Tous les articles par Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

[Parution] Julia Conesa Soriano, Entre l’église et la ville. Pouvoirs et réseaux de chanoines de Barcelone (1472-1516), Madrid, Casa de Velázquez, 2020, 347p.

Présentation

Au sortir de la guerre civile catalane de 1462-1472, Barcelone, principale cité de Catalogne et grand port méditerranéen, entre dans une phase de reconstruction. Le roi Ferdinand le Catholique transforme les modalités d’entrée au gouvernement municipal, formalise l’accès à la noblesse et implante dans la ville une nouvelle Inquisition sous contrôle royal. Affecté également, le haut clergé cherche sa place, et les chanoines de la cathédrale en particulier tâchent d’assurer leur implantation au sein des pouvoirs urbains en recomposition. Au croisement de l’histoire canoniale et de l’histoire urbaine, cette étude montre comment, au-delà de leurs attributions religieuses, évêques et chanoines, pleinement intégrés à l’élite dirigeante de la ville, sont amenés à jouer un véritable rôle dans la vie publique d’une cité en pleine mutation.

Préface d’Élisabeth Crouzet-Pavan et Denis Menjot

Table des matières

Préface

Introduction

PREMIÈRE PARTIE. LE CHAPITRE DANS LA VILLE
Chapitre premier. — La cathédrale un centre de pouvoir au sortir de la guerre
Chapitre II. — La cathédrale et les institutions municipales

DEUXIÈME PARTIE. LES CHANOINES DANS LA VILLE
Chapitre III. — Être chanoine à Barcelone
Chapitre IV. — Contrôler le canonicat

TROISIÈME PARTIE. LES CHANOINES ET LES RÉSEAUX DE POUVOIR
Chapitre V. — Les chanoines à la croisée des réseaux
Chapitre VI. — Un pouvoir informel dans la ville

Conclusion. — Les chanoines entre l’Église et la ville

Annexe
Sources et bibliographie

Source: Casa de Velázquez

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] Fermín Miranda García, María Teresa López de Guereño Sanz (éd.), La muerte de los príncipes en la Edad Media. Balance y perspectivas historiográficas, Madrid, Casa de Velázquez, 2020, 426p.

Présentation

Siguiendo un claro enfoque multidisciplinar, este libro presenta un balance historiográfico sobre la muerte de los príncipes en la Edad Media, tanto hispana como francesa, entendiendo el término «príncipes» en su sentido más amplio. No solo se examinan casos particulares relativos a los miembros de la familia regia, sino que se profundiza también en los diversos ámbitos de la aristocracia eclesiástica, militar y urbana. Desde la ritualización funeraria —liturgia, música—, la memoria cronística y documental, las obras de arte o su reflejo en la literatura, hasta la antropología física, los estudios presentados se enfocan a calibrar la relación de la muerte y su tratamiento con la imagen del poder que dichas élites proyectan y su emulación por parte de los restantes grupos sociales.


Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Colloque] Aux origines de la dette publique en Europe (XIIIe-XVIIe s.), 12-14 nov.

Coordination: Armand Jamme (CNRS) et Pere Verdés Pijuan (CSIC)

Partout, au cours des derniers siècles du Moyen Âge et au début des Temps modernes se développent en Europe diverses formes d’endettement public. Le programme IEA (ex-PICS), lancé par le CNRS et le CSIC en 2018, les étudie : précocité du phénomène autour de la Méditerranée, attitudes des individus et des sociétés qui incorporent ce nouvel instrument financier dans leurs propres stratégies, renouvellements doctrinaux de la pensée sur la valeur et la monnaie, et bien sûr conséquences sur le développement économique et politique des États. Après deux rencontres organisées à Barcelone et Rome, centrées principalement sur les expériences développées dans les espaces ibérique et italien, nos investigations se poursuivent en accordant plus de place à l’Europe du Nord.

Programme à retrouver ici

Lien vers la salle virtuelle.

La rencontre est organisée dans le cadre d’un International Emerging Action (ex Projet International de Coopération Scientifique) développé par le CNRS et le CSIC: Aux origines de l’endettement public. Gouverner la dette dans l’Europe méditerranéenne (XIIIe-XVIe siècles), ref. PIC2017-FR8PIC2017FR8. Il bénéficie du soutien des programmes I+D PGC-2018-100979-B-C21 et C22, du Grupo de Investigación Consolidado 2017 SGR 1068, du Consortium Cosme2 (CNRS) et du CIHAM.

Dates: 12-14 novembre 2020

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] C. Pierreville (dir.), « Renart le Contrefait, d’après le manuscrit BNF fr. 1630 », Paris, Honoré Champion, 2020, 2 vol., 1380 p.

Édition critique sous la direction de C. Pierreville, en collaboration avec R. Bellon, M. Bonansea, C. Lachet, M. Le Person, L. Louison et M. Possamaï

Roman encyclopédique rassemblant les savoirs d’un érudit du XIVe siècle, oeuvre reliquaire destinée à l’édification, Renart le contrefait est l’ultime épigone que le Moyen Âge ait donné au Roman de Renart. Son auteur, un clerc anonyme chassé des ordres pour bigamie, réécrit diverses aventures du goupil afin d’enseigner à ses lecteurs la voie étroite permettant d’utiliser l’art de Renart sans pour autant perdre son âme. Comme dans d’autres récits tardifs, le goupil incarne le mal qui ronge ce siècle, le modèle de ce qu’un preudhomme doit éviter, félonie, orgueil, luxure et gloutonnerie. Mais de manière plus inédite, il lui arrive de brider ses instincts animaux et d’obéir à la Raison. Il devient alors un exemple de la prudence et de la persévérance à suivre si l’on veut déjouer les coups du sort et les assauts de la Fortune, un miroir auquel s’identifier, une figure de l’auteur et du romancier. Le manuscrit BnF français 1630, qui conserve la première version de l’oeuvre, composée entre 1320 et 1327, n’avait encore jamais été édité en intégralité et n’était connu que par des extraits. La présente édition cherche à rendre justice au talent et aux mérites de ce clerc champenois injustement méconnu, tout en s’efforçant d’identifier les multiples textes dont s’est nourrie sa création.

Table des matières : ici

 
Renart le Contrefait, d’après le manuscrit BNF fr. 1630, éd. C. Pierreville, en collaboration avec R. Bellon, M. Bonansea, C. Lachet, M. Le Person, L. Louison et M. Possamaï, Paris, Honoré Champion, 2020 (Classiques français du Moyen Âge, 192). 2 vol., 1380 p. ISBN : 9782745353900. Prix : 92,90 euros.
 
 

Source: Honoré Champion via RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Compte-Rendu] Soutenance de thèse – Olivier Brisville-Fertin, « Le discours aljamiado et sa communauté »

La soutenance de la thèse d’Olivier Brisville-Fertin, intitulée « Le discours aljamiado et sa communauté », a eu lieu vendredi 4 septembre de 14h à 18h à l’ENS de Lyon, devant un jury composé de Éric Beaumatin (Président, U. Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Paris), de Nuria de Castilla (Rapporteure, EPHE-PSL, Paris), de Mercedes García-Arenal (CCHS-CSIC, Madrid), de Linda G. Jones (U. Pompeu Fabra, Barcelone), de Julie Marquer (U. Lumière-Lyon 2, Lyon) , et des deux co-directeurs, Carlos Heusch (ENS de Lyon) et Alberto Montaner (U. de Zaragoza). Mónica Castillo-Lluch de l’Université de Lausanne avait établi le second rapport préliminaire autorisant la soutenance. En raison des circonstances sanitaires, cette soutenance a eu lieu de façon multimodale, en présentiel et en virtuel, ce qui a pu poser quelques problèmes techniques qu’a su surmonter le doctorant.

Olivier Brisville-Fertin est hispaniste et travaille sur les communautés mudéjares et morisques aragonaises entre le bas Moyen Âge et le début de l’époque moderne [ndr :on parle de morisques à partir des conversions au catholicisme du premier quart du XVIe siècle], selon une approche avant tout sociolinguistique, ce qui a été le centre de son travail de Master II, qui a permis de poser les bases théoriques de son étude de l’aljamié, « produit d’activités spécifiques à un contexte d’islam minoritaire en vue d’y remplir des finalités de maintien de cadres et valeurs communautaires ». Un premier faisceau de trois hypothèses a ainsi d’abord guidé ses travaux: hypothèses sociolinguistiques, hypothèses sociopragmatiques et hypothèses d’élaborations discursive. Il est important de souligner, comme l’impétrant l’a fait, le caractère interdisciplinaire de sa thèse conjuguant philologie, histoire et sciences sociales. En effet, son projet de thèse a évolué au cours du travail du doctorat, pour intégrer pleinement des aspects philologiques et un retour indispensable au manuscrit, avec un intérêt particulier porté aux textes de prédication, méconnus jusqu’alors. Ce retour au texte primaire se matérialise par la transcription de plusieurs centaines de folios en annexes, afin de pouvoir travailler sur des textes édités selon une même norme.

La notion de communauté a été centrale dans sa réflexion : la problématique de « Comment, grâce au discours aljamiado, les Tagarins “faisaient-ils communauté” ? » guide ainsi tout le travail de thèse.

Le premier axe d’étude du candidat a été un travail double sur l’histoire de l’aljamiado et sur celle des communautés mudéjares et morisques du XIIe siècle au XVIIe siècle, pour comprendre le contexte de production des textes conservés. Ce travail fait l’objet des deux premières parties de la thèse : à la suite du « status quæstionum » initial, la deuxième partie est construite comme une synthèse de l’histoire de ces groupes qui dépasse le simple état de la recherche historique. L’émergence et la configuration des communautés mudéjares est un prérequis à la compréhension et à l’étude du discours de ces communautés. Ainsi peut-on comprendre la production manuscrite aljamiée comme une « préservation et l’établissement mudéjar d’une tradition discursive islamique, […] celui d’un cadre islamique proprement hispanique, non seulement par l’adaptation au contexte de soumission, mais aussi par le recours progressif au roman ».

La troisième partie de la thèse s’est intéressée à la relation entre codex et praxis : comment fait-on communauté à partir du discours ? Ici apparaît l’importance du personnage central de l’alfaquí, juriste et garant de la norme islamique qui prend une importance croissante au fil des siècles, en ce sens qu’il acquiert une fonction proprement communautaire par sa connaissance des textes.

La quatrième partie de la thèse une opposition entre aljamía (le roman des mudéjares et morisques) et aljamiado (la version scripturaire du premier, langue « artificiellement mixte » et discours des élites, dès lors « sociolecte propre à une catégorie de savants pour véhiculer un discours communautaire et ayant donc des aspects d’ethnolecte ».). Ainsi, « l’émergence de l’aljamiado est le résultat d’une progressive substitution linguistique de l’arabe dialectal par le roman, dont les étapes peuvent seulement être conjecturées ». L’aljamiado peut donc être décrit comme un ethnolecte (langage qui véhicule un discours communautaire) et un hiérolecte, car véhiculant un discours reliant au sacré.

Enfin, c’est à la prédication que s’est intéressé Olivier Brisville-Fertin dans la cinquième et dernière partie de sa thèse : selon trois thématiques, il a étudié comment le discours régulateur de la prédication permettait de construire les frontières de la communauté et de véhiculer un système de croyances.

Le jury a salué un travail extrêmement bien documenté et une thèse constituant un véritable apport pour la communauté scientifique : la précision dans l’utilisation des sources primaires et secondaires, ainsi que la transcription de ces dernières sont également la preuve d’une grande maîtrise des bibliothèques et des manuscrits, a-t-il été souligné. Enfin, plusieurs membres du jury ont mis en avant la grande maturité du travail d’Olivier ainsi que sa capacité de synthèse qui rendent la thèse particulièrement claire. La publication en a donc été vivement encouragée.

Le jury a suggéré plusieurs pistes d’ouverture pour la suite, tout en appuyant un travail d’édition numérique pour offrir une réelle édition des manuscrits et, bien, sûr la continuation du travail sur les sources et leur évolution.

Olivier Brisville-Fertin a été admis au grade de docteur de l’Université de Lyon et a reçu les félicitations chaleureuses du jury.

Compte-rendu rédigé par Amalia Desbrest et Matthias Gille Levenson

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Colloque] Donne e povertà nell’Europa mediterranea medievale (9-10 nov. 2021)

Colloque organisé par l’Università degli Studi di Milano – Dipartimento di Studi Storici, l’École Française de Rome, le LaMOP et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il s’inscrit dans le programme de recherche « PAUVRETÉ. Les économies de la pauvreté au Moyen Âge en Europe méditerranéenne (IXe-XVe siècles) » de l’École Français de Rome. 

Le colloque se tiendra les lundi 9 et mardi 10 novembre 2021 de façon virtuelle. Le programme est consultable ici

Pour y assister, merci de contacter maddalena.moglia@unimi.it.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Séminaire d’études médiévales ibériques 2020-2021

Programme :

7 décembre 2020
Anna Alberni (ICREA, Barcelone), Alexandra Beauchamp (Université de Limoges) et Stefano Cingolani (ERC MiMus)
Autour du programme de recherche (ERC) MiMus loculator seu Mimus. Performing Music and Poetry in Medieval Iberia.

*Vendredi 29 janvier 2021

Sylvain Piron (EHESS)
Retour sur Opicino de Canistris : famille terrestre, famille céleste.

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès)
Cartes littéraires, diagrammes, cartographies des savoirs ? (Castille, XIIIe s.).

15 février 2021
Juan Vicente García Marsilla (Universitat de Valencia) et Sandrine Victor (INU Champollion-Albi)
Que donnent à voir les chantiers urbains médiévaux ? Les chantiers catalans et valenciens comme marqueurs de contextes.

15 mars 2021
Ekaterina Novokhatko (Universitat Autònoma de Barcelona) et Fernand Peloux (CNRS, Framespa)
Martyrologes et manuscrits hagiographiques en Catalogne (IXe-XIIe s.).

12 avril 2021
Daniel König (Universität Konstanz) et Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès)
Discours sur la violence et violence du discours entre chrétienté et Islam au Moyen Âge.

10 mai 2021
Gaelle Bosseman (Université Toulouse – Jean Jaurès) et Florian Gallon (Université Toulouse – Jean Jaurès)
Édition et étude d’un florilège ascético-eschatologique annexé au Beatus de Silos (fin XIe s.).


 

Lieu: Toulouse – Campus du Mirail – UNIVERSITÉ TOULOUSE – JEAN JAURÈS – Maison de la Recherche, Salle D31

Date: le lundi* de 9h30 à 12h00


 

Source: Université de Toulouse II  via RMBLF.be

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Recrutement] Recrutement des membres à l’École des hautes études hispaniques et ibériques pour l’année 2021-2022 (lim. 20 novembre)

L’École des hautes études hispaniques et ibériques recrute des membres qui développent un projet de recherche en sciences de l’homme et de la société nécessitant un séjour prolongé en péninsule Ibérique. Ce projet peut s’inscrire aussi bien dans le cadre d’une thèse de doctorat que d’une recherche post-doctorale

 

Les candidatures sont ouvertes du mardi 13 octobre au vendredi 20 novembre 2020 à 13h (heure de Madrid)

 

Notice d’information 2021-2022

Note du conseil scientifique sur les dispositifs d’accueil

Accéder au portail de candidatures

 

Voir l’appel à candidature sur le site de la Casa de Velázquez

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Congrès] La lengva de los copistas. Variación y modelos de la escritvra del texto en el español medieval

El Congreso La lengua de los copistas. Variación y modelos de la escritura del texto en el español medieval, tendrá lugar los días 15-16 de octubre de 2020 en el Aula Magna de la Facultad de Filología de la Universidad de Salamanca, en sesiones de mañana y tarde. Dicho congreso, dirigido por Leyre Martín Aizpuru y Juan Miguel Valero Moreno, es resultado del desarrollo del Proyecto de Investigación Nacional Alfonso de Cartagena. Obras Completas y se realiza en colaboración con el Departamento de Lengua Española y la Facultad de Filología de la Universidad de Salamanca.

DIRECCIÓN CIENTÍFICA: Leyre Martín Aizpuru & Juan Miguel Valero Moreno

COORDINACIÓN TÉCNICA: Laura Ranero Riestra & Pablo Rodríguez López

JUEVES, 15 DE OCTUBRE

Aula Magna de la Facultad de Filología

9:30 Inauguración y presentación del congreso.
Intervienen: Sr. Decano en funciones de la Facultad de Filología, que preside, & Sres. Directores del Congreso.


10:00-11:00. Conferencia inaugural. Preside Leyre Martín Aizpuru.
Pedro SÁNCHEZ-PRIETO BORJA (Universidad de Alcalá), El copista del «Auto de los Reyes Magos».


16:00-20:00. Ponencias.
– José Manuel FRADEJAS RUEDA (Universidad de Valladolid), Aventuras y desventuras de un ejemplar de las «Siete Partidas»: los códices Zabálburu y Dominicos y una curiosidad del taller.
– Ricardo PICHEL GOTÉRREZ (Universidad de Alcalá), Bilingüismo y prácticas escriturarias en la recepción occidental del modelo historiográfico (post)alfonsí: de la «Crónica xeral galega» a la «Crónica de 1404».
– Belén ALMEIDA CABREJAS (Universidad de Alcalá), La«General estoria» en el siglo XV: lecturas y refundiciones.
– Inés FERNÁNDEZ ORDÓÑEZ (Real Academia Española), Editando la «Estoria de España» a partir de varios copistas.


VIERNES, 16 DE OCTUBRE

Aula Magna de la Facultad de Filología

09:00-14:00 Ponencias.
– María Nieves SÁNCHEZ GONZÁLEZ DE HERRERO (Universidad de Salamanca & IEMYRhd), Algunos testimonios orientales y occidentales médicos y enciclopédicos de la Baja Edad Media.
– Vicente José MARCET RODRÍGUEZ (Universidad de Salamanca & IEMYRhd), La escritura de los copistas: usos braquigráficos en documentación cancilleresca y notarial castellano-leonesa del siglo XV.
– Leyre MARTÍN AIZPURU & Juan Miguel VALERO MORENO (Universidad de Salamanca &IEMYRhd), La traducción castellana de la oratio «Pro Marcello»: variación textual y variación gráfica.
Blanca GARRIDO MARTÍN (Universidad de Sevilla), Variación lingüística intertestimonial en la tradición textual de la «Respuesta a la qüestión fecha por el Marqués de Santillana».
– Lola PONS RODRÍGUEZ (Universidad de Sevilla), Un copista para agrandar al héroe ya la lengua: la segunda versión del «Compendio historial» de Rodríguez de Almela.


17:00-18:00 Conferencia de clausura. Preside Juan M. Valero Moreno.
José Antonio PASCUAL (Real Academia Española), La consciencia de los copistas y sus distintas formas de participar en el texto, visto a través de algunas copias del ámbito aragonés cuatrocentista.


Source: Site de la SEMYR

Dates: 15-16 octobre 2020

Lieu: Université de Salamanque | assistance virtuelle possible. 

Inscription: formulaire à télécharger ici et à envoyer à: lenguacopistas@gmail.com, avec comme titre NOM_CongresoLenguadeloscopistas

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] Isabelle Bretthauer, Anna Caiozzo et François Rivière (éd.), La plume et le calame. Entre Orient et Occident, les métiers de l’écrit à la marge, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2020, 458 p.

Jusqu’où les pratiques de l’écrit se sont-elles professionnalisées au Moyen Âge et à l’époque moderne ? La fonction sociale des scribes ou copistes est souvent symboliquement liée aux textes sacrés, en Occident comme en Orient. Mais la transmission des savoirs par l’écriture déborde le cadre religieux pour s’insinuer progressivement dans une multitude de milieux sociaux. La maîtrise de l’« écrit » (au sens d’acte d’écriture et d’action sur la matérialité de l’écrit) n’apparaît cependant comme centrale que dans quelques métiers (notaires, maîtres d’écriture, transmetteurs…), tandis que, pour de nombreuses autres activités, cette compétence reste longtemps secondaire, sans reconnaissance sociale particulière.

Dans une perspective comparatiste, les 20 contributions traitent d’un large espace, de la chrétienté occidentale aux cultures musulmanes et juives du Proche-Orient, et jusqu’au Levant. Les figures d’« écrivants » apparaissent diverses et souvent à cheval sur plusieurs métiers : transmetteurs (râwiya) ou traducteurs insérés dans la République des Lettres, maîtres soufis ou poètes populaires, prisonniers ou artisans, mais aussi relieurs, peintres ou enlumineurs. L’approche comparatiste fait alors émerger des mouvements généraux, autour de l’évolution des modalités de transmission des textes : l’écrit ne supplante pas l’oralité mais dialogue avec elle dans nombre de métiers jusqu’à l’époque moderne ; les transmetteurs ou traducteurs affirment leur importance dans la « création culturelle » ; les représentations figurées sont parties prenantes d’œuvres textuelles. De ce fait, le rôle de ces métiers peut-il être, dans les approches historiques et littéraires contemporaines, encore repoussé dans les marges ?

Isabelle Bretthauer, docteur en histoire médiévale et Chargée d’Études Documentaires aux Archives Nationales, Anna Caiozzo, professeur des Universités à l’Université Bordeaux Montaigne et François Rivière, docteur en histoire médiévale et ATER à l’université d’Évry-Val d’Essonne, présentent ici le résultat d’un projet pluridisciplinaire réunissant histoire, histoire de l’art et littérature.

Sommaire :

Introduction p. 13

Brigitte FOULON : Le passage de l’écrit à l’oral. Le grand transmetteur (rāwiya), un maillon essentiel entre oralité et mise à l’écrit de la littérature arabe p. 27

Daphné RABEUF : L’écrit comme trace d’un patrimoine oral commun : l’exemple d’un recueil de contes arabes anonymes des XIIIe/XIVe siècles p. 47

Jean-Charles DUCÈNE : Le copiste et la dictée dans le monde arabe médiéval p. 65

Harit JOSHI : Rapporter les paroles du maître : les malfūāt dans le sultanat de Delhi p. 79

Jean-Dominique DELLE LUCHE : Les « maîtres de la batte » : poésie de circonstance et concours de tir dans le Saint-Empire au XVIe siècle p. 93

Marc ZUILI : Le métier de traducteur à la Renaissance : le cas de Gabriel Chappuys p. 121

Francoise RICHER-ROSSI : Le traducteur : ce qu’en dit le paratexte. De l’espagnol à l’italien. Enjeux conceptuels et idéologiques dans la Venise du XVIe siècle. p. 143

Fabien SIMON : Jean Baudoin, écrivain de l’intermédiaire p. 165

XIAOHONG Li : La naissance du calligraphe p. 195

Jose COSTA : Scribes, traducteurs et transmetteurs : rabbins et juifs entre écriture et oralité dans le contexte antique p. 205

Anna CAIOZZO : Un paradoxe visuel ? Le scribe et le peintre à la marge dans les manuscrits de l’Orient médiéval p. 233

Nourane BEN AZZOUNA : Une source exceptionnelle pour l’histoire de l’écrit : Ibn al-Fuwaṭī et son Talkhī Majmaʿ al-ādāb p. 255

François RIVIÈRE : Des artisans aux marges de la littératie : les gardes des métiers, un office de l’écrit en Normandie, XIVe-XVIe siècles p. 277

Philippe FAURE : L’écrivain et le peintre dans la miniature médiévale p. 317

Tiziana LEUCCI : L’écrit à la marge et les écrivaines « marginalisées » : le cas des courtisanes artistes en Inde p. 333

Francis RICHARD : La marge face au texte, quelques notes p. 363

Isabelle BRETTHAUER : Produire l’écrit et après ? Le travail autour des documents écrits à la Chambre des comptes (XIVe-XVe siècles) p. 369

Jean-Charles COULON : Écrire et figurer le cosmos : l’emploi des figures dans les manuscrits de sciences occultes islamiques attribués à al-Būnī (m. 1225) p. 397

Jean-Pierre JARDIN : L’arbre de l’évêque Le programme iconographique de l’Anacephaleosis et sa réalisation p. 423

Anne-Colombe LAUNOIS : Une œuvre au noir, signature d’un peintre méconnu de l’école sikhe de Patiala (Panjab, Inde du Nord), XVIIIe-XIXe siècles p.439

Source: LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] Marquer son église : les princes en leurs collégiales (IXe-XVe siècle, Occident chrétien); Lim. 30 novembre

Les collégiales, reconnaissables à leur forme imposante en ville ou à la campagne, furent pour la plupart liées à de grands personnages, qu’ils soient princes, évêques ou grands seigneurs. Le fonctionnement de ces institutions est mieux connu depuis plusieurs années, mais la manière dont les princes se sont appropriés, matériellement ou symboliquement, les églises collégiales qu’ils avaient fondées ou dont ils avaient hérité a encore peu été étudiée. Tel est l’objet de ces journées d’étude qui exploreront cette problématique à travers une approche pluridisciplinaire, en mêlant en priorité histoire, histoire de l’art et archéologie.

Argumentaire

Depuis une trentaine d’années, les études sur le monde canonial ont analysé les liens qui pouvaient exister entre les collégiales séculières et les pouvoirs princiers, à la fois institutionnellement (jus patronatus, collation des prébendes, etc.) et politiquement (liens entre chapitres séculiers et chancelleries, etc.), cette dernière dimension mobilisant souvent une approche prosopographique (collégiales séculières comme viviers d’agents des politiques princières, carrières politiques des chanoines, recrutement de ces derniers dans certains lignages pour conforter des fidélités, etc.). Les monographies et les synthèses régionales ont souligné la pluralité des rôles dévolus à une collégiale séculière, tout en insistant sur les motivations politiques et la logique de distinction sociale qui ont favorisé l’essor de ce type de fondations religieuses.

Les liens plus personnels, matériels ou spirituels, entre les établissements canoniaux et leurs fondateurs, ou les héritiers et successeurs de ceux-ci, ont, en comparaison, été moins abordés. Comment et pourquoi un prince investissait-il sa collégiale ? Y a-t-il une différence, pour un grand, entre les collégiales qu’il a fondées, celles dont il hérite et celles qu’il a captées ? Une collégiale sise in castro ou in palatio est-elle, par exemple, plus intensément occupée par un prince qu’une fondation hors les murs ? À l’intérieur de l’église, y a-t-il un lieu privilégié de l’appropriation princière (chapelle, nef, chœur, etc.) ? Quelles traces y a-t-il laissées, qui montrent sa présence effective ou son appropriation symbolique des lieux ? Voilà plusieurs des enjeux de la présente journée d’étude.

Marquer son église : le titre emprunte celui de l’ouvrage collectif Marquer la ville[1]. Il s’agit ici de s’intéresser aux membres, masculins ou féminins, de la haute aristocratie (princes et princesses laïcs, grands ecclésiastiques ; leurs entourages) et des grandes familles féodales, pour cerner la manière dont ils s’impliquent dans les collégiales qu’ils fondent ou dont ils héritent. Les fondations seigneuriales peuvent être prises en compte, à titre de comparaison.

De la fondation de la chapelle palatine d’Aix-la-Chapelle au début du IXe siècle, à l’inhumation de Louis XI à Notre-Dame de Cléry-Saint-André (1483), les collégiales séculières ont été de véritables écrins permettant d’inscrire le pouvoir des princes dans la durée. La réforme grégorienne puis le renouvellement du pouvoir princier à la fin du Moyen Âge ont eu un rôle dans l’évolution des fondations de collégiales par les grands, dans le royaume de France comme ailleurs en Europe.

Plusieurs axes d’études sont proposés :

Axe n° 1. La présence du prince en sa collégiale : corps et âme

La présence des princes, de leur vivant ou après leur mort, se lit matériellement dans les collégiales qu’ils ont fondées ou dont ils héritent. Il conviendra de s’interroger sur les espaces et objets qui signalent cette présence : garde par les chanoines ou dépôt dans la collégiale du trésor ou de la bibliothèque du prince ; tribune, galerie ou place réservée dans la nef ou au chœur ; itinéraires exclusifs ou circulations organisées pour le prince jusqu’à sa collégiale ou à l’intérieur de celle-ci ; présence du tombeau du fondateur (nécropoles dynastiques ou choix individuels), le prince associant ainsi sa memoria à celle de la communauté canoniale. Cette présence du fondateur en sa collégiale se lit aussi sur le plan spirituel, en particulier dans le fonctionnement liturgique : de son vivant, il a pu fonder des messes, des chapellenies ou faire des donations pieuses ; pour assurer son salut et celui de ses successeurs, il a pu fonder son anniversaire ou inscrire la communauté canoniale dans son testament. Une comparaison de ces manifestations avec les pratiques des princes dans d’autres types d’établissements religieux est envisageable, pour mesurer s’il y a ou non une particularité des collégiales séculières dans l’accueil de la dévotion des princes et l’évolution chronologique de celle-là.

Axe n° 2. Les traces matérielles d’une fonction administrative

Les liens entre chapitres séculiers et chancelleries, la manière dont les premiers ont servi de viviers d’agents des politiques princières, les carrières politiques des chanoines, le recrutement de ces derniers dans certains lignages pour conforter des fidélités, les formes actives de participation des chanoines à des tâches profanes, sont des thèmes qui ont été déjà bien étudiés. Au-delà du bâtiment ecclésial, nous nous intéresserons ici exclusivement aux traces matérielles des fonctions administratives assignées par les princes à certaines collégiales séculières (dépôt d’archives, scriptorium ou bureau d’écriture, etc.).

Axe n° 3. Réappropriation ou captation d’une collégiale : enjeux politiques et dimension symbolique

Parmi les traces matérielles, certaines affectent une dimension plus particulièrement emblématique. Les princes ont en effet parfois marqué de leur empreinte leurs collégiales, qu’ils pouvaient considérer comme leur propriété, à travers un programme emblématique (présence de leurs armoiries, commande de stalles ou d’aumusses à leur effigie, choix du mobilier liturgique, etc.). L’enjeu était peut-être plus important encore lorsque ces collégiales étaient inscrites en zones de confins ou dans un contexte de conflits. Comment ont agi les princes avec des collégiales ainsi marquées, situées dans des territoires qu’ils venaient de récupérer, par le jeu des successions, des transferts de dynastie ou des entreprises militaires ? Dans une logique de compétition, ont-ils effacé la présence symbolique de leurs devanciers ou rivaux dans les collégiales que ces derniers avaient fondées ? Il s’agit aussi de cerner la manière dont les princes associent leur renommée à celle d’un édifice prestigieux par son ancienneté et par la popularité du saint auquel il est lié, voire de questionner leur rôle dans l’identité même d’une collégiale, dans le cas du changement de dédicace.

Axe n° 4. « Acter » l’appartenance : indices diplomatiques

Les différents axes sont nourris par les sources diplomatiques, qui méritent d’être étudiées en elles-mêmes et dans le contexte qui leur a donné naissance (on peut songer ici au rôle du claustrum comme lieu d’écriture des actes). D’abord, l’analyse des actes de fondation permet de mieux cerner la manière dont les princes ont parfois pu revendiquer la paternité ou au moins le patronage de leur collégiale : choix du préambule et dimension politique, religieuse ou symbolique de celui-ci ; mise en scène de la fondation ou discours à son propos dans l’exposé ; plus généralement, tous les éléments qui insistent sur l’implication du prince. Ensuite, nous pouvons étudier la manière dont le prince parle de ses collégiales dans les actes dont il est l’auteur. Enfin, les chartes, notamment celles qui émanent des chancelleries princières, et en particulier leurs dates de lieu, peuvent permettre de documenter la présence réelle des princes dans leurs collégiales : les collégiales séculières ont pu être le cadre de certaines actions juridiques, alors même que leurs membres n’en n’étaient pas toujours partie prenante.

Modalités de soumission

L’appel s’adresse en priorité aux historien(ne)s, historien(ne)s de l’art, archéologues. Les communications, d’une durée maximale de vingt-cinq minutes, seront suivies d’un temps de discussion. Les propositions de communication, comportant entre 3 000 et 4 000 caractères (espaces compris), accompagnées d’une courte biographie précisant affiliations et dernières publications, seront à envoyer avant le 30 novembre 2020 aux organisateurs : Thomas Lacomme (EPHE/SAPRAT, thomas.lacomme@parisnanterre.fr) et Ewen Thual (U. Limoges/CRIHAM, ewen.thual@etu.unilim.fr).

Comité scientifique

  • Brigitte Boissavit-Camus (U. Nanterre/ARSCAN)
  • Murielle Gaude-Ferragu (U. Sorbonne Paris Nord/Pléiade)
  • Laurent Hablot (EPHE/SAPRAT)
  • Anne Massoni (U. Limoges/CRIHAM), Brigitte Meijns (KU Leuven) 
  • Laurent Morelle (EPHE/SAPRAT)
  • Éric Sparhubert (U. Limoges/CRIHAM).

Notes

[1] P. Boucheron, J.-Ph. Genet (dir.), Marquer la ville : signes, traces, empreintes du pouvoir, XIIIe-XVIe siècle : actes de la conférence organisée à Rome en 2009 par le LAMOP en collaboration avec l’École française de Rome, Paris-Rome, Publications de la Sorbonne-École française de Rome, 2013.

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] L’absence au Moyen âge (limite : 15 déc. 2020)

Journées doctorales internationales du CESCM (Université de Poitiers, France) – 8 et 9 Avril 2021

Le centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers associé à l’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première modernité de l’Université de Liège et au Centre for Medieval Literature des Universités de York et du Danemark du Sud (Odense), organise le deuxième volet des rencontres doctorales internationales.

Le premier volet de ces rencontres s’est tenu à Liège en février 2020 autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles), le deuxième volet se tiendra à Poitiers autour du thème « L’absence au Moyen Âge » les 8 et 9 avril 2021. Le troisième volet aura lieu à York.

Argumentaire

« Car tout dépérit en ce monde ; tout est sujet à la défaillance et à la mort. Ainsi elles ne sont pas plutôt nées, qu’elles tendent en croissant à un être plus parfait ; et plus elles se hâtent d’être plus parfaitement tout ce qu’elles sauraient être, plus elles se hâtent de n’être plus. » Saint Augustin, pleurant la disparition de son ami, prend conscience du caractère éphémère du monde terrestre : chaque chose s’achemine vers sa propre disparition. Sa souffrance face à l’absence de l’être aimé, écrit-il, est proportionnelle à son désir de le garder à ses côtés.

L’absence n’est, en effet, perceptible que pour l’individu conscient de la déficience qu’elle induit. Elle se distingue en cela du néant. En prenant la forme d’une carence, l’absence implique nécessairement le concept de temporalité. Ressentir l’absence revient à entretenir un souvenir, autant qu’un désir. L’absence fait appel à la mémoire et à l’affect, à la nostalgie. En retour, la conscience d’une présence est révélée par l’éventualité de l’absence.

Le thème de l’absence sera au cœur de ces journées d’études. La notion d’absence est effectivement au fondement de toute science historique ; le principe de l’histoire est de mettre en lumière la présence derrière le manque. L’absence pourra d’abord être considérée comme celle à laquelle se confronte le médiéviste. Si les sources sont le fondement de son raisonnement, la prise en considération de leur absence est le garde-fou de son travail. Plus que les sources elles-mêmes, qui ont pu subir des modifications, des suppressions ou ont simplement été perdues avec le temps, leur défaut peut s’avérer révélateur pour le chercheur.

Au-delà de la méthode, l’objet d’étude du médiéviste fait la part belle à la notion d’absence. Cette dernière est le moteur de la société médiévale. Du latin abstentia à son apparition dans le vocabulaire français au début du XIIIe siècle, le terme « absence » se définit par contraste : elle signifie littéralement « la non-présence »[1]. Il est appliqué à l’absence physique d’une personne, mais peut aussi incarner un manque plus abstrait[2]. Questionner la notion d’absence, revient à interroger l’Homme – son être, ses désirs, sa mémoire, ses réactions face au deuil, à la séparation comme les interrogations qui en découlent. Il s’agit également, à l’échelle de la société, de se demander de quelle manière les institutions encadrent-t-elles et comblent-t-elles les besoins dont le manque est la conséquence. La considération du concept d’absence engage, en effet, la mise en ordre des structures médiévales : le sentiment d’injustice, par exemple, motive la mise en place des institutions juridiques, la défaillance du corps entraîne le recours à la médecine, l’absence de la présence incarnée du divin rend, quant à elle, indispensable la médiation des membres de son Église.

Dans un second temps, l’absence pourra être pensée à l’échelle de l’individu. Bien souvent douloureuse quand elle concerne l’entourage, la famille ou l’être aimé, l’absence peut s’avérer féconde. Elle se révèle être un sujet d’une grande richesse dans les arts. Dire l’absence c’est aussi exalter, par contraste, un idéal. En outre, la mise en forme fictionnelle possède cette puissance de rendre l’absent présent à l’esprit. In absentia, la figure plastique ou littéraire devient le substitut allégorique de l’objet. Toutefois, l’absence ne peut être uniquement considérée comme le contre-point négatif de la présence. La pratique spirituelle en témoigne. Dans les modes de vie érémitique ou anachorétique, notamment, la volonté de « mourir au monde » des grands solitaires, mise en œuvre par une pratique intensive de l’ascèse, leur permet d’acquérir l’impassibilité propice à l’élévation spirituelle. Il s’agira, enfin, de réfléchir sur la manière dont les médiévaux ont chercher à pallier ou à exacerber l’absence à travers des modes de pensée et de représentation divers. Comment, par exemple, dire et représenter le principe divin ? Face au constat de l’absence de sa connaissance parfaite, porté notamment par la théologie apophatique, la mise en place du culte des reliques et la figuration de signum (alphabétique et iconique) de la présence divine sont autant de moyens mis en œuvre en réponse au sentiment humain d’absence.

En somme, le thème de l’absence permettra, nous espérons, d’aborder sous un regard nouveau des domaines aussi divers qu’essentiels de la société médiévale : la théologie et la philosophie mais aussi la pratique artistique, politique, judicaire ou familiale. Parce que le concept d’absence embrasse toutes les sphères de la vie humaine, il n’existe pas de travail de recherche dédié spécifiquement à cet objet d’étude. Il a pourtant été abordé en filigrane par de nombreux médiévistes. Parmi ceux-là peuvent être cités Claude Gauvard, dans le domaine judiciaire, Martin Aurell et Barbara Hanawalt, concernant la parenté, André Vauchez et Peter Brown, à propos de la sainteté, Michel Zink et Herbert Kessler, relativement à la création médiévale, ou encore Alain de Libera et Olivier Boulnois, au sujet des implications théologiques de la notion.

Au cours de ces journées, les communications chercheront à explorer la notion d’absence au Moyen Âge. Ce colloque, résolument pluridisciplinaire, sera l’occasion d’explorer et de discuter son influence centrale sur la culture médiévale. Il est largement ouvert aux chercheurs en histoire, histoire des textes et de la littérature, histoire de l’art et des images, philosophie, anthropologie, archéologie, sociologie etc.

Les propositions devront s’insérer dans les axes suivants :

1. Le médiéviste face à l’absence

  • La trace :  les mots ou les objets manquants, les sources perdues, les objets périssables, le fragment
  • L’expression de l’absence : l’ellipse, le raccourci, la synthèse, le lexique défaillant, le vide, l’obscurité ou le blanc, le non-dit
  • L’absence volontaire : l’usage de faux, l’effacement, la destruction délibérée, l’iconoclasme
  • L’enquête, la quête, l’inaccessible, l’implicite

2. L’absence dans le domaine judiciaire et politique : 

  • La législation face à l’absent
  • Le jugement par contumace
  • L’exil et le bannissement en absence imposée
  • Les réactions face à l’absence du pouvoir politique
  • Les manques de la société : famines, soulèvements populaires

3. L’expérience de l’absence :

  • Les liens familiaux défaillants : abandons, infanticides, divorce, séparation de corps
  • Le défaut ou la départie de l’être aimé
  • La mort de l’être cher et son deuil
  • L’attente, la fuite, l’expérience du vide, le mystère amoureux

4. L’absence de foi :

  • L’athéisme et l’hérésie
  • La déloyauté, l’infidélité et la félonie dans les relations féodales

5. L’absence désirée :

  • La perfection (l’absence d’erreurs)
  • L’ascétisme (le monachisme, l’érémitisme et l’anachorétisme, la pauvreté volontaire, le renoncement, la solitude)
  • Pratique de l’absence : le silence, le jeune, la privation, le mutisme

6. Dire/pallier l’absence :

  • La matérialisation et le contournement de l’absence dans le processus de création littéraire et plastique (les transferts culturels, la translatio, la figuration de l’altérité) ainsi que le théâtre (l’absence ludique, le simulacre)
  • L’articulation entre la fiction et la réalité (querelle des universaux, débats sur le réalisme eucharistique, rhétorique de l’absence)
  • Penser le concept d’absence : la théologie apophatique, le mal contre absence de bien, les enjeux du mystère dans la théologie et la pratique liturgique, la description de « l’ineffable »
  • La substitution : le culte des reliques, les signes de la présence divine, les miracles

Les communications d’une durée de vingt minutes pourront être présentées en français ou en anglais.

Modalités pratiques 

Les propositions des doctorant.e.s sont attendues pour le 15 décembre 2020, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à colloque-absence@protonmail.com en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant.e et celles du/de la directeur.rice de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse,  un CV, l’intitulé de la communication, et un résumé de la communication d’une page maximum, seront suivie d’une courte bibliographie indicative. Les doctorant.e.s seront informé.e.s des résultats de la sélection le 15 janvier 2021.

A l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’événement se déroulera les 8 et 9 Avril 2021 au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers. Le CESCM offrira des déjeuners et les pauses cafés des deux journées. Les frais relatifs au transport et à l’hébergement seront en revanche à charge des participant.e.s. ou de leurs laboratoires.

Comité organisateur : Corinne Lamour, Emilie Margaix, Cécile Maruéjouls, Elise Vernerey.

Source: CESM via DÎWÂN 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Journées d’étude] Les médiévistes face à la documentation des érudits modernes : méthodes et enjeux (5-6 oct. 2020)

Organisation: Haude Morvan (Univ. de Bordeaux) et Jérémy Delmulle (IRHT)

Les spécialistes qui travaillent sur les mondes anciens et médiévaux, qu’ils soient historiens, philologues, historiens de l’art, archéologues ou épigraphistes, sont souvent amenés à utiliser des sources de l’époque moderne. En effet, les érudits des XVIIe-XVIIIe siècles ont été un maillon fondamental dans la transmission de connaissances sur les textes et les monuments. Ces sources doivent cependant être utilisées de manière critique, en pénétrant en profondeur les enjeux et les méthodes de leurs auteurs. Si l’histoire se constitue en véritable science au XVIIe siècle, affranchie de la répétition des auctoritates et appuyée sur un certain nombre de sciences auxiliaires (diplomatique, paléographie, codicologie, héraldique, épigraphie, numismatique), elle n’en reste pas moins liée à un contexte religieux, politique, culturel et intellectuel qu’il convient de connaître de manière plus fine.

Ces journées d’études interdisciplinaires, qui constituent le second volet d’une première rencontre organisée en 2019 à l’IRHT, visent à interroger l’apport des sources modernes, manuscrites et imprimées, pour la recherche, la collecte, l’analyse et l’édition de témoignages scripturaires et matériels de la culture médiévale, témoignages dont les originaux peuvent avoir depuis disparu ou avoir été mutilés. Cette rencontre est l’occasion de questionner les différentes méthodes qu’il convient d’adopter dans l’utilisation de cette documentation.

Programme à consulter sur le site de l’IRHT

Date: 5 et 6 octobre 2020

Lieu: Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, Salle Jean Borde, Université Bordeaux Montaigne, 10 Espl. des Antilles, 33607 Pessac

Contact: haude.morvan@u-bordeaux-montaigne.fr

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] Fonctions des cartulaires-rouleaux : approches sociales et contextuelles d’un genre documentaire

L’existence de cartulaires en rouleaux nous interroge sur d’éventuels liens entre le choix d’une forme matérielle et de possibles fonctions spécifiques pour ces recueils. Cette troisième rencontre du projet ANR Rotulus sera l’occasion d’explorer deux des principales vocations des cartulaires-rouleaux rencontrées au cours de leur inventaire : le recours à la forme en rouleau pour constituer des dossiers relatifs à des conflits ; des usages privilégiés par les établissements monastiques, particulièrement dans le cadre des relations entre maison-mère et dépendances.

Metz, (25-26 mars 2021)

Argumentaire

La question d’un lien entre le choix d’une forme matérielle et de possibles usages ou fonctions spécifiques pour ces recueils se trouve au cœur du projet ROTULUS. D’emblée, en embrassant le corpus en cours de construction lors des opérations liées à la constitution de l’inventaire des cartulaires-rouleaux conservés en France, deux premiers constats chiffrés invite à proposer des hypothèses :

  • un premier groupe de manuscrits concerne des rouleaux réalisés pour regrouper des dossiers relatifs à des conflits.
  • de façon plus large, on constate un usage privilégié du cartulaire-rouleau dans le milieu monastique et, au sein de celui-ci, pour des dossiers relatifs à des dépendances monastiques.

Axe 1 : Rouleaux et conflits

Au regard de leur contenu, certains cartulaires copiés en rouleaux ont été identifiés comme des recueils destinés à soutenir une revendication, prouver son bon droit dans le cadre de la résolution d’un conflit, qu’il concerne la possession d’un bien, la jouissance d’un privilège, l’exercice d’un pouvoir… Cette session se propose d’explorer les multiples raisons pour lesquelles on a choisi la forme en rouleau pour recevoir des dossiers de documents relatifs à une affaire (voire même à une combinaison de plusieurs affaires), un conflit ou une situation nécessitant un effort de défense. Ces rouleaux-dossiers auraient pu répondre à plusieurs objectifs : soit constituer un dossier à usage interne, pratique à consulter, soit rassembler des documents dans la perspective d’une possible ostension (des documents que l’on veut montrer ou que l’on souhaite pouvoir éventuellement produire en justice). Répondant à ces motivations, le rouleau présentait-il assez d’avantages en termes de fabrication et d’ergonomie ? On prendra en compte la matérialité du document : taille de l’objet, support, soin apporté aux assemblages, coût supposé, possibilité de dérouler complètement le rouleau et de montrer le contenu (mise en page, élément favorisant le repérage des actes).

Se pose la question du temps de la compilation, du « moment-rouleau ». Copie-t-on les actes à l’approche d’un procès, en vue d’une nouvelle étape dans les processus de gestion des conflits ou,plutôt, peu après la victoire ou après la résolution (provisoire ou non) d’un conflit. Ensuite, le rouleau a-t-il servi ou resservi (traces de consultations, annotations ou même mises à jour) ?

On s’interrogera sur le rapport du contenu du rouleau avec le matériau en amont : originaux, mais aussi autres copies en cartulaire-codex, notamment. Le contenu du rouleau se retrouve-t-il en totalité dans un cartulaire antérieur (possible source) ou est-il intégré ensuite dans un cartulaire ? Mener cette réflexion sur la tradition des actes comme sur celle plus globale de l’ensemble du contenu du rouleau pourra révéler des scenarii complexe. Les prendre en compte est indispensable pour comprendre la genèse et les usages des compilations-dossiers dont le rouleau pourrait être une des déclinaisons matérielle à côté de la pancarte (au sens de « cartulaire-placard »). A-t-on cherché à composer des dossiers exhaustifs ou résultent-ils plutôt d’une sélection parmi les actes relatifs à un lieu, une affaire, limité à certains actes seulement considérés comme plus utiles ? Ces cartulaires-rouleaux relatifs à des conflits invitent à réfléchir à la notion de « dossier » et à préciser cette notion encore assez vague puis à s’interroger sur l’usage réel de ces « dossiers », comme de leurs différentes déclinaisons matérielles possibles, dans les mécanismes de gestion des conflits.

Comme pour toute copie, on peut s’interroger sur la valeur qu’ont pu avoir selon les époques et les espaces, les transcriptions d’actes sur des rouleaux. Le soin apporté dans le transfert des informations (respect du texte, signalement de la mise en page, des écritures ou des signes graphiques des documents originaux) témoigne-t-il en faveur d’une recherche de valeur probatoire de la transcription elle-même. La compilation dans son ensemble a-t-elle justement été validée pour conférer aux actes transcrits cette valeur probatoire potentiellement recherchée ?

Nous visons principalement les cartulaires-rouleaux, mais on pourra les mettre en perspective en les comparant à d’autres rouleaux d’archives relatifs à des conflits (vidimus contenant plusieurs actes relatifs à une affaire, enquêtes, dépositions de témoins, procédures…). En effet, dans les choix en termes de fabrication, de validation, de mise en page, les compilations en rouleaux auraient pu être influencées, à partir du milieu du XIIIe siècle au moins, par l’usage probablement plus massif des rouleaux de procédures. Par ailleurs, il arrive que des rouleaux de procédures intègrent des copies d’un ou plusieurs actes, soit insérés, soit plutôt rejetés à la fin comme en annexe (voire même que le verso d’un rouleau de procédure ait accueilli une petite compilation en appendice). Pour des époques ou des espaces où les cartulaires-rouleaux sont peu nombreux, on veillera à bien prendre en compte les autres usages « voisins » du rouleau dans l’écrit pragmatique et la gestion des biens.

En définitive, on s’interrogera sur les motivations qui ont poussé à constituer un dossier d’acte prenant la forme matérielle du rouleau, en lien avec son impact visuel, sa portabilité ou l’ergonomie de la lecture/ostension. D’autres attitudes auraient pu prévaloir notamment l’exhibition des originaux ou de copies simples. En essayant de comparer à d’autres conflits pour lesquels, il n’y a pas eu rédaction d’un petit cartulaire-rouleau, on s’interrogera sur les implications visuelles propres au rouleau. Ainsi, en transcrivant sur une unique feuille de parchemin un dossier de plusieurs actes (pancarte ou cartulaire-placard), on offrait une vision d’ensemble immédiate à l’assistance ; en revanche, un rouleau aurait permit selon sa longueur ou sa mise en page, un dévoilement plus progressif des actes transcrits.

Axe 2 : Abbayes et dépendances : des usages privilégiés du cartulaire-rouleau ?

Les établissements monastiques sont parmi les principaux commanditaires de cartulaires-rouleaux médiévaux (deux tiers environ des rouleaux). Il s’agit principalement d’établissements bénédictins masculins, mais aussi quelquefois de maisons féminines. Ce constat est à relier à la chronologie des premiers cartulaires en codex, parmi lesquels la plupart, au XIe et au XIIe siècle en France, sont des recueils réalisés pour les abbayes bénédictines. On prendra en compte le contexte documentaire général des institutions commanditaires de cartulaires-rouleaux : ont-elles également produit des cartulaires en codex ? Si oui, est-il possible de déterminer des vocations différentes des compilations en codex ou en rouleau ? On tentera de préciser la chronologie du recours au rouleau et de la confronter à celle de la valorisation des archives ecclésiastiques, qui émerge dans la seconde moitié du XIe siècle. Les potentiels rapports entre la genèse des cartulaires-rouleaux et la rédaction des premiers cartulaires en codex devront être interrogés (gémellité ou complémentarité ?). L’enquête ne négligera pas les contingences qui ont pu peser sur l’apparition du cartulaire-rouleau (une genèse en plusieurs lieux ? une imitation des autres usages du rouleau ? un déploiement formel nouveau pour les pancartes ?).

Ensuite, il s’agira d’interroger les facteurs ayant pu in fine favoriser le choix du rouleau pour copier un contingent de chartes : une connaissance de cette forme matérielle utilisée pour d’autres types de texte, particulièrement en milieu monastique et pour les institutions concernées (rouleaux des morts, listes diverses, inventaires ou polyptyques), une hypothétique diffusion de certaines pratiques dans un cadre local et régional. On remarque par exemple que dans la région Occitanie, où les commanderies des ordres militaires font souvent rédiger leur cartulaire sur des rouleaux au XIIe et au XIIIe siècle. On trouve un peu plus de cartulaires-rouleaux pour les Cisterciens pour la même période. Il importe d’essayer de déterminer si l’appartenance à un réseau, à un ordre a pu primer (notamment peut-être via la circulation des hommes et les carrières au sein d’un ensemble institutionnel) ou si des pratiques développées régionalement se sont ancrées durablement. Ces interrogations seront donc à lier aux possibles logiques spatiales des pratiques : il s’agira d’interroger la possibilité de transferts à différentes échelles (éventuels rapports avec l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie où la forme apparaît également), mais aussi l’existence éventuelle de communautés d’usages plus locales, qui pourraient expliquer l’ancrage régional du rouleau dans un large Midi de la France, en Val de Loire et en Normandie.

Un second constat, esquissé dès le montage du projet et confirmé à la suite du travail d’inventaire, a permis de mettre en avant la proportion étonnamment importante de cartulaires-rouleaux rédigés pour contenir des documents relatifs à des dépendances monastiques. La moitié des rouleaux bénédictins, entre le milieu du XIe siècle et le milieu du XIIIe siècle, sont en effet relatifs à des prieurés. Est-ce que le type d’établissement ou peut-être un mode de gestion de l’écrit différent seraient décelables en fonction de l’organisation d’un réseau monastique ? On explorera l’hypothèse d’un recours au rouleau dans le cadre d’un besoin d’organisation des usages de l’écrit ou de circulations de l’écrit entre le centre et ses dépendances. On s’interrogera autant que possible sur la paternité des projets rédactionnels tout en veillant à les éclairer des éléments contextuels évoqués ci-dessus (pratiques au sein d’un réseau, dans une région…). À partir de quel chartrier ces rouleaux relatifs à des prieurés ont-ils été établis ? À partir des documents conservés à l’abbaye ou au prieuré ? On pourra par exemple explorer l’hypothèse de la constitution d’un cartulaire-rouleau pour effectuer l’envoi d’un dossier documentaire (tous les actes relatifs au prieuré ou bien une sélection ?).

En plein essor, le monachisme est alors au cœur des dynamiques sociales et les monastères bénédictins masculins répondent au défi de la gestion du temporel par la mise en place de réseaux de prieurés. Est-ce que la structuration progressive des réseaux monastiques tels que Cluny, Marmoutier ou Saint-Victor de Marseille a pu s’appuyer sur ces nouveaux outils de communication, faciles à réaliser, que sont les rouleaux? Ces remarques invitent à proposer des comparaisons des usages au sein de chaque réseau. Certains réseaux ont-ils in fine favorisé le recours à cet outil documentaire, notamment dans le cadre du processus d’intégration des dépendances?

Indications pour l’appel à communication

Plusieurs propositions seront sélectionnées pour une intervention lors du colloque en fonction de leur adéquation avec l’argumentaire scientifique. En outre, l’équipe ROTULUS se réserve la possibilité de présélectionner certaines de ces propositions pour le colloque final du projet qui aura lieu à Nancy au printemps 2022.

Les organisateurs du colloque, notamment en fonction des éventuelles contraintes liées à la crise sanitaire actuelle et à ses suites éventuelles, se réservent la possibilité de proposer aux intervenants de participer par l’intermédiaire d’une visio-conférence si leur venue à Metz était impossible pour des raisons logistiques et/ou sanitaires.

Envoyez vos propositions avant le 23 octobre 2020

à l’adresse suivante (un titre et un résumé de 250 mots environ) : jean-baptiste.renault@univ-lorraine.fr

Les chercheurs répondant à l’appel à communication sont invités à prendre connaissance des travaux antérieurs menés dans le cadre du projet ANR ROTULUS. Voir notamment le compte-rendu de la journée « Codices et rotuli».

Par ailleurs, l’équipe ROTULUS se tient à leur disposition, le cas échéant, pour leur fournir certaines données nécessaires à leurs études.

Comité de sélection des propositions

  • Sébastien Fray, MCF, Université de Saint-Étienne
  • Claire Lamy, MCF, Université de Paris-Sorbonne
  • Thomas Roche, Directeur, Archives départementales de l’Eure
  • Chantal Senséby, MCF HDR, Université d’Orléans
  • Cécile Treffort, PR, Université de Poitiers

 

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] La preuve : procédures, protocoles, procédés

Pour la 4e année consécutive, l’Association des Doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance (ADCESR) organise à Tours ses Rencontres doctorales pluridisciplinaires. Cette année la journée d’étude portera sur le thème de la preuve à la Renaissance. Elle se tiendra en mai 2021 à Tours (la date sera précisée ultérieurement), au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR).

La redéfinition du champ intellectuel par l’humanisme à partir du Quattrocento entraîne une réévaluation des rapports entre vérité et connaissance. Le raisonnement peut-il, sinon atteindre la vérité, du moins garantir une certitude suffisante ? La précédente édition des Rencontres a montré l’intérêt épistémologique qu’il y a à interroger les rapports du vrai et du faux à la Renaissance. Nous proposons cette année de resserrer ce questionnement autour de la notion de preuve, dans ses élaborations théoriques aussi bien que dans ses mises en œuvre pratiques. En effet, si l’établissement de la preuve est un procédé discursif observable dans tout type d’énoncé, celui-ci prend aussi corps dans des champs pratiques et des cadres institutionnels en transformation au début de l’époque moderne.

La notion de preuve a surtout été thématisée par les historiens du droit et des sciences. Un effort de formalisation des protocoles s’observe en effet à la Renaissance, à travers la multiplication des traités juridiques cherchant à régler l’usage des modi probationum comme dans la métamorphose du statut de l’observation dans les sciences physiques et la médecine. Les discussions autour de l’écriture de la preuve s’inscrivent ainsi dans un ensemble de pratiques professionnelles et institutionnelles qu’il s’agira de mettre en lumière. Le cadre pluridisciplinaire de cette journée d’étude offre l’occasion d’élargir l’examen à l’ensemble des champs du savoir et de la pratique, afin d’analyser la preuve et les modes de son établissement.

La richesse du sujet semble par ailleurs liée à la fonction intermédiaire de la preuve : au moyen de dispositifs qui sont pour la plupart de nature rhétorique, elle consiste autant à construire un consensus qu’à établir la vérité. Cette bivalence est d’autant plus manifeste à la Renaissance, alors que les distinctions entre les disciplines ne sont pas encore fixées. L’extension des champs du savoir entraîne de nouvelles pratiques qui exposent les définitions les plus techniques de la preuve à des usages nouveaux et variés. Les participants pourront s’appuyer sur ces quelques éléments de définition pour orienter leur réflexion autour des pistes suivantes :

Axes

  • Élaborations théoriques de la preuve : comment la notion est-elle définie dans le discours savant des sciences, du droit, de la logique ?
  • Modes d’apport de la preuve : comment les processus probatoires évoluent-ils à l’aube de l’époque moderne ?
  • Influences croisées entre théorie et pratique : quels rapports entretiennent théoriciens et praticiens de la preuve, là où la preuve est à la fois concept et instrument ?
  • Transferts et échanges : les définitions et les usages de la preuve font-ils l’objet d’une circulation entre les différentes disciplines ?
  • Ces usages professionnels débordent-ils leur domaine premier pour s’inscrire dans les transformations du champ social et politique ?

Modalités pratiques

Les propositions de communication de doctorant.es et de jeunes docteur.es devront être envoyées à l’adresse mail de l’ADCESR : asso.doctorants.cesr@gmail.comavant le 22 janvier 2021.

Elles résumeront la communication en 250 mots maximum et seront accompagnées de quelques lignes de présentation (laboratoire, sujet et directeur de recherche).

Les interventions – en français, en anglais ou en italien – dureront vingt minutes et pourront s’inscrire dans tous les domaines d’études de la Renaissance (histoire, histoire de l’art, histoire des sciences et des techniques, histoire du droit et de la médecine, musicologie, littérature, philosophie), sur une période allant de Pétrarque à Descartes.

Le CESR invitera les participants à déjeuner mais le transport et l’hébergement resteront à leur charge.

Comité d’organisation

  • Clément Beuvier (doctorant, CESR/Université de Tours)
  • Sébastien Bujeaud (doctorant, CESR/Université de Tours)
  • Pierre Peresson (doctorant, CESR/Université de Tours)

Comité scientifique

  • Marie-Luce Demonet (PR ém., CESR/Université de Tours)
  • Géraldine Cazals (PR, Université de Rouen)
  • Stéphan Geonget (PR, CESR/Université de Tours)
  • Laurent Gerbier (MC HDR, CESR/Université de Tours)
  • Olivier Guerrier (PR, Université Toulouse II Jean Jaurès)
  • Ki-Won Hong (Professeur invité, Université nationale de Séoul)

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Veille documentaire] Catherine Nicolas et Francesco Montorsi, Veille bibliographique 2017-2020

Catherine Nicolas et Francesco Montorsi, « Veille bibliographique 2017-2020 », Perspectives médiévales [En ligne], 41 | 2020. ; DOI : https://doi.org/10.4000/peme.33568

Lien : http://journals.openedition.org/peme/33568 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Le manuscrit juridique enluminé : espaces et contextes de réception et d’utilisation dans l’Europe médiévale

Le séminaire est enregistré et sera diffusé prochainement sur la page suivante [à venir].

L’atelier vise à exposer les résultats des travaux réalisés par les membres de l’équipe de recherche IUS ILLUMINATUM au cours de la première année d’existence, à faire le point sur ce qui a déjà été fait et à esquisser les futures perspectives d’investigation.Cet événement vise également à livrer un aperçu du développement de la recherche sur les manuscrits juridiques enluminés en Europe, dans le but de réfléchir aux implications méthodologiques et aux défis pratiques et théoriques que cette recherche implique. Lors de cet événement scientifique, diverses études de cas relatives à certaines régions du territoire européen seront analysées à travers une approche interdisciplinaire afin de dépasser les limites et d’ouvrir des pistes de recherche innovantes et fructueuses.

Événement gratuit en mode webinaire via la plateforme Zoom. Pour participer, écrivez à: info@tesorodelduomovc.it 

22 septembre 2020, 10h30-19h30 (heure de Rome) / 9h30-18h30 (heure de Lisbonne)

Programme :


10h30-11h00 Séance d’ouverture
Maria João Branco, Direttrice dell’Instituto de Estudos Medievais – IEM FCSH/NOVAMaria Alessandra Bilotta, IEM-FCSH/NOVA – PI dell’équipe IUS ILLUMINATUM Timoty Leonardi, Direttore Fondazione Museo del Tesoro del Duomo e Archivio Capitolare Giovanni Ferraris, Presidente Società Storica Vercellese

10h00-11h30 Conférence plénière– Un bilancio sul primo anno di attività di ricerca dell’équipe IUS ILLUMINATUM: ricerca, interdisciplinarietà, formazione e divulgazione – Gerardo Boto Varela, Universitat de Girona

Actualités de la recherche de l’équipe IUS ILLUMINATUM

11h45-12h00 : I codici giuridici della Badia Fiorentina – Sofia Orsino, Università di Firenze
12h15-12h30 : Per gli inizi dell’illustrazione del Decretum Gratiani: il codice XXV della Biblioteca Capitolare di Vercelli– Gianluca del Monaco, Università di Bologna
12h45-13h00 : Los manuscritos de las Siete Partidas. Poseedores y mecenazgo – Jorge Prádanos Fernández, Universidad Complutense de Madrid
Pause déjeuner 

14h30-14h45 : Interazione tra testo giuridico e immagine: le iconografie che illustrano i Tres Libri nei manoscritti della Bibliothèque nationale de France – Viviana Persi, Centre d’Histoire Judiciaire, Université Lille 2
15h00-15h15Iluminar una herencia. Documentos de mayorazgo entre el Viejo y el Nuevo Mundo – María Teresa Chicote Pompanin, Durham University – Ángel Fuentes, Universidad Complutense de Madrid
15h30-15h45Iconographies juridiques dans les illustrations du livre imprimé en Pologne au XVIe siècle – Arkadiusz Adamczuk, Biblioteca Universitaria dell’Università Cattolica di Lublino “Giovanni Paolo II”
Pause café 

16h15-16h30 : La diagnostica a supporto dello studio dei manoscritti: casi di studio della Biblioteca Capitolare di Vercelli – Maurizio Aceto, Dipartimento di Scienze e Innovazione Tecnologica dell’Università del Piemonte Orientale 
16h45-17h00Il reimpiego di manoscritti in legature: casi di studio in Piemonte – Silvia Faccin, Biblioteca Capitolare di Vercelli
17h15-17h30L’araldica nei manoscritti giuridici miniati: bilancio di un anno di attività di ricerca interdisciplinare – Miguel Metelo de Seixas, IEM-FCSH/NOVA – Maria Alessandra Bilotta, IEM-FCSH/NOVA
17h45-18h00 : Miniare il Diritto: lo studio e la valorizzazione dei manoscritti giuridici miniati della Biblioteca Capitolare di Vercelli – Maria Alessandra Bilotta, IEM-FCSH/NOVA – Timoty Leonardi, Biblioteca Capitolare di Vercelli

Conclusions

Organisation:
Instituto de Estudos Medievais (IEM-FCSH / NOVA)

Oficina de investigação IUS ILLUMINATUMFondazione Museo del Tesoro del Duomo e Archivio Capitolare di Vercelli Società Storica VercelleseInstituto Português de Heráldica (IPH)Coordination scientifique : Maria Alessandra BilottaComité d’organisation : Maria Alessandra Bilotta; Timoty Leonardi

Contacts : iem.geral@fcsh.unl.pt, maria.bilotta@fcsh.unl.pt, timoty.leonardi@tesorodelduomovc.it.
Site Web de l’équipe de recherche IUS ILLUMINATUM : http://iusilluminata.fcsh.unl.pt

 

Source: RMBLF.be

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Formation] Séminaire de Master: Analyse des groupes sociaux et prosopographie (Thierry Kouamé)

Séminaire de Master (module UE 1, séminaire secondaire), sous la responsabilité de Thierry Kouamé, ouvert à tous les étudiants des masters d’histoire de Paris 1 et aux autres étudiants qui en feront la demande à thierry.kouame@univ-paris1.fr

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi, de 14 h à 16 h, en salle Perroy.

La prosopographie est l’étude d’un groupe social (communauté, institution, statut, profession, etc.), à partir des relations interpersonnelles des membres qui le composent. Cette méthode ne se réduit donc pas à l’étude statistique d’une population, mais consiste à mettre en relation tous les parcours biographiques de ses individus. La prosopographie a renouvelé l’histoire des groupes sociaux en les soumettant à une analyse sociologique et en révélant les mécanismes occultes de leur genèse et de leur fonctionnement.

Ce séminaire a pour but d’initier les étudiants de master aux techniques indispensables à la maîtrise de cet outil d’analyse historique : on abordera les problèmes posés par la construction de l’objet, le choix de la source et l’identification des personnes, jusqu’à la réalisation de la notice prosopographique et de la base de données (séances de méthodologie), tout en étudiant des travaux réalisés ou en cours (séances de recherche).

Programme de l’année 2020-2021 (ici en PDF) :

16 octobre – Méthodologie : La prosopographie, histoire et méthode

13 novembre – Recherche : Prosopographie des notables

27 novembre – Méthodologie : Les sources de la prosopographie

11 décembre – Recherche : Genre et prosopographie

15 janvier – Méthodologie : L’identification des personnes

29 janvier – Recherche : Prosopographie de l’État

12 février – Méthodologie : La notice prosopographique

5 mars – Recherche : Crime et prosopographie

19 mars – Méthodologie : La construction d’une base de données

2 avril – Recherche : Prosopographie et réseaux

16 avril – Méthodologie : L’analyse sociologique des groupes

Source: Les carnets du LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Financement] « Bourses » scientifiques de la Casa de Velázquez 2021 (limite : 9 oct.)

Conformément au décret du 10 février 2011 relatif aux Écoles françaises à l’étranger (art. 25) et au règlement intérieur de l’établissement (art. 14), les « bourses » scientifiques sont des aides spécifiques accordées à des étudiants. Destinées à de jeunes chercheurs doctorants  dont les travaux nécessitent un séjour dans la péninsule Ibérique.

  Aides spécifiques
(« Bourses« )
Public Chercheurs doctorants dont les travaux nécessitent un séjour
court en péninsule Ibérique.
Profil du candidat Etre inscrit en doctorat et
présenter un projet de recherche se rapportant à l’un des domaines de compétence de
l’établissement
Condition d’âge Être majeur
Conditions de nationalité Aucune
Durée 1 à 3 mois consécutifs
  Consulter les conditions générales d’attribution
Campagne Ouvertes jusqu’au 9 octobre 2020 à 13 heures (Heure de Madrid)
Candidatures Accéder au portail de candidatures
 

Source: Site de la Casa de Velázquez

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts