Archives de catégorie : Appels à contribution

Appel à communications : La réforme grégorienne, une « révolution totale » ?:28-29/03/2018, Lyon[délai:14/10/2018]

La réforme grégorienne, une « révolution totale » ? État comparatif de la recherche dans les espaces francophones et germanophones.

28-29 mars 2018 à Lyon

Cet atelier a pour but de réunir de jeunes chercheurs pour faire un état de la recherche sur la période grégorienne dans les pays de langue francophone et germanophone, dans une démarche non seulement comparatiste, mais aussi transdisciplinaire, puisqu’il s’agit d’intégrer différentes disciplines (de l’histoire politique à la théologie, en passant par exemple par l’histoire du droit et l’histoire de l’art) afin de comprendre comment les chercheurs issus de ces différentes disciplines et de plusieurs écoles historiographiques définissent d’un point de vue chronologique et thématique la « réforme grégorienne », d’une part, et surtout comment ils comprennent et mesurent les changements survenus durant cette période, d’autre part.

La date limite pour répondre est le 14 octobre. N’hésitez pas à le diffuser largement à celles et ceux qui pourraient être intéressés par de telles thématiques.

 

Pour plus d’informations : Appel RG Fr-All

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication:les Mondes des bergers (XIIe-XVe siècles):18/10/2018, Université Grenoble-Alpes[délai:20/07/2018]

Bergers et bergères sont des personnages récurrents de la littérature médiévale. Du XIIesiècle à la fin du XVe siècle, le motif pastoral s’épanouit dans le paysage littéraire et artistique et devient peu à peu incontournable. Il se rencontre de plus en plus fréquemment dans les poèmes, textes narratifs et pièces de théâtre, mais également dans les écrits scientifiques tels que les traités agronomiques dont notamment le Bon berger de Jean de Brie, qui aurait été rédigé à la suite d’une commande du roi Charles V.

Toutefois, la figure du berger n’est pas univoque : certains mènent une existence paisible dans un cadre éloigné du reste du monde, des rituels de cour comme du chaos des champs de bataille. Telle la « pastoure » du Dit de Christine de Pizan qui cherche à s’isoler, à « seulete estre » , les bergers se montrent parfois indifférents à toute préoccupation politique, morale ou religieuse, vivent proches de la nature, au rythme de journées qui se ressemblent toutes, entrecoupées de fêtes, de danses, de festins improvisés à l’ombre des arbres. Rien ne semble, en apparence, pouvoir menacer l’harmonie de leur univers, ni la faim, ni la maladie, ni la mort. Pourtant, tel le célèbre « Et in Arcadia ego » qui connaîtra un grand succès en peinture aux XVIe et XVIIe siècles, certains détails font surgir le souvenir d’une violence implicite.Pour d’autres, cette dernière se fait au contraire explicite : les viols sont très présents dans les pastourelles françaises, de même que la guerre, dans le Pastoralet de Bucarius, par exemple, ou dans les bergeries, ces pièces destinées aux entrées princières. Les pâtres abandonnent leur réserve pour y exposer un jugement parfois virulent sur les affaires de leur temps : entre les guerres et les pillages, l’âge d’or semble bien lointain.L’univers pastoral se révèle ainsi un lieu de tensions et d’affrontements, entre nature et civilisation, monde paysan et monde courtois, gouvernants et gouvernés. Il peut constituer l’un de ces « mondes possibles » dont parle par exemple Françoise Lavocat , lieu d’une réalité alternative, parfois utopique, se faisant le miroir critique ou flatteur de la réalité. Il soulève donc également des enjeux politiques et polémiques qui invitent à interroger la place de la littérature pastorale au sein des enjeux et conflits de la société.Cet appel à communication s’inscrit donc dans une perspective diachronique. Il offre un point de rencontre entre les divers éléments qui composent un univers pluriel et participent au dynamisme d’une forme littéraire hybride, narrative et dialoguée, qui ressortit à la fois au registre « aristocratisant » et « popularisant » selon les termes de Pierre Bec, recouvre le domaine de la poésie lyrique, mais répond aussi aux nécessités de la scène théâtrale.

  1. Christine de Pizan, Le Dit de la Pastoure (1403), édition Maurice Roy, Œuvres poétiques de Christine de Pizan, Didot et Cie (Firmin) / Marchessou fils, Paris / Le Puy, 1891, p. 236.
  2. Françoise Lavocat, La théorie littéraire des mondes possibles, CNRS Éditions, Paris, 2010. Françoise Lavocat, Fait et fiction : pour une frontière, Éditions du Seuil, Paris, 2016.
  3. Pierre Bec, La lyrique française au Moyen Âge (XIIè-XIIIè siècles). Contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux : études et textes, Picard, Paris, 1977, t. I, p. 131.

Afin d’orienter les débats, nous mettons ici une liste possible de thèmes qui pourraient être abordés :

  • Quels rapports l’univers pastoral dessine-t-il entre nature et culture ?
  • Comment représenter la violence et la sexualité ?
  • Dans quelle mesure le motif pastoral est-il caractérisé par sa transgénéricité ? Comment se traduit le passage d’un genre ou d’une forme à l’autre ? Quels liens peut-on par exemple établir entre les pastourelles et d’autres formes de lyrique non pastorale, ou entre les bergeries et d’autres formes dramatiques ?
  • Comment la littérature pastorale s’inscrit-elle dans une dynamique de réécriture ? Existe-t-il des sources antiques ou médio-latines du corpus médiéval ?

Cet appel à communication est ouvert aux jeunes chercheurs de toutes les disciplines. La journée d’étude sera introduite par Mme Fleur Vigneron, Maître de conférences en langue et littérature française du Moyen Âge à l’université Grenoble-Alpes, et donnera lieu à une conférence plénière de M. Denis Huë, Professeur de langue et de littérature française du Moyen Âge à l’université Rennes II. Il se tiendra le jeudi 18 octobre 2018 à l’université Grenoble-Alpes. Il sera suivi d’une publication sur la plate-forme L’Ouvroir Litt&Arts de l’Université Grenoble-Alpes.Les propositions de communication (250 mots max.) devront être rédigées en français, et accompagnées d’un C.V. académique. Elles devront être retournées conjointement aux trois organisateurs : Marielle Devlaeminck (marielle.devlaeminck[at]gmail.com), Charlotte Guiot (charlotte.guiot[at]ens-lyon.fr) et Maxime Kamin (maxime.kamin[at]univ-grenoble-alpes.fr) au plus tard le 20 juillet 2018, date limite de soumission des dossiers.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communications:Éthique et pratique des trames arborescentes : concevoir et utiliser des outils en arbre ou en arborescence en médecine, droit et anthropologie, Paris, 19/11 (date limite : 15/07)

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. En décembre 2018, nous consacrerons une journée d’étude aux trames arborescentes du point de vue de ceux qui les conçoivent et les utilisent afin de prendre en charge, de gérer et d’étudier l’humain, la personne et les populations, à savoir les médecins, les juristes et les anthropologues.

De fait, force est de constater que la médecine, le droit et l’anthropologie regorgent d’arbres et d’arborescences qui guident, innervent ou alimentent les habitudes quotidiennes de leurs praticiens : arbres décisionnels, arbres diagnostiques, protocoles arborescents qui jalonnent les couloirs des services d’urgence, arborescences dichotomiques qui peuvent schématiser la binarité du droit, arbres protocolaires, arbres classificateurs ou phylogénétiques appliqués à l’anthropo- ou l’ethnogénétique, ou encore schémas arborescents qui organisent visuellement des rapports de parenté. Originairement fondés sur le modèle formel de l’arbor, un schéma dont l’objectif est de relier entre eux deux ou plusieurs éléments selon des critères précis de manière à produire du sens, l’arbre et l’arborescence assurent une fonction de diagramme ou d’organigramme. D’un point de départ dérivent plusieurs divisions et subdivisions via des éléments graphiques délinéateurs – branches, lignes, flèches ou autres – afin de conduire celui qui en use à la plus grande précision et à la plus grande efficacité éthique et pratique. Qu’ils soient matériels ou mentaux, graphiques ou métaphoriques, les arbres et les arborescences peuplent le quotidien et l’environnement visuel des médecins, des juristes et des anthropologues, en soulevant des problématiques concrètes lorsque vient le moment de leur confrontation avec des « cas » vivants et/ou organiques.

C’est sur la nature de la conception et de l’usage de tels arbres et arborescences par ceux qui étudient l’humain dans ce qu’il a de plus idiosyncratique (son corps, sa personne, ses origines, sa position dans la société) que nous souhaiterions nous interroger. De fait, les praticiens qui y recourent les conçoivent et les utilisent dans des cas spécifiques, selon des critères précis et au sein de pratiques fermement définies et délimitées. En outre, les éléments visuels et graphiques auxquels ils recourent schématisent les modalités de l’action que les diagrammes en arbre ou en arborescence reflètent ou appellent. Les branches reposent-elles sur des rapports de cause à effet entre deux feuilles et/ou fruits ? L’arbre se parcourt-il de haut en bas, de bas en haut, de gauche à droite, de droite à gauche ; pourquoi et selon quels présupposés éthiques et pratiques ? Que représente chaque étape du cheminement arborescent ? Qu’apportent l’arbre et l’arborescence à la pratique de la médecine, du droit et de l’anthropologie ? Quelles sont leurs caractéristiques, leurs singularités, leurs limites ? Font-ils l’objet d’un enseignement universitaire spécifique ou reposent-elles sur le principe d’une reconnaissance et d’une compréhension visuelles spontanées, habituelles, communes ? Où les trouve-t-on ? Innervent-ils l’environnement visuel des praticiens ? Sont-ils réellement utiles ? Quelle place accordent-ils au vivant, à l’organique ? La schématisation en arbre ou en arborescence est-elle réductrice lorsqu’il s’agit d’étudier l’humain et/ou les populations ? Qu’en est-il de l’applicabilité des arbres et des arborescences à grande échelle ? Quelle forme de systématisation mettent-ils en place, et que faire lorsque des cas spécifiques leur échappent ? D’autres schémas leur sont-ils superposables ? Les arbres et les arborescences s’accompagnent-ils de textes (lois, protocoles, règlements, recommandations ou autres) ? Ont-ils pour objectif de favoriser l’anticipation d’un évènement à venir ?

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 15 juillet 2018.

Lieu :

BIU SAnté, Université Paris 5

Organisation :

Naïs Virenque – Antoine Paris – Sergi Sancho Fibla – Florian Violon

Contacts :

Naïs Virenque (Histoire de l’Art, des Sciences et des Techniques) nais.virenque@univ-tours.fr

Antoine Paris (Langue et Littérature grecques)
antoine7.paris@wanadoo.fr

Sergi Sancho Fibla (Littérature médiévale)
ssfibla@gmail.com

Florian Violon (Anatomie et Cytologie pathologiques)
florian.violon.est@gmail.com

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication:Papal Patronage and Interventions at RSA Conference 2019:17-19/03/2019, Toronto[délai:15/07/2018]

CFP: Papal Patronage and Interventions at RSA Conference 2019

Papal Patronage and Interventions | Renaissance Society of America Annual Conference 2019 | Toronto, CA | 17-19 March, 2019

One of the several panels at next year’s RSA Annual Conference will be Papal Patronage and Interventions. From the Schism to the Counter-Reformation, the pope and his court are among the greatest patrons of early modern Europe, seizing upon art and literature as harbingers of Christian order, power, and prosperity. These commissions include a dazzling array of objects, ensembles, and spaces, ranging from miniature vessels to grand palaces – even the renovation of Saint Peter’s itself. We invite proposals for papers that examine the role of artistic and architectural activities in shaping the image, identity, and office of the papacy in the Renaissance. What were the visual, ecclesiastical, and political motors that inspired patterns of patronage? In what ways did these currents stimulate artistic response? What were the stakes of individual objects and monuments commissioned in this heady atmosphere? We conceive of subjects broadly, spanning the European continent from the thirteenth through the sixteenth century.

This panel is sponsored by the Association of Textual Scholarship in Art History.

Please send a short C.V. (no more than one page), a 150-word abstract, and a list of keywords to Tracy Cosgriff (tcosgriff@wooster.edu) and Sara Nair James (sjames@marybaldwin.edu) by July 15.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Atelier:Les enjeux de l’image : méthodes d’analyse en sciences humaines Moyen Âge et Renaissance:5-6/11/2018, Paris[délai:25/06/2018]

Les enjeux de l’image : méthodes d’analyse en sciences humaines Moyen Âge et Renaissance

Atelier interdisciplinaire 5-6 novembre 2018 – PARIS

Alliance Joint Project – Grant 2017 Appel à candidature

L’étude des images du Moyen Âge et de la Renaissance n’est plus le domaine exclusif des historiens de l’art et se trouve aujourd’hui à la croisée de nombreuses disciplines portant chacune sur ce matériau un regard qui leur est propre. Une ouverture à l’anthropologie historique a également permis un élargissement du cadre méthodologique propice à une meilleure prise en compte des implications sociales et culturelles. Les nombreuses publications scientifiques d’historiens, de musicologues et de littéraires se fondant sur l’analyse de représentations figurées oblige à redéfinir la portée et les enjeux des méthodes employées.

Le propos de cet atelier interdisciplinaire et international est d’instaurer un dialogue autour des approches et des historiographies entre des spécialistes de différents domaines, appuyant leur démarche sur l’analyse d’images. Réunissant des étudiants de Master 2 et de doctorat de Columbia et de Paris 1 (en histoire de l’art, histoire, littérature, et musicologie), invités à présenter leurs travaux en cours, ces deux journées, organisées en atelier fermé, s’adressent à de jeunes chercheurs en formation afin de leur proposer une réflexion approfondie sur leurs méthodes de travail. Se joindront à eux des chercheurs confirmés pour animer les interventions, qui seront suivies de commentaires approfondis. Les interventions pourront se faire aussi bien en anglais qu’en français.

Les échanges seront guidés par des questions précises : qu’apporte l’étude des images à une enquête scientifique sur le Moyen Âge ou la Renaissance, quel qu’en soit le domaine, et en quoi les résultats en sont-ils marqués ? Dans le cas d’une étude en histoire, en musicologie ou en littérature, comment la méthode d’approche et de compréhension des œuvres figurées s’est-elle construite par rapport à celle utilisée pour les sources textuelles ou musicales ? Quel rôle ont occupé dans la réflexion les études spécialisées en iconographie, et plus généralement l’historiographie propre à l’histoire des images et aux visual studies ?

Cet atelier vise à une mise en regard des méthodes d’analyse et d’interprétation issues de différentes disciplines, en donnant tout son sens au terme « enjeu », à travers une réflexion sur les images elles-mêmes ainsi que sur la place des sources visuelles dans la recherche en sciences humaines.

Les déjeuners et dîners sont inclus pour tous les participants pendant les deux jours.

Lieu : Columbia Global Center 4 rue de Chevreuse 75006 Paris

Organisation : Susan Boynton (Columbia University)
Anne-Orange Poilpré (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Organisé grâce au financement du programme Alliance Joint Project – Grant 2017

Le dossier de candidature comprendra :
– un résumé de 5 pages de la communication envisagée, mettant clairement en évidence les enjeux méthodologiques autour de l’image accompagné d’une bibliographie
(1 fichier)

– Un curriculum vitae (1 fichier)

Date limite de soumission de la candidature : 25 juin 2018

Les candidatures sont à adresser sous forme électronique à Susan Boynton (slb184[at]columbia.edu) et Anne-Orange Poilpré (anne-orange.poilpre[at]univ-paris1.fr) (veillez à bien envoyer le dossier à ces deux adresses).

Les réponses définitives seront données aux candidats pour le 1er juillet 2018.

Les communications devront être rédigées et envoyées (accompagnées d’illustrations) aux organisatrices avant le 1er octobre 2018. Les textes ne devront pas excéder 3200 mots (notes de bas de pages non incluses).

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Deuxièmes Rencontres de la TGIR Huma-Num: 11-14/06/2018, Lyon

La très grande infrastructure de recherche Huma-Num propose 15 places à des doctorants s’intéressant aux humanités numériques pour ses deuxièmes Rencontres qui se tiendront du lundi 11 au jeudi 14 juin 2018 en résidence sur le site de Valpré (Lyon).

https://humanum.hypotheses.org/3717
Prérequis :

  • Être inscrit en thèse
  • Gérer des corpus de données et documents numériques dans le cadre des travaux de recherche de la thèse

Modalités d’inscription :

  • Envoyer un CV + quelques lignes de présentation de la thèse à gestion@huma-num.fr
  • Date limite d’inscription : vendredi 18 mai 2018

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Maîtriser le temps et façonner l’histoire[délai:30/09/2018]

Ce colloque international sur l’historiographie normande du Moyen Âge et de l’époque moderne vise à nourrir la réflexion des historiens autour de trois axes : « Dans l’atelier de l’historien : outils et sources indispensables à la maîtrise du temps et à l’écriture de l’histoire », « Écrire, réécrire, compiler, traduire : la part de l’auteur ? » et « Lire les historiens médiévaux et modernes aujourd’hui »

Argumentaire
Dix ans après le colloque de Cerisy consacré à l’historiographie médiévale normande et à ses sources antiques, nous proposons de réunir les mêmes institutions (Centre Culturel International de Cerisy, Ville d’Avranches et Université de Caen Normandie [CRAHAM et OUEN]) pour entrer, de façon plus globale, dans les cabinets des annalistes, chroniqueurs et historiens normands des époques médiévale et moderne. La recherche d’une proximité et d’une intimité avec les auteurs vise à mieux connaître leurs méthodes de travail et ainsi mieux appréhender leurs écrits. Cette démarche est le fruit de travaux récents ou en cours, portés par des chercheurs principalement français, italiens et anglophones. Outre de nouvelles lectures des textes, il s’agira aussi de mettre en avant de récentes découvertes d’écrits historiques restés jusqu’à ce jour inédits. La perspective du colloque sera large : les textes étant sans cesse repris, recopiés, réécrits, traduits et connus par des traditions postérieures à leur écriture, les confronter sur le long terme est indispensable. On ne traitera pas, en outre, de la seule Normandie mais bien de l’ensemble des lieux d’implantation de Normands (en France, dans les îles Britanniques et en Méditerranée, mais aussi en Afrique et en Amérique), de l’an mil jusqu’au XVIIIe siècle. Sont ainsi compris sous l’appellation large d’« historiens normands » tous les auteurs d’origine normande ou actifs en Normandie qui ont produit des textes à caractère historique. On pourra comparer leurs travaux à ceux d’auteurs extérieurs aux mondes normands mais traitant de ceux-ci. En cela, ce colloque complètera celui organisé par Pierre Bauduin et Edoardo d’Angelo à Ariano Irpino en 2016, consacré aux historiographies modernes et contemporaines des mondes normands médiévaux. Il abordera également la question des silences de l’historien, thème qui a déjà fait l’objet de deux journées d’études organisées par Catherine Jacquemard et Corinne Jouanno à l’université de Caen Normandie en 2015 et 2016.Dans le cadre de ce colloque, qui se tiendra principalement à Cerisy-la-Salle, une exposition de manuscrits contenant des œuvres d’historiens normands, provenant de différents lieux de conservation d’Europe, sera présentée à Avranches (dans la salle du trésor du Scriptorial, de début juillet à fin septembre 2019, ainsi qu’à la bibliothèque patrimoniale, durant les jours du colloque) : une séance se tiendra sur place et des communications auront lieu dans la salle du conseil de la mairie d’Avranches. Ce colloque pourra enfin être l’occasion d’amorcer un projet d’édition (ou de réédition) papier et/ou numérique d’une collection de sources narratives normandes. Si la réalisation d’une version normande d’un Recueil des historiens des Gaules et de la France semble aujourd’hui aussi complexe que dépassée, nous souhaitons lancer, dans un premier temps, un projet de réédition et de confrontation de l’ensemble des sources annalistiques normandes.

Pour plus d’informations : « Maîtriser le temps et façonner l’histoire », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 24 avril 2018, https://calenda.org/439997

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication : Traductio et Traditio Mediaevales: ciència, coneixement i ideologia:ciutat de Morella (Castelló), 14-16/03/2019[délai:30/09/2018]

Propostes de comunicació
El Grup de Recerca d’Estudis Medievals Interdisciplinaris (GREMI) es complau d’anunciar-vos la
celebració del Congrés Internacional Traductio et Traditio Mediaevales: ciència, coneixement i
ideologia, que tindrà lloc a la ciutat de Morella (Castelló) els dies 14, 15 i 16 de març de 2019.
El comitè organitzador acceptarà comunicacions sobre qualsevol aspecte relacionat amb la
traducció i la transmissió cultural durant l’Edat Mitjana. Fins al 30 de setembre de 2018, les
persones interessades poden enviar una proposta de participació al correu electrònic
congresgremi@uji.es.

GROC PROPOSTES DE COMUNICACIÓ(1)

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution : Journée doctoral EHESS-Marseille « Usages de la cartographie en sciences sociales », 19/06 [date limite : 28/04]

Une journée doctorale consacrée au thème D’écrire l’espace, usages de la cartographie en sciences sociales est organisée le 19 juin prochain à l’EHESS-Marseille. L’appel à communication en pièce jointe s’adresse aux doctorant(e)s de toute discipline (anthropologie, économie, géographie, histoire, sociologie, etc.) qui traitent de ces questions dans leur recherche.

Les propositions de communication de 500 mots maximum, suivies d’une brève présentation des auteurs, leur affiliation institutionnelle ainsi que leurs coordonnées, sont attendues pour le 28 avril 2018 à l’adresse suivante : decrirelespace@gmail.com

Les réponses seront communiquées avant le 5 mai 2018. Les doctorant(e)s sélectionné(e)s devront envoyer le texte de leur présentation avant le 5 juin 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution – Voyageurs et voyages. Incursions culturelles et linguistiques – 15/16 juin, 2018. Délai: avant le 15 mai.

Université de l’Ouest de Timişoara, Roumanie

La VIIe édition du Colloque International Communication et Culture dans la Romania Européenne (CICCRE) propose comme thème de réflexion et de débat le voyageur et ses voyages, réels ou symboliques, et la manière dont ils se reflètent dans les littératures, les arts et les langues romanes.

Le voyage représente une expérience permanente dans toutes les étapes de la vie de l’homme. Homo viator fait partie de l’épopée de l’humanité et chaque langue le représente à sa manière, dans la sphère du réel ou du symbolique. Les voyages réels, les grandes découvertes, tout comme les grands explorateurs des terres inconnues nous permettent de reconstruire et d’imaginer des itinéraires. En même temps, la littérature transfère le voyage dans le plan de l’imaginaire, du symbolique, de l’inconnu, de l’initiation où le personnage met à l’œuvre sa maturité spirituelle et même toute son existence.

La culture de l’Antiquité (surtout grecque et latine), nous offre des œuvres qui traitent le thème du voyage. Il suffit de rappeler Homère et Virgile qui ont rendu à l’histoire et aux littératures à venir, et surtout à l’imaginaire collectif du monde occidental, la figure du voyageur par excellence et du voyage (maritime ou terrestre) en tant que punition et sublimation de l’être humain. Ulysse, vainqueur dans les guerres grâce à la force de son intelligence, est, en même temps, vainqueur des espaces lointains grâce à la puissance de son âme. Énée parcourtle monde afin de jeter les fondements d’une des plus grandes civilisations de l’Antiquité. C’est lui qui conduit Dante dans les trois mondes d’au-delà, dans son exploit de compréhension dela condition tragique de l’homme.

Par son célèbre personnage Don Quichotte, Cervantès ajoutera d’autres horizons sémantiques au voyage et au drame du voyageur. Le Grand Tour, qui constitue, pendant quelques siècles, un rituel obligatoire dans la formation des jeunes aristocrates, ajoute au voyage de nouvelles significations.

À partir du XIe siècle, l’Europe se trouve dans un mouvement de plus en plus intense, grâce à la reprise du commerce et aux voyages des commerçants. Les nouveaux voyageurs, partout dans l’Europe ou au-delà de ses frontières, sont animés de raisons différentes. Les chevaliers errants parcourent les fiefs afin de se mettre au service des châtelains; les moines pérégrins transmettent dans leurs voyages, à travers le temps et l’espace,les valeurs de la culture chrétienne et antique à la fois; des jongleurs, des troubadours, des trouvères, des artistes, errant d’une Cour à l’autre, laissent dans des œuvres les traces de leur passage dans ces endroits. Les pèlerins et les commerçants, voyageurs par excellence du Moyen Âge, tout comme les grandes découvertes géographiques, les progrès réalisés dans les domaines de la science et de la technique, les changements politiques et religieux de la Renaissance et des siècles suivants changent profondément les conceptions sur le monde et sur la vie.

Le thème du voyage connaît des transformations significatives de nos jours. De nouvelles catégories de voyageurs réels (par exemple les astronautes) et des types différents de voyages littéraires (commela science-fiction) et linguistiques (les nouveaux langages) apparaissent. On peut y ajouter les catégories de la navigation virtuelle: l’Internet et les réseaux sociaux avec leur jargonspécifiques.

Le voyage – quelles que soient ses coordonnées – va connaître de nouvelles formes qui reflètent les changements des modèles culturels de référence ou de l’imaginaire collectif, dont les facettes sont nombreuses et dynamiques.

Les organisateurs du CICCRE 2018 invitent les participants à l’analyse de ce thème complexe, proposantcomme possibles sujets de réflexion et de débat:

– les héros et les voyages;
– les voyages initiatiques ;
– les pèlerins et le thème du pèlerinage ;
– les voyages dans les mers, les naufrages, les exils ;
– les voyages terrestres, les migrations, le croisement des civilisations ;
– les voyages dans l’imaginaire ;
– la métaphore du voyage dans la musique et dans les arts visuels ;
– les notes des voyageurs étrangers sur les Roumains et sur leur langue ;
– le lexique des découvertes géographiques et scientifiques ;
– la langue– le meilleur moyen de voyager dans le temps ;
– les mots voyageurs– la circulation des mots dans l’Europe romane ;
– le jargon des réseaux sociaux ;
– l’internationalisation des termes.

Tous ceux qui sont intéressés par les voyageset les voyageursainsi que par les incursions linguistiques, littéraires et culturelles dans l’espace de la Romania – enseignants, chercheurs, doctorands – sont invités à proposer des communications dans l’une des sections du colloque: langue et littérature latines; langue et littérature roumaines; le roumain comme langue étrangère; langue et littérature françaises; langue et littérature italiennes ; langue et littérature espagnoles; langue et littérature portugaises; didactique des langues romanes ; histoire et théologie ; musique et théâtre ; beaux-arts.
Calendrier du colloque

La VIIe édition du CICCRE aura lieu les 15-16 juin 2018 à l’Université de l’Ouest de Timișoara, 4 bd. Vasile Pârvan, Timişoara ;
le 1er mai 2018 : soumission des propositions (titre et résumés en français et en anglais)

et envoi du bulletin d’inscription (voir ci-dessous) à ciccre@gmail.com ainsi qu’au(x) responsable(s) de la section choisie (voir les adresses électroniques en haut)

le 15 mai 2018 : notification d’acceptation aux auteurs.

Les langues de travail du CICCRE 2018 sont : le roumain, le français, l’italien, l’espagnol et le portugais.
Bulletin d’inscription

(à renvoyer par courriel avant le 1er mai 2018)

Nom(s):
Prénom(s):
Statut (professeur, chercheur, doctorant, etc.) :
Affiliation (université, institut, centre de recherche, etc.)
Courriel électronique:
Section du colloque :
Intitulé de la communication:
Résumés en français et en anglais (200 – 250 mots)
5 mots-clés et 5 Keywords :
Vidéoprojecteur pour la présentation de la communication en diapos : Oui ou non

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

PROJET: CHANTIER 2018 DU CHÂTEAU MÉDIÉVAL DE BONNEVILLE (BONNEVILLE, 74): 03-29 SEPTEMBRE 2018 [DÉLAI : 15 JUIN]

Campagne de fouilles sur un site fortifié en Haute-Savoie.
Château de Bonneville (Bonneville, 74)
03-29 septembre 2018

Situé sur la route reliant Genève à Cluses et Chamonix, le site de Bonneville connait une histoire relativement longue. Le site fortifié apparait au début du XIIIe siècle et succède à Châtillon-sur-Cluses en tant que capitale du Faucigny. Il domine alors une ville-neuve et possède un intérêt économique certain. Par mariage, le site passe aux mains du Dauphiné assez rapidement et sera au cœur d’un conflit avec la Savoie entre 1268 et 1355. A cette dernière date, il devient possession savoyarde mais perd en partie son intérêt. Il sera par la suite transformé en prison. L’ensemble présente encore aujourd’hui de nombreuses parties médiévales mais l’organisation interne reste peu connue.
L’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du Conseil Départemental de la Haute-Savoie est à l’initiative de cette première campagne de fouille. Ces investigations entrent dans le cadre d’un projet européen visant la transformation du site en musée mais aussi l’acquisition de connaissances archéologiques et historiques plus étendues du site.  De même, elles sont également intégré à mes recherches doctorales. Cette campagne va s’orienter sur l’approche de la zone résidentielle et plus particulièrement de l’aula et du secteur des chambres. Il s’agira alors d’établir la stratigraphie, de mettre le potentiel archéologique du site et enfin d’acquérir une plus grande connaissances de l’organisation de l’espace à cet endroit.

Contact: Loïc Benoit
06-75-87-25-16
Envoyer CV et lettre de motivation à loic.benoit@hautesavoie.fr(link sends e-mail)

Conditions:
– 18 ans minimum
– Vaccin antitétanique
– Expériences requises
– Logement en dur (5min en voiture) et repas pris en charge.

Campagne de fouilles
Lundi 3 Septembre 2018 – Samedi 29 Septembre 2018
Bonneville (74)

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

PROJET: CHANTIER 2018 DU CHÂTEAU MÉDIÉVAL DE CLERMONT (CLERMONT, 74):09 JUILLET – 3 AOUT 2018 [DÉLAI : FIN MAI]

Campagne de fouille sur un site fortifié disparu en Haute-Savoie.
Château de Clermont (Clermont, 74)
Lundi 9 juillet 2018 – Samedi 4 août 2018

Situé en retrait de la route reliant Seyssel à Genève et non loin du grand axe Genève-Chambéry, le site de Clermont connait une histoire relativement longue. Les seigneurs de Clermont apparaissent dans la documentation dès le XIIe siècle et sont très tôt en étroite relation avec les comtes de Genève, une des trois grandes familles se divisant l’actuel territoire haut-savoyard. La fortification rentre très vite en possession de cette grande lignée, si bien que dès le XIIIe siècle elle en fait une de ses résidences comtales principales. Aussi, sa position en fait un des points clés de la défense et de l’économie genevoise. Dès 1401, le comté est racheté par la famille de Savoie. Le site perd alors de son intérêt et le conflit franco-savoyard du début du XVIIe siècle verra la destruction de la forteresse. Aujourd’hui, peu de vestiges sont observables car tous en sous-sol.
L’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du Conseil Départemental de la Haute-Savoie est à l’initiative de la première campagne de fouille (2017). Cette dernière a mis au jour une partie de la tour maîtresse présentant une construction en moyen appareil et des vestiges atteignant plus d’un mètre de haut pour plus de trois mètres de large. Ces investigations entrent dans le cadre d’une volonté du Département d’étudier un site lui appartenant et n’ayant fait l’objet que de peu d’observations. De même, elles sont également intégré à mes recherches doctorales. La nouvelle campagne continuera l’approche sur la tour maîtresse, mais cette fois dans son intégralité. De même, une première approche du secteur de l’aula sera mise en place. Il s’agira alors d’établir la stratigraphie ainsi que de mettre le potentiel archéologique du site en avant afin de réaliser une opération de plus grande envergure par la suite.

Contact: Loïc Benoit
06-75-87-25-16
Envoyer CV et lettre de motivation à loic.benoit@hautesavoie.fr(link sends e-mail)

Conditions:
– 18 ans minimum
– Vaccin antitétanique
– Expériences requises
– Logement en dur (5min en voiture) et repas pris en charge.

Campagne de fouilles
Lundi 9 Juillet 2018 – Samedi 4 Août 2018
Clermont (74270)

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Appel à contribution:Moyen Âge et séries[délai:31/07/2018]

La revue Médiévales : Langues, Textes, Histoire envisage la publication en 2020 d’un numéro thématique provisoirement intitulé « Moyen Âge et séries ». Ce numéro thématique sera coordonné par Alban Gautier (Université de Caen Normandie) et Laurent Vissière (Sorbonne Université). Les contributions pourront proposer soit des études de cas appuyées sur une bibliographie critique, soit des réflexions plus théoriques illustrées par l’analyse d’exemples précis. Il n’y a aucune exclusive dans les disciplines et les approches : nous accepterons les propositions de spécialistes de littérature, histoire, filmologie, sociologie, histoire de l’art, médialogie, langues et civilisations étrangères, philosophie, sciences politiques, etc.

ANNONCE

Argumentaire

La revue Médiévales : Langues, Textes, Histoire envisage la publication en 2020 d’un numéro thématique provisoirement intitulé « Moyen Âge et séries ».

Les séries occupent une place croissante dans les pratiques culturelles contemporaines, et plusieurs d’entre elles ont à voir avec la période médiévale. Il peut s’agir en premier lieu de la mise en scène d’un épisode historique, d’une période donnée, de la vie d’un personnage célèbre, voire de l’adaptation d’une œuvre littéraire médiévale ou ayant pour cadre le Moyen Âge – ce qui implique un travail documentaire plus ou moins scientifique. Il existe aussi, bien entendu, un Moyen Âge de fantasy, fantastique et fantaisiste, mais que le spectateur reconnaît néanmoins comme « moyenâgeux ». Certaines séries, enfin, comportent des références plus subtiles et moins immédiatement intelligibles à des œuvres ou des événements de la période médiévale.

Quel que soit l’objet de leur travail, les scénaristes et les réalisateurs peuvent appréhender le Moyen Âge à travers les sources primaires et les travaux des historiens, mais ils se référent aussi souvent, et sans le dire, à des passeurs comme Shakespeare, Walter Scott ou Tolkien – pour ne citer que trois noms qui, par leur influence sur la culture anglophone, jouent un rôle majeur dans la vision du Moyen Âge que véhiculent aujourd’hui les séries télévisées. Ils sont également amenés à faire un important travail de reconstitution, concernant aussi bien les vêtements, les objets et même les gestes de la vie quotidienne, que la parole, la musique et tout ce qui relève de la bande-son. Ils traitent ainsi, et pas forcément de manière ridicule, de champs historiques longtemps délaissés par la recherche médiévale, mais aujourd’hui en plein essor (culture matérielle, anthropologie, paysages sonores, etc.).

Les productions culturelles qui pourront faire l’objet de contributions dans ce numéro de Médiévales sont de nature très variée. On retiendra comme objets d’étude des séries télévisées ou produites pour des plateformes de vidéo à la demande ; les séries « patrimoniales » des chaînes de télévision françaises ou étrangères ou des séries récentes, à grand succès ou non. Il convient dans tous les cas que les œuvres considérées répondent à quatre critères : 1. sérialité (de la mini-série de cinq ou six épisodes au feuilleton-fleuve) ; 2. production pour les écrans (en dehors du grand écran et des jeux vidéo) ; 3. dimension fictionnelle (séries documentaires et docu-fictions seront a priori exclus) ; 4. rapport au Moyen Âge.

Le rapport à l’histoire (comme passé et comme science), la variété des représentations du Moyen Âge, la nature de la « médiévalité » et de ce qui « fait Moyen Âge » dans les séries, à la fois dans la conception et dans la réception, font partie des thèmes qui pourront être abordés. Le Moyen Âge est ici défini dans son sens habituel en France, comme la période allant du Ve au XVe siècle, mais rien n’empêche de l’étendre en amont et en aval du moment que l’œuvre étudiée relève d’une forme de Moyen Âge. En termes de géographie, on aura le loisir de traiter des séries venues d’aires culturelles éloignées (par exemple asiatiques), pour lesquelles des codes narratifs et visuels installent le spectateur dans ce qu’il identifie spontanément comme un Moyen Âge. Par ailleurs, on pourra s’intéresser à la réutilisation d’œuvres médiévales dans des séries traitant d’autres périodes ou d’autres mondes – comme la transposition d’un schéma arthurien dans le monde contemporain, ou des péripéties inspirées de la guerre de Cent Ans sur une autre planète.

Enfin, des médiévistes de toutes disciplines sont impliqués dans la production de certaines séries, comme experts pour l’écriture ou la révision des scénarios, voire sur les tournages eux-mêmes. De plus en plus nombreux, les chercheurs étudiant le Moyen Âge s’intéressent aux séries : c’est parmi eux que se recrutent la plupart des spécialistes de ce champ de recherche qu’on appelle désormais le médiévalisme. La constitution des séries médiévalisantes en objet d’étude et domaine d’activité des médiévistes pourra aussi être abordée par les contributions. Cette redéfinition progressive du champ de la médiévistique porte des implications politiques et sociétales qui méritent d’être analysées : entre scientificité et médiation à destination du « grand public », il y là a une dialectique qui n’est pas dépourvue d’ambiguïtés. Pensons aussi à l’enseignement du Moyen Âge à l’école et à l’université, en France et dans le monde : la place qu’y tiennent les séries n’est plus négligeable.

Les contributions pourront proposer soit des études de cas appuyées sur une bibliographie critique, soit des réflexions plus théoriques illustrées par l’analyse d’exemples précis. Il n’y a aucune exclusive dans les disciplines et les approches : nous accepterons les propositions de spécialistes de littérature, histoire, filmologie, sociologie, histoire de l’art, médialogie, langues et civilisations étrangères, philosophie, sciences politiques, etc.

Ce numéro thématique sera coordonné par Alban Gautier (Université de Caen Normandie) et Laurent Vissière (Sorbonne Université).

Le calendrier prévisionnel est le suivant :

  • 31 juillet 2018 : date limite pour la remise des projets de contribution ;
  • septembre 2018 : sélection des contributions, envoi des réponses aux postulants ;
  • 31 mars 2019 : date limite pour la remise des articles ;
  • avril-septembre 2019 : relecture et expertise des articles par les coordinateurs et par le comité de rédaction de la revue ;
  • 30 novembre 2019 : date limite pour la remise des articles révisés ;
  • juin 2020 : parution du numéro, d’abord en volume, puis en ligne sur les plateformes OpenEdition et Cairn.

Dans un premier temps, nous demanderons donc aux personnes désireuses de proposer un article pour ce numéro d’envoyer aux deux coordinateurs (alban.gautier@unicaen.fr et lvissiere@gmail.com) un bref CV (1 page) et un projet de contribution (2 pages) exposant clairement l’angle choisi pour l’étude d’un des aspects mis en avant par le présent appel à communication. Ces deux documents sont à renvoyer avant le 31 juillet 2018.

Pour plus d’informations : « Moyen Âge et séries », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 28 mars 2018, https://calenda.org/437754

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communications:Les trames arborescentes sur les façades des lieux sacrés : iconographie, mnémotechnie et anagogie d’un procédé structurel de l’Antiquité chrétienne à la fin du Moyen Âge, Paris, 25/05 [date limite : 10/04]

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Une journée d’étude spécialisée, consacrée aux trames arborescentes qui occupent les façades des édifices religieux antiques et médiévaux, aura lieu le 25 mai 2018

Dans le De Architectura, Vitruve définit l’arbre comme ce qui prodigue à l’homme le matériau nécessaire à l’architecture, mais aussi comme ce qui lui donne à voir le modèle macrocosmique de la construction idéale qu’il peut reproduire en tant que microcosme. Dès les débuts de la chrétienté, le choix topographique de la construction, dans des zones parfois reculées et pourvues d’une flore luxuriante, contribue à définir la tropologie du lieu, c’est-àdire aussi bien celle du site que celle du terrain que l’édifice sacré occupe, celle de son parvis et, bien entendu, celle de l’édifice lui-même.

Dans l’architecture chrétienne sacrée, la structure même des façades laisse fréquemment transparaître une organisation arborescente, sur laquelle se déploient des ramifications autour d’un axe. Cette organisation peut concerner l’ensemble de la façade ou seulement certaines parties : roses monumentales, tympans, voussures, portiques, piédroits, niches, frises, jusqu’à, parfois, l’ensemble du portail lui-même. Le trumeau, les pilastres, les statues-colonnes ou les colonnes peuvent alors se concevoir comme autant de troncs qui supportent un bourgeonnement voire un fleurissement ornemental ou symbolique et tendent à constituer une véritable forêt d’images.

Or, en tant que frontière et que monumentalisation du seuil qui lie le monde laïc et la domus dei, où l’espace et le temps se sacralisent et se spiritualisent, la façade constitue le lieu privilégié pour donner à voir la mémoire du site. Dès lors, l’association de l’iconographie, de l’ornement et de l’architecture inscrit dans la spiritualité les expériences physiques (optiques, haptiques ou encore praxiques) que franchir le seuil provoque. En outre, la façade permet de caractériser visuellement l’intérieur de l’édifice à l’extérieur de ses murs d’une part, et le passage entre cet extérieur et cet intérieur d’autre part. À ce titre, sa symbolique rencontre à nouveau celle de la forêt qui, dans l’imaginaire antique et médiéval, constitue le lieu d’un cheminement initiatique et/ou d’une retraite spirituelle. Enfin, les hiérarchies structurelles de la façade se font l’écho du monde sensible que l’homme peut organiser, tandis que le sens qui se dégage de sa globalité cherche à transcender le sensible en mettant au jour la trame harmonieuse du monde. Par conséquent, les configurations arborescentes qui occupent les façades accentuent l’efficacité d’opérateurs initiatiques, d’intermédiaires et d’intercesseurs qu’elles exercent entre le monde quotidien que l’homme habite, et le lieu sacré au sein duquel communier avec Dieu devient possible.

L’objectif de cette journée sera de s’interroger sur la fonction répartitrice et sur le rôle discursif du phénomène visuel que constituent les façades des édifices sacrés de l’Antiquité chrétienne à la fin du Moyen Âge. On réfléchira notamment à l’opérativité mnémotechnique, parénétique, anagogique et eschatologique que recourir à des trames arborescentes leur confère.

Nous pourrons notamment nous demander :

  • Quelles sont les modalités et les caractéristiques des structures arborescentes, des usages de l’image de l’arbre et de celui du bois dans les façades ?
  • Ces modalités sont-elles spécifiques à cette partie de l’édifice ? Quelles en sont les spécificités ?
  • Quelle est l’efficacité visuelle, spatiale, cognitive, méditative et/ou spirituelle de la structure arborescente à laquelle l’homme se confronte nécessairement en entrant dans l’édifice ?
  • Quels procédés architecturaux, visuels et/ou iconographiques sont mis en œuvre afin de signifier le passage de l’extérieur à l’intérieur de l’édifice ?
  • Quels ressorts plastiques, iconiques et/ou mnémotechniques les trames arborescentes mobilisent-elles, et à quelles fins ?
  • Quels sont les rapports, en miroir ou en confrontation, entre la façade construite par l’homme et la nature réelle dans laquelle l’édifice peut prendre place ?

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 10 avril 2018.

Contacts :

  • Élise Vernerey (elise.vernerey01@univ-poitiers.fr)
  • Mathieu Beaud (mathieu.beaud2@gmail.com)
  • Naïs Virenque (nais.virenque@univ-tours.fr)

https://trarborescentes.sciencesconf.org/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution:Les manuscrits hagiographiques du Nord de la France et de la Belgique actuelle à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle)[délai:01/06/2018]

À la fin du Moyen Âge, la production hagiographique manuscrite se transforme et connaît son dernier âge d’or entre le succès éditorial de la Légende dorée et l’arrivée de l’imprimerie. De nombreux textes anciens sont abrégés pour intégrer de nouvelles collections. Ce phénomène est en partie responsable du relatif désintérêt des historiens à leur égard : à quoi bon s’intéresser à ces abrégés alors qu’il reste tant à découvrir dans les grands légendiers du Moyen Âge central, et qu’on commence à peine à mieux connaître les tout premiers manuscrits conservés[1] ? Un examen récent de l’immense œuvre hagiographique produite par Jean Gielemans (1427-1487) à l’abbaye de Rouge-Cloître au sud de Bruxelles, où il mit en chantier plusieurs manuscrits, permet de comprendre l’intérêt qu’il y a à explorer les collections tardives[2]. Chez le chanoine de Windesheim s’entremêlent à la fois des modèles hagiographiques anciens, l’exaltation patriotique du Brabant et une spiritualité marquée par la devotio moderna, trame dévotionnelle à l’œuvre dans de nombreuses communautés religieuses d’alors. Cependant, une telle entreprise ne saurait refléter la culture hagiographique de son temps, dans les Pays-Bas méridionaux et plus encore dans une large France du Nord, où existent peu d’études historiques sur la question. L’objectif de ces journées d’études est donc de mieux saisir la place du manuscrit hagiographique, entendu ici au sens large, dans cet espace à la fin du Moyen Âge, en prolongeant notamment les réflexions de Guy Philippart sur la fabrique et les usages des légendiers, à une période où la documentation susceptible de les appréhender est plus abondante, qu’elle se trouve dans les manuscrits eux-mêmes (prologues[3], colophons, marques d’appartenances, notes marginales etc) ou bien à l’extérieur (comptabilité, sources notariées, catalogues anciens)[4].

La parution toute récente dans le dernier volume d’Hagiographies d’une synthèse sur les œuvres produites dans l’espace belge, sous la plume de Valerie Vermassen pour l’hagiographie latine et de Werner Verbeke pour celle en vers et en moyen néerlandais offre un point de départ solide et invite à saisir ensemble les légendiers latins et vernaculaires, en moyen néerlandais comme dans les parlers d’oïl[5]. De ce point de vue, après les remarques fondatrices de Paul Meyer sur les légendiers vernaculaires, les études des romanistes ont jeté une lumière nouvelle sur ces manuscrits et leurs textes[6]. La situation linguistique du nord de la France et de la Belgique induit nécessairement un travail collaboratif, seul à même de faire réfléchir collectivement à la circulation des modèles et des traductions, aux conditions matérielles de la circulation des textes hagiographiques, mais aussi à l’usage de ces manuscrits, dans le cadre de la pastorale et des pratiques cultuelles collectives comme dans celui de l’affirmation de l’individu à la fin du Moyen Âge.

Il s’agira de procéder à l’examen d’un ou de plusieurs manuscrits hagiographiques, mais aussi de rassembler des témoignages anciens sur l’usage de la littérature hagiographique et de ses manuscrits en veillant toujours au contexte de leur production et de leurs usages, au choix et à l’agencement de leurs textes, afin de saisir le rôle de l’hagiographie dans les pratiques culturelles et sociales à l’aube de la modernité. Dans un tel cadre relativement souple, quatre points peuvent être soulevés, sans prétendre à l’exhaustivité :

Typologie de la circulation de l’hagiographie

Dans la longue durée de l’histoire des manuscrits hagiographiques, on trouve généralement à côté des grands légendiers per circulum anni des légendiers thématiques consacrés par exemple à des saintes femmes, des apôtres ou bien encore des ascètes. On prendra en compte aussi bien ces catégories que les libelli consacrés à un nombre restreint de saints. On inclura également les recueils hybrides, les miscellanées, et plus largement, l’association des textes hagiographiques avec d’autres types de textes, qu’ils soient littéraires ou non. On privilégiera ainsi l’étude de l’insertion de récits hagiographiques dans des documents diplomatiques, dans des compilations juridiques, dans des livres municipaux qui permettent d’étudier l’appropriation qui a pu être faite de l’hagiographie dans l’espace public à la fin du Moyen Âge, au-delà du seul monde ecclésial. De même, les premiers imprimés hagiographiques et leur relation avec la production manuscrite pourront être étudiés. D’une manière générale, on veillera aussi aux aspects matériels de ces manuscrits en étudiant leur mise en page, leur décoration afin d’éclairer au mieux leurs fonctions.

Dispositif liturgique et culte des saints

On pourra explorer le lien entre culte des saints et manuscrits hagiographiques. La place de ces manuscrits dans les pratiques liturgiques n’est pas évidente et si des légendiers ont vu leurs textes découpés en leçons dans un second temps, beaucoup d’entre-eux n’ont jamais été utilisés dans un cadre liturgique. Quels rapports entretiennent-ils avec les reliques qu’on trouve dans l’établissement pour lequel ils ont été produits et utilisés ? Comment le manuscrit hagiographique s’articule-t-il au sanctoral de l’abbaye tel qu’on peut le connaître au travers des manuscrits liturgiques ? Dans une telle perspective, les lectionnaires et les bréviaires, dans lesquels les textes hagiographiques se trouvent découpés et normalisés pourront être appréhendés.

Public et utilisation

Pour qui les manuscrits hagiographiques ont-ils été produits, dans quel but, à quel besoin répondent-ils dans un premier temps ? L’étude de leurs provenances et de leurs origines permet de faire réfléchir à la destination de ces manuscrits, tout comme le choix des textes qui les composent permet d’éclairer les buts et les usages attendus de leurs commanditaires. On peut envisager, à l’échelle d’une même ville ou d’une même région ou bien encore d’un même ordre monastique, d’appréhender toute la production de manuscrits hagiographiques afin de mettre en lumière des tendances en fonction de chacun des milieux de production. L’étude de la langue et des traductions opérées peut aussi éclairer ces points et permettre de mieux cerner sinon le public, du moins l’horizon d’attente des collections, si ce n’est repérer des individus à l’œuvre derrière la commande et l’utilisation de tel ou tel manuscrit.

Quels textes circulent ?

S’il s’agit de ne pas négliger le support matériel qu’est le manuscrit hagiographique, c’est bien son contenu qui sera au cœur de ces journées. Comment les textes sont-ils choisis ? À quelle époque ont-ils été composés, sont-ils réécrits ? Les modèles de sainteté qu’ils véhiculent seront ainsi appréhendés en mesurant la proportion entre la production hagiographique ancienne et les saints et les textes plus récents. Quand un établissement donné met en chantier un légendier, quel est le rapport entre celui-ci et les collections hagiographiques déjà présentes ? On ne négligera pas du reste les traces de l’utilisation, à la fin du Moyen Âge, de manuscrits produits dans les siècles précédents, qui peuvent-être relus, supplémentés, rendus plus maniables (tables, foliotation, normalisation linguistique etc). Quant aux légendiers d’auteurs, dont la Légende dorée et ses traductions, on sera attentif aux marques d’appropriation, à leurs adaptations locales, à leurs suppléments éventuels. Bref, il s’agit de comprendre la logique interne des collections, l’idéologie qui les sous-tend, toujours en lien avec le contexte politique et social dans lequel elles sont nées.

Conditions de soumission

Les propositions de communication (500 mots maximum, en français ou en anglais), sont à envoyer

avant le 1er juin 2018.

Nous vous ferons savoir dans le meilleur délai si votre proposition est retenue.

Contact : fernand.peloux@unamur.be

Dates

  • 30 novembre 2018(Université de Lille)
  • 21 mars 2019 (UNamur)
  • 22 mars 2019 (UCL)

Pour plus d’informations : « Les manuscrits hagiographiques du Nord de la France et de la Belgique actuelle à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 05 mars 2018, http://calenda.org/435206

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts