Tous les articles par Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

Appel à communications:Éthique et pratique des trames arborescentes : concevoir et utiliser des outils en arbre ou en arborescence en médecine, droit et anthropologie, Paris, 19/11 (date limite : 15/07)

Né en 2015, le projet Trames arborescentes a pour vocation de favoriser, à travers des groupes de travail et des journées d’étude, la rencontre de chercheurs dont l’arbre et l’arborescence sont au centre ou en périphérie des travaux. En décembre 2018, nous consacrerons une journée d’étude aux trames arborescentes du point de vue de ceux qui les conçoivent et les utilisent afin de prendre en charge, de gérer et d’étudier l’humain, la personne et les populations, à savoir les médecins, les juristes et les anthropologues.

De fait, force est de constater que la médecine, le droit et l’anthropologie regorgent d’arbres et d’arborescences qui guident, innervent ou alimentent les habitudes quotidiennes de leurs praticiens : arbres décisionnels, arbres diagnostiques, protocoles arborescents qui jalonnent les couloirs des services d’urgence, arborescences dichotomiques qui peuvent schématiser la binarité du droit, arbres protocolaires, arbres classificateurs ou phylogénétiques appliqués à l’anthropo- ou l’ethnogénétique, ou encore schémas arborescents qui organisent visuellement des rapports de parenté. Originairement fondés sur le modèle formel de l’arbor, un schéma dont l’objectif est de relier entre eux deux ou plusieurs éléments selon des critères précis de manière à produire du sens, l’arbre et l’arborescence assurent une fonction de diagramme ou d’organigramme. D’un point de départ dérivent plusieurs divisions et subdivisions via des éléments graphiques délinéateurs – branches, lignes, flèches ou autres – afin de conduire celui qui en use à la plus grande précision et à la plus grande efficacité éthique et pratique. Qu’ils soient matériels ou mentaux, graphiques ou métaphoriques, les arbres et les arborescences peuplent le quotidien et l’environnement visuel des médecins, des juristes et des anthropologues, en soulevant des problématiques concrètes lorsque vient le moment de leur confrontation avec des « cas » vivants et/ou organiques.

C’est sur la nature de la conception et de l’usage de tels arbres et arborescences par ceux qui étudient l’humain dans ce qu’il a de plus idiosyncratique (son corps, sa personne, ses origines, sa position dans la société) que nous souhaiterions nous interroger. De fait, les praticiens qui y recourent les conçoivent et les utilisent dans des cas spécifiques, selon des critères précis et au sein de pratiques fermement définies et délimitées. En outre, les éléments visuels et graphiques auxquels ils recourent schématisent les modalités de l’action que les diagrammes en arbre ou en arborescence reflètent ou appellent. Les branches reposent-elles sur des rapports de cause à effet entre deux feuilles et/ou fruits ? L’arbre se parcourt-il de haut en bas, de bas en haut, de gauche à droite, de droite à gauche ; pourquoi et selon quels présupposés éthiques et pratiques ? Que représente chaque étape du cheminement arborescent ? Qu’apportent l’arbre et l’arborescence à la pratique de la médecine, du droit et de l’anthropologie ? Quelles sont leurs caractéristiques, leurs singularités, leurs limites ? Font-ils l’objet d’un enseignement universitaire spécifique ou reposent-elles sur le principe d’une reconnaissance et d’une compréhension visuelles spontanées, habituelles, communes ? Où les trouve-t-on ? Innervent-ils l’environnement visuel des praticiens ? Sont-ils réellement utiles ? Quelle place accordent-ils au vivant, à l’organique ? La schématisation en arbre ou en arborescence est-elle réductrice lorsqu’il s’agit d’étudier l’humain et/ou les populations ? Qu’en est-il de l’applicabilité des arbres et des arborescences à grande échelle ? Quelle forme de systématisation mettent-ils en place, et que faire lorsque des cas spécifiques leur échappent ? D’autres schémas leur sont-ils superposables ? Les arbres et les arborescences s’accompagnent-ils de textes (lois, protocoles, règlements, recommandations ou autres) ? Ont-ils pour objectif de favoriser l’anticipation d’un évènement à venir ?

Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 15 juillet 2018.

Lieu :

BIU SAnté, Université Paris 5

Organisation :

Naïs Virenque – Antoine Paris – Sergi Sancho Fibla – Florian Violon

Contacts :

Naïs Virenque (Histoire de l’Art, des Sciences et des Techniques) nais.virenque@univ-tours.fr

Antoine Paris (Langue et Littérature grecques)
antoine7.paris@wanadoo.fr

Sergi Sancho Fibla (Littérature médiévale)
ssfibla@gmail.com

Florian Violon (Anatomie et Cytologie pathologiques)
florian.violon.est@gmail.com

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

actualité du CIHAM : la première « Lettre du CIHAM »

La Lettre du CIHAM rassemble les actualités marquantes du laboratoire d’Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux de Lyon et Avignon (UMR 5648). Organisées autour de quelques grandes rubriques, vous y trouverez des informations sur les colloques, journées d’étude et séminaires, des nouvelles de nos activités de recherche et de formation, les partenariats, les projets, mais aussi l’annonce des principales publications des membres de l’équipe. Sur ses terrains de prédilection que sont le quart sud-est de la France et le monde méditerranéen (en particulier l’Italie, la Péninsule ibérique et le Maghreb), le CIHAM privilégie la pratique de l’interdisciplinarité et celle du comparatisme, entre les mondes chrétiens et musulmans mais aussi à l’intérieur de ces aires culturelles. Le CIHAM met à disposition des lecteurs du XXIe siècle les sources et les ressources produites durant la période médiévale largement comprise. Avec ses compétences spécifiques, avec le recul que permet l’étude des périodes lointaines, le CIHAM espère contribuer à apporter des réponses aux questions vives que se posent les sociétés actuelles.

La Lettre du CIHAM, en format numérique, paraîtra plusieurs fois par an. Elle se veut un lien entre le laboratoire, les établissements qui le soutiennent, les institutions scientifiques, les collectivités territoriales, et toutes les personnes intéressées par les études médiévales.
J.-L. Gaulin et P. Collomb

Si vous souhaitez vous abonner, contactez newsletter.ciham@cnrs.fr

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journées d’études:Les Capétiens au miroir de leurs pratiques documentaire, début XIIIe-début XIVe siècle (Lyon, 25-26/06)

Ces journées sont organisées par le Groupe de travail sur les Capétiens, sont consacrées aux documents des XIIIe-XIVe siècles, et plus particulièrement ceux rédigés autour du règne de Philippe le Bel (1285-1314). Il s’agit de poursuivre les études sur le règne de Philippe le Bel et la mise en valeur du Corpus philippicum, fonds documentaire conservé à l’IRHT et placé sous la responsabilité d’Élisabeth Lalou (Université de Rouen) et de Xavier Hélary (Université Jean Moulin Lyon3).

Lieu d’accueil :

Université Jean-Moulin Lyon 3, Salle Vincent,
15 quai Claude-Bernard, Lyon 7e.

Programme :

Lundi 25 juin
  • 14h : Xavier Hélary, Université Jean-Moulin Lyon 3

Séance 1. Présidence :  Christine Boyer, Bibliothèque Diderot

  • 14h15:  Les lettres pontificales au Trésor des chartes. Le Corpus philippicum et la nouvelle base de données APOSCRIPTA. Julien Théry, Université Lumière Lyon 2.
  • 15h : L’enquête sur le Rhône (1263, Arch. Nat., JJ 267). Simone Balossino, Université d’Avignon et des pays de Vaucluse
  • 16h15: L’enquête sur le denier pour livre à Aigues-Mortes (1301, Arch. Nat., J 915, no 28). Quentin Girault, Université Jean-Moulin Lyon 3.
  • 17h15: Les testaments de Philippe VI de Valois. Flavie Gendre, Université Jean-Moulin Lyon 3.
Mardi 26 juin

Séance 2. Présidence : Élisabeth Lalou, Université de Rouen Normandie

  • 9h : « Les comtes de Toulouse dans la vallée du Rhône et Le testament de Raymond VI (septembre 1209, Arch. Nat., K 27 B, no 23). Jacques Chiffoleau, EHESS
  • 10h: Les testaments des Montfort. Alexis Charansonnet, Université Lumière Lyon 2
  • 11h : Les chartes d’affranchissement des derniers Capétiens. Nicolas Carrier, Université Jean-Moulin Lyon 3

Séance 3. Présidence : Bruno Galland, Archives départementales et métropolitaines

  • 14h : Les actes passés sous le sceau du secret de Philippe IV le Bel. Élisabeth Lalou, Université de Rouen Normandie
  • 15h : La « législation » des derniers Capétiens sur le duel judiciaire. Romain Telliez, Sorbonne Université

16h : Constituer, établir et gérer le douaire d’Agnès de France, fille de Saint Louis et duchesse de Bourgogne (1272-1325). David Bardey, Université de Bourgogne

Contact :

Xavier Hélary, xavier.helary@univ-lyon3.fr

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Bourses de recherche pour master et doctorat 2018-2019:Département de la Drôme (date limite:19/10)

bourse_recherche_Drome_depliant

Le Conseil départemental de la Drôme souhaite encourager les travaux de recherche en sciences humaines et sociales portant sur le département de la Drôme, dans le but :

– d’améliorer la connaissance sur le département et de promouvoir des thèmes de recherche inédits ; – de faire profiter le public des résultats de ces recherches.

Les établissements culturels du Conseil départemental (archives départementales, conservation départementale du patrimoine, musée de la Résistance de Vassieux-en-Vercors, châteaux départementaux de Grignan, Suze-la-Rousse et Montélimar) offrent de riches ressources archivistiques, documentaires et muséales susceptibles d’être exploitées dans le cadre de tels travaux.

Le Conseil départemental de la Drôme propose aux chercheurs un soutien financier sous forme de bourses annuelles d’un montant compris entre 1 000 et 2 000 €, destinées à favoriser leur activité de recherche. Il est délivré au maximum cinq bourses par année universitaire.

Article 2 – Utilisation des ressources des équipements culturels du Conseil départemental Les projets de recherche doivent prendre appui, au moins partiellement, sur les ressources archivistiques, documentaires et muséales des établissements culturels du Conseil départemental.

Article 3 – Dossier de candidature

Les candidats doivent présenter un dossier comportant les pièces suivantes :

  • un CV
  • un projet rédigé d’une à deux pages présentant la recherche, ainsi qu’une bibliographie et qu’un état des sources faisant apparaître notamment les ressources des établissements départementaux mises en œuvre pour la conduite du projet
  • une lettre de recommandation et de validation du sujet rédigée par l’enseignant-chercheur dirigeant larecherche
  • une attestation d’inscription valide pour l’année universitaire en cours.
  • un RIB
  • une lettre d’engagement dont le modèle est joint au présent règlement.

Le dossier doit être adressé à l’adresse suivante :

Conseil départemental de la Drôme

Conservation départementale du patrimoine

26, avenue du Président Herriot

26026 Valence Cedex 9

Article 4 – Critères de sélection des dossiers

Un jury formé par le Conseil départemental de la Drôme examine les dossiers et décide de l’attribution des bourses et de leur montant. Il est composé de l’élu en charge de la culture, du directeur en charge de la culture, du conservateur départemental du patrimoine et du directeur des archives départementales.

Les critères d’attribution sont : la qualité du projet présenté, l’aspect novateur de la recherche (originalité de la problématique ou de la position du sujet), l’utilisation d’un corpus de sources primaires écrites et/ou orales (témoignages), la maturité du projet, la complexité de sa mise en œuvre, le niveau d’études universitaires.

Article 5 – Modalités d’attribution des bourses

Le versement du montant de la bourse est effectué le plus tôt possible dans l’année universitaire de dépôt du dossier, à l’issue du jury comme mentionné à l’article 4.

Selon le niveau d’étude universitaire, le montant de la bourse sera le suivant : Master 1 : 1000 € ; Master 2 : 1500€ ; Doctorat : 2000€.

Dans le cas de travaux menés sur plusieurs années, le Conseil départemental peut reconduire son soutien au-delà de la première année, dans une limite de 6 000 € par chercheur.

Un nouveau dossier de candidature doit être présenté chaque année.

Article 6 – Restitution des bourses en cas d’abandon

Si le candidat abandonne sa recherche ou ne fournit pas son mémoire au Conseil départemental selon les modalités exposées à l’art. 7 c), il s’engage à rembourser au Conseil départemental la somme perçue.

Article 7 – Engagement du candidat Le candidat s’engage en outre :

  • à faire figurer sur son mémoire le logo du Conseil départemental de la Drôme et la mention « Publié avec le soutien du Département de la Drôme »
  • à mentionner le soutien du Département de la Drôme lors de toute communication scientifique outoute publication découlant de ses recherches
  • à déposer son mémoire de recherche au Conseil départemental de la Drôme, après soutenance,sous forme électronique et papier (2 exemplaires). On entend par mémoire de recherche :
    • pour les étudiants en master 1, l’état de rédaction intermédiaire fourni en fin d’année
    • pour les étudiants en master 2, le mémoire définitif
    • pour les étudiants en thèse, un rapport de recherche annuel. Les étudiants fourniront également un exemplaire de leur thèse après soutenance.
  • à restituer le résultat de ses recherches sous la forme d’une conférence organisée en collaboration avec les établissements culturels départementaux et d’un article de 30 000 signes au maximum, dont il autorise la publication.
  •  à informer le Conseil départemental en cas de publication de son travail sous une forme plus développée (ouvrage, article dans un périodique, site Internet).

Veuillez trouver en pièce jointe le règlement au format PDF suivi de l’acte d’engagement à renvoyer : Reglement_soutien_recherche_Drome

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Soutenance : Kirchenfürst und Würmerfraß. Kardinalstestamente des avignonesischen Papsttums (1305–1378), Andreas Kistner, 15/06, Dussemdorf

Andreas Kistner soutiendra sa thèse de doctorat le vendredi 15 juin à 13h, à l’université Heinrich Heine (Düsseldorf)

Jury :
Armand Jamme (CNRS)
Agostino Paravicini Bagliani (Lausanne)
Eva Schlotheuber (Düsseldorf)
Claudia Zey (Zurich)

Soutenance de thèse
Vendredi 15 Juin 2018
Düsseldorf, Allemagne
source : http://ciham.ish-lyon.cnrs.fr/kirchenfurst-und-wurmerfrass-kardinalstestamente-avignonesischen-papsttums-1305-1378

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Bourse:Soutien aux travaux de recherche universitaire sur la ville de Romans-sur-Isère (date limite : 06/07)

La Ville de Romans-sur-Isère, au sein du Pays d’Art et d’Histoire Valence-Romans agglo, souhaite encourager les travaux de recherche en sciences humaines et sociales portant sur son histoire et son patrimoine, afin de contribuer à la connaissance et à sa diffusion auprès d’un large public

Les archives de la ville, et son riche patrimoine historique (18 Monuments Historiques, dont la collégiale Saint-Barnard, le calvaire des Récollets et la tour Jacquemart, propriété de la Ville ; un centre ancien classé « Secteur Patrimonial Remarquable ») offrent de riches ressources archivistiques, documentaires et patrimoniales susceptibles d’être exploitées dans le cadre de tels travaux.

La Ville de Romans-sur-Isère propose aux chercheurs un soutien financier sous forme d’une bourse annuelle d’un montant de 500 €, destinée à favoriser leur activité de recherche. Il est délivré une bourse par année universitaire.

Le soutien porte sur des travaux de recherche universitaires de type master ou doctorat dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Les disciplines concernées prioritairement sont : l’histoire, l’histoire de l’art, la géographie, l’archéologie. Cependant, des projets menés dans d’autres disciplines telles que l’ethnologie, l’anthropologie, les lettres, les sciences politiques, l’histoire du droit, etc. peuvent également être présentés.

Les candidats doivent présenter un dossier comportant les pièces suivantes avant le 06 juillet 2018 :

  • un CV
  • un projet rédigé d’une à deux pages présentant la recherche, ainsi qu’une bibliographie et qu’un état des sources faisant apparaître notamment les ressources des établissements de la Ville mises en œuvre pour la conduite du projet
  • une lettre de recommandation rédigée par l’enseignant-chercheur dirigeant la recherche
  • une attestation d’inscription valide pour l’année universitaire en cours (pièce à envoyer en septembre) – un RIB
  • une lettre de candidature et d’engagement sur le modèle joint

Le dossier doit être adressé à l’adresse suivante : mbellier@ville-romans26.fr

ou à :

Ville de Romans-sur-Isère

Mission Patrimoine Historique

Place Jules Nadi

26100 Romans-sur-Isère

20180000_reglement_soutien_recherche_Romans

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire de l’axe transversal Humanités Numériques, 30/05, Lyon

Lyon 3 salle Caillemer (15 quai C. Bernard)

Programme :

14h30 : Julien THERY (U. Lyon 2), Andrey Grunin (U. Avigon) et Laurent Vallière (U. Avignon) : APOSCRIPTA database – Lettres des papes : bilan et perspectives d’une constitution de corpus en accès libre

15h00 : Margot FERRAND (U. d’Avignon) : Traitement informatique des entités nommées dans un corpus de données foncières en latin

15h30 : Jean-Paul REHR (U. Lyon 2) : Indice ou fausse piste ? L’analyse des réseaux sociaux et la grande inquisition à Toulouse (1245-46)

16h00 : Discussion

16h30 : Lahcen DAAIF (U. Lyon 2) et Cyrille AILLET (U. Lyon 2) : Un projet de site Web : « L’islam : religion, histoire, débats »

17h00 : Julie MARQUER (U. Lyon 1) :
Projet de corpus numérique d’épigraphie mudéjare

17h30 : Discussion

Source : http://ciham.ish-lyon.cnrs.fr/humanites-numeriques

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contributions:Conférence internationale « Humanities in transition », Barcelone, 23-26/10 [date limite : 15/08]

The conference is structured round three main subject areas: (1) Humanist thinking today; (2) The subtle sciences vs hard sciences; and (3) Posthumanism: beyond humanism?
Each of these thematic areas will consist of oral presentations (papers) as well as workshops conceived above all as spaces for dialogue and debate.

1. Humanist thinking today

Guest speaker: Jordi Pigem (Philosopher of science and writer)

We are all well aware that the humanities, inspired by humanist thinking, have changed the world. We are talking about values, ideals and a particular way of understanding reality. We are talking about critical thinking, ethical thinking, creative thinking. No-one would question the need for the humanities. Nevertheless, there is a question relating to whether the humanities, as they have developed over time, continue to raise questions and at the same time provide valid answers to the challenges confronting society today. It is possibly the case that the false myths that have grown up under the protection of the humanities have led them to their current crisis. Humanist thinking relates to the human species in its entirety, but to what extent does it address the diversity that globalization is currently making more patent than ever? Can humanist values be said to be in decline in the world? To what extent do the dynamics of those societies forged by the humanities offer a faithful reflection of humanistic values? What, in fact, are these values? Is it necessary perhaps to humanize the thinking and practices of the humanities?

2. Soft versus Hard sciences

Guest speaker: Fernando Vidal (ICREA – Catalan Institution for Research and Advanced Studies / Universitat Autònoma de Barcelona – CEHIC)

It was in the nineteenth century that a clear awareness emerged of the separation between the type of knowledge focused on human issues and that which sought to understand the natural world. This resulted in the distinction between two areas of knowledge, which later became three: natural sciences, social sciences and the humanities. Reference is made to the hard sciences, and the soft sciences, although the pejorative tone of the word ‘soft’ has led to a preference, on occasion, for the term ‘subtle sciences’ (Rosi Braidotti). Clearly, there are no hard and fast divisions between these categories; rather, there are bridging disciplines such as the cognitive sciences, neurolinguistics or evolutionary anthropology. However, despite this, the fragmentation of scientific practices can create a problem when, beyond the needs of specialization, the ideal of consilience is not taken into consideration. Transdisciplinarity is essential. The object of study, the theory and the methodology basically determine the differences between the disciplines, but are the administrative divisions in universities and research centres, as well as the bureaucracy of the political sciences, connected with this pigeon-holing? Do the humanities need the hard sciences for their conceptual health, as has sometimes been argued? To what extent can the ‘subtle’ sciences offer a buffer against the scientism or, on the contrary, be negatively influenced by it? Could it be necessary, within the field of the humanities, to take into consideration criteria of productivity, evaluation and accreditation different to those cultivated in the hard sciences?

3. Post humanism : beyond humanism ?

Guest speaker: Ewa Domanska (Adam Mickiewicz University)

Posthumanist theory has criticized humanism which is seen as a specific historic phenomenon, considered insufficient to understand the complex network of interrelationships between human beings and their environment. Going beyond the antihumanism posited, for example, by Heidegger, Althusser or Foucault, posthumanism takes as its starting-point a different conceptualization of the human, adopting a decentralized approach. It asserts the need to modify our anthropocentric view of life and of reality in a general sense, and within its characteristic non-dualist type of ontology, greater importance is given to relationships than to entities. As in non-representational theories, it aims to go beyond the understanding of reality exclusively from logocentric models. In this way, these theoretical perspectives afford not only a promising field for research in the general re-orientation of the humanities, but also a strong element of social criticism. To what extent can posthumanism be said to imply radical change in how we understand the relationship between individual and collective? On what basis can we affirm the existence of a posthuman condition in today’s world? How can the criticism and overcoming of anthropocentrism be as beneficial for the different humanities disciplines as have been the attempts to overcome ethnocentrism and androcentrism? The raising of this kind of question makes posthumanism not only an ambitious intellectual challenge but also a moral necessity that must be confronted.

Call for papers:

15/05/2018, 23:59 (UTC/GTM +1)

Notification of acceptance of proposals:

31/05/2018

Registration deadline:

01/10/2018, 23:59 (UTC/GTM +1)

Contact :

Source : estudismedievals@imf.csic.es

 

 

 

 

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidatures: Financements du Max Weber Centre for Advance Cultural and Social Studies pour doctorat et post-doctorat « Urbanity and Religion » ou « The City in the History of Religion » [date limite : 23 mai]

The Max Weber Centre for Advanced Cultural and Social Studies (Max-Weber-Kolleg) at the University of Erfurt is an Institute for Advanced Studies and permanent graduate school. Within its Weberian research programme, it hosts several interdisciplinary research projects. Pending (available) funding, it currently invites applications for up to

  • 2 doctoral positions for Ph.D. projects, pay category E 13 TV-L (65 %)
  • 3 post-doctoral positions for habilitation projects, pay category E 13 TV-L (100 %)

in the fields of History and History of Religion within the framework of the research projects “The City in the History of Religion” and/or “Urbanity and Religion”, directed by Prof. Dr. Susanne Rau and Prof. Dr. Jörg Rüpke.

Positions are to be filled by 1 October 2018 for a period of 36 (+12) months (Further extension possible, depending on personal requirements and institutional settings.). The project examines the long-term relationships between urbanity and religion in cities of very different types from the first millennium BC onwards. Successful candidates will work on a project that connects problems of the history of urbanisation and urbanity with problems of the history of religion for cities or regions in Europe, the circum-Mediterranean area, West or South Asia from Antiquity onwards. Successful candidates will participate in the project’s research programme, engage in joint research and (in the case of the postdoctoral positions) take over administrative duties related to the project.

Requirements

  • Excellent degree (MA for doctoral, Doctorate/PhD for postdoctoral positions) in History or History of Religion or a closely related discipline
  • Knowledge of English, German (at least reading skills; candidates without knowledge of German are requested to take courses), and other languages relevant for the research planned
  • Willingness to cooperate within the research project and to take part in the study programme within the interdisciplinary research environment of the Max-Weber-Kolleg
  • Willingness to pursue a doctorate or habilitation at the University of Erfurt, preferentially in History or History of Religion/Religious Studies

The research programme is outlined on the project’s website https://www.uni-erfurt.de/maxweber-kolleg/forschungsgruppen-und-stellen/forschungsgruppen-am-max-weber-kolleg/thecity-in-the-history-of-religion/. For more information about the Max-Weber-Kolleg see: https://www.uni-erfurt.de/max-weber-kolleg/.

Comments/Remarks

The University of Erfurt is an equal opportunity employer in compliance with the Thuringian Equal Opportunities Act (Thüringer Gleichstellungsgesetz). Qualified women are therefore strongly encouraged to apply. Handicapped applicants are given preference in cases of equal qualification.

Please address informal enquiries to Dr. Elisabeth Begemann elisabeth.begemann@uni- erfurt.de

Source : https://www.uni-erfurt.de/max-weber-kolleg/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Actualités:Agenda du CIHAM – début mai

– mercredi 2 mai : La chevalerie : une perspective européenne
Table ronde organisée par Guido Castelnuovo (Avignon) et Xavier Hélary (Lyon 3), à Lyon3, salle Appleton, 15 quai Claude-Bernard, 10h30 – 17h
En matinée (10h30 – 12h30), exposés de masterants du Master Mondes Médiévaux de Lyon, l’après-midi, exposés de doctorants du laboratoire.

– jeudi 3 mai : Séminaire des médiévistes
Autobiographies médiévales, arabes et européennes
par Dwight Reynolds (Université de Californie à Santa Barbara)
Lyon, Amphi de la MILC, 35 rue Raulin, Lyon 7e, de 9h30 à 12h30.

– vendredi 4 mai : Atelier des médiévistes d’Avignon
Notariat et pouvoirs en Europe méridionale, XIIe-XVe siècle : réflexions comparatives
par Mathieu Allingri (Université d’Aix-Marseille, TELEMME)
Université d’Avignon, Site Sainte-Marthe, salle 1E09, 14h.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à contribution : Journée doctoral EHESS-Marseille « Usages de la cartographie en sciences sociales », 19/06 [date limite : 28/04]

Une journée doctorale consacrée au thème D’écrire l’espace, usages de la cartographie en sciences sociales est organisée le 19 juin prochain à l’EHESS-Marseille. L’appel à communication en pièce jointe s’adresse aux doctorant(e)s de toute discipline (anthropologie, économie, géographie, histoire, sociologie, etc.) qui traitent de ces questions dans leur recherche.

Les propositions de communication de 500 mots maximum, suivies d’une brève présentation des auteurs, leur affiliation institutionnelle ainsi que leurs coordonnées, sont attendues pour le 28 avril 2018 à l’adresse suivante : decrirelespace@gmail.com

Les réponses seront communiquées avant le 5 mai 2018. Les doctorant(e)s sélectionné(e)s devront envoyer le texte de leur présentation avant le 5 juin 2018.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journée d’étude: La chevalerie : une perspective européenne, Lyon, 02/05

Organisée par Guido Castelnuovo (Avignon) et Xavier Hélary (Lyon 3), la table ronde prévue le mercredi 2 mai réunira des étudiants de doctorat et de master et des chercheurs pour une réflexion collective sur la chevalerie. Il s’agira de dégager les quelques thèmes qui pourraient structurer un projet de recherche plus ample qui porterait sur la chevalerie, sur le temps long, depuis les guerriers des temps carolingiens ou post-carolingiens jusqu’à la fin du Moyen Âge, dans une perspective étendue à l’ensemble de l’Occident médiéval.
Contact : guido.castelnuovo@univ-avignon.fr et xavier.helary@univ-lyon3.fr

Mercredi 2 mai 2018, 10 h 30 – 17 h30, Université Jean-Moulin Lyon 3, Salle Appleton, 15, Quai Claude-Bernard

Matinée (10 h 30 – 12 h 30) : Exposés des masterants du Master Mondes Médiévaux de Lyon

  • Introduction (Guido Castelnuovo et Xavier Hélary)
  • Michael Karger (M1, Lyon3)
  • Laura Maimone (M1, Lyon 3
  • Quentin Singer (M2, Lyon 2)
  • Méline Thomas (M1, Lyon 3)

Après-midi (13 h 30 – 17 h) : Exposés des doctorants du laboratoire

  • Margot Ferrand et Coline Polo (doctorantes, UAPV, CIHAM) : « Appréhender l’évolution de l’habitat chevaleresque : Avignon et le Comtat Venaissin (XIIIe-XVe siècle) »
  • Romain Chevalier (doctorant, UAPV, CIHAM) : « Les chevaliers bâtards au XVe siècle : une légitimation par la vertu ? »

15h-17h. Discussion

 

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier doctoral:La place des minorités : espaces, normes et représentations (Europe et Méditerranée, XIVe-XIXe), Ecole française de Rome, 11-15/06 (date limite de candidature : 23/04)

Alors que l’Europe n’en finit pas de se confronter à la question de la place qu’elle peut et qu’elle veut faire à des minorités extrêmement diverses (nationales, ethniques, religieuses, immémorialement implantées ou à peine arrivées, etc.), il paraît nécessaire de réfléchir aujourd’hui à la place des minorités sur la longue durée et de manière critique – c’est-à-dire, d’abord, en soumettant à une réflexion critique la notion de « minorité », trop couramment acceptée sans examen.

C’est elle qui sera au cœur de cet atelier de cinq jours, qui permettra d’interroger la place des minorités dans des espaces et des temps divers. Le même concept ne saurait bien sûr désigner la même réalité et la même expérience selon que l’on considère les sociétés médiévales, volontiers pensées (et d’abord par elles-mêmes) de manière organique et homogène, ou les sociétés modernes, réputées plus ouvertes et du moins plus diverses ; ou encore selon que l’on considère des espaces (pré-)nationaux, soumis à une forte volonté unificatrice, et d’autres espaces politiques, que l’on peut provisoirement définir comme impériaux, réputés plus à même de faire face à la diversité, voire de savoir l’organiser.

Cette « place » des minorités sera entendue d’abord au sens littéral, et donc spatial (les minorités sont présentes, soit : mais où, dans quels lieux, dans quels quartiers ou quelle région, dans quelles relations avec la majorité et/ou les autres minorités ?), mais aussi au sens de leur place dans le dispositif intellectuel, aussi bien juridique que théologique, culturel ou politique afin de mieux comprendre ce qui autorise, dans une société donnée, qu’une minorité soit présente et de mieux saisir ce qui la constitue – ou non – en minorité. Nous réfléchirons aux stratégies d’établissement et aux relations entre les minorités et les majorités, souvent hostiles, qui les ont accueillies, et sur la complexité des phénomènes d’inclusion / exclusion et de tolérance / discrimination.

La zone géographique couverte, Europe et Méditerranée, s’entend au sens large, de l’Occident aux mondes slaves, balkaniques et arabo-musulmans. Toutefois les candidat-e-s auront soin d’envisager, dans la présentation de leurs recherches, des possibilités d’ouverture, de connexion et de comparaison. Tou-te-s les candidat-e-s sont encouragé-e-s à proposer des recherches profitant de cette approche comparative et de la possibilité d’élargir le regard en adoptant une perspective interdisciplinaire.

L’atelier doctoral s’ouvrira lundi 11 juin 2018 à 17 h par une conférence inaugurale donnée par le Professeur Sanjay Subrahmanyam (Collège de France-UCLA).

Les jours suivants (12-15 juin), alterneront des conférences données par des chercheurs confirmés, des ateliers centrés sur la présentation de leurs travaux par les étudiants et permettant une discussion approfondie et des visites de terrain (archives, quartiers de Rome). Les conférences, les présentations et les discussions pourront se dérouler en français, en italien ou en anglais.

L’École française de Rome propose 12 bourses pour des doctorants de tous pays ayant effectué ou effectuant un travail de recherche sur les thèmes et les problèmes du séminaire. Ces bourses couvrent uniquement les frais de séjour à Rome (logement, repas le midi – pour les petits-déjeuners et dîners, possibilité d’utiliser la cuisine collective de la résidence). Le transport est à la charge des étudiants.

Les candidats devront envoyer par courrier électronique avant le 31 mars 2018 à Mme Grazia Perrino, secrma@efrome.it, un dossier comportant :

  • une lettre de motivation ;
  • un bref curriculum vitae précisant les compétences linguistiques et, le cas échéant, une liste de publications ;
  • un résumé du projet (2 pages au max., env. 6000 signes) ; – et une lettre de recommandation.

Les candidats rencontrant des difficultés pour trouver auprès de leur centre de recherche les fonds nécessaires à la prise en charge de leur voyage sont priés d’en faire part dans leur lettre de candidature, en donnant une évaluation des coûts.

Les candidats seront choisis en considération de leur projet par le Comité scientifique. Ils seront prévenus de l’obtention de la bourse avant le 15 avril 2018. Ils devront ensuite fournir un texte d’environ 10 pages (30 000 signes) dans une des langues de la conférence (français, italien ou anglais), avant le 15 mai 2018. Les projets seront commentés, avant la discussion générale, par un autre doctorant qui aura été préalablement désigné. Les meilleures communications pourront être proposées à la publication dans les Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge (http://journals.openedition.org/mefrm/)

Les candidats retenus pour le séminaire seront tenus d’assister à l’ensemble des séances.

Organisation et comité scientifique

Serena Di Nepi (Sapienza Università di Roma), Fabrice Jesné (École française de Rome), Pierre Savy (École française de Rome).

Conférence inaugurale : Sanjay Subrahmanyam (Collège de France-UCLA).

Conférenciers

Nirit Ben-Aryeh Debby (Ben-Gurion University), Serena Di Nepi (Sapienza Università di Roma), Mathieu Grenet (Institut national universitaire Jean-François Champollion-Albi), Fabrice Jesné (École française de Rome), Pierre Savy  (École française de Rome), Claire Soussen-Max (Université de Cergy-Pontoise).

Contacts

École française de Rome

Pierre Savy, directeur des études (Moyen Âge), dirma@efrome.it

Grazia Perrino, assistante scientifique de la section Moyen Âge, secrma@efrome.it Piazza Farnese, 67

I – 00186 Roma

Tel. (+39) 06 68 60 12 48

source : http://www.efrome.it/actualite/la-place-des-minorites-il-posto-delle-minoranze-what-place-for-minorities.html

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Financement doctoral : Université d’Avignon-CIHAM (dépôt de dossier : 21/05)

Contrat doctoral de l’Université d’Avignon
Ecole Doctorale 537 (Culture & Patrimoine) 2018-2021
Proposition de sujet du CIHAM-UMR 5648

Directeur de thèse : Madame Marilyn Nicoud
Adresse mail : marilyn.nicoud@univ-avignon.fr
Co-directeur (éventuel) : possibilité de co-tutelle et de co-direction

Date limite de dépôt des dossiers de candidatures : 21 mai 2018
Auditions : 4 juin 2018
Informations complémentaires ici.

Titre en français : Médecine, santé, société (Occident médiéval, XIIe-XVe siècles)

Titre en anglais : Health, Medicine and Society in the West (12th-15th c.)

Mots clés : Médecine, santé, maladie, épidémie, ville, cours

Profil du candidat :
Le/la candidat(e) devra être titulaire d’un Master 2 (ou diplôme équivalent) en histoire médiévale. Il/elle devra faire montre de connaissances en latin et en paléographie, qui le/la rendent apte à travailler, le cas, échéant, sur des sources inédites.

Présentation du sujet :
Le contrat doctoral proposé par l’ED 537 est adossé à l’UMR 5658-CIHAM (CNRS, Université Lumière-Lyon 2, EHESS, UAPV, ENS de Lyon, Université Lyon 3) spécialisée en histoire, archéologie et littérature des mondes chrétiens et musulmans médiévaux. Il vise à promouvoir des recherches doctorales en histoire de la médecine et de la santé qui ont vocation à s’incrire dans l’axe 3 du laboratoire (« Construction et communication des savoirs au Moyen Age »), dans l’axe 4 (« Ecritures, livres, translations ») ou encore dans l’axe transversal (« Humanités numériques »).
Porté par les acquis récents de l’historiographie qui ont souligné le rôle des médecins et des savoirs médicaux dans de nombreuses dimensions de la vie des individus et des collectivités (aussi bien politiques, sociales, économiques que culturelles), le sujet proposé, volontairement large, laisse toute latitude au candidat/e de choisir son objet d’enquête et les sources qu’il envisage d’étudier.
Ces dernières peuvent être de nature variée : littérature médicale, écrits pragmatiques de diverses sortes (statuts de métiers, contrats notariés, correspondances, délibérations communales, documentation judiciaire…), mais aussi des sources issues d’autres domaines disciplinaires (droit, théologie).
Les objets d’études retenus peuvent concerner :
-  l’analyse d’un milieu professionnel, curial, urbain, universitaire (à l’image de de la cour pontificale d’Avignon ou de la cité de Bologne par exemple)
-  les rapports entre médecine et environnement (à travers par exemple l’essor d’un thermalisme médical ou l’évolution des facteurs « non naturels » dans le discours médical)
-  des monographies d’auteurs ou des éditions d’ouvrages inédits (y compris sous format numérique)
-  les formes du livre médical (manuscrit et/ou imprimé) et leur diffusion
-  les rapports entre patients et médecins, à travers la prise en charge individuelle des malades ou des problèmes de santé publique
-  la formation d’une éthique médicale dans la pensée médiévale.

En croisant divers types de sources et d’approches, il s’agit de mieux saisir le rôle des savoirs médicaux, des praticiens et des pratiques dans les sociétés occidentales de la fin du Moyen Age, la manière dont les besoins et les questions de santé modifient les discours savants, et de rendre compte de l’importance de la santé et de la maladie sur le devenir des individus et des collectivités.

English Presentation :
The PhD contract of the Doctoral School (ED 537) is affiliated to the laboratory CIHAM-UMR 5648, specialized in History, Archeology and Literature of Christian and Muslim Medieval Worlds. It aims at promoting doctoral studies in the history of medieval medicine and health care issues and is aligned with different research programs of the laboratory : research axis on « Construction and Dissemination of Medieval Knowledge », « Writings, Books, and Translation », « Digital Humanities ».
Based on recent studies that have pointed out the important and multifaceted role that practitioners and medical knowledge had played in individual and collective life alike, the doctoral contract, with its intentionally broad definition, will enable the successful candidate to select his/her specific field and sources.
The documentary sources to be used to study medieval medicine can be extremely varied : medical literature such as treatises or commentaries written in universities and at court, archival sources (statutes, notarial contracts, correspondence, urban registers, judicial or hospital sources…). History of medicine can also be studied through other kinds of text such as preaching texts or other disciplines such as law or theology.

Different topics could be chosen :
-  investigation on a professional environment (court, city, university, as the pontifical court in Avignon or the city of Bologna)
-  relationships between medicine and environment (for instance the development of hydrotherapy or the changes in the medical discourse regarding the « non-natural things »)
-  study on a medical author or digital edition
-  history of medical books (manuscripts or/and first editions) and their dissemination
-  relationships between doctors and patients, based on individual or collective care
-  development of a medical ethics in medieval thought

Thanks to the use of a variety of sources and approaches, the goal is to better understand the role of such knowledge, as well as the part played by medical practitioners and medical practices in western societies at the end of the Middle Ages. How did individual needs and public health issues change medical knowledge ? The important role that was played by health and diseases in the life of individuals and the destiny of medieval societies should also be taken into account.

Bibliographie succincte :
J. Chandelier, Avicenne et la médecine en Italie. Le Canon dans les universités (1200-1350), Paris, 2017
Etre médecin à la cour (France, Italie, Espagne, XIIIe– XVIIIe siècle), éd. E. Andretta, M. Nicoud, Florence, 2013
Histoire de la pensée médicale en Occident, vol. 1 : Antiquité et Moyen Âge, éd. M.D. Grmek, trad. fr., Paris 1995
D. Jacquart, La médecine médiévale dans le cadre parisien (XIVe-XVe siècles), Paris, 1998
D. Jacquart, F. Micheau, La médecine arabe et l’Occident médiéval, Paris, 1990

M. Nicoud, Le Prince et les médecins. Pensées et cultures médicales à Milan (1402-1476), Rome, 2014
A. Paravicini Bagliani, Le corps du pape, trad. fr., Paris, 1997
A. Paravicini Bagliani, Medicina e scienze della natura alla corte dei papi del Duecento, Spolète, 1991

T. Pesenti, Marsilio Santasofia tra corti e università. La carriera di un monarcha medicinae del Trecento, Trévise, 2003
Practical Medicine from Salerno to the Black Death, éd. L. García-Ballester, R. French, J. Arrizabalaga, A. Cunningham, Cambridge, 1993
N. G. Siraisi, Medieval and Early Renaissance Medicine : An Introduction to Knowledge and Practice, Londres, 1990
N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti and his Pupils. Two Generations of Italian Medical Learning, Princeton, 1981

M. Lindmann, Medicine and Society in Early Modern Europe, Cambridge, 1999.
Medicine from the Black Death to the French Disease. The History of Medicine in Context, éd. R. French, J. Arrizabalaga, A. Cunningham, L. García Ballester, Aldershot, 1998

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts