d’alliance, ligues et adhaerentiae), les relations féodales (par exemple l’obligation du vassal de répondre à l’appel aux armes du seigneur), la relation entre juridiction et territoire (notion de frontière, statut des étrangers), le droit international privé, le droit de la mer (y compris le statut des pirates), les commerces et les relations avec les juifs et les « infidèles ».

En outre, trois thèmes transversaux feront l’objet d’une attention particulière. Il s’agit des acteurs du droit international (leur sélection, leur statut et la dynamique de leurs relations réciproques) ; des sources du droit international, étant donné que ce dernier ne constituait pas à l’époque prémoderne une branche autonome de la science juridique ; et de la résolution des conflits, en particulier à travers la médiation et l’arbitrage (deux institutions qui ont reçu moins d’attention dans l’historiographie par rapport à la négociation et la guerre).

L’organisation de deux rencontres et la contribution de chercheurs de différentes formations nous permettront de discuter cet ensemble de thèmes sur une période qui s’étend du XIIe au XVIIe siècle, en Europe occidentale et sans exclure les relations des acteurs européens avec l’Orient (Byzance, les Mongols, les Ottomans), le Maghreb et les terres « découvertes » au XVe et au XVIe siècle.

Du point de vue méthodologique, nous envisageons une étude aussi bien de la pratique que de la doctrine. Concernant la pratique, il faut comprendre quels étaient les mécanismes qui permettaient de gérer les relations entre des ordres politiques et juridiques différents. Concernant la doctrine, il s’agit d’étudier la manière de laquelle ce rôle fut joué surtout par le ius commune – produit de la science du droit romain, canonique et féodal – qui fournit aux juristes les concepts et les méthodes nécessaires pour gérer la multi-normativité et, en particulier, les relations entre des systèmes juridiques locaux (appelés iura propria).

Des communications s’inscrivant dans la thématique de ces deux colloques sont attendues. Les propositions, en anglais, en français ou en italien, doivent être adressées par courrier électronique à dante.fedele@univ-lille.fr, randall.lesaffer@kuleuven.be et savy_pierre@yahoo.fr. Elles doivent parvenir d’ici le 31 janvier 2021 et compter au moins 3000 caractères. Le résultat de la sélection sera communiqué avant le 28 février 2021.

Une publication des actes soumise au contrôle des pairs est envisagée. Les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge par les institutions partenaires du projet.


Partenaires: Centre d’histoire judiciaire (UMR 8025) – Université de Lille École française de Rome KU Leuven, Department of Roman Law and Legal History

Organisateurs: Dante Fedele (CHJ UMR 8025 Lille),  Randall Lesaffer (KU Leuven), Pierre Savy (EFR)

Source: EFR

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] Première journée de jeunes chercheur.es en histoire urbaine de la SFHU (Lim. 11 janvier)

Soucieuse de maintenir l’intégration des jeunes chercheurs à la communauté scientifique malgré des conditions pratiques compliquées, la Société Française d’Histoire Urbaine organisera début avril 2021 une journée en visio-conférence consacrée aux communications de doctorante.es et jeunes docteur.es en histoire urbaine. À cette occasion, ceux-ci pourront proposer une étude de leur choix sur leurs travaux en cours, quelles que soient la période ou l’aire géographique considérées. Les communications, en français ou en anglais, dureront chacune 20 min afin de préserver un temps d’échange avec l’assistance. Un résumé de la communication sera fourni par l’auteur de celle-ci pour une mise en ligne sur le site de la SFHU à l’issue de la rencontre.
Les propositions de communications sont à envoyer à Virginie Mathé (virginie.mathe@u-pec.fr) le
lundi 11 janvier au plus tard. Elles devront comporter les informations suivantes :

  • Nom et prénom
  • Pays et adresse mail
  • Rattachement institutionnel (université et/ou laboratoire de recherche)
  • Titre et nom du directeur ou de la directrice de la thèse en cours.
  • Titre et résumé de la proposition de communication (300 mots maximum)

Après réception, l’ensemble des propositions sera étudié par le bureau de la SFHU. Le résultat de ces délibérations sera transmis avant la fin du mois de janvier à l’ensemble des personnes ayant
soumis une proposition.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à propositions de numéros thématiques] Annales de démographie historique, 2023-2025

Les Annales de démographie historique lancent un appel à proposition de numéros thématiques pour leur programmation  2023-2025. Les propositions doivent s’inscrire dans les champs de spécialités de la revue,  à savoir la démographie historique, l’histoire de la famille, l’histoire des populations et de la santé. Elles prennent la forme d’un bref argumentaire. Elles précisent le nom des directeurs du volume et éventuellement des auteurs qui pourraient être sollicités pour soumettre un article à la revue. Merci également de préciser l’état d’avancement du projet et notamment, le cas échéant, si une session de congrès, un atelier de recherche en cours, peuvent contribuer à fournir une partie des textes. Chaque dossier comprend entre 5 et 8 articles et une introduction rédigée par les directeurs du dossier.

Source : Annales de démographie historique

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] « Fortifications savantes, fortifications de savants », 8e colloque international de Bellecroix, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 22-24 octobre 2021 [Date limite propositions : 01/05/2021]

Castel del Monte
Organisation

Jean MESQUI, Hervé MOUILLEBOUCHE et Nicolas FAUCHERRE

Argumentaire

Quoi de commun entre une fortification classique tel Neuf-Brisach, un château Renaissance comme Maulnes, une tour maîtresse romane telle que Châtillon-Coligny ? Toutes trois sont l’expression d’un tracé savant, dont la conception exige une conceptualisation dépassant l’utilisation des stéréotypes que sont le quadrangle ou le cercle. Quelles logiques, quels référentiels de doctrine ont présidé à la mise au point de ces tracés extraordinaires de l’Antiquité à l’époque moderne ? Faut-il y voir la volonté de maîtres d’ouvrages savants, érudits ou férus d’ésotérisme ? Faut-il y reconnaître l’inventivité pure de techniciens poussant à l’extrême leurs doctrines, voire l’expression de leur ego d’artistes ?

On sait depuis longtemps que le Quattrocento italien, puis le XVIe siècle européen, ont été une période rêvée pour l’expression de ces élucubrations savantes de maîtres d’ouvrage et de maîtres d’œuvre, pouvant aller jusqu’au délire inventif de certains traités ; mais cette présence du sachant, voire du savant, dans la conception de l’ouvrage, ne remonte-t-elle pas bien plus haut ? Utilisait-on les traités antiques, comme ceci a été souvent affirmé, pour concevoir les ouvrages, et quelles en sont les preuves ? Peut-on imaginer qu’il y ait eu des répertoires de formes et de tracés, comme les fameux Carnets de Villard de Honnecourt pour l’architecture religieuse ? Comment expliquer des plans aussi bizarres que la tour d’Etampes, des conceptions aussi sophistiquées que la tour de la Rochelle, des tracés aussi élaborés que le Castel del Monte ?

On s’attachera, dans ce colloque, à débusquer des exemples de cette expression savante depuis l’Antiquité jusqu’au début de la Renaissance ; non que la période qui suit n’ait pas été savante, puisqu’au contraire elle n’est plus que savante, et qu’elle a produit des théoriciens et des traités bien connus. Au contraire, c’est dans les périodes antérieures que ce colloque convoque formes et usages architecturaux savants, afin de proposer des interprétations raisonnées de leur genèse. »

Modalités de proposition

Propositions de communications à renvoyer avant le 1er mai à centrecastellologiebourgogne@yahoo.fr

Source : CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Spoken Images of/in Islam. Languages and Translations in Texts and Images, Mediating Islam in the Digital Age, Spring School 2021 (lim. 5 janv. 2021)

The Innovative Training Network “Mediating Islam in the Digital Age” (MIDA) and the European Network for Islamic Studies (ENIS) organise the MIDA/ENIS Spring School 2021

Spoken images of/in Islam  Languages and Translations in Texts and Images

Ken and Jenny Jacobson Orientalist Photography Collection

MIDA/ENIS Spring School 2021

« Spoken images of/in Islam: Languages and Translations in Texts and Images »

Catania – Sicily: 1st – 6th of March 2021

Deadline: 5th of January 2021

Host institution: Università degli Studi di Catania

The main objective of this school is to investigate the image–text relations in Muslim traditions by applying to different genres of images and texts and by thinking about how they are affected by translation or interpretation. The Spring School will bring together advanced academics and lecturers from different disciplines with doctoral and MA students to explore how the transfer of texts and images move from one culture to another in Muslim societies and beyond; and in what ways language functions as a mediator in this process.

Translation is an integral part of any culture, and Muslim societies are no exception. The Spring School attempts to investigate the extent to which ideology can impact the translator’s style and selection of words that will, accordingly, shape the receivers’ worldviews. For instance, in mediaeval times Arabic scholars translated Greek philosophical and medical works and employed this knowledge in their elaboration of Islamic sciences. Translations or rather adaptations of Western works, inspired Muslim scholars, writers and artists in the nineteenth century to produce new hybrid scholarly and artistic amalgamation of their own. Take for example, the heavy debates among Muslim scholars regarding the translation of the Qur’an throughout history. The debate has diminished and the translation of the Qur’an in almost all world languages is now reality. Also, western technologies of figurative painting and photography were introduced in the nineteenth century in the Middle East; they became striving media in the hands of local actors and practitioners. Today, Turkish television series conquer Netflix in adapted, dubbed and subtitled versions. What are the consequences of transferring a medium to another cultural context? Young researchers are stimulated to think about such questions by taking the textual and visual languages of Muslim societies as transmitters in this process throughout history.

Because they belong to a non-verbal system of representations, figurative images require specific methods of analysis taking into account the ambiguity of the meaning they project and the ways they are shaped by pre-established visual schemes and codes. Together, we aim to develop our skills pertaining to critical academic analysis and positioning the agency of texts and images in Islamic societies, their authorship and dissemination; and how this transfer impacts what texts and images may represent. This hypothesizes, for example, that images are mediated translations of reality, staged and edited before reaching their audience. In this sense we require participants to think about the question how images frequently function in association with words, through titles, captions and labels, since gathering and composing additional information about images and words has the power to transform their message. The specifics of visual communication acquire extra weight in cultures that had long lived under a regime of aniconism, as is the case of the Sunni Muslim world.

The Spring School will also offer PhD and MA students the opportunity to develop research questions for their theses and/or present their research projects by singling out, describing, and analyzing the main semiotic features of Muslim texts and images and the ways they become a mirror, which may passively and actively reflect the mind of the exegete or the reader. The aim is to jointly further our knowledge of how translation or interpretation of texts, images or filmic materials affects their original meaning. How can we study Muslim texts and images in their different cultural, political, social and religious contexts? How are such translations or interpretations received in Islamic societies in different historical contexts? Can analytical methods grounded in the study of Western imagery be transferred to the analysis of the visual language in the Middle East and other Muslim regions?

Requirements for applications

PhD candidate students and advanced MA students, whose research focuses on this topic  are invited to apply for participation.

Please note:

Candidates enrolled in other universities than the ones mentioned are requested to apply at one of the four institutions only.

It is mandatory to specify in the application: Application Spring School 2021

Successful applicants may receive some funding from the Selection Committee.

Scientific Committee

  • Dr. Petra de Bruijn (NISIS, Leiden University)
  • Prof. Pascal Buresi (CNRS / EHESS-IISMM)
  • Prof. Albrecht Fuess (CNMS / Philipps-University of Marburg)
  • Dr. Pierre Hecker (CNMS / Philipps-University of Marburg)
  • Prof. Christian Lange (Director NISIS)
  • Prof. Daniela Melfa (SeSaMO / University of Catania)
  • Maike Neufend (CNMS / Philipps-University of Marburg)
  • Prof. Umar Ryad (NISIS / KU Leuven)
  • Prof. Thijl Sunier (VU University Amsterdam)
  • Prof. Mercedes Volait (CNRS / InVisu)

Applications must include the following:

  1. a CV
  2. a motivation letter
  3. a one-page description of your PhD or MA project
  4. a title and an abstract* of 300 words (max.) of your presentation (15 minutes) to be given at the spring school
  5. a short biography* of 50 words (max. in the third person)

*If your application is successful these will be used in the digital program booklet. Please send your abstract and biography in word format (.doc or .docx)

Please note the following:

Successful applicants must arrange their own visa (if applicable), transport and accommodation

Please note that due to the outbreak of COVID-19 the Spring School dates may change at the last moment. We recommend you to buy tickets that can be changed or cancelled without additional costs (except for the participants through IISMM, whose transport and accommodation will be taken care of). The event could take place in an online mode.

About MIDA

The MIDA-project rests on the premise that technological innovations today and in the past have had a tremendous and unprecedented influence on Islam: on the modes of expression and communication of religious messages and traditions, and on the modes of engagement with society, and ultimately also on religious doctrines. In short, they have unleashed forces that have ultimately changed the face of religion This holds true as much for contemporary digitisation as for previous technological transformations. Instead of singling out one specific technological landmark as unique, subsequent innovations and transformations must be brought together into one analytical frame.

About ENIS

ENIS (European Network for Islamic Studies) stems from the collaboration of various European academic institutions: NISIS (the Netherlands Interuniversity School for Islamic Studies), IISMM (l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman), CSIC (Consejo superior de investigaciones científicas), CNMS Philipps-University of Marburg (Centrum für Nah-und Mittelost-Studien),  SeSaMO (Società Italiana di Studi sul Medio Oriente).

 Illustration : ©Photographe Abdul Gaffar, Muslims at prayer at Mecca, circa 1880, Ken and Jenny Jacobson Orientalist Photography Collection, Getty Research Institute

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communications] Atelier de jeunes chercheurs internationaux, « Ventes, échanges, mutations… De la reconfiguration des maisons entre juifs et chrétiens (XIIe-XVIIe siècles) », Perpignan, 20-21 janvier 2021 [Date limite propositions : 30 novembre 2020]

Présentation

Le 20 et le 21 janvier 2021, l’équipe de la Nouvelle Gallia-Germania Judaica et l’université de Perpignan en coopération avec l’Institut historique allemand de Paris organiseront un atelier de jeunes chercheurs internationaux. La rencontre de 2021 se consacrera au sujet de Ventes, échanges, mutations… De la reconfiguration des maisons entre juifs et chrétiens (XIIe-XVIIe siècles)

Organisation

Claude Denjean (Université de Perpignan)
Johannes Heil/Imen Ben Temelliste (Hochschule für Jüdische Studien Heidelberg/Nouvelle Gallia-Germania Judaica, Heidelberg)
Amélie Sagasser (Institut historique allemand Paris)
Lluís To Figueras (Université de Gérone)

Enseignants chercheurs participants

Claude Denjean (Université de Perpignan), spécialiste de l’histoire de l’économie et de l’histoire des juifs médiévaux
Johannes Heil (Hochschule für Jüdische Studien Heidelberg), spécialiste d‘histoire médiévale juive
Amélie Sagasser (Institut historique allemand Paris), spécialiste de l’histoire médiévale juive
Lluís To Figueras (Université de Gérone)
Pere Verdés ( CSIC Barcelone)

Argumentaire


Le 20 et le 21 janvier 2021, l’équipe de la Nouvelle Gallia-Germania Judaica et l’université de Perpignan en coopération avec l’Institut historique allemand de Paris organiseront un atelier de jeunes chercheurs internationaux. La rencontre de 2021 se consacrera au sujet de Ventes, échanges, mutations… De la reconfiguration des maisons entre juifs et chrétiens (XIIe-XVIIe siècles)
Les historiens des relations entre juifs et chrétiens débattent depuis des années pour rendre compte avec justesse et précision de la topographie des quartiers médiévaux. Nombreux sont ceux qui contestent et nuancent la notion de ségrégation. Après avoir envisagé des différences entre normes et pratiques, il s’avère que, au-delà même de l’attention nécessaire à la chronologie de la distinction, de la séparation, des expulsions, les frontières entre communautés étaient bien plus poreuses, les rapports bien plus complexes que le laisserait penser une stricte application des statuts et des normes lus au sens littéral, parfois sans contextualisation convenable.
La définition de ghetto dans l’Italie moderne se révèle fort éloignée de la vision simplifiée qui mettrait en avant l’enfermement des juifs. Les travaux récents des historiens de l’Italie (XVIe-XIXe siècles) confortent les interrogations des médiévistes qui s’attachent à une histoire sociale, sans pour cela nier le poids de la religion. Ils les interrogent également en présentant des mécanismes et des lois dont l’origine est médiévale voire antique mais dont l’exercice diffère de la réalité antérieure au XVe siècle. L’un des points nodaux place en regard la constitution puis la vie des quartiers et le statut juridique des minorités. Les actes nommant les juifs servi, serfs du roi, paraissent concorder avec une interdiction de posséder des biens fonciers ou immeubles supposées être la loi médiévale. Cependant, une relecture des privilèges accordés aux juifs et une synthèse des nombreuses monographies et études de cas, en particulier de la Provence aux terres catalanes, majorquines, valenciennes et aragonaises, comparée aux résultats au royaume de Germanie et même en Angleterre, montrent que des généralisations et des simplifications sans précautions conduisent peut-être à des faux sens.
Pour s’approcher au plus près des réalités complexes qui conditionnaient l’existence des juifs médiévaux : leurs capacités d’habiter et leurs droits légaux, nous souhaitons procéder prudemment en analysant collectivement des dossiers de documents d’archives et en les proposant à l’interprétation de chercheurs spécialistes d’autres aires géographiques, d’autres communautés religieuses, d’autres thématiques, pour un travail interdisciplinaire attentif stimulant chaque discipline.
Le thème choisi pour cette rencontre fait suite à celui de la première rencontre de Perpignan en 2020. Il s’intègre dans une démarche plus vaste puisque notre équipe participe au colloque Quartiers et frontières (Visa pour l’image, Université de Perpignan, septembre 2020).
Nous envisagerons l’histoire des maisons proches des murailles, des maisons mitoyennes, des galeries autour d’une cour intérieure ou via privata, sans doute le vico italien, les maisons donnant sur des rues « hors le » quartier juif. Ces lieux à la fois sensibles, stratégiques, symboliques nous sont accessibles à travers des actes de mutations, de ventes, de legs… des cadastres, des documents fiscaux, des chartes de privilèges, parfois des descriptions lors de procès. La situation juridique, légale et sociale des acteurs sera examinée en lien avec la situation topographique de leurs biens ou de leur habitat. Les points de vue de l’historien et du juriste seront croisés. Il conviendra d’examiner les dossiers de sources latins, vernaculaires et hébreux.
L’atelier a pour objectif de rassembler des jeunes chercheurs internationaux travaillant sur l’histoire juive médiévale et de leur permettre de présenter leurs travaux en cours à ces sujets. La présentation de ces jeunes chercheurs de dossiers et de sources croisant des documents de nature variée, souvent dispersés, permettra d’envisager une histoire comparée des implantations juives. L’approche économique et sociale de la topographie ouvre à une approche renouvelée du peuplement : urbain versus rural, accès aux marchés et impératifs de la cacherout, tsedaka, études et institutions des universitates, quartiers et prestige social.
Les interventions en anglais et en français seront encadrées par des enseignants chercheurs internationaux spécialistes de ces aires géographiques.

Informations pratiques


Si la situation sanitaire le permet, l’atelier se fera en hybride. Les frais de voyage (train 2de classe et une nuit) des intervenants n`habitant pas à Perpignan mais qui veulent venir à Perpignan seront pris en charge.

Un résumé de 300 mots maximum pour une communication de 20 minutes en français ou en anglais, accompagné d’un court CV, pourra être envoyé à Claude Denjean (claude.denjean@univ-perp.fr) et à Imen Ben Temelliste(imen.bentemelliste@hfjs.eu) avant le 30 novembre 2020.

Source : https://www.hsozkult.de/event/id/event-93874

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] La récitation dans les premiers siècles de l’Islam/Reciting in the Early Islamic Empire, VIIe-IXe siècles (limite : 1er fév. 2021)

Dans le prolongement du colloque en ligne du 16-18 octobre, un appel à contribution pour des articles en arabe, français et anglais est ouvert à tous les chercheurs pour le MIDEO 37 (2022): Reciting in the early Islamic Empire à soumettre avant le February 1ˢᵗ, 2021.

Keywords

  • Qurʾānic Recitation ‒ Psalmody ‒ Orality ‒ Transmission.
  • Islam ‒ Judaism ‒ Christianity ‒ Zoroastrianism ‒ Late Antiquity and Early Islam.
  • Torah ‒ Bible ‒ Psalms ‒ Qurʾān ‒ Qaṣaṣ ‒ Poetry ‒ Prayer ‒ Rites ‒ Saǧʿ ‒ reading ‒ memorisation.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam : histoire et archéologie, IFPO (lim. 28 fév. 2021)

Résumé

Une table ronde internationale organisée les 4 et 5 mai 2019 à l’université de Salahaddin (Erbil, Irak) a mis en évidence l’intérêt d’un ouvrage collectif sur la question du christianisme en Irak au tournant de l’Islam. Les Presses de l’Ifpo lancent donc un appel à contribution sur ce thème.

Argumentaire

La disparition de l’Empire perse et le repli de l’Empire byzantin suite aux conquêtes arabo-musulmanes ont entraîné pour les chrétiens des régions conquises d’importants changements institutionnels. En Irak, l’Église syro-orientale peut se développer car elle n’est plus limitée par l’empire sassanide de religion zoroastrienne. Néanmoins, il est difficile de restituer les formes qu’a pu prendre ce christianisme ancien et d’évaluer quelles modifications a pu entraîner la conquête. L’architecture des églises semble révéler une proximité de la partie nord de l’Irak avec les territoires byzantins tandis que le sud formerait un ensemble homogène avec le golfe Arabo-Persique. Des points communs semblent néanmoins apparaître entre le nord et le sud de l’Irak, par exemple dans la culture matérielle ou la présence de sépultures dans les églises, interprétées comme des reliques. Il est difficile de savoir si ces différences et ces ressemblances sont liées à des questions d’Églises, de liturgies, d’influence régionale. Depuis les fouilles de D. T. Rice à al‑Hira dans les années 30, des projets archéologiques récents ainsi que des études épigraphiques et historiques apportent des éléments nouveaux sur le devenir du christianisme au début de l’Islam en Irak.

La table ronde internationale Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam a permis de faire un premier état des lieux des recherches, en particulier des données archéologiques. Elle a mis en exergue la continuité des formes du christianisme avant et après l’islam, le tournant de l’islam est finalement la période la mieux documentée, à la fois par l’archéologie et par les textes. L’examen de l’architecture et de la culture matérielle ne révèle aucune rupture. Les églises ne paraissent pas modifiées, les motifs des croix en stuc sont difficiles à distinguer suivant des critères chronologiques, les types céramiques se maintiennent. S’il y a rupture, elle serait plutôt à situer dans le courant du ixe siècle. Les populations conservent leur religion, leur mode de vie, leur langue pendant au moins deux siècles après les conquêtes. Ce phénomène, qui a déjà été mis en évidence en Égypte et en Syrie, doit être mieux documenté en Irak. En effet, le christianisme dans cette région est finalement très mal connu. Il apparaît à la fois nécessaire de reconsidérer les travaux anciens dont les publications sont lacunaires et de publier les premiers résultats de travaux en cours. Cette manifestation a également mis en évidence la richesse d’une approche comparatiste entre les sources : seule la confrontation de sources textuelles et archéologiques permettra de répondre à certaines questions comme celle de la liturgie des édifices religieux.

Éditeurs

Narmin Ali Amin (Université Salahaddin-Erbil)

Julie Bonnéric (Institut français du Proche-Orient)

Barbara Couturaud (Institut français du Proche-Orient)

Comité scientifique

Kayfi Ali (Direction générale des Antiquités du Kurdistan)

Françoise Briquel-Chatonnet (CNRS UMR 8167 Orient & Méditerranée)

Pauline Koetschet (Institut français du Proche-Orient/CNRS UMR 7297 CPAF)

Karel Novacek (Palacký University Olomouc)

Dominique Pieri (Ifpo/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

St John Simpson (British Museum)

Modalités de soumission

Les propositions d’articles (max. 40.000 signes espaces compris sans la bibliographie, max. 10 figures), en français, en anglais ou en arabe, devront être envoyé sous leur forme complète et définitive avec les illustrations avant le 28 février 2021 à l’adresse suivante : j.bonneric@ifporient.com.

Elles comprendront :

– le texte de l’article aux formats doc et pdf, dont la présentation devra se conformer aux règles édictées par la charte éditoriale de la BAH des Presses de l’Ifpo ;

– une bibliographie aux normes selon la même charte ;

– la liste des légendes des figures et/ou des planches ;

– les illustrations au format tif ;

– les résumés de l’article (max. 1.200 signes espaces compris), en français, en anglais et en arabe.

Les fichiers lourds (illustrations notamment) pourront être envoyés via des plateformes de téléchargement comme Dropbox ou Wetransfer.

L’obtention des droits de reproduction nécessaires, y compris sur internet, est de la responsabilité de l’auteur.

Les articles proposés seront évalués par des pairs (double aveugle) et une réponse sera donnée aux auteurs dans les trois mois suivant le dépôt de leur article. La parution du volume est prévue au premier semestre 2022.

Contacts

Narmin Ali Amin (narminaliamin@yahoo.fr)

Julie Bonnéric (j.bonneric@ifporient.com)

Barbara Couturaud (b.couturaud@ifporient.com)

Télécharger l’appel à contribution (En/Fr)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Marquer son église : les princes en leurs collégiales (IXe-XVe siècle, Occident chrétien); Lim. 30 novembre

Les collégiales, reconnaissables à leur forme imposante en ville ou à la campagne, furent pour la plupart liées à de grands personnages, qu’ils soient princes, évêques ou grands seigneurs. Le fonctionnement de ces institutions est mieux connu depuis plusieurs années, mais la manière dont les princes se sont appropriés, matériellement ou symboliquement, les églises collégiales qu’ils avaient fondées ou dont ils avaient hérité a encore peu été étudiée. Tel est l’objet de ces journées d’étude qui exploreront cette problématique à travers une approche pluridisciplinaire, en mêlant en priorité histoire, histoire de l’art et archéologie.

Argumentaire

Depuis une trentaine d’années, les études sur le monde canonial ont analysé les liens qui pouvaient exister entre les collégiales séculières et les pouvoirs princiers, à la fois institutionnellement (jus patronatus, collation des prébendes, etc.) et politiquement (liens entre chapitres séculiers et chancelleries, etc.), cette dernière dimension mobilisant souvent une approche prosopographique (collégiales séculières comme viviers d’agents des politiques princières, carrières politiques des chanoines, recrutement de ces derniers dans certains lignages pour conforter des fidélités, etc.). Les monographies et les synthèses régionales ont souligné la pluralité des rôles dévolus à une collégiale séculière, tout en insistant sur les motivations politiques et la logique de distinction sociale qui ont favorisé l’essor de ce type de fondations religieuses.

Les liens plus personnels, matériels ou spirituels, entre les établissements canoniaux et leurs fondateurs, ou les héritiers et successeurs de ceux-ci, ont, en comparaison, été moins abordés. Comment et pourquoi un prince investissait-il sa collégiale ? Y a-t-il une différence, pour un grand, entre les collégiales qu’il a fondées, celles dont il hérite et celles qu’il a captées ? Une collégiale sise in castro ou in palatio est-elle, par exemple, plus intensément occupée par un prince qu’une fondation hors les murs ? À l’intérieur de l’église, y a-t-il un lieu privilégié de l’appropriation princière (chapelle, nef, chœur, etc.) ? Quelles traces y a-t-il laissées, qui montrent sa présence effective ou son appropriation symbolique des lieux ? Voilà plusieurs des enjeux de la présente journée d’étude.

Marquer son église : le titre emprunte celui de l’ouvrage collectif Marquer la ville[1]. Il s’agit ici de s’intéresser aux membres, masculins ou féminins, de la haute aristocratie (princes et princesses laïcs, grands ecclésiastiques ; leurs entourages) et des grandes familles féodales, pour cerner la manière dont ils s’impliquent dans les collégiales qu’ils fondent ou dont ils héritent. Les fondations seigneuriales peuvent être prises en compte, à titre de comparaison.

De la fondation de la chapelle palatine d’Aix-la-Chapelle au début du IXe siècle, à l’inhumation de Louis XI à Notre-Dame de Cléry-Saint-André (1483), les collégiales séculières ont été de véritables écrins permettant d’inscrire le pouvoir des princes dans la durée. La réforme grégorienne puis le renouvellement du pouvoir princier à la fin du Moyen Âge ont eu un rôle dans l’évolution des fondations de collégiales par les grands, dans le royaume de France comme ailleurs en Europe.

Plusieurs axes d’études sont proposés :

Axe n° 1. La présence du prince en sa collégiale : corps et âme

La présence des princes, de leur vivant ou après leur mort, se lit matériellement dans les collégiales qu’ils ont fondées ou dont ils héritent. Il conviendra de s’interroger sur les espaces et objets qui signalent cette présence : garde par les chanoines ou dépôt dans la collégiale du trésor ou de la bibliothèque du prince ; tribune, galerie ou place réservée dans la nef ou au chœur ; itinéraires exclusifs ou circulations organisées pour le prince jusqu’à sa collégiale ou à l’intérieur de celle-ci ; présence du tombeau du fondateur (nécropoles dynastiques ou choix individuels), le prince associant ainsi sa memoria à celle de la communauté canoniale. Cette présence du fondateur en sa collégiale se lit aussi sur le plan spirituel, en particulier dans le fonctionnement liturgique : de son vivant, il a pu fonder des messes, des chapellenies ou faire des donations pieuses ; pour assurer son salut et celui de ses successeurs, il a pu fonder son anniversaire ou inscrire la communauté canoniale dans son testament. Une comparaison de ces manifestations avec les pratiques des princes dans d’autres types d’établissements religieux est envisageable, pour mesurer s’il y a ou non une particularité des collégiales séculières dans l’accueil de la dévotion des princes et l’évolution chronologique de celle-là.

Axe n° 2. Les traces matérielles d’une fonction administrative

Les liens entre chapitres séculiers et chancelleries, la manière dont les premiers ont servi de viviers d’agents des politiques princières, les carrières politiques des chanoines, le recrutement de ces derniers dans certains lignages pour conforter des fidélités, les formes actives de participation des chanoines à des tâches profanes, sont des thèmes qui ont été déjà bien étudiés. Au-delà du bâtiment ecclésial, nous nous intéresserons ici exclusivement aux traces matérielles des fonctions administratives assignées par les princes à certaines collégiales séculières (dépôt d’archives, scriptorium ou bureau d’écriture, etc.).

Axe n° 3. Réappropriation ou captation d’une collégiale : enjeux politiques et dimension symbolique

Parmi les traces matérielles, certaines affectent une dimension plus particulièrement emblématique. Les princes ont en effet parfois marqué de leur empreinte leurs collégiales, qu’ils pouvaient considérer comme leur propriété, à travers un programme emblématique (présence de leurs armoiries, commande de stalles ou d’aumusses à leur effigie, choix du mobilier liturgique, etc.). L’enjeu était peut-être plus important encore lorsque ces collégiales étaient inscrites en zones de confins ou dans un contexte de conflits. Comment ont agi les princes avec des collégiales ainsi marquées, situées dans des territoires qu’ils venaient de récupérer, par le jeu des successions, des transferts de dynastie ou des entreprises militaires ? Dans une logique de compétition, ont-ils effacé la présence symbolique de leurs devanciers ou rivaux dans les collégiales que ces derniers avaient fondées ? Il s’agit aussi de cerner la manière dont les princes associent leur renommée à celle d’un édifice prestigieux par son ancienneté et par la popularité du saint auquel il est lié, voire de questionner leur rôle dans l’identité même d’une collégiale, dans le cas du changement de dédicace.

Axe n° 4. « Acter » l’appartenance : indices diplomatiques

Les différents axes sont nourris par les sources diplomatiques, qui méritent d’être étudiées en elles-mêmes et dans le contexte qui leur a donné naissance (on peut songer ici au rôle du claustrum comme lieu d’écriture des actes). D’abord, l’analyse des actes de fondation permet de mieux cerner la manière dont les princes ont parfois pu revendiquer la paternité ou au moins le patronage de leur collégiale : choix du préambule et dimension politique, religieuse ou symbolique de celui-ci ; mise en scène de la fondation ou discours à son propos dans l’exposé ; plus généralement, tous les éléments qui insistent sur l’implication du prince. Ensuite, nous pouvons étudier la manière dont le prince parle de ses collégiales dans les actes dont il est l’auteur. Enfin, les chartes, notamment celles qui émanent des chancelleries princières, et en particulier leurs dates de lieu, peuvent permettre de documenter la présence réelle des princes dans leurs collégiales : les collégiales séculières ont pu être le cadre de certaines actions juridiques, alors même que leurs membres n’en n’étaient pas toujours partie prenante.

Modalités de soumission

L’appel s’adresse en priorité aux historien(ne)s, historien(ne)s de l’art, archéologues. Les communications, d’une durée maximale de vingt-cinq minutes, seront suivies d’un temps de discussion. Les propositions de communication, comportant entre 3 000 et 4 000 caractères (espaces compris), accompagnées d’une courte biographie précisant affiliations et dernières publications, seront à envoyer avant le 30 novembre 2020 aux organisateurs : Thomas Lacomme (EPHE/SAPRAT, thomas.lacomme@parisnanterre.fr) et Ewen Thual (U. Limoges/CRIHAM, ewen.thual@etu.unilim.fr).

Comité scientifique

  • Brigitte Boissavit-Camus (U. Nanterre/ARSCAN)
  • Murielle Gaude-Ferragu (U. Sorbonne Paris Nord/Pléiade)
  • Laurent Hablot (EPHE/SAPRAT)
  • Anne Massoni (U. Limoges/CRIHAM), Brigitte Meijns (KU Leuven) 
  • Laurent Morelle (EPHE/SAPRAT)
  • Éric Sparhubert (U. Limoges/CRIHAM).

Notes

[1] P. Boucheron, J.-Ph. Genet (dir.), Marquer la ville : signes, traces, empreintes du pouvoir, XIIIe-XVIe siècle : actes de la conférence organisée à Rome en 2009 par le LAMOP en collaboration avec l’École française de Rome, Paris-Rome, Publications de la Sorbonne-École française de Rome, 2013.

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] L’absence au Moyen âge (limite : 15 déc. 2020)

Journées doctorales internationales du CESCM (Université de Poitiers, France) – 8 et 9 Avril 2021

Le centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers associé à l’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première modernité de l’Université de Liège et au Centre for Medieval Literature des Universités de York et du Danemark du Sud (Odense), organise le deuxième volet des rencontres doctorales internationales.

Le premier volet de ces rencontres s’est tenu à Liège en février 2020 autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles), le deuxième volet se tiendra à Poitiers autour du thème « L’absence au Moyen Âge » les 8 et 9 avril 2021. Le troisième volet aura lieu à York.

Argumentaire

« Car tout dépérit en ce monde ; tout est sujet à la défaillance et à la mort. Ainsi elles ne sont pas plutôt nées, qu’elles tendent en croissant à un être plus parfait ; et plus elles se hâtent d’être plus parfaitement tout ce qu’elles sauraient être, plus elles se hâtent de n’être plus. » Saint Augustin, pleurant la disparition de son ami, prend conscience du caractère éphémère du monde terrestre : chaque chose s’achemine vers sa propre disparition. Sa souffrance face à l’absence de l’être aimé, écrit-il, est proportionnelle à son désir de le garder à ses côtés.

L’absence n’est, en effet, perceptible que pour l’individu conscient de la déficience qu’elle induit. Elle se distingue en cela du néant. En prenant la forme d’une carence, l’absence implique nécessairement le concept de temporalité. Ressentir l’absence revient à entretenir un souvenir, autant qu’un désir. L’absence fait appel à la mémoire et à l’affect, à la nostalgie. En retour, la conscience d’une présence est révélée par l’éventualité de l’absence.

Le thème de l’absence sera au cœur de ces journées d’études. La notion d’absence est effectivement au fondement de toute science historique ; le principe de l’histoire est de mettre en lumière la présence derrière le manque. L’absence pourra d’abord être considérée comme celle à laquelle se confronte le médiéviste. Si les sources sont le fondement de son raisonnement, la prise en considération de leur absence est le garde-fou de son travail. Plus que les sources elles-mêmes, qui ont pu subir des modifications, des suppressions ou ont simplement été perdues avec le temps, leur défaut peut s’avérer révélateur pour le chercheur.

Au-delà de la méthode, l’objet d’étude du médiéviste fait la part belle à la notion d’absence. Cette dernière est le moteur de la société médiévale. Du latin abstentia à son apparition dans le vocabulaire français au début du XIIIe siècle, le terme « absence » se définit par contraste : elle signifie littéralement « la non-présence »[1]. Il est appliqué à l’absence physique d’une personne, mais peut aussi incarner un manque plus abstrait[2]. Questionner la notion d’absence, revient à interroger l’Homme – son être, ses désirs, sa mémoire, ses réactions face au deuil, à la séparation comme les interrogations qui en découlent. Il s’agit également, à l’échelle de la société, de se demander de quelle manière les institutions encadrent-t-elles et comblent-t-elles les besoins dont le manque est la conséquence. La considération du concept d’absence engage, en effet, la mise en ordre des structures médiévales : le sentiment d’injustice, par exemple, motive la mise en place des institutions juridiques, la défaillance du corps entraîne le recours à la médecine, l’absence de la présence incarnée du divin rend, quant à elle, indispensable la médiation des membres de son Église.

Dans un second temps, l’absence pourra être pensée à l’échelle de l’individu. Bien souvent douloureuse quand elle concerne l’entourage, la famille ou l’être aimé, l’absence peut s’avérer féconde. Elle se révèle être un sujet d’une grande richesse dans les arts. Dire l’absence c’est aussi exalter, par contraste, un idéal. En outre, la mise en forme fictionnelle possède cette puissance de rendre l’absent présent à l’esprit. In absentia, la figure plastique ou littéraire devient le substitut allégorique de l’objet. Toutefois, l’absence ne peut être uniquement considérée comme le contre-point négatif de la présence. La pratique spirituelle en témoigne. Dans les modes de vie érémitique ou anachorétique, notamment, la volonté de « mourir au monde » des grands solitaires, mise en œuvre par une pratique intensive de l’ascèse, leur permet d’acquérir l’impassibilité propice à l’élévation spirituelle. Il s’agira, enfin, de réfléchir sur la manière dont les médiévaux ont chercher à pallier ou à exacerber l’absence à travers des modes de pensée et de représentation divers. Comment, par exemple, dire et représenter le principe divin ? Face au constat de l’absence de sa connaissance parfaite, porté notamment par la théologie apophatique, la mise en place du culte des reliques et la figuration de signum (alphabétique et iconique) de la présence divine sont autant de moyens mis en œuvre en réponse au sentiment humain d’absence.

En somme, le thème de l’absence permettra, nous espérons, d’aborder sous un regard nouveau des domaines aussi divers qu’essentiels de la société médiévale : la théologie et la philosophie mais aussi la pratique artistique, politique, judicaire ou familiale. Parce que le concept d’absence embrasse toutes les sphères de la vie humaine, il n’existe pas de travail de recherche dédié spécifiquement à cet objet d’étude. Il a pourtant été abordé en filigrane par de nombreux médiévistes. Parmi ceux-là peuvent être cités Claude Gauvard, dans le domaine judiciaire, Martin Aurell et Barbara Hanawalt, concernant la parenté, André Vauchez et Peter Brown, à propos de la sainteté, Michel Zink et Herbert Kessler, relativement à la création médiévale, ou encore Alain de Libera et Olivier Boulnois, au sujet des implications théologiques de la notion.

Au cours de ces journées, les communications chercheront à explorer la notion d’absence au Moyen Âge. Ce colloque, résolument pluridisciplinaire, sera l’occasion d’explorer et de discuter son influence centrale sur la culture médiévale. Il est largement ouvert aux chercheurs en histoire, histoire des textes et de la littérature, histoire de l’art et des images, philosophie, anthropologie, archéologie, sociologie etc.

Les propositions devront s’insérer dans les axes suivants :

1. Le médiéviste face à l’absence

  • La trace :  les mots ou les objets manquants, les sources perdues, les objets périssables, le fragment
  • L’expression de l’absence : l’ellipse, le raccourci, la synthèse, le lexique défaillant, le vide, l’obscurité ou le blanc, le non-dit
  • L’absence volontaire : l’usage de faux, l’effacement, la destruction délibérée, l’iconoclasme
  • L’enquête, la quête, l’inaccessible, l’implicite

2. L’absence dans le domaine judiciaire et politique : 

  • La législation face à l’absent
  • Le jugement par contumace
  • L’exil et le bannissement en absence imposée
  • Les réactions face à l’absence du pouvoir politique
  • Les manques de la société : famines, soulèvements populaires

3. L’expérience de l’absence :

  • Les liens familiaux défaillants : abandons, infanticides, divorce, séparation de corps
  • Le défaut ou la départie de l’être aimé
  • La mort de l’être cher et son deuil
  • L’attente, la fuite, l’expérience du vide, le mystère amoureux

4. L’absence de foi :

  • L’athéisme et l’hérésie
  • La déloyauté, l’infidélité et la félonie dans les relations féodales

5. L’absence désirée :

  • La perfection (l’absence d’erreurs)
  • L’ascétisme (le monachisme, l’érémitisme et l’anachorétisme, la pauvreté volontaire, le renoncement, la solitude)
  • Pratique de l’absence : le silence, le jeune, la privation, le mutisme

6. Dire/pallier l’absence :

  • La matérialisation et le contournement de l’absence dans le processus de création littéraire et plastique (les transferts culturels, la translatio, la figuration de l’altérité) ainsi que le théâtre (l’absence ludique, le simulacre)
  • L’articulation entre la fiction et la réalité (querelle des universaux, débats sur le réalisme eucharistique, rhétorique de l’absence)
  • Penser le concept d’absence : la théologie apophatique, le mal contre absence de bien, les enjeux du mystère dans la théologie et la pratique liturgique, la description de « l’ineffable »
  • La substitution : le culte des reliques, les signes de la présence divine, les miracles

Les communications d’une durée de vingt minutes pourront être présentées en français ou en anglais.

Modalités pratiques 

Les propositions des doctorant.e.s sont attendues pour le 15 décembre 2020, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à colloque-absence@protonmail.com en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant.e et celles du/de la directeur.rice de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse,  un CV, l’intitulé de la communication, et un résumé de la communication d’une page maximum, seront suivie d’une courte bibliographie indicative. Les doctorant.e.s seront informé.e.s des résultats de la sélection le 15 janvier 2021.

A l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’événement se déroulera les 8 et 9 Avril 2021 au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers. Le CESCM offrira des déjeuners et les pauses cafés des deux journées. Les frais relatifs au transport et à l’hébergement seront en revanche à charge des participant.e.s. ou de leurs laboratoires.

Comité organisateur : Corinne Lamour, Emilie Margaix, Cécile Maruéjouls, Elise Vernerey.

Source: CESM via DÎWÂN 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] La fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles) (lim. 20 nov. 2020)

Bordeaux – Boulogne-sur-Mer, 12 mai 2021 et 11 février 2022
Université Bordeaux Montaigne, UR 4593 CLARE Université Littoral Côte d’Opale, UR 4030 HLLI
Organisatrices : Grace BAILLET, Priscilla MOURGUES

Cette manifestation scientifique répartie sur deux journées les 12 mai 2021 et 11 février 2022 proposera une réflexion sur la fabrique du texte médiéval, sa matérialité et l’évolution des procédés de mise en forme du XIIIe siècle au XVIe siècle en se fondant sur différents types de récit. Dans le cadre d’autres réflexions, des chercheurs se sont attelés à analyser les techniques d’écriture dans les récits médiévaux et ont appréhendé ces textes pour comprendre les modalités de transmission et de diffusion de la culture française. Pour aborder cette thématique sous un angle plus neuf, dans une double perspective, diachronique et comparatiste, nous envisagerons de sonder la structuration des récits médiévaux classiques et tardifs en laissant de côté les problèmes que peut rencontrer l’éditeur actuel lors de l’élaboration d’une édition critique pour mieux nous concentrer sur le texte dans son époque.

Argumentaire :

Les recherches menées sur les récits médiévaux et leur élaboration ont bien souvent permis d’éclairer l’esthétique et les divers enjeux, poétiques, littéraires et historiques, subordonnés à la tradition de ces textes. Déjà dans les années 1970, Paul Zumthor adoptait dans son Essai de poétique médiévale un point de vue formaliste en décrivant et en analysant par la forme des modèles d’écriture. À la même époque, le théoricien du langage Henri Meschonnic esquissait la notion de « forme-sens » en avançant l’idée que l’œuvre crée sa propre forme. Ce concept sera repris quelques décennies plus tard dans le domaine des études médiévales et développé dans les travaux de Danièle James-Raoul, notamment dans « Forme-sens : du legs de la tradition à la modernité créatrice » (2002), dans la mesure où celui-ci permet d’envisager le sens des textes médiévaux, en particulier la matière arthurienne, à partir de la forme qu’ils adoptent. Ce constat prouve le besoin d’inscrire le texte dans une forme pour mieux l’éprouver. D’autres études de ce début du XXIe siècle ont tendu à présenter les textes dans une structure. En 2001, Alberto Varvaro s’interrogeait ainsi sur l’« Élaboration des textes et modalités du récit dans la littérature française médiévale » pour comprendre le mélange des genres dans les manuscrits des XIIe et XIIIe siècles et la mouvance des textes narratifs. Dans une perspective plus générale, en 2008, Pierre Chastang, dans son article sur « L’archéologie du texte médiéval », définit deux niveaux d’études complémentaires du texte pour mieux le contextualiser : le premier stade est la restitution d’une stratification textuelle grâce à l’examen du manuscrit ; le second est la nécessité de « situer le matériel dans son environnement1 ». Sans toutefois sonder les procédés de mise en forme du récit lui-même, de telles données abordent de plus en plus la notion de structure et démontrent l’intérêt de repositionner le matériel dans son époque. Par ailleurs, la multiplication des manifestations scientifiques de la dernière décennie témoigne une fois encore du désir de saisir avec exactitude l’esthétique et les techniques d’écriture à une époque définie. Nous songeons, entre autres, aux nombreuses contributions de Maria Colombo Timelli sur les mises en prose et aux manifestations qui furent consacrées à ce phénomène (Mettre en prose aux XIVe et XVIe siècles) en combinant des approches diversifiées sur le sujet (linguistiques, philologiques, littéraires, etc.). Nous pensons également aux études qui, dans un but similaire d’approfondissement, se concentrent plus spécifiquement sur l’art de la mise en prose dans un atelier localisé, tel celui du Maître de Wavrin, qui a fait l’objet d’un ouvrage collectif, L’Art du récit à la cour de Bourgogne, coordonné par Jean Devaux et Matthieu Marchal (2018). Dans la lignée de ces manifestations, des journées d’étude et colloques ont prolongé la réflexion en interrogeant la transmission et la diffusion de ce fonds littéraire médiéval au tournant de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance, en lien avec le changement de média que constituent les premiers imprimés (Les premiers imprimés français et la littérature de Bourgogne (1470-1550), colloque organisé en 2015 par Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou à l’Université du Littoral). Ce regard renforcé sur ces œuvres, manuscrites et imprimées, a contribué également à enrichir le domaine de l’édition critique actuelle en exposant les potentialités que ces deux types de témoins peuvent offrir pour soulever les difficultés qu’implique l’élaboration d’une édition (L’édition des textes médiévaux de langue française et les imprimés anciens, journée d’étude, 2016). Nous remarquons dès lors que l’étude du texte médiéval est souvent subordonnée au travail

de l’éditeur actuel sans que soit considérée pour autant la matérialité du texte replacé dans son époque. D’une part, à notre connaissance, excepté quelques articles qui analysent et qui approfondissent à certains égards la question des procédés de structuration des récits médiévaux, il n’existe pas d’ouvrage de synthèse ou de collectif se consacrant uniquement à cette thématique. D’autre part, il peut être intéressant d’examiner cette problématique sur la longue durée, sans se borner au traditionnel tournant des XVe et XVIe siècles et sans non plus exclure cette période, pour pouvoir établir des passerelles entre les différentes époques. Ainsi ce projet, « La Fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles) », peut venir à l’appui des recherches amorcées depuis les années 2000 en les complétant et en les éclairant sous des angles moins étudiés. Afin de pouvoir combiner plusieurs types d’approches (littéraire, historiographique, paléographique, etc.) et d’avoir un panel représentatif de récits médiévaux, en vers ou en prose, au fil des siècles, pour examen, nous optons pour le corpus suivant : les chroniques, les romans, les récits de voyage, les récits hagiographiques, les mises en prose, les récits brefs et les nouvelles.

Axes de recherches

Pour analyser les processus de structuration des récits médiévaux et leur évolution du XIIIe siècle au XVIe siècle, les pistes d’exploitation proposées ci-dessous s’articuleront autour de l’étude de la macrostructure et de la microstructure des textes : la composition d’un recueil, la dispositio du texte, les épisodes, la mise en page, les rubriques, les colonnes, les paragraphes, les miniatures, les bois, les sauts, les blancs, les différents marqueurs du texte, la ponctuation, etc.

Axe 1 – Identification et analyse de procédés de structuration Le repérage de procédés de structuration à petite et grande échelles dans les manuscrits et dans les imprimés permettra de déceler ce qui appartient spécifiquement ou non à une époque ou encore de définir ce qui relève d’une catégorie de texte (par exemple, l’écriture sous forme d’épisode dans les récits brefs). Ainsi on pourra analyser les principes qui s’installent. Par ailleurs, on pourra s’intéresser aux normes des œuvres fabriquées dans un même atelier et milieu culturel pour définir des pratiques spécifiques ou originales de mise en forme et pour en comprendre les particularités.

Axe 2 – La question de la frontière générique par la forme Pour compléter le premier axe, il s’agira de croiser les techniques appliquées à différentes catégories de textes. Si l’on songe, par exemple, à la question de la mise en recueil, certains manuscrits ou imprimés regroupent parfois des textes assez différents. La présentation matérielle de récits de même catégorie possédant des caractéristiques communes ou au contraire très variées peut également être examinée. Les réflexions sur un corpus constitué de récits du même genre, envisagés sur une longue période peuvent aussi apporter des compléments à cette question.

Axe 3 – L’adoption d’usages et de réflexes de structuration et les écarts Pour pouvoir mesurer l’écart de normes entre les récits médiévaux, on pourra s’interroger sur les réflexes adoptés au cours des processus d’écriture, de mises en forme et de structuration : ces gestes sont-ils comparables ou existe-t-il un fossé entre deux époques bien distinctes ? Doit-on les évaluer sur le même plan ? Les usages sont-ils toujours respectés ? Dans quelles conditions ? De même, ces questions peuvent se poser pour des productions créées à des périodes moins éloignées dans le temps, voire composées au même siècle

Si l’on pense également à la question des formats manuscrit et imprimé, il peut être intéressant de comparer les pratiques structurelles pour la composition d’une même histoire, que ce soit pour une tradition uniquement manuscrite, pour une tradition transmise par les seuls imprimés ou pour une transmission mixte du récit, pour évaluer le degré d’aménagement et pour en saisir les raisons.

Axe 4 – Les effets de l’évolution des pratiques Enfin, pour parfaire les trois axes précédents, il convient d’observer les impacts et effets que peut produire l’évolution des pratiques de mise en forme lors de la fabrique du texte. Ces observations peuvent se situer au niveau de la diffusion. Pour quelles raisons un texte est-il fondu dans une forme déterminée ? Les constats peuvent aussi s’effectuer à partir de la réception des structures des récits médiévaux par les contemporains de ces textes. Quelles sont les conséquences de l’accès de plus en plus large au livre et à l’écrit ? Quelles perceptions sont décelables à la lecture d’un récit sous une forme nouvelle ? Cela entraîne-t-il de nouvelles pratiques de lecture ? Dans une époque donnée, quels ont été les effets des transformations des pratiques de lecture sur l’écriture et la structuration des récits ? En outre, l’attention peut aussi se porter sur le rapport à la matérialité du texte du point de vue de l’auteur et du lecteur. Si l’on songe au système de balisage des textes, au rôle structurant des images qui insinue un dialogue texte-image dans la page ou encore aux indices textuels laissés par l’auteur pour son lecteur, un commerce lie de manière certaine le lecteur à son livre et à celui qui participe à sa constitution. Quels rapports peut entretenir le lecteur avec l’espace du livre ? Comment est-il sollicité ? Comment le livre permet-il d’établir une relation de communication entre le lecteur et les divers acteurs gravitant autour de la fabrique des récits (auteur, éditeur, imprimeur, libraire) ? Le lecteur a-t-il finalement une influence sur la fabrication du produit qu’il lira et quels en sont les impacts sur la production ?

D’autres réflexions peuvent bien sûr venir étayer les quatre axes de recherche précédemment exposés.

Informations pratiques :

Les propositions de communication accompagnées d’un argumentaire d’une dizaine de lignes et d’un bref curriculum vitae sont à envoyer aux organisatrices avant le 20 novembre 2020.

Grace BAILLET, ulcogracebaillet@gmail.com Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Comité scientifique :
Maria COLOMBO TIMELLI, Professeur à l’Università degli Studi di Milano, Langue et littérature françaises du Moyen Âge
Jean DEVAUX, Professeur à l’Université du Littoral Côte d’Opale, Littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance
Nadine HENRARD, Professeur à l’Université de Liège, Littérature française du Moyen Âge
Danièle JAMES-RAOUL, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Langue et littérature du Moyen Âge

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Fonctions des cartulaires-rouleaux : approches sociales et contextuelles d’un genre documentaire

L’existence de cartulaires en rouleaux nous interroge sur d’éventuels liens entre le choix d’une forme matérielle et de possibles fonctions spécifiques pour ces recueils. Cette troisième rencontre du projet ANR Rotulus sera l’occasion d’explorer deux des principales vocations des cartulaires-rouleaux rencontrées au cours de leur inventaire : le recours à la forme en rouleau pour constituer des dossiers relatifs à des conflits ; des usages privilégiés par les établissements monastiques, particulièrement dans le cadre des relations entre maison-mère et dépendances.

Metz, (25-26 mars 2021)

Argumentaire

La question d’un lien entre le choix d’une forme matérielle et de possibles usages ou fonctions spécifiques pour ces recueils se trouve au cœur du projet ROTULUS. D’emblée, en embrassant le corpus en cours de construction lors des opérations liées à la constitution de l’inventaire des cartulaires-rouleaux conservés en France, deux premiers constats chiffrés invite à proposer des hypothèses :

  • un premier groupe de manuscrits concerne des rouleaux réalisés pour regrouper des dossiers relatifs à des conflits.
  • de façon plus large, on constate un usage privilégié du cartulaire-rouleau dans le milieu monastique et, au sein de celui-ci, pour des dossiers relatifs à des dépendances monastiques.

Axe 1 : Rouleaux et conflits

Au regard de leur contenu, certains cartulaires copiés en rouleaux ont été identifiés comme des recueils destinés à soutenir une revendication, prouver son bon droit dans le cadre de la résolution d’un conflit, qu’il concerne la possession d’un bien, la jouissance d’un privilège, l’exercice d’un pouvoir… Cette session se propose d’explorer les multiples raisons pour lesquelles on a choisi la forme en rouleau pour recevoir des dossiers de documents relatifs à une affaire (voire même à une combinaison de plusieurs affaires), un conflit ou une situation nécessitant un effort de défense. Ces rouleaux-dossiers auraient pu répondre à plusieurs objectifs : soit constituer un dossier à usage interne, pratique à consulter, soit rassembler des documents dans la perspective d’une possible ostension (des documents que l’on veut montrer ou que l’on souhaite pouvoir éventuellement produire en justice). Répondant à ces motivations, le rouleau présentait-il assez d’avantages en termes de fabrication et d’ergonomie ? On prendra en compte la matérialité du document : taille de l’objet, support, soin apporté aux assemblages, coût supposé, possibilité de dérouler complètement le rouleau et de montrer le contenu (mise en page, élément favorisant le repérage des actes).

Se pose la question du temps de la compilation, du « moment-rouleau ». Copie-t-on les actes à l’approche d’un procès, en vue d’une nouvelle étape dans les processus de gestion des conflits ou,plutôt, peu après la victoire ou après la résolution (provisoire ou non) d’un conflit. Ensuite, le rouleau a-t-il servi ou resservi (traces de consultations, annotations ou même mises à jour) ?

On s’interrogera sur le rapport du contenu du rouleau avec le matériau en amont : originaux, mais aussi autres copies en cartulaire-codex, notamment. Le contenu du rouleau se retrouve-t-il en totalité dans un cartulaire antérieur (possible source) ou est-il intégré ensuite dans un cartulaire ? Mener cette réflexion sur la tradition des actes comme sur celle plus globale de l’ensemble du contenu du rouleau pourra révéler des scenarii complexe. Les prendre en compte est indispensable pour comprendre la genèse et les usages des compilations-dossiers dont le rouleau pourrait être une des déclinaisons matérielle à côté de la pancarte (au sens de « cartulaire-placard »). A-t-on cherché à composer des dossiers exhaustifs ou résultent-ils plutôt d’une sélection parmi les actes relatifs à un lieu, une affaire, limité à certains actes seulement considérés comme plus utiles ? Ces cartulaires-rouleaux relatifs à des conflits invitent à réfléchir à la notion de « dossier » et à préciser cette notion encore assez vague puis à s’interroger sur l’usage réel de ces « dossiers », comme de leurs différentes déclinaisons matérielles possibles, dans les mécanismes de gestion des conflits.

Comme pour toute copie, on peut s’interroger sur la valeur qu’ont pu avoir selon les époques et les espaces, les transcriptions d’actes sur des rouleaux. Le soin apporté dans le transfert des informations (respect du texte, signalement de la mise en page, des écritures ou des signes graphiques des documents originaux) témoigne-t-il en faveur d’une recherche de valeur probatoire de la transcription elle-même. La compilation dans son ensemble a-t-elle justement été validée pour conférer aux actes transcrits cette valeur probatoire potentiellement recherchée ?

Nous visons principalement les cartulaires-rouleaux, mais on pourra les mettre en perspective en les comparant à d’autres rouleaux d’archives relatifs à des conflits (vidimus contenant plusieurs actes relatifs à une affaire, enquêtes, dépositions de témoins, procédures…). En effet, dans les choix en termes de fabrication, de validation, de mise en page, les compilations en rouleaux auraient pu être influencées, à partir du milieu du XIIIe siècle au moins, par l’usage probablement plus massif des rouleaux de procédures. Par ailleurs, il arrive que des rouleaux de procédures intègrent des copies d’un ou plusieurs actes, soit insérés, soit plutôt rejetés à la fin comme en annexe (voire même que le verso d’un rouleau de procédure ait accueilli une petite compilation en appendice). Pour des époques ou des espaces où les cartulaires-rouleaux sont peu nombreux, on veillera à bien prendre en compte les autres usages « voisins » du rouleau dans l’écrit pragmatique et la gestion des biens.

En définitive, on s’interrogera sur les motivations qui ont poussé à constituer un dossier d’acte prenant la forme matérielle du rouleau, en lien avec son impact visuel, sa portabilité ou l’ergonomie de la lecture/ostension. D’autres attitudes auraient pu prévaloir notamment l’exhibition des originaux ou de copies simples. En essayant de comparer à d’autres conflits pour lesquels, il n’y a pas eu rédaction d’un petit cartulaire-rouleau, on s’interrogera sur les implications visuelles propres au rouleau. Ainsi, en transcrivant sur une unique feuille de parchemin un dossier de plusieurs actes (pancarte ou cartulaire-placard), on offrait une vision d’ensemble immédiate à l’assistance ; en revanche, un rouleau aurait permit selon sa longueur ou sa mise en page, un dévoilement plus progressif des actes transcrits.

Axe 2 : Abbayes et dépendances : des usages privilégiés du cartulaire-rouleau ?

Les établissements monastiques sont parmi les principaux commanditaires de cartulaires-rouleaux médiévaux (deux tiers environ des rouleaux). Il s’agit principalement d’établissements bénédictins masculins, mais aussi quelquefois de maisons féminines. Ce constat est à relier à la chronologie des premiers cartulaires en codex, parmi lesquels la plupart, au XIe et au XIIe siècle en France, sont des recueils réalisés pour les abbayes bénédictines. On prendra en compte le contexte documentaire général des institutions commanditaires de cartulaires-rouleaux : ont-elles également produit des cartulaires en codex ? Si oui, est-il possible de déterminer des vocations différentes des compilations en codex ou en rouleau ? On tentera de préciser la chronologie du recours au rouleau et de la confronter à celle de la valorisation des archives ecclésiastiques, qui émerge dans la seconde moitié du XIe siècle. Les potentiels rapports entre la genèse des cartulaires-rouleaux et la rédaction des premiers cartulaires en codex devront être interrogés (gémellité ou complémentarité ?). L’enquête ne négligera pas les contingences qui ont pu peser sur l’apparition du cartulaire-rouleau (une genèse en plusieurs lieux ? une imitation des autres usages du rouleau ? un déploiement formel nouveau pour les pancartes ?).

Ensuite, il s’agira d’interroger les facteurs ayant pu in fine favoriser le choix du rouleau pour copier un contingent de chartes : une connaissance de cette forme matérielle utilisée pour d’autres types de texte, particulièrement en milieu monastique et pour les institutions concernées (rouleaux des morts, listes diverses, inventaires ou polyptyques), une hypothétique diffusion de certaines pratiques dans un cadre local et régional. On remarque par exemple que dans la région Occitanie, où les commanderies des ordres militaires font souvent rédiger leur cartulaire sur des rouleaux au XIIe et au XIIIe siècle. On trouve un peu plus de cartulaires-rouleaux pour les Cisterciens pour la même période. Il importe d’essayer de déterminer si l’appartenance à un réseau, à un ordre a pu primer (notamment peut-être via la circulation des hommes et les carrières au sein d’un ensemble institutionnel) ou si des pratiques développées régionalement se sont ancrées durablement. Ces interrogations seront donc à lier aux possibles logiques spatiales des pratiques : il s’agira d’interroger la possibilité de transferts à différentes échelles (éventuels rapports avec l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie où la forme apparaît également), mais aussi l’existence éventuelle de communautés d’usages plus locales, qui pourraient expliquer l’ancrage régional du rouleau dans un large Midi de la France, en Val de Loire et en Normandie.

Un second constat, esquissé dès le montage du projet et confirmé à la suite du travail d’inventaire, a permis de mettre en avant la proportion étonnamment importante de cartulaires-rouleaux rédigés pour contenir des documents relatifs à des dépendances monastiques. La moitié des rouleaux bénédictins, entre le milieu du XIe siècle et le milieu du XIIIe siècle, sont en effet relatifs à des prieurés. Est-ce que le type d’établissement ou peut-être un mode de gestion de l’écrit différent seraient décelables en fonction de l’organisation d’un réseau monastique ? On explorera l’hypothèse d’un recours au rouleau dans le cadre d’un besoin d’organisation des usages de l’écrit ou de circulations de l’écrit entre le centre et ses dépendances. On s’interrogera autant que possible sur la paternité des projets rédactionnels tout en veillant à les éclairer des éléments contextuels évoqués ci-dessus (pratiques au sein d’un réseau, dans une région…). À partir de quel chartrier ces rouleaux relatifs à des prieurés ont-ils été établis ? À partir des documents conservés à l’abbaye ou au prieuré ? On pourra par exemple explorer l’hypothèse de la constitution d’un cartulaire-rouleau pour effectuer l’envoi d’un dossier documentaire (tous les actes relatifs au prieuré ou bien une sélection ?).

En plein essor, le monachisme est alors au cœur des dynamiques sociales et les monastères bénédictins masculins répondent au défi de la gestion du temporel par la mise en place de réseaux de prieurés. Est-ce que la structuration progressive des réseaux monastiques tels que Cluny, Marmoutier ou Saint-Victor de Marseille a pu s’appuyer sur ces nouveaux outils de communication, faciles à réaliser, que sont les rouleaux? Ces remarques invitent à proposer des comparaisons des usages au sein de chaque réseau. Certains réseaux ont-ils in fine favorisé le recours à cet outil documentaire, notamment dans le cadre du processus d’intégration des dépendances?

Indications pour l’appel à communication

Plusieurs propositions seront sélectionnées pour une intervention lors du colloque en fonction de leur adéquation avec l’argumentaire scientifique. En outre, l’équipe ROTULUS se réserve la possibilité de présélectionner certaines de ces propositions pour le colloque final du projet qui aura lieu à Nancy au printemps 2022.

Les organisateurs du colloque, notamment en fonction des éventuelles contraintes liées à la crise sanitaire actuelle et à ses suites éventuelles, se réservent la possibilité de proposer aux intervenants de participer par l’intermédiaire d’une visio-conférence si leur venue à Metz était impossible pour des raisons logistiques et/ou sanitaires.

Envoyez vos propositions avant le 23 octobre 2020

à l’adresse suivante (un titre et un résumé de 250 mots environ) : jean-baptiste.renault@univ-lorraine.fr

Les chercheurs répondant à l’appel à communication sont invités à prendre connaissance des travaux antérieurs menés dans le cadre du projet ANR ROTULUS. Voir notamment le compte-rendu de la journée « Codices et rotuli».

Par ailleurs, l’équipe ROTULUS se tient à leur disposition, le cas échéant, pour leur fournir certaines données nécessaires à leurs études.

Comité de sélection des propositions

  • Sébastien Fray, MCF, Université de Saint-Étienne
  • Claire Lamy, MCF, Université de Paris-Sorbonne
  • Thomas Roche, Directeur, Archives départementales de l’Eure
  • Chantal Senséby, MCF HDR, Université d’Orléans
  • Cécile Treffort, PR, Université de Poitiers

 

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] La preuve : procédures, protocoles, procédés

Pour la 4e année consécutive, l’Association des Doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance (ADCESR) organise à Tours ses Rencontres doctorales pluridisciplinaires. Cette année la journée d’étude portera sur le thème de la preuve à la Renaissance. Elle se tiendra en mai 2021 à Tours (la date sera précisée ultérieurement), au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR).

La redéfinition du champ intellectuel par l’humanisme à partir du Quattrocento entraîne une réévaluation des rapports entre vérité et connaissance. Le raisonnement peut-il, sinon atteindre la vérité, du moins garantir une certitude suffisante ? La précédente édition des Rencontres a montré l’intérêt épistémologique qu’il y a à interroger les rapports du vrai et du faux à la Renaissance. Nous proposons cette année de resserrer ce questionnement autour de la notion de preuve, dans ses élaborations théoriques aussi bien que dans ses mises en œuvre pratiques. En effet, si l’établissement de la preuve est un procédé discursif observable dans tout type d’énoncé, celui-ci prend aussi corps dans des champs pratiques et des cadres institutionnels en transformation au début de l’époque moderne.

La notion de preuve a surtout été thématisée par les historiens du droit et des sciences. Un effort de formalisation des protocoles s’observe en effet à la Renaissance, à travers la multiplication des traités juridiques cherchant à régler l’usage des modi probationum comme dans la métamorphose du statut de l’observation dans les sciences physiques et la médecine. Les discussions autour de l’écriture de la preuve s’inscrivent ainsi dans un ensemble de pratiques professionnelles et institutionnelles qu’il s’agira de mettre en lumière. Le cadre pluridisciplinaire de cette journée d’étude offre l’occasion d’élargir l’examen à l’ensemble des champs du savoir et de la pratique, afin d’analyser la preuve et les modes de son établissement.

La richesse du sujet semble par ailleurs liée à la fonction intermédiaire de la preuve : au moyen de dispositifs qui sont pour la plupart de nature rhétorique, elle consiste autant à construire un consensus qu’à établir la vérité. Cette bivalence est d’autant plus manifeste à la Renaissance, alors que les distinctions entre les disciplines ne sont pas encore fixées. L’extension des champs du savoir entraîne de nouvelles pratiques qui exposent les définitions les plus techniques de la preuve à des usages nouveaux et variés. Les participants pourront s’appuyer sur ces quelques éléments de définition pour orienter leur réflexion autour des pistes suivantes :

Axes

  • Élaborations théoriques de la preuve : comment la notion est-elle définie dans le discours savant des sciences, du droit, de la logique ?
  • Modes d’apport de la preuve : comment les processus probatoires évoluent-ils à l’aube de l’époque moderne ?
  • Influences croisées entre théorie et pratique : quels rapports entretiennent théoriciens et praticiens de la preuve, là où la preuve est à la fois concept et instrument ?
  • Transferts et échanges : les définitions et les usages de la preuve font-ils l’objet d’une circulation entre les différentes disciplines ?
  • Ces usages professionnels débordent-ils leur domaine premier pour s’inscrire dans les transformations du champ social et politique ?

Modalités pratiques

Les propositions de communication de doctorant.es et de jeunes docteur.es devront être envoyées à l’adresse mail de l’ADCESR : asso.doctorants.cesr@gmail.comavant le 22 janvier 2021.

Elles résumeront la communication en 250 mots maximum et seront accompagnées de quelques lignes de présentation (laboratoire, sujet et directeur de recherche).

Les interventions – en français, en anglais ou en italien – dureront vingt minutes et pourront s’inscrire dans tous les domaines d’études de la Renaissance (histoire, histoire de l’art, histoire des sciences et des techniques, histoire du droit et de la médecine, musicologie, littérature, philosophie), sur une période allant de Pétrarque à Descartes.

Le CESR invitera les participants à déjeuner mais le transport et l’hébergement resteront à leur charge.

Comité d’organisation

  • Clément Beuvier (doctorant, CESR/Université de Tours)
  • Sébastien Bujeaud (doctorant, CESR/Université de Tours)
  • Pierre Peresson (doctorant, CESR/Université de Tours)

Comité scientifique

  • Marie-Luce Demonet (PR ém., CESR/Université de Tours)
  • Géraldine Cazals (PR, Université de Rouen)
  • Stéphan Geonget (PR, CESR/Université de Tours)
  • Laurent Gerbier (MC HDR, CESR/Université de Tours)
  • Olivier Guerrier (PR, Université Toulouse II Jean Jaurès)
  • Ki-Won Hong (Professeur invité, Université nationale de Séoul)

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] The Visual Culture of Mosques, Dhahran, Saudi Arabia (lim. 28 déc. 2020)

Dhahran, Saudi Arabia

https://www.ithra.com/en/visual-culture-mosques

23rd-25th November 2021

Call for Research Submissions on the Visual Culture of Mosques

Dhahran (November 23 – 25, 2021)

In conjunction with the forthcoming exhibition Shatr AlMasjid: the Art of Orientation, the King Abdulaziz Center for World Culture (Ithra) is collaborating with the Abdullatif Al Fozan Award for Mosque Architecture to host a three-day conference to address the historical meaning, culture, evolution and functions of the mosque.

Ithra and Abdullatif Al Fozan are announcing an open call for research submissions on the visual culture of the mosque for the conference that will take place at Ithra from November 23 – 25, 2021. This is an open call for architects, designers, archeologists, artists, writers, historians and curators to present their original research, objects or insights about mosques and related cultural objects.

Categories of submission include:

  • Research papers.
  • Models, objects.
  • Posters.
  • Audio-visual productions.

The selection criteria include creative ways of addressing the culture, history and meaning of mosques through objects. The goal is a more insightful and expanded understanding of the mosque.

The conference will focus on architectural forms and design elements as well as objects used in and around mosques such as lamps, windows, furniture, carpets, pulpits, calligraphy and so on.

The deadline for submissions is December 28, 2020. For more information, please download this PDF.

Or send your registration submission by email at conference@ithra.com

For more information, please visit https://www.ithra.com/en/visual-culture-mosques

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contributions] Théologies islamiques des catastrophes, MIDEO (limite : 30 juin 2021)

Théologies islamiques des catastrophes : entre science, religion et messianismes

Dossier dirigé par Abdessamad Belhaj (Université catholique de Louvain, CISMOC) et Haoues Seniguer (Sciences-Po Lyon, Triangle UMR 5206, Lyon)

Cliquer ici pour télécharger ici la version PDF…

La Covid-19 (kūfīd-19) s’est déclarée aux alentours d’octobre-novembre 2019 en Chine. En plus d’être devenue un problème de santé publique mondiale, celle-ci s’est rapidement transformée en « un fait social total » (Mauss, 2013). Elle a effectivement mis en branle une pluralité d’institutions et de champs sociaux au sein des enceintes aussi bien nationales qu’internationales : économique, politique, culturel et religieux.

L’épidémie (wabāʾ) a donc engendré son lot de commentaires et de gloses religieuses de la part des hommes de foi. C’est ainsi que le théologien marocain Aḥmad al-Raysūnī, président de l’Union internationale des savants musulmans (UISM), affirma à propos de la pandémie de coronovirus (ǧāʾiḥat kūrūnā) que celle-ci appartient à « la tradition de l’épreuve/l’affliction[1] » (sunnat al-ibtilāʾ), de sorte à ce que « croyant et homme raisonnable » s’interrogent plus avant sur la manière de « tirer profit » de cette « épreuve » (yastafīdu min al-balāʾ), autrement dit des « leçons » (al-ʿibar wa-l-durūs) du point de vue spirituel et existentiel. Afin que, in fine, les gens puissent selon lui méditer sur « leur façon de vivre et sur leurs comportements » (uslūb ḥayātihim wa-sulūkihim)[2].

Pourtant, loin de se contenter de ce discours consensuel, al-Raysūnī en a également profité pour souligner combien la pandémie avait révélé l’étendue de « la santé (salāma) et sagesse (ḥikma) de l’ensemble des lois et règles contenues dans la religion islamique, de son régime législatif (manẓūmatihi al-tašrīʿiyya) ». Finalement, la pandémie, de ce point de vue, constituerait « la meilleure preuve du caractère céleste de l’islam, valable en tout lieu et en tout temps (ṣāliḥan li-kull makān wa-zamān) », prétendant même que « de nombreux endroits d’Asie orientale auraient embrassé l’islam » après la survenue du virus, parce que leurs habitants se seraient rendu compte que ses « lois et règles assurent la santé et la protection de l’Homme contre tout préjudice et mal (ḍarar wa-šarr) ». Quant au secrétaire général de l’institution présidée par Aḥmad al-Raysūnī, le shaykh ʿAlī Muḥyī al-Dīn al-Qaradāġī, « ces épidémies et virus » (al-awbiʾa wa-l-fayrūsāt) procèdent du « destin de Dieu » (qadar Allāh). Ceux-ci sont « des preuves absolues et vivantes (min al-adilla al-qāṭiʿa al-mušāhada) du pouvoir de Dieu le Très-Haut de décimer qui Il veut décimer, et ce, par le plus faible de ses soldats (bi-aḍʿaf ǧunūdihi) », référant, à l’appui de sa démonstration, à la sourate al-Muddaṯṯir (LXXIV), verset 31 : « Et nul ne connaît les soldats de ton Seigneur sauf Lui » (wa-mā yaʿlamu ǧunūd rabbika illā huwa). Il s’agirait d’une « affliction », « de maladies » (amrāḍ) par lesquelles Dieu « disciplinerait musulmans et non-musulmans », conférant « au croyant éprouvé par elles, mais empli de patience, la récompense du martyr[3] » (aǧr al-šahīd).

En fait, transcendant la seule période contemporaine, la théologie musulmane des catastrophes peut trouver des origines réelles ou présumées dans des passages coraniques ou des traditions dites prophétiques (Sunna) qui rapportent des calamités, avérées, allégoriques ou eschatologiques : nous pensons à la bataille de Uḥud, aux scènes de l’Apocalypse (ou apocalyptiques), à la punition des peuples mécréants par la destruction, la noyade, etc. La sourate al-Zalzala (XCIX) illustre par exemple l’imaginaire coranique de la catastrophe, comme événement apocalyptique maîtrisé ou jugulé par l’omnipotence et la justice divines. À la suite du Coran, les clercs musulmans, dans l’histoire, ont ainsi produit plusieurs types de littérature religieuse comme réponses aux catastrophes, naturelles ou humaines : guerres, épidémies, famines, tremblements de terre, etc. Probablement, la littérature à ce titre la plus ancienne est celle du corpus des traditions prophétiques (ou « imamiques » du côté šīʿite), tantôt de facture messianique, tantôt de facture pragmatique, tendant à former une espèce de norme théologique en matière de désastre. On en trouve des traces dans les chapitres des miḥan (épreuves), des fitan (séditions), du ṭāʿūn (peste) ou du ṭibb (médecine) dans les compilations prophétiques efflorescentes au 3ᵉ/9ᵉ siècle, à l’instar de la compilation al-Ǧāmiʿ al-ṣaḥīḥ (Le Compendium des traditions authentifiées) d’al-Buḫārī (m. 256/870). Ce dernier considère que l’épidémie est un destin de Dieu, un châtiment et une épreuve, que la contagion en soi n’existe pas (la peste étant une création divine dans la conception traditionniste), élevant en outre le statut du mort par épidémie à celui de martyr, et conseillant, de surcroît, le confinement.

Un autre type de littérature théologique des catastrophes, plus tardive et plus sophistiquée cette fois-ci, apparaît dans des traités théologico-éthiques sur les épidémies (Aḥmad ʿIṣām ʿAbd al-Qādir al-Kātib a compté 33 textes). En effet, nous disposons d’une trentaine de traités théologiques composés par des théologiens et des juristes musulmans sur le ṭāʿūn (peste) ou le wabāʾ (épidémie). Le traité le plus influent, qui a d’ailleurs fait autorité dans les milieux sunnites, est celui de Baḏl al-māʿūn fī faḍl al-ṭāʿūn (Offrir la bienfaisance à l’égard de la vertu de la peste) composé par Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, traditionniste égyptien mort en 852/1449. Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī y discute le rôle du djinn dans l’épidémie, le statut du mort par la peste (qui devient égal à celui du martyr), de l’importance de rester confiné dans le pays touché par la peste, de se repentir, d’accomplir les invocations pour demander à Allāh la levée de la peste, ainsi que d’adopter des précautions et pratiques médicales comme la phlébotomie. On y trouve aussi une tradition tardive attribuée au Prophète, qui dit que : « La peste est un martyre et une compassion pour ma communauté, une torture pour les mécréants », ce qui pose la question de l’altérité et de la peur dans la vision traditionniste de la catastrophe, du danger ou de la menace.

Du côté šīʿite, le clerc Muḥammad ibn al-Ḥasan al-Ḥurr al-ʿĀmilī (m. 1104/1693) a dédié un chapitre de sa somme de jurisprudence šīʿite Wasāʾil al-šīʿa (Les Instruments des šīʿites) à la question de l’autorisation de fuir les lieux de l’épidémie et de la peste, sauf en cas de nécessité d’y résider, comme pour les combattants et les gardes-frontières. Nous pouvons y voir toute la flexibilité de la pensée théologique šīʿite en matière de (ré)conciliation entre les contraintes de l’urgence et les normes en vigueur de la tradition « imamique ».

Les travaux de Jacqueline Sublet, Josef van Ess, Boaz Shoshan, Lawrence I. Conrad et de Justin K. Stearns, entre autres, montrent que les croyances autour de l’épidémie ont été largement déterminées par les discours théologiques jusqu’au XIXᵉ siècle. Néanmoins, même si ces travaux sont érudits et toujours utiles, ils sont datés et manquent en partie d’analyse plus serrée du contenu des traditions. Aussi, au vu de l’acuité de cette théologie islamique des catastrophes qui s’est (re)déployée récemment, notamment dans le monde majoritairement musulman, certaines questions sur les continuités/discontinuités dans le discours théologique entre hier et aujourd’hui restent à interroger, à investir plus avant ; celles également relatives aux normes, aux dilemmes éthiques qui se posent aux musulmans confessants et à leurs autorités religieuses : des dilemmes éthiques entre la part de destin et la part de l’action humaine, en particulier de la responsabilité devant Dieu et l’ensemble de l’humanité ; entre la préservation de la vie humaine et les impératifs d’observance des rites et rituels religieux stricto sensu. Qui a causé l’épidémie : Dieu, les djinns ou les hommes (et lesquels) ? Faut-il se fier, du point de vue des théologiens intéressés à la question, à la science ou aux données de la foi pour expliquer les phénomènes épidémiques, naturels, mais également surmonter, prévenir ou conjurer les catastrophes ? Quelle est la part du sacré, du séculier ou du profane, en d’autres mots, quelle est la part réservée à l’un et à l’autre dans les théologies musulmanes ? Dans quelle mesure la théologie islamique (ou théologies islamiques) des catastrophes est-elle aussi et simultanément une théologie de la peur, sinon de la responsabilisation/‌culpabilisation de l’Homme face à lui-même et face à ses semblables ? Quelle différence le discours islamique classique et contemporain établit-il entre le musulman et le non-musulman face à l’épidémie ? Comment comprendre les différents arguments normatifs religieux mobilisés par les théologiens ? Peut-on relever, à ce propos, des différences entre les littératures sunnites et šīʿites ? Entre la littérature ancienne et plus tardive concernant les catastrophes ou drames humains ? Comment les théologiens musulmans contemporains s’emparent-ils de la littérature religieuse classique pour développer leur regard sur l’environnement, le déchaînement des éléments naturels, voire vis-à-vis de l’ordre politique, etc. ?

C’est à ces quelques grandes questions parmi d’autres possibles que souhaite se confronter le dossier de ce MIDÉO consacré, au sens large, à la théologie islamique des catastrophes à différentes époques de l’histoire, dans la pensée théologique ancienne, moderne et contemporaine.

  • Date limite pour proposer un article: 30 juin 2021 (pour une publication prévue en janvier 2023).
  • Merci d’envoyer votre article à mideo@ideo-cairo.org.
  • Le MIDÉO accueille à la fois des articles et des éditions de textes. Nous ne fixons pas de limite de longueur aux articles, seul l’intérêt scientifique est pris en compte. Merci de noter que les articles qui n’appliquent pas nos recommandations aux auteurs ne seront pas évalués. 

Sources primaires

  •  al-ʿĀmilī (1104/1693) Muḥammad b. al-Ḥasan al-Ḥurr, Wasāʾil al-šīʿa, Téhéran, al-Maktaba al-Islāmiyya bi-Ṭihrān, 1975.
  • Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī (852/1449) Aḥmad b. ʿAlī, Baḏl al-māʿūn fī faḍl al-ṭāʿun, éd. par Aḥmad ʿIṣām ʿAbd al-Qādir al-Kātib, Riyad, Dār al-ʿĀṣima, 2016.
  • al-Suyūṭī (911/1505) Ǧalāl al-Dīn ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Bakr, Mā rawāhu al-wāʿūn fī aḫbār al-ṭāʿūn, Damas, Dār al-Qalam, 1997.

Études

  • Lawrence I. Conrad, “Ṭāʿūn and Wabāʾ: Conceptions of Plague and Pestilence in Early Islam”, Journal of the Economic and Social History of the Orient 25/3, 1982, p. 268‒307.
  • Josef van Ess, « La peste d’Emmaüs. Théologie et ‘‘histoire du salut’’ aux prémices de l’Islam », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Année 2000, 144-1, p. 325‒337.
  • Josef van Ess, Der Fehltritt des Gelehrten: die « Pest von Emmaus » und ihre theologischen Nachspiele, Heidelberg, C. Winter, 2001.
  • Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, P. U. F., 2013.
  • Boaz Shoshan, “Wabāʾ” in : EI II, Vol. 11, p. 3‒5.
  • Justin K. Stearns, Infectious Ideas: Contagion in Premodern Islamic and Christian Thought in the Western Mediterranean, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2011.
  • Jacqueline Sublet, La peste prise aux rets de la jurisprudence : le traité d’Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī sur la peste, Paris, Éditions Larose, G. P. Maisonneuve, 1971.

[1] https://www.aljazeera.net/programs/shariah_and_life_during_ramadan/2020/4/27/الشريعة-والحياة-في-رمضان (consulté le 20 juin 2020).

[2] http://alwatannews.tn/article/14562 (consulté le 20 juin 2020).

[3] http://iumsonline.org/ar/ContentDetails.aspx?ID=11019 (consulté le 21 juin 2020).

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts