Archives de catégorie : Activités des doctorants

[Séminaire] Séminaire des doctorants et doctorantes du CIHAM – Lyon, 18 avril 2022

Le séminaire annuel des doctorants et doctorantes du CIHAM, se tiendra mercredi 18 avril 2022 de 14h à 17h à l’Université Lyon 3 (15 quai Claude Bernard,  aile Montesquieu, 1er étage, salle Pareto ).

PROGRAMME

14 heures | Mourtala AMAR (EHESS, Université de Montréal)

Le débat sur la fiabilité ou non de l’historiographie arabe

14 h 30 | Joséphine MOULIER (Université Clermont Auvergne, Université Lyon 3)

Étudier le marché et ses acteurs à travers les registres de notaires. L’exemple de Salers (Cantal, Auvergne) au tout début du XVIe siècle

15 heures | Corentin DURAND (École nationale des chartes, Université Lyon 2)

Un monde de documents : écrire les inventaires d’archives entre le XIVe et le XVIIe siècle

15 h 30 | Valentin SENTIS (Université Lyon 2)

Représenter le pape au XIIIe siècle : le cas de Bernard de Languissel

16 heures | Ellie O’SHEA (University of Cambridge, ENS de Lyon)

L’archive arthurienne dans le Roman de Merlin en prose et ses suites

16 h 30 | Nicolas MAZEL (Université Lyon 2, Université de Genève)

Genre(s) et forme(s) : modalités de la lettre-héroïde au Moyen Âge

Affiche

Programme

Renseignements : enki.baptiste1[at]univ-lyon2.fr

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à communications] Cacher, voiler, dissimuler au Moyen Âge Journées d’études doctorales du CIHAM (UMR 5648) 27–28 octobre 2022

Cacher, voiler, dissimuler au Moyen Âge

Journées d’études doctorales du CIHAM (UMR 5648)

27–28 octobre 2022


Cacher, voiler, dissimuler : ces trois termes ont en commun de désigner l’action consistant à rendre partiellement ou totalement inaccessible à la vue – ou plus globalement à la perception – une réalité qui continue cependant d’exister. En retenant ces trois termes, la présente journée d’étude entend s’intéresser à l’ensemble des processus qui contribuent ou aboutissent à l’occultation d’un objet historique, d’une idée ou d’un contenu littéraire et narratif, sans pour autant chercher à les détruire purement et simplement. Tout en retenant la proximité de ces concepts, on peut en souligner des variations de sens et des usages historiographiques différents. Si le terme « cacher » apparaît comme le plus englobant et le plus large, les connotations de « voiler » et de « dissimuler » doivent permettre d’affiner une réflexion épistémologique. Le voile peut s’inscrire dans une temporalité définie, et renvoie à un certain univers religieux et au mystère qui entretient le doute tout en insistant sur la réalité de l’objet. La dissimulation hérite en revanche d’une historiographie davantage inscrite dans le champ politique. Elle la met ainsi en relation avec la notion de simulation – désignant un processus conscient et organisé qui vise à feindre une réalité qui n’existe pas – alors que la dissimulation consiste à occulter une réalité qui est. Dans l’appréhension de ces processus, la question de l’intentionnalité occupe une place fondamentale. Le fait de cacher ou de se cacher est-il un choix conscient et assumé, une contrainte imposée et subie, ou bien encore une conséquence accidentelle et involontaire ? Est-il seulement possible de prouver une volonté de dissimulation et d’en établir les motivations ? 


Au-delà de cette question, l’appréhension de ces phénomènes pose un défi de taille aux chercheurs. La thématique de la dissimulation soulève par définition un certain nombre d’enjeux méthodologiques, relatifs notamment aux conditions matérielles de son étude. Face au silence ou à la rareté des sources, comment faire la part entre ce qui a été volontairement omis et ce qui a disparu ? Peut-on voir dans l’action de cacher, voiler et dissimuler un fait social total ? Ces processus semblent en tout cas pouvoir s’observer à tous les niveaux de la société médiévale, selon divers degrés et modalités. La dissimulation recouvre par exemple une part conséquente des pratiques de gouvernement et plus largement des usages politiques. Cacher ou se cacher peut également s’entendre à l’aune des normes établies par les institutions et pouvoirs dominants : soit ceux-ci cherchent à occulter les objets, groupes et comportements jugés déviants (on peut penser à des phénomènes comme la censure), soit l’action dissimulatrice vise, précisément, à se protéger ou à transgresser ces normes. On peut par exemple comprendre le corps comme objet caché, qu’il s’agisse de contrôler ce qu’il est possible d’en montrer, ou que le corps devienne un terrain de subversion des normes et des identités par le travestissement et le déguisement. La tension entre ce qui est caché et ce qui est montré recouvre également de nombreux enjeux intellectuels et esthétiques. C’est le cas notamment des procédés visant à dissimuler des sens cachés au sein de productions littéraires, par le recours à des figures allégoriques ou à d’autres procédés stéganographiques. Le voilement quant à lui renvoie aussi bien à des réalités humaines, du vêtement en particulier, que sacrées : les traditions juives, chrétiennes ou musulmanes usent du voile comme symbole de l’inconnaissable pour manifester la divinité.

 

 Les travaux du CIHAM concernent en premier lieu les mondes chrétiens et musulmans, mais les propositions portant sur d’autres espaces géographiques seront appréciées. Toutes les études liées à l’histoire, à l’archéologie ou à la littérature seront étudiées avec le plus grand intérêt.

 

Axes 

 

Où et Quand ?

Cet axe thématique interroge les espaces et les temporalités où l’on dissimule, volontairement ou involontairement. D’abord, il s’agit de penser les lieux où l’on cache les objets pour penser la continuité de telles pratiques dans la période médiévale. Quels sont les lieux propices à la dissimulation ? Permettent-ils de mettre en évidence des pratiques individuelles ou collectives ? Que nous disent-ils des objets qui sont cachés ? Les trésors de fondation, la thésaurisation en temps de crises (guerre, pandémies, etc.) ou les caches plus individuelles et spontanées peuvent évoquer cet aspect. Au-delà de l’artefact, le fait de dissimuler ou de cacher renvoie aussi à certains modes de structurations domestiques, politiques ou religieux. En effet, il semble possible de mettre en évidence les lieux qui sont cachés et qui renvoient à certaines spécificités culturelles ou religieuses. C’est le cas par exemple des patios des maisons musulmanes qui sont masqués par un vestibule afin de protéger les espaces privés.

Enfin, ces perspectives spatiales et même territoriales sont à mettre en regard avec des problématiques temporelles : quels sont les moments où l’on cache les objets ? Y a-t-il des temps ou des périodes spécifiquement dédiés à la dissimulation ? Ces pratiques évoluent-elles sur le temps long ou sur des temporalités courtes, renvoyant par exemple à des moments de crise et de rupture ? Certains moments de la vie sont-ils davantage propices ou marqués que d’autres par la dissimulation, notamment le temps cérémoniel, à l’image de la prise de voile symbolisant l’entrée dans la vie conventuelle ?

 

Quoi ? 

Les objets ciblés relèvent de différents champs. Il s’agit en premier lieu de la matérialité, que celle-ci soit décrite par des sources, accessibles ou non via l’archéologie, la conservation dans des musées, bibliothèques ou archives (trésors, preuves, images). Il peut s’agir également de l’individu social (enfants ou mariages cachés, clandestinité), comme de l’individu dans sa corporéité (genre, travestissement). Dans le champ politique, cela peut concerner des groupes sociaux, des minorités, des ressources économiques, mais aussi l’espionnage ou la censure. Ainsi, des idées peuvent être dissimulées : idées déviantes, telles les hérésies religieuses, ou pensées politiques subversives. Ces idées sont portées par la parole, mais aussi par le livre, dans sa matérialité comme dans son contenu. La littérature est ainsi un objet de recherche à part entière dans ce champ, à travers les procédés rhétoriques, le contenu narratif (tel le Graal), mais aussi les rébus, les messages cryptés ou les différents niveaux de lecture, cachés à la compréhension de ceux qui ne les maîtriseraient pas. Une réflexion peut également être menée sur le plan historiographique, où certains corpus et sources peuvent ne pas être pris en considération, sciemment ou inconsciemment dissimulés, orientant ainsi le récit qui est fait de l’histoire.

 

Qui ? 

Deux groupes d’acteurs peuvent être distingués : ceux qui dissimulent et ceux qui sont dissimulés. Pour les premiers, il peut être intéressant d’identifier différents profils, formations intellectuelles, politiques ou religieuses ou encore origines sociales. Ces acteurs peuvent se trouver à tous les échelons de la transmission des textes (auteur, copiste, collectionneur ou archiviste plus récent) ou des objets (artisan, nouveau propriétaire, collectionneur, autorité chargée de son entretien). Il ne faut pas non plus écarter ceux qui se cachent eux-mêmes dans les sources médiévales : les espions, les traîtres, ceux considérés comme indésirables ou celles et ceux qui n’ont pas accès à l’espace public peuvent aussi être au cœur des réflexions.

 

Pourquoi ?

Il convient de s’interroger sur les ressorts, les motivations de celles ou ceux qui cachent, ou au contraire, montrer comment cet état de fait est une conséquence involontaire. Une même dissimulation, une même façon de (se) dissimuler peut renvoyer, en fonction des sociétés, des groupes sociaux, ou des personnes considérées, à différentes explications ou motivations. Sans doute, les causes peuvent relever d’une pression (décision théologique, changement politique), d’une contrainte externe (menace militaire), que les acteurs peuvent chercher à contourner, ou doivent au contraire suivre. La volonté de cacher peut également procéder d’une intention d’assurer son pouvoir (secret d’État) ou d’une volonté de valorisation (cacher l’apparence de Dieu). Mais ces raisons mêmes ne sont pas non plus toujours avouées ni avouables, et sont à ce titre également dissimulées. 

 

Comment ?

Les manières de cacher un objet sont multiples : le déguisement comme la censure en relèvent. Ainsi, se donner officiellement le droit de conserver des informations ou des documents constitue l’affirmation d’un pouvoir.

Les processus de la dissimulation informent ainsi sur les conceptions du pouvoir et ses moyens d’action. L’archéologie, en exhumant méthodiquement les vestiges, rend compréhensible la façon dont l’action du temps a recouvert et caché à nos yeux les traces des sociétés passées. La maîtrise fine des études stratigraphiques permet donc de connaître l’enfouissement ainsi que de percevoir les perturbations qui pourraient indiquer une volonté des médiévaux de dissimuler intentionnellement un objet, qu’il s’agisse par exemple d’un objet enterré ou dissimulé dans un mur. La question du « comment » recouvre un vaste champ, dont relèvent aussi bien l’institutionnalisation de la censure que l’étude des textiles utilisés pour voiler les corps, ou encore les jeux littéraires fondés sur une connivence au sein d’une communauté donnée. Les contributions portant sur des questions méthodologiques seront également appréciées.


Les propositions de communication, de 500 mots maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 20 mai 2022 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

Comité d’organisation : Maureen Boyard, Léa Buttard, Baptiste Chopin, Pierre Fournier, Simon Rozanès, Valentin Sentis, Sébastien Villevieille

Comité scientifique : Maïté Billoré (Lyon 3), Caroline Chevalier-Royet (Lyon 3), Lahcen Daaif (Lyon 2), Sophie Gilotte (CNRS), Corinne Pierreville (Lyon 3).


Bibliographie indicative

BILLORÉ, Maïté (dir.) et SORIA, Myriam (dir.). La trahison au Moyen Âge : De la monstruosité au crime politique (Ve-XVe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

CARDON Thibault, Archéologie des dépôts monétaires, The Journal of Archæological Numismatics, vol. 10, 2021.

CAUCHIES Jean-Marie Cauchies et MARCHANDISSE Alain (éd.), L’envers du décor : espionnage, complot, trahison, vengeance et violence en pays bourguignons et liégeois, Neuchâtel, Centre européen d’études bourguignonnes, 2008.

COLLARD Franck, Le Crime de poison au Moyen Age, Paris, PUF, 2003.

DARBORD Bernard et DELAGE Agnès, Le partage du secret : Cultures du dévoilement et de l’occultation en Europe, du Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, Armand Colin, 2013.

SANTAMARIA Jean-Baptiste, Le secret du prince : gouverner par le secret France-Bourgogne XIIIe-XVe siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018.

Secret, public, privé, dossier Questes 2009.

THOMASSET Claude et PAGAN-DALARUN Martine (Dir.), Cacher, se cacher au Moyen Âge, Paris, PUPS, 2011.

WILD Francine (éd.), Le sens caché : usages de l’allégorie du Moyen Âge au XVIIe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2013. 

[Colloque] 53e congrès de la SHMESP, “Succéder au Moyen Âge”, Rome, Ecole française de Rome, 26-29 mai 2022

Informations pratiques et livret du programme à télécharger sur le site de la SHMESP

A noter : Enki Baptiste et Sébastien Villevieille, doctorants au CIHAM, de même que Marie-Céline Isaïa (MCF HDR à l’université Jean-Moulin Lyon 3, CIHAM) participeront à ce 53e congrès de la SHMESP

Source : SHMESP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Elise Louviot, Charles Garcia et Stephen Morrison (éd.), La formule au Moyen Âge IV/Formulas in Medieval Culture IV, Turnhout, Brepols, 2021 (Atelier de Recherche sur les Textes Médiévaux, 31), 302 p.

Présentation de l’ouvrage
Un ouvrage pluridisciplinaire consacré à la formule dans tous les genres textuels de l’Occident médiéval.
 
Le phénomène formulaire est foisonnant, protéiforme et omniprésent dans tous les aspects des pratiques culturelles médiévales. Poésie, actes épiscopaux, encyclopédies, récits de miracles, charmes, formulaires notariaux, chroniques : tous ces genres textuels emploient des formules à des degrés divers et sous des formes variées. Au-delà de cette diversité apparente se dessinent cependant des problématiques communes: désir de permanence, argumentation fondée sur un savoir partagé unissant une communauté d’utilisateurs (et excluant ainsi ceux qui n’appartiendraient pas à ladite communauté), souplesse et adaptabilité bien réelles derrière la fixité apparente de la forme.
 
Ce quatrième ouvrage consacré à la formule médiévale rassemble des contributions en français, en anglais et en espagnol. À travers l’étude fine d’une multitude de documents de natures et d’origines géographiques très variées, ces articles analysent les formules à la fois dans leur fonctionnement textuel (et parfois graphique) et dans leur rôle social. La confrontation de disciplines différentes permet d’aborder le phénomène formulaire dans sa globalité, et ainsi de mieux distinguer ce qui n’est propre qu’à un type de formules ou de texte particulier et ce qui est au contraire essentiel au concept de formule.
 
Table des matières

Introduction,  Elise Louviot (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Expression du pouvoir

Le formulaire de la corroboratio dans les documents d’un cartulaire médiéval portugais, Maria Cristina Cunha et Maria João Oliveira e Silva (Faculté des Lettres de l’Université de Porto – Portugal / CITCEM)

Los prólogos de los cartularios de Santa Cruz de Coimbra (siglo XII): entre la continuidad y la innovación formularia, Leticia Agúndez San Miguel (Universidad de Cantabria)

“Pro ratione officii nostri debemus”. Les devoirs du bonus pastor dans les actes de l’évêque Barthélemy de Joux (1113-1151), Adele Di Lorenzo (Université de Sienne)

Derecho es que se fagan lealmente. El formulario de la compraventa de Sevilla en la segunda mitad del siglo XIII, Pilar Ostos Salcedo (Universidad de Sevilla)

La presentación gráfica de las fórmulas diplomáticas en documentos y códices de Santiago de Compostela en los siglos XIV y XV, Adrián Ares Legaspi (Universidad de Sevilla)

Formuler la prééminence du prince en Savoie (XIIIe-XVe siècles), Florentin Briffaz (Université Lumière-Lyon 2)

Récits

Les formules désignant le roi Arthur dans l’Alliterative Morte Arthure, Anne Mathieu et Colette Stévanovitch (IDEA, Université de Lorraine)

The Stereotypical Representation of the Jewish Figure in Some Late Medieval English Texts”, Agnès Blandeau (Université de Nantes)

Usage des formules bibliques dans les récits de miracles eucharistiques. L’exemple du verset Qui manducat… (1 Cor 11, 29), François Wallerich (Université Paris-Nanterre)

La formulation tripartite du monde dans les encyclopédies et textes littéraires du Moyen Âge, Natalia I. Petrovskaia (Utrecht University)

Protéger et guérir

A il herbe pour mal de teste ? Formules et style formulaire dans Le Livre de Sydrac, Valérie Gontero-Lauze (Aix-Marseille Université)

“Medicinal Formulas and the Art of Healing: the Power of Words. A Study of Middle English Extracts from Medical Recipes of MSS O. 1. 13, R. 14. 32 and R. 14. 51”, Véronique Soreau (Université de Poitiers)

Les formules apotropaïques : le pouvoir de la parole, le pouvoir des lettres, Edina Bozoky (Université de Poitiers et Centre d’Études supérieures de civilisation médiévale)

Conclusion

La formularité au prisme des formules liturgiques, Charles Garcia (Université de Poitiers et CESCM)

Table des manuscrits

Index des oeuvres et auteurs

Table des illustrations

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque]”De mal en peine : méthodes et outils d’estimation de la douleur”, 10/11/02/2022, Lyon

Émotion, réaction somatique, norme comportementale, représentation culturelle… comment exprimer, partager, classifier et prendre en charge la douleur ? Le colloque interdisciplinaire « De mal en peine » propose un dialogue scientifique entre histoire, histoire de l’art, littérature, sociologie, philosophie, droit privé, sciences du langage, design industriel et psychiatrie afin de discuter des méthodes et des outils d’estimation de la douleur.

Ces deux journées interdisciplinaires mêleront les contributions de chercheurs et de praticiens et sont ouvertes à tous. La présentation d’un pass sanitaire sera requise.

Le programme détaillé est disponible sur le carnet Hypotheses du projet junior Desdémone :

https://desdemone.hypotheses.org/56

Date et lieu : 

10 et 11 février 2022 : Université Lyon III, Amphithéâtre Huvelin, 15 quai Claude Bernard, Lyon 7. 

Affiche : 

 

Contact :

projet.desdemone@gmail.com

 

 

 

[Appel à contribution] – Armes, armures et équipements, Séminaire de Questes, date limite 31/01/2022

Conditions de soumission
Cet appel à communication s’adresse aux étudiantes et étudiants de master, de doctorat et aux jeunes chercheuses et chercheurs en études médiévales, quelle que soit leur discipline. Les propositions de communication, limitée à 300 mots et à une courte bibliographie, seront accompagnées d’une mention du sujet de mémoire et/ou de thèse. Elles devront être envoyées aux organisateurs à questes.armes@gmail.com, pour le 31 janvier, en vue d’une présentation de vingt minutes durant l’une des trois séances du séminaire, qui se tiendront le 18 mars, le 15 avril et le 20 mai 2022, et d’une publication dans la revue de l’association (questes.revues.org)

Argumentaire détaillé  : 

https://rmblf.be/2021/12/29/appel-a-contribution-armes-armures-et-equipements/

[Séminaire] Séminaire de Questes : Ésotérisme, magie et sorcellerie

Questes vous invite à suivre son prochain séminaire consacré à l’ésotérisme, la magie et à la sorcellerie. 

  • Résumé de l’annonce 

L’étude de l’ésotérisme au Moyen Âge demeure un chantier ouvert pour les chercheuses et chercheurs en études médiévales. En 2009, se tenait à l’ENS d’ULM un séminaire international intitulé « Science et magie du Moyen Âge au XVIIe siècle », organisé sous l’égide de Jean-Patrice Boudet et Nicolas Weill-Parrot. Le programme varié proposait de s’intéresser aussi bien à la sorcellerie qu’à la médecine par les plantes et les pratiques magico-religieuses de la Chrétienté, soulignant la richesse et l’ouverture de ce champ d’investigation.

Un tel chantier entre en résonance avec la société contemporaine où se multiplient les travaux scientifiques, mais aussi les ouvrages grand public sur un ésotérisme moderne, souvent inspiré des représentations et mythes médiévaux. Nous pouvons en effet penser au livre de Mona Chollet paru en 2018, Sorcières, la puissance invaincue des femmes, qui véhicule un ensemble d’idées reçues sur les sorcières pour bâtir une image mystique de la femme, compatible avec une sphère ésotérique new age qui convoque, entre autres courants, le féminin sacré et l’éco-féminisme. Nous pouvons aussi penser aux récupérations, dans les sphères ésotériques, des ouvrages de Chrétien de Troyes et de ses continuateurs ou des écrits d’Hildegarde von Bingen à des fins symboliques et religieuses. Il convient, enfin, d’évoquer l’astrologie et l’alchimie, pratiques médiévales qui visent traditionnellement à connaître le monde et qui deviennent, dans la modernité, l’instrument d’un nouvel ésotérisme.

Dès lors, il nous semble urgent d’apporter notre pierre à l’édifice en proposant, à l’occasion de trois séances de séminaire, de s’intéresser à la fois aux ésotérismes médiévaux et à leurs récupérations modernes. Dans cette perspective, nous proposons d’orienter la réflexion autour des trois objets qui font le titre de notre séminaire : ésotérisme, magie et sorcellerie.

La première séance du séminaire portera sur la construction des mythes, du Moyen Âge à nos jours, avec l’exemple des enchanteurs et de la magie druidique. Lors de la deuxième séance, nous proposerons de resserrer notre réflexion sur l’ésotérisme médiéval autour de l’étude de femmes hérétiques et de sorcières. Enfin, la troisième séance sera l’occasion d’un retour aux sources historiques : grâce à l’étude d’un grimoire et de pièces juridiques issues de procès pour sorcellerie, nous verrons de quelle nature pouvaient être les rituels et les pratiques occultes au Moyen Âge, et comment se déroulaient les procès.

  • Comité d’organisation

Laura Baldacchino (Sorbonne Université et École Normale Supérieure de Lyon), Emma Coutier (Sorbonne Université), Marielle Devlaeminck (Université Grenoble-Alpes), Lucas Flandre (Université Grenoble-Alpes et Université catholique de Louvain)

  • Dates, horaires et lieu

17 décembre, 14 janvier et 18 février

18h-20h ; Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris ; salle D116

Afin d’obtenir le lien de connexion et d’assister au séminaire à distance, nous vous invitons à nous écrire à questes.ems@gmail.com

(Source : Laura Baldacchino, de Questes)

 

Amalia Desbrest

Doctorante en littérature médiévale espagnole, ENS de Lyon - CIHAM -UMR 5648.

More Posts

[Podcast] Le genre des célibats. Solène Baron, “Le veuvage au bas Moyen Âge : un célibat de circonstances?”

Un podcast crée par Juliette Eyméoud [Docteure en histoire moderne et enseignante au CPES (Cycle pluridisciplinaire d’études supérieures – PSL, Henri IV)] et Claire-Lise Gaillard (Docteure en histoire contemporaine au Centre d’histoire du XIXe siècle et ATER à l’Université de Paris).

Solène Baron, doctorante au CIHAM, intervient lors de cette séance sur le thème suivant : “Le veuvage au bas Moyen Âge : un célibat de circonstances ?”

Pour écouter le podcast, c’est ici

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance de thèse] Ulsi Tota, “Comparaison des conditions de vie de populations côtières et de montagne (dans le territoire d’Albanie du Nord), de l’Antiquité tardive au début de la période ottomane”, Avignon Université, 8 novembre 2021

Ulsi TOTA soutiendra sa thèse, dirigée par Laurent SCHNEIDER, le lundi 8 novembre 2021 à partir de 13 h 30 en salle des thèses à Avignon Université.

Membres du jury : Pascale CHEVALIER (Université Clermont Auvergne), Jocelyne DESIDERI (Université de Genève), Stéphane GIOANNI (Université Lyon 2), Etleva NALLBANI (CNRS), Marilyn NICOUD (Avignon Université),  Laurent SCHNEIDER (CNRS ; EHESS)

Source : CIHAM

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] 15e colloque du PRIDAES, La loi, expression de la souveraineté, face aux autonomies dans le territoire des Etats de Savoie, Turin, 28-29 octobre 2021

Colloque organisé par il dipartimento di Giurisprudenza (Università di Torino), le laboratoire ERMES (Université Côte d’Azur) et la Deputazione Subalpina di Storia Patria
Programme

Giovedi 28 ottobre

10.45 Arrivo dei partecipanti

11.00 Saluto dalle autorità

11.20 Inizio dei lavori del convegno

Isidoro SOFFIETTI (Università di Torino), Presentazione dell’edizione critica degli Statuta Sabaudiae del duca Amedeo VIII (1430).

Florentin BRIFFAZ (Università Lyon II – CIHAM), Production normative et dérogation personnelle au temps d’Amédée VIII de Savoie : l’exemple des châtelains.

Daniela CEREIA (Archivio di Stato di Torino), Uniformare il governo degli Stati di Savoia : importazioni ed esportazioni di modelli e prassi amministrative da un versante all’altro delle Alpi (secc. XIV-XVII).

12.40 Discussione

13.00 Pranzo

14.00 Ripresa della sessione

Massimiliano GAJ (Università di Torino), Vestigia di autonomia nel Piemonte sabaudo di età moderna : alcuni aspetti tratti da statuti comunali del Torinese, del Cuneese e del Biellese.

Marc ORTOLANI (Università Côte d’Azur – ERMES), « Hanno statuito et ordinato in forza di legge comunale… ». Les statuts de la communauté de Tende.

Paola CASANA (Università di Torino), Tra normativa statutaria e legislazione principesca : il caso di Vernante.

Alessandro CROSETTI (Università di Torino), I bandi politici : genesi, natura, contenuti, funzioni ed evoluzione.

15.50 Discussione

16.10 Pausa

16.30 Ripresa della sessione

Ezio Claudio PIA (Università di Torino), «Pro iustitiae rectitudine et comuni bono reipublicae civitatis». Asti tra Orléans e Savoia (secoli XV e XVI).

Michele ROSBOCH (Università di Torino), Frontiere, legislazioni e pluralismo istituzionale : l’area cuneese fra medioevo ed epoca moderna.

Henri-Louis BOTTIN (Università Côte d’Azur – ERMES), Du privilège à l’institution : les origines médiévales du Sénat de Nice.

17.45 Discussione

18.00 Fine della giornata

 

Venerdi 29 ottobre

9.00 Ripresa del convegno

Elisa MONGIANO (Univerità di Torino), L’isola di Sardegna : un particolarismo di lunga durata.

Giuseppina DE GIUDICI (Università di Cagliari), La legge e i suoi accomodamenti. Il codice civile albertino e le « speciali condizioni » della Sardegna.

Lorenzo SINISI (Università di Genova), Il “paterno cuore” di un sovrano: peculiarità legislative ed istituzionali del Genovesato sabaudo fra “privilegi” e “concessioni” (1815-1860).

10.30 Discussione

10.50 Pausa

11.10 Ripresa della sessione

Francesco AIMERITO (Università del Piemonte orientale), Il privilegio come sistema di disciplina dell’ordinamento professionale forense negli Stati sabaudi.

Ida FERRERO (Università di Torino), Lo ius cazacà : uno strumento giuridico autonomo per le comunità ebraiche.

Andrea PENNINI (Università di Torino), Privilegi, consuetudini e pretensioni. I conflitti di giurisdizione tra i consoli delle nazioni e le istituzioni sabaude d’Antico Regime.

12.30 Discussione

12.50 Pausa e pranzo

14.00 Ripresa della sessione

Morgane ORDINE (Università del Piemonte orientale), Governare il territorio e controllarne le risorse. I conflitti tra il consortile dei Masino e le comunità in materia di acque (XVIII-XIX secolo)

Francesco CAMPOBELLO (Università di Torino), L’Opera pia Barolo : un modello complesso di organizzazione dal basso in un contesto normativo nazionale di limitazione degli enti morali.

Mario RIBERI (Università di Torino), Il Projet de code criminel de l’an IX e la resistenza all’introduzione dei pretori negli Stati già sabaudi.

15.20 Discussione

15.40 Pausa

16.00 Ripresa della sessione

Matteo TRAVERSO (Università di Torino), Modernizzazione legislativa contro «vecchie tradizioni». Il caso della Terza rivolta degli zoccoli.

Pasquale COSTANZO, Patrizia MAGARÒ (Università di Genova), Le euroregioni negli antichi stati sabaudi. Questioni vecchie e nuove.

 

16.50 Discussione

17.15 Conclusione e chiusura del convegno

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Cycle de conférences] Les conf’de Bresse 2021-2022, Bourg-en-Bresse

Cette année, plusieurs membres du CIHAM participent à ce cycle de conférences, qui se tient, selon les séances, au lycée Edgar Quinet, au monastère de Brou ou aux archives départementales de l’Ain.

Affiche et programme complet

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journées d’étude] 3e JED du CIHAM, Le Moyen Âge : fabrique de stéréotypes ?, 28-29 octobre 2021

Dans son acception la plus courante, le stéréotype est défini comme « une idée, une opinion toute faite, acceptée sans réflexion et répétée sans avoir été soumise à un examen critique, par une personne ou un groupe, et qui détermine, à un degré plus ou moins élevé, ses manières de penser, de sentir et d’agir » [Trésor informatisé de la langue française]. Malgré son apparente simplicité, cette définition véhicule de nombreuses ambivalences et nuances au sujet de la notion de stéréotype. En effet, si celui-ci peut être propre à chaque individu, l’énonciation d’un stéréotype permet en général de se faire une idée des représentations collectives figées qui circulent dans un groupe. Le stéréotype, en tant qu’idée reçue sur un groupe qui représente l’altérité, participe de la projection de soi autant que de la représentation de l’autre. En définitive, étudier les stéréotypes d’une société permet de se rendre compte des processus évolutifs de construction des identités collectives. Le stéréotype procède par simplification et généralisation pour définir l’Autre, et constitue une véritable source de connaissance pour comprendre le rapport des sociétés à leur passé et leurs contemporains.

Ces journées se dérouleront en présentiel, en salle Marc Bloch (ISH).

Le programme détaillé et l’affiche sont à télécharger en PDF.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Présentation de recherches] Eve Defaÿsse, reliures médiévales de l’abbaye de Saint-Victor de Paris: un ensemble exceptionnellement bien conservé

Eve Defaÿsse, doctorante au CIHAM, présente sur le carnet de recherches de la BnF , l’avancement de ses recherches sur les manuscrits de l’ancienne abbaye de Saint-Victor de Paris (1113-1789).

Pour découvrir son travail, c’est ici !

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] 11e conférence internationale sur Oman et l’ibadisme, (Sacred) Texts and (Social) Contexts: Text Analysis and Hermeneutics in Ibāḍī Society and Tradition, Tübingen, 31 août-2 septembre 2021

Herewith, we have the pleasure of inviting you to attend the 11th International Conference on Ibadi Studies, which is scheduled for – hopefully – taking place in Tuebingen (Germany), Αugust 30-September 4, 2021 that is, ten years after the first Conference on Ibāḍī Studies that the University of Tuebingen had the pleasure to host.

The idea is, in the neighbourhood of the University’s Institute of Asian and Oriental Studies (with focus on Islamic Studies), its three Faculties of Protestant, Catholic, and Islamic Theologies, and its Institute of (non-denominational) comparative Study of Religions, to expound and discourse the emergence and formation, transmission and interpretation of basic Ibadi texts in light of historical, socio-cultural, and political developments in Ibāḍī society in general and Omani society in particular.

Program available here (PDF): https://ibadistudies.org/index.php/conferences/upcoming-conferences/schedule

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journées d’étude] Journées doctorales du CESCM, L’absence au Moyen Âge, Poitiers, 9-10/09/2021

Lieu : CESCM, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers

Dates : 9 et 10 septembre 2021

Programme :  https://cescm.hypotheses.org/14325

Programme en PDF : 2021.09.09-10 — ColloqueCESCM_L’absence

Jeudi 9 septembre

Modération : Cécile MARUEJOULS et Élise VERNEREY

09.00 – Accueil des participants

09.30 – Martin AURELL, Professeur d’histoire médiévale, directeur du CESCM : Introduction aux journées d’études

  • Le médiéviste face à l’absence

 Composer avec l’absence de sources

 10.00 – Claire BOISSEAU (Univ. Poitiers) : Étudier les peintures murales : l’archéographie comme remède à la disparition de vestiges picturaux

10.20 – Isaac MARTINEZ ESPINOSA (Univ. Madrid) : The absence of war and castles on the Northern Border: absence of control and revolts in the late Middle Ages

Discussion / Pause

Considérer l’absence délibérée

11.00 – Julie RICHARD DALSACE (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : Absence de carte, absence de texte dans deux manuscrits carolingiens du livre XIV des Étymologies

11.20 – Lorenz A. HINDRICHSEN (Univ. Copenhague) : Reading absence: Interpreting erasure in late medieval visual representations of ethnicity

Discussion / Déjeuner

  • La quête de l’absence

Matérialiser l’absence

14.00 – Gabrielle SCHMID (Univ. Poitiers) : Pallier l’absence : voir, c’est toucher. Thomas l’apôtre comme médiateur vers le corps du Christ.

14.20 – Marie-Anne LE LANNOU (Univ. Poitiers) : Absence du Graal et transformation des corps vivants en reliques dans les romans du Graal : exemples du Haut Livre du Graal et de la Quatrième21Continuation de Perceval

Discussion

 Penser le repli

 15.00 – Annabel DUKES (Univ. York) : Sore he may wepin. Ant bittre teris letin. Mon þad of luue con. Experiencing the Crucifixion through Interacting Types of Absence in Thirteenth-Century Middle English Poems

15.20 – Marta MILAZZO (Univ. Padoue) : L’expérience de l’absence de Merlin : un cas inédit d’interfictionalité

Discussion / Pause

Le langage de l’absence

 16.00 – Julien STOUT (Univ. de Montréal) : En présence de l’auteur, en l’absence de grammaire, aux limites de la ville et de la vie : l’impossible autorité livresque d’Adam de la Halle, poète arrageois de langue d’Oil, dans le manuscrit de Paris, BnF fr. 295566

16.20 – Maxime JUIN (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne/EHESS) : Libérer l’absence

L’image à l’épreuve des passés contingents

16.40 – Abderrazak HALLOUMI (Univ. Poitiers) : La révélation voilée. Le langage apophatique dans le Livre de l’Eschiele Mahomet et dans les récits du mi’rāj en arabe

Discussion 

18.00 – Conférence d’Olivier BOULNOIS, Professeur à l’École Pratique des Hautes Études

 Vendredi 10 Septembre

Modération : Émilie MARGAIX et Corinne LAMOUR

  • Faire face à l’absence

Ressentir l’absence : une expérience familiale

 9.00 – Justine AUDEBRAND (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Pourquoi donc, mon frère, as-tu laissé s’écouler tant de temps sans venir me voir ? » : dire et pallier l’absence du frère au début du Moyen Âge (VIIe-Xe siècles)

9.20 – Antonin BESSON (Univ. d’Orléans) : Le bruit et le silence. Autour du Deuil d’Aude dans le manuscrit de Châteauroux de La chanson de Roland

9.40 – Teresa STEFFENINO (Univ. Bâle) : La maternité absente et l’absence de la maternité absente. Le cas d’Aurembiaix d’Urgell en contexte

Discussion / Pause

 En l’absence du pouvoir : Déléguer et pallier

10.20 – Camille RUTSAERT (Univ. Saint-Louis-Bruxelles) : Absence de père, absence de frère, la fragilité d’une succession féminine. Préparer l’héritière et les mentalités dans les principautés des Pays-Bas aux XIVe-XVe siècles

10.40 – Diana MARTINS (Univ. Lisbonne) : Eyes, mouth and ears of an absent King: the actions of the protuguese ambassador Joao Simao (1300-1304)

Discussion

11.00 – Clarck Junior MEMBOUROU MOICHEMEME (Univ. Bretagne Occidentale) : Pallier l’absence de l’émir à La Mecque (XIIIe-XIVe siècle)

11.20 – Marie DELEZENNE (Univ. d’Artois) : Kant mesirez en ala horz du pais. Pallier les absences de Robert II en Artois (1270-1292)

Discussion / Déjeuner

 L’absence et la loi

Légiférer l’absence 

14.00 – Margot LAPRADE (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Forcer l’absence : la séparation de corps du couple clérical en Gaule au haut Moyen Âge (IVe-XIe siècle)

14.20 – Sami BENKHERFALLAH (Univ. Poitiers / univ. Tlemcen) : S’absenter bon gré, mal gré : fuir, se cacher, s’exiler à la cour mamelouke

Discussion / Pause

 Légiférer en l’absence 

15.00 – Bastien MICHEL (Univ. Caen) : Défaillants et justiciés pour leurs deffaultes : l’absence de Robert de Tancarville à l’ost de Flandre (1297)

15.20 – Vincent LÉTHUMIER (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : Le roy ne doibt surseoir de procedder audict proces par leur absence. Les incertitudes procédurales autour des pairs de France absents pour juger au Parlement de Paris (XIIIe-XVe siècles)

Discussion / Conclusions

Comité scientifique :

Corinne Lamour, Cécile Maruéjouls, Émilie Margaix et Elise Vernerey

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Soutenance] Mustafa Ahmad, Settlement and Material Culture in Northern Iraq in the Islamic Period (7th-13th c. A.D.): The Case of Sulaymaniyah, 12 juillet 2021

Mustafa AHMAD soutiendra sa thèse, dirigée par Dominique VALÉRIAN et Marie-Odile ROUSSET, le lundi 12 juillet 2021 à partir de 14 heures en visioconférence.

Membres du jury : Alastair NORTHEDGE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Christina TONGHINI (Université Ca’ Foscari de Venise) Martina MÜLLER-WIENER (musée d’Art islamique de Berlin), Dominique VALÉRIAN (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Marie-Odile ROUSSET (Archéorient-MOM).

Renseignements : mustafa.ahmad[at]univ-lyon2.fr

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] “De mal en peine : méthodes et outils d’estimation de la douleur” – Colloque du projet junior DESDEMONE (Lyon, 10-11 février 2022). Date limite : 1er août 2021.

Le projet junior DESDEMONE (Douleurs et Souffrances : descriptions, expressions, méthodes et outils de notation et d’estimation) est un projet de recherche porté par trois doctorantes : 

– Maureen Boyard (Université Lyon 3 – CIHAM UMR 5648),

– Fanny Boutinet (Université Lyon 3 – IHRIM UMR 5317),

– Clémence Vendryes (Université Aix-Marseille – IREMAM UMR 7310/IFPO).

Il a pour projet de favoriser un dialogue pluridisciplinaire sur les questions d’estimation et de classification de la douleur et de permettre un partage de méthodes, d’outils et de réflexions sur ce thème. Pour plus d’informations et suivre ce projet de recherche : https://desdemone.hypotheses.org/

Le colloque
Suivant la définition donnée par le Comité de taxonomie de l’International Association for the Study of Pain (IASP), la douleur est une « expérience désagréable, sensorielle et émotionnelle associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel ou décrite en ces termes ». Les outils d’estimation de la douleur constituent à la fois des objets spécifiques de recherche et des outils méthodologiques de la recherche. Il s’agit au cours de ces deux journées de permettre un dialogue entre les disciplines et les approches autour de ce problème spécifique qu’est l’estimation de la douleur.

Les échelles d’évaluation de la douleur sont mobilisées pour objectiver une sensation subjective qui réclame une compréhension et une intervention extérieure, médicale ou non. Ces outils ont un usage pratique dans le cadre de la médecine, mais cette discipline n’est pas la seule qui a besoin d’estimer et de classifier les phénomènes douloureux. En effet, qu’il s’agisse en droit de catégoriser les douleurs subies à indemniser ou de réglementer les protocoles de recherche sur des sujets humains ou animaux, les échelles de douleur et leurs liens avec des échelles de valeur sont au cœur du débat social. Depuis plusieurs décennies, les sciences humaines et sociales se sont également intéressées au phénomène douloureux, à ses variations, à sa plasticité, ainsi qu’à ses contextualisations sociales et culturelles. Or l’étude de la variation suppose la création d’un cadre, d’outils et de méthodes particulières.

Cette émulation de la recherche qui fait se rencontrer sciences sociales et sciences médicales, chercheurs et professionnels de la santé, rend particulièrement utile et pertinente une réflexion qui prend pour objet spécifique les catégories et les outils permettant d’étudier le phénomène douloureux :

Quels éléments du phénomène douloureux peuvent être transmis, partagés et classifiés ? Quelles raisons motivent la création de classifications des douleurs ? Comment ces catégories ainsi créées influencent-elles notre perception du phénomène ? Comment décrire et rendre intelligibles les normes de comportement ou de représentation de la douleur et leurs variations ?

Pour étudier ces différentes questions, nous avons retenu quatre axes de recherche dans lesquels peuvent s’intégrer les futures communications. Les pistes envisagées ne sont cependant pas exhaustives, et toute proposition offrant un point de vue éclairant sur ces objets est bienvenue.

Axes d’étude 

Axe 1 : Biologie et médecine
Les communications pourront traiter de l’estimation de la nociception et de douleur en contexte médical ainsi que les avantages et limites des différents systèmes d’estimation. Elles pourront s’intéresser aux outils utilisés en recherche ou en clinique chez l’humain comme chez l’animal. Les possibilités ou difficultés posées par l’étude des modèles animaux pour étudier les mécanismes à l’œuvre chez l’humain pourront également être abordées.

Axe 2 : Sémiologie
Une approche sémiologique de la douleur pourra être développée. La douleur est fréquemment considérée comme un indicible, intraduisible : comment alors penser l’expression par le langage d’une sensation profondément subjective et que les mots ne sauraient traduire ? Les échelles de douleur et méthodes d’estimation questionnent la douleur et ses signes, expressions et manifestations.

Axe 3 : Douleurs et sociétés
Les catégorisations des douleurs varient selon les contextes sociaux, politiques et religieux. L’estimation de la douleur permet de fixer des compensations (dans le domaine judiciaire) et les bornes de la douleur acceptable (dans le domaine de l’éthique). Les communications pourront également s’intéresser aux bouleversements introduits par des événements violents (guerres par exemple) ou aux grilles d’interprétation religieuses qui peuvent dessiner de nouvelles catégories d’intensité et donner des sens différenciés aux événements douloureux.

Axe 4 : Arts et représentation
Les communications pourront porter sur des corpus artistiques, ou rendre compte de recherches en arts et littérature consacrées à des corpus médicaux dans la continuité des recherches sur la représentation de la douleur dans les modernités. Sont aussi vivement encouragées les interventions portant sur des productions et propositions artistiques contemporaines, qui interrogent les normes de représentation de la douleur.

Soumission des propositions :
Chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et professionnels concernés par le thème d’étude sont invités à soumettre leurs propositions de contribution (300 mots maximum, accompagnés d’une courte notice bio-bibliographique) jusqu’au 1er août 2021 inclus à l’adresse projet.desdemone@gmail.com.

Les communications peuvent être faites en français ou en anglais. 

Les propositions seront relues par les membres du projet, avec le soutien scientifique de :

Julie Henry, MCF en philosophie à l’ENS Lyon (Triangle UMR 5206)

Lucie Bidouze, médecin généraliste au centre hospitalier Gérard Marchant (Toulouse)

 

Bibliographie indicative

Raphaële Andrault, Ariane Bayle, exposition : « Le médecin face à la douleur, 16e-18e siècles », Lyon, 2019 et 2021.

Raphaële Andrault, Ariane Bayle, « Le médecin de l’Époque moderne face à la douleur »,  Pour la science n°508, février 2020, p. 74-79.

Isabelle Baszanger, Douleur et médecine, la fin d’un oubli, Paris, Seuil, 1995.

Florence Chantoury-Lacombe, Peindre les maux : arts visuels et pathologie, XIVe-XVIIe siècle, Paris, Hermann, 2010.

Nicolas Danziger, Vivre sans la douleur ?, Paris, Odile Jacob, 2010.

Bernard Durand, Jean Poirier et Jean-Pierre Royer (dir.), La douleur et le droit, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

Marilina Gianico et Michel Faure (dir.), Raconter la douleur : La souffrance en Europe (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Garnier, 2018.

David Le Breton, Anthropologie de la douleur, Paris, Éditions Métailié, 1995.

René Leriche, Chirurgie de la douleur, Paris, Masson et cie, 1937.

Geneviève Lévy (dir.), La Douleur. « Au-delà des maux », Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1992.

Claire Marin et Nathalie Zaccaï-Reyners (dir.), Souffrance et douleur. Autour de Paul Ricoeur, Paris, PUF, 2013.

Javier Moscoso, Histoire de la douleur. XVIe-XXe siècle, Frédérique Langue (trad.), Paris, Les Prairies ordinaires, 2015.

Christophe Perruchoud, Manuel pratique d’algologie. Prise en charge de la douleur chronique, Paris, Elsevier Masson, 2017.

Roselyne Rey, Histoire de la douleur, Paris, La Découverte, 2011.

Elaine Scarry, The body in pain: the making and unmaking of the world, Oxford, Oxford University Press, 2004.

Lisa Silverman. Tortured Subjects: Pain, Truth, and the Body in Early Modern France, Chicago, University of Chicago Press. 2001.

Guy Simonnet, Bernard Laurent, David Le Breton, L’Homme douloureux, Paris, Odile Jacob, 2018.

Informations sur le blog Hypothèses de DESDEMONE https://desdemone.hypotheses.org/appel-a-communication
 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Congrès] XXIIIèmes Rencontres Dîwân, Aix-en-Provence, 1-3 juillet 2021

Le bureau Dîwân 2021 a le plaisir de vous communiquer le programme des XXIIIe rencontres qui, pour rappel, se tiendra du jeudi au samedi 1-3 juillet prochains à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) de l’université d’Aix-en-Provence. Nous nous réjouissons de pouvoir nous réunir physiquement.

Programme : ProgrammeDiwan2021

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloque] 4e Congrès GIS MOMM, Aix-en-Provence et en ligne, 28/06-2/07/2021

Le 4ème Congrès des études sur le Moyen-Orient et mondes musulmans, accueilli par Aix-Marseille Université, se tiendra à distance du 28 au 2 juillet 2021.

Le programme des ateliers est disponible sur le site du congrès : https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/ avec les résumés en français et en anglais et le riche programme général du congrès. Le Congrès est gratuit mais l’inscription est indispensable pour pouvoir accéder aux sessions en ligne (zoom). Vous pouvez dès aujourd’hui vous inscrire à l’adresse suivante : https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/registration, rubrique « inscription ».

Pour celles et ceux qui disposent déjà d’un compte sur HAL, les identifiants et mots de passe sont les mêmes que ceux de HAL. Les autres doivent se créer un identifiant et un mot de passe. Le formulaire d’inscription est pré-rempli avec le nom et le prénom, il vous suffit de compléter le laboratoire et l’établissement d’appartenance.

A cette occasion, l’association Dîwân participera aux 4 forums de discussion d’échange d’expériences « fils rouges ».

Programme en ligne

Pour s’inscrire : https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/registration

 

We are pleased to announce that the Fourth Congress of Middle East and Muslim Studies, hosted by Aix-Marseille University, will be held remotely from July 28 to 2, 2021.

The panel program is available on the congress website: https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/ with the abstracts in French and English and the rich general program of the congress.

The Congress is free but registration is required to access the online sessions (zoom).

You can register now at the following address: https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/registration, under « registration ».

For those who already have an account on HAL, the identifiers and passwords are the same as those of HAL.

The others must create a login and a password.

The registration form is pre-filled with the name and the first name, you just have to fill in the laboratory and the establishment of belonging.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts