Archives de catégorie : Appels à contribution

[Appel à contribution] La récitation dans les premiers siècles de l’Islam/Reciting in the Early Islamic Empire, VIIe-IXe siècles (limite : 1er fév. 2021)

Dans le prolongement du colloque en ligne du 16-18 octobre, un appel à contribution pour des articles en arabe, français et anglais est ouvert à tous les chercheurs pour le MIDEO 37 (2022): Reciting in the early Islamic Empire à soumettre avant le February 1ˢᵗ, 2021.

Keywords

  • Qurʾānic Recitation ‒ Psalmody ‒ Orality ‒ Transmission.
  • Islam ‒ Judaism ‒ Christianity ‒ Zoroastrianism ‒ Late Antiquity and Early Islam.
  • Torah ‒ Bible ‒ Psalms ‒ Qurʾān ‒ Qaṣaṣ ‒ Poetry ‒ Prayer ‒ Rites ‒ Saǧʿ ‒ reading ‒ memorisation.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam : histoire et archéologie, IFPO (lim. 28 fév. 2021)

Résumé

Une table ronde internationale organisée les 4 et 5 mai 2019 à l’université de Salahaddin (Erbil, Irak) a mis en évidence l’intérêt d’un ouvrage collectif sur la question du christianisme en Irak au tournant de l’Islam. Les Presses de l’Ifpo lancent donc un appel à contribution sur ce thème.

Argumentaire

La disparition de l’Empire perse et le repli de l’Empire byzantin suite aux conquêtes arabo-musulmanes ont entraîné pour les chrétiens des régions conquises d’importants changements institutionnels. En Irak, l’Église syro-orientale peut se développer car elle n’est plus limitée par l’empire sassanide de religion zoroastrienne. Néanmoins, il est difficile de restituer les formes qu’a pu prendre ce christianisme ancien et d’évaluer quelles modifications a pu entraîner la conquête. L’architecture des églises semble révéler une proximité de la partie nord de l’Irak avec les territoires byzantins tandis que le sud formerait un ensemble homogène avec le golfe Arabo-Persique. Des points communs semblent néanmoins apparaître entre le nord et le sud de l’Irak, par exemple dans la culture matérielle ou la présence de sépultures dans les églises, interprétées comme des reliques. Il est difficile de savoir si ces différences et ces ressemblances sont liées à des questions d’Églises, de liturgies, d’influence régionale. Depuis les fouilles de D. T. Rice à al‑Hira dans les années 30, des projets archéologiques récents ainsi que des études épigraphiques et historiques apportent des éléments nouveaux sur le devenir du christianisme au début de l’Islam en Irak.

La table ronde internationale Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam a permis de faire un premier état des lieux des recherches, en particulier des données archéologiques. Elle a mis en exergue la continuité des formes du christianisme avant et après l’islam, le tournant de l’islam est finalement la période la mieux documentée, à la fois par l’archéologie et par les textes. L’examen de l’architecture et de la culture matérielle ne révèle aucune rupture. Les églises ne paraissent pas modifiées, les motifs des croix en stuc sont difficiles à distinguer suivant des critères chronologiques, les types céramiques se maintiennent. S’il y a rupture, elle serait plutôt à situer dans le courant du ixe siècle. Les populations conservent leur religion, leur mode de vie, leur langue pendant au moins deux siècles après les conquêtes. Ce phénomène, qui a déjà été mis en évidence en Égypte et en Syrie, doit être mieux documenté en Irak. En effet, le christianisme dans cette région est finalement très mal connu. Il apparaît à la fois nécessaire de reconsidérer les travaux anciens dont les publications sont lacunaires et de publier les premiers résultats de travaux en cours. Cette manifestation a également mis en évidence la richesse d’une approche comparatiste entre les sources : seule la confrontation de sources textuelles et archéologiques permettra de répondre à certaines questions comme celle de la liturgie des édifices religieux.

Éditeurs

Narmin Ali Amin (Université Salahaddin-Erbil)

Julie Bonnéric (Institut français du Proche-Orient)

Barbara Couturaud (Institut français du Proche-Orient)

Comité scientifique

Kayfi Ali (Direction générale des Antiquités du Kurdistan)

Françoise Briquel-Chatonnet (CNRS UMR 8167 Orient & Méditerranée)

Pauline Koetschet (Institut français du Proche-Orient/CNRS UMR 7297 CPAF)

Karel Novacek (Palacký University Olomouc)

Dominique Pieri (Ifpo/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

St John Simpson (British Museum)

Modalités de soumission

Les propositions d’articles (max. 40.000 signes espaces compris sans la bibliographie, max. 10 figures), en français, en anglais ou en arabe, devront être envoyé sous leur forme complète et définitive avec les illustrations avant le 28 février 2021 à l’adresse suivante : j.bonneric@ifporient.com.

Elles comprendront :

– le texte de l’article aux formats doc et pdf, dont la présentation devra se conformer aux règles édictées par la charte éditoriale de la BAH des Presses de l’Ifpo ;

– une bibliographie aux normes selon la même charte ;

– la liste des légendes des figures et/ou des planches ;

– les illustrations au format tif ;

– les résumés de l’article (max. 1.200 signes espaces compris), en français, en anglais et en arabe.

Les fichiers lourds (illustrations notamment) pourront être envoyés via des plateformes de téléchargement comme Dropbox ou Wetransfer.

L’obtention des droits de reproduction nécessaires, y compris sur internet, est de la responsabilité de l’auteur.

Les articles proposés seront évalués par des pairs (double aveugle) et une réponse sera donnée aux auteurs dans les trois mois suivant le dépôt de leur article. La parution du volume est prévue au premier semestre 2022.

Contacts

Narmin Ali Amin (narminaliamin@yahoo.fr)

Julie Bonnéric (j.bonneric@ifporient.com)

Barbara Couturaud (b.couturaud@ifporient.com)

Télécharger l’appel à contribution (En/Fr)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Marquer son église : les princes en leurs collégiales (IXe-XVe siècle, Occident chrétien); Lim. 30 novembre

Les collégiales, reconnaissables à leur forme imposante en ville ou à la campagne, furent pour la plupart liées à de grands personnages, qu’ils soient princes, évêques ou grands seigneurs. Le fonctionnement de ces institutions est mieux connu depuis plusieurs années, mais la manière dont les princes se sont appropriés, matériellement ou symboliquement, les églises collégiales qu’ils avaient fondées ou dont ils avaient hérité a encore peu été étudiée. Tel est l’objet de ces journées d’étude qui exploreront cette problématique à travers une approche pluridisciplinaire, en mêlant en priorité histoire, histoire de l’art et archéologie.

Argumentaire

Depuis une trentaine d’années, les études sur le monde canonial ont analysé les liens qui pouvaient exister entre les collégiales séculières et les pouvoirs princiers, à la fois institutionnellement (jus patronatus, collation des prébendes, etc.) et politiquement (liens entre chapitres séculiers et chancelleries, etc.), cette dernière dimension mobilisant souvent une approche prosopographique (collégiales séculières comme viviers d’agents des politiques princières, carrières politiques des chanoines, recrutement de ces derniers dans certains lignages pour conforter des fidélités, etc.). Les monographies et les synthèses régionales ont souligné la pluralité des rôles dévolus à une collégiale séculière, tout en insistant sur les motivations politiques et la logique de distinction sociale qui ont favorisé l’essor de ce type de fondations religieuses.

Les liens plus personnels, matériels ou spirituels, entre les établissements canoniaux et leurs fondateurs, ou les héritiers et successeurs de ceux-ci, ont, en comparaison, été moins abordés. Comment et pourquoi un prince investissait-il sa collégiale ? Y a-t-il une différence, pour un grand, entre les collégiales qu’il a fondées, celles dont il hérite et celles qu’il a captées ? Une collégiale sise in castro ou in palatio est-elle, par exemple, plus intensément occupée par un prince qu’une fondation hors les murs ? À l’intérieur de l’église, y a-t-il un lieu privilégié de l’appropriation princière (chapelle, nef, chœur, etc.) ? Quelles traces y a-t-il laissées, qui montrent sa présence effective ou son appropriation symbolique des lieux ? Voilà plusieurs des enjeux de la présente journée d’étude.

Marquer son église : le titre emprunte celui de l’ouvrage collectif Marquer la ville[1]. Il s’agit ici de s’intéresser aux membres, masculins ou féminins, de la haute aristocratie (princes et princesses laïcs, grands ecclésiastiques ; leurs entourages) et des grandes familles féodales, pour cerner la manière dont ils s’impliquent dans les collégiales qu’ils fondent ou dont ils héritent. Les fondations seigneuriales peuvent être prises en compte, à titre de comparaison.

De la fondation de la chapelle palatine d’Aix-la-Chapelle au début du IXe siècle, à l’inhumation de Louis XI à Notre-Dame de Cléry-Saint-André (1483), les collégiales séculières ont été de véritables écrins permettant d’inscrire le pouvoir des princes dans la durée. La réforme grégorienne puis le renouvellement du pouvoir princier à la fin du Moyen Âge ont eu un rôle dans l’évolution des fondations de collégiales par les grands, dans le royaume de France comme ailleurs en Europe.

Plusieurs axes d’études sont proposés :

Axe n° 1. La présence du prince en sa collégiale : corps et âme

La présence des princes, de leur vivant ou après leur mort, se lit matériellement dans les collégiales qu’ils ont fondées ou dont ils héritent. Il conviendra de s’interroger sur les espaces et objets qui signalent cette présence : garde par les chanoines ou dépôt dans la collégiale du trésor ou de la bibliothèque du prince ; tribune, galerie ou place réservée dans la nef ou au chœur ; itinéraires exclusifs ou circulations organisées pour le prince jusqu’à sa collégiale ou à l’intérieur de celle-ci ; présence du tombeau du fondateur (nécropoles dynastiques ou choix individuels), le prince associant ainsi sa memoria à celle de la communauté canoniale. Cette présence du fondateur en sa collégiale se lit aussi sur le plan spirituel, en particulier dans le fonctionnement liturgique : de son vivant, il a pu fonder des messes, des chapellenies ou faire des donations pieuses ; pour assurer son salut et celui de ses successeurs, il a pu fonder son anniversaire ou inscrire la communauté canoniale dans son testament. Une comparaison de ces manifestations avec les pratiques des princes dans d’autres types d’établissements religieux est envisageable, pour mesurer s’il y a ou non une particularité des collégiales séculières dans l’accueil de la dévotion des princes et l’évolution chronologique de celle-là.

Axe n° 2. Les traces matérielles d’une fonction administrative

Les liens entre chapitres séculiers et chancelleries, la manière dont les premiers ont servi de viviers d’agents des politiques princières, les carrières politiques des chanoines, le recrutement de ces derniers dans certains lignages pour conforter des fidélités, les formes actives de participation des chanoines à des tâches profanes, sont des thèmes qui ont été déjà bien étudiés. Au-delà du bâtiment ecclésial, nous nous intéresserons ici exclusivement aux traces matérielles des fonctions administratives assignées par les princes à certaines collégiales séculières (dépôt d’archives, scriptorium ou bureau d’écriture, etc.).

Axe n° 3. Réappropriation ou captation d’une collégiale : enjeux politiques et dimension symbolique

Parmi les traces matérielles, certaines affectent une dimension plus particulièrement emblématique. Les princes ont en effet parfois marqué de leur empreinte leurs collégiales, qu’ils pouvaient considérer comme leur propriété, à travers un programme emblématique (présence de leurs armoiries, commande de stalles ou d’aumusses à leur effigie, choix du mobilier liturgique, etc.). L’enjeu était peut-être plus important encore lorsque ces collégiales étaient inscrites en zones de confins ou dans un contexte de conflits. Comment ont agi les princes avec des collégiales ainsi marquées, situées dans des territoires qu’ils venaient de récupérer, par le jeu des successions, des transferts de dynastie ou des entreprises militaires ? Dans une logique de compétition, ont-ils effacé la présence symbolique de leurs devanciers ou rivaux dans les collégiales que ces derniers avaient fondées ? Il s’agit aussi de cerner la manière dont les princes associent leur renommée à celle d’un édifice prestigieux par son ancienneté et par la popularité du saint auquel il est lié, voire de questionner leur rôle dans l’identité même d’une collégiale, dans le cas du changement de dédicace.

Axe n° 4. « Acter » l’appartenance : indices diplomatiques

Les différents axes sont nourris par les sources diplomatiques, qui méritent d’être étudiées en elles-mêmes et dans le contexte qui leur a donné naissance (on peut songer ici au rôle du claustrum comme lieu d’écriture des actes). D’abord, l’analyse des actes de fondation permet de mieux cerner la manière dont les princes ont parfois pu revendiquer la paternité ou au moins le patronage de leur collégiale : choix du préambule et dimension politique, religieuse ou symbolique de celui-ci ; mise en scène de la fondation ou discours à son propos dans l’exposé ; plus généralement, tous les éléments qui insistent sur l’implication du prince. Ensuite, nous pouvons étudier la manière dont le prince parle de ses collégiales dans les actes dont il est l’auteur. Enfin, les chartes, notamment celles qui émanent des chancelleries princières, et en particulier leurs dates de lieu, peuvent permettre de documenter la présence réelle des princes dans leurs collégiales : les collégiales séculières ont pu être le cadre de certaines actions juridiques, alors même que leurs membres n’en n’étaient pas toujours partie prenante.

Modalités de soumission

L’appel s’adresse en priorité aux historien(ne)s, historien(ne)s de l’art, archéologues. Les communications, d’une durée maximale de vingt-cinq minutes, seront suivies d’un temps de discussion. Les propositions de communication, comportant entre 3 000 et 4 000 caractères (espaces compris), accompagnées d’une courte biographie précisant affiliations et dernières publications, seront à envoyer avant le 30 novembre 2020 aux organisateurs : Thomas Lacomme (EPHE/SAPRAT, thomas.lacomme@parisnanterre.fr) et Ewen Thual (U. Limoges/CRIHAM, ewen.thual@etu.unilim.fr).

Comité scientifique

  • Brigitte Boissavit-Camus (U. Nanterre/ARSCAN)
  • Murielle Gaude-Ferragu (U. Sorbonne Paris Nord/Pléiade)
  • Laurent Hablot (EPHE/SAPRAT)
  • Anne Massoni (U. Limoges/CRIHAM), Brigitte Meijns (KU Leuven) 
  • Laurent Morelle (EPHE/SAPRAT)
  • Éric Sparhubert (U. Limoges/CRIHAM).

Notes

[1] P. Boucheron, J.-Ph. Genet (dir.), Marquer la ville : signes, traces, empreintes du pouvoir, XIIIe-XVIe siècle : actes de la conférence organisée à Rome en 2009 par le LAMOP en collaboration avec l’École française de Rome, Paris-Rome, Publications de la Sorbonne-École française de Rome, 2013.

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] L’absence au Moyen âge (limite : 15 déc. 2020)

Journées doctorales internationales du CESCM (Université de Poitiers, France) – 8 et 9 Avril 2021

Le centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers associé à l’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première modernité de l’Université de Liège et au Centre for Medieval Literature des Universités de York et du Danemark du Sud (Odense), organise le deuxième volet des rencontres doctorales internationales.

Le premier volet de ces rencontres s’est tenu à Liège en février 2020 autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles), le deuxième volet se tiendra à Poitiers autour du thème « L’absence au Moyen Âge » les 8 et 9 avril 2021. Le troisième volet aura lieu à York.

Argumentaire

« Car tout dépérit en ce monde ; tout est sujet à la défaillance et à la mort. Ainsi elles ne sont pas plutôt nées, qu’elles tendent en croissant à un être plus parfait ; et plus elles se hâtent d’être plus parfaitement tout ce qu’elles sauraient être, plus elles se hâtent de n’être plus. » Saint Augustin, pleurant la disparition de son ami, prend conscience du caractère éphémère du monde terrestre : chaque chose s’achemine vers sa propre disparition. Sa souffrance face à l’absence de l’être aimé, écrit-il, est proportionnelle à son désir de le garder à ses côtés.

L’absence n’est, en effet, perceptible que pour l’individu conscient de la déficience qu’elle induit. Elle se distingue en cela du néant. En prenant la forme d’une carence, l’absence implique nécessairement le concept de temporalité. Ressentir l’absence revient à entretenir un souvenir, autant qu’un désir. L’absence fait appel à la mémoire et à l’affect, à la nostalgie. En retour, la conscience d’une présence est révélée par l’éventualité de l’absence.

Le thème de l’absence sera au cœur de ces journées d’études. La notion d’absence est effectivement au fondement de toute science historique ; le principe de l’histoire est de mettre en lumière la présence derrière le manque. L’absence pourra d’abord être considérée comme celle à laquelle se confronte le médiéviste. Si les sources sont le fondement de son raisonnement, la prise en considération de leur absence est le garde-fou de son travail. Plus que les sources elles-mêmes, qui ont pu subir des modifications, des suppressions ou ont simplement été perdues avec le temps, leur défaut peut s’avérer révélateur pour le chercheur.

Au-delà de la méthode, l’objet d’étude du médiéviste fait la part belle à la notion d’absence. Cette dernière est le moteur de la société médiévale. Du latin abstentia à son apparition dans le vocabulaire français au début du XIIIe siècle, le terme « absence » se définit par contraste : elle signifie littéralement « la non-présence »[1]. Il est appliqué à l’absence physique d’une personne, mais peut aussi incarner un manque plus abstrait[2]. Questionner la notion d’absence, revient à interroger l’Homme – son être, ses désirs, sa mémoire, ses réactions face au deuil, à la séparation comme les interrogations qui en découlent. Il s’agit également, à l’échelle de la société, de se demander de quelle manière les institutions encadrent-t-elles et comblent-t-elles les besoins dont le manque est la conséquence. La considération du concept d’absence engage, en effet, la mise en ordre des structures médiévales : le sentiment d’injustice, par exemple, motive la mise en place des institutions juridiques, la défaillance du corps entraîne le recours à la médecine, l’absence de la présence incarnée du divin rend, quant à elle, indispensable la médiation des membres de son Église.

Dans un second temps, l’absence pourra être pensée à l’échelle de l’individu. Bien souvent douloureuse quand elle concerne l’entourage, la famille ou l’être aimé, l’absence peut s’avérer féconde. Elle se révèle être un sujet d’une grande richesse dans les arts. Dire l’absence c’est aussi exalter, par contraste, un idéal. En outre, la mise en forme fictionnelle possède cette puissance de rendre l’absent présent à l’esprit. In absentia, la figure plastique ou littéraire devient le substitut allégorique de l’objet. Toutefois, l’absence ne peut être uniquement considérée comme le contre-point négatif de la présence. La pratique spirituelle en témoigne. Dans les modes de vie érémitique ou anachorétique, notamment, la volonté de « mourir au monde » des grands solitaires, mise en œuvre par une pratique intensive de l’ascèse, leur permet d’acquérir l’impassibilité propice à l’élévation spirituelle. Il s’agira, enfin, de réfléchir sur la manière dont les médiévaux ont chercher à pallier ou à exacerber l’absence à travers des modes de pensée et de représentation divers. Comment, par exemple, dire et représenter le principe divin ? Face au constat de l’absence de sa connaissance parfaite, porté notamment par la théologie apophatique, la mise en place du culte des reliques et la figuration de signum (alphabétique et iconique) de la présence divine sont autant de moyens mis en œuvre en réponse au sentiment humain d’absence.

En somme, le thème de l’absence permettra, nous espérons, d’aborder sous un regard nouveau des domaines aussi divers qu’essentiels de la société médiévale : la théologie et la philosophie mais aussi la pratique artistique, politique, judicaire ou familiale. Parce que le concept d’absence embrasse toutes les sphères de la vie humaine, il n’existe pas de travail de recherche dédié spécifiquement à cet objet d’étude. Il a pourtant été abordé en filigrane par de nombreux médiévistes. Parmi ceux-là peuvent être cités Claude Gauvard, dans le domaine judiciaire, Martin Aurell et Barbara Hanawalt, concernant la parenté, André Vauchez et Peter Brown, à propos de la sainteté, Michel Zink et Herbert Kessler, relativement à la création médiévale, ou encore Alain de Libera et Olivier Boulnois, au sujet des implications théologiques de la notion.

Au cours de ces journées, les communications chercheront à explorer la notion d’absence au Moyen Âge. Ce colloque, résolument pluridisciplinaire, sera l’occasion d’explorer et de discuter son influence centrale sur la culture médiévale. Il est largement ouvert aux chercheurs en histoire, histoire des textes et de la littérature, histoire de l’art et des images, philosophie, anthropologie, archéologie, sociologie etc.

Les propositions devront s’insérer dans les axes suivants :

1. Le médiéviste face à l’absence

  • La trace :  les mots ou les objets manquants, les sources perdues, les objets périssables, le fragment
  • L’expression de l’absence : l’ellipse, le raccourci, la synthèse, le lexique défaillant, le vide, l’obscurité ou le blanc, le non-dit
  • L’absence volontaire : l’usage de faux, l’effacement, la destruction délibérée, l’iconoclasme
  • L’enquête, la quête, l’inaccessible, l’implicite

2. L’absence dans le domaine judiciaire et politique : 

  • La législation face à l’absent
  • Le jugement par contumace
  • L’exil et le bannissement en absence imposée
  • Les réactions face à l’absence du pouvoir politique
  • Les manques de la société : famines, soulèvements populaires

3. L’expérience de l’absence :

  • Les liens familiaux défaillants : abandons, infanticides, divorce, séparation de corps
  • Le défaut ou la départie de l’être aimé
  • La mort de l’être cher et son deuil
  • L’attente, la fuite, l’expérience du vide, le mystère amoureux

4. L’absence de foi :

  • L’athéisme et l’hérésie
  • La déloyauté, l’infidélité et la félonie dans les relations féodales

5. L’absence désirée :

  • La perfection (l’absence d’erreurs)
  • L’ascétisme (le monachisme, l’érémitisme et l’anachorétisme, la pauvreté volontaire, le renoncement, la solitude)
  • Pratique de l’absence : le silence, le jeune, la privation, le mutisme

6. Dire/pallier l’absence :

  • La matérialisation et le contournement de l’absence dans le processus de création littéraire et plastique (les transferts culturels, la translatio, la figuration de l’altérité) ainsi que le théâtre (l’absence ludique, le simulacre)
  • L’articulation entre la fiction et la réalité (querelle des universaux, débats sur le réalisme eucharistique, rhétorique de l’absence)
  • Penser le concept d’absence : la théologie apophatique, le mal contre absence de bien, les enjeux du mystère dans la théologie et la pratique liturgique, la description de « l’ineffable »
  • La substitution : le culte des reliques, les signes de la présence divine, les miracles

Les communications d’une durée de vingt minutes pourront être présentées en français ou en anglais.

Modalités pratiques 

Les propositions des doctorant.e.s sont attendues pour le 15 décembre 2020, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à colloque-absence@protonmail.fr en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant.e et celles du/de la directeur.rice de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse,  un CV, l’intitulé de la communication, et un résumé de la communication d’une page maximum, seront suivie d’une courte bibliographie indicative. Les doctorant.e.s seront informé.e.s des résultats de la sélection le 15 janvier 2021.

A l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’événement se déroulera les 8 et 9 Avril 2021 au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers. Le CESCM offrira des déjeuners et les pauses cafés des deux journées. Les frais relatifs au transport et à l’hébergement seront en revanche à charge des participant.e.s. ou de leurs laboratoires.

Comité organisateur : Corinne Lamour, Emilie Margaix, Cécile Maruéjouls, Elise Vernerey.

Source: CESM via DÎWÂN 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] La fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles) (lim. 20 nov. 2020)

Bordeaux – Boulogne-sur-Mer, 12 mai 2021 et 11 février 2022
Université Bordeaux Montaigne, UR 4593 CLARE Université Littoral Côte d’Opale, UR 4030 HLLI
Organisatrices : Grace BAILLET, Priscilla MOURGUES

Cette manifestation scientifique répartie sur deux journées les 12 mai 2021 et 11 février 2022 proposera une réflexion sur la fabrique du texte médiéval, sa matérialité et l’évolution des procédés de mise en forme du XIIIe siècle au XVIe siècle en se fondant sur différents types de récit. Dans le cadre d’autres réflexions, des chercheurs se sont attelés à analyser les techniques d’écriture dans les récits médiévaux et ont appréhendé ces textes pour comprendre les modalités de transmission et de diffusion de la culture française. Pour aborder cette thématique sous un angle plus neuf, dans une double perspective, diachronique et comparatiste, nous envisagerons de sonder la structuration des récits médiévaux classiques et tardifs en laissant de côté les problèmes que peut rencontrer l’éditeur actuel lors de l’élaboration d’une édition critique pour mieux nous concentrer sur le texte dans son époque.

Argumentaire :

Les recherches menées sur les récits médiévaux et leur élaboration ont bien souvent permis d’éclairer l’esthétique et les divers enjeux, poétiques, littéraires et historiques, subordonnés à la tradition de ces textes. Déjà dans les années 1970, Paul Zumthor adoptait dans son Essai de poétique médiévale un point de vue formaliste en décrivant et en analysant par la forme des modèles d’écriture. À la même époque, le théoricien du langage Henri Meschonnic esquissait la notion de « forme-sens » en avançant l’idée que l’œuvre crée sa propre forme. Ce concept sera repris quelques décennies plus tard dans le domaine des études médiévales et développé dans les travaux de Danièle James-Raoul, notamment dans « Forme-sens : du legs de la tradition à la modernité créatrice » (2002), dans la mesure où celui-ci permet d’envisager le sens des textes médiévaux, en particulier la matière arthurienne, à partir de la forme qu’ils adoptent. Ce constat prouve le besoin d’inscrire le texte dans une forme pour mieux l’éprouver. D’autres études de ce début du XXIe siècle ont tendu à présenter les textes dans une structure. En 2001, Alberto Varvaro s’interrogeait ainsi sur l’« Élaboration des textes et modalités du récit dans la littérature française médiévale » pour comprendre le mélange des genres dans les manuscrits des XIIe et XIIIe siècles et la mouvance des textes narratifs. Dans une perspective plus générale, en 2008, Pierre Chastang, dans son article sur « L’archéologie du texte médiéval », définit deux niveaux d’études complémentaires du texte pour mieux le contextualiser : le premier stade est la restitution d’une stratification textuelle grâce à l’examen du manuscrit ; le second est la nécessité de « situer le matériel dans son environnement1 ». Sans toutefois sonder les procédés de mise en forme du récit lui-même, de telles données abordent de plus en plus la notion de structure et démontrent l’intérêt de repositionner le matériel dans son époque. Par ailleurs, la multiplication des manifestations scientifiques de la dernière décennie témoigne une fois encore du désir de saisir avec exactitude l’esthétique et les techniques d’écriture à une époque définie. Nous songeons, entre autres, aux nombreuses contributions de Maria Colombo Timelli sur les mises en prose et aux manifestations qui furent consacrées à ce phénomène (Mettre en prose aux XIVe et XVIe siècles) en combinant des approches diversifiées sur le sujet (linguistiques, philologiques, littéraires, etc.). Nous pensons également aux études qui, dans un but similaire d’approfondissement, se concentrent plus spécifiquement sur l’art de la mise en prose dans un atelier localisé, tel celui du Maître de Wavrin, qui a fait l’objet d’un ouvrage collectif, L’Art du récit à la cour de Bourgogne, coordonné par Jean Devaux et Matthieu Marchal (2018). Dans la lignée de ces manifestations, des journées d’étude et colloques ont prolongé la réflexion en interrogeant la transmission et la diffusion de ce fonds littéraire médiéval au tournant de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance, en lien avec le changement de média que constituent les premiers imprimés (Les premiers imprimés français et la littérature de Bourgogne (1470-1550), colloque organisé en 2015 par Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou à l’Université du Littoral). Ce regard renforcé sur ces œuvres, manuscrites et imprimées, a contribué également à enrichir le domaine de l’édition critique actuelle en exposant les potentialités que ces deux types de témoins peuvent offrir pour soulever les difficultés qu’implique l’élaboration d’une édition (L’édition des textes médiévaux de langue française et les imprimés anciens, journée d’étude, 2016). Nous remarquons dès lors que l’étude du texte médiéval est souvent subordonnée au travail

de l’éditeur actuel sans que soit considérée pour autant la matérialité du texte replacé dans son époque. D’une part, à notre connaissance, excepté quelques articles qui analysent et qui approfondissent à certains égards la question des procédés de structuration des récits médiévaux, il n’existe pas d’ouvrage de synthèse ou de collectif se consacrant uniquement à cette thématique. D’autre part, il peut être intéressant d’examiner cette problématique sur la longue durée, sans se borner au traditionnel tournant des XVe et XVIe siècles et sans non plus exclure cette période, pour pouvoir établir des passerelles entre les différentes époques. Ainsi ce projet, « La Fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles) », peut venir à l’appui des recherches amorcées depuis les années 2000 en les complétant et en les éclairant sous des angles moins étudiés. Afin de pouvoir combiner plusieurs types d’approches (littéraire, historiographique, paléographique, etc.) et d’avoir un panel représentatif de récits médiévaux, en vers ou en prose, au fil des siècles, pour examen, nous optons pour le corpus suivant : les chroniques, les romans, les récits de voyage, les récits hagiographiques, les mises en prose, les récits brefs et les nouvelles.

Axes de recherches

Pour analyser les processus de structuration des récits médiévaux et leur évolution du XIIIe siècle au XVIe siècle, les pistes d’exploitation proposées ci-dessous s’articuleront autour de l’étude de la macrostructure et de la microstructure des textes : la composition d’un recueil, la dispositio du texte, les épisodes, la mise en page, les rubriques, les colonnes, les paragraphes, les miniatures, les bois, les sauts, les blancs, les différents marqueurs du texte, la ponctuation, etc.

Axe 1 – Identification et analyse de procédés de structuration Le repérage de procédés de structuration à petite et grande échelles dans les manuscrits et dans les imprimés permettra de déceler ce qui appartient spécifiquement ou non à une époque ou encore de définir ce qui relève d’une catégorie de texte (par exemple, l’écriture sous forme d’épisode dans les récits brefs). Ainsi on pourra analyser les principes qui s’installent. Par ailleurs, on pourra s’intéresser aux normes des œuvres fabriquées dans un même atelier et milieu culturel pour définir des pratiques spécifiques ou originales de mise en forme et pour en comprendre les particularités.

Axe 2 – La question de la frontière générique par la forme Pour compléter le premier axe, il s’agira de croiser les techniques appliquées à différentes catégories de textes. Si l’on songe, par exemple, à la question de la mise en recueil, certains manuscrits ou imprimés regroupent parfois des textes assez différents. La présentation matérielle de récits de même catégorie possédant des caractéristiques communes ou au contraire très variées peut également être examinée. Les réflexions sur un corpus constitué de récits du même genre, envisagés sur une longue période peuvent aussi apporter des compléments à cette question.

Axe 3 – L’adoption d’usages et de réflexes de structuration et les écarts Pour pouvoir mesurer l’écart de normes entre les récits médiévaux, on pourra s’interroger sur les réflexes adoptés au cours des processus d’écriture, de mises en forme et de structuration : ces gestes sont-ils comparables ou existe-t-il un fossé entre deux époques bien distinctes ? Doit-on les évaluer sur le même plan ? Les usages sont-ils toujours respectés ? Dans quelles conditions ? De même, ces questions peuvent se poser pour des productions créées à des périodes moins éloignées dans le temps, voire composées au même siècle

Si l’on pense également à la question des formats manuscrit et imprimé, il peut être intéressant de comparer les pratiques structurelles pour la composition d’une même histoire, que ce soit pour une tradition uniquement manuscrite, pour une tradition transmise par les seuls imprimés ou pour une transmission mixte du récit, pour évaluer le degré d’aménagement et pour en saisir les raisons.

Axe 4 – Les effets de l’évolution des pratiques Enfin, pour parfaire les trois axes précédents, il convient d’observer les impacts et effets que peut produire l’évolution des pratiques de mise en forme lors de la fabrique du texte. Ces observations peuvent se situer au niveau de la diffusion. Pour quelles raisons un texte est-il fondu dans une forme déterminée ? Les constats peuvent aussi s’effectuer à partir de la réception des structures des récits médiévaux par les contemporains de ces textes. Quelles sont les conséquences de l’accès de plus en plus large au livre et à l’écrit ? Quelles perceptions sont décelables à la lecture d’un récit sous une forme nouvelle ? Cela entraîne-t-il de nouvelles pratiques de lecture ? Dans une époque donnée, quels ont été les effets des transformations des pratiques de lecture sur l’écriture et la structuration des récits ? En outre, l’attention peut aussi se porter sur le rapport à la matérialité du texte du point de vue de l’auteur et du lecteur. Si l’on songe au système de balisage des textes, au rôle structurant des images qui insinue un dialogue texte-image dans la page ou encore aux indices textuels laissés par l’auteur pour son lecteur, un commerce lie de manière certaine le lecteur à son livre et à celui qui participe à sa constitution. Quels rapports peut entretenir le lecteur avec l’espace du livre ? Comment est-il sollicité ? Comment le livre permet-il d’établir une relation de communication entre le lecteur et les divers acteurs gravitant autour de la fabrique des récits (auteur, éditeur, imprimeur, libraire) ? Le lecteur a-t-il finalement une influence sur la fabrication du produit qu’il lira et quels en sont les impacts sur la production ?

D’autres réflexions peuvent bien sûr venir étayer les quatre axes de recherche précédemment exposés.

Informations pratiques :

Les propositions de communication accompagnées d’un argumentaire d’une dizaine de lignes et d’un bref curriculum vitae sont à envoyer aux organisatrices avant le 20 novembre 2020.

Grace BAILLET, ulcogracebaillet@gmail.com Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Comité scientifique :
Maria COLOMBO TIMELLI, Professeur à l’Università degli Studi di Milano, Langue et littérature françaises du Moyen Âge
Jean DEVAUX, Professeur à l’Université du Littoral Côte d’Opale, Littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance
Nadine HENRARD, Professeur à l’Université de Liège, Littérature française du Moyen Âge
Danièle JAMES-RAOUL, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Langue et littérature du Moyen Âge

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Fonctions des cartulaires-rouleaux : approches sociales et contextuelles d’un genre documentaire

L’existence de cartulaires en rouleaux nous interroge sur d’éventuels liens entre le choix d’une forme matérielle et de possibles fonctions spécifiques pour ces recueils. Cette troisième rencontre du projet ANR Rotulus sera l’occasion d’explorer deux des principales vocations des cartulaires-rouleaux rencontrées au cours de leur inventaire : le recours à la forme en rouleau pour constituer des dossiers relatifs à des conflits ; des usages privilégiés par les établissements monastiques, particulièrement dans le cadre des relations entre maison-mère et dépendances.

Metz, (25-26 mars 2021)

Argumentaire

La question d’un lien entre le choix d’une forme matérielle et de possibles usages ou fonctions spécifiques pour ces recueils se trouve au cœur du projet ROTULUS. D’emblée, en embrassant le corpus en cours de construction lors des opérations liées à la constitution de l’inventaire des cartulaires-rouleaux conservés en France, deux premiers constats chiffrés invite à proposer des hypothèses :

  • un premier groupe de manuscrits concerne des rouleaux réalisés pour regrouper des dossiers relatifs à des conflits.
  • de façon plus large, on constate un usage privilégié du cartulaire-rouleau dans le milieu monastique et, au sein de celui-ci, pour des dossiers relatifs à des dépendances monastiques.

Axe 1 : Rouleaux et conflits

Au regard de leur contenu, certains cartulaires copiés en rouleaux ont été identifiés comme des recueils destinés à soutenir une revendication, prouver son bon droit dans le cadre de la résolution d’un conflit, qu’il concerne la possession d’un bien, la jouissance d’un privilège, l’exercice d’un pouvoir… Cette session se propose d’explorer les multiples raisons pour lesquelles on a choisi la forme en rouleau pour recevoir des dossiers de documents relatifs à une affaire (voire même à une combinaison de plusieurs affaires), un conflit ou une situation nécessitant un effort de défense. Ces rouleaux-dossiers auraient pu répondre à plusieurs objectifs : soit constituer un dossier à usage interne, pratique à consulter, soit rassembler des documents dans la perspective d’une possible ostension (des documents que l’on veut montrer ou que l’on souhaite pouvoir éventuellement produire en justice). Répondant à ces motivations, le rouleau présentait-il assez d’avantages en termes de fabrication et d’ergonomie ? On prendra en compte la matérialité du document : taille de l’objet, support, soin apporté aux assemblages, coût supposé, possibilité de dérouler complètement le rouleau et de montrer le contenu (mise en page, élément favorisant le repérage des actes).

Se pose la question du temps de la compilation, du « moment-rouleau ». Copie-t-on les actes à l’approche d’un procès, en vue d’une nouvelle étape dans les processus de gestion des conflits ou,plutôt, peu après la victoire ou après la résolution (provisoire ou non) d’un conflit. Ensuite, le rouleau a-t-il servi ou resservi (traces de consultations, annotations ou même mises à jour) ?

On s’interrogera sur le rapport du contenu du rouleau avec le matériau en amont : originaux, mais aussi autres copies en cartulaire-codex, notamment. Le contenu du rouleau se retrouve-t-il en totalité dans un cartulaire antérieur (possible source) ou est-il intégré ensuite dans un cartulaire ? Mener cette réflexion sur la tradition des actes comme sur celle plus globale de l’ensemble du contenu du rouleau pourra révéler des scenarii complexe. Les prendre en compte est indispensable pour comprendre la genèse et les usages des compilations-dossiers dont le rouleau pourrait être une des déclinaisons matérielle à côté de la pancarte (au sens de « cartulaire-placard »). A-t-on cherché à composer des dossiers exhaustifs ou résultent-ils plutôt d’une sélection parmi les actes relatifs à un lieu, une affaire, limité à certains actes seulement considérés comme plus utiles ? Ces cartulaires-rouleaux relatifs à des conflits invitent à réfléchir à la notion de « dossier » et à préciser cette notion encore assez vague puis à s’interroger sur l’usage réel de ces « dossiers », comme de leurs différentes déclinaisons matérielles possibles, dans les mécanismes de gestion des conflits.

Comme pour toute copie, on peut s’interroger sur la valeur qu’ont pu avoir selon les époques et les espaces, les transcriptions d’actes sur des rouleaux. Le soin apporté dans le transfert des informations (respect du texte, signalement de la mise en page, des écritures ou des signes graphiques des documents originaux) témoigne-t-il en faveur d’une recherche de valeur probatoire de la transcription elle-même. La compilation dans son ensemble a-t-elle justement été validée pour conférer aux actes transcrits cette valeur probatoire potentiellement recherchée ?

Nous visons principalement les cartulaires-rouleaux, mais on pourra les mettre en perspective en les comparant à d’autres rouleaux d’archives relatifs à des conflits (vidimus contenant plusieurs actes relatifs à une affaire, enquêtes, dépositions de témoins, procédures…). En effet, dans les choix en termes de fabrication, de validation, de mise en page, les compilations en rouleaux auraient pu être influencées, à partir du milieu du XIIIe siècle au moins, par l’usage probablement plus massif des rouleaux de procédures. Par ailleurs, il arrive que des rouleaux de procédures intègrent des copies d’un ou plusieurs actes, soit insérés, soit plutôt rejetés à la fin comme en annexe (voire même que le verso d’un rouleau de procédure ait accueilli une petite compilation en appendice). Pour des époques ou des espaces où les cartulaires-rouleaux sont peu nombreux, on veillera à bien prendre en compte les autres usages « voisins » du rouleau dans l’écrit pragmatique et la gestion des biens.

En définitive, on s’interrogera sur les motivations qui ont poussé à constituer un dossier d’acte prenant la forme matérielle du rouleau, en lien avec son impact visuel, sa portabilité ou l’ergonomie de la lecture/ostension. D’autres attitudes auraient pu prévaloir notamment l’exhibition des originaux ou de copies simples. En essayant de comparer à d’autres conflits pour lesquels, il n’y a pas eu rédaction d’un petit cartulaire-rouleau, on s’interrogera sur les implications visuelles propres au rouleau. Ainsi, en transcrivant sur une unique feuille de parchemin un dossier de plusieurs actes (pancarte ou cartulaire-placard), on offrait une vision d’ensemble immédiate à l’assistance ; en revanche, un rouleau aurait permit selon sa longueur ou sa mise en page, un dévoilement plus progressif des actes transcrits.

Axe 2 : Abbayes et dépendances : des usages privilégiés du cartulaire-rouleau ?

Les établissements monastiques sont parmi les principaux commanditaires de cartulaires-rouleaux médiévaux (deux tiers environ des rouleaux). Il s’agit principalement d’établissements bénédictins masculins, mais aussi quelquefois de maisons féminines. Ce constat est à relier à la chronologie des premiers cartulaires en codex, parmi lesquels la plupart, au XIe et au XIIe siècle en France, sont des recueils réalisés pour les abbayes bénédictines. On prendra en compte le contexte documentaire général des institutions commanditaires de cartulaires-rouleaux : ont-elles également produit des cartulaires en codex ? Si oui, est-il possible de déterminer des vocations différentes des compilations en codex ou en rouleau ? On tentera de préciser la chronologie du recours au rouleau et de la confronter à celle de la valorisation des archives ecclésiastiques, qui émerge dans la seconde moitié du XIe siècle. Les potentiels rapports entre la genèse des cartulaires-rouleaux et la rédaction des premiers cartulaires en codex devront être interrogés (gémellité ou complémentarité ?). L’enquête ne négligera pas les contingences qui ont pu peser sur l’apparition du cartulaire-rouleau (une genèse en plusieurs lieux ? une imitation des autres usages du rouleau ? un déploiement formel nouveau pour les pancartes ?).

Ensuite, il s’agira d’interroger les facteurs ayant pu in fine favoriser le choix du rouleau pour copier un contingent de chartes : une connaissance de cette forme matérielle utilisée pour d’autres types de texte, particulièrement en milieu monastique et pour les institutions concernées (rouleaux des morts, listes diverses, inventaires ou polyptyques), une hypothétique diffusion de certaines pratiques dans un cadre local et régional. On remarque par exemple que dans la région Occitanie, où les commanderies des ordres militaires font souvent rédiger leur cartulaire sur des rouleaux au XIIe et au XIIIe siècle. On trouve un peu plus de cartulaires-rouleaux pour les Cisterciens pour la même période. Il importe d’essayer de déterminer si l’appartenance à un réseau, à un ordre a pu primer (notamment peut-être via la circulation des hommes et les carrières au sein d’un ensemble institutionnel) ou si des pratiques développées régionalement se sont ancrées durablement. Ces interrogations seront donc à lier aux possibles logiques spatiales des pratiques : il s’agira d’interroger la possibilité de transferts à différentes échelles (éventuels rapports avec l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie où la forme apparaît également), mais aussi l’existence éventuelle de communautés d’usages plus locales, qui pourraient expliquer l’ancrage régional du rouleau dans un large Midi de la France, en Val de Loire et en Normandie.

Un second constat, esquissé dès le montage du projet et confirmé à la suite du travail d’inventaire, a permis de mettre en avant la proportion étonnamment importante de cartulaires-rouleaux rédigés pour contenir des documents relatifs à des dépendances monastiques. La moitié des rouleaux bénédictins, entre le milieu du XIe siècle et le milieu du XIIIe siècle, sont en effet relatifs à des prieurés. Est-ce que le type d’établissement ou peut-être un mode de gestion de l’écrit différent seraient décelables en fonction de l’organisation d’un réseau monastique ? On explorera l’hypothèse d’un recours au rouleau dans le cadre d’un besoin d’organisation des usages de l’écrit ou de circulations de l’écrit entre le centre et ses dépendances. On s’interrogera autant que possible sur la paternité des projets rédactionnels tout en veillant à les éclairer des éléments contextuels évoqués ci-dessus (pratiques au sein d’un réseau, dans une région…). À partir de quel chartrier ces rouleaux relatifs à des prieurés ont-ils été établis ? À partir des documents conservés à l’abbaye ou au prieuré ? On pourra par exemple explorer l’hypothèse de la constitution d’un cartulaire-rouleau pour effectuer l’envoi d’un dossier documentaire (tous les actes relatifs au prieuré ou bien une sélection ?).

En plein essor, le monachisme est alors au cœur des dynamiques sociales et les monastères bénédictins masculins répondent au défi de la gestion du temporel par la mise en place de réseaux de prieurés. Est-ce que la structuration progressive des réseaux monastiques tels que Cluny, Marmoutier ou Saint-Victor de Marseille a pu s’appuyer sur ces nouveaux outils de communication, faciles à réaliser, que sont les rouleaux? Ces remarques invitent à proposer des comparaisons des usages au sein de chaque réseau. Certains réseaux ont-ils in fine favorisé le recours à cet outil documentaire, notamment dans le cadre du processus d’intégration des dépendances?

Indications pour l’appel à communication

Plusieurs propositions seront sélectionnées pour une intervention lors du colloque en fonction de leur adéquation avec l’argumentaire scientifique. En outre, l’équipe ROTULUS se réserve la possibilité de présélectionner certaines de ces propositions pour le colloque final du projet qui aura lieu à Nancy au printemps 2022.

Les organisateurs du colloque, notamment en fonction des éventuelles contraintes liées à la crise sanitaire actuelle et à ses suites éventuelles, se réservent la possibilité de proposer aux intervenants de participer par l’intermédiaire d’une visio-conférence si leur venue à Metz était impossible pour des raisons logistiques et/ou sanitaires.

Envoyez vos propositions avant le 23 octobre 2020

à l’adresse suivante (un titre et un résumé de 250 mots environ) : jean-baptiste.renault@univ-lorraine.fr

Les chercheurs répondant à l’appel à communication sont invités à prendre connaissance des travaux antérieurs menés dans le cadre du projet ANR ROTULUS. Voir notamment le compte-rendu de la journée « Codices et rotuli».

Par ailleurs, l’équipe ROTULUS se tient à leur disposition, le cas échéant, pour leur fournir certaines données nécessaires à leurs études.

Comité de sélection des propositions

  • Sébastien Fray, MCF, Université de Saint-Étienne
  • Claire Lamy, MCF, Université de Paris-Sorbonne
  • Thomas Roche, Directeur, Archives départementales de l’Eure
  • Chantal Senséby, MCF HDR, Université d’Orléans
  • Cécile Treffort, PR, Université de Poitiers

 

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] La preuve : procédures, protocoles, procédés

Pour la 4e année consécutive, l’Association des Doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance (ADCESR) organise à Tours ses Rencontres doctorales pluridisciplinaires. Cette année la journée d’étude portera sur le thème de la preuve à la Renaissance. Elle se tiendra en mai 2021 à Tours (la date sera précisée ultérieurement), au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR).

La redéfinition du champ intellectuel par l’humanisme à partir du Quattrocento entraîne une réévaluation des rapports entre vérité et connaissance. Le raisonnement peut-il, sinon atteindre la vérité, du moins garantir une certitude suffisante ? La précédente édition des Rencontres a montré l’intérêt épistémologique qu’il y a à interroger les rapports du vrai et du faux à la Renaissance. Nous proposons cette année de resserrer ce questionnement autour de la notion de preuve, dans ses élaborations théoriques aussi bien que dans ses mises en œuvre pratiques. En effet, si l’établissement de la preuve est un procédé discursif observable dans tout type d’énoncé, celui-ci prend aussi corps dans des champs pratiques et des cadres institutionnels en transformation au début de l’époque moderne.

La notion de preuve a surtout été thématisée par les historiens du droit et des sciences. Un effort de formalisation des protocoles s’observe en effet à la Renaissance, à travers la multiplication des traités juridiques cherchant à régler l’usage des modi probationum comme dans la métamorphose du statut de l’observation dans les sciences physiques et la médecine. Les discussions autour de l’écriture de la preuve s’inscrivent ainsi dans un ensemble de pratiques professionnelles et institutionnelles qu’il s’agira de mettre en lumière. Le cadre pluridisciplinaire de cette journée d’étude offre l’occasion d’élargir l’examen à l’ensemble des champs du savoir et de la pratique, afin d’analyser la preuve et les modes de son établissement.

La richesse du sujet semble par ailleurs liée à la fonction intermédiaire de la preuve : au moyen de dispositifs qui sont pour la plupart de nature rhétorique, elle consiste autant à construire un consensus qu’à établir la vérité. Cette bivalence est d’autant plus manifeste à la Renaissance, alors que les distinctions entre les disciplines ne sont pas encore fixées. L’extension des champs du savoir entraîne de nouvelles pratiques qui exposent les définitions les plus techniques de la preuve à des usages nouveaux et variés. Les participants pourront s’appuyer sur ces quelques éléments de définition pour orienter leur réflexion autour des pistes suivantes :

Axes

  • Élaborations théoriques de la preuve : comment la notion est-elle définie dans le discours savant des sciences, du droit, de la logique ?
  • Modes d’apport de la preuve : comment les processus probatoires évoluent-ils à l’aube de l’époque moderne ?
  • Influences croisées entre théorie et pratique : quels rapports entretiennent théoriciens et praticiens de la preuve, là où la preuve est à la fois concept et instrument ?
  • Transferts et échanges : les définitions et les usages de la preuve font-ils l’objet d’une circulation entre les différentes disciplines ?
  • Ces usages professionnels débordent-ils leur domaine premier pour s’inscrire dans les transformations du champ social et politique ?

Modalités pratiques

Les propositions de communication de doctorant.es et de jeunes docteur.es devront être envoyées à l’adresse mail de l’ADCESR : asso.doctorants.cesr@gmail.comavant le 22 janvier 2021.

Elles résumeront la communication en 250 mots maximum et seront accompagnées de quelques lignes de présentation (laboratoire, sujet et directeur de recherche).

Les interventions – en français, en anglais ou en italien – dureront vingt minutes et pourront s’inscrire dans tous les domaines d’études de la Renaissance (histoire, histoire de l’art, histoire des sciences et des techniques, histoire du droit et de la médecine, musicologie, littérature, philosophie), sur une période allant de Pétrarque à Descartes.

Le CESR invitera les participants à déjeuner mais le transport et l’hébergement resteront à leur charge.

Comité d’organisation

  • Clément Beuvier (doctorant, CESR/Université de Tours)
  • Sébastien Bujeaud (doctorant, CESR/Université de Tours)
  • Pierre Peresson (doctorant, CESR/Université de Tours)

Comité scientifique

  • Marie-Luce Demonet (PR ém., CESR/Université de Tours)
  • Géraldine Cazals (PR, Université de Rouen)
  • Stéphan Geonget (PR, CESR/Université de Tours)
  • Laurent Gerbier (MC HDR, CESR/Université de Tours)
  • Olivier Guerrier (PR, Université Toulouse II Jean Jaurès)
  • Ki-Won Hong (Professeur invité, Université nationale de Séoul)

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] The Visual Culture of Mosques, Dhahran, Saudi Arabia (lim. 28 déc. 2020)

Dhahran, Saudi Arabia

https://www.ithra.com/en/visual-culture-mosques

23rd-25th November 2021

Call for Research Submissions on the Visual Culture of Mosques

Dhahran (November 23 – 25, 2021)

In conjunction with the forthcoming exhibition Shatr AlMasjid: the Art of Orientation, the King Abdulaziz Center for World Culture (Ithra) is collaborating with the Abdullatif Al Fozan Award for Mosque Architecture to host a three-day conference to address the historical meaning, culture, evolution and functions of the mosque.

Ithra and Abdullatif Al Fozan are announcing an open call for research submissions on the visual culture of the mosque for the conference that will take place at Ithra from November 23 – 25, 2021. This is an open call for architects, designers, archeologists, artists, writers, historians and curators to present their original research, objects or insights about mosques and related cultural objects.

Categories of submission include:

  • Research papers.
  • Models, objects.
  • Posters.
  • Audio-visual productions.

The selection criteria include creative ways of addressing the culture, history and meaning of mosques through objects. The goal is a more insightful and expanded understanding of the mosque.

The conference will focus on architectural forms and design elements as well as objects used in and around mosques such as lamps, windows, furniture, carpets, pulpits, calligraphy and so on.

The deadline for submissions is December 28, 2020. For more information, please download this PDF.

Or send your registration submission by email at conference@ithra.com

For more information, please visit https://www.ithra.com/en/visual-culture-mosques

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contributions] Théologies islamiques des catastrophes, MIDEO (limite : 30 juin 2021)

Théologies islamiques des catastrophes : entre science, religion et messianismes

Dossier dirigé par Abdessamad Belhaj (Université catholique de Louvain, CISMOC) et Haoues Seniguer (Sciences-Po Lyon, Triangle UMR 5206, Lyon)

Cliquer ici pour télécharger ici la version PDF…

La Covid-19 (kūfīd-19) s’est déclarée aux alentours d’octobre-novembre 2019 en Chine. En plus d’être devenue un problème de santé publique mondiale, celle-ci s’est rapidement transformée en « un fait social total » (Mauss, 2013). Elle a effectivement mis en branle une pluralité d’institutions et de champs sociaux au sein des enceintes aussi bien nationales qu’internationales : économique, politique, culturel et religieux.

L’épidémie (wabāʾ) a donc engendré son lot de commentaires et de gloses religieuses de la part des hommes de foi. C’est ainsi que le théologien marocain Aḥmad al-Raysūnī, président de l’Union internationale des savants musulmans (UISM), affirma à propos de la pandémie de coronovirus (ǧāʾiḥat kūrūnā) que celle-ci appartient à « la tradition de l’épreuve/l’affliction[1] » (sunnat al-ibtilāʾ), de sorte à ce que « croyant et homme raisonnable » s’interrogent plus avant sur la manière de « tirer profit » de cette « épreuve » (yastafīdu min al-balāʾ), autrement dit des « leçons » (al-ʿibar wa-l-durūs) du point de vue spirituel et existentiel. Afin que, in fine, les gens puissent selon lui méditer sur « leur façon de vivre et sur leurs comportements » (uslūb ḥayātihim wa-sulūkihim)[2].

Pourtant, loin de se contenter de ce discours consensuel, al-Raysūnī en a également profité pour souligner combien la pandémie avait révélé l’étendue de « la santé (salāma) et sagesse (ḥikma) de l’ensemble des lois et règles contenues dans la religion islamique, de son régime législatif (manẓūmatihi al-tašrīʿiyya) ». Finalement, la pandémie, de ce point de vue, constituerait « la meilleure preuve du caractère céleste de l’islam, valable en tout lieu et en tout temps (ṣāliḥan li-kull makān wa-zamān) », prétendant même que « de nombreux endroits d’Asie orientale auraient embrassé l’islam » après la survenue du virus, parce que leurs habitants se seraient rendu compte que ses « lois et règles assurent la santé et la protection de l’Homme contre tout préjudice et mal (ḍarar wa-šarr) ». Quant au secrétaire général de l’institution présidée par Aḥmad al-Raysūnī, le shaykh ʿAlī Muḥyī al-Dīn al-Qaradāġī, « ces épidémies et virus » (al-awbiʾa wa-l-fayrūsāt) procèdent du « destin de Dieu » (qadar Allāh). Ceux-ci sont « des preuves absolues et vivantes (min al-adilla al-qāṭiʿa al-mušāhada) du pouvoir de Dieu le Très-Haut de décimer qui Il veut décimer, et ce, par le plus faible de ses soldats (bi-aḍʿaf ǧunūdihi) », référant, à l’appui de sa démonstration, à la sourate al-Muddaṯṯir (LXXIV), verset 31 : « Et nul ne connaît les soldats de ton Seigneur sauf Lui » (wa-mā yaʿlamu ǧunūd rabbika illā huwa). Il s’agirait d’une « affliction », « de maladies » (amrāḍ) par lesquelles Dieu « disciplinerait musulmans et non-musulmans », conférant « au croyant éprouvé par elles, mais empli de patience, la récompense du martyr[3] » (aǧr al-šahīd).

En fait, transcendant la seule période contemporaine, la théologie musulmane des catastrophes peut trouver des origines réelles ou présumées dans des passages coraniques ou des traditions dites prophétiques (Sunna) qui rapportent des calamités, avérées, allégoriques ou eschatologiques : nous pensons à la bataille de Uḥud, aux scènes de l’Apocalypse (ou apocalyptiques), à la punition des peuples mécréants par la destruction, la noyade, etc. La sourate al-Zalzala (XCIX) illustre par exemple l’imaginaire coranique de la catastrophe, comme événement apocalyptique maîtrisé ou jugulé par l’omnipotence et la justice divines. À la suite du Coran, les clercs musulmans, dans l’histoire, ont ainsi produit plusieurs types de littérature religieuse comme réponses aux catastrophes, naturelles ou humaines : guerres, épidémies, famines, tremblements de terre, etc. Probablement, la littérature à ce titre la plus ancienne est celle du corpus des traditions prophétiques (ou « imamiques » du côté šīʿite), tantôt de facture messianique, tantôt de facture pragmatique, tendant à former une espèce de norme théologique en matière de désastre. On en trouve des traces dans les chapitres des miḥan (épreuves), des fitan (séditions), du ṭāʿūn (peste) ou du ṭibb (médecine) dans les compilations prophétiques efflorescentes au 3ᵉ/9ᵉ siècle, à l’instar de la compilation al-Ǧāmiʿ al-ṣaḥīḥ (Le Compendium des traditions authentifiées) d’al-Buḫārī (m. 256/870). Ce dernier considère que l’épidémie est un destin de Dieu, un châtiment et une épreuve, que la contagion en soi n’existe pas (la peste étant une création divine dans la conception traditionniste), élevant en outre le statut du mort par épidémie à celui de martyr, et conseillant, de surcroît, le confinement.

Un autre type de littérature théologique des catastrophes, plus tardive et plus sophistiquée cette fois-ci, apparaît dans des traités théologico-éthiques sur les épidémies (Aḥmad ʿIṣām ʿAbd al-Qādir al-Kātib a compté 33 textes). En effet, nous disposons d’une trentaine de traités théologiques composés par des théologiens et des juristes musulmans sur le ṭāʿūn (peste) ou le wabāʾ (épidémie). Le traité le plus influent, qui a d’ailleurs fait autorité dans les milieux sunnites, est celui de Baḏl al-māʿūn fī faḍl al-ṭāʿūn (Offrir la bienfaisance à l’égard de la vertu de la peste) composé par Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, traditionniste égyptien mort en 852/1449. Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī y discute le rôle du djinn dans l’épidémie, le statut du mort par la peste (qui devient égal à celui du martyr), de l’importance de rester confiné dans le pays touché par la peste, de se repentir, d’accomplir les invocations pour demander à Allāh la levée de la peste, ainsi que d’adopter des précautions et pratiques médicales comme la phlébotomie. On y trouve aussi une tradition tardive attribuée au Prophète, qui dit que : « La peste est un martyre et une compassion pour ma communauté, une torture pour les mécréants », ce qui pose la question de l’altérité et de la peur dans la vision traditionniste de la catastrophe, du danger ou de la menace.

Du côté šīʿite, le clerc Muḥammad ibn al-Ḥasan al-Ḥurr al-ʿĀmilī (m. 1104/1693) a dédié un chapitre de sa somme de jurisprudence šīʿite Wasāʾil al-šīʿa (Les Instruments des šīʿites) à la question de l’autorisation de fuir les lieux de l’épidémie et de la peste, sauf en cas de nécessité d’y résider, comme pour les combattants et les gardes-frontières. Nous pouvons y voir toute la flexibilité de la pensée théologique šīʿite en matière de (ré)conciliation entre les contraintes de l’urgence et les normes en vigueur de la tradition « imamique ».

Les travaux de Jacqueline Sublet, Josef van Ess, Boaz Shoshan, Lawrence I. Conrad et de Justin K. Stearns, entre autres, montrent que les croyances autour de l’épidémie ont été largement déterminées par les discours théologiques jusqu’au XIXᵉ siècle. Néanmoins, même si ces travaux sont érudits et toujours utiles, ils sont datés et manquent en partie d’analyse plus serrée du contenu des traditions. Aussi, au vu de l’acuité de cette théologie islamique des catastrophes qui s’est (re)déployée récemment, notamment dans le monde majoritairement musulman, certaines questions sur les continuités/discontinuités dans le discours théologique entre hier et aujourd’hui restent à interroger, à investir plus avant ; celles également relatives aux normes, aux dilemmes éthiques qui se posent aux musulmans confessants et à leurs autorités religieuses : des dilemmes éthiques entre la part de destin et la part de l’action humaine, en particulier de la responsabilité devant Dieu et l’ensemble de l’humanité ; entre la préservation de la vie humaine et les impératifs d’observance des rites et rituels religieux stricto sensu. Qui a causé l’épidémie : Dieu, les djinns ou les hommes (et lesquels) ? Faut-il se fier, du point de vue des théologiens intéressés à la question, à la science ou aux données de la foi pour expliquer les phénomènes épidémiques, naturels, mais également surmonter, prévenir ou conjurer les catastrophes ? Quelle est la part du sacré, du séculier ou du profane, en d’autres mots, quelle est la part réservée à l’un et à l’autre dans les théologies musulmanes ? Dans quelle mesure la théologie islamique (ou théologies islamiques) des catastrophes est-elle aussi et simultanément une théologie de la peur, sinon de la responsabilisation/‌culpabilisation de l’Homme face à lui-même et face à ses semblables ? Quelle différence le discours islamique classique et contemporain établit-il entre le musulman et le non-musulman face à l’épidémie ? Comment comprendre les différents arguments normatifs religieux mobilisés par les théologiens ? Peut-on relever, à ce propos, des différences entre les littératures sunnites et šīʿites ? Entre la littérature ancienne et plus tardive concernant les catastrophes ou drames humains ? Comment les théologiens musulmans contemporains s’emparent-ils de la littérature religieuse classique pour développer leur regard sur l’environnement, le déchaînement des éléments naturels, voire vis-à-vis de l’ordre politique, etc. ?

C’est à ces quelques grandes questions parmi d’autres possibles que souhaite se confronter le dossier de ce MIDÉO consacré, au sens large, à la théologie islamique des catastrophes à différentes époques de l’histoire, dans la pensée théologique ancienne, moderne et contemporaine.

  • Date limite pour proposer un article: 30 juin 2021 (pour une publication prévue en janvier 2023).
  • Merci d’envoyer votre article à mideo@ideo-cairo.org.
  • Le MIDÉO accueille à la fois des articles et des éditions de textes. Nous ne fixons pas de limite de longueur aux articles, seul l’intérêt scientifique est pris en compte. Merci de noter que les articles qui n’appliquent pas nos recommandations aux auteurs ne seront pas évalués. 

Sources primaires

  •  al-ʿĀmilī (1104/1693) Muḥammad b. al-Ḥasan al-Ḥurr, Wasāʾil al-šīʿa, Téhéran, al-Maktaba al-Islāmiyya bi-Ṭihrān, 1975.
  • Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī (852/1449) Aḥmad b. ʿAlī, Baḏl al-māʿūn fī faḍl al-ṭāʿun, éd. par Aḥmad ʿIṣām ʿAbd al-Qādir al-Kātib, Riyad, Dār al-ʿĀṣima, 2016.
  • al-Suyūṭī (911/1505) Ǧalāl al-Dīn ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Bakr, Mā rawāhu al-wāʿūn fī aḫbār al-ṭāʿūn, Damas, Dār al-Qalam, 1997.

Études

  • Lawrence I. Conrad, “Ṭāʿūn and Wabāʾ: Conceptions of Plague and Pestilence in Early Islam”, Journal of the Economic and Social History of the Orient 25/3, 1982, p. 268‒307.
  • Josef van Ess, « La peste d’Emmaüs. Théologie et ‘‘histoire du salut’’ aux prémices de l’Islam », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Année 2000, 144-1, p. 325‒337.
  • Josef van Ess, Der Fehltritt des Gelehrten: die « Pest von Emmaus » und ihre theologischen Nachspiele, Heidelberg, C. Winter, 2001.
  • Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, P. U. F., 2013.
  • Boaz Shoshan, “Wabāʾ” in : EI II, Vol. 11, p. 3‒5.
  • Justin K. Stearns, Infectious Ideas: Contagion in Premodern Islamic and Christian Thought in the Western Mediterranean, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2011.
  • Jacqueline Sublet, La peste prise aux rets de la jurisprudence : le traité d’Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī sur la peste, Paris, Éditions Larose, G. P. Maisonneuve, 1971.

[1] https://www.aljazeera.net/programs/shariah_and_life_during_ramadan/2020/4/27/الشريعة-والحياة-في-رمضان (consulté le 20 juin 2020).

[2] http://alwatannews.tn/article/14562 (consulté le 20 juin 2020).

[3] http://iumsonline.org/ar/ContentDetails.aspx?ID=11019 (consulté le 21 juin 2020).

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Colloque « Sanctions spirituelles et politique dans la catholicité, des origines à l’époque contemporaine », Rome, Ecole française de Rome, 29-30 octobre 2020 [Date limite candidature : 30 juillet 2020]

Présentation

Après les journées inaugurales de Lyon (8-9 octobre 2018), consacrées aux Formes comparées de la coercition, de l’exclusion et de la réinclusion dans les traditions des trois monothéismes abrahamiques, et celles de Rome (14-15 janvier 2019), centrées sur Le lancement, les relances et la levée des sanctions spirituelles, ce troisième colloque international du cycle de recherches FULMEN aborde un aspect thématique majeur de l’histoire du « glaive spirituel » : sa place et ses usages dans la sphère politique à travers les âges, aussi bien dans les relations internationales que dans la vie intérieure des collectivités nationales ou locales.

 

Au plan de la géopolitique d’abord européenne, puis mondiale, les contributions permettront de mesurer la force et les limites de ces moyens d’action spécifique de la papauté que constituent l’excommunication et l’interdits, moyens qui renvoie directement à sa mission spirituelle – et dont l’usage expose donc toujours le Siège apostolique à l’accusation de dévoiement dans la poursuite d’intérêts trop matériels. Très peu examinées dans leurs caractères spécifiques (domination du flou et de la flexibilité, diffraction du pouvoir de sanctionner au sein du clergé, temporalité lente et marquée par l’itération, engagement des consciences individuelles, etc.) malgré le développement récent d’un certain intérêt historigoraphique, les sanctions spirituelles forment également des objets d’étude privilégiés pour aborder les phénomènes de confrontation, de conjonction et de tension entre autorité spirituelle et puissance séculière au sein des sociétés politiques. Leur étude offre en outre un point de vue de longue durée sur le dualisme qui caractérise le pouvoir en Occident au moins jusqu’aux Lumières et sur les jeux dialectiques afférents – qu’il s’agisse de poussées des tendances théocratiques ou de « sécularisation » par la sacralisation des pouvoirs princier : à un âge d’or du gouvernement par les sanctions canoniques aux XIIe et XIIIe siècles, conditionné entre autres par la juridicisation des censures, succède un très lent recul, qui va de pair avec celui de l’universalité de la juridiction ecclésiastique.

Comment les usages et les effets socio-politiques de l’excommunication et de l’interdit persistent-ils et se reconfigurent-ils au fil du temps, selon les contextes politico-religieux ? Ce colloque s’efforcera de mettre en parallèle des situations plus ou moins éloignées dans le temps et des exemples contemporains, tirés de contextes où l’Église conserve une forte emprise sociale, par exemple en Italie ou en Amérique latine.

Les propositions de communication (1000 à 2000 signes) sont à envoyer en allemand, anglais, espagnol, français ou italien à l’adresse julien.thery(at)univ-lyon2.fr avant le 30 juillet 2020.

Présentation du Programme FULMEN

Source : Ecole française de Rome

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] « Une histoire de la concurrence: champs d’études et interprétations historiennes », numéro thématique de la revue « Cahiers du Framespa » [Date limite : 15 septembre 2020]

Les Cahiers de Framespa, revue d’histoire sociale éditée par l’UMR 5136 FRAMESPA (université Toulouse-Jean Jaurès/CNRS) lancent un appel à contribution pour le dossier thématique Concurrence, portant sur l’analyse du concept et des situations de concurrences dans les différents champs de l’histoire économique, politique, sociale, religieuse et culturelle du Moyen Âge et de l’Époque moderne.

Coordination du dossier
  • Sandrine Victor (FRAMESPA, U. Champollion d’Albi)
  • Alexandra Beauchamp (Criham-FRAMESPA, U. de Limoges)
Présentation

Les historiens ne se privent pas, avec profit, de travailler des concepts contemporains et de les questionner dans leur historicité. Quelle place peut donc trouver, dans les recherches actuelles en histoire médiévale et moderne, une réflexion envisagée sous l’angle de la concurrence ? Quelles situations et quels contextes médiévaux ou modernes sont vécus ou décrits comme concurrentiels par leurs contemporains ? Quelle valeur accordent-ils aux dynamiques qu’ils engendrent ? Quels critères l’historien du XXIe siècle prend-il en compte pour considérer que la concurrence est à l’œuvre dans la période, la situation qu’il analyse ? Concurrence, rivalités, émulation, coopétition (Le Jan, Bürher-Thierry, Gasparri- 2018) se distinguent-elles selon les situations ou procèdent-elles des mêmes mécanismes ?

Si l’emploi du terme concerne prioritairement de nos jours le champ économique, force est de constater que la concurrence s’applique et se pense aussi bien à la cour, dans le monde politique et diplomatique, mais également dans la société au sens large (course à la dot, distinctions et honneurs ; trafic de reliques et influences des paroisses ; rivalités artistiques ; concurrences symboliques…). L’acception communément retenue aujourd’hui du concept de concurrence retient plus le « fait de se trouver en opposition, le plus souvent d’intérêt dans la poursuite d’un même but, chacun visant à supplanter son rival » (2e sens défini par le dictionnaire du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, https://www.cnrtl.fr/definition/concurrence) que le « fait d’être ensemble, d’agir de concert, conjointement, à égalité dans la poursuite d’un même but » (1er sens défini par ce même dictionnaire). La rivalité, la compétition, l’émulation, qu’elles sous-tendent une appréciation positive ou négative, semblent donc aujourd’hui avoir pris le pas dans le sens donné au concept de concurrence sur les formes les plus anciennes et les premiers usages latins et vernaculaires du substantif concurren(cia) qui privilégiaient les sens de rencontre, d’accord, de convergence, que l’on trouve dans le verbe latin concurrere et qui demeurent actuellement dans l’expression française « jusqu’à concurrence de ».

Sans rejeter ni l’approche nominaliste et les enquêtes qui se centreraient sur le vocabulaire et la formulation de l’idée de concurrence au Moyen Âge et à l’Époque moderne, ni une démarche de reconstruction, qui pisterait dans les sources les critères et caractéristiques témoignant d’une forme historique de concurrence, ce dossier cherche à encourager les travaux visant à interroger le regard porté historiquement sur la concurrence, sous toutes ses formes, et ses évolutions. Dans quelle mesure, entre le Ve et le XVIIIe siècle, les formes de concurrence sont-elles dénigrées ou au contraire valorisées ? Est-ce alors un concept positif ou négatif ? L’appréciation de la concurrence fait-elle systématiquement intervenir un critère moral ? La concurrence est-elle alors interdite, rendue possible ou même encouragée ? Observe-t-on des démarches volontaires de mise en concurrence ? La concurrence a-t-elle donc une fonction sociale, économique, politique ? Quel rôle et quels discours tiennent respectivement les individus, les groupes sociaux, les états de la société, les entreprises et les pouvoirs envers la concurrence, ses différentes formes et évaluations ? Étudier la concurrence, est-ce étudier une vision de la société médiévale et moderne ?

Calendrier

Le calendrier de publication est le suivant :

Envoi des propositions : 15 septembre 2020

Merci d’adresser un résumé en français de 500 mots, explicitant l’enjeu de l’étude proposée, son angle méthodologique et échelle d’analyse, l’espace étudié et le spectre chronologique retenu, accompagné d’une biographie de 100 mots aux adresses suivantes :

sandrine.victor@univ-jfc.fr et alexandra.beauchamp@unilim.fr.

Notifications aux auteur.e.s : 15 octobre 2020

Les propositions seront sélectionnées par les coordonnatrices du dossier et validées par le comité de rédaction de la revue.

Envoi de l’article : 15 janvier 2021

Les articles feront l’objet d’une évaluation en double aveugle ; ils devront respecter les normes éditoriales de la revue.

Publication septembre 2021

 

Source : Calenda

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] Investir la frontière, Revue Frontière.s [Date limite : 20 décembre 2020]

Coordination : Marine Lépée, Gaëlle Perrot

Argumentaire

La frontière n’est pas seulement une limite ou une interface entre deux réalités. Elle constitue également un espace construit et organisé où s’investir ou à investir de manière plus ou moins pérenne. Pour ce quatrième numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les modalités d’appropriation de la frontière et ses formes d’occupation, en portant une attention particulière aux acteurs et aux dynamiques centres-périphéries.

La thématique pourra être abordée librement selon différentes approches :

  • investissement matériel : habiter ou aménager des espaces intégrés ou à la marge, investir des moyens financiers, humains, structurels
  • investissement territorial : maîtriser et étendre les limites d’un territoire religieux, agricole, étatique, etc.
  • investissement militaire : engager des forces militaires afin d’occuper/conquérir un espace ou une population
  • investissement symbolique : revêtir la frontière d’un droit, d’un pouvoir, d’une dimension honorifique, d’une juridiction, d’une identité territoriale ou nationale
  • investissement intellectuel : considérer une frontière ou un territoire frontalier comme un horizon de la connaissance, un espace à cartographier ou à explorer.
Calendrier
  • 20 décembre 2020 : date limite de soumission des articles complets
  • 15 mars 2021 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 15 avril 2021 : date de retour des versions corrigées
  • juin 2021 : parution du numéro
Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution avant le 20 juin 2020 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

 

Source : Revue Frontière.s

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] La déterritorialisation : résistance ou résilience ? (Antiquité – Moyen Âge), Boulogne-sur-Mer, 17 nov. 2020 (lim. 3 juil. 2020)

Confrontées à l’affirmation d’une autorité jugée hostile sur leurs territoires, les populations disposent d’un répertoire d’actions de résistance relativement vaste. La manifestation, la désobéissance civile ou la lutte active, par la plume ou par les armes, sont les recours les plus répandus mais ne sont pas les seules options. Quand les populations ont le sentiment que le départ est nécessaire, la déterritorialisation peut être également, selon certaines modalités, une œuvre de résistance ou une forme de résilience. Que l’on pense à l’anachorèse des paysans égyptiens écrasés d’impôts, à la fuite au désert des pseudo-messies juifs du Ier  siècle, à l’abandon parfois de territoires entiers pour se resserrer à l’échelle de villes ou de quartiers, la déterritorialisation a pu s’expliquer par des logiques pragmatiques et bassement matérielles, mais elle a pu se nourrir aussi de motivations, voire de justifications ou de critiques plus ou moins élaborées (éventuellement a posteriori), mettant en évidence, prétextant ou instrumentalisant un refus de l’obéissance ou du mélange social, politique ou culturel. Comprise ainsi, la déterritorialisation peut n’être pas qu’une simple fuite, mais la sublimation d’une perte. Elle a pu être pensée, appliquée et vécue comme un mode de résistance, voire de survie collective, physique ou identitaire. Elle a pu être volontaire tout autant que contrainte ou incitée, attendue par l’autre parti ou le prendre au dépourvu, permettre d’échapper au pire ou entraîner de lourdes difficultés en exil.

Calendrier

L’appel à propositions est ouvert jusqu’au vendredi 3 juillet. La réponse sera donnée dans les quinze jours. La journée d’études aura lieu à

Boulogne-sur-Mer, au site universitaire du Musée (Université du Littoral – Côte d’Opale) le mardi 17 novembre 2020. Les travaux sont susceptibles de donner lieu à publication sous la forme d’un dossier thématique dans une revue spécialisée.

Plus d’informations : La déterritorialisation

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] «Les communautés religieuses et villageoises dans la reconstruction économique à la fin du Moyen Âge (XVe-XVIe siècles)» (lim. 15 juillet)

En août 1996, les Amis de Léoncel avaient traité en un seul colloque deux siècles et demi d’histoire de l’abbaye (1303-1562), dans un dossier qui faisait la part la plus belle aux difficultés du XIVe et du début du XVe siècle. En nous appuyant sur de nouvelles approches, nous souhaitons cette année remettre en perspective la reconstruction économique associée au retour des moines à Léoncel dans le deuxième quart du XVe siècle.

Après le Petit Optimum Médiéval et une extension des terroirs qui a largement bénéficié aux cisterciens, l’« automne » du Moyen Âge est marqué par une déprise du peuplement, effet d’un effondrement démographique et de troubles guerriers (ici les attaques de Raymond de Turenne). Mais s’ensuit, au XVe siècle, une reconquête et une réorganisation des terroirs, portée par le triomphe de l’écrit (terriers, cartulaires, inventaires…), le développement des échanges et des marchés, l’affirmation des communautés d’habitants et la « naissance des communs » (F. Mouthon). Comment les communautés, religieuses ou villageoises organisent-elles cette reconstruction économique ? Quelles sont leurs stratégies documentaires ?

Un des enjeux pour les communautés religieuses désormais privées du travail et des capacités de gestion des convers est de continuer à tirer des revenus de leur patrimoine. Quel est le profil de leurs tenanciers ou albergataires ? Comment les domaines monastiques (souvent dévolus au faire-valoir direct) sont-ils réinvestis par une population rurale ?

Propositions, pour le 15 juillet 2020, à transmettre à l’adresse contact@les-amis-de-leoncel.com

Lieu: Hostun (Drôme)

Date: Samedi 12 septembre 2020

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à Contribution] Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) 24.2 (lim. 31 août)

Le Bucema, bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, est une revue scientifique à comité de lecture consacrée aux études sur le Moyen Âge. Fidèle à son principe de diffusion de la recherche en train de se faire et librement accessible, le Bucema continue à mettre l’accent sur l’interdisciplinarité ‐sciences humaines et sociales, sciences de la nature et mathématiques‐, comme le meilleur moyen d’inventer une nouvelle médiévistique. Il est particulièrement intéressé par les contributions proposant des nouvelles méthodes, faisant état d’expériences dans le domaine des humanités numériques (digital humanities) et des nouvelles technologies, s’interrogeant sur les implications épistémologiques et conceptuelles des recherches sur le Moyen Âge.

Le Bucema 24.2 publié en ligne sur la plateforme OpenEdition Journals est en préparation. Nous vous invitons à soumettre, dès maintenant et avant le 31 août 2020, votre contribution pour ses différentes rubriques en vue de la publication du numéro varia n° 24.2, à paraître en décembre 2020. Pour exemple, le numéro 23.1 (2019) est consultable à l’adresse https://journals.openedition.org/cem/16281

Fidèle à son principe de diffusion de la recherche en train de se faire et librement accessible, le Bucema continue à mettre l’accent sur l’interdisciplinarité ‐sciences humaines et sociales, sciences de la nature et mathématiques‐, comme le meilleur moyen d’inventer une nouvelle médiévistique. Il est particulièrement intéressé par les contributions proposant des nouvelles méthodes, faisant état d’expériences dans le domaine des humanités numériques (digital humanities) et des nouvelles technologies, s’interrogeant sur les implications épistémologiques et conceptuelles des recherches sur le Moyen Âge. Il accueille aussi des études et des synthèses de fond dans les domaines de l’archéologie, de l’histoire et de l’histoire de l’art, tout en se faisant l’écho de l’actualité de la recherche la plus récente.

Tourné vers la communauté scientifique internationale, le Bucema accepte des contributions dans les langues suivantes : allemand, anglais, espagnol, français, italien, portugais.

Le contenu de votre contribution est soumis à un comité de lecture avant publication.

Axes thématiques

Les différentes rubriques :

  • Recherche active : articles et études de fond inédits ;
  • Entretien : échanges avec un(e) spécialiste sur son expérience dans son domaine de recherches ;
  • Note de lecture : essai bibliographique thématique, autour d’un ou plusieurs ouvrages ;
  • Point de vue : sur une expérience concrète d’exercice, avec des implications dans le champ de la recherche ;
  • Découvertes : archéologique, archivistique, textuelle, iconographique, artistique, etc., importante ;
  • Chantiers : communications brèves mais problématisées, faisant état des avancées scientifiques des recherches nouvelles ou en cours (fouilles archéologiques, recherches archivistiques, iconographiques, lexicales, etc.) ; 
  • Chroniques : synthèses fouillées des rencontres scientifiques ;
  • Dissertatio : résumés de thèses, de dissertations et de mémoires ;
  • Rendez-vous : annonces de nouveaux programmes de recherches, des rencontres à venir.

Modalités de soumission

Les articles seront soumis au comité de rédaction et envoyés au secrétariat de rédaction de la revue, sous forme électronique (fichier attaché format .doc, .docx), à l’adresse suivante :

bucema.contact@gmail.com

Avant le 31 août 2020.

 

Tout auteur qui envoie un article au Bucema‐Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, si cet article est accepté, reconnaît au CEM le droit de le publier sous forme électronique sur le site

Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

 

Source et informations complémentaires: https://calenda.org/785843

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] « La conversion religieuse en actes : scènes, pratiques et circulations »  (lim. 15 sept. 2020)

AAC en version PDF

Dossier coordonné par : 

Pamela Millet (EHESS-CéSor)
Hamida Azouani-Rekkas (EHESS-CMH)  
Bernard Coyault (EHESS-IMAF) 

Date limite d’envoi des propositions : 15 septembre 2020 

Ce numéro thématique se propose de revenir sur les phénomènes de conversions religieuses comme pratiques sociales polymorphes, et interroge les différentes pratiques, temporalités et mobilités religieuses qui en découlent. Jouissant d’une grande profondeur historique, la question de la conversion suscite, en effet, une diversité d’interprétations et d’approches aussi bien épistémologiques que méthodologiques (Buckser et Glazier 2003). Pourtant, malgré une abondante littérature, les dynamiques de conversions sont généralement appréhendées en sciences sociales soit dans leur dimension spirituelle (Redford 1843 ; Brandt 2009) soit dans leur dimension fonctionnaliste voire utilitariste, couvrant le champ de la « rationalité de la conversion religieuse » (Decobert 2000). En outre, la notion de conversion se voit plus souvent analysée à partir de sa narration, de ses « illustrations biographiques » (Le Pape 2010), et donc décrite sous forme d’un récit standardisé et standardisant (Mary et Piault 1998 ; Fabre 1999), de « rupture » (Meyer 1998) ou de « radical change » (Robbins 2007) dans la vie du converti. Dans les sociétés africaines, les caractéristiques sociales, économiques et politiques – « le paradigme fonctionnaliste » en somme (Willaime 1999 : 22) – sont généralement mobilisées comme variables explicatives privilégiées pour rendre compte des conversions d’individus, poussant le chercheur à s’éloigner des idéologies religieuses (chrétiennes ou islamiques notamment) mais également à faire passer la dimension personnelle, voire intime, pour une variable secondaire (Comaroff et Comaroff 1991). Dans le cas des conversions aux pentecôtismes par exemple, les crises de sens, les dictatures, la pauvreté ou l’insécurité – « l’anomie » en somme (Durkheim 1975 [1897]) – apparaissent comme des récits explicatifs de premier choix pour énoncer les conversions individuelles ou de masse – deux phénomènes pourtant phénoménologiquement différents (Mahieddin 2015).  

La conversion à l’échelle des individus : acteurs, matérialités et dynamiques sociétales

 Le numéro 182 des Archives en sciences sociales des religions (Savy et Sotinel 2018) présentait dans une perspective plus historique une analyse de ce qui se donnait à voir dans l’espace public à la suite de phénomènes de conversions religieuses dans les contextes européen et méditerranéen à partir de la fin de l’Antiquité jusqu’à la période moderne. Ce dossier vise à prolonger cette démarche en interrogeant dans un double sens, phénoménologique et sémiologique, les gestes, les signes et les mises en scènes des conversions religieuses en Afrique. En croisant ces deux dimensions qui se veulent attentives à ce que les individus donnent à voir de leurs expériences quotidiennes, qu’il s’agisse du rapport qu’ils entretiennent à eux-mêmes, aux autres ou à la société environnante, nous invitons à penser les phénomènes de conversions religieuses par le biais de leur mise en signes, qui nous renseigne sur les différentes manières dont les acteurs expérimentent en situation et matérialisent leur croire. Si les phénomènes de conversions ne sont pas appréhendés ici comme des récits standardisés marquant des « avant » et des « après » stabilisés et figés, mais bien comme des processus dynamiques et performatifs, l’accent sera mis sur les pratiques sociales des acteurs ainsi que sur les représentations et imaginaires qui les sous-tendent. Plus spécifiquement, nous souhaitons dans le cadre de ce dossier lire les phénomènes de conversions religieuses principalement à partir de ce qui se joue à l’échelle des individus (y compris quand il s’agit de conversions collectives), tant de nouveaux que d’anciens convertis, travaillés par des rapports sociaux de genre, de classe et de génération, et qui se donnent davantage à voir sous l’angle du « croire c’est faire », à l’intersection du privé et du public. La conversion est ici entendue dans sa dimension expérientielle, vécue, soit comme une pratique, une façon spécifique d’habiter le soi et d’habiter le monde, qu’il s’agisse d’expériences ostentatoires plus ou moins intensives ou de formes plus discrètes liées aux questions de l’intime (notamment l’hygiène corporelle, les pratiques sexuelles, etc.).  

Il s’agit donc d’interroger les performances des acteurs, leurs mises en signes et en actes, ce qu’ils énoncent et font, leurs manières de faire au quotidien, sans oublier les voix dissidentes, ou encore  ces « acteurs-veilleurs » (Millet 2019), qui se donnent parfois pour mission de vérifier, de valider et/ou d’invalider les discours, les pratiques et les attitudes, mettant ainsi en avant tout à la fois les expériences des acteurs et les rapports de force qui, à divers degrés, les accompagnent. La perspective telle qu’elle est ici pensée permet de s’intéresser à la manière dont les individus agissent et donnent sens à leurs actes mais aussi à la façon dont cet agir, résolument pluriel, interroge l’éternelle dialectique du dire et du faire. Il s’agit ainsi, d’une part, d’appréhender à nouveaux frais, à la suite du numéro 123 de Politique Africaine consacré à la pluralisation religieuse (Lasseur et Mayrargue 2011) les manières dont le politique et le religieux s’imbriquent dans les mécanismes de construction et de présentation de soi, et d’autre part, d’inscrire les débats sur les acteurs religieux africains dans des discussions contemporaines sur les logiques de recompositions du religieux (Berger 1971 ;  Fouchard, Mary et Otayek 2005 ; Holder et Sow 2013 ; Lasseur et Mayrargue 2011 ; Giordan et Pace 2014) et les dynamiques d’individualisation qui ne sont pas elles-mêmes à l’abri d’ambivalences et parfois même de contradictions.  

Les convertis dans la cité : identifications, subjectivations et rapports de force

En partant des acteurs et de leurs trajectoires propres, de leurs expériences, des manières dont ils s’affirment et se donnent à voir quotidiennement comme convertis (soit d’une focalisation sur l’individualité mais sans que cela ne proscrive des approches qui s’inscriraient dans une analyse des interactions entre expériences individuelles et collectives) ce dossier qui s’inscrit dans la lignée des travaux sur les modes de subjectivations invite à penser les conversions religieuses comme des phénomènes de fabrication et de mise en signes plus ou moins complexes de nouveaux rapports à soi, aux autres et au monde social, qui peuvent fonctionner en synergie, en opposition, voire en conflit. Les débats souvent passionnés sur la question des effets de la conversion sur la vie quotidienne montrent en effet à quel point les enjeux de compréhension de telles transformations débordent largement les enjeux religieux et ramènent presque toujours à du politique (Michel 1994).

Centrer l’attention sur les individus, sur leurs pratiques concrètes, sur la conversion en train de se faire, c’est-à-dire sur les jeux et enjeux des signes qu’investissent et déploient les acteurs pour matérialiser et constamment (re)négocier leur adhésionconversion, ce n’est pas tant chercher à déterminer ce qu’est ou n’est pas une “conversion ou encore l’idée qu’en tant qu’ethnographe on a de ce qu’elle devrait être, que de s’attacher à saisir ce que l’acte de se convertir fait faire aux individus, soit les façons dont les individus-convertis construisent dans la quotidienneté, à partir de pratiques, d’attitudes, de représentations et d’imaginaires, leur « réel ». Outre que coexistent parmi les acteurs eux-mêmes de multiples conceptions de ce qu’est une “véritable conversion”,  tant en terme de temporalités individuelles que de paroles ou rites performatifs, qui peuvent être en tension et contribuer à brouiller davantage les pistes entre ce qu’est ou n’est pas une “conversion”, l’entrée par “l’instantané du montrer et le processus de se faire” (De Lame 2007: 10) et par les modes de subjectivation fait émerger ici tout une série de questions qui ont le mérite de rendre aux individus une certaine agentivité. Mais si cette invitation à relire les phénomènes de conversions fait la part belle à l’individu et à la variété de ses registres d’action,  il ne s’agit pas pour autant de nier l’importance des tensions entre l’individuel et le collectif, entre engagement personnel et engagement collectif constamment en jeu dans de telles expériences sociales, mais d’utiliser cette approche empirique comme un prisme d’analyse de la façon dont ces phénomènes se composent et se recomposent, et surtout se donnent à voir. 

Comment l’acte de se convertir ou de se dire converti est-il mobilisé pour mettre en saillance des manières de faire spécifiques, des représentations et de nouveaux imaginaires ? Au nom de quelles visions du monde, de quelles luttes et selon quelles stratégies ? Comment et selon quelles modalités peut-il être source de reconfigurations identitaires et sociales aussi bien dans l’espace privé que dans l’espace public ? Comment et selon quelles modalités se révèle-t-il être au cœur de mécanismes d’élaboration de “nouvelles” frontières sociales ? Qu’induit-il en termes de (re-/dé-)socialisations ? Quelles sont les porosités à l’œuvre ? Quels sont les rapports de force entre les différents acteurs en présence tant au niveau vertical (chefs religieux/figures charismatiques et convertis ordinaires) qu’au niveau horizontal (entre convertis ordinaires /entre leaders religieux), et comment ceux-ci sont-ils travaillés par des rapports sociaux de classe, de genre et de génération ? En quoi ce “croire c’est faire” dans sa version religieuse peut-il être assimilé à une “expression subjective d’un être-au-monde » (De Lame, ibid.) spécifique, en termes d’innovations et d’ajustements, par comparaison notamment avec d’autres formes de croire, à l’instar du croire associatif, politique, artistique, etc. ? Quelle est la spécificité de ces “actes de conversion”, qui impliquent plus largement un questionnement sur les modalités de construction de la figure du converti et sur ses différentes déclinaisons ?  

 

Axes thématiques

Déconstructions identitaires et reconfiguration des liens sociaux

Sans chercher à privilégier tels contextes sociopolitiques ou tels mouvements religieux, il s’agit donc de se focaliser sur une échelle peu étudiée de la sociohistoire, de la socio-anthropologie politique et de la socio-anthropologie des religions en abordant les phénomènes de conversions religieuses sous l’angle d’un engagement relationnel (Aubin-Boltanski et al. 2014). L’objectif est de se focaliser sur les problématiques que soulèvent la fabrique de « l’acteur-converti » et leurs intrications sur les pratiques sociales engendrées par l’acte de se convertir ; le but étant, à travers ce que donne à voir le sujet-converti, de saisir l’individu-sujet dans un vaste système d’interactions internes/externes en prise sur un univers social, et ainsi échapper à la difficulté d’accréditer « l’effet récit » (Le Pape 2010), qui est davantage une reconstruction biographique qu’un corpus de faits objectifs. Se convertir engendre des signes extérieurs variables à travers l’histoire, codifiés sous des formes infiniment disparates selon les contextes nationaux, eux-mêmes inscrits dans un contexte transnational. Situé à la frontière entre l’individuel et le collectif, l’acte de se convertir peut générer une véritable restructuration des rapports sociaux et impliquer un brouillage dans les référents identitaires et familiaux (Tank-Storper 2013).  

Se convertir peut en effet engendrer des reconfigurations de positions, d’identifications et de rapports sociaux – nouveaux comportements individuels, nouveaux rapports à la famille et à l’entourage, à l’espace – (Mary et Piault 1998 ; Fancello 2006 ; Mossière 2009 ; Pons 2013 ; Boissevain et Le Pape 2014 ; Ehazouambela 2015), et dans de nombreux cas des oppositions aux politiques de l’Etat. Dans d’autres cas, loin de traduire uniquement des logiques de transformation individuelle, la conversion peut aussi investir l’individu d’une sorte de nouvelle “mission” qui consiste à participer dans une perspective théopolitique à la reconfiguration de la société (Fancello et Mary 2010). Le converti qui se perçoit comme un élu n’est pas seulement appelé à réaliser sa propre destinée ici-bas – ce qui peut parfois se traduire par la valorisation de l’esprit d’entreprise (Haenni 2005 ; LeBlanc 2012 ; Luca et Madinier 2016 ; Millet-Mouity 2019), puis par la mise en signes et en scène de preuves matérielles de sa “réussite” : il peut aussi participer à une mission plus large, celle de « restaurer » la nation à laquelle il appartient, ce qui fait écho à la très controversée dominion theology apparue aux Etats-Unis dans les années 1970 et popularisée depuis mondialement. Dans le contexte éthiopien par exemple, nombre d’Eglises de type néo-pentecôtistes adhèrent à cette vision (Coyault 2019) – une configuration que l’on retrouve dans d’autres contextes africains.

Dans cette perspective, la conversion peut instaurer très vite de nouveaux modes de sociabilité (Fath 2005 : 45), mais aussi, par l’intervention d’êtres surnaturels – un dieu notamment -, de nouvelles écritures corporéisées de soi plus ou moins complexes et contraignantes, qui incluent le sujet croyant dans de nouvelles formes d’ « individualisme communautaire » (Willaime 2004 : 171). À ce propos, Joseph Tonda (2005) parle de « déparentélisation » pour souligner l’affaiblissement des liens de parentés claniques ou lignagères au profit de nouvelles formes de sociabilités et de relations qui émergent au sein de la « communauté des croyants ». D’autres auteurs évoquent le « réalignement » des relations sociales (Engelke 2011) ou la « restructuration » des liens familiaux (van Djik 2002).

Nouvelles hybridations, bricolages et affirmations de soi

Les phénomènes de conversions religieuses pourront aussi être abordés sous l’angle des parcours religieux pluriels, qui se matérialisent à partir des expériences quotidiennes des individus dans différents contextes sociaux, culturels et politiques, permettant ainsi de problématiser, des notions telles que « bricolage » (Lévi-Strauss 1962 ; Hervieu-Léger 2001b ;), « conversion careers » (Richardson 1978 ; Gooren 2010) ; « concubinage religieux » (Mbembe 1988 : 32), « transit religieux » (Bastian 1997), « hybridisme » (Canclini 1998), « libertinage religieux   (Mvoula-Moukouari 2007), « butinage religieux » (Soares 2009 ; Lasseur et Mayrargue 2011), « nomadisme ecclésial » (Coyault 2013) et « papillonnage religieux » (Millet 2020). La prise en compte de temporalités différentes de celle de la narration du récit de la conversion permettrait de saisir ainsi à nouveaux frais, par le prisme de la conversion vécue, les contextes de pluralisme religieux en Afrique. L’objectif étant de mieux saisir tout à la fois les mobilités et les circulations religieuses des acteurs au sein d’un même groupe et de plusieurs groupes confessionnels (mobilités intra et interreligieuses). Le recours à ces différentes notions et l’analyse des transformations du rapport à soi, aux autres et à la société environnante qui découlent de l’acte de se convertir permettront de penser plus largement la conversion religieuse comme un ensemble d’esthétiques corporelles et « techniques de soi » (Foucault 1988 : 18), qui engendre des actions concrètes plus ou moins visibles sur les corps et un travail quotidien du converti sur de multiples aspects de sa vie. L’individu-converti donne à voir sa conversion, c’est-à-dire la façon dont il la matérialise et la bricole au quotidien, via un ensemble de pratiques concrètes, de représentations et de nouveaux imaginaires plus ou moins complexes, qui impactent à divers degrés son corps. Ainsi, chez certains croyants pentecôtistes, juifs ou musulmans, c’est bien corporellement que la nouvelle expérience du monde et de soi-même est appelée à prendre sens. La conversion en train de se faire, qui n’exclut ni les interrogations ni les phases de relâchement (Aubin-Boltanski, Lamine et Luca 2014), tout aussi spirituelle soit-elle, n’en demeure pas moins physique : elle se vit dans le corps (Millet 2019). ²

La pluralisation religieuse demandera également à être pensée dans le cadre de la globalisation des pratiques. Le monde du Web en particulier, avec la multiplication et le renouvellement des médias numériques qu’il sous-tend, devient un excellent réservoir qui favorise la transnationalisation de telles manières de faire, engendrant ainsi des réseaux connectés de pratiques, de représentations et d’imaginaires. Cette interconnexion qui s’opère par le biais de réseaux sociaux, blogs, forums, églises en ligne, sites web d’églises, de mosquées, de temples, de synagogues, etc. dessine, non sans tensions, une « nouvelle géographie spirituelle du monde » (Kamari-Clarke 2004 : 4).  S’appuyant sur les différents angles proposés, nous sollicitons des articles sur toutes les formes de (re-/dé) conversions religieuses, à partir des approches qui problématisent les pratiques sociales engendrées par l’acte de se (re-/dé-)convertir et articulent également la question des espaces et des temporalités observables dans les sociétés africaines.  

 

Calendrier

15 septembre 2020 : date limite d’envoi des propositions d’article (en français ou en anglais) à Pamela Millet millet.pamela@yahoo.fr, Hamida Azouani-Rekkas hamida.azouani-rekkas@ehess.fr et Bernard Coyault bernard.coyault@gmail.com  

25 septembre 2020 : notifications aux auteur·e·s de l’acceptation ou du refus de leur proposition. 

15 février 2021 : date limite d’envoi des articles rédigés aux coordonnatrices et coordonnateur du dossier.

Pour plus d’information sur le format des articles à soumettre, voir les consignes aux auteur·e·s :

https://polaf.hypotheses.org/soumettre-un-article  

https://polaf.hypotheses.org/soumettre-un-article/submit-to-the-journal  

 

Références bibliographiques

 

AUBIN-BOLTANSKI, E., LAMINE A-S., et LUCA N., (dir.), 2014, Croire en Actes. Distance, intensité ou excès ? Paris, L’Harmattan.  

BASTIAN, J.-P., 1997, La mutación religiosa de América latina. Para una sociologia del cambio social en la modernidad periférica, México, Fondo de cultura económica.  

BERGER, P., 1971, La Religion dans la conscience moderne : essai d’analyse culturelle, Paris, Centurion. 

BOISSEVAIN, K., LE PAPE L., 2014, « Les conversions religieuses en Méditerranée. Dynamiques entre engagements individuels et cadres institutionnels », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], Numéro spécial, mis en ligne le 13.2.2015, consulté le 24.4.2020. URL : http://journals.openedition.org/cerri/1411.

Brandt, P-Y, 2009, « La conversion, retournement ou changement d’appartenance ? Approche psychologique du parcours de Pierre dans l’œuvre lucanienne », Études théologiques et religieuses, 1 (84), p. 1-22.

CANCLINI, N.G., 1998, Culturas Híbridas. Estratégias para entrar e sair da modernidade, Sâo Paulo, Edusp. 

COMAROFF, J., COMAROFF, J., 1991 Of Revelation and Revolution, vol. I, Christianity, Colonialism and Consciousness in South Africa, vol. II, The University of Chicago Press.  

COYAULT, B., 2013, « Du nomadisme ecclésial dans la diaspora congolaise en France : entre pragmatisme religieux et subversion des identités assignées » in FER Y. et MALOGNE-FER G. (dir.), Le protestantisme évangélique à l’épreuve des cultures, Paris, L’Harmattan, p. 129-152.  

____________, 2019, «’Africa Arise’ – Beza International Church : panafricanisme et imaginaire théopolitique d’un pentecôtisme éthiopien » Bulletin de l’Observatoire international du religieux, n°28 – décembre, Sciences Po – CERI. 

Decobert, C., 2000, « De la rationalité de la conversion religieuse », Cahiers du Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux, n°2, p.100-130.

DURKHEIM E., 1975 (1893), « Définition du fait moral », in DURKHEIM E., Textes 2. Religion, morale, anomie, Paris, Editions de Minuit, p. 257-288.  

EHAZOUAMBELA, D., 2015, L’Islam au Gabon. Socio-anthropologie d’une minorité́ confessionnelle, Thèse pour l’obtention du grade de docteur en Anthropologie de l’EHESS, Paris.  

ENGELKE, M., 2010, »Past Pentecostalism: Notes on Rupture, Realignment, and Everyday Life in Pentecostal and African Independent Churches », Africa, 80 (2), p. 177-199.  

FABRE P-A, « Présentation, Conversions religieuses : Histoires et récits », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 54ᵉ année, N. 4, 1999. p. 805-812. 

FANCELLO, S., 2006, Les aventuriers du pentecôtisme ghanéen, Nation et délivrance en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala et IRD.  

FANCELLO, S., MARY, A., 2010, Les chrétiens africains en Europe. Prophétismes, pentecôtismes et politique des nations, Paris, Karthala. 

FATH, S., 2005, Du ghetto au réseau. Le protestantisme évangélique en France (1800-2005), Genève, Labor et Fides.

FOURCHARD, L., MARY A., OTAYEK R., (éds.), 2005, Entreprises religieuses transnationales en Afrique de l’Ouest, Ibadan/Paris, Ifra/Karthala.  

HAENNI, P., 2005, L’islam de marché. L’autre révolution conservatrice, Paris, Seuil.

HERVIEU-LEGER D., 2001, La religion en miettes ou la question des sectes, Paris, Calmann-Lévy.  

HOLDER, G., SOW, M. (éds.), 2013, L’Afrique des laïcités. Etat, religion et pouvoirs au sud du Sahara, Alger, Editions Tombouctou.  

GIORDAN, G., PACE, E., 2014, Religious Pluralism: Framing Religious Diversity in the Contemporary World, Springer International.  

GOOREN, H., 2010, « Conversions narratives », in ANDERSON A. et al. Studyng global pentecotalisms. Theory and Methods. Berkeley and Los Angeles: University of California Press, p. 93-112.  

KAMARI CLARKE, M., 2004, Mapping Yorubá networks. Power and Agency in the Making of Trans-national Communities, Durham, N. C.: Duke University Press. C.  

DE LAME., D., 2007, « Entre le dualisme et son double, les écueils de la construction de soi. Des difficultés d’analyse biopolitique en contexte postcolonial », in « Politiques du corps », Politique africaine, n° 107, p. 9-22.

LASSEUR, M., et MAYRARGUE, C., 2011, « Le religieux dans la pluralisation contemporaine éclatement et concurrence », Politique africaine, vol. 123, no. 3, p. 5-115. 

LEBLANC, M-N., 2012, « Du militant à l’entrepreneur. Les nouveaux acteurs religieux de la moralisation par le bas en Côte-d’Ivoire”, Fabienne Samson(dir) “L’islam au-delà des catégories”, Cahiers d’études africaines, LII (2-3), n° 206-207, pp. 443-516.  

LE PAPE, L., 2010, « Tout change, mais rien ne change ». Les conversions religieuses sont-elles des bifurcations ? » in M. BESSIN, M., BIDART, C. M. GROSSETTI, M. (eds.), L’enquête sur les bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, p. 212-223. 

LEVIS-STRAUSS, C., 1962, La pensée sauvage, Paris, Plon. 

LUCA, N., et MADINIER. R., 2016, (dirs.), « Les entreprises face au religieux », Archives en sciences sociales des Religions, 175/1, p. 11-23.

MAHIEDDIN, E, 2015, Faire le travail de Dieu. Une anthropologie morale en Suède contemporaine, Thèse pour l’obtention du grade de docteur en Anthropologie de l’Université́ d’Aix-Marseille.  

MARY, A. et PIAULT M.H., 1998, « Parcours de conversion », Journal des africanistes, vol. 68, fascicule 1-2  

MBEMBE, A., 1988, Afriques indociles, Christianisme, pouvoir et Etat en société postcoloniale, Paris, Karthala.

MEYER, B., 1998, « Make a complete break with the past: memory and postcolonial modernity in Ghanaian discourse »,, Journal of Religion in Africa 28 (3), p. 316-349.  

MICHEL, P., 1994, Politique et religion . La grande mutation, Paris Albin Michel.

MILLET-MOUITY, P., 2020 (à paraitre), « D’une église à l’autre. Phénoménologie du papillonnage religieux parmi les néo- pentecôtistes euro-africano-caribéens de la région parisienne », Itinéraire.  

____________., 2019, « Des néo-pentecôtistes à la conquête de l’Afrique : décoloniser les esprits et exporter la théologie de l’autosuggestion et de l’auto-persuasion », in Batibonak, S., et Batibonak, P., Aborder le développement autrement, in Revue Africaniste Interdisciplinaire, Yaoundé. 

MOSSIERE, G., 2009, Des femmes converties à l’islam en France et au Québec : Religiosités d’un nouveau genre. Thèse présentée à la Faculté́ des études supérieures en vue de l’obtention du grade de Philosophie Doctoral (PhD.) en Anthropologie, Université́ de Montréal.  

MVOULA-MOUKOUARI, L., 2006, « La prolifération des Eglises et le libertinage religieux », in TONDA J., et MISSIÉ J.-P., Les Églises et la société congolaise d’aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, p. 69-80.

PONS, C., (dir.), 2013, Jésus, moi et les autres. La construction collective d’une relation personnelle à Jésus dans les Eglises évangéliques : Europe, Océanie, Maghreb, Paris, CNRS Editions.  

REDFORD George. 1843, The great Change: A Treatise on Conversion, Philadelphia, American Sunday-School Union. 

RICHARDSON, J., 1978, Conversion Careers: In and Out of the New Religions. Beverly Hills, CA: Sage Publications  

ROBBINS, J., 2007, « Continuity Thinking and the Problem of Christian Culture: Belief, Time, and the Anthropology of Christianity ». Current Anthropology, 48 (1), p. 5–38.

SAVY, P., SOTINEL, C., 2018, « Les signes et les scènes de la conversion dans l’espace public (Antiquité – période moderne) », Archives en sciences sociales des religions, n°182. 

SOARES, E., 2009, Le butinage religieux. Pratiques et pratiquants au Brésil, Genève-Paris, The Graduate Institute Publications – Karthala.

TANK-STORPER, S., 2013, « Troubles dans la judéité. Mariages mixtes, conversions et frontières de l’identité́ juive », Ethnologie française, 2013/4 (Vol. 43), p. 591-599 . 

TONDA, J., 2005, Le souverain moderne. Le corps du pouvoir en Afrique centrale (Congo, Gabon), Paris, Karthala. 

VAN DJIK, R., 2002, « Religion, reciprocity and restructuring family responsibility in the Ghanaian Pentecostal diaspora », in The Transnational Family: New European Frontiers and Global Networks (ed.) D. Bryceson & U. Vuoruela, Oxford: Berg, p. 173-96.  

WILLAIME, J.-P., 2004, « Protestantisme établi et protestantisme de conversion. Les recompositions du protestantisme en ultra-modernisé », in J.P. Bastian (dir.), La recomposition des protestantismes en Europe latine : entre émotion et tradition, Genève, Labor et Fides, p. 13-26. 

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à proposition] Financements pour l’organisation de 2 séminaires doctoraux en islamologie (limite : 15 juil. 2020)

Dans le cadre de son programme d’appui à la formation et la recherche publique française en islamologie, soutenu par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Plan SHS / DGRI), le GIS Moyen Orient et Mondes Musulmans apporte un soutien financier pour l’organisation de deux séminaires de formation doctorale intensive d’une semaine en 2020-2021. Tous les aspects de l’islamologie peuvent être concernés : histoire des doctrines et des pratiques religieuses, droit musulman, pensée islamique contemporaine, selon une approche reposant sur les principes de l’analyse critique et du dialogue avec les différentes sciences humaines et sociales (notamment histoire, philosophie, sociologie, anthropologie). Le choix de thématiques ou de domaines en lien avec l’actualité de la recherche internationale sera particulièrement encouragé, ainsi que de formations tournées vers le renforcement des compétences philologiques (lecture, analyse, édition et/ou traduction de documents ou ouvrages, imprimés ou manuscrits). Ces séminaires sont destinés à la formation d’étudiants de niveau avancé (master 2/doctorants), inscrits dans une université française ou étrangère.

Les projets devront être portés par un ou plusieurs responsables scientifiques affiliés à l’une des structures membres du GIS (les autres intervenants ou formateurs peuvent être extérieurs aux structures du GIS). Les formations devront être organisées si possible sur le Campus Condorcet et se tenir avant mars 2021. Il conviendra de préciser les modalités envisagées en cas d’impossibilité à organiser le séminaire en présentiel.

Le dossier de candidature devra être composé d’un argumentaire présentant le thème, les axes et les dates proposées pour le séminaire (2 pages maximum), d’un budget prévisionnel indiquant des éventuels co-financements, le nom du ou des porteurs du projet et son/leur laboratoire de rattachement, le nombre estimé de participants et la liste des encadrants pressenti, français ou étrangers. Sont éligibles les dépenses : frais de déplacement et d’hébergement, repas, frais d’impression, dans la limite de 10.000 euros par séminaire de formation.
Les propositions seront évaluées sur la base d’expertises externes sollicitées par le GIS et sélectionnées par le conseil scientifique du GIS de septembre 2020.

Date limite d’envoi des candidatures : 15 juillet 2020.
Adresse d’envoi : francesco.chiabotti[at]inalco.fr

http://majlis-remomm.fr/63379?fbclid=IwAR3Vo8xVyYz_ASi1HXDbFicGIC91v4CQP6O_nTKGGkcL3ptNolgvJA8pAMU

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Arabic Pasts: Histories and Historiographies, Londres, oct. 2020 (limite : 26 juin 2020)

Arabic Pasts: Histories and Historiographies. Research workshop

Co-hosted by the Aga Khan University, Institute for the Study of Muslim Civilisations and SOAS, University of London, 23 and 24 October 2020, Aga Khan Centre, London & Online

This annual exploratory and informal workshop offers the opportunity to reflect on history writing in Arabic. We encourage contributions focused on methodologies, research agendas, and case studies that investigate history writing in the Middle East and North Africa in any period from the seventh century to the present. 

We are interested in papers that consider the practical and conceptual challenges of working on history writing in the region. Papers might elucidate the following sorts of questions: 

Through what practices of writing or otherwise encoding the past and of remembering and forgetting, have different groups in the Middle East and North Africa viewed their pasts? At different times and places, how have the significant contours, events and actors in their histories been seen? Was the significant past the same for court historians as for literary historians; for bureaucrats as for the military; for Sufis as for Muslim lawyers and Traditionists? 

How did non-Muslims and Muslims, men and women, adherents of different sectarian or juristic traditions, or speakers of different languages, within societies that became “Islamic” imagine the shape and meaning of their specific societies’ own pasts, and their relation to the universal history of the Islamic community? 

How have urban and rural people, workers and peasants, the religiously educated and the technocratic elite, developed different ways of writing, remembering, or commemorating particular events in, or the broad sweep of, local, national, or “Islamic” history? 

In what ways do educational institutions, museums, media organizations and proponents of heritage use history writing in Arabic to shape loyalties and senses of belonging in the Middle East, North Africa, and Europe?   

 

Contributions are invited from scholars at all career levels, addressing any period and any part of the Middle East and North Africa, broadly defined. 

This year we anticipate running the workshop from the Aga Khan Centre in London, with social distancing. We expect a significant online component. 

 

The following colleagues will chair panels and serve as respondents to panels:

Julia Bray, University of Oxford

Fozia Bora, University of Leeds

Jaakko Hämeen-Anttila, University of Edinburgh

Konrad Hirschler, Freie Universität Berlin

Marie Legendre, University of Edinburgh 

Andrew Marsham, University of Cambridge

Harry Munt, University of York

 

Arabic Pasts is co-organized by Hugh Kennedy (SOAS), James McDougall (Oxford), and Sarah Bowen Savant (AKU-ISMC).

Please submit an abstract of 300 words or less by 26 June to ArabicPastsConf@aku.edu. There is a small budget to provide some travel assistance for scholars outside of London.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] XXIIe Congrès International de la Société Rencesvals pour l’étude des épopées romanes

Le XXIIe congrès international de la Société Rencesvals se tiendra à Lille dans les locaux de la MESHS (Maison Européenne des Sciences Humaines et Sociales) du lundi 19 au vendredi 23 juillet 2021. L’accueil des participants débutera dès le matin du lundi 19 juillet.

Les thèmes du Congrès, qui ont été choisis par le Comité de direction, sont les suivants :

  1. Le Nord de la France et la production épique (textes et manuscrits)
    Conférence plénière : Ludovic Nys (Université Polytechnique des Hauts-de-France)
  2. L’imaginaire épique de l’espace et du temps du XIIeau XVesiècle

Conférence plénière : Jean-Pierre Martin (Université d’Artois)

  1. Historiographie et chanson de geste
    Conférence plénière : Françoise Le Saux (University of Reading)
  2. Le lexique des chansons de geste
    Conférence plénière : Gilles Roques (CNRS ATILF)
  3. Divers.

Les communications ne doivent pas dépasser vingt à vingt-cinq minutes. Cinq à dix minutes seront accordées à la discussion à l’issue de chaque présentation (soit trente minutes en tout par intervention). Les langues des travaux seront le français, l’espagnol et l’italien, mais des communications en anglais pourront également être présentées.

Les collègues qui désireraient faire une communication sont invités à nous envoyer, au plus tard pour le 1e septembre 2020, la fiche ci-jointe, incluant une première présentation, qui peut déjà constituer un abstract ne dépassant pas 250 mots. Les propositions de communication pourront être liées à l’un des thèmes ci-dessus ou s’inscrire dans la rubrique Divers. Toute proposition doit parvenir à Emmanuelle Poulain-Gautret (emmanuelle.poulain-gautret@univ-lille.fr). Nous vous remercions de bien vouloir indiquer le plus tôt possible si vous souhaitez participer au congrès, même si vous ne souhaitez pas communiquer.

Le colloque se tiendra dans les locaux de la MESHS, à proximité (rue des Canonniers, 5 minutes à pied) des deux gares TGV de Lille (Lille Europe et Lille Flandres), reliées par navettes de bus et taxis à l’aéroport de Lesquin. Lille propose de nombreuses possibilités de logements  la deuxième circulaire fournira une liste indicative d’hôtels.

Frais d’inscription :

Les frais d’inscription au Congrès se situeront autour de 100 euros (repas du midi et activités inclus, à l’exception du banquet et des repas des excursions, à Azincourt et au Louvre-Lens) pour les participants. Les étudiants et accompagnants bénéficieront d’un tarif réduit : ces éléments seront précisés dans la deuxième circulaire, qui donnera également l’adresse du site pour le paiement en ligne.

Nous nous réjouissons de vous accueillir à Lille en 2021.

Source : Conjointures via RMBLF

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à communication] « Ecrit, politique et culture urbaine au temps de Philippe de Vigneulles », Metz, 1er-3 octobre 2020 [date limite propositions : 1er juin 2020]

Le colloque se tient dans le cadre du Projet CPER «Metz 1500» soutenu par l’Université de Lorraine, le CRULH et Ecritures.

Date : 1er au 3 octobre 2020

Lieu : Université de Lorraine, Metz, campus du Saulcy

Organisateurs : Julien Abed (EA 3943 Écritures), Léonard Dauphant (EA 3945 CRULH)

Contact : leonard.dauphant@univ-lorraine.fr

Voir ici l’appel à communications

 

Source : CRULH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts