Archives de catégorie : Actualités

Journée d’étude: La chevalerie : une perspective européenne, Lyon, 02/05

Organisée par Guido Castelnuovo (Avignon) et Xavier Hélary (Lyon 3), la table ronde prévue le mercredi 2 mai réunira des étudiants de doctorat et de master et des chercheurs pour une réflexion collective sur la chevalerie. Il s’agira de dégager les quelques thèmes qui pourraient structurer un projet de recherche plus ample qui porterait sur la chevalerie, sur le temps long, depuis les guerriers des temps carolingiens ou post-carolingiens jusqu’à la fin du Moyen Âge, dans une perspective étendue à l’ensemble de l’Occident médiéval.
Contact : guido.castelnuovo@univ-avignon.fr et xavier.helary@univ-lyon3.fr

Mercredi 2 mai 2018, 10 h 30 – 17 h30, Université Jean-Moulin Lyon 3, Salle Appleton, 15, Quai Claude-Bernard

Matinée (10 h 30 – 12 h 30) : Exposés des masterants du Master Mondes Médiévaux de Lyon

  • Introduction (Guido Castelnuovo et Xavier Hélary)
  • Michael Karger (M1, Lyon3)
  • Laura Maimone (M1, Lyon 3
  • Quentin Singer (M2, Lyon 2)
  • Méline Thomas (M1, Lyon 3)

Après-midi (13 h 30 – 17 h) : Exposés des doctorants du laboratoire

  • Margot Ferrand et Coline Polo (doctorantes, UAPV, CIHAM) : « Appréhender l’évolution de l’habitat chevaleresque : Avignon et le Comtat Venaissin (XIIIe-XVe siècle) »
  • Romain Chevalier (doctorant, UAPV, CIHAM) : « Les chevaliers bâtards au XVe siècle : une légitimation par la vertu ? »

15h-17h. Discussion

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier doctoral:La place des minorités : espaces, normes et représentations (Europe et Méditerranée, XIVe-XIXe), Ecole française de Rome, 11-15/06 (date limite de candidature : 23/04)

Alors que l’Europe n’en finit pas de se confronter à la question de la place qu’elle peut et qu’elle veut faire à des minorités extrêmement diverses (nationales, ethniques, religieuses, immémorialement implantées ou à peine arrivées, etc.), il paraît nécessaire de réfléchir aujourd’hui à la place des minorités sur la longue durée et de manière critique – c’est-à-dire, d’abord, en soumettant à une réflexion critique la notion de « minorité », trop couramment acceptée sans examen.

C’est elle qui sera au cœur de cet atelier de cinq jours, qui permettra d’interroger la place des minorités dans des espaces et des temps divers. Le même concept ne saurait bien sûr désigner la même réalité et la même expérience selon que l’on considère les sociétés médiévales, volontiers pensées (et d’abord par elles-mêmes) de manière organique et homogène, ou les sociétés modernes, réputées plus ouvertes et du moins plus diverses ; ou encore selon que l’on considère des espaces (pré-)nationaux, soumis à une forte volonté unificatrice, et d’autres espaces politiques, que l’on peut provisoirement définir comme impériaux, réputés plus à même de faire face à la diversité, voire de savoir l’organiser.

Cette « place » des minorités sera entendue d’abord au sens littéral, et donc spatial (les minorités sont présentes, soit : mais où, dans quels lieux, dans quels quartiers ou quelle région, dans quelles relations avec la majorité et/ou les autres minorités ?), mais aussi au sens de leur place dans le dispositif intellectuel, aussi bien juridique que théologique, culturel ou politique afin de mieux comprendre ce qui autorise, dans une société donnée, qu’une minorité soit présente et de mieux saisir ce qui la constitue – ou non – en minorité. Nous réfléchirons aux stratégies d’établissement et aux relations entre les minorités et les majorités, souvent hostiles, qui les ont accueillies, et sur la complexité des phénomènes d’inclusion / exclusion et de tolérance / discrimination.

La zone géographique couverte, Europe et Méditerranée, s’entend au sens large, de l’Occident aux mondes slaves, balkaniques et arabo-musulmans. Toutefois les candidat-e-s auront soin d’envisager, dans la présentation de leurs recherches, des possibilités d’ouverture, de connexion et de comparaison. Tou-te-s les candidat-e-s sont encouragé-e-s à proposer des recherches profitant de cette approche comparative et de la possibilité d’élargir le regard en adoptant une perspective interdisciplinaire.

L’atelier doctoral s’ouvrira lundi 11 juin 2018 à 17 h par une conférence inaugurale donnée par le Professeur Sanjay Subrahmanyam (Collège de France-UCLA).

Les jours suivants (12-15 juin), alterneront des conférences données par des chercheurs confirmés, des ateliers centrés sur la présentation de leurs travaux par les étudiants et permettant une discussion approfondie et des visites de terrain (archives, quartiers de Rome). Les conférences, les présentations et les discussions pourront se dérouler en français, en italien ou en anglais.

L’École française de Rome propose 12 bourses pour des doctorants de tous pays ayant effectué ou effectuant un travail de recherche sur les thèmes et les problèmes du séminaire. Ces bourses couvrent uniquement les frais de séjour à Rome (logement, repas le midi – pour les petits-déjeuners et dîners, possibilité d’utiliser la cuisine collective de la résidence). Le transport est à la charge des étudiants.

Les candidats devront envoyer par courrier électronique avant le 31 mars 2018 à Mme Grazia Perrino, secrma@efrome.it, un dossier comportant :

  • une lettre de motivation ;
  • un bref curriculum vitae précisant les compétences linguistiques et, le cas échéant, une liste de publications ;
  • un résumé du projet (2 pages au max., env. 6000 signes) ; – et une lettre de recommandation.

Les candidats rencontrant des difficultés pour trouver auprès de leur centre de recherche les fonds nécessaires à la prise en charge de leur voyage sont priés d’en faire part dans leur lettre de candidature, en donnant une évaluation des coûts.

Les candidats seront choisis en considération de leur projet par le Comité scientifique. Ils seront prévenus de l’obtention de la bourse avant le 15 avril 2018. Ils devront ensuite fournir un texte d’environ 10 pages (30 000 signes) dans une des langues de la conférence (français, italien ou anglais), avant le 15 mai 2018. Les projets seront commentés, avant la discussion générale, par un autre doctorant qui aura été préalablement désigné. Les meilleures communications pourront être proposées à la publication dans les Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge (http://journals.openedition.org/mefrm/)

Les candidats retenus pour le séminaire seront tenus d’assister à l’ensemble des séances.

Organisation et comité scientifique

Serena Di Nepi (Sapienza Università di Roma), Fabrice Jesné (École française de Rome), Pierre Savy (École française de Rome).

Conférence inaugurale : Sanjay Subrahmanyam (Collège de France-UCLA).

Conférenciers

Nirit Ben-Aryeh Debby (Ben-Gurion University), Serena Di Nepi (Sapienza Università di Roma), Mathieu Grenet (Institut national universitaire Jean-François Champollion-Albi), Fabrice Jesné (École française de Rome), Pierre Savy  (École française de Rome), Claire Soussen-Max (Université de Cergy-Pontoise).

Contacts

École française de Rome

Pierre Savy, directeur des études (Moyen Âge), dirma@efrome.it

Grazia Perrino, assistante scientifique de la section Moyen Âge, secrma@efrome.it Piazza Farnese, 67

I – 00186 Roma

Tel. (+39) 06 68 60 12 48

source : http://www.efrome.it/actualite/la-place-des-minorites-il-posto-delle-minoranze-what-place-for-minorities.html

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement doctoral : Université d’Avignon-CIHAM (dépôt de dossier : 21/05)

Contrat doctoral de l’Université d’Avignon
Ecole Doctorale 537 (Culture & Patrimoine) 2018-2021
Proposition de sujet du CIHAM-UMR 5648

Directeur de thèse : Madame Marilyn Nicoud
Adresse mail : marilyn.nicoud@univ-avignon.fr
Co-directeur (éventuel) : possibilité de co-tutelle et de co-direction

Date limite de dépôt des dossiers de candidatures : 21 mai 2018
Auditions : 4 juin 2018
Informations complémentaires ici.

Titre en français : Médecine, santé, société (Occident médiéval, XIIe-XVe siècles)

Titre en anglais : Health, Medicine and Society in the West (12th-15th c.)

Mots clés : Médecine, santé, maladie, épidémie, ville, cours

Profil du candidat :
Le/la candidat(e) devra être titulaire d’un Master 2 (ou diplôme équivalent) en histoire médiévale. Il/elle devra faire montre de connaissances en latin et en paléographie, qui le/la rendent apte à travailler, le cas, échéant, sur des sources inédites.

Présentation du sujet :
Le contrat doctoral proposé par l’ED 537 est adossé à l’UMR 5658-CIHAM (CNRS, Université Lumière-Lyon 2, EHESS, UAPV, ENS de Lyon, Université Lyon 3) spécialisée en histoire, archéologie et littérature des mondes chrétiens et musulmans médiévaux. Il vise à promouvoir des recherches doctorales en histoire de la médecine et de la santé qui ont vocation à s’incrire dans l’axe 3 du laboratoire (« Construction et communication des savoirs au Moyen Age »), dans l’axe 4 (« Ecritures, livres, translations ») ou encore dans l’axe transversal (« Humanités numériques »).
Porté par les acquis récents de l’historiographie qui ont souligné le rôle des médecins et des savoirs médicaux dans de nombreuses dimensions de la vie des individus et des collectivités (aussi bien politiques, sociales, économiques que culturelles), le sujet proposé, volontairement large, laisse toute latitude au candidat/e de choisir son objet d’enquête et les sources qu’il envisage d’étudier.
Ces dernières peuvent être de nature variée : littérature médicale, écrits pragmatiques de diverses sortes (statuts de métiers, contrats notariés, correspondances, délibérations communales, documentation judiciaire…), mais aussi des sources issues d’autres domaines disciplinaires (droit, théologie).
Les objets d’études retenus peuvent concerner :
-  l’analyse d’un milieu professionnel, curial, urbain, universitaire (à l’image de de la cour pontificale d’Avignon ou de la cité de Bologne par exemple)
-  les rapports entre médecine et environnement (à travers par exemple l’essor d’un thermalisme médical ou l’évolution des facteurs « non naturels » dans le discours médical)
-  des monographies d’auteurs ou des éditions d’ouvrages inédits (y compris sous format numérique)
-  les formes du livre médical (manuscrit et/ou imprimé) et leur diffusion
-  les rapports entre patients et médecins, à travers la prise en charge individuelle des malades ou des problèmes de santé publique
-  la formation d’une éthique médicale dans la pensée médiévale.

En croisant divers types de sources et d’approches, il s’agit de mieux saisir le rôle des savoirs médicaux, des praticiens et des pratiques dans les sociétés occidentales de la fin du Moyen Age, la manière dont les besoins et les questions de santé modifient les discours savants, et de rendre compte de l’importance de la santé et de la maladie sur le devenir des individus et des collectivités.

English Presentation :
The PhD contract of the Doctoral School (ED 537) is affiliated to the laboratory CIHAM-UMR 5648, specialized in History, Archeology and Literature of Christian and Muslim Medieval Worlds. It aims at promoting doctoral studies in the history of medieval medicine and health care issues and is aligned with different research programs of the laboratory : research axis on « Construction and Dissemination of Medieval Knowledge », « Writings, Books, and Translation », « Digital Humanities ».
Based on recent studies that have pointed out the important and multifaceted role that practitioners and medical knowledge had played in individual and collective life alike, the doctoral contract, with its intentionally broad definition, will enable the successful candidate to select his/her specific field and sources.
The documentary sources to be used to study medieval medicine can be extremely varied : medical literature such as treatises or commentaries written in universities and at court, archival sources (statutes, notarial contracts, correspondence, urban registers, judicial or hospital sources…). History of medicine can also be studied through other kinds of text such as preaching texts or other disciplines such as law or theology.

Different topics could be chosen :
-  investigation on a professional environment (court, city, university, as the pontifical court in Avignon or the city of Bologna)
-  relationships between medicine and environment (for instance the development of hydrotherapy or the changes in the medical discourse regarding the « non-natural things »)
-  study on a medical author or digital edition
-  history of medical books (manuscripts or/and first editions) and their dissemination
-  relationships between doctors and patients, based on individual or collective care
-  development of a medical ethics in medieval thought

Thanks to the use of a variety of sources and approaches, the goal is to better understand the role of such knowledge, as well as the part played by medical practitioners and medical practices in western societies at the end of the Middle Ages. How did individual needs and public health issues change medical knowledge ? The important role that was played by health and diseases in the life of individuals and the destiny of medieval societies should also be taken into account.

Bibliographie succincte :
J. Chandelier, Avicenne et la médecine en Italie. Le Canon dans les universités (1200-1350), Paris, 2017
Etre médecin à la cour (France, Italie, Espagne, XIIIe– XVIIIe siècle), éd. E. Andretta, M. Nicoud, Florence, 2013
Histoire de la pensée médicale en Occident, vol. 1 : Antiquité et Moyen Âge, éd. M.D. Grmek, trad. fr., Paris 1995
D. Jacquart, La médecine médiévale dans le cadre parisien (XIVe-XVe siècles), Paris, 1998
D. Jacquart, F. Micheau, La médecine arabe et l’Occident médiéval, Paris, 1990

M. Nicoud, Le Prince et les médecins. Pensées et cultures médicales à Milan (1402-1476), Rome, 2014
A. Paravicini Bagliani, Le corps du pape, trad. fr., Paris, 1997
A. Paravicini Bagliani, Medicina e scienze della natura alla corte dei papi del Duecento, Spolète, 1991

T. Pesenti, Marsilio Santasofia tra corti e università. La carriera di un monarcha medicinae del Trecento, Trévise, 2003
Practical Medicine from Salerno to the Black Death, éd. L. García-Ballester, R. French, J. Arrizabalaga, A. Cunningham, Cambridge, 1993
N. G. Siraisi, Medieval and Early Renaissance Medicine : An Introduction to Knowledge and Practice, Londres, 1990
N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti and his Pupils. Two Generations of Italian Medical Learning, Princeton, 1981

M. Lindmann, Medicine and Society in Early Modern Europe, Cambridge, 1999.
Medicine from the Black Death to the French Disease. The History of Medicine in Context, éd. R. French, J. Arrizabalaga, A. Cunningham, L. García Ballester, Aldershot, 1998

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:Trames arborescentes, « Describere arborem », Les trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, Paris, 20/04

Lieu :

Paris, Salle des Commissions de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (24, rue Pavée, 4e arrondissement)

Programme :

  • 9h30 : Accueil des participants et programme de la journée : Naïs Virenque, Sergi Sancho Fibla et Antoine Paris
  • 10h00 : L’arbre comme motif structurel et théologique dans le Lignum vitae de saint Bonaventure : Cyriane Rohner-Ouvry, Université de Strasbourg
  • 10h30 : Pause
  • 10h45 : Les arborescences bonaventuriennes et la luxuriance de la Croix : Laure Solignac, Institut catholique de Paris
  • 11h15 : Questions
  • 12h00 : Déjeuner
  • 14h00 : La réception du Lignum vitae de saint Bonaventure à travers le chant O Cruxfrutex, ou le succès d’une arborescence sonore : Anne-Zoé Rillon-Marne, Université catholique de l’Ouest / Université de Poitiers
  • 14h30 : Le Lignum vitae de saint Bonaventure dans l’art trécentesque : Raphaèle Preisinger, Université de Berne
  • 15h00 : « Un arbore in modo de croce nel quale era uno suspenso e nudo. » Arbres des oraisons et visions de saint Bonaventure chez Arcangela Panigarola : Gwladys Le Cuff, Université Paris-Sorbonne et Université de Picardie / Université Lyon 3
  • 15h30 : Pause
  • 15h45 : Questions
  • 16h30 : Conclusions et clôture de la journée

Contact :

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journées d’étude:La Nació a l’Edat Mitjana:Balaguer, 11-13/07/2018

Càtedra d’estudis medievals del Comtat d’Urgell
XXIII Curs d’estiu-Reunió Científica del Comtat d’Urgell
LA NACIÓ A L’EDAT MITJANA

Balaguer, 11-13 de juliol de 2018

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque de Fanjeaux:L’Eglise et la violence Xe – XIIIe, (9-12/07)

Si la relation entre l’Église et la violence a plusieurs fois été abordée à Fanjeaux – notamment lors des 4e, 38e et 41e sessions – le 54e colloque revient sur cette question et propose de l’envisager sous ses différentes formes, au cours du Moyen âge central, en présentant documents, dossiers ou éclairages nouveaux. Le programme associe des analyses de la justification et de la réprobation des armes et des luttes (contre les spoliateurs, les hérétiques, les infidèles) à une série d’études de cas, qui s’attachent à restituer la vie et la complexité de personnages éminents (prélats en croisade, pape, prédicateurs) et d’épisodes dramatiques (lutte contre les mercenaires, sac de Béziers). On s’efforcera de dégager la spécificité de l’Occitanie, au sens large, au sein du royaume capétien et de la chrétienté occidentale : l’Église n’y est-elle pas confrontée à une violence de voisinage plus forte qu’ailleurs, faute de roi proche, obligée d’intervenir, exposée ainsi davantage à la contestation et engagée par là même dans l’entreprise « de paix et de foi » que veut être la croisade albigeoise ? Sans éviter pour autant toute violence…

Programme :

9h15 : ouverture de la session.

I. RÉGULATION ET USAGE DE LA VIOLENCE PAR OU CONTRE L’ÉGLISE

9h30 : Sébastien Fray (Université Jean Monnet, Saint-Étienne) – Monastères bénédictins et conduites guerrières dans le Sud-Ouest du Royaume de France
(Xe-XIIIe siècles).
10h15 : Dominique Barthélemy (Université Paris-Sorbonne) – Les milices et les confréries de paix diocésaine en Occitanie, XIe-XIIIe siècles.
11h : Simone Balossino (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) – La violence, les villes et l’Église : quelques cas méridionaux (XIIe-XIIIe s.).
11h45 : Xavier Hélary (Université Lyon III) et François Arbelet (Université Paris-Sorbonne) – Les évêques du Midi capétien et le service militaire au roi (1271-1304).

II. LA VIOLENCE VUE PAR LES GENS D’ÉGLISE

14h30 : Guy Lobrichon (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) – Lutte contre l’hérésie et justifications bibliques de la violence au XIIe siècle.
15h15 : Fernand Peloux (Université de Namur) – La violence dans un dossier hagiographique inédit (IXe-XIVe s.) : le martyre de Volusien de Foix et ses miracles.
16h : Françoise Durand (Montpellier) – Innocent III et la violence. Entre justice et miséricorde.

Mardi 10 juillet

9h : Marie-Anne Polo de Beaulieu (École des hautes Études en Sciences Sociales, Paris) – La violence dans les exempla méridionaux du XIIIe siècle.
9h45 : Térence Le Deschault de Monredon (Université de Barcelone) – Iconographie de la violence dans les églises méridionales.
10h30 : Esther Dehoux (Université de Lille) – « Bien vos connois au cors et au visage, as poinz quarrez et as leës espaules » : autour des enseignes de pèlerinage à l’effigie de Guilhem, guerrier saint de Gellone.

III. LE MIDI, LA DISSIDENCE ET LA CROISADE

11h15 : John France (Université de Swansea) – Des prélats méridionaux violents à la Première croisade.
14h30 : Jean-Louis Biget (ENS LSh) – Les violences de la croisade. Réflexions sur la prise de Béziers (22 juillet 1209).
15h15 : Mark G. Pegg (Washington University in Saint-Louis) – La violence comme rédemption : croisade, inquisition et hérésie.
16h : Nicole Bériou (Université Lumière Lyon) et Bernard Hodel, o.p. (Université de Fribourg) – Dominique et la violence évangélique.

Mercredi 11 juillet

Excursion en Minervois : Minerve, château d’Agel et castrum de Ventajou.

Jeudi 12 juillet

9h00 Georges Passerat (Institut catholique de Toulouse) – La guerre sainte dans l’Anonyme de la croisade albigeoise.
9h45 Damien Carraz (Université Clermont Auvergne) – Celeberrimum et generalissimum concilium. Montpellier, 1215 et le negotium pacis
et fidei.
11h Conclusion, par Dominique Barthélemy (Université Paris-Sorbonne)

Source et plan d’accès : http://fanjeaux.com/colloques.html

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire des Médiévistes, « Renart le contrefait, état de la recherche », 05/04, Lyon

Dans le cadre du Séminaire des Médiévistes, l’UMR 5648/CIHAM et le Pôle à Lyon de l’EHESS proposent une conférence avec : Corinne Pierreville, Xavier Hélary, Professeurs à l’Université Lyon 3, Elisabeth Lalou, Professeur à l’Université de Rouen.

« Renart le contrefait : état de la recherche »

Jeudi 5 avril 2018, de 9h30  à 12h30, Université Lyon 3, Amphithéâtre Huvelin, 15 quai Claude Bernard 69007 Lyon (Tram T1 – Station « Quai Claude Bernard »)

Source : EHESS 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Actualité:Assemblée générale du CIHAM:03-04/07/2018, Lyon.

Chères doctorants et chers doctorantes,
La prochaine Assemblée générale de votre laboratoire aura lieu le mardi (après-midi) 3 et le mercredi 4 juillet à Lyon. Il s’agit de notre rendez-vous à mi-parcours du contrat quinquennal qui sera l’occasion de faire un premier bilan de nos activités, partenariats, publications, soutenances, valorisation, etc.
La présence de tous est indispensable.
Merci par conséquent de réserver dès à présent ces deux jours. Les modalités d’organisation de cette AG vous seront communiquées prochainement.
Avec mes plus cordiales salutations,
Jean-Louis Gaulin

Directeur du CIHAM – UMR 5648
Histoire, archéologie, littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux
CNRS – EHESS – ENS de Lyon – Université Lyon 2 – Université Lyon 3 – Université d’Avignon
c/o Maison des Sciences de l’Homme- Lyon St-Etienne
14 avenue Berthelot – F-69363 Lyon cedex 07

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Humanités numériques : de nouveaux outils pour le médiéviste:7-8/05/2018, Université de Namur.

L’ambition de cette rencontre bilingue (anglais / français) destinée en particulier aux jeunes chercheurs et aux étudiants sera, d’une part, d’illustrer combien et comment les humanités numériques contribuent à redynamiser de nombreux champs de recherche en études médiévales et, d’autre part, de fournir une première initiation à certains outils de travail dont les rudiments peuvent s’acquérir au prix d’efforts mesurés.

ANNONCE

Argumentaire

L’informatique, on le sait, s’est aujourd’hui imposée comme un outil incontournable pour le médiéviste. Depuis plusieurs décennies, bon nombre d’historiens, d’historiens de l’art et de philologues du Moyen Âge appuient en effet leurs travaux sur des corpus diplomatiques, des éditions numériques et des bases de données dont la conception a, parfois, été pensée dès le milieu des années 1980. Pourtant, en dépit des apparences, l’exploitation de ces instruments de recherche et de ces corpus demeure globalement en-deçà de leurs potentialités. Hormis quelques notables exceptions, rares sont les médiévistes à s’être engagés dans une approche quantitative globale et fouillée de ces ensembles documentaires numérisés. Les formidables instruments de travail à disposition des chercheurs, dont le Thesaurus Diplomaticus et sa nouvelle mouture des Diplomata Belgica constituent d’excellents exemples belges, sont ainsi trop souvent cantonnés à une fonction unique : celle de servir de répertoires d’éditions. Sans être exclusives des approches plus traditionnelles – bien au contraire –, de nouvelles méthodes d’analyse permettent pourtant d’interroger sur d’autres bases ces corpus documentaires. La portée et la pertinence de ces approches s’accroissant au fil des ans, tout laisse présager qu’elles autoriseront, bientôt, l’émergence de nouvelles formes d’exploration de l’histoire, des arts et des littératures du Moyen Âge, dans lesquelles l’expérimentation et l’innovation méthodologiques occuperont sans aucun doute une place majeure.

L’ambition de cette rencontre bilingue (anglais/français) destinée en particulier aux jeunes chercheurs et aux étudiants sera, d’une part, d’illustrer combien et comment les humanités numériques contribuent à redynamiser de nombreux champs de recherche en études médiévales et, d’autre part, de fournir une première initiation à certains outils de travail dont les rudiments peuvent s’acquérir au prix d’efforts mesurés. La focale portera sur trois méthodes d’analyse quantitative des sources textuelles : 1) l’analyse de réseaux, qui, par l’utilisation de calculs et de graphes, permet d’étudier les relations entre entités sociales, et ainsi de mieux comprendre certains phénomènes sociaux ; 2) le text mining, qui vise à explorer de vastes ensembles documentaires numérisés pour en extraire des données textuelles exploitables par le chercheur ; 3) la stylométrie, dont l’ambition est d’étudier le style propre d’un auteur par le recours à des outils statistiques et, partant, de jeter une lumière nouvelle sur les questions d’attribution.

Concrètement, la rencontre s’articulera en deux temps. La première journée, organisée à l’Université de Namur, illustrera les potentialités de l’analyse de réseaux, du text mininget de la stylométrie dans le cadre de présentations mêlant réflexions méthodologiques et études de cas. La seconde journée, prévue à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), adoptera, quant à elle, une visée plus pédagogique, puisqu’elle proposera une initiation aux méthodes de l’analyse de réseaux, du text mining et de la stylométrie à travers des ateliers ouverts aux débutants. Ces journées d’étude ont avant tout l’ambition de défricher le terrain en vue de l’éventuelle organisation d’autres activités liées aux humanités numériques. Elles aboutiront à la mise en ligne d’un répertoire synthétique décrivant les potentialités et les limites des outils numériques utilisés par les intervenants.

Ce rendez-vous sera organisé conjointement par le Réseau des Médiévistes belges de Langue française (groupe de contact du F.R.S.-FNRS), qui a depuis quelques années entamé sa « mue numérique », et par les groupes de recherche « PraME – Pratiques médiévales de l’écrit » (Université de Namur) et « H37 – Histoire et cultures graphiques » (Université catholique de Louvain).

Programme

Université de Namur

Lundi 7 mai 2018

9h15 : Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent)et Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ) – Introduction

Modérateur : Tristan Martine (Université Lyon-III)

  • 9h30 : Johannes Preiser-Kapeller (Österreichische Akademie der Wissenschaften)– Mapping Medieval Conflicts: A Network Analytical Approach Towards Political Dynamics in the Pre-Modern Period
  • 10h15 : Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ) – Analyse de réseaux et critique historique : quelques enseignements tirés de l’étude du « schisme » de Cambrai (vers 1100)

11h00 : pause

Modérateur : Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent)

  • 11h15 : Nicolas Perreaux (Goethe Universität Frankfurt am Main) – Les corpus diplomatiques numérisés : contenus, méthodes, possibilités
  • 12h00 : Dominique Stutzmann (CNRS / IRHT) La recherche en plein texte dans les manuscrits médiévaux : la reconnaissance des écritures manuscrites dans le projet HIMANIS

12h45 : pause de midi

  • 14h00 : Jeroen De Gussem (UGent) – Forgery in Saint-Denis: A Stylometric Study in the Donation of Charlemagne

Modératrice : Adélaïde Lambert (ULiège)

  • 14h45 : Jean-Baptiste Camps (École nationale des Chartes) – L’analyse généalogique de traditions textuelles : présentation du module « Stemmatology » pour R

15h30 : Pause

  • 15h45 : Nicolas Mazziotta (ULiège) – Lire, choisir et découvrir, puis numériser : la part du philologue dans les nouvelles technologies
  • 16h30 : Pascale Renders (Université de Lille / Université de Liège)et Esther Baiwir (Université de Lille / Université de Liège) – Ancien picard, picard moderne : quelles ressources numériques ?
  • 17h15 : Paul Bertrand (UCLouvain) – Remarques conclusives

Université catholique de Louvain

mardi 8 mai 2018

Ateliers

  • 9h30 : Atelier no 1 – Initiation à l’analyse de réseaux, org. par Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent), Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ)etJohannes Preiser-Kapeller (Österreichische Akademie der Wissenschaften)

12h30 : pause de midi

  • 14h00 : Atelier no 2 – Initiation à la fouille de texte, à l’analyse sémantique et à la stylométrie, org. par Jeroen De Gussem (UGent), Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent) et Nicolas Perreaux (Goethe Universität Frankfurt am Main)

Pour plus d’informations : « Humanités numériques : de nouveaux outils pour le médiéviste », Journée d’étude, Calenda, Publié le vendredi 23 mars 2018, https://calenda.org/437094

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Moyen Âge et séries[délai:31/07/2018]

La revue Médiévales : Langues, Textes, Histoire envisage la publication en 2020 d’un numéro thématique provisoirement intitulé « Moyen Âge et séries ». Ce numéro thématique sera coordonné par Alban Gautier (Université de Caen Normandie) et Laurent Vissière (Sorbonne Université). Les contributions pourront proposer soit des études de cas appuyées sur une bibliographie critique, soit des réflexions plus théoriques illustrées par l’analyse d’exemples précis. Il n’y a aucune exclusive dans les disciplines et les approches : nous accepterons les propositions de spécialistes de littérature, histoire, filmologie, sociologie, histoire de l’art, médialogie, langues et civilisations étrangères, philosophie, sciences politiques, etc.

ANNONCE

Argumentaire

La revue Médiévales : Langues, Textes, Histoire envisage la publication en 2020 d’un numéro thématique provisoirement intitulé « Moyen Âge et séries ».

Les séries occupent une place croissante dans les pratiques culturelles contemporaines, et plusieurs d’entre elles ont à voir avec la période médiévale. Il peut s’agir en premier lieu de la mise en scène d’un épisode historique, d’une période donnée, de la vie d’un personnage célèbre, voire de l’adaptation d’une œuvre littéraire médiévale ou ayant pour cadre le Moyen Âge – ce qui implique un travail documentaire plus ou moins scientifique. Il existe aussi, bien entendu, un Moyen Âge de fantasy, fantastique et fantaisiste, mais que le spectateur reconnaît néanmoins comme « moyenâgeux ». Certaines séries, enfin, comportent des références plus subtiles et moins immédiatement intelligibles à des œuvres ou des événements de la période médiévale.

Quel que soit l’objet de leur travail, les scénaristes et les réalisateurs peuvent appréhender le Moyen Âge à travers les sources primaires et les travaux des historiens, mais ils se référent aussi souvent, et sans le dire, à des passeurs comme Shakespeare, Walter Scott ou Tolkien – pour ne citer que trois noms qui, par leur influence sur la culture anglophone, jouent un rôle majeur dans la vision du Moyen Âge que véhiculent aujourd’hui les séries télévisées. Ils sont également amenés à faire un important travail de reconstitution, concernant aussi bien les vêtements, les objets et même les gestes de la vie quotidienne, que la parole, la musique et tout ce qui relève de la bande-son. Ils traitent ainsi, et pas forcément de manière ridicule, de champs historiques longtemps délaissés par la recherche médiévale, mais aujourd’hui en plein essor (culture matérielle, anthropologie, paysages sonores, etc.).

Les productions culturelles qui pourront faire l’objet de contributions dans ce numéro de Médiévales sont de nature très variée. On retiendra comme objets d’étude des séries télévisées ou produites pour des plateformes de vidéo à la demande ; les séries « patrimoniales » des chaînes de télévision françaises ou étrangères ou des séries récentes, à grand succès ou non. Il convient dans tous les cas que les œuvres considérées répondent à quatre critères : 1. sérialité (de la mini-série de cinq ou six épisodes au feuilleton-fleuve) ; 2. production pour les écrans (en dehors du grand écran et des jeux vidéo) ; 3. dimension fictionnelle (séries documentaires et docu-fictions seront a priori exclus) ; 4. rapport au Moyen Âge.

Le rapport à l’histoire (comme passé et comme science), la variété des représentations du Moyen Âge, la nature de la « médiévalité » et de ce qui « fait Moyen Âge » dans les séries, à la fois dans la conception et dans la réception, font partie des thèmes qui pourront être abordés. Le Moyen Âge est ici défini dans son sens habituel en France, comme la période allant du Ve au XVe siècle, mais rien n’empêche de l’étendre en amont et en aval du moment que l’œuvre étudiée relève d’une forme de Moyen Âge. En termes de géographie, on aura le loisir de traiter des séries venues d’aires culturelles éloignées (par exemple asiatiques), pour lesquelles des codes narratifs et visuels installent le spectateur dans ce qu’il identifie spontanément comme un Moyen Âge. Par ailleurs, on pourra s’intéresser à la réutilisation d’œuvres médiévales dans des séries traitant d’autres périodes ou d’autres mondes – comme la transposition d’un schéma arthurien dans le monde contemporain, ou des péripéties inspirées de la guerre de Cent Ans sur une autre planète.

Enfin, des médiévistes de toutes disciplines sont impliqués dans la production de certaines séries, comme experts pour l’écriture ou la révision des scénarios, voire sur les tournages eux-mêmes. De plus en plus nombreux, les chercheurs étudiant le Moyen Âge s’intéressent aux séries : c’est parmi eux que se recrutent la plupart des spécialistes de ce champ de recherche qu’on appelle désormais le médiévalisme. La constitution des séries médiévalisantes en objet d’étude et domaine d’activité des médiévistes pourra aussi être abordée par les contributions. Cette redéfinition progressive du champ de la médiévistique porte des implications politiques et sociétales qui méritent d’être analysées : entre scientificité et médiation à destination du « grand public », il y là a une dialectique qui n’est pas dépourvue d’ambiguïtés. Pensons aussi à l’enseignement du Moyen Âge à l’école et à l’université, en France et dans le monde : la place qu’y tiennent les séries n’est plus négligeable.

Les contributions pourront proposer soit des études de cas appuyées sur une bibliographie critique, soit des réflexions plus théoriques illustrées par l’analyse d’exemples précis. Il n’y a aucune exclusive dans les disciplines et les approches : nous accepterons les propositions de spécialistes de littérature, histoire, filmologie, sociologie, histoire de l’art, médialogie, langues et civilisations étrangères, philosophie, sciences politiques, etc.

Ce numéro thématique sera coordonné par Alban Gautier (Université de Caen Normandie) et Laurent Vissière (Sorbonne Université).

Le calendrier prévisionnel est le suivant :

  • 31 juillet 2018 : date limite pour la remise des projets de contribution ;
  • septembre 2018 : sélection des contributions, envoi des réponses aux postulants ;
  • 31 mars 2019 : date limite pour la remise des articles ;
  • avril-septembre 2019 : relecture et expertise des articles par les coordinateurs et par le comité de rédaction de la revue ;
  • 30 novembre 2019 : date limite pour la remise des articles révisés ;
  • juin 2020 : parution du numéro, d’abord en volume, puis en ligne sur les plateformes OpenEdition et Cairn.

Dans un premier temps, nous demanderons donc aux personnes désireuses de proposer un article pour ce numéro d’envoyer aux deux coordinateurs (alban.gautier@unicaen.fr et lvissiere@gmail.com) un bref CV (1 page) et un projet de contribution (2 pages) exposant clairement l’angle choisi pour l’étude d’un des aspects mis en avant par le présent appel à communication. Ces deux documents sont à renvoyer avant le 31 juillet 2018.

Pour plus d’informations : « Moyen Âge et séries », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 28 mars 2018, https://calenda.org/437754

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques, 5-6 avril, Paris – Champs sur Marne

Cet atelier a pour but de faire dialoguer des jeunes chercheurs/chercheuses francophones et germanophones autour de la question des relations entre espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques (IXe–XIIIe siècles) dans un espace correspondant à celui de l’ancien empire carolingien. L’objectif est d’étudier la naissance d’espaces ecclésiastiques définis juridiquement et délimités spatialement et de s’interroger sur la perception de ces territoires par les laïques, qui peuvent être influencés par ces nouveaux modèles spatiaux. Surtout, le coeur de cet atelier consistera en l’étude des zones d’interfaces entre ces deux types d’espaces, entre conflits et interactions, discontinuité et émergence d’aires aux caractéristiques particulières.

Les différentes communications sont d’une durée de 20 minutes, suivies de 10 minutes de questions.

Programme

Jeudi, 5 avril 2018

Institut historique allemand, Paris

9:00 : Accueil des participants : T. Martine, J. Nowak, J. Schneider

9:30 : Éléments d’introduction

  • Ouverture de l’atelier par Th. Maissen, directeur de l’IHA
  • Die Rechtsräume, par C. Ehlers (Frankfurt a. Main/Würzburg)
  • Ecclesia et spatialisation des rapports sociaux, par M. Lauwers (Nice)

Session 1. Approches sémantiques, ritualistes et juridiques

Présidence : R. Große (Paris)

  • 10:30 : F. Grollmann (München) – Vorstellungen vom Herrschaftsraum im Kirchenrecht : Von der karolingischen zur ottonischen Epoche
  • 11:00 : N. Perreaux (Frankfurt a. Main) – « Des seigneuries laïques aux territoires ecclésiaux ? Dynamique du processus de territorialisation dans les actes diplomatiques numérisés (VIIe-XIIIe s.) »
  • 11:30 : N. Schroeder (Bruxelles) – Des dominations désincarnées ? La re-production des espaces seigneuriaux comme re-production de subordinations

Session 2. Des territoires épiscopaux en contact

Présidence : M. Czock (Duisburg-Essen)

  • 13:30 : A. Sagasser (Heidelberg) – Die Juden und ihr Platz in den Bischofsstädten Lyon und Speyer – Zwischen weltlichem Pragmatismus und kirchlicher Judenfeindschaft
  • 14:00 : M. Posaric (Kiel) – Die Bischöfe und die istrischen Küstenstädte. Interaktionsformen innerhalb kirchlicher und urbaner Herrschaftsgebiete (13.-14. Jahrhundert)
  • 14:30 : T. Jansen (Bonn) – Die Bischöfe von Verden in ottonischer Zeit – Bischöfliches Agieren in Räumen geistlicher und weltlicher Macht

15:00 – 15:30 – Pause

Présidence : U. Kleine (Hagen)

  • 15:30 : K. Odenbach (Halle-Wittenberg) – Die Bischöfe der Erzdiözese Mainz unter Otto III. und Heinrich II.
  • 16:00 : M. Wenzel (Leipzig) – Lothar III. (1125-1137), die Etablierung seiner Königsherrschaft und die sächsischen Erzbischöfe
  • 16:30 : F. Peloux (Namur) – La construction d’un espace épiscopal. Le cas du Gévaudan (XIe-XIIe siècles)

Vendredi, 6 avril 2018

Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Bois de l’Étang, salle C7

  • 9:15 : Accueil : G. Milani (Paris-Est Marne-la-Vallée)

Session 3. Intrication des espaces laïques et ecclésiastiques

Présidence : D. Panfili (Paris 1)

  • 9:30 : J. Beaumon (Rennes 2) – Implantation prieurale et enjeux territoriaux aux confins de la Bretagne, du Maine et de l’Anjou (XIe-XIIe siècles)
  • 10:00 : Th. Lacomme (EPHE Paris) – Comtes, vicomtes et chanoines : des espaces mixtes en Champagne ? (XIIe-XIIIe siècles)
  • 10:30 – 11:00 – Pause

Présidence : A. Wilkin (Bruxelles)

  • 11:00 : P. Chaffenet (Lille) – Espaces ecclésiastiques et espaces laïques en Vermandois occidental (XIe -début XIIe siècles) : distinctions et complémentarités
  • 11:30 : J. Bachelier (Rennes 2) – Terre d’Église puis seigneurie laïque en Bretagne : l’exemple de La Guerche (XIe-XIIIe siècles)

Session 4. Interfaces, conflits et tensions

Présidence : G. Bührer-Thierry (Paris 1)

  • 13:30 : F. Dirks (Hamburg) – Raumvorstellungen im westfränkischen Reich. Modelle, Interaktionen und Konflikte zwischen Grafen und Klöstern 843-923
  • 14:00 : C. De Vasselot (Nantes) – Coseigneuries et conflits de nomination : la seigneurie de Lusignan entre l’abbaye de Saint-Maixent et l’évêché de Poitiers
  • 14:30 : J. Winandy (Hamburg) – Schenkungen als Kontakt- und Konfliktzonen zwischen kirchlichen und weltlichen Herrschaften. Die Vita Gauzlini

15:00 – 15:30 – Pause

15:30 : Conclusions par G. Lubich (Bochum)

Lieux :

Institut historique allemand – 8 Rue du Parc Royal, Paris, France (75003)

Bâtiment Bois de l’Étang, salle C7 – 5 Boulevard Descartes, Champs-sur-Marne, France (77454)

Pour plus de renseignements :
Contact

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communications:Les trames arborescentes sur les façades des lieux sacrés : iconographie, mnémotechnie et anagogie d’un procédé structurel de l’Antiquité chrétienne à la fin du Moyen Âge, Paris, 25/05 [date limite : 10/04]

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Une journée d’étude spécialisée, consacrée aux trames arborescentes qui occupent les façades des édifices religieux antiques et médiévaux, aura lieu le 25 mai 2018

Dans le De Architectura, Vitruve définit l’arbre comme ce qui prodigue à l’homme le matériau nécessaire à l’architecture, mais aussi comme ce qui lui donne à voir le modèle macrocosmique de la construction idéale qu’il peut reproduire en tant que microcosme. Dès les débuts de la chrétienté, le choix topographique de la construction, dans des zones parfois reculées et pourvues d’une flore luxuriante, contribue à définir la tropologie du lieu, c’est-àdire aussi bien celle du site que celle du terrain que l’édifice sacré occupe, celle de son parvis et, bien entendu, celle de l’édifice lui-même.

Dans l’architecture chrétienne sacrée, la structure même des façades laisse fréquemment transparaître une organisation arborescente, sur laquelle se déploient des ramifications autour d’un axe. Cette organisation peut concerner l’ensemble de la façade ou seulement certaines parties : roses monumentales, tympans, voussures, portiques, piédroits, niches, frises, jusqu’à, parfois, l’ensemble du portail lui-même. Le trumeau, les pilastres, les statues-colonnes ou les colonnes peuvent alors se concevoir comme autant de troncs qui supportent un bourgeonnement voire un fleurissement ornemental ou symbolique et tendent à constituer une véritable forêt d’images.

Or, en tant que frontière et que monumentalisation du seuil qui lie le monde laïc et la domus dei, où l’espace et le temps se sacralisent et se spiritualisent, la façade constitue le lieu privilégié pour donner à voir la mémoire du site. Dès lors, l’association de l’iconographie, de l’ornement et de l’architecture inscrit dans la spiritualité les expériences physiques (optiques, haptiques ou encore praxiques) que franchir le seuil provoque. En outre, la façade permet de caractériser visuellement l’intérieur de l’édifice à l’extérieur de ses murs d’une part, et le passage entre cet extérieur et cet intérieur d’autre part. À ce titre, sa symbolique rencontre à nouveau celle de la forêt qui, dans l’imaginaire antique et médiéval, constitue le lieu d’un cheminement initiatique et/ou d’une retraite spirituelle. Enfin, les hiérarchies structurelles de la façade se font l’écho du monde sensible que l’homme peut organiser, tandis que le sens qui se dégage de sa globalité cherche à transcender le sensible en mettant au jour la trame harmonieuse du monde. Par conséquent, les configurations arborescentes qui occupent les façades accentuent l’efficacité d’opérateurs initiatiques, d’intermédiaires et d’intercesseurs qu’elles exercent entre le monde quotidien que l’homme habite, et le lieu sacré au sein duquel communier avec Dieu devient possible.

L’objectif de cette journée sera de s’interroger sur la fonction répartitrice et sur le rôle discursif du phénomène visuel que constituent les façades des édifices sacrés de l’Antiquité chrétienne à la fin du Moyen Âge. On réfléchira notamment à l’opérativité mnémotechnique, parénétique, anagogique et eschatologique que recourir à des trames arborescentes leur confère.

Nous pourrons notamment nous demander :

  • Quelles sont les modalités et les caractéristiques des structures arborescentes, des usages de l’image de l’arbre et de celui du bois dans les façades ?
  • Ces modalités sont-elles spécifiques à cette partie de l’édifice ? Quelles en sont les spécificités ?
  • Quelle est l’efficacité visuelle, spatiale, cognitive, méditative et/ou spirituelle de la structure arborescente à laquelle l’homme se confronte nécessairement en entrant dans l’édifice ?
  • Quels procédés architecturaux, visuels et/ou iconographiques sont mis en œuvre afin de signifier le passage de l’extérieur à l’intérieur de l’édifice ?
  • Quels ressorts plastiques, iconiques et/ou mnémotechniques les trames arborescentes mobilisent-elles, et à quelles fins ?
  • Quels sont les rapports, en miroir ou en confrontation, entre la façade construite par l’homme et la nature réelle dans laquelle l’édifice peut prendre place ?

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 10 avril 2018.

Contacts :

  • Élise Vernerey (elise.vernerey01@univ-poitiers.fr)
  • Mathieu Beaud (mathieu.beaud2@gmail.com)
  • Naïs Virenque (nais.virenque@univ-tours.fr)

https://trarborescentes.sciencesconf.org/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Candidature bourses estivales Robert-Mandrou et Gabriel-Monod [date limite : 15/05]

L’IFRA-SHS attribue, outre des bourses de courte durée, une bourse d’un montant plus important de 1 300 euros destinée à couvrir de manière forfaitaire un séjour de recherche d’une durée minimale de quatre à six semaines en Allemagne, au cours de l’été suivant son attribution (2018). Cette bourse porte le nom de Robert Mandrou, fondateur de la Mission historique française en Allemagne en 1977, ancêtre de l’Institut Français d’Histoire en Allemagne puis de l’IFRA-SHS. Depuis 2006, la « bourse Robert-Mandrou » est réservée aux doctorants.

Pour les candidat(e)s postdoctorant(e)s, une « bourse Gabriel-Monod », dotée de 1 500 euros, est également proposée. Le calendrier et les conditions d’attribution sont les mêmes que pour la « bourse Mandrou ».

Comme pour les bourses habituellement accordées par l’IFRA, le lieu de résidence ne sera pas obligatoirement Francfort-sur-le-Main et cette aide s’adressera à tout étudiant(e) ou chercheur/euse engagé(e) dans une recherche en sciences humaines portant sur l’histoire et la civilisation des pays germaniques de l’Antiquité au XXe siècle, ou sur des sujets relevant d’autres disciplines des sciences sociales, dont la dimension franco-allemande constitue un élément important et une réelle plus-value scientifique.

La sélection des candidat(e)s se fera sur dossier par les chercheuses/chercheurs de l’IFRA-SHS réunis en commission. Le dossier de candidature devra comprendre :

  • une lettre de demande adressée au directeur de l’IFRA-SHS
  • un bref CV mentionnant éventuellement les publications scientifiques
  • une fiche de demande de bourse de l’IFRA-SHS (à demander auprès de l’Institut ou à télécharger à partir du site internet)
  • un descriptif de la recherche en cours et un programme détaillé de travail
  • une attestation du directeur/de la directrice de recherche pour les doctorant(e)s (« bourse Robert-Mandrou »)
  • un RIB

Après sélection et accord, le montant de la bourse sera versé sur un compte bancaire dont les coordonnées auront été fournies par le/la candidat(e), une fois ce dernier arrivé/cette dernière arrivée sur son lieu de travail (attestation faisant foi).

Après son séjour, le/la candidat(e) devra adresser un rapport d’activités et, le cas échéant, un exemplaire de son mémoire ou de sa thèse.

Les dossiers de candidature pour l’été 2018 devront être adressés au directeur de l’Institut Franco-Allemand de Sciences Historiques et Sociales (IFRA-SHS) – Goethe-Universität Frankfurt, Campus Westend, Postfach 42, Norbert-Wollheim-Platz 1 – D-60 629 Frankfurt am Main

La date limite de dépôt des candidatures est le 15 mai 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts