Archives de catégorie : Actualités

[Appel à communication] Imaginer la frontière, revue Frontière·s

Présentation de la revue 

À ce jour, peu d’espaces dédiés à la réflexion épistémologique sont disponibles en Open Access dans les sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge. C’est de ce constat que sont nés le laboratoire junior et la revue Frontière·s. Son objectif est de proposer à la communauté scientifique un support de publication rapide tout en garantissant la rigueur scientifique de l’évaluation par les pairs. Cette initiative est portée par de jeunes chercheurs de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, principal soutien du projet, en partenariat avec la Pépinière de revues de l’Université Jean Moulin (Lyon 3).

Dans les études menées sur les sociétés anciennes, la notion de frontière est bien souvent restreinte au sens de limite géopolitique. Pourtant, la polysémie du mot permet d’envisager une multitude de réflexions portant sur les modalités de séparation, concrètes ou abstraites, naturelles ou construites. C’est le sens de la revue Frontière·s : embrasser les différentes acceptions du mot frontière, en tant que limite, non seulement géophysique, étatique ou politique, mais aussi sociale, culturelle, symbolique, linguistique, métaphysique, etc. En d’autres termes, les contributions pourront interroger tous les éléments qui créent des séparations entre les individus au sein des sociétés antiques et médiévales.

Archéologues, historiens et historiens de l’art trouveront dans la revue un cadre pour appréhender la frontière comme objet transdisciplinaire. Celle-ci adoptera le format de synthèses semestrielles, articulées autour de grandes problématiques.

Appel en cours : «Imaginer la frontière »

Toute frontière fait l’objet d’un imaginaire. Quelle qu’en soit la nature, une frontière a en effet suscité une réflexion qui en a déterminé les modalités, selon des besoins et des croyances préétablies. Avec le numéro « Imaginer la frontière », les auteur·e·s sont invité·e·s à s’interroger sur les imaginaires qui ont mené à l’établissement de frontières ou qui en ont résulté, leurs acteurs et leur(s) temporalité(s). Les axes de recherches pourront appréhender aussi bien les frontières religieuses (interdits, rites de passages…), sociales (élites, clergé…), physiques (bornes, murs, fleuves…) ou encore heuristique (aires d’études, périodisation de l’histoire…). La réception pourra être également être un axe d’étude (imaginaire politique actuel de frontières dites antiques ou médiévales).

Calendrier

  • 18 juin 2019 : appel à contributions
  • 20 décembre 2019 : date limite de soumission des articles complets                      

  • 1er mars 2020 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 1er mai novembre 2020 : date de retour des versions corrigées
  • juin 2019 : parution du numéro

Modalités de soumission

Les auteurs adresseront leur contribution

avant le 20 décembre 2019

à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les normes éditoriales sont disponibles ici.

Les normes bibliographiques sont disponibles ici.

 

Source

https://calenda.org/554434

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

[Appel à communication] 5eme Journées doctorales internationales de Transitions, “Marges (XIe-XVIIe siècles)”, Lège, 5-6/02/2020 (date limite : 31/08)

L’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première Modernité de l’Université de Liège s’associe au CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) de l’Université de Poitiers et au CML (Centre for Medieval Literature) des universités de York et du Danemark du Sud (Odense) à l’occasion de rencontres doctorales en trois volets (2020-2021).

Mises en œuvre par les doctorant·e·s de ces trois institutions, ces journées ont pour but de favoriser l’échange et les débats entre doctorant·e·s, jeunes chercheur·se·s et collègues expérimenté·e·s dans les domaines de l’histoire, de la philologie, de la linguistique, de l’histoire de l’art, de la littérature ou encore la musicologie.

Le premier volet de ces rencontres sera organisé à Liège les 5 et 6 février 2020, autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles) », les bornes chronologiques de cet appel s’inscrivant dans celles explorées par Transitions.

Argumentaire

De l’histoire à la linguistique, en passant par l’histoire de l’art, la philologie et la musicologie, la notion de marge est omniprésente, et la tendance actuelle de la recherche dans ces disciplines est à la reconsidération de sa définition. Le concept de marge, qu’il soit envisagé dans son acception première ou figurée, suscite aujourd’hui encore la réflexion des chercheur·se·s, lesquel·le·s interrogent les potentialités multiples qu’il offre en vue de renouveler l’approche de leur objet d’étude.

L’idée traditionnelle de « frontière » et le couple notionnel « centre/périphérie » soulèvent d’importantes interrogations : quelles relations le centre entretient-il avec « sa » périphérie ? Quelles en sont les dynamiques, en matière de pouvoir et de domination (politiques, religieux, culturels, artistiques ou linguistiques) ? Quelle valeur convient-il encore d’accorder au concept de Kunstgeographie ? La frontière géographique tend aussi à déterminer certains domaines d’étude : comment la langue et la littérature évoluent-elles en territoire limitrophe ? Comment ces marges sont-elles représentées dans l’art et dans les lettres ? Quelles sont les limites des mondes fictionnels ? Comment peuvent-elles être dépassées, pour peu qu’elles doivent l’être ?

La marge peut aussi être explorée en rapport avec une norme. Elle devient alors un espace de contrainte ou de liberté dont l’artiste et l’homme de lettres s’emparent pour créer des œuvres alliant tradition et innovation. Comment auteurs, peintres, sculpteurs et architectes détournent-ils les codes et modèles afin de développer des formules inédites ? Comment les grammairiens établissent-ils les normes d’une langue, quelles en sont les conséquences sur les pratiques, littéraires mais aussi sociales (sociolectes), de cette langue ? Quelles résistances ces normes suscitent-elles ?

La marge peut aussi être interrogée dans sa matérialité, en tant que séparateur spatial, entre monde réel et espace fictif. Grotesques, architecture en trompe l’œil, tapisseries feintes – l’artiste transgresse avec ingéniosité la limite imposée par le cadre. C’est également dans l’espace paratextuel que le copiste ou l’imprimeur interagit avec les autres intervenants du processus de création et de réception du livre (corrections, gloses, instructions à destination de l’enlumineur, du graveur ou du lecteur ; colophons, lettres au lecteur) ; que le possesseur peut se faire connaître (marques d’appartenance, commentaires) ; que remanieurs et maîtres d’atelier, enfin, créent un véritable apparat destiné à faciliter l’interaction entre texte et lecteur (rubriques, tables des matières, titres courants).

À partir des objets et des disciplines qui leurs sont propres, les participant·e·s sont invité·e·s à proposer une réflexion sur la notion de marge et sur les notions sœurs que sont celles de limites, de confins ou de frontières, de même que sur la place que celles-ci occupent au sein de leurs recherches.

Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront être présentées en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Au terme de chaque session sera engagée, avec le public présent, une discussion que le comité organisateur souhaite résolument transdisciplinaire.

Modalités pratiques

Les propositions des doctorant·e·s, belges ou étranger·ère·s, sont attendues pour le 31 août 2019, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à l’UR Transitions (transitions.jd2020@gmail.com), en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant·e et celles du/de la (des) directeur·rice(s) de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse, l’intitulé de la communication, et un résumé d’une quinzaine de lignes de la communication proposée, rédigé en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Les doctorant·e·s seront informé·e·s des résultats de la sélection le 15 septembre 2019.

À l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’UR Transitions est heureuse d’annoncer que les déjeuners et les pauses café des deux journées seront offerts. Les frais relatifs au transport et au logement seront en revanche à charge des participant·e·s.

Comité organisateur : Giulia Barison, Alexandre Goderniaux, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Comité scientifique : Renaud Adam, Giulia Barison, Émilie Corswarem, Laure Fagnart, Alexandre Goderniaux, Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Source

https://cescm.hypotheses.org/11536

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

[Conférence labo junior “Épopées médiévales”]:Ursula Bähler, La chanson de geste vue par les pères fondateurs de la philologie romane, Lyon, 25.06

La quatrième conférence du laboratoire junior “Épopées médiévales : frontières, échanges, héritages” se tiendra à l’ENS de Lyon le mardi 25 juin de 14h30 à 16h30 (l’horaire a été modifié) (site Buisson-IFÉ ; salle D8-129). Nous accueillerons Mme le professeur Ursula Bähler de l’Université de Zurich qui offrira une réflexion sur la chanson de geste vue par les pères fondateurs de la philologie romane, en rapport, notamment, avec les notions de “Natur-” et “Volkspoesie” telles qu’elles ont été formulées par les romantiques allemands. 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

[soutenance de Thèse] : Aurélien Montel, “al-Andalus et le Maghreb à l’époque des Omeyyades de Cordoue. Réseaux d’échanges et ambitions impériales (IIIe/IXe-IVe/Xe siècles)”, Lyon, 06/07

Aurélien Montel soutiendra sa thèse de doctorat « al-Andalus et le Maghreb à l’époque des Omeyyades de Cordoue. Réseaux d’échanges et ambitions impériales (IIIe/IXe-IVe/Xe siècles) » (dir. Dominique Valérian, Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne) le samedi 6 juillet 2019 à 14h30, à Lyon (salle Marc Bloch, Maison des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e).


Le jury sera composé de Cyrille Aillet (Université Lumière-Lyon 2), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Sylvie Denoix (CNRS – Paris), Maribel Fierro (CSIC – Madrid), Emmanuelle Tixier du Mesnil (Université Paris Nanterre) et Dominique Valérian (Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse).

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement:Bourse d’aide à la recherche du Département de la Haute-Savoie (Date limite:30/09/2019)

Préambule

De nombreuses thématiques concernant l’histoire de la Haute-Savoie restant à explorer, le Département de la Haute-Savoie souhaite promouvoir les études s’appuyant sur des documents originaux conservés aux Archives départementales de la Haute-Savoie, et soutenir les étudiants engagés dans de tels projets de recherche.

Les étudiants éligibles

Sont éligibles les étudiants engagés dans un projet de recherche auprès d’un professeur d’université dans le cadre d’un Master II ou d’un doctorat en sciences humaines et sociales et dûment inscrits au titre de l’année universitaire en cours sans condition d’âge.

Le montant et la durée des bourses

Afin d’aider les étudiants dans leurs travaux de recherche, le Département attribue pour l’année 2019-2020, 1 à 3 bourses annuelles d’un montant de 1 000 Euros chacune pour des étudiants inscrits en Master II ou doctorat.

Dossier de candidature

Il comprend les pièces suivantes, qui sont à adresser aux Archives départementales avant le 30 septembre 2019 : 

  • Un curriculum-vitae ;
  • Un résumé en 2 pages du projet de recherche présentant la problématique retenue, accompagné d’une bibliographie et d’un état des sources à étudier mentionnant clairement la part représentée par celles conservées aux Archives départementales de la Haute-Savoie ; 
  • Un courrier du directeur de recherche recommandant l’étudiant et validant le projet ;
  • Une photocopie de la carte d’étudiant en cours de validité et du dernier diplôme obtenu ;
  • Une lettre d’engagement du candidat à effectuer ses recherches à partir de documents originaux conservés aux Archives départementales de la Haute-Savoie, à transmettre aux Archives départementales le résultat de ses recherches sous la forme d’un mémoire validé au format papier et au format électronique, à porter sur le mémoire et toute publication le logo du Département et la mention « avec le concours du Département de la Haute-Savoie », à informer le Département en cas de publication ;
  • Pour les candidats qui n’effectueraient pas leurs travaux en langue française, l’auteur s’engage à rédiger un article en français de l’ordre de 50 000 signes (10 pages). En cas d’abandon, de non-soutenance du Master II ou du doctorat ou de non fourniture du mémoire, le candidat s’engage à rembourser l’aide perçue ;
  • Un RIB.

Procédure et critères de sélection

Un comité d’attribution de bourses composé d’un conseiller départemental désigné par la commission permanente et de la directrice des Archives départementales étudie et sélectionne les dossiers de candidature et les présente devant la 4ème Commission Education, Jeunesse, Sport Culture, Patrimoine.

Les critères pris en compte sont les suivants : qualité du projet de recherche, aspect novateur des problématiques ou de l’angle du sujet choisi, excellence du candidat dans son parcours universitaire.

Les perspectives de communication

Le ou les lauréats seront invités à fournir un résumé de leurs recherches (1 page A 4 maximum) en sus du mémoire ; cette synthèse est destinée à figurer sur le site internet des Archives.

Le ou les lauréats seront sollicités pour présenter une synthèse de leur travail lors d’une conférence, ouverte au grand public, aux Archives départementales, en janvier 2021.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financements:Soutien aux travaux de recherche universitaires de la ville de Romans-sur-Isère (date limite:01/10/2019)

Préambule

La Ville de Romans-sur-Isère, au sein du Pays d’Art et d’Histoire Valence-Romans agglo, souhaite encourager les travaux de recherche en sciences humaines et sociales portant sur son histoire et son patrimoine, afin de contribuer à la connaissance et à sa diffusion auprès d’un large public

Les archives de la ville, et son riche patrimoine historique (18 Monuments Historiques, dont la collégiale Saint-Barnard, le calvaire des Récollets et la tour Jacquemart, propriété de la Ville ; un centre ancien classé « Secteur Patrimonial Remarquable ») offrent de riches ressources archivistiques, documentaires et patrimoniales susceptibles d’être exploitées dans le cadre de tels travaux.

La Ville de Romans-sur-Isère propose aux chercheurs un soutien financier sous forme d’une bourse annuelle d’un montant de 500 €, destinée à favoriser leur activité de recherche. Il est délivré une bourse par année universitaire.

Article 1 – Types de travaux de recherche soutenus

Le soutien porte sur des travaux de recherche universitaires de type master ou doctorat dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Les disciplines concernées prioritairement sont : l’histoire, l’histoire de l’art, la géographie, l’archéologie. Cependant, des projets menés dans d’autres disciplines telles que l’ethnologie, l’anthropologie, les lettres, les sciences politiques, l’histoire du droit, etc. peuvent également être présentés.

Article 2 – Utilisation des ressources de la Ville de Romans-sur-Isère

Les projets de recherche doivent prendre appui, au moins partiellement, sur les ressources archivistiques, documentaires et patrimoniales que la Ville (archives de la ville, mission Patrimoine Historique, Musée international de la Chaussure) met à disposition des étudiants et chercheurs.

Les équipes des archives (service mutualisé de l’agglomération de Valence-Romans) et de la Mission Patrimoine pourront être disponibles en amont et durant l’année universitaire pour accompagner l’étudiant dans la mobilisation de ces ressources.

Article 3 – Suggestion de thématiques

Les étudiants sont libres de choisir leur thématique de recherche.

A titre informatif, la Ville est actuellement particulièrement engagée sur les domaines suivants :

  • restauration de la tour Jacquemart, témoin des remparts médiévaux de la ville
  • histoire et architecture de la collégiale Saint-Barnard
  • peintures murales du Moyen-Age (collégiale, hôtels particuliers)
  • histoire de l’industrie de la chaussure dans la Ville (aspects sociaux, architecturaux et urbanistiques, techniques, mémoriels)
  • organisation d’un circuit de découverte des hôtels particuliers dans le centre ancien

Article 4 – Dossier de candidature

Les candidats doivent présenter un dossier comportant les pièces suivantes avant le 1er octobre 2019:

  • un CV
  • un projet rédigé d’une à deux pages présentant la recherche, ainsi qu’une bibliographie et qu’un état des sources faisant apparaître notamment les ressources des établissements de la Ville mises en œuvre pour la conduite du projet
  • une lettre de recommandation rédigée par l’enseignant-chercheur dirigeant la recherche
  • une attestation d’inscription valide pour l’année universitaire en cours (pièce à envoyer en septembre) – un RIB
  • une lettre de candidature et d’engagement

Le dossier doit être adressé à l’adresse suivante : mbellier@ville-romans26.fr ou à :

Ville de Romans-sur-Isère

Mission Patrimoine Historique

Place Jules Nadi

26100 Romans-sur-Isère

Article 5 – Critères de sélection des dossiers

Un jury examine les dossiers et décide de l’attribution des bourses et de leur montant. Il est composé de l’élu en charge du patrimoine, du directeur en charge du patrimoine, de la responsable de la valorisation du patrimoine, et des responsables des archives de la Ville.

Les critères d’attribution sont : la qualité du projet présenté, l’utilisation d’un corpus de sources primaires écrites et/ou orales, la maturité du projet, le niveau d’études universitaires, le souhait de l’étudiant de s’engager dans un processus de valorisation de ses recherches auprès du public.

Article 6 – Modalités d’attribution des bourses

Les résultats du jury de sélection seront diffusés avant fin novembre 2019, et le versement du montant de la bourse sera effectué avant la fin de l’année civile.

Dans le cas de travaux menés sur plusieurs années, la Ville peut reconduire son soutien au-delà de la première année, dans une limite de 1500 € par chercheur. Un nouveau dossier de candidature doit être présenté chaque année.

Article 7- Restitution des bourses en cas d’abandon

Si le candidat abandonne sa recherche ou ne fournit pas son mémoire à la Ville selon les modalités exposées à l’art. 6, il s’engage à rembourser à la Ville la somme perçue.

Article 8 – Engagement du candidat Le candidat s’engage en outre :

  • à faire figurer sur son mémoire le logo de la Ville et la mention « Publié avec le soutien de la Ville de Romans-sur-Isère »
  • à mentionner le soutien de la Ville lors de toute communication scientifique ou toute publication découlant de ses recherches
  • à déposer son mémoire de recherche auprès de la Mission Patrimoine de la Ville, après soutenance,sous forme électronique (et éventuellement papier, si l’étudiant le souhaite).

On entend par mémoire de recherche :

  • pour les étudiants en master 1, l’état de rédaction intermédiaire fourni en fin d’année
    • pour les étudiants en master 2, le mémoire définitif
    • pour les étudiants en thèse, un rapport de recherche annuel. Les étudiants fourniront également un exemplaire de leur thèse après soutenance (en version numérique et éventuellement papier)
  • à restituer le résultat de ses recherches sous la forme d’une conférence organisée en collaboration avec la Mission Patrimoine et les archives de Romans, et d’un article dont il autorise la publication.
  • à informer la ville en cas de publication de son travail sous une forme plus développée (ouvrage, article dans un périodique, site Internet).

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (06/06)

L’association Diachronies contemporaines organise cette année des rencontres de jeunes chercheurs et chercheuses en linguistique historique. Ces rencontres se tiendront à l’Université Jean Moulin Lyon 3 le 06/06/2019. Le but de cet événement est de réunir des jeunes chercheurs et chercheuses travaillant sur la diachronie des langues gallo-romanes, mais également sur le latin et les langues non-romanes présentes historiquement sur ce territoire.

Programme : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/4520/files/2019/05/Rencontres-lyonnaises-Affiche-et-programme.pdf

Lieu :

Université Jean Moulin Lyon 3, Amphithéâtre Huvelin.

15, quai Claude Bernard, Lyon 7

Pour plus de renseignements : https://diachro.hypotheses.org

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Conférence:Gianfelice Peron, pour le Labo Junior “Epopées médiévales : frontières, échanges, héritages”, Lyon, 22/05

Dans le cadre du labo junior ” Épopées médiévales : frontières, échanges, héritages”, M. le professeur Gianfelice Peron de l’Université de Padoue sera accueilli. Il abordera l’épopée à partir de considérations génériques et à partir de ses interférences avec les autres genres narratifs en ancien français

ENS de Lyon, 14h-16h, mercredi 22 mai 2019

Salle D-2-012

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Soutenance : Prunelle Deleville, Métamorphose des Métamorphoses, édition critique et étude littéraire des manuscrits Z de l’Ovide moralisé, Lyon, 13/06

Thèse présentée et soutenue en vue de l’obtention du doctorat ès Lettres et Arts, spécialité langue et littérature françaises du Moyen Âge sous la direction de M. Collet et Mme Possamai-Pérez

Le 13 juin 2019, à 14 heures

Salle des colloques (Bâtiment Erato), 18 quai Claude Bernard, 69007 Lyon

Devant un jury composé de

  • Président du jury : M. Jean-Yves Tilliette, Professeur honoraire, Université de Genève
  • Rapporteur : Mme Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeure émérite, Université Paris-Sorbonne
  • Rapporteur : M. Richard Trachsler, Professeur, Université de Zurich
  • Membre du jury : M. Olivier Collet, Professeur associé, Université de Genève
  • Membre du jury : Mme Marylène Possamai-Pérez, Professeure, Université Lumière-Lyon 2

“L’Ovide moralisé, texte du début du XIVe siècle, représente la première traduction et adaptation en français des Métamorphoses d’Ovide. Son auteur anonyme a également moralisé la matière ovidienne, en l’agrémentant d’allégories qui s’appuient sur les quatre sens de l’Écriture. Le texte nous est parvenu dans une vingtaine de témoins, composés entre le début du XIVe siècle et la fin du XVe siècle.Nous distinguons, parmi les copies tardives de l’Ovide moralisé, un groupe spécifique, appelé Z dans le stemma. Il est formé des codices : Berne, Burgerbibliothek, 10 (Z1) écrit après 1456 ; Paris, BnF, français 874 (Z2) copié en 1456 ; Paris, BnF, français 870 (Z3) composé autour de 1400 pour le texte et 1450 pour le décor ; Paris, BnF, français 19121 (Z4) probablement réalisé entre 1390 et 1410. Ces quatre manuscrits présentent une véritable réécriture du texte « original » : le remanieur modifie le récit de la fable, ajoute des expositions historiques qu’on ne lit pas dans les autres copies. Malgré ces points communs, les témoins Z3 et Z4 sont dépourvus d’allégories religieuses, alors que ces dernières ont été réintroduites dans Z1 et Z2. Ces quatre manuscrits présentent donc un moment fort intéressant dans la vie de l’Ovide moralisé

Notre édition critique se base sur le témoin Z3. Ce travail s’accompagne d’une étude linguistique pour mettre en lumière les spécificités de la langue à l’œuvre dans ce remaniement, d’une étude dialectale pour éclairer la production manuscrite, d’un examen des sources pour identifier les influences du remanieur, d’un glossaire pour faciliter la compréhension du texte et enrichir notre connaissance du moyen français. En outre, notre étude codicologique tente de cerner à quel lectorat sont destinées ces versions sans allégories religieuses et donc de mieux comprendre les différentes nuances de la vie intellectuelle et culturelle entre la fin du XIVe siècle et le début du XVe siècle. 

D’autre part, notre commentaire littéraire rend compte de l’originalité de ce remaniement. Son adaptateur n’a pas seulement élidé les allégories religieuses, mais il a aussi développé le niveau concret d’interprétation en ajoutant de nouvelles expositions historiques. Il a également modifié la traduction de la fable afin d’insister sur les thématiques qui intéressent et préoccupent son époque : la conception de l’amour, le statut de la femme. Il reconstruit surtout en profondeur le texte de façon à évacuer toute trace du dogme chrétien. Sa réécriture de l’Ovide moralisé se fait ainsi l’écho des goûts d’un certain lectorat en même temps que d’un débat sous-jacent autour du type de vérité — spirituelle ou uniquement concrète — à accorder aux fables païennes. Notre étude conjointe des témoins Z1 et Z2, dans lesquels les allégories ont été ajoutées, montre en effet que deux visions opposées de la lecture des textes antiques se côtoient. Cette approche de la vie de l’Ovide moralisé témoigne de la façon dont un texte est pétri des représentations de son époque, aussi bien esthétiques, idéologiques que philosophiques, et plus spécifiquement de celles de tel ou tel lecteur.”

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Post-doctorat : Institut historique allemand, 3 ans renouvelables (date limite : 20/05)

L’Institut historique allemand, centre de recherche de la fondation publique Max Weber – Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland, recrute au 1er septembre 2019 (négociable):

  1. un/e chercheur/se pour le département de recherche sur le Moyen Âge 
  2. un/e chercheur/se pour le département de recherche en histoire moderne 

L’institut, qui s’est donné la triple mission »Recherche – Médiation – Qualification«, œuvre dans le champ de l’histoire française, franco-allemande et ouest-européenne – de l’Antiquité tardive à nos jours – et joue un rôle de médiateur entre la France et l’Allemagne. Il s’est récemment enrichi de deux nouveaux axes de recherche: les humanités numériques et l’Afrique subsaharienne.

Nous recrutons au 1er septembre 2019 un/e chercheur/se (postdoc) pour les départements Moyen Âge et époque moderne. Il s’agit d’un poste à visée de qualification, la thèse d’habilitation par exemple, d’une durée de trois ans avec possibilité de prolongation jusqu’à maximum cinq ans. Le projet de recherche doit s’inscrire dans les thèmes de l’IHA, mais le sujet peut être défini librement par le ou la candidat/e.

Les tâches comprennent:

  • la réalisation du projet personnel de recherche,
    • la collaboration active au sein du département (organisation d’évènements scientifiques, évaluation des dossiers scientifiques, encadrement de boursier/ères, etc.),
    • collaboration active au sein de la rédaction des publications de l’IHA,
    • rôle d’interlocuteur/trice pour les chercheur/ses français/es et allemand/es pour l’époque concernée,
    • engagement au sein des groupes de travail au niveau de l’institut et de la fondation.

Profil requis:

  • un projet étoffé qui propose une démarche innovante dans les champs de recherche de l’IHA. Les approches interdisciplinaires, comparatives et/ou transculturelles sont particulièrement bienvenues, de même que les projets intégrant les humanités numériques,
    • une excellente thèse de doctorat en histoire,
    • une parfaite maîtrise de l’allemand ou du français et de bonnes connaissances de l’autre langue.

Nous proposons:

  • une grande latitude pour développer en autonomie un profil scientifique international par le biais d’événements, de coopérations avec des institutions partenaires, etc.,
    • une collaboration au sein d’une équipe dynamique,
    • une activité variée en plein cœur de Paris,
    • si les conditions sont remplies, la rémunération s’effectue selon la grille salariale du service public allemand – indice 13 (TVöD 13), avec une indemnité d’expatriation devant couvrir le différentiel du coût de la vie à Paris et une aide au loyer. Si ces conditions ne sont pas remplies, la rémunération s’aligne sur la grille indiciaire de rémunération locale de l’ambassade d’Allemagne à Paris,
    • un poste au sein d’une entité publique financée par le ministère fédéral de l’Enseignement et de la Recherche.

L’IHA promeut l’augmentation du nombre de femmes dans la recherche et invite donc explicitement les femmes qualifiées à présenter leur candidature. À qualifications égales, priorité sera donnée aux femmes, conformément aux directives fédérales en matière d’égalité entre les sexes. À qualifications égales, priorité sera donnée aux candidat/e/s handicapé/e/s.

Le poste est à pourvoir à Paris. L’IHA est un employeur soucieux de prendre en compte la vie familiale de ses employé/e/s. Vous trouverez sur notre site Internet des informations sur le service d’aide aux familles de l’institut ainsi qu’un guide sur le congé maternité, les modes de garde des enfants, le congé parental et l’allocation parentale en France et en Allemagne, tenant compte des particularités du lieu de séjour à l’étranger. Pour toute question sur la rémunération, la conciliation de la vie familiale et professionnelle ou sur le travail à l’étranger, nous vous invitons à contacter Mme Judith Mirschberger (jmirschberger@dhi-paris.fr ou +33 [0]1 44 54 23 81).

Pour les questions de contenu, veuillez vous adresser soit à M. Rolf Große (Moyen Âge: rgrosse@dhi-paris.fr) soit à M. Rainer Babel (époque moderne: rbabel@dhi-paris.fr).

Merci d’adresser votre candidature avec les documents suivants : lettre de motivation, CV, diplômes, attestations de connaissances linguistiques, coordonnées de deux personnes de référence ainsi que la description détaillée du projet de recherche (max. 25 000 caractères, espaces et bibliographie comprises) sous forme électronique à M. Thomas Maissen, bewerbung@dhi-paris.fr (dossier complet et réuni dans un unique fichier PDF) au plus tard le 20 mai 2019. Les entretiens se dérouleront les 4 et 5 juin 2019, sous réserve de modifications.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude : Journée d’étude des médiévistes de Grenoble, 13/05

La première journée d’études des médiévistes de Grenoble se tiendra le lundi 13 Mai 2019, de 9h à 18h, en salle Jacques Cartier et en salle 101 de la Maison des langues à l’UGA (campus Saint-Martin-d’Hères). “L’actualité de la recherche en médiévistique à Grenoble” est un événement issu d’une collaboration entre des doctorantes de Litt&Arts et du LUHCIE, il réunit doctorant·es, masterant·es, jeunes docteur·es et enseignant·es chercheur·ses autour de leurs intérêts de recherche. Cette journée se veut un temps d’échanges conviviaux qui nous permette de mieux connaître le travail de chacun·e et de faire vivre l’interdisciplinarité si essentielle à notre champ d’étude.

Pour favoriser le dialogue, des présentations courtes (10 mn) se succèderont, durant lesquelles chacun·e exposera l’une de ses découvertes récentes, une thématique de travail particulière ou l’état actuel de ses recherches.

Nous aurons par ailleurs le plaisir d’accueillir à cette occasion Térence de Monredon, chercheur indépendant en histoire de l’art. Spécialiste des décors peints des habitats médiévaux, il présentera une conférence inaugurale sur la fresque du Châtel de Theys.

La journée dans son ensemble est ouverte à tout public intéressé

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication, École internationale d’été”Understanding Mediterranean Collections”, Aix-en-Provence/Marseille, 8-17/07 (date limite : 06/05)

Coordination

Emmanuelle Chapron (MMSH-TELEMMe), Véronique Ginouvès (MMSH), Cyril Isnart (IDEMEC), Julien Loiseau (IREMAM), Aude Fanlo (MuCEM).

Présentation

La Maison méditerranéenne des sciences de lhomme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (IFPO), et dans le cadre du Réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), organise une école d’été internationale à Aix-enProvence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019. 

“Collections en Méditerranée / Understanding Mediterranean Collections” propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes. 

Les études méditerranéennes s’appuient sur des ensembles de sources – archives, imprimés, manuscrits, iconographie, objets, vestiges archéologiques, documents sonores et audiovisuels – conservés dans des bibliothèques, des dépôts d’archives, des musées, des bases de données numériques. Ces ensembles sont souvent utilisés par les chercheurs sans tenir compte de leur statut de collection. Or ces ensembles sont le fruit d’opérations de rassemblement, de tri, de conservation, de transmission, parfois de dispersions, de destructions partielles ou totales, de reconstitutions virtuelles ou matérielles. Leur histoire peut être ancienne, stratifiée, mal documentée, ou résulter d’initiatives récentes, chargées d’enjeux politiques et culturels très vifs. Leur traitement archivistique peut aussi les avoir transformées, en particulier lorsqu’elles ont été numérisées et que leur structuration en formats de données informatiques les a rendues plus accessibles, plus visuelles, plus facilement utilisables.

Comment la constitution des collections a-t-elle accompagné la construction et l’évolution de l’objet scientifique qu’est la Méditerranée ? Comment exploiter des collections constituées selon une logique propre, tout en renouvelant les questionnaires que l’on peut développer à partir d’elles ? Comment documenter l’histoire des collections disparues, dispersées, détruites par les catastrophes ou les conflits ? Peut-on retrouver les réflexes savants issus de la consultation de supports analogiques dans la recherche et l’usage des collections numériques ? Comment constituer, exploiter et transmettre de nouveaux corpus documentaires ?

Le propos de cette école d’été est d’aborder de front les problématiques scientifiques et professionnelles, de manière à faciliter le dialogue et la collaboration entre les milieux de la recherche et les milieux de la conservation et de la valorisation patrimoniale.

L’école se déroulera de la manière suivante:

  • des conférences de chercheurs ou de professionnels internationaux enrichiront la réflexion par l’analyse de situations relatives aux autres pays européens et de la rive sud-méditerranéenne.
  • des visites dans des collections aixoises et marseillaises, conçues à la fois comme des conférences guidées et comme des formations sur site, seront conduites par un binôme chercheur-professionnel.  
  • des ateliers méthodologiques encadrés par des chercheurs et des professionnels formeront les participants aux différentes modalités d’écriture employées dans l’analyse et la valorisation d’une collection (billet sur un carnet de recherche en ligne, livret de visite d’une collection, présentation sur le site de l’établissement, documentaire filmé ou montage sonore). Ces ateliers permettront aux participants de travailler à leur projet personnel qui sera présenté lors des séances de restitution. 
Disciplines

Histoire – archéologie – ethnologie – archivistique – humanités numériques – histoire de l’art – sciences de l’Antiquité

Organisation

L’école d’été aura lieu principalement dans les locaux de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) et du MuCEM (Marseille). Elle offre à tous les participants le logement en résidence universitaire, ainsi que les déjeuners. Les frais de déplacement, les petits déjeuners et dîners restent à la charge des participants (des cuisines collectives sont à leur disposition dans les résidences universitaires). Six bourses d’aide à la mobilité d’un montant de 250 € seront accordées sur demande motivée et après examen du dossier du candidat.

Conseil scientifique : Kmar  Bendana (professeur d’histoire contemporaine, Université de la Manouba, Tunisie), Sophie Bouffier (professeur d’histoire ancienne, directrice de la MMSH), Pietro Clemente (professeur d’ethnologie, Université de Sienne, Italie), Isabelle Dion (directrice par interim des ANOM), Émilie Girard (responsable du département des collections et des ressources documentaires du Mucem), Brigitte Marin (professeur d’histoire moderne, Aix Marseille Université), Michel Mouton (directeur de l’IFPO), Catherine Virlouvet (directrice de l’École française de Rome).

Sélection des participants

Le public visé est celui des jeunes chercheurs (Master, Doctorat), mais aussi chercheurs, enseignants-chercheurs et professionnels des institutions culturelles souhaitant se former aux problématiques de l’école d’été. L’école ne nécessite aucun savoir technique spécifique préalable. Les candidats seront sélectionnés sur la base d’un curriculum vitae (max. 2 pages) et d’une présentation (500 mots max.), en français ou en anglais, montrant le lien du projet de recherche ou de l’activité professionnelle avec les problématiques de l’école d’été. 

Renseignements et dépôt des candidatures : ecole-umc@mmsh.univ-aix.fr

Appel à Candidature et Programme de l’école d’été : http://www.mmsh.univaix.fr/News/Pages/Flash-306.aspx  

Date limite de candidature : 6 mai 2019

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Parution: Exégèse et lectio divina dans la péninsule Ibérique médiévale, Mélanges de la Casa de Velázquez.

Les études réunies ici examinent le tandem exégèse biblique / lectio divina dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge. L’observation d’un hiatus incite à reconsidérer cette relation : de la fin du VIIIe s. à la fin du XIIe s., aucun commentaire linéaire biblique n’y aurait été rédigé tandis que la lectio divina se maintient dans les communautés religieuses. Afin de mettre en perspective la question délaissée des choix présidant à la rédaction et à la circulation des textes exégétiques, historiens et philologues analysent dans ce dossier l’imbrication entre exégèse et lectio divina chez Isidore de Séville ou dans la prédication, ainsi que la circulation des œuvres et le déploiement de l’exégèse hors des finalités immédiates de la lectio divina. Un contrepoint met en évidence l’usage de ce tandem dans la polémique entre les trois religions du Livre.

Los artículos aquí reunidos pretenden ahondar en el binomio exégesis bíblica/lectio divina en la península ibérica medieval. La observación de un hiato cuestiona esta relación, en tanto que desde el final del s. VIII hasta el final del s. XII no se conoce ningún comentario lineal redactado en esta área, aunque la lectio divina se mantenga en las comunidades religiosas. A fin de ofrecer planteamientos sobre la elección que conduce a la redacción y a la conservación de los textos exegéticos, historiadores y filólogos analizan la imbricación entre exégesis y lectio divina en la obra de Isidoro de Sevilla o en la predicación, así como la circulación de los textos y el despliegue de la exégesis fuera de los objetivos determinados de la lectio divina. Un contrapunto pone de relieve el uso del binomio en la polémica entre las tres religiones del Libro.

Source : https://www.casadevelazquez.org/index.php?id=63&L=0&tx_cvzfe_books[book_uid]=461

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication : “Le Sahara précolonial : des sociétés en archipel”. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (date limite : 30/04)

Projet de publication proposé par Cyrille Aillet (Université Lumière Lyon 2), Chloé Capel (UMR 8167) et Élise Voguet (CNRS, IRHT).

Appel

Depuis une vingtaine d’années, la recherche sur l’histoire des peuples sahariens connaît un renouveau remarquable. La conception traditionnelle du Sahara prémoderne comme espace de frontière entre l’Afrique du Nord et le Sahel a été progressivement abandonnée au profit de l’idée que le Grand Désert constituait une aire autonome, à l’intérieur de laquelle s’opérait la jonction entre les deux Afriques (Loimeier, 2013, 54-76). Notre appel à contributions s’inscrit dans cette nouvelle dynamique en invitant historiens, archéologues et spécialistes d’autres disciplines à questionner la cohérence de cet espace culturel saharien, entre le haut Moyen Âge, où l’islam fait son apparition dans ces régions, et le xixe siècle, à la veille des poussées coloniales modernes. Le point de départ de notre réflexion est le constat d’une tension entre le caractère insulaire de ces sociétés et leur vocation cosmopolite, entre la discontinuité géographique du peuplement saharien et les formes de cohésion socio-culturelle qui peuvent en assurer l’unité relative, à l’image des archipels maritimes. En effet, si les régions comme le Tafilalt au Maroc (Capel, 2016a), le Touat (Voguet, 2017 et 2018) ou le bassin de Ouargla (Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) en Algérie, le Fezzan en Libye (entre autres Mattingly, Sterry, Edwards, 2015) ou les oasis du Kaouar au Niger (Vikør, 1999) peuvent être considérées comme des points névralgiques au sein d’un vaste réseau d’échanges et de rencontres transrégionaux, elles n’abritent pas moins des cultures vernaculaires d’une diversité et d’une richesse remarquables. De même, la grande mobilité de leurs habitants, notamment les marchands ou les lettrés, a donné lieu à la formation d’une véritable diaspora transsaharienne, marquée par une conscience et une mémoire de groupe qui peuvent être très fortes (Lydon, 2009, 340-400).

Les contributions, en interrogeant la pertinence de la notion d’archipel appliquée aux mondes sahariens, telle qu’elle a pu être également employée pour qualifier l’économie mondialisée actuelle (Dolfus, 1996, 25-30), devraient s’articuler autour de trois axes de recherche.

Le premier axe envisage le phénomène de la mobilité des oasiens sur la longue durée et celui de l’attraction de ces pôles de peuplement sahariens. Nous serons attentifs à la pratique du commerce à grande ou moyenne distance (Lydon, 2009 ; Mattingly et alii , 2017), aux migrations économiques ou sociales de groupes nomades vers les régions oasiennes (Cleaveland, 2002) et aux différents déplacements à des fins religieuses ou intellectuelles, tels que les pèlerinages ou les voyages « pour acquérir la science » (fī ṭalab al-ʿilm) des lettrés musulmans (Warscheid, 2017).

Le deuxième axe concerne l’organisation politique et sociale des différentes sociétés oasiennes. L’objectif est, d’un côté, de penser les organisations de peuplement et les formes d’exercice de pouvoir, notamment par la fabrique de structures institutionnelles à l’échelle locale (Warscheid, 2017), de l’autre, de sonder les relations que les régions oasiennes entretiennent entre elles mais aussi avec des acteurs politiques externes (méditerranéens et sub-sahariens principalement), qu’il s’agisse d’États ou de confédérations tribales (Cleaveland, 2002 ; Hassen, 1999 ; Amara, 2003). Ce thème sera aussi l’occasion de questionner le poids de ces interlocuteurs extérieurs dans la structuration politique et économique de ces archipels sahariens et dans l’émergence des grandes formations politiques sahariennes (Grémont, 2010) telles que l’Empire almoravide, le royaume de Ghāna ou les sultanats de Mālī, de Kānem ou de Borno.

Enfin, le troisième axe s’attache à une histoire de la production culturelle en milieu oasien, envisagée comme un processus d’appropriation créative de formes et de modèles allogènes par les populations locales, ou comme l’élaboration de modèles autochtones. Il s’agit d’interroger l’apparition de traditions littéraires (Rebstock, 2001 ; Hunwick, 2011 ; Steward, 2016) et la genèse d’une culture savante et religieuse musulmane (Osswald, 1993 ; Krätli & Lydon, 2011), mais aussi d’historiciser la culture matérielle oasienne, de l’artisanat à l’architecture (Vallat, 2014 ; Chekhab-Abudaya, 2016 ; Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) et le domaine des savoirs et des savoir-faire sahariens, notamment agricoles, techniques, symboliques et artistiques (Capel, 2016b). Dans ce cadre, nous serons particulièrement sensibles aux approches qui thématisent l’interaction entre l’oralité et l’écriture.

Calendrier

Les propositions d’articles, en français ou en anglais (4 000 signes maximum) sont à envoyer par courriel à cyrilleaillet@yahoo.fr avant le 01 septembre 2019.

Les auteurs recevront une réponse (article retenu ou non) dans le mois suivant.

Les articles rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45 000 signes devront être envoyés avant le 30 avril 2020. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication : dépasser la frontière, revue Frontiere·s (date limite : 10/06)

Frontière·s. Revue d’Archéologie, Histoire et Histoire de l’art se destine à offrir un espace de réflexion épistémologique en Open Access aux chercheur·se·s dont les travaux portent sur les sociétés antiques et médiévales autour du terme polysémique et débattu de « frontière ». Pour son numéro inaugural, « Dépasser la frontière  », la revue aborde les thématiques associées au franchissement des frontières, quelles qu’elles soient.

Présentation de la revue

À ce jour, peu d’espaces dédiés à la réflexion épistémologique sont disponibles en Open Access dans les sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge. C’est de ce constat que sont nés le laboratoire junior et la revue Frontière·s. Son objectif est de proposer à la communauté scientifique un support de publication rapide tout en garantissant la rigueur scientifique de l’évaluation par les pairs. Cette initiative est portée par de jeunes chercheurs de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, principal soutien du projet, en partenariat avec la Pépinière de revues de l’Université Jean Moulin (Lyon 3).

Dans les études menées sur les sociétés anciennes, la notion de frontière est bien souvent restreinte au sens de limite géopolitique. Pourtant, la polysémie du mot permet d’envisager une multitude de réflexions portant sur les modalités de séparation, concrètes ou abstraites, naturelles ou construites. C’est le sens de la revue Frontière·s : embrasser les différentes acceptions du mot frontière, en tant que limite, non seulement géophysique, étatique ou politique, mais aussi sociale, culturelle, symbolique, linguistique, métaphysique, etc. En d’autres termes, les contributions pourront interroger tous les éléments qui créent des séparations entre les individus au sein des sociétés antiques et médiévales.

Archéologues, historiens et historiens de l’art trouveront dans la revue un cadre pour appréhender la frontière comme objet transdisciplinaire. Celle-ci adoptera le format de synthèses semestrielles, articulées autour de grandes problématiques.

Appel en cours

Ce numéro inaugural propose aux auteur·e·s d’interroger le thème « Dépasser la frontière ». Toutes les acceptions du verbe « dépasser » pourront être abordées, sans restriction sémantique. On pourra l’entendre dans le sens de franchir, surmonter, transgresser, surpasser, etc. Le dépassement de la frontière induit ainsi un large spectre d’acteur·rice·s et de manifestations. Les auteur·e·s aborderont librement la question selon différentes approches :

  • Sémantique et discours
  • Culture matérielle et matérialité
  • Caractère volontaire ou subi du franchissement
  • Transgression de la Loi et des normes
  • Acteurs individuels et mises en réseaux
  • Rythmes, temporalités et dynamiques
  • Intermédiaires et agents
Modalité de soumission

Les auteurs adresseront leur contribution avant le 10 juin 2019 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les normes éditoriales sont disponibles ici.

Les normes bibliographiques sont disponibles ici

Source et contacts

Source : https://calenda.org/554434

Coordination du numéro : Vincent CHOLLIER (HiSoMA) et Gaëlle PERROT (HiSoMA)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts