Tous les articles par Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

Journée d’étude:Trames arborescentes, « Describere arborem », Les trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, Paris, 20/04

Lieu :

Paris, Salle des Commissions de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (24, rue Pavée, 4e arrondissement)

Programme :

  • 9h30 : Accueil des participants et programme de la journée : Naïs Virenque, Sergi Sancho Fibla et Antoine Paris
  • 10h00 : L’arbre comme motif structurel et théologique dans le Lignum vitae de saint Bonaventure : Cyriane Rohner-Ouvry, Université de Strasbourg
  • 10h30 : Pause
  • 10h45 : Les arborescences bonaventuriennes et la luxuriance de la Croix : Laure Solignac, Institut catholique de Paris
  • 11h15 : Questions
  • 12h00 : Déjeuner
  • 14h00 : La réception du Lignum vitae de saint Bonaventure à travers le chant O Cruxfrutex, ou le succès d’une arborescence sonore : Anne-Zoé Rillon-Marne, Université catholique de l’Ouest / Université de Poitiers
  • 14h30 : Le Lignum vitae de saint Bonaventure dans l’art trécentesque : Raphaèle Preisinger, Université de Berne
  • 15h00 : « Un arbore in modo de croce nel quale era uno suspenso e nudo. » Arbres des oraisons et visions de saint Bonaventure chez Arcangela Panigarola : Gwladys Le Cuff, Université Paris-Sorbonne et Université de Picardie / Université Lyon 3
  • 15h30 : Pause
  • 15h45 : Questions
  • 16h30 : Conclusions et clôture de la journée

Contact :

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Colloque de Fanjeaux:L’Eglise et la violence Xe – XIIIe, (9-12/07)

Si la relation entre l’Église et la violence a plusieurs fois été abordée à Fanjeaux – notamment lors des 4e, 38e et 41e sessions – le 54e colloque revient sur cette question et propose de l’envisager sous ses différentes formes, au cours du Moyen âge central, en présentant documents, dossiers ou éclairages nouveaux. Le programme associe des analyses de la justification et de la réprobation des armes et des luttes (contre les spoliateurs, les hérétiques, les infidèles) à une série d’études de cas, qui s’attachent à restituer la vie et la complexité de personnages éminents (prélats en croisade, pape, prédicateurs) et d’épisodes dramatiques (lutte contre les mercenaires, sac de Béziers). On s’efforcera de dégager la spécificité de l’Occitanie, au sens large, au sein du royaume capétien et de la chrétienté occidentale : l’Église n’y est-elle pas confrontée à une violence de voisinage plus forte qu’ailleurs, faute de roi proche, obligée d’intervenir, exposée ainsi davantage à la contestation et engagée par là même dans l’entreprise « de paix et de foi » que veut être la croisade albigeoise ? Sans éviter pour autant toute violence…

Programme :

9h15 : ouverture de la session.

I. RÉGULATION ET USAGE DE LA VIOLENCE PAR OU CONTRE L’ÉGLISE

9h30 : Sébastien Fray (Université Jean Monnet, Saint-Étienne) – Monastères bénédictins et conduites guerrières dans le Sud-Ouest du Royaume de France
(Xe-XIIIe siècles).
10h15 : Dominique Barthélemy (Université Paris-Sorbonne) – Les milices et les confréries de paix diocésaine en Occitanie, XIe-XIIIe siècles.
11h : Simone Balossino (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) – La violence, les villes et l’Église : quelques cas méridionaux (XIIe-XIIIe s.).
11h45 : Xavier Hélary (Université Lyon III) et François Arbelet (Université Paris-Sorbonne) – Les évêques du Midi capétien et le service militaire au roi (1271-1304).

II. LA VIOLENCE VUE PAR LES GENS D’ÉGLISE

14h30 : Guy Lobrichon (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) – Lutte contre l’hérésie et justifications bibliques de la violence au XIIe siècle.
15h15 : Fernand Peloux (Université de Namur) – La violence dans un dossier hagiographique inédit (IXe-XIVe s.) : le martyre de Volusien de Foix et ses miracles.
16h : Françoise Durand (Montpellier) – Innocent III et la violence. Entre justice et miséricorde.

Mardi 10 juillet

9h : Marie-Anne Polo de Beaulieu (École des hautes Études en Sciences Sociales, Paris) – La violence dans les exempla méridionaux du XIIIe siècle.
9h45 : Térence Le Deschault de Monredon (Université de Barcelone) – Iconographie de la violence dans les églises méridionales.
10h30 : Esther Dehoux (Université de Lille) – « Bien vos connois au cors et au visage, as poinz quarrez et as leës espaules » : autour des enseignes de pèlerinage à l’effigie de Guilhem, guerrier saint de Gellone.

III. LE MIDI, LA DISSIDENCE ET LA CROISADE

11h15 : John France (Université de Swansea) – Des prélats méridionaux violents à la Première croisade.
14h30 : Jean-Louis Biget (ENS LSh) – Les violences de la croisade. Réflexions sur la prise de Béziers (22 juillet 1209).
15h15 : Mark G. Pegg (Washington University in Saint-Louis) – La violence comme rédemption : croisade, inquisition et hérésie.
16h : Nicole Bériou (Université Lumière Lyon) et Bernard Hodel, o.p. (Université de Fribourg) – Dominique et la violence évangélique.

Mercredi 11 juillet

Excursion en Minervois : Minerve, château d’Agel et castrum de Ventajou.

Jeudi 12 juillet

9h00 Georges Passerat (Institut catholique de Toulouse) – La guerre sainte dans l’Anonyme de la croisade albigeoise.
9h45 Damien Carraz (Université Clermont Auvergne) – Celeberrimum et generalissimum concilium. Montpellier, 1215 et le negotium pacis
et fidei.
11h Conclusion, par Dominique Barthélemy (Université Paris-Sorbonne)

Source et plan d’accès : http://fanjeaux.com/colloques.html

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire des Médiévistes, « Renart le contrefait, état de la recherche », 05/04, Lyon

Dans le cadre du Séminaire des Médiévistes, l’UMR 5648/CIHAM et le Pôle à Lyon de l’EHESS proposent une conférence avec : Corinne Pierreville, Xavier Hélary, Professeurs à l’Université Lyon 3, Elisabeth Lalou, Professeur à l’Université de Rouen.

« Renart le contrefait : état de la recherche »

Jeudi 5 avril 2018, de 9h30  à 12h30, Université Lyon 3, Amphithéâtre Huvelin, 15 quai Claude Bernard 69007 Lyon (Tram T1 – Station « Quai Claude Bernard »)

Source : EHESS 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques, 5-6 avril, Paris – Champs sur Marne

Cet atelier a pour but de faire dialoguer des jeunes chercheurs/chercheuses francophones et germanophones autour de la question des relations entre espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques (IXe–XIIIe siècles) dans un espace correspondant à celui de l’ancien empire carolingien. L’objectif est d’étudier la naissance d’espaces ecclésiastiques définis juridiquement et délimités spatialement et de s’interroger sur la perception de ces territoires par les laïques, qui peuvent être influencés par ces nouveaux modèles spatiaux. Surtout, le coeur de cet atelier consistera en l’étude des zones d’interfaces entre ces deux types d’espaces, entre conflits et interactions, discontinuité et émergence d’aires aux caractéristiques particulières.

Les différentes communications sont d’une durée de 20 minutes, suivies de 10 minutes de questions.

Programme

Jeudi, 5 avril 2018

Institut historique allemand, Paris

9:00 : Accueil des participants : T. Martine, J. Nowak, J. Schneider

9:30 : Éléments d’introduction

  • Ouverture de l’atelier par Th. Maissen, directeur de l’IHA
  • Die Rechtsräume, par C. Ehlers (Frankfurt a. Main/Würzburg)
  • Ecclesia et spatialisation des rapports sociaux, par M. Lauwers (Nice)

Session 1. Approches sémantiques, ritualistes et juridiques

Présidence : R. Große (Paris)

  • 10:30 : F. Grollmann (München) – Vorstellungen vom Herrschaftsraum im Kirchenrecht : Von der karolingischen zur ottonischen Epoche
  • 11:00 : N. Perreaux (Frankfurt a. Main) – « Des seigneuries laïques aux territoires ecclésiaux ? Dynamique du processus de territorialisation dans les actes diplomatiques numérisés (VIIe-XIIIe s.) »
  • 11:30 : N. Schroeder (Bruxelles) – Des dominations désincarnées ? La re-production des espaces seigneuriaux comme re-production de subordinations

Session 2. Des territoires épiscopaux en contact

Présidence : M. Czock (Duisburg-Essen)

  • 13:30 : A. Sagasser (Heidelberg) – Die Juden und ihr Platz in den Bischofsstädten Lyon und Speyer – Zwischen weltlichem Pragmatismus und kirchlicher Judenfeindschaft
  • 14:00 : M. Posaric (Kiel) – Die Bischöfe und die istrischen Küstenstädte. Interaktionsformen innerhalb kirchlicher und urbaner Herrschaftsgebiete (13.-14. Jahrhundert)
  • 14:30 : T. Jansen (Bonn) – Die Bischöfe von Verden in ottonischer Zeit – Bischöfliches Agieren in Räumen geistlicher und weltlicher Macht

15:00 – 15:30 – Pause

Présidence : U. Kleine (Hagen)

  • 15:30 : K. Odenbach (Halle-Wittenberg) – Die Bischöfe der Erzdiözese Mainz unter Otto III. und Heinrich II.
  • 16:00 : M. Wenzel (Leipzig) – Lothar III. (1125-1137), die Etablierung seiner Königsherrschaft und die sächsischen Erzbischöfe
  • 16:30 : F. Peloux (Namur) – La construction d’un espace épiscopal. Le cas du Gévaudan (XIe-XIIe siècles)

Vendredi, 6 avril 2018

Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Bois de l’Étang, salle C7

  • 9:15 : Accueil : G. Milani (Paris-Est Marne-la-Vallée)

Session 3. Intrication des espaces laïques et ecclésiastiques

Présidence : D. Panfili (Paris 1)

  • 9:30 : J. Beaumon (Rennes 2) – Implantation prieurale et enjeux territoriaux aux confins de la Bretagne, du Maine et de l’Anjou (XIe-XIIe siècles)
  • 10:00 : Th. Lacomme (EPHE Paris) – Comtes, vicomtes et chanoines : des espaces mixtes en Champagne ? (XIIe-XIIIe siècles)
  • 10:30 – 11:00 – Pause

Présidence : A. Wilkin (Bruxelles)

  • 11:00 : P. Chaffenet (Lille) – Espaces ecclésiastiques et espaces laïques en Vermandois occidental (XIe -début XIIe siècles) : distinctions et complémentarités
  • 11:30 : J. Bachelier (Rennes 2) – Terre d’Église puis seigneurie laïque en Bretagne : l’exemple de La Guerche (XIe-XIIIe siècles)

Session 4. Interfaces, conflits et tensions

Présidence : G. Bührer-Thierry (Paris 1)

  • 13:30 : F. Dirks (Hamburg) – Raumvorstellungen im westfränkischen Reich. Modelle, Interaktionen und Konflikte zwischen Grafen und Klöstern 843-923
  • 14:00 : C. De Vasselot (Nantes) – Coseigneuries et conflits de nomination : la seigneurie de Lusignan entre l’abbaye de Saint-Maixent et l’évêché de Poitiers
  • 14:30 : J. Winandy (Hamburg) – Schenkungen als Kontakt- und Konfliktzonen zwischen kirchlichen und weltlichen Herrschaften. Die Vita Gauzlini

15:00 – 15:30 – Pause

15:30 : Conclusions par G. Lubich (Bochum)

Lieux :

Institut historique allemand – 8 Rue du Parc Royal, Paris, France (75003)

Bâtiment Bois de l’Étang, salle C7 – 5 Boulevard Descartes, Champs-sur-Marne, France (77454)

Pour plus de renseignements :
Contact

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communications:Les trames arborescentes sur les façades des lieux sacrés : iconographie, mnémotechnie et anagogie d’un procédé structurel de l’Antiquité chrétienne à la fin du Moyen Âge, Paris, 25/05 [date limite : 10/04]

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Une journée d’étude spécialisée, consacrée aux trames arborescentes qui occupent les façades des édifices religieux antiques et médiévaux, aura lieu le 25 mai 2018

Dans le De Architectura, Vitruve définit l’arbre comme ce qui prodigue à l’homme le matériau nécessaire à l’architecture, mais aussi comme ce qui lui donne à voir le modèle macrocosmique de la construction idéale qu’il peut reproduire en tant que microcosme. Dès les débuts de la chrétienté, le choix topographique de la construction, dans des zones parfois reculées et pourvues d’une flore luxuriante, contribue à définir la tropologie du lieu, c’est-àdire aussi bien celle du site que celle du terrain que l’édifice sacré occupe, celle de son parvis et, bien entendu, celle de l’édifice lui-même.

Dans l’architecture chrétienne sacrée, la structure même des façades laisse fréquemment transparaître une organisation arborescente, sur laquelle se déploient des ramifications autour d’un axe. Cette organisation peut concerner l’ensemble de la façade ou seulement certaines parties : roses monumentales, tympans, voussures, portiques, piédroits, niches, frises, jusqu’à, parfois, l’ensemble du portail lui-même. Le trumeau, les pilastres, les statues-colonnes ou les colonnes peuvent alors se concevoir comme autant de troncs qui supportent un bourgeonnement voire un fleurissement ornemental ou symbolique et tendent à constituer une véritable forêt d’images.

Or, en tant que frontière et que monumentalisation du seuil qui lie le monde laïc et la domus dei, où l’espace et le temps se sacralisent et se spiritualisent, la façade constitue le lieu privilégié pour donner à voir la mémoire du site. Dès lors, l’association de l’iconographie, de l’ornement et de l’architecture inscrit dans la spiritualité les expériences physiques (optiques, haptiques ou encore praxiques) que franchir le seuil provoque. En outre, la façade permet de caractériser visuellement l’intérieur de l’édifice à l’extérieur de ses murs d’une part, et le passage entre cet extérieur et cet intérieur d’autre part. À ce titre, sa symbolique rencontre à nouveau celle de la forêt qui, dans l’imaginaire antique et médiéval, constitue le lieu d’un cheminement initiatique et/ou d’une retraite spirituelle. Enfin, les hiérarchies structurelles de la façade se font l’écho du monde sensible que l’homme peut organiser, tandis que le sens qui se dégage de sa globalité cherche à transcender le sensible en mettant au jour la trame harmonieuse du monde. Par conséquent, les configurations arborescentes qui occupent les façades accentuent l’efficacité d’opérateurs initiatiques, d’intermédiaires et d’intercesseurs qu’elles exercent entre le monde quotidien que l’homme habite, et le lieu sacré au sein duquel communier avec Dieu devient possible.

L’objectif de cette journée sera de s’interroger sur la fonction répartitrice et sur le rôle discursif du phénomène visuel que constituent les façades des édifices sacrés de l’Antiquité chrétienne à la fin du Moyen Âge. On réfléchira notamment à l’opérativité mnémotechnique, parénétique, anagogique et eschatologique que recourir à des trames arborescentes leur confère.

Nous pourrons notamment nous demander :

  • Quelles sont les modalités et les caractéristiques des structures arborescentes, des usages de l’image de l’arbre et de celui du bois dans les façades ?
  • Ces modalités sont-elles spécifiques à cette partie de l’édifice ? Quelles en sont les spécificités ?
  • Quelle est l’efficacité visuelle, spatiale, cognitive, méditative et/ou spirituelle de la structure arborescente à laquelle l’homme se confronte nécessairement en entrant dans l’édifice ?
  • Quels procédés architecturaux, visuels et/ou iconographiques sont mis en œuvre afin de signifier le passage de l’extérieur à l’intérieur de l’édifice ?
  • Quels ressorts plastiques, iconiques et/ou mnémotechniques les trames arborescentes mobilisent-elles, et à quelles fins ?
  • Quels sont les rapports, en miroir ou en confrontation, entre la façade construite par l’homme et la nature réelle dans laquelle l’édifice peut prendre place ?

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 10 avril 2018.

Contacts :

  • Élise Vernerey (elise.vernerey01@univ-poitiers.fr)
  • Mathieu Beaud (mathieu.beaud2@gmail.com)
  • Naïs Virenque (nais.virenque@univ-tours.fr)

https://trarborescentes.sciencesconf.org/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Candidature bourses estivales Robert-Mandrou et Gabriel-Monod [date limite : 15/05]

L’IFRA-SHS attribue, outre des bourses de courte durée, une bourse d’un montant plus important de 1 300 euros destinée à couvrir de manière forfaitaire un séjour de recherche d’une durée minimale de quatre à six semaines en Allemagne, au cours de l’été suivant son attribution (2018). Cette bourse porte le nom de Robert Mandrou, fondateur de la Mission historique française en Allemagne en 1977, ancêtre de l’Institut Français d’Histoire en Allemagne puis de l’IFRA-SHS. Depuis 2006, la « bourse Robert-Mandrou » est réservée aux doctorants.

Pour les candidat(e)s postdoctorant(e)s, une « bourse Gabriel-Monod », dotée de 1 500 euros, est également proposée. Le calendrier et les conditions d’attribution sont les mêmes que pour la « bourse Mandrou ».

Comme pour les bourses habituellement accordées par l’IFRA, le lieu de résidence ne sera pas obligatoirement Francfort-sur-le-Main et cette aide s’adressera à tout étudiant(e) ou chercheur/euse engagé(e) dans une recherche en sciences humaines portant sur l’histoire et la civilisation des pays germaniques de l’Antiquité au XXe siècle, ou sur des sujets relevant d’autres disciplines des sciences sociales, dont la dimension franco-allemande constitue un élément important et une réelle plus-value scientifique.

La sélection des candidat(e)s se fera sur dossier par les chercheuses/chercheurs de l’IFRA-SHS réunis en commission. Le dossier de candidature devra comprendre :

  • une lettre de demande adressée au directeur de l’IFRA-SHS
  • un bref CV mentionnant éventuellement les publications scientifiques
  • une fiche de demande de bourse de l’IFRA-SHS (à demander auprès de l’Institut ou à télécharger à partir du site internet)
  • un descriptif de la recherche en cours et un programme détaillé de travail
  • une attestation du directeur/de la directrice de recherche pour les doctorant(e)s (« bourse Robert-Mandrou »)
  • un RIB

Après sélection et accord, le montant de la bourse sera versé sur un compte bancaire dont les coordonnées auront été fournies par le/la candidat(e), une fois ce dernier arrivé/cette dernière arrivée sur son lieu de travail (attestation faisant foi).

Après son séjour, le/la candidat(e) devra adresser un rapport d’activités et, le cas échéant, un exemplaire de son mémoire ou de sa thèse.

Les dossiers de candidature pour l’été 2018 devront être adressés au directeur de l’Institut Franco-Allemand de Sciences Historiques et Sociales (IFRA-SHS) – Goethe-Universität Frankfurt, Campus Westend, Postfach 42, Norbert-Wollheim-Platz 1 – D-60 629 Frankfurt am Main

La date limite de dépôt des candidatures est le 15 mai 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Prix de thèse de la SFHU [date limite : 11/06]

La Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU) ouvre, pour sa 8e session, au titre de l’année 2018, un concours de thèses qui s’adresse aux jeunes docteur.es en histoire urbaine. Par cette initiative, la SFHU vise à encourager de jeunes chercheurs.ses et à favoriser la plus large diffusion possible de leurs travaux (voir les archives du prix de thèse sur le site : http://sfhu.hypotheses.org/la-sfhu/prix-de-these-sfhu).

1. Objet du concours

Le.la lauréat.e du concours sera récompensé.e par une somme de 2000 euros.

2. Conditions de participation

Le prix est ouvert aux docteur.es ayant soutenu une thèse d’histoire urbaine, rédigée en français, durant l’année (civile) 2017. Les mémoires d’habilitation à diriger des recherches et les thèses de l’École nationale des chartes ne sont pas retenus.
Sont recevables toutes les thèses qui abordent le fait urbain dans son historicité, quels que soient la période, l’espace et la discipline académique (histoire, droit, urbanisme, architecture, histoire de l’art…) concernés.

3. Constitution du dossier de candidature

Pour s’inscrire, le.la docteur.e doit faire acte de candidature en envoyant à la SFHU (voir ci-dessous), un dossier dématérialisé qui comprendra les éléments suivants :

– le formulaire de candidature (ci-dessous, télécharger ou copier) dûment rempli (en version électronique pdf exclu) ;
– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes (en version électronique, traitement de texte, pdf exclu) ;
– un curriculum vitae (en version électronique) ;
– une version électronique de la thèse au format pdf (volume maximum par fichier permettant une transmission en PJ de message électronique, dans la mesure du possible ; voir détails ci-dessous).

4. Procédure d’attribution du prix

Le jury sera composé des membres du bureau de la SFHU. Il examinera l’ensemble des thèses recevables et pourra s’adjoindre des expert.es extérieur.es, français.es et étranger.es.

5. Calendrier

Les candidatures seront enregistrées jusqu’au 11 juin 2018 minuit CET, délai de rigueur (par voie électronique, à l’adresse Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr).
Les résultats seront proclamés en décembre 2018 au plus tard et le prix remis lors de l’AG annuelle et du congrès de la SFHU de 2019.

Dossier de candidature : cliquez ici

Pièces à joindre :

– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes, espaces compris (en version électronique, sous traitement de texte, pdf exclu ; NB : le rapport de soutenance n’est pas demandé) ;
– un curriculum vitae (en version électronique) ;
– une version électronique de la thèse (fichier(s) pdf – en cas de problème d’envoi en pièce jointe, faire un premier envoi avec le dossier « administratif » et les éventuels fichiers transmissibles par mel, pour convenir d’un mode de transmission des fichiers plus lourds, afin de ne pas trop fractionner les volumes et démultiplier les envois).

Formulaire (rappel : en format traitement de texte) et pièces demandées à envoyer, avant le 11 juin 2018 minuit CET, délai de rigueur, à : Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr

NB : un accusé de réception du dossier complet sera envoyé aux candidat.es : penser à vérifier sa bonne réception.

(https://sfhu.hypotheses.org/3459)

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Bourses pour participer à la XIIe conférence de la European Association for Urban History [date limite : 23/04]

La Société Française d’Histoire Urbaine propose à nouveau aux doctorants et jeunes docteurs trois bourses pour participer à la XVIème Conference de la European Association for Urban History, qui aura lieu à Rome du 29 août au 1er septembre 2018 sur le thème Urban renewal and resilience. Cities in comparative perspective.

Le montant de ces bourses est destiné à couvrir les droits d’inscription fixés à 260 euros. Ces bourses ne sont pas cumulables avec une aide accordée par une Ecole doctorale, une université, un département ou un laboratoire de recherche (UMR, EA …).

Les jeunes docteurs devront avoir soutenu leur thèse depuis moins de 3 ans.

Les candidats devront fournir une attestation d’acceptation de leur communication par le responsable de la session ou le comité d’organisation de la Conférence.

Les bénéficiaires s’engagent à adhérer à la SFHU en acquittant leur cotisation 2018.

Les demandes (lettre de candidature + CV + lettre d’acceptation) devront être envoyées à l’adresse du président denis.menjot@ish-lyon.cnrs.fr  d’ici au 23 avril 2018.

Une réponse sera adressée aux candidats au début du mois de mai.

(https://sfhu.hypotheses.org/3469)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature atelier doctoral:L’économie des villes méditerranéennes (Sienne, 25-29/06) [date limite de candidature:15/04]

Cet atelier de formation doctorale s’inscrit dans le prolongement direct de la Scuola di alti studi dottorali qui, de 2004 à 2016, a constitué un lieu de formation de pointe pour les jeunes chercheurs consacrant leurs recherches à l’étude de la culture locale. Promu par le Centro di Studi sulla civiltà comunale de la Deputazione di Storia Patria per la Toscana, l’école s’est signalée comme l’une des « écoles d’été » les plus qualifiées au niveau international : sur plus de 180 participants, plus de 40 provenaient d’universités non italiennes.

Depuis 2017, les Ateliers internationaux de formation doctorale sont organisés par le Centro di Studi sulla civiltà comunale de la Deputazione di Storia Patria per la Toscana en collaboration avec le doctorat en histoire (Dottorato di ricerca in Studi storici) des universités de Florence et de Sienne, l’École française de Rome et l’Université Paris-Sorbonne. Ils se déroulent à San Gimignano avec le soutien de l’administration municipale locale. Le Comité scientifique est composé d’Élisabeth Crouzet-Pavan (Université ParisSorbonne), Jean-Claude Maire Vigueur (Università di Roma Tre), Giuliano Pinto (Deputazione di Storia Patria per la Toscana), Pierre Savy (École française de Rome) et Andrea Zorzi (Università di Firenze).

L’objectif des ateliers est l’étude des sociétés urbaines du Moyen Âge, en mettant l’accent sur les systèmes politiques et les différentes manifestations de l’imaginaire urbain et en portant le regard sur toutes les villes du bassin méditerranéen – celles de l’Occident chrétien, celles de la zone d’influence byzantine et celles des régions sous domination islamique. Les ateliers offrent un environnement stimulant pour les échanges intellectuels entre spécialistes établis et jeunes chercheurs en formation, pour favoriser, à travers des moments de discussion et d’échange, le renouvellement de la recherche et l’élargissement des perspectives comparatives.

Les ateliers, multidisciplinaires, prévoient des leçons sur des questions interprétatives vastes dispensées par des professeurs spécialisés et des séminaires organisés par les participants sur leurs sujets de recherche.

Les enseignants du deuxième Atelier – consacré à l’économie des villes méditerranéennes – seront les professeurs Duccio Balestracci (Università di Siena), Elisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne), Jean-Baptiste Delzant (Aix Marseille Université), Franco Franceschi (Università di Siena), Catherine Kikuchi (École française de Rome), Luca Molà (European University Institute), Giuliano Pinto (Deputazione di Storia patria per la Toscana), Sergio Tognetti (Università di Cagliari) et Cécile Troadec (École française de Rome).

Les participants doivent être des étudiants doctorants, boursiers de recherche et boursiers postuniversitaires dans les disciplines historiques et de « médiévistique » de toutes les universités italiennes et étrangères et de toute nationalité.

La participation à l’atelier est réservée à 14 (quatorze) jeunes chercheurs, choisis à la discrétion du Comité scientifique sur la base d’une évaluation des diplômes et des programmes présentés. Les participants en surnombre ne sont pas autorisés.

Les ateliers ont un caractère résidentiel. Les personnes admises sont tenues d’assister assidûment à toutes les réunions et de conduire durant l’atelier un séminaire sur leurs recherches, selon le programme qui sera rendu officiel au début de l’atelier. Au terme de celui-ci, un certificat de participation sera remis aux participants. Nous nous réservons le droit de refuser un certificat à ceux qui, sans justification, n’auront pas suivi les cours avec assiduité.

L’hospitalité complète est offerte aux candidats retenus, à l’exclusion des frais de déplacement.

Les candidats doivent soumettre :

  • une demande d’admission avec les coordonnées du candidat, l’indication de son niveau d’études et de son statut général et professionnel actuel, une adresse postale, un numéro de téléphone et un courrier électronique, en utilisant le formulaire disponible ici :  https://drive.google.com/file/d/10DcyCLENlCN0ilMScJ9MX4VMD1S3n2q/view?usp=sharing>
  • une brève description du projet de recherche en cours (en utilisant le formulaire disponible sur l’URL indiquée supra)
  • un curriculum vitae de deux pages maximum présentant les études suivies et les activités scientifiques ;- éventuellement, la copie des publications.

On ne prendra pas en compte les demandes omettant de fournir une description du projet de recherche ou dépourvue du formulaire de candidature.

Les demandes doivent être adressées sur la boîte cescc.2011@gmail.com, avec les documents requis en pièces jointes, au plus tard le 15 avril 2018.

Les candidats admis à l’atelier seront informés par courrier électronique avant le 5 mai 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude:Trames arborescentes, Transmettre du sens par les trames arborescentes, Poitiers, 23/03

23 mars 2018, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, Poitiers

Organisateurs : Naïs Virenque, Antoine Paris et Sergi Sancho Fibla

Avec le soutien de la FESMAR, En partenariat avec le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Présentation :

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux.

Étudier les trames arborescentes implique de réfléchir principalement à l’arbre et à l’arborescence en tant que structures qui agencent, distribuent, ordonnent un contenu spécifique. Par conséquent, les « trames arborescentes » désignent les modalités structurelles qui organisent un objet culturel sur le modèle implicite ou explicite de l’arbre ou de l’arborescence. L’objectif du projet est d’examiner des structures en ellesmêmes et non tous les aspects graphiques, iconographiques ou métaphoriques des supports visuels, textuels ou sonores qui font appel au végétal.

Les études que le projet accueille — travaux achevés, intuitions ou ébauches momentanées — peuvent porter sur des panoramas généraux, des questionnements épistémologiques ou des cas d’étude sans restriction disciplinaire, géographique ni chronologique.

Programme :

  • 09h30 : Présentation de la journée. Antoine Paris, Université Paris-Sorbonne/Université de Montréal, Faculté de Littérature grecque, Orient et Méditerranée et Département d’Études Bibliques ; Sergi Sancho Fibla Aix-Marseille Université/CNRS, Labexmed, TELEMMe ; Naïs Virenque, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Première session : des arborescences délinéatrices

Présidence : Antoine Paris, Université Paris-Sorbonne/Université de Montréal, Faculté de Littérature grecque, Orient et Méditerranée et Département d’Études Bibliques

  • 10h00 : Mémoriser des divisiones et des distinctiones par une structure arborescente : schémas, diagrammes et délinéations graphiques au Moyen Âge. Naïs Virenque, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance
  • 10h30 : Création, mort et renaissance, la croissance végétale comme réseau opérant dans l’activation d’un décor monumental : le cas du protiro de San Zeno à Vérone. Mathieu Beau, Institut National d’Histoire de l’Art.
  • 11h00 : Questions
  • 11h30 : Pause
  • 11h45 : Structure arborescente de la planche dans les narrations graphiques. Pierre-Alexis Delhaye, Lycée Camille Claudel, Fourmies
  • 12h15 : Déjeuner

Deuxième session : trames arborescentes et herméneutique

Présidence : Joël Biard, Université de Tours/Institut universitaire de France.

  • 14h00 : Des structures arborescentes dans les listes de problèmes mathématiques cunéiformes (Mésopotamie début du IIe millénaire avant notre ère). Christine Proust, Université Paris Diderot/CNRS, SPHERE
  • 14h30 : Les trames arborescentes et la question de l’individuation dans la philosophie médiévale. Iryna Lystopad, Lycée Corot, Savigny-sur-Orge
  • 15h00 : The Arbor Philosophiae amoris in the Early Modernity. José Higuera Rubio, Université de Porto, Instituto de Filosofia.
  • 15h30 : Questions
  • 16h : Pause

Troisième session : une éthique de l’arborescence ?

Présidence : Sergi Sancho Fibla, Aix-Marseille Université/CNRS, Labexmed, TELEMMe

  • 16h15 : L’Arbor actionum de Johannes Bassianus : un instrument taxinomique efficace pour les juristes au Moyen Âge et à la Renaissance. Andrea Errera, Université de Parme, Dipartimento di Giurisprudenza, Studî politici e internazionali
  • 16h45 : Les trames arborescentes en science juridique. Nicolas Paris, Université de Bourgogne Franche-Comté, Centre de Recherche et d’Étude en Droit et Science Politique
  • 17h15 : Utiliser un arbre diagnostique en médecine : caractéristiques et éthique de l’arbre diagnostique de l’embolie pulmonaire. Florian Violon, Université de Lorraine, CHU de Nancy, Laboratoire d’Anatomie et de Cytologie pathologiques
  • 17h45 : Questions
  • 18h15 : Conclusions et clôture de la journée

Contact :

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier doctoral Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge – Les sources pour l’histoire religieuse, Salerne, 18-22/06 [date limite : 27/04]

APPEL À CANDIDATURES ATELIER DOCTORAL DE SPÉCIALISATION

L’Atelier doctoral Mondes méditerranéens et Italie méridionale au Moyen Âge, organisé par l’Università degli Studi di Salerno (Dipartimenti di Scienze del patrimonio culturale e di Scienze umane, filosofiche e della formazione), l’Università degli Studi della Basilicata (Dipartimento di Scienze Umane), l’Università degli Studi di Napoli Federico II (Dottorato di ricerca in Scienze storiche, archeologiche e storico-artistiche) et l’École française de Rome, a pour but de fournir une formation spécialisée dans le domaine de l’histoire, de la civilisation et de la culture de l’Italie méridionale et de son environnement méditerranéen au Moyen Âge.

Dans cet esprit, l’Atelier réunit des enseignants spécialisés et de jeunes chercheurs pour offrir une occasion de réflexion, de discussion, d’approfondissement méthodologique et de mise au point historiographique concernant les différentes sources historiques et les conditions convenables de leur utilisation.

Dans l’édition de cette année, on abordera l’étude de certains aspects de l’histoire religieuse particulièrement caractéristiques du monde méditerranéen et on analysera, à divers niveaux, les sources qui permettent d’en reconstituer la spécificité et les valeurs.

Les boursiers présenteront un rapport concernant leur projet de recherche et les différentes sources qu’ils utilisent.

Le Séminaire est particulièrement destiné aux jeunes chercheurs, doctorants ou déjà docteurs, qui travaillent sur des sujets concernant l’Italie et/ou d’autres régions méditerranénnes au Moyen Âge ; douze bourses couvrant l’ensemble des frais de séjour leur sont proposées, les déplacements restant à la charge des participants.

Chacune des quatre journées de travail (du lundi 18 au vendredi 22 juin) comportera deux sections :

  • Le matin, intervention d’un enseignant appartenant à une Université ou à une institution de recherche européenne ou extra-européenne.
  • L’après-midi, présentation et discussion par les jeunes chercheurs de leurs recherches en cours (interventions de 20 minutes au plus).

Avant le 27 avril 2018, les candidats devront envoyer par courrier électronique à mondimediterranei@gmail.it : – Une demande de participation indiquant de façon synthétique les raisons de leur intérêt.

  • Un bref curriculum studiorum indiquant en particulier leurs compétences linguistiques et leurs éventuelles publications.
  • Un résumé de leur programme de recherches (6.000 signes au maximum).
  • Une lettre de présentation d’un enseignant universitaire ou d’un chercheur spécialisé, qui servira de garantie.

Les candidats seront sélectionnés par le Comité Scientifique sur la base de la relation entre leur programme de recherche et le thème du séminaire. Le résultat de la sélection sera communiqué avant le 18 mai 2018. En même temps, ceux qui auront été sélectionnés recevront le programme détaillé des journées et les informations pratiques.

Les candidats retenus devront ensuite envoyer le texte de leur intervention (30.000 signes au maximum) dans l’une des trois langues de travail (italien, français, anglais) avant le 1er juin 2018. Les participants devront en outre préparer une présentation Powerpoint dans l’une des deux langues qu’ils n’auront pas choisies pour leur texte. Chacun des projets présentés sera commenté par l’un des enseignants participant au Séminaire et discuté collectivement par les autres enseignants et les participants. Sur proposition du Comité Scientifique de l’Atelier, les meilleures interventions pourront être soumises aux Comités de lecture des revues Mélanges de l’École fançaise de Rome.

Moyen Âge et Schola salernitana pour une éventuelle publication.

Le Comité Scientifique se réserve la possibilité d’accueillir comme auditeurs libres d’autres participants intéressés par les thèmes traités, qui prendront à leur charge leurs frais de séjour.

Ceux qui seront admis au Séminaire devront le suivre toute la semaine.

Comité Scientifique

Claudio Azzara, Giuliana Capriolo, Fulvio Delle Donne, Roberto Delle Donne, Maria Galante, Amalia Galdi, Benoît Grévin, Jean-Marie Martin, Francesco Panarelli, Annick Peters-Custot, Vivien Prigent, Gerardo Sangermano, Pierre Savy

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

COLLOQUE:RENCONTRE DES DOCTORANTS DE LA MOM, LYON, 26-28/03

Préparé par les doctorant.e.s et organisé autour d’ateliers thématiques sur deux journées et demie, ce colloque souhaite représenter tous les champs disciplinaires de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (archéologie, archéométrie, histoire, épigraphie, philologie, etc.). Il a pour but d’offrir aux doctorant.e.s de la MOM un espace d’échange et de discussion avec les chercheurs, les professionnels de l’archéologie, les étudiants et le grand public.

Amphithéâtre de la MILC, 35 rue Raulin, Lyon 7e

Contact : rdmom2018@gmail.com

Plan et programme

Lundi 26 mars 2018

• Session 1 : Iconographie

14h – 14h30 : La frontalité sur les stèles funéraires de l’époque hellénistique : un critère de représentation des femmes à part
Elise Pampanay (HiSoMA)

14h30 – 15h : Les allusions à la conquête de l’Hispania dans le monnayage romain d’époque républicaine (iie-ier s. av. J.-C.)
Simon Cahanier (HiSoMA)

15h – 15h30 : Les procédés de représentations d’Héraclès dans la céramique attique
Clara Granger (HiSoMA)

15h30 – 16h : Présentation des posters
16h – 16h15 : Pause

• Session 2 : Exploitation des ressources

16h15 – 16h45 : Les paysages artésiens du Nefzaoua (Sud-est tunisien)
Afef Raddadi (Archéorient)

16h45 – 17h15 : L’exploitation du désert Oriental égyptien à l’époque pharaonique
Isabelle Goncalves (HiSoMA)

17h15 – 17h45 : Agriculture en terrasses de l’Axoumite à nos jours
Ninon Blond (Archéorient)

Mardi 27 mars

Session 3 : Religion

9h15 – 9h45 : Collections de lettres apocryphes : pourquoi a-t-on écrit de fausses épîtres dans l’Antiquité
Lucas Rascle (HiSoMA)

9h45 – 10h15 : Entre la piété personnelle et le salut universel – les peintures murales de l’église de Saint-Symphorien-sur-Coise Magdalena Kruszynska (ArAr)

10h15 – 10h45 : Entre éloge et polémique : étude sur la Lettre 38 à Marcella de Jérôme
Gina Derhard (HiSoMA)

10h45 – 11h : pause

Session 4 : Interfaces et échanges

11h – 11h30 : Réalités architecturales du commerce de proximité à Lyon et à Vienne : analyse spatiale et typologique
Marine Lepee (ArAr)

11h30 – 12h : Forum, édifice basilical et locaux administratifs : nouvelles approches du complexe monumental et civique de Vaison-la-Romaine
Caroline Lefebvre (IRAA)

12h – 12h30 : Étudier les comportements et les relations interpersonnelles sur les marchés athéniens : quelles perspectives méthodologiques
Louise Fauchier (HiSoMA)

12h30 – 14h30 : pause déjeuner

• Session 5 : Littérature

14h30 – 15h : Le verbe χυτλόω : une trace du vocabulaire médical dans la poésie grecque du IIIe siècle av. J.-C.
Emmanuelle Morel (HiSoMA)

15h – 15h30 : La création lexicale dans la poésie dramatique : étude des hapax dans l’œuvre d’Eschyle
Alexandra Kozak (HiSoMA)

15h30 – 15h45 : pause

15h45 – 16h15 : Du personnage à l’allégorie : quelques exemples significatifs du renouvellement des procédés de caractérisation dans le roman grec antique et byzantin
Jérôme Bastick (HiSoMA)

16h15 – 16h45 :La représentation du comportement du chien dans les sources cunéiformes de Mésopotamie : le cas des proverbes et des présages
Andréa Vilela (Archéorient)

Mercredi 28 mars

• Session 6 : Organisation de l’espace

9h15 – 9h45 : Les structures et les usages du front de mer péloponnésien ; une évolution présentée à travers d’études de cas
Alexandra Petavridou (HiSoMA)

9h45 – 10h15 : Paysage portuaire et « matérialisation de l’idéologie » à l’époque impériale romaine
Stéphanie Mailleur-Aldbiyat (HiSoMA)

10h15 – 10h45 : Dans et au-delà de l’enceinte monastique, l’organisation spatiale des monastères féminins de l’ordre des Chartreux
Mathilde Duriez (ArAr)

10h45 – 11h : pause

• Session 7 : Métiers

11h – 11h30 : La création lexicale dans les traités médicaux : globulus et pilula dans les Compositiones de Scribonius Largus (Ier ap. J.-C.), textes et realia
Jeanne Mathieu (HiSoMA)

11h30 – 12h : Métiers humbles et communauté chez Léonidas de Tarente
Claire-Emmanuelle Nardone (HiSoMA)

12h – 12h30 : Suse et l’Élam, un sujet d’étude pour l’archéomusicologie
Margaux Bousquet (Archéorient)

12h30 – 14h30 : pause déjeuner

• Session 8 : Techniques

14h30 – 15h : Les grecs avaient-ils du punch au Néolithique ?
Cécile Ménager (Archéorient)

15h – 15h30 : La céramique peinte à pâte claire de moyenne vallée du Rhône : marqueur économique, culturel et social
Cécile Moulin (HiSoMA)

15h30 – 15h45 : pause

15h45 – 16h15 : La production de céramique non-sigillée à Lezoux durant le Haut-Empire
Marjorie Riou (ArAr)

16h15 – 16h45 : Premières conclusions sur le faciès tardo-républicain du Latium septentrional
Lucie Motta (ArAr)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution: »Describe arborem ». Les trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de Saint Bonaventure, Paris, 13/04 [date limite:17/03]

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. Une journée d’étude spécialisée, consacrée aux trames arborescentes dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, aura lieu le 13 avril 2018.

« Confectionne dans ton esprit un arbre dont la racine est irriguée par une source au jaillissement perpétuel », « Examinez donc les feuilles de votre vigne, et gravez-les dans votre mémoire d’une manière ineffaçable ». Ainsi saint Bonaventure exhorte-t-il, dans le Lignum vitae et dans la Vigna mistica, son lecteur/auditeur à élaborer mentalement une trame arborescente à même de structurer son élévation spirituelle. Dans la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure, les trames arborescentes, chargées de la symbolique mystique de l’arbre de vie que la culture textuelle et diagrammatique de l’arbre rencontre à partir du XIe siècle, opèrent tant comme des images de prolifération et de luxuriance que comme des formes signifiantes indispensables à la dévotion.

Au cours du XIIIe et du XIVe siècles, sur le modèle de saint Bonaventure, la culture franciscaine use abondamment du modèle répartiteur de l’arbre afin de graduer le parcours par lequel, en recherchant la similitude et la conformité à la souffrance du Christ, le fidèle s’adonne à l’enargeia compassionnelle qui l’habite. Un tel recours relève majoritairement de la nécessité que rencontrent les prédicateurs de mémoriser et de faire mémoriser leurs sermons à une foule d’auditeurs de plus en plus nombreux, en particulier dans les contextes urbain comme rural de l’Italie communale.

En tant qu’ouvrage majeur de la spiritualité franciscaine du XIIIe siècle, le Lignum vitae a fait l’objet de nombreux commentaires et de nombreuses études, qui s’attachent, le plus souvent, à son intertextualité scripturaire, à son efficacité parénétique ou encore à sa mise en image manuscrite puis monumentale. Pourtant, la spécificité de la trame arborescente que la littérature, la théologie et la méditation bonaventuriennes mettent en place, les modalités textuelles, graphiques et iconographiques de son efficacité heuristique, celle des procédés plastiques de son iconographie, l’exploitation de sa mise en musique ou encore la singularité des ressorts mnémotechniques qu’elle engage n’ont fait l’objet que de peu d’études intégrales de la part des spécialistes des structures arborescentes médiévales. Les autres ouvrages de saint Bonaventure ne sont, eux, presque jamais évoqués, alors que, bien souvent, ils amorcent – au moins – l’élaboration mentale d’une trame arborescente essentielle dans la pratique méditative. Nous voudrions notamment nous demander :

  • Quelle performativité et quelle opérationnalité la littérature, la théologie et la méditation de saint Bonaventure mobilisent-elles ?
  • Sur quoi repose leur considérable fortune, qui tend à écraser quantitativement une large partie des autres modèles de trames arborescentes ?
  • Comment faire l’exégèse, l’herméneutique et l’iconologie de telles trames arborescentes ? Selon quels présupposés méthodologiques, avec quelles implications théoriques ?
  • Quelle est la réception de ces trames, comment interagissent-elles avec les cultures dévotionnelle, méditative, rhétorique, musicale et diagrammatique locales ?

 

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 17 mars 2018.

Contacts :

Naïs Virenque : nais.virenque@univ-tours.fr

Antoine Paris : antoine7.paris@wanadoo.fr

Sergi Sancho Fibla : ssfibla@gmail.com

https://trarborescentes.sciencesconf.org/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidature atelier doctoral:Outils et méthodes pour l’histoire des Églises entre Orient et Occident (Ve-XIXe siècle), 10-15/09, Rome

Organisation :

  • Frédéric Gabriel (CNRS, IHRIM, ENS de Lyon)
  • Camille Rouxpetel (CRM-Université Paris-Sorbonne / CRHIA-Université de Nantes / Villa I Tatti, the Havard University Center for Italian Renaissance Studies)

Comité scientifique :

  • Dominique Iogna-Prat (CNRS, EHESS, CéSor)
  • Michel-Yves Perrin (EPHE-LEM)
  • Annick Peters-Custot (CRHIA-Université de Nantes)
  • Pierre Savy (EFR)
  • Benoît Schmitz (Centre Roland Mousnier, Paris)
  • Laurent Tatarenko (IESW / CERCEC)

L’École française de Rome, en partenariat avec l’EHESS, l’ENS de Lyon, trois laboratoires du CNRS (LEM, CéSor, IHRIM) et le labex CoMod (Lyon), organise un atelier doctoral à Rome du 10 au 15 septembre 2018. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du programme « Normes et pratiques du religieux en Orient et Occident : une histoire croisée des circulations entre les communautés chrétiennes d’Europe et de Méditerranée » (https://normesrel.hypotheses.org). Dirigé par Camille Rouxpetel et Laurent Tatarenko, ce programme fédère l’École française d’Athènes, le Centre de recherche français à Jérusalem et l’EFR, ainsi que le CNRS (CéSor, CERCEC), l’Université catholique de Louvain et l’Université de Nantes (CRHIA).

Les relations entre religion et institutions, longtemps délaissées par des sciences humaines et sociales structurées par la laïcité ou, au contraire, investies à des fins apologétiques, sont aujourd’hui interrogées à nouveaux frais. Dans ce cadre, il est indispensable de revenir de manière critique sur la notion d’Église, dans sa pluralité confessionnelle, occidentale et orientale (Europe centrale et orientale, espace hellénique, ProcheOrient), car bien souvent, l’« histoire religieuse » prend pour acquis ce qu’il s’agit ici d’interroger. À l’inverse, dans cette école thématique internationale, nous mettrons en évidence et nous discuterons les problématiques qui structurent l’institutionnalité ecclésiale, ses normes, ses ramifications, ses jeux d’échelles, et nous proposerons une cartographie des champs relatifs à ce domaine. Classiquement, quand il s’agit de définir l’Église, on reconnaît d’emblée l’ambiguïté du terme, ses sens multiples : c’est cette ambiguïté et sa polyphonie que nous explorerons de manière interdisciplinaire, pour mieux comprendre la dialectique entre religion, institution et normes.

Cet atelier doctoral permettra ainsi de mettre en rapport des historiographies séparées alors même qu’elles partagent un objet central et fort, l’Église, qui n’est souvent traitée que comme une toile de fond de l’histoire. En effet, l’objet « Église » est interdisciplinaire par définition, mais son étude, rare en tant que telle dans le monde francophone, est démembrée entre différentes disciplines (théologie, histoire, mais aussi lettres classiques, sociologie, philosophie, droit). Les participant-e-s qui prendront part à cette école auront l’opportunité de voir réunies des approches diverses et complémentaires : sociale, normative, liturgique, politique, orientaliste. Les participant-e-s auront accès aux méthodes, aux problématisations et aux derniers acquis de ces différentes approches interdisciplinaires dans la longue durée. En outre, ils auront également l’occasion de discuter entre eux de leurs sujets, et de la spécificité ou de la convergence de leurs problématiques. Enfin, ils bénéficieront des regards de différents spécialistes sur les problèmes qu’ils rencontrent, puisque tous les conférenciers participeront à l’école dans sa totalité.

Rome est l’un des lieux par excellence où l’on peut étudier dans un périmètre restreint des éléments divers qui s’échelonnent sur un millénaire : sites archéologiques, bâtiments antiques, médiévaux et « baroques », fonds d’archives, bibliothèques ecclésiastiques. Pour un atelier doctoral qui se situe à la croisée de plusieurs domaines, ce centre géographique des époques antique, médiévale et moderne s’impose de lui-même.

 

L’atelier se déroulera de la manière suivante :

  • Des conférences historiographiques, en français, qui présenteront le matin une synthèse problématisée de l’état de l’art, ainsi que les perspectives les plus actuelles de la recherche. Après ces interventions, une large place sera consacrée aux discussions.
  • Dans un format plus réduit, l’après-midi, les étudiant-e-s pourront faire un exposé concis en lien avec les thématiques abordées (langues de travail : italien, français, anglais). Pendant cette semaine de formation, nous envisageons de sélectionner les meilleurs exposés des participant-e-s. pour leur proposer, à l’issue de l’atelier, une soumission de leur texte aux Mélanges de l’École française de Rome Moyen Âge.
  • Des visites guidées et commentées de sites archéologiques, de bâtiments et de fonds archivistiques.

 

L’École française de Rome propose 12 bourses pour des jeunes chercheurs (étudiant-e-s en master 2, en doctorat ou jeunes post-doctorant-e-s de l’Union européenne et d’autres pays) effectuant un travail de recherche sur les thèmes et les problèmes de l’atelier. Ces bourses couvrent uniquement les frais de séjour à Rome. Les frais de transport incombent aux laboratoires ou aux écoles doctorales des participant-e-s (à titre exceptionnel, nous pourrons envisager de prendre en charge certains trajets).

Les candidat-e-s doivent envoyer (en français, ou en italien, ou en anglais), avant le 31 mars 2018, à secrma@efrome.it 1. un CV d’une page et 2. la présentation de leur sujet de recherche en une page.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contributions:Territoires urbains coloniaux depuis l’Antiquité. 06/06, Champs-sur-Marne [date limite : 01/05]

Atelier doctoral organisé par le Groupe transversal Usages de l’histoire et devenirs urbain, Labex Futurs urbains (Université Paris-Est).

Les villes et les urbanités constituent un objet de recherche central des « colonial studies », en plein développement depuis plus de vingt ans. L’histoire, l’anthropologie, la sociologie ou encore les sciences politiques se sont ainsi emparées de cette notion de « colonial » pour interroger diverses facettes de l’urbain, qu’il s’agisse de comprendre les interactions sociales qui font la trame des situations coloniales urbaines depuis l’Antiquité (colonisations grecques ou romaines, colonisations ibériques modernes, etc.) ou qu’il s’agisse d’en interroger les rémanences ou ré-emplois contemporains. Ainsi cet atelier se propose d’étudier, à nouveaux frais ou pour prolonger et préciser nombre d’études, la dimension urbaine du colonial ainsi que la dimension coloniale de l’urbanisation, qu’il s’agisse de fonder un territoire urbain, de le peupler ou de l’habiter. Se voulant résolument interdisciplinaire et inscrit dans la longue durée, cet atelier doctoral veut ainsi réinterroger le fait « colonial » au prisme de l’urbain, ses évolutions, persistances et nœuds problématiques.

Des études de cas questionnant ce que signifient « fonder », « peupler », « habiter » et « gouverner » pourront mener, lors de cet atelier, à une réinterrogation du « colonial ». Il s’agira également de penser la valeur réflexive, la polysémie, la portée et les limites de ces notions. Approfondir notamment la compréhension des relations entre formes de gouvernement et l’urbain constitue un premier enjeu fort. Un second consiste à comprendre la prolifération des termes de « colonies » ou « colonial » (« colonies » municipales de banlieue parisienne, usages critiques contemporains) pour qualifier des phénomènes et territoires bien distincts des colonisations à proprement parler (antique, ibérique, des XIXe et XXe siècles).

De là découlent nombre de questionnements : quels sont les tenants et les aboutissants des politiques publiques menées ? Comment habiter un territoire urbain récemment fondé ? Dans quelle mesure les envies et réalisations de villes singulières ou renouvelées sont-elles inséparables d’un projet de gouvernement qui les excède ? Quelles formes de citadinité assignées aux territoires urbains fondés – ou quelles sont celles advenant de façon imprévue ? Comment les territoires urbains participent des fronts pionniers et, inversement, comment envisager les « fronts pionniers » dans les territoires urbains ? Pourquoi et comment des espaces urbains deviennent ingouvernables ou du moins tentent de se dérober, pour diverses raisons et de diverses façons, à l’emprise des autorités instituées ? Ce sont là quelques exemples d’axes problématiques qui, au croisement du colonial et de l’urbain, intéresseront cet atelier.

L’étude de ces dynamiques en des « territoires urbains » répond au souhait de ne pas étudier uniquement les villes ; il s’agit plutôt d’analyser les événements et processus qui concernent tout un ensemble de territoires dans lesquels, sur l’ensemble du globe, il y a de l’urbain :  espaces qui voient converger – voire s’affronter – projets métropolitains et leurs contestations (« zones à défendre » en France, aménagements en tout genre destinés à alimenter en ressources les métropoles, par exemple), villes coloniales, villes et quartiers nouveaux ou informels, settlements ou outposts israéliens dont le devenir-ville est explicite, entre autres.

Quoi qu’initié par des historiens, cet atelier ambitionne de saisir ces phénomènes – fonder, peupler, habiter, gouverner des territoires urbains coloniaux – à l’aune d’approches interdisciplinaires qui, dans le sillage des recherches du groupe de travail « Usages de l’histoire et devenirs urbains », ne sauraient être que très fécondes pour l’ensemble de la recherche urbaine, notamment pour tester et mesurer les possibilités de transfert ou de réemploi de ces notions d’une discipline à une autre ou encore en cerner les limites  (« gentrification », « gouvernance », « résilience »…)

Les interventions des doctorant.e.s – d’une quinzaine de minutes – auront pour but d’alimenter les échanges – d’une trentaine de minutes – autour de réflexions, démarches et conclusions utiles à toutes et à tous : études de cas se confrontant ces  notions, source ou terrain interrogeant la validité de leur usage.

Cet atelier doctoral organisé par le Groupe transversal « Usages de l’histoire et devenirs urbains » du Labex Futurs urbains (Paris-Est). Il se déroulera le 6 juin 2018 de 9h30 à 17h30, sur le site de l’Université Paris-Est-Marne-la-Vallée, Champs-sur-Marne (RER A, station Noisy-Champs). La salle sera précisée ultérieurement.

Le déjeuner et les frais de transport des intervenants peuvent être pris en charge par les organisateurs, sous réserve d’acceptation de la proposition.

Les propositions de communication, en 500 mots, sont attendues pour le 1er mars 2018.

Cette atelier doctoral est organisé par Danilo Guiral Bassi et Thierry Guillopé. Tous deux sont doctorants à ACP.

Le premier prépare une thèse d’histoire urbaine comparée sur la gouvernance des nouveaux espaces urbains dans les années 1960 et 1970, dans des capitales de différents régimes politiques (Paris, Brasilia, Jérusalem).

Le second prépare actuellement, entre histoire urbaine et histoire du fait colonial, une thèse sur l’histoire des politiques du logement en Algérie des années 1920 aux années 1950.

Contact : colonialurbain@gmail.com

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts