Archives de catégorie : Activités des doctorants

[Appel à communication] 3ème journée d’étude des doctorants du CIHAM-UMR 5648, Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?, 28-29 octobre 2021 (lim. 21 mai 2021)

Le Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?

Dans son acception la plus courante, le stéréotype est défini comme « une idée, une opinion toute faite, acceptée sans réflexion et répétée sans avoir été soumise à un examen critique, par une personne ou un groupe, et qui détermine, à un degré plus ou moins élevé, ses manières de penser, de sentir et d’agir » [Trésor informatisé de la langue française]. Malgré son apparente simplicité, cette définition véhicule de nombreuses ambivalences et nuances au sujet de la notion de stéréotype. En effet, si celui-ci peut être propre à chaque individu, l’énonciation d’un stéréotype permet en général de se faire une idée des représentations collectives figées qui circulent dans un groupe. Le stéréotype, en tant qu’idée reçue sur un groupe qui représente l’altérité, participe de la projection de soi autant que de la représentation de l’autre. En définitive, étudier les stéréotypes d’une société permet de se rendre compte des processus évolutifs de construction des identités collectives. Le stéréotype procède par simplification et généralisation pour définir l’Autre, et constitue une véritable source de connaissance pour comprendre le rapport des sociétés à leur passé et leurs contemporains.

Communément, on pense le stéréotype comme une idée figée, ayant traversé le temps sans évolution : le barbare comme une brute poilue, le chevalier courtois ou le vieillard lubrique. Ces journées ont pour objectif au contraire de questionner sur le temps long les processus de fixation de ces représentations, mais aussi leur évolution, leurs reconstructions et les reformulations au gré des contingences politiques, sociales, religieuses par exemple. Nous nous proposons d’étudier à la fois les représentations que les médiévaux forgèrent d’eux-mêmes et de ceux qui les avaient précédées et celles que l’époque moderne et contemporaine construisit et ne cesse de reconstruire sur la période. Cette approche nécessite de croiser des sources iconographiques et textuelles médiévales et des documents plus hybrides de notre temps (séries, réseaux sociaux, jeux vidéo), véritables conservatoires de nos perceptions du Moyen Âge. Partant, le médiévalisme apparaît comme la porte d’entrée pour une étude des représentations stéréotypées du Moyen Âge. Depuis une décennie, les études sur le sujet ne cessent de se développer et montrent tout l’intérêt qu’il y a pour le médiéviste à se pencher sur ces œuvres de la pop-culture dont l’univers est éminemment médiévaliste (Le Seigneur des Anneaux, Game of Thrones). Ces usages publics de l’histoire médiévale ne sont toutefois pas un phénomène récent et invitent à s’interroger sur l’arrière-plan politique et culturel de ces phénomènes de réappropriation du Moyen Âge, ou du moins d’un certain Moyen Âge.

Les communications pourront s’organiser autour de deux pistes principales :

Les stéréotypes à l’époque médiévale :

Les communications se pencheront ici sur la conscience que les sociétés médiévales avaient d’elles-mêmes et de leur passé. Si la rupture entre Antiquité tardive et Moyen Âge doit être interrogée, on remarque toutefois dans les sources littéraires l’émergence d’un positionnement des médiévaux par rapport à l’Antiquité, qui passe par la production de traductions et de commentaires des autorités antiques. Les grands centres littéraires comme l’école d’Orléans en France (xiie siècle) ou l’atelier alphonsin en Espagne (xiiie siècle) commentent et traduisent des auteurs tels qu’Ovide, Tite-Live, Sénèque, fixent les autorités et transmettent une interprétation de ces textes, comme le fait le cliché avec l’image. Il faut faire face aux realia antiques qui peuvent entrer en conflit avec la cosmovision médiévale. La confrontation avec l’Autre, qui est éloigné dans le temps et qui représente une culture lointaine, permet de fixer non seulement une image de l’Antiquité mais aussi de fixer l’image du Moyen Âge.

Partant, dans les sociétés médiévales, pour être partagés, ces stéréotypes sont bien souvent produits par les groupes sociaux dominants, ou le fruit des représentations dominantes dans la société. Ces stéréotypes sont ainsi forgés par le jeu des institutions, de l’Église, du droit, et plus largement par la vie sociale. On s’intéressera par exemple à la construction de la catégorie juridique de l’hérétique et aux qualificatifs qui sont accolés aux populations ainsi accusées. Par suite, l’enjeu est aussi de déterminer leur imprégnation dans l’ensemble de la société, voire, au-delà, l’existence de stéréotypes propres aux groupes dominés. Dans des périodes de tensions, on pourra s’interroger sur la résurgence de représentations et discours stéréotypés et leurs effets délétères, de la marginalisation aux pogroms. Montrer des représentations communes par l’étude des clichés et stéréotypes permet d’étudier en creux la construction des normes mais aussi, dans une certaine mesure, des rapports sociaux, de formation d’identités partagées et des jeux de pouvoir. Sans réduire les sociétés à leurs clichés et stéréotypes partagés, il est possible d’en mesurer la diffusion, la nature, leur rôle et leur importance, ainsi que leurs effets sur les discours, les identités et les comportements.

À plus large échelle, les sources composées par les voyageurs du Moyen Âge véhiculent une vision du monde que l’on peut appréhender à travers les récits miraculeux ou les mappemondes. Marchant dans les pas de Ptolémée, les géographes arabes, par exemple, se sont réappropriés la théorie des climats pour décomposer le monde et penser la diversité de ses populations.

Le Moyen Âge après le Moyen Âge :

Les communications de ce deuxième axe se pencheront sur les représentations du Moyen Âge depuis l’époque moderne et leurs évolutions. Souvent caricaturé comme une période violente et sale, ce Moyen Âge prend corps dans les séries, sur les réseaux sociaux mais aussi dans la perception que forgèrent les modernes à partir du xvie siècle.

Que ce soit par la peinture, la redécouverte et la réédition de textes ou la production d’un discours savant sur le Moyen Âge, la période moderne constitue un véritable filtre déformant dans l’évolution des stéréotypes sur l’époque médiévale. On s’intéressera par exemple à la constitution d’une mythologie du barbare et à l’ambiguïté des stéréotypes sur la figure de la brute au haut Moyen Âge. Entre réappropriation de la trajectoire de ces populations germaniques par les penseurs de l’État au xviiie et au xixe siècle et la formation de l’image négative du barbare comme l’incarnation d’une violence qui serait l’apanage du haut Moyen Âge, les communications pourront s’interroger sur ces tensions et l’évolution des paradigmes.

Enfin, le Moyen Âge est désormais largement réinvesti par la pop-culture. Le nouveau champ d’étude du médiévalisme s’attarde sur les modalités de mise en scène de l’histoire médiévale et sur les reconstructions de ce passé. Jusqu’à maintenant essentiellement cantonnées à l’analyse de séries médiévalistes sur le Moyen Âge chrétien occidental, les recherches débordent désormais le cadre européen et commencent à s’intéresser aux représentations du Moyen Âge dans les mondes musulmans ou en Europe du nord. Le passé viking ou les premiers temps de l’islam sont au cœur de discours de nature variée (apologétiques, polémiques, ludiques) et sont protéiformes (séries télévisées, jeux vidéo, vidéos de propagande). Le médiéviste est donc de plus en plus appelé à se positionner sur ces usages publics de l’histoire qui, in fine, traduisent la manière dont une société perçoit à un moment donné son passé.

Ces journées seront enfin l’occasion de réfléchir à la diffusion d’un discours autour le Moyen Âge sur les réseaux sociaux, que ce soient les plateformes de microblogging ou les commentaires sur les plateformes vidéo par exemple. À quels mots, à quelles idées sont associées les expressions ou termes « Moyen Âge », « médiéval », ou « moyenâgeux » ? Que vaut, dans le discours actuel, le stéréotype du Moyen Âge barbare et obscur ? Nous invitons ici les chercheurs à mener des études quantitatives, diachroniques ou synchroniques, via la textométrie ou la lexicométrie par exemple, mais aussi qualitative (memes, par exemple, ou podcasts).

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 21 mai 2021 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

Comité d’organisation : Laura Baldacchino, Enki Baptiste, Marco Conti, Amalia Desbrest, Matthias Gille Levenson, Simon Rozanès.

            Comité scientifique : Cyrille Aillet, Marie-Pascal Halary, Xavier Hélary, Francesco Montorsi.

Bibliographie indicative :

Besson, Florian, Boestad, Tobias, Fulconis, Maxime, Guéna, Pauline, Hasdenteufel, Simon, Kikuchi, Catherine, Actuel Moyen Âge. L’aventure continue, Paris : Arkhè, 2019.

Burde, Mark, « Entre médiéval et moyenâgeux… de la marge de manœuvre ? » in Élodie Burle-Errecade et Valérie Naudet (éd.), Fantasmagories du Moyen Âge : entre médiéval et moyen-âgeux, Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2014, p. 259‑61, en ligne : http://books.openedition.org/pup/2149.

Di Carpegna Falconieri, Tommaso, The Militant Middle Ages: Contemporary Politics between new Barbarians and Modern Crusaders, Leyde-Boston : Brill, 2020.

Dumézil, Bruno (dir.), Les Barbares, Paris : Presses Universitaires de France, 2016.

Edrom, Julien, et al. « Pour un usage du stéréotype en Histoire », Hypothèses, 21/1, 2018, p. 93-102, en ligne : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2018-1-page-93.htm.

Fossier, Arnaud, « Le Moyen Âge doit-il nous ressembler ? », La Vie des idées, décembre 2019, en ligne : https://laviedesidees.fr/Le-Moyen-Age-doit-il-nous-ressembler.html.

Gautier, Alban et Vissière, Laurent (éd.), Le Moyen Âge en séries, Médiévales, 78, 2020.

Geslot, Jean-Charles, « Stéréotypes et histoire culturelle », Hypothèses, 21/1, 2018, p. 163-176, en ligne : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2018-1-page-163.html.

Weller, Katrin, Bruns, Axel Burgess Jean, Mahrt Merja, et Puschmann Cornelius (éd.), Twitter and Society. Digital Formations 89. New York: Peter Lang, 2014, en ligne: https://eprints.qut.edu.au/66321/1/Twitter_and_Society_%282014%29.pdf.

Appel à communication PDF

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Compte rendu] Séminaire des médiévistes, séance du 11 février 2021, Sébastien Douchet, « La lecture des textes médiévaux au XVIIe siècle ou comment réévaluer un préjugé de l’histoire culturelle à partir d’archives négligées »

Pour cette deuxième séance du séminaire des médiévistes, Sébastien Douchet, maître de conférences HDR en langue et littérature du Moyen Âge à Aix-Marseille Université, est venu parler de ses recherches autour d’un dossier inédit qui a été la pierre de touche de son essai d’HDR, soutenue le 10 novembre 2018.

Sébastien Douchet est un spécialiste de la réception des textes médiévaux à l’âge classique, un thème qui, s’il a été mis en évidence par les travaux pionniers de Nathan Edelman (Attitudes of Seventeenth-Century France toward the Middle Ages, 1946), quoique portant essentiellement sur les sources imprimées, est corseté dans de sérieux « préjugés » pour reprendre la formule de l’auteur. La thèse de Marine Roussillon (Plaisir et Pouvoir. Usages des récits chevaleresques à l’âge classique, 2011) a constitué un jalon important de cette recherche mais elle minore selon lui l’importance de cette réception. « Le XVIe et le XVIIe siècles ont lu le Moyen Âge mais notre histoire littéraire en dissimule la réception » : tel est le constat dressé par Sébastien Douchet qui a proposé ensuite une démonstration saisissante.

A la façon d’une étude de cas, le propos de cette communication très riche s’est concentré sur la présentation d’un manuscrit exceptionnel, conservé à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras (ms. 405), contenant notamment le texte d’une chanson de geste, le roman de Beuve d’Hantone, et sur l’identification d’une famille de parlementaires aixois du Grand Siècle, les Gallaup de Chasteuil, à l’origine de cette compilation et de cette activité érudite intense qui témoigne de la lecture active au temps de Louis XIV des textes médiévaux, « vieux » si l’on reprend la terminologie moderne, c’est-à-dire au sens de textes « vivant encore dans les mémoires ».

La première partie de la communication, par l’étude codicologique et philologique, s’est attachée à montrer toute la dimension « composite » du manuscrit 405 de la bibliothèque Inguimbertine. C’est là pourtant une terra incognita dans l’historiographie qui se contente de prélever le texte de la chanson de geste (Beuve d’Hantone) et d’éditer cette version sans donner les indications codicologiques et surtout sans rendre compte du caractère résolument composite du recueil, avec ses autres textes insérés (La consolation de la philosophie de Boèce dans sa traduction attribuée à Jean de Meun spécialement), ses nombreux découpages de miniatures médiévales, ses collages de gravures du XVIIe siècle et la table des matières moderne. Et Sébastien Douchet de montrer toute la stratigraphie de la confection moderne de ce recueil à l’image des rinceaux médiévaux découpés et réutilisés en regard d’écritures et de gravures modernes.

La deuxième partie de la communication a été consacrée aux recherches sur l’identification du collectionneur érudit à l’origine de ce manuscrit composite. Sébastien Douchet a conté l’odyssée de l’enquête, véritable « travail de titan », de son aveu même. L’étude des ex-libris et de la devise Adversante fortuna (interprétée à nouveaux frais), couplée à d’autres analyses précises, a permis de se tourner vers une famille de parlementaires aixois du Grand Siècle, les Gallaup de Chasteuil et de reconstituer leur immense bibliothèque, issue pour partie des livres du cardinal de Granvelle, le fameux conseiller de Charles Quint. Pierre (1644-1727) et Hubert (1624-1679)– ce dernier étant l’acteur principal de la confection du manuscrit carpentrassien-, sont loin d’être des lecteurs passifs. Au contraire, Sébastien Douchet a montré que la réception de la culture et de la littérature médiévales se faisaient justement in vivo ; les frères Gallaup de Chasteuil annotant largement les textes compilés. Hubert a une véritable compétence linguistique ; le langage médiéval infuse largement sa réflexion érudite et ce sont là quasiment les origines de la philologie qui se dessinent derrière l’activité d’un lecteur éclairé de l’époque galante. Son activité n’est pas celle d’une réception conservatoire ; elle s’opère par une réécriture active des textes médiévaux, ce qui nuance le constat de Marine Roussillon dans ses travaux précités.

Mais « pourquoi lire des manuscrits médiévaux à l’âge classique » ? Cette question essentielle a permis à Sébastien Douchet de brosser le parcours chaotique d’Hubert Gallaup de Chasteuil et de comprendre que sa propre vie, ses propres objets de réflexion entraient en écho avec la matière qu’il compilait. Beuve d’Hantone et la littérature médiévale sont appréhendés par la lorgnette du juriste qui cherche à saisir les usages au Moyen Âge (en témoignent ses annotations terminologiques et sémantiques). La lecture exigeante des tensos vise à trouver la source de privilèges juridiques, l’expression poussée d’un contre-pouvoir institutionnel au monarque, à l’image du parlement de Provence où officie Hubert Gallaup de Chasteuil en tant qu’avocat général, avant de perdre sa charge.

In fine, le Moyen Âge permet une exploration et une expression de soi-même, et ce, au plus profond du Grand Siècle et de ses frondes. La consolation de la philosophie de Boèce, rédigée au VIe siècle alors qu’il est en prison, constitue, selon l’expression de Sébastien Douchet, « une mise en abyme de la propre situation » d’Hubert Gallaup de Chasteuil, au moment même où ce dernier est embastillé. Il n’est pas d’autre modernité médiévale que celle de la remémoration personnelle.

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] Normes, Exceptions, Transgressions (N.Ex.T.) – Dialogue interdisciplinaire, département des Études arabes de Lyon-2, fév-avril 2021

Les séances se tiendront du 3 février au 14 avril 2021, en distanciel (visio / live), Campus Berges du RhôneSéminaire du Département des Études arabes de l’UFR Langues et du Centre de recherche en linguistique appliquée (CeRLA).

Présentation

L’objectif du séminaire N.Ex.T (Normes, Exceptions, Transgressions. Dialogue interdisciplinaire) est d’interroger les rapports entre normes, exceptions et transgressions à travers l’analyse de discours normatifs, de pratiques sociétales et de leurs représentations dans différents domaines, tels la littérature, l’histoire ainsi que dans tous les autres champs disciplinaires des sciences humaines et sociales. Le séminaire entend appréhender les liens complexes entre normes, exceptions et transgressions, et ce dans une perspective interdisciplinaire variant les grilles d’analyse. À cet égard, il s’agira d’analyser les phénomènes d’assimilation et de rejet des normes, en prenant en considération la complexité des relations que l’individu entretient avec celles-ci. On mesurera à quel point les prescriptions normatives ne peuvent être réduites à des servitudes et combien l’individu possède, en dépit des théories culturalistes, une autonomie qui lui permet d’être acteur de l’histoire.

Les séances de ce séminaire permettront aux étudiants de Master (1 et 2) de s’initier à l’étude critique des sources arabes dans des perspectives historiques, littéraires et dans tous les champs disciplinaires des SHS. Diverses méthodes interprétatives de ces textes, ainsi que des orientations bibliographiques seront proposées aux étudiants.

Ouvert à tous les étudiants de Master 1re et 2e année, ainsi naturellement, qu’à tous les doctorants, ce séminaire devrait se tenir en présence si les conditions sanitaires le permettent et également à distance.

Pour participer, adressez un courriel à Farid BOUCHIBA, UFR Langues – Département des Études arabes (farid.bouchiba[at]univ-lyon2.fr), afin de recevoir le lien de connexion pour la visioconférence.

Programme

Séance 1 – Mercredi 3 février 2021

Bruno Paoli (PU, Université de Lyon 2)

Présentation et lancement du séminaire N.Ex.T. :

« Normes, Exceptions, Transgressions ». Dialogue interdisciplinaire

Stéphane Valter (PU, Université de Lyon 2)

Fatwâs et politique. Les sociétés musulmanes contemporaines aux prismes de la religion et de l’idéologie

Séance 2 – Mercredi 24 février 2021 – Aspects religieux (époque contemporaine)

Stéphane Valter (PU, Université de Lyon 2)

Norme et dissidence : les chiites égyptiens entre approches sécuritaires et enjeux géopolitiques

Naïma Bouras (Doctorante en sociologie politique, Université de Lyon 2)

Course au savoir religieux et institutionnalisation du prêche féminin dans les milieux salafistes égyptiens

Séance 3 – Mercredi 10 mars 2021 – Aspects linguistiques

Bruno Paoli (PU, Université de Lyon 2)

La langue arabe, son histoire et son avenir, entre dogmes et réalités

Koussay Kajo (Maître de langue, Université de Lyon 2)

L’expression figée en arabe comme un cas prototypique de transgression

Séance 4 – Mercredi 31 mars 2021 – Aspects politiques

Huda Alsaghir (Doctorante en littérature, Université de Lyon 2)

La critique politique et sociale dans l’oeuvre de Muhammad al-Maghout

Esmaïl Jasem (Doctorant en politologie, Université de Lyon 2)

La participation des femmes koweïtiennes dans le domaine du politique comme exception à la norme : Quel est le résultat aujourd’hui ?

Séance 5 – Mercredi 14 avril 2021 – Aspects religieux (époque médiévale)

Farid Bouchiba (Ater, Université de Lyon 2)

Églises et synagogues en monde musulman : aspects normatifs et faits historiques

Enki Baptiste (Doctorant en histoire médiévale, Université de Lyon 2)

L’imamat ibadite à Oman : norme politique et réalités régionales

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Soutenance de thèse] Marco Conti, « Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) », 11 janvier 2021, 14h (visioconférence)

Le lundi 11 janvier 2021, à 14 heures en visioconférence, Marco CONTI soutiendra sa thèse, intitulée  » Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) » et dirigée par Jean-Louis GAULIN.

Membres du jury : Jean-Louis GAULIN (Université Lyon 2), Armand JAMME (CNRS), Anne LEMONDE (Université́ Grenoble Alpes), Patrizia MAINONI (Studiosa dell’Università di Padova) et Giuliano MILANI (Université Gustave-Eiffel).

Source : CIHAM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Compte-Rendu] Soutenance de thèse – Olivier Brisville-Fertin, « Le discours aljamiado et sa communauté »

La soutenance de la thèse d’Olivier Brisville-Fertin, intitulée « Le discours aljamiado et sa communauté », a eu lieu vendredi 4 septembre de 14h à 18h à l’ENS de Lyon, devant un jury composé de Éric Beaumatin (Président, U. Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Paris), de Nuria de Castilla (Rapporteure, EPHE-PSL, Paris), de Mercedes García-Arenal (CCHS-CSIC, Madrid), de Linda G. Jones (U. Pompeu Fabra, Barcelone), de Julie Marquer (U. Lumière-Lyon 2, Lyon) , et des deux co-directeurs, Carlos Heusch (ENS de Lyon) et Alberto Montaner (U. de Zaragoza). Mónica Castillo-Lluch de l’Université de Lausanne avait établi le second rapport préliminaire autorisant la soutenance. En raison des circonstances sanitaires, cette soutenance a eu lieu de façon multimodale, en présentiel et en virtuel, ce qui a pu poser quelques problèmes techniques qu’a su surmonter le doctorant.

Olivier Brisville-Fertin est hispaniste et travaille sur les communautés mudéjares et morisques aragonaises entre le bas Moyen Âge et le début de l’époque moderne [ndr :on parle de morisques à partir des conversions au catholicisme du premier quart du XVIe siècle], selon une approche avant tout sociolinguistique, ce qui a été le centre de son travail de Master II, qui a permis de poser les bases théoriques de son étude de l’aljamié, « produit d’activités spécifiques à un contexte d’islam minoritaire en vue d’y remplir des finalités de maintien de cadres et valeurs communautaires ». Un premier faisceau de trois hypothèses a ainsi d’abord guidé ses travaux: hypothèses sociolinguistiques, hypothèses sociopragmatiques et hypothèses d’élaborations discursive. Il est important de souligner, comme l’impétrant l’a fait, le caractère interdisciplinaire de sa thèse conjuguant philologie, histoire et sciences sociales. En effet, son projet de thèse a évolué au cours du travail du doctorat, pour intégrer pleinement des aspects philologiques et un retour indispensable au manuscrit, avec un intérêt particulier porté aux textes de prédication, méconnus jusqu’alors. Ce retour au texte primaire se matérialise par la transcription de plusieurs centaines de folios en annexes, afin de pouvoir travailler sur des textes édités selon une même norme.

La notion de communauté a été centrale dans sa réflexion : la problématique de « Comment, grâce au discours aljamiado, les Tagarins “faisaient-ils communauté” ? » guide ainsi tout le travail de thèse.

Le premier axe d’étude du candidat a été un travail double sur l’histoire de l’aljamiado et sur celle des communautés mudéjares et morisques du XIIe siècle au XVIIe siècle, pour comprendre le contexte de production des textes conservés. Ce travail fait l’objet des deux premières parties de la thèse : à la suite du « status quæstionum » initial, la deuxième partie est construite comme une synthèse de l’histoire de ces groupes qui dépasse le simple état de la recherche historique. L’émergence et la configuration des communautés mudéjares est un prérequis à la compréhension et à l’étude du discours de ces communautés. Ainsi peut-on comprendre la production manuscrite aljamiée comme une « préservation et l’établissement mudéjar d’une tradition discursive islamique, […] celui d’un cadre islamique proprement hispanique, non seulement par l’adaptation au contexte de soumission, mais aussi par le recours progressif au roman ».

La troisième partie de la thèse s’est intéressée à la relation entre codex et praxis : comment fait-on communauté à partir du discours ? Ici apparaît l’importance du personnage central de l’alfaquí, juriste et garant de la norme islamique qui prend une importance croissante au fil des siècles, en ce sens qu’il acquiert une fonction proprement communautaire par sa connaissance des textes.

La quatrième partie de la thèse une opposition entre aljamía (le roman des mudéjares et morisques) et aljamiado (la version scripturaire du premier, langue « artificiellement mixte » et discours des élites, dès lors « sociolecte propre à une catégorie de savants pour véhiculer un discours communautaire et ayant donc des aspects d’ethnolecte ».). Ainsi, « l’émergence de l’aljamiado est le résultat d’une progressive substitution linguistique de l’arabe dialectal par le roman, dont les étapes peuvent seulement être conjecturées ». L’aljamiado peut donc être décrit comme un ethnolecte (langage qui véhicule un discours communautaire) et un hiérolecte, car véhiculant un discours reliant au sacré.

Enfin, c’est à la prédication que s’est intéressé Olivier Brisville-Fertin dans la cinquième et dernière partie de sa thèse : selon trois thématiques, il a étudié comment le discours régulateur de la prédication permettait de construire les frontières de la communauté et de véhiculer un système de croyances.

Le jury a salué un travail extrêmement bien documenté et une thèse constituant un véritable apport pour la communauté scientifique : la précision dans l’utilisation des sources primaires et secondaires, ainsi que la transcription de ces dernières sont également la preuve d’une grande maîtrise des bibliothèques et des manuscrits, a-t-il été souligné. Enfin, plusieurs membres du jury ont mis en avant la grande maturité du travail d’Olivier ainsi que sa capacité de synthèse qui rendent la thèse particulièrement claire. La publication en a donc été vivement encouragée.

Le jury a suggéré plusieurs pistes d’ouverture pour la suite, tout en appuyant un travail d’édition numérique pour offrir une réelle édition des manuscrits et, bien, sûr la continuation du travail sur les sources et leur évolution.

Olivier Brisville-Fertin a été admis au grade de docteur de l’Université de Lyon et a reçu les félicitations chaleureuses du jury.

Compte-rendu rédigé par Amalia Desbrest et Matthias Gille Levenson

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Journées d’étude] « Intégrer les marges », Journées d’étude des doctorants du Ciham, Lyon, MSH Lyon-Saint-Etienne, 22-23 octobre 2020

Attention : La session du jeudi matin est complète en présentiel

 

Cette année, les journées d’étude des doctorants du Ciham se tiendront à Lyon les 22-23 octobre 2020 sur le thème « Intégrer les marges ».

Ces journées sont organisées par Enki Baptiste, Florentin Briffaz, Ronan Capron, Amalia Desbrest, Mariam Hazim‑Terrasse et Anna Lafont‑Chardin

Les interventions se feront en présentiel mais également en visioconférence pour certaines.

Le programme est susceptible de modifications et d’ajustements, en raison de la situation sanitaire évolutive. Les sessions se déroulent à la MSH Lyon-Saint-Etienne (salle Marc-Bloch), à l’exclusion de la session du jeudi matin (des informations plus précises seront communiquées ultérieurement aux participants).

En raison du contexte sanitaire qui impose une limitation du nombre de personnes selon les règles de distanciation, une inscription préalable par session est nécessaire à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

Attention : La session du jeudi matin est complète en présentiel

Affiche des JED 2020 réalisée par Serge Pinche

Programme complet des JED 2020

L’affiche et le programme sont également disponibles sur le site du CIHAM

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance de thèse] Matthieu Parlier, « Rhétorique et rituels de cour à Byzance. La légitimation de l’empereur sous les premiers Paléologues (1259-1328) », MSH Lyon-Saint-Etienne, 8 septembre 2020, 14h

Matthieu PARLIER soutiendra sa thèse, dirigée par Nicole BÉRIOU, le 8 septembre 2020 à la MSH Lyon St-Étienne à 14 heures.

 

Membres du jury : Christophe GIROS (Université Lyon 2), Jean SCHNEIDER (Université Lyon 2), Vincent DEROCHE (CNRS), Niels GAUL (University of Edinburgh), Béatrice CASEAU-CHEVALLIER (Sorbonne Université), Nicole BÉRIOU (Université Lyon 2) et Sophie MÉTIVIER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

 

Attention : L’accès du public dépendra de l’évolution de la situation sanitaire.

Source : CIHAM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance de thèse] Olivier Brisville-Fertin, « Le discours aljamiado et sa communauté », Lyon, 4 sept. 2020

Olivier BRISVILLE-FERTIN (ENS de Lyon, CIHAM-UMR 5648) soutiendra le 4 septembre 2020 sa thèse de doctorat intitulée « Le discours aljamiado et sa communauté », effectuée sous la co-direction de Carlos HEUSCH (ENS de Lyon) et d’Alberto MONTANER FRUTOS (U. de Zaragoza). La soutenance aura lieu dans la salle D8.001 du site Buisson de l’École normale supérieure de Lyon (15 parvis Descartes, 69007 Lyon).

Le jury sera composé d’Éric Beaumatin (U. Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Paris), de Nuria de Castilla (EPHE-PSL, Paris), de Mercedes García-Arenal (CCHS-CSIC, Madrid), de Linda G. Jones (U. Pompeu Fabra, Barcelone), de Julie Marquer (U. Lumière-Lyon 2, Lyon) et des deux co-directeurs.

Résumé sur thèses.fr.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Présentation de recherches] Enki Baptiste, podcast, Passion Médiévistes

Enki Baptiste, doctorant en Histoire médiévale à l’Université Lyon 2 et rattaché au CIHAM, présente ses travaux de recherche dans le cadre du podcast de Passions Médiévistes : « Episode 41, Enki et les débuts de l’islam »

Retrouvez sans plus attendre cette interview ici   !!

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] Séminaire d’Études Hispaniques Médiévales « Textes et discours dans les communautés mudéjares de l’Espagne médiévale », 3 septembre 2020, ENS de Lyon

Coordination: Carlos Heusch (ENS, CIHAM) et Julie Marquer (Université Lyon 2, LCE, CIHAM), coorganisé avec Olivier Brisville-Fertin.

Date: le 3 septembre 2020, de 14h30 à 18h

Lieu: D8.003, Site Buisson (D8), ENS de Lyon, 15 Parvis Descartes, 69007 Lyon.

Accès libre dans la limite des places disponibles selon les mesures sanitaites.

Programme:

14 heures | ACCUEIL

14 h 30 | OUVERTURE par Carlos HEUSCH (ENSL)

14 h 50 | Alberto MONTANER (U. de Zaragoza) – « La clerecía de los alfaquíes: poemas aljamiados en cuaderna vía »

15 h 25 | Nuria de CASTILLA (EPHE-PSL) – « De Bagdad a Belchite, o la segunda vida de un tratado de controversia anticristiana »

16 heures | PAUSE

16 h 20 | Julie MARQUER (U. Lyon 2)– « La šahāda dans une église. Le cas exceptionnel de l’inscription arabe de Santa María de Maluenda (XVe siècle)

16 h 55 | Linda G. JONES (U. Pompeu Fabra) – « Las herramientas de un predicador mudéjar/morisco: el manuscrito n.o RESC/54 de la Biblioteca Tomás Navarro Tomás del CSIC de Madrid »

17 h 30 | Olivier BRISVILLE-FERTIN (U. Lyon 1) – « D’une langue à l’autre: comparaison des corpus aragonais en arabe et en aljamiado »

18 heures | CLÔTURE

Programme: SEHM2020_Prog-Web

[Post mis à jour le 4/8/2020, O. Brisville-Fertin]

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Séminaire annuel des doctorants du CIHAM (11 juin 2020)

Entré dans les usages du laboratoire, le séminaire des doctorants du CIHAM est un lieu dans lequel de jeunes chercheurs en formation, et généralement en début de parcours, présentent leurs objets, leurs démarches et leurs premiers résultats. C’est donc simultanément un lieu d’apprentissage et un lieu d’échange entre les doctorants et avec les enseignants-chercheurs du laboratoire.

En raison du contexte sanitaire, cette année, cette journée d’étude aura lieu en visioconférence (logiciel Tixeo) avec une formule limitée à deux communications.

Renseignements et inscription à la visioconférence :

Ronan CAPRON (ronan.capron@univ-lyon3.fr)

Horaire :

14 heures

Jeudi 11 Juin 2020

 

COMMUNICATIONS

Enki BAPTISTE

L’historiographie ibadite orientale en Moyen Âge : un état des lieux (VIIIe-XIIe s.)

Amalia DEBREST

La première traduction complète des Héroïdes d’Ovide, ms. 5-5-16 de la Bibliothèque Colombine de Séville : premières approches

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Présentation de recherches] Eve Defaÿsse, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe-siècles

Retrouvez sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France un billet rédigé par Eve Defaÿsse, doctorante au CIHAM, présentant ses recherches.

Dans le cadre d’une thèse de doctorat sous la direction de Cécile Caby et de Cédric Giraud, intitulée « Entre cloître et université, la bibliothèque de Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles« , Eve Defaÿsse s’intéresse de près à de très nombreux manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journée d’étude] Jeux de guerre : Représentation et réinvention des conflits médiévaux à l’époque contemporaine, Paris (école polytechnique), 12 mars 2020

Organisation: Bruno Dumézil / LinX – Sorbonne-Université

La guerre médiévale fascine. Si le succès des films et des séries témoigne d’un intérêt très actuel pour le fait militaire, cette passion remonte au moins à l’époque romantique. Depuis la fin du XVIIIe siècle se sont en effet multipliés les portraits de guerriers barbares, les tableaux de batailles, les restaurations de forteresses ou les reconstitutions de duels. Le médiévalisme actuel possède des racines guerrières, qui ont peut-être été moins étudiées que ses liens avec le fantastique ou avec la littérature courtoise. Sans doute certains moments ont-ils suscité plus d’intérêt que d’autres : l’épopée des vikings, les croisades en Terre Sainte et la guerre de Cent Ans constituent les terrains les plus connus du rêve. Il n’en reste pas moins que l’épée, l’armure et le château constituent des invariants dans une certaine idée du Moyen Âge telle qu’elle s’est construite à la marge des études médiévales classiques, mais souvent en lien plus ou moins direct avec elles. La fantasy, les wargames, les jeux de rôle et la bande dessinée ont à leur tour contribué à populariser une certaine image de la guerre médiévale. Pourquoi cet intérêt, jamais démenti ? Moins qu’une synthèse sur le thème, cette journée d’étude se propose d’apporter une série d’éclairages sur deux siècles de réinvention du Moyen Âge, à la croisée entre les genres et les publics.

Programme de la journée

9h30 : Accueil des participants

10h : Bruno Dumézil (École Polytechnique, LinX), « Introduction »

10h15 : Anne Besson (Université d’Artois, « Textes et Cultures »), « Fantasy historique, pour une reconstitution du sensible »

11h50 : Laurent Vissière (Sorbonne Université-Centre Roland Mousnier UMR 8596), « Guerre de siège à l’écran, mythe et réalité »

11h25 : Maxime Fulconis (Sorbonne Université-Centre Roland Mousnier UMR 8596), « Les jeux vidéo, reflet de la guerre médiévale ? »

12h : Pierre Leteinturier et Félix Enault (Sorbonne Université, Sorbonne Antique), « L’image de la guerre médiévale dans l’univers de science-fiction Warhammer 40.000 »

12h40 : déjeuner

14h : Bruno Dumézil (École Polytechnique, LinX) « La peinture d’histoire de Louis Philippe aux années 1880, une vision politique de la guerre médiévale ? »

14h30 : Tristan Martine (Université d’Angers), « Représentations et utilisations de la guerre dans la bande dessinée médiévaliste »

15h15 : Simon Hasdenteufel (Sorbonne Université-Centre Roland Mousnier UMR 8596), « ‘Deus vult’ aujourd’hui : la croisade dans la culture populaire »

15h45 : Enki Baptiste (Université Lumière Lyon 2 CIHAM-UMR 5648), « La fabrique du combattant idéal : la représentation de la guerre sacrée dans la série qataro-saoudienne ‘Umar al-Fārūq »

16h30 : Table-ronde animée par Victor Battagion (Magazine Historia)

17h30 : Cocktail

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Intégrer les marges, journées des doctorants du CIHAM, Lyon, 22-23/10/2020 (Date limite : 15/05)

Entre transition (périphéries, confins) et rupture (limites, écarts, frontières), les marges sont toujours relatives, pensées dans leur rapport avec une norme. Le modèle centre-périphérie a longtemps retardé leur étude, les cantonnant à une définition en négatif vis-à-vis d’un centre tout puissant, où elles étaient instituées comme le pôle perdant au sein d’un système dissymétrique. Poser la question de l’intégration des marges (territoriales, spatiales, mais aussi sociales), doit permettre de dépasser ce constat pessimiste et ce désintérêt – allègrement battu en brèche par les recherches des deux dernières décennies – pour les marges. Il s’agit en effet d’interroger le rapport essentiel que ces dernières entretiennent, non plus seulement à la norme mais également au temps : loin d’être figées, les marges évoluent au gré d’une trajectoire alliant des processus variables de marginalisation et de “démarginalisation”. En jouant sur toute la polysémie du terme, des marginalia des manuscrits aux marches territoriales, en passant par les individus et les groupes marginaux, ces journées d’études souhaitent susciter une réflexion transdisciplinaire, entre littérature, histoire et archéologie ; à la croisée des mondes médiévaux chrétiens et musulmans, conformément aux intérêts fondateurs du laboratoire du CIHAM – UMR 5648.

 

L’enjeu est en premier lieu heuristique : cette intégration des marges intéresse la démarche du chercheur, et engage des méthodologies bien précises selon les disciplines et les terrains de recherche. Des communications soulevant des problèmes méthodologiques seront donc appréciées : faut-il intégrer les marginalia et les mentions hors-teneur aux éditions et à la réflexion, et si oui, comment le faire ? Comment inclure des marges documentaires à son corpus ? Que faire des objets historiographiques jugés marginaux ou des traditions érudites longtemps décriées ? On pourra aussi s’interroger sur les moyens qu’a l’archéologie d’appréhender ce et ceux que les textes laissent de côté. Elle possède aussi ses propres biais méthodologiques : l’archéologie des territoires permet-elle par exemple d’aborder et de modéliser convenablement des systèmes de peuplement, sans faire l’économie d’espaces laissés en marge de la recherche programmée ou des fouilles préventives ?

 

 En littérature, les marges des manuscrits accueillent aussi bien des gloses que des enluminures, des systèmes d’organisation et de renvoi, des corrections, des notes de lecture. Ces éléments entretiennent des relations avec le contenu du texte central qui peuvent aller de l’autonomie à l’étroite dépendance, en fournissant par exemple des clefs d’interprétation. Se pose dès lors la question de la place de ces marges dans la composition d’ensemble et dans la réception des œuvres. En outre, le sujet invite à prendre en compte la place de discours hors-normes et de figures marginales de la société médiévale dans les œuvres littéraires. Les univers de fiction et les matières (de Bretagne, de France, de Rome) ont eux aussi leurs centres et leurs frontières (génériques, linguistiques, formelles, géographiques, stylistiques) : comment ces éléments ont-ils pu évoluer, et comment des objets esthétiquement ou génériquement marginaux ont-ils pu intégrer le canon ?

L’articulation entre les espaces et les acteurs est tout particulièrement à étudier. En archéologie, l’observation sur le temps long des redéploiements des réseaux de peuplement permet notamment la mise en évidence, d’un point de vue plus matériel, d’une redéfinition des confins et des frontières. 

À la confluence de l’histoire et de l’archéologie, on pourra tenter de percevoir, dans une situation donnée, les enjeux liés au contrôle de ces espaces limites (concurrence, confrontations, résistances). Dans l’Occident médiéval, on pensera ainsi aux stratégies d’appropriation de ces territoires, à une échelle allant du diocèse à celle de la principauté ou du royaume.  On pourra aussi se questionner sur la genèse des sociétés de frontières, et sur le rôle des réseaux commerciaux, qui par exemple dans le cas transsaharien furent vecteurs de l’intégration de chapelets oasiens aux frontières du désert, ces derniers devenant non plus des territoires marginaux, mais des points-relais dans un plus vaste système économique. Ceux-ci apparaissent alors non plus comme des espaces isolés, oubliés par un centre de commandement lointain, mais comme des territoires cohérents et autonomes, pleinement intégrés dans un système alternatif.

En terres d’Islam, l’historiographie récente tend à rejeter l’idée d’un islam classique sunnite, préférant désormais insister sur la pluralité des appropriations de la religion. Dans ce paradigme, intégrer les marges de l’Empire, longtemps perçues comme des repaires d’hérétiques, est devenu une nécessité. La redécouverte des sources produites dans ces territoires marginaux permet un renversement de perspective et invite à s’interroger sur les défis que posent ces nouvelles approches.

 

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 15 mai 2020 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com.

 

Eléments bibliographiques indicatifs :

L’Occident sur ses marges (VIe-XIe siècles). Formes et techniques de l’intégration, Médiévales, 51, 2006.

AILLET, Cyrille, CRESSIER, Patrice, GILOTTE, Sophie (éd.), Sedrata : Histoire et archéologie d’un carrefour du Sahara médiéval à la lumière des archives inédites de Marguerite van Berchem, Madrid, Casa de Velázquez, 2017.

BÜHRER-THIERRY, Geneviève, Aux marges du monde germanique : l’évêque, le prince, les païens (VIIIe-XIe siècles), Turnhout, Brepols, 2014.

FOURCADE, Sarah, LE PAGE, Dominique et PAVIOT, Jacques (dir.), La noblesse des marches, de Bourgogne et d’ailleurs au temps de Marguerite d’Autriche (XVe-XVIe siècle), Annales de Bourgogne, t.89, fascicules 3 et 4, 2017.

LATIMIER, Adeline, PAVLEVSKI-MALINGRE, Joanna et SERVIER, Alicia, Merveilleux et marges dans le livre profane à la fin du Moyen Age (XIIe-XVe siècles), Turnhout, Brepols, 2017.

WIRTH, Jean et alii, Les Marges à drôleries dans les manuscrits gothiques (1250-1350), Genève, Droz, 2008.

 

Comité d’organisation : Enki Baptiste, Florentin Briffaz, Ronan Capron, Amalia Desbrest, Anna Lafont-Chardin, Mariam Hazim-Terrasse.

Comité scientifique : Cyrille Aillet, Marie-Céline Isaia, Irène Salvo-Garcia, Laurent Schneider

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

[Manifestation] Les Nocturnes de l’Histoire, Quand les papes vivaient à Lyon, Lyon, 1er avril 2020

Quand les papes vivaient à Lyon…

 

Horaires : 18h-20h

Lieu : Centre Berthelot, 14 avenue Berthelot, 69007, Lyon

Institution organisatrice : CIHAM UMR 5648 (Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux).

Intervenants : Cécile Caby (CIHAM – Lyon 2) ; Alexis Charansonnet (CIHAM – Lyon 2) ; Jean-Louis Gaulin (CIHAM – Lyon 2) ; Bruno Galland (CIHAM – Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon) ; Xavier Hélary (CIHAM – Lyon 3) ; Armand Jamme (CIHAM – CNRS) ; Sylvain Parent (CIHAM – ENSL) ; Julien Théry (CIHAM – Lyon 2) et alii ; avec la collaboration des étudiant.es du master Mondes Médiévaux de Lyon (Lyon 2, Lyon 3, ENSL, EHESS, USMB) et des doctorant.es et post-doctorant.es du CIHAM.

« Lyon sur Rhône », pour reprendre l’expression des chroniqueurs médiévaux, a accueilli à plusieurs reprises la cour pontificale aux XIIIe-XIVe siècles. Ce sont ces séjours pontificaux qui seront au cœur de la manifestation : leurs motifs, leurs modalités (durée, présence d’ecclésiastiques et nobles, de marchands, juristes et notaires, logistique, lieux concernés, hébergement, ravitaillement etc.) et leurs conséquences sur la ville et sa notoriété. Quatre épisodes significatifs seront illustrés au moyen de posters, conférences, lectures théâtralisées et parcours guidés dans les ressources numériques (album de paléographie et bases de données sur les lettres pontificales) :
– le concile de Lyon I et le long séjour d’Innocent IV (fin 1244- début 1251) ;
– le concile de Lyon II (1274) ;
– le couronnement du pape Clément V (1305-1306) ;
– l’élection et le couronnement du pape Jean XXII (1316).

Source : Nocturnes de l’Histoire

(Présentation générale des Nocturnes de l’Histoire ici)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire des médiévistes 2020] Lyon, CIHAM [16 janvier 2020 – 7 mai 2020]

Le programme du séminaire des médiévistes pour l’année 2020 vient de paraître.

Présentation du séminaire des médiévistes

Le Séminaire des médiévistes présente, à Lyon, l’actualité
de la recherche dans le champ des études médiévales.
Il fait partie des actions de formation du CIHAM et est
tout spécialement destiné aux doctorants et aux étudiants
des masters Mondes médiévaux, HCP–Cultures de l’écrit
et de l’image et Archives. La programmation annuelle
s’attache à mettre en évidence à la fois les enquêtes menées
dans le laboratoire et les recherches les plus novatrices
conduites au niveau international en histoire, littératures
et archéologie des mondes chrétiens et musulmans.
Depuis 2000, près de 150 intervenants venus du monde
entier y ont présenté leurs travaux.

Informations pratiques

Séminaire coordonné par Nicolas Carrier, professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université Jean Moulin Lyon3

8 séances du 8 janvier au 7 mai 2020

Horaires9h30-12h30

Entrée libre

Lieux variables suivant les séances :

-Maison internationale des langues (MILC) (35, rue Raulin, Lyon 7e)

-Archives du département du Rhône et de la Métropole de Lyon (34, rue Général Mouton-Duvernet, Lyon 3e)

-ENS de Lyon (15, parvis René-Descartes, Lyon 7e)

-Université de Lyon (UDL) (9, rue Pasteur, Lyon 7e)

 

Dépliant du programme téléchargeable ici 

(création du dépliant Serge Pinche)

 

Source et informations complémentaires : Ciham 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

Journées d’etude des doctorants du CIHAM : « La famille au Moyen Âge, entre normes et pratiques », Lyon, 24 – 25 octobre

Programme

24 octobre, 14h-17h30

Paul Payan (CIHAM, Avignon Universités)

Première session : Les représentations de la parenté modèle. Présidence de séance : Cécile Caby (CIHAM, Lyon 2)

Florentin Briffaz (CIHAM, Lyon 2) : « Le couple, un nouveau paradigme au sein des constructions familiales nobiliaires ? Quelques réflexions à partir des noblesses savoyardes (XIIIe-XVe)

Nicolas Tatessian (CEMM, Montpellier 3) : « Famille, solidarités et pouvoirs dans les colophons arméniens des XIIIe-XIVe) »

25 octobre 9h-17h30

Deuxième session : La parenté hors-norme : légitimité et illégitimité des modèles familiaux. Présidence de séance : Xavier Hélary (CIHAM, Lyon 3)

Justine Cudorge (CERHIC, Université de Reims-Champagne-Ardenne ; PraMe, Université de Namur): « Ré-envisager les pratiques matrimoniales royales : la polygynie franque aux VIe et VIIe siècle à partir des chroniques de Grégoire de Tours et de Frédégaire »

Romain Chevalier (CIHAM, Avignon Université) : « Administration royale et bâtardise au XIVe siècle : casuistique et stratégies de contournement des normes en matière de filiation illégitime »

Marie-Lise Fieyre (ICT, Paris 7) : « Côtoyer des parents hors-normes. Illégitimité, famille et parenté chez les Bourbons à la fin du Moyen-Âge »

Pierre-Bénigne Dufouleur (Centre Roland-Mousnier, Paris 4) : « Transmettre sans fils. Les liens de parenté au sein du Sacré Collège entre normes et pratiques (1414-1517) »

 

Troisième session :  Filiation et succession dans l’aristocratie laïque. Présidence de séance : Marie-Céline Isaia (CIHAM, Lyon 3)

Miguel Aguiar (LaMOP, Paris 1 ; CEPESE, Université de Porto) : « Les pratiques matrimoniales de l’aristocratie portugaise à la fin du Moyen Âge »

Justine Audebrand (LaMOP, Paris 1) : « Cette famille chère à Dieu: normes, pratiques et représentations familiales chez les Ottoniens (Xe-début du XIe siècle) »

Elodie Chaudet (TEMOS, Université d’Angers) : « Femmes, lignages et pouvoir dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe) : manipuler la mémoire généalogique pour mieux déconstruire les règles de succession ? »

 

Lieu

Salle Marc Bloch, MSH Lyon St-Etienne, 14 avenue Berthelot, 69007 Lyon.

Voir le plan d’accès dans le programme téléchargeable ci-dessous.

Organisation

Coordinateurs : Ronan Capron (ronan.capron@univ-lyon3.fr) et Prunelle Deleville (prunelle.deleville@unige.ch)

Comité d’organisation : Romain Chevalier, Jérémy Engler, Thomas Girard

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Activité des doctorants : journée franco-suisse (4 octobre, Lyon)

Le vendredi 4 octobre, nous accueillons à Lyon les jeunes chercheurs suisses du programme doctoral en études médiévales. Cette association regroupe des historiens, des philosophes, des littéraires inscrits en thèse dans une université de la Suisse romande.

Nous voudrions profiter d’une visite conviviale de Lyon et de ses trésors pour réfléchir aux futurs échanges que nous pourrions mettre en place entre les doctorants et masterants suisses et ceux du CIHAM: profiter des séminaires et des ressources des uns et des autres, organiser des visites et des journées d’étude communes.

 C’est donc avec un grand plaisir que nous vous invitons à nous retrouver le vendredi 4 octobre, à 11h, devant le métro Vieux-Lyon.

Nous profiterons d’une visite du Vieux Lyon par Jean-Benoit Krumenacker, jeune docteur du CIHAM, puis du service archéologique de la ville de Lyon dans l’après-midi. Nous nous retrouverons aussi le midi autour d’une bonne table, ce qui nous permettra de discuter de la suite de cette collaboration.

 Si vous voulez vous joindre à nous, merci de vous inscrire auprès de Ronan Capron (ronan.capron@univ-lyon3.fr) ou de Prunelle Deleville (prunelle.deleville@unige.ch)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

[soutenance de Thèse] : Aurélien Montel, « al-Andalus et le Maghreb à l’époque des Omeyyades de Cordoue. Réseaux d’échanges et ambitions impériales (IIIe/IXe-IVe/Xe siècles) », Lyon, 06/07

Aurélien Montel soutiendra sa thèse de doctorat « al-Andalus et le Maghreb à l’époque des Omeyyades de Cordoue. Réseaux d’échanges et ambitions impériales (IIIe/IXe-IVe/Xe siècles) » (dir. Dominique Valérian, Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne) le samedi 6 juillet 2019 à 14h30, à Lyon (salle Marc Bloch, Maison des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e).


Le jury sera composé de Cyrille Aillet (Université Lumière-Lyon 2), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Sylvie Denoix (CNRS – Paris), Maribel Fierro (CSIC – Madrid), Emmanuelle Tixier du Mesnil (Université Paris Nanterre) et Dominique Valérian (Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse).

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Conférence:Gianfelice Peron, pour le Labo Junior « Epopées médiévales : frontières, échanges, héritages », Lyon, 22/05

Dans le cadre du labo junior  » Épopées médiévales : frontières, échanges, héritages », M. le professeur Gianfelice Peron de l’Université de Padoue sera accueilli. Il abordera l’épopée à partir de considérations génériques et à partir de ses interférences avec les autres genres narratifs en ancien français

ENS de Lyon, 14h-16h, mercredi 22 mai 2019

Salle D-2-012

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts