Tous les articles par Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

Journée d’étude: »Historiciser l’expertise. L’autorité de l’expert en médecine dans les sociétés antiques et médiévales », Lyon, 14-15/01


Programme

Lundi 14 janvier, 14h :
  • Isabelle Boehm (Université de Lyon, HiSoMA), Laurence Moulinier-Brogi (Universitéde Lyon, CIHAM), Marilyn Nicoud (Avignon Université, CIHAM), Introduction
  • Robert Alessi (Université de Poitiers, Orient & Méditerranée), «La notion d’expertise médicale dans les Épidémies II,IV et VI d’Hippocrate et le commentaire de Galien : une discussion à la fois philologique et médicale»
  • Antonio Ricciardetto (Collège de France, CEDOPAL) «L’expertise médico-légale dans l’Antiquité : le témoignage des papyrus grecs d’Égypte»
  • 16h : Pause
  • Tommaso Duranti (Università degli Studi di Bologna), «La création du professionnel: l’expert médical par les sources normatives »
Mardi 15 janvier, 9h30
  • Vincent Barras (CHUV, Lausanne), «Les troubles de l’âme et l’expertise du médecin antique»
  • Corinne Leveleux (Universitéd’Orléans, CESFIMA), «La place et le rôle de l’expertise dans la construction de la vérité judiciaire (XIIe-XVesiècle)»
  • 10h45 Pause
  • Joël Chandelier (Université Paris 8, Centre de Recherches Historiques), «L’expert peut-il se tromper? La médecine scolastique face aux cas particuliers (XIIIe-XIVe siècle) »
  • Carmel Ferragud (Universitatde València), «The methods of the procedure and the role and temporality of the use of the medical report within the judgment in the Kingdom of Valencia during the late Middle Ages»
Mardi 15 janvier, 14h30
  • Helène Leuwers (Université Paris-Ouest-Nanterre, CHISCO), « »Veu par la cour le rapport de medecins, cirurgiens et barbiers ». La place de l’expertise dans le jugement de la capacité professionnelle (1350-1550)»
  • François-Olivier Touati (Université de Tours, CITERES), «Judicium leprae. Acteurs et pratiques de l’expertise de lèpre. Du Moyen Âge à la Modernité (Orient-Occident)»
  • Didier Boisseuil (Université de Tours, CESR), «Expertiser les eaux thermales: la place des médecins (XIVe-XVIesiècle)
Lieu

Lyon 7, MSH LSH, 14 avenue Berthelot, salle Marc Bloch

Contact :

marilyn.nicoud@univ-avignon.fr

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire : « Lieux de représentation du pouvoir : les palais », Aix en Provence, 14/01

Dans le cadre du séminaire de recherche, coordonné par Jean-Baptiste Delzant, Élisabeth Malamut et Mohamed Ouerfelli, a pour vocation de rassembler autour de thèmes fédérateurs historiens, archéologues et historiens de l’art, spécialistes des mondes médiévaux méditerranéens. Interdisciplinaire et comparatiste, il propose une approche de l’économie et des sociétés du monde méditerranéen. Organisé en cycles de deux ans, il est l’occasion de dresser un tableau des dernières recherches autour de thèmes transversaux, communs aux espaces et disciplines concernées par la Méditerranée médiévale. Cette année est abordée la question de la représentation du pouvoir en Méditerranée médiévale.

Pour la séance du 14 janvier 2019 :
  • Julien Loiseau (AMU-IREMAM), Palais urbains, pouvoir souverain et compétition politique au Caire à l’époque mamelouke (XIIIe-XVIe siècle)
  • Michael Featherstone (Université de Fribourg-EHESS), Le Grand Palais de Constantinople : symbole éternel de l’État

Aix en Provence, MMSH, Salle Georges Duby, 14h-17h, entrée libre.

Source et programme complet du séminaire : http://la3m.cnrs.fr/pages/manifestations/seminaires/ECO-SOC/ECO-SOC-affiches/Eco-soc-2018-2019.jpg

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire d’archéologie médiévale du CIHAM, « Les apports archéologiques récents à l’histoire des sociétés de l’Islam occidental », 10/01, ENS Lyon

Cyrille Aillet, Sophie Gilotte (Ciham) et Chloé Capel (Orient et Méditerranée) Séminaire d’archéologie médiévale

Jeudi 10 Janvier 2019, 10h-12h et 14h-17h

ENS de Lyon, salle D2 121, 15 parvis René Descartes

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Bourse de la SHMESP pour les congrès internationaux

La SHMESP accorde dans la mesure de ses moyens des bourses d’un montant maximal de 300 € pour l’Europe et de 500 € pour le reste du monde aux membres de la SHMESP doctorants et docteurs sans poste souhaitant participer aux congrès internationaux (Leeds, Lleida, Kalamazoo, de la Medieval Academy of America…). La demande est à adresser à la SHMESP, accompagnée d’un CV, d’un budget (incluant les dépenses et autres sources de financement provenant des laboratoires, écoles doctorales, etc.) et d’un document attestant de l’intervention au congrès (programme, attestation de l’organisateur de la session, etc.). Les demandes sont examinées trois fois l’an, fin septembre, fin janvier et fin mars. Priorité sera donnée aux candidat(e)s n’ayant pas encore bénéficié d’une bourse. Les remboursements interviendront sur présentation des factures et attestation de la participation effective au congrès.

Source : http://www.shmesp.fr/spip.php?article797

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à communication: »Les portes de la guerre seront closes » : Mémoires des conquêtes romaines sous l’Empire et à l’époque médiévale, Lyon, 03-04/06/2019 (date limite : 12/02)

Illustrations © museonazionaleromano.beniculturali.it– MNR, Palazzo Massimo / gallica.bnf.fr – BnF

Comme le prophétise Jupiter au livre 1 de l’Énéide(claudentur Belli portae, v.293), l’instauration du Principat marque le terme de l’expansion romaine en Méditerranée : les frontières de cet « empire sans fin » (imperium sine fine, v.279), fixées par Auguste, n’évolueront alors plus que ponctuellement sous ses successeurs et jusqu’à la disparition de l’Empire romain d’Occident.

Plusieurs recherches récentes, inscrites dans le champ des memory studies, ont mis en évidence le poids qu’ont eu dans la mémoire culturelle des Romains certains épisodes majeurs de leur histoire comme la deuxième guerre punique ou les guerres civiles, notamment en raison de leur portée traumatique. On s’est cependant moins souvent interrogé sur la (les)valeur(s) mémorielle(s) dont ont été chargées les guerres extérieures (bella externa)qui, loin de tomber dans l’oubli, constituaient un réservoir inépuisable d’exempla et de références. Comment les Anciens se sont-ils souvenus des conquêtes républicaines une fois celles-ci achevées, sous l’Empire et, au-delà, à l’époque médiévale ? Comment le sont-ils commémorées ?

L’objectif de ces journées est de proposer des réponses à cette question de la mémoire des conquêtes romaines, en analysant en contexte ses formes (littéraires,iconographiques, épigraphiques, etc.)et ses enjeux, selon une approche diachronique ou synchronique d’épisodes historiques précis, d’auteurs (grecs et latins) particuliers. Il s’agira de mettre en évidence aussi bien la diversité des mémoires et les raisons de cette diversité que des tendances plus générales sur le rôle des guerres dans la construction de la mémoire collective d’une société, sur leur place dans des pratiques de commémoration sous l’Empire et au Moyen Âge.

 Il est attendu descommunications qu’elles fassent dialoguer diverses sources documentaires(textuelles, épigraphiques, iconographiques, etc.) et qu’elles s’efforcent de proposer une approche transdisciplinaire permettant de confronter les points de vue et les méthodes sur un même épisode (histoire/mémoire, vestiges archéologiques/traces mémorielles, etc.). Il est possible,dans ce cadre, de proposer des communications à deux voix.

 Les propositionsde communications, sous forme d’un résumé de 250 mots (en français ou anglais),accompagné d’une présentation des sources mobilisées et d’une courte bibliographie indicative, sont à adresser aux organisateurs : simon.cahanier@univ-lyon3.fret marie.ledentu@univ-lyon3.fr, le mardi 12 février 2019 au plus tard. L’annonce des propositions retenues aura lieu le 25février.

La durée des communications sera de 30 mn et elles feront l’objet d’une publication sous forme d’Actes.

Bibliographie indicative :

Assmann, J. [2002] (2010) : La mémoire culturelle : écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Paris.

Barrandon,N. (2018) : Les Massacres de la République romaine, Paris.

Becker, E.-M., Dochlorn, J et E. Holt, éd. (2014) : Trauma and Traumatization in Individual and Collective Dimensions. Insights from Biblical Studies and Beyond,Göttingen.

David, J.-M., éd. (1998) : Valeurs et mémoire à Rome. Valère Maxime ou la vertu recomposée, Paris.

Galinsky, G. K. (2016) : Memory in ancient Rome and early Christianity,Oxford.

Gowing, A. M. (2005) : Empire and Memory: the Representation of the Roman Republic in Imperial Culture,Cambridge-New York-Melbourne.

Halbwachs, M. (1950) : La mémoire collective, Paris.

Hölscher, T. (2003) : « Images of War in Greece and Rome: between Military Practice, Public Memory, and Cultural Symbolism », JRS, 93, 1-17.

Kubler,A. (2018) : La mémoire culturelle de la deuxième guerre punique. Approche historique d’une construction mémorielle à travers les textes de l’Antiquité, Bâle.

Low, P., Oliver, G. et P. J. Rhodes, éd. (2012) : Cultures of Commemoration: War Memorials, Ancient and Modern, Oxford-New York-Auckland.

Comité scientifique

François Cadiou – Professeur d’histoire romaine (Ausonius UMR 5607, Univ. Bordeaux Montaigne)

Simon Cahanier – Doctorant en littérature et civilisation latines (HiSoMA UMR 5189, Univ. Jean Moulin)

Marie-Céline Isaïa – Maître de conférences HDR en histoire du Moyen Âge (CIHAM UMR 5648, Univ. Jean Moulin)

Marie Ledentu – Professeur de littérature latine (HiSoMA UMR 5189, Univ. Jean Moulin)

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Programme 2018-2019 séminaire des médiévistes de Lyon

L’Atelier des médiévistes (du Ciham) se distingue du séminaire communs des historiens (des laboratoires ANHIMA, CIHAM, HEMOC). Le séminaire commun regroupe des rencontres touchant à différentes époques, nous annoncerons ici les communications relatives au Moyen-Âge.

Les séances ont lieu de 09h30 à 12h30, soit à l’Amphithéâtre de la MILC, 35 rue Raulin, Lyon 7 soit à l’Amphithéâtre Huvelin de l’Université Jean Moulin Lyon 3, 15 quai Claude Bernard, Lyon 7.

  • Jeudi 17 janvier, séance consacrée aux travaux des jeunes chercheurs du CIHAM, amphi Huvelin. Olivier Brisville-Fertin, « La communauté dans le discours aljamiado » ; Jean-Benoit Krumenacker, « Les livres de la primatiale Saint-Jean de Lyon à la fin du XVe siècle » et Catherine Richarté, « Produits bruts et produits finis échangés en Méditerranée occidentale (fin IXe-début Xe siècle)

  • Jeudi 31 janvier, amphi Huvelin. Filippo Ronconi (EHESS), « Entre érudition et sciences sociales : la contribution des livres manuscrits »

  • Jeudi 14 février, amphi Huvelin. Nicole Bériou (membre de l’Institut) et Bernard Hodel (Université de Fribourg), « ‘Remettre à neuf’ Dominique de Caleruefa. La collecte et la traduction des témoignages écrits (fin XIIe-XIVe siècle) »

  • Jeudi 28 février, amphi MILC. Catherine Gaullier-Bougassas (Lille 3), « Réceptions médiévales d’Alexandre le Grand : le pouvoir, l’Empire et la connaissance »

  • Jeudi 7 mars, amphi MILC. Emmanuelle Poulain-Gautret (Lille 3), « La chanson de geste : Belles lettres ou littérature populaire ? »

  • Jeudi 21 mars, amphi Huvelin. Marie-Laure Derat (CNRS – UMR 8167 Orient et Méditerranée), « La dynastie des saints-rois Zagwé (XIe-XIIIe siècle) et le site de Lalibela (Ethiopie) »

  • Jeudi 4 avril, Bilan historiographique et table-ronde, amphi MILC. Armand Jamme et Clément Lenoble, « Des comptabilités médiévales à l’histoire économique ».

  • Jeudi 2 mai, amphi MILC. Josep Torro (Universitat de Valencia), « S’associer pour capturer. Les sociétés de chevauchée et les almogavares dans la péninsulre ibérique (XIIIe siècle)Jeudi 16 mai, amphi MILC. Corisande Fenwick (University College London), “Archéologie, Empire et conquête arabe en Afrique du Nord »

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Journées d’étude GIS Humanités. Sources et Langues de la Méditerranée. 17-19/12, Lyon

Créé en 2014, le GIS Humanités réunit des philologues, des historiens,des philosophes, des archéologues et des musicologues, qui s’intéressent aux sources et aux langues anciennes de l’Europe et de la Méditerranée, à leur transmission et à leur réception, que ces sources soient des objets, des documents, des monuments, des fictions. Par-delà les cloisons disciplinaires, par-delà les discours scientifiques et les vocabulaires propres à chaque heuristique, les humanités relèvent en effet d’une même tradition herméneutique : il s’agit de fouiller, d’explorer, de comprendre, d’interpréter des sources qui, mots ou choses,  donnent accès à un passé qui continue de nous échapper en partie.

Plusieurs membres du CIHAM participent à ces journées

  • Laure Miolo, « De la bibliothèque privée à la bibliothèque collégiale : normes et diffusion des textes scientifiques au collège de Sorbonne, lundi 17/12
  • Marie Paulit, « Les sermons d’Augustin d’Hippole : un corpus impossible ? « 
  • Magali Romaggi « L’orgueil au miroir de Narcisse »
  • Marylène POssamai-Perez, « Du latin au moyen français : l’exemple de l’Ovide moralisé »
  • Giovanni Stranieri, « ‘Europe’ dans les textes du premier Moyen Age. Aux sources d’un imaginaire européen

Pour accéder au programme complet : https://gishuma.hypotheses.org/

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Conférence:Présentation de l’ouvrage « Ecrire l’histoire, pensr le pouvoir, Etats de Savoie, XVe-XVIe siècles » par Laurent Ripart, Chambéry 14/12

L’historiographe savoyarde est née en 1947, lorsque le duc Amédée VIII ordonna d’écrire des Chroniques de Savoie.Dès lors, les Etats de Savoie devinrent une terre d’écriture de l’histoire, dans laquelle furent produites, aux XVe et XVI e siècles, un important ensemble de chroniques, généalogies, annales et autres mémoires. Cette matière aussi riche que méconnue est le sujet de ce livre, qui étudie les enjeux politiques de cette mise à l’écrit du passé savoyard. Il s’attache à replacer cet essor des écritures historiographiques dans le contexte du développement du goût pour l’histoire, qui constituait l’un des éléments constitutifs de la nouvelle culture humaniste. Il met aussi en évidence la diversité des voies – mais aussi des voix – de l’histoire à l’âge de la Renaissance, en montrant qu’elles offraient une pluralité d’interprétations du passé dynastique qui tendit à disparaître à l’âge de l’absolutisme. La rédaction, en 1660, de l’histoire généalogique de la royale maison de Savoie de Samuel Guichenon que le pouvoir ducal fit éditer à grand tirage dota dés lors en effet les Etats de Savoie d’une histoire officielle largement diffusée, qui devait faire autorité jusque dans la première moitié du XIXe siècle

Vendredi 14 décembre 2018,
17h

Amphithéâtre Decottignies

Présidence Université de Savoie Mont-Blanc, 27, rue Marcoz, Chambéry

source : http://www.llseti.univ-smb.fr/web/llseti/320-actualites-du-laboratoire.php?item=1354

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Appel à candidatures: Ecole doctorale thématique « microhistoire et histoire sociale. Nouvelles approches méthodologiques », Casa de Velazquez, 27-29/03/2019 (date limite de candidature : 21/01/2019)

Présentation

Apparue au tournant des années 1970 et 1980 au sein d’un petit groupe d’historiens italiens, en réaction à une histoire sociale marquée par les modèles structuraliste et fonctionnaliste, la microstoria peut être définie non pas comme une « école » historiographique porteuse d’une méthode unifiée, mais comme une pratique expérimentale de la recherche, caractérisée par des approches variées ayant pour point commun un intérêt pour l’échelle micro. Cette histoire « au ras du sol » (J. Revel) s’est nourrie de l’exploitation minutieuse et extensive de sources et d’indices épars, pour reconstituer, à travers ces traces documentaires, l’épaisseur du monde social, la complexité des itinéraires et des stratégies individuelles et la multiplicité des contextes dans lesquels ils s’inscrivent et qui leur donnent sens. Si certains ont vu dans l’usage des dissonances, des cas limites (« l’exceptionnel normal » d’E. Grendi) le meilleur outil d’appréhension des normes et des relations sociales, d’autres ont au contraire privilégié le jeu fécond sur les échelles d’observation et d’analyse qui fait le pari de la complexité et permet de mettre en lumière « la structure feuilletée du social » (J. Revel). Ce changement d’échelle et de méthode d’analyse a pu enfin s’accompagner, dans la construction même de l’objet de recherche puis dans son interprétation, de choix narratifs innovants, à visée heuristique, relevant eux aussi d’un souci commun de l’expérimentation.

La démarche empirique des micro-historiens a, depuis une trentaine d’années, nourri de nombreux travaux qui font la preuve de son potentiel à la fois descriptif et analytique dans la construction et la compréhension du social. La variation des échelles d’analyse constitue ainsi un outil précieux d’appréhension des tensions entre, d’une part, les ressources et les capacités d’action des individus, et d’autre part, les contraintes de toute nature et les cadres normatifs avec lesquels ils interagissent. Si, de nos jours, l’approche microhistorique peut connaître un recul relatif face à d’autres manières d’écrire l’histoire, ou faire l’objet de malentendus, il n’en demeure pas moins qu’elle continue à questionner la pratique historienne, ainsi que le démontrent quelques études récentes. Une piste méthodologique particulièrement stimulante est ici celle qu’a empruntée Francesca Trivellato dans son expérience d’« histoire globale à échelle réduite », qui réconcilie, à travers une histoire connectée de la Méditerranée au XVIIIe siècle, l’analyse fouillée d’un contexte local chère à la microstoria et l’histoire de la mondialisation des marchés.

Dans ce contexte, l’objectif de cette École thématique est d’interroger à la fois le potentiel et les difficultés méthodologiques liés à la démarche micro-historienne, qu’elle soit menée pour elle-même ou croisée avec d’autres méthodes. Ces journées visent ainsi à dresser un état des lieux critique des apports et des approches suivies depuis une quarantaine d’années par celles et ceux qui ont mis en œuvre, dans leur pratique de la recherche, les propositions analytiques et narratives de la microhistoire. À travers la présentation de travaux récents par les conférenciers et la discussion des recherches en cours des participants (sources, terrains, méthodes), il s’agira également d’éclairer les nouveaux enjeux méthodologiques liés à l’adoption d’une démarche micro-historique en histoire sociale et les possibilités renouvelées de dialogue avec les autres sciences sociales – anthropologie et sociologie en particulier – que cette démarche engendre.

Conférenciers et formateurs

– Giovanni LEVI (Università Ca’ Foscari Venezia) – Conférence inaugurale
– Francisco ANDÚJAR CASTILLO (Universidad de Almería)
– Eleonora CANEPARI (Aix-Marseille Université)
– Simona CERUTTI (École des hautes études en sciences sociales, Paris)
– Tomás MANTECÓN MOVELLÁN (Universidad de Cantabria)
– Jacques REVEL (École des hautes études en sciences sociales, Paris)
– Bernard VINCENT (École des hautes études en sciences sociales, Paris)

Organisation

L’École thématique se déroulera sur trois journées de travail en présence de spécialistes de cette thématique.

Ces journées s’articuleront autour de conférences le matin, suivies d’un débat avec l´ensemble des candidats sélectionnés, et d’ateliers pratiques l’après-midi, animés par des conférenciers et des formateurs.

Les débats et les interventions se dérouleront en espagnol, français ou en anglais.

Les participants (20 maximum) assisteront à des conférences méthodologiques ou historiographiques et à des ateliers pratiques.

Conditions pratiques

Cet appel à candidature s’adresse principalement à des doctorants et à des post-doctorants.

Il s’adresse également à des étudiants inscrits en 2e année de Master, dont le projet de recherche est déjà avancé. La sélection des 20 participants se fera en fonction du dossier académique du candidat, de son profil de formation et connaissance des langues.

Une priorité sera accordée aux candidats préparant une thèse et dont les travaux de recherche s’inscrivent dans les champs thématiques de ces journées. Pour cela, ils devront présenter une lettre de motivation, en expliquant les raisons de leur candidature (500 mots maximum).

À compter du 31 janvier 2019, les candidats seront informés du résultat de la sélection.

Les candidats sélectionnés seront ensuite informés de la procédure à suivre.
À l’issue de l’école thématique, les candidats recevront un certificat de présence.

Le prix de l’inscription est de 50 euros (à travers le système de paiement Paypal).

Il comprend :
– le logement à Madrid (en chambre double partagée), 4 nuits, pour les candidats qui en font la demande et qui ne résident pas à Madrid.
– les déjeuners, 3 jours

Les frais de déplacement et les dîners sont à la charge des participants.

Une aide à la mobilité pour un déplacement intercontinental, d’un montant maximal de 300 euros, pourra être accordée aux candidats qui en feront la demande, inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur d’Afrique ou d’Amérique latine.

Date limite d’inscription : 21 janvier 2019 – 17 h (heure de Madrid)

Accéder au formulaire d’inscription

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Séminaire commun des historiens d’Avignon: Catastrophes et fiscalité. L’Italie du sud dans la longue durée (XIIIe-XVIIe siècles) , Avignon, 12/12

salle 2E03, Université d’Avignon, site Hannah Arendt

Francesco (Università di Napoli, Federico II) : »Catastrophes et fiscalité. L’Italie du sud dans la longue durée (XIIIe-XVIIe siècles) ».La catastrophe est un fait social, pas seulement car elle implique les hommes, comme autant de victimes, mais aussi parce que c’est la structure sociale qui définit, qui “crée” la catastrophe. Dans cette perspective, on présentera un cas d’étude: les suppliques des communautés rurales de l’Italie méridionale après la peste de 1478-81 et la réponse de la monarchie (Royaume de Naples), qui parfois octroya un report ou une réduction des impôts directs suite à la perte de vies humaines – à savoir de “feux” fiscaux. En comparant ce cas avec les réactions des communautés et de la monarchie à l’occasion d’autres catastrophes sur la longue durée (XIIIème-XVIIème siècles), on réfléchira sur les relations dominant/dominés, sur le doublet rhétorique de la supplique/réalité de la catastrophe, ainsi que, plus en général sur la perspective des soi-disant disaster studies.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Soutenance de thèse : Marianne Brisville, L’alimentation carnée dans l’Occident islamique médiéval. Productions, consommations et représentations » (Lyon, 08/12)

Marianne Brisville soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « L’alimentation carnée dans l’Occident islamique médiéval. Productions, consommations et représentations », préparée sous la direction de M. Dominique Valérian, le 8 décembre 2018 à 14h, à la Maison des Sciences de l’Homme de Lyon, en salle Marc Bloch.

Le jury sera composé de :  M. Alban Gautier (PU, Université de Caen Normandie), rapporteur ; Mme Sophie Gilotte (CR, CNRS UMR 5648–CIHAM) ; Mme Manuela Marín (DR émérite, CCHS-CSIC de Madrid), rapporteur ; Mme Marilyn Nicoud (PU, Université d’Avignon et des pays de Vaucluse) ; M. Mohamed Ouerfelli (MCF, Aix Marseille Université) ; M. Dominique Valérian (PU, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), directeur.

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Soutenance de thèse : Magali Romaggi, « La figure de Narcisse dans la littérature et la pensée médiévales » (Lyon, 01/12)

Magali Romaggi soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « La figure de Narcisse dans la littérature et la pensée médiévales », préparée sous la direction de Mme Marylène Possamai-Pérez, le 1er décembre 2018 à 14h, en Salle Marc Bloch, Maison des Sciences de l’Homme (MSH),  14 av. Berthelot, Lyon 7e.

Le jury sera composé de : Mme Florence Bouchet (Université Toulouse-Jean Jaurès, rapportrice),  Mme Christine Croizy-Naquet (Université Sorbone Nouvelle Paris 3), Mme Christine Gaullier-Bougassas (Université de Lille 3, rapportrice),  M. Stéphane Gioanni (Université Lumière Lyon 2), Mme Marie-Pascale Halary (Université Lumière Lyon 2),  M. Jean-René Valette (Université Paris Nanterre). Soutenance de thèseSamedi 1 Décembre 2018Lyon

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Atelier de traduction : La Vie de Jean de Montmirail (BHL 4415) (première réunion : 12/12)

La Vie de Jean de Montmirail (BHL 4415) décrit l’existence et lesmiracles d’un grand aristocrate du nord de la France qui, à l’issue d’unintéressant itinéraire de conversion, devint cistercien à l’abbaye de Longpontoù il mourut en 1217 et où il fut enseveli.

Le texte de sa Vita (AA. SS. Sept. VIII, Anvers, 1762, 218-235) fut écrit par un confrère de Longpont, dans les années 1230-1240 –  peut-être Gauthier d’Ochies, abbé de Longpont (v. 1198-1219) puis de Cîteaux (1219-1236) –, afin de promouvoir un projet de canonisation pontificale, attesté par une lettre de Grégoire IX (1236), mais qui n’aboutit jamais. L’un des éléments clefs de ce texte réside dans la construction d’un modèle de conversion aristocratique qui eut d’ailleurs une certaine réception dans les milieux proches de la cour capétienne et des ordres mendiants.

Pour l’historien, la Vie de Jean de Montmirail constituedonc un laboratoire de choix pour explorer conjointement les stratégies decommunication  des Cisterciens (etnotamment de la communauté de Longpont) envers les Grands et les pratiquesreligieuses de l’aristocratie. C’est pourquoi nous souhaiterions rassemblerautour du projet de sa traduction française une équipe d’étudiant.e.s,latinistes confirmé.e.s, de niveau Master, doctorat ou post-doctorat, ainsi quede collègues historien.ne.s et littéraires intéressé.e.s à une participationactive à l’entreprise.

Cécile Caby et Xavier Hélary

cecile.caby@univ-lyon2.fr ; xavier.helary@univ-lyon3.fr

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Colloque:Autour de Florimont. Textualité médiévale et textualité numérique. Grenoble, 13-14/12

Lieu : Domaine Universitaire St-Martin d’Hères, Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Descriptif : Le texte du Moyen Âge, on le sait désormais très bien, est un texte en mouvement : impossible de ne pas tomber sur les mots “variance” et “mouvance” quand on aborde le sujet de la transmission textuelle à travers l’écriture manuscrite. En revanche, rien de plus statique que la page moderne imprimée, à travers laquelle nous redonnons vie à ces textes du passé. La distance entre l’objet de nos études et sa représentation peut, de cette façon, se révéler importante et quelque fois trompeuse.
L’application du numérique aux études concernant la textualité médiévale nous permet, nous permettrait justement de combler cette distance et nous ouvrir de nouvelles pistes de recherche nous obligeant ainsi à réfléchir de façon critique sur nos démarches méthodologiques.
La présentation de l’édition numérique du Roman de Florimont (XIIe siècle), réalisée grâce à un financement européen Marie Curie IF, sera l’occasion de dresser un bilan depuis la première expérience de Karl Uitti en 1994 avec le Princeton Charrette Project, entre révocation historique et présentation de nouveaux projets.
Codicologie, philologie, lexicologie, histoire de l’art, histoire : les domaines d’appartenance des
participants à ce colloque sont très variés. Nous aurons l’occasion de défendre la possibilité d’interpréter désormais de façon globale la textualité médiévale grâce à sa représentation à travers la textualité numérique.

Jeudi 13 Décembre 2018

13.10   PRÉSENTATION

  • 13.20 Marta Materni (LUHCIE, Grenoble) : “DigiFlorimont:une occasion de réflexion philologique et numérique autour de la complexitétextuelle médiévale et de sa représentation”

SÉANCE 1. Florimont dans son temps romanesque. Une introduction au monde romanesque deFlorimont d’un point de vuelittéraire, sociologique et codicologique.

  • 13.55 : Keith Busby (Emeritus, University ofWisconsin) : “Le Roman de Florimontdans le contexte des ses manuscrits”
  • 14.30   : Martin Aurell (Directeur du CESM, Poitiers) : “Clergie et chevalerie de Florimont àAlexandre le Grand”
  • 15.00   : Nathalie Leclercq (Sorbonne Nouvelle, Paris III) : “Les figures du narrateur dans le Roman de Florimont« 
  • 15.30   : Chiara Concina (Università di Verona) : “Florimont des vers à la prose: le dérimagedes mss. Ars. 3476 et BnF, fr. 1490”
  • 16.00-16.20    : PAUSE CAFÉ

SÉANCE 2. En la langue des françois / In lingua francescha. Le français comme languede la “littérature romanesque”: la francophonie hors de France, le rôle de laproduction italienne dans les traditions manuscrites.

  • 16.30 Henry Ravenhall (King’s College London) : “The Values of French Language and Literaturein European Middle Ages”
Le poids de la tradition italienne
  • 17.00   Leslie Zarker Morgan (Loyola University Maryland) : “Cent ans de francoitalien: du Huon d’Auvergne de 1341 au Huon d’Auvergne de 1441”
  • 17.20Anna Constantinidis (Université deNamur) : “Em Aspremont al fondo d’unevalle ». La tradition franco-italienne de la Chanson d’Aspremont”
  • 17.40   Francesca Gambino (Università di Padova) : “La tradition franco-italienne de Foucon de Candie
  • 18.00Francesca Fabbri (Weimar) : “Un autrepoint de vue: l’apport de l’histoire de l’art à la reconstruction de lacirculation manuscrite entre France et Italie”
  • 19.00   CLÔTURE

Vendredi 14 Décembre 2018

9.00

SÉANCE 3. Florimont et ses compagnons numériques. La contribution des potentialitésinstrumentales numériques à la reconstruction et valorisation de la textualitémédiévale.

  • 9.10 Pierre Kunstmann (Emeritus, Université d’Ottawa) : “Le Laboratoire de FrançaisAncien (LFA) de l’Université de Ottawa: bilan d’activités et nouvellesperspectives”
  • 9.40 Cinzia Pignatelli (CESM, Poitiers) : “Le ProjetCharrette: aspects scientifiques, pédagogiques et institutionnels”
Deux modèles d’éditions en cours : contenus et perspectives, méthodologie de travail
  • 10.10 Stephen McCormick (Whasington and Lee University) : “Une édition numérique du Huon d’Auvergne, chanson de gestefranco-italienne des XIVe et XVe siècles”
  • 10.30   Anna Constantinidis (Université de Namur) : “La Chanson d’Aspremont”0

 Le modèle corpus textuel.

  • 10.45 Francesca Gambino (Universitàdi Padova) : “Bases de donnéesnumériques et définition de nouveaux corpora:l’exemple du Repertorio Informatizzatodella Antica Letteratura Franco-Italiana (RIALFrI)”
  • 11.00-11.20 : PAUSECAFÉ
  • 11.25 Aude Mairey (LAMOP,Paris) : “PALM, une plateforme d’analyse linguistique médiévale. Présentation”
  • 11.55 Paolo Canettieri (Universitàdi Roma “La Sapienza”) : “Un autredomaine littéraire: la lyrique. Présentation du Laboratorio della lirica romanza
  • 12.25 Jean-Baptiste Camps (Écolede chartes) : “Réflexions sur la modélisation des lieux variants etl’évaluation de leur significativité généalogique”
·         13.30   CLÔTURE

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts

Bourses de recherche pour master et doctorat 2018-2019:département de la Drôme (report de la date limite au 21/11)

Le Conseil départemental de la Drôme souhaite encourager les travaux de recherche en sciences humaines et sociales portant sur le département de la Drôme, dans le but :

– d’améliorer la connaissance sur le département et de promouvoir des thèmes de recherche inédits ; – de faire profiter le public des résultats de ces recherches.

Les établissements culturels du Conseil départemental (archives départementales, conservation départementale du patrimoine, musée de la Résistance de Vassieux-en-Vercors, châteaux départementaux de Grignan, Suze-la-Rousse et Montélimar) offrent de riches ressources archivistiques, documentaires et muséales susceptibles d’être exploitées dans le cadre de tels travaux.

Le Conseil départemental de la Drôme propose aux chercheurs un soutien financier sous forme de bourses annuelles d’un montant compris entre 1 000 et 2 000 €, destinées à favoriser leur activité de recherche. Il est délivré au maximum cinq bourses par année universitaire.

bourse_recherche_Drome_depliant

Une annonce a déjà été faite à ce sujet (https://docciham.hypotheses.org/3311), mais le délai pour l’envoi des dossiers a été reporté au 21 novembre.

Veuillez trouver en pièce jointe le règlement au format PDF suivi de l’acte d’engagement à renvoyer : Reglement_soutien_recherche_Drome

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts