Archives de catégorie : Actualités

[Appel à contribution] La récitation dans les premiers siècles de l’Islam/Reciting in the Early Islamic Empire, VIIe-IXe siècles (limite : 1er fév. 2021)

Dans le prolongement du colloque en ligne du 16-18 octobre, un appel à contribution pour des articles en arabe, français et anglais est ouvert à tous les chercheurs pour le MIDEO 37 (2022): Reciting in the early Islamic Empire à soumettre avant le February 1ˢᵗ, 2021.

Keywords

  • Qurʾānic Recitation ‒ Psalmody ‒ Orality ‒ Transmission.
  • Islam ‒ Judaism ‒ Christianity ‒ Zoroastrianism ‒ Late Antiquity and Early Islam.
  • Torah ‒ Bible ‒ Psalms ‒ Qurʾān ‒ Qaṣaṣ ‒ Poetry ‒ Prayer ‒ Rites ‒ Saǧʿ ‒ reading ‒ memorisation.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam : histoire et archéologie, IFPO (lim. 28 fév. 2021)

Résumé

Une table ronde internationale organisée les 4 et 5 mai 2019 à l’université de Salahaddin (Erbil, Irak) a mis en évidence l’intérêt d’un ouvrage collectif sur la question du christianisme en Irak au tournant de l’Islam. Les Presses de l’Ifpo lancent donc un appel à contribution sur ce thème.

Argumentaire

La disparition de l’Empire perse et le repli de l’Empire byzantin suite aux conquêtes arabo-musulmanes ont entraîné pour les chrétiens des régions conquises d’importants changements institutionnels. En Irak, l’Église syro-orientale peut se développer car elle n’est plus limitée par l’empire sassanide de religion zoroastrienne. Néanmoins, il est difficile de restituer les formes qu’a pu prendre ce christianisme ancien et d’évaluer quelles modifications a pu entraîner la conquête. L’architecture des églises semble révéler une proximité de la partie nord de l’Irak avec les territoires byzantins tandis que le sud formerait un ensemble homogène avec le golfe Arabo-Persique. Des points communs semblent néanmoins apparaître entre le nord et le sud de l’Irak, par exemple dans la culture matérielle ou la présence de sépultures dans les églises, interprétées comme des reliques. Il est difficile de savoir si ces différences et ces ressemblances sont liées à des questions d’Églises, de liturgies, d’influence régionale. Depuis les fouilles de D. T. Rice à al‑Hira dans les années 30, des projets archéologiques récents ainsi que des études épigraphiques et historiques apportent des éléments nouveaux sur le devenir du christianisme au début de l’Islam en Irak.

La table ronde internationale Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam a permis de faire un premier état des lieux des recherches, en particulier des données archéologiques. Elle a mis en exergue la continuité des formes du christianisme avant et après l’islam, le tournant de l’islam est finalement la période la mieux documentée, à la fois par l’archéologie et par les textes. L’examen de l’architecture et de la culture matérielle ne révèle aucune rupture. Les églises ne paraissent pas modifiées, les motifs des croix en stuc sont difficiles à distinguer suivant des critères chronologiques, les types céramiques se maintiennent. S’il y a rupture, elle serait plutôt à situer dans le courant du ixe siècle. Les populations conservent leur religion, leur mode de vie, leur langue pendant au moins deux siècles après les conquêtes. Ce phénomène, qui a déjà été mis en évidence en Égypte et en Syrie, doit être mieux documenté en Irak. En effet, le christianisme dans cette région est finalement très mal connu. Il apparaît à la fois nécessaire de reconsidérer les travaux anciens dont les publications sont lacunaires et de publier les premiers résultats de travaux en cours. Cette manifestation a également mis en évidence la richesse d’une approche comparatiste entre les sources : seule la confrontation de sources textuelles et archéologiques permettra de répondre à certaines questions comme celle de la liturgie des édifices religieux.

Éditeurs

Narmin Ali Amin (Université Salahaddin-Erbil)

Julie Bonnéric (Institut français du Proche-Orient)

Barbara Couturaud (Institut français du Proche-Orient)

Comité scientifique

Kayfi Ali (Direction générale des Antiquités du Kurdistan)

Françoise Briquel-Chatonnet (CNRS UMR 8167 Orient & Méditerranée)

Pauline Koetschet (Institut français du Proche-Orient/CNRS UMR 7297 CPAF)

Karel Novacek (Palacký University Olomouc)

Dominique Pieri (Ifpo/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

St John Simpson (British Museum)

Modalités de soumission

Les propositions d’articles (max. 40.000 signes espaces compris sans la bibliographie, max. 10 figures), en français, en anglais ou en arabe, devront être envoyé sous leur forme complète et définitive avec les illustrations avant le 28 février 2021 à l’adresse suivante : j.bonneric@ifporient.com.

Elles comprendront :

– le texte de l’article aux formats doc et pdf, dont la présentation devra se conformer aux règles édictées par la charte éditoriale de la BAH des Presses de l’Ifpo ;

– une bibliographie aux normes selon la même charte ;

– la liste des légendes des figures et/ou des planches ;

– les illustrations au format tif ;

– les résumés de l’article (max. 1.200 signes espaces compris), en français, en anglais et en arabe.

Les fichiers lourds (illustrations notamment) pourront être envoyés via des plateformes de téléchargement comme Dropbox ou Wetransfer.

L’obtention des droits de reproduction nécessaires, y compris sur internet, est de la responsabilité de l’auteur.

Les articles proposés seront évalués par des pairs (double aveugle) et une réponse sera donnée aux auteurs dans les trois mois suivant le dépôt de leur article. La parution du volume est prévue au premier semestre 2022.

Contacts

Narmin Ali Amin (narminaliamin@yahoo.fr)

Julie Bonnéric (j.bonneric@ifporient.com)

Barbara Couturaud (b.couturaud@ifporient.com)

Télécharger l’appel à contribution (En/Fr)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Communiqué suite à l’assassinat de Samuel Paty] Pour la liberté d’expression, matrice de l’enseignement et de la recherche

Face à l’assassinat de Samuel Paty, alors qu’il enseignait la liberté d’expression et la laïcité républicaine, Docciham réaffirme son attachement à ces principes forts qui sont consubstantiels au monde de l’enseignement et de la recherche. La diffusion d’un savoir critique, tolérant est au cœur de nos démarches d’enseignants, de chercheurs et favorise l’émancipation citoyenne et le libre arbitre face au fanatisme.

Nous relayons le communiqué commun des quatre associations d’Historiens de l’enseignement supérieur (SoPHAU, SHMESP, AHMUF, AHCESR) :

http://www.shmesp.fr/spip.php?article922

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Bourses AMI] Bourses d’aide à la mobilité doctorale au CEFAS (Koweït) (lim. 1er déc. 2020)

Date limite d’envoi des dossiers de candidature : 1er décembre 2020 (à minuit, heure de Paris)

Le CEFAS propose DES AIDES A LA MOBILITE DOCTORALE à des étudiant(e)s doctorant(e)s inscrit(e)s en thèse dans une université française, et qui effectuent leur recherche doctorale sur la région de la péninsule Arabique dans le domaine de l’archéologie et des sciences humaines et sociales. L’obtention de la bourse est conditionnée à l’inscription en thèse.

Ces AIDES A LA MOBILITE DOCTORALE sont pour une période de 9 mois éventuellement renouvelable.

Le montant de l’aide est de 1 100 € par mois. En outre, l’hébergement sera gratuit au CEFAS à Koweït durant toute la durée de l’aide. Le CEFAS prendra en charge les billets d’aller et de retour France-Koweït au meilleur tarif de vol disponible et pour un montant maximal de 550 €.

Le boursier ou la boursière devra résider au Koweït et pourra effectuer des missions de travail dans les pays de la zone de compétence du CEFAS, à l’exclusion du Yémen : Koweït, Bahreïn, Émirats arabes unis, Qatar, Sultanat d’Oman, Arabie saoudite. Il ou elle recevra l’appui scientifique et logistique du CEFAS. Il ou elle participera à l’animation scientifique du centre, et prendra part régulièrement à ses activités (conférences, séminaires, colloques, publications, etc.).

Il est rappelé que l’AIDE A LA MOBILITE DOCTORALE n’étant pas considérée comme un salaire, elle n’ouvre droit ni aux prestations sociales, ni aux allocations chômage et ne peut être prise en compte dans le calcul des droits à la retraite. Les bénéficiaires doivent donc souscrire eux-mêmes les assurances nécessaires pour une résidence à l’étranger concernant la couverture des dépenses de santé, accidents du travail et rapatriement.

L’AIDE A LA MOBILITE DOCTORALE prendra effet au 1er janvier 2021 ou, si les conditions ne le permettent pas, au 1er février 2021.
Pour toute information complémentaire, contacter le directeur du CEFAS, Abbès ZOUACHE, à l’adresse suivante : direction@cefas.cnrs.fr.

Les dossiers de candidature sont disponibles ci-dessous en document joint, et devront être complétés et envoyés accompagnés des pièces demandées en version numérique uniquement, en un seul document PDF. Les pièces demandées sont les suivantes :

  Première candidature : CV, publications, copie du dernier diplôme, projet de recherche doctorale, attestation d’inscription en doctorat.
  Renouvellement : attestation d’inscription en doctorat.

Le dossier de candidature doit être adressé aux adresses suivantes :
direction@cefas.cnrs.fr ; regie@cefas.com.ye ; dima.asad@cefas.cnrs.fr

Date limite d’envoi des dossiers de candidature :
1er décembre 2020 (à minuit, heure de Paris).

Documents joints

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journées d’étude] « Intégrer les marges », Journées d’étude des doctorants du Ciham, Lyon, MSH Lyon-Saint-Etienne, 22-23 octobre 2020

Attention : La session du jeudi matin est complète en présentiel

 

Cette année, les journées d’étude des doctorants du Ciham se tiendront à Lyon les 22-23 octobre 2020 sur le thème « Intégrer les marges ».

Ces journées sont organisées par Enki Baptiste, Florentin Briffaz, Ronan Capron, Amalia Desbrest, Mariam Hazim‑Terrasse et Anna Lafont‑Chardin

Les interventions se feront en présentiel mais également en visioconférence pour certaines.

Le programme est susceptible de modifications et d’ajustements, en raison de la situation sanitaire évolutive. Les sessions se déroulent à la MSH Lyon-Saint-Etienne (salle Marc-Bloch), à l’exclusion de la session du jeudi matin (des informations plus précises seront communiquées ultérieurement aux participants).

En raison du contexte sanitaire qui impose une limitation du nombre de personnes selon les règles de distanciation, une inscription préalable par session est nécessaire à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

Attention : La session du jeudi matin est complète en présentiel

Affiche des JED 2020 réalisée par Serge Pinche

Programme complet des JED 2020

L’affiche et le programme sont également disponibles sur le site du CIHAM

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Yann Potin, Trésor, écrits, pouvoirs. Archives et bibliothèques d’État en France à la fin du Moyen Âge, Paris, CNRS

Les pouvoirs de l’écrit dans la société médiévale ne reposent pas seulement sur la capacité des institutions à le produire ou à le diffuser. Le cas particulier du royaume de France et de son État en gestation à la fin du Moyen Âge manifeste un rapport singulier à la conservation des supports et des valeurs de l’écrit dans des espaces réservés et situés au cœur des Palais et qui forment autant de « trésors ». La localisation de ces dépôts structure l’espace et la dynamique de centralisation du pouvoir capétien et assure indirectement, par leur inscription dans les espaces urbains, une présence et un pouvoir de l’écrit bien plus large : la visibilité indirecte des trésors d’écritures. Ces « trésors » de titres, de chartes, de manuscrits informent la « sapience » d’un souverain qui pose ainsi les fondements d’une « science de l’État ».
Cet ouvrage rassemble un certain nombre d’études singulières sur le Trésor des chartes entre le XIIIe et le XVIe siècle, et la librairie royale, dite « de Charles V », entre son installation au Louvre en 1368 et sa dispersion au début du XVe siècle. Ces travaux sont précédés de textes généraux sur la question du statut de la fonction politique et symbolique de la thésaurisation royale.

Informations : https://www.cnrseditions.fr/catalogue/histoire/tresor-ecrits-pouvoirs/

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] La fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles) (lim. 20 nov. 2020)

Bordeaux – Boulogne-sur-Mer, 12 mai 2021 et 11 février 2022
Université Bordeaux Montaigne, UR 4593 CLARE Université Littoral Côte d’Opale, UR 4030 HLLI
Organisatrices : Grace BAILLET, Priscilla MOURGUES

Cette manifestation scientifique répartie sur deux journées les 12 mai 2021 et 11 février 2022 proposera une réflexion sur la fabrique du texte médiéval, sa matérialité et l’évolution des procédés de mise en forme du XIIIe siècle au XVIe siècle en se fondant sur différents types de récit. Dans le cadre d’autres réflexions, des chercheurs se sont attelés à analyser les techniques d’écriture dans les récits médiévaux et ont appréhendé ces textes pour comprendre les modalités de transmission et de diffusion de la culture française. Pour aborder cette thématique sous un angle plus neuf, dans une double perspective, diachronique et comparatiste, nous envisagerons de sonder la structuration des récits médiévaux classiques et tardifs en laissant de côté les problèmes que peut rencontrer l’éditeur actuel lors de l’élaboration d’une édition critique pour mieux nous concentrer sur le texte dans son époque.

Argumentaire :

Les recherches menées sur les récits médiévaux et leur élaboration ont bien souvent permis d’éclairer l’esthétique et les divers enjeux, poétiques, littéraires et historiques, subordonnés à la tradition de ces textes. Déjà dans les années 1970, Paul Zumthor adoptait dans son Essai de poétique médiévale un point de vue formaliste en décrivant et en analysant par la forme des modèles d’écriture. À la même époque, le théoricien du langage Henri Meschonnic esquissait la notion de « forme-sens » en avançant l’idée que l’œuvre crée sa propre forme. Ce concept sera repris quelques décennies plus tard dans le domaine des études médiévales et développé dans les travaux de Danièle James-Raoul, notamment dans « Forme-sens : du legs de la tradition à la modernité créatrice » (2002), dans la mesure où celui-ci permet d’envisager le sens des textes médiévaux, en particulier la matière arthurienne, à partir de la forme qu’ils adoptent. Ce constat prouve le besoin d’inscrire le texte dans une forme pour mieux l’éprouver. D’autres études de ce début du XXIe siècle ont tendu à présenter les textes dans une structure. En 2001, Alberto Varvaro s’interrogeait ainsi sur l’« Élaboration des textes et modalités du récit dans la littérature française médiévale » pour comprendre le mélange des genres dans les manuscrits des XIIe et XIIIe siècles et la mouvance des textes narratifs. Dans une perspective plus générale, en 2008, Pierre Chastang, dans son article sur « L’archéologie du texte médiéval », définit deux niveaux d’études complémentaires du texte pour mieux le contextualiser : le premier stade est la restitution d’une stratification textuelle grâce à l’examen du manuscrit ; le second est la nécessité de « situer le matériel dans son environnement1 ». Sans toutefois sonder les procédés de mise en forme du récit lui-même, de telles données abordent de plus en plus la notion de structure et démontrent l’intérêt de repositionner le matériel dans son époque. Par ailleurs, la multiplication des manifestations scientifiques de la dernière décennie témoigne une fois encore du désir de saisir avec exactitude l’esthétique et les techniques d’écriture à une époque définie. Nous songeons, entre autres, aux nombreuses contributions de Maria Colombo Timelli sur les mises en prose et aux manifestations qui furent consacrées à ce phénomène (Mettre en prose aux XIVe et XVIe siècles) en combinant des approches diversifiées sur le sujet (linguistiques, philologiques, littéraires, etc.). Nous pensons également aux études qui, dans un but similaire d’approfondissement, se concentrent plus spécifiquement sur l’art de la mise en prose dans un atelier localisé, tel celui du Maître de Wavrin, qui a fait l’objet d’un ouvrage collectif, L’Art du récit à la cour de Bourgogne, coordonné par Jean Devaux et Matthieu Marchal (2018). Dans la lignée de ces manifestations, des journées d’étude et colloques ont prolongé la réflexion en interrogeant la transmission et la diffusion de ce fonds littéraire médiéval au tournant de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance, en lien avec le changement de média que constituent les premiers imprimés (Les premiers imprimés français et la littérature de Bourgogne (1470-1550), colloque organisé en 2015 par Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou à l’Université du Littoral). Ce regard renforcé sur ces œuvres, manuscrites et imprimées, a contribué également à enrichir le domaine de l’édition critique actuelle en exposant les potentialités que ces deux types de témoins peuvent offrir pour soulever les difficultés qu’implique l’élaboration d’une édition (L’édition des textes médiévaux de langue française et les imprimés anciens, journée d’étude, 2016). Nous remarquons dès lors que l’étude du texte médiéval est souvent subordonnée au travail

de l’éditeur actuel sans que soit considérée pour autant la matérialité du texte replacé dans son époque. D’une part, à notre connaissance, excepté quelques articles qui analysent et qui approfondissent à certains égards la question des procédés de structuration des récits médiévaux, il n’existe pas d’ouvrage de synthèse ou de collectif se consacrant uniquement à cette thématique. D’autre part, il peut être intéressant d’examiner cette problématique sur la longue durée, sans se borner au traditionnel tournant des XVe et XVIe siècles et sans non plus exclure cette période, pour pouvoir établir des passerelles entre les différentes époques. Ainsi ce projet, « La Fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles) », peut venir à l’appui des recherches amorcées depuis les années 2000 en les complétant et en les éclairant sous des angles moins étudiés. Afin de pouvoir combiner plusieurs types d’approches (littéraire, historiographique, paléographique, etc.) et d’avoir un panel représentatif de récits médiévaux, en vers ou en prose, au fil des siècles, pour examen, nous optons pour le corpus suivant : les chroniques, les romans, les récits de voyage, les récits hagiographiques, les mises en prose, les récits brefs et les nouvelles.

Axes de recherches

Pour analyser les processus de structuration des récits médiévaux et leur évolution du XIIIe siècle au XVIe siècle, les pistes d’exploitation proposées ci-dessous s’articuleront autour de l’étude de la macrostructure et de la microstructure des textes : la composition d’un recueil, la dispositio du texte, les épisodes, la mise en page, les rubriques, les colonnes, les paragraphes, les miniatures, les bois, les sauts, les blancs, les différents marqueurs du texte, la ponctuation, etc.

Axe 1 – Identification et analyse de procédés de structuration Le repérage de procédés de structuration à petite et grande échelles dans les manuscrits et dans les imprimés permettra de déceler ce qui appartient spécifiquement ou non à une époque ou encore de définir ce qui relève d’une catégorie de texte (par exemple, l’écriture sous forme d’épisode dans les récits brefs). Ainsi on pourra analyser les principes qui s’installent. Par ailleurs, on pourra s’intéresser aux normes des œuvres fabriquées dans un même atelier et milieu culturel pour définir des pratiques spécifiques ou originales de mise en forme et pour en comprendre les particularités.

Axe 2 – La question de la frontière générique par la forme Pour compléter le premier axe, il s’agira de croiser les techniques appliquées à différentes catégories de textes. Si l’on songe, par exemple, à la question de la mise en recueil, certains manuscrits ou imprimés regroupent parfois des textes assez différents. La présentation matérielle de récits de même catégorie possédant des caractéristiques communes ou au contraire très variées peut également être examinée. Les réflexions sur un corpus constitué de récits du même genre, envisagés sur une longue période peuvent aussi apporter des compléments à cette question.

Axe 3 – L’adoption d’usages et de réflexes de structuration et les écarts Pour pouvoir mesurer l’écart de normes entre les récits médiévaux, on pourra s’interroger sur les réflexes adoptés au cours des processus d’écriture, de mises en forme et de structuration : ces gestes sont-ils comparables ou existe-t-il un fossé entre deux époques bien distinctes ? Doit-on les évaluer sur le même plan ? Les usages sont-ils toujours respectés ? Dans quelles conditions ? De même, ces questions peuvent se poser pour des productions créées à des périodes moins éloignées dans le temps, voire composées au même siècle

Si l’on pense également à la question des formats manuscrit et imprimé, il peut être intéressant de comparer les pratiques structurelles pour la composition d’une même histoire, que ce soit pour une tradition uniquement manuscrite, pour une tradition transmise par les seuls imprimés ou pour une transmission mixte du récit, pour évaluer le degré d’aménagement et pour en saisir les raisons.

Axe 4 – Les effets de l’évolution des pratiques Enfin, pour parfaire les trois axes précédents, il convient d’observer les impacts et effets que peut produire l’évolution des pratiques de mise en forme lors de la fabrique du texte. Ces observations peuvent se situer au niveau de la diffusion. Pour quelles raisons un texte est-il fondu dans une forme déterminée ? Les constats peuvent aussi s’effectuer à partir de la réception des structures des récits médiévaux par les contemporains de ces textes. Quelles sont les conséquences de l’accès de plus en plus large au livre et à l’écrit ? Quelles perceptions sont décelables à la lecture d’un récit sous une forme nouvelle ? Cela entraîne-t-il de nouvelles pratiques de lecture ? Dans une époque donnée, quels ont été les effets des transformations des pratiques de lecture sur l’écriture et la structuration des récits ? En outre, l’attention peut aussi se porter sur le rapport à la matérialité du texte du point de vue de l’auteur et du lecteur. Si l’on songe au système de balisage des textes, au rôle structurant des images qui insinue un dialogue texte-image dans la page ou encore aux indices textuels laissés par l’auteur pour son lecteur, un commerce lie de manière certaine le lecteur à son livre et à celui qui participe à sa constitution. Quels rapports peut entretenir le lecteur avec l’espace du livre ? Comment est-il sollicité ? Comment le livre permet-il d’établir une relation de communication entre le lecteur et les divers acteurs gravitant autour de la fabrique des récits (auteur, éditeur, imprimeur, libraire) ? Le lecteur a-t-il finalement une influence sur la fabrication du produit qu’il lira et quels en sont les impacts sur la production ?

D’autres réflexions peuvent bien sûr venir étayer les quatre axes de recherche précédemment exposés.

Informations pratiques :

Les propositions de communication accompagnées d’un argumentaire d’une dizaine de lignes et d’un bref curriculum vitae sont à envoyer aux organisatrices avant le 20 novembre 2020.

Grace BAILLET, ulcogracebaillet@gmail.com Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Comité scientifique :
Maria COLOMBO TIMELLI, Professeur à l’Università degli Studi di Milano, Langue et littérature françaises du Moyen Âge
Jean DEVAUX, Professeur à l’Université du Littoral Côte d’Opale, Littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance
Nadine HENRARD, Professeur à l’Université de Liège, Littérature française du Moyen Âge
Danièle JAMES-RAOUL, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Langue et littérature du Moyen Âge

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] P. Larcher, Sur le Coran. Nouvelles approches linguistiques

Ouvrage publié avec le concours de l’Iremam – Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, UMR 7310 – CNRS – Université d’Aix-Marseille.

Ce volume rassemble douze articles ventilés en cinq sections. Texte. Que peut dire un linguiste sur les rapports de l’oral et de l’écrit et la façon dont ils doivent être ordonnés dans le Coran ? Langue. L’arabe coranique apparaît au linguiste comme chronologiquement préclassique et typologiquement non classique, mais classicisé par le biais des « lectures » grammaticales. Lexique. Cette section retrace, à travers leurs occurrences coraniques, le parcours du sens de trois mots clefs : lisān « langue », salām « paix » et ǧihād « guerre ». Discours. Le Coran met en scène une multitude de protagonistes, ce qui conduit un linguiste « énonciativiste » à une analyse polyphonique et, de là, à l’étude de la logique et de l’argumentation coraniques. Koranphilologie médiévale. Appendice aux quatre autres, cette section rappelle l’apport de la tradition linguistique arabe, spécialement de la « philologie coranique » et de sa pièce maîtresse, les Ma‘ānī al-Qur’ān d’al-Farrā’ (m. 207/822).

Voir: http://www.lambert-lucas.com/livre/sur-le-coran-nouvelles-approches-linguistiques/?fbclid=IwAR1nsCs9tQ_vg3F9LaSGqUjEhnM2kCxrd25c-BrLGQAU6iYIBZ3OXUtVpCI

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] The Visual Culture of Mosques, Dhahran, Saudi Arabia (lim. 28 déc. 2020)

Dhahran, Saudi Arabia

https://www.ithra.com/en/visual-culture-mosques

23rd-25th November 2021

Call for Research Submissions on the Visual Culture of Mosques

Dhahran (November 23 – 25, 2021)

In conjunction with the forthcoming exhibition Shatr AlMasjid: the Art of Orientation, the King Abdulaziz Center for World Culture (Ithra) is collaborating with the Abdullatif Al Fozan Award for Mosque Architecture to host a three-day conference to address the historical meaning, culture, evolution and functions of the mosque.

Ithra and Abdullatif Al Fozan are announcing an open call for research submissions on the visual culture of the mosque for the conference that will take place at Ithra from November 23 – 25, 2021. This is an open call for architects, designers, archeologists, artists, writers, historians and curators to present their original research, objects or insights about mosques and related cultural objects.

Categories of submission include:

  • Research papers.
  • Models, objects.
  • Posters.
  • Audio-visual productions.

The selection criteria include creative ways of addressing the culture, history and meaning of mosques through objects. The goal is a more insightful and expanded understanding of the mosque.

The conference will focus on architectural forms and design elements as well as objects used in and around mosques such as lamps, windows, furniture, carpets, pulpits, calligraphy and so on.

The deadline for submissions is December 28, 2020. For more information, please download this PDF.

Or send your registration submission by email at conference@ithra.com

For more information, please visit https://www.ithra.com/en/visual-culture-mosques

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Conférence] E. Cellard, L’archéologie du palimpseste de Ṣanʿāʾ : des fragments au livre caché, Lyon, mardi 6 octobre 2020

Nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence d’Éléonore Cellard (Collège de France), « L’archéologie du palimpseste de Ṣanʿāʾ : des fragments au livre caché ».

Elle aura lieu le mardi 6 octobre, à 16h, dans l’amphithéâtre de la Maison Internationale des Langues et des Cultures (MILC) – 35 rue Raulin, Lyon 7e.

L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles.

Cette conférence fait partie du cycle « Composer, écrire et transmettre le Coran au premier siècle de l’Islam », organisé par Mehdi Azaiez (Université de Louvain), Anne-Sylvie Boisliveau(Université de Strasbourg) et Iyas Hassan (Université Paris-Sorbonne), à propos duquel vous trouverez plus d’informations à l’adresse suivante (https://www.mehdi-azaiez.org/Cycle-de-conferences-VIDEOS-Composer-ecrire-et-transmettre-le-Coran-au-premier).

Pour toute question pratique relative à la conférence d’Éléonore Cellard, vous pouvez vous adresser à Rémy Gareil (remy.gareil@univ-lyon2.fr)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

Enquête du CPCN sur le projet de LP(P)R [jusqu’au 7 octobre 2020]

Nous relayons la consultation sur le projet de Loi de Programmation pour la Recherche menée auprès des communautés scientifiques par la conférence des président.e.s du comité national (CPCN).

Le questionnaire est anonyme et comprend des questions sur le projet de loi, sur les actions à entreprendre (si la loi prenait mal en compte les besoins exprimés), et sur la situation des répondant.es.

Il peut être trouvé au lien suivant :
https://www.c3n-cn.fr/survey/index.php/541972?lang=fr
La date limite de réponse est fixée au 7 octobre.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Bourse] Aide à la Mobilité Internationale (AMI) au sein du Département des études arabes médiévales et modernes de l’IFPO, Beyrouth (lim. 30 sept. 2020)

Date limite de candidature : 30 septembre 2020

Principe

L’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), UMIFRE 6 du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE) – USR 3135 du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) propose une Aide à la Mobilité Internationale (AMI) à un·e étudiant·e doctorant·e de toute nationalité inscrit.e en thèse dans une université française.

Le/la doctorant·e bénéficiant de l’AMI sera rattaché·e à l’antenne de l’Ifpo de Beyrouth au Liban.

Domaine scientifique

Le sujet de thèse devra s’inscrire dans l’un des champs disciplinaires traditionnellement développés par le Département des études arabes, médiévales et modernes (DEAMM), à savoir :

  • Histoire médiévale et moderne (des débuts de l’Islam à la fin de la période ottomane)
  • Etudes linguistiques et dialectologie
  • Littérature arabe (classique et moderne)
  • Philosophie et histoire de la pensée religieuse au Proche-Orient médiéval
  • Histoire des sciences et des techniques au Proche-Orient
  • Papyrologie, codicologie, épigraphie et histoire des arts au Proche-Orient

Durée et lieu

Cette recherche doctorale doit nécessiter un séjour au Liban (au minimum 10 mois sur 12), en fonction des contraintes de sécurité qui prévalent au Liban. La prise de fonction est prévue pour le 15 novembre 2020. La durée de l’allocation est de 12 mois. Elle est éventuellement renouvelable une fois.

Conditions

L’AMI fera l’objet d’une convention entre le/la bénéficiaire et l’Ifpo. L’AMI ne sera attribuée que si le/la candidat·e est inscrit.e en thèse au plus tard à la date du début de l’AMI, sous réserve d’un justificatif officiel : attestation d’inscription de l’école doctorale, carte d’étudiant, etc.

Le montant de l’aide est actuellement de 1 220 € par mois. Les bénéficiaires disposent d’un billet d’avion A/R depuis la France et de la prise en charge de 310 EU maximum de fret non accompagné pour leur déménagement. Il leur revient de trouver eux-mêmes à se loger sur leur lieu d’affectation

Il est rappelé que l’AMI n’étant pas considérée comme un salaire, elle n’ouvre droit ni aux prestations sociales, ni aux allocations chômage et ne peut être prise en compte dans le calcul des droits à la retraite. Les bénéficiaires doivent donc souscrire eux-mêmes les assurances nécessaires pour une résidence à l’étranger incluant la couverture des dépenses de santé, accidents du travail, rapatriement, etc. Les sommes engagées à cette fin sont cependant remboursées annuellement par l’Ifpo, dans la limite de 1 200 €.

Le/La bénéficiaire d’une AMI doit effectuer un séjour d’au moins 10 mois (sur les 12 mois de la durée de l’AMI) dans la zone de compétence de l’établissement. Les versements mensuels seront interrompus et l’AMI annulée si la durée de ses absences de la zone de compétence dépasse les 2 mois cumulés, quelles qu’en soient les raisons (absences diverses, missions de terrain, enseignement, participation à des manifestations scientifiques, recherches documentaires, maladie etc…).

Procédure

Le dossier doit inclure le formulaire dûment complété et les documents demandés

Télécharger le dossier de candidature

Le dossier doit être envoyé, avant le 30 septembre 2020 23h30, à :

secretariat.directeur@ifporient.org  ET  p.koetschet@ifporient.org

Contact

Pour tout renseignement complémentaire, contacter Pauline Koetschet, directrice du Département des études arabes, médiévales et modernes :  p.koetschet@ifporient.org

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Conférences] Cycle 2020-21 des conférences publiques de l’IISMM : La médecine, l’islam, les mondes musulmans

En 2020, les sociétés du monde entier ont été frappées, de manière plus ou moins prononcée, par un virus dont la circulation a été rapide. Un tel phénomène n’est pas inédit dans l’histoire de l’humanité, même si celui-ci possède des caractéristiques propres. Ces dernières sont liées non pas tant aux modes de contamination qu’à la gestion de la crise sanitaire à toutes les échelles géographiques par les responsables politiques, économiques, religieux, culturels, médiatiques. 

C’est dans ce contexte qu’a été déterminé le thème du cycle annuel des Conférences publiques de l’IISMM. Le sujet de la gestion de « l’épidémie » au cours de la période classique ou moderne de l’Islam, comme celui de la dernière pandémie, seront abordés de manière directe mais non exclusive. L’approche de longue durée a été privilégiée. Elle permettra, notamment, de mettre en regard les modalités de transmission de savoirs médicaux puis de leur recomposition à l’époque abbasside, et les différentes formes d’exercice de la médecine en contexte colonial dans les sociétés majoritairement musulmanes. 

La médecine n’a jamais été une discipline indépendante d’autres modalités de connaissances ou de pratiques ; son histoire n’est pas celle d’une sécularisation linéaire. Elle engage des conceptions discutées de ce qu’est l’être humain, autant de représentations anthropologiques qui informent (ou sont informées par) le discours religieux et non religieux. Tel sera l’un des fils conducteurs de ce cycle à venir. 

PROGRAMME

Les mardis de 18h30 à 20h30 – EHESS, Amphithéâtre François Furet, 105 Boulevard Raspail, 75006 Paris. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Port du masque obligatoire.

Mardi 6 octobre 2020 de 18h30 à 19h30 
Françoise Micheau, Professeur émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
« De la médecine grecque à la médecine arabe »

Mardi 3 novembre 2020
Floréal Sanagustin, Professeur de langue et civilisation arabes, Université Lumière-Lyon 2, ICAR
« La médecine d’Avicenne (XIe s.), entre Orient et Occident : le cas de la pharmacologie d’après le Qânûn fîl-ṭibb »

Mardi 1er décembre 2020
Jean-Charles Coulon, Chargé de recherche, CNRS, IRHT
« Les sciences occultes contre la peste dans le monde arabo-islamique au XVe siècle »

Mardi 5 janvier 2021 
Anne-Marie Moulin, Directrice de recherche émérite, CNRS, SPHERE
« Les épidémies dans l’histoire de l’islam »

Mardi 2 février 2021

Fabrizio Speziale, Directeur d’études, EHESS, CEIAS, « Pédagogies croisées : maîtres hindous et musulmans dans la culture médicale indo-persane »

Mardi 2 Mars 2021
Chantal Verdeil, Professeur des Universités, INALCO, CERMOM
« Les facultés de médecine de Beyrouth à la fin de la période ottomane, entre modernisation et impérialismes »

Mardi 6 avril 2021
Sylvia Chiffoleau,
 Directrice de recherche, CNRS, LARHRA
« Lutter ensemble contre les épidémies : comment l’Europe et l’Empire ottoman ont fondé au XIXe siècle le premier internationalisme sanitaire »

Mardi 4 Mai 2021
Claire Fredj
, Maître de conférences, Université Paris Nanterre, IDHES
« Soigner les « indigènes » : l’assistance médicale dans l’Algérie colonisée (fin XIXe-XXe siècle) »

Mardi 1er juin 2021 
Pierre-Jean Luizard, Directeur de recherche, CNRS, GSRL
« Le Hezbollah déclare la guerre au coronavirus : un nouvel humanisme musulman ? »

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Séminaire pluridisciplinaire sur le Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2020-2021

Les séances médiévales d’Aix-Marseille, notre séminaire pluridisciplinaire sur le Moyen Âge, reprennent leur cycle interrompu en mars dernier. La première séance de cette nouvelle année universitaire aura lieu le vendredi 2 octobre prochain à la MMSH (salle Paul-Albert Février, 14h-18h).

Nous aurons le plaisir d’accueillir Denis Genequand (directeur du site et musée romains d’Avenches), Sobhi Bouderbala (maître assistant à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, titulaire de la chaire Averroès IMéRA/A*MIDEX-AMU) et Frédéric Imbert (professeur d’épigraphie arabe et islamique à Aix-Marseille Université). Chacun nous apportera son regard sur la formation de l’Empire islamique pour mieux interroger ensemble la notion d’empire à l’orée du Moyen Âge.

Comme à l’accoutumée, et dans les respects des consignes sanitaires, nous nous retrouverons à l’issue du séminaire pour un moment convivial.

Présentation de séance et programme de l’année : 2020.10.02_SMAM_seance 1

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Cycle de conférences] Conférences Jeunes chercheurs sur la Bourgogne médiévale et moderne, 2020-2021

Présentation

En collaboration avec l’Université de Bourgogne, la Maison des
Sciences de l’Homme de Dijon et le laboratoire ARTEHIS, ce cycle
de dix conférences a pour but de valoriser et diffuser les travaux de
jeunes chercheurs sur l’histoire, l’archéologie et l’histoire de l’art de la Bourgogne médiévale et moderne. Il s’agit de présenter et mettre en avant les sources d’archives à partir desquelles travaille le jeune chercheur, ainsi que la manière dont il élabore le raisonnement scientifique lui permettant d’aboutir aux résultats de ses investigations. L’objectif est aussi de montrer l’articulation, en fonction des sujets, entre les sources conservées aux Archives départementales de la Côte-d’Or et les différents dépôts municipaux, tant archives que bibliothèques. Enfin, ces interventions offriront l’opportunité au public de prendre connaissance des dynamiques actuelles de la recherche sur la Bourgogne médiévale et moderne, notamment en lui permettant d’accéder, durant les séances, aux originaux des documents utilisés par les différents intervenants.
Pour la 4e année consécutive, ce cycle montre la vitalité de la recherche en Bourgogne, et il la met à la disposition de tous au cœur de la ville de Dijon.

Organisation et coordination :

Rudi Beaulant (docteur en histoire médiévale, UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne-Franche-Comté)

David Bardey (doctorant, UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne-Franche-Comté)

 

Programme et résumés en pdf :

Cycle conférences Jeunes chercheurs sur la Bourgogne médiévale et moderne 2020-2021

Les mercredis suivants de 17 h à 18 h :

Mercredi 14 octobre 2020

Julien de Palma (doctorant, UMR 8529-IRHiS, Université de Lille) : « La comptabilité au service de l’histoire militaire : l’image du prince en chef de guerre à la lumière des Archives départementales de la Côte-d’Or »

 

Mercredi 25 novembre 2020

Lucie Roudergues (doctorante, UMR 5190-LARHRA, Université Lumière-Lyon 2) : « La coiffure dans la ville. Perruquiers et coiffeurs dans l’espace urbain dijonnais au XVIIIe et au début du XIXe siècle »

 

Mercredi 9 décembre 2020. Séance aux Archives municipales de Dijon

François Rivière (docteur en histoire médiévale, UMR 8589-LaMOP, Université d’Évry-Val d’Essonne) : « Réglementer les métiers à Dijon au Moyen Âge : une faiblesse corporative à comparer »

 

Mercredi 6 janvier 2021. Séance à la Bibliothèque municipale de Dijon

Coraline Rey (docteure en histoire médiévale) : « Les manuscrits de l’abbaye de Cîteaux à la fin du Moyen Âge : localisation et mobilier »

 

Mercredi 3 février 2021

Baptiste Rameau (doctorant, UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne-Franche-Comté et Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne) : « « Pour don à lui fait » : Dons et communication politique sous le principat de Jean sans Peur (1404-1419) »

 

Mercredi 3 mars 2021

Aurore Drouhin (doctorante, UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne-Franche-Comté et Université de Strasbourg) : « Moniales, prieures, donatrices, mais qui étaient les femmes du prieuré de Jully-les-Nonnains ? »

 

Mercredi 31 mars 2021

Maxime Gelly-Perbellini (doctorant, UMR 8558-Centre de Recherches Historiques, EHESS et Université Libre de Bruxelles) : « Le crime de sorcellerie en Bourgogne à la fin du Moyen Âge »

 

Mercredi 28 avril 2021

Laura Chilson-Parks (doctorante, Brown University, History of Art and Architecture) : « « Par mande de ma dame » versus « Par ma dame » : interprétation de la représentation écrite du mécénat de Marguerite de Male »

 

Mercredi 26 mai 2021

Antonin Liatard (doctorant, UMR 7366-LIR3S, Université de Bourgogne-Franche-Comté et Université Catholique de Louvain) : « Étudier le décor et l’aménagement d’une église de la Compagnie de Jésus sous l’Ancien Régime : l’exemple de l’église du collège des Godrans »

 

Mercredi 23 juin 2021. Séance à la Bibliothèque municipale de Dijon

Emily O’Brock (doctorante, New York University, Literature) : « Comment butiner un florilegium : l’abeille dans le speculum maius de Vincent de Beauvais »

 

Contacts : rudibeaulant@live.fr

bardey.david@gmail.com

 

Source : Rudi Beaulant et David Bardey

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance de thèse] Hanadi Abokadejah, Les grandes familles élitaires de La Mecque à la fin de l’époque médiévale (VIIe/XIIIe siècle – IXe/XVe siècle) : Étude historique d’un phénomène social, Paris, 28/09/2020

Madame Hanadi Abokadejah soutiendra publiquement sa thèse de doctorat en Histoire médiévale dirigée par Françoise Micheau et Eric vallet intitulée :

Les grandes familles élitaires de La Mecque à la fin de l’époque médiévale (VIIe/XIIIe siècle – IXe/XVe siècle) : Étude historique d’un phénomène social

Le 28 septembre 2020 à 14h00 en Sorbonne, salle Duroselle (Galerie Jean-Baptiste Dumas, 14 rue Cujas, Paris 5e)

Devant un jury composé de :

  • Ali al-Gabban (Riyad), professeur, vice-président de l’Autorité générale du Tourisme et du Patrimoine national
  • Julien Loiseau (Université Aix-Marseille), professeur des universités, rapporteur
  • Françoise Micheau (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), professeur émérite, directrice
  • Éric Vallet (Université de Strasbourg), Professeur des universités
  • Vanessa Van Renterghem, (INALCO), Maître de conférences

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] La Méditerranée médiévale, Paris Sorbonne (1er semestre 2020)

Séminaire de master
IRBIMMA, salle de lecture
Un lundi par mois de 17h à 19h

Séminaire de recherche organisé par :

Dominique Valérian (université Paris 1, UMR 8167)
Damien Coulon (université de Strasbourg, EA 3400)
Ingrid Houssaye Michienzi (CNRS, UMR 8167)

Le séminaire sur la Méditerranée médiévale réunira des chercheurs spécialistes des mondes grecs, latins et musulmans au Moyen Âge, dans une perspective d’étude des relations en Méditerranée et de comparatisme. À raison d’une séance par mois, il alternera des présentations de travaux en cours liés à l’actualité de la recherche, et des séances consacrées à la question de la construction de normes partagées en Méditerranée.

Programme 2020-2021

  • 12 octobre
    Damien COULON (Université de Strasbourg, UR 3400 ARCHE) : Dynamiques sociales et réseaux marchands engagés dans le commerce méditerranéen à Perpignan
  • 2 novembre
    María Dolores LÓPEZ PÉREZ (Université de Barcelone, Grupo
    de Investigación en Arqueología Medieval y Postmedieval) : La création d’une grande entreprise médiévale : la compagnie Torralba et la formation d’un réseau de négoce international
  • 7 décembre
    Georg CHRIST (University of Manchester) : Diversités ou convergences des normes ? Commerce transrégional, relations internationales et le problème du ius mercatorum en Méditerranée orientale
  • 18 janvier
    Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes, EA1163
    CRHIA) : Circulation des normes monastiques en contexte méditerranéen : la règle du cardinal Bessarion pour le monachisme italo-grec (milieu du XVe siècle)
  • 15 février
    Simon DORSO (Université Lyon 2 , UMR 5648 CIHAM – ERC
    HornEast) : Convergences et concurrences autour de la notion de Terre sainte : dévotions, représentations et usages politiques en Palestine
    (XIe-XIVe siècles)
  • 15 mars
    Claude DENJEAN (Université de Perpignan, EA 7997 CRESEM) : Des normes communes ? Garantir les marchés financiers pour le bien commun entre les rives méditerranéennes, XIIIe-XIVe siècles
  • 12 avril
    Christophe TEIXEIRA (univ. Paris 1, UMR 8167) : Les prémices d’une marine de guerre au Portugal du XIIe à la fin du XIIIe siècle
  • 10 mai
    Raul ESTANGÜI (univ. Paris 1, UMR 8167) : Les relations des derniers empereurs byzantins avec les autres puissances méditerranéennes à travers l’étude diplomatique des actes produits par la chancellerie à destination de l’étranger (XIVe-XVe siècle)
  • 7 juin
    Enrica SALVATORI(Università di Pisa) : Le nom de l’ennemi : une analyse comparative des sources pisanes (annales, chroniques et épigraphie) des XIe et XIIe siècles

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Séminaire de l’équipe Islam médiéval, Paris Sorbonne (2020-1)

Histoire et archéologie de l’Islam médiéval
Les mercredis, 17h-19h
Institut de recherche sur Byzance, l’Islam et la Méditerranée au Moyen Âge (IRBIMMA), 17 rue de la Sorbonne, escalier B, dernier étage, Paris 5e ou Colegio de España, Cité Universitaire, 7E Bd Jourdan, Paris 14

Le séminaire repose sur une alternance entre séances plénières et des ateliers

Programme annuel 2020-2021

  • 23 septembre (IRBIMMA) :
    Introduction générale du séminaire
  • 30 septembre (IRBIMMA) : Orient
    Clément Onimus (université Paris 8), Les campagnes égyptiennes chez Ibn Duqmāq : un territoire de ponction fiscale
  • 7 octobre (Colegio de España) : Occident
    Jean-Pierre Van Staëvel (université Paris 1), Les campagnes de l’archéologue, ou comment définir le rural par la culture matérielle dans l’Occident musulman médiéval
  • 14 octobre (IRBIMMA) : Orient
    Nicolas Michel (Aix-Marseille Université), Des campagnes sans propriété foncière : l’Égypte des XIIIe-XVIIIe siècles
  • 21 octobre (IRBIMMA) : Actualités de la recherche
    Ali Amir Moezzi (EPHE) et Guillaume Dye (université Libre de Bruxelles), Présentation du Coran des historiens

4 novembre : Ateliers (IRBIMMA)

  • 18 novembre (Colegio de España ) : Occident
    Carlos Laliena Corbera (université de Saragosse), Le peuplement rural de la Marche Supérieure à l’époque taifa : sources latines et résultats archéologiques dans l’étude des almunias

25 novembre : Ateliers (IRBIMMA)

  • 2 décembre (IRBIMMA) : Actualités de la recherche : Littérature arabe classique
    Iyas Hassan (Sorbonne Université), Imaginaire et institution. Réflexions sur la littérature arabe classique et ses catégories académiques contemporaines ;
    Abdallah Cheikh-Moussa (Sorbonne Université), Le corps du souverain dans quelques “miroirs des princes” arabo-islamiques »

9 décembre : Ateliers (IRBIMMA)

  • 16 décembre (IRBIMMA) : Orient
    Nicolas Payen (Sorbonne Université), Animaux des villes ou animaux des champs ? Situer les animaux dans un environnement aux débuts de l’Islam (Ier-IVe/VIIe-Xe siècle)
  • 6 janvier (Colegio de España ) : Occident
    Annliese Nef (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Une capitale et ses campagnes : structures foncières et productions agricoles dans le Palermitain Xe-XIIe siècle

13 janvier : Ateliers (IRBIMMA)

  • 27 janvier (IRBIMMA) : Orient
    Wissam Halawi (université de Lausane) et Elise Voguet (CNRS-IRHT), L’administration des campagnes : patriarcat maronite au Liban. Articulation du pouvoir mamelouk, patriarcat, propriétaires terriens
  • 3 février (Colegio de España) : Occident
    Elise Voguet (CNRS – IRHT section arabe) et Chloé Capel (membre associée-UMR 8167 ), Villes oasiennes ou oasis urbaines : peut-on qualifier les villes sahariennes de “villes rurales” ?
  • 10 février (IRBIMMA) : Actualités de la recherche : Les humanités numériques dans nos domaines de recherche
    Maxim Romanov (ERC-Project KITAB), Complex Tools for Complex Texts : a Digital Analysis of al-Ḏahabī’s Taʾrīḫ al-islām ;
    Zacharie Mochtari de Pierrepont (Université de Gand), Networks of legal and religious scholars in 15th century narratives : network analysis, political and social order. Réseaux des ulémas au prisme des sources du xve siècle
  • 17 février (IRBIMMA) : Orient
    Eugénie Rébillard (université Paris 1-Sorbonne Université),
    Des territoires hors de contrôle ? Pouvoir central et maintien de l’ordre dans les zones rurales de l’Irak abbasside et des provinces orientales (IIIe/IXe – IVe/Xe s.)
  • 3 mars (Colegio de España) : Occident
    Yassir Benhima (université Paris 3), Espaces ruraux et tribus dans le Maghreb médiéval
  • 10 mars (IRBIMMA) : Actualités de la recherche
    Maribel Fierro (CSIC, Madrid), Du Maghreb au Mashrek, en passant par al-Andalus et la Sicile normande. Le sacrifice des femelles des chameaux chez les Fatimides et les Safavides

17 mars : Ateliers (IRBIMMA)

  • 24 mars (IRBIMMA) : Orient
    Mathieu Eychenne (Université de Paris), Ville et campagne à l’époque mamelouke : les liens économiques entre Damas et la Ghouta

31 mars : Ateliers (IRBIMMA)

  • 7 avril (Colegio de España) : Occident
    Jennifer Vanz (membre associée-UMR 8167 ), Ville et campagne à l’époque mamelouke : les liens économiques entre Damas et la Ghouta

14 avril : Ateliers (IRBIMMA)

  • 5 mai (IRBIMMA) : Orient
    Mathieu Tillier (Sorbonne Université) et Naïm Vanthieghem (CNRS-IRHT), Un village du Fayoum : Buljusuq d’après les sources papyrologiques

12 mai : Ateliers (IRBIMMA)

  • 19 mai (Colegio de España) : Occident
    Sophie Gilotte (CNRS – CIHAM) et Pauline de Keukelaere (doctorante, Sorbonne Université), De la maison à l’atelier. Organisation du travail et dimensions économiques de l’artisanat rural en Andalus
  • 26 mai : (IRBIMMA)
    Conclusion commune

Séances plénières : thèmes

  1. La construction sociale de l’espace dans l’islam médiéval. Volet 3 : Les espaces ruraux
  • série Orient islamique :
    Responsables : Cécile Bresc (Sorbonne Université), Sylvie Denoix (CNRS-UMR 8167), Perrine Pilette (CNRS-UMR 8167), Mathieu Tillier (Sorbonne Université)
    Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, salle de lecture
    dates : 30 sept., 14 oct., 16 déc., 27 janv., 17 fev., 24 mars ; 5 mai
  • série Occident islamique
    Responsables : Sophie Gilotte (CNRS, CIHAM), Annliese Nef (unv. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Emmanuelle Tixier du Mesnil (Paris Ouest Nanterre), Dominique Valérian (univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jean-Pierre Van Staëvel (univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Élise Voguet (CNRS, IRHT).
    Lieu : Colegio de España de Paris, Cité Universitaire
    dates : 17 oct., 18 nov., 6 janv., 3 fev., 3 mars, 7 avril, 19 mai

Dans le monde de l’Islam médiéval, les espaces ruraux sont marqués par une très profonde disparité des moyens de connaissance. En Égypte, les campagnes et leurs villages ont laissé, dès les premiers siècles de l’hégire, une abondante documentation en grec, en copte et en arabe, ce qui permet d’appréhender non seulement certains aspects de la vie économique et sociale, mais également les relations avec les villes. En revanche, dans la plupart des régions, les dimensions sociales et économiques de la question souffrent d’une évidente carence documentaire. Composante essentielle de la population, les sociétés agropastorales sont pauvres en sources écrites, et leurs archives quasi inexistantes.
Les sources littéraires (poètes, géographes, voyageurs…) permettent certes de pallier en partie la pénurie documentaire affectant la plupart des territoires de l’Islam médiéval et il conviendrait sans doute, pour commencer, de s’interroger sur la manière dont les auteurs médiévaux se représentent l’espace non urbain et ses relations avec la ville ou les citadins. Néanmoins, ces sources offrent avant tout le regard d’élites urbaines sur les campagnes. De même, quand bien même les documents fiscaux ou administratifs éclairent ponctuellement certains aspects des campagnes, ils sont souvent établis par des élites citadines au profit d’un pouvoir citadin. Lorsqu’elle est fondée sur les sources textuelles urbaines, la connaissance des campagnes apparaît donc biaisée, et d’autant plus limitée si l’on s’intéresse à la vie sociale et économique, aux modes d’exploitation du sol ou aux formes de peuplement. En outre, l’archéologie ne peut encore que pallier très partiellement cette carence documentaire : l’intérêt des archéologues, s’il s’est manifesté avec force pour l’Occident islamique durant les années 1980 et 1990 avant de s’étioler, peine encore à s’étendre, au Proche-Orient, au-delà de la période des débuts de l’Islam. Paradoxalement, les espaces intermédiaires ont fait l’objet d’enquêtes récentes remarquables, ainsi des munya-s, grandes propriétés suburbaines, dans l’hinterland des métropoles méditerranéennes.
Construite pour l’essentiel à partir de ce donné textuel focalisé sur les milieux urbains lettrés, la réflexion historique sur la nature de l’organisation sociopolitique et administrative du monde rural, et plus largement sur celle des rapports entre villes et campagnes, est passée par plusieurs stades. Après avoir successivement été marquée par le modèle latifundiaire de l’histoire positiviste, le modèle féodal de l’histoire marxiste, elle apparaît aujourd’hui, une fois dépassée cette vision stéréotypée de la domination exclusive des villes sur les campagnes, plus fragmentée et plus relativiste que jamais, en fonction de l’état de la recherche dans chaque région ou pays. On a ainsi renoncé à un modèle explicatif général, au profit le plus souvent d’études ponctuelles, encore rares au vu de l’importance du sujet, et qui ne permettent guère de saisir la question dans son ensemble. L’un des objectifs de ce séminaire consistera donc à dresser un premier bilan comparatif des différentes traditions historiographiques en présence, afin de réfléchir aux conditions d’une écriture commune de l’histoire des campagnes dans le monde islamique médiéval. Dans ce monde où la terre demeure la principale source de richesse et de revenus, on s’intéressera notamment à la nature de la propriété foncière, au rapport entre l’Etat et les communautés agropastorales, au degré de contrôle exercé par le premier, ou à la capacité d’autonomie des secondes, aux modes d’exploitation du sol et d’utilisation de l’eau, aux structures du peuplement, enfin aux rapports économiques et à la nature des échanges.
Conçue pour mettre en lumière les logiques d’interaction et les mécanismes d’interpénétration qui régissent les rapports entre villes et campagnes au long du Moyen Âge islamique, cette large réflexion menée dans le cadre du séminaire commun de l’équipe Islam médiéval invite à repenser les catégories d’urbain et de rural, autrefois opposées de manière binaire par l’historiographie.

  1. Actualités de la recherche

Responsable : Sylvie Denoix (CNRS, UMR 8167)
Lieu : IRBIMMA, salle de lecture
dates : 21 oct., 2 dec., 10 fev., 10 mars

Ce séminaire a pour ambition de présenter de nouveaux terrains ou des recherches récentes concernant le domaine de l’Islam médiéval. Des chercheurs de différentes générations (des doctorants avancés aux chercheurs seniors), spécialistes de diverses disciplines (histoire, archéologie, histoire de l’art, islamologie, études littéraires…), y présentent leurs travaux afin d’approfondir la connaissance que nous avons des sociétés que nous étudions dans leurs différentes dimensions (productions savantes comme culture matérielle, représentations et pratiques, étude des institutions comme des acteurs sociaux qui les animent).

Ateliers au choix. 1er semestreDates : 14, 25 nov., 2 déc., 13 janv.

  1. Histoire, science sociale : Genre, famille et inscription dans les espaces ruraux et urbains du monde islamique médiéval
    Responsables: Annliese Nef et Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne)

L’ambition de cet atelier est de faire dialoguer le thème de cette année portant sur le rural (et donc sur l’urbain, la catégorisation sociale étant relationnelle) et l’approche du genre et de la famille dans les sciences sociales, en combinant sociologie, histoire et archéologie.
Bien souvent le rural est rabattu sur le traditionnel dans les conceptions communes, en particulier dans tout ce qui a trait à la famille, envisagée comme la cellule fondamentale de l’organisation sociale, et au genre, la domination masculine étant censée être particulièrement forte dans le monde rural. Pour interroger ces conceptions considérées comme allant de soi, on s’appuiera sur les études de Pierre Bourdieu relatives à l’Algérie (Sociologie de l’Algérie, Esquisses algériennes…) ou au genre (La domination masculine) et de Rémi Lenoir relatives à la famille. On se demandera comment à partir des textes et de l’archéologie on peut lire l’inscription dans l’espace de la famille comme de l’activité féminine en milieu rural et à partir de quels modèles sociologiques, ici dans le monde islamique médiéval.
L’autre terrain retenu est celui de la ville, cadre d’un patronage architectural féminin, amplement traité ces dernières décennies dans les recherches relatives au monde islamique médiéval.
Séance 1 : enjeux généraux ; séance 2 : architecture rurale, genre et famille ; séance 3 : le patronage édilitaire féminin ; séance 4 : discussion des recherches et/ou interrogations des doctorants et masterants

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, salle Islam

  1. Sources écrites : Les espaces ruraux dans l’Histoire des églises et des monastères d’Egypte d’Abū l-Makārim (XIIIe siècle)
    Responsable: Perrine Pilette (CNRS)

En résonance avec le thème général du séminaire, cet atelier a pour objectif d’étudier les campagnes à travers le prisme d’une œuvre arabe peu connue, composée dans les milieux chrétiens égyptiens au XIIIe siècle : l’Histoire des églises et des monastères d’Égypte, attribuée à Abū l-Makārim. Le texte abonde en renseignements caractérisant d’innombrables localités, urbaines ou rurales, situées dans plusieurs régions d’Égypte et du Proche-Orient. Parmi ceux-ci – à côté des descriptions attendues des monuments chrétiens les plus emblématiques de ces territoires – se trouvent de multiples informations concernant les productions agricoles, leurs lieux de stockage, l’organisation des systèmes d’irrigation des terres cultivées, la levée de l’impôt foncier, etc.
La lecture collective de plusieurs extraits des manuscrits connus de l’œuvre permettra d’envisager plusieurs questions, au rang desquelles celles de la représentation de l’espace rural et de son occupation, du rôle des établissements religieux dans la production et la gestion de ressources agricoles ou encore les échanges commerciaux entre ces campagnes et des localités plus peuplées. Dans le même temps, des questions de terminologie, de sociolinguistique et de codicologie seront ponctuellement examinées.

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, petite salle de lecture

Ateliers au choix. 2nd semestreDates : 17, 31 mars, 14 avril, 12 mai

  1. Histoire, science sociale : Les sources numismatiques
    Responsable: Cécile Bresc-Mariani (Sorbonne Université)

Après les conquêtes du VIIe siècle, quelles monnaies circulaient, et où ? Dans les espaces ruraux, trouvait-on encore des monnaies byzantines et sassanides, comme à Damas, ou seulement des pièces de monnaie arabes ? Y a-t-il une spécificité de la circulation monétaire dans l’espace rural ? Celui-ci était-il physiquement monétarisé ou les monnaies n’y jouaient-elles que le rôle de monnaies de compte ? Y frappait-on monnaie ? Enfin, y avait-il des particularités provinciales quant à la production et à la circulation des monnaies ?
En restant dans le thème général adopté cette année pour le séminaire commun, nous proposerons une initiation aux techniques et aux sources de la numismatique islamique : lire et identifier les monnaies, utiliser la bibliographie, trouver les publications de trésors et de monnaies isolées, valoriser les informations apportées par les monnaies. Pour rendre cet atelier participatif et utile, les étudiants sont invités à proposer les espaces et les temps qui servent à leurs propres recherches.

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, salle Islam

  1. Sources écrites : Les régimes de narrativité
    Responsables: Sylvie Denoix (CNRS) et Iyas Hassan (Sorbonne Université)

Les historiennes et les historiens sont, dans l’exercice de leur métier, confrontés à des récits. Soit ceux rédigés par les témoins des époques étudiées, soit ceux produits par l’historiographie. La narrativité est un champ qui étudie les mécanismes internes d’un récit. La narration, constituante du récit, est alors l’objet de fécondes analyses et la narratologie est la discipline qui s’y emploie.
Dans cet atelier, nous tâcherons d’aider les étudiants à examiner des éléments de leur corpus dans une perspective narratologique.

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, petite salle de lecture

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Bourse] Prix du Premier livre de la Chaire Louis Massignon d’études du fait religieux (lim. 5 déc. 2020)

Ouverte au printemps 2020, la Chaire Louis Massignon d’études du fait religieux lance son premier appel pour le prix du Premier livre. La création de cette récompense répond à un des objectifs majeurs de la Chaire qu’est le soutien à la jeune recherche dans un environnement de plus en plus compétitif où la publication d’un premier ouvrage est devenue presque indispensable. Le prix s’élève à 10 000€ et a vocation à récompenser un ouvrage de sciences sociales du fait religieux contemporain, publié en français, en 2019 ou en 2020.
Le livre en question doit être une recherche académique fondée sur des données empiriques et/ou théoriques de première main et la première monographie en nom propre de l’auteur.ice, sans limite d’âge. Il peut donc s’agir d’un manuscrit issu de la thèse, mais pas nécessairement. L’attribution du prix se fera sur la foi des seuls critères précisés ci-dessus. Les travaux seront évalués par un jury mixte composé à la fois d’un membre du comité scientifique de la Chaire, et d’un.e chercheur.e extérieur.e spécialiste du sujet abordé dans l’ouvrage.

L’ouvrage doit être envoyé en deux exemplaires par voie postale avant le 5 décembre 2020 minuit (cachet de la Poste faisant foi).
Le nom du.de la lauréat.e. sera annoncé le 15 mars 2021 et il.elle recevra son prix publiquement, lors de la tenue de la Conférence annuelle de la Chaire prévue fin mars 2021, à Paris. Le.a lauréat.e sera par la suite invité.e à venir présenter son ouvrage lors d’une conférence-débat dédiée. De plus, le.a lauréat.e acceptera que son ouvrage fasse l’objet d’une présentation sur le site internet de Sciences Po et cèdera à cette fin de manière non-exclusive son droit de représentation et de reproduction attaché au livre.

Pilotage de la Chaire
Le pilotage scientifique est conduit par Alain Dieckhoff, directeur de recherche au CNRS et directeur du CERI, et Stéphane Lacroix, Associate Professor à Sciences Po et chercheur au CERI. Le secrétariat scientifique est assuré par Charlotte Thomas, chercheure postdoc au CERI.

Prix du Premier livre de la Chaire Louis Massignon d’études du fait religieux
Informations pratiques à retenir

Critères d’éligibilité : premier ouvrage en nom propre, fondé sur des données de première main, sans restriction d’âge
Langue : français
Discipline : sciences sociales du fait religieux contemporain
Publication : 2019 et 2020
Montant du prix : 10 000€
Calendrier :
    Réception des manuscrits : 5 décembre 2020
    Publication des résultats : 15 mars 2021
    Remise du Prix : fin mars 2021
Adresse et format d’envoi : envoi postal papier
                                            Ceri – Sciences Po
                                            A l’attention de Charlotte Thomas
                                            56, rue Jacob
                                            75006 Paris

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts