Archives de catégorie : Actualités

Journée d’étude:Trier, classer, organiser : ordonner le monde au Moyen Âge:16-17 juin 2017, Maison de la Recherche de la Sorbonne, Paris.

Quatre axes principaux guideront la réflexion : 1) textes de savoirs ; 2) théologie et symbolique ; 3) la société : représentations et imaginaire ; 4) écrits politiques, écrits pragmatiques.

Programme

Vendredi 16 juin

Maison de la Recherche 28 rue Serpente à Paris, salle D323, 9h-17h30

  • 9h – Accueil
  • 9h15 – Mot d’Accueil par Sylvie Lefèvre
  • 9h30 – Introduction par Louis-Patrick Bergot, Pauline Guéna, Marie Piccoli-Wentzo et Adeline Sanchez
  • 10h – Meyssa Ben Saad (Université Paris-Diderot), Critères et arguments de la classification des animaux chez le naturaliste arabe médiéval al-Djâhiz (776-868)
  • 10h30 – Yoan Boudes (Université Paris-Sorbonne), Diviser pour mieux nommer ? L’organisation du discours sur les reptiles dans l’encyclopédisme médiéval

11h – Pause

  • 11h30 – Adeline Sanchez (Université Paris-Sorbonne), La liste comme structure du savoir dans le Lilium medicine de Bernard de Gordon
  • 12h – Alice Laforêt (Ecole Nationale des Chartes), Entre herbe et arbre : classer les végétaux au statut ambivalent dans la littérature encyclopédique médiévale

12h30 – Buffet

  • 14h30 – Sergi Sancho Fibla (Université Aix-Marseille), Ecrire est ordonner : trois exemples littéraires de l’arbor
  • 15h – Louis-Patrick Bergot (Université Paris-Sorbonne), Les quinze signes du Jugement dernier selon Pierre le Mangeur : étude des différentes versions françaises

15h30 – Pause

  • 16h – Elise Haddad (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), Bête eschatologique, bête sauvage : quelle place pour la bestia dans les ensembles eschatologiques ?
  • 16h30 – Clémence Legoux (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La place des saints dans les mandorles angéliques du XVe siècle
  • Soirée – Promenage historique dans Paris guidée par Annabelle Marin (Université Paris-Sorbonne)

Samedi 17 juin

Maison de la Recherche 28 rue Serpente à Paris, salle D323, 9h30-17h30

  • 9h30 – Accueil des participants
  • 10h – Thalie Baylan (Université Grenoble Alpes), Toute une assemblée hiérarchisée ordonnée sous un manteau. Le cas du thème de la Vierge de miséricorde dans l’art peint de l’ancien duché de Savoie (XVe-XVIe siècles)
  • 10h30 – Marie Piccoli-Wentzo (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La mise en ordre du monde et la construction du paysage chez I. B. Alberti

11h – Pause

  • 11h30 – Nicolas Garnier (Université Paris-Sorbonne), La liste et la course : les listes bestournées du Roman de Renart
  • 12h – Joanna Augustyn (Ecole Normale Supérieure de Lyon), Classer pour déclasser : les femmes comme l’état le plus bas dans le Livre des manières d’Etienne de Fougères

12h30 – Buffet

  • 14h30 – William Trouvé (Université d’Angers), Aux origines de la liste. Les listes de rois du haut Moyen Âge sont-elles des documents administratifs ou des abrégés de textes d’histoire ?
  • 15h – Elodie Papin (Université Rennes 2), Les cartulaires de l’abbaye de Margam : archiver et ordonner les biens monastiques au pays de Galles au XIIIe siècle

15h30 – Pause

  • 16h – Thomas Lacomme (Ecole Pratique des Hautes Etudes), Choix de classement et représentation du monde. Eléments de synthèse sur les cartulaires produits en Champagne méridionale au XIIIe siècle
  • 16h30 – Mélanie Dubois Morestin (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Ordonner son activité et son entreprise : la gestion des archives privées de Jean Teisseire, artisan du XIVe siècle
  • 17h – Conclusion par Pierre Chastang (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Pour plus d’informations : « Trier, classer, organiser : ordonner le monde au Moyen Âge », Journée d’étude, Calenda, Publié le vendredi 05 mai 2017, http://calenda.org/404258

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Recherches sur les hérésies médiévales:2 juin 2017, Université Paul Valéry Montpellier 3, site Saint-Charles.

RÉSUMÉ

Cette rencontre se propose de dresser un bilan des apports récents à l’étude de l’hérésie médiévale et de proposer de nouvelles pistes de recherches. La matinée sera consacrée à des communications historiographiques, portant sur les publications récentes françaises et anglo-saxonnes. Les communications de l’après-midi illustreront de nouvelles approches méthodologiques à partir de sources et de cas particulièrement significatifs, comme le célèbre ms. 609 de Toulouse, contenant des procès-verbaux d’Inquisition, ou la construction de l’hérétique « Éon de l’Étoile ».

Argumentaire

Cette Journée d’études est la première manifestation scientifique organisée par le GIS Hérésie, Pouvoirs et Sociétés – Antiquité, Moyen Âge, Époque Moderne (HéPoS). La rencontre du 2 juin se propose de dresser un bilan des apports récents à l’étude de l’hérésie médiévale et de proposer de nouvelles pistes de recherches. La matinée sera consacrée à des communications historiographiques, portant sur les publications récentes françaises et anglo-saxonnes. Les communications de l’après-midi illustreront de nouvelles approches méthodologiques à partir de sources et de cas particulièrement significatifs, comme le célèbre ms. 609 de Toulouse, contenant des procès-verbaux d’Inquisition, ou la construction de l’hérétique « Éon de l’Étoile ». La Journée d’études sera aussi l’occasion de réfléchir sur la vulgarisation des acquis scientifiques sur l’hérésie et de présenter des travaux réalisés par des étudiants de Master (vidéos, bandes dessinées, etc.).

Programme

  • 8h45. Accueil des participants
  • 9h00-9h15. Introduction, par Alessia Trivellone (Université Paul Valéry Montpellier 3 / CEMM)
  • 9h15-9h45. Présentation des travaux sur l’hérésie médiévale réalisés par les étudiants du Master Mondes Médiévaux (CEMM / Université Paul Valéry Montpellier 3)

Matin : Bilans historiographiques

Président de session : Uwe Brunn (Université de Nice – Sophia Antipolis / CEPAM)

  • 9h45-10h15. Emmanuel Bain (Université Aix-Marseille / TELEMME), L’« école de Nice » : apports et questions ouvertes
  • 10h15-10h45. Franck Mercier et Isabelle Rosé (Université Rennes 2 / TEMPORA), Aux Marges de l’hérésie. Bilan d’un (long) projet collectif

Pause

  • 11h00-11h40. Mark G. Pegg (Washington University, Saint Louis / Collegium de Lyon), Julien Théry-Astruc (Université Lyon  2 / CIHAM), Réforme, résistances, hérésie : les recherches récentes dans le domaine anglophone

Discussion et pause déjeuner

Après-midi : Approches et perspectives

Présidente de session : Rosa Maria Dessì (Université de Nice – Sophia Antipolis / CEPAM)

  • 14h00-14h30. Jean-Paul Rehr (Université Lyon 2 / CIHAM), Les inquisiteurs : chasseurs ou créateurs d’hérétiques ? Quelques aperçus à partir d’une édition numérique du ms. 609 de Toulouse (1245)
  • 14h30-15h00. Pierre Jean (Université Paul Valéry Montpellier 3 / CEMM), ‘Boni homines’, ‘heretici’, ‘amici Dei’ : retour sur les noms donnés aux hérétiques dans le ms. 609 de Toulouse
  • Discussion et pause
  • 15h45-16h15. Laurent Guitton (Université Rennes 2/TEMPORA), L’hérésie sur la queue d’une comète : la fabrique d’Éon de l’Étoile

Discussion

  • Table ronde finale animée par Dominique Iogna-Prat (CÉSOR / EHESS) et Michel Lauwers (Université de Nice – Sophia Antipolis / CEPAM)

Pour plus d’informations : « Recherches sur les hérésies médiévales », Journée d’étude, Calenda, Publié le jeudi 11 mai 2017, http://calenda.org/404398

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication:Les intellectuels au Moyen Âge : soixante ans d’un anachronisme fondateur:19-20 octobre 2017:Université d’Artois, Arras[délai:10/O6/2017]

RÉSUMÉ

Cet appel à communication concerne un colloque organisé les 19 et 20 octobre 2017 à l’université d’Artois (Arras) et intitulé « Les intellectuels au Moyen Âge : 60 ans d’un anachronisme fondateur. Hommage à Jacques Le Goff ».

Argumentaire

L’année 2017 coïncide avec le 60e anniversaire de la publication des Intellectuels au Moyen Âge de Jacques Le Goff (Seuil, 1957). Lors de sa parution, l’ouvrage constituait – avec Marchands et banquiers au Moyen Âge (Puf, 1957) – l’un des volets du diptyque consacré au « travail au Moyen Âge », sujet d’une thèse esquissée et restée inachevée. Cette étude fondatrice, construite sur l’emploi d’un anachronisme assumé par son auteur – le substantif intellectuel n’apparaissant en français qu’avec l’affaire Dreyfus à la fin du XIXe siècle –, arracha l’histoire des élites intellectuelles médiévales du seul domaine de l’histoire des idées, où elle avait été longtemps cantonnée, pour la faire entrer dans le champ de l’histoire sociale et culturelle. Si le caractère heuristique de l’usage du terme d’« intellectuels » pour le Moyen Âge a généralement été salué par l’historiographie, son caractère anachronique a pourtant souvent détourné les historiens de son emploi au profit d’autres concepts qui ne recouvrent pas exactement le même sens[1]. Surtout, l’intégration de la réflexion d’Antonio Gramsci sur la catégorie des « intellectuels organiques », dans la préface que livra Jacques Le Goff à la réédition de 1984, a souvent été ignorée, alors qu’elle constitue une inflexion essentielle de la réflexion du médiéviste. Soixante ans après cette publication, il convient donc de s’en saisir à nouveau, comme d’un hommage au grand médiéviste, mais aussi pour en souligner l’actualité renouvelée dans le champ historiographique.

Trois types de questionnement seront au cœur de cette relecture collective de son œuvre :

1/ Le premier consistera à dresser, plus de vingt ans après celui proposé par Alain Boureau[2], un bilan de la réception de l’œuvre de Jacques Le Goff auprès des historiens et des spécialistes des sciences sociales, d’en circonscrire les lectures et les relectures, voire d’en mesurer l’écart parfois avec l’intention initiale de son auteur.

2/ Le second axe entend reprendre la question de la pertinence du concept d’« intellectuel » pour la période médiévale et d’en discuter les contours à la lumière d’une historiographie renouvelée. Pour Jacques Le Goff, cette catégorie sociale était née de l’« alliance de la réflexion personnelle et de sa diffusion dans un enseignement »[3]. L’historien avait d’abord conçu « ses intellectuels » comme des enseignants-chercheurs, dominés par la figure du maître des XIIe-XIIIe siècles, même si, de son propre aveu, il n’avait pu se résoudre à écarter les « littérateurs », pour peu que ceux-ci fussent frottés de culture universitaire[4]. La préface de 1984 proposait néanmoins quelques inflexions et envisageait de « nouveaux intellectuels » médiévaux[5] : l’« intellectuel autorisé » qui prétendait « participer aussi du pouvoir ecclésiastique » et « s’arroger une influence politique », ou l’« intellectuel marginal » – réservé à Rutebeuf – qui affichait au contraire son mépris pour les honneurs, jusqu’aux « intellectuels organiques » – selon l’acception établie par Gramsci –, produits de la recomposition du paysage social, de l’émergence de nouvelles catégories auxquelles ils sont liés, et dont ils sont amenés à définir et à légitimer le rôle social en critiquant l’ordre établi et en endossant le rôle de véritable « organisateurs de la société »[6]. Au gré d’un « repentir », Jacques Le Goff rejoignait l’acception qui s’était progressivement imposée, depuis l’affaire Dreyfus, et qui voyait justement dans l’intellectuel « quelqu’un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas » (J.-P. Sartre), qui use de ses fonctions créatrice et médiatrice hors de son champ d’activité traditionnel, pour les mettre au service d’une cause, généralement politique, ou d’un public large[7]. Ainsi, l’étude des relations entretenues par les intellectuels médiévaux avec le(s) pouvoir(s) sera-t-elle privilégiée.

3/ Le troisième axe souhaiterait proposer un nouvel examen des nombreuses intuitions historiques et pistes d’interprétation ouvertes par J. Le Goff, dont certaines constituent des terrains de recherche toujours fructueux pour les historiens. Il serait ainsi l’occasion de s’interroger sur la chronologie médiévale de la naissance et de l’affirmation des intellectuels : ne peut-on envisager des intellectuels avant le XIIe siècle ? Quel rôle la professionnalisation des universitaires au XIVe siècle joua-t-elle dans leur rapport avec le pouvoir politique[8] ? L’humanisme est-il un « anti-intellectualisme » ? Par ailleurs, le lien entre le cadre urbain et la fonction intellectuelle que mettait en évidence Jacques Le Goff est-il irréductible ? Ne peut-il y avoir d’intellectuels au village ? On invitera également à examiner la variété des situations géographiques pour déterminer ou non l’existence de spécificités locales dans la définition d’un profil des intellectuels : ainsi, l’« intellectuel laïc » est-il une exception italienne[9] ? Dans cette perspective, on se montrera particulièrement attentif aux conditions sociales et matérielles des intellectuels : conditions de travail ; moyens et niveaux de rémunérations, réelles ou symboliques ; stratégies de distinctions déployées.

Pour plus d’informations : « Les intellectuels au Moyen Âge : soixante ans d’un anachronisme fondateur », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 09 mai 2017, http://calenda.org/404187

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Projet: Chantier 2017 du Château médiéval de Clermont (Clermont, 74):10-29 juillet 2017 [Délai : 15 juin]

Réalisation d’un chantier de fouilles archéologiques au château mé diéval de Clermont du 10 au 29 juillet 2017 sous la conduite de Loïc Benoit, archéologue à l’unité archéologie et patrimoine bâti du Conseil départemental de la Haute-Savoie et doctorant au CIHAM, recherche des volontaires pour participer.

Si vous voulez plus d’information pour proposer votre candidature, cliquez ici. Le délai court jusqu’à la mi-juin grand maximum.

Présentation

Le château médiéval de Clermont fait partie des résidences principales des Comtes de Genève durant le Moyen-Âge. Positionné non loin d’axes routiers importants (Seyssel / Genève et Chambéry Genève), il semble qu’un ensemble bâti existe dès le XIIe siècle comme l’atteste la mention d’une famille de Clermont, seigneurs du lieu. Le château apparait en possession des comtes de Genève dès le XIIIe siècle. En 1401 le comté est racheté par la famille de Savoie. L’intérêt défensif et économique  du site se perd alors peu à peu. Enfin, dans la première moitié du XVIIe siècle, le conflit franco-savoyard mène à la destruction de la fortification la laissant à l’état de ruine. Ces dernières, seront visible jusque dans les années trente où les habitants finiront le démantèlement.
Les problématiques sont multiples: entreprendre une étude plus approfondie sur un des sites les plus importants de l’histoire médiévale départementale, obtenir des données pour la majorité inédites, mettre en exergue l’organisation des bâtiments, les méthodes de constructions ainsi que la vie sur place. Enfin, ces études s’inscriront dans un état des lieux patrimonial et seront mises en valeurs par le biais d’expositions.

Qui est Loïc Benoit ?

Actuellement archéologue médiéviste en contrat Cifre au Conseil Départemental de la Haute-Savoie, je suis titulaire d’un Master 2 recherche en archéologie (2014). Ce dernier portait sur l’étude archéologique et historique du site de Château-Neuf d’Allinges (74). J’ai alors voulu poursuivre mes recherches sur la région par le biais d’un doctorat. Celui-ci  est réalisé sous la codirection Elisabeth Sirot / Jean-Michel Poisson et a pour intitulé: « Château et Habitat dans l’ancien diocèse de Genève ( XIIIe – XVIe siècle): formes, organisations et construction ». Ce sujet a pour objectif de définir et de qualifier une évolution de l’habitat seigneurial et des bourgs dans le temps à travers l’architecture, les sources écrites, les cadastres et autres sources. Je suis aujourd’hui en D2 puisque je me suis laissé un an afin de trouver un financement (ledit contrat Cifre).

Affiche de l’évènement : panneau clermont

Soutien financier

Conseil Départemental de la Haute-Savoie

Partenaire scientifique

Unité Archéologie et Patrimoine Bâti, Conseil Départemental de la Haute-Savoie
CIHAM, UMR 5648

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude: Les marges: Paris, 18/05/2017

Le jeudi 18 mai 2017 se tiendra la journée thématique annuelle de l’IRHT consacrée aux marges. Ce thème, qui se trouve au carrefour des sciences du texte, rassemble toutes les sections du laboratoire, en ce qu’il touche aussi bien à la philologie, la lexicographie, l’histoire, la paléographie, qu’à la codicologie.

Argumentaire

Le jeudi 18 mai 2017 se tiendra la journée thématique annuelle de l’IRHT consacrée aux marges. Ce thème, qui se trouve au carrefour des sciences du texte, rassemble toutes les sections du laboratoire, en ce qu’il touche aussi bien à la philologie, la lexicographie, l’histoire, la paléographie, qu’à la codicologie.

Autour du texte, dimension essentielle de la culture et de sa transmission, les espaces laissés vides sont devenus le réceptacle de mentions, décors, marques codicologiques, etc. qui participent à son histoire. Sur tous les supports – papyrus, parchemin ou papier, manuscrit ou imprimé – et quel que soit le type de document, des écrits de la pratique aux livres liturgiques, en passant par les textes scientifiques et juridiques, ces ajouts, contemporains ou postérieurs, doivent être analysés. Il s’agira ainsi de rendre compte de pratiques éditoriales (rubriques, manchettes, références, iconographie), de pratiques de lecture et d’utilisation des textes transmis (marques de repérage, annotations, gloses, commentaires), mais également de tout autre type d’ajouts indépendants (mentions de noms, listes de livres, décomptes).

Vous pouvez consulter le programme détaillé sur le Carnet de l’IRHT.

 

Pour plus d’informations :

« Les marges », Journée d’étude, Calenda, Publié le jeudi 20 avril 2017, http://calenda.org/402566

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribuation:L’oubli, arme, trace ou droit:Paris, 16–17/11/2017 [délai:31/05/2017]

Le colloque se propose d’envisager l’oubli  comme objet d’histoire pour lui-même. Celui-ci est conçu non comme un résultat par défaut du manque de mémoire, mais comme un objet d’étude à part entière. Les « usages de l’oubli » firent l’objet des discussions du colloque de Royaumont en 1986, et donnèrent lieu à des réflexions passionnantes. Nous souhaitons en poursuivre le cours pour l’Antiquité et le Moyen Âge, dans la littérature comme dans l’histoire.

Paris et Cergy 16 et 17 novembre 2017

Argumentaire

En contrepoint du célèbre « devoir de mémoire » dont l’expression évoque certes davantage l’époque contemporaine que les époques ancienne et médiévale, nous proposons d’initier une réflexion sur le thème de l’oubli. Les travaux de Paul Ricoeur[1]consacrés au temps et à la mémoire envisagent l’oubli comme antonyme de la mémoire et comme obstacle à la connaissance de l’histoire. Nous souhaitons ici envisager l’oubli  comme objet d’histoire pour lui-même. Celui-ci est conçu non comme un résultat par défaut du manque de mémoire, celle-ci étant un objet tout à fait pertinent pour le Moyen Âge comme en atteste l’insistance sur le respect du aux « autorités » ou l’entretien de la memoria dans le cadre des généalogies et de l’exaltation de la grandeur dynastique, mais comme un objet d’étude à part entière. Les « usages de l’oubli[2] » firent l’objet des discussions du colloque de Royaumont en 1986, et donnèrent lieu à des réflexions passionnantes. Nous souhaitons en poursuivre le cours pour l’Antiquité et le Moyen Âge, dans la littérature comme dans l’histoire. Une réflexion de nature épistémologique et historiographique sur la pertinence de l’oubli comme objet d’histoire semble nécessaire en ouverture des travaux. Puis nous tâcherons de confronter les perceptions de l’oubli dans la littérature profane et sacrée de l’antiquité où il apparaît comme honni, sinon comme un crime du moins comme une menace. Il est en effet conçu comme inimaginable pour les descendants du peuple hébreu lorsqu’il est appliqué à Jérusalem (Ps. 137. 5) dans la Bible[3], ou encore aux héros épiques lorsqu’il est appliqué à la mère patrie dans les poèmes homériques. Pourtant, à l’époque médiévale, l’oubli est prescrit comme un droit   pour les convertis du judaïsme et de l’islam au christianisme et le crime consiste alors, pour les chrétiens comme pour leurs anciens coreligionnaires, à leur rappeler leur ancienne foi. Mais l’oubli peut également être conçu comme un châtiment lorsque des criminels se voient condamnés à la damnatio memoriae -largement étudiée pour l’Antiquité, mais constituant néanmoins un objet nécessaire à la réflexion sur les usages de l’oubli-ou au bannissement loin de leur patrie durant plusieurs années. Mais l’oubli volontaire ou imposé en est-il vraiment un ? L’interdiction de se souvenir est-elle vraiment ou déjà un oubli ? Par ailleurs, le registre de la peine, de la pénitence ou de la purgation pourra constituer un cadre fécond pour l’interrogation sur l’oubli des crimes et des péchés. Enfin, on n’oubliera pas d’examiner les problèmes posés par la dimension matérielle du souvenir, ce que d’aucuns envisagent sous l’angle de la trace[4]. L’oubli est-il possible lorsque le document existe et quels sont alors les moyens mis en œuvre pour l’effacer ?

Pour plus d’informations : « L’oubli, arme, trace ou droit », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 20 avril 2017, http://calenda.org/401951

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

JED : Journée doctorale du CIHAM, « Écrire l’histoire », Lyon 2 (Salle des colloques), 26 avril 2017

JED CIHAM 26 avril – programme :

Salle des colloques, Bât. Erato, ER020 (à droite du Grand Amphithéâtre de Lyon 2), Campus Berges du Rhône,
18 quai Claude Bernard, 69007 Lyon

9h30       Accueil des participants

9h45  Ouverture de la journée

« Ma thèse en 5 minutes »

10h   Wahid Tarraf – « La Syrie entre l’Oronte et la Méditerranée à l’époque des Croisades »

10h15 Magali Romaggi – « Narcisse au miroir des eaux »

10h30 Elsa Gabaude – « L’usure en procès au temps des papes d’Avignon »

10h45 Thomas Girard – « L’incroyance des gens (1215-1525) »

11h Romain Chevalier – « Bâtardises et sociétés de cour »

Varia

11h20 Jean-Benoît Krumenacker – « Pierre Rostaing, un érudit au service du chapitre »
(Thèse avec le soutien d’Arc 5)

« Écrire l’histoire »

14h Thomas Girard – « L’écriture de l’histoire et la matérialité de l’incroyance. Comment décrire une hétéropraxie ? »

14h40 Benjamin Oury – « Le bourg castral de Rame »

15h20 Ariane Pinche – « Des petites histoires pour écrire l’Histoire »
(Thèse avec le soutien d’Arc 5)

16h Fin de la journée

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques. Agrégé d'espagnol et ancien élève de l'ÉNSL. Représentant des doctorants de l'UMR 5648 – CIHAM. Sujet de thèse portant sur les manuscrits aljamiados en relation avec les communautés mudéjares et morisques de l'Aragon médiéval et moderne.

More Posts

Appel à contribution:20e Colloque International sur le Document Électronique:ENSSIB, Villeurbanne, 23-25/11/2017[délai:12/06/2017]

20e Colloque International sur le Document Électronique

CiDE.20

20th International Conference on Digital Document

Le Document ?

Organisé par l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques – Enssib en partenariat avec les équipes de recherche : CiTu-Paragraphe de l’Université de Paris 8, GERiiCO – Université de Lille (SHS), ELICO de l’Université de Lyon, ICAR ENS-Université de Lyon 2, LIRIS de l’INSA de Lyon, et Magellan IAE-Université de Lyon 3.

 

23-24-25 novembre 2017
Lieu du Colloque : Enssib, 17-21 bd du 11 novembre 1918, Villeurbanne

La vingtième édition du Colloque international sur le document numérique sera l’occasion de réinterroger les notions du « document ». Depuis la première édition de CiDE, les métamorphoses du document ont été nombreuses : passage de l’analogique au numérique, phénomène de délocalisation/relocalisation sur les réseaux, polymorphie des espaces documentaires… Objet hétérogène, hybride, dont le rapport au temps et à l’espace est en constante évolution, le document suscite constamment de nouvelles interrogations.

Les colloques CiDE ont débuté à Rabat en 1998 avec le « document numérique », appréhendé dans sa version primaire c’est-à-dire une représentation numérique du document classique (fichier ou site web passif). Depuis cette date, 19 colloques ont successivement questionné la notion de « document » à travers les thèmes suivants : Document dynamique ; Bibliothèques numériques ; Document et sciences cognitives ; Document pédagogique et mobile ; La pluri-modalité et le multimédia ; Approches sémantiques pour le document électronique ; Le Multilinguisme ; Le document électronique ; Le document numérique dans le monde de la science et de la recherche ; Interactions et usages autour du document numérique ; Patrimoine 3.0 ; Document numérique entre permanence et mutations ; Le “Document” à l’ère de la différenciation numérique ; Métiers de l’information, des bibliothèques et des archives à l’ère de la différentiation numérique ; Dispositifs numériques : contenus, interactivité et visualisation ; Livre post-numérique : historique, mutations et perspectives ; Documents et dispositifs à l’ère post-numérique ; Vers une épistémè numérique.
Cette année, à l’occasion de son vingtième anniversaire, CiDE’20 propose de revisiter ces thématiques dans une approche multidisciplinaire et en considérant le document dans ses acceptions et représentations les plus diverses : document textuel monolingue, document multilingue, document image, document multimédia, document structuré, document lié , document modifiable, etc.
Certaines questions nécessitent d’être précisées, notamment le cycle de vie du document, son caractère pérenne ou au contraire fugitif, éphémère, ses traitements, la transformation des formes éditoriales et de scénarisation, ses fonctions et ses usages… À l’heure des data (big data, smart data) et de l’analyse prédictive fondées sur des approches de deep learning, quel rôle peut encore jouer le document ? Quel impact le mouvement de l’open data peut-il avoir sur le document, sur sa fonction de médiation ? Depuis près de 20 ans, les nombreux programmes de numérisation ont permis la constitution de fonds documentaires volumineux, déplaçant ainsi l’enjeu vers l’accès à ces fonds et leur représentation (métadonnées, visualisation…).
Le colloque se penche, aussi, sur la place et le rôle du document produit et géré par les bibliothèques, les différents lieux de savoir (archives, centres de documentation, musées…) ainsi que les entreprises. Ces organisations comptent sur la puissance des technologies numériques pour donner sens à la masse de données en mouvance et en perpétuelle augmentation. Les organismes institutionnels (entreprises, bibliothèques, archives, ministères, laboratoires de recherche, etc.) sont amenés à produire et/ou à gérer des données dites ouvertes qui nécessitent des analyses et des évaluations car elles sont vues, comme étant des éléments fondamentaux d’appui à l’innovation. Avec le développement des données massives et hétérogènes illustrant l’évolution de la notion de document avec sa diversité et sa multiplication, le traitement du contenu de document numérique fait appel, également, à la pluridisciplinarité (sciences de l’information et de la communication, sciences cognitives, informatique, logique, traitement automatique des langues, statistiques, linguistique, etc.), permettant des analyses de corpus multimédias et multilingues avec des applications variées. Néanmoins, l’exploitation du document pose la question de la validité et la certification de son contenu. La prise en compte des aspects juridiques (problèmes de plagiat, falsification et propriété
intellectuelle) des documents numériques sont des aspects à réactualiser.
Le colloque CiDE’20 accueillera des contributions théoriques, des présentations d’études de cas, des résultats de projets applicatifs ou expérimentaux en lien avec les thèmes suivants :
  • Approches théoriques du document (processus de (re)documentarisation, sémio-pragmatique du document, histoire des supports, document vs data,…)
  • Description, représentation, classification, indexation, gestion (ontologies, données ouvertes, open data, dataviz,…)
  • Formes, formats et normes (typologie des documents, structuration, balisage, interopérabilité, flux documentaires,…)
  • Enjeux de codage et métadonnées (DC, FRBR, RDA, PREMS,…)
  • Accès à l’information (recherche documentaire, filtrage, fouille de données, fouille de textes, annotation, recommandation,…)
  • Éditorialisation, scénarisation, design informationnel, expériences utilisateurs (GED, workflow,…)
  • Usages du document (médiation et médiatisation, trace et mémoire, art numérique, écrits professionnels, analyse documentaire,…) dans les espaces documentaires (bibliothèques, musées, archives,…)
  • Numérisation du patrimoine scientifique et culturel (textes anciens, images, vidéos, archivage des corpus hétérogènes,…)
  • Qualité des contenus du document (données ouvertes ou liées, données iconographiques et/ou audiovisuelles,…)
  • Aspects juridiques (propriété intellectuelle, certification des données, falsification des documents,…)
Le colloque sera ainsi l’occasion de poser quelques questions centrales, d’apporter éventuellement des éléments de réponse, et surtout d’ouvrir des pistes de réflexion pour de nouvelles recherches.

Comité scientifique international

  • Mohamed HASSOUN, Enssib, France, Président
  • Khaldoun ZREIK, Université de Paris 8, France, Co-président
  • Stéphane CHAUDIRON, Université de Lille 3, France, Co-président

Membres

  • Ghislaine AZEMARD, Université de Paris8, France
  • Abdel BELAID, Université de Loraine, France
  • Radia BERNAOUI, ENSV d’Alger, Algérie
  • Guillaume BESACIER, Université Paris 8, France
  • Cherifa BOUKACEM, Université de Lyon 1, France
  • Sabrina BOULESNANE, Université de Lyon 3, France
  • Jean-Jacques BOUTAUD, Université de Bourgogne, France
  • Laïd BOUZIDI, UniversitédeLyon3, France
  • Valentina BREZHNEVA, Université d’État Saint Petersburg, Russie
  • Évelyne BROUDOUX, CNAM de Paris, France
  • Nadège BROUSTAU, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles
  • Sylvie CALABRETTO, INSA de Lyon, France
  • Ghislaine CHARTRON, CNAM de Paris, France
  • Kazimierz CHOROS, Wrocław University of Science and Technology, Poland
  • Évelyne COHEN, Enssib de Lyon, France
  • Viviane COUZINT, IUT – Université de Toulouse3, France
  • Amos DAVID, Université de Loraine, France
  • Giovanni DEPAOLI, Professeur émérite, France
  • Christine DEVELOTTE, ENS Lyon, France
  • Mamadou DIARRA, EBAD, Sénégal
  • Joseph DICHY, Université de Lyon 2, France
  • Bernard DIONE, EBAD, Sénégal
  • David DOUYERE, IUT – Université de Tours, France
  • Jacques DUCLOY, Loria, France
  • Véronique EGLIN, INSA de Lyon, France
  • Mabrouka ELHACHANI-LAKHDHAR, Université de Lyon3, France
  • Jean-François FAU, Université Senghor Alexandrie, Égypte
  • Dominic FOREST, Université de Montréal – EBSI, Canada
  • Mauro GAIO, Université de Pau, France
  • Francisco Javier GARCÍA MARCO, Université de Zaragoza, Espagne
  • Joël GARDES, RD-TECH-GRE, France
  • Malek GHENIMA, ESC-Université de la Manouba, Tunis, Tunisie
  • Abdessamad Réda GHOMARI, ESI d’Alger, Algérie
  • Khaled HABCHI, ISD – Université de la Manouba Tunis, Tunisie
  • Maryvonne HOLZEM, Université de Rouen, France
  • Bernard IDELSON, Université de la Réunion, France
  • Madjid IHADJADENE, Université de Paris8, France
  • Rosa ISSOLAH, ENSA d’Alger, Algérie
  • Bernard JACQUEMIN, Université de Lille 3, France
  • Stéphane CHAUDIRON, Université Lille 3, France
  • Khaldoun ZREIK, CITU-Paragraphe, Université Paris8, France
  • Ioannis KANELLOS, ENST Bretagne, France
  • Hamamache KHEDDOUCI, Université de Lyon 1, France
  • Jacques LABICHE, Université de Rouen, France
  • Pascal LARDELLIER, Université de Dijon, France
  • Omar LAROUK, Enssib de Lyon, France
  • Patrizia LAUDATI, Université de Valenciennes, France
  • Frank LE BOURGEOIS, INSA de Lyon, France
  • Sylvie LELEU-MERVIEL, Université de Valenciennes, France
  • Catherine LONEUX, Université de Rouen, France
  • Jacques MADELAINE, Professeur émérite, France
  • Yves MARCOUX, Université de Montréal – EBSI, Canada
  • Azedine MAREDJ, CERIST d’Alger, Algérie
  • Sabine MAS, Université de Montréal – EBSI, Canada
  • Vincent MEYER, Université de Nice, France
  • Abderrazak MKADMI, ISD – Université de la Manouba, Tunisie., Tunisie
  • Mustapha MOJAHID, Institut de Recherche en Informatique de Toulouse, France
  • Ghassan MOURAD, Université Libanaise, Bierut, Liban
  • Widad MUSTAFA EL HADI, Université de Lille 3, France
  • Omar NOUALI, CERIST d’Alger, Algérie
  • Peter OHLY, GESIS – Institut Leibniz des Sciences Sociales, Allemagne
  • Céline PAGANELLI, Université de Montpellier 3, France
  • Françoise PAQUIENSEGUY, Sciences Po, Lyon, France
  • Juznic PRIMOZ, University of Ljubljana, Slovénie
  • Jean-Pierre RAYSZ, Société Jouve, France
  • Jean-Marc ROBERT, Polytechnique de Montréal, Canada
  • Pascal ROBERT, Enssib de Lyon, France
  • Imad SALEH, Université de Paris 8, France
  • Mohamed SIDIR, Université d’Amiens, France
  • Éric TRUPIN, Université de Rouen, France
  • Seth VAN HOOLAND, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles
  • Christine VANOIRBEEK, École polytechnique fédérale de Lausanne, Suisse
  • Christian VARINARD, Université de Lyon 3, France
  • Lise VERLAET, Université de Montpellier 3, France
  • Jean VIVIER, Professeur émérite, France
  • Manuel ZACKLAD, CNAM de Paris, France
  • Maja ŽUMER, Université de Ljubljana, Slovénie

Calendrier

12 juin 2017 : Date limite de soumission des prépositions
17 juillet 2017 : Notification aux auteurs
4 septembre 2017 : Date limite de réception de la version définitive de l’article
23-24-25 Novembre 2017 : Colloque à l’Enssib – Villeurbanne-Lyon

Modalités de sélection

La sélection des articles est faite après une double évaluation à l’aveugle, d’une version complète de l’article proposé.
La langue de communication est le français et l’anglais (pas de traductions simultanées).

Publication des actes du colloque

Les actes du colloque seront publiés aux éditions Europia (http://europia.org/edition/livres/doc/CatDoc.htm)
Seuls seront publiés les articles présentés par leur(s) auteur(s) lors du colloque.

Instruction aux auteurs

Les propositions sont attendues avant le 12 juin 2017. Elles doivent être rédigées sous forme d’article, en français ou en anglais, d’une longueur maximale de 30 000 caractères (espaces compris).
Pour cette soumission, les auteurs veilleront particulièrement à respecter l’anonymat des propositions, celles-ci ne doivent contenir que le titre de la proposition, le résumé et les mots-clés, le corps de leur article (aucune référence ne doit permettre aux évaluateurs de reconnaitre ‘identité du ou des auteurs) et les références bibliographiques. Le dépôt des propositions est à effectuer via la rubrique « dépôts des articles ».
Les propositions sont évaluées en double aveugle, une notification est envoyée aux auteurs le 17 juillet 2017.

Dépôt de la version définitive

Les propositions retenues sont à déposer dans leur version finale au plus tard le 04 septembre 2017. Celles-ci doivent impérativement tenir compte des éventuelles remarques des évaluateurs. Les auteurs sont invités à suivre scrupuleusement les normes de rédaction de l’éditeur Europia, téléchargeables dans les formats suivants : ODT, DOC, PDF.

Inscription au colloque

Les inscriptions au colloque sont obligatoires (pour au moins un auteur en cas de co-écriture) et doivent être complétées avant le 11 septembre 2017. Seuls seront publiés les articles présentés par leur(s) auteur(s) lors du colloque.

Contacts CiDE.20

  • Mohamed HASSOUN, Enssib – Lyon (cide20[at]enssib.fr)
  • Stéphane CHAUDIRON, Université de Lille 3
  • Khaldoun ZREIK, Université de Paris 8

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journées d’étude:Penser–repenser l’archéologie, l’histoire et l’anthropologie:22-23/05/2017, CNRS, Ivry-sur-Seine.

Présentation

Quelques préhistoriens se sont interrogés sur la pratique de leur métier et sur la relation entre le chercheur et son objet (sujet) d’étude. Quelle est sa démarche du vestige archéologique à la restitution finale qu’il en donne ? Quel sens donne-t-il à sa démarche ? On y découvre combien sont indissociables les objets de la discipline et les modes de pensée de celles-ci : concepts, outils, méthodes, modélisations. S’il va de soi que la plus grande rigueur est de mise au stade de la fouille, de la compilation des données et de leur analyse, leur exploitation fait une large place à l’interprétation. Peut-être plus encore qu’en histoire, les conclusions sont toujours susceptibles d’être reprises, reformulées, remises en cause.

Les organisateurs de cette table ronde souhaitent à présent élargir cette réflexion à d’autres disciplines des sciences humaines, en particulier, à l’ethnologie, à l’histoire mais aussi à l’archéologie en général.

Mettre nos réflexions en commun serait sans doute salutaire pour l’ensemble de ces disciplines.

Pour plus d’informations : 

« Penser–repenser l’archéologie, l’histoire et l’anthropologie », Journée d’étude, Calenda, Publié le mercredi 12 avril 2017, http://calenda.org/402661

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Université d’été:Digital History Summer School:Lausanne, 20-23/06/2017[délai:30/04/2017]

The University of Lausanne and infoclio.ch are pleased to announce that a Digital History Summer School will take place at the University of Lausanne, from the 20th to the 23rd of June 2017.

Why Organize a Digital History Summer School?

Today, historians are increasingly confronted with questions about the use of primary sources. How does one deal with historical primary sources in the Digital Age? What peculiarities present sources, which have been digitized, or which originated in digital form–so-called “born-digital” sources? How do we read them? How do we interpret them? How can they be used in order to construct a historical narrative?

This four-day Summer School offers historians (PhD-candidates, graduates students, established historians) the opportunity to acquire the basic principles of data usage in the historical sciences, and benefit from insights gained in other humanities and social sciences disciplines.

The first three days of the Summer School will alternate lectures and workshops. Courses will be held in plenary sessions, whereas workshops take place in smaller groups. Lectures will tackle crucial epistemological or theoretical problems, while workshops allow participants to learn technical skills by working hands-on with historical data on their own personal computer.

On its last day, the Summer School will host a so-called « datasprint »–a hackathon based on data. What is a hackathon, you ask? A hackathon is originally a gathering of developers organized by team around project bearers with the objective of producing a prototype application in a few hours. In our case, the datasprint will be an opportunity to put into practice the technical skills learned during the Summer School. Teams will choose a research topic, and then collaboratively collect data about it. They will then continue by interpreting the gathered data, and finally attempt to develop a historical narrative based on said data.

With the support of Unidistance (http://unidistance.ch/), LabEx Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe (http://labex-ehne.fr/) and the association Histoire & Informatique / Geschichte & Informatik (http://blog.ahc-ch.ch/).

Speakers

Frédéric Clavert | Marten Düring | Martin Grandjean | Tobias Hodel | Elena Pierazzo | Valérie Schafer | Sean Takats | Jane Winters | Aris Xanthos

 

Pour plus d’informations :  « Digital History Summer School »,  École d’été,  Calenda, Publié le vendredi 31 mars 2017, http://calenda.org/400090

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution : Enjeux épistémologiques des recherches sur les Bretagnes médiévales en histoire, langue et littérature, 12-14/12/2017, Brest, université de Bretagne Occidentale [délai : 30/06/2017]

Depuis une cinquantaine d’années, le champ d’étude des Bretagnes médiévales a suscité des approches et des questionnements à la fois divergents et renouvelés. Ces changements aboutissent aujourd’hui à une situation contrastée, où de nombreux domaines du savoir paraissent en chantier, pour ne pas dire comme un champ de bataille où il semble difficile de réconcilier les résultats apparemment opposés obtenus suivant des démarches différentes. Dans quelle mesure et de quelle manière la culture populaire et l’oralité ont-elles par exemple été traitées et intégrées à ce champ de recherche ? Comment s’est-on interrogé, peut-on encore s’interroger, avec quels présupposés et dans quelle perspective, sur les origines de la légende arthurienne ou des vies de saints ? La sociolinguistique peut-elle contribuer à renouveler l’approche des langues médiévales ? Dans le domaine de l’archéologie, comment les résultats des fouilles ont-ils été analysés et interprétés et quel usage en est il fait aujourd’hui ?

Pour plus d’informations : « Enjeux épistémologiques des recherches sur les Bretagnes médiévales en histoire, langue et littérature »,  Appel à contribution,  Calenda, Publié le lundi 20 mars 2017, http://calenda.org/399002

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Hamsa. Journal of Judaic and Islamic Studies, nº 4 (2017)[délai:15/10/2017]

CIDEHUS is a research center at the Unoversity of Évora (Portugal) (http://www.cidehus.uevora.pt/atividades/noticias/(item)/21770 ) and we ask for the disclosure of the following call for papers:

Call for papers

Hamsa. Journal of Judaic and Islamic Studies, nº 4 (2017)

The editors of Hamsa: Journal of Judaic and Islamic Studies are very pleased to publicly announce that the journal is now accepting proposals for its 4th volume. For this volume, we particularly welcome proposals offering original analysis on the broad subject of Judaic and Islamic studies. The deadline for this call for papers is October 15, 2017. The papers should be send to mfbarros[at]uevora.pt e tavim40[at]hotmail.com.

For further information, please see www. http://www.hamsa.cidehus.uevora.pt/formmanuscripts.htm

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication: Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques. Définitions, modèles et conflits en zones d’interface (IXe-XIIIe siècle): Paris,5-6/04/2018[délai :30/05/2017]

Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques. Définitions, modèles et conflits en zones d’interface (IXe-XIIIe siècle)

Atelier international de jeunes chercheurs – Institut Historique Allemand (Paris) / Laboratoire ACP (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

5-6 avril 2018

http://acp.u-pem.fr/rencontres/espaces-seigneuries/

Argumentaire

La distinction claire entre monde laïque et monde ecclésiastique et le concept d’espace de domination, compris comme une zone connue, délimitée et donc cartographiable, semblent aujourd’hui être des notions évidentes. Elles ne l’étaient pourtant absolument pas dans un monde médiéval où, d’une part, la réforme grégorienne a entamé, à la fin du XIe siècle, un processus de séparation des pouvoirs aristocratiques laïques et ecclésiastiques et où, d’autre part, la conception de l’espace de domination aristocratique connut une évolution très importante, du Xe au XIIIe siècle, avec un phénomène de spatialisation, puis de territorialisation, du pouvoir, ce qui permet progressivement de passer d’une cartographie faite de points à l’émergence de zones de domination plus ou moins identifiables et donc représentables graphiquement.

Ces thématiques sont au cœur de nombreuses recherches actuelles et se prêtent d’autant mieux à une recherche comparatiste entre France et Allemagne que les écoles historiographiques des deux côtés du Rhin ont une approche très différente de ces questions spatiales. À l’inverse des Français, les historiens allemands ne se sont quasiment pas, après 1945, intéressé aux problèmes spatiaux et le terme allemand de Territorialisierung, l’idée que le pouvoir des aristocrates ait pu être fondé sur un principe territorial et reposer sur certains espaces avec des frontières plus ou moins bien définies, n’est utilisé que pour décrire des phénomènes à partir du XIIIe siècle. Notre atelier entend donc croiser ces deux approches en examinant la conception et la production d’espaces ecclésiastiques et en s’intéressant aux interactions que cela suscita avec les seigneurs laïques dans le cadre géographique de l’ancien empire carolingien. Il ne s’agira pas ici de s’intéresser à l’espace intérieur au monastère, ce qui fut l’objet d’un livre récent (Monastères et espace social. Genèse et transformation d’un système de lieux dans l’Occident médiéval, éd M. Lauwers), mais bien de centrer notre étude sur les points de contacts et les zones d’interface entre espaces laïques et ecclésiastiques, en excluant le cas du ban clunisien, qui a déjà donné lieu à de nombreux travaux et en s’ouvrant également à des espaces non monastiques : diocèse, archidiaconé ou paroisse par exemple.

L’objectif sera de permettre à des jeunes chercheurs germanophones ou francophones de comparer leurs approches, cela dans une perspective résolument interdisciplinaire entre histoire, histoire du droit, histoire de l’art et archéologie.

 

Pour plus d’informations : http://www.fabula.org/actualites/espaces-ecclesiastiques-et-seigneuries-laiques-definitions-modeles-et-conflits-en-zones-d-interface_78518.php 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Troie en Europe au Moyen Âge:5-7/04/2017, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Université de Paris Nanterre et Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

À partir de la Chronique du Pseudo Frédégaire (VIIIe siècle), le mythe des origines troyennes irrigue l’occident médiéval. Dans l’aire linguistique romane, Benoît de Sainte Maure « translate » au XIIe siècle les proses latines de Darès et de Dictys dans son Roman de Troie en vers qui rencontre un succès immense, dont témoignent les nombreuses copies et les mises en prose, les adaptations et les réécritures tout au long du Moyen Âge. L’objet de ce colloque est précisément d’explorer la présence et la diffusion de l’histoire de Troie dans des aires linguistiques voisines (Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne, dans les pays du nord de l’Europe), afin de prendre la mesure et de comprendre l’attention que cette matière a pu susciter et les créations diverses auxquelles elle s’est prêtée.

Pour plus d’information :

« Troie en Europe au Moyen Âge »,  Colloque,  Calenda, Publié le mardi 14 février 2017, http://calenda.org/393972

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication:« Obsolète, désuet, anachronique »:Paris, séminaires Questes, les 17/03, 21/04 et 19/05[délai:20/02/2017]

« Obsolète, désuet, anachronique »

   Marquées par de nombreuses innovations et en recomposition permanente, les sociétés médiévales sont caractérisées à la fois par une suspicion à l’égard de la nouveauté et par la révérence à l’ancien. Pourtant, le poids des autorités et de la tradition n’empêche pas les hommes du Moyen Âge de percevoir le présent comme le lieu d’un héritage persistant et vieillissant. C’est ce sentiment que se propose d’explorer le présent séminaire, afin de mieux comprendre comment les médiévaux vivent le vieillissement des structures, des coutumes, des arts, des langues et des textes qu’ils fréquentent encore, qu’ils fabriquent encore.

   Qu’ils soient concrets, abstraits, sociaux ou linguistiques, les objets du monde peuvent devenir obsolètes, désuets ou anachroniques en raison de facteurs endogènes (ils vieillissent, perdant de leurs qualités ou de leur vitalité) ou exogènes (face à une évolution de la conjoncture, ils perdent de leur pertinence ou subissent la concurrence d’autres objets plus efficients). Dans le glissement d’un contexte temporel à l’autre, tout objet subit une forme de tectonique : celle des usages qui se modifient et qui métamorphosent lentement les sociétés humaines. Obsolescence réelle ou ressentie peuvent se superposer, rester étrangères l’une à l’autre ou voir leurs rapports évoluer au cours du temps. Un élément peut être objectivement obsolète, désuet ou anachronique sans que les contemporains en aient conscience. Au contraire, il peut garder toute sa pertinence mais être pensé comme dépassé : ainsi en va-t-il des modes vestimentaires. Lorsque les mentalités changent plus vite que les objets, l’individu perçoit un chevauchement entre passé et présent. C’est cette tectonique temporelle, ce frottement entre les époques et les réactions qu’il suscite qu’il convient d’interroger.

Pour plus d’informations suivre ce lien

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts