Tous les articles par Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

CFP: Regional and Transregional Elites (7-8 October: Hamburg). Date limite : 15 février 2016

Papers proposals are being accepted for “Regional and Transregional Elites – Connecting the Early Islamic Empire” – a conference to be held 7-8 October 2016 at the University of Hamburg (Germany).

The ERC project “The Early Islamic Empire at Work – The View from the Regions Toward the Center” investigates how the vast Islamic empire, stretching from the Hindukush to the Atlantic and more diverse in terms of religion, language, and (if this is a valid concept at all) ethnicity than the Late Roman or Chinese Empire, was governed. It focuses specifically on the question of how its various regions were controlled and integrated into one of the most prosperous empires of the (late) antique world.

To integrate the regions of the early Islamic empire politically, to create an imperial idea and an imperial culture, elites of various backgrounds were essential. To fulfill their role, they had to commute and to communicate. The conference seeks to examine the roles that regional and transregional elites played in governing the vast early Islamic Empire (7th-10th century CE), with a particular emphasis on aspects of (social, institutional, spatial) mobility. The regional elites and their participation in governance and administration are essential for understanding the intricate workings of the early Islamic Empire. Similarly, the study of transregional elites, who projected imperial power but sought also to negotiate regional interests at the caliphal court, promises key insights into how the caliphal administration controlled and integrated diverse regions and populations whilst securing the interests of the empire at large.

The composition of the imperial elite, mostly expressing themselves in Arabic, changed over time, exhibiting both spatial and social mobility. While the conquering elite had a tribal background going back to the Arab Peninsula, this changed with manumitted slaves and the rise of the Persian-speaking elite under the ʿAbbāsids, as well as the substitution of the Arab and Persian military forces with Central Asian Sogdian and Turkish commanders and military. Nevertheless, moving elites were created not only by the military and the religious establishment, but also by investing landowners and networks of long-distance merchants. These various different elite segments created a shared taste in Arabic literature (adab), science and material culture.

The conference seeks to address a number of core issues about regional and transregional elites: who were the various elites in a region? How did these regional elites interact with the empire, and did they change in the course of interaction? What mechanisms and strategies did they develop? How and through which agents did they influence imperial decisions? How were transregional elites influenced by their interaction with regional elites, eventually becoming entrenched in the regions? How did they balance their relationships with regional elites, on the one hand, and central caliphal authorities on the other? How important was conversion to Islam for elite access? Where and how were transregional elites recruited? Was the shift from one imperial elite (Arab, Khurāsānian, Central Asian, and others) to another a sign of failure, or were some elites better at reproducing themselves? Which existing networks and emerging institutions helped elites to connect the empire and its diverse regions (tribal affiliations, family policies, mawālī, strategic appointments)?

The conference will be organized around three key themes:
1. Conceptualization of regional and transregional elites from a comparative perspective
• Definitions of elites, their origins, and their evolving identities
2. Transregional and imperial elites
• Recruitment, function, networks, and reproduction of imperial elites (Arabs, Khurāsānians, Central Asians, non-Muslim elites, and others)
3. Regional elites
• The interactions of converted regional elites and non-Muslim elites with the empire in
– North Africa and Egypt,
– Arab Peninsula, Syria, the Jazīra, and Iraq,
– Iran and Greater Khurāsān

The conference will follow a workshop format, with a focus on discussion. Individual slots will be 45 minutes, leaving 20 minutes for presentation and 25 minutes for discussion. Abstracts of 500 words should be sent to katharina.mewes@uni-hamburg.de before February 15, 2016; you will be notified whether your abstract has been accepted before April 1, 2016. Full papers should be sent by July 15, 2016, for pre-circulation among the participants. A financial contribution to travel and accommodation costs might be possible, but cannot be guaranteed at this point.&5

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

New Project: Diplomatic Exchanges between Islamic Mediterranean and Christian Europe (CSIC/ Université de Liège / Université d’Aix-Marseille )

A new research project has been funded by the CSIC (Spain), in collaboration with the Université de Liège (Belgium) and the Université d’Aix-Marseille (France). “The Diplomatic Exchanges between the Islamic Mediterranean and the Christian European powers in the Middle Ages: New Methods for the Analysis of Documents,” will study the documents related to the diplomatic exchanges in the Mediterranean. The main aim is to produce diplomatic editions and translations of the documents preserved in the Arxiu de la Corona d’Aragó (Barcelona) and Archivio di Stato di Firenze, Pisa, and Venezia, as well as studies on various subjects related to these documents.

Objectives
The main objective is to create an international research group of specialists in the study of Arabic and Christian diplomatic documents in the Late Middle Ages, and to develop a common methodology combining philological and historical perspectives. The methodological focus will include specific aspects of the study of Arabic diplomatic documents from the Middle Ages, such as:

• The establishment of a model (or models) for the diplomatic description of the documents based on standardized criteria. The model(s) will be used to assess both the Arabic documents and those in Latin or Romance languages.
• The establishment of a model (or models) for the paleographic description of the documents, with a set of standardized criteria. The model(s) will be used to assess both the Arabic documents and those in Latin or Romance languages.
• The definition of common guidelines for the edition or re-edition and translation of the texts in Arabic, in Latin or in other Romance languages, their contemporary translations, and contemporary archive materials.
• Reaching agreement on the processes of revision of the old editions and translations available, and a substantial broadening of the study of the processes by which they were produced.
• The establishment of paradigms for the study of linguistic and terminological features, both of the Arabic of the original texts and of the contemporary Latin and Romance translations; a linguistic study of the Arabic, Latin and Romance languages used in correspondence (dialectology, diplomatic and notarial formulae, vocabulary …) and their translations.
• Methodology for the selection, evaluation and classification of complementary historical materials that provide contextualization (letters in Latin, Catalan, Italian and other chancery documents).
• Comparison of the practices and arts of chancery used by the various Islamic powers in the mediaeval Mediterranean, by consulting the secretarial manuals in use at that time as guidelines for the preparation of documents in Arabic.
• Guidelines for the compilation of a comprehensive record of the individuals who took an active or a passive part in diplomatic exchanges and in the transmission of documents, or who are mentioned in them.
• Prosopographic studies of the individuals involved; identification and characterization of the groups that mediated in the political and diplomatic contacts of the relations between European cities and the Arab countries of the Mediterranean.
• The study of the mechanisms and strategies for exploiting the linguistic and cultural skills of these groups.
• Guidelines for analyzing the strategies of socio-economic, political and institutional integration of European groups in the Arab-Islamic countries of the Mediterranean and the presence of Islamic groups in the Christian lands.

Members of the official team
– Roser Salicrú i Lluch (CSIC, Milà i Fontanals Institution, Barcelona) and Marta Manso Rubio (CSIC, Milà i Fontanals Institution & Universitat de Barcelona): Nasrids-Crown of Aragon, Christian sources
– Maria Mercè Viladrich Grau (Universitat de Barcelona) and Anas Benmokhtar (Universitat de Barcelona): Merinids-Crown of Aragon
– Mohamed Ouerfelli (Université d’Aix-Marseille): Hafsids-Crown of Aragon and Hafsids-Pisa
– Frédéric Bauden (Université de Liège): Mamluks-Crown of Aragon; Mamluks-Venice; Alessandro Rizzo (Université de Liège): Mamluks-Florence

For further information, contact Roser Salicrú i Lluch: rsalicru@imf.csic.es

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

CFP: Slave Women and Free Men in Medieval Islam: Mediating Social Change / MESA, Boston MA, November 17-20, 2016

The legalization of concubinage by the medieval jurists granted slave women access to the ‘private’ and ‘public’ political, economic, social and cultural spheres of the medieval Islamic polity. This panel investigates the ways in which the presence of slave women in these various domains challenged established norms and shaped the emergence of new ones in medieval Islamicate societies from the 7th to the 15th centuries. It invites papers that explore and discuss how the different representations of female slaves in male-authored legal, literary and historiographical discourses may be approached not only as reflections of but also as means for reflecting upon these changes. Particular areas of interest include, but are not limited to, changes in social mobility, gender relations, political agency, labor, sexual ethics, matrimony, pleasure, fashion and artistic performance.

Please submit an abstract of 300 to 400 words and a CV to Karen Moukheiber < krm03@aub.edu.lb> by Sunday, February 7th, 2016. When submitting your abstract, please use MESA 2016 in the subject line. Participants will receive panel decisions by Wednesday, February 10th, 2016. Participants will then be required to upload their abstract to the MESA site before February 16th, 2016. You must have a current MESA membership by this date in order to submit an abstract. MESA makes decisions about the program by the end of April 2016. The MESA annual conference takes place this year in Boston, MA, November 17-20, 2016.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Postes offerts au concours CNRS 2016 — Section n°32 Mondes anciens et médiévaux — Date limite : 6 janvier 2016

Les postes au concours CNRS 2016 sont désormais ouverts jusqu’au 6 janvier 2016.
http://www.dgdr.cnrs.fr/drhchercheurs/concoursch/default-fr.htm
Section n°32 : Mondes anciens et médiévaux
N°32/01 – 5 Directeurs de recherche de 2e classe. Concours ouvert sur les thèmes scientifiques relevant de la Section n°32.
N°32/02 – 3 Chargés de recherche de 1re classe. Concours ouvert sur les thèmes scientifiques relevant de la Section n°32.
N°32/03 – 5 Chargés de recherche de 2e classe. dont 4 prioritairement sur les thèmes suivants :
– « Arts visuels »,
– « Mondes égéens »,
– « Architecture antique et modélisation »,
– « Histoire de la pensée islamique ».

Remarque : les 4 coloriages sont affectés au concours CR2, mais peuvent aussi être pourvus en CR1

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Appel à contribution — Congrès de l’Association Française d’Histoire Economique (AFHE) 2016 — Art et économie, une histoire partagée AFHE/FRAMESPA Toulouse, 18 et 19 novembre 2016

Argumentaire

Le colloque international est ouvert aux historiens, économistes, archéologues, historiens de l’art, historiens de la littérature, aux doctorants, jeunes chercheurs et aux personnalités impliquées dans la thématique (culture, patrimoine, arts du spectacle, etc.). Il se propose d’explorer dans la longue durée les relations entre l’économie et l’art dans toutes ses déclinaisons.
Si la valeur marchande de l’art est depuis longtemps au centre des interrogations, l’étude des rapports entre histoire, économie, esthétique a renouvelé le questionnement. Dans un contexte d’essor des prix sur les marchés de l’art (re-)devenus spéculatifs, et d’une réflexion renouvelée sur la variété des capitalismes et l’économie des singularités, l’étude des relations entre arts et artistes d’un côté, argent, destinataires et marchés de l’autre, démontre la diversité des configurations possibles. De même, si l’art est depuis longtemps un support de l’activité économique qui anime souvent de véritables circuits de production matérielle et symbolique (division du travail, valeur sociale, sérialité et exception, biens publics, prestige, mobilité professionnelle), l’activité économique s’est inspirée de l’art, de la distinction qui lui est attachée, pour construire ses marques et ses marchés, ou bien pour justifier la rémunération de ses talents.
Ces rapports ambivalents imposent une lecture pluridisciplinaire de l’inscription matérielle et sociale de l’art qui dépasse la seule question de sa valeur marchande : comment l’aspect comptable de la création entre-t-il en jeu dans la construction et la reconnaissance d’une qualité artistique ? Quels sont les échanges réciproques possibles entre l’artiste et le marché ? Comment l’objet d’art se fait-il, alternativement, patrimoine ou marchandise ? Comment l’art produit-il de la richesse et la richesse de l’art ? Dans les deux domaines, économique et artistique, quelles modifications sont apportées par les dynamiques temporelles de conservation, thésaurisation, transmission ? En somme, quels rapports dialectiques et complémentaires art et économie entretiennent-ils ?

Croiser les perspectives entre art et économie sera le principal critère de choix des communications.

Plusieurs pistes s’ouvrent à la réflexion ; en voici une liste non exhaustive :
– Quels sont les liens de l’économique à l’artistique dans la fabrication des œuvres, impliquant le coût et le choix des matières, le travail et la main-d’œuvre, l’organisation de la production (chantiers, commandes), les contraintes structurelles et conjoncturelles ?

– En économie comme dans les domaines artistiques, les formes de la concurrence, de la rivalité et de l’imitation ont une fonction clé. Comment peuvent-elles inspirer des nouvelles créations ou bien engendrer des pratiques tels la reproduction, voire le plagiat et d’autres formes déloyales d’appropriation de l’invention et de la propriété intellectuelle ?

– De l’artisanat au design, de la mode à la création des marques, quelles sont les re-définitions de l’art et des critères esthétiques à l’épreuve de l’industrialisation (reproduction de série, mécanisation), de la vulgarisation et de l’évaluation monétaire ?

– Quelles sont les transformations du statut de l’auteur à travers les âges et particulièrement à l’ère du numérique ? Peut-on encore parler de véritable création, ou plutôt d’une forme de reproductibilité extrême de l’objet artistique, qui remet en cause le concept même d’auteur/créateur ? Quelle est, au fil des siècles, la configuration des rapports que les pouvoirs, les autorités publiques et les entreprises privées entretiennent avec l’art et les artistes, par la voie du mécénat (public, princier ou monarchique et autres), des fondations privées, de la production (design et industrie), de la régulation du marché, etc. ?

– Quels rôles tiennent les marchands et les experts dans la définition des valeurs de l’art ? Quelles sont les contradictions éventuelles entre valeur esthétique et valeur marchande ? Quels mécanismes marchands sont à l’œuvre dans les phénomènes de patrimonialisation ?

– Y a-t-il un statut de l’art hors marché, ou bien de l’art « caché », qui se soustrait au marché et parfois même au regard (art sacré, reliques…) ? Quelles sont les problématiques de l’inaliénabilité de certaines œuvres et de la gratuité éventuelle du geste artistique ?

Conditions de soumission
Les propositions (3 000 signes maximum en fichier word ou pdf) comporteront un titre, une problématique explicite et une courte bibliographie. L’auteur pourra joindre un aperçu de ses travaux et une courte biographie ne dépassant pas 1 000 signes. Les propositions feront l’objet d’un processus d’expertise par les membres du comité d’organisation et du comité scientifique.
Les propositions sont à envoyer par e-mail à ArtetEconomie.Toulouse.2016@gmail.com

avant le 12 février 2016.
Les contributions acceptées par le comité scientifique feront l’objet d’une publication avec date de remise des articles au printemps 2017.

Langues du colloque
Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront être faites en français ou en anglais.

Calendrier
12 février 2016 : réception des propositions
Mi-mars 2016 : notification d’acceptation
9 septembre 2016 : réception des communications (20 000 signes)
18-19 novembre 2016 : congrès à Toulouse.
Printemps 2017 : remise de la version finale des articles pour la publication.

Comité d’organisation
Anne Conchon (Université de Paris I-Panthéon Sorbonne-AFHE), Natacha Coquery (Université de Lyon 2-AFHE, IUF), Cecilia D’Ercole (Ecole des hautes études en Sciences Sociales, Paris-AFHE), Nicolas Marty (Université de Perpignan-AFHE), Jean-Michel Minovez (Université de Toulouse), Jean-Marc Olivier (Université de Toulouse), Anne Perrin-Khelissa (Université de Toulouse), Emilie Roffidal (CNRS, Toulouse).

Comité scientifique
Marco Belfanti, Université de Brescia
Philippe Bernardi, CNRS, Paris
Roberto Casati, CNRS, Paris
Manuel Castiñeiras, Universita Autònoma de Barcelona
Michael Hutter, Technische Universität Berlin, Berlin
Lesley Miller, Victoria and Albert Museum, Londres
France Nerlich, Université François Rabelais, Tours
Laurent Tissot, Université de Neuchâtel.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Appel à candidatures – postes de membres de l’École française de Rome – année 2016-2017

L’École française de Rome est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, placé sous la tutelle du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle a son siège à Rome. Elle a pour mission de développer la recherche et la formation à la recherche sur toutes les civilisations qui se sont succédé en Italie ou dont Rome a été le centre de rayonnement, de la préhistoire à nos jours.
L’École française de Rome accueille chaque année des membres scientifiques qui se consacrent à des travaux de recherche dans les domaines relevant de l’établissement, en archéologie, histoire et sciences sociales, répartis en trois sections: l’antiquité, le moyen âge et les époques moderne et contemporaine.
Les candidats aux postes de membre doivent être :

  • soit doctorants ;
  • soit titulaires d’un diplôme national de niveau égal ou supérieur au doctorat ;
  • soit maîtres de conférences ou personnels assimilés en application de l’article 6 du décret du 16 janvier 1992 relatif au Conseil national des universités ;
  • soit justifier de titres ou diplômes universitaires ou scientifiques étrangers jugés équivalents par la commission d’admission.

Nul ne peut se présenter plus de trois fois à un poste de membre de l’École française de Rome ; toutefois, un maître de conférences ayant déjà fait trois candidatures comme doctorant ou post doctorant peut bénéficier d’une candidature supplémentaire.
Les nominations sont prononcées pour une durée d’une année à compter du 1er septembre 2016, et jusqu’au 31 août 2017. Elles peuvent être renouvelées, sur avis de la commission de recrutement, pour une deuxième et, éventuellement, pour une troisième année consécutive.

Les membres non fonctionnaires perçoivent le traitement en vigueur pour un professeur agrégé de classe normale au 1er échelon (indice brut 427). Les membres fonctionnaires dont l’indice de rémunération en métropole est supérieur à la rémunération de base ci-dessus précisée reçoivent le traitement correspondant à leur indice dans leur corps d’origine, sans pouvoir dépasser l’indice brut 590. Ces derniers sont placés en position de détachement. En outre, les membres perçoivent une indemnité de résidence et des majorations familiales s’il y a lieu. Ils sont tenus à une obligation de résidence en Italie ou sur leur terrain de recherche.

Pour l’année 2016-2017, dix-huit postes de membre de l’École française de Rome seront vacants ou susceptibles d’être vacants.

Le dossier de candidature doit comprendre les pièces suivantes :
1. Dossier administratif

Pour tous les candidats :

1) demande d’admission (cf. modèle annexé) ;
2) copie d’une pièce d’identité (carte d’identité ou passeport) ;
3) copie des diplômes obtenus ;

En outre, et selon les situations :
Pour les contractuels de droit public titulaires d’un doctorat éventuellement mis à disposition contre reversement de salaire à leur établissement :

un avis favorable à la mise à disposition du candidat pour une année ;

Pour les fonctionnaires :

une copie du dernier arrêté de promotion;
un avis favorable au détachement éventuel du candidat pour une année, signé par le président ou directeur de l’établissement d’origine, accompagné de l’avis conforme du conseil d’administration dudit établissement (pour les fonctionnaires affectés dans l’enseignement supérieur uniquement).
Les candidats non titulaires de la fonction publique devront, si leur candidature est retenue, présenter un extrait de casier judiciaire ainsi qu’un certificat médical délivré par un médecin assermenté.

2 – Dossier scientifique :

Un curriculum vitae complet rédigé en français, en anglais ou en italien.
Un projet de recherche pour la durée du séjour demandé.
Ce projet doit être saisi en interligne simple, ne dépassant pas 10 pages à 2 500 signes chacune. Il doit être rédigé en français.
Un résumé du projet de deux pages maximum en français, en anglais ou en italien.
Deux rapports, seulement deux, de personnalités scientifiques. Ces rapports concerneront spécifiquement la présente candidature à un poste de membre de l’EFR.
Pour les docteurs, une copie du rapport de thèse ou, à défaut, un résumé de celle-ci et une attestation de soutenance.
Pour les doctorants, le dossier doit être visé par la direction de l’école doctorale à laquelle appartient le candidat.

Information

Tous renseignements sur le dossier administratif peuvent être demandés à la responsable administrative de l’EFR (pascale.garcia@efrome.it).
Les renseignements sur le dossier scientifique seront obtenus auprès du directeur de la section dans laquelle se fait la candidature : dirant@efrome.it pour l’antiquité ; dirma@efrome.it pour le moyen âge ; dirmod@efrome.it pour les époques moderne et contemporaine.

Délai et modalité d’envoi du dossier de canidature

Le dossier complet de candidature est à adresser au plus tard le 21 janvier 2016 sous format électronique en un seul document pdf dont la taille ne peut excéder 20 Mo à candidaturemembre@efrome.it. Les candidats recevront un accusé de réception par retour du courriel.

Commission d’admission

La composition de la commission d’admission se trouve sur le site de l’EFR (www.efrome.it). Les candidats dont le dossier aura été retenu en premier examen par la commission d’admission seront auditionnés lors d’un oral en français d’une vingtaine de minutes au cours de la semaine du 21 mars 2016.

Télécharger l’appel à candidature complet (pdf)
Lien vers le site de l’EFR :
www.efrome.it/candidater/devenir-membre.html

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

CFP: Mediterranean Medieval Studies/International Medieval Meeting (20-22 June: Lleida)

Papers and sessions are being solicited for the 6th International Medieval Meeting Lleida featuring the special themtic strand, “Mediterranean Medieval Studies,” which will take place in Lleida from 20-22 June 2016, organised by the Grup de Recerca Consolidat en Estudis Medievals “Espai, Poder i Cultura” (Universitat de Lleida).

The participants can present sessions and individual papers on various aspects of research in the history of the Middle Ages or sessions dedicated to the promotion and management of research, the application of new technologies in the Humanities and the promotion of historical heritage. Furthermore, there will be important presentations concerning the publication and dissemination of research in medieval history. These events will take place at the Universitat de Lleida, located in the medieval city of Lleida, where you will be able to enjoy a wide range of cultural and leisure activities.

Keynote speakers include:
Dr. Brian Catlos (University of Colorado at Boulder),
Dr. Nikolas Jaspert (Universität Heidelberg), and
Dr. Hermenegildo Fernandes (Universidade de Lisboa)

Deadline for submissions: 18 March 2016.
Deadline for conference enrollment: 27 May 2016.

For more information:
http://www.internationalmedievalmeetinglleida.udl.cat/

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Fellowship & Instructorship: “Violence and Order in the Pre-Modern World” (Caltech-Huntingdon, Fall 2016)

The Division of the Humanities and Social Sciences at the California Institute of Technology and the Research Division of The Huntington Library, Art Collections, and Botanical Gardens invite applications for a one-year fellowship and for two-year post-doctoral instructorships in medieval or early modern studies under their joint research program known as the Caltech-Huntington Humanities Collaborations (CHHC). Both are open to scholars at the Assistant or early Associate Professor levels whose research relates broadly to the theme “Violence and Order in the Pre-Modern World.” We seek applicants whose work engages issues of violence, power, and political and/or social order in Europe, the Mediterranean, or the Islamic world between ca. 1100 and 1600 C.E. Scholars working in all humanities fields are encouraged to apply; interdisciplinary and comparative work is especially welcome. For additional information, click here for the CHHC program statement.

The one-year fellowship may be taken either during the 2016-17 or the 2017-18 academic year. The successful applicant is expected to conduct research at The Huntington and to contribute to the intellectual activities of the CHHC program at both Caltech and The Huntington. Together with a postdoctoral instructor, he or she will also organize seminars and a conference related to the theme.

The two-year post-doctoral instructorship begins Fall 2016. Appointment is contingent upon completion of the Ph.D. The successful applicant will be expected to conduct research at The Huntington, teach two (ten-week) undergraduate courses per year at Caltech, and contribute to the intellectual activities of the CHHC program at both institutions. Together with a senior fellow, he or she will also organize seminars and a conference related to the theme.

Interested candidates should submit a letter of application, vita, a statement of research interests, and three letters of recommendation by email to: chhc@hss.caltech.edu or by mail to CHHC Search, Division of the Humanities and Social Sciences, 101-40, Caltech, Pasadena, CA 91125. Application deadline is January 15, 2016.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Séminaire au CIHAM : « Marges et frontières de l’Islam médiéval » (Lyon, 19 nov. 2015 et 28 janv.2016)

Séminaire sur l’Islam médiéval 2015-2016 (CIHAM) : programme

“L’Islam médiéval, ses marges et les mondes extérieurs”

Jeudi 19 novembre 2015 : programme « marges et frontières de l’Islam médiéval »

10h30-12h30, ISH, salle Léger

Yassir Benhima (Université Paris III – CIHAM) : Aux marges du sultân : centre et périphérie dans l’histoire politique du Maroc

Sophie Gilotte (CNRS – CIHAM) : Marges et archéologie : quelles données possibles ?

Jeudi 28 janvier 2015 : programme « marges et frontières de l’Islam médiéval »

9h30-12h30, ISH, salle Léger

Dominique Valérian (Université Lyon 2 – CIHAM) : L’Islam et les mondes extérieurs : relecture du paradigme méditerranéen

Bruno Paoli (Université Lyon 2 – UMR 5191 ICAR) : Les Alaouites (Nusayris) dans l’histoire du Proche-Orient médiéval

Cyrille Aillet (Université Lyon 2 – CIHAM) : Marges et islamisation à l’époque médiévale

Jeudi 11 février 2015 : actualité de la recherche en Islam médiéval

10h30-12h30, ISH, salle Frossard

Anne Troadec (UMR 8167 Orient & Méditerranée) : Les Mamelouks dans l’espace syrien : stratégies de domination et résistances (658/1260-741/1341)

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Conférence : Abbès Zouache, “De Bagdad au Caire. Genèse et diffusion d’une culture aristocratique : la furūsiyya (VIIIe-XVIe s.)”, 25 novembre 2015, IFAO.

Conférences

De Bagdad au Caire. Genèse et diffusion d’une culture aristocratique : la furūsiyya (VIIIe-XVIe s.)
ABBÈS ZOUACHE (CNRS, CIHAM UMR 5648)

25 novembre 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

La furūsiyya est encore souvent associée aux seuls arts équestres. Pourtant, elle était liée à tout ce qui avait trait de près ou de loin à la guerre, depuis la chasse et le polo aux recettes de feu grégeois, comme le montre la masse de traités qui s’y rapportent, dont un très grand nombre demeure à l’état de manuscrit.

Ces textes, que d’autres sources, narratives ou lexicographiques, complètent parfois avantageusement, confirment que la furūsiyya naquit en Irak, au VIIIe siècle, sous l’influence de traditions diverses, sassanide, grecque, centre-asiatique, arabe.

Valorisée par les califes abbassides, la furūsiyya devint un élément marquant de la culture des aristocraties militaires qui s’imposèrent dans l’ensemble de l’Orient musulman, du Xe au XVIe siècle. Elle s’y diffusa progressivement, sous des formes diverses, jusqu’à briller de mille feux, en Égypte, à la fin du Moyen Âge.

http://www.ifao.egnet.net/manifestations/#671

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Bourses doctorales et postdoctorales du second semestre 2016 attribuées par l’IFAO (date limite : avant le 20 novembre 2015).

Conditions de candidature

Les candidats doivent posséder au moins un Master 2 ou justifier de titres et travaux jugés équivalents.
Les candidats doivent être des ressortissants des états membres de l’union européenne ; à titre exceptionnel, une aide ponctuelle peut être accordée à des doctorants extra-européens.
Les candidats doivent effectuer des recherches nécessitant un séjour en Egypte et se rapportant aux axes définis dans le programme scientifique 2012-2016 de l’IFAO consultable sur le site web. Il est recommandé de se référer au numéro du programme : http://www.ifao.egnet.net/uploads/docs/Programmes_IFAO_2012_2016.pdf
Les candidatures sont adressées au directeur de l’IFAO, à la fois par mail à l’adresse direction AT ifao.egnet.net, et par courrier à l’adresse suivante :LE CAIRE – Ambassade
Institut français d’archéologie orientale
Le directeur
13 rue Louveau
F-92438 Châtillon cedex… accompagnées d’un dossier précisant les titres possédés et les motifs de la demande.
Le dossier doit obligatoirement comporter l’exposé détaillé d’un projet de travail clairement défini, accompagné d’un rapport justificatif et motivé du directeur de recherche qui suit les travaux du candidat.
Les demandes doivent être déposées avant le 25 mai pour les séjours commençant entre le 1er janvier et le 30 juin et avant le 20 novembre pour les séjours commençant entre le 1er septembre et le 22 décembre.
Le directeur de l’IFAO, après consultation du directeur des études et du conseil scientifique de l’IFAO, désigne les bénéficiaires.
Modalités des bourses

Les bourses sont attribuées par mensualités renouvelables ; la durée totale du séjour ne peut être inférieure à un mois et il n’est pas souhaitable qu’elle excède la durée de la bourse accordée : l’IFAO n’est pas en mesure d’assurer la responsabilité administrative des boursiers au delà de la période indiquée.
La bourse attribuée correspond à un dédommagement pour frais de voyage et de séjour. Le montant de la mensualité (1000 euros) a été défini par le conseil d’administration de l’IFAO, dans le cadre de son budget. L’IFAO, dans la mesure des places disponibles dans ses locaux et moyennant rétribution, peut assurer le logement des boursiers. Les boursiers appelés à séjourner dans d’autres régions d’Égypte devront s’y loger par leurs propres moyens.
À l’expiration de leur séjour, les boursiers doivent remettre un rapport d’activité au directeur de l’IFAO, ou au directeur des études qui le communique ensuite au conseil scientifique, ainsi qu’au directeur de recherche ayant recommandé la candidature.
Toute personne venant à l’IFAO dans le cadre d’une bourse doit disposer d’une couverture sociale personnelle et d’un contrat prévoyant le rapatriement sanitaire.
Formulaire de préinscription

Les personnes bénéficiant d’une bourse de l’Ifao, et souhaitant effectuer dans ce cadre une mission en Egypte, doivent remplir http://www.ifao.egnet.net/uploads/formulaires/IFAO_Fiche_mission_bourse_2015.doc , le transmettre à direction@ifao.egnet.net et le cas échéant contacter les autres services mentionnés dans le formulaire
http://www.ifao.egnet.net/annonces/bourses/

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

CFP : Interfaith Love: Love, Sex and Marriage in the Islamicate World from the Middle Ages to the Present. Leiden | Deadline: 15 December 2015

From Wednesday 22 until Friday 24 June 2016, LUCIS organises in cooperation with the University of Naples ‘L’Orientale’ and the University of Salento an international conference entitled: Interfaith Love: Love, Sex and Marriage in the Islamicate World from the Middle Ages to the Present.

Theme

Interfaith love is a compelling topic in societies where faith is a decisive mark of identity, and culture is continuously shaped by interreligious coexistence and conflicts. In Medieval Islamic imagery the ‘religious other’, either boy or girl, has a prominent place in erotic poetry and love romances. The theme went through significant reshaping in the early modern period, when the confrontation between the Ottomans and Europe opened wide spaces for uncertain identities across contested frontiers. Eventually, it has taken on distinctive new forms in contemporary societies within the fragile framework of the Middle Eastern national identities but also in the West where issues related to interfaith love and marriages are increasingly part of the public debate.

This international conference seeks to explore, through a diachronic, interdisciplinary and comparative approach, how interfaith love is perceived and represented in historical, religious, legal, literary and artistic sources, both Islamic and non-Islamic. Relevant materials will be approached from multiple perspectives, and preferably in a comparative way, in order to bring out their historical, cultural and societal implications, and to analyse the way they shaped cultural representations both in the past and in the present. Narratives of interfaith love mirror a society’s understanding of cultural cross-influence, with its ‘dangers’ and ‘seductions’. As interfaith love concerns all the religious cultures involved in the process, the Islamic view will be complemented with that of other relevant cultures intertwined with Islam. This conference seeks to bring into focus the many facets of representation of this theme and trace its metamorphoses at turning points in history.

The main research questions we aim to address include:
– What are the different perceptions and representations of interfaith love in the various kinds of textual and visual sources produced both within and outside the Islamicate world?
– How social norms and boundaries shape and define the ‘performances’ of love affairs between the members of two different religious communities or two different sects within Islam (e.g. between Alevi and Sunni or Sunni and Shiite Muslims)?
– What are the gender implications of interfaith love and, in particular, how the representation of homoerotic love is intertwined with that of the ‘beloved infidel’?
– Why is the beloved in Islamic mystical-erotic poetry often of a different faith?

Organizing committee

Rosita D’Amora (University of Salento) Turkish Studies
Petra de Bruijn (Leiden University) Turkish Studies
Samuela Pagani (University of Salento) Arabic Studies
Monica Ruocco (Università L’Orientale of Naples) Arabic Studies
Asghar Seyed-Gohrab (Leiden University) Persian Studies

Call for application

Scholars, PhD candidates and advanced MA students doing research related to the subject of Interfaith Love are invited to apply for participation.

If application for participation has been successful, the following is granted:
– Participation in the complete programme, including lunches and the conference diner.
– Not included travel and accommodation expenses and the other meals.

To apply for participation, applications have to be sent to lucis@hum.leidenuniv.nl.

For more information please contact: Rosita D’Amora (rosita.damora@unisalento.it) and Asghar Seyed-Gohrab (A.A.Seyed-Gohrab@hum.leidenuniv.nl).

This application includes the following:
– a title and an abstract of 300 words (max.) of your presentation
– a short biography of 50 words (max.)

Deadline for application: Tuesday, 15 December  2015, 24.00 hrs (CET).

Applications that will reach us after this date will not be taken into consideration.

Programme

A provisional program will be available by the beginning of February.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Prix de thèse 2016 IISMM-GIS Moyen-Orient Mondes musulmans (date limite : 8 janvier 2016)

Appel à candidatures : le Prix de thèse 2016 organisé par l’Institut d’étude de l’islam et des sociétés du monde musulman (IISMM) et le GIS Moyen-Orient Mondes musulmans du CNRS.
Il s’agit de la quatrième édition du Prix de thèse sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans.
Sont éligibles les travaux soutenus sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, en français ou en France entre le 31 décembre 2013 et  le 31 décembre 2015.
Informations, Modalités :
Date limite : 8 janvier 2016
Envoi de dossier :
– par email (thèse en PDF) : appels.iismm@ehess.fr
– par courrier (rapport de soutenance, CV) : Mme Anne-Laure Dupont, IISMM, 96 boulevard Raspail, 75 006 PARIS.
Remise des prix : 27 mai 2016

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Appel à contribution : Islam, Byzance, Occident (VIIIe-XIIIe s.). Les élites religieuses et la critique du pouvoir

Les empires du VIIIe siècle (Occident, Byzance, Islam) sont gouvernés au nom de principes religieux et avec le soutien d’élites religieuses ; néanmoins, ces élites peuvent critiquer les pouvoirs politiques au nom de leur compétence ministérielle et/ou intellectuelle. Cette rencontre a pour but l’élucidation des conditions politique et religieuse qui autorisent cette liberté d’expression, la restreignent voire l’instrumentalisent. Laisser dire en effet peut être le fait d’un prince qu’autoriser la critique ne fragilise pas mais conforte. User de sa liberté d’expression peut être d’un intransigeant comme d’un courtisan. L’examen des moyens concrets d’expression de la critique politique (traités, lettres, Miroirs, historiographie, exégèse, sermons, hagiographie, etc.) doit permettre un comparatisme rigoureux : quelles différences, dans les trois espaces envisagés, quant à l’exercice d’une liberté de parole critique, son efficacité, son utilisation politique ?

ANNONCE

Argumentaire

Le viiie siècle voit l’arrivée au pouvoir des Isauriens à Byzance, des Abbassides en terre d’islam et des Carolingiens en Occident : qu’ils prennent la suite de l’empire constantinien au nom d’une continuité historique ou par effraction, ou qu’ils construisent leur propre version du gouvernement impérial, tous s’essaient à conduire des empires assez centralisés avec la collaboration des élites religieuses – le pouvoir politique lui-même revendique une légitimité de nature ou d’origine religieuse. Or la contribution de ces élites au gouvernement ne se borne pas à un enrôlement idéologique ou technique ; certains clercs, certains savants, au nom même de leur compétence ministérielle et/ou intellectuelle, critiquent l’évolution des pouvoirs vers l’absolutisme, l’autoritarisme ou la théocratie. Cette rencontre a pour but l’élucidation des conditions politique et religieuse qui autorisent cette liberté de parole, la restreignent voire l’instrumentalisent. Laisser dire en effet peut être le fait d’un prince qu’autoriser la critique ne fragilise pas mais conforte. User de sa liberté d’expression peut être d’un intransigeant comme d’un courtisan. L’examen des moyens concrets d’expression de la critique politique présents au Moyen Âge central aussi bien en Islam qu’en Orient et Occident chrétien (traités, lettres, Miroirs, historiographie, exégèse, sermons, hagiographie, etc.) est la condition première d’un comparatisme rigoureux : peut-on observer des mécanismes comparables dans l’exercice d’une liberté de parole critique, dans son efficacité ou son utilisation politique ?

Source commune aux pratiques orientales et occidentales, la parrhèsia antique a fait de la critique un devoir ou une responsabilité au service du bien commun. Le Moyen Âge ajoute à cette réalité antique l’idée que c’est la compétence des élites religieuses qui les rend aptes à la critique : leur maîtrise de savoirs précis, leur connaissance de textes saints dont elles connaissent les codes herméneutiques, leur autorité sociale et intellectuelle leur permet de critiquer le prince sans avoir besoin d’être revêtues du charisme du marginal cynique ou du prophète. C’est donc bien de l’intérieur d’un système social et politique qui leur confère leur autorité que ces élites formulent leurs critiques : d’où l’audace et l’inconfort, peut-être la vanité ou la duplicité, d’une liberté de parole qui conduira tel évêque byzantin à s’élever contre l’empereur défenseur de l’Église, ou tel savant à contester l’orthodoxie du commandeur des croyants.

L’intérêt majeur du comparatisme volontairement recherché est qu’il permet de mieux envisager le rapport entre liberté contrôlée, critique effective et stabilité du régime. De fait, le pouvoir califal abbasside tombe en 1258 au terme d’une longue évolution vers une définition de plus en plus religieuse de sa suprématie ; Ibn Ḫaldūn peut au xive siècle faire le tableau mythique des origines de l’islam comme ce temps exemplaire où l’autorité politique était détenue par le Prophète et ses successeurs immédiats, les califes dits « bien guidés ». En Occident latin en revanche, la construction d’une monarchie pontificale autonome au xiiie siècle sanctionne la radicale séparation des pouvoirs laïcs et de l’autorité religieuse, au terme de la réforme grégorienne ; la virulence des critiques qui ont ponctué ce mouvement de réforme, et stigmatisé les prétentions religieuses des pouvoirs civils, n’empêche pas mais plutôt suscite par contrecoup la naissance d’États modernes centralisés, dont la légitimité séculière sort finalement renforcée et où le pouvoir revendique (usurpe ?) une véritable sacralité. L’empire byzantin apparaît dans ces conditions comme celui où la critique est la moins institutionnalisée – n’est-ce pas le moine, le fou et le saint qui ont l’audace de blâmer le pouvoir ? – or c’est aussi structurellement le plus durable et le plus vulnérable aux crises ponctuelles : le contrôle de l’orthodoxie du souverain est l’occasion régulière d’une intrusion frontale des évêques dans le jeu politique.

Après Alexandre le Grand et Aristote, puis Ambroise et Théodose, la liberté de parole laissée aux savants ou aux clercs est-elle davantage un luxe que s’autorisent les souverains incontestés ou une limitation effective à leur pouvoir ? La critique, dans l’hypothèse où elle serait libre d’être exprimée, en devient-elle plus efficace ? On ne peut esquiver cette interrogation sur les conditions de possibilité d’une réelle liberté de parole et de critique face aux pouvoirs médiévaux. De sorte que l’horizon de l’enquête pourrait résider dans l’émergence – ou non – de la sécularisation à l’extrême fin de la période étudiée. Sans préjuger des résultats que pourrait susciter une telle mise en perspective, les principales ambitions de notre colloque sont de mettre à jour :

1.   La culture politique critique des élites religieuses

L’articulation entre le devoir de critique et la maîtrise d’un savoir religieux est le trait marquant de notre période : mais quel contenu objectif donner à ce savoir ? Existe-t-il un corpus de références qui formeraient l’armature de la culture politique de tel ou tel groupe d’influence ? Invoquer en général la connaissance des textes sacrés, Bible ou Coran, est insuffisant : c’est la transmission de certaines de leurs interprétations politiques récurrentes qui importe, au même titre que la rédaction de florilèges ou la circulation de textes à l’extérieur de leur milieu de rédaction (philosophie grecque, Miroirs scandinaves ou d’origine perse, littérature sentencieuse et gnomique, chroniques historiques, hagiographie et tradition orale). La mise en évidence d’un corpus de références communes à un groupe donné (de quoi se compose la culture politique des abbés bénédictins, celle des patriarches de Constantinople, celle des Mu‘tazilites et des Ash‘arites sous les Abbassides par exemple ?) est donc l’un des objectifs de notre programme, notamment par l’étude des fonds de bibliothèques. Néanmoins, c’est aussi dans la pratique du pouvoir que se forgent les concepts de rechange : quelle peut être l’influence de l’expérience d’un gouvernement épiscopal partagé à l’occasion des conciles ? Ou d’une pratique structurelle du pluralisme des traditions juridiques et exégétiques en Islam ?

2.   Des modèles alternatifs de gouvernement, obéissance et rébellion

Les élites religieuses ne se contentent pas de critiquer les hommes de pouvoir au nom de la morale : elles proposent des modalités alternatives politiques concrètes, réunions régulières de conseils élargis, remplacement des aristocraties de naissance par des aristocraties de mérite (et inversement), références explicites à une loi unique pour l’exercice de la justice, voire ce qu’on pourrait nommer des projets de constitutions, etc. Quelle serait la forme d’un gouvernement médiéval dessinée par les clercs ou les savants ? L’un des paradoxes est que ce gouvernement semble parfois plus laïc que celui que construisent les élites politiques : le refus de toute théocratie simpliste pourrait être un point commun de ces projets politiques d’inspiration religieuse. À ce propos, la théorisation de l’obéissance au prince par les juristes et les théologiens est l’occasion privilégiée de voir s’ils envisagent cette obéissance selon le modèle de la soumission à Dieu, ou la considèrent comme le produit d’un contrat de gouvernement entre le prince et le peuple. À partir de cette théorisation de la relation entre gouvernants et gouvernés, comment s’articule la question de la dissidence armée ? Quelle est l’attitude générale des théologiens à l’égard des mouvements de rébellion et de sédition ?

3.   Des moyens d’expression de la critique et de l’orthodoxie

La liberté de parole dont jouissent les élites religieuses est réelle. Elle ne les conduit pas à user de stratégies de communication toujours frontales dans l’exercice de leur critique : l’admonestation publique du prince est une situation rarissime, paroxystique. Les traités expressément politiques ou traités de gouvernement, sont aussi nombreux en Islam que dans le monde chrétien ; on observe en outre de part et d’autre l’existence d’autres moyens dont se sert la critique, sermons, lettres, poésies, testaments, histoires qui, réfléchissant sur le passé, parlent du présent, etc. Le relevé de ces moyens d’expression selon les moments de la chronologie et les publics visés, doit permettre de définir la portée réelle et symbolique des critiques formulées. Or la critique est l’antonyme d’une orthodoxie que les élites religieuses travaillent à redéfinir, s’alliant aux pouvoirs qui œuvrent à la préserver. Cela est évident pour l’institution ecclésiale à partir du xie siècle, pour l’Islam entre le xe et le xiiie siècle à travers le pullulement des professions de foi. Étudier la liberté critique des élites religieuses revient donc, et c’est un paradoxe, à voir aussi comment elles contribuent à la formation des orthodoxies : quand elles revendiquent leur liberté de censure, elles limitent de fait la liberté d’expression des individus et des groupes, y compris jusqu’à des pratiques d’inquisition ou de persécutions contre des confessions, doctrines et disciplines jugées dangereuses (mystique, philosophie, minorités confessionnelles, courants théologiques hérétiques, etc.).

Chacun de ces axes de réflexion sera aussi l’occasion de préciser la définition des « élites religieuses » considérées : des phénomènes de compétition entre certains groupes (évêques/abbés dans le christianisme, théologiens/traditionnistes pour le cas de l’Islam), de spécialisation de certains autres dans la critique plus ou moins distanciée (maîtres soufis ; moines réformateurs ; moines inspirés contre évêques-fonctionnaires, etc.) sont en partie connus, et doivent être plus finement observés.

 

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions sont à adresser par mail à Marie-Céline Isaïa, marie.isaia@univ-lyon3.fr 

avant le 1er janvier 2016,

pour examen par le conseil scientifique.

Dans un texte de 20 lignes (dans la langue de votre choix), outre le titre proposé, merci d’indiquer très précisément les sources que vous voulez utiliser dans votre démonstration.

Les communications dureront 25 minutes.

La rencontre internationale aura lieu à Lyon les 23, 24 et 25 mars 2016

Organisation

  • Makram Abbès (PR Études arabes, ENSL, TRIANGLE – UMR 5206)
  • Alexis Charansonnet (MCF Histoire, Université Lumière -Lyon2, CIHAM – UMR 5648)
  • Marie-Céline Isaïa (MCF Histoire, Université Jean-Moulin Lyon3, CIHAM – UMR 5648)
  • Michel Senellart (PR Philosophie, ENSL, TRIANGLE – UMR 5206)

Comité scientifique

LIEUX

  • Ecole Normale Supérieure de Lyon
    Lyon, France (69)

DATES

  • vendredi 01 janvier 2016

MOTS-CLÉS

  • liberté d’expression, critique politique, Miroirs, gouvernement, Islam, Byzance, empire carolingien, dissidence

CONTACTS

  • Marie-Céline Isaïa
    courriel : marie [dot] isaia [at] univ-lyon3 [dot] fr

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Marie-Céline Isaïa
    courriel : marie [dot] isaia [at] univ-lyon3 [dot] fr

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Liberté d’expression »,  Appel à contribution,  Calenda, Publié le jeudi 05 novembre 2015, http://calenda.org/344224

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

CFP Symposium: “Jazīrat al-Maghrib”: North Africa as an Island

CALL FOR PAPERS
Symposium: “Jazīrat al-Maghrib”: North Africa as an Island
2 April 2016

Princeton University, Princeton New Jersey

Keynote Speaker: Julia Clancy-Smith, University of Arizona
Submission Deadline: 12 December, 2015

Jazīrat al-Maghrib: North Africa as an Island is a one-day interdisciplinary symposium organized by Princeton University’s North African Studies Group to bring together graduate students and scholars in North African Studies to explore the ‘island’ as an analytical category in our field. As a small strip of fertile land located between the Mediterranean Sea and the Sahara Desert, North Africa has been described since the ninth century as ‘jazīrat al-maghrib’ (Island of the West). Despite the term’s ancient roots, jazīrat al-maghrib still has traction in modern narratives of North Africa. While featured in many discussions, the ‘island’ as an analytical category is rarely defined, conceptualized, or afforded any critical attention. Moreover, the rise of ‘Island Studies’ in interdisciplinary, regional studies has complicated notions of ‘isolation’ and ‘insularity’ in relation to island societies, arguing that that islands are consistently defined by forces that promote both isolation and connectedness.

Through a morning Paper Panel and afternoon Works-in-Progress Workshop, our symposium seeks to explore these tensions as they relate to North Africa – conceptualizing, scrutinizing, and problematizing the island as an analytical lens. We hope to engage with theoretical, methodological, and disciplinary debates. Therefore, we encourage submissions from a range of disciplines including, but not limited to: anthropology, sociology, history, political science, international relations, art history, women’s studies, classical and ancient studies, and area studies.

Abstracts may focus on the following areas:

How do we define the ‘island’ as an analytical category in North African studies? What are the benefits and detriments of doing so? And what is at stake?
How is North Africa similar or different to other regions? Can the region’s ‘islandness’ help us to conduct interesting or unusual comparative analyses?
How has North Africa’s ‘islandness’ shaped broad political and social processes? How has it shaped its inhabitants’ conceptions of themselves vis-a-vis others?
Does engaging with the ‘island’ help us to transcend terms like ‘transcultural’, ‘transformative’ and ‘tolerant’?

Interested parties should submit abstracts (300-500 words) for either the Paper Panel or Works-in-Progress Workshop. Indicate “Paper Panel” or “Workshop” along with your submission. Finally, please provide your institutional affiliation and mailing address, as well as telephone number. Indicate whether a/v equipment will be needed. Deadline for abstract submission: December 12, 2015.
The presentations for the Paper Panel should be in English and twenty minutes in length (i.e., 10 double-spaced pages). Research memoranda for the Works-in-Progress Workshop should provide a 1000-1500 word summary of ongoing and/or proposed research. Accepted participants must submit these materials by March 2, 2016.
Submissions and questions should be directed towards the Princeton North African Studies Group:princetonnas@gmail.com.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts