Archives de catégorie : Actualités

[Colloque] Jean sans Peur 1419-2019, Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or, 30-31 janvier 2020

En 2020, le Département de l’Aube commémorera le sixième centenaire du traité conclu le 21 mai 1420 à la cathédrale de Troyes entre les rois de France et d’Angleterre. À cette occasion, une grande exposition à l’Hôtel-Dieu-le-Comte retracera les événements qui prévalurent à ce traité et les dernières années de la guerre de Cent Ans.

Diverses manifestations scientifiques et culturelles accompagneront cette année de commémoration, dont une série de quatre journées d’étude, en Côte d’Or, dans l’Aube, la Haute-Marne et les Vosges.

La première se tiendra aux Archives départementales de la Côte-d’Or, à Dijon, le vendredi 31 janvier 2020, autour de la commémoration de l’assassinat du duc de Bourgogne Jean sans Peur à Montereau en 1419.

Intervenants : Philippe Contamine et Jean Richard (Institut de France), Rudi Beaulant (Université de Bourgogne), Éric Bousmar (Université Saint-Louis – Bruxelles), Julien De Palma (Université de Lille 3), Jean Devaux (Université du Littoral-Côte d’Opale), Alain Marchandisse (Université de Liège), Hervé Mouillebouche (Université de Bourgogne), Jacques Paviot (Université Paris Est Créteil-Val de Marne), Emmanuel Roumier (École des chartes-Centre Jean Mabillon/EPHE), Bertrand Schnerb  (Université de Lille 3).

Cette journée sera précédée d’une conférence inaugurale le jeudi 30 janvier à 18h30, par Bertrand Schnerb sur le thème de l’assassinat de Montereau 

Voir le programme détaillé de la journée

Source : Archives départementales de l’Aube

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[sÉminaire] L’oeuvre coranique: Esthétique, art narratif et histoire littéraire de l’Antiquité tardive (janv-juin 2020, Lyon)

Séminaire : “L’œuvre coranique : esthétique, art narratif et histoire littéraire de l’Antiquité tardive”

L’Université Lumière Lyon 2 et l’Université de Lorraine (Metz) organisent à Lyon, entre janvier 2020 et juin 2020 un séminaire académique ouvert au public autour du Coran en tant qu’œuvre littéraire.

Dates & Lieu : janvier-juin 2020 à Lyon (Maison des Passages, 44 rue Saint Georges)

Présentation

Le séminaire, coordonné par Hassan Iyas, Maître de Conférences en Littérature arabe classique à l’Université Lyon 2 et Mehdi Azaiez, Maître de Conférences en Islamologie à l’Université de Lorraine abordera plusieurs thématiques et notamment le Coran en tant qu’œuvre littéraire et l’art de la narration dans le Coran.

Sur ces sujets les études sont rares : on ne recense en langue française que deux études sur cet aspect. La première, non publiée, est celle, déjà ancienne, de Gasmi Laroussi intitulé Narrativité et production de sens dans le texte coranique, le récit de Joseph (1977). La seconde qui parut en 2019 est celle d’Iyas Hassan intitulée Le religieux, le narratif et le littéraire. Coran et exégèse coranique dans l’histoire de la littérature arabe. Cette situation contraste avec les études bibliques où les publications sont nombreuses depuis le livre majeur de Robert Alter The Art of Biblical Narrative (1981).

C’est à l’aune de ce constat que ce séminaire propose d’engager une nouvelle réflexion sur le Coran, croisant des perspectives disciplinaires issues du champ littéraire et dont l’horizon d’attente va au-delà des visées islamologiques des approches dites littéraires.

En mettant l’accent sur la partie narrative du Coran, la narratologie sera particulièrement sollicitée. Le séminaire comportera ainsi deux axes de réflexion à la fois théorique et méthodologique. Le premier envisage de comparer l’art narratif coranique à ses devancières préislamiques, bibliques ou autres, mais en mettant désormais l’accent sur les questions proprement narratologiques. On s’éloignera ainsi de la perspective des religions comparées qui interprète les différences entre ces sources exclusivement d’un point de vue religieux lié au « message » porté par chaque monothéisme. De même, on essayera d’établir le lien entre les traits esthétiques des récits comparés et le contexte culturel dans lequel ils prennent forme, plutôt que de les aborder, comme il est coutume de le faire, du point de vue de leur fonction dans un système de croyance ou dans un projet de prédication.

Les conférences se dérouleront à la Maison des Passages et au Palais du travail de Villeurbanne.

Programme

> 30 janvier 2020 – Maison des Passages
18h00 Mehdi AZAIEZ et Iyas HASSAN
Ouverture du séminaire
18h30 Elena DI PEDE (Université de Lorraine)
Lecture narrative de la sourate Joseph (Coran s. XII)

Abstract : Entre reprise de son substrat biblique et exhortations divines, la sourate Joseph est un défi pour le narratologue. Après une introduction globale mettant en regard le récit de la Genèse (Gen 37–50) et sa reprise dans le Coran, on s’intéressera à quelques passages choisis afin d’y vérifier l’applicabilité des techniques narratives, telles que l’intrigue, la gestion de la temporalité, la caractérisation des personnages, etc.

> 20 février 2020 – Maison des Passages
18h30 Bruce FUDGE (Université de Genève)
Noé, son fils, et « la cicatrice d’Ulysse » : Erich Auerbach et le Coran

Abstract : Dans son célèbre livre Mimésis : la représentation de la réalité dans la littérature occidentale, le philologue allemand Erich Auerbach (1892-1957) propose l’existence de deux styles de représentation littéraires aux origines de la littérature occidentale : l’homérique et le biblique.
Le lecteur du Coran trouvera, dans l’analyse d’Auerbach, beaucoup d’éléments qui s’appliquent au style coranique et qui permettent de faire ressortir les similarités avec la Bible au-delà du message monothéiste et de la généalogie des prophètes. Parmi celles-ci : certains détails narratifs, mais aussi des éléments plus strictement littéraires : surface/profondeur, clarté/ambiguïté et le besoin d’interprétation, parmi d’autres.
Mais la comparaison nous accorde également une perspective qui met l’accent plutôt sur les différences fondamentales entre le style coranique et le style biblique, et peut-être entre l’Islam et les autres monothéismes. Elle nous mène également à une réflexion sur ce que l’on entend par « littéraire » quand on parle des qualités esthétiques du Coran.

> 12 mars 2020 – Palais du travail de Villeurbanne
18h30 Mehdi AZAIEZ (Université de Lorraine)
Le premier adressé (First addressee) dans les narrations du Coran : Répartition, typologies et fonctions

> 2 avril 2020 – Maison des Passages
18h30 Iyas HASSAN (Université Lumière – Lyon 2)
Qui raconte dans le Coran ? Le narrateur, son statut, ses pouvoirs et ses fonctions dans le qaṣaṣ coranique

> 23 avril 2020 – Palais du travail de Villeurbanne
18h30 Georges BOHAS (École Normale Supérieure de Lyon)
Aspects formels de la sourate al-Kahf (Coran s. XVIII)

> 14 mai 2020 – Maison des Passages
18h30 Mustapha BENTAIBI
Du générique et du particulier dans la constitution du genre narratif coranique

> 4 juin 2019 – Maison des Passages
18h30 Bruno PAOLI (Université Lumière – Lyon 2)
Modalités et implications de l’intertextualité du Coran et de la poésie arabe ancienne

> 25 juin 2019 – Maison des Passages
18h30 Ahmed OULDALLI
Les questions relatives à l’agencement (al-tartīb) du discours coranique et à la correspondance (al-munāsaba) des sourates chez Faḫr al-Dīn al-Rāzī et Ǧalāl al-Dīn al-Suyūṭī.

Voir en ligne : Maison des Passages (Lyon)

Plus d’informations: https://www.mehdi-azaiez.org/Seminaire-L-oeuvre-coranique-esthetique-art-narratif-et-histoire-litteraire-de

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Pratiques sociales de l’écrit, Atelier de jeunes chercheurs, Paris, EHESS, 22 janvier, 13 février, 27 février, 25 mars, 9 avril, 27 mai et 4 juin 2020

Pratiques sociales de l'écrit

L’atelier de jeunes chercheur.se.s « Pratiques sociales de l’écrit » se propose de créer un espace de réflexion interdisciplinaire et comparative autour des pratiques d’écriture. À travers l’étude de différentes périodes et aires culturelles, l’écrit est appréhendé à la fois comme un acte matériel et social. Les participants interrogent ses usages pragmatiques, symboliques et rituels. Les organisateurs invitent celles et ceux qui partagent un intérêt pour ces problématiques, à venir à l’atelier qui se tiendra à l’EHESS en salle A4–47 du Centre de Recherches Historiques (4ème étage de la MSH) au 54 boulevard Raspail de 17h à 20h les 22 janvier, 13 février, 27 février, 25 mars, 09 avril, 27 mai et 4 juin 2020.

Organisateurs : Serena Galasso (EHESS, CRH) et Louis Genton (Université Paris-Saclay, UVSQ, DYPAC)
Programme du séminaire

22 janvier – Rendre des comptes par l’écrit à la fin du Moyen Âge
Marco Conti (Université Jean Moulin Lyon 3, CIHAM)
Ronan Capron (Université Jean Moulin Lyon 3, CIHAM)
Louis Genton (Université Paris-Saclay, UVSQ, DYPAC)

13 février – Écritures et expériences de l’espace urbain
Cécile Mattoug (Université Paris 1, Géographie-cités)
Mathilde Vassor (Université Paris-Sorbonne, GRIPIC)

27 février – Culture graphique, formes d’écriture et motifs de l’écrit
Marie-Anaïs Guégan (Université Jean Moulin Lyon 3, MARGE)
Ilsiona Nuh (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, CeLIS)
Ismérie Triquet (Université de Rouen, GRHis)
Chahan Vidal-Gorène (École Nationale des Chartes, Centre Jean Mabillon)

25 mars – Circulations du savoir et matérialités de l’écrit
Nicolas Michel (Université de Namur, PaTHs)
Corinna Onelli (EHESS, CRH)
Thomas Veret (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, ILPGA)

9 avril – Lire et écrire au prisme du genre : l’apport des archives privées (XVe-XIXe s.)
Camille Caparos (Aix-Marseille-Université, TELEMMe)
Serena Galasso (EHESS, CRH)
Isabelle Matamaros (Sorbonne Université, LabEx EHNE, SIRICE)

27 mai – Écrit, travail, identité
Dalila Hellis Caputo (EHESS, CRH)
Isabelle Coquillard (Université Paris Nanterre, Laboratoire CHisCo)
Marine Lépinard (EHESS, CRH)

4 juin – Literary writing processes : past, present, future
Lamyk Bekius (Université d’Anvers, Huygens ING-KNAW)
Floor Buschenhenke (Université d’Amsterdam, Huygens ING-KNAW)
Anne-Marie Butzek (Aix-Marseille-Université, Centre PsyClé)

Source : RMBLF

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[appel à candidature] Atlas 2020 – France > Proche-Orient | Séjour de recherche postdoctoral (limite: 16 mars 2020)

Date limite de candidature : 16 mars 2020

La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) et l’Institut Français du Proche-Orient (IFPO) proposent à des post-doctorants résidant en France, une aide à la mobilité pour réaliser un séjour de recherche de 2 mois au Proche-Orient (Liban, Jordanie, Territoires Palestiniens, Kurdistan irakien).

Seront soutenus en priorité des projets de recherche qui s’inscrivent dans la politique scientifique de l’IPFO, en synergie avec ses chercheurs ou ses partenaires au Proche-Orient. Les projets interdisciplinaires sont bienvenus.

Cet appel s’inscrit dans le cadre du Programme Atlas de mobilité postdoctorale de courte durée lancé par la FMSH et ses partenaires

 

Modalités financières

Une aide financière de 1600 euros par mois de séjour est attribuée aux lauréats. Elle est destinée à couvrir les frais de transport et de séjour.

Critères d’éligibilité

Nationalité/résidence : Etre ressortissant d’un pays de l’Union européenne et résider en France

Diplôme/statut : Etre post doctorant en SHS et avoir soutenu sa thèse à partir de 2014. Etre associé à un centre de recherche / laboratoire en France.

Discipline : Être engagé dans des recherches en sciences humaines et sociales. 

Langue : Maîtriser l’anglais ou l’arabe en fonction du sujet de recherches proposé.

 

Obligations des chercheurs accueillis à l’IFPO

Il est attendu des chercheurs en mobilité à l’IFPO qu’ils participent aux activités scientifiques (conférences, colloques, séminaires, etc.) du centre.

Pendant leur séjour, ils ont une obligation de résidence dans l’une des régions couvertes par son mandat : Liban, Jordanie, Territoires palestiniens, Kurdistan irakien.

A Beyrouth (Liban) et Amman (Jordanie), un hébergement en chambre individuelle ou collective est possible à l’IFPO à tarif étudiant. En revanche, l’IFPO ne dispose pas de possibilités d’hébergement à Jérusalem (Territoires palestiniens) et à Erbil (Kurdistan irakien).

Il est demandé aux candidats de remettre à l’IFPO et à la FMSH dans les 3 mois suivant la fin de leur séjour un rapport entre 10 000 et 20 000 signes (espaces et notes compris) présentant les activités réalisées durant leur séjour.

 

Dossier de candidature

Les candidats doivent soumettre un formulaire et un dossier scientifique (projet de recherche + annexes) sur une plateforme en ligne, accessible à partir du 6 janvier 2020. Les candidatures complètes devront être téléchargées sur la plateforme en ligne au plus tard le 16 mars, 17:00 (heure de Paris).

Le formulaire et le dossier scientifique doivent être soumis en français.

Contenu du dossier scientifique 

Le projet de recherche : Le projet de recherche (entre 10 000 et 20 000 signes maximum, espaces et notes compris) doit inclure précisément les étapes que le candidat pense accomplir lors de son séjour, le cadre théorique et méthodologique, ainsi que les partenaires institutionnels susceptibles d’être concernés par les recherches.

Les annexes:

  • Une lettre de motivation signée, exposant les raisons du séjour à l’IFPO et les partenaires scientifiques locaux intéressants pour le projet de recherche.
  • Un CV de maximum 2 pages accompagné d’une liste de publications
  • Une lettre du directeur du laboratoire / centre de recherche auquel le candidat est associé en France

Comment postuler  

  1. Rendez-vous sur la plateforme http://calls.msh-paris.fr et entrez dans l’espace « Researcher Workspace».
  2. Identifiez-vous si vous avez déjà créé un compte, le cas échéant, créez un compte.
  3. Remplissez votre profil puis cliquez sur « create a new application».
  4. Sélectionnez « Programme Atlas outgoing 2020 » puis l’appel spécifique « FMSH-IFPO: France > Proche-Orient ».
  5. Remplissez tous les onglets du formulaire.
  6. Dans l’onglet « Documents » téléchargez sous forme d’un document électronique unique au format pdf votre dossier de candidature qui sera composé des pièces suivantes :
  • Projet de recherche
  • Lettre de motivation signée
  • CV de maximum 2 pages et liste des publications
  • Lettre du directeur du laboratoire / centre de recherche auquel le candidat est associé en France
  1. Vous pouvez sauvegarder votre candidature sans la soumettre pour y revenir plus tard, ou la soumettre définitivement. Lorsque vous aurez soumis votre candidature, vous recevrez un email automatique de confirmation. Attention, si votre candidature n’est pas soumise elle ne sera pas étudiée. Les dossiers de candidature incomplets ou ne correspondant pas à la description ci-dessus ne seront pas pris en compte.

Pour toute information sur la plateforme, ou en cas de difficulté à l’utiliser, contactez  fadili@msh-paris.fr

Critères et processus de sélection

Un comité de sélection composé de membres de la FMSH, de l’IFPO et d’experts externes analysera et sélectionnera les candidatures au regard des éléments suivants :

  • La qualité du dossier scientifique et la méthodologie développée
  • La pertinence d’un séjour au Proche-Orient au regard du projet développé et du parcours du chercheur
  • La capacité à identifier des contacts scientifiques sur place

Les résultats seront communiqués par mail aux candidats début avril 2020.

 

CALENDRIER

Ouverture de l’appel : 06 janvier 2020

Clôture de l’appel : 16 mars 2020 à 17 :00 (heure de Paris)

Analyse des candidatures : mi-mars – fin-mars 2020

Annonce des résultats : début avril 2020

Durée des séjours de mobilité : 2 mois

Période du séjour : De mai à décembre 2020. Le séjour devra impérativement se dérouler sur 2020 (à noter que les mois de juillet et d’août sont fortement déconseillés en raison de la chaleur et de la fermeture de la plupart des institutions académiques).

Nombre de mois/chercheurs disponibles sur cet appel : 8

 

Contact

A la FMSH: Amandine SAMSON atlas@msh-paris.fr   

A l’IFPO : Michel MOUTON secretariat.directeur@ifporient.org  

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à projets de recherche] « Islam, religion et société » (BCC – DLPAJ) LIMITE : 16/03/2020

Le Bureau central des cultes a le plaisir de vous annoncer la publication de l’appel à projets de recherche (AAP) 2020 « Islam, religion et société » du ministère de l’intérieur.

Depuis 2015, le ministère soutient la recherche et notamment les jeunes chercheurs et post-doctorants dans les champs disciplinaires de l’islamologie et des sciences humaines sur l’islam de France. Comme chaque année, les AAP 2020 sont présentés par grands axes, chacun d’eux étant composé de plusieurs thèmes, laissant aux chercheurs toute latitude pour fixer leur méthodologie, structurer leur projet et envisager leurs terrains d’étude.

  • AXE 1 – CONNAISSANCE DE L’ISLAM DE FRANCE : APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE ET DYNAMIQUE
  • AXE 2 – ISLAMOLOGIE : DÉVELOPPEMENT ET DIFFUSION DE LA CONNAISSANCE
  • AXE 3 : LES CADRES RELIGIEUX MUSULMANS EN FRANCE

Les recherches soutenues éclaireront les dynamiques complexes que connaît cette religion et ses différentes expressions, dans le contexte contemporain, la diversité de ses courants, pratiques et discours, de sa composition et de ses recompositions. Les approches pluridisciplinaires sont fortement encouragées.

La date limite de candidature est fixée au lundi 16 mars 2020, par voie électronique à l’adresse fonctionnelle : bureau-central-cultes[at]interieur.gouv.fr

Après l’envoi du courriel, le dossier papier doit être envoyé dans les plus brefs délais par voie postale à l’adresse suivante : Ministère de l’intérieur, DLPAJ, Bureau central des cultes, place Beauvau, 75800 Paris Cedex 08.

Les documents à télécharger :

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Soutenance de thèse] Julie Dhondt, Sous le signe du Tau. De la fraternité laïque à l’abbaye, Saint-Antoine et son réseau de dépendances dans les Alpes occidentales du XIe au XVe siècle, Lyon, 19 février 2020

Julie Dhondt soutiendra publiquement sa thèse, Sous le signe du Tau. De la fraternité laïque à l’abbaye, Saint-Antoine et son réseau de dépendances dans les Alpes occidentales du XIe au XVe siècle

le mercredi 19 février 2020

à 14h en salle Caillemer à l’Université Jean Moulin – Lyon 3 ( 15 quai Claude Bernard, Lyon 7e),

devant un jury composé de Mme Cécile Caby (Université Lumière Lyon2), Mme Eliana Magnani ( CNRS, Paris I),  M. Laurent Ripart (Université Savoie Mont-Blanc), M. Daniel Russo (Université de Bourgogne) et M. Alain Dubreucq (Université Jean Moulin Lyon 3), directeur de thèse

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Manifestation] Les Nocturnes de l’Histoire, Quand les papes vivaient à Lyon, Lyon, 1er avril 2020

Quand les papes vivaient à Lyon…

 

Horaires : 18h-20h

Lieu : Centre Berthelot, 14 avenue Berthelot, 69007, Lyon

Institution organisatrice : CIHAM UMR 5648 (Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux).

Intervenants : Cécile Caby (CIHAM – Lyon 2) ; Alexis Charansonnet (CIHAM – Lyon 2) ; Jean-Louis Gaulin (CIHAM – Lyon 2) ; Bruno Galland (CIHAM – Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon) ; Xavier Hélary (CIHAM – Lyon 3) ; Armand Jamme (CIHAM – CNRS) ; Sylvain Parent (CIHAM – ENSL) ; Julien Théry (CIHAM – Lyon 2) et alii ; avec la collaboration des étudiant.es du master Mondes Médiévaux de Lyon (Lyon 2, Lyon 3, ENSL, EHESS, USMB) et des doctorant.es et post-doctorant.es du CIHAM.

« Lyon sur Rhône », pour reprendre l’expression des chroniqueurs médiévaux, a accueilli à plusieurs reprises la cour pontificale aux XIIIe-XIVe siècles. Ce sont ces séjours pontificaux qui seront au cœur de la manifestation : leurs motifs, leurs modalités (durée, présence d’ecclésiastiques et nobles, de marchands, juristes et notaires, logistique, lieux concernés, hébergement, ravitaillement etc.) et leurs conséquences sur la ville et sa notoriété. Quatre épisodes significatifs seront illustrés au moyen de posters, conférences, lectures théâtralisées et parcours guidés dans les ressources numériques (album de paléographie et bases de données sur les lettres pontificales) :
– le concile de Lyon I et le long séjour d’Innocent IV (fin 1244- début 1251) ;
– le concile de Lyon II (1274) ;
– le couronnement du pape Clément V (1305-1306) ;
– l’élection et le couronnement du pape Jean XXII (1316).

Source : Nocturnes de l’Histoire

(Présentation générale des Nocturnes de l’Histoire ici)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Bulletin monumental, 177-4, 2019

Sommaire
Articles

- Les demeures urbaines médiévales en France : les fruits d’un renouvellement du regard (1995-2020), par Pierre Garrigou Grandchamp

- Un manifeste des débuts de l’architecture flamboyante signé J. Lebas : la grande baie orientale de l’église des Jacobins de Saintes, par Markus Schlicht

- Notre-Dame de Paris. Un espace civique du patrimoine après la catastrophe, par Dominique Poulot

Actualité

Loire-Atlantique. Nantes. Nouveaux éléments du décor de la cathédrale, des XIIIe et XVe siècles (Amal Azzi et Jean-Marie Guillouët)

Lot-et-Garonne. Agen. Un feuillet enluminé de retour à Agen (1791-2019) [Émilie Nadal]

Maine-et-Loire. Saumur. Restauration de l’aile sud-est du château (Emmanuel Litoux)

Vienne. Poitiers, cathédrale Saint-Pierre. Les peintures murales du premier niveau du bras sud du transept (Claude Andrault-Schmitt et Manuel Lalanne)

Bibliographie

Architecture et architectes. Rudolf Dellermann et Karin Uetz, La facciata nord di San Marco a Venezia. Storia e restauri (Bertrand Jestaz). — Olga Medvedkova (dir.), Les Européens : ces architectes qui ont bâti l’Europe (1450-1950) [Juliette Hernu-Belaud]. — Aurélien Davrius, Jacques-François Blondel, un architecte dans la «  République des Arts  ». Étude et édition de ses discours et Aurélien Davrius, Jacques-François Blondel, architecte des Lumières (Sophie Descat). — Jean-Loup Leguay, Jacques Pierre Jean Rousseau (1733-1801), ingénieur et architecte en Picardie au Siècle des Lumières (Claire Ollagnier). — Pierre Fontaine, Mia Vita. Mémoires privés (Émilie d’Orgeix). — Philippe Potié, Le voyage de l’architecte (Jacques Moulin)

Manuscrits. Anne Dubois, Valère Maxime en français à la fin du Moyen Âge. Images et tradition (Émilie Nadal). — Émilie Nadal, Le Pontifical de Pierre de la Jugie. Le Miroir d’un Archevêque (Mercedes López-Mayán)

Iconographie. Pierre-Yves Le Pogam, Brigitte Maurice-Chabard et Françoise Perrot (dir.), Ève ou la folle tentation (Évelyne Proust)

La carte et le paysage. Paul Fermon, Le Peintre et la Carte. Origines et essor de la vue figurée entre Rhône et Alpes (XIVe-XVe siècle) [Raphaële Skupien]

Livre reçu. Pierre Ettel, Anne-Marie Flambard-Hericher et Kieran O’Connor (éd.), L’environnement du château — Patrice et Françoise Lhomme, Yves Nouvellet (éd.), Chastels et maisons fortes 6

Source : Société Française d’Archéologie

(Résumés des articles disponibles à cette adresse)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Parution] Rodrigo Furtado and Marcello Moscone (ed.), From Charters to Codex Studies on Cartularies and Archival Memory in the Middle Ages, Turnhout, Brepols, 2019, XVI + 328 p.

During recent decades, there has been a profound change in the way that researchers have read and interpreted the sources of the Middle Ages. This shift has prompted scholars to reconsider the historical value of the medieval cartularies. From Charters to Codex. Studies on Cartularies and Archival Memory in the Middle Ages features a selection of papers that were presented at the international conference on Cartularies in Medieval Europe: Texts and Contexts held by the Centre for Classical Studies at the University of Lisbon (11-12 June 2015).

This book focuses mainly on cartularies in the strict sense of the term, mostly produced within the ecclesiastical sphere. Moreover, some of the contributions presented here regard (or also regard) documentary collections in volume form that cannot be identified with the libri iurium et privilegiorum as traditionally understood, but were equally born out of the need to organise the parchment charters that formed the archives of their creators and to make them usable for a number of purposes. This volume, which approaches the topic through various case studies, will be of use not only to scholars who are engaged in the study of cartularies but also to researchers who are involved in the broader investigation of how and to what ends medieval institutions established and managed their archival memories.

Table of Contents

R. FurtadoM. Moscone, Preface

J. M. Ruiz Asencio, Tres cartularios en el Becerro Gótico de Valpuesta. ¿Los más antiguos de los Reinos Hispánicos Occidentales?

J. A. Fernández Flórez, El Becerro Gótico de Cardeña. Aproximación a sus características más significativas

S. Serna Serna, Validations in Cardeña Gothic Cartulary: Signs, Monograms and Chrismons

M. Herrero de la Fuente, El Becerro Gótico de Sahagún

F. Tinti, El papel de la memoria en la producción de los cartularios de Worcester

L. Agúndez San Miguel, Reacción y defensa en la producción de los cartularios de Sahagún

D. Peterson, Order and Disorder in the Cartularies of San Millán de la Cogolla

B. FaddaM. Rapetti, Cartulari del Mediterraneo occidentale. Il caso dei condaghi sardi

M. Calleri, Il monastero di Chiaravalle Milanese e le sue raccolte documentarie (secc. XIII-XIV in.)

M. L. Mangini, Libri e munda. Considerazioni in margine a un progetto sui cartulari ecclesiastici italiani (secoli XIII-XIV)

S. Macchiavello, Il più antico livellario della collegiata di Santa Maria delle Vigne di Genova (secoli XIII-XIV): genesi, struttura, funzioni di una raccolta in progress

H. Vasconcelos Vilar, From Copy to Register: Organising Memory in the Diocese of Évora in the First Half of the 14th Century

D. Belmonte Fernández, Organizar la memoria y administrar el patrimonio en la catedral de Sevilla. El Libro Blanco y el Libro de Dotaciones de 1411

A. de Oliveira Leitão, O Livro Verde da Universidade de Coimbra: o cartulário medieval da universidade portuguesa

N. Vigil Montes, Cartularios para la diplomacia de las monarquías bajomedievales. La promoción de los cartularios para la diplomacia de la dinastía portuguesa de Avis

Index of Manuscripts

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Séminaire] Présences seigneuriales méridionales, Aix-en-Provence, 30 janvier 2020

Informations pratiques

SMAM -Séances médiévales d’Aix-Marseille : LA3M, IREMAM, TELEMMe, CPAF, CIELAM

Date : Jeudi 30 janvier 2020, 14h-18h
Lieu : Salle PAF, MMSH, Aix-en-Provence
Organisation : Laure Verdon

 

Programme

Laure Verdon (AMU, Telemme) – Introduction

Sandro Carocci (Università di Tor Vergata)Reconsidérer la domination seigneuriale dans l’Italie du sud. Enjeux historiographiques et méthodologiques. À propos de Signorie di Mezzogiorno. Società rurali, potere aristocratici e monarchia (XII-XIII secolo), Viella, Rome, 2014
 
Nicolas Minvielle-Larousse (Chercheur Post-Doctorant, Aix-Marseille Université, CNRS, LA3M, LabexMed)Dominer le sous-sol : exploitation minière et seigneurie dans le Languedoc médiéval
 
Source : Telemme

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Soutenance de thèse] Anne Servais, Des Indes à l’Europe : production, commerce et approvisionnement de l’Occident en bois de brésil, XIIe-XVIe siècle, Paris, 25 janvier 2020

Anne Servais, inscrite à l’ED441, soutiendra le 25 janvier 2020 sa thèse, préparée sous la direction de Thierry Lalot, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et intitulée : “Des Indes à l’Europe : production, commerce et approvisionnement de l’Occident en bois de brésil, XIIe-XVIe siècle”
Lieu et horaire de soutenance : 25 janvier 2020 à 14h00
Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – Paris 2e – salle Perrot (2e étage)

Jury
M. Etienne Anheim, Directeur d’études, EHESS, Rapporteur
M. Philippe Bernardi, Directeur de recherche, CNRS-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Examinateur
M. Thierry Lalot, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse
Mme Laurence Rivière-Ciavaldini, Professeur, Université Grenoble-Alpes, Rapporteur
M. William Whitney, Maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Examinateur

Résumé

Le bois de brésil est un bois tinctorial rouge utilisé en Occident à la période médiévale et au XVIe siècle non seulement pour la teinture des étoffes, mais aussi en peinture, en particulier en enluminure, comme l’ont montré des analyses physico-chimiques récentes. Durant le Moyen Age, ce matériau provient d’Asie, puis, à partir de la fin du XVe siècle, d’Amérique latine. Notre étude a pour objet de comprendre dans quelles conditions, au Moyen Age et dans les premiers temps de l’ère moderne, le bois de brésil pouvait parvenir de ces régions lointaines jusqu’en Occident et être ainsi disponible sur le marché européen comme matériau colorant pour les artisans et les artistes. Ce travail s’interroge d’abord sur l’époque et les conditions dans lesquelles l’Occident médiéval est entré en contact avec le bois de brésil, et sur ce que savaient ou non les Européens de ce matériau et de l’arbre qui le produisait. Dans un second temps, le questionnement se déplace en Asie pour y identifier les régions productrices du bois tinctorial et retracer son cheminement jusqu’en Occident, d’abord par l’intermédiaire du Proche-Orient arabo-musulman durant la période médiévale, puis par la route du Cap à partir de la fin du XVe siècle. Enfin, la troisième étape de cette recherche se concentre sur l’Amérique pour déterminer où et comment, à partir de la fin du XVe et au cours du XVIe siècle, le Nouveau Monde se met à produire du bois de brésil, cerner les modalités de cette production et analyser le type de régime commercial spécifique alors établi par les Couronnes ibériques pour l’exploitation du brésil américain.

Source : ED441

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Offre d’emploi] Contrats doctoraux et post-doctoraux LabEx Hastec [Date limite de candidature : 29 avril 2020 et 26 février 2020]

Le  LabEx HASTEC (histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances) propose pour l’année universitaire 2020-2021 4 contrats doctoraux (3 ans) et 5 contrats post-doctoraux (1 an) à de jeunes chercheurs inscrivant leur enquête dans les champs thématiques du LabEx.

Le LabEx HASTEC est porté par l’Ecole pratique des hautes études et analyse, avec ses équipes pluridisciplinaires, la corrélation historique des Savoirs, des Techniques et des Croyances, depuis l’Antiquité jusqu’au XXI ème siècle.

 

Plus d’informations sur les offres de contrats de recherche et les modalités de candidatures sur le site du LabEx : https://labexhastec-psl.ephe.fr/2020/01/07/appel-a-candidature-2020-mise-au-concours-de-contrats-de-recherche/

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Table ronde] Programme d’agrégation d’histoire, Bibliothèque interuniversitaire Sorbonne, Paris, 16 janvier 2020

Table ronde en partenariat avec les Éditions de la Sorbonne

Table ronde organisée dans le cadre de la préparation de la question d’histoire médiévale “Ecrits, pouvoirs et société en Occident du XIIe au XIVe siècle” (CAPES d’histoire – géographie et Agrégation d’histoire, 2020)

avec Paul Bertrand, Geneviève Bührer-Thierry, Pierre Chastang, Didier Lett et Olivier Mattéoni,

Jeudi 16 janvier de 18h à 20h
Lieu : BIS, Bibliothèque interuniversitaire Sorbonne – salle de formation, 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Inscription obligatoire : communication@bis-sorbonne.fr

Sources : Bis et Cerhic

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à communication] Sources et archives. Journées doctorales de Caen et de Rouen, Caen, 27 mai 2020 et Rouen, semaine du 15 juin 2020 (date à préciser) [Date limite propositions : 10 février 2020]

Journées de l’Ecole Doctorale 558 « Histoire, Patrimoine, Mémoire, Langage »
Présentation des journées

L’école doctorale « Histoire, Mémoire, Patrimoine, Langage », née en 2012 de la fusion d’une partie des ED 350 (Rouen) et 68 (Caen-Le Havre), regroupe 13 unités de recherche et 400 doctorants de disciplines variées : histoire, archéologie, philosophie, épistémologie, lettres modernes, arts du spectacle, langues, littératures et civilisations étrangères, linguistique ou encore sciences du langage. Forte de cette pluridisciplinarité, l’ED 558, placée sous la direction d’Alexandra Merle (ERLIS), propose cette année deux journées d’échange – qui se tiendront à Caen et à Rouen – afin de réunir ses jeunes chercheurs autour de la thématique “Sources et archives”.

Ces journées s’offrent comme un espace de réflexion et de discussion dans lequel les jeunes chercheurs en SHS sont invités à interroger les méthodologies de recherche qu’ils emploient à l’heure de recueillir et d’exploiter leurs sources. Étapes indispensables de la démarche scientifique, aussi exaltantes que frustrantes, la collecte et l’exploitation des données constituent un défi face auquel s’élaborent de nombreuses stratégies. La pluralité des disciplines susmentionnées promet un riche dialogue méthodologique qui permettra de confronter les freins et leviers spécifiques à chacune et de mettre en évidence des points de convergence.

L’objectif est de créer un rendez-vous annuel pérenne pour promouvoir les avancées de l’ED et cultiver les contacts entre ses différentes unités de recherche, ainsi qu’avec des ED partenaires. Cet appel à communications s’adresse donc aux jeunes chercheurs de l’ED 558 (du master au post-doctorat) mais aussi à des membres d’autres ED ayant été confrontés à l’étude des méthodologies de la recherche en SHS.

Axes thématiques

    Chacun est invité à proposer une communication à partir de ses travaux de recherche, suivant l’un ou plusieurs des six axes thématiques exposés ci-dessous:

    Diversité des sources : nature et méthode

    Quelle typologie traditionnelle de sources est propre à chaque discipline ? Comment les différentes disciplines travaillent-elles leur documentation ? Selon les spécificités inhérentes à chaque discipline, quel est le rapport individuel du jeune chercheur à l’archive et à la source ?

    Sources primaires et sources secondaires: une négociation constante

    En quoi les catégories de sources primaires et sources secondaires peuvent-elles se recouper et, dans le cadre d’une abondance de sources, que privilégier ? Quel regard critique impliquent-elles respectivement et quelles difficultés posent-elles ? En quoi une source a priori secondaire peut-elle devenir un objet d’étude à elle seule ? Comment identifier et définir les différents types de sources ?

Entre absence et abondance de sources : situations disciplinaires et points de vue comparés sur sources éditées et inédites

    En fonction des disciplines et des périodes d’étude, quels problèmes surgissent à l’heure d’identifier, puis d’exploiter les sources (sources lacunaires, abondance d’informations, …) ? Quelles solutions peuvent alors être envisagées ? Quelle posture adopter face à l’inédit ? Comment penser nouvellement un objet d’étude abondamment traité par la recherche ? Comment aborder un sujet totalement nouveau du point de vue des sources à traiter ? Quels sont les problèmes inhérents à la datation des sources et à leur pérennité, notamment dans le cas de sources orales et de sources numériques impliquant des enjeux de stockage des données ?

Interdisciplinarité et spécificité des sources : croiser les expertises pour s’approprier un corpus

    Comment envisager l’interdisciplinarité en tant que nouvelle modalité privilégiée dans le travail de recherche ? Comment permet-elle d’élargir les types de sources et les méthodes lors de la collecte des données et de l’exploitation de ces données ? Quels avantages fournit l’interdisciplinarité ? Quels écueils faut-il éviter ? Comment un jeune chercheur peut emprunter une ou des démarches en dehors de sa discipline, créant ainsi une interdisciplinarité propre à nourrir son approche individuelle mais aussi la méthodologie de sa propre discipline ?

    Échecs  et succès d’accès aux sources : accéder et rendre accessible les sources

    Quels accès aux sources se présentent aux jeunes chercheurs en SHS à l’heure actuelle ? Quelles problématiques d’exploitation et de publication soulève la consultation de sources issues d’archives privées ? Des sources consultables de façon matérielle aux sources en ligne, quelles différences méthodologiques entraîne la diversité des supports ? Comment appréhender le libre-accès aux sources et utiliser des plate-formes comme HAL ? Comment s’approprier et utiliser efficacement les bibliothèques en ligne ou les sites de récolement de sources ? Comment les jeunes chercheurs en SHS peuvent-ils exploiter les nouveaux outils bibliographiques pour communiquer leurs sources de façon normée et faciliter leur consultation ?

    Démarches de jeunes chercheurs en SHS : des questions aux sources ou des     sources aux questions ?

    Comment une réflexion autour de “sources et archives” permet-elle d’envisager la distance entre le chercheur et son sujet de recherche, notamment dans le contexte d’une dématérialisation croissante des contenus ? En quoi le rapport aux sources et aux archives façonne-t-il la réflexion scientifique et méthodologique des jeunes chercheurs actuels ? Quelle place occupent les sources dans le parcours du chercheur, et comment accommoder la réflexion avec le moment de découverte – attendue ou non – des sources ?

Types et formats des communications

 Chaque intervenant disposera de 20 minutes d’exposé oral pour sa communication. Les propositions de communication doivent être soumises au format PDF avant le 10 février 2020 sous la forme d’un texte de présentation de la communication de 2000 signes (espaces inclus). Il sera accompagné d’une présentation personnelle de 300 signes (espaces inclus) où seront indiqués nom et prénom, unité de recherche et école doctorale de rattachement (département pour les étudiants de master), fonctions assurées au sein de celles-ci ainsi que le ou les axes thématiques auxquels se rapporte la communication proposée dans le cadre des journées “Sources et archives”.

 

Modalités de soumission des propositions de communication

Adresse mail de contact: journeesed558@gmail.com

Clôture de l’appel: 10 février 2020

Réponse aux auteurs: 29 février 2020

Clôture de l’envoi des communications définitives: 17 mai 2020

 

Informations pratiques

Dates : le 27 mai 2020 à Caen (9h30-18h), la semaine du 15 juin à Rouen (date à préciser)

Lieux : Amphithéâtre de la MRSH (campus 1 de l’université de Caen Normandie) et à l’université de Rouen (salle de conférences de la MDU)

 

Comité organisateur

Victor Barabino, CRAHAM (Caen)
Côme Barbaray, GRHIS (Rouen)
Samantha Caretti, LASLAR (Caen)
Léa Chevalier, LASLAR (Caen)
Christophe Denis, ERIAC (Rouen)
Marion Duchesne, ERLIS (Caen)
Orlane Drux, CEREDI (Rouen)
Victor Faingnaert, HISTEME (Caen)
Charlotte-Isabelle Le Ridée, HISTEME (Caen)
Yohan Marc, GRHIS (Rouen)

Coordinateurs

Pour Caen : victor.barabino@unicaen.fr

Pour Rouen : come.barbaray@hotmail.com

Source : RMBLF

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à communication] Journées Jeunes chercheurs Janua 2020, Espace(s) et pouvoir(s), Poitiers, 9-10 avril 2020 [Date limite propositions : 15 février 2020

Les journées auront lieu les 9 et 10 avril 2020.

Ces journées d’études sont organisées par JANUA, l’association des étudiants de master et doctorants de l’Université de Poitiers qui regroupe les laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et CRIHAM (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie). L’objectif de ces deux journées d’études est de présenter les travaux de jeunes chercheurs sur le thème « espace(s) et pouvoir(s) » dans une perspective pluridisciplinaire et méthodologique laissant place au dialogue. Le choix de ce thème, large et riche en possibilités, permet un accès à toutes les disciplines et à toutes les périodes historiques, afin de favoriser l’ouverture d’esprit et l’apprentissage dans un moment d’émulation intellectuelle.

La notion d’« espace » est un concept que l’on rencontre constamment au gré de nos recherches : l’ « espace » peut être considéré comme un cadre territorial (un pays, une ville, un département, une région…), comme un lieu physique précis (un bâtiment, une salle…) ou encore comme un espace symbolique (réseaux iconographiques dans les églises, espaces liturgiques et cérémoniaux…). C’est une source de réflexion et de développements très divers car ce concept porte en lui un aspect multidimensionnel qui comprend aussi bien des notions géographiques, sociales et culturelles. L’« espace » peut être compris soit comme un territoire, c’est-à-dire un espace à l’empreinte humaine forte délimité par des frontières politiques (cité, seigneurie, commune, etc.), soit comme une étendue physique régie par des contraintes naturelles (chaînes de montagnes, interfaces maritimes, etc..). Cette zone peut alors être elle-même structurée par une société organisée en classes sociales qui se répartissent cet espace (enclaves de pauvreté, résidences élitaires). Cette notion ne peut être définie en dehors de son contexte politique car c’est ce dernier qui délimite ses frontières aussi bien géographiquement et physiquement que culturellement. Il est donc naturel d’en venir à la question suivante : dans quelle mesure cette notion « d’espace » est liée au thème du pouvoir ? Bien souvent, l’appropriation de l’espace est un enjeu pour le pouvoir. Ce fut le cas lors de l’acquisition de l’habitat aristocratique par l’administration de l’État durant le siècle des Lumières ou bien pour transformer les hôtels particuliers en bâtiments publics au XIXe siècle. Pour comprendre le lien entre l’expression des rapports de pouvoir et l’espace, il suffit de s’intéresser aux conquêtes, colonisations, migrations, mais également aux déplacements de frontières allant souvent de pair avec les échanges culturels. Par exemple, la façon dont certains camps romains ont été les structures de base d’un développement urbain (Cologne et Bonn en Germanie) montre l’importance que peut parfois prendre la relation entre le pouvoir en place et le ou les espace(s) structurant la géographie d’un lieu. Il ne s’agit pas alors seulement de frontières bien définies, de lignes fixes, mais d’un espace plus large au cœur duquel les échanges culturels sont fréquents et structurent un territoire. Ces périodes de mutations ont apporté avec elles la question de l’appropriation d’un lieu, d’un territoire étendu qui est le lieu de projection du pouvoir de celui ou ceux qui le contrôlent.

Ce thème d’« espace(s) et pouvoir(s) » s’articulera autour d’un cadre géographique (un pays, une région, une ville ou même un bâtiment), en changeant les rapports d’échelle, et en combinant sa réflexion avec les rapports que ces espaces ont pu avoir avec les pouvoirs politiques. Ce projet se réfèrera à des problématiques sur l’émergence de nouvelles conceptions du pouvoir ainsi qu’aux dynamiques sociales exprimées par l’espace. Il abordera également des thématiques moins étendues, comme le rôle défensif d’un territoire pour servir le pouvoir, d’un espace dans lequel le pouvoir s’exerce ou qui est la vitrine sociale de celui qui le possède, témoin de sa puissance (militaire, économique, influence sociale).

Dans ce cadre, les présentations pourront être organisées selon trois axes différents :

  • Le premier axe s’articulera autour des dynamiques de contrôle d’un espace par les pouvoirs politiques.  Il sera possible d’évoquer plusieurs questionnements sur le maintien du pouvoir lié à un espace, un processus d’attachement à un espace en lien avec l’autorité y exerçant un pouvoir, etc. Il s’agira ainsi de traiter l’administration du pouvoir dans un ensemble, comme par exemple le pouvoir royal, seigneurial ou politique dans un lieu.
  • Le deuxième axe sera réservé aux espaces dits « concrets », qui sont des espaces construits par l’homme, comme des bâtiments religieux, d’habitation, à but militaire ou politique, ou bien encore certaines parties de ces bâtiments, comme les salles réservées à l’exercice du pouvoir.
  • Le troisième axe abordera l’espace en tant que symbole culturel, et notamment son rôle dans la représentation et la théâtralisation des rapports politiques, religieux et sociaux. Touchant à tous les domaines d’études, ce thème offre de grandes possibilités de propositions de communication. Cette réflexion a pour but la transdisciplinarité, à travers l’analyse des sources étudiées par les jeunes chercheurs, qu’elles soient écrites ou matérielles.

Les propositions de communication (environ 500 mots) doivent être envoyées, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 15 février 2020. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés au début du mois de mars. L’événement se déroulera sur deux journées. L’après-midi de la seconde journée sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50 euros par intervenant.

Exemples de références bibliographiques :

ANDRAULT-SCHMITT Claude (dir.), Le palais des comtes à Poitiers, Nicolas PROUTEAU, « Richard Cœur de Lion : entre mythes et réalités », Snoeck, 2016, p.82-87.

BECKER Jean-Jacques, Serge BERSTEIN, Sophie CHAUVEAU, Ouvriers, villes et société, Autour d’Yves Lequin et de l’histoire sociale, Paris, Nouveau monde éditions, 2005.

BOURILLON Florence, Les villes en France au XIXe siècle, Paris, Ophrys, 1992.

BREFE Fonseca, CLAUDIA Ana, GUALDÉ Krystel, « Pouvoirs : représenter le pouvoir en France du Moyen âge à nos jours » : exposition, Château des ducs de Bretagne-Musée  d’histoire de Nantes, du 4 octobre 2008 au 4 janvier 2009, Paris, Somogy éditions d’art, 2008.

BRUNET Roger, FERRAS Robert, THÉRY Hervé, Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Édition Reclus – La Documentation Française, 2009 (3ème édition revue et augmentée) ; voir notamment les définitions d’ « espace » de la page 193 à la page 195, de « pouvoir » aux pages 398 et 399 et de « territoire » aux pages 480 et 481.

DESTEMBERG Antoine, LE GOFF Fabrice, Atlas de la France médiévale : hommes, pouvoirs et espaces, du Ve au XVe siècle, Paris, Éditions Autrement, 2017.

DORIGNY Marcel, LE GOFF Fabrice, Atlas des premières colonisations : XVedébut XIXe siècle, des conquistadores aux libérateurs, Paris, Autrement, 2013.

DUBASQUE François et KOCHER-MARBOEUF  Éric (dir), Terres d’élections,  Les dynamiques de l’ancrage politique, 1750-2009, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

DUSSERRE Aurélia, HOUTTE Arnaud-Dominique, BALAVOINE Guillaume, Atlas de la France au XXe siècle : 1914-2002, De la Grande Guerre à une nouvelle société, Paris, Éditions Autrement, 2018.

HUBERT Étienne, L’« Incastellamento » en Italie centrale : Pouvoirs, territoire et peuplement dans la vallée du Turano au Moyen Âge, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2002.

MALIGORNE Yvan, L’architecture romaine dans l’ouest de la Gaule, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

NEWTON William Ritchey, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard, 2000.

PHAN Bernard, Colonisations et décolonisations (XVIeXXe siècle), Paris, Presses Universitaires de France, 2017.

TRÉMENT Frédéric, « Élites et villae dans le territoire de la cité arverne », Actes du colloque, Les élites et leurs facettes, les élites locales dans le monde hellénistique et romain, (Clermont-Ferrand, 24-26 novembre 2000) p.661-676.

 Comité Scientifique

Stéphane BOISSELLIER, Professeur en Histoire médiévale au CESCM

François DUBASQUE, Maître de conférences en Histoire contemporaine au CRIHAM

Charles  GARCIA, Maître de conférences HDR en Histoire et Littérature médiévale espagnole au CESCM

Philippe MAINTEROT, Maître de conférences en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Vincent MICHEL, Professeur en Histoire de l’Art et Archéologie antique à HeRMA

Marie-Luce PUJALTE-FRAYSSE, Maître de conférences en Histoire de l’Art moderne au CRIHAM

Fabrice VIGIER, Maître de conférences d’Histoire moderne au CRIHAM

Alexandre VINCENT, Maître de conférences en Histoire romaine à HeRMA

Comité d’organisation : Association Janua

Mélanie FERREIRA (CESCM, Diplômée du master II Mondes Médiévaux en archéologie du bâti)

Emilie MARGAIX (CESCM, Doctorante en Histoire médiévale)

Mehdi MONTET (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)

Camille PACCOU (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale)

Source : CESCM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 CIHAM - UMR 5648

More Posts