Archives de catégorie : Appels à contribution

[Appel à contribution] XXIIe Congrès International de la Société Rencesvals pour l’étude des épopées romanes

Le XXIIe congrès international de la Société Rencesvals se tiendra à Lille dans les locaux de la MESHS (Maison Européenne des Sciences Humaines et Sociales) du lundi 19 au vendredi 23 juillet 2021. L’accueil des participants débutera dès le matin du lundi 19 juillet.

Les thèmes du Congrès, qui ont été choisis par le Comité de direction, sont les suivants :

  1. Le Nord de la France et la production épique (textes et manuscrits)
    Conférence plénière : Ludovic Nys (Université Polytechnique des Hauts-de-France)
  2. L’imaginaire épique de l’espace et du temps du XIIeau XVesiècle

Conférence plénière : Jean-Pierre Martin (Université d’Artois)

  1. Historiographie et chanson de geste
    Conférence plénière : Françoise Le Saux (University of Reading)
  2. Le lexique des chansons de geste
    Conférence plénière : Gilles Roques (CNRS ATILF)
  3. Divers.

Les communications ne doivent pas dépasser vingt à vingt-cinq minutes. Cinq à dix minutes seront accordées à la discussion à l’issue de chaque présentation (soit trente minutes en tout par intervention). Les langues des travaux seront le français, l’espagnol et l’italien, mais des communications en anglais pourront également être présentées.

Les collègues qui désireraient faire une communication sont invités à nous envoyer, au plus tard pour le 1e septembre 2020, la fiche ci-jointe, incluant une première présentation, qui peut déjà constituer un abstract ne dépassant pas 250 mots. Les propositions de communication pourront être liées à l’un des thèmes ci-dessus ou s’inscrire dans la rubrique Divers. Toute proposition doit parvenir à Emmanuelle Poulain-Gautret (emmanuelle.poulain-gautret@univ-lille.fr). Nous vous remercions de bien vouloir indiquer le plus tôt possible si vous souhaitez participer au congrès, même si vous ne souhaitez pas communiquer.

Le colloque se tiendra dans les locaux de la MESHS, à proximité (rue des Canonniers, 5 minutes à pied) des deux gares TGV de Lille (Lille Europe et Lille Flandres), reliées par navettes de bus et taxis à l’aéroport de Lesquin. Lille propose de nombreuses possibilités de logements  la deuxième circulaire fournira une liste indicative d’hôtels.

Frais d’inscription :

Les frais d’inscription au Congrès se situeront autour de 100 euros (repas du midi et activités inclus, à l’exception du banquet et des repas des excursions, à Azincourt et au Louvre-Lens) pour les participants. Les étudiants et accompagnants bénéficieront d’un tarif réduit : ces éléments seront précisés dans la deuxième circulaire, qui donnera également l’adresse du site pour le paiement en ligne.

Nous nous réjouissons de vous accueillir à Lille en 2021.

Source : Conjointures via RMBLF

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts

[Appel à communication] « Ecrit, politique et culture urbaine au temps de Philippe de Vigneulles », Metz, 1er-3 octobre 2020 [date limite propositions : 1er juin 2020]

Le colloque se tient dans le cadre du Projet CPER «Metz 1500» soutenu par l’Université de Lorraine, le CRULH et Ecritures.

Date : 1er au 3 octobre 2020

Lieu : Université de Lorraine, Metz, campus du Saulcy

Organisateurs : Julien Abed (EA 3943 Écritures), Léonard Dauphant (EA 3945 CRULH)

Contact : leonard.dauphant@univ-lorraine.fr

Voir ici l’appel à communications

 

Source : CRULH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] 4e Congrès des études sur le Moyen-Orient et mondes musulmans, Aix-en-Provence, 28-30 juin 2021 (limite : 1/07/20).

4e Congrès des études sur le Moyen-Orient et mondes musulmans, Aix-en-Provence, 28-30 juin 2021

Appel à contributions

Après le succès des trois précédentes éditions, le Groupement d’Intérêt Scientifique « Moyen-Orient et mondes musulmans » organisera le quatrième Congrès des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans les lundi 28, mardi 29 et mercredi 30 juin 2021, dans les locaux de la Faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines d’Aix-Marseille Université en collaboration avec l’IREMAM, l’IDEMEC, le CHERPA, l’IMAF, l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée, et en partenariat avec l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman) et la SEMOMM (Société des Études sur le Moyen-Orient et Mondes Musulmans).

Les chercheurs et enseignants-chercheurs (à partir du niveau doctorat) sont invités à envoyer des propositions d’atelier thématique au plus tard le 1er juillet 2020 en utilisant obligatoirement le document joint en word :

  • sous la forme d’un résumé en français ou en anglais de 1 500 signes maximum (espaces compris),
  • en indiquant clairement le nom du ou des responsables de l’atelier et les intervenants pressentis (jusqu’à quatre avec éventuellement un discutant),
  • en précisant l’adresse mail, l’institution et/ou le laboratoire d’appartenance pour chacun des participants,
  • en nommant le document selon le modèle : congres2021_NOMRESPONSABLE.doc

Vous trouverez en pièces jointes de ce mail l’appel traduit en anglais, arabe et turc et sur le site du GIS : http://majlis-remomm.fr/63296

Les thèmes proposés peuvent relever d’un ou plusieurs domaines des sciences humaines et sociales (anthropologie, archéologie et histoire de l’art, droit, économie, géographie, histoire, islamologie et sciences religieuses, linguistique, littérature, philosophie, sociologie, science politique), dans une perspective globale ou régionale. Comme les années précédentes, le congrès est une invitation à dépasser les cloisonnements disciplinaires et institutionnels, en rassemblant des contributeurs d’horizon divers, travaillant en France et partout dans le monde. Les propositions collectives émanant de jeunes chercheurs, doctorants et post-doctorants sont encouragées. Les propositions de communication individuelle ne seront en revanche pas éligibles.

NB : Afin d’encourager la participation de chercheurs venant du Maghreb et du Moyen-Orient, une aide financière pour leur déplacement et leur hébergement pourra être accordée sur décision du conseil scientifique du GIS, en fonction des financements disponibles. Priorité sera donnée à la participation des jeunes chercheurs de ces régions.

Les propositions seront examinées par le comité scientifique du GIS qui donnera sa réponse aux participants au début du mois d’octobre 2020. Une fois la proposition d’atelier acceptée, la liste des participants pourra être complétée ou amendée jusqu’au 15 décembre 2020.

Le programme définitif de l’atelier devra être remis à cette date.

Pour toutes les propositions, l’envoi est à faire à l’adresse suivante :gis.congres@gmail.com

Frais d’inscriptions (à régler au premier trimestre 2021) :

– 30 euros pour tous les participants (participants à un atelier et public)

– Exonération pour les adhérents de la SEMOMM (Société des Études sur le Moyen-Orient et les Mondes Musulmans)

– 10 euros pour les doctorants participants à un atelier

– Exonération pour les autres étudiants (Licence et Master) mais avec inscription obligatoire

Appel_4èmeCongrès_fr

Appel_4èmeCongrès_en

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contributions] Scriptor, Cantor & Notator. Matérialités du son dans les Manuscrits de Chant.

Les contributions originales sur des sources de première main sur le chant liturgique médiéval sont les bienvenues pour contribuer au nouvel ouvrage collectif, SCRIPTOR, CANTOR & NOTATOR. Matérialités du son dans les Manuscrits de Chant, à paraître dans la collection Musicalia Antiquitatis & Medii Aevi (MUSAM), chez BREPOLS.

Ce livre propose de présenter les recherches et les tendances récentes et innovantes en matière d’études sur la paléographie musicale et els techniques de transcription et d’édition de musique ancienne, avec un focus sur le chant liturgique. Il regroupera une collection d’articules regroupés en chapitres, qui proposent d’explorer les étroites relations –et les influences respectives –entre l’écriture du chant, sa pratique et son apprentissage, depuis les manuscrits médiévaux neumes jusqu’aux sources imprimées.

L’étendue du champ d’investigation musicale et paléographique va du « plain-chant » de l’Europe occidentale jusqu’au monde byzantin médiéval. Dans une perspective didactique, ces travaux proposent de mettre au point les paramètres de compréhension des usages et des pratiques en vue de fonder une véritable méthodologie de recherche sur les manuscrits de chant autour de la paléographie musicale, dans le contexte des notations du chant et des pratiques culturelles médiévales.

 

Thèmes abordés :

Chaque contribution devra clarifier dès le départ l’originalité des découvertes dans les recherches et présenter les aspects majeurs de la problématique débattue. Il est important que l’auteur se positionne dans l’historiographie de son sujet et suggère l’enjeu de son apport vis-à-vis de la communauté musicologique et des études médiévales.

 

Informations sur les contributions :

  • Les contributeurs souhaitant proposer un article devront d’abord envoyer un titre et un résumé à l’éditeur. La date limite d’envoi des propositions est le 1er novembre 2020. La contribution peut aller d’un article à un chapitre (limité à 15000 mots).
  • Anglais, français, allemand et italien acceptés.
  • Sélection des articles opérée avec le concours du comité éditorial de la collection Musam-Brepols et une éventuelle expertise externe.
  • Publication prévue fin 2021.

Contact et renseignements auprès d’Elsa De Luca : elsadeluca@fcsh.unl.pt

Direction de publication :

Elsa De Luca (CESEM-NOVA University of Lisbon) : elsadeluca@fcsh.unl.pt

Jean-François GOUDESENNE (Institut de recherche et d’histoire des textes-CNRS) : musicologie@cnrs-orleans.fr

Ivan Moody (CESEM-NOVA University of Lisbon) : ivanmoody@fcsh.unl.pt

Sources: https://www.irht.cnrs.fr/?q=fr/agenda/appel-contributions-scriptor-cantor-notator

Amalia Desbrest

Doctorante en littérature médiévale espagnole, ENS de Lyon - CIHAM -UMR 5648.

More Posts

[Candidature] Atelier doctoral : Théories, représentations, pratiques de la justice, Salerne, 8-12/06/2020 (limite : 12 avril)

Atelier doctoral “Teorie, rappresentazioni e pratiche della giustizia” / “Théories, représentations, pratiques de la justice”

Atelier doctoral de spécialisation “Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge“. IXe Séminaire international : “Théories, représentations, pratiques de la justice”, à Salerne, campus universitaire de Fisciano, les 8-12 juin 2020

Date limite : Candidatures à envoyer avant le 12 avril 2020.

Informations : https://www.efrome.it/la-recherche/actualite-et-appels/evenement/appel-a-candidature-atelier-teorie-rappresentazioni-e-pratiche-della-giustizia-theories-r.html

CFP Atelier doctorale Salerne 2020

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Congrès de la SHMESP : Modèles, réseaux et échanges curiaux au Moyen Âge (limite : 15 avr. 2020)

Le 52e Congrès de notre société se tiendra, en collaboration avec le Réseau des Médiévistes belges de Langue française, à Bruxelles du 20 au 23 mai 2021, sur le thème « Modèles, réseaux et échanges curiaux au Moyen Âge ». Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-joint l’argumentaire scientifique.

Les propositions de communication doivent être adressées avant le 15 avril 2020, délai de rigueur, exclusivement par courrier électronique aux adresses suivantes : secretariat@shmesp.fr et info.rmblf@gmail.com. Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Les sociétaires intéressés sont invités à prendre attentivement connaissance des grandes orientations fixées par le comité scientifique. Celui-ci fera connaître d’ici début juin les contributions retenues.

Nous rappelons que la Société ne prend pas en charge les frais des intervenants. Des bourses sont toutefois proposées aux doctorantes et doctorants, ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs, qui interviendraient lors de ce congrès.

Les actes des congrès de le SHMESP paraissent régulièrement à l’occasion de l’Assemblée générale de l’année qui suit, grâce notamment au travail des responsables des publications. Les collègues qui proposent une communication s’engagent donc moralement à publier leur texte en le rendant dans les délais imposés par ce calendrier serré, soit le pour 1er octobre 2021, et en respectant le nombre de signes défini par les responsables des publications ainsi que les normes de la collection.

Nous encourageons vivement les jeunes chercheurs à participer à ce congrès. Les directeurs de thèses sont donc invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés.

L’argumentaire est à télécharger en PDF.

Source : Le Bureau de la SHMESP

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à comm.] Islamic Esotericism in Global Contexts. 2020 Meeting of the European Network for the Study of Islam and Esotericism, 24-26 Sept 2020, Université catholique de Louvain (limite : 1/05)

The European Network for the Study of Islam and Esotericism (ENSIE) invites you to submit proposals for its 2020 meeting. The theme for the meeting is “Islamic Esotericism in Global Contexts”. The aim is to consider the relationship between Islam and esotericism, and Islamic esotericism, in a global context, shifting the emphasis not only from Western perspectives, but also being more inclusive of the experience of Islam beyond the Arabo-Persian domains. We encourage proposals that give prominence to the agency of non-Western actors in negotiating and challenging social, political, and doctrinal “realities” as they manifest in the writings and activities of esoteric groups and systems. The chronological scope thus stretches from medieval to contemporary times. We encourage papers outlining suitable methods of investigation, re-evaluating accepted conceptual frameworks, formulating effective comparative research, and foraying into new textual frontiers.

We invite papers that engage with these aims, but proposals that do not relate to the 2020 meeting theme are also welcome.

There is no fee for attending the meeting and accommodation will be provided, but the cost of travel is the responsibility of individual participants.

Proposals
By 1 May 2020, please send to 2020ensie@gmail.com

  • The title and abstract (250 words maximum) of your proposed paper.
  • Your name, institution, academic position, a brief bio, and a short CV.


Scientific committee
The meeting is organized by

http://ensie.site/conferences.html

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communications] Espaces maritimes, ports et littoraux du Roussillon à la Provence au Moyen Âge, Montpellier, 12-13 juin 2020 [Date limite propositions : 1er mars 2020]

Les XIIe – XIIIe siècles, période d’essor économique et d’accroissement des échanges, notamment en Méditerranée, constituent à bien des égards un âge d’or des ports maritimes et fluviaux. Mais qu’est-ce qu’un port au Moyen Âge ? La question, posée à l’occasion du renouveau des recherches en histoire maritime et sur les sociétés littorales, peut sembler banale mais vise à définir les spécificités des établissements portuaires qui constituent des escales incontournables au sein des réseaux d’échanges en Méditerranée, et couvrent ainsi un large champ de spécialités. Ont été envisagés plus particulièrement dans ces recherches récentes, le choix du site géographique et l’évolution générale du paysage littoral, les liens entre terre et mer – par l’intermédiaire, parfois, d’un espace lagunaire –, mais aussi les fonctions et types d’infrastructures, les logiques d’organisation de la ville et du port au cours du temps et les modes de structuration du territoire, intégrant les préoccupations politiques et économiques des pouvoirs régionaux et extrarégionaux. Le choix d’implantation, de la confluence de cours d’eau au fond de baie, du cordon littoral à la lagune abritée, conditionne autant la lutte incessante contre l’envasement des infrastructures que la structuration de la ville en fonction de son bassin d’approvisionnement et du stockage de ses exportations.

L’espace portuaire possède une profonde valeur patrimoniale géohistorique. Le choix de fonder un port répond à des mutations profondes des sociétés et de leurs moteurs d’échange. Aigues-Mortes et son port fondés au XIIIe siècle par le roi de France Louis IX constituent un exemple emblématique de ces enjeux croisés, à la fois politiques, géographiques et économiques, qui ont conduit à la création d’une ville portuaire.

Comprendre la disparition d’un port est une démarche tout aussi enrichissante. Elle rend compte des changements d’ordre politiques, économiques et environnementaux, auxquels les sociétés ont dû faire face et, par là-même, déployer leurs capacités d’adaptation. Ces modalités d’adaptation sont complexes (techniques, financières) et se produisent sur différentes temporalités, tantôt progressives et continues dans le temps (entretien des bassins, des aménagements portuaires…), tantôt plus ponctuelles en réponse à des événements météo-marins extrêmes. L’adaptation des sociétés littorales ne dépend pas uniquement d’aspects techniques, mais aussi de l’engagement et des ressources des pouvoirs politiques afin de soutenir des travaux d’entretien, de dragage, de réparation, de modernisation pour pérenniser l’existence du port. Toutefois, lorsque les défis s’annonçaient trop difficiles à relever (premières manifestations du Petit Âge Glaciaire, concurrence, guerre), l’abandon du port pouvait s’imposer, révélant ainsi les limites de l’adaptation des sociétés littorales aux changements environnementaux, mais aussi sociaux et politiques, alors à l’œuvre.

Cette rencontre entend réunir des historiens, géographes et géoarchéologues, spécialistes des sources textuelles, cartographiques, autant que matérielles issues de l’archéologie et de la géomorphologie, afin de confronter les approches et de tirer des enseignements de ces regards croisés sur les changements sociétaux et environnementaux de la période médiévale qui ont touché les sociétés littorales et les établissements portuaires. Les questionnements portant sur le cas spécifique d’Aigues-Mortes trouveront peut-être un écho dans le cas d’autres sites méditerranéens actuellement étudiés, soulevant des analogies ou des situations contradictoires susceptibles d’apporter des éléments de réponse. Ces regards croisés permettront d’apprécier les singularités d’un port, son degré de développement et ses évolutions, ainsi que de l’appréhender à différentes échelles spatiales et temporelles.

Thèmes abordés :
– Le contexte géographique de l’implantation du port maritime et/ou fluvial médiéval
– Les fonctions et les infrastructures portuaires
– Bassin d’approvisionnement maritime et/ou fluvial du port
– Les relations ville/port/avant-port
– La délimitation d’une « zone » portuaire (mouillage au large, escales de déchargement)
– Les réseaux et les dynamiques portuaires
– Changements côtiers et pérennisation de la structure portuaire
– L’adaptation des sociétés portuaires aux évènements paroxystiques

Détails et informations pratiques (soumission, inscription…) sur la plateforme dédiée : https://portsmoyenage.sciencesconf.org/

 

Source : SHMESP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] « Les sources perdues, une fatalité pour l’historien ? », Journée d’études, Tours, 4 juin 2020 [Date limite propositions : 15 mars 2020]

Journée d’études organisée par l’AJCH (Association des Jeunes Chercheurs en Histoire)

Appel à communications ici (argumentaire, informations et modalités de soumission)

Source : AJCH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] Arbitraire et arbitrages : les zones grises du pouvoir (XIIe-XVIIIe siècle), Montréal (Québec), 5- 7 mai 2021 (date limite propositions : 1er mai 2020)

Argumentaire

Dans le monde occidental contemporain régi par le droit et la loi, par les constitutions et les chartes, envahi par une normativité galopante, l’idée que le pouvoir puisse avoir une part d’arbitraire peut surprendre ou choquer. Les dictionnaires de la langue française, depuis la première édition de celui de l’Académie en 1694, donnent le ton : « On appelle pouvoir arbitraire un pouvoir absolu qui n’a pour règle que la volonté du souverain. Il ne se dit qu’en mauvaise part. » Cette mauvaise part persiste et s’amplifie même par la suite. Le dictionnaire Larousse définit ainsi l’arbitraire comme rien de moins que ce « qui dépend de la volonté, du bon plaisir de quelqu’un et intervient en violation de la loi ou de la justice ». En 1690 pourtant Antoine Furetière proposait une définition plus nuancée, reflétant une signification ancienne inspirée de la pratique du droit : « qui dépend de l’estimation des hommes, qui n’est point fixé par le droit, ni par la loi », un sens que l’on retrouve déjà chez Jean Froissart en 1397 : « qui dépend de la décision du juge », tout simplement.

L’ambivalence du mot arbitraire s’enrichit d’une connotation bien plus positive lorsque l’on introduit le terme, plus acceptable aujourd’hui, de « discrétion ». Chargé des valeurs morales d’intelligence, de compétence ou de sensibilité, on le réserve plus volontiers aux juges dans l’exercice de leurs fonctions, qu’aux hommes et aux femmes qui interviennent dans le champ du politique, dépositaires des souverainetés nationales ou simples agents chargés du maintien et de l’application des lois. C’est qu’aucune loi, aucune constitution, aucune norme ne peut prétendre régir l’intégralité de l’activité humaine ni non plus définir avec objectivité la manière dont sont appliquées l’ensemble de ces normes. Contre Accurse, pour qui « tout se trouve dans le corps du droit », Thomas d’Aquin reconnaissait que le législateur ne pouvait ni ne voulait tout exprimer dans la loi. Il reconnaissait donc l’existence d’une zone grise qui échappe aussi bien à l’interprétation juridique qu’à l’administration de preuves rationnelles. Les circonstances infinies des relations humaines ne se laissent, en outre, pas enfermer dans les codes et traités normatifs. Leur nécessaire appréciation dans les processus de régulation des relations sociales implique également de laisser une certaine latitude à ceux qui en sont en charge. Dans l’administration de la justice par exemple, l’arbitraire des juges a été défini, dès le xiie siècle, comme la capacité d’appréciation des circonstances des crimes ou des délits afin d’arbitrer, c’est-à-dire, simplement, de choisir les peines les plus appropriées. Par ailleurs, l’arbitrage du juge, presque universellement reconnu, ne se distingue pas nettement de celui des arbitres du droit privé, « amiables compositeurs » investis par la volonté des parties d’une fonction médiatrice aussi déterminante que celle des juges dans la procédure du règlement des conflits.

Le prince, le juge et l’arbitre, chacun dans son champ d’action et dans la limite de ses capacités, répondent à un même besoin des sociétés humaines de réguler les interactions sociales (instaurer et garantir le respect des normes ou des lois) ; de combler le fossé entre les normes et les pratiques (par exemple à propos de la détermination ou de l’application des peines) ; de compenser l’absence de normes reconnues (vides juridiques ou cas de terra nullius) ; ou encore de régir les modes de dérogation à la norme (par exemple dans les cas d’exception fondés sur la nécessité). En cela, l’arbitraire se situe au carrefour de la contrainte et de la liberté, dans un clair-obscur de l’exercice du pouvoir, lieu d’insertion de valeurs morales comme la caritas, la grâce et la miséricorde. Il introduit les notions de transaction, de négociation et de contrat, abordées dans plusieurs études récentes qui proposent de revisiter les schémas encore trop linéaires qui président à notre compréhension de la construction de l’État et de la souveraineté modernes. Et si entre le temps de Froissart et celui des lexicographes de la fin du xviie siècle, l’affirmation du pouvoir, les transformations de la notion de souveraineté et l’évolution des modes de gouvernement ont gommé la dualité originelle du terme arbitraire, entre arbitrage et arbitraire, ils n’ont pas fait disparaître l’importance de la légitimité, de la recherche du consensus et du consentement, comme corollaire de l’exercice du pouvoir dans tout régime politique, à l’exception peut-être de la tyrannie.

Ce colloque, au carrefour de l’histoire, du droit, de la philosophie et de l’anthropologie, propose d’envisager de manière pluridisciplinaire ou interdisciplinaire et par une lecture comparative les pratiques arbitraires/arbitrales dans le champ du droit privé, du droit pénal et de l’exercice du pouvoir public. Il cherche ainsi à observer les limites posées par le droit, la coutume, la morale à la liberté de l’exercice d’un pouvoir contraignant, voire absolu, dans l’espace européen et dans ses colonies, entre le xiie et le xviiie siècle. Plus concrètement, les propositions pourront se pencher sur :

  • les pratiques de la souveraineté médiées par des instances de représentation ouvrant au dialogue à différentes échelles (conseils, diètes, cortès, parlements, états et assemblées) ;
  • la pratique de l’exception comme la grâce, les rémissions ou les abolitions ;
  • les modalités d’interpellation des pouvoirs comme la supplique, la requête ou la pétition ;
  • les lieux, les moments et les modalités d’exercice et d’application
    • de l’arbitrage proprement dits, en tant que renoncement volontaire à une marge de liberté au bénéfice d’un tiers ;
    • de l’exception dans les domaines politique (suivant l’aphorisme de Karl Schmitt, « Le souverain est celui qui décide de/dans la nécessité »), ou du droit (cas royaux, lèse-majesté, voire procès politiques)
  • ainsi que les tensions et les résistances produites par l’exercice de l’arbitraire (par exemple la mise par écrit des coutumes).

Nombre de ces éléments ont fait l’objet d’études, parfois récentes et souvent exhaustives. L’intérêt de ce colloque tient plutôt à la réflexion croisée qu’il propose sur convergences et les divergences qui unissent ou, au contraire, opposent ces pratiques pour mieux comprendre la diversité des pratiques politiques de l’Europe médiévale et moderne : existence de contraintes conjoncturelles et structurelles (sociales ou institutionnelles) ; interférence de l’action humaine dans les pratiques du pouvoir (l’arbitraire/arbitrage étant par définition œuvre humaine et non institutionnelle) ; lieux de réflexion sur ces marges du pouvoir où interagissent souvent le droit et la morale (traités juridiques ou des peines comme le De pœnis temperandis de Tiraqueau, miroirs des princes ou traités de gouvernement de toute nature). Cette approche pourrait enrichir une réflexion plus ouverte encore, sur la fonction de lissage de l’ensemble de ces pratiques arbitrales dans le choc des libertés en conflit, sur la fragilité des espaces-limites entre polities et tyrannies ou sur la persistance d’un oxymore qui n’est qu’apparent : y a-t-il un lieu de normativité de l’arbitraire ?

Modalités de contribution

Le colloque se tiendra à l’Université du Québec à Montréal du 5 au 7 mai 2021. Les propositions de communications (1500 caractères) accompagnées d’un bref curriculum vitae sont à adresser avant le 1er mai 2020

par voie électronique à :

Benjamin Deruelle, professeur Département d’histoire Université du Québec à Montréal deruelle.benjamin@uqam.ca ou à : Michel Hébert, professeur émérite Département d’histoire Université du Québec à Montréal hebert.michel@uqam.ca

Prise en charge

Dans toute la mesure du possible, les organisateurs chercheront à assurer le transport et le logement des participants au colloque. Cependant, tous ceux ou celles qui peuvent éventuellement assurer leur propre financement, par la voie de leurs universités ou de centres de recherche, sont invités à le faire savoir au moment de l’envoi du dépôt de leur proposition. L’existence de tels financements externes (même non encore assurés), en effet, est un important prérequis pour la demande de subvention générale qui sera déposée pour l’organisation du colloque.

Comité scientifique
  • Pascal Bastien (UQAM),
  • Josep Capdeferro (U. Pompeu Fabra),
  • Fanny Cosandey (EHESS)
  • Benjamin Deruelle (UQAM),
  • Jean-Philippe Garneau (UQAM),
  • Claude Gauvard (U. Paris 1),
  • Michel Hébert (UQAM),
  • Olivier Matteoni (U. Paris 1),
  • Lyse Roy (UQAM).
Source : Calenda

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à comm.] Pratiques funéraires et identité(s), Strasbourg (limite 5 avril 2020)

Appel à communication : journées d’études, organisées par l’UMR 7044 ArcHiMedE de l’Université de Strasbourg (Unistra)

Pratiques funéraires et identité(s) / Funerary practices and identity/ies

Résumé :

La mort d’un individu dans une communauté entraîne généralement la mise en place d’une chaîne opératoire funéraire complexe répétée de décès en décès. Elle s’oppose en cela aux dépôts non funéraires, caractérisés par l’absence de funérailles et/ou de tombe dédiée (rejet ou abandon du cadavre, privation de sépulture – Boulestin 2016). L’étude de la « pratique »(ibid.) d’un groupe donné et de sa variabilité permet de saisir des contrastes dans le traitement des défunts et d’appréhender plusieurs aspects de la société des vivants. Les rituels et funérailles – difficilement saisissables dans le cas des populations pré- et protohistoriques -, ainsi que les gestes funéraires révèlent de facto une ou plusieurs des identités du défunt. Il peut s’agir de son identité individuelle, liée par exemple à son sexe, son âge ou son statut social, mais également de son identité collective, qui est quant à elle « vécue et produite » (Lenclud 2008) et qui renvoie à son appartenance à un groupe. Le rôle de la pratique funéraire, dans ce dernier cas, est ainsi de maintenir les liens entre ses acteurs et de s’assurer de sa pérennité.

  • Date limite : 5 avril 2020

Argumentaire

La mort d’un individu dans une communauté entraîne généralement la mise en place d’une chaîne opératoire funéraire complexe répétée de décès en décès. Elle s’oppose en cela aux dépôts non funéraires, caractérisés par l’absence de funérailles et/ou de tombe dédiée (rejet ou abandon du cadavre, privation de sépulture – BOULESTIN 2016). L’étude de la « pratique » (ibid.) d’un groupe donné et de sa variabilité permet de saisir des contrastes dans le traitement des défunts et d’appréhender plusieurs aspects de la société des vivants. Les rituels et funérailles – difficilement saisissables dans le cas des populations pré- et protohistoriques -, ainsi que les gestes funéraires révèlent de facto une ou plusieurs des identités du défunt. Il peut s’agir de son identité individuelle, liée par exemple à son sexe, son âge ou son statut social, mais également de son identité collective, qui est quant à elle « vécue et produite » (LENCLUD 2008) et qui renvoie à son appartenance à un groupe. Le rôle de la pratique funéraire, dans ce dernier cas, est ainsi de maintenir les liens entre ses acteurs et de s’assurer de sa pérennité.

La mort et les événements qui gravitent autour de son surgissement mènent à des interactions sociales et des gestes spécifiques qui interrogent les philosophes. Parmi leurs points de vue, la pratique (praxis) entretient une relation dialectique avec la théorie. Elle conduit à distinguer la pratique de la philosophie et la philosophie pratique, qui amènent à se questionner et à agir sur la sphère funéraire. Dans ce cas, la théorie sur la mort peut prendre une forme pratique dans le cadre des funérailles, de l’expression des croyances et des pensées collectives ou individuelles, rattachables à des cultures ou des éducations spécifiques (HABERMAS 2008). Le mort met l’individu et la communauté face à l’inconnu, à l’interrogation métaphysique et les pousse à établir une série de pratiques et de récits qui délivrent de la crainte, mais aussi de la souillure provoquée par le mort (ILDEFONSE 2012).

Axes

Ces journées d’études, organisées par l’UMR 7044 ArcHiMedE de l’Université de Strasbourg (Unistra), s’adressent aux doctorant(e)s et docteur(e)s en Archéologie, Histoire, Histoire des religions, Sociologie, Anthropologie, Ethnologie, Philosophie, Théologie et Lettres classiques. Les communications auront une durée de 20 minutes et seront suivies par 10 minutes de discussion avec la salle. Les communications devront examiner les pratiques funéraires d’une population ancienne ou actuelle, dans un espace géographique illimité, sous le prisme de(s) (l’)identité(s). Elles s’appuieront sur des données textuelles, archéologiques, iconographiques et/ou sur des observations de terrain. Elles s’articuleront autour des 3 axes suivants :

  1. Rituels et funérailles : préparation du corps, cérémonie(s), acteur(s), fonction(s), sacrifice(s), etc. ;
  2. Le défunt : âge, sexe, pathologie(s), traitement et position de dépôt du corps, réintervention(s) sur le cadavre, etc. ;
  3. La sépulture : type de sépulture, contexte, architecture, aménagement(s) spécifique(s), contenant, système de signalisation, mobilier, etc.

Modalités de contributions

Les propositions de communication, de 3 000 signes maximum, devront être en français ou en anglais et envoyées par mail à jdeidentite@gmail.com

avant le 5 avril 2020

accompagnées d’un curriculum vitae. Les communications sélectionnées par le comité scientifique seront annoncées en fin avril 2020. Les contributions pourront faire l’objet d’une publication.

Comité scientifique

  • Noisette BEC DRELON (docteur en Préhistoire, membre associée UMR 7269 LAMPEA, membre associée UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Guillaume DUCOEUR (McF en Histoire des religions des mondes orientaux et asiatiques, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Séverine BLIN (chargée de recherche au CNRS, membre associée UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Fanny CHENAL (anthropologue, INRAP) ;
  • Michele CUTINO (PR en Histoire de l’Église ancienne, UR 4377) ;
  • Salomé DEBOOS (McF en Ethnologie, UMR 7363 SAGE) ; Sylvie DONNAT (McF en Égyptologie, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Michel HUMM (PR en Histoire romaine, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Régine HUNZIKER-RODEWALD (PR d’Ancien Testament, UR 4378) ; 
  • Christian JEUNESSE (PR émérite de Préhistoire, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Angélique LABRUDE (docteur en Protohistoire égéenne, membre associée UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Denis MONNERIE (PR émérite d’Ethnologie, UMR 7367 DynamE) ;
  • Virginie MULLER (McF en Assyriologie, Laboratoire Archéorient) ;
  • Philippe QUENET (PR en Archéologie de l’Orient ancien, UMR 7044 ArcHiMedE) ;
  • Anne-Caroline RENDU LOISEL (McF en Assyriologie et Archéologie de l’Orient ancien, UR 7044 ArcHiMedE) ;
  • John SCHEID (Professeur honoraire de Religion, institutions et société de la Rome antique, Collège de France) ;
  • Aline TENU (chargée de recherche au CNRS, membre associée UMR 7041 ArScAn) ;
  • Jean-Luc VIX (Mcf en Philologie grecque, UR 3094 CARRA).  

Comité d’organisation

  • Juliette FLOQUET (doctorante en Archéologie du Proche-Orient – UMR 7044) ;
  • Corentin VOISIN (agrégé d’Histoire, doctorant en Histoire ancienne – UMR 7044) ;
  • Laura WALDVOGEL (doctorante en Préhistoire – UMR 7044).

Références bibliographiques

Albert, J.-P., 1999, « Les rites funéraires. Approches anthropologiques », Les cahiers de la faculté de théologie, pp. 141-152.

Baudry, P., 2005. « La ritualité funéraire », HERMÈS 43, pp. 189-194.

Boulestin, B., 2016, « Norme funéraire : illusions et vérités », dans Lauwers, M. & Zemour A. (dir.), Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours. Antibes, pp. 363-377.         

Boulestin, B., 2012, « Champ de la discipline : concepts et mise en œuvre », dans Bonnabel L. (dir.), Archéologie de la mort en France, Paris, pp. 24-41.

Boulestin, B. & Duday, H., 2005, « Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire », dans Mordant, C. & Depierre, G. (éd.), Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France, Actes de la table ronde de Sens-en-Bourgogne (Yonne), pp. 17-35.

Chesson, M. S, 2001, « Social Memory, Identity, and Death: An Introduction », dans Chesson M. S. (éd.), Social Memory, Identity, and Death: Anthropological Perspectives on Mortuary Rituals. Anthropological Perspectives on Mortuary Rituals, American Anthropological Association n°10, pp. 1-10.

Duday, H. & al., 1990, « L’Anthropologie « de terrain » : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 2/3-4, pp. 29-49.

Fahlander, F. & Oestigaard T., 2008, « The Materiality of Death: Bodies, Burials, Beliefs », dans Fahlander, F. & Oestigaard T. (éd.), The Materiality of Death: Bodies, Burials, Beliefs. Oxford : Archaeopress, pp. 1-18.

Ferret, C., 2011, « L’identité, une question de définition », Cahiers d’Asie centrale 19-20, pp. 459-461.         

Habermas, J., 2008, « Sur le rapport de la théorie et de la pratique », Les Études philosophiques 87, pp. 487-498.

Ildefonse, F., 2012, Il y a des dieux, Paris.

Leclerc, J., 1990, « La notion de sépulture », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 2/3-4, pp. 13-18. 

Leclerc, J. & Tarrête, J., 1988, « Sépulture », dans Leroi-Gourhan, A. (éd.), Dictionnaire de la Préhistoire ou les Voies de l’Homme, pp. 99-114.

Lenclud, G., 2008, « Identité et identités », L’Homme 187-188, pp. 447-462.

Nilsson Stutz, L. & Tarlow, S. (éd.), 2013, The Oxford Handbook of Death and Burial, Oxford University Press, Oxford, 849 p.

Testart, A., 2004, La Servitude volontaire. 1 : Les morts d’accompagnement ; 2 : L’origine de l’État, Paris.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Call for papers] 13th Celtic Conference in Classics, Around the Classics: Paratextual Frame of Latin Classics in the Middle Ages, Lyon, 15-18 July 2020 [Deadline : 27 March 2020]

Convenors : Angela Cossu (École française de Rome) and Frédéric Duplessis (École normale supérieure de Lyon)
Call for papers (pdf)

 

Source : Frédéric Duplessis

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] Intégrer les marges, journées des doctorants du CIHAM, Lyon, 22-23/10/2020 (Date limite : 15/05)

Entre transition (périphéries, confins) et rupture (limites, écarts, frontières), les marges sont toujours relatives, pensées dans leur rapport avec une norme. Le modèle centre-périphérie a longtemps retardé leur étude, les cantonnant à une définition en négatif vis-à-vis d’un centre tout puissant, où elles étaient instituées comme le pôle perdant au sein d’un système dissymétrique. Poser la question de l’intégration des marges (territoriales, spatiales, mais aussi sociales), doit permettre de dépasser ce constat pessimiste et ce désintérêt – allègrement battu en brèche par les recherches des deux dernières décennies – pour les marges. Il s’agit en effet d’interroger le rapport essentiel que ces dernières entretiennent, non plus seulement à la norme mais également au temps : loin d’être figées, les marges évoluent au gré d’une trajectoire alliant des processus variables de marginalisation et de “démarginalisation”. En jouant sur toute la polysémie du terme, des marginalia des manuscrits aux marches territoriales, en passant par les individus et les groupes marginaux, ces journées d’études souhaitent susciter une réflexion transdisciplinaire, entre littérature, histoire et archéologie ; à la croisée des mondes médiévaux chrétiens et musulmans, conformément aux intérêts fondateurs du laboratoire du CIHAM – UMR 5648.

 

L’enjeu est en premier lieu heuristique : cette intégration des marges intéresse la démarche du chercheur, et engage des méthodologies bien précises selon les disciplines et les terrains de recherche. Des communications soulevant des problèmes méthodologiques seront donc appréciées : faut-il intégrer les marginalia et les mentions hors-teneur aux éditions et à la réflexion, et si oui, comment le faire ? Comment inclure des marges documentaires à son corpus ? Que faire des objets historiographiques jugés marginaux ou des traditions érudites longtemps décriées ? On pourra aussi s’interroger sur les moyens qu’a l’archéologie d’appréhender ce et ceux que les textes laissent de côté. Elle possède aussi ses propres biais méthodologiques : l’archéologie des territoires permet-elle par exemple d’aborder et de modéliser convenablement des systèmes de peuplement, sans faire l’économie d’espaces laissés en marge de la recherche programmée ou des fouilles préventives ?

 

 En littérature, les marges des manuscrits accueillent aussi bien des gloses que des enluminures, des systèmes d’organisation et de renvoi, des corrections, des notes de lecture. Ces éléments entretiennent des relations avec le contenu du texte central qui peuvent aller de l’autonomie à l’étroite dépendance, en fournissant par exemple des clefs d’interprétation. Se pose dès lors la question de la place de ces marges dans la composition d’ensemble et dans la réception des œuvres. En outre, le sujet invite à prendre en compte la place de discours hors-normes et de figures marginales de la société médiévale dans les œuvres littéraires. Les univers de fiction et les matières (de Bretagne, de France, de Rome) ont eux aussi leurs centres et leurs frontières (génériques, linguistiques, formelles, géographiques, stylistiques) : comment ces éléments ont-ils pu évoluer, et comment des objets esthétiquement ou génériquement marginaux ont-ils pu intégrer le canon ?

L’articulation entre les espaces et les acteurs est tout particulièrement à étudier. En archéologie, l’observation sur le temps long des redéploiements des réseaux de peuplement permet notamment la mise en évidence, d’un point de vue plus matériel, d’une redéfinition des confins et des frontières. 

À la confluence de l’histoire et de l’archéologie, on pourra tenter de percevoir, dans une situation donnée, les enjeux liés au contrôle de ces espaces limites (concurrence, confrontations, résistances). Dans l’Occident médiéval, on pensera ainsi aux stratégies d’appropriation de ces territoires, à une échelle allant du diocèse à celle de la principauté ou du royaume.  On pourra aussi se questionner sur la genèse des sociétés de frontières, et sur le rôle des réseaux commerciaux, qui par exemple dans le cas transsaharien furent vecteurs de l’intégration de chapelets oasiens aux frontières du désert, ces derniers devenant non plus des territoires marginaux, mais des points-relais dans un plus vaste système économique. Ceux-ci apparaissent alors non plus comme des espaces isolés, oubliés par un centre de commandement lointain, mais comme des territoires cohérents et autonomes, pleinement intégrés dans un système alternatif.

En terres d’Islam, l’historiographie récente tend à rejeter l’idée d’un islam classique sunnite, préférant désormais insister sur la pluralité des appropriations de la religion. Dans ce paradigme, intégrer les marges de l’Empire, longtemps perçues comme des repaires d’hérétiques, est devenu une nécessité. La redécouverte des sources produites dans ces territoires marginaux permet un renversement de perspective et invite à s’interroger sur les défis que posent ces nouvelles approches.

 

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 15 mai 2020 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com.

 

Eléments bibliographiques indicatifs :

L’Occident sur ses marges (VIe-XIe siècles). Formes et techniques de l’intégration, Médiévales, 51, 2006.

AILLET, Cyrille, CRESSIER, Patrice, GILOTTE, Sophie (éd.), Sedrata : Histoire et archéologie d’un carrefour du Sahara médiéval à la lumière des archives inédites de Marguerite van Berchem, Madrid, Casa de Velázquez, 2017.

BÜHRER-THIERRY, Geneviève, Aux marges du monde germanique : l’évêque, le prince, les païens (VIIIe-XIe siècles), Turnhout, Brepols, 2014.

FOURCADE, Sarah, LE PAGE, Dominique et PAVIOT, Jacques (dir.), La noblesse des marches, de Bourgogne et d’ailleurs au temps de Marguerite d’Autriche (XVe-XVIe siècle), Annales de Bourgogne, t.89, fascicules 3 et 4, 2017.

LATIMIER, Adeline, PAVLEVSKI-MALINGRE, Joanna et SERVIER, Alicia, Merveilleux et marges dans le livre profane à la fin du Moyen Age (XIIe-XVe siècles), Turnhout, Brepols, 2017.

WIRTH, Jean et alii, Les Marges à drôleries dans les manuscrits gothiques (1250-1350), Genève, Droz, 2008.

 

Comité d’organisation : Enki Baptiste, Florentin Briffaz, Ronan Capron, Amalia Desbrest, Anna Lafont-Chardin, Mariam Hazim-Terrasse.

Comité scientifique : Cyrille Aillet, Marie-Céline Isaia, Irène Salvo-Garcia, Laurent Schneider

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

[Appel à contribution] CSIC 4th edition of the MediterráneoS International Conference (lim. 28 fév. 2020)

The fourth edition of the “MediterráneoS” international conference, organized by predoctoral and postdoctoral researchers belonging to the Institute of Languages and Cultures of the Mediterranean and the Middle East (ILC, CCHS – CSIC), will take place in October 2020, 14th to 16th. Our Institute brings together very diverse fields related to different languages and cultures of the Mediterranean, considering the Mediterranean as a social, historical and geographical ensemble and attending to its Greco-Roman, Jewish, Arab and Near Eastern (including the Ancient Near East) origins and influences.

The objective of “MediterráneoS 2020” is to propose a multidisciplinary space of debate in which young researchers dedicated to the study of the different cultures represented in our Institute present their research works in relation to the transfer of knowledge, either in time and space, and from any perspective and methodology: from the study of educational systems to the transmission of ideas, texts, artistic techniques or work methodologies, utensils, legends, ceremonies, etc. Presentations in which the Mediterranean is outlined as a space of contact and exchange between peoples and cultures will be especially appreciated.

We invite young researchers (PhD students or postdocs at the beginning of their scientific training) in any discipline included in the field of Humanities and Social Sciences to participate in these conferences by presenting communications. The talks will have a maximum duration of 20 minutes and may be presented in Spanish, English or French.

MediterráneoS has funding for some travel grants for those people who might need it (within a maximum of 100€).

Proposals (which can be presented in different formats, such as presentations, workshops, posters, etc.) may be sent until February 28, 2020 (briefly indicating in the subject the subject treated in the proposal) to the following email: jornadas_mediterraneos@cchs.csic.es. They must contain 300 – 500 words. The proposal must be accompanied by a set of keywords, name and surname, degree, research center or university of origin year in which the doctorate was earned (if it applies) and, in case of applying for the travel grant, reasons for requesting it. Please, attach your CV when sending the proposal.

The selected researchers will be duly informed, and then asked to pay a registration fee of 25 euros (which must be deposited in the account of the Santander Bank: IBAN ES880049-5134-35-2317224221) indicating the concept “MediterráneoS 2020”.

Voir: http://cchs.csic.es/en/event/iv-international-conference-mediterraneos-2020?fbclid=IwAR0WArdqUVG-7RZUqnDLG7bgL4lnH9FQMf-qoY82St2F-DhGxbRNyboif4g

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Seminar for Arabian Studies 2020 (Lim. 28 fév. 2020)

We are very pleased to announce that the 54th Seminar for Arabian Studies, organised by the International Association for the Study of Arabia (IASA), will take place in Casa Arabe, Cordoba, Spain, from 15th to 18th July 2020. More information on this fantastic venue can be found here.

If you wish to offer a paper, please send an abstract to seminar.arab@theiasa.com on or before the 28 February 2020 for consideration by the Steering Committee. The Seminar for Arabian Studies is an annual international conference for the presentation of the latest academic research on the archaeology, history, epigraphy, languages, literature, art, culture, ethnography, geography, geology and natural history of the Arabian Peninsula (and associated areas), from the earliest times to the present day or, in the case of political and social history, to the end of the Ottoman Empire (1922). Full details on how to submit your abstract are below.
 
This is the first time that the Seminar has been held in Spain and only the second time that it has been held outside the UK in 50 years. In addition to the regular three day Seminar several special and focus sessions are also being held, full details are below.

Special Sessions

We are pleased to announce that there will be two special held at the next Seminar for Arabian Studies and we welcome abstract submissions to these sessions. Please submit your abstract to seminar.arab@theiasa.com on or before the 28 February 2020 for consideration by the Steering Committee. Your abstract must include all the details listed below in the call for papers. 
 
Special Session 1: Intellectual links: language, law, theology and culture in Jazirat al-‘Arab and Jazirat al-Andalus.
As in other regions of the Islamic world, in al-Andalus Arabia had an important presence in the writings of its scholars and the imaginaire of its inhabitants. The process of Arabization, the spread of the Maliki legal school with its origins in Medinan legal practice, the literary and historical memory of pre-Islamic Arabia, and the interest for its geography and history against the background of the hajj practices are some of the aspects that have been explored although there is still room for new approaches and perspectives. In this Special Session we invite
We are pleased to announce that there will be two special held at the next Seminar for Arabian Studies and we welcome abstract submissions to these sessions. Please submit your abstract to seminar.arab@theiasa.com on or before the 28 February 2020 for consideration by the Steering Committee. Your abstract must include all the details listed below in the call for papers. 


Special Session 2: Comparison of cultural environmental adaptations in the Arabian and Iberian peninsulas.
In this session we aim at discussing diversity in human adaptations to arid environments in the Arabian and Iberian Peninsula. These two peninsulas are both large land masses with a range of geographies and with rich cultural histories. Although they came closely into contact only from the Islamic period onwards they shared similarities in climate, land, and connectivity long before that. This session is intended to allow scholars to present on behavioural strategies developed to cope with the specifics of arid landscapes in both Arabia and Iberia from the early prehistory to modern times. There is particular interest in settlement dynamics, subsistence strategies as well as water control and management from an archaeological point of view, but contributions from other perspectives are also welcome.

Focus Session


Revealing cultural landscapes in northwest Arabia: new archaeological explorations in Al-Ula
 
Best known for Saudi Arabia’s first inscribed World Heritage Site, Hegra, this Nabataean sister city of Petra is the only extensively studied and contextualised archaeological site in AlUla County (northwest Saudi Arabia). Since 2018, an international team of more than 30 surveyors and specialists led by Oxford Archaeology in the core area and University of Western Australia in the hinterland, with inputs from King Saud University, has developed a survey of the area and has thus far identified more than 19,000 sites. The largest number of sites are funerary, agro-pastoral and rock art/inscriptions, generating essential information on the nature of and changes in AlUla’s past cultural landscapes, particularly in late prehistory. Targeted excavations are enhancing the understanding of chronology and function of major site types, in some cases with surprising results. Evidences range from Palaeolithic activity areas to Neolithic ritual practices at 7200 cal BP to Muslim pilgrimage sub routes.

Call for Papers

Abstracts for main Seminar or the special sessions should include what the proposed paper intends to cover, an outline of the approach it will take and an indication of the significance of the topic. Abstracts can include up to three relevant bibliographical references. All abstracts must also include 1) the title of the proposed paper; 2) name(s) and affiliation(s) of the contributor(s); 3) five keywords. Abstracts are limited to 200 words maximum (not including bibliographic references) and abstracts that are significantly over the word limit may rejected. Please submit your abstracts as Word documents only.
 
Presentations are limited to 20 minutes, with an additional 5 minutes for discussion. Due to programme time constraints, and the ever-increasing number of abstracts received, there is no guarantee that all papers will be accepted. The Steering Committee will select those abstracts that are most scholarly, with a focused statement of thesis or importance, clear aims and methodology, well-organised research data, specified sources, and coherent conclusions. As in previous years, the Committee will normally only accept one abstract from any given project.
 
Only those papers that are actually presented at the Seminar will be considered for publication in the Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, and they will be subject to editorial and peer review.
 
Focus Session Proposals
The Committee is happy to consider possible Focus Session Proposals. A Focus Session Proposal must include a minimum of four papers and have a clear scholarly focus with the explicit purpose to promote discussion and debate on work currently in progress, the current state of scholarship, issues involved in the application of new approaches and models, etc. A proposal for a Focus Session should include a summary of up to 200 words outlining the purpose of the Session, along with abstracts formatted as outlined above for individual abstracts. The Committee will still consider each focus session abstract individually. A Focus Session chair may be nominated by the proposer but a final decision on this will remain with the Committee.
 
Posters
The Seminar is very happy to receive submissions for the presentation of research posters. All posters presented at the Seminar must have an abstract approved in advance by the Committee; other posters will not be accepted. The deadline for the submission of poster abstracts is the 31 April 2020. A poster abstract submission form and guidelines are on the Seminar’s website. Posters will no longer be published as short papers in PSAS. For further information please see:  https://www.theiasa.com/seminar/ and contact seminar.arab@theiasa.com

The next Seminar for Arabian Studies will be held at Casa Árabe Córdoba from Wednesday 15th to Saturday 18th July 2020.

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à projets de recherche] « Islam, religion et société » (BCC – DLPAJ) LIMITE : 16/03/2020

Le Bureau central des cultes a le plaisir de vous annoncer la publication de l’appel à projets de recherche (AAP) 2020 « Islam, religion et société » du ministère de l’intérieur.

Depuis 2015, le ministère soutient la recherche et notamment les jeunes chercheurs et post-doctorants dans les champs disciplinaires de l’islamologie et des sciences humaines sur l’islam de France. Comme chaque année, les AAP 2020 sont présentés par grands axes, chacun d’eux étant composé de plusieurs thèmes, laissant aux chercheurs toute latitude pour fixer leur méthodologie, structurer leur projet et envisager leurs terrains d’étude.

  • AXE 1 – CONNAISSANCE DE L’ISLAM DE FRANCE : APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE ET DYNAMIQUE
  • AXE 2 – ISLAMOLOGIE : DÉVELOPPEMENT ET DIFFUSION DE LA CONNAISSANCE
  • AXE 3 : LES CADRES RELIGIEUX MUSULMANS EN FRANCE

Les recherches soutenues éclaireront les dynamiques complexes que connaît cette religion et ses différentes expressions, dans le contexte contemporain, la diversité de ses courants, pratiques et discours, de sa composition et de ses recompositions. Les approches pluridisciplinaires sont fortement encouragées.

La date limite de candidature est fixée au lundi 16 mars 2020, par voie électronique à l’adresse fonctionnelle : bureau-central-cultes[at]interieur.gouv.fr

Après l’envoi du courriel, le dossier papier doit être envoyé dans les plus brefs délais par voie postale à l’adresse suivante : Ministère de l’intérieur, DLPAJ, Bureau central des cultes, place Beauvau, 75800 Paris Cedex 08.

Les documents à télécharger :

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Sources et archives. Journées doctorales de Caen et de Rouen, Caen, 27 mai 2020 et Rouen, semaine du 15 juin 2020 (date à préciser) [Date limite propositions : 10 février 2020]

Journées de l’Ecole Doctorale 558 « Histoire, Patrimoine, Mémoire, Langage »
Présentation des journées

L’école doctorale « Histoire, Mémoire, Patrimoine, Langage », née en 2012 de la fusion d’une partie des ED 350 (Rouen) et 68 (Caen-Le Havre), regroupe 13 unités de recherche et 400 doctorants de disciplines variées : histoire, archéologie, philosophie, épistémologie, lettres modernes, arts du spectacle, langues, littératures et civilisations étrangères, linguistique ou encore sciences du langage. Forte de cette pluridisciplinarité, l’ED 558, placée sous la direction d’Alexandra Merle (ERLIS), propose cette année deux journées d’échange – qui se tiendront à Caen et à Rouen – afin de réunir ses jeunes chercheurs autour de la thématique “Sources et archives”.

Ces journées s’offrent comme un espace de réflexion et de discussion dans lequel les jeunes chercheurs en SHS sont invités à interroger les méthodologies de recherche qu’ils emploient à l’heure de recueillir et d’exploiter leurs sources. Étapes indispensables de la démarche scientifique, aussi exaltantes que frustrantes, la collecte et l’exploitation des données constituent un défi face auquel s’élaborent de nombreuses stratégies. La pluralité des disciplines susmentionnées promet un riche dialogue méthodologique qui permettra de confronter les freins et leviers spécifiques à chacune et de mettre en évidence des points de convergence.

L’objectif est de créer un rendez-vous annuel pérenne pour promouvoir les avancées de l’ED et cultiver les contacts entre ses différentes unités de recherche, ainsi qu’avec des ED partenaires. Cet appel à communications s’adresse donc aux jeunes chercheurs de l’ED 558 (du master au post-doctorat) mais aussi à des membres d’autres ED ayant été confrontés à l’étude des méthodologies de la recherche en SHS.

Axes thématiques

    Chacun est invité à proposer une communication à partir de ses travaux de recherche, suivant l’un ou plusieurs des six axes thématiques exposés ci-dessous:

    Diversité des sources : nature et méthode

    Quelle typologie traditionnelle de sources est propre à chaque discipline ? Comment les différentes disciplines travaillent-elles leur documentation ? Selon les spécificités inhérentes à chaque discipline, quel est le rapport individuel du jeune chercheur à l’archive et à la source ?

    Sources primaires et sources secondaires: une négociation constante

    En quoi les catégories de sources primaires et sources secondaires peuvent-elles se recouper et, dans le cadre d’une abondance de sources, que privilégier ? Quel regard critique impliquent-elles respectivement et quelles difficultés posent-elles ? En quoi une source a priori secondaire peut-elle devenir un objet d’étude à elle seule ? Comment identifier et définir les différents types de sources ?

Entre absence et abondance de sources : situations disciplinaires et points de vue comparés sur sources éditées et inédites

    En fonction des disciplines et des périodes d’étude, quels problèmes surgissent à l’heure d’identifier, puis d’exploiter les sources (sources lacunaires, abondance d’informations, …) ? Quelles solutions peuvent alors être envisagées ? Quelle posture adopter face à l’inédit ? Comment penser nouvellement un objet d’étude abondamment traité par la recherche ? Comment aborder un sujet totalement nouveau du point de vue des sources à traiter ? Quels sont les problèmes inhérents à la datation des sources et à leur pérennité, notamment dans le cas de sources orales et de sources numériques impliquant des enjeux de stockage des données ?

Interdisciplinarité et spécificité des sources : croiser les expertises pour s’approprier un corpus

    Comment envisager l’interdisciplinarité en tant que nouvelle modalité privilégiée dans le travail de recherche ? Comment permet-elle d’élargir les types de sources et les méthodes lors de la collecte des données et de l’exploitation de ces données ? Quels avantages fournit l’interdisciplinarité ? Quels écueils faut-il éviter ? Comment un jeune chercheur peut emprunter une ou des démarches en dehors de sa discipline, créant ainsi une interdisciplinarité propre à nourrir son approche individuelle mais aussi la méthodologie de sa propre discipline ?

    Échecs  et succès d’accès aux sources : accéder et rendre accessible les sources

    Quels accès aux sources se présentent aux jeunes chercheurs en SHS à l’heure actuelle ? Quelles problématiques d’exploitation et de publication soulève la consultation de sources issues d’archives privées ? Des sources consultables de façon matérielle aux sources en ligne, quelles différences méthodologiques entraîne la diversité des supports ? Comment appréhender le libre-accès aux sources et utiliser des plate-formes comme HAL ? Comment s’approprier et utiliser efficacement les bibliothèques en ligne ou les sites de récolement de sources ? Comment les jeunes chercheurs en SHS peuvent-ils exploiter les nouveaux outils bibliographiques pour communiquer leurs sources de façon normée et faciliter leur consultation ?

    Démarches de jeunes chercheurs en SHS : des questions aux sources ou des     sources aux questions ?

    Comment une réflexion autour de “sources et archives” permet-elle d’envisager la distance entre le chercheur et son sujet de recherche, notamment dans le contexte d’une dématérialisation croissante des contenus ? En quoi le rapport aux sources et aux archives façonne-t-il la réflexion scientifique et méthodologique des jeunes chercheurs actuels ? Quelle place occupent les sources dans le parcours du chercheur, et comment accommoder la réflexion avec le moment de découverte – attendue ou non – des sources ?

Types et formats des communications

 Chaque intervenant disposera de 20 minutes d’exposé oral pour sa communication. Les propositions de communication doivent être soumises au format PDF avant le 10 février 2020 sous la forme d’un texte de présentation de la communication de 2000 signes (espaces inclus). Il sera accompagné d’une présentation personnelle de 300 signes (espaces inclus) où seront indiqués nom et prénom, unité de recherche et école doctorale de rattachement (département pour les étudiants de master), fonctions assurées au sein de celles-ci ainsi que le ou les axes thématiques auxquels se rapporte la communication proposée dans le cadre des journées “Sources et archives”.

 

Modalités de soumission des propositions de communication

Adresse mail de contact: journeesed558@gmail.com

Clôture de l’appel: 10 février 2020

Réponse aux auteurs: 29 février 2020

Clôture de l’envoi des communications définitives: 17 mai 2020

 

Informations pratiques

Dates : le 27 mai 2020 à Caen (9h30-18h), la semaine du 15 juin à Rouen (date à préciser)

Lieux : Amphithéâtre de la MRSH (campus 1 de l’université de Caen Normandie) et à l’université de Rouen (salle de conférences de la MDU)

 

Comité organisateur

Victor Barabino, CRAHAM (Caen)
Côme Barbaray, GRHIS (Rouen)
Samantha Caretti, LASLAR (Caen)
Léa Chevalier, LASLAR (Caen)
Christophe Denis, ERIAC (Rouen)
Marion Duchesne, ERLIS (Caen)
Orlane Drux, CEREDI (Rouen)
Victor Faingnaert, HISTEME (Caen)
Charlotte-Isabelle Le Ridée, HISTEME (Caen)
Yohan Marc, GRHIS (Rouen)

Coordinateurs

Pour Caen : victor.barabino@unicaen.fr

Pour Rouen : come.barbaray@hotmail.com

Source : RMBLF

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Journées Jeunes chercheurs Janua 2020, Espace(s) et pouvoir(s), Poitiers, 9-10 avril 2020 [Date limite propositions : 15 février 2020

Les journées auront lieu les 9 et 10 avril 2020.

Ces journées d’études sont organisées par JANUA, l’association des étudiants de master et doctorants de l’Université de Poitiers qui regroupe les laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et CRIHAM (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie). L’objectif de ces deux journées d’études est de présenter les travaux de jeunes chercheurs sur le thème « espace(s) et pouvoir(s) » dans une perspective pluridisciplinaire et méthodologique laissant place au dialogue. Le choix de ce thème, large et riche en possibilités, permet un accès à toutes les disciplines et à toutes les périodes historiques, afin de favoriser l’ouverture d’esprit et l’apprentissage dans un moment d’émulation intellectuelle.

La notion d’« espace » est un concept que l’on rencontre constamment au gré de nos recherches : l’ « espace » peut être considéré comme un cadre territorial (un pays, une ville, un département, une région…), comme un lieu physique précis (un bâtiment, une salle…) ou encore comme un espace symbolique (réseaux iconographiques dans les églises, espaces liturgiques et cérémoniaux…). C’est une source de réflexion et de développements très divers car ce concept porte en lui un aspect multidimensionnel qui comprend aussi bien des notions géographiques, sociales et culturelles. L’« espace » peut être compris soit comme un territoire, c’est-à-dire un espace à l’empreinte humaine forte délimité par des frontières politiques (cité, seigneurie, commune, etc.), soit comme une étendue physique régie par des contraintes naturelles (chaînes de montagnes, interfaces maritimes, etc..). Cette zone peut alors être elle-même structurée par une société organisée en classes sociales qui se répartissent cet espace (enclaves de pauvreté, résidences élitaires). Cette notion ne peut être définie en dehors de son contexte politique car c’est ce dernier qui délimite ses frontières aussi bien géographiquement et physiquement que culturellement. Il est donc naturel d’en venir à la question suivante : dans quelle mesure cette notion « d’espace » est liée au thème du pouvoir ? Bien souvent, l’appropriation de l’espace est un enjeu pour le pouvoir. Ce fut le cas lors de l’acquisition de l’habitat aristocratique par l’administration de l’État durant le siècle des Lumières ou bien pour transformer les hôtels particuliers en bâtiments publics au XIXe siècle. Pour comprendre le lien entre l’expression des rapports de pouvoir et l’espace, il suffit de s’intéresser aux conquêtes, colonisations, migrations, mais également aux déplacements de frontières allant souvent de pair avec les échanges culturels. Par exemple, la façon dont certains camps romains ont été les structures de base d’un développement urbain (Cologne et Bonn en Germanie) montre l’importance que peut parfois prendre la relation entre le pouvoir en place et le ou les espace(s) structurant la géographie d’un lieu. Il ne s’agit pas alors seulement de frontières bien définies, de lignes fixes, mais d’un espace plus large au cœur duquel les échanges culturels sont fréquents et structurent un territoire. Ces périodes de mutations ont apporté avec elles la question de l’appropriation d’un lieu, d’un territoire étendu qui est le lieu de projection du pouvoir de celui ou ceux qui le contrôlent.

Ce thème d’« espace(s) et pouvoir(s) » s’articulera autour d’un cadre géographique (un pays, une région, une ville ou même un bâtiment), en changeant les rapports d’échelle, et en combinant sa réflexion avec les rapports que ces espaces ont pu avoir avec les pouvoirs politiques. Ce projet se réfèrera à des problématiques sur l’émergence de nouvelles conceptions du pouvoir ainsi qu’aux dynamiques sociales exprimées par l’espace. Il abordera également des thématiques moins étendues, comme le rôle défensif d’un territoire pour servir le pouvoir, d’un espace dans lequel le pouvoir s’exerce ou qui est la vitrine sociale de celui qui le possède, témoin de sa puissance (militaire, économique, influence sociale).

Dans ce cadre, les présentations pourront être organisées selon trois axes différents :

  • Le premier axe s’articulera autour des dynamiques de contrôle d’un espace par les pouvoirs politiques.  Il sera possible d’évoquer plusieurs questionnements sur le maintien du pouvoir lié à un espace, un processus d’attachement à un espace en lien avec l’autorité y exerçant un pouvoir, etc. Il s’agira ainsi de traiter l’administration du pouvoir dans un ensemble, comme par exemple le pouvoir royal, seigneurial ou politique dans un lieu.
  • Le deuxième axe sera réservé aux espaces dits « concrets », qui sont des espaces construits par l’homme, comme des bâtiments religieux, d’habitation, à but militaire ou politique, ou bien encore certaines parties de ces bâtiments, comme les salles réservées à l’exercice du pouvoir.
  • Le troisième axe abordera l’espace en tant que symbole culturel, et notamment son rôle dans la représentation et la théâtralisation des rapports politiques, religieux et sociaux. Touchant à tous les domaines d’études, ce thème offre de grandes possibilités de propositions de communication. Cette réflexion a pour but la transdisciplinarité, à travers l’analyse des sources étudiées par les jeunes chercheurs, qu’elles soient écrites ou matérielles.

Les propositions de communication (environ 500 mots) doivent être envoyées, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 15 février 2020. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés au début du mois de mars. L’événement se déroulera sur deux journées. L’après-midi de la seconde journée sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50 euros par intervenant.

Exemples de références bibliographiques :

ANDRAULT-SCHMITT Claude (dir.), Le palais des comtes à Poitiers, Nicolas PROUTEAU, « Richard Cœur de Lion : entre mythes et réalités », Snoeck, 2016, p.82-87.

BECKER Jean-Jacques, Serge BERSTEIN, Sophie CHAUVEAU, Ouvriers, villes et société, Autour d’Yves Lequin et de l’histoire sociale, Paris, Nouveau monde éditions, 2005.

BOURILLON Florence, Les villes en France au XIXe siècle, Paris, Ophrys, 1992.

BREFE Fonseca, CLAUDIA Ana, GUALDÉ Krystel, « Pouvoirs : représenter le pouvoir en France du Moyen âge à nos jours » : exposition, Château des ducs de Bretagne-Musée  d’histoire de Nantes, du 4 octobre 2008 au 4 janvier 2009, Paris, Somogy éditions d’art, 2008.

BRUNET Roger, FERRAS Robert, THÉRY Hervé, Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Édition Reclus – La Documentation Française, 2009 (3ème édition revue et augmentée) ; voir notamment les définitions d’ « espace » de la page 193 à la page 195, de « pouvoir » aux pages 398 et 399 et de « territoire » aux pages 480 et 481.

DESTEMBERG Antoine, LE GOFF Fabrice, Atlas de la France médiévale : hommes, pouvoirs et espaces, du Ve au XVe siècle, Paris, Éditions Autrement, 2017.

DORIGNY Marcel, LE GOFF Fabrice, Atlas des premières colonisations : XVedébut XIXe siècle, des conquistadores aux libérateurs, Paris, Autrement, 2013.

DUBASQUE François et KOCHER-MARBOEUF  Éric (dir), Terres d’élections,  Les dynamiques de l’ancrage politique, 1750-2009, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

DUSSERRE Aurélia, HOUTTE Arnaud-Dominique, BALAVOINE Guillaume, Atlas de la France au XXe siècle : 1914-2002, De la Grande Guerre à une nouvelle société, Paris, Éditions Autrement, 2018.

HUBERT Étienne, L’« Incastellamento » en Italie centrale : Pouvoirs, territoire et peuplement dans la vallée du Turano au Moyen Âge, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2002.

MALIGORNE Yvan, L’architecture romaine dans l’ouest de la Gaule, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

NEWTON William Ritchey, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard, 2000.

PHAN Bernard, Colonisations et décolonisations (XVIeXXe siècle), Paris, Presses Universitaires de France, 2017.

TRÉMENT Frédéric, « Élites et villae dans le territoire de la cité arverne », Actes du colloque, Les élites et leurs facettes, les élites locales dans le monde hellénistique et romain, (Clermont-Ferrand, 24-26 novembre 2000) p.661-676.

 Comité Scientifique

Stéphane BOISSELLIER, Professeur en Histoire médiévale au CESCM

François DUBASQUE, Maître de conférences en Histoire contemporaine au CRIHAM

Charles  GARCIA, Maître de conférences HDR en Histoire et Littérature médiévale espagnole au CESCM

Philippe MAINTEROT, Maître de conférences en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Vincent MICHEL, Professeur en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Marie-Luce PUJALTE-FRAYSSE, Maître de conférences en Histoire de l’Art moderne au CRIHAM

Fabrice VIGIER, Maître de conférences d’Histoire moderne au CRIHAM

Alexandre VINCENT, Maître de conférences en Histoire romaine à HeRMA

Comité d’organisation : Association Janua

Mélanie FERREIRA (CESCM, Diplômée du master II Mondes Médiévaux en archéologie du bâti)

Emilie MARGAIX (CESCM, Doctorante en Histoire médiévale)

Mehdi MONTET (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)

Camille PACCOU (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)

Source : CESCM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Poétiques de la Nuit. Night studies de l’Antiquité à l’époque moderne, Paris, 29 avril 2020 [Date limite propositions : 15 février 2020]

Présentation du projet et argumentaire
Antoine Paris et Naïs Virenque souhaiteraient mettre en place (en vue, peut-être, d’un projet de plus grande ampleur) un groupe de recherche sur un domaine d’étude assez récent : les Night Studies.
 
Pour l’instant, les Night Studies constituent un objet scientifique surtout abordé par des contemporanéistes spécialistes d’histoire urbaine. En 2019, lors d’une conférence à la Sorbonne, le professeur canadien Will Straw a remarqué l’expansion de ce thème et a retracé l’histoire de ce qu’il appelle  « la ‘construction d’un champ’ dans la vie académique ». En novembre dernier, des historiens, sociologues et anthropologues ont organisé à Prague un colloque intitulé « Working at Night », où il était essentiellement question de travailleurs sociaux dans les démocraties populaires, de cinéma russe et de théâtre alternatif. À Lisbonne, un groupe de recherche mené par des anthropologues et des sociologues spécialistes d’Urban Studies a publié un appel à communications pour une première International Conference on Night Studies, centrée exclusivement sur l’époque contemporaine. Actuellement, la revue Asie lance un appel à contributions pour un numéro dont le titre sera « La nuit dans l’art asiatique : perceptions, imaginaires, représentations ». Du reste, les Night Studies tiennent une place de plus en plus grande en art, littérature et communication muséographique. En témoignent, par exemple, le roman éponyme de Cyrus Colter, publié en 1979, ou, plus récemment, l’exposition L’oeil et la nuit, qui se tient à l’Institut des Cultures d’Islam de Paris jusqu’au 9 février 2020.
 
Antoine Paris et Naïs Virenque souhaiteraient initier une réflexion collective relevant des problématiques des Night Studies appliquées aux périodes antique à moderne. Il ne s’agira donc pas d’accumuler les études de cas sur des objets historiques, littéraires ou artistiques en les abordant à travers la thématique de la nuit, mais plutôt de proposer une réflexion conceptuelle et notionnelle d’ordre philosophique, heuristique, herméneutique, épistémologique, esthétique ou encore historiographique sur la spécificité de la nuit.
 
Quelques propositions :
– Qu’est-ce que la nuit ?
– La nuit comme repère spatio-temporel, comme durée isolée dans le temps
– La nuit et son atmosphère propre
– Qu’est-ce que discourir sur la nuit ?
– Nuit et perception sensorielle (visuelle, olfactive, sonore, haptique, gustative, mais aussi thermique, spatiale ou encore temporelle)
– Raconter la nuit
– La nuit comme alternative au jour ?
– Spécificité des activités nocturnes
– Des modalités de récit et de mise en image spécifiques à la nuit ?
– La nuit au-delà de l’obscurité du ciel, de la lumière de la lune et du scintillement des étoiles : acteurs, récits, politiques, narration, pièges, ruses, magie, ésotérisme, sorcellerie, démonologie
– Nuit et histoire de l’astronomie, du ciel et des objets célestes
– Apprendre, mémoriser, enseigner, être initié la nuit : quelle spécificité, quels objectifs, quelle efficacité ?
– Prier, célébrer, méditer la nuit
– Symbolique de la nuit
 
– La nuit et d’autres phénomènes d’obscurité : éclipses, brouillard, nuées, tunnels
– Les animaux et les végétaux de la nuit : ceux que l’on entend, ceux que l’on redoute
– Les transformations liées à la nuit : créature hybrides, monstres
– Divinités de la nuit
– Reproduire la nuit : grottes, monastères, chambres, volets, rideaux, paravents, théâtre
– Éclairer la nuit
 
Modalités et informations pratiques
 
Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 15 février 2020 à antoine7.paris@gmail.com et nais.virenque@gmail.com.
 
La journée, intitulée « Poétiques de la Nuit. Night Studies de l’Antiquité à l’époque moderne » aura lieu à Paris le 29 avril 2020.
 
S’agissant de la première étape de la constitution d’un groupe de travail, nous ne pourrons malheureusement pas prendre en charge les frais de déplacement et d’hébergement des participants.
 
Source: Naïs Virenque et Antoine Paris

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts