Archives de catégorie : Parutions

[Parution] Simone Balossino, Le pont d’Avignon. Une société de bâtisseurs (XIIe-XVe siècle), Avignon, Editions universitaires d’Avignon, 2021, 248 p.

Préface de Guido Castelnuovo

Présentation

Pourquoi construire un pont sur le Rhône à Avignon ? Depuis des siècles, les érudits et les historiens se sont attachés à étudier le pont d’Avignon en retrouvant les traces de son fondateur légendaire, le jeune berger Bénézet, en suivant les difficultés de l’Œuvre et de l’hôpital qui y étaient associés depuis le Moyen Âge, et même en racontant l’épopée du Rhône qui, majestueux et imprévisible, passe au-dessous de ses arches et souvent les emportait par ses flots. Mais l’histoire du pont d’Avignon à travers les siècles ne peut se comprendre sans observer aussi le projet collectif de la ville qui l’a financé ou les conflits des pouvoirs, locaux ou étrangers, qui l’ont convoité. C’est à travers ce récit, tout politique, que la complexité de cet ouvrage emblématique ressort avec encore plus d’éclat et explique l’existence et la ténacité des légendes qui entourent encore aujourd’hui le pont brisé le plus célèbre du monde.

Source : Editions universitaires d’Avignon

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Xavier Hélary, L’ascension et la chute de Pierre de la Broce, chambellan du roi († 1278). Étude sur le pouvoir royal au temps de Saint Louis et de Philippe III (v. 1250 – v. 1280), Paris, Honoré Champion, 2021, 520 p.

L'ASCENSION ET LA CHUTE DE PIERRE DE LA BROCE, CHAMBELLAN DU ROI († 1278)

Préface de Philippe Contamine, de l’Institut
Présentation

En juin 1278, Pierre de La Broce, autrefois le chambellan tout-puissant du roi de France Philippe III, est pendu au gibet de Montfaucon. Il est le premier d’une longue série de favoris déchus. Si la mort de Pierre a été publique, les conditions de sa chute sont demeurées mystérieuses pour les contemporains, qui ont eu tout loisir de méditer sur les inconstances de Fortune, qui pousse au sommet de sa roue les hommes, avant de les précipiter dans l’abîme. Les documents conservés dévoilent une partie de ce qui s’est tramé à la cour de France entre 1276 et 1278 : la mort suspecte du fils aîné du roi et de sa première épouse, la mise en cause de sa seconde femme, Marie de Brabant, par Pierre de La Broce, les prétendues révélations d’une sainte femme du diocèse de Liège, le tout sur fond de rumeurs complaisamment répandues autour de la possible homosexualité de Philippe III. Le chambellan a joué, et il a perdu : les barons ont fait corps autour de Marie de Brabant. Au-delà des circonstances à la fois dramatiques et rocambolesques de l’affaire, le riche dossier qui la documente donne accès aux ressorts de la cour capétienne et ouvre des perspectives sur le fonctionnement du gouvernement royal dans la seconde moitié du XIIIe siècle, tandis que la confiscation des archives du chambellan destitué permet de reconstituer l’opulent patrimoine qu’il avait réussi à se constituer, en peu d’années et grâce à la faveur royale. À bien des égards, l’affaire Pierre de La Broce se révèle d’un intérêt exceptionnel.

Source : Honoré Champion

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] : Cahiers de Recherches médiévales et humanistes

Le dernier numéro des Cahiers de recherches médiévales et humanistes est sorti le mercredi 7 juillet 2021. Vous y trouverez notamment les articles écrits à partir des contributions de la journée d’études « Ovide dans la Romania médiévale » qu’avait organisée Marylène Possamaï-Pérez et Irene Salvo García le 18 octobre 2018 à l’ENS de Lyon.  Ce dossier, intitulé donc Ovide dans la Romania médiévale, met à l’honneur de nombreux membres du CIHAM ! 

Ces contributions sont suivies d’un dossier intitulé « Inventer la littérature médiévale (XVIe-XVIIe siècles)

https://classiques-garnier.com/cahiers-de-recherches-medievales-et-humanistes-journal-of-medieval-and-humanistic-studies-2021-1-n-41-varia.html

Source : https://classiques-garnier.com

Amalia Desbrest

Doctorante en littérature médiévale espagnole, ENS de Lyon - CIHAM -UMR 5648.

More Posts

[Parution] Cecini, Ulisse, Masā’il ʿAbdallāh ibn Salām (Doctrina Mahumet). Kritische Edition des arabischen Textes mit Einleitung und Übersetzung, Harrassowitz, 2021

In der anonym überlieferten Schrift Masā’il ʿAbdallāh ibn Salām (Die Fragen des ʿAbdallāh ibn Salām), befragt ein jüdischer Gelehrter den Propheten Muḥammad, um herauszufinden, ob dieser ein echter Prophet sei. Die Fragen sind mannigfaltig: Es geht um die Definition des Glaubens, die verschiedenen Arten der Offenbarungen, die Schöpfung der Welt und des Menschen, die Stellung von Mann und Frau in der Welt, die Engel, das Jüngste Gericht. Nachdem Muḥammad alle Fragen korrekt beantwortet hat, nimmt der Gelehrte den Islam an und erhält vom Propheten den neuen Namen ʿAbdallāh ibn Salām (Diener Gottes, Sohn des Friedens).
Der Text bietet eine praktische Zusammenfassung islamischer Lehren und volkstümlicher Traditionen und verbreitete sich deshalb sowohl innerhalb als auch außerhalb der islamischen Welt. Er wurde u.a. ins Persische, Türkische, Urdu, Tamil und Malayische übersetzt. Im 12. Jahrhundert wurde er außerdem unter dem Titel Doctrina Mahumet ins Lateinische übertragen, die spätere Grundlage für Übersetzungen in europäische Volkssprachen.
Ulisse Cecini legt erstmals den arabischen Text in einer kritischen Edition mit deutscher Übersetzung und einer ausführlichen Einleitung zur Geschichte, Bedeutung und Überlieferung des Textes vor. Im Anhang findet man die kritische Edition und die deutsche Übersetzung der lateinischen Version Doctrina Mahumet , verfasst von Reinhold F. Glei und Concetta Finiello.

Table des matières et informations complémentaires : https://www.harrassowitz-verlag.de/title_6826.ahtml?fbclid=IwAR3YAbxdG_fS94snlzuPv332RdP_7egsCuWJjJvAo1Hp6z8JFOz1SajSXE4

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Corisandre Fenwick, Early Islamic North Africa. A New Perspective, Bloomsbury, 2021

This volume proposes a new approach to the Arab conquests and the spread of Islam in North Africa. In recent years, those studying the Islamic world have shown that the coming of Islam was not marked by devastation or decline, but rather by considerable cultural and economic continuity. In North Africa, with continuity came significant change. Corisande Fenwick argues that the establishment of Muslim rule also coincided with a phase of intense urbanization, the appearance of new architectural forms (mosques, housing, hammams), the spread of Muslim social and cultural practices, the introduction of new crops and manufacturing techniques and the establishment of new trading links with sub-Saharan Africa, Europe and the Middle East.

This concise and accessible book offers the first assessment of the archaeology of early Islamic North Africa (7th–9th centuries), drawing on a wide range of new evidence from Morocco, Algeria, Tunisia and Libya. It lays out current debates about its interpretation and suggests new ways of thinking about this crucial period in world history. Essential reading for those interested in understanding the impact of the Arab conquests and the spread of Islam on daily life, it will also challenge students of archaeology and history to think in new ways about North Africa, the earliest Islamic empires and states and the transition from the Roman to the medieval Mediterranean.

Table of contents

List of Figures
Acknowledgments
A Note on Arabic and Terminology

Introduction: The Problem of North Africa.

Ch 1. Foundations: Evidence and Interpretation
Ch 2. From Conquest to Muslim Rule
Ch 3. Cities
Ch 4. The Countryside
Ch 5. Economic Life
Ch 6. Social Life

Epilogue: North Africa and the Islamic World

Timeline
Glossary

Notes
Bibliography
Index

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Frontière.s, Revue d’Archéologie, Histoire et Histoire de l’Art, « Investir la frontière », n° 4, 2021

Le nouveau numéro de Frontière.s est paru, avec un dossier intitulé « Investir la frontière » dirigé par Marine Lépée et Gaëlle Perrot, deux varia et deux comptes rendus.

Retrouvez-le ici : https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=506

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] H.-L. Hagemann, The Kharijites in Early Islamic Historical Tradition, Heroes and Villains, Édimbourg, 2021

Why are stories told about the Khārijites – purported rebels and heretics? From the Khārijites’ origins at the Battle of Ṣiffīn in 657 CE until the death of the caliph ʿAbd al-Malik b. Marwān in 705 CE, this exhaustive literary analysis provides a fresh perspective on Khārijite history as depicted in early Islamic historiography.

The Islamic tradition portrays Khārijism as a heretical movement of militantly pious zealots, a notion largely reiterated by what little modern scholarship there is on the Khārijites. Hannah-Lena Hagemann moves away from the usual positivist reconstructions of Khārijite history ‘as it really was’ and instead examines its narrative function in early Islamic historiography. The results of this literary analysis highlight the need for a serious reassessment of the historical phenomenon of Khārijism as it is currently understood in scholarship.

Part I: Preliminaries

Part II: Early Islamic Historiography and Literary Khārijism

  1. Literary Approaches to Islamic Historiography and Khārijite History
  2. Portraying Khārijism
  3. Composing Khārijism

Part III: The Portrayal of Khārijite History from Ṣiffīn to the Death of ʿAbd al-Malik

  1. Narratives of Khārijite Origins
  2. Khārijism During the Reign of Muʿāwiya b. Abī Sufyān
  3. Khārijism from the Second Fitna until the Death of ʿAbd al-Malik

Part IV: Observations and Conclusions

  1. Observations Regarding the Historiographical Tradition on Khārijism

Conclusion

Bibliography

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] D. Valérian (dir.), Les Berbères entre Maghreb et Mashreq (VIIe-XVe s.), Madrid, Casa de Velázquez, 2021.

Un examen des représentations médiévales des Berbères dans les discours des auteurs arabes, orientaux et maghrébins, sur l’histoire de l’Islam.

Le terme « Berbère », qui désigne la population du Maghreb au moment de la conquête islamique, renvoie à l’idée du caractère autochtone de cette dernière. Cette altérité coexiste cependant dans les textes avec la revendication du caractère oriental des Berbères, à travers l’élaboration de généalogies fictives des tribus, qui présente le Maghreb comme orientalisé avant même la conquête. Mais cette construction s’est accompagnée, très vite, d’un discours des auteurs maghrébins qui revendiquait la place originale et éminente des Berbères face aux Orientaux dans le plan divin, par une inversion assumée des polarités de l’Islam et des hiérarchies des peuples musulmans. Les études réunies dans ce volume analysent cette tension permanente dans le discours, entre la revendication d’une origine orientale et celle d’un rôle éminent des populations musulmanes du Maghreb dans le destin de l’Islam.

Sommaire

Dominique Valérian
Introduction

AUX ORIGINES DES BERBÈRES

Annliese Nef
L’invention des Berbères : retour sur la genèse de la catégorie « Barba » au cours des premiers siècles de l’Islam

Ramzi Rouighi
La berbérisation et ses masques : le peuple berbère en question (VIIe-Xe siècle)

RÉSISTANCES ET CONTRE-DISCOURS

Soléna Cheny
Approches historiographiques du discours de la résistance berbère

Allaoua Amara
L’évolution du discours sur les Berbères dans les sources narratives du Maghreb médiéval (IXe-XIVe siècle)

Cyrille Aillet
« Dieu ouvrira une nouvelle porte pour l’islam au Maghreb ». Ibn Sallām (IIIe/IXe siècle) et les hadiths sur les Berbères, entre Orient et ibadisme maghrébin

LANGUES ET GÉNÉALOGIES BERBÈRES

Helena de Felipe
Anciens mots, nouvelles lectures : hybridisme culturel au Maghreb médiéval

Mohamed Méouak
Le monde berbère dans les sources arabes de l’Orient médiéval. Motifs afro-asiatiques et visions arabo-musulmanes

Mehdi Ghouirgate
Al‑lisān al‑ġarbī ou la langue des Almohades

Maribel Fierro
Histoire de l’Islam, des Berbères et de l’Occident islamique

Lien en ligne : https://books.openedition.org/cvz/25413

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Olivier Simonin et Caroline De Barrau (éd.), La Formule au Moyen Âge III. Formulas in Medieval Culture III, Turnhout, Brepols, 2021, 447 p.

Présentation

Étude interdisciplinaire sur le concept de formule au Moyen Âge

Les modes de pensée et de représentation médiévaux sont profondément marqués par l’usage de reprises et de régularités attendus et reconnaissables, qui sont sources de tensions productives entre expression individuelle et normes collectives, changement et continuité, création et convention. De façon très générale, toute formule se caractérise par un figement ou une régularité plus ou moins marquée laissant la place, en creux, à l’innovation. La définition de la formule se décline différemment en fonction de la discipline considérée, et cet ouvrage propose une réflexion interdisciplinaire sur ses différentes acceptions et sur les recoupements que l’on peut observer entre elles. En outre, un échange entre plusieurs intervenants, poursuivant une discussion sous forme de table ronde à l’occasion du colloque international organisé à Perpignan en 2014, vient clore le volume et propose un premier aperçu synthétique de l’emploi de la notion pour les différentes disciplines concernées : codicologie, diplomatique, épigraphie, histoire, histoire de l’art, littérature, linguistique, musicologie.

Table des matières

Olivier Simonin et Caroline de Barrau, De la polysémie de la formule

Histoire

Anne Brenon, Quand les brebis mangent les loups. Subversion de la formule et hérésie cathare

Viola Mariotti, Vulpes transfiguratas in talpas : les cathares entre renards et taupes dans l’épître Audite, cœli d’Henri de Clairvaux. Métamorphose d’une formule allégorique anti-hérétique

Noemi Barrera Gómez, Explicar la trinidad mediante su formulación. Une gramática teológica en el De proprietatibus rerum

Florence Ninitte, Enjeux d’un transfert formulaire. Du débat islamo-chrétien d’al-Hashimii et d’al-Kindii à l’encyclopdie Speculum Historiale de Vincent de Beauvais

María Jesús Fuente, La fórmula Esther. La reina bíblica como modelo de reinas medievales

Manuscrits, chartes et inscriptions

Véronique Soreau, L’art de la formule dans l’art de guérir. Édition et étude d’extraits en moyen-anglais des recettes médicinales des manuscrits : Cambridge, Trinity College, Wren Library 1037 (O.1.13) et 921 (R.14.51)

Emilie Cottereau-Gabillet, Colophons de manuscrits et constructions formulaires (France, XIVe et XVe siècles)

Chantal Senseby, La « date de lieu » et ses variations du Xe au XIIe siècle en Anjou et en Touraine

Paolo Buffo, Expérimentations notariales et modèles textuels dans la documentation de Philippe de Savoie-Achaïe (1295-1334)

Histoire de l’art

Marie Charbonnel, Pour faire et accomplir les choses dessus dites. Formules en contextes, les fondations entre acte et lieu du XIIIe au XVe siècle

Angélique Ferrand, Donner forme au(x) temps. La formule du Zodiaque et son association avec les Occupations des Mois

Anne Leturque, Des formules pour peindre des images

Musicologie

Anne Ibos-Augé, Formules, lieux communs, stéréotypes ? L’emploi de citations lyriques dans un traité spirituel : l’exemple du Livre d’amoretes

Anne-Zoé Rillon-Marne, Les formes de l’intertextualité biblique dans la lyrique latine des conduits (fin XIIe-XIIIe siècle)

Langue et littérature françaises médiévales

Malinka Velinova, La formule épique dans le moule de la relative en ancien français

Laurence Picano-Doucet, Les formules magiques de Médée dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure

Quentin Vincenot,«Sis lupus et sensum hominis habeas ». Le loup-garou entre l’être, le paraître et le dire

Stéphanie Bulthé, Formules didactiques dans les exemples du Livre de Regnart

Élyse Dupras, Formules de culpabilité, formules de pénitence dans les Miracles de Notre Dame par personnages

Autres littératures romanes

Antonio Sotgiu, Boccace et les formulaires pour les confesseurs. Le cas de la nouvelle de Sire Chapelet

Gemma Pellissa Prades, Hi ha una fórmula única per caracteritzar el fenomen de la ficció sentimental a la península ibèrica?

Postface

Table ronde sur la formule

Index des œuvres et des auteurs

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Bernard Andenmatten (dir.), Othon 1er de Grandson (vers 1240-1328). Le parcours exceptionnel d’un grand seigneur vaudois, Lausanne, Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 2020

OthonGrandsonimage

Présentation

Les contrastes d’une figure fascinante.

Retracer la vie d’Othon Ier, sire de Grandson, permet de souligner les contrastes d’une figure fascinante. Grand seigneur issu de la noblesse vaudoise à la carrière internationale – de l’Angleterre à la Terre sainte, en passant par la France et l’Italie –, financier doué pour les affaires qui se lança dans de grandes opérations bancaires, aristocrate particulièrement imbu de son identité chevaleresque ; célibataire laïc sans postérité qui mena d’une main ferme la politique familiale, avant d’aller reposer pour l’éternité dans un somptueux tombeau, installé dans le chœur de la cathédrale de Lausanne aux côtés de ses cousins évêques : Othon Ier de Grandson étonnera par les multiples facettes et les indéniables ambivalences d’une longue vie aventureuse.

Le présent ouvrage collectif rassemble des études inédites sur le personnage, regroupées autour de trois thématiques principales : le séjour anglais et l’aventure orientale ; les activités financières et leurs répercussions politiques ; la création d’une mémoire liturgique et familiale en pays de Vaud.

Table des matières

Bernard Andenmatten, Avant-propos………………………………………………..V

LA CARRIÈRE INTERNATIONALE

Michael Prestwich, Othon de Grandson et la cour d’Edouard Ier…………3

Alain Corbellari, Le crépuscule des Croisades…………………………..…….23

Susan Marti, Entre Orient et Occident: l’antependium d’Othon de Grandson…………………………..…………………………..…………………………...37

Xavier Hélary, Othon de Grandson au siège d’Acre…………………………55

LE GRAND FINANCIER

David Kusman, Haute noblesse et profit financier…………………………..73

Christian Hesse, Succès et aléas de l’activité commerciale et financière de la noblesse…………………………..…………………………..…………………..103

JeanDaniel Morerod, Finances et sentiments.………………………….…..125

Clémence Thévenaz Modestin, Une châtellenie pour des créances….135

LA MÉMOIRE EN PAYS DE VAUD

Daniel De Raemy, Le châteaurésidence d’Othon de Grandson………159

Dave Lüthi, Un monument funéraire d’exception…………………………..195

Bernard Andenmatten, La part de Dieu et la mémoire des hommes219

 

Source : Cahiers lausannois d’histoire médiévale

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] A. Nef, Révolutions islamiques. Émergences de l’Islam en Méditerranée (VIIe-Xe siècle), EFR, mai 2021

Comment comprendre l’émergence du monde islamique aux VIIe-Xe siècles ? L’empire islamique est-il le dernier des grands empires antiques ou au contraire le premier empire médiéval ? Cet ouvrage propose de dépasser l’opposition entre rupture et continuité. Si l’empire islamique emprunte à l’existant, il engage aussi la création d’un monde nouveau, fruit d’une révolution symbolique inscrite dans un temps long. Ce processus révolutionnaire accompagne les conquêtes et produit des répliques dans les régions nouvellement intégrées qui, en retour, co-produisent ce monde nouveau. Une attention particulière est portée ici sur l’Occident islamique, trop souvent encore considéré comme périphérique, et sur la nature de la révolution shiite fatimide que cette région a connue au Xe siècle.

Annliese Nef est professeur d’histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de la Méditerranée islamique, elle a publié notamment : Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, 2011, et plus récemment un livre remarqué, L’Islam a-t-il une histoire ? Du fait religieux comme fait social, Bordeaux, 2017

Livre en vente sur le site des publications 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Philippe Contamine, Nobles et noblesse en France (1300-1500), Paris, CNRS Editions, 2021, 400 p.

Présentation

De l’an mil à 1789, la noblesse fut en France une qualité transmise par le sang, dans le cadre, prépondérant sinon exclusif, du mariage chrétien. Spécifiquement, son histoire visait à s’inscrire sous le signe de la reproduction sociale. De 1300 à 1500, le fort sentiment d’identité de ses membres se trouva encore renforcé par l’intervention des hérauts d’armes. Quoique très minoritaires, les nobles persistèrent alors à jouer un rôle central, malgré les crises auxquelles ils furent confrontés et les contestations dont ils furent l’objet.
Les études ici réunies traitent de ce vaste sujet, l’accent étant mis sur le château, vu de l’intérieur et de l’extérieur, la seigneurie comme source de pouvoir et de revenus et les chevaux « de nom ». Parmi les activités propres à ce milieu – telle la chasse avec chiens ou oiseaux et plus encore les armes –, les joutes et les tournois, ce sport aristocratique pratiqué dans le cadre de la vie de cour, ne sont pas oubliés.
Certes, juridiquement et idéologiquement, on est en présence d’une société d’ordres, ce qui aurait dû conduire à un immobilisme structurel. Mais la réalité est plus complexe, comme le montre, au sein des « bonnes villes », la place des nobles face aux notables. La noblesse ? Une « élite » parmi d’autres, qui, de facto sinon de jure, se renouvelait régulièrement. Ici comme ailleurs, la vie l’emportait sur les principes.

 

Source : CNRS Editions

 

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Anna Constantinidis et Cesare Mascitelli (dir.), La Matière épique dans l’Europe romane au Moyen Âge. Persistances et trajectoires, Paris, Classiques Garnier, 2021, 240 p.

La Matière épique dans l’Europe romane au Moyen Âge. Persistances et trajectoires

Résumé

Au Moyen Âge, l’épopée française a exporté son patrimoine formel et thématique au-delà de ses propres frontières, génériques et géographiques. Les études réunies dans ce volume explorent différentes modalités et trajectoires du réemploi de la matière épique dans l’espace roman médiéval.

Source et sommaire : Classiques Garnier

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Caroline Chevalier-Royet, Les Livres des Rois dans l’empire carolingien. Exégèse et actualité, Paris, Classiques Garnier, 2021, 602 p.

Les Livres des Rois dans l’empire carolingien. Exégèse et actualité

Résumé

La lecture des commentaires carolingiens des livres des Rois – deux recueils anonymes et trois commentaires suivis de Claude de Turin, Raban Maur et Angélome de Luxeuil, composés entre 800 et 840 – éclaire les méthodes de ces exégètes et leur vision du monde, notamment leur conception du pouvoir terrestre.

Source et sommaire : Classiques Garnier

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Exposition] « La fille du Pape. Marguerite de Savoie », Château de Morges (Suisse), 26 mars-4 juillet 2021

Marguerite de Savoie est née il y a 600 ans au Château de Morges. Pour célébrer le destin de cette princesse, le Château de Morges s’est associé aux Archives de l’Etat du Bade-Wurtemberg ainsi qu’aux Archives d’Etat de Turin et propose au public de découvrir l’histoire d’une femme qui a étendu ses réseaux dans toute l’Europe.

Réfugiée à Morges alors que le duché de Savoie était frappé d’une épidémie de peste, Marie de Bourgogne donne naissance à Marguerite de Savoie au Château de Morges en 1420. Ce sera le début d’une vie internationale marquée par trois mariages successifs au sein de grandes maisons régnantes, les Anjou rois de Naples, les comtes du Palatinat et les comtes de Wurtemberg. Entre alliances et intrigues, Marguerite de Savoie se révélera comme une princesse plurilingue, politiquement intéressée et bibliophile.

Pour mettre en lumière la vie de cette femme, un partenariat a été noué entre le Château de Morges, les Archives de l’Etat du Bade-Wurtemberg ainsi que les Archives d’Etat de Turin. Prenant la forme d’une exposition itinérante et plurilingue, chaque institution s’est concentrée sur une étape de la vie de Marguerite de Savoie. A Morges du 26 mars au 4 juillet, des objets, tableaux et bijoux issus de l’environnement savoyard permettront de revenir sur ses premières années de vie sur les rives du lac Léman.

Du passage de Marguerite de Savoie au Château de Morges, on retiendra aussi les pieds de Servagnin que sa mère Marie de Bourgogne aura offert aux Morgiens pour les remercier de leur bon accueil. Ce cépage encore cultivé aujourd’hui fait partie intégrante du patrimoine viticole de la ville.

Des conférences  sont également prévues dans le cadre de cette exposition. Toutefois, selon l’évolution de la crise sanitaire, elles devront se tenir en ligne.

Catalogue de l’exposition

Sous la direction Peter Rückert, Anja Thaller et Klaus Oschema, en collaboration avec Julia Bischoff.

2020. Stuttgart. Kohlhammer. 248 pages avec CD et Booklet. 22€, ISBN 978-3-17-039679-1

 

Source et lien vers le programme et les conférences :
site internet du château de Morges

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Pierre Prétou, L’invention de la piraterie au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 2021, 228 p.

L'invention de la piraterie en France au Moyen Âge

Présentation

À la fin du Moyen Âge, après des siècles d’abandon du lexique maritime antique, les mots d’une nouvelle accusation pénale – le crime de piraterie des Latins – réapparaissent dans les archives. Peu à peu, le lexique médiéval des « larrons de mer » se retire des rivages, tandis que s’avance le pirate : au seuil de la modernité, la France réinvente son criminel en mer. Cette mécanique fut avant tout atlantique et royale : une invention, ou découverte, de la piraterie, telle une relique sainte du passé romain qui serait remontée à la surface avant d’être exploitée par les Valois pour ses vertus pénales. Cette épiphanie médiévale du pirate français est remarquable en ce qu’elle scrute l’obéissance des gens de mer, ainsi mis en sujétion par une inflexion profonde de la doctrine pénale. Le royaume de France, devenu au XVe siècle une puissance maritime, livre ainsi un nouveau récit des navigations, dans lequel pirates et rois se combattent, pour mieux transformer le statut de ses frontières atlantiques.

Source : PUF

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Vincent Challet et Jean-Philippe Juchs (dir.), La violence seigneuriale à l’époque moderne, Revue Criminocorpus [En ligne]

Actes de la journée d’études organisée par Vincent Challet et Jean-Philippe Juchs le 8 novembre 2018 à l’université Paul-Valéry Montpellier (CEMM, EA 4583).

Sommaire et mis en ligne des articles sur le site de la revue Criminocorpus

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Guillaume Grillon, Jean-Pierre Garcia et Thomas Labbé, Vignes et vins de Talant. 800 ans d’histoire en Bourgogne, Dijon, Editions Faton, 2021, 144 p.

Vignes et vins de Talant

Présentation

À l’image de nombreux autres vignobles urbains, le vignoble de Talant est en plein renouveau. Avec la réhabilitation du cellier ducal dans les années 1980, la plantation d’une première parcelle sur le coteau de la Côte aux Ailles au début des années 1990 et la remise en vignes des Époutières en 2015, la Ville entend replacer ses vignes et ses vins sur le chemin de l’histoire.
À partir de documents d’archives inédits mais aussi des traces sur le terrain, cet ouvrage emmène le lecteur à la découverte du passé viticole de Talant, une ville nouvelle et fortifiée fondée sur les hauteurs de Dijon en 1208 par le duc de Bourgogne Eudes III. Avec 26 hectares de vignes, le domaine ducal de Talant constitue au Moyen Âge l’un des quatre grands vignobles produisant les vins bus à la cour de Bourgogne et offerts en cadeaux diplomatiques aux grands personnages du royaume. Si Talant a connu ses plus belles heures sous la dynastie des ducs Valois (1367-1477), c’est au xixe siècle que le vignoble talantais atteint sa plus grande extension, avec près de 190 hectares plantés en gamay en 1830 et 75 % des ménages qui se déclarent vignerons. Alors qu’ils auraient pu prétendre à devenir de grands climats, le Clos Meunier, le Clos Marosse ou encore le Clos Marchand ont été morcelés et délaissés pour finalement disparaître sous les habitations. Hormis les vins rouges et blancs, la production talantaise se distingue à la fin du Moyen Âge par le « galant de Madame », un vin cuit probablement aromatisé à la gentiane et particulièrement apprécié de la duchesse Marguerite de Flandre. Aujourd’hui, outre son bourgogne blanc du coteau de la Fontaine aux Fées, Talant a maintenant son crémant et bientôt un bourgogne rouge !

Source : Editions Faton via Artehis

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[A paraître] Céline Berrette (dir.), Les renaissances du château de Pontus de Tyard à Bissy-sous-Fley, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 2021, 125 p.

Le château et l'Žéglise de Châteauneuf (Côte-d'Or, au Moyen Âge

Présentation

Située au sud de la côte viticole chalonnaise, la maison forte de Bissy-sur-Fley est un exemple particulièrement bien conservé de manoir aristocratique de la fin du style gothique. C’est aussi le lieu où naquit il y a 500 ans le savant et poète Pontus de Tyard, qui aimait à s’y retrouver parfois avec ses amis humanistes.
Depuis 20 ans, une association de bénévoles réussit à préserver sa mémoire dans le respect de l’esprit de son temps : dans les décors, les jardins et dans sa fabuleuse vigne conservatoire.

Source : CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts