Archives de catégorie : Parutions

[Parution] Aurélie Stuckens, Les hommes de l’écrit : agents princiers, pratiques documentaires et développement administratif dans le comté de Flandre (1244-1305), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2020, 454 p.

Présentation

La seconde moitié du XIIIe siècle est une période charnière dans l’histoire de la culture écrite de l’Occident latin. Dans le comté de Flandre, sous Marguerite de Constantinople (1244-1278) et Gui de Dampierre (1278-1305), c’est le temps où la prédominance de la charte cède le pas à l’essor des pratiques administratives au sens large. Aurélie Stuckens a publié dans notre série Studies in Belgian History une monographie sur cette évolution.

Le développement de la principauté flamande s’inscrit dans une évolution qui touche, à quelques décennies d’intervalle, la plupart des administrations royales, princières et seigneuriales de l’Europe occidentale. L’originalité de la Flandre réside néanmoins dans sa précocité à mettre au point certains outils administratifs (registres, formulaires, mentions de commandement des actes, etc.), au soin porté à la conservation de l’écrit au sens large – notamment aux documents préparatoires – et à l’émergence progressive de premières fonctions bureaucratiques intimement liées au déploiement de ces pratiques documentaires. Parmi ces fonctions se distinguent particulièrement celles de receveur général des finances, de maître et receveur des « terres nouvelles » du comte et de « chancelier de facto ».

Ces agents princiers et leurs subalternes sont les acteurs talentueux d’un XIIIe siècle qui les a vus façonner l’administration du comté de Flandre, pôle culturel, économique et politique majeur de l’Europe du Nord-Ouest au Moyen Âge.

Source : Archives de l’Etat en Belgique

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] A. El Aloui et N. Khalfallah, Les enjeux de l’écriture mystique, Éditions des archives contemporaines, 2020.

Cet ouvrage examine d’une part les difficultés que rencontrent les Soufis lorsqu’ils s’adonnent à exprimer l’inexprimable et à illustrer, par des mots, un vécu insaisissable. Délibérément, ils mettent en œuvre les procédés et motifs littéraires, notamment issus de la poésie, pour décrire leurs expériences intérieures. D’autre part, cet ouvrage met en lumière la contribution des Soufis qui, en dépassant les exigences doctrinales perçues comme des « obstacles épistémologiques », ont pu composer des œuvres techniques, relevant des disciplines de leur époque, comme l’exégèse, la jurisprudence, la théologie où un profond échange s’est établi entre les références mystiques et les savoirs doctrinaux d’alors.

L’écriture mystique a fait montre d’originalité et de dynamisme en inspirant, dans diverses aires culturelles, bien d’expériences littéraires contemporaines ; celles-ci ont puisé des motifs et des thématiques dans les Textes et figures les plus emblématiques, comme ont fait Gamal Ghitany, Théophile Gautier, André Gide, Doris Lessing et d’autres.

Cet ouvrage revisite donc les enjeux de l’écriture mystique, souvent à la quête d’une authenticité expressive, et ce depuis les hésitations des premiers Soufis jusqu’à l’innovation d’un modèle littéraire singulier et le développement d’une terminologie spécialisée fondant plusieurs disciplines. Cette écriture reste toutefois ouverte, car elle reprend, inlassablement, le questionnement primaire, et éternel, sur les zones d’ombre de la conscience humaine.

Ouvrage publié avec le soutien de : Université Paris 8, CERMOM – INALCO, LIS – Université de Lorraine.

 

Sommaire

Introduction, Abdelaziz El Aloui, Nejmeddine Khalfallah

 Première partie : L’écriture mystique : spécificités et controverses

 Expression littéraire et vécu mystique chez al-Hallâj, Pierre Lory

Entre expérience et doctrine. Un exemple de controverse poétique soufie à Bagdad au Xe siècle, Jean-Jacques Thibon

« Al-Ḥallāǧ » entre l’écriture de soi et du monde, Hassan Fathi

« Exprimer l’inexprimable ». Lecture de l’approche de Huǧwīrī dans Kašf al-Maḥǧūb, Randa El Amraoui

L’acte d’écriture chez Ibn ʿArabī dans Les Illuminations Mecquoises. Entre l’écriture par code (al-ramz) et l’écriture par sagesse (al-ḥikma), Mohssine Fathi

Le soufisme ou la mystique chez Abū Ḥayyān al-Tawḥīdī, Faisal Kenanah

Deuxième partie : L’écriture mystique : exigences doctrinales et horizons

Exégète soufi du XXe siècle, Nejmeddine Khalfallah

« Fiqh » et « Taṣawwuf ». Influence réciproque, Mohyedine Hajjar

Mind the Gap. The Spiritual Progress of Early Sufi Women, Jason Welle

La voix d’al-Niffarī dans Kitāb al-tağalliyāt de Ğamāl al-Ġīṭānī, Abdelaziz El Aloui

Théophile Gautier et la poétique de l’extase. Evanescence soufie dans son « Voyage en Algérie », Rafika Hammoudi

Le mysticisme gidien raconté par André Walter. Les Cahiers et les poésies d’André Walter, Saida Ben Salem

The Mystical Experience in Doris Lessing’s Early Fiction, Hajer El Arem

Biographies des auteurs

https://eac.ac/books/9782813003768

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Nicolas Bock et Michele Tomasi (éd.), Art et économie en France et en Italie au XIVe siècle. Prix, valeurs, carrières, Revue « Etudes de lettres », 314, 2020/4,

Couv-EDL314-web.jpg
Présentation

Ce volume invite à se jouer des frontières disciplinaires et à s’aventurer sur un terrain encore trop peu exploré pour le XIVe siècle, l’un des plus grands siècles de l’art européen.
Les contributions réunies ici éclairent les rapports entre art, économie et société à l’aide de quelques études de cas, en adoptant différentes démarches: de la microanalyse de la production d’un seul artiste à la réflexion sur l’organisation de toute la chaîne de valeur, de la fabrication jusqu’aux réseaux de commerce et d’échange de marchandises artistiques. De Giotto à l’orfèvre parisien Jean le Braelier, d’Avignon à Naples en passant par Majorque, en abordant des tableaux, des monuments funéraires, des fresques, des lambrissages en bois précieux et même un faldistoire royal, les auteurs s’interrogent sur l’impact des facteurs économiques sur la création artistique.
Ces articles ouvrent ainsi le débat en montrant l’intérêt d’enquêtes qui osent franchir les limites entre histoire de l’art, histoire sociale et histoire économique, afin d’appréhender de manière globale les conditions d’élaboration et de réception des œuvres.

Source : Université de Lausanne
Résumé des contributions sur le site de l’éditeur

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Dominique Hervier et Eva Renzulli, André Chastel, portrait d’un historien de l’art (1912-1990). De sources en témoignages, Paris, Comité d’histoire du Ministère de la Culture /La Documentation française, 2021, 455 p.

Présentation

Comment faire découvrir aux nouvelles générations cet historien de l’art exceptionnel que fut André Chastel ? Grâce aux voix d’une vingtaine de témoins, un portrait vivant et contrasté de ce chantre du patrimoine français s’offre aux lecteurs. Leurs souvenirs, leurs jugements parfois sévères ont été recueillis pour le Comité d’histoire et confrontés à ses propres confidences, à la correspondance qu’il a entretenue avec des savants du monde entier. Ces témoignages, joints à la consultation d’archives écrites souvent inédites, sont une belle démonstration de la pertinence des archives sonores utilisées avec méthode par le Comité d’histoire depuis plus de vingt ans pour établir l’histoire de ceux et de celles qui ont contribué à faire vivre le ministère de la Culture.

André Chastel, interlocuteur d’André Malraux et de Jack Lang, fut une autorité reconnue tant aux Monuments historiques qu’aux Secteurs sauvegardés. Il s’illustra par sa volonté d’innovation en cette période des trente Glorieuses, au cours de laquelle il suffisait de vouloir pour faire, comme le fait remarquer Florence Descamps.

Avec sa forte personnalité de journaliste au Monde, de professeur à la Sorbonne et au Collège de France, André Chastel fut l’inventeur de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, l’animateur de nombreuses associations professionnelles. Il a permis ainsi à l’histoire de l’art de sortir d’une période de marasme – si bien décrite par Pierre Vaisse en prologue à cet ouvrage – et de conquérir une existence à part entière entre érudition et littérature.

Source : Ministère de la Culture

(Sommaire et avant-propos téléchargeables sur le site de l’éditeur)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Claude Andrault-Schmitt, Patrick Bouvart et Cécile Treffort (dir.), Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2021, 302 p.

Présentation

Si le monastère de Fontevraud est étudié depuis longtemps, et savamment, le réseau de ses prieurés reste insuffisamment exploré, qu’il s’agisse des établissements installés au plus près du Moûtier principal, dans la même enceinte, ou des satellites dispersés en France, en Angleterre et un peu en Espagne. En septembre 2015, un colloque a permis d’ouvrir ce dossier passionnant. Chacun des sites évoqués a été traité de façon autonome, mais l’ensemble a mis en cause la pertinence des listes tardivement établies, l’universalité du système des prieurés doubles (femmes et hommes dans deux cloîtres proches), la façon de nommer les dépendances.

La recherche n’est qu’amorcée. Toutefois, les Actes ici réunis montrent que si la problématique est originale, en raison d’un gouvernement centralisé, exercé par une femme, elle est susceptible d’éclairer l’étude d’autres ordres religieux. Ainsi, interroger la terminologie et la notion de prieuré, qui au Moyen Âge central renvoie exclusivement aux personnes, prieurs et prieures, se situe au cœur de l’actualité scientifique.

Introduit par un avant-propos de Jacques Dalarun, l’ouvrage aborde ensuite des sujets soulignant l’originalité du phénomène fontevriste: les questions de l’inventaire, de la genèse, voire de l’échec, des prieurés; la présentation des fonds d’archives disponibles; une mise en perspective politique et artistique dans l’Aquitaine plantagenêt. La quatrième et plus importante partie du recueil réunit six ensembles claustraux en huit contributions. Ces monographies sont diversement argumentées en raison des conditions de l’investigation archéologique mais aussi des rythmes d’évolution des fondations; elles appellent au lancement de nouveaux chantiers et à la multiplication des enquêtes.

Sommaire

– Présentation – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Avant-propos : Le projet de Fontevraud – Jacques DALARUN

I – La question de l’ordre fontevriste

– Les prieurés de l’ordre de Fontevraud : définition et inventaire des sites – Patrick BOUVART

– Divorcer de Pétronille ou adhérer à Fontevraud. Géraud de Salles et la genèse de l’Ecclesia fontevriste – Alexis GRELOIS

II – Les sources

– Le «?Trésor?» de l’abbaye de Fontevraud  aux Archives départementales de Maine-et-Loire – Élisabeth VERRY

– Le grand cartulaire de Fontevraud, un monument pour le premier siècle de l’ordre – Robert FAVREAU

– Un prieuré fontevriste frustré dans l’Espagne  du XIIe siècle, Gema del Vino – Charles GARCIA

III – Le contexte de l’Aquitaine Plantagenêt

– The Plantagenets and the Priories of Fontevraud: New Connections, Old Resonances? – Nicholas VINCENT

– Fontevraud et les ordres « au désert ».  L’expression architecturale de l’austérité et sa chronologie en territoire Plantagenêt – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Les prieurés fontevristes de Lencoître et Villesalem : la place de la sculpture dans les églises – Bénédicte FILLION-BRAGUET

IV- Les prieurés à la lumière des enquêtes archéologies

– Saint-Lazare de Fontevraud – Daniel PRIGENT

– Le Clos de la Madeleine à Fontevraud : étude préalable d’archéologie – Stéphane AUGRY

– Quelques réflexions sur le Clos de la Madeleine à Fontevraud : bilan et perspectives – Patrick BOUVART et Stéphane AUGRY

– Les fouilles archéologiques du prieuré de la Madeleine-lez-Orléans – Philippe BLANCHARD

– Une installation difficile pour les moniales,  une archéologie complexe. L’exemple de Montazais – Patrick BOUVART

– Tusson : de la recherche archéologique à la valorisation patrimoniale – Didier DELHOUME, Patrick BOUVART

– 50 ans de recherches au prieuré de  Moreaucourt (Somme) : des résultats et un potentiel à explorer – Sébastien SIREAU

– Les possessions de l’eau du prieuré fontevriste de Moreaucourt (XIIe-XVIIIe siècle) – Christophe CLOQUIER

– Conclusions – Cécile TREFFORT

– Références complètes des ouvrages cités

– Index des noms de personnes (antérieurs à la Révolution)

– Etablissements religieux et églises cités

Source : Presses universitaires de Limoges

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] « Ethiopie, Nubie, Egypte. Pouvoirs chrétiens et musulmans (XIe-XVe siècle) », Médiévales, n° 79, automne 2020

Couverture Med_79

Sommaire

 

  • Robin Seignobos
    Pouvoirs chrétiens et musulmans, de la Corne de l’Afrique à la vallée du Nil (xie-xve siècle)
     
  • Marie-Laure Derat
    L’affaire des mosquées. Interactions entre le vizirat fatimide, le patriarcat d’Alexandrie et les royaumes chrétiens d’Éthiopie et de Nubie à la fin du xie siècle
  • Julien Loiseau
    Chrétiens d’Égypte, musulmans d’Éthiopie. Protection des communautés et relations diplomatiques entre le sultanat mamelouk et le royaume salomonien (ca 1270-1516)
  • Benjamin Weber
    Damiette, 1220. La cinquième croisade et l’Apocalypse arabe de Pierre dans leur contexte nilotique
  • Bertrand Hirsch
    Le récit des guerres du roi ʿAmda Ṣeyon contre les sultanats islamiques, fiction épique du xve siècle
  • Amélie Chekroun
    Entre Arabie et Éthiopie chrétienne. Le sultan walasmaʿ Saʿd al-Dīn et ses fils (début xve siècle)
  • Essais et recherches
    • Lucien Dabadie
      Les béguins du Languedoc ont-ils cru au troisième âge de l’Esprit-Saint ?
    • Marie Dejoux
      La fabrique d’une loi. Retour sur la « grande ordonnance de réforme de 1254 »
  • Point de vue
    • Marie-Laure Derat
      Moyen Âge africain. Plaidoyers pour des histoires de l’Afrique
      The African Middle Ages. Advocating Histories of Africa
  • Notes de lecture
    • Gion Wallmeyer
      Nathalie Bouloux, Ana Dan, Georges Tolias (dir.), Orbis disciplinae. Hommages en l’honneur de Patrick Gautier Dalché, Turnhout, Brepols, 2017, 841 p.
    • Victor Barabino
      Loïc Chollet, Les Sarrasins du Nord. Une histoire de la croisade balte par la littérature (xiiexve siècle), Neuchâtel, Éditions Alphil, Presses universitaires suisses (« Histoire », 3134), 2019, 544 p.
    • Boris Bove
      Sharon Farmer, The Silk Industries of Medieval Paris. Artisanal Migration, Technological Innovation, and Gendered Experience, Philadelphie (PA), University of Pennsylvania Press (« The Middle Ages Series »), 2017, 354 p.
    • Juliette Dumasy-Rabineau
      Paul Fermon, Le Peintre et la carte. Origines et essor de la vue figurée entre Rhône et Alpes (xive-xve siècle), Turnhout, Brepols (« Terrarum orbis », 14), 2018, 507 p.
    • Anne-Marie Helvétius
      Alban Gautier, Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au haut Moyen Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne (« Histoire ancienne et médiévale », 149), 2017, 791 p.
    • Anna Caiozzo
      Julia Gonnella, Friederike Weis, Christoph Rauch (éd.), The Diez Album, Contexts and Contents, Leyde, Brill (« Islamic Manuscripts and Books », 11), 2016, xviii-672 p.
Source  et liens vers la revue ici

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Laurent Ripart, Christian Guilleré et Pascal Vuillemin (éd.), La naissance du duché de Savoie (1416), Chambéry, Presses universitaires Savoie Mont-Blanc/Laboratoire LLSETI, 2020, 396 p.

Présentation

Le 9 février 1416, Sigismond, souverain du Saint-Empire, vint à Chambéry où il éleva le comte Amédée VIII de Savoie au titre ducal. Ce passage du comté au duché constitua une reconnaissance de l’importance croissante que la principauté savoyarde jouait à l’échelle de l’Europe médiévale. Ce livre, qui réunit les actes du colloque international tenu du 18 au 20 février 2016 dans le château de Chambéry, sur les lieux même où Amédée VIII avait été fait duc, offre une histoire renouvelée de cet événement. Il vise aussi à en étudier la signification, en se demandant dans quelle mesure la promotion ducale concrétisait la transformation du vieux pouvoir féodal des comtes de Savoie en un véritable État moderne. Il s’attache ainsi à déterminer si l’essor notable que la principauté savoyarde avait pu connaître au temps d’Amédée VIII s’était accompagné d’une mutation de ses institutions juridiques, militaires, financières et monétaires.

Cet ouvrage est aussi l’occasion de présenter le renouvellement récent de l’historiographie savoyarde, dont on trouvera l’expression dans les contributions d’une vingtaine de spécialistes actuels de la question, venus d’Allemagne, de Suisse, d’Italie et de France. Il cherche ainsi à mettre en évidence le renouveau que l’historiographie savoyarde a pu connaître depuis une trentaine d’années, en raison des programmes de recherche menés désormais dans une perspective transfrontalière et européenne, au sein des dépôts d’archives des anciens États de Savoie, une principauté qui s’étendait au temps d’Amédée VIII du lac de Neufchâtel à la Méditerranée et de la vallée de la Saône jusqu’au pays de Verceil.

Sommaire

Avant-Propos
Hervé Gaymard    p. 9
Denis Varaschin    p. 12

La promotion ducale de 1416 : un événement fondateur pour les états de Savoie ?
Laurent Ripart, Christian Guilleré et Pascal Vuillemin    p. 15

Présence lointaine, médiation et réalités difficiles : la politique extérieure de Sigismond de Luxembourg (1368-1437)
Gisela Naegle    p. 23

Les rapports entre l’empereur Sigismond de Luxembourg et le comte Amédée VIII de Savoie
Daniel Cereia     p. 47

Des voyages pour un duché. L’accueil de Sigismond de Luxembourg à Chambéry pour l’investiture d’Amédée VIII, entre préparation et cérémonial (1414-1416)
Eva Pibiri    p. 65

I Visconti ed il titolo ducale ? : qualche riflessione
Federica Cengarle    p. 95

Piémont, 1418 : les enjeux documentaires d’une transition dynastique
Paolo Buffo    p. 107

Les «bonnes épouses»: mariages et liens politiques avec les marquis de Montferrat au temps d’Amédée VIII
Beatrice Del Bo    p. 131

Comment opérait-on une annexion territoriale ? Officiers ducaux et administration financière à Verceil avant et après 1427
Alessandro Barbero    p. 14

Amédée VIII et les guerres génoises
Fabien Lévy    p. 181

Le règne d’Amédée VIII : un îlot de paix ?
Roberto Biolzi    p. 195

La répression du crime au service du duc : d’une justice de concorde à une justice d’état ?
Lionel Dorthe    p. 217

Les finances d’Amédée VIII (1391-1416)
Christian Guilleré    p. 243

Le duc Amédée VIII de Savoie et sa monnaie (vers 1420-vers 1434)
Franco Morenzoni    p. 299

Architectures et politiques territoriales à la naissance du duché de Savoie : châteaux et palais au sud des Alpes
Andrea Longhi    p. 357

Les communautés paysannes savoyardes au temps d’Amédée VIII
Nicolas Carrier et Fabrice Mouthon    p. 373

La mue d’une principauté : essai de conclusion
Guido Castelnuovo    p. 401

Investiture faite à Amédée VIII du duché de Savoie par le roi des Romains, Sigismond (9 février 1416)
Christian Guilleré et Laurent Ripart    p. 415

Index

Source : LLSETI

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Conversion to Islam in the Premodern Age A Sourcebook, University of California Press, 2020.

Éditeurs : Nimrod Hurvitz, Christian C. Sahner, Uriel Simonsohn, Luke Yarbrough

Rights: Available worldwide
Pages: 382
ISBN: 9780520296732
Trim Size: 6 x 9
Illustrations: 2 maps

Conversion to Islam is a phenomenon of immense significance in human history. At the outset of Islamic rule in the seventh century, Muslims constituted a tiny minority in most areas under their control. But by the beginning of the modern period, they formed the majority in most territories from North Africa to Southeast Asia. Across such diverse lands, peoples, and time periods, conversion was a complex, varied phenomenon. Converts lived in a world of overlapping and competing religious, cultural, social, and familial affiliations, and the effects of turning to Islam played out in every aspect of life. Conversion therefore provides a critical lens for world history, magnifying the constantly evolving array of beliefs, practices, and outlooks that constitute Islam around the globe. This groundbreaking collection of texts, translated from sources in a dozen languages from the seventh to the eighteenth centuries, presents the historical process of conversion to Islam in all its variety and unruly detail, through the eyes of both Muslim and non-Muslim observers.

Table des matières: 2020_Book_co_edited_Conversion_to_Islam

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Hervé Mouillebouche, Delphine Gautier et Nicolas Faucherre (dir.), Le château de fond en comble. Hiérarchisation verticale des espaces dans les châteaux médiévaux et modernes. Actes du septième colloque international au château de Bellecroix, 18-20 octobre 2019, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 2020, 632 p.

Présentation et table des matières sur le site de l’éditeur, CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Samuel Hayat, Corinne Péneau et Yves Sintomer (dir.), La représentation avant le gouvernement représentatif, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 372 p.

Ce livre souligne le rôle joué par la représentation symbolique dans les pratiques politiques et il éclaire, à partir d’une large palette d’exemples, les pratiques parlementaires médiévales et modernes. Il étudie les différentes manières de représenter le peuple par des procédures inscrites dans la loi ou, au contraire, apparues lors de périodes de révoltes. Ces contributions d’historiens et de politistes spécialistes de la représentation politique au sein d’espaces variés (France, Aragon, Saint-Empire, Suède, péninsule italienne, Chine, etc.) aux époques médiévale et moderne invitent à mieux évaluer, par contraste, la signification de la démocratie représentative contemporaine.

Table des matières et autres informations pratiques sur le site de l’éditeur, les Presses universitaires de Rennes

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Marc Suttor (éd.), Les espaces frontaliers de l’Antiquité au XVIe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2020, 256 p.

Présentation

Ce volume comporte neuf communications données à l’occasion d’un colloque international organisé par le CREHS (Anne Gagey, Pierre Schneider, Marie-Odile Laforge-Charles et Stéphane Lebreton), qui s’est tenu à l’université d’Artois les 15 et 16 octobre 2014. Le grand intérêt des communications a poussé plusieurs collègues à en souhaiter l’édition. L’intérêt de cet ouvrage consiste à confronter différents champs disciplinaires sur la notion de frontière au sens propre comme au sens figuré : frontière linguistique, religieuse, économique, sociale, géographique, culturelle, artistique, religieuse et naturellement politique. On y trouvera dès lors des contributions (3 pour l’Antiquité, 6 pour le Moyen Âge) portant sur l’histoire, la géographie, l’’histoire de l’art, l’archéologie et les religions, mais aussi des études linguistiques et culturelles. La définition et la perception de la frontière sont envisagées comme une zone de rencontres, d’échanges, de regroupements mais aussi comme une zone de confrontation ou de fracture politique, religieuse, militaire.

Table des matières en pdf

Source : Artois Presses Université

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] François Blary et Jean-Pierre Gély, Pierres de construction, Paris, Editions du CTHS, 2020, 288 p.

Présentation

La pierre de construction est dotée d’une riche histoire. Utilisé depuis l’Antiquité, ce matériau noble et solide a connu un renouveau ces trente dernières années grâce aux nouvelles techniques d’extraction et de taille. Son usage s’est ainsi étendu à des édifices plus variés malgré la concurrence croissante du béton et du verre.
Indispensable à la restauration des monuments historiques, la pierre naturelle doit apporter la preuve de ses qualités écologiques et de sa rentabilité pour garantir son avenir dans une démarche de développement durable.
Cet ouvrage illustré recense les nombreuses ressources lithiques du sous-sol français et retrace l’évolution de leur circuit jusqu’à l’exploitation de plus en plus réglementée dans les carrières et chantiers. En croisant les approches complémentaires des géologues, archéologues et historiens, il permet d’accéder à une compréhension globale de l’économie et de l’aventure du bâti en France et en Europe.

Table des matières en pdf
Source : Editions du CTHS

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Christiane Klapisch-Zuber, Mariages à la florentine. Femmes et vie de famille à Florence (XIVe-XVe siècle), Paris, Éditions de l’EHESS/Éditions Gallimard/Éditions du Seuil, 2020 (« Hautes Études »), 216 p.

Présentation

Les femmes de la Renaissance florentine régnaient-elles sur la ville, comme tant d’images du Quattrocento et d’historiens depuis le XIXe siècle l’ont suggéré ? Cette vision idéalisée est-elle confirmée par la documentation historique touchant aux rapports de genre et à la vie familiale ?

En Toscane, dans la pratique, les femmes ne sont pas encouragées par le droit et la coutume à investir ou à gérer de façon autonome leurs affaires. La tradition confine les femmes dans la sphère domestique. Même les missions qui sont le plus volontiers abandonnées aux mères, l’éducation des tout-petits par exemple, tombent sous le feu de la critique des clercs. Christiane Klapisch-Zuber suit le fil de la vie des Florentines avant, pendant et après leur mariage. En étudiant les représentations mentales et figurées, elle éclaire les multiples facettes de la domination masculine dans une société renaissante où l’écriture et la culture sont largement partagées par les maris, mais encore fort peu par leurs sœurs et leurs épouses. L’historienne nous conduit ainsi, au-delà des témoignages et des images de l’époque qui sont presque toujours produits par des hommes, au plus près de la vie des femmes et de la manière dont elles ont vécu, entre exclusion et intégration.

Sommaire

Introduction

PREMIÈRE PARTIE : Avant le mariage

Chapitre premier. Le concubinage

Chapitre II. La constitution d’une dot

Chapitre III. L’entrée au couvent

Interlude. Les noces

DEUXIÈME PARTIE : Pendant le mariage

Chapitre IV. Les écarts somptuaires

Chapitre V. La richesse des femmes et ses représentations

Chapitre VI. L’éducation par l’image

Chapitre VII. L’éducation par les femmes

TROISIÈME PARTIE : Après le mariage

Chapitre VIII. La dissolution du couple

Chapitre IX. Les missions de la veuve

Chapitre X. Que transmettre?

Épilogue

Notes

Bibliographie

Remerciements

Index

Références des publications reproduites ou utilisées

Table et crédits des illustrations

 

Source : EHESS et Editions de l’EHESS

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] La fabrique de l’habit. Artisans, techniques et production de vêtement (XVe – XVIIIe siècle), Paris, Ecole nationale des Chartes, 2020, 228 p.

Présentation

Au Moyen Âge et tout au long de l’époque moderne, le vêtement était un bien coûteux, aux modes d’acquisition et d’entretien spécifiques. Sa production relevait de logiques d’économie du matériau (récupération, piéçage), amenées à évoluer après l’essor de l’industrie textile et de la confection, l’apparition des grands magasins et l’invention de la machine à coudre au xixe siècle. Chercheurs et spécialistes du vêtement (archéologues, conservatrices, restauratrices du patrimoine, historiens, historiennes de l’art et professionnels du costume de scène) explorent dans ce livre la culture technique des artisans de l’habillement entre le xve et le xviiie siècle. Le dialogue entre les disciplines ici représentées permet d’envisager sous un angle neuf les pratiques professionnelles et les cadres de fabrication des vêtements et des accessoires de mode en Occident dans les sociétés pré-industrielles. Au-delà d’une approche pluridisciplinaire, cet ouvrage soulève des questionnements méthodologiques liés aux recherches sur l’histoire du vêtement, notamment sur la manière de documenter l’histoire de savoir-faire textiles, dont certains relèvent d’un patrimoine immatériel à préserver.

Sommaire

Remerciements
Préface : par Denis Bruna
Introduction : par Astrid Castres et Tiphaine Gaumy

Première partie. Dans l’atelier, la fabrique de l’habit
  • Nadège Gauffre Fayolle : « Pierre de Chignin (1396-1425 ?), un tailleur au service d’Amédée VIII de Savoie »
  • Tiphaine Gaumy : « Du poil au chapeau en passant par la cloche : la complexe technicité chapelière dans le Paris de la première modernité »
  • Astrid Castres et Emmanuelle Garcin : entretien avec Cécilia Aguirre, conservatrice-restauratrice du patrimoine textile, spécialisée en teintures naturelles
Deuxième partie. Les vestiges matériels, une source pour l’histoire du vêtement
  • Véronique Gendrot, Gaël Barracand, Sylvie Duchesne et al. : « Costumes et textiles archéologiques du xviie siècle en contexte funéraire : de la découverte à l’étude »
  • Emmanuelle Garcin : « Le costume comme source historique : pour une philologie de la matière »
  • Astrid Castres et Tiphaine Gaumy : entretien avec Sébastien Passot, costumier et membre de la School of Historical Dress
Troisième partie. Suivre les modes : s’adapter, innover, diffuser
  • Astrid Castres : « À propos de quelques nouveautés dans la production de vêtements à Paris au xviiie siècle »
  • Pascale Cugy : « Jean Dieu de Saint-Jean, l’invention de l’image de mode et le Mercure galant : quelques remarques sur la réception et la diffusion des modes gravées »
  • Sophie Lemahieu : « Entre tradition et innovation technique : fabriquer et entretenir les costumes à la Comédie-Française »

Glossaire : vêtements, accessoires, matériaux et techniques : par Astrid Castres, Nadège Gauffre Fayolle et Tiphaine Gaumy
Résumés
Index des noms de personnes

Source : Ecole nationale des chartes

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Fermín Miranda García et María Teresa López de Guereño Sanz (éd.), La muerte de los príncipes en la Edad Media. Balance y perspectivas historiográficas, Madrid Casa de Velázquez, 2020, XVI-426 p.

Présentation

Siguiendo un claro enfoque multidisciplinar, este libro presenta un balance historiográfico sobre la muerte de los príncipes en la Edad Media, tanto hispana como francesa, entendiendo el término «príncipes» en su sentido más amplio. No solo se examinan casos particulares relativos a los miembros de la familia regia, sino que se profundiza también en los diversos ámbitos de la aristocracia eclesiástica, militar y urbana. Desde la ritualización funeraria —liturgia, música—, la memoria cronística y documental, las obras de arte o su reflejo en la literatura, hasta la antropología física, los estudios presentados se enfocan a calibrar la relación de la muerte y su tratamiento con la imagen del poder que dichas élites proyectan y su emulación por parte de los restantes grupos sociales.

Sommaire

Fermín Miranda García, María Teresa López de Guereño Sanz
La muerte de los príncipes en la Edad Media: un análisis desde la pluridisciplinariedad

Ariel Guiance
Veinte años de historiografía sobre la muerte: un balance y un nuevo comienzo

I. EL BIEN MORIR, EL MAL MORIR

Érika López Gómez
La muerte en las fuentes manuscritas medievales. Apuntes sobre el Arte de bien morir (ms. 6485) conservado en la Biblioteca Nacional

Filipe Alves Moreira
Morte, espetáculo e encenação de poderes em relatos de execuções «políticas». Fontes e modelos comparativos

Hermínia Vasconcelos Vilar
Crime e perdão: a morte de dois bispos no Portugal do século XIV

II. EL CUERPO

Armando González Martín, Óscar Cambra-Moo, María Molina Moreno, Josefina Rascón Pérez, Manuel Campo Martín
Una revisión de algunos antecedentes en el estudio antropológico y paleopatológico de enterramientos singulares. Límites y posibilidades

Margarita Cabrera Sánchez
Cuerpo regio y embalsamamiento durante el Medievo en los reinos hispánicos. Fuentes para su estudio

III. EL RITUAL, EL DOLOR, LA PÉRDIDA

Juan Carlos Asensio
Música, liturgia y paraliturgia en las exequias regias

Eloísa Ramírez Vaquero
Materiales para analizar las prácticas funerarias del príncipe en Navarra

Agathe Sultan
Razós de plorar. Pour une réflexion sur le rythme des planhs (XIIe-XVe s.)

IV. EL REPOSO

Isabel Ruiz de la Peña González
Espacios monásticos y enterramiento del poderoso en el reino de León en los siglos del románico. Fuentes y métodos de investigación

Ignacio González Cavero
Enterramientos y ámbitos funerarios en al-Ándalus (Murcia, siglos XI y XIII). Reflexiones y modelos de comparación

Stefano M. Cingolani
Rituales funerarios y mausoleos reales en la Corona de Aragón (1196-410). Posibilidades de una investigación global

María Teresa López de Guereño Sanz
Ámbitos funerarios y sepulcros de la colegiata de Covarrubias (Burgos) en la Edad Media. Nuevas propuestas de estudio

V. LA MEMORIA

Vincent Debiais
La muerte del príncipe en las inscripciones medievales. Cifras y preguntas (Francia-Navarra, siglos X-XIII)

J. Santiago Palacios Ontalva
La muerte del príncipe en al-Ándalus. Arquitectura religiosa y memoria en un contexto islámico

Diego Rodríguez-Peña
La muerte del rey en las crónicas (Castilla y León, ss. XII-XIII)

Carmen Benítez Guerrero
Los caminos de la muerte en la historiografía castellana del primer XIV. El ejemplo de la Crónica de tres reyes

Clara Marías
Poesía cortesana y tradicional para la historia de las muertes de las élites en la época de los Reyes Católicos

Véronique Lamazou-Duplan
Enterrer les Foix-Béarn-Navarre à la fin du Moyen Âge : entre fama et silences. Matériaux et perspectives de recherche

Haude Morvan
Sépultures cardinalices et mémoire communautaire

Source : Casa de Velázquez

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Information] Mise en ligne de la base de données HISCoD (Historical Social Conflict Database) élaborée par Cédric Chambru et Paul Maneuvrier-Hervieu

Présentation de la base de données

La base de données HiSCoD a pour objectif de mettre à disposition de la communauté scientifique, et du grand public, des informations sur les phénomènes contestataires, de la fin du Moyen Âge au XIXe siècle. Au total, près de 10 000 événements contestataires sont renseignés

L’outil cartographique permet de retrouver les lieux où des émeutes sont survenues et d’accéder aux fiches individuelles contenant la description de l’événement.

Auteurs

L’Historical Social Conflicts Database (HiSCoD) a été conçue avec le progiciel Pleade, configuré par le Pôle Document Numérique de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l’Université de Caen-Normandie. Les données ont été collectées et harmonisées par Cédric Chambru et Paul Maneuvrier-Hervieu.

Référence

Cédric Chambru, Paul Maneuvrier-Hervieu, Historical Social Conflict Database website, (year, month, day), Retrieved from: https://www.unicaen.fr/hiscod/

 
Source de l’information

https://www.unicaen.fr/hiscod/

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts