Archives de catégorie : Parutions

[Parution] André Bazzana, De terre et de bois, la “Poype”… de Bresse, Dombes et Val de Saône Xe-XIIIe siècle, Bourg-en-Bresse, Patrimoine des Pays de l’Ain, 2022, 240 p.

20220420090621360 0002

Présentation de l’ouvrage

Tous ceux qui arrivent dans notre département de l’Ain, ne manquent pas d’être surpris par la présence fréquente d’un terme original, la poype…

Son origine reste encore inconnue, alors que l’archéologie la révèle chaque jour davantage.

Particularité locale, dont l’histoire a longtemps suscité affabulation, incrédulité ou rejet de tout essai d’éclairage ? Certes, mais aussi phénomène présent en Bresse-Dombes (et sur leurs marges) comme sur l’ensemble de l’Occident médiéval…

De nombreux travaux -multiples et divers, parfois aventurés- tentèrent d’éclairer, au fil des deux derniers siècle, dans l’Ain, l’essor impressionnant de ce type d’édifice de terre.

Son rôle dans les siècle centraux du Moyen Âge (du milieu du IXe siècle à la fin du XIIIe siècle) apparaît chaque jour davantage. En ces premières décennies du IIIe millénaire, une meilleure connaissance du phénomène et de son évolution est satisfaisante, mais appelle à de futurs travaux…

Source : Patrimoine des Pays de l’Ain

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Prunelle Deleville, Métamorphose des Métamorphoses. La réécriture de la version Z de l’Ovide moralisé, Paris, Classiques Garnier, 2022, 224 p.

Métamorphose des Métamorphoses. La réécriture de la version Z de l’Ovide moralisé

Attention, événement !

Prunelle Deleville, membre associée du CIHAM (UMR 5648), maître-assistante en langue et littérature françaises médiévales à l’Université de Genève, vient de faire paraître une partie remaniée de la thèse qu’elle a soutenue en 2019 sous la direction de Marylène Possamaï-Pérez (Université Lumière Lyon 2, CIHAM) et d’Olivier Collet (Université de Genève), dans le cadre du projet de recherches “Ovide en français” et qui s’intitulait “Métamorphose des Métamorphoses : édition critique et étude littéraire des manuscrits Z de l’Ovide moralisé”.

Résumé de l’ouvrage

Cet ouvrage propose l’étude littéraire de la réécriture Z de l’Ovide moralisé (fin du XIVe siècle-début du XVe siècle). Ce remanieur élide les allégories religieuses, ajoute de nouvelles interprétations et change le récit de la fable. Il modifie ainsi l’esthétique et l’éthique du texte initial.

Table des matières sur le site de l’éditeur, Classiques Garnier

 

Source : Classiques Garnier et Prunelle Deleville

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Les gestes à la cour, Florence, Sismel/Edizioni del Galluzzo, 2022 (Micrologus, XXX), XX-428 p.

copertina

Table des matières

A. Paravicini Bagliani, Préface

B. Andenmatten, L’hommage vassalique dans l’État princier savoyard du bas Moyen Âge. Geste de soumission et impératif bureaucratique

V. Puech, Les gestes de l’avènement impérial à Byzance au XIIIe siècle

G. Lecuppre, Les gestes de l’abdication dans les anciens Pays-Bas (1267-1555)

C. Fournier, Gestes au sein des bains de cour en al-Andalus

K. Oschema, Lier et séparer par des gestes. Gestes de proximité et de distance à la cour de Bourgogne (XVe siècle)

N. Drocourt, Les gestes de la diplomatie à la cour des Comnènes

S. Péquignot, La remise des lettres de créance d’après les sources ibériques et françaises (fin XIIIe-début XVIe siècle). Premières pistes

M.-K. Schaub, Les gestes en situation diplomatique. Négociateurs européens et moscovites au XVIIe siècle

B. Foulon, La circulation de la violence à la cour entre les hommes de pouvoir et les acteurs du champ culturel d’après le Kitab al-Agani (Xe siècle)

J.-M. Cauchies, Bruits et gesticulations à la cour de Bourgogne: violences conjugales et mainmise politique (1504-1506)

F. Cosandey, Les gestes de la discorde. Contestation et gestes déplacés dans le cérémonial monarchique à l’époque moderne

J. Blanc, Nobles artistes: la gestique aristocratique dans la peinture néerlandaise du XVIIe siècle

A. Caiozzo, Gestes de cour, gestes du cœur d’après la culture visuelle des Timourides (XVe siècle)

D. Jacquart, Les gestes des médecins (à la cour ou ailleurs) à la fin du Moyen Âge

B. Laurioux – C. Poirier – D. Ardesi – F. Müllers, Les gestes culinaires à travers les recueils de recettes curiaux des XIVe et XVe siècles. Enjeux et premiers résultats d’une enquête européenne

O. Parizot, Une gestuelle sous contrôle? Découper et servir les aliments à la table royale (XIVe-XVIe siècle)

A.-C. Le Coultre – D. Jaquet, Jouer de la Hache devant le duc. Combat ritualisé en armure à la cour de Bourgogne

A. Arcangeli, Writing about Dance and the Codifying of Gestures in the Renaissance

Indices par A. Paravicini Bagliani

Source : Sismel/Edizioni del Galluzzo

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Elise Louviot, Charles Garcia et Stephen Morrison (éd.), La formule au Moyen Âge IV/Formulas in Medieval Culture IV, Turnhout, Brepols, 2021 (Atelier de Recherche sur les Textes Médiévaux, 31), 302 p.

Présentation de l’ouvrage
Un ouvrage pluridisciplinaire consacré à la formule dans tous les genres textuels de l’Occident médiéval.
 
Le phénomène formulaire est foisonnant, protéiforme et omniprésent dans tous les aspects des pratiques culturelles médiévales. Poésie, actes épiscopaux, encyclopédies, récits de miracles, charmes, formulaires notariaux, chroniques : tous ces genres textuels emploient des formules à des degrés divers et sous des formes variées. Au-delà de cette diversité apparente se dessinent cependant des problématiques communes: désir de permanence, argumentation fondée sur un savoir partagé unissant une communauté d’utilisateurs (et excluant ainsi ceux qui n’appartiendraient pas à ladite communauté), souplesse et adaptabilité bien réelles derrière la fixité apparente de la forme.
 
Ce quatrième ouvrage consacré à la formule médiévale rassemble des contributions en français, en anglais et en espagnol. À travers l’étude fine d’une multitude de documents de natures et d’origines géographiques très variées, ces articles analysent les formules à la fois dans leur fonctionnement textuel (et parfois graphique) et dans leur rôle social. La confrontation de disciplines différentes permet d’aborder le phénomène formulaire dans sa globalité, et ainsi de mieux distinguer ce qui n’est propre qu’à un type de formules ou de texte particulier et ce qui est au contraire essentiel au concept de formule.
 
Table des matières

Introduction,  Elise Louviot (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Expression du pouvoir

Le formulaire de la corroboratio dans les documents d’un cartulaire médiéval portugais, Maria Cristina Cunha et Maria João Oliveira e Silva (Faculté des Lettres de l’Université de Porto – Portugal / CITCEM)

Los prólogos de los cartularios de Santa Cruz de Coimbra (siglo XII): entre la continuidad y la innovación formularia, Leticia Agúndez San Miguel (Universidad de Cantabria)

“Pro ratione officii nostri debemus”. Les devoirs du bonus pastor dans les actes de l’évêque Barthélemy de Joux (1113-1151), Adele Di Lorenzo (Université de Sienne)

Derecho es que se fagan lealmente. El formulario de la compraventa de Sevilla en la segunda mitad del siglo XIII, Pilar Ostos Salcedo (Universidad de Sevilla)

La presentación gráfica de las fórmulas diplomáticas en documentos y códices de Santiago de Compostela en los siglos XIV y XV, Adrián Ares Legaspi (Universidad de Sevilla)

Formuler la prééminence du prince en Savoie (XIIIe-XVe siècles), Florentin Briffaz (Université Lumière-Lyon 2)

Récits

Les formules désignant le roi Arthur dans l’Alliterative Morte Arthure, Anne Mathieu et Colette Stévanovitch (IDEA, Université de Lorraine)

The Stereotypical Representation of the Jewish Figure in Some Late Medieval English Texts”, Agnès Blandeau (Université de Nantes)

Usage des formules bibliques dans les récits de miracles eucharistiques. L’exemple du verset Qui manducat… (1 Cor 11, 29), François Wallerich (Université Paris-Nanterre)

La formulation tripartite du monde dans les encyclopédies et textes littéraires du Moyen Âge, Natalia I. Petrovskaia (Utrecht University)

Protéger et guérir

A il herbe pour mal de teste ? Formules et style formulaire dans Le Livre de Sydrac, Valérie Gontero-Lauze (Aix-Marseille Université)

“Medicinal Formulas and the Art of Healing: the Power of Words. A Study of Middle English Extracts from Medical Recipes of MSS O. 1. 13, R. 14. 32 and R. 14. 51”, Véronique Soreau (Université de Poitiers)

Les formules apotropaïques : le pouvoir de la parole, le pouvoir des lettres, Edina Bozoky (Université de Poitiers et Centre d’Études supérieures de civilisation médiévale)

Conclusion

La formularité au prisme des formules liturgiques, Charles Garcia (Université de Poitiers et CESCM)

Table des manuscrits

Index des oeuvres et auteurs

Table des illustrations

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Cyrille Aillet, L’archipel ibadite. Une histoire des marges du Maghreb médiéval, Lyon, CIHAM-Editions, 2022, 592 p.

L'archipel ibadite

Présentation

Cette enquête inédite revisite l’évolution du Maghreb médiéval à partir de ses marges. Elle dévoile l’histoire de l’ibadisme, une minorité aujourd’hui invisible dans l’océan du sunnisme, mais qui a puissamment façonné le Maghreb. Héritiers des dissidents kharijites soulevés contre le califat, les Ibadites animent les révoltes qui détachent la région de l’Empire. Ils jouent un rôle crucial dans l’émergence d’un discours en faveur des Berbères, chez qui ils recrutent en masse. Ces contestataires développent une doctrine politique singulière, hostile à la tyrannie et favorable à une souveraineté fondée sur l’élection, la consultation et la collégialité. Pour les Ibadites, cet idéal s’incarne dans l’État qu’ils fondent vers 761 près de Tiaret, dans l’Algérie actuelle. Dirigé par une dynastie d’imams persans, il symbolise pour eux un véritable âge d’or. Sa disparition brutale sous les coups des Fatimides en 909 constitue un traumatisme collectif. Elle oblige les fidèles à se redéployer sous la forme d’un archipel de communautés autonomes, dispersées entre la Méditerranée et le nord du Sahara. Après l’échec des derniers soulèvements berbères face à l’Empire, la nécessité de coexister avec les pouvoirs dominants s’impose. L’autorité des notables et des oulémas se substitue localement à l’État pour assurer la cohésion collective. Le commerce transsaharien tisse des relations entre ces communautés et assure la fortune des marchands- lettrés qui traversent le désert jusqu’à Ghana, Gao ou au lac Tchad. Ils en rapportent de l’or et des convois d’esclaves, revendus dans les oasis et les cités de Méditerranée. La poussée des intérêts rivaux et l’expansion religieuse du malikisme et du soufisme achèvent toutefois d’éroder, puis de désarticuler, l’archipel ibadite. À la fin du Moyen Âge, il n’en subsiste que les bastions actuels du Mzab, de Tripolitaine et de Djerba. La mémoire de cette communauté oubliée nous plonge au cœur même de la genèse de l’Islam et du Maghreb.

Source : Ciham et De Boccard

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[parution]Between the Pagan Past and Christian Present in Byzantine Visual Culture. Statues in Constantinople, 4th-13th Centuries

Up to its pillage by the Crusaders in 1204, Constantinople teemed with magnificent statues of emperors, pagan gods, and mythical beasts. Yet the significance of this wealth of public sculpture has hardly been acknowledged beyond late antiquity. In this book, Paroma Chatterjee offers a new perspective on the topic, arguing that pagan statues were an integral part of Byzantine visual culture. Examining the evidence in patriographies, chronicles, novels, and epigrams, she demonstrates that the statues were admired for three specific qualities – longevity, mimesis, and prophecy; attributes that rendered them outside of imperial control and endowed them with an enduring charisma sometimes rivaling that of holy icons. Chatterjee’s  interpretations refine our conceptions of imperial imagery, the Hippodrome, the Macedonian Renaissance, a corpus of secular objects, and Orthodox icons. Her book offers novel insights into Iconoclasm and proposes a more truncated trajectory of the holy icon in medieval Orthodoxy than has been previously acknowledged.

Paroma Chatterjee, Between the Pagan Past and Christian Present in Byzantine Visual Culture. Statues in Constantinople, 4th-13th Centuries CE, Cambridge, Cambridge University Press, 2022. 350 p., 26 x 18,5 cm. ISBN : 9781108833585. GBP 75.

Source : https://rmblf.be/2022/01/29/publication-paroma-chatterjee-between-the-pagan-past-and-christian-present-in-byzantine-visual-culture-statues-in-constantinople-4th-13th-centuries-ce/?fbclid=IwAR2gnhkGluvPisWVIQ9i-TsNNx4-u-fLQV7Vkomnhj1tXzAfrSugN9ClQuo

 

[publication]The Invention of Byzantium in Early Modern Europe

A gulf of centuries separates the Byzantine Empire from the academic field of Byzantine studies. This book offers a new approach to the history of Byzantine scholarship, focusing on the attraction that Byzantium held for Early Modern Europeans and challenging the stereotype that they dismissed the Byzantine Empire as an object of contempt.

The authors in this book focus on how and why the Byzantine past was used in Early Modern Europe: to diagnose cultural decline, to excavate the beliefs and practices of early Christians, to defend absolutism or denounce tyranny, and to write strategic ethnography against the Ottomans. By tracing Byzantium’s profound impact on everything from politics to painting, this book shows that the empire and its legacy remained relevant to generations of Western writers, artists, statesmen, and intellectuals as they grappled with the most pressing issues of their day.

Refuting reductive narratives of absence or progress, this book shows how “Byzantium” underwent multiple overlapping and often discordant reinventions before the institutionalization of “Byzantine studies” as an academic discipline. As this book suggests, it was precisely Byzantium’s ambiguity—as both Greek and Roman, ancient and medieval, familiar and foreign—that made it such a vibrant and vital part of the Early Modern European imagination.

Page de l’éditeur : 

https://t.co/Lz3Y1unSkX

[Parution] Jean-François draperie, Le fait associatif dans l’Occident médiéval. De l’émergence des communs à la suprématie des marchés, le bord de l’eau, 2021

Les associations dominent l’économie du Moyen Âge central : monastères, paroisses, ghildes, confréries, communes, fondent la renaissance du XIIe siècle. Acter le fait associatif médiéval invite à poser l’hypothèse selon laquelle les associations et l’économie sociale ne sont pas une invention de la société contemporaine, mais plutôt une découverte. L’économie sociale n’est pas née en réaction au capitalisme, mais l’économie capitaliste est née de la transformation des associations de métiers et la prise de pouvoir des marchands et des banquiers sur les communs et les communes aux XIIIe et XIVe siècles. L’origine partagée des associations et des communs, permet de renouer les liens oubliés des solidarités contemporaines avec les solidarités traditionnelles.

Enraciner le fait associatif dans une histoire millénaire invite enfin à penser l’« associatisme », défini comme le mouvement associatif de longue durée. Les formes de l’associatisme évoluent au cours de l’histoire. Au Moyen Âge il prend la forme de l’association communautaire ; pendant la période contemporaine il prend celle de l’association coopérative.

L’associatisme médiéval questionne l’économie sociale contemporaine et son rapport avec l’économie dominante. Alors que le fait associatif médiéval était en harmonie avec les valeurs fondamentales de la société médiévale, l’économie sociale et coopérative est en opposition avec la concurrence généralisée qui anime l’économie dominante contemporaine. Ceci explique d’une part que l’associatisme médiéval ait intégré de nombreuses régulations macro-économiques et d’autre part que l’économie sociale coopérative se soit rétractée sur la forme entrepreneuriale.

Préface de Catherine Vincent, Membre honoraire de l’Institut universitaire de France

Maître de conférences en sociologie, Jean-François Draperi est directeur du Centre d’économie sociale du Cnam (Cestes / Cnam), rédacteur en chef de la Revue internationale de l’économie sociale, et directeur du groupe de recherche Acte 1 (Acteurs, chercheurs, territoires d’économie sociale).

Source : site internet de l’éditeur Le bord de l’eau

Joséphine Moulier

Doctorante en histoire médiévale

More Posts

[Publication] « Hagiography, Historiography, and Identity in Sixth-Century Gaul. Rethinking Gregory of Tours » Tamar Rotman

Gregory of Tours, the sixth-century Merovingian bishop, composed extensive historiographical and hagiographical corpora during the twenty years of his episcopacy in Tours. These works serve as important sources for the cultural, social, political and religious history of Merovingian Gaul. This book focuses on Gregory’s hagiographical collections, especially the Glory of the Martyrs, Glory of the Confessors, and Life of the Fathers, which contain accounts of saints and their miracles from across the Mediterranean world. It analyses these accounts from literary and historical perspectives, examining them through the lens of relations between the Merovingians and their Mediterranean counterparts, and contextualizing them within the identity crisis that followed the disintegration of the Roman world. This approach leads to groundbreaking conclusions about Gregory’s hagiographies, which this study argues were designed as an « ecclesiastical history » (of the Merovingian Church) that enabled him to craft a specific Gallo-Christian identity for his audience.

 

Publication – Tamar Rotman, « Hagiography, Historiography, and Identity in Sixth-Century Gaul. Rethinking Gregory of Tours »

 

[Parution] Frontières spatiales, frontières sociales au Moyen Âge. Actes du LIe congrès de la SHMESP (Perpignan, 2020), Paris, Editions de la Sorbonne, 2021, 370 p.

Présentation de l’ouvrage

L’étude des frontières est contemporaine de la naissance de la discipline historique et de l’émergence des États-nations. Bien que la frontière ne soit pas une notion proprement médiévale, elle est cependant un thème classique des études sur le Moyen Âge. À la fois prégnant et souvent insaisissable, cet objet a été envisagé dans une optique comparatiste, en considérant les limites entre pouvoirs ou entre cultures, les divisions administratives, mais aussi les zones frontalières, de l’Angleterre à l’Empire mongol, de la Saxe aux terres valenciennes ou castillanes et à l’Iran. Sans négliger l’étude des espaces qui délimitent des aires d’exercice de pouvoirs et contribuent à la construction des territoires, les auteurs s’attachent à une histoire sociale, à des échelles variables, du quartier urbain à l’empire. Ce volume présente les résultats des échanges du 51e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, tenu virtuellement à Perpignan malgré les restrictions d’accès aux archives et aux bibliothèques. Rassemblant les travaux d’historiens confirmés et de chercheurs plus jeunes, il dresse un panorama des frontières spatiales et des frontières sociales des mondes latin, byzantin et musulman. Ces choix permettent de mettre l’accent sur les modes de construction des frontières à travers des prismes variés : les processus, les outils et les lieux qui rendent visible la frontière, les actions qui la définissent et construisent les territoires.

Table des matières

Dominique Valérian, Avant-propos

Stéphane Boissellier et Lucie Malbos, Frontières spatiales, frontières sociales au Moyen Âge. Rapport introductif

 

Rendre visible la frontière

 Éva Collet, Tracer la frontière juridique entre Byzance et l’Islam (Nord du Bilād al-Šām, IIe-Ve siècle h/VIIIe-XIe siècle)

 Camille Rhoné-Quer, Ériger les cours d’eau en frontières. Ṭabarī (839-923) et les confins iraniens, entre héritages mythiques et écriture de l’histoire impériale islamique

 Marc Suttor, Définir et rendre visible une frontière fluviale. Le cas de la Meuse moyenne du XIIIe au XVIe siècle

 Juliette Dumasy-Rabineau, Les cartes perdues des frontières de Bourgogne au milieu du XVe siècle

 Laurence Leleu, Frontières spatiales et frontières mentales de la Saxe (IXe-XIe siècle)

 

 (Re)définition des frontières et territorialisation

 Frédérique Laget, La construction d’une frontière maritime en Angleterre à la fin du Moyen Âge

 Giovanni Stranieri, Les territoires locaux dans la Pouille méridionale du VIIe au Xe siècle. Un reflet de la frontière de Byzance en Adriatique ?

 Simon Hasdenteufel, L’empereur au-delà du fleuve. La construction d’un territoire politique dans l’Empire latin de Constantinople (1204-1213)

Simon Berger, Mingghan et tamma. L’administration nomade des frontières dans l’Empire mongol au XIIIe siècle

 Romain Saguer, Consolidation ou disparition des frontières ? Les comtés de Roussillon et de Cerdagne après la chute de la Couronne de Majorque (seconde moitié du XIVe siècle)

 Simon Dorso, Délimiter le territoire. Réflexions le long de la frontière du royaume de Jérusalem (Galilée, XIIe-XIIIe siècle)

 

Sociétés de frontière

Olivier Marin, L’expérience de la frontière au miroir du Liber de legationibus de Gilles Charlier (1433-1435)

Arnaud Lestremau, Ex paterno genere Danici. L’onomastique d’une société frontalière. L’exemple des Midlands aux Xe-XIe siècles

Josep Torró, La frontière médiévale comme processus d’appropriation. Quelques considérations concernant le cas ibérique au XIIIe siècle : cuadrilleros, almonedas, suertes

 Tristan Martine, D’un royaume à l’autre. Frontières mouvantes et sociétés aristocratiques en Lotharingie méridionale (fin IXe-Xe siècle)

 Damien Coulon, Pareurs de Perpignan au-delà des limites de la couronne d’Aragon et des frontières sociales

 Ingrid Houssaye Michienzi, Sarah Maugin et Claire Soussen, La frontière interconfessionnelle, un concept pertinent dans l’espace urbain de la Couronne d’Aragon des XIIIe-XVe siècles ?

 

Philippe Sénac, Conclusions

 

Résumés

 Abstracts

Source : SHMESP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Jean-François Reynaud, avec la collaboration d’Olivia Puel, A la recherche d’un Lyon disparu. Vie et mort des édifices religieux du IVe au XXe siècle, Lyon, Alpara/MOM, 2021, 284 p.

Présentation

Les églises médiévales lyonnaises ont connu une vie mouvementée. Nombre d’entre elles furent détruites lors des conflits armés, des guerres de Religion et à la Révolution, mais aussi du fait de l’évolution des pratiques religieuses ou architecturales, ou du développement d’espaces urbains nouveaux. Certaines ont totalement disparu : les anciennes basiliques funéraires Saint-Just et Saint-Laurent de Choulans, Saint-Étienne et Sainte-Croix du groupe épiscopal, des chapelles et recluseries. D’autres ont été reconstruites au cours des siècles, comme Saint-Irénée, Saint-Martin d’Ainay, Saint-Nizier et les premières cathédrales sous Saint-Jean. Grâce à l’intérêt pour le patrimoine, surtout médiéval, qui se développe au cours du XIXe siècle, les églises qui étaient encore debout ont été sauvées, mais souvent transformées. À partir de la seconde moitié du XXe siècle, l’étude du patrimoine religieux lyonnais connaît un nouvel élan, avec l’essor de l’archéologie du sous-sol et de l’archéologie du bâti.

L’auteur brosse ici un portrait de la ville au cours des siècles, en replaçant les données archéologiques dans leur cadre historique et topographique. Il s’appuie sur les recherches archéologiques qu’il a menées à partir des années 1970 et dont il avait publié une synthèse des édifices antérieurs à 750 dans Lugdunum christianum (1998). Le présent ouvrage a pour vocation de compléter ces analyses en fournissant les données plus récentes concernant les époques carolingienne, romane, gothique et moderne. Il traite également des églises construites par les ordres mendiants et qui ont presque toutes disparu, comme celle des Cordeliers de l’Observance, la seule à avoir été l’objet d’une étude avant sa destruction.  

Ce travail auquel, au fil de l’ouvrage, ont été associés d’autres chercheurs, est d’autant plus nécessaire que les vestiges des édifices de culte ont livré des renseignements de première main sur les périodes les plus anciennes, non seulement sur la vie religieuse mais également sur la topographie urbaine, l’activité économique et la société. 

Source : MOM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Dante Fedele, The Medieval Foundations of International Law. Baldus de Ubaldis (1327-1400), Leyde, Brill-Nijhoff, 2021, 697 p.

Cover The Medieval Foundations of International Law

Présentation

Dante Fedele’s new work of reference reveals the medieval foundations of international law through a comprehensive study of a key figure of late medieval legal scholarship: Baldus de Ubaldis (1327-1400). A student of Bartolus de Sassoferrato, Baldus wrote both extensive commentaries on Roman, canon and feudal law and thousands of consilia originating from particular cases. His writings dealt with numerous issues related to sovereignty, territorial jurisdiction, diplomacy and war, combining a rich conspectus of earlier scholarship with highly creative ideas that exercised a profound influence on later juristic thought. The detailed picture of the international law doctrines elaborated by a prominent medieval jurist offered in this study contributes to our understanding of the intellectual archaeology of international law.

Source : Brill

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Jean-Frédéric Schaub et Silvia Sebastiani, Race et histoire dans les sociétés occidentales (XVe-XVIIIe siècle), Paris, Albin Michel, 2021, 512 p.

Couverture du livre Race et histoire dans les sociétés occidentales (XV-XVIIIe siècle)

Ce livre présente les processus de racialisation qui ont ponctué la transformation de l’Europe et de ses colonies de la fin du Moyen Âge à l’âge des révolutions. Cette histoire éclaire l’évolution des sociétés, des institutions, des cultures et des théories. Elle décrit la volonté de catégoriser les individus et les groupes, de les enclore dans des identités présentées comme intangibles, de discriminer les collectifs dominés, voire d’organiser l’oppression à grand échelle contre des populations définies par leur race.
La racialisation procède par naturalisation des rapports sociaux et des caractères physiques et moraux qui se transmettent de génération en génération, à travers la procréation. Elle repose sur une contradiction : le racisme affirme que les gens sont prisonniers de leur race et s’emploie néanmoins à gérer la transformation des races.
Quatre coups de projecteur permettent de rendre compte de cette histoire : la noblesse de naissance face à l’anoblissement, la nature juive ou musulmane qui persiste dans le sang des convertis, l’origine ineffaçable des métis dans l’Amérique coloniale, la déshumanisation des Africains par la traite esclavagiste.
Ces phénomènes sont les expériences séculaires sur lesquelles les auteurs des Lumières se sont fondés pour classer l’humanité en races. Ils hiérarchisent les groupes humains mais proclament aussi l’universalité des droits de l’homme. Le siècle des philosophes peut alors se lire comme le fruit d’une histoire passée, autant que comme le fondement d’une histoire inachevée, la nôtre.

Source : CRH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Sylvie Le Strat-LeLong, Le comté de Bourgogne d’Eudes IV à Philippe de Rouvres (1330-1361), Turnhout, Brepols, 2021, 436 p.

Présentation
Une étude de la construction du pouvoir princier en Franche-Comté au temps de la première union bourguignonne
En 1330, le duc de Bourgogne Eudes IV prend en main le gouvernement du comté de Bourgogne dont vient d’hériter son épouse. Comme après lui son petit-fils Philippe de Rouvres, il se retrouve alors à la tête d’une principauté incluant l’Artois et les duché et comté de Bourgogne. Quelles sont les retombées de cette situation inédite en Franche-Comté? C’est ce que se propose d’étudier l’ouvrage. Cet intermède de 31 ans a contribué à poser les bases du futur État bourguignon des ducs Valois par des réformes d’envergure. Cela n’a pas été sans difficultés et inachèvements de toute sorte. Ils tiennent autant à la conjoncture problématique des débuts de la guerre de Cent ans qu’à la puissance remarquable de la haute noblesse comtoise, menacée par la politique d’affirmation souveraine du duc-comte. Mais celle-ci ne peut paradoxalement être menée qu’avec le soutien de l’aristocratie: des grands, que les princes ont finalement choisi d’associer au pouvoir après de tumultueux épisodes de conflit armé; de la petite et moyenne noblesse, peu à peu ralliée à un système de gouvernement dont elle tire de multiples avantages. On trouve là des caractéristiques propres aux États princiers de la fin du Moyen Âge. Il se dégage cependant une forte singularité de la Franche-Comté en ce deuxième tiers du XIVe siècle. Elle s’illustre par les possibilités économiques liées à l’industrie du sel et les vicissitudes de la progressive intégration dans un vaste espace bourguignon.
 
Table des matières

Introduction
Sources

Première partie. Au cœur de la principauté. Le domaine comtal. Permanences et mutations

Chapitre I. Héritages
1) L’héritage des derniers comtes
2) Les règlements des successions

Chapitre II. Assises territoriales
1) Tableau du domaine dans les années 1330 et en 1359 d’après les comptes généraux
2) Les modifications

Chapitre III. Une administration héritée
1) Mairies
2) Prévôtés
3) Châtellenies

Chapitre IV. Des réformes de structures
1) Bailliages
2) Eaux et forêts
3) Salines

Deuxième partie. La féodalité au comté de Bourgogne. Vitalité et réorganisation des forces

Chapitre I. Le droit du suzerain : les fiefs du comté
1) Les sources
2) Répartition géographique

Chapitre II. Des pouvoirs concurrents : les grands et leurs réseaux
1) Au nord : Faucogney
2) Au nord-est : Montfaucon-Montbéliard et Neuchâtel
3) À l’est et au sud : Chalon

Troisième partie. Le prince et sa noblesse. Collaboration ou opposition ?

Chapitre I. De la rébellion à la participation : un équilibre à trouver
1) Les causes du mécontentement
2) Le temps des guerres (1330-1349)
3) La nouvelle donne (1349-1361)

Chapitre II. Les hommes du comte
1) Les officiers
2) Les hommes d’armes
3) Au service du prince

Quatrième partie. L’élaboration du pouvoir princier et ses limites

Chapitre I. Fondements politiques
1) La dévolution de la Franche-Comté au duc de Bourgogne
2) Les conséquences

Chapitre II. Le droit du prince
1) La théorie : un postulat nouveau en Comté
2) L’affirmation souveraine aux dépens des grands féodaux
3) Dire le droit

Chapitre III. Appareil administratif et judiciaire
1) Les cours locales
2) Les officiers de justice
3) Le Parlement
4) Les réformateurs

Chapitre IV. Organisation militaire et financière
1) Les finances du prince
2) La défense de la principauté

Conclusion générale
Annexes
Bibliographie
Index des noms de personnes

Source : Brepols
 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Laurent Ripart, Les déserts de l’Occident. Genèse des lieux monastiques dans le sud-est de la Gaule (fin IVe – milieu VIe siècle), Turnhout, Brepols, 2021, 541 p.

Présentation

Le monachisme rhodanien : une tradition majeure pour la formation des monastères occidentaux comme espaces sacrés.

Au cours du Ve siècle, dans le sud-est de la Gaule, plusieurs ascètes entreprennent d’aménager des lieux monastiques sur des îles : à Lérins, Porquerolles, l’Ile-Barbe, la Cappe. Définissant ces établissements insulaires comme des déserts, ils entendent affirmer leur séparation avec le monde profane, consacrant par une rupture spatiale la rupture sociale inhérente au monachisme.

Relisant les données transmises par les documents écrits et exploitant les ressources de fouilles archéologiques parfois très récentes, ce livre étudie la genèse de ces lieux monastiques séparés, en y voyant la caractéristique majeure des expériences monastiques mises en œuvre dans le sud- est de la Gaule aux Ve et VIe siècles. Il s’interroge tout d’abord sur le modèle de l’île-monastère, en reconnaissant l’influence de Jérôme de Stridon et de pratiques développées vers 400 dans l’archipel toscan. Il décrypte ensuite la formation des monastères dans les îles provençales et rhodaniennes, puis dans les villes où furent institués des établissements de vierges cloîtrées. Il présente enfin les grands textes monastiques rédigés dans l’espace rhodano- provençal dans la première moitié du VIe siècle, en montrant qu’ils firent des traditions nées dans le sud-est de la Gaule une source majeure de la culture monastique occidentale.

Table des matières

Introduction : Le monastère comme séparation spatiale : aux sources de la tradition monastique rhodano-provençale

Première partie. Les origines italiennes des déserts insulaires (fin IVe-début Ve siècle)

Chapitre I. De Jérôme de Stridon à Ambroise de Milan : naissance littéraire de l’érémitisme insulaire
Chapitre II. Les saints des îles ligures : Gallinara et  l’ermitage de saint Martin  
Chapitre III. Les déserts insulaires de l’archipel toscan  
Conclusion

Deuxième partie. Les déserts insulaires Provençaux et leurs prolongements Rhodaniens (Ve siècle)

Chapitre I. Le double monastère des îles d’Hyères
Chapitre II. Lérins : de la double communauté au monastère unique
Chapitre III. Les lieux monastiques de la vallée rhodanienne
Conclusion

Troisième partie. Les nouveaux modèles monastiques du début du VIe siècle 

Chapitre I. Les déserts forestiers des monastères jurassiens 
Chapitre II. La fondation d’Agaune : une rupture avec l’érémitisme
Chapitre III. Les recluses de la cité d’Arles  
Conclusion

Conclusion générale :La tradition monastique du sud-est de la Gaule : une source majeure de la culture monastique occidentale 

Bibliographie  
Indices
Tables

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] C. Aillet, C. Capel, E. Voguet (dir.), Le Sahara précolonial. Des sociétés en archipel, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 149, septembre 2021

Depuis vingt ans, la recherche sur l’histoire des peuples sahariens connaît un renouveau discret mais remarquable. L’impensé ancien d’un Sahara prémoderne réduit à une frontière entre l’Afrique du Nord et l’Afrique Équatoriale recule en effet au profit de l’idée d’un Grand Désert comme aire autonome à la jonction des deux autres Afriques. Ce numéro de la REMMM s’inscrit dans cette dynamique en questionnant la cohérence et l’altérité de l’espace saharien durant la période islamique précédant les poussées coloniales. Le point de départ de la réflexion est le constat d’une tension entre le caractère insulaire des sociétés sahariennes et leur vocation cosmopolite, entre la discontinuité géographique du peuplement et les formes de cohésion qui peuvent en assurer l’unité, entre la multiplication des cultures vernaculaires et le développement d’un vaste réseau d’échanges et de contacts. Cette organisation rappelle celle des archipels maritimes, un modèle conceptuel depuis longtemps utilisé en sciences sociales et qui mérite d’être questionné dans le cadre des études sur le Sahara précolonial. Trois grands thèmes, interrogeant cette notion d’archipel(s) saharien(s), traversent les neuf études de cas rassemblées dans ce numéro : celui de la mobilité des hommes, notamment marchands, pasteurs et lettrés ; celui des structurations politiques et sociales de ces sociétés ; et celui des productions culturelles, qu’elles soient matérielles ou savantes.

Sommaire et articles en Open Access : https://journals.openedition.org/remmm/

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts