Archives de catégorie : Actualités

[Séminaire en ligne] Jâhiliyya. Histoire et mémoire de l’Arabie préislamique, janvier-avril 2021

Séminaire animé par Eric Vallet (e.vallet@unistra.fr)
Jeudi, 11h-13h, S2 2021
Premier séminaire : 28 janvier
Inscription (pour recevoir le lien de connexion) : https://framaforms.org/inscription-seminaire-jahiliyya-1610827841

L’histoire de l’Arabie pré-islamique, désignée sous le nom d’« âge de l’ignorance » (Jāhiliyya) dans la tradition arabo-islamique a longtemps été écrite exclusivement à partir de sources arabes tardives, cherchant à exalter l’antiquité et les vertus des anciens Arabes, ou à blâmer leurs défauts. Les nombreuses découvertes d’inscriptions ou de vestiges matériels faites en Arabie au cours des dernières décennies et la prise en compte des sources orientales non arabes bouleversent cette histoire. Elles invitent non seulement à revisiter l’histoire de l’Arabie au VIe siècle mais aussi à revenir sur la façon dont le discours historique sur les anciens Arabes s’est construit et développé à partir du VIIIe siècle jusqu’à produire une véritable « invention de la tradition », nécessaires pour garantir l’unité culturelle et politique des maîtres de l’Empire islamique. Ce séminaire se propose d’alterner des séances de présentation et de discussion historiographique sur la base de dossiers d’articles ou de corpus de sources, et des interventions de chercheurs invités. Une participation active des étudiants est attendue.

28/01 : La Jāhiliyya comme question historique

04/02 : Écriture de l’histoire et conservation de la mémoire aux premiers siècles de l’Islam, entre oral et écrit, séance déplacée exceptionnellement de 16 à 18h

11/02 : La construction des discours sur l’Arabie préislamique (VIIe-VIIIe siècle)

18/02 : La construction des discours sur l’Arabie préislamique (IXe siècle)

04/03 : La construction des discours sur l’Arabie préislamique (Xe-XVIIIe siècle)

11/03 : Discours connectés : récits occidentaux et orientaux de la Jāhiliyya (XIXe-XXIe siècle)

18/03 : Les rois vaincus : histoire et mémoire de Ḥimyar

25/03 : Les rois vaincus : histoire et mémoire de Kinda

01/04 : Histoire et mémoire tribale : le cas de Ma‘add

08/04 : Quraysh : une mythologie mémorielle fondatrice15/04 : Une contre-mémoire ? Le cas des Hudhayl

22/04 : Fils d’Abraham ou d’Ismaël ?

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Webinar] The Oxford Pre-Modern Middle Eastern History Seminar, janvier-mars 2021

Tuesdays 5.30-6.30pm, via Zoom

Convenors: Edmund Herzig, Aslı Niyazioğlu, and Christian Sahner

This webinar series will explore various aspects of pre-Modern Middle Eastern history, including talks on early Islam, post-Mongol Iran, Medieval Armenia, and the Ottoman Empire. Each speaker will be joined by a respondent to discuss the themes of their talk. For full details on the individual webinars please see our programme. Registration links for the individual online events can be found below.

Programme and registration : https://ongc.web.ox.ac.uk/event/the-oxford-pre-modern-middle-eastern-history-seminar?fbclid=IwAR3NJNMW29xNU2AlHB7HfSkesdf3Y4Vm7Ay8IZjzvNHh28z9bInPHkDjueY

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Ties of Kinship and the Early Islamic Empire, ERC Embedding Conquest, Leyde, décembre 2021 (lim. 31 mars 2021)

Leiden, 6-8 December 2021

We invite submissions for an international conference on the language of kinship in Islamic(ate) societies before the modern period (622–1500 CE). The Embedding Conquest (EmCo) team has been investigating the social, political, administrative, religious, and economic ties that sustained strategies and mechanics of protection and dependency in the early Islamic empire, contributing to shaping imperial rule under the Umayyads and the Abbasids. As part of our project, we study how writers and document producers expressed vertical and horizontal relationships, including the use of family terms. We now invite other researchers to join in our conversation focusing on relational ties that were expressed primarily through or as kinship. This international meeting will be a venue for presenting new studies about practices, categories, and discourses through which kinship might

(i) connect individuals and groups to one another

(ii) contribute to binding an empire (or other large political entity) together.

We are interested in exploring how and when the language of kinship was implemented as a persuasive device, an operative category, and a problem-solving mechanism in premodern Islamic(ate) societies. When did the writers of our sources deploy kinship to describe or create group solidarity? What alternatives to kinship were used, instead, as a basis for expressing social cohesion? When was kinship construed for making claims? When was kinship invoked, and when was it deliberately omitted?

The conference will revolve around three major themes:

  • dynastic rule: presentations centered on caliphal and other ruling dynasties, sultanates, imamates, royal households, dynastic claims, and marriage politics;
  • family ties: presentations centered on kinship as part of family relations, households, consanguinity, adoption, property rights, and family law;
  • kinship outside the family: presentations centered on kinship as part of non-familial relations, tribal affiliation, spiritual kinship, slavery, clientship, and patronage.

We invite presentations showcasing new historical research and look for case-studies that may also address broader historical questions, fitting in any of those three themes. We aim at a collaborative discussion about expressions of kinship and social or political relationships, including relationships giving cohesion to state institutions, empires, or dynasties, while also allowing for alternative definitions of kinship and contested visions of empire. Presenters may either focus on particular contexts or take on the approach of comparative, interconnected, or global histories. We welcome a serious engagement with questions of method and/or theory, and we encourage the participants to be aware of recent anthropological perspectives on kinship. Important work on kinship, gender and reproduction in the modern Middle East has been conducted by Soraya Altorki, Soraya Tremayne, Soheila Shahshahani, and others. Authors who have recently engaged with kinship in historical studies of premodern societies include Jessica Coope, Eve Krakowski, and Martina Deuchler. Among ongoing research projects centered on kinship, we would like to signal one based at the University of Bristol and one based at the University of Haifa.

Interested speakers should submit an abstract (300 words) and a short bio to emco@hum.leidenuniv.nl by 31 March 2021. We welcome submissions from leading and junior scholars, advanced graduate students, and independent researchers. In the hope that it will be possible to travel and convene in person in Leiden, the organizers will cover the travel expenses  and accommodation of confirmed participants for the purposes and duration of the conference. The organizers are committed to gathering a diverse group of presenters and will strive to give more visibility to the work of scholars from traditionally underrepresented groups in academia.

For questions, please write to emco@hum.leidenuniv.nl or to c.palombo@hum.leidenuniv.nl.

Note: Confirmed presenters will be asked to share a draft version of their presentations for pre-circulation among the participants a month before the conference. Selected papers will be published in a volume after the conference.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Expectations of justice and political power in the Islamicate world (ca. 600-1500 CE), ERC Embedding Conquest, Leyde, octobre 2021 (lim. 1er mars 2021)

Leiden University, October 27-29, 2021

In the Islamicate world, as elsewhere, requests for just rule surface constantly as notions of justice are debated and contested. Exemplary rule can be sought in direct and open ways, through entreaties and demands, but also subversively through irony, flattery and satire. Expectations of justice can be pursued through reform or revolution, or via secession, utopianism and millenarianism. This conference, organised in the framework of the ERC-funded Embedding Conquest: Naturalising Muslim rule in the Islamic empire (600-1000) project, examines how such expectations of justice shaped political discourse and behaviour in the early and medieval caliphate (ca. 600-1500 CE).

Participants are asked to present a case study discussing how just rule was defined and what actions and reactions it precipitated in specific historical, geographical and cultural contexts (local, regional and imperial). How was just rule or, conversely, the abuse of political power understood and defined? What solutions were at hand to redress unjust rule or to institute just rule? How was the call for just rule theorised, and what values (scriptural, moral, customary) were invoked? What concrete actions followed from them? Case studies may discuss single instances initiated by individuals (petitions, speeches, literary works) or groups (utopian settlements, revolts) or long-term initiatives (organised, large-scale, revolutionary movements, institutions and structures to implement just rule). Discussion is not limited to Muslim debates and initiatives but can include any group or individual in the Islamicate world.

The following themes are expected to occur as conference panels and applicants are invited to indicate if one of these fits their topic especially well. Papers that do not fall clearly under one of these themes will still be considered as additional panels might be introduced based on submissions.

Expectations of justice as revolutionary action

When do ideas about just rule coalesce into political movements aiming to reconfigure society, including the composition of its political leadership? How are ideas about a just ruler connected to conceptions of a just society more broadly? And how is this realised through actions aimed at societal change? In other words should society change towards a just society, leading to just rule, or rely upon a just ruler to lead and build a just society? Can a society become just without a (just) ruler?

Getting rid of unjust rulers

The idea that justice will prevail when an unjust ruler is removed from power raises interesting questions. When is it permitted to remove a ruler by force or even kill him/her? How is a ruler “made” or presented as unjust in order to allow his/her removal? What characteristics should the just ruler have in order to implement just rule and thereby create a just society? Is it enough to remove the unjust ruler or does an alternative ruler need to be installed?

Calling on rulers to be just

Courtiers, competitors for power, but also humble citizens can step forward to show rulers exemplary behaviour by telling stories, relaying anecdotes or writing treatises, such as mirrors for princes. Sometimes this is done at the instigation of the ruler, as an invitation to offer some slight suggestions for improvement. Whether brought forward from within the governing circle or from outside, criticism can, in fact, become fiercer through the use of satire.

Transparency and anti-corruption

Rule is embodied in more than the ruler alone. When the system that underpins political rule and governance is perceived to be unjust, how should it be repaired? When is unjust rule in fact considered to inhere in the system rather than in the ruler at the top, and why does this happen? Who is responsible and capable for cleaning up or checking on the system to keep it just? How are officials and civil servants who serve political rule kept just? And what constitutes justice in the ruling apparatus for those involved in it and those ruled by it, i.e. by the officials themselves and by the subjects governed by it?

Alternative systems of justice

When the political order does not offer the kind of just treatment that is expected, can people turn to alternative channels such as mediation, petitioning, patronage? How are such alternative justice offerings created and maintained? Do they exist in competition with the state or in co-operation with it? How is justice guaranteed and upheld in these alternative structures?

We invite paper proposals of 250 words to be submitted by 1 March 2021.

We welcome submissions from leading and junior scholars, advanced graduate students, and independent researchers. The organizers are committed to gathering a diverse group of presenters and will do their best to give more visibility to the work of scholars from traditionally underrepresented groups in academia, including but not limited to junior scholars.

Please send your proposal to: emco@hum.leidenuniv.nl

The papers are to be published in a collected volume.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Soutenance de thèse] Marco Conti, « Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) », 11 janvier 2021, 14h (visioconférence)

Le lundi 11 janvier 2021, à 14 heures en visioconférence, Marco CONTI soutiendra sa thèse, intitulée  » Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) » et dirigée par Jean-Louis GAULIN.

Membres du jury : Jean-Louis GAULIN (Université Lyon 2), Armand JAMME (CNRS), Anne LEMONDE (Université́ Grenoble Alpes), Patrizia MAINONI (Studiosa dell’Università di Padova) et Giuliano MILANI (Université Gustave-Eiffel).

Source : CIHAM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Conversion to Islam in the Premodern Age A Sourcebook, University of California Press, 2020.

Éditeurs : Nimrod Hurvitz, Christian C. Sahner, Uriel Simonsohn, Luke Yarbrough

Rights: Available worldwide
Pages: 382
ISBN: 9780520296732
Trim Size: 6 x 9
Illustrations: 2 maps

Conversion to Islam is a phenomenon of immense significance in human history. At the outset of Islamic rule in the seventh century, Muslims constituted a tiny minority in most areas under their control. But by the beginning of the modern period, they formed the majority in most territories from North Africa to Southeast Asia. Across such diverse lands, peoples, and time periods, conversion was a complex, varied phenomenon. Converts lived in a world of overlapping and competing religious, cultural, social, and familial affiliations, and the effects of turning to Islam played out in every aspect of life. Conversion therefore provides a critical lens for world history, magnifying the constantly evolving array of beliefs, practices, and outlooks that constitute Islam around the globe. This groundbreaking collection of texts, translated from sources in a dozen languages from the seventh to the eighteenth centuries, presents the historical process of conversion to Islam in all its variety and unruly detail, through the eyes of both Muslim and non-Muslim observers.

Table des matières: 2020_Book_co_edited_Conversion_to_Islam

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire d’archéologie médiévale du Ciham] – Thèses récentes et actualités de la recherche en archéologie médiévale – 07/01/2021

Le jeudi 7 janvier se tiendra la prochaine séance du séminaire d’archéologie médiévale du CIHAM, coordonnée par Damien Martinez (Univ. Lyon 2) et Laurent Schneider (CNRS/EHESS).

Le séminaire se déroulera à distance, de 14h à 17h. Lien de connexion à demander par mail aux organisateurs.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Allocations de formation et de recherche] Ministère de la Culture, Direction Générale des Patrimoines, AFR 2021 [Date limite candidature : 12 février 2021]

Critères d’attribution
 

Ces allocations sont accordées à des travaux de Master 1, Master 2 et Doctorat consacrés à une recherche sur trois domaines de compétence de la direction générale des Patrimoines : Archéologie, Inventaire général du patrimoine culturel et Monuments historiques. Les sujets concernant le domaine des Musées ou celui de l’Architecture en tant que création contemporaine ne sont pas éligibles.

L’attribution des allocations résultant d’une commission centralisée et interdisciplinaire, il est inutile de candidater sur plusieurs domaines à la fois.

Ces allocations ne sont pas accordées selon des critères sociaux : elles correspondent à une aide de financement pour un travail de recherche.

Pour les sujets d’intérêt territorial, les candidatures doivent être revêtues de l’avis préalable obligatoire du service patrimonial correspondant et géographiquement compétent (Archéologie : SRA ; Inventaire général : SRI ; Monuments historiques : CRMH ou ACMH ; cfr. annuaire en annexe du Formulaire du candidat). À l’issue de leur recherche, les étudiants produisent un rapport. L’utilisation de ces bourses est contrôlée, les travaux sont suivis par les services ayant présenté les demandes et, le cas échéant, publiés.

Les bourses permettent, dans certains cas, de pallier l’absence de ou le moindre financement des filières de formation universitaires pour des disciplines dont l’enseignement est apparu relativement récemment et dont les méthodes d’investigation sont complémentaires.

L’attribution des allocations peut également faire partie d’une politique d’accompagnement d’autres actions : dans le cadre de convention passées entre les universités et les services régionaux de l’Archéologie, les bourses permettent d’assurer la participation d’étudiants spécialisés à des projets de recherches précis intéressant ces services.

Les allocations de formation et de recherche allouées par la direction générale des Patrimoines sont d’un montant mensuel moyen de 915 euros pour une durée allant de 1 mois à 9 mois maximum. Leur renouvellement deux années consécutives reste tout à fait exceptionnel et doit être dûment motivé. Enfin, les dossiers de candidats ne bénéficiant d’aucun autre dispositif de soutien financier analogue seront évalués de façon prioritaire.

CRITERES D’ ATTRIBUTION_AFR 2021_VF

Formulaire du candidat_AFR 2021_VF
 
Modalités d’envoi des candidatures

Les candidatures constituées des formulaires de demandes d’allocations complétées et signées, accompagnées des pièces jointes et de l’avis du responsable du service patrimonial territorialement compétent (SRA, CRMH, SRI), sont à retourner sous format numérique exclusivement et par les demandeurs, avant le vendredi 12 février 2021 

à l’attention de Mme Carole Giovannetti : carole.giovannetti@culture.gouv.fr

 

Source : Christian Cribellier et Nicolas Payraud via Serge Pinche

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Hervé Mouillebouche, Delphine Gautier et Nicolas Faucherre (dir.), Le château de fond en comble. Hiérarchisation verticale des espaces dans les châteaux médiévaux et modernes. Actes du septième colloque international au château de Bellecroix, 18-20 octobre 2019, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 2020, 632 p.

Présentation et table des matières sur le site de l’éditeur, CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Offre de contrat doctoral] Vitium, defectus, macula. Le corps « incapable » dans la pensée juridique de l’Occident médiéval latin (XIIe-XVe s.), Université d’Angers, 1er avril 2021-31 mars 2024 [Date limite candidature : 15 janvier 2021]

Présentation

Dans le cadre du programme Fil_IAM, un financement de 36 mois est réservé à la conduite d’une recherche doctorale sur les questions relatives aux « vices » et « défauts » des corps dans les productions normatives médiévales.

Dates prévisionnelles du contrat : 1er avril 2021-31 mars 2024

Sujet : Vitium, defectus, macula. Le corps « incapable » dans la pensée juridique de l’Occident médiéval latin (XIIe-XVe s.)

Pour structurer la réflexion sur les régimes de filiations « à défaut » et les enjeux normatifs et sociaux à penser et vivre le handicap juridico-social et/ou physique, un séminaire « Corps empêchés » est programmé à raison de trois séances par an pendant le temps du contrat doctoral. Ainsi, le ou la doctorant.e bénéficiera de l’animation de la recherche rendue possible par ces rencontres pluridisciplinaires régulières. Il.elle pourra également être associé.e aux actions de recherche engagées dans les autres axes du programme Fil_IAM (https://anr.fr/Projet-ANR-19-CE41-0004).

Le ou la doctorante sera par ailleurs membre à part entière du laboratoire TEMOS et participera aux différentes activités de l’unité, spécialement au sein de l’axe 1 : Enfance, Genre, Traces de soi (https://temos.cnrs.fr/le-laboratoire/).

Calendrier et procédure

Pièces à envoyer avant le 15 janvier 2021 à carole.avignon@univ.angers.fr et mireille.loirat@univ-angers.fr :

  • un curriculum vitae académique
  • une lettre de motivation
  • la version électronique (.pdf) du mémoire de Master-2 (ou équivalent)

Descriptif complet de l’offre de contrat doctoral en pdf

Source : https://filiam.hypotheses.org/36

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Samuel Hayat, Corinne Péneau et Yves Sintomer (dir.), La représentation avant le gouvernement représentatif, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 372 p.

Ce livre souligne le rôle joué par la représentation symbolique dans les pratiques politiques et il éclaire, à partir d’une large palette d’exemples, les pratiques parlementaires médiévales et modernes. Il étudie les différentes manières de représenter le peuple par des procédures inscrites dans la loi ou, au contraire, apparues lors de périodes de révoltes. Ces contributions d’historiens et de politistes spécialistes de la représentation politique au sein d’espaces variés (France, Aragon, Saint-Empire, Suède, péninsule italienne, Chine, etc.) aux époques médiévale et moderne invitent à mieux évaluer, par contraste, la signification de la démocratie représentative contemporaine.

Table des matières et autres informations pratiques sur le site de l’éditeur, les Presses universitaires de Rennes

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Marc Suttor (éd.), Les espaces frontaliers de l’Antiquité au XVIe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2020, 256 p.

Présentation

Ce volume comporte neuf communications données à l’occasion d’un colloque international organisé par le CREHS (Anne Gagey, Pierre Schneider, Marie-Odile Laforge-Charles et Stéphane Lebreton), qui s’est tenu à l’université d’Artois les 15 et 16 octobre 2014. Le grand intérêt des communications a poussé plusieurs collègues à en souhaiter l’édition. L’intérêt de cet ouvrage consiste à confronter différents champs disciplinaires sur la notion de frontière au sens propre comme au sens figuré : frontière linguistique, religieuse, économique, sociale, géographique, culturelle, artistique, religieuse et naturellement politique. On y trouvera dès lors des contributions (3 pour l’Antiquité, 6 pour le Moyen Âge) portant sur l’histoire, la géographie, l’’histoire de l’art, l’archéologie et les religions, mais aussi des études linguistiques et culturelles. La définition et la perception de la frontière sont envisagées comme une zone de rencontres, d’échanges, de regroupements mais aussi comme une zone de confrontation ou de fracture politique, religieuse, militaire.

Table des matières en pdf

Source : Artois Presses Université

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Le genre des célibats, Paris, septembre ou octobre 2021 [Date limite propositions : 1er mars 2021]

Présentation et argumentaire

Si la question du célibat apparaît en filigrane dans les travaux liés au mariage et à la vie familiale et conjugale, ce colloque, organisé par Juliette Eyméoud (EHESS) et Claire-Lise Gaillard (Paris 1, CRHXIX), avec le soutien financier de la Cité du Genre, IdEx Université de Paris, ANR-18-IDEX-0001, lui donnera la première place. Refusant une définition en négatif de l’alliance, définition qui passe forcément à côté de toutes les nuances et complexités du célibat, ces deux journées pluridisciplinaires seront l’occasion de bâtir un outillage théorique commun.

L’historiographie anglosaxonne s’est intéressée de longue date aux célibataires, du Moyen-Age à l’époque contemporaine, toutes classes sociales confondues, hommes comme femmes (Amy M. Froide, John G. MacCurdy). En France, c’est le courant de l’histoire des femmes qui a majoritairement orienté la recherche sur le célibat (Arlette Farge, Cécile Dauphin). Ce dernier a donc fait l’objet d’études portées sur les XIX e et XX e siècles et a quelque peu délaissé le célibat masculin. L’histoire religieuse s’est en revanche penchée sur ce thème, dans une approche à la fois théologique (Nicole Grévy-Pons) et sociale (Myriam Deniel-Ternant, Cindy-Sarah Dumortier). Le célibat est pris dans un ensemble de représentations forgées par notre modernité occidentale qui a fait du couple le modèle normatif. Les sociologues, en allant à la rencontre des célibataires, ont témoigné de leur triste solitude, des difficultés économiques et des stigmates sociaux qui peuvent accompagner cette condition (Pierre Bourdieu, Marie Bergström, Françoise Courtel et Géraldine Vivier). En créant le dialogue entre les disciplines, entre les périodes historiques et les aires culturelles, ce colloque souhaite montrer la pluralité des situations de célibat. Une confrontation des célibats féminins et masculins devrait également permettre de sortir des stéréotypes du vieux garçon et de la vieille fille.

 

Trois axes envisagés

  • 1. Définitions et typologie du célibat : un célibat, des célibats ?

Ce premier axe visera à définir l’objet « célibat » en évitant l’écueil de la définition en négatif. Il faudra s’attacher à identifier la construction historique du célibat comme catégorie juridique, sociale et littéraire. Les dimensions institutionnelles et juridiques en seront un point de départ.
Les communications seront amenées à dresser une typologie des célibats en distinguant plusieurs variables. On isolera par exemple le célibat temporaire dans l’attente d’un mariage, du célibat de circonstance lié à une activité professionnelle, ou encore du célibat définitif et systémique.
Il faudra également redessiner les frontières poreuses du célibat avec le veuvage, la prostitution, le divorce, la jeunesse et la sexualité prénuptiale.
Les variations de genre face aux différents célibats formeront un angle important de notre approche. Le dialogue transdisciplinaire et la confrontation des différents outils méthodologiques devraient permettre d’interroger les définitions possibles du célibat.

 

  • 2. Vivre le célibat au sein des structures sociales et familiales

Ce deuxième axe étudiera le célibat à hauteur des trajectoires individuelles au sein des structures familiales. La place des célibataires dans ces structures doit, là encore, se décliner au pluriel car la valeur accordée au couple et les logiques d’alliance varient selon les aires culturelles et les périodes historiques.
Le célibat selon qu’il est subi, accepté ou revendiqué façonne différemment les vies des hommes et des femmes. Le célibat structure-t-il plus ou moins profondément la vie sociale, professionnelle ou familiale selon le genre et l’âge des individus ? Intériorisation, rejet ou stratégies de contournement, quelles marges les célibataires ont-ils/elles face aux normes et stéréotypes qui pèsent sur eux/elles ?

 

  • 3. Intimité, sexualité, vie affective des célibataires

Le troisième axe s’intéressera aux intimités célibataires. Le célibat peut être considéré comme une variable pour étudier les sexualités et vécus affectifs des individus, des relations individuelles aux amitiés collectives. C’est en somme l’ensemble du régime d’intimités du célibat qui pourra être étudié.
Le regard médical sur le corps des hommes et femmes célibataires pourra faire l’objet d’une attention particulière. Nous espérons également entrer en dialogue avec les recherches en psychanalyse et en psychologie.

Modalités de soumission des propositions

Un projet de communication, clairement rattaché à l’un des trois axes, et qui ne dépasse pas 3 000 caractères ;
Une courte notice biographique (discipline et champs de recherches, publications).

Le tout est à envoyer avant le 1er mars 2021, aux adresses suivantes :

Le colloque se tiendra sur deux jours, à Paris, en septembre ou octobre 2021. Etant tributaires des circonstances sanitaires, nous attendons d’en savoir plus pour fixer un lieu et une date précise.

Source : CRH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] François Blary et Jean-Pierre Gély, Pierres de construction, Paris, Editions du CTHS, 2020, 288 p.

Présentation

La pierre de construction est dotée d’une riche histoire. Utilisé depuis l’Antiquité, ce matériau noble et solide a connu un renouveau ces trente dernières années grâce aux nouvelles techniques d’extraction et de taille. Son usage s’est ainsi étendu à des édifices plus variés malgré la concurrence croissante du béton et du verre.
Indispensable à la restauration des monuments historiques, la pierre naturelle doit apporter la preuve de ses qualités écologiques et de sa rentabilité pour garantir son avenir dans une démarche de développement durable.
Cet ouvrage illustré recense les nombreuses ressources lithiques du sous-sol français et retrace l’évolution de leur circuit jusqu’à l’exploitation de plus en plus réglementée dans les carrières et chantiers. En croisant les approches complémentaires des géologues, archéologues et historiens, il permet d’accéder à une compréhension globale de l’économie et de l’aventure du bâti en France et en Europe.

Table des matières en pdf
Source : Editions du CTHS

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Présence de Juvénal, colloque, MSH Clermont-Ferrand, 18-20 novembre 2021 [Date limite propositions : 28 février 2021]

Présentation

COLLOQUE PRÉSENCE DE JUVÉNAL
organisé les 18, 19 et 20 novembre 2021
à la MSH de Clermont-Ferrand par le CELIS et le Centre de recherches André Piganiol-Présence de l’Antiquité sous la direction de Fabrice GALTIER et Rémy POIGNAULT

Argumentaire

Le colloque Présence de Juvénal se situe dans le sillage des précédentes réunions scientifiques issues de la collaboration établie depuis longtemps entre le CELIS et le centre André Piganiol-Présence de l’Antiquité, dont l’objectif est la réception de l’Antiquité.
Il s’agit, en l’occurrence, d’explorer la réception des Satires de Juvénal, œuvre dont le rayonnement et l’influence suscitent depuis quelques années un regain d’attention. En 2005, le Cambridge Companion to Roman Satire en réinterrogeait déjà certains aspects. Mais l’intérêt pour cette question s’est accru depuis, comme en témoignent, en Italie, le colloque qui s’est tenu en 2014, Giovenale tra storia, poesia e ideologia, dont les actes ont été publiés par A. Stramaglia, S. Grazzini et G. Dimatteo (Berlin/Boston, De Gruyter, 2016) et celui qui est prévu à Aquino en mars 2021 sur La fortuna di Giovenale nella letteratura europea, centré surtout sur la littérature italienne, en France, la journée d’études organisée par H. Casanova-Robin et S. Grazzini en mars 2019 sur « La satire de Juvénal et sa postérité », et, tout récemment, le colloque « De la satire à la juvénale : formes et enjeux de la satire chez Rétif de la Bretonne », qui soulignait la filiation entre le satiriste romain et l’auteur français. Cependant, ce vaste champ d’exploration n’a jusqu’ici fait l’objet d’aucune véritable enquête d’ampleur. L’angle d’approche choisi pour la mener à bien concerne, au-delà du seul genre satirique, l’apport de Juvénal à l’expression littéraire des réalités, thèmes ou idées qu’il entend représenter et la manière dont cet apport a été perçu, traduit ou assimilé dans la culture occidentale.
Les principaux axes de réflexion, à titre indicatif, sont les suivants :
– Juvénal et la satire : son rapport au genre et à ses prédécesseurs (Théophraste, Lucilius, Horace, Perse…) ; son influence sur les auteurs de satires (Mathurin Régnier, Théophile de Viau, Boileau, Johnson…)
– Les apports de Juvénal à l’écriture satirique dans l’Antiquité et au-delà, sa réception et son influence : Lucien et la seconde sophistique, les textes satiriques chrétiens (Tertullien, Commodien, Arnobe, Lactance, Prudence, Claudien…), Agrippa d’Aubigné, La Bruyère, Quevedo, Rétif de La Bretonne, Victor Hugo, Léon Bloy, Barbey d’Aurevilly, Octave Mirbeau, Paul Léautaud…
– La satire de Juvénal au carrefour des genres littéraires : épopée (Juvénal et Virgile…) ; histoire (Juvénal et Tacite…) ; philosophie ; rhétorique ; théâtre…
– Juvénal et l’empire romain :

. la réalité de l’empire au prisme du regard du satiriste

. Juvénal inspirateur d’images de l’empire romain dans la littérature et les arts à l’époque moderne et contemporaine

– Éditions, traductions, gloses de Juvénal…


Comité scientifique

– Frédéric Duplessis, ENS de Lyon
– Fabrice Galtier, Université Clermont Auvergne, CELIS
– Stefano Grazzini, Université de Salerne
– Catherine Notter, Université de Strasbourg
– Rémy Poignault, Université Clermont Auvergne, CELIS
– Antonio Stramaglia, Université de Bari

Comité d’organisation

– Grégoire Blanc, doctorant sous contrat, CELIS
– Fabrice Galtier
– Rémy Poignault


Les actes du colloque feront l’objet d’une publication dans la collection « Caesarodunum » du Centre de recherches André Piganiol-Présence de l’Antiquité.


Prière d’adresser le titre de votre proposition de communication avec un bref résumé à fabrice.galtier@orange.fr et remy.poignault1@orange.fr avant le 28 février 2021.

Présence de Juvénal- appel à communication en pdf

Source : Frédéric Duplessis

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Christiane Klapisch-Zuber, Mariages à la florentine. Femmes et vie de famille à Florence (XIVe-XVe siècle), Paris, Éditions de l’EHESS/Éditions Gallimard/Éditions du Seuil, 2020 (« Hautes Études »), 216 p.

Présentation

Les femmes de la Renaissance florentine régnaient-elles sur la ville, comme tant d’images du Quattrocento et d’historiens depuis le XIXe siècle l’ont suggéré ? Cette vision idéalisée est-elle confirmée par la documentation historique touchant aux rapports de genre et à la vie familiale ?

En Toscane, dans la pratique, les femmes ne sont pas encouragées par le droit et la coutume à investir ou à gérer de façon autonome leurs affaires. La tradition confine les femmes dans la sphère domestique. Même les missions qui sont le plus volontiers abandonnées aux mères, l’éducation des tout-petits par exemple, tombent sous le feu de la critique des clercs. Christiane Klapisch-Zuber suit le fil de la vie des Florentines avant, pendant et après leur mariage. En étudiant les représentations mentales et figurées, elle éclaire les multiples facettes de la domination masculine dans une société renaissante où l’écriture et la culture sont largement partagées par les maris, mais encore fort peu par leurs sœurs et leurs épouses. L’historienne nous conduit ainsi, au-delà des témoignages et des images de l’époque qui sont presque toujours produits par des hommes, au plus près de la vie des femmes et de la manière dont elles ont vécu, entre exclusion et intégration.

Sommaire

Introduction

PREMIÈRE PARTIE : Avant le mariage

Chapitre premier. Le concubinage

Chapitre II. La constitution d’une dot

Chapitre III. L’entrée au couvent

Interlude. Les noces

DEUXIÈME PARTIE : Pendant le mariage

Chapitre IV. Les écarts somptuaires

Chapitre V. La richesse des femmes et ses représentations

Chapitre VI. L’éducation par l’image

Chapitre VII. L’éducation par les femmes

TROISIÈME PARTIE : Après le mariage

Chapitre VIII. La dissolution du couple

Chapitre IX. Les missions de la veuve

Chapitre X. Que transmettre?

Épilogue

Notes

Bibliographie

Remerciements

Index

Références des publications reproduites ou utilisées

Table et crédits des illustrations

 

Source : EHESS et Editions de l’EHESS

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à candidatures] Prix de thèse Moyen-Orient et mondes musulmans 2021 [Date limite candidature : 8 janvier 2021]

Appel à candidatures en pdf

Le GIS Moyen-Orient Mondes musulmans du CNRS et l’Institut d’étude de l’islam et des sociétés du monde musulman (IISMM-UMS2000) organisent en 2021 quatre prix de thèse ciblés ayant trait au Moyen-Orient et aux mondes musulmans. Sont éligibles des travaux soutenus en français ou en France entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2020, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales.

 

Quatre prix seront attribués et remis solennellement à l’occasion du Congrès du GIS à Aix-en-Provence fin juin 2021 :

  • Le prix Relations internationales/Sciences politiques,
  • Le prix Rémy Leveau, sur l’islam en France et en Europe soutenu par le Bureau central des cultes (BCC), du ministère de l’Intérieur,
  • Le Prix de la thèse francophone sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans,
  • Le prix Langues et littératures du Maghreb et du Moyen-Orient en partenariat avec l’Association française des arabisants (AFDA).

 

Conditions générales de candidature :

  • Avoir soutenu entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2020 une thèse en français ou en France sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en lettres et sciences humaines et sociales. Cette thèse doit avoir un rapport avec les domaines des prix indiqués ci-dessus : science politique (Maghreb, Moyen-Orient, mondes musulmans), relations internationales, politique comparée, islam en France, islam en Europe, langues et littératures du Maghreb et du Moyen-Orient (toutes langues). Pour le prix de la thèse francophone, se reporter aux conditions particulières infra.
  • Avoir envoyé un dossier complet par mail selon les modalités ci-dessous, au plus tard le
    8 janvier 2021.

 

Conditions particulières pour le prix de la thèse francophone :

  • Le ou la candidat.e, doit être citoyen.ne d’un des quatre pays suivants : Libye, Algérie, Maroc, Tunisie et doit avoir soutenu sa thèse en français, soit dans son pays, soit en France même, dans les délais indiqués ci-dessus et sur quelque sujet que ce soit ayant trait au Maghreb, au Moyen-Orient et aux mondes musulmans, dans toute discipline des lettres ou des sciences humaines et sociales.
  • Il convient de noter que si son dossier remplit les critères requis, un.e candidat.e au prix de la thèse francophone est éligible aux autres prix.

 

Composition du dossier :

  • Un exemplaire électronique de la thèse au format PDF.
  • Deux exemplaires du rapport du jury au format PDF. Pour les universités étrangères où il n’existe pas de rapport, prière de joindre deux lettres de recommandation : la première du directeur ou de la directrice de thèse, la seconde d’un.e autre universitaire.
  • Un CV et une liste des publications au format PDF.
  • Pour les candidat.e.s éligibles au prix de la thèse francophone, une preuve de nationalité (photocopie de la carte d’identité ou passeport).

 

Dossier à envoyer :

  • par e-mail (thèse en PDF, rapport de soutenance, CV, (le tout étant si possible compressé) : prix.momm@gmail.com
 
Appel à candidatures en version pdf

 

Source : Cyrielle Michineau, Secrétaire générale du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contribution] Aux frontières des genres, revue Frontières (lim. 20 juin 2021)

Coordination : Loubna Ayeb, Élise Pampanay

Au croisement de plusieurs champs disciplinaires comme la sociologie, l’histoire et l’anthropologie, les études de genre interrogent les limites identitaires de chacun·e. Construction sociale propre à chaque culture et chaque groupe humain, la notion de genre est au cœur des normes sociales qu’elle contribue à définir et redéfinir. A travers les cultures et les époques, les genres et les sexes ont rarement été limités à la seule dualité masculin-féminin. Dans ce numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’intéresser à ce qui se situe sur ce spectre mais aussi au-delà de cette frontière binaire du genre. Peuvent être appréhendés, à la liberté des auteur·rice·s, les axes suivants : transidentité, androgynie, intersexuation, fluidité, travestissement, castration, etc. Les articles pourront aborder ces thèmes et d’autres à travers les sources archéologiques, épigraphiques, iconographiques, par l’étude des mythes ou des constructions sociales, mais aussi questionner le regard porté par les études historiques et archéologiques modernes sur le genre et la sexuation dans les sociétés anciennes et médiévales.

English version

Calendrier

  • 20 juin 2021 : date limite de soumission des articles complets
  • 20 septembre 2021 : retours des évaluations aux auteurs
  • 20 octobre 2021 : date de retour des versions corrigées
  • décembre 2021 : parution du numéro

Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Voir : https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=118#tocfrom2n1

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts