Tous les articles par Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

Bourses pour participer à la XIIe conférence de la European Association for Urban History [date limite : 23/04]

La Société Française d’Histoire Urbaine propose à nouveau aux doctorants et jeunes docteurs trois bourses pour participer à la XVIème Conference de la European Association for Urban History, qui aura lieu à Rome du 29 août au 1er septembre 2018 sur le thème Urban renewal and resilience. Cities in comparative perspective.

Le montant de ces bourses est destiné à couvrir les droits d’inscription fixés à 260 euros. Ces bourses ne sont pas cumulables avec une aide accordée par une Ecole doctorale, une université, un département ou un laboratoire de recherche (UMR, EA …).

Les jeunes docteurs devront avoir soutenu leur thèse depuis moins de 3 ans.

Les candidats devront fournir une attestation d’acceptation de leur communication par le responsable de la session ou le comité d’organisation de la Conférence.

Les bénéficiaires s’engagent à adhérer à la SFHU en acquittant leur cotisation 2018.

Les demandes (lettre de candidature + CV + lettre d’acceptation) devront être envoyées à l’adresse du président denis.menjot@ish-lyon.cnrs.fr  d’ici au 23 avril 2018.

Une réponse sera adressée aux candidats au début du mois de mai.

(https://sfhu.hypotheses.org/3469)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature atelier doctoral:L’économie des villes méditerranéennes (Sienne, 25-29/06) [date limite de candidature:15/04]

Cet atelier de formation doctorale s’inscrit dans le prolongement direct de la Scuola di alti studi dottorali qui, de 2004 à 2016, a constitué un lieu de formation de pointe pour les jeunes chercheurs consacrant leurs recherches à l’étude de la culture locale. Promu par le Centro di Studi sulla civiltà comunale de la Deputazione di Storia Patria per la Toscana, l’école s’est signalée comme l’une des « écoles d’été » les plus qualifiées au niveau international : sur plus de 180 participants, plus de 40 provenaient d’universités non italiennes.

Depuis 2017, les Ateliers internationaux de formation doctorale sont organisés par le Centro di Studi sulla civiltà comunale de la Deputazione di Storia Patria per la Toscana en collaboration avec le doctorat en histoire (Dottorato di ricerca in Studi storici) des universités de Florence et de Sienne, l’École française de Rome et l’Université Paris-Sorbonne. Ils se déroulent à San Gimignano avec le soutien de l’administration municipale locale. Le Comité scientifique est composé d’Élisabeth Crouzet-Pavan (Université ParisSorbonne), Jean-Claude Maire Vigueur (Università di Roma Tre), Giuliano Pinto (Deputazione di Storia Patria per la Toscana), Pierre Savy (École française de Rome) et Andrea Zorzi (Università di Firenze).

L’objectif des ateliers est l’étude des sociétés urbaines du Moyen Âge, en mettant l’accent sur les systèmes politiques et les différentes manifestations de l’imaginaire urbain et en portant le regard sur toutes les villes du bassin méditerranéen – celles de l’Occident chrétien, celles de la zone d’influence byzantine et celles des régions sous domination islamique. Les ateliers offrent un environnement stimulant pour les échanges intellectuels entre spécialistes établis et jeunes chercheurs en formation, pour favoriser, à travers des moments de discussion et d’échange, le renouvellement de la recherche et l’élargissement des perspectives comparatives.

Les ateliers, multidisciplinaires, prévoient des leçons sur des questions interprétatives vastes dispensées par des professeurs spécialisés et des séminaires organisés par les participants sur leurs sujets de recherche.

Les enseignants du deuxième Atelier – consacré à l’économie des villes méditerranéennes – seront les professeurs Duccio Balestracci (Università di Siena), Elisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne), Jean-Baptiste Delzant (Aix Marseille Université), Franco Franceschi (Università di Siena), Catherine Kikuchi (École française de Rome), Luca Molà (European University Institute), Giuliano Pinto (Deputazione di Storia patria per la Toscana), Sergio Tognetti (Università di Cagliari) et Cécile Troadec (École française de Rome).

Les participants doivent être des étudiants doctorants, boursiers de recherche et boursiers postuniversitaires dans les disciplines historiques et de « médiévistique » de toutes les universités italiennes et étrangères et de toute nationalité.

La participation à l’atelier est réservée à 14 (quatorze) jeunes chercheurs, choisis à la discrétion du Comité scientifique sur la base d’une évaluation des diplômes et des programmes présentés. Les participants en surnombre ne sont pas autorisés.

Les ateliers ont un caractère résidentiel. Les personnes admises sont tenues d’assister assidûment à toutes les réunions et de conduire durant l’atelier un séminaire sur leurs recherches, selon le programme qui sera rendu officiel au début de l’atelier. Au terme de celui-ci, un certificat de participation sera remis aux participants. Nous nous réservons le droit de refuser un certificat à ceux qui, sans justification, n’auront pas suivi les cours avec assiduité.

L’hospitalité complète est offerte aux candidats retenus, à l’exclusion des frais de déplacement.

Les candidats doivent soumettre :

  • une demande d’admission avec les coordonnées du candidat, l’indication de son niveau d’études et de son statut général et professionnel actuel, une adresse postale, un numéro de téléphone et un courrier électronique, en utilisant le formulaire disponible ici :  https://drive.google.com/file/d/10DcyCLENlCN0ilMScJ9MX4VMD1S3n2q/view?usp=sharing>
  • une brève description du projet de recherche en cours (en utilisant le formulaire disponible sur l’URL indiquée supra)
  • un curriculum vitae de deux pages maximum présentant les études suivies et les activités scientifiques ;- éventuellement, la copie des publications.

On ne prendra pas en compte les demandes omettant de fournir une description du projet de recherche ou dépourvue du formulaire de candidature.

Les demandes doivent être adressées sur la boîte cescc.2011@gmail.com, avec les documents requis en pièces jointes, au plus tard le 15 avril 2018.

Les candidats admis à l’atelier seront informés par courrier électronique avant le 5 mai 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:Trames arborescentes, Transmettre du sens par les trames arborescentes, Poitiers, 23/03

23 mars 2018, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, Poitiers

Organisateurs : Naïs Virenque, Antoine Paris et Sergi Sancho Fibla

Avec le soutien de la FESMAR, En partenariat avec le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Présentation :

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux.

Étudier les trames arborescentes implique de réfléchir principalement à l’arbre et à l’arborescence en tant que structures qui agencent, distribuent, ordonnent un contenu spécifique. Par conséquent, les « trames arborescentes » désignent les modalités structurelles qui organisent un objet culturel sur le modèle implicite ou explicite de l’arbre ou de l’arborescence. L’objectif du projet est d’examiner des structures en ellesmêmes et non tous les aspects graphiques, iconographiques ou métaphoriques des supports visuels, textuels ou sonores qui font appel au végétal.

Les études que le projet accueille — travaux achevés, intuitions ou ébauches momentanées — peuvent porter sur des panoramas généraux, des questionnements épistémologiques ou des cas d’étude sans restriction disciplinaire, géographique ni chronologique.

Programme :

  • 09h30 : Présentation de la journée. Antoine Paris, Université Paris-Sorbonne/Université de Montréal, Faculté de Littérature grecque, Orient et Méditerranée et Département d’Études Bibliques ; Sergi Sancho Fibla Aix-Marseille Université/CNRS, Labexmed, TELEMMe ; Naïs Virenque, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Première session : des arborescences délinéatrices

Présidence : Antoine Paris, Université Paris-Sorbonne/Université de Montréal, Faculté de Littérature grecque, Orient et Méditerranée et Département d’Études Bibliques

  • 10h00 : Mémoriser des divisiones et des distinctiones par une structure arborescente : schémas, diagrammes et délinéations graphiques au Moyen Âge. Naïs Virenque, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance
  • 10h30 : Création, mort et renaissance, la croissance végétale comme réseau opérant dans l’activation d’un décor monumental : le cas du protiro de San Zeno à Vérone. Mathieu Beau, Institut National d’Histoire de l’Art.
  • 11h00 : Questions
  • 11h30 : Pause
  • 11h45 : Structure arborescente de la planche dans les narrations graphiques. Pierre-Alexis Delhaye, Lycée Camille Claudel, Fourmies
  • 12h15 : Déjeuner

Deuxième session : trames arborescentes et herméneutique

Présidence : Joël Biard, Université de Tours/Institut universitaire de France.

  • 14h00 : Des structures arborescentes dans les listes de problèmes mathématiques cunéiformes (Mésopotamie début du IIe millénaire avant notre ère). Christine Proust, Université Paris Diderot/CNRS, SPHERE
  • 14h30 : Les trames arborescentes et la question de l’individuation dans la philosophie médiévale. Iryna Lystopad, Lycée Corot, Savigny-sur-Orge
  • 15h00 : The Arbor Philosophiae amoris in the Early Modernity. José Higuera Rubio, Université de Porto, Instituto de Filosofia.
  • 15h30 : Questions
  • 16h : Pause

Troisième session : une éthique de l’arborescence ?

Présidence : Sergi Sancho Fibla, Aix-Marseille Université/CNRS, Labexmed, TELEMMe

  • 16h15 : L’Arbor actionum de Johannes Bassianus : un instrument taxinomique efficace pour les juristes au Moyen Âge et à la Renaissance. Andrea Errera, Université de Parme, Dipartimento di Giurisprudenza, Studî politici e internazionali
  • 16h45 : Les trames arborescentes en science juridique. Nicolas Paris, Université de Bourgogne Franche-Comté, Centre de Recherche et d’Étude en Droit et Science Politique
  • 17h15 : Utiliser un arbre diagnostique en médecine : caractéristiques et éthique de l’arbre diagnostique de l’embolie pulmonaire. Florian Violon, Université de Lorraine, CHU de Nancy, Laboratoire d’Anatomie et de Cytologie pathologiques
  • 17h45 : Questions
  • 18h15 : Conclusions et clôture de la journée

Contact :

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier doctoral Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge – Les sources pour l’histoire religieuse, Salerne, 18-22/06 [date limite : 27/04]

APPEL À CANDIDATURES ATELIER DOCTORAL DE SPÉCIALISATION

L’Atelier doctoral Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge, organisé par l’Università degli Studi di Salerno (Dipartimenti di Scienze del patrimonio culturale e di Scienze umane, filosofiche e della formazione), l’Università degli Studi della Basilicata (Dipartimento di Scienze Umane), l’Università degli Studi di Napoli Federico II (Dottorato di ricerca in Scienze storiche, archeologiche e storico-artistiche) et l’École française de Rome, a pour but de fournir une formation spécialisée dans le domaine de l’histoire, de la civilisation et de la culture de l’Italie méridionale et de son environnement méditerranéen au Moyen Âge.

Dans cet esprit, l’Atelier réunit des enseignants spécialisés et de jeunes chercheurs pour offrir une occasion de réflexion, de discussion, d’approfondissement méthodologique et de mise au point historiographique concernant les différentes sources historiques et les conditions convenables de leur utilisation.

Dans l’édition de cette année, on abordera l’étude de certains aspects de l’histoire religieuse particulièrement caractéristiques du monde méditerranéen et on analysera, à divers niveaux, les sources qui permettent d’en reconstituer la spécificité et les valeurs.

Les boursiers présenteront un rapport concernant leur projet de recherche et les différentes sources qu’ils utilisent.

Le Séminaire est particulièrement destiné aux jeunes chercheurs, doctorants ou déjà docteurs, qui travaillent sur des sujets concernant l’Italie et/ou d’autres régions méditerranénnes au Moyen Âge ; douze bourses couvrant l’ensemble des frais de séjour leur sont proposées, les déplacements restant à la charge des participants.

Chacune des quatre journées de travail (du lundi 18 au vendredi 22 juin) comportera deux sections :

  • Le matin, intervention d’un enseignant appartenant à une Université ou à une institution de recherche européenne ou extra-européenne.
  • L’après-midi, présentation et discussion par les jeunes chercheurs de leurs recherches en cours (interventions de 20 minutes au plus).

Avant le 27 avril 2018, les candidats devront envoyer par courrier électronique à mondimediterranei@gmail.it : – Une demande de participation indiquant de façon synthétique les raisons de leur intérêt.

  • Un bref curriculum studiorum indiquant en particulier leurs compétences linguistiques et leurs éventuelles publications.
  • Un résumé de leur programme de recherches (6.000 signes au maximum).
  • Une lettre de présentation d’un enseignant universitaire ou d’un chercheur spécialisé, qui servira de garantie.

Les candidats seront sélectionnés par le Comité Scientifique sur la base de la relation entre leur programme de recherche et le thème du séminaire. Le résultat de la sélection sera communiqué avant le 18 mai 2018. En même temps, ceux qui auront été sélectionnés recevront le programme détaillé des journées et les informations pratiques.

Les candidats retenus devront ensuite envoyer le texte de leur intervention (30.000 signes au maximum) dans l’une des trois langues de travail (italien, français, anglais) avant le 1er juin 2018. Les participants devront en outre préparer une présentation Powerpoint dans l’une des deux langues qu’ils n’auront pas choisies pour leur texte. Chacun des projets présentés sera commenté par l’un des enseignants participant au Séminaire et discuté collectivement par les autres enseignants et les participants. Sur proposition du Comité Scientifique de l’Atelier, les meilleures interventions pourront être soumises aux Comités de lecture des revues Mélanges de l’École fançaise de Rome.

Moyen Âge et Schola salernitana pour une éventuelle publication.

Le Comité Scientifique se réserve la possibilité d’accueillir comme auditeurs libres d’autres participants intéressés par les thèmes traités, qui prendront à leur charge leurs frais de séjour.

Ceux qui seront admis au Séminaire devront le suivre toute la semaine.

Comité Scientifique

Claudio Azzara, Giuliana Capriolo, Fulvio Delle Donne, Roberto Delle Donne, Maria Galante, Amalia Galdi, Benoît Grévin, Jean-Marie Martin, Francesco Panarelli, Annick Peters-Custot, Vivien Prigent, Gerardo Sangermano, Pierre Savy

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

COLLOQUE:RENCONTRE DES DOCTORANTS DE LA MOM, LYON, 26-28/03

Préparé par les doctorant.e.s et organisé autour d’ateliers thématiques sur deux journées et demie, ce colloque souhaite représenter tous les champs disciplinaires de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (archéologie, archéométrie, histoire, épigraphie, philologie, etc.). Il a pour but d’offrir aux doctorant.e.s de la MOM un espace d’échange et de discussion avec les chercheurs, les professionnels de l’archéologie, les étudiants et le grand public.

Amphithéâtre de la MILC, 35 rue Raulin, Lyon 7e

Contact : rdmom2018@gmail.com

Plan et programme

Lundi 26 mars 2018

• Session 1 : Iconographie

14h – 14h30 : La frontalité sur les stèles funéraires de l’époque hellénistique : un critère de représentation des femmes à part
Elise Pampanay (HiSoMA)

14h30 – 15h : Les allusions à la conquête de l’Hispania dans le monnayage romain d’époque républicaine (iie-ier s. av. J.-C.)
Simon Cahanier (HiSoMA)

15h – 15h30 : Les procédés de représentations d’Héraclès dans la céramique attique
Clara Granger (HiSoMA)

15h30 – 16h : Présentation des posters
16h – 16h15 : Pause

• Session 2 : Exploitation des ressources

16h15 – 16h45 : Les paysages artésiens du Nefzaoua (Sud-est tunisien)
Afef Raddadi (Archéorient)

16h45 – 17h15 : L’exploitation du désert Oriental égyptien à l’époque pharaonique
Isabelle Goncalves (HiSoMA)

17h15 – 17h45 : Agriculture en terrasses de l’Axoumite à nos jours
Ninon Blond (Archéorient)

Mardi 27 mars

Session 3 : Religion

9h15 – 9h45 : Collections de lettres apocryphes : pourquoi a-t-on écrit de fausses épîtres dans l’Antiquité
Lucas Rascle (HiSoMA)

9h45 – 10h15 : Entre la piété personnelle et le salut universel – les peintures murales de l’église de Saint-Symphorien-sur-Coise Magdalena Kruszynska (ArAr)

10h15 – 10h45 : Entre éloge et polémique : étude sur la Lettre 38 à Marcella de Jérôme
Gina Derhard (HiSoMA)

10h45 – 11h : pause

Session 4 : Interfaces et échanges

11h – 11h30 : Réalités architecturales du commerce de proximité à Lyon et à Vienne : analyse spatiale et typologique
Marine Lepee (ArAr)

11h30 – 12h : Forum, édifice basilical et locaux administratifs : nouvelles approches du complexe monumental et civique de Vaison-la-Romaine
Caroline Lefebvre (IRAA)

12h – 12h30 : Étudier les comportements et les relations interpersonnelles sur les marchés athéniens : quelles perspectives méthodologiques
Louise Fauchier (HiSoMA)

12h30 – 14h30 : pause déjeuner

• Session 5 : Littérature

14h30 – 15h : Le verbe χυτλόω : une trace du vocabulaire médical dans la poésie grecque du IIIe siècle av. J.-C.
Emmanuelle Morel (HiSoMA)

15h – 15h30 : La création lexicale dans la poésie dramatique : étude des hapax dans l’œuvre d’Eschyle
Alexandra Kozak (HiSoMA)

15h30 – 15h45 : pause

15h45 – 16h15 : Du personnage à l’allégorie : quelques exemples significatifs du renouvellement des procédés de caractérisation dans le roman grec antique et byzantin
Jérôme Bastick (HiSoMA)

16h15 – 16h45 :La représentation du comportement du chien dans les sources cunéiformes de Mésopotamie : le cas des proverbes et des présages
Andréa Vilela (Archéorient)

Mercredi 28 mars

• Session 6 : Organisation de l’espace

9h15 – 9h45 : Les structures et les usages du front de mer péloponnésien ; une évolution présentée à travers d’études de cas
Alexandra Petavridou (HiSoMA)

9h45 – 10h15 : Paysage portuaire et « matérialisation de l’idéologie » à l’époque impériale romaine
Stéphanie Mailleur-Aldbiyat (HiSoMA)

10h15 – 10h45 : Dans et au-delà de l’enceinte monastique, l’organisation spatiale des monastères féminins de l’ordre des Chartreux
Mathilde Duriez (ArAr)

10h45 – 11h : pause

• Session 7 : Métiers

11h – 11h30 : La création lexicale dans les traités médicaux : globulus et pilula dans les Compositiones de Scribonius Largus (Ier ap. J.-C.), textes et realia
Jeanne Mathieu (HiSoMA)

11h30 – 12h : Métiers humbles et communauté chez Léonidas de Tarente
Claire-Emmanuelle Nardone (HiSoMA)

12h – 12h30 : Suse et l’Élam, un sujet d’étude pour l’archéomusicologie
Margaux Bousquet (Archéorient)

12h30 – 14h30 : pause déjeuner

• Session 8 : Techniques

14h30 – 15h : Les grecs avaient-ils du punch au Néolithique ?
Cécile Ménager (Archéorient)

15h – 15h30 : La céramique peinte à pâte claire de moyenne vallée du Rhône : marqueur économique, culturel et social
Cécile Moulin (HiSoMA)

15h30 – 15h45 : pause

15h45 – 16h15 : La production de céramique non-sigillée à Lezoux durant le Haut-Empire
Marjorie Riou (ArAr)

16h15 – 16h45 : Premières conclusions sur le faciès tardo-républicain du Latium septentrional
Lucie Motta (ArAr)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution: »Describe arborem ». Les trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de Saint Bonaventure, Paris, 13/04 [date limite:17/03]

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Une journée d’étude spécialisée, consacrée aux trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, aura lieu le 13 avril 2018.

« Confectionne dans ton esprit un arbre dont la racine est irriguée par une source au jaillissement perpétuel », « Examinez donc les feuilles de votre vigne, et gravez-les dans votre mémoire d’une manière ineffaçable ». Ainsi saint Bonaventure exhorte-t-il, dans le Lignum vitae et dans la Vigna mistica, son lecteur/auditeur à élaborer mentalement une trame arborescente à même de structurer son élévation spirituelle. Dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, les trames arborescentes, chargées de la symbolique mystique de l’arbre de vie que la culture textuelle et diagrammatique de l’arbre rencontre à partir du XIe siècle, opèrent tant comme des images de prolifération et de luxuriance que comme des formes signifiantes indispensables à la dévotion.

Au cours du XIIIe et du XIVe siècles, sur le modèle de saint Bonaventure, la culture franciscaine use abondamment du modèle répartiteur de l’arbre afin de graduer le parcours par lequel, en recherchant la similitude et la conformité à la souffrance du Christ, le fidèle s’adonne à l’enargeia compassionnelle qui l’habite. Un tel recours relève majoritairement de la nécessité que rencontrent les prédicateurs de mémoriser et de faire mémoriser leurs sermons à une foule d’auditeurs de plus en plus nombreux, en particulier dans les contextes urbain comme rural de l’Italie communale.

En tant qu’ouvrage majeur de la spiritualité franciscaine du XIIIe siècle, le Lignum vitae a fait l’objet de nombreux commentaires et de nombreuses études, qui s’attachent, le plus souvent, à son intertextualité scripturaire, à son efficacité parénétique ou encore à sa mise en image manuscrite puis monumentale. Pourtant, la spécificité de la trame arborescente que la littérature, la théologie et la méditation bonaventuriennes mettent en place, les modalités textuelles, graphiques et iconographiques de son efficacité heuristique, celle des procédés plastiques de son iconographie, l’exploitation de sa mise en musique ou encore la singularité des ressorts mnémotechniques qu’elle engage n’ont fait l’objet que de peu d’études intégrales de la part des spécialistes des structures arborescentes médiévales. Les autres ouvrages de saint Bonaventure ne sont, eux, presque jamais évoqués, alors que, bien souvent, ils amorcent – au moins – l’élaboration mentale d’une trame arborescente essentielle dans la pratique méditative. Nous voudrions notamment nous demander :

  • Quelle performativité et quelle opérationnalité la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure mobilisent-elles ?
  • Sur quoi repose leur considérable fortune, qui tend à écraser quantitativement une large partie des autres modèles de trames arborescentes ?
  • Comment faire l’exégèse, l’herméneutique et l’iconologie de telles trames arborescentes ? Selon quels présupposés méthodologiques, avec quelles implications théoriques ?
  • Quelle est la réception de ces trames, comment interagissent-elles avec les cultures dévotionnelle, méditative, rhétorique, musicale et diagrammatique locales ?

 

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 17 mars 2018.

Contacts :

Naïs Virenque : nais.virenque@univ-tours.fr

Antoine Paris : antoine7.paris@wanadoo.fr

Sergi Sancho Fibla : ssfibla@gmail.com

https://trarborescentes.sciencesconf.org/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature atelier doctoral:Outils et méthodes pour l’histoire des Églises entre Orient et Occident (Ve-XIXe siècle), 10-15/09, Rome

Organisation :

  • Frédéric Gabriel (CNRS, IHRIM, ENS de Lyon)
  • Camille Rouxpetel (CRM-Université Paris-Sorbonne / CRHIA-Université de Nantes / Villa I Tatti, the Havard University Center for Italian Renaissance Studies)

Comité scientifique :

  • Dominique Iogna-Prat (CNRS, EHESS, CéSor)
  • Michel-Yves Perrin (EPHE-LEM)
  • Annick Peters-Custot (CRHIA-Université de Nantes)
  • Pierre Savy (EFR)
  • Benoît Schmitz (Centre Roland Mousnier, Paris)
  • Laurent Tatarenko (IESW / CERCEC)

L’École française de Rome, en partenariat avec l’EHESS, l’ENS de Lyon, trois laboratoires du CNRS (LEM, CéSor, IHRIM) et le labex CoMod (Lyon), organise un atelier doctoral à Rome du 10 au 15 septembre 2018. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du programme « Normes et pratiques du religieux en Orient et Occident : une histoire croisée des circulations entre les communautés chrétiennes d’Europe et de Méditerranée » (https://normesrel.hypotheses.org). Dirigé par Camille Rouxpetel et Laurent Tatarenko, ce programme fédère l’École française d’Athènes, le Centre de recherche français à Jérusalem et l’EFR, ainsi que le CNRS (CéSor, CERCEC), l’Université catholique de Louvain et l’Université de Nantes (CRHIA).

Les relations entre religion et institutions, longtemps délaissées par des sciences humaines et sociales structurées par la laïcité ou, au contraire, investies à des fins apologétiques, sont aujourd’hui interrogées à nouveaux frais. Dans ce cadre, il est indispensable de revenir de manière critique sur la notion d’Église, dans sa pluralité confessionnelle, occidentale et orientale (Europe centrale et orientale, espace hellénique, ProcheOrient), car bien souvent, l’« histoire religieuse » prend pour acquis ce qu’il s’agit ici d’interroger. À l’inverse, dans cette école thématique internationale, nous mettrons en évidence et nous discuterons les problématiques qui structurent l’institutionnalité ecclésiale, ses normes, ses ramifications, ses jeux d’échelles, et nous proposerons une cartographie des champs relatifs à ce domaine. Classiquement, quand il s’agit de définir l’Église, on reconnaît d’emblée l’ambiguïté du terme, ses sens multiples : c’est cette ambiguïté et sa polyphonie que nous explorerons de manière interdisciplinaire, pour mieux comprendre la dialectique entre religion, institution et normes.

Cet atelier doctoral permettra ainsi de mettre en rapport des historiographies séparées alors même qu’elles partagent un objet central et fort, l’Église, qui n’est souvent traitée que comme une toile de fond de l’histoire. En effet, l’objet « Église » est interdisciplinaire par définition, mais son étude, rare en tant que telle dans le monde francophone, est démembrée entre différentes disciplines (théologie, histoire, mais aussi lettres classiques, sociologie, philosophie, droit). Les participant-e-s qui prendront part à cette école auront l’opportunité de voir réunies des approches diverses et complémentaires : sociale, normative, liturgique, politique, orientaliste. Les participant-e-s auront accès aux méthodes, aux problématisations et aux derniers acquis de ces différentes approches interdisciplinaires dans la longue durée. En outre, ils auront également l’occasion de discuter entre eux de leurs sujets, et de la spécificité ou de la convergence de leurs problématiques. Enfin, ils bénéficieront des regards de différents spécialistes sur les problèmes qu’ils rencontrent, puisque tous les conférenciers participeront à l’école dans sa totalité.

Rome est l’un des lieux par excellence où l’on peut étudier dans un périmètre restreint des éléments divers qui s’échelonnent sur un millénaire : sites archéologiques, bâtiments antiques, médiévaux et « baroques », fonds d’archives, bibliothèques ecclésiastiques. Pour un atelier doctoral qui se situe à la croisée de plusieurs domaines, ce centre géographique des époques antique, médiévale et moderne s’impose de lui-même.

 

L’atelier se déroulera de la manière suivante :

  • Des conférences historiographiques, en français, qui présenteront le matin une synthèse problématisée de l’état de l’art, ainsi que les perspectives les plus actuelles de la recherche. Après ces interventions, une large place sera consacrée aux discussions.
  • Dans un format plus réduit, l’après-midi, les étudiant-e-s pourront faire un exposé concis en lien avec les thématiques abordées (langues de travail : italien, français, anglais). Pendant cette semaine de formation, nous envisageons de sélectionner les meilleurs exposés des participant-e-s. pour leur proposer, à l’issue de l’atelier, une soumission de leur texte aux Mélanges de l’École française de Rome Moyen Âge.
  • Des visites guidées et commentées de sites archéologiques, de bâtiments et de fonds archivistiques.

 

L’École française de Rome propose 12 bourses pour des jeunes chercheurs (étudiant-e-s en master 2, en doctorat ou jeunes post-doctorant-e-s de l’Union européenne et d’autres pays) effectuant un travail de recherche sur les thèmes et les problèmes de l’atelier. Ces bourses couvrent uniquement les frais de séjour à Rome. Les frais de transport incombent aux laboratoires ou aux écoles doctorales des participant-e-s (à titre exceptionnel, nous pourrons envisager de prendre en charge certains trajets).

Les candidat-e-s doivent envoyer (en français, ou en italien, ou en anglais), avant le 31 mars 2018, à secrma@efrome.it 1. un CV d’une page et 2. la présentation de leur sujet de recherche en une page.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contributions:Territoires urbains coloniaux depuis l’Antiquité. 06/06, Champs-sur-Marne [date limite : 01/05]

Atelier doctoral organisé par le Groupe transversal Usages de l’histoire et devenirs urbain, Labex Futurs urbains (Université Paris-Est).

Les villes et les urbanités constituent un objet de recherche central des « colonial studies », en plein développement depuis plus de vingt ans. L’histoire, l’anthropologie, la sociologie ou encore les sciences politiques se sont ainsi emparées de cette notion de « colonial » pour interroger diverses facettes de l’urbain, qu’il s’agisse de comprendre les interactions sociales qui font la trame des situations coloniales urbaines depuis l’Antiquité (colonisations grecques ou romaines, colonisations ibériques modernes, etc.) ou qu’il s’agisse d’en interroger les rémanences ou ré-emplois contemporains. Ainsi cet atelier se propose d’étudier, à nouveaux frais ou pour prolonger et préciser nombre d’études, la dimension urbaine du colonial ainsi que la dimension coloniale de l’urbanisation, qu’il s’agisse de fonder un territoire urbain, de le peupler ou de l’habiter. Se voulant résolument interdisciplinaire et inscrit dans la longue durée, cet atelier doctoral veut ainsi réinterroger le fait « colonial » au prisme de l’urbain, ses évolutions, persistances et nœuds problématiques.

Des études de cas questionnant ce que signifient « fonder », « peupler », « habiter » et « gouverner » pourront mener, lors de cet atelier, à une réinterrogation du « colonial ». Il s’agira également de penser la valeur réflexive, la polysémie, la portée et les limites de ces notions. Approfondir notamment la compréhension des relations entre formes de gouvernement et l’urbain constitue un premier enjeu fort. Un second consiste à comprendre la prolifération des termes de « colonies » ou « colonial » (« colonies » municipales de banlieue parisienne, usages critiques contemporains) pour qualifier des phénomènes et territoires bien distincts des colonisations à proprement parler (antique, ibérique, des XIXe et XXe siècles).

De là découlent nombre de questionnements : quels sont les tenants et les aboutissants des politiques publiques menées ? Comment habiter un territoire urbain récemment fondé ? Dans quelle mesure les envies et réalisations de villes singulières ou renouvelées sont-elles inséparables d’un projet de gouvernement qui les excède ? Quelles formes de citadinité assignées aux territoires urbains fondés – ou quelles sont celles advenant de façon imprévue ? Comment les territoires urbains participent des fronts pionniers et, inversement, comment envisager les « fronts pionniers » dans les territoires urbains ? Pourquoi et comment des espaces urbains deviennent ingouvernables ou du moins tentent de se dérober, pour diverses raisons et de diverses façons, à l’emprise des autorités instituées ? Ce sont là quelques exemples d’axes problématiques qui, au croisement du colonial et de l’urbain, intéresseront cet atelier.

L’étude de ces dynamiques en des « territoires urbains » répond au souhait de ne pas étudier uniquement les villes ; il s’agit plutôt d’analyser les événements et processus qui concernent tout un ensemble de territoires dans lesquels, sur l’ensemble du globe, il y a de l’urbain :  espaces qui voient converger – voire s’affronter – projets métropolitains et leurs contestations (« zones à défendre » en France, aménagements en tout genre destinés à alimenter en ressources les métropoles, par exemple), villes coloniales, villes et quartiers nouveaux ou informels, settlements ou outposts israéliens dont le devenir-ville est explicite, entre autres.

Quoi qu’initié par des historiens, cet atelier ambitionne de saisir ces phénomènes – fonder, peupler, habiter, gouverner des territoires urbains coloniaux – à l’aune d’approches interdisciplinaires qui, dans le sillage des recherches du groupe de travail « Usages de l’histoire et devenirs urbains », ne sauraient être que très fécondes pour l’ensemble de la recherche urbaine, notamment pour tester et mesurer les possibilités de transfert ou de réemploi de ces notions d’une discipline à une autre ou encore en cerner les limites  (« gentrification », « gouvernance », « résilience »…)

Les interventions des doctorant.e.s – d’une quinzaine de minutes – auront pour but d’alimenter les échanges – d’une trentaine de minutes – autour de réflexions, démarches et conclusions utiles à toutes et à tous : études de cas se confrontant ces  notions, source ou terrain interrogeant la validité de leur usage.

Cet atelier doctoral organisé par le Groupe transversal « Usages de l’histoire et devenirs urbains » du Labex Futurs urbains (Paris-Est). Il se déroulera le 6 juin 2018 de 9h30 à 17h30, sur le site de l’Université Paris-Est-Marne-la-Vallée, Champs-sur-Marne (RER A, station Noisy-Champs). La salle sera précisée ultérieurement.

Le déjeuner et les frais de transport des intervenants peuvent être pris en charge par les organisateurs, sous réserve d’acceptation de la proposition.

Les propositions de communication, en 500 mots, sont attendues pour le 1er mars 2018.

Cette atelier doctoral est organisé par Danilo Guiral Bassi et Thierry Guillopé. Tous deux sont doctorants à ACP.

Le premier prépare une thèse d’histoire urbaine comparée sur la gouvernance des nouveaux espaces urbains dans les années 1960 et 1970, dans des capitales de différents régimes politiques (Paris, Brasilia, Jérusalem).

Le second prépare actuellement, entre histoire urbaine et histoire du fait colonial, une thèse sur l’histoire des politiques du logement en Algérie des années 1920 aux années 1950.

Contact : colonialurbain@gmail.com

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution:Terra Mater, les sols convoités. 17-18/10/2018, Valenciennes [date limite : 30/04]

L’évolution des sols est le reflet tout à la fois des fluctuations climatiques, de la nature de la couverture végétale et des usages qui en sont faits. Lieux de vie (pédofaune…) et supports de la croissance des végétaux cultivés ou non, utilisés ou non par les sociétés humaines (nourriture, médication…), les sols ont été façonnés depuis des millénaires, parfois jusqu’à la surexploitation. Certains ont subi des phénomènes d’érosion, souvent accélérés par des pratiques agricoles inadaptées ou intensives, parfois irréversibles. Ils ont constitué – et constituent toujours à travers le monde – un enjeu fondamental tant social et économique que politique et environnemental, de l’échelle locale (remembrements, périmètres de modernisation, …) à celle globale (land grabbing), en passant par les divers échelons étatiques et institutionnels (réformes agraires, accessibilité à la ressource, sécurisation et statut de la propriété foncière). Une telle pluralité empêche toute approche univoque du sujet et fait du sol un objet de recherches tant en sciences humaines et sociales (géographie, histoire, sciences économiques, droit), qu’en sciences de la vie et de la terre.

C’est un moyen de production pour les agriculteurs et éleveurs et un objet de règlementation pour les gestionnaires des territoires. Les travaux de recherche qui se sont multipliés ces dernières années sur les relations sociétés/territoires/milieux ont montré combien il était fondamental de comprendre le rôle qu’ont joué les sociétés passées pour une gestion durable du sol en tant que patrimoine biologique, combien également les processus de dégradation des sols d’une part, les enjeux de la sécurisation alimentaire d’autre part ou encore l’évolution des valeurs attribuées à la terre agricole génèrent de véritables dynamiques d’innovation (renouvellement des liens ville-campagne), mais également de vives tensions ou des conflits.

Les deux premières rencontres de ce cycle sur les sols se sont tenues en 2014, Sols en mouvement, et en 2016, Sols nourriciers. Le dernier volet portera sur les sols convoités.

Il s’agira de mettre au centre des débats la question du foncier, celle de la notion de propriété et de partage du sol, intégrant les jeux de compétitions et de convoitises entre les différents acteurs (agriculteurs, gestionnaires, élus, communautés d’habitants…)

Elle recouvre à la fois des dimensions spatiales et temporelles, en intégrant la question de la transmission intergénérationnelle du capital-sol. Elle intègre aussi une dimension financière en croisant valeur agronomique, valeur d’usage et valeur d’échange, actuelle ou anticipée. Les sols entrent en effet dans les systèmes compétitifs d’échange, de valorisation par changements juridiques (droit à bâtir, dispositifs de protection…), économiques (mise en marché), sociétaux (collectivisation, propriété privée, bien commun…). Différents groupes sociaux sont impliqués dans cette appropriation du sol selon des mouvements rapides ou lents motivés par des changements culturels, des choix politiques et économiques imposés par les tenants et les acteurs institutionnel du sol (syndicats agricoles, sylvicoles…) ou politiques (Europe, communes, intercommunalités…) à ceux qui le travaillent.

La convoitise du sol invite à considérer enfin une relation presque passionnelle avec la terre : celle que l’on revendique, que l’on défend, qui engendre des conflits ; la terre du front pionnier, ou en sursis (promis à un projet d’aménagement parfois depuis des décennies), celle dont sont exclus les éleveurs et les agriculteurs au nom d’une biodiversité sanctuarisée dans des espaces naturels de protection intégrale ; celle où la cohabitation entre acteurs aux intérêts divergents est de plus en plus difficile ou inversement celle que l’on protège mais dont on régule et organise les usages au nom d’une multifonctionnalité assumée (périmètres de protection ou de labellisation agricole).

La question foncière présente aussi des aspects juridiques et symboliques dont témoignent entre autres les délimitations parcellaires (borne, muret, haie…) dont l’archéogéographie a révélé toute l’importance.

Tous ces éléments ont pu, dans le passé, être les vecteurs de dynamiques territoriales spécifiques. Ils sont aussi, à l’heure d’un défi social et environnemental sans précédent, d’une grande actualité, dans l’ensemble du monde et dans un contexte d’internationalisation croissante des transactions foncières.

Les discussions doivent permettre d’ouvrir le dialogue interdisciplinaire entre historiens, archéologues, géographes, pédologues, mais également écologues, agronomes, aménageurs, économistes ou juristes échangeant les approches et la sémantique, les protocoles de recherche, les méthodes et les questions.

*Les propositions de communications et de posters devront comporter un titre court et suggestif, 5 mots-clés et un argumentaire (3200 signes espaces comprises présentés en une page sous fichier word de préférence), jalonné éventuellement par quelques intertitres courts et explicites. L’auteur doit indiquer ses coordonnées (courriel, téléphone, coordonnées postales).

*Ces propositions sont à adresser au plus tard le 30 avril 2018 à l’une des adresses suivantes en précisant l’objet Sols convoités :

*Les auteurs seront avisés du résultat des délibérations avant la fin du mois de mai. Des précisions seront alors données sur l’organisation matérielle du colloque. Les rencontres prennent en charge l’hébergement et la restauration des communicants (si plusieurs auteurs, un par communication).

Il sera demandé une participation sous forme d’inscription s’élevant à 80 euros pour les enseignants-chercheurs et assimilés, 50 euros pour les doctorants.

Les communications et posters seront publiés, après avis du comité scientifique, au deuxième semestre 2019. Il conviendra donc de respecter scrupuleusement les normes éditoriales et la date ultime de remise des manuscrits (fin décembre 2018).

Comité scientifique :

  • Corinne Beck, Professeur émérite d’Histoire et archéologie médiévales, Université de Valenciennes et Hainaut-Cambrésis (UVHC)
  • Jérôme Buridant, Professeur de Géographie, Université de Picardie Jules Verne
  • Marc Galochet, Professeur de Géographie, UVHC
  • Fabrice Guizard, Maître de conférences en Histoire médiévale, UVHC
  • Patrice Herbin, Responsable du service archéologique du Conseil départemental du Nord
  • Jacques Heude, Maître de conférences en Géographie, UVHC
  • Nicolas Rouget, Maître de conférences en Géographie, UVHC
  • Guillaume Schmitt, Maître de conférences en Géographie, UVHC
  • Marc Suttor, Professeur d’Histoire médiévale, Université d’Artois
  • Céline Vaz, Maître de conférence Histoire contemporaine, UVHC

Pour toutes informations supplémentaires :

Fabrice Guizard fguizard@gmail.com

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution:L’Entrepreneur de bâtiment (Moyen Âge-XXe siècle), Aedificare [date limite : 15/04]

Ce numéro thématique d’Æedificare se propose d’éclairer la figure de l’entrepreneur sur une longue période, allant du Moyen Âge au XXe siècle. De quoi parlons-nous quand nous parlons d’entrepreneur ? L’entrepreneur du XVIIIe siècle, correspond-il à ce que les historiens du Moyen Âge désignent sous le même nom ? Comment s’articulent la notion moderne d’entrepreneur et les catégories anciennes d’« entrepreneur de bâtiment », d’« entrepreneur expert » et d’« entrepreneur ingénieur » des périodes dites moderne et contemporaine ?

Argumentaire

Ce numéro thématique d’Æedificare se propose d’éclairer la figure de l’entrepreneur sur une longue période, allant du Moyen-âge au XXe siècle. De quoi parlons-nous quand nous parlons d’entrepreneur ? L’entrepreneur du XVIIIe siècle, correspond-il à ce que les historiens du Moyen-âge désignent sous le même nom ? Comment s’articulent la notion moderne d’entrepreneur et les catégories anciennes d’ « entrepreneur de bâtiment », d’« entrepreneur expert » et d’ « entrepreneur ingénieur » des périodes dites moderne et contemporaine ?

Au Moyen-âge, l’entrepreneur exerçait dans des cadres (l’atelier, le chantier) qui avaient toutes les caractéristiques d’une entreprise : les artisans-entrepreneurs devaient faire preuve d’innovation technique pour pouvoir proposer des produits et des prestations nouveaux aux fabriques et aux particuliers. Ces mêmes artisans avaient de plus une activité économique de forme industrielle. Ils investissaient, par exemple, dans des infrastructures pérennes, comme les fours ou les carrières, ou pratiquaient la production en série standardisée. Ils menaient aussi une politique de gestion de personnel, de formation, dans le cadre de leur atelier, ou hors de celui-ci. Dès le Moyen-âge l’entrepreneur était donc à la tête d’une unité économique combinant des facteurs de production (activité et capital) pour produire des biens et / ou des services destinés à être vendus sur un marché (C. Verna). L’idée de marché était caractéristique et capitale

L’objectif de l’entrepreneur et de l’entreprise était alors, comme maintenant, de réaliser des bénéfices dans un contexte économique concurrentiel. L’atelier devait générer du bénéfice, ce qui n’était peut-être pas le cas des fabriques, qui visaient l’équilibre budgétaire. L’entrepreneur prenait des risques, certes, mais dans le cadre d’une action concertée, avec un passage par l’écrit pour minimiser au maximum, contrôler, encadrer les aléas et le hasard.

L’entreprise était un cadre de perfectionnement et d’amélioration au titre de l’individu et du groupe qui passait par une professionnalisation des activités, puis une professionnalisation des acteurs, qui pouvait comprendre le groupe qui exerçait, mais également les personnes au niveau individuel pour intégrer la culture du groupe, et enfin, une professionnalisation de l’organisation, c’est-à-dire une professionnalisation des savoirs et de la formation.

Si ces traits sont communs aux entrepreneurs des époques modernes et contemporaines, comment se déclinent-ils selon que ces derniers étaient également (comme les sources plus récentes l’indiquent) architectes, inventeurs, experts ou ingénieurs ? Qu’en est-il de leur implication dans la conception du cadre bâti et dans celui de l’expertise? De quelle nature étaient les savoirs des entrepreneurs transmis dans le cadre de leurs métiers, ou hors de ceux-ci, dans les associations compagnonniques ou les cours publics ? En quoi différaient-ils de ceux des marchands ? Enfin quels étaient leurs réseaux sociaux, politiques et culturels ? Pour ces périodes d’autres questions se posent comme le rapport à l’imprimé et à des formes variées de communication, telles que les expositions, les démonstrations, les conférences, la participation à des associations professionnelles et des syndicats.

Nous proposons les pistes suivantes :

  • Peut-on faire une histoire des entrepreneurs sans partir des parcours individuels ? La prosopographie est-elle l’outil qui permet de cerner le concept d’entrepreneur ?
  • Qu’apporte la terminologie ? Comment les sources parlent-elles des entrepreneurs du bâtiment ? quelles réalités derrière les termes ?
  • La fabrique est-elle une entreprise ? Le commanditaire, le maître d’œuvre, le gestionnaire sont-ils des entrepreneurs ? On pourra s’interroger sur l’ouverture de marchés, d’association entre artisans, de monopole. Peut-on parler de stratégie socioprofessionnelle dans la course aux chantiers ?
  • Quelle est la « chaine entrepreneuriale » ? De l’investissement et de l’emprunt éventuel à la réussite ou la faillite et l’échec, quelles sont les étapes de cette aventure d’entreprendre dans le bâtiment ?
  • Comment s’opère la fixation des prix et des tarifs des prestations ou des matériaux ? Voit-on des prix d’appel ou des prix « d’amis » : casse-t-on les prix pour remporter un chantier ? Le gestionnaire fait-il jouer une concurrence ou un réseau ?
  • Quelle est la place des métiers dans ce contexte ? En régulant main d’œuvre, savoir-faire et prix, jouent-ils un rôle de contrôle et de gestion du secteur ? Par stimulation ou par étouffement ? Négocient-ils, imposent-ils ? Bref, ont-ils une place supra-entrepreunariale, peut-on parler de syndicat professionnel ? Et enfin, leur accès aux sphères politiques peut-il être lu comme un lobby ?
  • Quels sont les risques techniques pris dans ce secteur ? Quelles audaces, quels paris ont été faits par les bâtisseurs ou par les gestionnaires / commanditaires ? Ces tentatives techniques ont-elles réussi ou échoué et surtout, ont-elles induit des innovations techniques (matériaux, outillage, savoir-faire) ? Cette innovation s’étend-elle à l’administration du chantier ? Le comptable innove-t-il également pour suivre au mieux les flux financiers engendrés par l’œuvre ? Dans ce cadre innovant, se protège-t-on de la faillite ou de l’échec ? Existe-t-il un système d’assurance ?
  • Quels sont les savoirs et les savoir-faire desentrepreneurs (mathématiques, techniques, juridiques, évaluation et expertise, gestion des hommes et du matériel, communication etc.). Comment les transmettent-ils ?
  • Leur statut leur vaut-il une place particulière dans la stratification professionnelle, et plus avant, dans la stratification sociale ? Leur ouvre-t-il les portes de carrières politiques, de fonctions honorifiques ?Quels sont leurs réseaux sociaux et politiques ?
  • Dans quels lieux exercent les entrepreneurs ?  Où se déplacent-ils ?

Conditions de soumission

Les propositions d’articles doivent parvenir  sous forme d’un abstract avant le 15 avril 2018.

La remise des articles est prévue pour le 3 septembre.

Les textes peuvent être écrits en français, anglais, espagnol ou italien.

Coordinatrices scientifiques

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution:Châteaux et justice (Xe-XXIe siècle):28-30/09, Périgueux [30/01]

XXVIe Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord

D’emblée, le pouvoir de justice du seigneur peut donner lieu à une approche simpliste voire caricaturale ; le château incarnant physiquement ce pouvoir et symbolisant, à souhait, le « méchant seigneur ». Qu’en est-il véritablement du Moyen Âge au XIXe siècle ? Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, individuels ou collectifs qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée.  Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain. Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord proposent, lors de leur colloque 2018, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative : des études sur l’Angleterre, les Espagnes, les Allemagnes seront les bienvenues.

Axes thématiques

Les pistes qui suivent constituent des propositions non exclusives de questionnement :

1 : Les origines de la justice seigneuriale : une concession du souverain ou une usurpation des seigneurs ? Quelle est la situation durant le Moyen Âge où se développe une « théorie du pouvoir » qui donne au roi la tâche de conserver la paix et la justice. Les juridictions royales les plus modestes (prévôtés, vigueries) étant trop peu nombreuses, le maillage plus serré des justices seigneuriales donne la possibilité d’établir ce dispositif de maintien de la paix. Quelles réalités se cachent derrière ce constat ?

2 : Pour mieux discerner les pouvoirs de justice du seigneur, il convient de croiser l’étude de la coutume et celle de la pratique des juges dans un lieu donné, dans un moment donné et/ou sur le long terme.

3 : Dans tous les cas le droit de justice est un droit important pour les seigneurs, un élément de prestige et de contrôle sur ses vassaux et tenanciers. Le mot seigneurie est souvent assimilé à celui de justice mais quel est son rôle dans la société du Moyen Âge et des Temps modernes ? En effet, la seigneurie est à la fois une forme de propriété privée et un service public qui encadre la vie villageoise comme la paroisse et la communauté d’habitants.

4 : On connaît la distinction classique entre les trois justices : basse, moyenne et haute. Pour Marcel Marion, elle n’avait plus grand sens aux XVIIe et XVIIIe siècles. Qu’en est-il en réalité ? Il serait intéressant d’observer comment s’articulent ces trois niveaux pour les seigneurs et pour les habitants. L’essor des duchés-pairies aux Temps modernes est-il, par exemple, une simplification, une rationalisation ? Qu’en est-il des seigneurs protestants, en particulier hauts justiciers, dans le contenu et l’application des différents édits de pacification de la seconde moitié du XVIe siècle ?

5 : Le seigneur ne jugeait plus mais commettait des juges qui n’étaient pas des officiers (art. 101 de l’ordonnance de Blois de 1579) et qui devaient avoir les capacités et être agréés par la juridiction royale dont dépendait la seigneurie. L’ensemble de ce personnel a subi aux Temps modernes de sévères critiques dont celle de Charles Loyseau : « La Justice des villages est très mauvaise parce qu’elle est rendue par des gens de peu, sans honneur, sans conscience ».

6 : L’étude des lieux où s’exerce la justice seigneuriale présente aussi un intérêt. Y-a-t-il toujours un « tribunal » dans le château ou le village ou faut-il tenir les séances au cabaret ce qui semble faire perdre de la dignité à la justice et au seigneur ? Quelle était l’attitude des villageois à ce sujet ? Un questionnement du même type concerne la prison. Le seigneur est censé posséder un lieu d’incarcération mais est-ce toujours le cas ? Faut-il « tordre le cou » aux cages de fer et autres oubliettes, mythes ou réalités ?

7 : Quel impact a pu avoir la justice du château sur les justiciables ? Est-elle un recours utilisé volontiers ou suscite-t-elle méfiance, colère et révolte parfois ?

8: La justice du roi fut une autre source de tensions et d’oppositions à la justice seigneuriale. Pour les juristes, la seconde est une délégation de la première. L’essor du pouvoir royal depuis le Moyen Âge jusqu’au XVIIe siècle ne pouvait se manifester sans susciter des formes de concurrence voire d’affrontement entre les deux. Au dernier tiers du XVIIe siècle des « lois » contraignirent davantage les tribunaux des seigneurs. Mais les ordonnances de 1667 et 1670 n’ont sans doute pas réussi à supprimer la diversité du droit. La justice seigneuriale a pu faire durer localement des usages particuliers en matière civile plus qu’en matière criminelle où la justice du roi s’est davantage imposée. Les années 1770-1789 furent très préjudiciables aux justices seigneuriales à la suite de l’édit de mars 1772 et de l’ordonnance de mai 1788.

9: Le 4 août 1789, le système seigneurial était aboli et il n’y avait plus de justice seigneuriale. Mais il fallait au plus vite combler ce vide ; ce fut fait avec la mise en place des justices de paix dans chaque canton. Un tel schéma mériterait d’être revisité à partir de cas concrets et suffisamment documentés. Cela oblige à revenir aussi quelques mois en arrière lors de la préparation des États Généraux. Les cahiers de doléances donnent souvent une image partielle et partiale des justices seigneuriales. Les paysans semblaient moins mécontents qu’on ne l’imagine. Proches, assez rapides et peu coûteuses, elles donnaient plutôt satisfaction. L’image de la future justice de paix se profilait dans les esprits et allait se concrétiser assez rapidement (16-24 août 1789). Souvent les nouveaux « juges de paix » furent recrutés parmi les anciens juges seigneuriaux.

10: Pour le XIXe siècle différentes pistes peuvent être envisagées : le bilan des dépossessions de la justice seigneuriale sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, la confrontation des châtelains avec les représentants de la justice « républicaine », le destin des juges seigneuriaux devenus juges de paix. Cette magistrature était-elle devenue une affaire de famille, comme sous l’Ancien régime ? De quelles manières les châteaux participèrent-ils aux transformations architecturales des anciens lieux dévolus à la justice seigneuriale ? Peut-on revenir sur le cas emblématique de la Bastille, prison royale pendant plus de trois siècles ?

11: Enfin, pour la période la plus contemporaine, on étudiera avec profit le thème des interprétations romanesques, artistiques, théâtrales ou cinématographiques de l’emprise de cette justice seigneuriale puis des jalons de sa disparition, sans ignorer les derniers sursauts d’une volonté restauratrice d’institutions seigneuriales relayés par les médias.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communications (environ 1500 signes), accompagnées d’une brève biobibliographie de l’auteur.e doivent être adressées

au plus tard le 30 janvier 2018,

  • par voie électronique, en format Word à Dominique Picco, secrétaire des Rencontres. : dominique.picco@u-bordeaux-montaigne.fr, et Juliette Glikman, secrétaire adjointe, juliette.glikman@orange.fr
  • Ou par voie postale à Dominique Picco, Université Bordeaux-Montaigne, UFR humanités, Département histoire, Campus universitaire, 33607 Pessac cedex

Comité scientifique

Le Comité scientifique des Rencontres est composé de :

  • Anne Marie Cocula, professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Alain Blanchars, MCF histoire moderne, université de Limoges
  • Roger Baury, MCF histoire moderne université de Lille
  • Frédéric Boutoulle,  professeur d’histoire médiévale université Bordeaux-Montaigne
  • Claude-Isabelle Brelot,  professeur d’histoire contemporaine  université Lyon2
  • Patrick Clarke de Dromentin, docteur en histoire moderne
  • Joelle Chevé, historienne et journaliste
  • Michel Combet, MCF histoire moderne ESPE Aquitaine
  • Jean-Marie Constant, professeur d’histoire moderne université Le Mans
  • Annie Dom, ingénieur de recherche université Bordeaux-Montaigne
  • Juliette Glickman, docteur en histoire
  • Robert Herin, professeur de géographie Université de Caen
  • Philippe Loupès,professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Christine Mazzoli-Guintard, MCF HDR histoire médiévale université de Nantes
  • Dominique Picco, MCF histoire moderne université Bordeaux-Montaigne
  • Josette Pontet, professeur d’histoire moderne université Bordeaux-Montaigne

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Poste:MCF Histoire des mondes musulmans médiévaux (XIe-XVIe), Paris 7 Diderot [Délai : 07/03/2018]

Profil : Histoire des mondes musulmans médiévaux (XIe-XVIe siècles)

Mots Clefs : Histoire médiévale ; Histoire des mondes musulmans ; Histoire connectée ; Circulations ; Sociétés musulmanes

Présentation de l’université : Ouverte sur la ville et sur le monde, Paris Diderot est une université de recherche pluridisciplinaire. Carrefour des savoirs, en prise avec les grands débats qui animent la société contemporaine, elle est un creuset qui stimule les échanges et les innovations. Pluridisciplinaire depuis sa création en 1970, elle s’est toujours attachée à faire dialoguer les savoirs et développe de plus en plus de formations et de projets de recherche interdisciplinaires. Elle possède l’une des plus importantes bibliothèques universitaires de Paris (la bibliothèque des Grands Moulins) et plusieurs bibliothèques thématiques spécialisées. Formation initiale ou tout au long de la vie, formations courtes ou longues, technologiques ou théoriques, chacun.e y trouvera les atouts pour réussir et s’épanouir. Elle accueille chaque année un peu plus de 29 000 étudiant.e.s répartis en trois grands domaines : santé / sciences / arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales. Avec 87 laboratoires, elle est l’une des plus importantes universités de recherche françaises et entretient des collaborations avec de nombreuses universités étrangères à travers le monde.

Objectifs pédagogiques et besoin d’encadrement : Ce poste participe à l’indispensable maintien du potentiel d’encadrement pédagogique en histoire médiévale au sein de l’Université Paris Diderot. Le.la MCF y officiera au sein du département d’histoire de l’UFR GHES (Géographie, Histoire, Economie, Sociétés). Il.elle y assumera des enseignements portant sur l’histoire médiévale des mondes musulmans, à tous les niveaux de la licence ainsi qu au sein du master recherche Histoire et civilisations comparées et du master MEEF de l ESPE de Paris. Il.elle pourra en outre, en fonction des besoins, intervenir dans les cours transversaux et méthodologiques prévus au sein des formations de licence et de master en histoire. Une attention particulière sera portée par conséquent à l’expérience de la personne recrutée dans le domaine de l’enseignement. Le.la MCF s’intégrera pleinement à la vie du département d’histoire en s’investissant dans des responsabilités collectives.

Activité de recherche : Les recherches et projets du.de la candidat.e doivent permettre son insertion au sein du laboratoire ICT (Identités, cultures, territoires, EA 337) de l’Université Paris Diderot, laboratoire interdisciplinaire Histoire et civilisations noté A+ par l’AERES. S’ils ont plutôt vocation à s’intégrer à l’axe « Savoirs, représentations, circulations » du laboratoire, leur contribution à l’un des deux autres axes (« Territoires, mobilités et pouvoirs » ou « Genre et diversités ») sera la bienvenue. Le.la candidat.e viendra renforcer l’équipe des médiévistes du laboratoire ICT, en développant des travaux s’attachant aux mondes musulmans médiévaux (XIe-XVIe siècles) dans une perspective d histoire connectée, sensible aux interactions entretenues entre ces espaces et les régions limitrophes du Dar al-Islam en Europe, Afrique et Asie. Il s’agira notamment de s intéresser aux circulations des hommes, des idées et des produits dans des contextes de paix ou de guerre, et aux conséquences de ces interactions politiques, économiques et/ou culturelles dans les sociétés concernées. Une attention particulière sera portée à la maîtrise, par le.la candidat.e, des sources directes de l’histoire des mondes musulmans, tant écrites qu archéologiques. La connaissance des langues pratiquées dans les mondes musulmans médiévaux, telles que l’arabe, le persan ou le turc, sera, par conséquent, valorisée, tout comme l’expérience dans le montage et l’encadrement de fouilles archéologiques. La personne recrutée devra enfin être en capacité de contribuer, dans ses domaines de compétence, à l’attractivité internationale du laboratoire ICT, et de développer des collaborations scientifiques tant au sein de l’Université Paris Diderot(laboratoires CESSMA et Anhima) qu’au sein de l’Université Sorbonne Paris Cité (USPC).

Contacts :

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Poste:MCF Histoire du Moyen-Age occidental (XIe-XVe), Paris 7 Diderot [délai : 07/03/2018]

Profil : Histoire du Moyen-Age occidental (XIe-XVe siècles). Cultures : pratiques et acteurs.

Mots clefs : Histoire de l’Occident médiéval ; Histoire des pratiques culturelles ; Pratiques de l’écrit ; Circulation des savoirs ; Histoire sociale

 

Présentation de l’université : Ouverte sur la ville et sur le monde, Paris Diderot est une université de recherche pluridisciplinaire. Carrefour des savoirs, en prise avec les grands débats qui animent la société contemporaine, elle est un creuset qui stimule les échanges et les innovations. Pluridisciplinaire depuis sa création en 1970, elle s’est toujours attachée à faire dialoguer les savoirs et développe de plus en plus de formations et de projets de recherche interdisciplinaires. Elle possède l’une des plus importantes bibliothèques universitaires de Paris (la bibliothèque des Grands Moulins) et plusieurs bibliothèques thématiques spécialisées. Formation initiale ou tout au long de la vie, formations courtes ou longues, technologiques ou théoriques, chacun.e y trouvera les atouts pour réussir et s’épanouir. Elle accueille chaque année un peu plus de 29 000 étudiant.e.s répartis en trois grands domaines : santé / sciences / arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales. Avec 87 laboratoires, elle est l’une des plus importantes universités de recherche françaises et entretient des collaborations avec de nombreuses universités étrangères à travers le monde.

Objectifs pédagogiques : Ce poste participe à l’indispensable maintien du potentiel d’encadrement pédagogique en histoire médiévale au sein de l’Université Paris Diderot. Le.la MCF y officiera au sein du département d’Histoire de l’UFR GHES (Géographie, Histoire, Economie, Sociétés). Il.elle y assumera des enseignements portant sur l’histoire médiévale, à tous les niveaux de la licence ainsi qu au sein du master recherche Histoire et civilisations comparées et du master MEEF de l’ESPE de Paris. Il.elle disposera des compétences requises pour prendre en charge, le cas échéant, les enseignements de paléographie médiévale et d’historiographie. Il.elle pourra en outre, en fonction des besoins, intervenir dans les cours transversaux et méthodologiques prévus au sein des formations de licence et de master en histoire. Une attention particulière sera portée par conséquent à l’expérience du.de la candidat.e dans le domaine de l’enseignement. Le.la MCF s’intégrera pleinement à la vie du département d’Histoire en s’investissant dans des responsabilités collectives. Licence mention Histoire (L1, L2, L3) : Histoire médiévale, enseignements transversaux. Master recherche Histoire et Civilisations Comparées (M1, M2) : spécialité « Identités altérités, Histoire de l’Europe » ; spécialité « Ville, Architecture, Patrimoine ». Master MEEF de l’ESPE de Paris.

Activités de recherche :  Les recherches et projets du.de la candidat.e doivent permettre son insertion au sein du laboratoire ICT (Identités, cultures, territoires, EA 337) de l’Université Paris Diderot, laboratoire interdisciplinaire Histoire et civilisations noté A+ par l’AERES. S’ils ont plutôt vocation à s’intégrer à l’axe « Savoirs, représentations, circulations » du laboratoire, leur contribution à l’un des deux autres axes (« Territoires, mobilités et pouvoirs» ou « Genre et diversités ») sera la bienvenue. Le.la candidat.e viendra renforcer l’équipe des médiévistes du laboratoire ICT, en développant des travaux s’attachant préférentiellement aux cultures de l’Occident médiéval (XIe-XVe siècle), au travers notamment de l’étude des savoirs pratiques et intellectuels saisis dans leur production, leur mise en application et leur circulation, ainsi que de leurs acteurs à tous les niveaux du corps social. Le domaine de recherche du candidat/de la candidate pourra indifféremment couvrir les champs des cultures scientifiques, techniques, économiques, politiques ou autres. Une attention particulière pourra être également portée aux écrits pragmatiques en tant qu instruments et témoins de ces pratiques culturelles (enquêtes, comptabilités seigneuriales ou marchandes, écrits des gouvernements municipaux, princiers ou royaux, etc.). La personne recrutée devra enfin être en capacité de contribuer, dans ses domaines de compétence, à l’attractivité internationale du laboratoire ICT, et de développer des collaborations scientifiques tant au sein de l’Université Paris Diderot (laboratoires CESSMA et Anhima) qu’au sein de l’Université Sorbonne Paris Cité (USPC).

Contacts :

 

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement post-doctoral:Jewish Cultures Across Mediterranean Europe[07/01/2018]

The project “Jewish Cultures Across Mediterranean Europe” (CSIC‐UCM), invites applications for one year research grant in the field of Jewish studies at the Spanish National Research Council (CSIC) or the University Complutense of Madrid (UCM), with a monthly stipend of 1,220 € and an additional travel allowance.

Aim
The grant is addressed to post‐doctoral candidates who have received their degree after January 1, 2012, and wish to continue research in any of the mentioned academic institutions.

The centers eligible for application are the Institute of Languages and Cultures of the Mediterranean and the Near East (ILC) and other institutes of the Center for Human and Social Sciences (CCHS) of the CSIC, as well as the Hebrew and Aramaic Studies Department of the University Complutense in Madrid.

Profile And Requirements For Candidates
The grant is addressed to post‐doctoral researchers from Spain (except for those previously enrolled in any of the academic institutions of the Autonomous Region of Madrid), Portugal and other European countries, especially those of the Mediterranean basin, excluding candidates who already hold tenured positions.

Eligible candidates must have a Ph D degree in Jewish studies, Hebrew philology, or equivalent studies by country of origin, and other research disciplines with interest in Jewish studies.

The 12‐month grant period will take place between February 1, 2018 and May 31, 201, being required residence in Madrid during the year awarded, exceptionally permitting absence during short periods duly justified.

The recipient of the grant will participate in the activities organized by the project “Jewish Cultures across Mediterranean Europe” (CSIC‐UCM), and will be responsible for his/her own travel arrangements and health insurance.

Submission Of Applications
Candidates must submit their application, by filling out the form and uploading the required documents, at http://cchs.csic.es/en/callpostdocjmed

Only submissions received by January 7, 2018, will be given full consideration.

Required Documents
• Form (to be filled out)
• Current CV, English or Spanish
• Copy of doctoral degree title
• Plan of the proposed research activity
• Once recent publication
• One referee letter

Bursaries Award
The CSIC‐UCM selection committee will take into account the academic excellence and the interest of the proposals, and will decide about the submitted applications, informing all candidates about the final decision.

For pre‐application inquiries, please contact: jmed@csic.es // 91 602 27 63 / 91 602 24 13

Source: Maribel Fierro via https://lists.uoregon.edu/mailman/listinfo/andalusi_studies

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication:Sacred Science : learning from the Tree [délai : 12/12/1017]

We are pleased to announce that Trames Arborescentes is preparing a symposium for the European Society for the History of Science’s conference (http://www.eshs.org/?lang=en) that will take place in London on September 2018.
«Unity and Disunity» has been chosen as the main theme for the aforementioned meeting. Within this framework, Trames Arborescentes has decided to participate by proposing a commented panel that will gather four speakers around the subject «Sacred Science: Learning from the Tree».
Proposals containing personal information (including academic affiliation), an abstract, and a short bio are welcome for this panel. The document may be submitted to our email address tramesarborescentes@gmail.com before December 12.

This panel traces the arboreal motif through time, using it as a means to reflect on unity and disunity of interaction between science, art and the sacred. Indeed, the figure of the tree has been used as a visualization tool to structure knowledge since Antiquity. However, it turns out that the tree of the Arts and Sciences is a deciduous tree. Its holy leaves, metaphorical expressions of unseen secrets, have been shed as science gradually broke away from the sacred. The apparent unity of its branches, the Arts and the Sciences, became exposed and fractured. What was the role of the arboreal structure in this process?

Three points will stand in our proposal. Firstly, we will question how the treediagram was used to articulate the conjunction of the Arts, the Sciences and the Sacred. During the Middle Ages, tree diagrams were commonly used in the arts degree as tools to study arithmetic, geometry, astronomy, music theory, grammar, logic and rhetoric. These frameworks of learning in the universities were infused with the sacred, they sprang from the sacred. Gradually though, the Arts and Sciences began to be distinguished, subjects changed categories. But even as Darwin was developing his theory of life, the sacred continued to play a role in scientific discovery and communication. How was this distinction nuanced in every period?

The second point will focus on the loss of the sacred and the sacralization of knowledge. In effect, step by step, the distinction between the arts and sciences gradually became a divide and the concept of sacred changed in this learning context. The sacred was given less space in the hierarchies of knowledge, it no longer penetrated every aspect of learning. At some point knowledge itself became sacred. When and how did this happen? What rapport did the sacred have in this dramatic change in our perception of knowledge? Was this new knowledge disruptive? Did it bring about unity or disunity? Is the current dissociation between the Arts and Sciences a consequence of divorcing knowledge from the sacred?

Thirdly, we will examine arboreal motifs in our contemporary era, when encyclopedic knowledge and three-dimensional mind maps, once again seek to chart the infinite, the unknown, what is not seen by the naked eye. Are these new worlds in new dimensions still shown shaped in a tree-form? If so, what knowledge does the tree convey? Why is the arboreal structure effective? How is the sacred expressed (if at all) in this structure?

The dialectic relationship between unity and disunity seems perfectly tailored to the branching of the tree-diagram, which also allows expression of a hierarchical combination ad infinitum. The centrality and unity – concepts in which the trunk of these diagrams was firmly rooted, has been shifted for new multifocal tree-figures, which grant us plenty of new possibilities that adapt well to current models of information visualization. This panel uses arboreal constructs as a means to look into the sacred/knowledge relationship in order to question the forthcoming cognitive patterns of unity and disunity that will shape our near future.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts