Archives de catégorie : Activités des doctorants

[Colloque] 15e colloque du PRIDAES, La loi, expression de la souveraineté, face aux autonomies dans le territoire des Etats de Savoie, Turin, 28-29 octobre 2021

Colloque organisé par il dipartimento di Giurisprudenza (Università di Torino), le laboratoire ERMES (Université Côte d’Azur) et la Deputazione Subalpina di Storia Patria
Programme

Giovedi 28 ottobre

10.45 Arrivo dei partecipanti

11.00 Saluto dalle autorità

11.20 Inizio dei lavori del convegno

Isidoro SOFFIETTI (Università di Torino), Presentazione dell’edizione critica degli Statuta Sabaudiae del duca Amedeo VIII (1430).

Florentin BRIFFAZ (Università Lyon II – CIHAM), Production normative et dérogation personnelle au temps d’Amédée VIII de Savoie : l’exemple des châtelains.

Daniela CEREIA (Archivio di Stato di Torino), Uniformare il governo degli Stati di Savoia : importazioni ed esportazioni di modelli e prassi amministrative da un versante all’altro delle Alpi (secc. XIV-XVII).

12.40 Discussione

13.00 Pranzo

14.00 Ripresa della sessione

Massimiliano GAJ (Università di Torino), Vestigia di autonomia nel Piemonte sabaudo di età moderna : alcuni aspetti tratti da statuti comunali del Torinese, del Cuneese e del Biellese.

Marc ORTOLANI (Università Côte d’Azur – ERMES), « Hanno statuito et ordinato in forza di legge comunale… ». Les statuts de la communauté de Tende.

Paola CASANA (Università di Torino), Tra normativa statutaria e legislazione principesca : il caso di Vernante.

Alessandro CROSETTI (Università di Torino), I bandi politici : genesi, natura, contenuti, funzioni ed evoluzione.

15.50 Discussione

16.10 Pausa

16.30 Ripresa della sessione

Ezio Claudio PIA (Università di Torino), «Pro iustitiae rectitudine et comuni bono reipublicae civitatis». Asti tra Orléans e Savoia (secoli XV e XVI).

Michele ROSBOCH (Università di Torino), Frontiere, legislazioni e pluralismo istituzionale : l’area cuneese fra medioevo ed epoca moderna.

Henri-Louis BOTTIN (Università Côte d’Azur – ERMES), Du privilège à l’institution : les origines médiévales du Sénat de Nice.

17.45 Discussione

18.00 Fine della giornata

 

Venerdi 29 ottobre

9.00 Ripresa del convegno

Elisa MONGIANO (Univerità di Torino), L’isola di Sardegna : un particolarismo di lunga durata.

Giuseppina DE GIUDICI (Università di Cagliari), La legge e i suoi accomodamenti. Il codice civile albertino e le « speciali condizioni » della Sardegna.

Lorenzo SINISI (Università di Genova), Il “paterno cuore” di un sovrano: peculiarità legislative ed istituzionali del Genovesato sabaudo fra “privilegi” e “concessioni” (1815-1860).

10.30 Discussione

10.50 Pausa

11.10 Ripresa della sessione

Francesco AIMERITO (Università del Piemonte orientale), Il privilegio come sistema di disciplina dell’ordinamento professionale forense negli Stati sabaudi.

Ida FERRERO (Università di Torino), Lo ius cazacà : uno strumento giuridico autonomo per le comunità ebraiche.

Andrea PENNINI (Università di Torino), Privilegi, consuetudini e pretensioni. I conflitti di giurisdizione tra i consoli delle nazioni e le istituzioni sabaude d’Antico Regime.

12.30 Discussione

12.50 Pausa e pranzo

14.00 Ripresa della sessione

Morgane ORDINE (Università del Piemonte orientale), Governare il territorio e controllarne le risorse. I conflitti tra il consortile dei Masino e le comunità in materia di acque (XVIII-XIX secolo)

Francesco CAMPOBELLO (Università di Torino), L’Opera pia Barolo : un modello complesso di organizzazione dal basso in un contesto normativo nazionale di limitazione degli enti morali.

Mario RIBERI (Università di Torino), Il Projet de code criminel de l’an IX e la resistenza all’introduzione dei pretori negli Stati già sabaudi.

15.20 Discussione

15.40 Pausa

16.00 Ripresa della sessione

Matteo TRAVERSO (Università di Torino), Modernizzazione legislativa contro «vecchie tradizioni». Il caso della Terza rivolta degli zoccoli.

Pasquale COSTANZO, Patrizia MAGARÒ (Università di Genova), Le euroregioni negli antichi stati sabaudi. Questioni vecchie e nuove.

 

16.50 Discussione

17.15 Conclusione e chiusura del convegno

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Cycle de conférences] Les conf’de Bresse 2021-2022, Bourg-en-Bresse

Cette année, plusieurs membres du CIHAM participent à ce cycle de conférences, qui se tient, selon les séances, au lycée Edgar Quinet, au monastère de Brou ou aux archives départementales de l’Ain.

Affiche et programme complet

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journées d’étude] 3e JED du CIHAM, Le Moyen Âge : fabrique de stéréotypes ?, 28-29 octobre 2021

Dans son acception la plus courante, le stéréotype est défini comme « une idée, une opinion toute faite, acceptée sans réflexion et répétée sans avoir été soumise à un examen critique, par une personne ou un groupe, et qui détermine, à un degré plus ou moins élevé, ses manières de penser, de sentir et d’agir » [Trésor informatisé de la langue française]. Malgré son apparente simplicité, cette définition véhicule de nombreuses ambivalences et nuances au sujet de la notion de stéréotype. En effet, si celui-ci peut être propre à chaque individu, l’énonciation d’un stéréotype permet en général de se faire une idée des représentations collectives figées qui circulent dans un groupe. Le stéréotype, en tant qu’idée reçue sur un groupe qui représente l’altérité, participe de la projection de soi autant que de la représentation de l’autre. En définitive, étudier les stéréotypes d’une société permet de se rendre compte des processus évolutifs de construction des identités collectives. Le stéréotype procède par simplification et généralisation pour définir l’Autre, et constitue une véritable source de connaissance pour comprendre le rapport des sociétés à leur passé et leurs contemporains.

Ces journées se dérouleront en présentiel, en salle Marc Bloch (ISH).

Le programme détaillé et l’affiche sont à télécharger en PDF.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Présentation de recherches] Eve Defaÿsse, reliures médiévales de l’abbaye de Saint-Victor de Paris: un ensemble exceptionnellement bien conservé

Eve Defaÿsse, doctorante au CIHAM, présente sur le carnet de recherches de la BnF , l’avancement de ses recherches sur les manuscrits de l’ancienne abbaye de Saint-Victor de Paris (1113-1789).

Pour découvrir son travail, c’est ici !

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] 11e conférence internationale sur Oman et l’ibadisme, (Sacred) Texts and (Social) Contexts: Text Analysis and Hermeneutics in Ibāḍī Society and Tradition, Tübingen, 31 août-2 septembre 2021

Herewith, we have the pleasure of inviting you to attend the 11th International Conference on Ibadi Studies, which is scheduled for – hopefully – taking place in Tuebingen (Germany), Αugust 30-September 4, 2021 that is, ten years after the first Conference on Ibāḍī Studies that the University of Tuebingen had the pleasure to host.

The idea is, in the neighbourhood of the University’s Institute of Asian and Oriental Studies (with focus on Islamic Studies), its three Faculties of Protestant, Catholic, and Islamic Theologies, and its Institute of (non-denominational) comparative Study of Religions, to expound and discourse the emergence and formation, transmission and interpretation of basic Ibadi texts in light of historical, socio-cultural, and political developments in Ibāḍī society in general and Omani society in particular.

Program available here (PDF): https://ibadistudies.org/index.php/conferences/upcoming-conferences/schedule

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journées d’étude] Journées doctorales du CESCM, L’absence au Moyen Âge, Poitiers, 9-10/09/2021

Lieu : CESCM, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers

Dates : 9 et 10 septembre 2021

Programme :  https://cescm.hypotheses.org/14325

Programme en PDF : 2021.09.09-10 — ColloqueCESCM_L’absence

Jeudi 9 septembre

Modération : Cécile MARUEJOULS et Élise VERNEREY

09.00 – Accueil des participants

09.30 – Martin AURELL, Professeur d’histoire médiévale, directeur du CESCM : Introduction aux journées d’études

  • Le médiéviste face à l’absence

 Composer avec l’absence de sources

 10.00 – Claire BOISSEAU (Univ. Poitiers) : Étudier les peintures murales : l’archéographie comme remède à la disparition de vestiges picturaux

10.20 – Isaac MARTINEZ ESPINOSA (Univ. Madrid) : The absence of war and castles on the Northern Border: absence of control and revolts in the late Middle Ages

Discussion / Pause

Considérer l’absence délibérée

11.00 – Julie RICHARD DALSACE (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : Absence de carte, absence de texte dans deux manuscrits carolingiens du livre XIV des Étymologies

11.20 – Lorenz A. HINDRICHSEN (Univ. Copenhague) : Reading absence: Interpreting erasure in late medieval visual representations of ethnicity

Discussion / Déjeuner

  • La quête de l’absence

Matérialiser l’absence

14.00 – Gabrielle SCHMID (Univ. Poitiers) : Pallier l’absence : voir, c’est toucher. Thomas l’apôtre comme médiateur vers le corps du Christ.

14.20 – Marie-Anne LE LANNOU (Univ. Poitiers) : Absence du Graal et transformation des corps vivants en reliques dans les romans du Graal : exemples du Haut Livre du Graal et de la Quatrième21Continuation de Perceval

Discussion

 Penser le repli

 15.00 – Annabel DUKES (Univ. York) : Sore he may wepin. Ant bittre teris letin. Mon þad of luue con. Experiencing the Crucifixion through Interacting Types of Absence in Thirteenth-Century Middle English Poems

15.20 – Marta MILAZZO (Univ. Padoue) : L’expérience de l’absence de Merlin : un cas inédit d’interfictionalité

Discussion / Pause

Le langage de l’absence

 16.00 – Julien STOUT (Univ. de Montréal) : En présence de l’auteur, en l’absence de grammaire, aux limites de la ville et de la vie : l’impossible autorité livresque d’Adam de la Halle, poète arrageois de langue d’Oil, dans le manuscrit de Paris, BnF fr. 295566

16.20 – Maxime JUIN (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne/EHESS) : Libérer l’absence

L’image à l’épreuve des passés contingents

16.40 – Abderrazak HALLOUMI (Univ. Poitiers) : La révélation voilée. Le langage apophatique dans le Livre de l’Eschiele Mahomet et dans les récits du mi’rāj en arabe

Discussion 

18.00 – Conférence d’Olivier BOULNOIS, Professeur à l’École Pratique des Hautes Études

 Vendredi 10 Septembre

Modération : Émilie MARGAIX et Corinne LAMOUR

  • Faire face à l’absence

Ressentir l’absence : une expérience familiale

 9.00 – Justine AUDEBRAND (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Pourquoi donc, mon frère, as-tu laissé s’écouler tant de temps sans venir me voir ? » : dire et pallier l’absence du frère au début du Moyen Âge (VIIe-Xe siècles)

9.20 – Antonin BESSON (Univ. d’Orléans) : Le bruit et le silence. Autour du Deuil d’Aude dans le manuscrit de Châteauroux de La chanson de Roland

9.40 – Teresa STEFFENINO (Univ. Bâle) : La maternité absente et l’absence de la maternité absente. Le cas d’Aurembiaix d’Urgell en contexte

Discussion / Pause

 En l’absence du pouvoir : Déléguer et pallier

10.20 – Camille RUTSAERT (Univ. Saint-Louis-Bruxelles) : Absence de père, absence de frère, la fragilité d’une succession féminine. Préparer l’héritière et les mentalités dans les principautés des Pays-Bas aux XIVe-XVe siècles

10.40 – Diana MARTINS (Univ. Lisbonne) : Eyes, mouth and ears of an absent King: the actions of the protuguese ambassador Joao Simao (1300-1304)

Discussion

11.00 – Clarck Junior MEMBOUROU MOICHEMEME (Univ. Bretagne Occidentale) : Pallier l’absence de l’émir à La Mecque (XIIIe-XIVe siècle)

11.20 – Marie DELEZENNE (Univ. d’Artois) : Kant mesirez en ala horz du pais. Pallier les absences de Robert II en Artois (1270-1292)

Discussion / Déjeuner

 L’absence et la loi

Légiférer l’absence 

14.00 – Margot LAPRADE (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Forcer l’absence : la séparation de corps du couple clérical en Gaule au haut Moyen Âge (IVe-XIe siècle)

14.20 – Sami BENKHERFALLAH (Univ. Poitiers / univ. Tlemcen) : S’absenter bon gré, mal gré : fuir, se cacher, s’exiler à la cour mamelouke

Discussion / Pause

 Légiférer en l’absence 

15.00 – Bastien MICHEL (Univ. Caen) : Défaillants et justiciés pour leurs deffaultes : l’absence de Robert de Tancarville à l’ost de Flandre (1297)

15.20 – Vincent LÉTHUMIER (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : Le roy ne doibt surseoir de procedder audict proces par leur absence. Les incertitudes procédurales autour des pairs de France absents pour juger au Parlement de Paris (XIIIe-XVe siècles)

Discussion / Conclusions

Comité scientifique :

Corinne Lamour, Cécile Maruéjouls, Émilie Margaix et Elise Vernerey

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Soutenance] Mustafa Ahmad, Settlement and Material Culture in Northern Iraq in the Islamic Period (7th-13th c. A.D.): The Case of Sulaymaniyah, 12 juillet 2021

Mustafa AHMAD soutiendra sa thèse, dirigée par Dominique VALÉRIAN et Marie-Odile ROUSSET, le lundi 12 juillet 2021 à partir de 14 heures en visioconférence.

Membres du jury : Alastair NORTHEDGE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Christina TONGHINI (Université Ca’ Foscari de Venise) Martina MÜLLER-WIENER (musée d’Art islamique de Berlin), Dominique VALÉRIAN (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Marie-Odile ROUSSET (Archéorient-MOM).

Renseignements : mustafa.ahmad[at]univ-lyon2.fr

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] “De mal en peine : méthodes et outils d’estimation de la douleur” – Colloque du projet junior DESDEMONE (Lyon, 10-11 février 2022). Date limite : 1er août 2021.

Le projet junior DESDEMONE (Douleurs et Souffrances : descriptions, expressions, méthodes et outils de notation et d’estimation) est un projet de recherche porté par trois doctorantes : 

– Maureen Boyard (Université Lyon 3 – CIHAM UMR 5648),

– Fanny Boutinet (Université Lyon 3 – IHRIM UMR 5317),

– Clémence Vendryes (Université Aix-Marseille – IREMAM UMR 7310/IFPO).

Il a pour projet de favoriser un dialogue pluridisciplinaire sur les questions d’estimation et de classification de la douleur et de permettre un partage de méthodes, d’outils et de réflexions sur ce thème. Pour plus d’informations et suivre ce projet de recherche : https://desdemone.hypotheses.org/

Le colloque
Suivant la définition donnée par le Comité de taxonomie de l’International Association for the Study of Pain (IASP), la douleur est une « expérience désagréable, sensorielle et émotionnelle associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel ou décrite en ces termes ». Les outils d’estimation de la douleur constituent à la fois des objets spécifiques de recherche et des outils méthodologiques de la recherche. Il s’agit au cours de ces deux journées de permettre un dialogue entre les disciplines et les approches autour de ce problème spécifique qu’est l’estimation de la douleur.

Les échelles d’évaluation de la douleur sont mobilisées pour objectiver une sensation subjective qui réclame une compréhension et une intervention extérieure, médicale ou non. Ces outils ont un usage pratique dans le cadre de la médecine, mais cette discipline n’est pas la seule qui a besoin d’estimer et de classifier les phénomènes douloureux. En effet, qu’il s’agisse en droit de catégoriser les douleurs subies à indemniser ou de réglementer les protocoles de recherche sur des sujets humains ou animaux, les échelles de douleur et leurs liens avec des échelles de valeur sont au cœur du débat social. Depuis plusieurs décennies, les sciences humaines et sociales se sont également intéressées au phénomène douloureux, à ses variations, à sa plasticité, ainsi qu’à ses contextualisations sociales et culturelles. Or l’étude de la variation suppose la création d’un cadre, d’outils et de méthodes particulières.

Cette émulation de la recherche qui fait se rencontrer sciences sociales et sciences médicales, chercheurs et professionnels de la santé, rend particulièrement utile et pertinente une réflexion qui prend pour objet spécifique les catégories et les outils permettant d’étudier le phénomène douloureux :

Quels éléments du phénomène douloureux peuvent être transmis, partagés et classifiés ? Quelles raisons motivent la création de classifications des douleurs ? Comment ces catégories ainsi créées influencent-elles notre perception du phénomène ? Comment décrire et rendre intelligibles les normes de comportement ou de représentation de la douleur et leurs variations ?

Pour étudier ces différentes questions, nous avons retenu quatre axes de recherche dans lesquels peuvent s’intégrer les futures communications. Les pistes envisagées ne sont cependant pas exhaustives, et toute proposition offrant un point de vue éclairant sur ces objets est bienvenue.

Axes d’étude 

Axe 1 : Biologie et médecine
Les communications pourront traiter de l’estimation de la nociception et de douleur en contexte médical ainsi que les avantages et limites des différents systèmes d’estimation. Elles pourront s’intéresser aux outils utilisés en recherche ou en clinique chez l’humain comme chez l’animal. Les possibilités ou difficultés posées par l’étude des modèles animaux pour étudier les mécanismes à l’œuvre chez l’humain pourront également être abordées.

Axe 2 : Sémiologie
Une approche sémiologique de la douleur pourra être développée. La douleur est fréquemment considérée comme un indicible, intraduisible : comment alors penser l’expression par le langage d’une sensation profondément subjective et que les mots ne sauraient traduire ? Les échelles de douleur et méthodes d’estimation questionnent la douleur et ses signes, expressions et manifestations.

Axe 3 : Douleurs et sociétés
Les catégorisations des douleurs varient selon les contextes sociaux, politiques et religieux. L’estimation de la douleur permet de fixer des compensations (dans le domaine judiciaire) et les bornes de la douleur acceptable (dans le domaine de l’éthique). Les communications pourront également s’intéresser aux bouleversements introduits par des événements violents (guerres par exemple) ou aux grilles d’interprétation religieuses qui peuvent dessiner de nouvelles catégories d’intensité et donner des sens différenciés aux événements douloureux.

Axe 4 : Arts et représentation
Les communications pourront porter sur des corpus artistiques, ou rendre compte de recherches en arts et littérature consacrées à des corpus médicaux dans la continuité des recherches sur la représentation de la douleur dans les modernités. Sont aussi vivement encouragées les interventions portant sur des productions et propositions artistiques contemporaines, qui interrogent les normes de représentation de la douleur.

Soumission des propositions :
Chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et professionnels concernés par le thème d’étude sont invités à soumettre leurs propositions de contribution (300 mots maximum, accompagnés d’une courte notice bio-bibliographique) jusqu’au 1er août 2021 inclus à l’adresse projet.desdemone@gmail.com.

Les communications peuvent être faites en français ou en anglais. 

Les propositions seront relues par les membres du projet, avec le soutien scientifique de :

Julie Henry, MCF en philosophie à l’ENS Lyon (Triangle UMR 5206)

Lucie Bidouze, médecin généraliste au centre hospitalier Gérard Marchant (Toulouse)

 

Bibliographie indicative

Raphaële Andrault, Ariane Bayle, exposition : « Le médecin face à la douleur, 16e-18e siècles », Lyon, 2019 et 2021.

Raphaële Andrault, Ariane Bayle, « Le médecin de l’Époque moderne face à la douleur »,  Pour la science n°508, février 2020, p. 74-79.

Isabelle Baszanger, Douleur et médecine, la fin d’un oubli, Paris, Seuil, 1995.

Florence Chantoury-Lacombe, Peindre les maux : arts visuels et pathologie, XIVe-XVIIe siècle, Paris, Hermann, 2010.

Nicolas Danziger, Vivre sans la douleur ?, Paris, Odile Jacob, 2010.

Bernard Durand, Jean Poirier et Jean-Pierre Royer (dir.), La douleur et le droit, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

Marilina Gianico et Michel Faure (dir.), Raconter la douleur : La souffrance en Europe (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Garnier, 2018.

David Le Breton, Anthropologie de la douleur, Paris, Éditions Métailié, 1995.

René Leriche, Chirurgie de la douleur, Paris, Masson et cie, 1937.

Geneviève Lévy (dir.), La Douleur. « Au-delà des maux », Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1992.

Claire Marin et Nathalie Zaccaï-Reyners (dir.), Souffrance et douleur. Autour de Paul Ricoeur, Paris, PUF, 2013.

Javier Moscoso, Histoire de la douleur. XVIe-XXe siècle, Frédérique Langue (trad.), Paris, Les Prairies ordinaires, 2015.

Christophe Perruchoud, Manuel pratique d’algologie. Prise en charge de la douleur chronique, Paris, Elsevier Masson, 2017.

Roselyne Rey, Histoire de la douleur, Paris, La Découverte, 2011.

Elaine Scarry, The body in pain: the making and unmaking of the world, Oxford, Oxford University Press, 2004.

Lisa Silverman. Tortured Subjects: Pain, Truth, and the Body in Early Modern France, Chicago, University of Chicago Press. 2001.

Guy Simonnet, Bernard Laurent, David Le Breton, L’Homme douloureux, Paris, Odile Jacob, 2018.

Informations sur le blog Hypothèses de DESDEMONE https://desdemone.hypotheses.org/appel-a-communication
 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Congrès] XXIIIèmes Rencontres Dîwân, Aix-en-Provence, 1-3 juillet 2021

Le bureau Dîwân 2021 a le plaisir de vous communiquer le programme des XXIIIe rencontres qui, pour rappel, se tiendra du jeudi au samedi 1-3 juillet prochains à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) de l’université d’Aix-en-Provence. Nous nous réjouissons de pouvoir nous réunir physiquement.

Programme : ProgrammeDiwan2021

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloque] 4e Congrès GIS MOMM, Aix-en-Provence et en ligne, 28/06-2/07/2021

Le 4ème Congrès des études sur le Moyen-Orient et mondes musulmans, accueilli par Aix-Marseille Université, se tiendra à distance du 28 au 2 juillet 2021.

Le programme des ateliers est disponible sur le site du congrès : https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/ avec les résumés en français et en anglais et le riche programme général du congrès. Le Congrès est gratuit mais l’inscription est indispensable pour pouvoir accéder aux sessions en ligne (zoom). Vous pouvez dès aujourd’hui vous inscrire à l’adresse suivante : https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/registration, rubrique « inscription ».

Pour celles et ceux qui disposent déjà d’un compte sur HAL, les identifiants et mots de passe sont les mêmes que ceux de HAL. Les autres doivent se créer un identifiant et un mot de passe. Le formulaire d’inscription est pré-rempli avec le nom et le prénom, il vous suffit de compléter le laboratoire et l’établissement d’appartenance.

A cette occasion, l’association Dîwân participera aux 4 forums de discussion d’échange d’expériences « fils rouges ».

Programme en ligne

Pour s’inscrire : https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/registration

 

We are pleased to announce that the Fourth Congress of Middle East and Muslim Studies, hosted by Aix-Marseille University, will be held remotely from July 28 to 2, 2021.

The panel program is available on the congress website: https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/ with the abstracts in French and English and the rich general program of the congress.

The Congress is free but registration is required to access the online sessions (zoom).

You can register now at the following address: https://4e-congres-gis.sciencesconf.org/registration, under « registration ».

For those who already have an account on HAL, the identifiers and passwords are the same as those of HAL.

The others must create a login and a password.

The registration form is pre-filled with the name and the first name, you just have to fill in the laboratory and the establishment of belonging.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Comptes rendus] Séminaire des médiévistes , séance du 29 avril 2021, “Recherches doctorales au CIHAM “

La 7e et dernière séance du séminaire des médiévistes a été consacrée à la recherche doctorale au CIHAM.

Elle a commencé par la communication de Cécile Noridal, enseignante dans le secondaire et doctorante du CIHAM, en 4e année de thèse, sous la direction de Marylène Possamaï-Pérez (Lyon 2). Elle nous a proposé un aperçu des recherches de sa thèse, intitulée « Transgressions, transformations et métamorphoses dans le cycle de Huon de Bordeaux ».

Cécile Noridal a d’abord présenté le cycle de Huon de Bordeaux, une chanson de geste tardive, écrite autour de 1260. Huon de Bordeaux, qui a oublié de se rendre à l’assemblée pour rendre hommage à l’empereur Charles et qui a tué son fils dans un duel dans les règles, est envoyé par Charles en Orient pour y accomplir plusieurs quêtes épiques qui vont évoluer en voyage au-delà des frontières du monde connu.

Cécile Noridal a engagé une réflexion autour de la notion de transgression, au sein de cette chanson de geste, qui exprime l’évolution de ce genre dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

La transgression est d’abord diégétique : contrairement à l’usage répandu de la narration des chansons de geste, ce ne sont pas les vassaux qui remettent en cause l’autorité du roi mais c’est l’empereur Charles qui transgresse lui-même cet ordre en abusant de son pouvoir. C’est l’excès de colère de Charles qui déclenche l’aventure : le héros privé de son héritage doit retrouver ce qui lui a injustement été enlevé en entamant une série de quêtes démesurées.

De cette rupture du contrat vassalique par le roi, l’image de la personne du roi (mais non le rôle du roi) en sort ternie, a indiqué Cécile Noridal en soulignant que le cycle s’achève par Aubéron, le roi de Faeris, expliquant à Charles pourquoi le hanap magique, qui se remplit lorsqu’il est tenu par une personne vertueuse, se vide lorsque c’est Charles qui le tient : c’est parce que Charles a contrevenu à son rôle de roi. Sa désobéissance au code chevaleresque a nécessité l’intervention merveilleuse du roi de Faeris.

La transgression est ensuite thématique : le merveilleux se mêle à l’épique. Cécile Noridal a rappelé les trois domaines du merveilleux relevés par Jacques Le Goff (Jacques Le Goff, L’Imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985) : le mirabilis qui tire ses origines des temps préchrétiens, le magicus qui est l’être surnaturel et maléfique lié au diable, et le miraculosus qui est le domaine du merveilleux chrétien, lié à Dieu.

Alors que le merveilleux chrétien (miraculosus) domine d’habitude dans la chanson de geste, dans Huon de Bordeaux, le mirabilis est prédominant. La première partie, qui se passe dans l’empire carolingien, met le surnaturel chrétien au premier plan (sermons sur les reliques, ordalie, songes prémonitoires et émissaires évangéliques envoyés à Charles). Cependant, dans la suite du récit, lors du voyage au-delà des frontières de l’empire carolingien, le miraculosus cède le pas au magicus (affrontement du géant l’Orgueilleux, fils de Belzébuth), mais surtout au merveilleux préchrétien (mirabilis) grâce au personnage du roi fée Aubéron. Néanmoins, contrairement au conte merveilleux où le mirabilis est omniprésent au-delà des frontières carolingiennes, l’auteur du cycle de Huon de Bordeaux introduit seulement l’univers merveilleux sans y plonger entièrement : il se distingue alors en intégrant dans le roman, le merveilleux féérique de manière raisonnée.

Néanmoins, Cécile Noridal a démontré que l’auteur transgresse ses propres règles en brouillant le merveilleux chrétien et féérique : à la fin du récit le personnage d’Aubéron, venu dans l’empire de Charles, est christianisé car dans ce royaume chrétien sa magie ne peut provenir que de Dieu.

Cécile Noridal a poursuivi son analyse avec une troisième transgression, celle de la figure du héros épique. Huon est loin du héros épique classique, il est humanisé, faillible. Le héros épique participe à une aventure collective, ses qualités sont démesurées et il n’est défini que par son discours et ses actions, qu’il a préalablement annoncées. Huon, lui, est accompagné de chevaliers et aidés par Aubéron, mais une partie de son aventure se fait séparé de son groupe ; il sort vainqueur de ses combats seulement grâce à l’aide de ses compagnons ou de la magie ; son discours n’annonce pas seulement ses actions futures, mas il sert aussi à exprimer ses émotions.

L’auteur transgresse les règles de la chanson de geste et les fait évoluer en individualisant le héros.

Cécile Noridal a conclu sa communication en insistant sur la valeur des transgressions de Huon de Bordeaux : elles inscrivent le texte en décalage par rapport au canon traditionnel de l’épopée, grâce à l’influence du roman et du conte merveilleux. La société carolingienne n’est alors plus idéalisée, le héros est humanisé ; il est un héros en devenir et le merveilleux devient indispensable à la réussite de sa mission, tout en apportant originalité et esthétisme à l’œuvre qui expriment la touche de l’écrivain, au-delà de l’œuvre orale collective.

S’en est suivi une discussion où Cécile Noridal a rappelé l’actualité de la recherche littéraire : on ne sait pas si les auteurs médiévaux s’interrogeaient sur l’évolution du genre de la chanson de geste et du roman, mais la recherche actuelle rend compte que les frontières entre les genres et entre les trois grandes thématiques littéraires (matière de France, de Bretagne, Antique) ne sont pas hermétiques, qu’il y a des transfuges et des inspirations d’une matière à l’autre. Comme l’a montré Cécile Noridal, la chanson de Huon de Bordeaux s’inspire des autres genres et évolue en tant que genre en s’éloignant, notamment, de son ancrage historique traditionnel pour aller vers un divertissement plaisant.

 

Compte rendu rédigé par Eve Defaÿsse.

 

 

Ensuite, dans sa communication intitulée « La dépense publique, un moteur du changement ? Fiscalité, institutions et société dans la commune de Bologne de la fin du XIIIe siècle à la fin du XIVe siècle », Marco Conti a présenté une partie de son travail pour lequel lui a été tout récemment décerné le titre de docteur, à l’issue d’une soutenance le 11 janvier 2021. Sa thèse (« Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) »), sous la direction du professeur Jean-Louis Gaulin (Université Lumière Lyon 2) visait en effet à dresser un état de la fiscalité à Bologne, de la fin du XIIIe à la moitié du XIVe siècle, en étudiant plusieurs séquences politiques. La matière était abondante (plus de 200 registres à l’Archivio di Stato di Bologna) et plaidait pour une étude à la fois fine et totale.

Dans son enquête, la question de la dépense publique s’avère centrale. A la question initiale (« la dépense publique est-elle un moteur du changement ? »), Marco Conti répond par l’affirmative. Dans le sillage des travaux de Paolo Cammarosano et de Patrizia Mainoni, on sait désormais que c’est la dépense publique qui permet aux villes de trouver de nouvelles sources de financement. Les dépenses militaires s’alourdissent à mesure de la concurrence entre cités italiennes.

Marco Conti a ensuite présenté les différentes phrases chronologiques qui constituent le fil rouge de sa thèse, au miroir des finances et de la fiscalité. Là encore, la dépense publique est un aiguillon à l’action politique. Adaptation, équilibre des forces politiques, recherche de nouveaux financements en sont les maîtres mots.

La première période, centrée sur l’année 1288, est bien connue par les sources, notamment statutaires. Bologne, cité influente, ne serait-ce que par l’aura de son Studium, est dirigée par le Popolo et le Conseil des Anciens joue un rôle important. Plus de 70 % des dépenses sont constituées par les dépenses militaires et l’approvisionnement de la ville en blé. Ces dépenses sont financées par un grand nombre d’impôts indirects et par quelques impôts directs occasionnels.

L’équilibre se rompt avec le conflit (1296-1297) qui oppose Bologne au seigneur de Ferrare, Azzo d’Este. La guerre provoque de profondes mutations institutionnelles. On voit apparaître des commissaires dont certains ont en charge la question financière. En un semestre seulement de l’année 1296, la commune de Bologne dépense 30% de plus que lors d’un même exercice en 1288 ! C’est dire si l’adage selon lequel « l’argent est le nerf de la guerre » prend tout son sens ici.

Le début du XIVe siècle constitue la troisième période, marquée par la « crypto seigneurie » pourrait-on dire de Romeo Pepoli qui réussit à partir de 1310 à bâtir une véritable seigneurie personnelle, contrôlant directement ou indirectement les instances de la Commune. Des commissions ad hoc sont pérennisées, à l’instar des Difensori dell’avere. La question annonaire et le financement de la guerre continuent de guider les dépenses.

Avec le bannissement de Romeo Pepoli en 1321 s’ouvre une nouvelle période. De 1320 à 1334, le célèbre Bertrand du Pouget, légat du pape, contrôle directement la ville. La question financière est au cœur de la praxis administrative. Bertrand du Pouget réforme en profondeur les institutions citadines. Si le Conseil des Anciens, émanation du pouvoir du Popolo reste en place, il n’en est pas moins dépossédé de ses fonctions fiscales.

Puis, en 1334-1337, les institutions communales sont restaurées via la pars schacchese, avec comme chef de file Taddeo Pepoli, le propre fils de Romeo. La nouvelle administration s’accompagne d’une amélioration des conditions d’archivages (et l’on sait, a posteriori, toute la manne documentaire que cela peut apporter au chercheur). L’argent public est contrôlé par Taddeo Pepoli en ce que seuls ou presque ses propres ordres de paiement guident la dépense. Certes, les dépenses militaires diminuent au cours de la période, mais c’est le reflet d’une baisse significative des conflits. En conclusion pour cette période, Marco Conti parle d’une « ligne budgétaire clairement seigneuriale ».

La dernière séquence retenue est celle de la seigneurie des Visconti (1350-1360). Les Visconti, qui ont acheté la seigneurie, font largement appel à des officiers forains qui leur sont liés. Pour autant, le Conseil des Anciens joue un rôle étroit en tant qu’intermédiaire entre la société bolonaise et les Visconti. Le régime des Visconti se caractérise par des dépenses militaires accrues (le niveau des dépenses militaires remonte à 50 % environ du budget de la ville) et surtout par un « volume d’endettement plus audacieux ».

A l’heure du bilan comparatif, Marco Conti insiste sur l’habileté et la puissance des Visconti. Ceux-ci replacent l’élite du Popolo dans le jeu politique. Ils font ainsi participer l’élite des prêteurs, changeurs en les impliquant dans le fonctionnement et la décision de la dépense publique, tout en maintenant un jeu complexe d’équilibre politique. Les Visconti trouvent dans l’élite du Popolo un allié de circonstance. En cela, ils rompent avec l’expérience Bertrand du Pouget : pendant la domination du légat, si l’élite est toujours au cœur de la commune, la décision de la finance publique ne lui appartient plus. Et lors de l’hégémonie de Romeo Pepoli, l’élite est réduite à une seule personne et à son clan en quelque sorte.

Après cette présentation, Marco Conti a répondu à de nombreuses questions qui n’ont pas manqué d’alimenter la discussion (évasion fiscale, question territoriale). En tentant une pesée d’ensemble, il appert que Bologne, malgré ses expériences politiques variées, connaît un « statu quo territorial sur un siècle » : nulle augmentation des recettes possible ou presque. Derrière ce tableau fort complet de toutes ces séquences politiques guidées par la dépense publique et au miroir de son impressionnant corpus de sources, Marco Conti dégage une certaine ambivalence. Il s’agit là de l’alliance entre innovation et tradition dans le champ politique et documentaire.

 

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

 

Troisième communication :

Julien Rebière, “Les monnaies de bronze (fals/fulûs) dans le califat omeyyade (661-750) “

Compte rendu à suivre

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] Séminaire des doctorants du CIHAM, Co-modal (Lyon-3 et visioconférence), 19 mai 2021

Le séminaire aura lieu en salle Caillemer (Lyon-3, campus des quais), le mercredi 19 mai 2021 de 14h à 17h.

Pour recevoir le lien de connexion ou pour assister en présentiel, une inscription préalable est nécessaire en écrivant à l’adresse suivante: enki.baptiste1@univ-lyon2.fr.

Programme

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Diffusion de la recherche] nouveau carnet Hypothèses sur l’ibadisme médiéval et contemporain

Le nouveau carnet de recherche Islams ibadites. L’ibadisme dans les sociétés de l’islam médiéval et contemporain se veut être le digne successeur du carnet Maghribadite administré depuis 2012 par Cyrille Aillet et qui sera clôturé dans les semaines à venir. En élargissant la focale et en englobant aussi bien l’histoire des sociétés ibadites médiévales que contemporaines, orientales et maghrébines, le nouveau carnet espère devenir la plateforme francophone de veille scientifique sur l’ibadisme.

Les intéressés y trouveront également un annuaire (en cours de construction) des principaux chercheurs, des informations sur les lieux de la recherche et des bibliographies (en cours de construction.

L’équipe de rédaction se compose des membres suivants:

  • Cyrille AILLET, professeur des Universités à l’Université Lumière Lyon-2 et membre du laboratoire CIHAM-UMR 5648
  • Salah BAHMANI, doctorant en histoire médiévale à l’EPHE et membre du laboratoire PROCLAC UMR 7192.
  • Enki BAPTISTE (rédacteur en chef), doctorant en histoire médiévale à l’Université Lumière Lyon-2, membre du laboratoire CIHAM-UMR 5648, et associé au CEFREPA USR 3141.
  • Augustin JOMIER, maître de conférence à l’INALCO, membre du laboratoire CERMOM.
  • Soufien MESTAOUI, principal membre de l’association Ibadica.

L’équipe de rédaction est joignable à l’adresse suivante: islamsibadites@gmail.com.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Compte rendu] Séminaire des médiévistes , séance du 8 avril 2021, Riccardo Rao, “Productions locales et commercialisation dans l’Italie du bas Moyen Âge”

Pour cette sixième et avant-dernière séance de la saison 2020/2021 du séminaire des médiévistes, Riccardo Rao, professeur à l’université de Bergame et chercheur associé au CIHAM est venu présenter une partie de ses recherches les plus récentes.

La séance s’est ouverte sur un hommage à Pierre Guichard, grand spécialiste d’al-Andalus et du Maghreb, ancien directeur du CIHAM de 1994 à 2003, décédé le 6 avril dernier.

Ensuite, Jean-Louis Gaulin, l’animateur de la séance, a présenté le conférencier du jour au miroir d’une sélection de publications emblématiques. L’enquête menée sur les lieux du pouvoir urbain est novatrice en ce qu’elle décentre notamment le regard sur les marges de l’Italie communale, de la Provence au Frioul en passant par les territoires insulaires de Corse et de Sardaigne[1]. Elle témoigne avec force de la dimension collective qui anime les travaux de Riccardo Rao, tant du point de vue des thèmes étudiés que du point de vue de la méthode de recherche. La question de la comunia, terme préféré à la notion plus restrictive de beni communi, structure largement les recherches actuelles de Riccardo Rao et est éclairée par une approche d’histoire économique et sociale[2]. Jean-Louis Gaulin a ensuite mis en lumière un autre versant de recherches : la transformation des paysages. Avec la synthèse parue en 2015, I paesaggi dell’Italia[3], Riccardo Rao chemine à travers l’Italie médiévale et brosse le portrait tout en nuances de bourgs neufs et de villages abandonnés, par le biais de la notion de paysage définie de façon originale au pluriel. Quatre grands types se dégagent : les paysages ruraux, les paysages agraires, les formes de l’habitat et les paysages urbains.

Un dernier grand axe de recherches portant sur les biens, leur statut et la question lancinante de la globalisation s’inscrit en écho avec plusieurs travaux menés au CIHAM et en particulier à un programme en cours sur les marchés et les marchands. C’est de cette dynamique de recherches que la présente conférence a rendu compte, avec une deuxième partie centrée sur l’analyse précise d’un corpus de sources.

 

Riccardo Rao a rappelé que sa communication s’inscrivait dans un programme de recherches en cours qu’il co-pilotait, intitulé « Loc-Glob. The local connectivity in an age of global intensification : infrastructural networks, production and trading areas in late-medieval Italy (1280-1500) » et financé par le ministère italien de la recherche.

La présentation historiographique liminaire a montré in fine la nécessité de ne pas opposer les échelles locale et internationale, de ne pas opposer villes et campagnes. Les productions internationales médiévales ne sont pas tournées uniquement vers le luxe et une clientèle élitaire, loin s’en faut. Au contraire, elles peuvent atteindre des catégories de population bien variées, en particulier les populations rurales et les populations plus pauvres.

Après ce panorama très riche, Riccardo Rao a présenté les enjeux et les avancées du programme « Loc-Glob ». L’objectif premier est de mieux saisir le réseau de productions locales dans l’Italie tardo-médiévale et de retracer les échanges internes à l’économie régionale. En somme, « comment les productions locales arrivent-elles dans le commerce international ? ». Cette question est d’une acuité toute particulière si l’on songe à la production de fer dans les Alpes qui se retrouve sur le marché en Allemagne ou à Venise par exemple. Ce faisant, un pan important de l’analyse est consacré aux marchandises (typologies, valeurs). Il convient d’étudier la variation qualitative de la consommation, de la demande, le rôle des péages comme outil de contrôle de la circulation des produits.

Pour conduire cette recherche pluridimensionnelle, plusieurs types de sources sont convoqués : les sources douanières et tarifaires (dans la lignée notamment des travaux de Gian Maria Varanini ou encore de Patrizia Mainoni), les cartulaires des notaires, les inventaires de biens et les sources archéologiques, encore peu exploitées et surtout étudiées pour le Haut Moyen Âge en Italie.

Le cas lombard a ensuite été pris en exemple, avec deux terrains d’étude, deux observatoires complémentaires, la plaine avec Pavie et la montagne avec la Valteline (Valtellina), vallée de l’Adda jusqu’à son embouchure au lac de Côme. Du côté de la cité de Pavie, bien documentée notamment par les cartulaires des notaires, les opérateurs, largement originaires de la ville, contrôlent étroitement les marchés locaux. C’est le portrait d’une cité qui maîtrise les relations économiques et commerciales avec le contado. Le XIVe siècle voit d’ailleurs le développement d’un fort endettement des paysans à l’égard des gros marchands de Pavie. Du côté maintenant de la Valteline, le paysage est d’une autre nature. Point de ville à proprement parler, mais un chapelet de localités très vivantes depuis Sondrio, gagnées par de nombreux itinéraires secondaires guidant les mobilités marchandes. Politiquement, la Valteline dépend de la ville voisine de Côme qui tombe dans l’escarcelle des Visconti au XIVe siècle. Economiquement, la montagne est ici ferrugineuse. Les fruits de l’alpage, comme les fromages mais aussi l’élevage sont autant de débouchés concourant au dynamisme de la vallée. L’Adda sert au flottage du bois qui est ainsi exporté vers les lacs et Milan. En somme, les bourgs sont de véritables carrefours recevant les richesses des montagnes voisines et du fond de la vallée pour les rediriger vers l’extérieur. Plusieurs « opérateurs économiques » résident dans ces localités centrales. Des marchands viennent cependant de Côme et, traitant avec de petits producteurs selon un fonctionnement qualifiable de troc, sont au cœur de ce système qui repose sur des opérateurs venus d’espaces extérieurs à la vallée : Côme, mais également Bergame, voire d’autres vallées alpines.

Le deuxième grand temps de la conférence de Riccardo Rao a été consacré à l’analyse du corpus de sources tarifaires notamment. La variabilité des péages, les habitudes de consommation, les circuits d’échanges, les valeurs et types de productions locales à l’heure du comparatisme sont autant d’informations qui ressortent d’une analyse serrée de ce type de documentation qui participe d’une approche dynamique et connectée de ces espaces. La laine d’Allemagne semble plus recherchée que la laine locale (de Brescia et de Vérone notamment). Les panni bergamasques produits dans les vallées sont d’un coût bien moindre que les draps florentins.

 

Au total, cette étude complète a suscité toute une série de questions, en lien avec l’analyse réticulaire qui est au cœur de la démarche de Riccardo Rao. En effet, le projet « Loc-Glob » s’appuie sur la mise au point d’un puissant SIG. Une cartographie dynamique, localisant les données tarifaires, l’origine et la circulation des marchandises permet de visualiser l’ensemble de manière saisissante. Si tant est que le travail soit encore à l’état du work in progress, les premières données sont déjà fort éclairantes, ce qui n’a pas manqué d’être relevé dans la discussion. Qui plus est, le versant cartographique, en ligne, est en accès libre[4], ce qui constitue une très belle vitrine pour un programme résolument multiscalaire.

 

[1] Simone Balossino et Riccardo Rao (a cura di), Ai margini del mondo comunale. Sedi del potere collettivo e palazzi pubblici dalle Alpi al Mediterraneo / Aux marges du monde communal. Lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée, Florence, Insegna del Giglio, 2020, version en open access disponible à cette adresse : https://www.insegnadelgiglio.it/prodotto/ai-margini-del-mondo-comunale/

[2] Riccardo Rao, Comunia. Le risorse collettive nel Piemonte comunale (secoli XII-XIII), Milan, LED, 2008 ; Id., I beni del comune di Vercelli. Dalla rivendicazione all’alienazione (1183-1254), Verceil, Società storica vercellese/Università del Piemonte orientale, 2005.

[3] Id., I paesaggi dell’Italia medievale, Rome, Carocci editore, 2015

[4] www.actus.it/loc-glob/

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Journée d’études, Vérité et mensonge(s) : perspectives de recherches dans la péninsule ibérique et ses territoires (XIVe-XVIIe siècles), 6 mai 2021, 9h30-18h

Organisation

Laura Baldacchino, Adrian Guyot et Fiona Karcz

Informations pratiques

Journée d’études en visioconférence

Lien communiqué après pré-inscription à l’adresse suivante : jeverdadymentiras@gmail.com

Programme

 

Source : Laura Baldacchino

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] 3ème journée d’étude des doctorants du CIHAM-UMR 5648, Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?, 28-29 octobre 2021 (lim. 21 mai 2021)

Le Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?

Dans son acception la plus courante, le stéréotype est défini comme « une idée, une opinion toute faite, acceptée sans réflexion et répétée sans avoir été soumise à un examen critique, par une personne ou un groupe, et qui détermine, à un degré plus ou moins élevé, ses manières de penser, de sentir et d’agir » [Trésor informatisé de la langue française]. Malgré son apparente simplicité, cette définition véhicule de nombreuses ambivalences et nuances au sujet de la notion de stéréotype. En effet, si celui-ci peut être propre à chaque individu, l’énonciation d’un stéréotype permet en général de se faire une idée des représentations collectives figées qui circulent dans un groupe. Le stéréotype, en tant qu’idée reçue sur un groupe qui représente l’altérité, participe de la projection de soi autant que de la représentation de l’autre. En définitive, étudier les stéréotypes d’une société permet de se rendre compte des processus évolutifs de construction des identités collectives. Le stéréotype procède par simplification et généralisation pour définir l’Autre, et constitue une véritable source de connaissance pour comprendre le rapport des sociétés à leur passé et leurs contemporains.

Communément, on pense le stéréotype comme une idée figée, ayant traversé le temps sans évolution : le barbare comme une brute poilue, le chevalier courtois ou le vieillard lubrique. Ces journées ont pour objectif au contraire de questionner sur le temps long les processus de fixation de ces représentations, mais aussi leur évolution, leurs reconstructions et les reformulations au gré des contingences politiques, sociales, religieuses par exemple. Nous nous proposons d’étudier à la fois les représentations que les médiévaux forgèrent d’eux-mêmes et de ceux qui les avaient précédées et celles que l’époque moderne et contemporaine construisit et ne cesse de reconstruire sur la période. Cette approche nécessite de croiser des sources iconographiques et textuelles médiévales et des documents plus hybrides de notre temps (séries, réseaux sociaux, jeux vidéo), véritables conservatoires de nos perceptions du Moyen Âge. Partant, le médiévalisme apparaît comme la porte d’entrée pour une étude des représentations stéréotypées du Moyen Âge. Depuis une décennie, les études sur le sujet ne cessent de se développer et montrent tout l’intérêt qu’il y a pour le médiéviste à se pencher sur ces œuvres de la pop-culture dont l’univers est éminemment médiévaliste (Le Seigneur des Anneaux, Game of Thrones). Ces usages publics de l’histoire médiévale ne sont toutefois pas un phénomène récent et invitent à s’interroger sur l’arrière-plan politique et culturel de ces phénomènes de réappropriation du Moyen Âge, ou du moins d’un certain Moyen Âge.

Les communications pourront s’organiser autour de deux pistes principales :

Les stéréotypes à l’époque médiévale :

Les communications se pencheront ici sur la conscience que les sociétés médiévales avaient d’elles-mêmes et de leur passé. Si la rupture entre Antiquité tardive et Moyen Âge doit être interrogée, on remarque toutefois dans les sources littéraires l’émergence d’un positionnement des médiévaux par rapport à l’Antiquité, qui passe par la production de traductions et de commentaires des autorités antiques. Les grands centres littéraires comme l’école d’Orléans en France (xiie siècle) ou l’atelier alphonsin en Espagne (xiiie siècle) commentent et traduisent des auteurs tels qu’Ovide, Tite-Live, Sénèque, fixent les autorités et transmettent une interprétation de ces textes, comme le fait le cliché avec l’image. Il faut faire face aux realia antiques qui peuvent entrer en conflit avec la cosmovision médiévale. La confrontation avec l’Autre, qui est éloigné dans le temps et qui représente une culture lointaine, permet de fixer non seulement une image de l’Antiquité mais aussi de fixer l’image du Moyen Âge.

Partant, dans les sociétés médiévales, pour être partagés, ces stéréotypes sont bien souvent produits par les groupes sociaux dominants, ou le fruit des représentations dominantes dans la société. Ces stéréotypes sont ainsi forgés par le jeu des institutions, de l’Église, du droit, et plus largement par la vie sociale. On s’intéressera par exemple à la construction de la catégorie juridique de l’hérétique et aux qualificatifs qui sont accolés aux populations ainsi accusées. Par suite, l’enjeu est aussi de déterminer leur imprégnation dans l’ensemble de la société, voire, au-delà, l’existence de stéréotypes propres aux groupes dominés. Dans des périodes de tensions, on pourra s’interroger sur la résurgence de représentations et discours stéréotypés et leurs effets délétères, de la marginalisation aux pogroms. Montrer des représentations communes par l’étude des clichés et stéréotypes permet d’étudier en creux la construction des normes mais aussi, dans une certaine mesure, des rapports sociaux, de formation d’identités partagées et des jeux de pouvoir. Sans réduire les sociétés à leurs clichés et stéréotypes partagés, il est possible d’en mesurer la diffusion, la nature, leur rôle et leur importance, ainsi que leurs effets sur les discours, les identités et les comportements.

À plus large échelle, les sources composées par les voyageurs du Moyen Âge véhiculent une vision du monde que l’on peut appréhender à travers les récits miraculeux ou les mappemondes. Marchant dans les pas de Ptolémée, les géographes arabes, par exemple, se sont réappropriés la théorie des climats pour décomposer le monde et penser la diversité de ses populations.

Le Moyen Âge après le Moyen Âge :

Les communications de ce deuxième axe se pencheront sur les représentations du Moyen Âge depuis l’époque moderne et leurs évolutions. Souvent caricaturé comme une période violente et sale, ce Moyen Âge prend corps dans les séries, sur les réseaux sociaux mais aussi dans la perception que forgèrent les modernes à partir du xvie siècle.

Que ce soit par la peinture, la redécouverte et la réédition de textes ou la production d’un discours savant sur le Moyen Âge, la période moderne constitue un véritable filtre déformant dans l’évolution des stéréotypes sur l’époque médiévale. On s’intéressera par exemple à la constitution d’une mythologie du barbare et à l’ambiguïté des stéréotypes sur la figure de la brute au haut Moyen Âge. Entre réappropriation de la trajectoire de ces populations germaniques par les penseurs de l’État au xviiie et au xixe siècle et la formation de l’image négative du barbare comme l’incarnation d’une violence qui serait l’apanage du haut Moyen Âge, les communications pourront s’interroger sur ces tensions et l’évolution des paradigmes.

Enfin, le Moyen Âge est désormais largement réinvesti par la pop-culture. Le nouveau champ d’étude du médiévalisme s’attarde sur les modalités de mise en scène de l’histoire médiévale et sur les reconstructions de ce passé. Jusqu’à maintenant essentiellement cantonnées à l’analyse de séries médiévalistes sur le Moyen Âge chrétien occidental, les recherches débordent désormais le cadre européen et commencent à s’intéresser aux représentations du Moyen Âge dans les mondes musulmans ou en Europe du nord. Le passé viking ou les premiers temps de l’islam sont au cœur de discours de nature variée (apologétiques, polémiques, ludiques) et sont protéiformes (séries télévisées, jeux vidéo, vidéos de propagande). Le médiéviste est donc de plus en plus appelé à se positionner sur ces usages publics de l’histoire qui, in fine, traduisent la manière dont une société perçoit à un moment donné son passé.

Ces journées seront enfin l’occasion de réfléchir à la diffusion d’un discours autour le Moyen Âge sur les réseaux sociaux, que ce soient les plateformes de microblogging ou les commentaires sur les plateformes vidéo par exemple. À quels mots, à quelles idées sont associées les expressions ou termes « Moyen Âge », « médiéval », ou « moyenâgeux » ? Que vaut, dans le discours actuel, le stéréotype du Moyen Âge barbare et obscur ? Nous invitons ici les chercheurs à mener des études quantitatives, diachroniques ou synchroniques, via la textométrie ou la lexicométrie par exemple, mais aussi qualitative (memes, par exemple, ou podcasts).

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 21 mai 2021 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

Comité d’organisation : Laura Baldacchino, Enki Baptiste, Marco Conti, Amalia Desbrest, Matthias Gille Levenson, Simon Rozanès.

            Comité scientifique : Cyrille Aillet, Marie-Pascal Halary, Xavier Hélary, Francesco Montorsi.

Bibliographie indicative :

Besson, Florian, Boestad, Tobias, Fulconis, Maxime, Guéna, Pauline, Hasdenteufel, Simon, Kikuchi, Catherine, Actuel Moyen Âge. L’aventure continue, Paris : Arkhè, 2019.

Burde, Mark, « Entre médiéval et moyenâgeux… de la marge de manœuvre ? » in Élodie Burle-Errecade et Valérie Naudet (éd.), Fantasmagories du Moyen Âge : entre médiéval et moyen-âgeux, Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2014, p. 259‑61, en ligne : http://books.openedition.org/pup/2149.

Di Carpegna Falconieri, Tommaso, The Militant Middle Ages: Contemporary Politics between new Barbarians and Modern Crusaders, Leyde-Boston : Brill, 2020.

Dumézil, Bruno (dir.), Les Barbares, Paris : Presses Universitaires de France, 2016.

Edrom, Julien, et al. « Pour un usage du stéréotype en Histoire », Hypothèses, 21/1, 2018, p. 93-102, en ligne : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2018-1-page-93.htm.

Fossier, Arnaud, « Le Moyen Âge doit-il nous ressembler ? », La Vie des idées, décembre 2019, en ligne : https://laviedesidees.fr/Le-Moyen-Age-doit-il-nous-ressembler.html.

Gautier, Alban et Vissière, Laurent (éd.), Le Moyen Âge en séries, Médiévales, 78, 2020.

Geslot, Jean-Charles, « Stéréotypes et histoire culturelle », Hypothèses, 21/1, 2018, p. 163-176, en ligne : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2018-1-page-163.html.

Weller, Katrin, Bruns, Axel Burgess Jean, Mahrt Merja, et Puschmann Cornelius (éd.), Twitter and Society. Digital Formations 89. New York: Peter Lang, 2014, en ligne: https://eprints.qut.edu.au/66321/1/Twitter_and_Society_%282014%29.pdf.

Appel à communication PDF

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Compte rendu] Séminaire des médiévistes, séance du 11 février 2021, Sébastien Douchet, “La lecture des textes médiévaux au XVIIe siècle ou comment réévaluer un préjugé de l’histoire culturelle à partir d’archives négligées”

Pour cette deuxième séance du séminaire des médiévistes, Sébastien Douchet, maître de conférences HDR en langue et littérature du Moyen Âge à Aix-Marseille Université, est venu parler de ses recherches autour d’un dossier inédit qui a été la pierre de touche de son essai d’HDR, soutenue le 10 novembre 2018.

Sébastien Douchet est un spécialiste de la réception des textes médiévaux à l’âge classique, un thème qui, s’il a été mis en évidence par les travaux pionniers de Nathan Edelman (Attitudes of Seventeenth-Century France toward the Middle Ages, 1946), quoique portant essentiellement sur les sources imprimées, est corseté dans de sérieux « préjugés » pour reprendre la formule de l’auteur. La thèse de Marine Roussillon (Plaisir et Pouvoir. Usages des récits chevaleresques à l’âge classique, 2011) a constitué un jalon important de cette recherche mais elle minore selon lui l’importance de cette réception. « Le XVIe et le XVIIe siècles ont lu le Moyen Âge mais notre histoire littéraire en dissimule la réception » : tel est le constat dressé par Sébastien Douchet qui a proposé ensuite une démonstration saisissante.

A la façon d’une étude de cas, le propos de cette communication très riche s’est concentré sur la présentation d’un manuscrit exceptionnel, conservé à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras (ms. 405), contenant notamment le texte d’une chanson de geste, le roman de Beuve d’Hantone, et sur l’identification d’une famille de parlementaires aixois du Grand Siècle, les Gallaup de Chasteuil, à l’origine de cette compilation et de cette activité érudite intense qui témoigne de la lecture active au temps de Louis XIV des textes médiévaux, « vieux » si l’on reprend la terminologie moderne, c’est-à-dire au sens de textes « vivant encore dans les mémoires ».

La première partie de la communication, par l’étude codicologique et philologique, s’est attachée à montrer toute la dimension « composite » du manuscrit 405 de la bibliothèque Inguimbertine. C’est là pourtant une terra incognita dans l’historiographie qui se contente de prélever le texte de la chanson de geste (Beuve d’Hantone) et d’éditer cette version sans donner les indications codicologiques et surtout sans rendre compte du caractère résolument composite du recueil, avec ses autres textes insérés (La consolation de la philosophie de Boèce dans sa traduction attribuée à Jean de Meun spécialement), ses nombreux découpages de miniatures médiévales, ses collages de gravures du XVIIe siècle et la table des matières moderne. Et Sébastien Douchet de montrer toute la stratigraphie de la confection moderne de ce recueil à l’image des rinceaux médiévaux découpés et réutilisés en regard d’écritures et de gravures modernes.

La deuxième partie de la communication a été consacrée aux recherches sur l’identification du collectionneur érudit à l’origine de ce manuscrit composite. Sébastien Douchet a conté l’odyssée de l’enquête, véritable « travail de titan », de son aveu même. L’étude des ex-libris et de la devise Adversante fortuna (interprétée à nouveaux frais), couplée à d’autres analyses précises, a permis de se tourner vers une famille de parlementaires aixois du Grand Siècle, les Gallaup de Chasteuil et de reconstituer leur immense bibliothèque, issue pour partie des livres du cardinal de Granvelle, le fameux conseiller de Charles Quint. Pierre (1644-1727) et Hubert (1624-1679)– ce dernier étant l’acteur principal de la confection du manuscrit carpentrassien-, sont loin d’être des lecteurs passifs. Au contraire, Sébastien Douchet a montré que la réception de la culture et de la littérature médiévales se faisaient justement in vivo ; les frères Gallaup de Chasteuil annotant largement les textes compilés. Hubert a une véritable compétence linguistique ; le langage médiéval infuse largement sa réflexion érudite et ce sont là quasiment les origines de la philologie qui se dessinent derrière l’activité d’un lecteur éclairé de l’époque galante. Son activité n’est pas celle d’une réception conservatoire ; elle s’opère par une réécriture active des textes médiévaux, ce qui nuance le constat de Marine Roussillon dans ses travaux précités.

Mais « pourquoi lire des manuscrits médiévaux à l’âge classique » ? Cette question essentielle a permis à Sébastien Douchet de brosser le parcours chaotique d’Hubert Gallaup de Chasteuil et de comprendre que sa propre vie, ses propres objets de réflexion entraient en écho avec la matière qu’il compilait. Beuve d’Hantone et la littérature médiévale sont appréhendés par la lorgnette du juriste qui cherche à saisir les usages au Moyen Âge (en témoignent ses annotations terminologiques et sémantiques). La lecture exigeante des tensos vise à trouver la source de privilèges juridiques, l’expression poussée d’un contre-pouvoir institutionnel au monarque, à l’image du parlement de Provence où officie Hubert Gallaup de Chasteuil en tant qu’avocat général, avant de perdre sa charge.

In fine, le Moyen Âge permet une exploration et une expression de soi-même, et ce, au plus profond du Grand Siècle et de ses frondes. La consolation de la philosophie de Boèce, rédigée au VIe siècle alors qu’il est en prison, constitue, selon l’expression de Sébastien Douchet, « une mise en abyme de la propre situation » d’Hubert Gallaup de Chasteuil, au moment même où ce dernier est embastillé. Il n’est pas d’autre modernité médiévale que celle de la remémoration personnelle.

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts