Tous les articles par Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

Appel à candidatures – postes de membres de l’École française de Rome – année 2016-2017

L’École française de Rome est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, placé sous la tutelle du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle a son siège à Rome. Elle a pour mission de développer la recherche et la formation à la recherche sur toutes les civilisations qui se sont succédé en Italie ou dont Rome a été le centre de rayonnement, de la préhistoire à nos jours.
L’École française de Rome accueille chaque année des membres scientifiques qui se consacrent à des travaux de recherche dans les domaines relevant de l’établissement, en archéologie, histoire et sciences sociales, répartis en trois sections: l’antiquité, le moyen âge et les époques moderne et contemporaine.
Les candidats aux postes de membre doivent être :

  • soit doctorants ;
  • soit titulaires d’un diplôme national de niveau égal ou supérieur au doctorat ;
  • soit maîtres de conférences ou personnels assimilés en application de l’article 6 du décret du 16 janvier 1992 relatif au Conseil national des universités ;
  • soit justifier de titres ou diplômes universitaires ou scientifiques étrangers jugés équivalents par la commission d’admission.

Nul ne peut se présenter plus de trois fois à un poste de membre de l’École française de Rome ; toutefois, un maître de conférences ayant déjà fait trois candidatures comme doctorant ou post doctorant peut bénéficier d’une candidature supplémentaire.
Les nominations sont prononcées pour une durée d’une année à compter du 1er septembre 2016, et jusqu’au 31 août 2017. Elles peuvent être renouvelées, sur avis de la commission de recrutement, pour une deuxième et, éventuellement, pour une troisième année consécutive.

Les membres non fonctionnaires perçoivent le traitement en vigueur pour un professeur agrégé de classe normale au 1er échelon (indice brut 427). Les membres fonctionnaires dont l’indice de rémunération en métropole est supérieur à la rémunération de base ci-dessus précisée reçoivent le traitement correspondant à leur indice dans leur corps d’origine, sans pouvoir dépasser l’indice brut 590. Ces derniers sont placés en position de détachement. En outre, les membres perçoivent une indemnité de résidence et des majorations familiales s’il y a lieu. Ils sont tenus à une obligation de résidence en Italie ou sur leur terrain de recherche.

Pour l’année 2016-2017, dix-huit postes de membre de l’École française de Rome seront vacants ou susceptibles d’être vacants.

Le dossier de candidature doit comprendre les pièces suivantes :
1. Dossier administratif

Pour tous les candidats :

1) demande d’admission (cf. modèle annexé) ;
2) copie d’une pièce d’identité (carte d’identité ou passeport) ;
3) copie des diplômes obtenus ;

En outre, et selon les situations :
Pour les contractuels de droit public titulaires d’un doctorat éventuellement mis à disposition contre reversement de salaire à leur établissement :

un avis favorable à la mise à disposition du candidat pour une année ;

Pour les fonctionnaires :

une copie du dernier arrêté de promotion;
un avis favorable au détachement éventuel du candidat pour une année, signé par le président ou directeur de l’établissement d’origine, accompagné de l’avis conforme du conseil d’administration dudit établissement (pour les fonctionnaires affectés dans l’enseignement supérieur uniquement).
Les candidats non titulaires de la fonction publique devront, si leur candidature est retenue, présenter un extrait de casier judiciaire ainsi qu’un certificat médical délivré par un médecin assermenté.

2 – Dossier scientifique :

Un curriculum vitae complet rédigé en français, en anglais ou en italien.
Un projet de recherche pour la durée du séjour demandé.
Ce projet doit être saisi en interligne simple, ne dépassant pas 10 pages à 2 500 signes chacune. Il doit être rédigé en français.
Un résumé du projet de deux pages maximum en français, en anglais ou en italien.
Deux rapports, seulement deux, de personnalités scientifiques. Ces rapports concerneront spécifiquement la présente candidature à un poste de membre de l’EFR.
Pour les docteurs, une copie du rapport de thèse ou, à défaut, un résumé de celle-ci et une attestation de soutenance.
Pour les doctorants, le dossier doit être visé par la direction de l’école doctorale à laquelle appartient le candidat.

Information

Tous renseignements sur le dossier administratif peuvent être demandés à la responsable administrative de l’EFR (pascale.garcia@efrome.it).
Les renseignements sur le dossier scientifique seront obtenus auprès du directeur de la section dans laquelle se fait la candidature : dirant@efrome.it pour l’antiquité ; dirma@efrome.it pour le moyen âge ; dirmod@efrome.it pour les époques moderne et contemporaine.

Délai et modalité d’envoi du dossier de canidature

Le dossier complet de candidature est à adresser au plus tard le 21 janvier 2016 sous format électronique en un seul document pdf dont la taille ne peut excéder 20 Mo à candidaturemembre@efrome.it. Les candidats recevront un accusé de réception par retour du courriel.

Commission d’admission

La composition de la commission d’admission se trouve sur le site de l’EFR (www.efrome.it). Les candidats dont le dossier aura été retenu en premier examen par la commission d’admission seront auditionnés lors d’un oral en français d’une vingtaine de minutes au cours de la semaine du 21 mars 2016.

Télécharger l’appel à candidature complet (pdf)
Lien vers le site de l’EFR :
www.efrome.it/candidater/devenir-membre.html

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

CFP: Mediterranean Medieval Studies/International Medieval Meeting (20-22 June: Lleida)

Papers and sessions are being solicited for the 6th International Medieval Meeting Lleida featuring the special themtic strand, “Mediterranean Medieval Studies,” which will take place in Lleida from 20-22 June 2016, organised by the Grup de Recerca Consolidat en Estudis Medievals « Espai, Poder i Cultura » (Universitat de Lleida).

The participants can present sessions and individual papers on various aspects of research in the history of the Middle Ages or sessions dedicated to the promotion and management of research, the application of new technologies in the Humanities and the promotion of historical heritage. Furthermore, there will be important presentations concerning the publication and dissemination of research in medieval history. These events will take place at the Universitat de Lleida, located in the medieval city of Lleida, where you will be able to enjoy a wide range of cultural and leisure activities.

Keynote speakers include:
Dr. Brian Catlos (University of Colorado at Boulder),
Dr. Nikolas Jaspert (Universität Heidelberg), and
Dr. Hermenegildo Fernandes (Universidade de Lisboa)

Deadline for submissions: 18 March 2016.
Deadline for conference enrollment: 27 May 2016.

For more information:
http://www.internationalmedievalmeetinglleida.udl.cat/

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Fellowship & Instructorship: « Violence and Order in the Pre-Modern World » (Caltech-Huntingdon, Fall 2016)

The Division of the Humanities and Social Sciences at the California Institute of Technology and the Research Division of The Huntington Library, Art Collections, and Botanical Gardens invite applications for a one-year fellowship and for two-year post-doctoral instructorships in medieval or early modern studies under their joint research program known as the Caltech-Huntington Humanities Collaborations (CHHC). Both are open to scholars at the Assistant or early Associate Professor levels whose research relates broadly to the theme « Violence and Order in the Pre-Modern World. » We seek applicants whose work engages issues of violence, power, and political and/or social order in Europe, the Mediterranean, or the Islamic world between ca. 1100 and 1600 C.E. Scholars working in all humanities fields are encouraged to apply; interdisciplinary and comparative work is especially welcome. For additional information, click here for the CHHC program statement.

The one-year fellowship may be taken either during the 2016-17 or the 2017-18 academic year. The successful applicant is expected to conduct research at The Huntington and to contribute to the intellectual activities of the CHHC program at both Caltech and The Huntington. Together with a postdoctoral instructor, he or she will also organize seminars and a conference related to the theme.

The two-year post-doctoral instructorship begins Fall 2016. Appointment is contingent upon completion of the Ph.D. The successful applicant will be expected to conduct research at The Huntington, teach two (ten-week) undergraduate courses per year at Caltech, and contribute to the intellectual activities of the CHHC program at both institutions. Together with a senior fellow, he or she will also organize seminars and a conference related to the theme.

Interested candidates should submit a letter of application, vita, a statement of research interests, and three letters of recommendation by email to: chhc@hss.caltech.edu or by mail to CHHC Search, Division of the Humanities and Social Sciences, 101-40, Caltech, Pasadena, CA 91125. Application deadline is January 15, 2016.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Séminaire au CIHAM : « Marges et frontières de l’Islam médiéval » (Lyon, 19 nov. 2015 et 28 janv.2016)

Séminaire sur l’Islam médiéval 2015-2016 (CIHAM) : programme

“L’Islam médiéval, ses marges et les mondes extérieurs”

Jeudi 19 novembre 2015 : programme « marges et frontières de l’Islam médiéval »

10h30-12h30, ISH, salle Léger

Yassir Benhima (Université Paris III – CIHAM) : Aux marges du sultân : centre et périphérie dans l’histoire politique du Maroc

Sophie Gilotte (CNRS – CIHAM) : Marges et archéologie : quelles données possibles ?

Jeudi 28 janvier 2015 : programme « marges et frontières de l’Islam médiéval »

9h30-12h30, ISH, salle Léger

Dominique Valérian (Université Lyon 2 – CIHAM) : L’Islam et les mondes extérieurs : relecture du paradigme méditerranéen

Bruno Paoli (Université Lyon 2 – UMR 5191 ICAR) : Les Alaouites (Nusayris) dans l’histoire du Proche-Orient médiéval

Cyrille Aillet (Université Lyon 2 – CIHAM) : Marges et islamisation à l’époque médiévale

Jeudi 11 février 2015 : actualité de la recherche en Islam médiéval

10h30-12h30, ISH, salle Frossard

Anne Troadec (UMR 8167 Orient & Méditerranée) : Les Mamelouks dans l’espace syrien : stratégies de domination et résistances (658/1260-741/1341)

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Conférence : Abbès Zouache, “De Bagdad au Caire. Genèse et diffusion d’une culture aristocratique : la furūsiyya (VIIIe-XVIe s.)”, 25 novembre 2015, IFAO.

Conférences

De Bagdad au Caire. Genèse et diffusion d’une culture aristocratique : la furūsiyya (VIIIe-XVIe s.)
ABBÈS ZOUACHE (CNRS, CIHAM UMR 5648)

25 novembre 2015 18h00, durée 1h00, IFAO

La furūsiyya est encore souvent associée aux seuls arts équestres. Pourtant, elle était liée à tout ce qui avait trait de près ou de loin à la guerre, depuis la chasse et le polo aux recettes de feu grégeois, comme le montre la masse de traités qui s’y rapportent, dont un très grand nombre demeure à l’état de manuscrit.

Ces textes, que d’autres sources, narratives ou lexicographiques, complètent parfois avantageusement, confirment que la furūsiyya naquit en Irak, au VIIIe siècle, sous l’influence de traditions diverses, sassanide, grecque, centre-asiatique, arabe.

Valorisée par les califes abbassides, la furūsiyya devint un élément marquant de la culture des aristocraties militaires qui s’imposèrent dans l’ensemble de l’Orient musulman, du Xe au XVIe siècle. Elle s’y diffusa progressivement, sous des formes diverses, jusqu’à briller de mille feux, en Égypte, à la fin du Moyen Âge.

http://www.ifao.egnet.net/manifestations/#671

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Bourses doctorales et postdoctorales du second semestre 2016 attribuées par l’IFAO (date limite : avant le 20 novembre 2015).

Conditions de candidature

Les candidats doivent posséder au moins un Master 2 ou justifier de titres et travaux jugés équivalents.
Les candidats doivent être des ressortissants des états membres de l’union européenne ; à titre exceptionnel, une aide ponctuelle peut être accordée à des doctorants extra-européens.
Les candidats doivent effectuer des recherches nécessitant un séjour en Egypte et se rapportant aux axes définis dans le programme scientifique 2012-2016 de l’IFAO consultable sur le site web. Il est recommandé de se référer au numéro du programme : http://www.ifao.egnet.net/uploads/docs/Programmes_IFAO_2012_2016.pdf
Les candidatures sont adressées au directeur de l’IFAO, à la fois par mail à l’adresse direction AT ifao.egnet.net, et par courrier à l’adresse suivante :LE CAIRE – Ambassade
Institut français d’archéologie orientale
Le directeur
13 rue Louveau
F-92438 Châtillon cedex… accompagnées d’un dossier précisant les titres possédés et les motifs de la demande.
Le dossier doit obligatoirement comporter l’exposé détaillé d’un projet de travail clairement défini, accompagné d’un rapport justificatif et motivé du directeur de recherche qui suit les travaux du candidat.
Les demandes doivent être déposées avant le 25 mai pour les séjours commençant entre le 1er janvier et le 30 juin et avant le 20 novembre pour les séjours commençant entre le 1er septembre et le 22 décembre.
Le directeur de l’IFAO, après consultation du directeur des études et du conseil scientifique de l’IFAO, désigne les bénéficiaires.
Modalités des bourses

Les bourses sont attribuées par mensualités renouvelables ; la durée totale du séjour ne peut être inférieure à un mois et il n’est pas souhaitable qu’elle excède la durée de la bourse accordée : l’IFAO n’est pas en mesure d’assurer la responsabilité administrative des boursiers au delà de la période indiquée.
La bourse attribuée correspond à un dédommagement pour frais de voyage et de séjour. Le montant de la mensualité (1000 euros) a été défini par le conseil d’administration de l’IFAO, dans le cadre de son budget. L’IFAO, dans la mesure des places disponibles dans ses locaux et moyennant rétribution, peut assurer le logement des boursiers. Les boursiers appelés à séjourner dans d’autres régions d’Égypte devront s’y loger par leurs propres moyens.
À l’expiration de leur séjour, les boursiers doivent remettre un rapport d’activité au directeur de l’IFAO, ou au directeur des études qui le communique ensuite au conseil scientifique, ainsi qu’au directeur de recherche ayant recommandé la candidature.
Toute personne venant à l’IFAO dans le cadre d’une bourse doit disposer d’une couverture sociale personnelle et d’un contrat prévoyant le rapatriement sanitaire.
Formulaire de préinscription

Les personnes bénéficiant d’une bourse de l’Ifao, et souhaitant effectuer dans ce cadre une mission en Egypte, doivent remplir http://www.ifao.egnet.net/uploads/formulaires/IFAO_Fiche_mission_bourse_2015.doc , le transmettre à direction@ifao.egnet.net et le cas échéant contacter les autres services mentionnés dans le formulaire
http://www.ifao.egnet.net/annonces/bourses/

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

CFP : Interfaith Love: Love, Sex and Marriage in the Islamicate World from the Middle Ages to the Present. Leiden | Deadline: 15 December 2015

From Wednesday 22 until Friday 24 June 2016, LUCIS organises in cooperation with the University of Naples ‘L’Orientale’ and the University of Salento an international conference entitled: Interfaith Love: Love, Sex and Marriage in the Islamicate World from the Middle Ages to the Present.

Theme

Interfaith love is a compelling topic in societies where faith is a decisive mark of identity, and culture is continuously shaped by interreligious coexistence and conflicts. In Medieval Islamic imagery the ‘religious other’, either boy or girl, has a prominent place in erotic poetry and love romances. The theme went through significant reshaping in the early modern period, when the confrontation between the Ottomans and Europe opened wide spaces for uncertain identities across contested frontiers. Eventually, it has taken on distinctive new forms in contemporary societies within the fragile framework of the Middle Eastern national identities but also in the West where issues related to interfaith love and marriages are increasingly part of the public debate.

This international conference seeks to explore, through a diachronic, interdisciplinary and comparative approach, how interfaith love is perceived and represented in historical, religious, legal, literary and artistic sources, both Islamic and non-Islamic. Relevant materials will be approached from multiple perspectives, and preferably in a comparative way, in order to bring out their historical, cultural and societal implications, and to analyse the way they shaped cultural representations both in the past and in the present. Narratives of interfaith love mirror a society’s understanding of cultural cross-influence, with its ‘dangers’ and ‘seductions’. As interfaith love concerns all the religious cultures involved in the process, the Islamic view will be complemented with that of other relevant cultures intertwined with Islam. This conference seeks to bring into focus the many facets of representation of this theme and trace its metamorphoses at turning points in history.

The main research questions we aim to address include:
– What are the different perceptions and representations of interfaith love in the various kinds of textual and visual sources produced both within and outside the Islamicate world?
– How social norms and boundaries shape and define the ‘performances’ of love affairs between the members of two different religious communities or two different sects within Islam (e.g. between Alevi and Sunni or Sunni and Shiite Muslims)?
– What are the gender implications of interfaith love and, in particular, how the representation of homoerotic love is intertwined with that of the ‘beloved infidel’?
– Why is the beloved in Islamic mystical-erotic poetry often of a different faith?

Organizing committee

Rosita D’Amora (University of Salento) Turkish Studies
Petra de Bruijn (Leiden University) Turkish Studies
Samuela Pagani (University of Salento) Arabic Studies
Monica Ruocco (Università L’Orientale of Naples) Arabic Studies
Asghar Seyed-Gohrab (Leiden University) Persian Studies

Call for application

Scholars, PhD candidates and advanced MA students doing research related to the subject of Interfaith Love are invited to apply for participation.

If application for participation has been successful, the following is granted:
– Participation in the complete programme, including lunches and the conference diner.
– Not included travel and accommodation expenses and the other meals.

To apply for participation, applications have to be sent to lucis@hum.leidenuniv.nl.

For more information please contact: Rosita D’Amora (rosita.damora@unisalento.it) and Asghar Seyed-Gohrab (A.A.Seyed-Gohrab@hum.leidenuniv.nl).

This application includes the following:
– a title and an abstract of 300 words (max.) of your presentation
– a short biography of 50 words (max.)

Deadline for application: Tuesday, 15 December  2015, 24.00 hrs (CET).

Applications that will reach us after this date will not be taken into consideration.

Programme

A provisional program will be available by the beginning of February.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Prix de thèse 2016 IISMM-GIS Moyen-Orient Mondes musulmans (date limite : 8 janvier 2016)

Appel à candidatures : le Prix de thèse 2016 organisé par l’Institut d’étude de l’islam et des sociétés du monde musulman (IISMM) et le GIS Moyen-Orient Mondes musulmans du CNRS.
Il s’agit de la quatrième édition du Prix de thèse sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans.
Sont éligibles les travaux soutenus sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, en français ou en France entre le 31 décembre 2013 et  le 31 décembre 2015.
Informations, Modalités :
Date limite : 8 janvier 2016
Envoi de dossier :
– par email (thèse en PDF) : appels.iismm@ehess.fr
– par courrier (rapport de soutenance, CV) : Mme Anne-Laure Dupont, IISMM, 96 boulevard Raspail, 75 006 PARIS.
Remise des prix : 27 mai 2016

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Appel à contribution : Islam, Byzance, Occident (VIIIe-XIIIe s.). Les élites religieuses et la critique du pouvoir

Les empires du VIIIe siècle (Occident, Byzance, Islam) sont gouvernés au nom de principes religieux et avec le soutien d’élites religieuses ; néanmoins, ces élites peuvent critiquer les pouvoirs politiques au nom de leur compétence ministérielle et/ou intellectuelle. Cette rencontre a pour but l’élucidation des conditions politique et religieuse qui autorisent cette liberté d’expression, la restreignent voire l’instrumentalisent. Laisser dire en effet peut être le fait d’un prince qu’autoriser la critique ne fragilise pas mais conforte. User de sa liberté d’expression peut être d’un intransigeant comme d’un courtisan. L’examen des moyens concrets d’expression de la critique politique (traités, lettres, Miroirs, historiographie, exégèse, sermons, hagiographie, etc.) doit permettre un comparatisme rigoureux : quelles différences, dans les trois espaces envisagés, quant à l’exercice d’une liberté de parole critique, son efficacité, son utilisation politique ?

ANNONCE

Argumentaire

Le viiie siècle voit l’arrivée au pouvoir des Isauriens à Byzance, des Abbassides en terre d’islam et des Carolingiens en Occident : qu’ils prennent la suite de l’empire constantinien au nom d’une continuité historique ou par effraction, ou qu’ils construisent leur propre version du gouvernement impérial, tous s’essaient à conduire des empires assez centralisés avec la collaboration des élites religieuses – le pouvoir politique lui-même revendique une légitimité de nature ou d’origine religieuse. Or la contribution de ces élites au gouvernement ne se borne pas à un enrôlement idéologique ou technique ; certains clercs, certains savants, au nom même de leur compétence ministérielle et/ou intellectuelle, critiquent l’évolution des pouvoirs vers l’absolutisme, l’autoritarisme ou la théocratie. Cette rencontre a pour but l’élucidation des conditions politique et religieuse qui autorisent cette liberté de parole, la restreignent voire l’instrumentalisent. Laisser dire en effet peut être le fait d’un prince qu’autoriser la critique ne fragilise pas mais conforte. User de sa liberté d’expression peut être d’un intransigeant comme d’un courtisan. L’examen des moyens concrets d’expression de la critique politique présents au Moyen Âge central aussi bien en Islam qu’en Orient et Occident chrétien (traités, lettres, Miroirs, historiographie, exégèse, sermons, hagiographie, etc.) est la condition première d’un comparatisme rigoureux : peut-on observer des mécanismes comparables dans l’exercice d’une liberté de parole critique, dans son efficacité ou son utilisation politique ?

Source commune aux pratiques orientales et occidentales, la parrhèsia antique a fait de la critique un devoir ou une responsabilité au service du bien commun. Le Moyen Âge ajoute à cette réalité antique l’idée que c’est la compétence des élites religieuses qui les rend aptes à la critique : leur maîtrise de savoirs précis, leur connaissance de textes saints dont elles connaissent les codes herméneutiques, leur autorité sociale et intellectuelle leur permet de critiquer le prince sans avoir besoin d’être revêtues du charisme du marginal cynique ou du prophète. C’est donc bien de l’intérieur d’un système social et politique qui leur confère leur autorité que ces élites formulent leurs critiques : d’où l’audace et l’inconfort, peut-être la vanité ou la duplicité, d’une liberté de parole qui conduira tel évêque byzantin à s’élever contre l’empereur défenseur de l’Église, ou tel savant à contester l’orthodoxie du commandeur des croyants.

L’intérêt majeur du comparatisme volontairement recherché est qu’il permet de mieux envisager le rapport entre liberté contrôlée, critique effective et stabilité du régime. De fait, le pouvoir califal abbasside tombe en 1258 au terme d’une longue évolution vers une définition de plus en plus religieuse de sa suprématie ; Ibn Ḫaldūn peut au xive siècle faire le tableau mythique des origines de l’islam comme ce temps exemplaire où l’autorité politique était détenue par le Prophète et ses successeurs immédiats, les califes dits « bien guidés ». En Occident latin en revanche, la construction d’une monarchie pontificale autonome au xiiie siècle sanctionne la radicale séparation des pouvoirs laïcs et de l’autorité religieuse, au terme de la réforme grégorienne ; la virulence des critiques qui ont ponctué ce mouvement de réforme, et stigmatisé les prétentions religieuses des pouvoirs civils, n’empêche pas mais plutôt suscite par contrecoup la naissance d’États modernes centralisés, dont la légitimité séculière sort finalement renforcée et où le pouvoir revendique (usurpe ?) une véritable sacralité. L’empire byzantin apparaît dans ces conditions comme celui où la critique est la moins institutionnalisée – n’est-ce pas le moine, le fou et le saint qui ont l’audace de blâmer le pouvoir ? – or c’est aussi structurellement le plus durable et le plus vulnérable aux crises ponctuelles : le contrôle de l’orthodoxie du souverain est l’occasion régulière d’une intrusion frontale des évêques dans le jeu politique.

Après Alexandre le Grand et Aristote, puis Ambroise et Théodose, la liberté de parole laissée aux savants ou aux clercs est-elle davantage un luxe que s’autorisent les souverains incontestés ou une limitation effective à leur pouvoir ? La critique, dans l’hypothèse où elle serait libre d’être exprimée, en devient-elle plus efficace ? On ne peut esquiver cette interrogation sur les conditions de possibilité d’une réelle liberté de parole et de critique face aux pouvoirs médiévaux. De sorte que l’horizon de l’enquête pourrait résider dans l’émergence – ou non – de la sécularisation à l’extrême fin de la période étudiée. Sans préjuger des résultats que pourrait susciter une telle mise en perspective, les principales ambitions de notre colloque sont de mettre à jour :

1.   La culture politique critique des élites religieuses

L’articulation entre le devoir de critique et la maîtrise d’un savoir religieux est le trait marquant de notre période : mais quel contenu objectif donner à ce savoir ? Existe-t-il un corpus de références qui formeraient l’armature de la culture politique de tel ou tel groupe d’influence ? Invoquer en général la connaissance des textes sacrés, Bible ou Coran, est insuffisant : c’est la transmission de certaines de leurs interprétations politiques récurrentes qui importe, au même titre que la rédaction de florilèges ou la circulation de textes à l’extérieur de leur milieu de rédaction (philosophie grecque, Miroirs scandinaves ou d’origine perse, littérature sentencieuse et gnomique, chroniques historiques, hagiographie et tradition orale). La mise en évidence d’un corpus de références communes à un groupe donné (de quoi se compose la culture politique des abbés bénédictins, celle des patriarches de Constantinople, celle des Mu‘tazilites et des Ash‘arites sous les Abbassides par exemple ?) est donc l’un des objectifs de notre programme, notamment par l’étude des fonds de bibliothèques. Néanmoins, c’est aussi dans la pratique du pouvoir que se forgent les concepts de rechange : quelle peut être l’influence de l’expérience d’un gouvernement épiscopal partagé à l’occasion des conciles ? Ou d’une pratique structurelle du pluralisme des traditions juridiques et exégétiques en Islam ?

2.   Des modèles alternatifs de gouvernement, obéissance et rébellion

Les élites religieuses ne se contentent pas de critiquer les hommes de pouvoir au nom de la morale : elles proposent des modalités alternatives politiques concrètes, réunions régulières de conseils élargis, remplacement des aristocraties de naissance par des aristocraties de mérite (et inversement), références explicites à une loi unique pour l’exercice de la justice, voire ce qu’on pourrait nommer des projets de constitutions, etc. Quelle serait la forme d’un gouvernement médiéval dessinée par les clercs ou les savants ? L’un des paradoxes est que ce gouvernement semble parfois plus laïc que celui que construisent les élites politiques : le refus de toute théocratie simpliste pourrait être un point commun de ces projets politiques d’inspiration religieuse. À ce propos, la théorisation de l’obéissance au prince par les juristes et les théologiens est l’occasion privilégiée de voir s’ils envisagent cette obéissance selon le modèle de la soumission à Dieu, ou la considèrent comme le produit d’un contrat de gouvernement entre le prince et le peuple. À partir de cette théorisation de la relation entre gouvernants et gouvernés, comment s’articule la question de la dissidence armée ? Quelle est l’attitude générale des théologiens à l’égard des mouvements de rébellion et de sédition ?

3.   Des moyens d’expression de la critique et de l’orthodoxie

La liberté de parole dont jouissent les élites religieuses est réelle. Elle ne les conduit pas à user de stratégies de communication toujours frontales dans l’exercice de leur critique : l’admonestation publique du prince est une situation rarissime, paroxystique. Les traités expressément politiques ou traités de gouvernement, sont aussi nombreux en Islam que dans le monde chrétien ; on observe en outre de part et d’autre l’existence d’autres moyens dont se sert la critique, sermons, lettres, poésies, testaments, histoires qui, réfléchissant sur le passé, parlent du présent, etc. Le relevé de ces moyens d’expression selon les moments de la chronologie et les publics visés, doit permettre de définir la portée réelle et symbolique des critiques formulées. Or la critique est l’antonyme d’une orthodoxie que les élites religieuses travaillent à redéfinir, s’alliant aux pouvoirs qui œuvrent à la préserver. Cela est évident pour l’institution ecclésiale à partir du xie siècle, pour l’Islam entre le xe et le xiiie siècle à travers le pullulement des professions de foi. Étudier la liberté critique des élites religieuses revient donc, et c’est un paradoxe, à voir aussi comment elles contribuent à la formation des orthodoxies : quand elles revendiquent leur liberté de censure, elles limitent de fait la liberté d’expression des individus et des groupes, y compris jusqu’à des pratiques d’inquisition ou de persécutions contre des confessions, doctrines et disciplines jugées dangereuses (mystique, philosophie, minorités confessionnelles, courants théologiques hérétiques, etc.).

Chacun de ces axes de réflexion sera aussi l’occasion de préciser la définition des « élites religieuses » considérées : des phénomènes de compétition entre certains groupes (évêques/abbés dans le christianisme, théologiens/traditionnistes pour le cas de l’Islam), de spécialisation de certains autres dans la critique plus ou moins distanciée (maîtres soufis ; moines réformateurs ; moines inspirés contre évêques-fonctionnaires, etc.) sont en partie connus, et doivent être plus finement observés.

 

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions sont à adresser par mail à Marie-Céline Isaïa, marie.isaia@univ-lyon3.fr 

avant le 1er janvier 2016,

pour examen par le conseil scientifique.

Dans un texte de 20 lignes (dans la langue de votre choix), outre le titre proposé, merci d’indiquer très précisément les sources que vous voulez utiliser dans votre démonstration.

Les communications dureront 25 minutes.

La rencontre internationale aura lieu à Lyon les 23, 24 et 25 mars 2016

Organisation

  • Makram Abbès (PR Études arabes, ENSL, TRIANGLE – UMR 5206)
  • Alexis Charansonnet (MCF Histoire, Université Lumière -Lyon2, CIHAM – UMR 5648)
  • Marie-Céline Isaïa (MCF Histoire, Université Jean-Moulin Lyon3, CIHAM – UMR 5648)
  • Michel Senellart (PR Philosophie, ENSL, TRIANGLE – UMR 5206)

Comité scientifique

LIEUX

  • Ecole Normale Supérieure de Lyon
    Lyon, France (69)

DATES

  • vendredi 01 janvier 2016

MOTS-CLÉS

  • liberté d’expression, critique politique, Miroirs, gouvernement, Islam, Byzance, empire carolingien, dissidence

CONTACTS

  • Marie-Céline Isaïa
    courriel : marie [dot] isaia [at] univ-lyon3 [dot] fr

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Marie-Céline Isaïa
    courriel : marie [dot] isaia [at] univ-lyon3 [dot] fr

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Liberté d’expression »,  Appel à contribution,  Calenda, Publié le jeudi 05 novembre 2015, http://calenda.org/344224

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

CFP Symposium: “Jazīrat al-Maghrib”: North Africa as an Island

CALL FOR PAPERS
Symposium: “Jazīrat al-Maghrib”: North Africa as an Island
2 April 2016

Princeton University, Princeton New Jersey

Keynote Speaker: Julia Clancy-Smith, University of Arizona
Submission Deadline: 12 December, 2015

Jazīrat al-Maghrib: North Africa as an Island is a one-day interdisciplinary symposium organized by Princeton University’s North African Studies Group to bring together graduate students and scholars in North African Studies to explore the ‘island’ as an analytical category in our field. As a small strip of fertile land located between the Mediterranean Sea and the Sahara Desert, North Africa has been described since the ninth century as ‘jazīrat al-maghrib’ (Island of the West). Despite the term’s ancient roots, jazīrat al-maghrib still has traction in modern narratives of North Africa. While featured in many discussions, the ‘island’ as an analytical category is rarely defined, conceptualized, or afforded any critical attention. Moreover, the rise of ‘Island Studies’ in interdisciplinary, regional studies has complicated notions of ‘isolation’ and ‘insularity’ in relation to island societies, arguing that that islands are consistently defined by forces that promote both isolation and connectedness.

Through a morning Paper Panel and afternoon Works-in-Progress Workshop, our symposium seeks to explore these tensions as they relate to North Africa – conceptualizing, scrutinizing, and problematizing the island as an analytical lens. We hope to engage with theoretical, methodological, and disciplinary debates. Therefore, we encourage submissions from a range of disciplines including, but not limited to: anthropology, sociology, history, political science, international relations, art history, women’s studies, classical and ancient studies, and area studies.

Abstracts may focus on the following areas:

How do we define the ‘island’ as an analytical category in North African studies? What are the benefits and detriments of doing so? And what is at stake?
How is North Africa similar or different to other regions? Can the region’s ‘islandness’ help us to conduct interesting or unusual comparative analyses?
How has North Africa’s ‘islandness’ shaped broad political and social processes? How has it shaped its inhabitants’ conceptions of themselves vis-a-vis others?
Does engaging with the ‘island’ help us to transcend terms like ‘transcultural’, ‘transformative’ and ‘tolerant’?

Interested parties should submit abstracts (300-500 words) for either the Paper Panel or Works-in-Progress Workshop. Indicate “Paper Panel” or “Workshop” along with your submission. Finally, please provide your institutional affiliation and mailing address, as well as telephone number. Indicate whether a/v equipment will be needed. Deadline for abstract submission: December 12, 2015.
The presentations for the Paper Panel should be in English and twenty minutes in length (i.e., 10 double-spaced pages). Research memoranda for the Works-in-Progress Workshop should provide a 1000-1500 word summary of ongoing and/or proposed research. Accepted participants must submit these materials by March 2, 2016.
Submissions and questions should be directed towards the Princeton North African Studies Group:princetonnas@gmail.com.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Job: Medieval History (Université du Québec à Montréal)

The History Department at Université du Québec à Montréal is seeking applicants for a tenure-track position in medieval history. Applications from Byzantinists or Arabists whose research concerns the Mediterranean ambit are welcome.
SOMMAIRE DE LA FONCTION :
• Enseignement aux programmes de premier cycle et de cycles supérieurs
• Recherche
• Services à la collectivité

EXIGENCES :
• Doctorat en histoire du Moyen-Âge (Ve-XVe siècles) ou discipline connexeCapacité d’assurer l’enseignement en histoire du Moyen-Âge aux Ve-XVe siècles aux trois cycles
• Dossier de recherche et de publications récentes
• Maîtrise du français parlé et écrit

ATOUT :
Spécialisation en histoire de l’espace méditerranéen, y compris Byzance

DATE D’ENTRÉE EN FONCTION : 1er JUIN 2016

TRAITEMENT : Selon la convention collective UQAM-SPUQ
L’Université du Québec à Montréal souscrit à un programme d’accès à l’égalité en emploi. De ce fait, elle invite les femmes, les autochtones, les membres des minorités visibles, des minorités ethniques et les personnes en situation de handicap qui répondent aux exigences du poste à soumettre leur candidature. Nous encourageons les personnes qui s’identifient à l’un ou l’autre de ces groupes à remplir le Questionnaire d’identification à la présente adresse et à le joindre à leur dossier de candidature : www.rhu.uqam.ca/visiteurs/egalite. La priorité sera donnée aux Canadiennes, Canadiens et aux résidentes, résidents permanents.

Les personnes intéressées sont priées de faire parvenir une lettre de présentation, un curriculum vitae en français, détaillé, daté et signé, incluant trois lettres de recommandation ainsi qu’une copie de leurs trois plus importantes publications AVANT LE 2 OCTOBRE 2015, 17h à :
Madame Dominique Marquis, directrice
Département d’histoire
Université du Québec à Montréal
C.P. 8888, Succursale Centre-Ville
Montréal, Québec, H3C 3P8
Canada

Téléphone: (514) 987-3000 poste 8405
Télécopieur: (514) 987-7813
Courriel : marquis.dominique@uqam.ca

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Stage d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste (domaines latin et roman)

L’IRHT organise un stage annuel d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste, destiné aux étudiants de Master I et II et thèse en lettres, en philosophie, en histoire (notamment de l’enluminure). Le prochain stage aura lieu du lundi 19 au vendredi 23 octobre 2015 à Paris.

La première journée de stage, lundi 19 octobre, consacrée à une présentation générale du manuscrit médiéval et de la codicologie, est commune aux étudiants inscrits aux différents stages proposés par l’Institut et aura lieu au Collège de France.

Le stage d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste, domaine latin et roman, se poursuivra du mardi 20 au vendredi 23 octobre au Centre Félix Grat.
La journée consacrée aux manuscrits arabes aura lieu le mardi 20 octobre, au Collège de France.
Le stage spécifique aux manuscrits hébreux se tiendra au Centre Félix Grat, du mardi 20 au jeudi matin 22 octobre. La présence aux ateliers des jeudi et vendredi après-midi est optionnelle.
Le stage consacré aux manuscrits grecs n’aura pas lieu cette année mais les étudiants qui le souhaitent peuvent s’inscrire à la journée du lundi ou à un des autres stages proposés.
Pour donner une perspective d’ensemble sur le travail et la recherche sur les manuscrits, différents thèmes sont abordés aux cours d’exposés magistraux et de séances en petits groupes : présentation de manuscrits et introduction à la codicologie, histoire de l’écriture, mise en page et décoration, transmission des textes, rapport texte/image, héraldique, histoire des bibliothèques, passage du manuscrit à l’imprimé, exercice d’édition de textes. Le stage est aussi l’occasion de découvrir l’IRHT et la documentation qu’il met au service des chercheurs.

Thèmes abordés : introduction à la codicologie, histoire de l’écriture, mise en page du manuscrit, rapport texte/image, transmission des textes, notions de reliure et d’héraldique.

Nous tenons à préciser que les séances ne comprennent ni apprentissage de la paléographie, ni exercice de lecture, ni histoire de l’art.

Le livret-guide du stage a pour objet de fournir les éléments essentiels pour s’initier à l’approche du manuscrit et de sa description, tels qu’ils ont été élaborés au fil du temps dans un laboratoire de recherche par des équipes spécialisées. Il est révisé chaque année et distribué sous format papier le premier jour du stage.

Contacts

Domaine latin et roman : stage-ms@irht.cnrs.fr

Manuscrits arabes : section.arabe@irht.cnrs.fr

Manuscrits hébreux : stage-ms@irht.cnrs.fr

Manuscrits grecs : pierre.augustin@irht.cnrs.fr

Adresses

Annexe du Collège de France (Salle Levi-Strauss), 52 rue du Cardinal-Lemoine 75005 Paris

Centre Félix Grat, 40 avenue d’Iéna 75116 Paris

Informations pratiques

Type d’événement:
Stage

Conditions d’accès:
Inscription

Date de début et fin:
19/10/2015 to 23/10/2015

Dates des séances:
19/10/2015 – 09:00
20/10/2015 – 09:00
21/10/2015 – 09:00
22/10/2015 – 09:00
23/10/2015 – 09:00

Lieu:
Centre Félix Grat

formulaire-inscription_2015

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Les établissements de moniales cisterciennes dans l’arc nord méditerranéen (XIIe-XIVe siècle)

RÉSUMÉ

Les études sur le monachisme féminin en France au Moyen Âge apparaissent actuellement éparses, parfois datées et même en marge par rapport aux études sur le milieu monacal masculin. De plus, une approche historique semble privilégiée à l’histoire de l’art et à l’archéologie. Le propos ici retenu se place dans la même lignée, mais souhaite s’attacher plus particulièrement aux établissements de moniales cisterciennes, en s’appuyant sur les données et les recherches en cours en Languedoc-Roussillon. Ce thème ne peut être abordé sans faire référence aux Cahiers de Fanjeaux. Les Cisterciens de Languedoc (XIIIe – XIVe siècle), datant de 1986, dont un chapitre est consacré à la branche féminine de l’Ordre et au sein duquel les contributions doivent servir de base à une réflexion plus étendue. L’implantation cistercienne en Languedoc méditerranéen et en Roussillon au Moyen Âge est, certes, moins dense que dans le Toulousain ou en Provence, mais elle est bien présente et apparaît homogène et équilibrée. Cette rencontre sera l’occasion de faire un état de la question et d’apporter un renouvellement des connaissances en histoire, histoire de l’art, archéologie ou encore sur le plan liturgique.

ANNONCE

Argumentaire
Les études sur le monachisme féminin en France au Moyen Âge apparaissent actuellement éparses, parfois datées et même en marge par rapport aux études sur le milieu monacal masculin. De plus, une approche historique semble privilégiée à l’histoire de l’art et à l’archéologie. Actuellement, les travaux du Centre Européen de Recherche sur les Congrégations et les Ordres Religieux (CERCOR), rattaché à l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, comptent parmi les références majeures et les plus actualisées sur le sujet. Si les actes du deuxième colloque international du CERCOR, Les religieuses dans le cloître et dans le monde, datant de 1994, rassemblent diverses contributions axées principalement sur l’histoire, la récente journée d’études du 5 novembre 2013, « Monachisme et espaces monastiques (Ve – XIIe siècle). Regards croisés d’archéologie et d’histoire », suit néanmoins une démarche plus large et davantage pluridisciplinaire.

Le propos ici retenu se place dans la même lignée, mais souhaite s’attacher plus particulièrement aux établissements de moniales cisterciennes, en s’appuyant sur les données et les recherches en cours en Languedoc-Roussillon. Ce thème ne peut être abordé sans faire référence aux Cahiers de Fanjeaux. Les Cisterciens de Languedoc (XIIIe – XIVe siècle), datant de 1986, dont un chapitre est consacré à la branche féminine de l’Ordre et au sein duquel les contributions doivent servir de base à une réflexion plus étendue.

L’implantation cistercienne en Languedoc méditerranéen et en Roussillon au Moyen Âge est, certes, moins dense que dans le Toulousain ou en Provence, mais elle est bien présente et apparaît homogène et équilibrée. Ce réseau, qui s’étend de l’embouchure du Rhône à la naissance des Pyrénées, se crée, dès le second quart du XIIe siècle, à partir de fondations ou d’affiliations d’établissements préexistants, érémitiques ou bénédictins, d’hommes ou de femmes. Des quatorze établissements attestés sur ce territoire – d’une durée de vie plus ou moins longue – huit sont occupés par des religieuses. La branche féminine est donc largement développée à l’intérieur de ce réseau, mais reste tout de même en retrait face à la puissance des grandes abbayes masculines que sont Fontfroide et Valmagne. Aujourd’hui, beaucoup de ces établissements féminins existent encore, mais sont oubliés, transformés, voire invisibles, contrairement à leurs pendants masculins qui sont mieux connus et encore en grande partie en élévation.

Cette rencontre sera l’occasion de faire un état de la question et d’apporter un renouvellement des connaissances en histoire, histoire de l’art, archéologie ou encore sur le plan liturgique. Si le Languedoc méditerranéen et le Roussillon constituent le socle géographique et historique de cette réflexion, un élargissement des questionnements est également envisagé vers les régions alentour (Toulousain, Provence et Catalogne), ainsi que, plus au Nord, en Normandie, où les récentes études ont largement contribué à un renouvellement des connaissances. La confrontation des données, entre autres relatives aux fondations, au maillage territorial et aux partis architecturaux des différentes abbayes de femmes considérées, permettra ainsi d’appréhender plus globalement la présence des moniales cisterciennes dans les zones méridionales entre le XIIe et le XIVe siècle.

Programme
9h00 : Accueil des participants

9h15 : Géraldine Mallet (Université Paul-Valéry Montpellier) : Ouverture de la journée d’études
9h45 : Alexis Grélois (Université de Rouen) : Les Cisterciens du Languedoc : un réseau ?
10h15 : Marion Alvergnat (Université Paul-Valéry Montpellier) : Les établissements de moniales cisterciennes dans les diocèses du Languedoc méditerranéen et du Roussillon
10h45 : Pause

11h00 : Sylvain Demarthe (UMR ARTeHIS Université de Dijon) : Pour une nouvelle approche de l’église abbatiale Sainte-Marie du Vignogoul (Pignan, Hérault)
11h30 : Discussion

11h45 – 14h00 : Déjeuner

14h00 : Vincent Challet (Université Paul-Valéry Montpellier) : Les moniales cisterciennes et la « religion civique » [titre provisoire]
14h30 : Emma Liaño (Universitat Rovira i Virgili Tarragona) : Le monastère de Santa María de Vallbona
15h00 : Pause

15h15 : Gisèle Clément (Université Paul-Valéry Montpellier) : Musique et liturgie dans les établissements féminins de l’Ordre de Cîteaux [titre provisoire]
15h45 : Jean-Baptiste Vincent (UMR CRAHAM Université de Caen) : Et les femmes dans le monachisme cistercien ? Évaluation architecturale et organisationnelle des monastères féminins cisterciens en Normandie (XIIe – XIVe siècle)
16h15-16h45: Discussion

Organisation & contacts
Géraldine Mallet : geraldine.mallet[at]univ-montp3.fr ;
Marion Alvergnat : alvergnat.marion[at]hotmail.fr ;
Sylvain Demarthe : sylvain.demarthe9[at]gmail.com
Lieu
Université Paul-Valéry Montpellier
Site Saint-Charles, rue du Professeur Henri Serre
Tramway Ligne 1, arrêt Place Albert 1er
Salle 004

DATES

vendredi 25 septembre 2015

CONTACTS

Sylvain Demarthe
courriel : sylvain [dot] demarthe9 [at] gmail [dot] com
SOURCE DE L’INFORMATION

Sylvain Demarthe
courriel : sylvain [dot] demarthe9 [at] gmail [dot] com
POUR CITER CETTE ANNONCE

« Les établissements de moniales cisterciennes dans l’arc nord méditerranéen (XIIe-XIVe siècle) », Journée d’étude, Calenda, Publié le mercredi 15 juillet 2015, http://calenda.org/334964

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

The Monastic Refectory and Spiritual Food

RÉSUMÉ

The CESCM (University of Poitiers and CNRS) will sponsor three sessions that explore topics dealing with « The Monastic Refectory and Spiritual Food » for the International Medieval Congress 2016 in Leeds (UK).The theme for the IMC Leeds 2016, « Food, Feast and Famine », presents an opportunity to explore the relationship between monastic refectories and food. At the heart of communal life, the refectory was an area where monks gathered, nourished their bodies but also strengthened their soul.

ANNONCE

Argument
The CESCM (University of Poitiers and CNRS) will sponsor three sessions that explore topics dealing with “The Monastic Refectory and Spiritual Food” for the International Medieval Congress 2016 in Leeds (UK).

The theme for the IMC Leeds 2016, “Food, Feast and Famine,” presents an opportunity to explore the relationship between monastic refectories and food. At the heart of communal life, the refectory was an area where monks gathered, nourished their bodies but also strengthened their soul.

How did bells, silence, readings, prayers, refectory decorations such as paintings, sculpture and inscriptions, and ritual work together to sanctify the monastic meal? What were the links between the communal dining room and the church, the place of the Eucharistic celebration and the prefiguration of the Celestial banquet? How did each monastery build, decorate and conceive of its refectory in this aim? Did the relationship between communal repasts and spiritual nourishment in monastic life have echoes in the community of canons, lay society or in chivalry? Art historic, archeological, epigraphic, historic and literary approaches are welcome.

Submission guidelines
Proposals (title and abstract) are due by September, 15th

to Martin Aurell (martin.aurell@univ-poitiers.fr),
Pascale Brudy (pascale.brudy@univ-poitiers.fr)
Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr).
Selection
Proposals will be evaluated by CESCM’s members.

Papers may be published after the IMC in the Cahiers de civilisation médiévale.

Twitter
@EstelleIngrandV ;
@CESCM_7302
CATÉGORIES

Moyen Âge (Catégorie principale)
Sociétés > Histoire > Histoire sociale
LIEUX

Université de Poitiers, Bâtiment E13 – CÉSCM – UMR 7302, 24 rue de la chaîne TSA 81118 86073
Poitiers, France (86073)
DATES

mardi 15 septembre 2015
FICHIERS ATTACHÉS

Call for paper IMC Leeds 2016.pdf
MOTS-CLÉS

monasticism, religious Life
CONTACTS

Elisabeth Nau
courriel : elisabeth [dot] nau [at] univ-poitiers [dot] fr
Estelle Ingrand-Varenne
courriel : estelle [dot] ingrand [dot] varenne [at] univ-poitiers [dot] fr
URLS DE RÉFÉRENCE

CESCM
CESCM Hypotheses
SOURCE DE L’INFORMATION

Elisabeth Nau
courriel : elisabeth [dot] nau [at] univ-poitiers [dot] fr
POUR CITER CETTE ANNONCE

« The Monastic Refectory and Spiritual Food », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 20 juillet 2015, http://calenda.org/335315

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Campagnes et archéologie rurale au Maghreb et en Méditerranée

RÉSUMÉ

Le thème de ce 6e colloque permettra de s’interroger sur les méthodes, les approches, les sources et les matériaux mis à contribution pour écrire l’histoire et aborder l’archéologie des peuplements dans les campagnes maghrébines et méditerranéennes de la Préhistoire jusqu’au début du vingtième siècle. Cette rencontre ne prétend pas présenter un bilan exhaustif des recherches sur cette thématique pour l’ensemble du Maghreb et de la Méditerranée, mais cherche plutôt à présenter l’état de la question, et fait appel à une réflexion épistémologique et méthodologique ainsi qu’à un regard critique sur les approches et les techniques appliquées dans l’étude des espaces ruraux.

ANNONCE

Argumentaire
Ce thème permettra de s’interroger sur les méthodes, les approches, les sources et les matériaux mis à contribution pour écrire l’histoire et aborder l’archéologie des peuplements dans les campagnes maghrébines et méditerranéennes de la Préhistoire jusqu’au début du vingtième siècle.

Plusieurs études et programmes de recherches, surtout en Europe, ont été consacrés à cette thématique qui demeure toujours d’actualité vue la richesse de la campagne maghrébine et méditerranéenne en potentialités archéologiques et patrimoniales scientifiquement très peu exploitées. Plusieurs problématiques sont encore sujettes à caution et nécessitent des éclaircissements et des mises au point à la lumière des données textuelles et archéologiques.

L’histoire et l’archéologie des campagnes, surtout maghrébines, ne peuvent pas être appréhendées aisément. On a souvent porté un grand intérêt aux villes et à leur histoire et archéologie au détriment d’une campagne « victime » d’une lecture « urbano-centrée » de l’histoire et d’un regard normatif d’une historiographie et d’une recherche archéologique le plus souvent orientée vers l’étude des villes et des élites citadines. L’espace rural, souvent traité de limitrophe et de secondaire par rapport à la ville, a pourtant constitué à différentes époques un vrai creuset de civilisations et un espace privilégié pour le développement des peuplements humains.

Le manque des moyens financiers, les contraintes inhérentes aux conditions de travail de terrain, les obstacles épistémologiques liés aux postulats des anciennes études et le manque ou l’état fragmentaire des sources écrites (sauf pour quelques zones), constituent autant d’obstacles qui limitent toute connaissance approfondie des sociétés rurales.

Ce constat est d’autant plus valable pour le Maghreb, dont les recherches en archéologie rurale et pour toutes les périodes chronologiques, montrent un grand décalage par rapport à celles, initiées il y a longtemps, dans les pays de la rive nord de la Méditerranée.

Cette rencontre ne prétend pas présenter un bilan exhaustif des recherches sur cette thématique pour l’ensemble du Maghreb et de la Méditerranée, mais cherche plutôt à présenter l’état de la question, et fait appel à une réflexion épistémologique et méthodologique ainsi qu’à un regard critique sur les approches et les techniques appliquées dans l’étude des espaces ruraux.

Cette rencontre aura aussi pour objectif de faire le point sur les nouvelles découvertes et études (projets pluridisciplinaires ou des études de cas). Le choix d’étendre la thématique à l’ensemble du Maghreb et du bassin méditerranéen vise à mettre en exergue la diversité des approches et des contextes géographiques et chrono-culturels proposés à l’étude et à exposer diverses expériences issues de différentes traditions scientifiques.

Le département d’Archéologie de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Kairouan (Université de Kairouan-Tunisie) organisera du 14 au 16 avril 2016 son sixième colloque international.
Le thème de ce 6ème colloque permettra de s’interroger sur les méthodes, les approches, les sources et les matériaux mis à contribution pour écrire l’histoire et aborder l’archéologie des peuplements dans les campagnes maghrébines et méditerranéennes de la Préhistoire jusqu’au début du vingtième siècle.

Thématiques du colloque
Cette nouvelle rencontre scientifique est ouverte aux chercheurs qui se proposent de présenter des contributions inédites s’inscrivant dans l’une des thématiques suivantes :

L’archéologie rurale : historique des recherches, fondements théoriques et approches pratiques.
L’archéologie rurale face aux entraves : défis méthodologiques et intellectuels, insécurité, contraintes posées par le développement urbain.
Archéologie préventive en milieu rural.
Paléoenvironnements et Paléoclimats.
Espaces ruraux et peuplement humain à travers les époques : l’Homme et les cultures matérielles, modes de vie, typologie de l’habitat rural, modalités d’occupation et dynamiques territoriales.
Gestion des ressources naturelles, activités économiques et réseau routier.
Systèmes techniques et étude du matériel archéologique.
Géographie historique des espaces ruraux.
Historiographie des campagnes (méthode, enjeux et limites).
Rapports pouvoir central – sociétés rurales (interactions, antagonismes, emprise du pouvoir et législation).
La vie religieuse dans les campagnes : cultes, lieux de cultes et croyances religieuses.
Gestion du patrimoine culturel et valorisation de l’archéologie rurale.
Propositions de communications
Les propositions de communications feront l’objet d’un résumé permettant d’apprécier la problématique de recherche et ses modalités de mise en oeuvre.

Date limite de soumission :

30 novembre 2015
Les résumés seront examinés par le comité scientifique qui établira la liste des textes retenus. Les auteurs recevront un accusé de réception dès la soumission de leurs résumés et seront informés de l’acceptation ou non de leurs propositions de communications (avant fin décembre 2015).

Après le colloque, les communications, dans leur version définitive, seront soumises au comité scientifique, en vue de la publication des actes.

Courrier électronique : colloquekairouan6@gmail.com

Comité scientifique
Ahmad M’CHAREK (F. S. H. S. Tunis – Université Tunis 1, Tunisie)
Faouzi MAHFOUDH (F. L. A. H. de la Manouba – Université de la Manouba, Tunisie)
Abdellatif MRABET (F. L. S. H. de Sousse – Université de Sousse, Tunisie)
Mohamed HASSAN (F. S. H. S. Tunis – Université Tunis 1, Tunisie)
Mongi BOURGOU (F. S. H. S. Tunis – Université Tunis 1, Tunisie).
Ahmed EL BAHI (F. L. S. H.de Kairouan – Université de Kairouan, Tunisie)
Lotfi NADDARI (F. L. S. H. de Sousse – Université de Sousse, Tunisie)
Savino DI LERNIA (Sapienza Università di Roma, Italie) – Aziz Tarik SAHED (Institut d’Archéologie – Université Alger 2, Algérie). – Philippe LEVEAU (Centre Camille Jullian MMSH, Aix en Provence, France).
Patrice CRESSIER (CIHAM-UMR 5648, CNRS, Lyon).
Coordination
Mourad ARAR et Jaâfar BEN NASR Membres du comité d’organisation Nouri Boukhchim, Moufida Boussetta, Faouzi Abdellaloui, Lamjad Dridi et Mongi Mahdouani

Adresse postale
Département d’Archéologie, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines,
Kairouan, Rakkada,
Route de Sfax, 3100.
Remarque

Aucun droit d’inscription n’est imposé aux participants. Pour les participants étrangers, le colloque ne prendra en charge que l’hébergement (pension complète) et éventuellement, selon la disponibilité, le transfert de l’aéroport vers la ville de Kairouan.

CATÉGORIES

Histoire (Catégorie principale)
Périodes > Préhistoire et antiquité
Périodes > Époque contemporaine > XIXe siècle
Périodes > Moyen Âge
Périodes > Époque contemporaine > XXe siècle
Esprit et Langage > Représentations > Patrimoine
Périodes > Époque moderne
LIEUX

Département d’Archéologie, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines – Rakkada, Route de Sfax
Kairouan, Tunisie (3100)
DATES

lundi 30 novembre 2015
FICHIERS ATTACHÉS

201604_Kairouan_archeologie_rurale.pdf
MOTS-CLÉS

archéologie rurale, archéologie préventive, environnement, climat, vie politique, vie économique
CONTACTS

Jaâfar Ben Nasr
courriel : colloquekairouan6 [at] gmail [dot] com
URLS DE RÉFÉRENCE

Chroniques de préhistoire méditerranéenne
SOURCE DE L’INFORMATION

Domnique Commelin
courriel : commelin [at] mmsh [dot] univ-aix [dot] fr
POUR CITER CETTE ANNONCE

« Campagnes et archéologie rurale au Maghreb et en Méditerranée », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 13 août 2015, http://calenda.org/336924

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Le doctorat dans tous ses états

RÉSUMÉ

Pour sa seconde édition, le colloque international sur le doctorat vise à élargir sa portée en abordant les problématiques liées au doctorat en termes de formation, de compétences développées et de reconnaissance… dans les pays qui seront représentés le jour J. L’objectif étant de mettre en perspective les études réalisées sur le doctorat.

ANNONCE

Argumentaire
Le doctorat est considéré à l’international comme le diplôme universitaire le plus élevé[1]. Il sanctionne une expérience de recherche, de durée variable selon sa discipline et le lieu de réalisation (voir par exemple Kehm, 2006). Son appellation est également variable selon le pays dans lequel il est réalisé, il est possible de parler de doctorat, mais l’appellation abrégée PhD (Philosophiæ doctor) est également une terminologie utilisée dans nombre de pays comme au Canada ou aux États-Unis. Outre les différences de dénomination et de durée de réalisation, le doctorat revêt des réalités différentes selon les pays. Une typologie des modèles de socialisation des doctorants et docteurs proposée par Lanciano-Morandat et Nohara (2003) recense sept critères de différenciation au sein d’un panel de 5 pays économiquement développés (Etats-Unis, Japon, France, Allemagne, Angleterre). Ces critères incluent par exemple : les caractéristiques de la formation doctorale, le profil des doctorants, l‘articulation entre le doctorant et l’encadrant, les débouchés dans le secteur académique, le statut des docteurs dans le privé ou encore les évolutions de carrière.

Au sein même de l’Union Européenne, la convention de Lisbonne de 19971 a été une tentative d’harmonisation des programmes et des modalités du doctorat, notamment en ce qui concerne la reconnaissance des différents titres et grades pré-universitaires et universitaires permettant l’admission d’étudiants dans des systèmes d’enseignement supérieur étrangers. La conférence de Bologne de 19992 est allée plus loin, à travers la réforme LMD (Licence, Master, Doctorat), en engageant ses 29 pays signataires à mettre en place un système facilement compréhensible et harmonisé permettant une meilleure lisibilité et la facilitation d’une reconnaissance internationale des diplômes et qualifications en vue de donner une dimension véritablement européenne à l’enseignement supérieur. Cependant, en dépit de ces tentatives d’harmonisation, il existe toujours des différences dans les pratiques de formation doctorales (Lanciano-Morandat et Nohara, 2003; Kehm 2006), dans les perspectives de carrière des titulaires de doctorat (LERU, 2007 ; Kubler et Wester, 2007; Borrell- Damian et al. 2009 ; Calmand et Giret, 2010; Vitae, 2010, 2013; Auriol, 2010; Auriol et al. 2013; CFE Research, 2014) et dans leur perception (Lambin & Etienne, 2010; Cyranoski, Gilbert, Ledford, Nayar, & Yahia, 2011; CFE Research, 2014).

L’objectif de ce colloque est de s’interroger sur la place du doctorat en France et de comparer les situations dans différentes zones géographiques du monde. Il s’agira de mettre en perspective les études réalisées sur le doctorat dans différents pays, de confronter la manière dont chacun a su le faire évoluer dans le but de mieux appréhender ce qu’est et pourrait devenir le doctorat dans sa spécificité nationale dans un contexte international. Le CID a pour ambition de traiter le doctorat comme objet de recherche sous ses différentes réalités culturelles et ses différentes formes : en tant que diplôme, en tant que formation par la recherche et en tant qu’expérience professionnelle. L’objectif de cette journée est de tirer de l’ensemble des recherches présentées des bonnes pratiques et des axes de valorisation du doctorat. Ainsi, le colloque s’articulera autour des trois axes thématiques suivants :

Axe 1 : “La formation doctorale : pratiques, expérimentations et apports des doctorants dans le système de recherche”
Axe 2 : “Débouchés, mobilité et reconnaissance des compétences des docteurs”
Axe 3 : “Retour sur 10 ans de bonnes pratiques pour les carrières des chercheurs dans l’espace européen de l’ESR : quels sont les impacts de ces dispositifs ?”
1 http://conventions.coe.int/Treaty/FR/Treaties/Html/165.htm

2 http://www.coe.int/t/dg4/highereducation/EHEA2010/BolognaPedestrians_fr.asp

Axe 1 : La formation doctorale : pratiques, expérimentations et apports des doctorants dans le système de recherche
Les politiques de formation doctorales sont très variables d’un pays à l’autre : en Europe, la formation est fragmentée dans plus d’un millier d’Universités tandis qu’aux États-Unis seules 400 universités accueillent des doctorants dont une centaine délivre 80% des diplômes (League of European Research Universities, 2007). Par ailleurs, en France, on note un effort pour faire reconnaitre le doctorat comme une expérience professionnelle (arrêté du 7 aout 20063), ce qui pourrait ne pas être le cas dans d’autres pays. Cette hétérogénéité se fait sentir également en ce qui concerne les relations entre le doctorant et son directeur doctoral. En effet, Lanciano-Morandat et Nohara (2003) ont mis en évidence différents types de contrats implicites entre ces deux protagonistes allant d’un contrat axé uniquement sur les aspects scientifiques du doctorat (UK) à un contrat beaucoup plus personnalisé (Allemagne). En ce qui concerne la formation doctorale, on note également des disparités dans la manière de promouvoir l’employabilité des docteurs. On note notamment un travail pointu sur la promotion des compétences des chercheurs, l’intégration progressive des formations complémentaires dans des domaines non purement scientifiques et d’autres initiatives (Lambin & Etienne, 2010; pour une revue récente, voir Bogle, 2014).

Sont attendues dans cet axe des communications présentant des études qui ont pu être menées à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Union Européenne et portant sur des dispositifs ou sur des pratiques de formations doctorales innovantes (par exemple sur la durée du doctorat, sur le doctorat en VAE, sur la formation doctorale tout au long de la vie…) ou encore sur des expérimentations en cours ou passées ayant donné lieu à une recherche scientifique.

3 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000267752

Axe 2 : Débouchés, mobilité et reconnaissance des compétences des docteurs
Les principaux secteurs d’activité dans lesquels exercent les docteurs sont bien délimités : on les retrouve essentiellement dans les professions scientifiques (avec une part importante en enseignement et recherche), ainsi que dans les professions d’ingénieurs, cadres et techniciens (essentiellement dans des activités de recherche et développement) (LERU, 2007 ; Kubler et Wester, 2007; Borrell- Damian et al. 2009; Calmand et Giret, 2010; Vitae, 2010, 2013; Auriol, 2010; Auriol et al. 2013; CFE Research, 2014). La santé représente un troisième pôle important pour l’emploi des docteurs. En France, ils sont près de 70% à évoluer dans des fonctions de recherche ou d’enseignement après le doctorat (Calmand et Giret, 2010), au Royaume-Uni, on en compte entre 56 et 60% (CFE Research, 2014 ; Vitae, 2010, 2013), tout comme au Canada. 75% des docteurs australiens exercent dans l’enseignement ou dans des professions scientifiques et techniques (Kubler et Western, 2007). En termes d’évolution de carrière, en France, à 4 à 6 ans après le doctorat, ils ne sont plus que 60% à occuper des postes de recherche (Apec, 2015). Au niveau européen, on observe la même tendance : 48% des docteurs sont recrutés sur des fonctions de recherche, mais ils ne sont plus que 30% à occuper des fonctions de recherche 5 à 10 ans après leur soutenance (Borrell- Damian et al. 2009,). Ce type de carrière est assez différent des parcours professionnels qui ont pu être observés chez les PhD aux Etats-Unis où 4 docteurs sur 5 travaillent dans le secteur privé sur des fonctions qui ne sont pas systématiquement liées à la recherche (League of European Research Universities, 2007).

Cet axe sera dédié aux études et recherches portant sur les parcours professionnels des docteurs et leurs poursuites de carrière, les carrières atypiques… Il sera aussi question de comprendre les évolutions récentes et à venir du marché de l’emploi des docteurs et notamment les métiers émergents où on les retrouve dans une économie fondée sur la connaissance en profonde mouvance. L’objectif étant d’apporter un regard croisé entre les réalités des différents pays représentés et d’en analyser les écarts à l’occasion d’une discussion qui suivra les communications.

Axe 3 : Retour sur 10 ans de bonnes pratiques pour la carrière des chercheurs dans l’espace européen de l’ESR : quels sont les impacts de ces dispositifs ?
Limiter les mauvaises pratiques, harmoniser les procédures au sein de l’Union Européenne en définissant plus clairement les différents rôles des chercheurs et de leurs employeurs dans le cadre du recrutement de ces derniers : tels sont les objectifs auxquels voulait répondre en 2005 la “charte européenne du chercheur” et le “code de conduite pour le recrutement des chercheurs” (European Union, European Commission, & Directorate- General for Research, 2005), influençant la recherche européenne. Cette dynamique est encouragée par la “Human Ressources Strategy for Researchers (HRS4R) » et son label “HR Excellence in Research ”4 : celui-ci, obtenu sur la base d’évaluations progressives des objectifs affichés par la structure concernée, a été décerné par la Commission Européenne à de nombreux établissements signataires en particulier en Grande-Bretagne5. Ces bonnes pratiques s’appliquent au recrutement de tout chercheur, dès le recrutement en doctorat puisque “le terme «chercheur en début de carrière» fait référence aux chercheurs au cours des quatre premières années (équivalent plein temps) de leur activité de recherche, y compris la période de formation de chercheur” (European Union et al., 2005). Dans cette optique, le doctorat en tant qu’expérience professionnelle serait une première étape du recrutement dans la vie des chercheurs, que leur carrière se poursuive dans les domaines public ou privé, dans tous les domaines socio-professionnels ; a contrario, certaines initiatives souhaiteraient repousser cette échéance6. Horizon 2020, autre initiative portant les valeurs du code de recrutement, est le plus gros programme de recherche et d’innovation de l’UE, contribuant à maintenir l’Europe en tête de la recherche mondiale7. Par exemple, les actions Marie Skłodowska-Curie (AMSC) proposent des financements notamment pour les doctorants. La mobilité internationale et les liens entre le monde académique et l’entreprise sont encouragés ; les AMSC visent à financer, d’ici 2020, 25 000 doctorants8. Pour aller plus loin que Charte&Code, d’autres mécanismes de gestion responsable de ressources humaines pourraient voir le jour9.

Ce dernier axe sera notamment dédié à la charte européenne du chercheur et le Code de conduite pour le recrutement des chercheurs. Ces dispositifs fêtant leurs 10 ans cette année, il semble pertinent de s’intéresser aux recherches scientifiques qui ont pu être réalisées pour évaluer l’efficience et le retour sur investissement de ces dispositifs.

4 http://ec.europa.eu/euraxess/index.cfm/rights/strategy4Researche

5https://www.vitae.ac.uk/policy/hr-excellence-in-research/benefits-of-the-hr-excellence-in-research-award, http://ec.europa.eu/euraxess/index.cfm/rights/strategy4ResearcherOrgs

6 http://www.ipetitions.com/petition/promotiestudent/

7 http://ec.europa.eu/programmes/horizon2020/en

8 http://ec.europa.eu/research/mariecurieactions/index_fr.htm

9 http://ec.europa.eu/euraxess/pdf/research_policies/SGHRM-WG1-on-HR-Issues-Final-report-May-2012.pdf

Bibliographie

APEC. (2015). Les jeunes docteurs : profil, parcours, insertion. Les études de l’emploi cadre n°2015-12. Paris : Agence Pour l’Emploi des Cadres

Auriol, L. (2010). Careers of doctorate holders : employement and mobility patterns. STI working paper 2010/4. Paris: OECD

Auriol, L., M. Misu and R. A. Freeman (2013), “Careers of Doctorate Holders: Analysis of Labour Market and Mobility Indicators”, OECD Science, Technology and Industry Working Papers, 2013/04, OECD Publishing.

Bogle, D. (2014).Good Practice Elements in Doctoral Training. Advice paper n° 15. Leuven: League of European Research Universities.

Borrell-Damian, L., Morais, R., & Smith, J. H. (2009). Collaborative doctoral education in Europe : research partnerships and employabiliy for researchers. Bruxelles: EUA.

CEREQ (2010). L’insertion des docteurs : Enquête Génération 2004. Interrogation 2007. Rapport d’enquête. Marseille : Centre d’Etude sur l’Emploi et les Qualifications.

CFE Research. (2014). The impact of doctoral career. Final Report. Leicester: CFE Research.

Cyranoski, D., Gilbert, N., Ledford, H., Nayar, A., & Yahia, M. (2011). The Phd factory. Nature news n° 472.

ERA-SGHRM Working Group. (2012). Human Resources issues, including the HRS4R and other examples of good practices not directly linked to the Charter&Code. Final report. http://ec.europa.eu/euraxess/pdf/research_policies/SGHRM-WG1-on-HR-Issues-Final-report-May-2012.pdf

European Commission. (2005). PRESS RELEASES – Qu’est-ce qu’un chercheur? La Commission européenne définit ses rôles et ses responsabilités. http://europa.eu/rapid/press-release_IP-05-282_fr.htm?locale=FR

European Union, European Commission, & Directorate-General for Research. (2005). Charte européenne du chercheur: Code de conduite pour le recrutement des chercheurs = The European Charter for researchers : the Code of conduct for the recruitment of researchers. Luxembourg: EUR-OP.

Kehm, B. M. (2006). Doctoral education in Europe and North America: A comparative analysis. Wenner Gren International Series, 83, 67.

Kubler, M., & Wester, M. (2007). Phd graduates 5 to 7 years out: employment outcomes, job attributes and the quality of research training. Summary results for the Australian National University. http://researchsuper.chelt.anu.edu.au/sites/researchsuper.chelt.anu.edu.au/files/797summaryresultsgrad%282%29.pdf

Lambin, P., & Etienne, C. (2010). Les besoins en compétences dans les métiers de la recherche à l’horizon 2020 Synthèse de l’étude APEC/DELOITTE. Paris : Agence Pour l’Emploi des Cadres.

Lanciano-morandat, C., & Nohara, H. (2003). The new production of young scientists (PhDs): a labour market analysis in international perspective (No. 03-04). DRUID Working Paper.

League of european research universities. (2007). Doctoral studies in Europe : excellence in researcher training. http://www.leru.org/files/general/%E2%80%A2Doctoral%20Studies%20in%20Europe%20Excellence%20in%20Researcher%20Training%20(May%202007).pdf

VITAE. (2010). What do researchers do? Doctoral graduate destinations and impact three years on. Cambridge: VITAE

VITAE. (2013). What do researchers do? Early career progression of doctoral graduates. Cambridge: VITAE

Public visé
Cet appel à communication s’adresse :

Aux doctorants et docteurs engagés dans une démarche réflexive, sur les pratiques de l’enseignement supérieur et de la recherche. Aux chercheurs menant des activités de recherche sur le doctorat en tant qu’objet de recherche, qu’il soit envisagé en tant qu’activité scientifique ou en tant qu’activité professionnelle.
Aux doctorants et docteurs investis dans l’amélioration des conditions de travail des doctorants et docteurs et la valorisation de leurs recherches, quelle que soit leur discipline.
Modalités pratiques d’envoi des propositions
Lors du colloque, les communications prendront la forme suivante : un exposé de 20 minutes et 15 minutes d’interactions avec les participants.

Les propositions de communications sont à adresser au comité scientifique à l’adresse suivante : cid@adoc-tm.com
avant le 1er octobre 2015

Chaque proposition sera présentée par un résumé d’environ 300 mots (hors bibliographie) mettant en évidence le contexte de l’étude, le public étudié, la méthodologie utilisée. Chaque proposition devra être accompagnée d’une bibliographie. Le tout sera envoyé sous format Word ou Pdf qui mentionnera les noms, prénoms, structure de rattachement des communicants.

Les notifications d’acceptation seront adressées par retour de mail le 15 octobre 2015.

Le résumé des communications acceptées sera mis en ligne sur le site dédié au colloque : http://cid.docteo.net/

Des bourses de mobilité seront disponibles sur demande et sous réserve d’acceptation du comité scientifique.

Comité Scientifique
Jean CHAMBAZ président, Université Pierre et Marie Curie (France)
Jean-Claude Coallier professeur et responsable des programmes d’études supérieures en éducation, Université de Sherbrooke (Canada)
Pierre Demeulenaere Professeur de sociologie, Université de Paris- Sorbonne (France)
Francisco Loiola professeur, Université de Montréal (Canada)
Alison Mitchell, directrice du développement, VITAE (UK)
Jean Gabin Ntebutse professeur, Université de Sherbrooke (Canada)
[1] Seuls sont considérés dans cet appel à communication les doctorats de recherche par opposition aux doctorats d’exercice.

CATÉGORIES

Épistémologie et méthodes (Catégorie principale)
Sociétés > Sociologie > Sociologie du travail
Sociétés > Ethnologie, anthropologie > Anthropologie sociale
Esprit et Langage > Épistémologie et méthodes > Vie de la recherche
Sociétés > Sociologie > Étude des genres
Esprit et Langage > Éducation > Sciences de l’éducation
Sociétés > Économie > Travail, emploi
Sociétés > Études du politique > Relations internationales
LIEUX

Paris, France (75)
DATES

vendredi 20 novembre 2015
FICHIERS ATTACHÉS

Appel a communication CID.pdf
MOTS-CLÉS

Doctorat, PhD, formation doctorale, chercheur, académique
CONTACTS

Élodie Chevallier
courriel : cid [at] adoc-tm [dot] com
URLS DE RÉFÉRENCE

Colloque international sur le doctorat
SOURCE DE L’INFORMATION

Élodie Chevallier
courriel : cid [at] adoc-tm [dot] com
POUR CITER CETTE ANNONCE

« Le doctorat dans tous ses états », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 31 août 2015, http://calenda.org/337495

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Bourses Mobilité PALSE 2016

Bonjour à tous,
ce message afin d’engager ceux d’entre vous qui souhaitent obtenir un financement pour une mobilité de plusieurs mois à l’étranger (3 à 5 mois entre janvier et mai 2016) à présenter un dossier de candidature dans le cadre du PALSE.
Ce dossier est à rendre au plus tard le 15 septembre 2015. Il est en ligne sur le site de l’ED 483, rubrique Financements/mobilité scientifique.
Le dispositif est destiné en priorité aux doctorants inscrits dans le cadre d’une co-tutelle mais pas uniquement.
Bien cordialement
Isabelle von Bueltzingsloewen

Bourses Mobilité PALSE 2016

Le Programme Avenir Lyon-Saint-Etienne (PALSE) soutient, depuis 3 ans, la mobilité internationale des doctorants. Il a ainsi pu accompagner 49 doctorants en mobilité « entrante » et 73 doctorants en mobilité « sortante ».

Pour la dernière année de ce programme, l’aide sera consacrée à l’accompagnement à la mobilité sortante uniquement et sur une période allant de début janvier à fin mai 2016.

Les doctorants concernés par une mobilité en 2016 sont les doctorants de l’Université de Lyon souhaitant effectuer un séjour de recherche à l’étranger, et en priorité, dans une institution partenaire de l’Alliance internationale de l’Université de Lyon.

Toutes les informations et les dossiers de candidatures sont disponibles sur le site de l’Université de Lyon.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

CFP: Medica sessions on epidemic disease

The Society for Healing in the Middle Ages is seeking proposals for papers for two sessions to be held at the 51st International Congress on Medieval Studies in Kalamazoo, Michigan from May 12-15, 2016. The sessions are:

1) Epidemic Diseases: Medieval Witnesses
This session will seek to expand the historical understanding of the physical, political, economic, and cultural impact of epidemic diseases in the Middle Ages by ensuring critical examination not only of the Black Death, but also other prevalent epidemic disease, such as sweating sickness, smallpox, epidemic diseases in animals, etc. Papers that present research on epidemic disease in the Middle Ages that goes beyond the usual sources (Boccaccio), to make use of such sources as documentary accounts, chronicles, household and monastic texts and records, religious texts, literary texts, and artistic representations will be especially welcome. Interdisciplinary studies are also encouraged.

2) Epidemic Diseases in the Middle Ages: Twenty-first Century Understandings
Twenty-first century scientific research has opened new doors for understanding the expansive epidemiological concerns of medieval epidemic diseases. For example, recent work in genetics, molecular microbiology, and archaeological research have offered new insight into the spread of Yersinia pestis on a global scale in history. Papers for this session would consider the numerous ways in which humanistic analysis (the work of historians and literary scholars) can seek to build upon and interpret the new scientific findings as we continue to consider the history of epidemic diseases. This session also invites discussion of methodologies for applying modern scientific research, such as osteoarcheological and biomolecular investigations, to future lines of inquiry into the study of medieval medical history.

If interested, please submit an abstract of roughly 250-300 words along with a Participant Information Form (PIF), which can be found at http://www.wmich.edu/medieval/congress/submissions/index.html#PIF. All proposal materials are due by September 15, 2015.

If you have questions about either of the sessions, or would like to submit an abstract, please direct emails to Harry York at why@pdx.edu.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

CFP: Before/After Constantinus Africanus – Medicine in the Beneventan Zone and Beyond

The 51st International Congress on Medieval Studies, May 12-15, 2016.

A coalescence of several factors –increased access to manuscripts because of digitization projects, new interest in the history of medicine and health, and a widened perspective on western Europe’s ties to the Mediterranean and beyond– have brought new attention to the work and activities of Constantinus Africanus (d. ante 1098/99), the first known translator to render Arabic medical literature into Latin. Coming from North Africa, he eventually settled at the monastery of Monte Cassino under the famed abbot Desiderius (d. 1087). Despite the unquestionable impact of his work, much remains to be investigated about the texts he produced and the larger revolution in western medicine he facilitated. Thinking about Constantine in terms of the « Beneventan zone » focuses our attention on three key issues.

1) What was happening in medicine in southern Italy even before Constantine arrived? Increasing evidence suggests that Monte Cassino was already a buzzing center of medical activity: older medical texts were being dusted off, edited, and newly copied. Compendia of pharmaceutical recipes were being compiled. In some cases, they were being crafted into new works that employed alphabetical or head-to-toe schemas to create new order. Several texts were being translated from Greek into Latin. What prompted all this activity? Why this new attention to older manuscripts and texts?

2) What did Constantine bring with him from North Africa, not only in terms of his books or his learning, but also of the culture of the Islamicate world? Constantine’s arrival in Salerno ca. 1077 coincided with the Normans’ continuing campaign to retake Muslim Sicily. Incursions into North Africa itself would follow later. One of the striking ways in which Constantine transformed western medicine was in bringing into the pharmacopeia a much larger array of items of *materia medica* widely used in the Islamicate world but which were still unknown in the Latin world. Indeed, for his medicine to function, there had to have been a considerable transformation of the medicinal products sold in local shops. In other words, Constantine did not simply translate Arabic medicine into Latin. He contributed to an already expanding Latin medical corpus, vocabulary, and pharmacopeia by making essential participation in new international markets of drugs.

3) Intriguingly, the script being used for these medical books also shows a point of inflection. There was a mini-explosion of new copying of medical texts in the middle decades of the 11th century, mostly in Beneventan, and mostly using local Beneventan exemplars as sources. But already during Constantine’s lifetime (and even Desiderius’s lifetime), we see increasing use of Caroline. In fact, only a handful of the nearly 30 texts associated with Constantinus have survived in Beneventan copies. Why? Certainly, the past several decades of Beneventan studies have shown that that script was more often used for certain kinds of texts and registers of writing, particularly liturgy. But medicine had not been excluded before, and we see under Desiderius’ reign the production of some of the largest medical compendia in Beneventan that we know of. Did Beneventan’s status change? Or was there a perception of a new, larger « market » for medical texts, one where the local script of the old Lombard duchy would no longer do?

These two sessions will thus focus on medicine as a mode of communication and activity that connected the Beneventan zone both with its neighboring Muslim and Greek regions, but also with the rest of Latin Europe north of Rome. Papers will be welcome that connect any of these themes, but particularly those that focus on how script and book production help us pinpoint the particular, radical transformations in medicine in this period.

If interested, please submit an abstract of roughly 250-300 words along with a Participant Information Form (PIF), which can be found at http://www.wmich.edu/medieval/congress/submissions/index.html#PIF

All proposal materials are due by September 15, 2015.

Send proposals or inquiries to:
Richard Gyug
Fordham Univ.
Dept. of History
441 E. Fordham Rd.
Bronx, NY 10458
Phone: 718-817-3933
gyug@fordham.edu

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts

Call for Papers : Medieval Landscapes of Disease

50th International Congress of Medieval Studies
Western Michigan University
Kalamazoo, MI — May 14-17, 2015

In recognition that diseases are manifestations of their environment, this session seeks papers that place medieval diseases within their environmental context. Just as a seed must be placed in good soil to grow, infectious disease requires a permissive environment to develop into an epidemic (or epizootic) and an ideal environment to bloom into a pandemic or panzootic. I am open to all manner of studies and disciplines that address these issues.

Examples of acceptable topics:

  • Historic impacts of epidemics and/or epizootics
  • Endemic disease in medieval environments
  • Environmental causes of disease such as malnutrition or industrial pollution related disease
  • Health effects of human-animal interactions
  • Archaeological assessments of human health and disease
  • Landscape alterations intended to improve human or animal health
  • Ecology of the built environment

Abstracts of no more than 300 words and the Participant Information Form should be sent to Michelle Ziegler at ZieglerM@slu.edu by September 15. Pre-submission queries are welcome.

The Participant Information Form and additional information be found at http://www.wmich.edu/medieval/congress/submissions/index.html.

Ouidad Hamitri

Doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur la chirurgie en Al-Andalus (Xe-XVe s.)

More Posts