Archives de catégorie : Parutions

[Parution] A. Nef, Révolutions islamiques. Émergences de l’Islam en Méditerranée (VIIe-Xe siècle), EFR, mai 2021

Comment comprendre l’émergence du monde islamique aux VIIe-Xe siècles ? L’empire islamique est-il le dernier des grands empires antiques ou au contraire le premier empire médiéval ? Cet ouvrage propose de dépasser l’opposition entre rupture et continuité. Si l’empire islamique emprunte à l’existant, il engage aussi la création d’un monde nouveau, fruit d’une révolution symbolique inscrite dans un temps long. Ce processus révolutionnaire accompagne les conquêtes et produit des répliques dans les régions nouvellement intégrées qui, en retour, co-produisent ce monde nouveau. Une attention particulière est portée ici sur l’Occident islamique, trop souvent encore considéré comme périphérique, et sur la nature de la révolution shiite fatimide que cette région a connue au Xe siècle.

Annliese Nef est professeur d’histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de la Méditerranée islamique, elle a publié notamment : Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, 2011, et plus récemment un livre remarqué, L’Islam a-t-il une histoire ? Du fait religieux comme fait social, Bordeaux, 2017

Livre en vente sur le site des publications 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Philippe Contamine, Nobles et noblesse en France (1300-1500), Paris, CNRS Editions, 2021, 400 p.

Présentation

De l’an mil à 1789, la noblesse fut en France une qualité transmise par le sang, dans le cadre, prépondérant sinon exclusif, du mariage chrétien. Spécifiquement, son histoire visait à s’inscrire sous le signe de la reproduction sociale. De 1300 à 1500, le fort sentiment d’identité de ses membres se trouva encore renforcé par l’intervention des hérauts d’armes. Quoique très minoritaires, les nobles persistèrent alors à jouer un rôle central, malgré les crises auxquelles ils furent confrontés et les contestations dont ils furent l’objet.
Les études ici réunies traitent de ce vaste sujet, l’accent étant mis sur le château, vu de l’intérieur et de l’extérieur, la seigneurie comme source de pouvoir et de revenus et les chevaux « de nom ». Parmi les activités propres à ce milieu – telle la chasse avec chiens ou oiseaux et plus encore les armes –, les joutes et les tournois, ce sport aristocratique pratiqué dans le cadre de la vie de cour, ne sont pas oubliés.
Certes, juridiquement et idéologiquement, on est en présence d’une société d’ordres, ce qui aurait dû conduire à un immobilisme structurel. Mais la réalité est plus complexe, comme le montre, au sein des « bonnes villes », la place des nobles face aux notables. La noblesse ? Une « élite » parmi d’autres, qui, de facto sinon de jure, se renouvelait régulièrement. Ici comme ailleurs, la vie l’emportait sur les principes.

 

Source : CNRS Editions

 

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Anna Constantinidis et Cesare Mascitelli (dir.), La Matière épique dans l’Europe romane au Moyen Âge. Persistances et trajectoires, Paris, Classiques Garnier, 2021, 240 p.

La Matière épique dans l’Europe romane au Moyen Âge. Persistances et trajectoires

Résumé

Au Moyen Âge, l’épopée française a exporté son patrimoine formel et thématique au-delà de ses propres frontières, génériques et géographiques. Les études réunies dans ce volume explorent différentes modalités et trajectoires du réemploi de la matière épique dans l’espace roman médiéval.

Source et sommaire : Classiques Garnier

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Caroline Chevalier-Royet, Les Livres des Rois dans l’empire carolingien. Exégèse et actualité, Paris, Classiques Garnier, 2021, 602 p.

Les Livres des Rois dans l’empire carolingien. Exégèse et actualité

Résumé

La lecture des commentaires carolingiens des livres des Rois – deux recueils anonymes et trois commentaires suivis de Claude de Turin, Raban Maur et Angélome de Luxeuil, composés entre 800 et 840 – éclaire les méthodes de ces exégètes et leur vision du monde, notamment leur conception du pouvoir terrestre.

Source et sommaire : Classiques Garnier

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Exposition] « La fille du Pape. Marguerite de Savoie », Château de Morges (Suisse), 26 mars-4 juillet 2021

Marguerite de Savoie est née il y a 600 ans au Château de Morges. Pour célébrer le destin de cette princesse, le Château de Morges s’est associé aux Archives de l’Etat du Bade-Wurtemberg ainsi qu’aux Archives d’Etat de Turin et propose au public de découvrir l’histoire d’une femme qui a étendu ses réseaux dans toute l’Europe.

Réfugiée à Morges alors que le duché de Savoie était frappé d’une épidémie de peste, Marie de Bourgogne donne naissance à Marguerite de Savoie au Château de Morges en 1420. Ce sera le début d’une vie internationale marquée par trois mariages successifs au sein de grandes maisons régnantes, les Anjou rois de Naples, les comtes du Palatinat et les comtes de Wurtemberg. Entre alliances et intrigues, Marguerite de Savoie se révélera comme une princesse plurilingue, politiquement intéressée et bibliophile.

Pour mettre en lumière la vie de cette femme, un partenariat a été noué entre le Château de Morges, les Archives de l’Etat du Bade-Wurtemberg ainsi que les Archives d’Etat de Turin. Prenant la forme d’une exposition itinérante et plurilingue, chaque institution s’est concentrée sur une étape de la vie de Marguerite de Savoie. A Morges du 26 mars au 4 juillet, des objets, tableaux et bijoux issus de l’environnement savoyard permettront de revenir sur ses premières années de vie sur les rives du lac Léman.

Du passage de Marguerite de Savoie au Château de Morges, on retiendra aussi les pieds de Servagnin que sa mère Marie de Bourgogne aura offert aux Morgiens pour les remercier de leur bon accueil. Ce cépage encore cultivé aujourd’hui fait partie intégrante du patrimoine viticole de la ville.

Des conférences  sont également prévues dans le cadre de cette exposition. Toutefois, selon l’évolution de la crise sanitaire, elles devront se tenir en ligne.

Catalogue de l’exposition

Sous la direction Peter Rückert, Anja Thaller et Klaus Oschema, en collaboration avec Julia Bischoff.

2020. Stuttgart. Kohlhammer. 248 pages avec CD et Booklet. 22€, ISBN 978-3-17-039679-1

 

Source et lien vers le programme et les conférences :
site internet du château de Morges

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Pierre Prétou, L’invention de la piraterie au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 2021, 228 p.

L'invention de la piraterie en France au Moyen Âge

Présentation

À la fin du Moyen Âge, après des siècles d’abandon du lexique maritime antique, les mots d’une nouvelle accusation pénale – le crime de piraterie des Latins – réapparaissent dans les archives. Peu à peu, le lexique médiéval des « larrons de mer » se retire des rivages, tandis que s’avance le pirate : au seuil de la modernité, la France réinvente son criminel en mer. Cette mécanique fut avant tout atlantique et royale : une invention, ou découverte, de la piraterie, telle une relique sainte du passé romain qui serait remontée à la surface avant d’être exploitée par les Valois pour ses vertus pénales. Cette épiphanie médiévale du pirate français est remarquable en ce qu’elle scrute l’obéissance des gens de mer, ainsi mis en sujétion par une inflexion profonde de la doctrine pénale. Le royaume de France, devenu au XVe siècle une puissance maritime, livre ainsi un nouveau récit des navigations, dans lequel pirates et rois se combattent, pour mieux transformer le statut de ses frontières atlantiques.

Source : PUF

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Vincent Challet et Jean-Philippe Juchs (dir.), La violence seigneuriale à l’époque moderne, Revue Criminocorpus [En ligne]

Actes de la journée d’études organisée par Vincent Challet et Jean-Philippe Juchs le 8 novembre 2018 à l’université Paul-Valéry Montpellier (CEMM, EA 4583).

Sommaire et mis en ligne des articles sur le site de la revue Criminocorpus

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Guillaume Grillon, Jean-Pierre Garcia et Thomas Labbé, Vignes et vins de Talant. 800 ans d’histoire en Bourgogne, Dijon, Editions Faton, 2021, 144 p.

Vignes et vins de Talant

Présentation

À l’image de nombreux autres vignobles urbains, le vignoble de Talant est en plein renouveau. Avec la réhabilitation du cellier ducal dans les années 1980, la plantation d’une première parcelle sur le coteau de la Côte aux Ailles au début des années 1990 et la remise en vignes des Époutières en 2015, la Ville entend replacer ses vignes et ses vins sur le chemin de l’histoire.
À partir de documents d’archives inédits mais aussi des traces sur le terrain, cet ouvrage emmène le lecteur à la découverte du passé viticole de Talant, une ville nouvelle et fortifiée fondée sur les hauteurs de Dijon en 1208 par le duc de Bourgogne Eudes III. Avec 26 hectares de vignes, le domaine ducal de Talant constitue au Moyen Âge l’un des quatre grands vignobles produisant les vins bus à la cour de Bourgogne et offerts en cadeaux diplomatiques aux grands personnages du royaume. Si Talant a connu ses plus belles heures sous la dynastie des ducs Valois (1367-1477), c’est au xixe siècle que le vignoble talantais atteint sa plus grande extension, avec près de 190 hectares plantés en gamay en 1830 et 75 % des ménages qui se déclarent vignerons. Alors qu’ils auraient pu prétendre à devenir de grands climats, le Clos Meunier, le Clos Marosse ou encore le Clos Marchand ont été morcelés et délaissés pour finalement disparaître sous les habitations. Hormis les vins rouges et blancs, la production talantaise se distingue à la fin du Moyen Âge par le « galant de Madame », un vin cuit probablement aromatisé à la gentiane et particulièrement apprécié de la duchesse Marguerite de Flandre. Aujourd’hui, outre son bourgogne blanc du coteau de la Fontaine aux Fées, Talant a maintenant son crémant et bientôt un bourgogne rouge !

Source : Editions Faton via Artehis

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[A paraître] Céline Berrette (dir.), Les renaissances du château de Pontus de Tyard à Bissy-sous-Fley, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 2021, 125 p.

Le château et l'Žéglise de Châteauneuf (Côte-d'Or, au Moyen Âge

Présentation

Située au sud de la côte viticole chalonnaise, la maison forte de Bissy-sur-Fley est un exemple particulièrement bien conservé de manoir aristocratique de la fin du style gothique. C’est aussi le lieu où naquit il y a 500 ans le savant et poète Pontus de Tyard, qui aimait à s’y retrouver parfois avec ses amis humanistes.
Depuis 20 ans, une association de bénévoles réussit à préserver sa mémoire dans le respect de l’esprit de son temps : dans les décors, les jardins et dans sa fabuleuse vigne conservatoire.

Source : CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[A paraître] Philippe Durand (dir.), Le château du Cheylard (commune d’Aujac, Gard), « sentinelle des Cévennes », Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 2021, 484 p.

Le château et l'Žéglise de Châteauneuf (Côte-d'Or, au Moyen Âge

Présentation

À château exceptionnel, livre exceptionnel !
Sur son éperon culminant à 600 m d’altitude, le château du Cheylard domine et contrôle depuis 1211 la vallée de la Cèze. Sous l’impulsion de ses propriétaires passionnés, Marlène et Gilbert Léautier, les vestiges des XIIIeXVIIe siècles ont été patiemment restaurés, sans rien perdre de leur authenticité.
Philippe Durand a réuni une vaste équipe pluridisciplinaire, regroupant des chercheurs venus d’horizons plus ou moins lointains, pour étudier les pierres et les hommes. Ce livre, fruit d’une aventure humaine, éclaire l’histoire des Cévennes et apporte un nouveau fleuron à la connaissance castellologique.

Source : CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Bernard Gueugnon, Le château d’Alone-Toulongeon en Autunois, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 2021, 66 p.

Le château d'Alone-Toulongeon en Autunois

Présentation

Du château d’Alone-Toulongeon, à 15 km au sud d’Autun, il ne restait guère qu’une partie des douves en eau et quelques moignons de murs émergeant des broussailles, quand son propriétaire, auteur de ce livre, entreprit de l’aménager.
Le curage des fossés et l’aménagement d’un chemin contournant la butte ont fait apparaître le plan du château des XIIeXVIIe siècles réaménagé au XVIIIe siècle et entouré d’un jardin à la française. À la fin de l’Ancien régime, celui-ci passait pour être le plus beau de la région.
 Ce château a hébergé des personnages illustres : Antoine-II de Toulonjon époux de Françoise de Rabutin-Chantal, fille de sainte Jeanne de Chantal et tante de la marquise de Sévigné ; Gabrielle de Toulonjon épouse de Roger de Bussy-Rabutin et Charles Gravier de Vergennes, ministre de Louis XVI.

Source : CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] S. J. Shoemaker, A Prophet Has appeared : The Rise of Islam through Christian and Jewish Eyes. A Sourcebook, University of California Press, mars 2021.

Early Islam has emerged as a lively site of historical investigation, and scholars have challenged the traditional accounts of Islamic origins by drawing attention to the wealth of non-Islamic sources that describe the rise of Islam. A Prophet Has Appeared brings this approach to the classroom. This collection provides students and scholars with carefully selected, introduced, and annotated materials from non-Islamic sources dating to the early years of Islam. These can be read alone or alongside the Qur’an and later Islamic materials. Applying historical-critical analysis, the volume moves these invaluable sources to more equal footing with later Islamic narratives about Muhammad and the formation of his new religious movement.

Included are new English translations of sources by twenty authors, originally written in not only Greek and Latin but also Syriac, Georgian, Armenian, Hebrew, and Arabic and spanning a geographic range from England to Egypt and Iran. Ideal for the classroom and personal library, this sourcebook provides readers with the tools to meaningfully approach a new, burgeoning area of Islamic studies.

Table of Contents

Acknowledgments

Introduction 

1 The Teaching of Jacob the Newly Baptized 

2 Synodical Letter, Homily on the Nativity, and Homily on Epiphany
Sophronius of Jerusalem

3 A Syriac Fragment Concerning the Believers’ Invasion of Syria

4 Letter 14
Maximus the Confessor

5 Chronicle 
Thomas the Presbyter

6 The Armenian Chronicle of 661 attributed to Sebeos

7 The Spiritual Meadow, Appendix to the Georgian Version
John Moschus

8 Homily on the End-Times
Ps.-Ephrem the Syrian

9 Letter 14C
Isho?yahb III of Adiabene

10 Edifying Tales, Homily on the Lord’s Passion, The Hodegos, and Questions and Answers
Anastasius of Sinai

11 The Khuzistan Chronicle 

12 The Apocalypse of Rabbi Shim?on b. Yohai, The Secrets of Rabbi Shim?on b. Yohai 

13 Pirqe de-Rabbi Eliezer 30 

14 The Maronite Chronicle 

15 On the Holy Places 
Adomnán / Arculf

16 The Apocalypse of Ps.-Shenoute

17 The Book of Main Points 
John Bar Penkaye

18 Fourth Letter to John the Stylite
Jacob of Edessa

19 The Passion of Peter of Capitolias 
20 Excerpts from a Lost Seventh-Century Greek Source,
The Chronicle of Theophanes, The Chronicle of Agapius,
The Chronicle of Michael the Syrian, and The Chronicle of 1234

About the Author

Stephen J. Shoemaker is Professor of Religious Studies and Ira E. Gaston Fellow in Christian Studies at the University of Oregon. He is a specialist on early Christian apocrypha, devotion to the Virgin Mary, and the rise of Islam. He is the author of The Death of a Prophet, The Apocalypse of Empire, and Mary in Early Christian Faith and Devotion, among many other publications.

https://www.ucpress.edu/book/9780520299610/a-prophet-has-appeared#about-author

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Frédérique Le Nan, Poétesses et escrivaines en Occitanie médiévale. La trace, la voix, le genre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 272 p.

Dix-sept poétesses ont composé en Occitanie médiévale entre 1170 et 1240 des pièces lyriques, des lettres et des débats. Pour autant nous ne détenons de cet âge d’or, antérieur à la Croisade des Albigeois, que des fragments épars, des pièces isolées, des capitales ornées et de rares notations musicales. Ces poétesses composèrent en langue d’oc, une langue de culture relativement homogène. Leur appartenance à la noblesse, leur éducation et la liberté probable dont elles jouissaient les y disposaient.

Avec le soutien de l’université d’Angers
Introduction et sommaire sur le site de l’éditeur, PUR
Source : PUR

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Tristan Martine, Jessika Nowak et Jens Schneider (éd.), Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques (IXe-XIIIe siècle), Paris, Editions de la Sorbonne, 2021, 244 p.

Présentation

De la fin du IXe au XIIIe siècle a lieu en Occident un processus de séparation des pouvoirs aristocratiques laïques et ecclésiastiques, en lien avec la réforme grégorienne, tandis que l’on assiste également à un phénomène de spatialisation, puis de territorialisation, du pouvoir. Si ces thématiques sont au cœur de nombreuses recherches actuelles, les chercheurs francophones et germanophones les comprennent très différemment. Ainsi, à l’inverse des Français, les Allemands ne se sont quasiment pas, après 1945, intéressés aux problèmes spatiaux : le terme allemand Territorialisierung, qui recouvre l’idée que le pouvoir des aristocrates ait pu être fondé sur un principe territorial et reposer sur des espaces aux frontières plus ou moins bien définies, n’est utilisé que pour décrire des phénomènes à partir de la fin du XIIe siècle.

Ce volume réunit donc les textes de jeunes chercheurs et chercheuses issus des deux rives du Rhin afin de comparer ces approches à partir de l’étude de l’élaboration de nouveaux modèles de domination spatiale dans les royaumes de France et de Germanie. Ils s’intéressent de manière concrète à l’intrication des espaces laïques et ecclésiastiques, aux formes et aux enjeux des zones d’interface entre ces deux mondes, aux conflits et aux interactions résultant de leurs délimitations. Cela doit permettre de dépasser les traditions historiographiques nationales pour susciter de nouvelles approches comparatistes et ainsi créer les conditions d’un dialogue renouvelé.

Sommaire

Avant-propos – Discussions entre voisins. Espace, concept et expérience de l’espace selon les perspectives des médiévistes français et allemands/Gespräche unter Nachbarn. Raum, Raumbegriff und Raumerfahrung aus Perspektiven der französischen und deutschen Mediävistik
Tristan Martine, Jessika Nowak, Jens Schneider

Introduction. Ecclesia et spatialisation des rapports sociaux
Michel Lauwers

Aspekte der Konstituierung von Rechtsräumen
Caspar Ehlers, Tristan Martine, Jessika Nowak, Jens Schneider

Première partie. DES MODÈLES ET DES MOTS : LES ENJEUX DE LA DOMINATION SPATIALE

Des structures domaniales aux territoires ecclésiaux ? Entités spatiales et dynamique du processus de spatialisation dans les actes diplomatiques (VIIe-XIIIe siècles)
Nicolas Perreaux

Recht und Raum zwischen Karolinger- und Ottonenzeit. Zum Sendhandbuch des Abtes Regino von Prüm
Felix Grollmann

Des dominations désincarnées ? Dépendants et dépendantes entre l’abbaye de Maroilles et la seigneurie d’Avesnes au milieu du XIIe siècle
Nicolas Schroeder

Imitatio episcopi ? Le rôle des évêques dans l’émergence de seigneuries laïques polarisées en Lotharingie méridionale (Xe-XIe s.)
Tristan Martine

Deuxième partie. INTRICATION DES ESPACES LAÏQUES ET ECCLÉSIASTIQUES

Implantations prieurales et enjeux territoriaux aux confins de la Bretagne et de l’Anjou (XIe-XIIe siècles)
Jérôme Beaumon

La seigneurie ecclésiastique de Saint-Étienne de Troyes. Approches d’un espace non territorialisé (XIIe-XIIIe siècles)
Thomas Lacomme

Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques en Vermandois occidental (XIe-début XIIe siècles) : complémentarités et distinctions. Le cas du Mont-Saint-Quentin
Paul Chaffenet

Terre d’Église puis seigneurie laïque en Bretagne : l’exemple de Rannée/La Guerche (XIe-XIIIe siècles)
Julien Bachelier

Troisième partie. INTERFACES, CONFLITS ET TENSIONS

Die Integration Burgunds in das Kaiserreich. Eine Analyse der Netzwerke burgundischer Bistümer
Lisa Klocke

Conflits spatiaux et territorialisation seigneuriale. La famille de Lusignan et les espaces ecclésiastiques
Clément de Vasselot de Régné

Die Bischöfe von Verden in ottonischer Zeit. Bischöfliches Agieren in Räumen geistlicher und weltlicher Macht
Tobias P. Jansen

Entre diocèse et seigneurie ecclésiastique. Remarques sur l’espace épiscopal en Gévaudan (XIe-XIIe siècles)
Fernand Peloux

Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques. Définitions, modèles et conflits en zones d’interface (IXe-XIIIe siècles). Éléments de conclusion
Florian Mazel

Index des lieux

Index des personnes

Résumés

Les auteur·e·s

 
Source : Editions de la Sorbonne

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Haude Morvan, « Sous les pas des frères ». Les sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle », Rome-Paris, Ecole française de Rome, 2021 (Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, 389), 300 p.

BEFAR 389-Morvan-copertina-FB

Présentation

Ce livre aborde l’art funéraire du XIIIe siècle par un biais original. Il s’intéresse à la manière dont les Frères Prêcheurs et Mineurs ont traité les sépultures de papes et de cardinaux dans leur discours, à la fois littéraire et monumental, entre 1250 et 1304. L’analyse des tombes de prélats situées dans des églises mendiantes, réparties entre l’Italie et la France, révèle une intervention des frères dans les choix d’emplacement, de forme et d’iconographie. Il ressort ainsi de l’enquête que les Frères Prêcheurs ont eu une politique de leur espace davantage planifiée que les Frères Mineurs, puisqu’ils n’acceptèrent dans le chœur de leurs églises que les sépultures de prélats appartenant à l’ordre, surmontées d’une plate-tombe. De leur côté, les Frères Mineurs ont construit un discours original sur leur rôle dans l’accompagnement des mourants, à la fois dans l’iconographie et dans la littérature homilétique. Enfin, ce livre accorde une place importante aux procédés mis en œuvre par les mendiants pour « créer » des saints parmi les prélats qui étaient issus de l’ordre ou qui en étaient des bienfaiteurs.

Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur
Version en ligne OpenEdition Books

 

Source : Ecole française de Rome

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Nicolas Carrier (dir.), Alleux et alleutiers. Propriété foncière, seigneurie et féodalité (France, Catalogne, Italie, Xe-XIIe siècle), Lyon-Avignon, CIHAM-Editions, 2021, 340 p.

Présentation

« Alleu » est l’un des termes les plus employés pour désigner la propriété foncière au Moyen Âge central. Quant à l’« alleutier», petit ou grand propriétaire libre, il est une figure traditionnelle de l’historiographie, classiquement opposée au vassal, au tenancier et au serf. Les alleux sont le plus souvent documentés au moment où ils sont absorbés par une seigneurie ; les alleutiers semblent donc chroniquement menacés de tomber sous la coupe de plus puissants qu’eux. Ils continuent pourtant d’apparaître dans les sources, ce qui est généralement interprété en termes de résistance. Les auteurs de ce livre réévaluent les rapports de l’alleu avec la seigneurie et la féodalité dans la France, l’Italie et la Catalogne des Xe-XIIe siècles, c’est-à-dire avant la redécouverte du droit romain et la formation de la doctrine dite du « domaine divisé » qui a défini les droits respectifs des seigneurs et des tenanciers. À la lumière des recherches récentes sur les évolutions socio-juridiques propres à cette période – dont l’interprétation a été profondément renouvelée depuis vingt ans — il apparaît que l’alleu n’est pas une butte-témoin de la propriété romaine, un îlot de liberté qui résisterait au féodalisme avec plus ou moins de succès. Il se distingue de la tenure ou du fief, mais imparfaitement, inégalement selon les régions considérées. Il désigne une terre librement conservable, transmissible et aliénable et, en ce sens, il est bien une propriété foncière. Mais la propriété de ce temps — comme déjà, à certains égards, celle de Rome – doit être comprise comme relative, dépendante de la condition personnelle du propriétaire et de sa situation par rapport aux pouvoirs supérieurs. C’est ainsi que peuvent être résolues les apparentes contradictions que présente la documentation et notamment celle-ci : que l’alleu soit par excellence la terre du noble mais qu’il puisse pourtant appartenir à un serf.

Avec les contributions de Dominique Barthélemy, Olivier Bruand, Nicolas Carrier, François Demotz, Sébastien Fray, Emmanuel Huertas, Cédric Jeanneau, Philippe Lefeuvre, Christophe Maneuvrier, Didier Panfili, Flocel Sabaté.

Diffusion De Boccard : http://www.deboccard.com/fr/647_collection-mondes-mdivaux  –   35€

ISBN : 978-2-9568426-3-7

Source : Pascal Collomb, CIHAM-Editions

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] NICOLE BERIOU, Jacques Dalarun et Dominique Poirel – Le manuscrit franciscain retrouvé – CNRS EDITIONS

Minuscule livre de poche (12 x 8 cm), le manuscrit mis en vente en 2014 par une galerie parisienne, usé, dépenaillé et à peine déchiffrable, a pourtant suscité un extraordinaire engouement international et d’intenses investigations scientifiques. Ce libricino qu’un frère itinérant, disciple de François d’Assise, glissait dans sa besace voici huit cents ans fut, en quelques mois, acquis par la BnF, numérisé, et mis en ligne sur Gallica pour être offert à l’expertise internationale.

Quelques années de recherche plus tard, les 122 petits feuillets n’ont pas livré tous leurs secrets, mais les spécialistes ici réunis, experts de physique, chimie, biologie, paléographie, codicologie, histoire ou théologie, ont opéré des avancées décisives.

Ce recueil contient non seulement une Vie inédite de saint François (1186-1226) rédigée dans les années 1230, mais aussi — parmi tant d’autres pièces — divers sermons dont certains connus ou inédits d’Antoine Padoue, un autre, haut en couleur, pris en notes à Paris, un commentaire au Pater noster où vibre peut-être la ferveur du Poverello en personne, des extraits, des florilèges ou la copie d’œuvres entières comme les étranges Révélations du Pseudo-Méthode. Trésor historique inestimable, il est aussi un « objet total » qu’il faut observer, sonder, explorer, pour extraire toutes les informations que recèlent ses matériaux, sa fabrication, son usage. Cet attachant recueil constitue un témoignage exceptionnel sur la production d’une anthologie reflétant les préoccupations et la sensibilité d’un petit groupe de Frères mineurs, au lendemain de la disparition de leur fondateur.

Les experts réunis offrent ici les premiers résultats scientifiques de leurs études. Peut-être le plus important de leurs acquis est-il le dépassement du clivage sciences dures / sciences humaines au service d’une recherche faite de rigueur et d’inventivité.

[Parution] Monique Chatenet, Murielle Gaude-Ferragu et Gérard Sabatier (éd.), Princely Funerals in Europe, 1400-1700. Commemoration, Diplomacy, and Political Propaganda, Turnhout, Brepols, 2021, 365 p.

Présentation

Panorama of royal and princely ceremonial, their evolution from the end of the Middle Ages to the seventeenth century and their diffusion throughout the Courts of Europe.

Funerals were among the most extravagant princely ceremonies in Europe. At the end of the Middle Ages, they were grandiose affairs, carefully recorded, bringing together the emotions of both Court and People. The Renaissance heightened their effect, adding surprising elements borrowed from an Antiquity which was largely re-invented. The seventeenth century introduced ephemeral displays, elaborately constructed castrum doloris, dressed up with lavish facades and interior designs which transformed these sanctuaries into theatrical funeral pyres.

Historians, anthropologists, and political scientists have long been interested in this subject, as can be seen from Ralph Giesey’s celebrated work Le Roi est mort. Art historians have been attracted to the surviving decorations of tombs and funerary chapels. Yet historians of spectacle and of its ephemera have, hitherto, somewhat neglected a topic which is — nonetheless — at the heart of their concerns: with their elaborate settings, their costumes and decors, princely funerals challenge theatre and opera.

It is within this context that experts from many disciplines attempt to trace the evolution of funeral ceremonies, which were much less static than is generally believed; to expose the gifts of the masters of these solemn occasions (and, indeed, of their predecessors, the heralds) who constantly devised subtle ways of capturing the attention of spectators and moving their emotions. These essays have tried to cover not only a wide time spectrum but also to reveal the variety and range of such ceremonies devised in diverse European Courts as well as unravelling the innovations which underlay fashions which had multiple international repercussions.

Sommaire

Acknowledgements, List of Illustrations, Editors and Contributors

Introduction. The Changing Face of Funerals (1400–1700)Monique Chatenet, Murielle Gaude-Ferragu, and Gérard Sabatier

Part I. Fifteenth Century, edited by Murielle Gaude-Ferragu

Chapter 1. The Funerary Rite of the Papacy at the End of the Middle Ages—Agostino Paravicini Bagliani

Chapter 2. ‘The Body of the Prince’: Royal and Princely Funerals in Fifteenth-Century France—Murielle Gaude-Ferragu

Chapter 3. The Funerals of the Dukes of Burgundy in the Fifteenth Century — Alain Marchandisse

Chapter 4. English Royal Funerals in the Fifteenth Century —Joel Burden

Chapter 5. Death and Funerals of German Emperors, Kings, and Princes in the Fifteenth Century — Mikhail Boytsov

Chapter 6. Between Visconti and Sforza: Notes on the Funeral Ceremonies of the Dukes of Milan in the Fifteenth Century — Maria Nadia Covini

Chapter 7. The Funerals of the Dukes of Savoy in the Fifteenth Century: Between Austerity and Splendour —Eva Pibiri

Part II. Sixteenth Century, edited by Monique Chatenet

Chapter 8. Funerary Rites and Mysteries held in connection with Treatises on Ancient Funerals in Sixteenth-Century France —Marie Madeleine Fontaine

Chapter 9. Royal and Princely French Funerals in the Sixteenth Century —Monique Chatenet

Chapter 10. Double Funerals and Funeral Effigies in Italian States—Giovanni Ricci

Chapter 11. The Funeral of Charles V — Alain Marchandisse

Part III. Seventeenth Century, edited by Gérard Sabatier

Chapter 12. The Funerals of Louis XIII and Louis XIV —Gérard Sabatier

Chapter 13. Great Funerals in a Little State: Francesco I and Alfonso IV d’Este at Modena (1659 and 1663) —Giovanni Ricci

Chapter 14. Philip IV of Spain: Projecting Royal Majesty through Funeral Ceremonial — Maria Adelaida Allo Manero

Chapter 15. The Funeral of Maurice of Hesse-Kassel (1632): Dynastic or Denominational Theatre?—Naïma Ghermani

Chapter 16. Staging the Queen’s Funeral in Seventeenth-Century Denmark: The Case of Sophie Amalie of Brunswick-Lüneburg — Birgitte B. Johannsen

Index

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts