Archives de catégorie : Actualités

[Parution] Simone Balossino, Le pont d’Avignon. Une société de bâtisseurs (XIIe-XVe siècle), Avignon, Editions universitaires d’Avignon, 2021, 248 p.

Préface de Guido Castelnuovo

Présentation

Pourquoi construire un pont sur le Rhône à Avignon ? Depuis des siècles, les érudits et les historiens se sont attachés à étudier le pont d’Avignon en retrouvant les traces de son fondateur légendaire, le jeune berger Bénézet, en suivant les difficultés de l’Œuvre et de l’hôpital qui y étaient associés depuis le Moyen Âge, et même en racontant l’épopée du Rhône qui, majestueux et imprévisible, passe au-dessous de ses arches et souvent les emportait par ses flots. Mais l’histoire du pont d’Avignon à travers les siècles ne peut se comprendre sans observer aussi le projet collectif de la ville qui l’a financé ou les conflits des pouvoirs, locaux ou étrangers, qui l’ont convoité. C’est à travers ce récit, tout politique, que la complexité de cet ouvrage emblématique ressort avec encore plus d’éclat et explique l’existence et la ténacité des légendes qui entourent encore aujourd’hui le pont brisé le plus célèbre du monde.

Source : Editions universitaires d’Avignon

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Xavier Hélary, L’ascension et la chute de Pierre de la Broce, chambellan du roi († 1278). Étude sur le pouvoir royal au temps de Saint Louis et de Philippe III (v. 1250 – v. 1280), Paris, Honoré Champion, 2021, 520 p.

L'ASCENSION ET LA CHUTE DE PIERRE DE LA BROCE, CHAMBELLAN DU ROI († 1278)

Préface de Philippe Contamine, de l’Institut
Présentation

En juin 1278, Pierre de La Broce, autrefois le chambellan tout-puissant du roi de France Philippe III, est pendu au gibet de Montfaucon. Il est le premier d’une longue série de favoris déchus. Si la mort de Pierre a été publique, les conditions de sa chute sont demeurées mystérieuses pour les contemporains, qui ont eu tout loisir de méditer sur les inconstances de Fortune, qui pousse au sommet de sa roue les hommes, avant de les précipiter dans l’abîme. Les documents conservés dévoilent une partie de ce qui s’est tramé à la cour de France entre 1276 et 1278 : la mort suspecte du fils aîné du roi et de sa première épouse, la mise en cause de sa seconde femme, Marie de Brabant, par Pierre de La Broce, les prétendues révélations d’une sainte femme du diocèse de Liège, le tout sur fond de rumeurs complaisamment répandues autour de la possible homosexualité de Philippe III. Le chambellan a joué, et il a perdu : les barons ont fait corps autour de Marie de Brabant. Au-delà des circonstances à la fois dramatiques et rocambolesques de l’affaire, le riche dossier qui la documente donne accès aux ressorts de la cour capétienne et ouvre des perspectives sur le fonctionnement du gouvernement royal dans la seconde moitié du XIIIe siècle, tandis que la confiscation des archives du chambellan destitué permet de reconstituer l’opulent patrimoine qu’il avait réussi à se constituer, en peu d’années et grâce à la faveur royale. À bien des égards, l’affaire Pierre de La Broce se révèle d’un intérêt exceptionnel.

Source : Honoré Champion

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Poste] Ingénieur d’étude en analyse de sources textuelles, programme CoMOR, CIHAM (lim. 23 août 2021)

Catégorie : Ingénieur d’étude en analyse de sources textuelles et analyse de données (histoire médiévale)

Cotation du Poste : rémunération 2219 euros Brut minimum et selon expérience

Direction : Recherche

Service d’affectation : CIHAM-UMR 5648 (programme ANR-DFG CoMOR)

ENVIRONNEMENT ET CONTEXTE DE TRAVAIL :

Description du service : le poste s’insère dans le groupe franco-allemand « CoMOR » soutenu par l’ANR-DFG (Configurations of European Fairs. Merchants, Objects, Routes, 1350-1600).

Relation hiérarchique : en lien direct avec le responsable scientifique de l’équipe française, M. Jean-Louis Gaulin.

Relations fonctionnelles : dans le groupe CoMOR, l’IE aura des relations constantes avec les deux postdoctorants recrutés sur le programme et avec les responsables scientifiques français et allemand.

 

MISSION :

L’ingénieur/e d’étude spécialisé/e en analyse des sources textuelles aura pour mission principale (2/3 de temps) d’enrichir la base de données du programme « CoMOR » à l’aide de données relatives aux foires et aux marchands du XIVe au XVIe siècle. A cette mission première, s’ajoute (1/3 de temps) la réalisation d’analyses des données en termes de réseaux spatiaux, sociaux et économiques.

La mission aura une durée de 12 mois.

ACTIVITES :

Activités principales

– Collecte de données pertinentes : 1) auprès des membres de l’équipes ; 2) dans les sources secondaires ; 3) dans les sources primaires (archives en France, Italie, Suisse).

– Saisie des données dans la base CoMOR.

– Analyse de données en lien avec les membres de l’équipe.

– Préparation de cartes et de tableaux, notamment pour enrichir le site web du projet.

– Participation à l’organisation de l’Atelier 5.

Activités associées

– Participation aux Ateliers 4 (Erfurt, janvier 2022) et 5 (Lyon, juin 2022).

– Participation à la préparation d’une exposition sur les Foires (été 2022).

COMPETENCES REQUISES :

Compétences techniques :

Les compétences sont d’abord en analyse des sources textuelles (1300-1600) : paléographie, latin et moyen français. 

– Compétences en analyse spatiale (avec SIG comme QGIS, ArcGIS, etc.).

– Compétences en analyse de réseaux sociaux et économiques (avec logiciel comme Gephi, R, etc.).

– Compétences en requêtes en XML (principalement TEI-XML) avec Xpath et/ou Xquery ou requêtes en JSON et CSV.

– La maîtrise d’une langue européenne autre que le français et l’anglais (allemand, espagnol, italien…) sera appréciée.

Connaissances sur l’environnement professionnel

– Le poste nécessite une bonne culture générale en sciences humaines et sociales et spécialement en histoire médiévale.

– Aptitude avérée à travailler en équipe et de manière autonome.

Savoir-être

La capacité à travailler en équipe fait partie intégrante des compétences attendues de la personne qui sera recrutée.

Le poste est établi à Lyon, ENS de Lyon.

Le programme « CoMOR » a reçu un financement d’une durée de 36 mois de l’ANR et de la DFG. Il est copiloté par M. J.-L. Gaulin (Lyon) et Mme Susanne Rau (Erfurt). Voir : https://anr.fr/Project-ANR-19-FRAL-0001.

Le programme scientifique est fourni sur demande. S’adresser à : jean-louis.gaulin@ens-lyon.fr

 

Date-limite d’envoi des candidatures (CV + lettre de motivation) : 23 août à 17 H (à jean-louis.gaulin@ens-lyon.fr)

Prise de poste souhaitée : 1er octobre 2021. 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloques] Réécrire l’histoire du Maghreb médiéval, Lyon, nov. et déc. 2021, juin 2022

Ouverture d’une série de trois colloques sur le thème : Réécriture l’histoire du Maghreb médiéval, organisés par Cyrille Aillet, Yassir Benhima, Sophie Gilotte et Aurélien Montel à Lyon.

 

Premier volet : Temporalités et rythmes historiques, MSH de Lyon Saint-Étienne, 1 octobre 2021.

Deuxième volet : Nouveaux regards sur les sources, MSH de Lyon Saint-Étienne, 2-3 décembre 2021.

Troisième volet : Repenser les territorialités. Économies et cultures matérielles, dynamiques sociales, MSH de Lyon Saint-Étienne, 3-4 juin 2022.

Programmes à venir.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communications] « La mort et ses frontières », Revue Frontière.s [Date limite propositions : 20 décembre 2021]

Frontière·s, revue d’Archéologie, Histoire & Histoire de l’art lance un nouvel appel à contributions sur le thème « La mort et ses frontières » dont vous trouverez le détail ci-dessous et sur la page https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=510
L’appel est ouvert jusqu’au 20 décembre 2021. Cette date est également l’échéance à laquelle vous pouvez envoyer vos articles varia pour parution dans le numéro de juin 2022.
 
 
Par ailleurs, Frontière·s se dote d’une newsletter biannuelle qui vous permettra de découvrir les nouveaux numéros et les appels à  contributions, ainsi qu’une liste d’ouvrages disponibles pour compte-rendu : https://www.getrevue.co/profile/frontiere_s pour vous abonner (la première lettre paraîtra le 30 juin). Bien sûr, vous pouvez toujours nous suivre sur Facebook (@labofrontieres) et Twitter (@Frontiere_s_).
 
Source :
Reine-Marie BÉRARD, chargée de recherche au Centre Camille Jullian
Vincent CHOLLIER, chercheur associé au laboratoire HiSoMA
Responsables scientifiques de Frontière·s no 6 « La mort et ses frontières »
 
 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Poste] Recrutement de 3 post-doctorants par le GIS MOMM (début : 1er sept.)

Le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) Moyen-Orient et mondes musulmans recrute trois post-doctorants pour une durée de quatre mois renouvelable une fois pour six mois, pour un recrutement au 1er septembre 2021 :

Post-doctorant (H/F) en appui à la préfiguration et à l’animation d’un consortium en humanités numériques aréales
Pour postuler : https://bit.ly/2UaFfHH

Post-doctorant (H/F) en appui à la structuration des études turques et centre-asiatiques en France
Pour postuler : https://bit.ly/3h9euwf

Post-doctorat (H/F) en appui à la coordination scientifique du programme HoRÉA (Horizons de Renouvellement des Études Arabes)
Pour postuler : https://bit.ly/364oFf8

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Cecini, Ulisse, Masā’il ʿAbdallāh ibn Salām (Doctrina Mahumet). Kritische Edition des arabischen Textes mit Einleitung und Übersetzung, Harrassowitz, 2021

In der anonym überlieferten Schrift Masā’il ʿAbdallāh ibn Salām (Die Fragen des ʿAbdallāh ibn Salām), befragt ein jüdischer Gelehrter den Propheten Muḥammad, um herauszufinden, ob dieser ein echter Prophet sei. Die Fragen sind mannigfaltig: Es geht um die Definition des Glaubens, die verschiedenen Arten der Offenbarungen, die Schöpfung der Welt und des Menschen, die Stellung von Mann und Frau in der Welt, die Engel, das Jüngste Gericht. Nachdem Muḥammad alle Fragen korrekt beantwortet hat, nimmt der Gelehrte den Islam an und erhält vom Propheten den neuen Namen ʿAbdallāh ibn Salām (Diener Gottes, Sohn des Friedens).
Der Text bietet eine praktische Zusammenfassung islamischer Lehren und volkstümlicher Traditionen und verbreitete sich deshalb sowohl innerhalb als auch außerhalb der islamischen Welt. Er wurde u.a. ins Persische, Türkische, Urdu, Tamil und Malayische übersetzt. Im 12. Jahrhundert wurde er außerdem unter dem Titel Doctrina Mahumet ins Lateinische übertragen, die spätere Grundlage für Übersetzungen in europäische Volkssprachen.
Ulisse Cecini legt erstmals den arabischen Text in einer kritischen Edition mit deutscher Übersetzung und einer ausführlichen Einleitung zur Geschichte, Bedeutung und Überlieferung des Textes vor. Im Anhang findet man die kritische Edition und die deutsche Übersetzung der lateinischen Version Doctrina Mahumet , verfasst von Reinhold F. Glei und Concetta Finiello.

Table des matières et informations complémentaires : https://www.harrassowitz-verlag.de/title_6826.ahtml?fbclid=IwAR3YAbxdG_fS94snlzuPv332RdP_7egsCuWJjJvAo1Hp6z8JFOz1SajSXE4

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Soutenance] Mustafa Ahmad, Settlement and Material Culture in Northern Iraq in the Islamic Period (7th-13th c. A.D.): The Case of Sulaymaniyah, 12 juillet 2021

Mustafa AHMAD soutiendra sa thèse, dirigée par Dominique VALÉRIAN et Marie-Odile ROUSSET, le lundi 12 juillet 2021 à partir de 14 heures en visioconférence.

Membres du jury : Alastair NORTHEDGE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Christina TONGHINI (Université Ca’ Foscari de Venise) Martina MÜLLER-WIENER (musée d’Art islamique de Berlin), Dominique VALÉRIAN (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Marie-Odile ROUSSET (Archéorient-MOM).

Renseignements : mustafa.ahmad[at]univ-lyon2.fr

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Corisandre Fenwick, Early Islamic North Africa. A New Perspective, Bloomsbury, 2021

This volume proposes a new approach to the Arab conquests and the spread of Islam in North Africa. In recent years, those studying the Islamic world have shown that the coming of Islam was not marked by devastation or decline, but rather by considerable cultural and economic continuity. In North Africa, with continuity came significant change. Corisande Fenwick argues that the establishment of Muslim rule also coincided with a phase of intense urbanization, the appearance of new architectural forms (mosques, housing, hammams), the spread of Muslim social and cultural practices, the introduction of new crops and manufacturing techniques and the establishment of new trading links with sub-Saharan Africa, Europe and the Middle East.

This concise and accessible book offers the first assessment of the archaeology of early Islamic North Africa (7th–9th centuries), drawing on a wide range of new evidence from Morocco, Algeria, Tunisia and Libya. It lays out current debates about its interpretation and suggests new ways of thinking about this crucial period in world history. Essential reading for those interested in understanding the impact of the Arab conquests and the spread of Islam on daily life, it will also challenge students of archaeology and history to think in new ways about North Africa, the earliest Islamic empires and states and the transition from the Roman to the medieval Mediterranean.

Table of contents

List of Figures
Acknowledgments
A Note on Arabic and Terminology

Introduction: The Problem of North Africa.

Ch 1. Foundations: Evidence and Interpretation
Ch 2. From Conquest to Muslim Rule
Ch 3. Cities
Ch 4. The Countryside
Ch 5. Economic Life
Ch 6. Social Life

Epilogue: North Africa and the Islamic World

Timeline
Glossary

Notes
Bibliography
Index

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[ATELIER] Projet CoMOR, atelier sur les foires de Lyon – 25 juin 2021 – ENS de Lyon

Le troisième atelier du projet de recherche CoMOR (Configurations of European fairs, merchants, objects, routes, 1350-1600), organisé autour du thème des des foires de Lyon, aura lieu ce vendredi 25 juin entre 9h30 et 17h30. Il sera coordonné par Jean-Louis GAULIN et Susanne RAU.

L’atelier se tiendra à l’ENS de Lyon (Lyon 7e), site Descartes, en  salle D8-001 (bâtiment Buisson) ainsi qu’en visioconférence.

Inscription préalable demandée pour suivre l’atelier, à distance ou sur site : contacter jean-louis.gaulin[at]univ-lyon2.fr.

Affiche-programme.

 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Frontière.s, Revue d’Archéologie, Histoire et Histoire de l’Art, « Investir la frontière », n° 4, 2021

Le nouveau numéro de Frontière.s est paru, avec un dossier intitulé « Investir la frontière » dirigé par Marine Lépée et Gaëlle Perrot, deux varia et deux comptes rendus.

Retrouvez-le ici : https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=506

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] Journée internationale en hommage à Denis Muzerelle  (4 mars 2022) [Date limite candidatures : 15 septembre 2021] et Prix Denis Muzerelle

La Gazette du livre médiéval, en collaboration avec l’Institut de recherche et histoire des textes (IRHT), organise le vendredi 4 mars 2022, une journée en l’honneur de Denis Muzerelle (†2021), ingénieur de recherche à l’IRHT et fondateur de la revue.

La participation de jeunes chercheurs et chercheuses est vivement encouragée. On privilégiera les réflexions sur les problématiques et la méthodologie relatives au livre médiéval, les études de populations de manuscrits ou d’incunables, ainsi que les contributions relatives à la matérialité de l’objet livre.

Les propositions, accompagnées d’un court résumé (une dizaine de lignes environ, dans l’une des cinq langues habituellement utilisées dans la Gazette), sont attendues avant le 15 septembre 2021 à l’adresse redaction.gazlimed@gmail.com.

Une annonce plus détaillée concernant la logistique et les modalités de participation sera diffusée en septembre prochain.

Pour ceux qui le souhaitent, et avec l’accord du Comité de lecture, les contributions pourront ensuite être publiées dans la revue. Les textes devront parvenir à la rédaction au plus tard le 30 mars 2022 pour une parution dans le numéro 66/2022 de la Gazette du livre médiéval.

Prix Denis Muzerelle

Dans le même esprit, un prix de 2 000 euros sera accordé à une contribution de haute qualité scientifique publiée dans le numéro 66/2022 de la revue, que son auteur ait ou non participé à la journée du 4 mars. Ce prix est réservé aux non-titulaires d’un poste dans une Institution universitaire ou de recherche.

Initiatives parrainées par l’Association des amis de l’IRHT, l’Association paléographique internationale Culture Écriture Société (APICES), le Comité international de paléographie latine et l’École nationale des chartes.

Source : IRHT

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] « Experiencing Power in the Middle Ages », org. Grup de Recerca Consolidat en Estudis Medievals « Espai, Poder i Cultura », Universitat de Lleida, 28 juin – 1er juillet 2021 [En ligne]

 

VIRTUAL CONGRESS 
 
EXPERIENCING POWER IN THE MIDDLE AGES*
 
 
On-line discussion on the different experiences
of power in the medieval period.
 
28th June – 1st  July 2021

 

 

 
Link: https://eu.bbcollab.com/collab/ui/session/guest/862b91f960a346a39129dc97f4ccdb57

Free participation
 
Organised by Grup de Recerca Consolidat en Estudis Medievals « Espai, Poder i Cultura »,
Universitat de Lleida

* This activity is developed within the project “Power experienced in the Late Middle Ages: perception, representativeness and expressiveness in the management and reception of power” (PID2019-104085GB-I00).

www.medieval.udl.cat

Contact: medieval@historia.udl.cat


Follow us on social media



@SGRMedieval_UdL
 
 
 
 
 
Source : Olivier Brisville-Fertin

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] H.-L. Hagemann, The Kharijites in Early Islamic Historical Tradition, Heroes and Villains, Édimbourg, 2021

Why are stories told about the Khārijites – purported rebels and heretics? From the Khārijites’ origins at the Battle of Ṣiffīn in 657 CE until the death of the caliph ʿAbd al-Malik b. Marwān in 705 CE, this exhaustive literary analysis provides a fresh perspective on Khārijite history as depicted in early Islamic historiography.

The Islamic tradition portrays Khārijism as a heretical movement of militantly pious zealots, a notion largely reiterated by what little modern scholarship there is on the Khārijites. Hannah-Lena Hagemann moves away from the usual positivist reconstructions of Khārijite history ‘as it really was’ and instead examines its narrative function in early Islamic historiography. The results of this literary analysis highlight the need for a serious reassessment of the historical phenomenon of Khārijism as it is currently understood in scholarship.

Part I: Preliminaries

Part II: Early Islamic Historiography and Literary Khārijism

  1. Literary Approaches to Islamic Historiography and Khārijite History
  2. Portraying Khārijism
  3. Composing Khārijism

Part III: The Portrayal of Khārijite History from Ṣiffīn to the Death of ʿAbd al-Malik

  1. Narratives of Khārijite Origins
  2. Khārijism During the Reign of Muʿāwiya b. Abī Sufyān
  3. Khārijism from the Second Fitna until the Death of ʿAbd al-Malik

Part IV: Observations and Conclusions

  1. Observations Regarding the Historiographical Tradition on Khārijism

Conclusion

Bibliography

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] D. Valérian (dir.), Les Berbères entre Maghreb et Mashreq (VIIe-XVe s.), Madrid, Casa de Velázquez, 2021.

Un examen des représentations médiévales des Berbères dans les discours des auteurs arabes, orientaux et maghrébins, sur l’histoire de l’Islam.

Le terme « Berbère », qui désigne la population du Maghreb au moment de la conquête islamique, renvoie à l’idée du caractère autochtone de cette dernière. Cette altérité coexiste cependant dans les textes avec la revendication du caractère oriental des Berbères, à travers l’élaboration de généalogies fictives des tribus, qui présente le Maghreb comme orientalisé avant même la conquête. Mais cette construction s’est accompagnée, très vite, d’un discours des auteurs maghrébins qui revendiquait la place originale et éminente des Berbères face aux Orientaux dans le plan divin, par une inversion assumée des polarités de l’Islam et des hiérarchies des peuples musulmans. Les études réunies dans ce volume analysent cette tension permanente dans le discours, entre la revendication d’une origine orientale et celle d’un rôle éminent des populations musulmanes du Maghreb dans le destin de l’Islam.

Sommaire

Dominique Valérian
Introduction

AUX ORIGINES DES BERBÈRES

Annliese Nef
L’invention des Berbères : retour sur la genèse de la catégorie « Barba » au cours des premiers siècles de l’Islam

Ramzi Rouighi
La berbérisation et ses masques : le peuple berbère en question (VIIe-Xe siècle)

RÉSISTANCES ET CONTRE-DISCOURS

Soléna Cheny
Approches historiographiques du discours de la résistance berbère

Allaoua Amara
L’évolution du discours sur les Berbères dans les sources narratives du Maghreb médiéval (IXe-XIVe siècle)

Cyrille Aillet
« Dieu ouvrira une nouvelle porte pour l’islam au Maghreb ». Ibn Sallām (IIIe/IXe siècle) et les hadiths sur les Berbères, entre Orient et ibadisme maghrébin

LANGUES ET GÉNÉALOGIES BERBÈRES

Helena de Felipe
Anciens mots, nouvelles lectures : hybridisme culturel au Maghreb médiéval

Mohamed Méouak
Le monde berbère dans les sources arabes de l’Orient médiéval. Motifs afro-asiatiques et visions arabo-musulmanes

Mehdi Ghouirgate
Al‑lisān al‑ġarbī ou la langue des Almohades

Maribel Fierro
Histoire de l’Islam, des Berbères et de l’Occident islamique

Lien en ligne : https://books.openedition.org/cvz/25413

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Congrès] XXIIIèmes Rencontres Dîwân, Aix-en-Provence, 1-3 juillet 2021

Le bureau Dîwân 2021 a le plaisir de vous communiquer le programme des XXIIIe rencontres qui, pour rappel, se tiendra du jeudi au samedi 1-3 juillet prochains à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) de l’université d’Aix-en-Provence. Nous nous réjouissons de pouvoir nous réunir physiquement.

Programme : ProgrammeDiwan2021

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloque] 4e Congrès GIS MOMM, Aix-en-Provence et en ligne, 28/06-2/07/2021

Le 4ème Congrès des études sur le Moyen-Orient et mondes musulmans, accueilli par Aix-Marseille Université, se tiendra à distance du 28 au 2 juillet 2021.

Le programme des ateliers est disponible sur le site du congrès : https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/ avec les résumés en français et en anglais et le riche programme général du congrès. Le Congrès est gratuit mais l’inscription est indispensable pour pouvoir accéder aux sessions en ligne (zoom). Vous pouvez dès aujourd’hui vous inscrire à l’adresse suivante : https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/registration, rubrique « inscription ».

Pour celles et ceux qui disposent déjà d’un compte sur HAL, les identifiants et mots de passe sont les mêmes que ceux de HAL. Les autres doivent se créer un identifiant et un mot de passe. Le formulaire d’inscription est pré-rempli avec le nom et le prénom, il vous suffit de compléter le laboratoire et l’établissement d’appartenance.

A cette occasion, l’association Dîwân participera aux 4 forums de discussion d’échange d’expériences « fils rouges ».

Programme en ligne

Pour s’inscrire : https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/registration

 

We are pleased to announce that the Fourth Congress of Middle East and Muslim Studies, hosted by Aix-Marseille University, will be held remotely from July 28 to 2, 2021.

The panel program is available on the congress website: https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/ with the abstracts in French and English and the rich general program of the congress.

The Congress is free but registration is required to access the online sessions (zoom).

You can register now at the following address: https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/registration, under « registration ».

For those who already have an account on HAL, the identifiers and passwords are the same as those of HAL.

The others must create a login and a password.

The registration form is pre-filled with the name and the first name, you just have to fill in the laboratory and the establishment of belonging.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à comm.] Les disputes théologiques entre ašʿarites et ḥanbalites et leurs représentations du XIe/Ve s. jusqu’au wahhabo-salafisme contemporain, Paris, 18-19/11/2021 (limite : 25 juin)

Ce Colloque international organisé par le CERMOM (Inalco) dans le cadre du projet DISCORDIA «Des dissensions sur le statut du Coran aux XIIème et XIIIème siècles entre ḥanbalites et ašʿarites à la doctrine wahhabite-salafiste actuelle», financé par le Ministère de l’Intérieur au titre des appels à projets (AAP) 2020 «Islam, religion et société» aura lieu à la Maison de la recherche de l’Inalco, 2 rue de Lille, 75007 Paris les jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021.
This conference is organized by CERMOM (Inalco) within the DISCORDIA project «Des dissensions sur le statut du Coran aux XIIème et XIIIème siècles entre ḥanbalites et ašʿarites à la doctrine wahhabite-salafiste actuelle», financed by the Ministère de l’Intérieur under the 2020 calls for projects (AAP) 2020 «Islam, religion et société» will take place Maison de la recherche de l’Inalco, 2, rue de Lille, 75007 Paris, France, Thursday and Friday, November 18th and 19th, 2021.

Appel à contributions : Colloque international : « Les disputes théologiques entre ašʿarites et ḥanbalites et leurs représentations du XIe/Ve siècle jusqu’au wahhabo-salafisme contemporain »

Résumé
Ḥanbalisme et ašʿarisme sont, depuis plus d’un siècle, représentés comme deux écoles théologiques foncièrement antagonistes. «Littéraliste», «fidéiste» et «traditionaliste», le ḥanbalisme serait l’adversaire intransigeant des courants rationalistes. Le wahhabo-salafisme contemporain est quant à lui perçu comme héritier légitime de cette doctrine et réplique moderne de cette lutte. Cependant, plusieurs études universitaires bousculent cette grille de lecture et conduisent à réviser nos certitudes en renouvelant nos approches. Grâce à ce colloque international, nous espérons donner à ces études plus de visibilité, en interrogeant nos représentations de l’ašʿarisme, du ḥanbalisme et des courants contemporains qui se réclament de ce dernier, afin de renouveler notre compréhension des querelles théologiques.
 
Argumentaire
En 1908, I. Goldziher imputa au ḥanbalisme une implacable persécution des courants rationalistes, notamment l’ašʿarisme, pour leur pratique du kalām. A. S. Halkin (1934), pour sa part, mit en cause le «littéralisme» anthropomorphiste des ḥanbalites : l’expression «évasive» bi-lā kayf masquait selon lui leur «crédulité aveugle» en admettant pour Dieu un visage, des mains,… tout en Le déclarant Incomparable. H. Laoust jugea ces représentations «sévères» ; à son sens le ḥanbalisme aurait autant souffert des agissements de quelques disciples fanatisés ou littéralistes extravagants que de «soupçons insidieux» véhiculés par ses adversaires. 
G. Makdisi (1962, 1963) élargit et réinterprète les causes de cette lutte. Il réaffirme le bannissement du kalām et le qualifie de «traditionalisme». L’orientaliste nuance néanmoins le dogme ḥanbalite au sujet des attributs divins dits équivoques. Salaf (pieux prédécesseurs) et ḥanbalites pratiquaient le tafwīḍ consistant à rejeter toute interprétation «littérale» induisant l’anthropomorphisme (taǧsīm et tašbīh), tout en s’abstenant d’interpréter (taʾwīl) ce dont seul Dieu détiendrait la science exacte. Le discours ašʿarite légitimant le taʾwīl est réduit à une tentative «d’infiltrer» l’Orthodoxie. G. Makdisi croit même déceler dans le credo qādirite (al-Iʿtiqād al-qādirī), imposé à Bagdad au XIe/Ve siècle par le calife al-Qādir (m. 422H/1030), l’excommunication des ašʿarites pour leur définition du statut du Coran au profit de l’avis ḥanbalite. 
H. Laoust (1939, 1965) porte un autre regard sur la querelle des attributs : les ḥanbalites estimeraient que Dieu est incomparable mais doté d’attributs «spirituels/métaphysiques» et «corporels/physiques», en bannissant tout anthropomorphisme puisque la réalité divine échapperait à la connaissance humaine. C’est cette démarche que H. Laoust qualifie de tafwīḍ ou de «fidéisme» auquel il rattache le credo d’Ibn Taymiyya et celui du wahhabisme. Ce dernier ne serait qu’une «réédition des doctrines ḥanbalites et de l’agnosticisme prudent de la foi traditionnelle». Le fondateur de l’ašʿarisme en revanche prône l’incomparabilité divine mais se démarque par son rejet «des attributs corporels» qu’il interprète (taʾwīl). 
Attribuer aux ḥanbalites la foi en des attributs divins «corporels/physiques», ne revient-il pas finalement à leur imputer une lecture anthropomorphique ? Telle est l’opinion de D. Gimaret (1997), qui classe les ḥanbalites parmi les anthropomorphistes, ainsi que celle de W. Wesley (2002) concernant Aḥmad b. Ḥanbal. Les analyses de B. Abrahamov (1995) et de L. Holtzman (2019), bien que très nuancées, sont des tentatives de concilier les deux lectures du tafwīḍ, diamétralement opposées, héritées de H. Laoust et de G. Makdisi.
De toutes ces lectures, celle de H. Laoust remporte la plus large adhésion et alimente nos représentations de lʾašʿarisme, du ḥanbalisme et de l’origine idéologique des courants actuels qui se réclament de ce dernier tel le wahhabo-salafisme, laquelle origine serait la théologie ḥanbalite, «héritière de l’enseignement des Salaf», «fidéiste», «anti-rationaliste» et «littéraliste» (B. Rougier (2008), S. Amghar (2011), H. Lauzière, (2017), T. Blanc (2017), J. Wagemakers (2020)).
C’est ainsi qu’est dressée une généalogie doctrinale immuable, faisant du wahhabo-salafisme le légataire fidèle à la fois d’un credo primitif «littéraliste/fidéiste» attribué aux Salaf (dont le ḥanbalisme aurait été le porte-flambeau) et d’une cause «traditionaliste» œuvrant à saper le rationalisme. Un héritage dit «commun», marqué d’abord par une résistance au muʿtazilisme, puis par un présumé âge d’or au XIe/Ve siècle où le ḥanbalisme se serait imposé officiellement en adversaire légitime du muʿtazilisme et de l’ašʿarisme.
Pourtant, nombreuses sont les études universitaires qui viennent entamer ce semblant de cohésion. Ces études montrent une plus grande richesse et complexité des débats théologiques médiévaux, lesquels dévoilent un large panel d’avis ḥanbalites sur le bien-fondé du kalām, sur le traitement à adopter concernant les attributs divins et sur la nature du statut du Coran. Dans le cadre de ce colloque, nous ambitionnons de réévaluer nos représentations de l’ašʿarisme, du ḥanbalisme et des courants contemporains qui se réclament de ce dernier, en renouvelant ainsi les approches de ces clivages théologiques. Les propositions devront s’inscrire dans au moins l’un des axes de réflexion suivants :
 
Axe 1. Le ḥanbalisme, école « traditionaliste » et « conservatrice » ? 
 
En 1998, B. Abrahamov démontrait l’usage effectif du kalām chez plusieurs «traditionalistes», y compris chez Aḥmad b. Ḥanbal dans al-Radd ʿalā z-zanādiqa, bien que l’authenticité de cette œuvre reste discutée. L’opposition viscérale entre kalām et «traditionalisme», souvent avancée pour expliquer les mauvais termes entre l’imām Aḥmad et le mystique al-Muḥāsibī, a été nuancée par G. Picken (2008). E. Chaumont (2014) mit en doute la victoire imputée au «traditionalisme» ḥanbalite au XIe siècle, tandis que J. Hoover (2016) émit un bémol sur l’hostilité prêtée aux ḥanbalites de cette époque au kalām, car plusieurs d’entre eux étaient des rationalistes adoptant parfois des positions ašʿarites. La classification tripartite de ce qui constitue le monde créé (corps, substances et accidents) s’imposait en effet comme allant de soi ; le ḥanbalite Ibn al-Zāġūnī voyait dans le kalām un gage d’érudition et Ibn ʿAqīl fustigeait les «ignorants» qui en récusaient l’usage (Y. Gobran, 2019). Enfin, l’influence philosophique dans la pensée tardive d’Ibn Taymiyya (XIVe siècle) a été largement démontrée, avec parfois des emprunts au muʿtazilisme dans sa définition du statut des actes humains (D. Gimaret, 1977) et au karrāmisme dans sa conception du statut du Coran (Y. Gobran, 2019). 
Peut-on par conséquent encore évoquer une dimension «traditionaliste» et «conservatrice» devant des opinions ḥanbalites mouvantes, rationalisées et intellectuellement décloisonnées ? Ou devrions-nous procéder à un nouvel examen du terrain théologique pour en exhumer davantage les nuances ? Une première étape pourrait consister à distinguer les pratiquants du kalām de ceux qui s’en détournaient (par répugnance, prudence ou manque de compétence). Les discours hostiles à cette discipline pourraient être réévalués au regard de la nature et du contexte des débats théologiques pour en dégager une classification : critiquait-on le kalām en général ou ciblait-on le kalām ǧahmite et muʿtazilite prédominant et élevant l’absolue autorité de la raison (ʿaql) au-dessus de celle de la Révélation et de la Tradition prophétique (naql) ?  (B. Abrahamov, 2016 ; Y. Gobran, 2019).
 
Axe 2. Ašʿarisme et ḥanbalisme : deux écoles théologiques antagonistes ?
 
Quelques décennies à peine après le décès d’Abū l-Ḥasan al-Ašʿarī (m. 324H/935), l’ašʿarisme s’imposait dans les sphères religieuses bagdadienne et khurāsānienne. Contrairement aux conclusions de G. Makdisi, l’école théologique contribuait dès le Xe siècle à la production d’élites pensantes et agissantes dont certaines occupaient des postes éminents. L’école triomphait en mode de pensée incontournable jusque dans les traités ḥanbalites bagdadiens du XIe siècle. Pour tous, Dieu avec Ses attributs étant Incomparable, Il ne saurait être un corps, une substance ou un accident, ni être soumis au changement non plus que contenu par un quelconque endroit (makān). Affirmer les attributs divins, disait le fils du ḥanbalite Abū Yaʿlā l-Farrā, n’est autre qu’affirmer leur existence. Ils ne sauraient être assimilés aux attributs des créatures, et «leurs réalités exactes ne sont point accessibles à la réflexion humaine». Ils sont connus (maʿlūma) au sens où Dieu les a énoncés, mais ils demeurent inconnus (ǧayb) en ce que Dieu s’est réservé la science de leurs exactes réalités. La formule bi-lā kayf n’était pas si naïve ; la notion de kayfiyya et l’expression ʿalā ẓ-ẓāhir sont porteuses d’un double sens (Y. Gobran, 2019).
Mais la plupart des ḥanbalites à travers les siècles étaient-ils acquis à ce tafwīḍ tel que défini par G. Makdisi, notamment après Ibn Taymiyya (XIVe siècle) lequel discrédita le tafwīḍ au profit du littéralisme (N. Zouggar, 2010) qu’il imputait aux Anciens (Salaf) en ré-interprétant la notion de bi-lā kayf (Y. Gobran, 2019), tout en dérogeant parfois à sa propre lecture novatrice (F. Suleiman, 2019) ?
Si certains ašʿarites adoptaient parfois ce tafwīḍ également, qu’en est-il de l’interprétation (taʾwīl) des attributs divins équivoques ? Était-elle une pratique propre à l’ašʿarisme ? 
Les divergences entre ḥanbalites quant au statut du Coran peuvent également être exploitées : Ibrāhīm b. Isḥāq al-Ḥarbī (m. 285H/897), compagnon durant trente ans d’Aḥmad b. Ḥanbal, attribua à celui-ci une doctrine fondamentalement similaire à celle de ses contemporains et qui sera plus tard celle des ašʿarites. Mais Abū Yaʿlā l-Farrā (XIe siècle) déplora «cinquante» orientations au sein de son école et adopta une doctrine qui pourtant été perçue comme infidèle à l’enseignement d’Ibn Ḥanbal par al-Bukhārī (m. 256H/870), Ibn Qutayba (m. 276H/889) et le ḥanbalite al-Khallāl (m. 311H/923). Ibn Taymiyya (XIVe siècle) élaborera sa propre doctrine qui était tout aussi singulière (J. Hoover, 2010 ; Y. Gobran, 2019). Lequel de ces avis prévalait-il chez les ḥanbalites ?
Sans chercher à concilier précipitamment ašʿarisme et ḥanbalisme des origines, l’intérêt de cet axe est de réorienter l’investigation universitaire vers une diversification des lectures sur l’intensité des disputes, loin de la pente glissante de l’essentialisme. L’intérêt porté à des rétrospections plus prudentes et solidement argumentées, aussi bien ḥanbalites qu’ašʿarites, reste dérisoire : la majorité des études occidentales généralisent la dichotomie littéralisme/taʾwīl, surestiment des conflits ponctuels entre les deux factions (provoqués souvent par les excès de quelques factieux), voire sur-dimensionnent les divergences en se fiant à l’analyse tardive d’Ibn Taymiyya, lequel déforme parfois les opinions ašʿarites, réduit la diversité du discours ḥanbalite et réinterprète souvent sources et querelles anciennes de sorte à les concilier avec sa propre pensée. 
 
Axe 3. Le wahhabo-salafisme représente-t-il la doctrine des Salaf ou celle d’Ibn Taymiyya (XIVe siècle) ?
 
Le salafisme est multiple et divisé, mais une parenté intellectuelle unit ses différentes tendances : le réformisme wahhabite. Ce dernier avance qu’écoles théologiques, juridiques et spirituelles traditionnelles ont perverti la communauté, laquelle devrait tirer son savoir directement des Sources. Un appel bien «moderne», selon D. Riffi (2019, 2021), à une rupture avec la tradition pluriséculaire car «ces courants qui nous font tant peur ne sont pas les produits d’un Moyen Âge ténébreux ; c’est même tout le contraire : c’est contre la tradition médiévale, et dans un esprit typique de notre modernité, que ces courants opèrent».
Le concept de salaffiya existait-il cependant avant le XXe siècle ? H. Lauzière (2010) en doute. Ibn Ḥanbal lui-même considérait qu’«être un transmetteur fiable et un grand mémorisateur de hadiths (ḥāfiẓ) n’implique pas systématiquement que l’on fasse partie des Pieux Anciens [Salaf]» (L. Daaïf, 2019). Ibn Taymiyya (XIVe siècle), en est-il le précurseur ? B. Haykel (2009) relève que l’idée de purger l’orthodoxie originelle des «hérésies» accumulées était son thème de prédilection. 
Sur les trois courants que distingue D. Riffi (2019), cet axe du colloque cible plus particulièrement l’étude du discours wahhabite «de type saoudien» et celui des djihadistes, lesquels ambitionnent de rétablir «l’authentique croyance» en s’en prenant à l’héritage théologique traditionnel. Les plus virulents menacent de mort ceux qui se refusent à dire que «Dieu est dans les Cieux» ou «assis sur le Trône» pour infidélité (kufr) (Z. Wright, 2015) : ce jugement est-il un marqueur identitaire partagé par tous ceux d’entre eux ? 
Le wahhabo-salafisme utilise souvent les Salaf comme argument d’autorité, mais c’est en écho à Ibn Taymiyya qu’il rejette la traditionnelle méthode du tafwīḍ, qualifie ses partisans d’ahl at-taǧhīl, souscrit au littéralisme et à la conception taymiyenne du statut du Coran.
L’autorité d’Ibn Taymiyya semble a priori la plus invoquée : ses écrits sont-ils considérés comme unique décryptage du discours originel, et ses arguments comme «dernier mot» dans toute polémique théologique, tel que le suggère B. Haykel (2009) ? Comment doit-on apprécier le poids d’Ibn Taymiyya, penseur pourtant tardif, accusé d’anthropomorphisme et qui ne fut longtemps connu qu’à travers le discours de ses détracteurs, ou plus tard via la propagande wahhabite (B. M. Nafi, 2009) ? K. El Rouayheb (2010) et F. Griffel (2015) reprochent aux chercheurs occidentaux d’avoir attribué à la pensée d’Ibn Taymiyya un franc succès dans la théologie musulmane post-classique et pré-moderne alors que ses opinions étaient critiquées et souvent négligées par le courant sunnite dominant avant 1881. C. Bori (2018) confirme que l’idée d’un impact « immédiat et significatif » d’Ibn Taymiyya sur le cours de l’histoire religieuse de l’Islam sunnite ne correspond pas à la réalité :  après sa mort, sa pensée a connu une relative et sélective « réception », avec une tentative de réhabilitation dans certains milieux de « contestation religieuse, sociale et politique » à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle.
Jusqu’à quel degré enfin l’interprétation de la pensée taymiyenne en soi est-elle aujourd’hui fidèle ou fautive et sélective, voire confisquée et réduite à un prêt-à-penser théologique qui veut faire croire qu’elle est le reflet direct de l’expression divine, sans médiation humaine ? 

Comité d’organisation : 
Jean-Jacques Thibon (Inalco (Paris)/CERMOM), Yakota Gobran (Inalco (Paris)/CERMOM), Ilyas Amharar (Aix-Marseille Université/IREMAM). 

Comité scientifique : 
Eric Chaumont (Institute of Arab and Islamic Studies/University of Exeter/CNRS/IREMAM), Lahcen Daaïf (Université Lumière-Lyon II/CNRS-IRHT), Jon Hoover (Department of Theology and Religious Studies/University of Nottingham), Farid Suleiman (Departement Islamisch-Religiöse Studien-Friedrich/Alexander Universität-Erlangen-Nuremberg), Jean-Jacques Thibon (Centre de Recherche Moyen-Orient Méditerranée/Inalco-Paris), Nadjet Zouggar (Département d’études moyen-orientales/Aix-Marseille Université/CNRS/IREMAM).

Modalités de participation : 
Le CERMOM prend en charge l’accueil des participants pour la durée du colloque (hébergement, restauration). A titre exceptionnel, le CERMOM pourra participer aux frais de transport des participants ne bénéficiant pas de soutien institutionnel. 
Les propositions de communication (titre et résumé, environ 1500 signes) accompagnées d’une courte présentation de l’auteur doivent être envoyées au plus tard le 25 juin 2021, à l’adresse suivante :  colloque.discordia@gmail.com.
La décision du comité scientifique sera rendue à la fin de ce même mois. 
Les contributions peuvent être rédigées en français, en anglais ou en arabe. Une publication des actes est prévue.
 

Call for contributions : International conference : « Theological disputes between Ašʿarīs and Ḥanbalīs and their representations from the 11th/5th century to contemporary Wahhabi-Salafism »

Abstract 
Ḥanbalism and Ašʿarism have been for more than a century represented as two inherently antagonistic theological schools. «Literalist», «fideist» and «traditionalist», Ḥanbalism is said to be the uncompromising opponent of rationalist currents. Contemporary Wahhabi-Salafism is perceived itself as a legitimate heir to this doctrine and a modern replica of this struggle. However, several academic studies are shaking up this reading grid and leading to a revision of our certainties by renewing our approaches. Through this international conference, we hope to give them more visibility, to question our representations of Ašʿarism, Ḥanbalism and the contemporary currents that claim to be the later in order to renew our understanding of theological quarrels. 
 
Argument 
In 1908, I. Goldziher blamed Ḥanbalism for the relentless persecution of rationalist currents, including Ašʿarism, for their practice of kalām. A. S. Halkin (1934), for his part, questioned the anthropomorphistic «literalism» of the Ḥanbalites : the «evasive» expression bi-lā kayf masked their «blind credulity» by admitting for God a face, hands, … while declaring Him Incomparable. H. Laoust judged these representations «severe» : In his view, Ḥanbalism would have suffered as much from the actions of a few fanatical disciples or extravagant literalists as from «insidious suspicions» conveyed by its opponents. 
G. Makdisi (1962, 1963) expands and reinterprets the causes of struggle. The banishment of the kalām is reaffirmed and labeled  «traditionalism». The orientalist nevertheless qualifies the ḥanbalite dogma about the so-called equivocal divine attributes. Salaf (Pious Predecessors) and Ḥanbalites practiced the tafwīḍ : rejecting any «literal» interpretation inducing anthropomorphism (taǧsīm and tašbīh), while refraining from interpreting (taʾwīl) that of which only God would hold the exact knowledge. The ašʿarite discourse legitimizing the taʾwīl is reduced to an attempt to «infiltrate» Orthodoxy. G. Makdisi even believes he detects in the Qādirite creed (al-Iʿtiqād al-qādirī), imposed in Baghdad in the 11th century by the caliph al-Qādir (d. 422H/1030), the excommunication of the Ašʿarites for their definition of the status of the Qur’an in favor of the ḥanbalite opinion. 
H. Laoust (1939, 1965) has another opinion of the dispute about attributes : Ḥanbalites would hold that God is Incomparable but endowed with «spiritual/metaphysical» and «corporeal/physical» attributes, banishing all anthropomorphism since divine reality is beyond human knowledge. It is this approach that H. Laoust describes as tafwīḍ or «fideism» to which he links the creed of Ibn Taymiyya and that of Wahhabism. The latter is said to be no more than a «renewal of the ḥanbalite doctrines and the cautious agnosticism of the traditional faith». The founder of Ašʿarism on the other hand advocates divine incomparability but stands out for his rejection of «bodily attributes» which he interprets (taʾwīl). 
Does not attributing to the Ḥanbalites a belief in «bodily/physical» divine attributes ultimately amount to imputing to them an anthropomorphic reading ? This is the opinion of D. Gimaret (1997), who classifies the Ḥanbalites as anthropomorphists, as well as that of W. Wesley (2002) concerning Aḥmad b. Ḥanbal. The analyses of B. Abrahamov (1995) and L. Holtzman (2019), though highly nuanced, are attempts to reconcile the two diametrically opposed readings of the tafwīḍ inherited from H. Laoust and G. Makdisi. 
Of all these readings, H. Laoust’s has the widest support and feeds our representations of Ašʿarism, Ḥanbalism and the ideological origin of the contemporary currents that claim to be from it such as Wahhabi-Salafism : this origin would be the ḥanbalite theology, «heir to the Salaf teaching», «fideist», «anti-rationalist» and «literalist» (B. Rougier (2008), S. Amghar (2011), H. Lauzière, (2017), T. Blanc (2017), J. Wagemakers (2020)).
Thus, an immutable doctrinal genealogy is drawn up making of Wahhabi-Salafism the faithful legatee of both a primitive «literalist/fideist» creed attributed to the Salaf (of which Ḥanbalism is said to have been the torchbearer) and a «traditionalist» cause working to undermine rationalism. A so-called «commont» heritage marked first by a resistance to Muʿtazilism, and then by a presumed golden age in the 11th/5th century when Ḥanbalism would have officially established itself as a legitimate opponent of Muʿtazilism and Ašʿarism.
Yet many scholarly studies split this semblance of cohesion by pointing to both a greater richness and complexity of medieval theological debates and a wide range of ḥanbalite views on the validity of the kalām, the proper treatment of divine attributes and the nature of the status of the Qur’an. In this conference we aim to reassess our representations of Ašʿarism, Ḥanbalism and the contemporary currents that claim to be the latter, and renew approaches to theological cleavages. Proposals should fall within at least one of the following topics of interest :
 
Axis 1. Ḥanbalism, a « traditionalist » and « conservative » school ? 
 
In 1998, B. Abrahamov demonstrated the actual use of the kalām among several «traditionalists», including Aḥmad b. Ḥanbal in al-Radd ʿalā z-zanādiqa, although the authenticity of this work remains debated. The quarrel between the imām Aḥmad and the mystic al-Muḥāsibī, often justified by a visceral opposition between kalām and «traditionalism» has been nuanced by G. Picken (2008). E. Chaumont in 2014 suspected the imputed victory to ḥanbalite «traditionalism» in the 11th century while J. Hoover (2016) toned down the hostility attributed to the ḥanbalites of this period towards the kalām, as many of them were rationalists, sometimes adopting ašʿarite positions. The tripartite classification of what constitutes the created world (bodies, substances and accidents) was indeed taken for granted ; the ḥanbalite Ibn al-Zāġūnī saw the kalām as a token of erudition, and Ibn ʿAqīl castigated any «ignorant» who rejects its use (Y. Gobran, 2019). Finally, the philosophical influence in Ibn Taymiyya’s late thought has been widely demonstrated with, sometimes, noticeably in his definition of the status of human acts, borrowing from Muʿtazilism, (D. Gimaret, 1977) and, in his conception of the status of the Qur’an, borrowing from Karrāmism in (Y. Gobran, 2019). 
Can we therefore still evoke a «traditionalist» and «conservative» dimension to ḥanbalite views as they are changing, rationalized and intellectually decompartmentalized ? Or should we re-examine the theological terrain to further exhume its nuances ? A first step might consist of distinguishing between practitioners of the kalām and those who turn away from it (by reluctance, caution or lack of competence). Hostile discourses to the discipline could be re-evaluated in terms of the nature and context of theological debates to identify a possible classification : were they criticizing kalām in general or were they targeting the predominant ǧahmite and muʿtazilite kalām wich elevates the absolute authority of reason (ʿaql) above that of Revelation and prophetic Tradition (naql) ?  (B. Abrahamov, 2016; Y. Gobran, 2019).
 
Axis 2. Ašʿarism and Ḥanbalism : two antagonistic theological schools ?

 
Just a few decades after the death of Abū l-Ḥasan al-Ašʿarī (d. 324H/935), Ašʿarism was gaining prominence in the Baghdadian and Khurāsānian religious spheres. Contrary to G. Makdisi’s conclusions, the theological school was contributing as early as the 10th century to the production of thinking and acting elites, some of whom occupied key positions. The school triumphed as an inescapable mode of thought even in the Baghdadian ḥanbalite treatises of the 11th century. For all, God with His attributes being Incomparable, could not be a body, a substance or an accident, nor could He be subject to change nor contained by any place (makān). Affirming the divine attributes, said the son of the ḥanbalite Abū Yaʿlā l-Farrā, is nothing but affirming their existence. They could not be equated to the attributes of creatures, and «their exact realities would not be accessible to human thinking». They are known (maʿlūma) in the sense that God has stated them, but they remain unknown (ǧayb) in that God has reserved to Himself the knowledge of their exact realities. The formula bi-lā kayf was not so naive ; the notion of kayfiyya and the expression ʿalā ẓ-ẓāhir carry a double meaning (Y. Gobran, 2019).
But were most Ḥanbalites throughout the centuries acquired to this tafwīḍ as defined by G. Makdisi, especially after Ibn Taymiyya (14th century) who discredited it in favor of the literalism (N. Zouggar, 2010) that he imputed to the Ancients (Salaf) by reinterpreting the notion of bi-lā kayf (Y. Gobran, 2019), while sometimes deviating from his own innovative reading (F. Suleiman, 2019) ?
If some ašʿarites sometimes adopted this tafwīḍ as well, what about the interpretation (taʾwīl) of equivocal divine attributes ? Was it a purely ašʿari practice ? 
The differences between Ḥanbalites regarding to the status of the Qur’an can also be exploited : Ibrāhīm b. Isḥāq al-Ḥarbī (d. 285H/897), who has been for thirty years the companion of Aḥmad b. Ḥanbal, attributed to him a doctrine basically similar to that of his contemporaries and Ašʿarites later on. But Abū Yaʿlā l-Farrā (11th century) deplored «fifty» orientations within his school and adopted a doctrine even tough once perceived as unfaithful to Ibn Ḥanbal’s teaching by al-Bukhārī (m. 256H/870), Ibn Qutayba (d. 276H/889) and the ḥanbalite al-Khallāl (d. 311H/923). Ibn Taymiyya (14th century) would elaborate another equally singular one (J. Hoover, 2010 ; Y. Gobran, 2019). Which of these views prevailed among the Ḥanbalites ?
With no pretention to hastily reconcile original Ašʿarism and Ḥanbalism, the interest of this axis is to reorient the university investigation toward a diversification of readings on the intensity of the disputes, away from the slippery slope of essentialism. The interest in more careful and solidly argued retrospections of both Ḥanbalites and Ašʿarites remains paltry while the majority of Western studies generalizes the literalism/taʾwīl dichotomy, at times amplifying the occasional conflicts between the two factions (whereas these conflicts were often provoked by the excesses of a few factionalists), other times amplifying the divergences by relying on the late analysis of Ibn Taymiyya, whose readings sometimes distort ašʿarite opinions, reduce the diversity of ḥanbalite discourse, and often reinterpret ancient sources and quarrels so as to reconcile them with his own thought.
 
Axis 3. Does Wahhabi-Salafism represent the doctrine of the Salaf or that of Ibn Taymiyya (14th century) ?
 
Salafism is multiple and divided, but an intellectual kinship unites its different tendencies : the Wahhabi reformism arguing that traditional theological, legal and spiritual schools have perverted the community, which should draw its knowledge directly from the Sources. A very «modern» call, according to D. Riffi (2019, 2021), to break with the plurisecular tradition because «these currents which frighten us so much are not the products of dark Middle Ages ; it is even quite the opposite : it is against the medieval tradition, and in a typical spirit of our modernity, that these currents operate».
However, did the concept of salafiyya exist before the 20th century ? H. Lauzière (2010) doubts it. Ibn Ḥanbal himself considered that «being a reliable transmitter and a great memorizer of hadiths (ḥāfiẓ) does not systematically imply that one is one of the Pious Ancients [Salaf]» (L. Daaïf, 2019). Is Ibn Taymiyya (14th century) the precursor of this thought ? B. Haykel (2009) notes that the idea of purging the original orthodoxy of accumulated «heresies» was his favorite theme. 
Of the three currents distinguished by D. Riffi (2019), this axis of the conference targets more particularly the study of the Wahhabi discourse of «Saudi type» and that of the jihadists, who aspire to re-establish «the authentic belief» by attacking the traditional theological heritage. The most virulent of them threaten death to those who refuse to say that «God is in Heaven» or «seated on the Throne» for infidelity (kufr) (Z. Wright, 2015) : is this posture an identity marker shared by them all ?
Wahhabi-Salafism often uses the notion of Salaf as an argument of authority, but it is in echo of Ibn Taymiyya that it rejects the traditional method of tafwīḍ, refers to its followers as ahl at-taǧhīl, subscribes to literalism and the Taymiyyan conception of the status of the Qur’an. Ibn Taymiyya’s authority seems a priori the most invoked : are his writings considered as the only decryptage of the original discourse, and his arguments as the «last word» in any theological polemic, as suggested by B. Haykel (2009) ? How should we assess the weight of Ibn Taymiyya, even though a late thinker who was accused of anthropomorphism and who was unknown for a long time but through the discourse of his detractors, or later through Wahhabi propaganda (B. M. Nafi, 2009) ? K. El Rouayheb (2010) and F. Griffel (2015) criticize Western scholars for having attributed to Ibn Taymiyya’s thought a great success in post-classical and pre-modern Muslim theology while his views were criticized and often neglected by the mainstream Sunni movement before 1881. C. Bori (2018) confirms that the idea of an «immediate and significant» impact of Ibn Taymiyya on the course of the religious history of Sunni Islam does not correspond to reality : after his death, his thought had a relative and selective «reception», with an attempt of rehabilitation in certain circles of «religious, social and political contestation» from the second half of the 17th century.
But to what extent is the interpretation of Ibn Taymiyya’s thought itself faithful or faulty and selective today, or even confiscated and reduced to a theological ready-to-think that wants people to believe that it is a direct reflection of the divine expression without human mediation ? 

Organisation committee :
Jean-Jacques Thibon (Inalco (Paris)/CERMOM), Yakota Gobran (Inalco (Paris)/CERMOM), Ilyas Amharar (Aix-Marseille Université/IREMAM). 

Scientific commitee :
Eric Chaumont (Institute of Arab and Islamic Studies/University of Exeter/CNRS/IREMAM), Lahcen Daaïf (Université Lumière-Lyon II/CNRS-IRHT), Jon Hoover (Department of Theology and Religious Studies/University of Nottingham),Farid Suleiman (Departement Islamisch-Religiöse Studien-Friedrich/Alexander Universität-Erlangen-Nuremberg), Jean-Jacques Thibon (Centre de Recherche Moyen-Orient Méditerranée/Inalco-Paris), Nadjet Zouggar (Département d’études moyen-orientales/Aix-Marseille Université/CNRS/IREMAM).

Terms and conditions of participation :
CERMOM will take care of the reception of the participants for the duration of the conference (lodging, catering). Exceptionally, CERMOM may contribute to the transportation costs of participants who do not benefit from institutional support.
Proposals for papers (title and abstract, about 1500 characters) accompanied by a short presentation of the author must be sent by June 25, 2021 at the latest, to the following address : colloque.discordia@gmail.com
The decision of the scientific committee will be made at the end of this month.
Contributions can be written in French, English or Arabic. A publication of the proceedings is planned. 


Bibliographie/Bibliography
Abrahamov, B.,   

  • «The « Bi-lā Kayfa » Doctrine and Its Foundations in Islamic Theology», Arabica, 42/3 (1995), pp. 365-379.
  • «Scripturalist and Traditionalist Theology», dans The Oxford Handbook of Islamic Theology, éd. Sabine Schmidtke, New York, Oxford University Press, 2016, pp. 263-279.
  • Islamic theology, traditionalism and rationalism,  Edinburgh University Press, 1998.

Amghar, S., 

  • Le salafisme d’aujourd’hui, Michalon, 2011. 

Blanc, T.

Bori, C.,

  • «Ibn Taymiyya (14th to 17th Century) : Transregional Spaces of Reading and Reception», The Muslim World, 108/1 (2018), pp. 87-123 ; voir également son introduction, pp. 4-10.

Chaumont, E.,

  • «La notion de wajh al-ḥikmah dans les uṣūl al-fiqh d’Abū Isḥāq al-Shīrāzī (m. 476/1083)»,  dans Islamic Law in Theory, Boston-Leyde, Brill, 37 (2014), pp. 39-53.

Daaïf, L.,

  • «Ibn Hanbal tient-il tous ses maîtres pour des Salafs ?»  dans le cadre de la Journée d’étude  HanbaNet La notion de salafisme en débat : contribution à l’histoire doctrinale de l’islam sunnite, Université Aix-en-Provence, le 04 décembre 2019.

El Rouayheb, K.

  • «From Ibn Ḥajar al-Haytamī (d. 1566) to Khayr al-Dīn al-Ālūsī : Changing Views of Ibn Taymiyya among Non-Ḥanbalī Sunni Scholars», dans Ibn Taymiyya and his times, éd. Y. Rapoport and S. Ahmed, pp. 269-318. 

Gimaret, D.

  • «Théorie de l’acte humain dans l’école ḥanbalite», Bulletin d’Études Orientales, Damas, 29 (1977), pp. 157-178.
  • Dieu à l’image de l’homme, Paris, Les Éditions du Cerf, 1997. 

Gobran, Y.,

  • L’autorité aš‘arite au Ve/XIe siècle. Attributs divins et statut du Coran au cœur des débats contre les mu‘tazilites et les ḥanbalites dits anthropomorphistes, thèse de doctorat, Paris, Inalco, 2019.  

Goldziher, I.,

  • «Zur Geschichte der ḥanbalitischen Bewegungen», Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, 62/ 1 (1908), pp. 1-28.

Griffel, F.,  

  • «What Do We Mean By “Salafī” ? Connecting Muḥammad ʿAbduh with Egypt’s Nūr Party in Islam’s Contemporary Intellectual Histor », Die Welt des Islams, 55 (2015), pp. 186-220. 

Halkin, A. S.,

  • «The ḥashwiyya»,  Journal of the American Oriental Society,  54/1 (1934), pp. 1-28. 

Haykel B.,

  • «On the nature of Salafi thought and action», dans Global Salafism : Islam’s New Religious Movement, éd. R. Meijer, Londres, Hurst & Company, pp. 33-57.

Holtzman, L.,

  • Anthropomorphism in Islam : The challenge of traditionalism (700-1350), Edinburgh University Press, 2019. 

Hoover, J.,

  • «Ḥanbali theology» dans The Oxford Handbook of Islamic Theology, éd. Sabine Schmidtke, New York, Oxford University Press, 2016, pp. 625-646.
  • «God Acts by His Will and Power : Ibn Taymiyya’s Theology of a Personal God in his Treatise on the Voluntary Attributes», dans  Ibn Taymiyya and his Times, éd. Yossef Rapoport et Shahab Ahmed, Karachi, Oxford University Press, 2010, 55-77.

Laoust, H.

  • La profession de foi d’Ibn Baṭṭa, Beyrouth, Institut français de Damas, 1958. 
  • Les schismes dans l’Islam, Paris, Payot, 1965. 
  • Essai sur les doctrines sociales et politiques de Taḳī-d-dīn Aḥmad b. Taymīya, Le Caire, Imprimerie de l’Institut français d’Archéologie Orientale, 1939. 
  • «Aḥmad b. Ḥanbal», EI²

Lauzière, H.

  • «L’histoire du salafisme : ses pièges et ses mythes», Moyen-Orient,  33 (2017), pp. 18-23.
  • «The construction of salafisme : Reconsidering salafism from the perspective of conceptual history», International Journal of Middle East Studies ,42/3 (2010), pp. 369-389. 

Makdisi, G.

  • «Ashʿarī and the Ash’arites in Islamic Religious History» (I et II), Studia Islamica,  XVII (1962), pp. 37-80 et XVIII (1963), pp. 19-39.
  • Ibn ʿAqīl et la résurgence de l’Islam traditionaliste au XIe siècle (Ve siècle de l’Hégire), Damas, Institut Français de Damas, 1963.

Nafi, B. M.,

  • «Salafism Revived : Nu’mān al-Alūsī and the Trial of Two Aḥmads», Die Welt des Islams, (49/1) (2009), pp. 49-97. 

Picken G.,

  • «Ibn Ḥanbal and al-Muḥāsibī : a study of early conflicting scholarly methodologies», Arabica, 55 (2008), pp. 337-361.

Riffi, D.

Rougier, B.,

  • Qu’est-ce que le salafisme ?, Presses Universitaires de France, 2008. 

Suleiman, F.,

  • Ibn Taymiyya und die Attribute Gottes, Berlin-Boston, De Gruyter, 2019. 

Wagemakers, J.,

  • «Salafism : Generalisation, Conceptualisation and Categorisation», dans Contextualising Salafism and Salafi Jihadism, éd. Magnus Ranstorp, Köpenhamn : Nationalt Center for Forebyggelse af Ekstremisme, 2020, pp. 22-37. 

Wesley, W.,

  • «Aspects of  the creed  of imam Ahmad Ibn Hanbal : a study of anthropomorphism in early islamic discourse», International Journal of Middle East Studies, 34/3 (2002), pp. 441-463.

Wright, Z.,

  • «Salafi Theology and Islamic Orthodoxy in West Africa», Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East,  35/3 (2015), pp. 647–656.

Zouggar, N.,

  • «Interprétation autorisée et interprétation proscrite selon le Livre du rejet de la contradiction entre raison et Écriture de Taqī l-Dīn Aḥmad b. Taymiyya», Annales Islamologiques, 44 (2010), pp. 195-206.

 

EN SAVOIR PLUS

Appel à contributions : Colloque international : « Les disputes théologiques entre ašʿarites et ḥanbalites et leurs représentations du XIe/Ve siècle jusqu’au wahhabo-salafisme contemporain » (.pdf / 931.10Ko)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts