Archives de catégorie : Appels à contribution

Appel à communication:Les intellectuels au Moyen Âge : soixante ans d’un anachronisme fondateur:19-20 octobre 2017:Université d’Artois, Arras[délai:10/O6/2017]

RÉSUMÉ

Cet appel à communication concerne un colloque organisé les 19 et 20 octobre 2017 à l’université d’Artois (Arras) et intitulé « Les intellectuels au Moyen Âge : 60 ans d’un anachronisme fondateur. Hommage à Jacques Le Goff ».

Argumentaire

L’année 2017 coïncide avec le 60e anniversaire de la publication des Intellectuels au Moyen Âge de Jacques Le Goff (Seuil, 1957). Lors de sa parution, l’ouvrage constituait – avec Marchands et banquiers au Moyen Âge (Puf, 1957) – l’un des volets du diptyque consacré au « travail au Moyen Âge », sujet d’une thèse esquissée et restée inachevée. Cette étude fondatrice, construite sur l’emploi d’un anachronisme assumé par son auteur – le substantif intellectuel n’apparaissant en français qu’avec l’affaire Dreyfus à la fin du XIXe siècle –, arracha l’histoire des élites intellectuelles médiévales du seul domaine de l’histoire des idées, où elle avait été longtemps cantonnée, pour la faire entrer dans le champ de l’histoire sociale et culturelle. Si le caractère heuristique de l’usage du terme d’« intellectuels » pour le Moyen Âge a généralement été salué par l’historiographie, son caractère anachronique a pourtant souvent détourné les historiens de son emploi au profit d’autres concepts qui ne recouvrent pas exactement le même sens[1]. Surtout, l’intégration de la réflexion d’Antonio Gramsci sur la catégorie des « intellectuels organiques », dans la préface que livra Jacques Le Goff à la réédition de 1984, a souvent été ignorée, alors qu’elle constitue une inflexion essentielle de la réflexion du médiéviste. Soixante ans après cette publication, il convient donc de s’en saisir à nouveau, comme d’un hommage au grand médiéviste, mais aussi pour en souligner l’actualité renouvelée dans le champ historiographique.

Trois types de questionnement seront au cœur de cette relecture collective de son œuvre :

1/ Le premier consistera à dresser, plus de vingt ans après celui proposé par Alain Boureau[2], un bilan de la réception de l’œuvre de Jacques Le Goff auprès des historiens et des spécialistes des sciences sociales, d’en circonscrire les lectures et les relectures, voire d’en mesurer l’écart parfois avec l’intention initiale de son auteur.

2/ Le second axe entend reprendre la question de la pertinence du concept d’« intellectuel » pour la période médiévale et d’en discuter les contours à la lumière d’une historiographie renouvelée. Pour Jacques Le Goff, cette catégorie sociale était née de l’« alliance de la réflexion personnelle et de sa diffusion dans un enseignement »[3]. L’historien avait d’abord conçu « ses intellectuels » comme des enseignants-chercheurs, dominés par la figure du maître des XIIe-XIIIe siècles, même si, de son propre aveu, il n’avait pu se résoudre à écarter les « littérateurs », pour peu que ceux-ci fussent frottés de culture universitaire[4]. La préface de 1984 proposait néanmoins quelques inflexions et envisageait de « nouveaux intellectuels » médiévaux[5] : l’« intellectuel autorisé » qui prétendait « participer aussi du pouvoir ecclésiastique » et « s’arroger une influence politique », ou l’« intellectuel marginal » – réservé à Rutebeuf – qui affichait au contraire son mépris pour les honneurs, jusqu’aux « intellectuels organiques » – selon l’acception établie par Gramsci –, produits de la recomposition du paysage social, de l’émergence de nouvelles catégories auxquelles ils sont liés, et dont ils sont amenés à définir et à légitimer le rôle social en critiquant l’ordre établi et en endossant le rôle de véritable « organisateurs de la société »[6]. Au gré d’un « repentir », Jacques Le Goff rejoignait l’acception qui s’était progressivement imposée, depuis l’affaire Dreyfus, et qui voyait justement dans l’intellectuel « quelqu’un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas » (J.-P. Sartre), qui use de ses fonctions créatrice et médiatrice hors de son champ d’activité traditionnel, pour les mettre au service d’une cause, généralement politique, ou d’un public large[7]. Ainsi, l’étude des relations entretenues par les intellectuels médiévaux avec le(s) pouvoir(s) sera-t-elle privilégiée.

3/ Le troisième axe souhaiterait proposer un nouvel examen des nombreuses intuitions historiques et pistes d’interprétation ouvertes par J. Le Goff, dont certaines constituent des terrains de recherche toujours fructueux pour les historiens. Il serait ainsi l’occasion de s’interroger sur la chronologie médiévale de la naissance et de l’affirmation des intellectuels : ne peut-on envisager des intellectuels avant le XIIe siècle ? Quel rôle la professionnalisation des universitaires au XIVe siècle joua-t-elle dans leur rapport avec le pouvoir politique[8] ? L’humanisme est-il un « anti-intellectualisme » ? Par ailleurs, le lien entre le cadre urbain et la fonction intellectuelle que mettait en évidence Jacques Le Goff est-il irréductible ? Ne peut-il y avoir d’intellectuels au village ? On invitera également à examiner la variété des situations géographiques pour déterminer ou non l’existence de spécificités locales dans la définition d’un profil des intellectuels : ainsi, l’« intellectuel laïc » est-il une exception italienne[9] ? Dans cette perspective, on se montrera particulièrement attentif aux conditions sociales et matérielles des intellectuels : conditions de travail ; moyens et niveaux de rémunérations, réelles ou symboliques ; stratégies de distinctions déployées.

Pour plus d’informations : « Les intellectuels au Moyen Âge : soixante ans d’un anachronisme fondateur », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 09 mai 2017, http://calenda.org/404187

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Projet: Chantier 2017 du Château médiéval de Clermont (Clermont, 74):10-29 juillet 2017 [Délai : 15 juin]

Réalisation d’un chantier de fouilles archéologiques au château mé diéval de Clermont du 10 au 29 juillet 2017 sous la conduite de Loïc Benoit, archéologue à l’unité archéologie et patrimoine bâti du Conseil départemental de la Haute-Savoie et doctorant au CIHAM, recherche des volontaires pour participer.

Si vous voulez plus d’information pour proposer votre candidature, cliquez ici. Le délai court jusqu’à la mi-juin grand maximum.

Présentation

Le château médiéval de Clermont fait partie des résidences principales des Comtes de Genève durant le Moyen-Âge. Positionné non loin d’axes routiers importants (Seyssel / Genève et Chambéry Genève), il semble qu’un ensemble bâti existe dès le XIIe siècle comme l’atteste la mention d’une famille de Clermont, seigneurs du lieu. Le château apparait en possession des comtes de Genève dès le XIIIe siècle. En 1401 le comté est racheté par la famille de Savoie. L’intérêt défensif et économique  du site se perd alors peu à peu. Enfin, dans la première moitié du XVIIe siècle, le conflit franco-savoyard mène à la destruction de la fortification la laissant à l’état de ruine. Ces dernières, seront visible jusque dans les années trente où les habitants finiront le démantèlement.
Les problématiques sont multiples: entreprendre une étude plus approfondie sur un des sites les plus importants de l’histoire médiévale départementale, obtenir des données pour la majorité inédites, mettre en exergue l’organisation des bâtiments, les méthodes de constructions ainsi que la vie sur place. Enfin, ces études s’inscriront dans un état des lieux patrimonial et seront mises en valeurs par le biais d’expositions.

Qui est Loïc Benoit ?

Actuellement archéologue médiéviste en contrat Cifre au Conseil Départemental de la Haute-Savoie, je suis titulaire d’un Master 2 recherche en archéologie (2014). Ce dernier portait sur l’étude archéologique et historique du site de Château-Neuf d’Allinges (74). J’ai alors voulu poursuivre mes recherches sur la région par le biais d’un doctorat. Celui-ci  est réalisé sous la codirection Elisabeth Sirot / Jean-Michel Poisson et a pour intitulé: « Château et Habitat dans l’ancien diocèse de Genève ( XIIIe – XVIe siècle): formes, organisations et construction ». Ce sujet a pour objectif de définir et de qualifier une évolution de l’habitat seigneurial et des bourgs dans le temps à travers l’architecture, les sources écrites, les cadastres et autres sources. Je suis aujourd’hui en D2 puisque je me suis laissé un an afin de trouver un financement (ledit contrat Cifre).

Affiche de l’évènement : panneau clermont

Soutien financier

Conseil Départemental de la Haute-Savoie

Partenaire scientifique

Unité Archéologie et Patrimoine Bâti, Conseil Départemental de la Haute-Savoie
CIHAM, UMR 5648

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribuation:L’oubli, arme, trace ou droit:Paris, 16–17/11/2017 [délai:31/05/2017]

Le colloque se propose d’envisager l’oubli  comme objet d’histoire pour lui-même. Celui-ci est conçu non comme un résultat par défaut du manque de mémoire, mais comme un objet d’étude à part entière. Les « usages de l’oubli » firent l’objet des discussions du colloque de Royaumont en 1986, et donnèrent lieu à des réflexions passionnantes. Nous souhaitons en poursuivre le cours pour l’Antiquité et le Moyen Âge, dans la littérature comme dans l’histoire.

Paris et Cergy 16 et 17 novembre 2017

Argumentaire

En contrepoint du célèbre « devoir de mémoire » dont l’expression évoque certes davantage l’époque contemporaine que les époques ancienne et médiévale, nous proposons d’initier une réflexion sur le thème de l’oubli. Les travaux de Paul Ricoeur[1]consacrés au temps et à la mémoire envisagent l’oubli comme antonyme de la mémoire et comme obstacle à la connaissance de l’histoire. Nous souhaitons ici envisager l’oubli  comme objet d’histoire pour lui-même. Celui-ci est conçu non comme un résultat par défaut du manque de mémoire, celle-ci étant un objet tout à fait pertinent pour le Moyen Âge comme en atteste l’insistance sur le respect du aux « autorités » ou l’entretien de la memoria dans le cadre des généalogies et de l’exaltation de la grandeur dynastique, mais comme un objet d’étude à part entière. Les « usages de l’oubli[2] » firent l’objet des discussions du colloque de Royaumont en 1986, et donnèrent lieu à des réflexions passionnantes. Nous souhaitons en poursuivre le cours pour l’Antiquité et le Moyen Âge, dans la littérature comme dans l’histoire. Une réflexion de nature épistémologique et historiographique sur la pertinence de l’oubli comme objet d’histoire semble nécessaire en ouverture des travaux. Puis nous tâcherons de confronter les perceptions de l’oubli dans la littérature profane et sacrée de l’antiquité où il apparaît comme honni, sinon comme un crime du moins comme une menace. Il est en effet conçu comme inimaginable pour les descendants du peuple hébreu lorsqu’il est appliqué à Jérusalem (Ps. 137. 5) dans la Bible[3], ou encore aux héros épiques lorsqu’il est appliqué à la mère patrie dans les poèmes homériques. Pourtant, à l’époque médiévale, l’oubli est prescrit comme un droit   pour les convertis du judaïsme et de l’islam au christianisme et le crime consiste alors, pour les chrétiens comme pour leurs anciens coreligionnaires, à leur rappeler leur ancienne foi. Mais l’oubli peut également être conçu comme un châtiment lorsque des criminels se voient condamnés à la damnatio memoriae -largement étudiée pour l’Antiquité, mais constituant néanmoins un objet nécessaire à la réflexion sur les usages de l’oubli-ou au bannissement loin de leur patrie durant plusieurs années. Mais l’oubli volontaire ou imposé en est-il vraiment un ? L’interdiction de se souvenir est-elle vraiment ou déjà un oubli ? Par ailleurs, le registre de la peine, de la pénitence ou de la purgation pourra constituer un cadre fécond pour l’interrogation sur l’oubli des crimes et des péchés. Enfin, on n’oubliera pas d’examiner les problèmes posés par la dimension matérielle du souvenir, ce que d’aucuns envisagent sous l’angle de la trace[4]. L’oubli est-il possible lorsque le document existe et quels sont alors les moyens mis en œuvre pour l’effacer ?

Pour plus d’informations : « L’oubli, arme, trace ou droit », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 20 avril 2017, http://calenda.org/401951

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:20e Colloque International sur le Document Électronique:ENSSIB, Villeurbanne, 23-25/11/2017[délai:12/06/2017]

20e Colloque International sur le Document Électronique

CiDE.20

20th International Conference on Digital Document

Le Document ?

Organisé par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques – Enssib en partenariat avec les équipes de recherche : CiTu-Paragraphe de l’Université de Paris 8, GERiiCO – Université de Lille (SHS), ELICO de l’Université de Lyon, ICAR ENS-Université de Lyon 2, LIRIS de l’INSA de Lyon, et Magellan IAE-Université de Lyon 3.

 

23-24-25 novembre 2017
Lieu du Colloque : Enssib, 17-21 bd du 11 novembre 1918, Villeurbanne

La vingtième édition du Colloque international sur le document numérique sera l’occasion de réinterroger les notions du « document ». Depuis la première édition de CiDE, les métamorphoses du document ont été nombreuses : passage de l’analogique au numérique, phénomène de délocalisation/relocalisation sur les réseaux, polymorphie des espaces documentaires… Objet hétérogène, hybride, dont le rapport au temps et à l’espace est en constante évolution, le document suscite constamment de nouvelles interrogations.

Les colloques CiDE ont débuté à Rabat en 1998 avec le « document numérique », appréhendé dans sa version primaire c’est-à-dire une représentation numérique du document classique (fichier ou site web passif). Depuis cette date, 19 colloques ont successivement questionné la notion de « document » à travers les thèmes suivants : Document dynamique ; Bibliothèques numériques ; Document et sciences cognitives ; Document pédagogique et mobile ; La pluri-modalité et le multimédia ; Approches sémantiques pour le document électronique ; Le Multilinguisme ; Le document électronique ; Le document numérique dans le monde de la science et de la recherche ; Interactions et usages autour du document numérique ; Patrimoine 3.0 ; Document numérique entre permanence et mutations ; Le “Document” à l’ère de la différenciation numérique ; Métiers de l’information, des bibliothèques et des archives à l’ère de la différentiation numérique ; Dispositifs numériques : contenus, interactivité et visualisation ; Livre post-numérique : historique, mutations et perspectives ; Documents et dispositifs à l’ère post-numérique ; Vers une épistémè numérique.
Cette année, à l’occasion de son vingtième anniversaire, CiDE’20 propose de revisiter ces thématiques dans une approche multidisciplinaire et en considérant le document dans ses acceptions et représentations les plus diverses : document textuel monolingue, document multilingue, document image, document multimédia, document structuré, document lié , document modifiable, etc.
Certaines questions nécessitent d’être précisées, notamment le cycle de vie du document, son caractère pérenne ou au contraire fugitif, éphémère, ses traitements, la transformation des formes éditoriales et de scénarisation, ses fonctions et ses usages… À l’heure des data (big data, smart data) et de l’analyse prédictive fondées sur des approches de deep learning, quel rôle peut encore jouer le document ? Quel impact le mouvement de l’open data peut-il avoir sur le document, sur sa fonction de médiation ? Depuis près de 20 ans, les nombreux programmes de numérisation ont permis la constitution de fonds documentaires volumineux, déplaçant ainsi l’enjeu vers l’accès à ces fonds et leur représentation (métadonnées, visualisation…).
Le colloque se penche, aussi, sur la place et le rôle du document produit et géré par les bibliothèques, les différents lieux de savoir (archives, centres de documentation, musées…) ainsi que les entreprises. Ces organisations comptent sur la puissance des technologies numériques pour donner sens à la masse de données en mouvance et en perpétuelle augmentation. Les organismes institutionnels (entreprises, bibliothèques, archives, ministères, laboratoires de recherche, etc.) sont amenés à produire et/ou à gérer des données dites ouvertes qui nécessitent des analyses et des évaluations car elles sont vues, comme étant des éléments fondamentaux d’appui à l’innovation. Avec le développement des données massives et hétérogènes illustrant l’évolution de la notion de document avec sa diversité et sa multiplication, le traitement du contenu de document numérique fait appel, également, à la pluridisciplinarité (sciences de l’information et de la communication, sciences cognitives, informatique, logique, traitement automatique des langues, statistiques, linguistique, etc.), permettant des analyses de corpus multimédias et multilingues avec des applications variées. Néanmoins, l’exploitation du document pose la question de la validité et la certification de son contenu. La prise en compte des aspects juridiques (problèmes de plagiat, falsification et propriété
intellectuelle) des documents numériques sont des aspects à réactualiser.
Le colloque CiDE’20 accueillera des contributions théoriques, des présentations d’études de cas, des résultats de projets applicatifs ou expérimentaux en lien avec les thèmes suivants :
  • Approches théoriques du document (processus de (re)documentarisation, sémio-pragmatique du document, histoire des supports, document vs data,…)
  • Description, représentation, classification, indexation, gestion (ontologies, données ouvertes, open data, dataviz,…)
  • Formes, formats et normes (typologie des documents, structuration, balisage, interopérabilité, flux documentaires,…)
  • Enjeux de codage et métadonnées (DC, FRBR, RDA, PREMS,…)
  • Accès à l’information (recherche documentaire, filtrage, fouille de données, fouille de textes, annotation, recommandation,…)
  • Éditorialisation, scénarisation, design informationnel, expériences utilisateurs (GED, workflow,…)
  • Usages du document (médiation et médiatisation, trace et mémoire, art numérique, écrits professionnels, analyse documentaire,…) dans les espaces documentaires (bibliothèques, musées, archives,…)
  • Numérisation du patrimoine scientifique et culturel (textes anciens, images, vidéos, archivage des corpus hétérogènes,…)
  • Qualité des contenus du document (données ouvertes ou liées, données iconographiques et/ou audiovisuelles,…)
  • Aspects juridiques (propriété intellectuelle, certification des données, falsification des documents,…)
Le colloque sera ainsi l’occasion de poser quelques questions centrales, d’apporter éventuellement des éléments de réponse, et surtout d’ouvrir des pistes de réflexion pour de nouvelles recherches.

Comité scientifique international

  • Mohamed HASSOUN, Enssib, France, Président
  • Khaldoun ZREIK, Université de Paris 8, France, Co-président
  • Stéphane CHAUDIRON, Université de Lille 3, France, Co-président

Membres

  • Ghislaine AZEMARD, Université de Paris8, France
  • Abdel BELAID, Université de Loraine, France
  • Radia BERNAOUI, ENSV d’Alger, Algérie
  • Guillaume BESACIER, Université Paris 8, France
  • Cherifa BOUKACEM, Université de Lyon 1, France
  • Sabrina BOULESNANE, Université de Lyon 3, France
  • Jean-Jacques BOUTAUD, Université de Bourgogne, France
  • Laïd BOUZIDI, UniversitédeLyon3, France
  • Valentina BREZHNEVA, Université d’État Saint Petersburg, Russie
  • Évelyne BROUDOUX, CNAM de Paris, France
  • Nadège BROUSTAU, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles
  • Sylvie CALABRETTO, INSA de Lyon, France
  • Ghislaine CHARTRON, CNAM de Paris, France
  • Kazimierz CHOROS, Wrocław University of Science and Technology, Poland
  • Évelyne COHEN, Enssib de Lyon, France
  • Viviane COUZINT, IUT – Université de Toulouse3, France
  • Amos DAVID, Université de Loraine, France
  • Giovanni DEPAOLI, Professeur émérite, France
  • Christine DEVELOTTE, ENS Lyon, France
  • Mamadou DIARRA, EBAD, Sénégal
  • Joseph DICHY, Université de Lyon 2, France
  • Bernard DIONE, EBAD, Sénégal
  • David DOUYERE, IUT – Université de Tours, France
  • Jacques DUCLOY, Loria, France
  • Véronique EGLIN, INSA de Lyon, France
  • Mabrouka ELHACHANI-LAKHDHAR, Université de Lyon3, France
  • Jean-François FAU, Université Senghor Alexandrie, Égypte
  • Dominic FOREST, Université de Montréal – EBSI, Canada
  • Mauro GAIO, Université de Pau, France
  • Francisco Javier GARCÍA MARCO, Université de Zaragoza, Espagne
  • Joël GARDES, RD-TECH-GRE, France
  • Malek GHENIMA, ESC-Université de la Manouba, Tunis, Tunisie
  • Abdessamad Réda GHOMARI, ESI d’Alger, Algérie
  • Khaled HABCHI, ISD – Université de la Manouba Tunis, Tunisie
  • Maryvonne HOLZEM, Université de Rouen, France
  • Bernard IDELSON, Université de la Réunion, France
  • Madjid IHADJADENE, Université de Paris8, France
  • Rosa ISSOLAH, ENSA d’Alger, Algérie
  • Bernard JACQUEMIN, Université de Lille 3, France
  • Stéphane CHAUDIRON, Université Lille 3, France
  • Khaldoun ZREIK, CITU-Paragraphe, Université Paris8, France
  • Ioannis KANELLOS, ENST Bretagne, France
  • Hamamache KHEDDOUCI, Université de Lyon 1, France
  • Jacques LABICHE, Université de Rouen, France
  • Pascal LARDELLIER, Université de Dijon, France
  • Omar LAROUK, Enssib de Lyon, France
  • Patrizia LAUDATI, Université de Valenciennes, France
  • Frank LE BOURGEOIS, INSA de Lyon, France
  • Sylvie LELEU-MERVIEL, Université de Valenciennes, France
  • Catherine LONEUX, Université de Rouen, France
  • Jacques MADELAINE, Professeur émérite, France
  • Yves MARCOUX, Université de Montréal – EBSI, Canada
  • Azedine MAREDJ, CERIST d’Alger, Algérie
  • Sabine MAS, Université de Montréal – EBSI, Canada
  • Vincent MEYER, Université de Nice, France
  • Abderrazak MKADMI, ISD – Université de la Manouba, Tunisie., Tunisie
  • Mustapha MOJAHID, Institut de Recherche en Informatique de Toulouse, France
  • Ghassan MOURAD, Université Libanaise, Bierut, Liban
  • Widad MUSTAFA EL HADI, Université de Lille 3, France
  • Omar NOUALI, CERIST d’Alger, Algérie
  • Peter OHLY, GESIS – Institut Leibniz des Sciences Sociales, Allemagne
  • Céline PAGANELLI, Université de Montpellier 3, France
  • Françoise PAQUIENSEGUY, Sciences Po, Lyon, France
  • Juznic PRIMOZ, University of Ljubljana, Slovénie
  • Jean-Pierre RAYSZ, Société Jouve, France
  • Jean-Marc ROBERT, Polytechnique de Montréal, Canada
  • Pascal ROBERT, Enssib de Lyon, France
  • Imad SALEH, Université de Paris 8, France
  • Mohamed SIDIR, Université d’Amiens, France
  • Éric TRUPIN, Université de Rouen, France
  • Seth VAN HOOLAND, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles
  • Christine VANOIRBEEK, École polytechnique fédérale de Lausanne, Suisse
  • Christian VARINARD, Université de Lyon 3, France
  • Lise VERLAET, Université de Montpellier 3, France
  • Jean VIVIER, Professeur émérite, France
  • Manuel ZACKLAD, CNAM de Paris, France
  • Maja ŽUMER, Université de Ljubljana, Slovénie

Calendrier

12 juin 2017 : Date limite de soumission des prépositions
17 juillet 2017 : Notification aux auteurs
4 septembre 2017 : Date limite de réception de la version définitive de l’article
23-24-25 Novembre 2017 : Colloque à l’Enssib – Villeurbanne-Lyon

Modalités de sélection

La sélection des articles est faite après une double évaluation à l’aveugle, d’une version complète de l’article proposé.
La langue de communication est le français et l’anglais (pas de traductions simultanées).

Publication des actes du colloque

Les actes du colloque seront publiés aux éditions Europia (http://europia.org/edition/livres/doc/CatDoc.htm)
Seuls seront publiés les articles présentés par leur(s) auteur(s) lors du colloque.

Instruction aux auteurs

Les propositions sont attendues avant le 12 juin 2017. Elles doivent être rédigées sous forme d’article, en français ou en anglais, d’une longueur maximale de 30 000 caractères (espaces compris).
Pour cette soumission, les auteurs veilleront particulièrement à respecter l’anonymat des propositions, celles-ci ne doivent contenir que le titre de la proposition, le résumé et les mots-clés, le corps de leur article (aucune référence ne doit permettre aux évaluateurs de reconnaitre ‘identité du ou des auteurs) et les références bibliographiques. Le dépôt des propositions est à effectuer via la rubrique « dépôts des articles ».
Les propositions sont évaluées en double aveugle, une notification est envoyée aux auteurs le 17 juillet 2017.

Dépôt de la version définitive

Les propositions retenues sont à déposer dans leur version finale au plus tard le 04 septembre 2017. Celles-ci doivent impérativement tenir compte des éventuelles remarques des évaluateurs. Les auteurs sont invités à suivre scrupuleusement les normes de rédaction de l’éditeur Europia, téléchargeables dans les formats suivants : ODT, DOC, PDF.

Inscription au colloque

Les inscriptions au colloque sont obligatoires (pour au moins un auteur en cas de co-écriture) et doivent être complétées avant le 11 septembre 2017. Seuls seront publiés les articles présentés par leur(s) auteur(s) lors du colloque.

Contacts CiDE.20

  • Mohamed HASSOUN, Enssib – Lyon (cide20[at]enssib.fr)
  • Stéphane CHAUDIRON, Université de Lille 3
  • Khaldoun ZREIK, Université de Paris 8

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel Workshop : Workshop on Corpus-based Research in the Humanities (CRH) with a special focus on space and time annotations, Vienne (Autriche), 25-26 Janvier 2018 [délai : 8 octobre 2017]


IMPORTANT DATES
Deadlines :
– Abstract submission: 8 October 2017
– Notification of acceptance: 5 November 2017
– Final version of paper: 3 December 2017
– Workshop: 25-26 January 2018

web: http://www.oeaw.ac.at/ac/crh2/

The Workshop on « Corpus-based Research in the Humanities » (CRH) brings together those areas of Computational Linguistics and the Humanities that share an interest in the building, managing and analysis of text corpora. The edition of this year has a specific focus on time and space annotation in textual data, backed by a keynote speaker with special interest in this aspect of corpus management.

The second edition of CRH will be held in Vienna (Austria) on January 25th-26th 2018 and will be hosted Austrian Academy of Sciences, University of Vienna and Technische Universitaet Wien.

The series of the CRH workshops continues that of the workshop on « Annotation of Corpora for Research in the Humanities » (ACRH), the three editions of which were held respectively in 2011 (Heidelberg, Germany), 2012 (Lisbon, Portugal) and 2013 (Sofia, Bulgaria). The first CRH was held in Warsaw (Poland) in 2015.

Submissions of long abstracts for oral presentations and posters (with or without demonstrations) featuring high quality and previously unpublished research are invited on the following TOPICS:

– specific issues related to the annotation of corpora for research in the Humanities (annotation schemes and principles), with special interest in space and time annotations
– corpora as a basis for research in the Humanities
– diachronic, historical and literary corpora
– use of corpora for stylometrics and authorship attribution
– philological issues, like different readings, textual variants, apparatus, non-standard orthography and spelling variation
– adaptation of NLP tools for older language varieties
– integration of corpora for the Humanities into language resources infrastructures
– tools for building and accessing corpora for the Humanities
– examples of fruitful collaboration between Computational Linguistics and Humanities in building and exploiting corpora
– theoretical aspects of the use of empirical evidence provided by corpora in the Humanities

This year, CRH will have a SPECIAL TOPIC concerning time and space annotation in textual data. Submissions with this focus are especially encouraged.

Contributions reporting results from completed as well as ongoing research are welcome. They will be evaluated on novelty of approach and methods, whether descriptive, theoretical, formal or computational.

The proceedings will be published in time for the workshop. They will be co-edited by Andrew Frank, Christine Ivanovic, Francesco Mambrini, Marco Passarotti and Caroline Sporleder.

MOTIVATION AND AIMS
Research in the Humanities is predominantly text-based. For centuries scholars have studied documents such as historical manuscripts, literary works, legal contracts, diaries of important personalities, old tax records etc. Large amounts of such documents exist and are increasingly available in digital form. This has a potentially profound impact on how research is conducted in the Humanities.
Digitised sources allowing scholars to analyse texts quicker and more systematically.

Digital data can also be (semi-)automatically mined: important facts and interdependencies can be detected, complex statistics can be calculated. Analysis of locations and time in documents is often crucial to understand and visualize trends. Results can be visualised and presented to the scholars, who can then delve further into the data for verification and deeper analysis.

Digitisation encourages empirical research, opening the road for completely new research paradigms that exploit `big data’ for humanities research. Digitisation is only a first step, however. In their raw form, electronic corpora are of limited use to humanities researchers. Corpus annotation can build on a long tradition in (corpus) linguistics and computational linguistics but the true potential of such resources is only unlocked if corpora are enriched with different layers of linguistic annotation (ranging from morphology to semantics, including location and time).

The CRH workshop aims at building a tighter collaboration between people working in various areas of the Humanities (such as literature, philology, history, translational studies etc.) and the research community involved in developing, using and making accessible different kinds of corpora. A gap exists between computational linguists (who sometimes do not involve humanists in developing and exploiting corpora for the Humanities) and humanists (who sometimes just aren’t aware that such corpora do exist and that automatic methods and standards to build and use them are today available).
Over the past few years a number of historical annotated corpora have been started, among which are treebanks for Middle, Early Modern and Old English, Early New High German, Medieval Portuguese, Ugaritic, Latin, Ancient Greek and several translations of the New Testament into Indo-European languages. The experience of these ever-growing set of projects can provide many suggestions on the methodology as well as on the practice of interaction between literary studies, philology and corpus linguistics.

[…]
INSTRUCTIONS FOR SUBMISSION
We invite to submit long abstracts describing original, unpublished research related to the topics of the workshop as PDF. Abstracts should not exceed 6 pages (references included) and written in English.
Submissions have to be made via the EasyChair page of the workshop at https://easychair.org/conferences/?conf=crh2 (requires prior registration with EasyChair).
The style guidelines can be found here: http://www.oeaw.ac.at/forschung-institute/biblio/academiae-corpora/ac/crh2/authors-kit/.

Reviewing will be double-blind; therefore, the abstract should not include the authors’ names and affiliations or any references to web-sites, project names etc. revealing the authors’ identity. Furthermore, any self-reference should be avoided. For instance, instead of « We previously showed (Brown, 2001)… », use citations such as « Brown previously showed (Brown, 2001)… ». Each submitted abstract will be reviewed by three members of the program committee.

Submitted abstracts can be for oral or poster presentations (possibly with demo). There is no difference between the different kinds of presentation both in terms of reviewing process and publication in the proceedings (the limit of 6 pages holds for both abstracts intended for oral and poster presentations).

The authors of the accepted abstracts will be required to submit the full version of their paper, which may be extended up to 10 pages (references included).

PRESENTATIONS
The oral presentations at the workshop will be 30 minutes long (25 minutes for presentation and 5 minutes for questions and discussion).
Depending on the number of submissions, a poster session might be organised as well.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Appel à contribution : Enjeux épistémologiques des recherches sur les Bretagnes médiévales en histoire, langue et littérature, 12-14/12/2017, Brest, université de Bretagne Occidentale [délai : 30/06/2017]

Depuis une cinquantaine d’années, le champ d’étude des Bretagnes médiévales a suscité des approches et des questionnements à la fois divergents et renouvelés. Ces changements aboutissent aujourd’hui à une situation contrastée, où de nombreux domaines du savoir paraissent en chantier, pour ne pas dire comme un champ de bataille où il semble difficile de réconcilier les résultats apparemment opposés obtenus suivant des démarches différentes. Dans quelle mesure et de quelle manière la culture populaire et l’oralité ont-elles par exemple été traitées et intégrées à ce champ de recherche ? Comment s’est-on interrogé, peut-on encore s’interroger, avec quels présupposés et dans quelle perspective, sur les origines de la légende arthurienne ou des vies de saints ? La sociolinguistique peut-elle contribuer à renouveler l’approche des langues médiévales ? Dans le domaine de l’archéologie, comment les résultats des fouilles ont-ils été analysés et interprétés et quel usage en est il fait aujourd’hui ?

Pour plus d’informations : « Enjeux épistémologiques des recherches sur les Bretagnes médiévales en histoire, langue et littérature »,  Appel à contribution,  Calenda, Publié le lundi 20 mars 2017, http://calenda.org/399002

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à candidature atelier doctoral: « Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge », Salerne, 26-30 juin 2017 [délai: 2 mai 2017]

VIe Séminaire International
Cultures et rapports culturels dans l’espace méditerranéen au Moyen Âge : les sources

L’Atelier doctoral Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge, organisé par l’Università degli Studi di Salerno, l’Università della Basilicata, le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LaMOP) et l’École française de Rome, a pour but de fournir une formation spécialisée dans le domaine de l’histoire, de la civilisation et de la culture de l’Italie méridionale et de son environnement méditerranéen au Moyen Âge.

Dans cet esprit, l’Atelier réunit des enseignants spécialisés et de jeunes chercheurs pour offrir une occasion de réflexion, de discussion, d’approfondissement méthodologique et de mise au point historiographique concernant les différentes sources historiques et les conditions convenables de leur utilisation. Le Séminaire de cette année s’attachera particulièrement au thème des cultures et des rapports culturels dans l’Italie méridionale médiévale, qui abrite des populations se rattachant à des aires culturelles différentes. Comme les années précédentes, le thème sera abordé sous l’angle de la lecture et de l’analyse des sources. Les boursiers présenteront un rapport concernant leur projet de recherche et les différentes sources qu’ils utilisent. Le Séminaire est particulièrement destiné aux jeunes chercheurs, doctorants ou déjà docteurs, qui travaillent sur des sujets concernant l’Italie et/ou d’autres régions méditerranénnes au Moyen Âge ; douze bourses couvrant l’ensemble des frais de séjour leur sont proposées, les déplacements restant à la charge des participants.

Avant le 2 mai 2017, les candidats devront envoyer par courrier électronique à l’une des adresses suivantes (amgaldi@unisa.it ou mgalante@unisa.it) :
– Une demande de participation indiquant de façon synthétique les raisons de leur intérêt.
– Un bref curriculum studiorum indiquant en particulier leurs compétences linguistiquee et leurs éventuelles publications.
– Un résumé de leur programme de recherches (6.000 signes au maximum).
– Une lettre de présentation d’un enseignant universitaire ou d’un chercheur spécialisé, qui servira de garantie.
Les candidats seront sélectionnés par le Comité Scientifique sur la base de la relation entre leur programme de recherche et le thème du séminaire. Le résultat de la sélection sera communiqué avant le 25 mai 2017.

Les candidats retenus devront ensuite envoyer le texte de leur intervention (30.000 signes au maximum) dans l’une des trois langues de travail (italien, français, anglais) avant le 12 juin 2017. Les participants devront en outre préparer une présentation Powerpoint dans l’une des deux langues qu’ils n’auront pas choisies pour leur texte. Chacun des projets présentés sera commenté par l’un des enseignants participant au Séminaire et discuté collectivement par les autres enseignants et les participants. Sur proposition du Comité Scientifique de l’Atelier, les meilleures interventions pourront être soumises aux Comités de lecture des revues Mélanges de l’École fançaise de Rome, Moyen Âge et Schola salernitana pour une éventuelle publication. Le Comité Scientifique se réserve la possibilité d’accueillir comme auditeurs libres d’autres participants intéressés par les thèmes traités, qui prendront à leur charge leurs frais de séjour. Ceux qui seront admis au Séminaire devront le suivre toute la semaine.

Appel à contribution:Hamsa. Journal of Judaic and Islamic Studies, nº 4 (2017)[délai:15/10/2017]

CIDEHUS is a research center at the Unoversity of Évora (Portugal) (http://www.cidehus.uevora.pt/atividades/noticias/(item)/21770 ) and we ask for the disclosure of the following call for papers:

Call for papers

Hamsa. Journal of Judaic and Islamic Studies, nº 4 (2017)

The editors of Hamsa: Journal of Judaic and Islamic Studies are very pleased to publicly announce that the journal is now accepting proposals for its 4th volume. For this volume, we particularly welcome proposals offering original analysis on the broad subject of Judaic and Islamic studies. The deadline for this call for papers is October 15, 2017. The papers should be send to mfbarros[at]uevora.pt e tavim40[at]hotmail.com.

For further information, please see www. http://www.hamsa.cidehus.uevora.pt/formmanuscripts.htm

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication: Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques. Définitions, modèles et conflits en zones d’interface (IXe-XIIIe siècle): Paris,5-6/04/2018[délai :30/05/2017]

Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques. Définitions, modèles et conflits en zones d’interface (IXe-XIIIe siècle)

Atelier international de jeunes chercheurs – Institut Historique Allemand (Paris) / Laboratoire ACP (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

5-6 avril 2018

http://acp.u-pem.fr/rencontres/espaces-seigneuries/

Argumentaire

La distinction claire entre monde laïque et monde ecclésiastique et le concept d’espace de domination, compris comme une zone connue, délimitée et donc cartographiable, semblent aujourd’hui être des notions évidentes. Elles ne l’étaient pourtant absolument pas dans un monde médiéval où, d’une part, la réforme grégorienne a entamé, à la fin du XIe siècle, un processus de séparation des pouvoirs aristocratiques laïques et ecclésiastiques et où, d’autre part, la conception de l’espace de domination aristocratique connut une évolution très importante, du Xe au XIIIe siècle, avec un phénomène de spatialisation, puis de territorialisation, du pouvoir, ce qui permet progressivement de passer d’une cartographie faite de points à l’émergence de zones de domination plus ou moins identifiables et donc représentables graphiquement.

Ces thématiques sont au cœur de nombreuses recherches actuelles et se prêtent d’autant mieux à une recherche comparatiste entre France et Allemagne que les écoles historiographiques des deux côtés du Rhin ont une approche très différente de ces questions spatiales. À l’inverse des Français, les historiens allemands ne se sont quasiment pas, après 1945, intéressé aux problèmes spatiaux et le terme allemand de Territorialisierung, l’idée que le pouvoir des aristocrates ait pu être fondé sur un principe territorial et reposer sur certains espaces avec des frontières plus ou moins bien définies, n’est utilisé que pour décrire des phénomènes à partir du XIIIe siècle. Notre atelier entend donc croiser ces deux approches en examinant la conception et la production d’espaces ecclésiastiques et en s’intéressant aux interactions que cela suscita avec les seigneurs laïques dans le cadre géographique de l’ancien empire carolingien. Il ne s’agira pas ici de s’intéresser à l’espace intérieur au monastère, ce qui fut l’objet d’un livre récent (Monastères et espace social. Genèse et transformation d’un système de lieux dans l’Occident médiéval, éd M. Lauwers), mais bien de centrer notre étude sur les points de contacts et les zones d’interface entre espaces laïques et ecclésiastiques, en excluant le cas du ban clunisien, qui a déjà donné lieu à de nombreux travaux et en s’ouvrant également à des espaces non monastiques : diocèse, archidiaconé ou paroisse par exemple.

L’objectif sera de permettre à des jeunes chercheurs germanophones ou francophones de comparer leurs approches, cela dans une perspective résolument interdisciplinaire entre histoire, histoire du droit, histoire de l’art et archéologie.

 

Pour plus d’informations : http://www.fabula.org/actualites/espaces-ecclesiastiques-et-seigneuries-laiques-definitions-modeles-et-conflits-en-zones-d-interface_78518.php 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution: VIIIe Congrès International: « La Chronique Médiévale » (Lisbonne), 10-14/07/2014[délai:2/04/2017]

The Institute for the Study of Literature and Tradition (IELT) and the Institute for Medieval Studies (IEM) of the Universidade NOVA de Lisboa, and the Universidade Aberta are delighted to announce that the VIII International Conference of The Medieval Chronicle will take place at the Universidade NOVA de Lisboa – Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, 10-14 July 2017.

The Medieval Chronicle Conferences are organized on behalf of The Medieval Chronicle Society (MCS). The Medieval Chronicle Society is an international and interdisciplinary organisation founded to facilitate  the work of scholars interested in medieval chronicles, or more generally medieval historiography.

The VIII International Conference of The Medieval Chronicle aims at providing a meeting point for scholars who work on different aspects of the medieval chronicle (historical, literary, art-historical) to announce new findings and projects, present new methodologies, and discuss the prospects for collaborative research.

Pour plus d’informations : http://www.fabula.org/actualites/viiie-congres-international-la-chronique-medievale_78277.php 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication:Les trames arborescentes, outils d’écriture et de fabrique de l’histoire de l’Antiquité à la Renaissance:30/05/2017, Poitiers, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale[délai:31-03-2017]

RÉSUMÉ

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser les rencontres de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Le troisième volet de ce projet aura lieu à Poitiers le 30 mai 2017 et sera consacré aux trames arborescentes comme outils d’écriture et de fabrique de l’histoire de l’Antiquité à la Renaissance. Son objectif sera de se questionner sur la manière dont les trames arborescentes innervent, implicitement ou explicitement, les processus textuels ou visuels de restitution de l’histoire, et sur les choix méthodologiques qu’un tel recours au schéma arborescent suppose ou implique. Il sera constitué de trois séances de travail consacrées respectivement à la méthodologie historique, à l’histoire familiale et à la généalogie des savoirs.

Pour plus d’informations :

« Les trames arborescentes, outils d’écriture et de fabrique de l’histoire de l’Antiquité à la Renaissance »,  Appel à contribution,  Calenda, Publié le mardi 21 février 2017, http://calenda.org/395451

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

appel à communication:Une piété lotharingienne : foi publique, foi intériorisée (XIIe– XVIIIe siècle):8/09/2017, Lyon, LoDoCat (Lotharingie dorsale catholique)[délai:31/03/207]

RÉSUMÉ

Ce colloque s’inscrit dans le cadre de l’ANR LoDoCat (Lotharingie dorsale catholique). Il vise à se demander s’il existe des formes spécifiques de dévotion dans cet espace. Quatre axes seront privilégiés : la cour céleste (quelles images de Dieu et des saints ?), les acteurs (qui promeut ces formes de dévotion), les sources de la dévotion (images, médailles, livres, etc.), les lieux (sanctuaires, pélerinages, etc.

Pour plus d’informations :

« Une piété lotharingienne : foi publique, foi intériorisée (XIIe– XVIIIe siècle) »,  Appel à contribution,  Calenda, Publié le jeudi 16 février 2017, http://calenda.org/394976

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel : École thématique « Que fait l’histoire sociale de l’appartenance religieuse ? Un questionnement interdisciplinaire de la Méditerranée à l’océan indien, XVe-XXe siècle », 26-29 juin 2017, Seville [délai : 31 mars 24h00]

Cette École thématique entend interroger le récit de la modernité occidentale qui a participé de la réification du fait religieux comme une dimension spécifique du monde social. En privilégiant des approches localisées et des contextualisations denses, il s’agit au contraire de réinscrire les activités religieuses au sein des configurations sociales et économiques dans lesquels elles trouvent leur origine.
Coordination :
  • Natividad PLANAS (Université Clermont Auvergne – Clermont-Ferrand)
  • Thomas GLESENER (Aix-Marseille Université)
  • Claire JUDDE DE LARIVIÈRE (Université de Toulouse – Jean Jaurès)
  • Igor PÉREZ TOSTADO (Universidad Pablo de Olavide, Sevilla)
L’École thématique est ouverte aux chercheurs de M2, doctorat et postdoctorat, en histoire ou en sciences sociales (sociologie, anthropologie, sciences politiques, géographie), dont les travaux traitent des enjeux de l’appartenance (sociale, religieuse…) et adoptent une démarche empirique.
Les candidats devront faire acte de candidature avant le 31 mars 2017 (minuit, heure de Madrid).

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Appel atelier doctoral : »La Méditerranée : un laboratoire de l’histoire globale et des processus de globalisation (3) », École française de Rome, Rome 24-27 octobre 2017 [délai : 5 juin 2017]

ATELIER DOCTORAL INTERDISCIPLINAIRE ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME – ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

La Méditerranée : un laboratoire de l’histoire globale et des processus de globalisation (3). Études environnementales et sciences sociales : Temporalités, matérialités, sources et enquêtes

Rome, École française de Rome,  24-27 octobre 2017
Les études environnementales ont connu dans la dernière décennie, une croissance qui les situe aujourd’hui au cœur de nombreux débats en sciences sociales. Comment entendre aujourd’hui cet appel à renouveler les manières de faire et d’écrire l’histoire ? De quel type de dispositifs intellectuels situés dans le temps « l’histoire naturelle » est-elle née, sur quels terrains, à partir de quelles sources et pour répondre à quelles questions ? Comment s’est engagé, depuis cette matrice, le grand partage entre nature et culture ? Dans quelle mesure l’histoire environnementale permet-elle de le dépasser ? Comment prend-elle en compte la diversité des archives nécessaire à ses ambitions et comment peut-elle mettre en œuvre des formes d’interdisciplinarité avec les sciences de la nature et de la terre ?
En mettant l’accent sur l’enquête et les sources, l’ambition de cet atelier doctoral est d’interroger la texture historique et sociale des sociétés dans leur environnement.
L’atelier est ouvert aux doctorants et étudiants à partir du M2 de toutes disciplines et de toutes nationalités. Des cours magistraux le matin seront suivis d’ateliers centrés sur la présentation des travaux des étudiants l’après-midi. Les cours et interventions pourront se dérouler en français, en italien ou en anglais.
Les candidatures doivent être envoyées avant le 5 juin 2017.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Appel à contribution:La figure du combattant à l’époque romane:Issoire,20-22/10/2017[délai: 31/05/2017]

RÉSUMÉ

Entre menace et commémoration, la violence armée s’est installée dans notre actualité. Parce qu’elle est omniprésente et qu’elle interroge en continu les catégories sociales et les destins humains, la figure du combattant a été retenue comme thématique pour la vingt-septième édition du colloque d’Issoire qui se déroulera les 20, 21 et 22 octobre 2017.

ANNONCE

Argumentaire

Longtemps réservée aux historiens, l’étude du recours aux armes concerne en réalité tous les champs de la médiévistique. S’incrivant dans les orientations actuelles de la New Military History, l’ambition de cette rencontre interdisciplinaire est de réunir et de faire dialoguer sur ce sujet historiens de l’art, archéologues, historiens, spécialistes de la littérature travaillant sur les xe-xiie siècles.

En suivant les pistes ouvertes par Philippe Contamine, Bernard S. Bachrach, Helen Nicholson, Dominique Barthélemy, Philippe Buc et bien d’autres, le choix a été d’éclairer la figure du combattant dans ses dimensions pragmatique et symbolique. Celle-ci noue les différents aspects de la question : pratique de la violence armée, expérience et métaphore du combat, articulation avec la vie sociale, mise en scène des différentes formes de combat guerrier au travers de leurs représentations.

Entre actualité et permanence, la figure du combattant est, en effet, très présente dans les traces des xe-xiie siècles parvenues jusqu’à nous, quelle que soit leur nature (manuscrite, iconographique, archéologique, etc). Ces traces, documents d’archives et représentations, figurées, narratives, sont autant d’intermédiaires nous permettant d’appréhender cette réalité, de manière partielle, déformée et partiale, voire instrumentalisée.

Pour plus d’informations suivre le lien suivant : « La figure du combattant à l’époque romane »,  Appel à contribution,  Calenda, Publié le mardi 07 février 2017, http://calenda.org/393066

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts