Tous les articles par Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

[Formation] Documenter et contraindre une édition XML-TEI via le format ODD (“One Document DOes IT All”)

Fin mai 2021 se tiendra une formation à ODD (langage de schéma pour XML TEI) issue d’un partenariat entre les laboratoires lyonnais HiSoMA et CIHAM et le consortium COSME2. Celle‑ci se déroulera sur deux matinées (9 h -13 h) les 21 et 28 mai 2021, en visioconférence.

Cette formation est gratuite et ouverte aux chercheurs et chercheuses, aux étudiants et étudiantes de master et aux ingénieur. e. s travaillant sur des projets d’éditions numériques. Pour un meilleur suivi des participants et participantes, nous n’accepterons qu’un nombre limité de candidatures, de l’ordre d’une douzaine. Une bonne connaissance de la TEI et une familiarité avec ses guidelines sont attendues pour pouvoir participer à la formation. Vous trouverez à l’adresse suivante une présentation détaillée du programme et des modalités d’inscription : https://tei-odd-2021.sciencesconf.org

Si vous êtes intéressé.e, vous pouvez vous inscrire avant le lundi 12 avril 2021 à l’adresse suivante : https://tei-odd-2021.sciencesconf.org/registration. Vous devrez fournir un CV synthétique, une lettre de motivation, ainsi qu’un exemple ponctuel d’encodage de votre projet de recherche (représentant un choix d’édition ou un problème de modélisation soulevé par un exemple).

Pour toute question, n’hésitez pas à contacter le comité d’organisation de la formation: Matthias Gille Levenson (CIHAM, EHEHI), Emmanuelle Morlock (CNRS, HiSoMA), Sarah Orsini (HiSoMA) et Ariane Pinche (CIHAM) via l’adresse tei-odd-2021@sciencesconf.org.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Colloque] Fonctions des cartulaires-rouleaux : approches sociales et contextuelles d’un genre documentaire, 25-26 mars

Colloque du projet ANR JCJC ROTULUS, organisé par le CRULH (EA 3945 – Université de Lorraine)

En visio-conférence : à ce lien.

Le fait qu’on ait parfois choisi la forme en rouleau pour rédiger des cartulaires interroge les médiévistes. Le choix de cette forme matérielle se faisait-il en fonction de possibles vocations ou missions spécifiques pour ces recueils ?

Au cours du travail d’inventaire des cartulaires-rouleaux médiévaux conservés en France, mené dans le cadre du projet ANR ROTULUS, l’examen statistiques a permis de commencer l’exploration de premières hypothèses en ce sens. Après Poitiers (mai 2019) puis Angers (nov. 2019), cette troisième rencontre du projet est l’occasion d’examiner, à travers des approches multiples, deux possibles usages spécifiques.

Un usage récurrent, qui fera l’objet de la première session du colloque, consiste en la compilation de documents par les établissements monastiques, dans le cadre de la gestion domaniale ou l’organisation d’un réseau institutionnel monastique. En effet, de nombreux cartulaires-rouleaux sont relatifs à des dépendances, des unités domaniales voire parfois des offices monastiques. En articulation avec la production et la conservation des autres écrits (chartes et cartulaires-codices) et leur localisation, une réflexion sera menée sur le lieu de production du cartulaire-rouleau, ses potentiels usages qu’il conviendrait de localiser ou contextualiser et sur de possibles envois documentaires qui auraient été réalisés par le truchement d’une compilation en rouleau.

Le second usage souvent privilégié mis en évidence est d’avoir recours à la forme en rouleau pour constituer des dossiers plus ou moins importants en lien avec des conflits ou des situations qui nécessitent de l’institution commanditaire du recueil un effort en vue d’une défense particulière. La forme en rouleau, en ce cas, aurait pu être choisie en vertu des possibilités qu’elle présentait : une possible lecture performative, s’accompagnant de gestes précis (dérouler d’une main, ré-enrouler de l’autre…) ou la perspective d’un déroulement complet, en certains cas, pour procéder à l’ostension d’une série de documents ou, encore, une fonction d’aide-mémoire à usage interne.

 

Programme :

Jeudi 25 mars

9h30-10H15

  • Mot d’accueil par Christine BARRALIS (MCF Université de Lorraine – CRULH)
  • Jean-Baptiste RENAULT (IE CRULH – Université de Lorraine), L’usage du rouleau dans le monde monastique et canonial : premiers résultats de l’inventaire des cartulaires-rouleaux conservés en France.

Les cartulaires-rouleaux des établissements réguliers : gestion domaniale et organisation des réseaux institutionnels

10h30-12h00 : présidence : Léonard DAUPHANT (MCF Université de Lorraine – CRULH)

  • Paul-Henri LÉCUYER (chargé d’études documentaires, Archives départementales de Maine-et-Loire)Les cartulaires-rouleaux de l’abbaye Saint-Florent de Saumur et ses prieurés (XIe-XVe siècles).
  • Chantal SENSÉBY (MCF HDR, Université d’Orléans), Codex, pancartes et rouleaux : choix documentaires en Val de Loire (XIe-XIIIe siècles).
  • Tamiko FOURNIER-FUJIMOTO (docteur, Université de Caen – CRAHAM), Le rouleau de Saint-Etienne de Caen relatif à Cambes et Hérouville (XIIe siècle).

Après-midi : présidence : Timothy SALEMME (maître-assistant, Université de Luxembourg)

13h30-14h30

  • Yingxin LUAN (doctorante, EHESS), L’inventaire-rouleau des franciscains de Rouen (XIIIe siècle) : un outil de gestion interne.
  • Louise GENTIL (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Università degli studi di Milano)Tracer un territoire : rouleaux et codex cisterciens de l’abbaye de Chiaravalle milanese.

14h45-15h45

  • Hubert FLAMMARION (chercheur associé CRULH – Université de Lorraine)Les rouleaux-dossiers des abbayes d’Auberive et de Septfontaines.
  • Marlène HELIAS-BARON (IR, IRHT-CNRS)Les rouleaux de Chaalis : des documents polymorphes pour des usages multiples (XIIIe –XVe siècle).

Vendredi 26 mars

Le rouleau, dossier de défense ou dossier relatif à un conflit

9h00-10h45 : présidence : Laurent MORELLE (directeur d’études EPHE)

  • Simone ALLEGRIA (professeur associé SAF – Istituto centrale per la patologia degli archivi et del libro, Roma)Il rotolo 3 dell’archivio capitolare di Arezzo: tra testo e contesto.
  • Stéphane LAFAYE (chercheur associé CRIHAM – Université de Limoges)Affaires limousines de la fin du XIe siècle : un fragment de rouleau à charge extrait des archives de Cluny.
  • Cécile TREFFORT (PR Université de Poitiers – CESCM)Chanoines contre religieuses : un cartulaire-dossier en rouleau, le « Testament de sainte Radegonde » (XIIe siècle).

11h00-12h00 : présidence : Elodie PAPIN (IE CRULH – Université de Lorraine)

  • Sébastien FRAY (MCF Université de Saint-Étienne – IRHIM)Entre enquête et recueil de documents, le cas du rouleau d’Aurillac (XIIIe siècle).
  • Nicolas RUFFINI-RONZANI (UCLouvain / UNamur)Les rouleaux dans la procédure judiciaire : les « dossiers » de l’abbaye Saint-Aubert de Cambrai (XIIIe – XVe siècles).

Conclusions, par Sébastien BARRET (chargé de recherches, CNRS – IRHT)

13h00 Fin du colloque

 

Source: ROTULUS via RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[AAC] On the Way to the Future of Digital Manuscript Studies (Lim. 10 mai)

On 27-29 October 2021, the ERC Project PASSIM (Patristic Sermons in the Middle Ages, Radboud University Nijmegen) will organize the International Workshop On the Way to the Future of Digital Manuscript Studies.

The Workshop

Over the last decades, the ability to exploit digital potential has radically impacted research in the field of manuscript studies. From the most basic facilities, such as the increasing availability of digitized images and documents, to sophisticated attempts at automatizing the entire process of critical editing, the development of digital tools is extraordinary: it has created unprecedented opportunities to mine the data, achieve innovative results, and display them, in ways which previously could only be imagined.In such a dynamic context, the number of valuable enterprises continues to grow: the time is ripe for a consideration of the achievements already obtained, and of the foundations that our current work is laying for long-term development of the field. Through the organization of this workshop, the ERC Project PASSIM seeks to provide an occasion to pursue this goal.

The meeting aims at gathering scholars who engage in groundbreaking projects in the field of digital manuscript studies. We want to bring together colleagues who work from methodological and theoretical perspectives with those who apply digital techniques to specific subjects, and thus to facilitate fruitful interactions between bottom-up and top-down approaches. The conference environment will be designed to stimulate dialogue and knowledge exchange: we consider cooperation, interoperability and integration at the largest scale as essential to realize the potential of digital manuscript studies, and to help each other in the search for a dynamic, secure and cooperative future for the field.

Early career scholars and scientists (Ph.D. and Post-Doc) are particularly encouraged to apply, as we will reserve some lecture-spots specifically for this group.

Scientific Committee: Mariken Teeuwen (Utrecht Universiteit – Huygens ING-KNAW), Olivier Hekster (Radboud Universiteit – KNAW), Shari Boodts (Radboud Universiteit), Gleb Schmidt (Radboud Universiteit), Riccardo Macchioro (Radboud Universiteit).

Confirmed Speakers include Marjorie Burghart, Mike Kestemont, Thomas Köntges, Inka Moilanen, Elena Pierazzo, Matthieu Pignot, Philipp Roelli, Dominique Stutzmann, Mariken Teeuwen, Anne-Marie Turcan-Verkerk, Martin Wallraff.

The Papers: Scientific issues involved

Among many others, three key areas are crucial for the advancement of digital manuscript studies: 1) the contribution of research projects with a specific goal to the field as a whole; 2) the capacity to expand their (web)application(s) to other disciplines rooted in textual source-material (such as history, philology, cultural studies, and more), and vice-versa; 3) the challenges entailed in developing and implementing common/universal standards and data models (e.g. for data structuring, storage, and interoperability), which is a need becoming more and more crucial within such a quickly evolving domain.

We welcome papers that, taking into account this overall framework, engage in the manifold challenges launched by Digital Manuscript Studies through a wide range of perspectives, methods and approaches. The main focus of the contributions can be on the scholarly problems, as well as on the technical issues involved.

Possible topics include (without being limited to):

Digital approaches to historical phenomena: evaluation of the social impact of a given literary corpus; the reconstruction of disintegrated manuscripts; the digital restoration of dispersed medieval libraries; how digital frameworks enhance the study of the interaction between the materiality of manuscript objects and intellectual concepts like content and organization.

Data management, sustainability, interoperability: construction of big repositories of searchable metadata; the building of shared standards to encode metadata on manuscripts; networking, sustainability of structuring standards, interoperability and reusability of the data accumulated.

Digital stemmatology: translation of stemmatic principles into reception studies; approaches to stemmatology from a digital point of view; automatic grouping of manuscripts; approaches to overabundant manuscript traditions by means of automatic collation tools.

Computational approaches: deep learning and/or machine learning techniques for computational analysis (script identification, full-text analysis, authorship attribution, …); search for a balance between accuracy, exhaustivity, and serendipity, while programming and processing computational-statistical analysis; development and employment of OCR transcription tools.

Interaction between the machine and the human scholar: harmonization of (digital) phylogenetics with the exigency of a not (too) mechanic evaluation of the data; strategies to evaluate and classify the results obtained by launching queries on huge amounts of data.

Visualization strategies and tools: interpretation of the results of overarching queries; representation of connections between complex objects such as collections of texts; innovative digital editions.

Practical information

Abstract submission. Presentations will be approx. 25 minutes long, followed by discussion. Please send your paper proposal, consisting of an abstract of ca. 350 words and a concise CV (max. 1 page), to Riccardo Macchioro (r.macchioro@let.ru.nl) and Gleb Schmidt (gleb.schmidt@ru.nl) before 10 May 2021. Acceptance will be communicated by 15 May 2021. More practical information will follow when your abstract is accepted.

The workshop will be held on 27-29 October 2021, either on location in Nijmegen (ideally), in a hybrid form, or online depending on the development of the Covid-emergency. Board and lodging expenses will be borne by the Organization; unfortunately, we are unable to guarantee coverage of travel costs at this time.

Proceedings. We plan to publish the Proceedings as quickly as possible after the workshop as a volume or special issue of a relevant journal; they are intended as a state-of-the-art portrait of current achievements and potential, as well as a valuable tool for those trying to find their way in the field.

Please do not hesitate to contact us for any questions and further information:

Riccardo Macchioro (r.macchioro@let.ru.nl) – Gleb Schmidt (gleb.schmidt@ru.nl)

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Anthropologie économique de l’Occident médiéval

Séminaire dirigé par Laurent Feller.

Les mercredis en quinzaine, salle Perroy 15 h 00 – 17 h 00.

Programme des séances :

  • 6. Mercredi 20 janvier, Cédric QUERTIER (CNRS-Lamop) : Guerres et richesses d’une nation : les Florentins à Pise au 14e siècle.
  • 7. Mercredi 3 février, Skarbimir PROKOPEK : Les usages de l’argent à Gênes au Moyen Âge
  • 8. Mercredi 17 février : Laurent FELLER, 1. Le travail des femmes à la campagne au Moyen Âge (fin). 2. Le village des historiens (fin).
  • 9. Mercredi 3 mars, Anne-Laure ALARD : La reconstruction du Vexin français
  • 10. Mercredi 17 mars : Thomas LABBÉ : Climat et crises de la fin du Moyen Âge
  • 11. Mercredi 31 mars : Denise BEZZINA (Centre Roland Mousnier) : Artisans et artisanat à Gênes aux 12e et 13e siècle.
  • 12. Mercredi 5 mai : Laurent FELLER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Mesurer la valeur des choses au Moyen Âge.
  • Mercredi 19 mai : Laurent FELLER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Travail et richesse au Moyen Âge.

Source: Les carnets du LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] Des sources à saisir : temporalités et usages des sources à la marge (lim. 21 février)

Les sources représentent le support de toute entreprise de recherche en sciences humaines et sociales. Elles désignent l’ensemble des documents sélectionnés par le chercheur qui lui permettent de construire et étayer son discours scientifique, en tant qu’ils permettent l’émission d’hypothèses ou qu’ils apparaissent comme des preuves permettant de les confirmer ou de les réfuter[1]. Dans un souci d’objectivité et de scientificité, le chercheur croise ses sources et en questionne aussi bien le contenu que la forme, multipliant ainsi ses approches méthodologiques. Parmi ces sources, certaines semblent a priori insaisissables ou à la marge du fait de leur nature et des usages particuliers qu’elles supposent. Pourtant, les traces orales, sonores, visuelles, éphémères, rares et uniques nous proposent, pour toutes les périodes historiques, de nouvelles réflexions et interprétations des passés et de la manière dont ils nous parviennent. Ainsi, cette rencontre organisée entre les jeunes chercheurs de l’École nationale des chartes et de l’École pratique des hautes études se propose-t-elle d’interroger ces sources à saisir au prisme de leurs temporalités multiples, des moyens et des méthodes qu’elles supposent. Le caractère insaisissable de ces sources peut leur être intrinsèque – ainsi en est-il de l’éphémère ou de la source immatérielle. Mais il peut aussi être le fait des différences d’usage qu’implique l’inscription de la source dans des temporalités diverses, et notamment de la divergence des regards que portent sur elle les hommes du passé et les chercheurs. Ces usages sont historiquement situés et constituent un marqueur du rapport particulier d’une société à sa propre histoire. Il s’agit, en outre, de questionner les outils et les méthodologies auxquels ces derniers peuvent recourir pour les saisir ou, autrement dit, les définir, les collecter, les appréhender, les comprendre et les exploiter.

L’histoire se définit comme discipline scientifique au XIXe siècle en fondant sa légitimité sur l’étude de la source écrite. Ce n’est que tardivement que les sources orales sont invoquées dans le paysage historiographique états-unien, anglais, puis français au début du XXe siècle[2]. Ces sources peuvent être orales par leur nature même – lorsqu’elles sont le fruit d’enregistrements – ou, pour des périodes plus anciennes notamment, prendre la forme d’une trace écrite ou visuelle derrière laquelle l’oralité est parfois perceptible. Dans ce second cas, tout le travail de l’historien consiste à croiser des sources de types différents afin de saisir une culture orale disparue[3]. Quant aux sources issues d’enregistrement, elles demeurent longtemps l’apanage des ethnologues, sociologues, géographes et historiens de la culture populaire[4], avant d’intéresser, à partir des années 1970-80, les institutions, les administrations, les ministères ou les associations[5]. L’oralité pose néanmoins des problèmes d’objectivité, de juridiction et d’éthique, en tant qu’elle pose la question de la variabilité et de la subjectivité du témoignage (lui-même provoqué ou non) et celle des collecteurs et conditions de collecte (enregistrement, vidéo) qui dépendent de la pérennité ou de l’obsolescence des outils techniques employés (magnétophone, caméra, outils numériques et informatiques). L’ajout de l’image au son a, en outre, permis d’apporter des connaissances factuelles sur l’environnement du témoin, sur sa personnalité et sur les conditions de son témoignage et ainsi « d’affiner la “critique de sincérité” appliquée aux témoins[6] ». Ces sources orales, sonores et audio-visuelles, se doivent d’être analysées avec un certain recul critique à l’aune d’un système de référentiels[7] qui garantira une certaine « stabilité[8] » des documents de travail.

À ces sources s’ajoutent, au rang des sources à saisir, les éphémères, que John E. Pemberton définit en 1971 comme des « documents dont la production est liée à un événement particulier ou à une question d’actualité, et qui ne sont pas destinés à survivre aux circonstances de leur message[9] », et que Nicolas Petit rapproche de l’occasionnel et du « non-livre » puisqu’ils ne sont pas destinés à passer à la postérité mais bien plutôt, en tant qu’« imprimés jetables[10] », à être détruits ou recyclés[11]. Il peut s’agir de documents volants (prospectus, tracts), ou de l’ordinaire (journaux, faire-part, cartes postales, almanachs mais aussi affiches ou graffitis). Scripturaux quoique liés à l’oralité, les éphémères troublent le chercheur puisqu’ils programment par essence « [leur] propre oubli[12] ». Néanmoins, force est de constater que malgré leur évanescence, les éphémères témoignent massivement de la culture visuelle, de la vie sociale et des soulèvements populaires dans un temps et un espace donnés. Par des choix de collecte, de conservation, d’archivage et de catalogage, certains éphémères se patrimonialisent[13]. Ces fossiles d’éphémères sont issus d’une sédimentation opérée par ceux qui sont à l’origine de cette patrimonialisation (collectionneurs, archivistes…) : le message immédiat est cristallisé et les chercheurs peuvent le saisir, modifiant son horizon temporel. À l’heure du numérique, une réflexion doit également être menée sur les moyens contemporains des chercheurs pour collecter et conserver la trace de nouveaux éphémères, instantanés et dématérialisés – comme les tweets ou stories des réseaux sociaux – et qui constituent toujours une source féconde pour écrire une histoire politique et sociale.

Enfin, ces sources à saisir peuvent se définir par leur rareté, voire leur caractère unique. Ainsi, certaines sources tiennent-elles leur rareté du fait qu’elles ont été particulièrement confrontées à la destruction accidentelle ou intentionnelle. Sans pour autant trahir une mauvaise intention, c’est plutôt l’évolution du rapport des hommes à leurs documents que révèlent ces actions de destruction, dont résulte un paysage documentaire parcellaire que l’historien peine à rendre intelligible. D’où la nécessité pour le chercheur, au-delà des biais suscités par les aspects quantitatifs, de se poser la question de la raison de la conservation des sources auxquelles il s’intéresse. La source rare ou unique peut aussi l’être parce qu’elle a été conçue pour être unique dans sa forme ou pour être originale dans sa conception. Il faut alors tenter de ressaisir l’intention perdue des hommes du passé, voire de reconstruire la raison de documents parfois délaissés[14]. Ces sources peuvent par conséquent surprendre le chercheur autant qu’elles le désarment. Marginales tant par leur forme que leur contenu, elles sont parfois le fruit de découvertes fortuites[15], des rescapées de la destruction ou des accidents de conservation, et contrastent avec notre « obsession contemporaine de la conservation[16] » où tout est désormais susceptible de devenir un objet patrimonial.

En s’appuyant sur ce corpus de sources à saisir – dont la définition n’est ici volontairement pas exhaustive – et sur les problématiques temporelles et méthodologiques qu’elles soulèvent, cette journée d’étude invite les jeunes chercheurs à exposer, à partir de leurs travaux, leurs propres sources à la marge, leurs approches scientifiques et leurs utilisations des outils méthodologiques pour s’en saisir. Quels ont été les critères de définition, de sélection et de hiérarchisation de son corpus de sources ? Quelle proportion occupent les sources à la marge dans ce corpus ? Peuvent-elles se substituer complètement aux sources textuelles ou nécessitent-elles un croisement des sources ? Le jeune chercheur doit-il élaborer une nouvelle grille de lecture, un nouveau questionnaire et de nouveaux outils méthodologiques pour les définir, les collecter, les appréhender et les exploiter ? Quel rôle les sources à la marge ont-elles joué dans la problématisation de leur objet d’étude ? Ont-elles déconstruit des a priori et sont-elles à l’origine de remises en perspective de sujets de recherche ? Peuvent-elles être un objet d’étude en soi pour pallier les manques de l’histoire sociale minoritaire ? Comment les humanités numériques peuvent-elles contribuer à intégrer les sources à la marge dans l’écriture des sciences sociales ? A contrario, quel rôle peut avoir l’évolution des outils numériques pour saisir les sources à la marge et quels problèmes cela pose-t-il ?

Cette journée d’étude interdisciplinaire s’adresse à tous les jeunes chercheurs, masterants ou doctorants, issus de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, de la littérature et des langues, sans restriction temporelle ou géographique. Elle se tiendra le 23 juin 2021 à l’École nationale des chartes. Les propositions de communication doivent comprendre un titre et un résumé (350-500 mots en anglais ou en français), une brève bio-bibliographie et des informations de contact. Elles doivent être envoyées au plus tard le 21 février 2021 à l’adresse : chroniques.chartistes @ chartes.psl.eu

Le comité d’organisation répondra aux propositions avant le 1er mars 2021. Une aide financière peut être proposée aux participants afin de couvrir les frais de voyage et d’hébergement dans la mesure du possible. La publication d’un volume des actes de la journée est prévue.

Comité d’organisation sous le comité scientifique de Christine  Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’École nationale des chartes : Émilien Arnaud (ENC), Juliette Curien-Mangel (ENC), Lucence Ing (ENC, ED 472 – Centre Jean Mabillon), Mélisande Krypiec (ENC), Camille Napolitano (EPHE, ED 472, EA 7347) et Loïc Pierrot (ENC/ENS).


[1] Se référer aux actes des journées d’études Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire, organisées les 28 et 29 octobre 2020 au Campus Condorcet et à l’École nationale des chartes. [2] Descamps Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Institut de la gestion publique et du développement économique, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, p. 29-147. [3] Voir notamment Waquet Françoise, Parler comme un livre. L’oralité et le savoir (XVIe-XXe siècles), Paris, Albin Michel, 2003 ; Corbin Alain, Les Cloches et la terre : paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994 ; de manière plus générale, se référer au développement du mouvement des sound studies décrit dans Le Guern Philippe, « Sound studies. Sons de l’histoire et histoires du son », Revue de la BNF, 2017/2 (n°55), p. 21-29. [4] Waquet Françoise, op. cit. p. 8. [5] Songeons, notamment, au Act Up Oral History Project débuté en 2002. Voir également Descamps Florence, « Et si on ajoutait l’image au son ? Quelques éléments de réflexion sur les entretiens filmés dans le cadre d’un projet d’archives orales », La gazette des archives, n°196, 2004, p. 95-122, p. 95-96. [6]Ibid. [7] Descamps Florence, « Archives orales et histoire des organisations », Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 151 | 2020, mis en ligne le 09 juillet 2020, consulté le 09 novembre 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.3921 [8] Waquet Françoise, op. cit., p. 27. [9] Belin Olivier et Ferran Florence, « Les éphémères, un continent à explorer », dans Belin Olivier et Ferran Florence Les éphémères, un patrimoine à construire, Fabula/Colloques, 2016 [En ligne], mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 12 novembre 2020. URL : https://www.fabula.org/colloques/document3097.php [10] John Lewis, Collecting printed ephemera (1976) cité dans Ibid.[11] On sait que certains éphémères, mis au rebut, ont été utilisés pour renforcer des plats de reliures dont la restauration a permis la mise au jour. [12] Petit Nicolas, L’éphémère, l’occasionnel et le non-livre (xve-xviiie siècles), Paris, Klincksieck, 1997, p. 16. [13] Belin Olivier et Ferran Florence, « Le fonds Deloyne… », dans Belin Olivier et Ferran Florence Les éphémères, un patrimoine à construire, op. cit. [14] C’est ainsi, par exemple, que le projet interdisciplinaire POLIMA (« Pouvoirs des listes au Moyen Âge »), lancé en 2014, s’attache à étudier l’écriture médiévale des listes en tentant de caractériser des formes de classement du savoir et de contribuer à une histoire des rationalités pratiques et intellectuelles.
[15] On pense notamment aux inscriptions du menuisier Joachim Martin sous le plancher du château de Picomtal dans les Hautes-Alpes, retrouvées au début des années 2000 à l’occasion de travaux de rénovation, qui constituent pour l’historien une forme de témoignage unique de la vie quotidienne d’une société villageoise montagnarde au début de la IIIe République (Boudon Jacques-Olivier, Le plancher de Joachim. L’histoire retrouvée d’un village français, Paris, Belin, 2019).
[16] Morsel Joseph, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents, Société des études médiévales du Québec, 2000, p. 4.

 

Source: Calenda.org

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Seminar in the History of the Book 2021, Bodleian Libraries

Seminar in the History of the Book, Hilary Term 2021
Fridays at 2:15pm (GMT)

On-line: register to receive a link to each meeting, by e-mail to: bookcentre@bodleian.ox.ac.uk

Conveners: Cristina Dondi (Lincoln College, Oxford) and Alexandra Franklin (Bodleian Centre for the Study of the Book)

Due to limited space (even online), registrations for the live events will be honoured in the order received.

Presentations will be recorded if the speaker has granted permission, and in that case will be available a few weeks after the date of the seminar.

Programme :

Friday, January 22
Matthew Payne (Keeper of the Muniments, Westminster Abbey)
‘Follow the Money: Wynkyn de Worde, Jacques Ferrebouc and the Bardi’

Friday, January 29: Special session at 5:00pm GMT
Goostly Psalmes in Oxford and New Haven
Henrike Lähnemann (Faculty of Medieval and Modern Languages, University of Oxford)
‘Translating, Singing, Printing the Reformation. The Queen’s College Sammelband with Myles Coverdale’s Goostly Psalmes’
With a showing of The Queen’s College copy and the Bodleian and Beinecke fragments
Kathryn James (Beinecke Library, Yale University); Matthew Shaw (The Queen’s College, Oxford); Sarah Wheale (Bodleian Libraries, Oxford)

Friday, February 5
Francesco Guidi-Bruscoli (University of Florence)
‘The Borromei’s trade unveiled: digging for information in fifteenth-century account-books’

February 12 – No seminar

Friday, February 19
Alessandro Bianchi (Bodleian Libraries, Oxford)
‘Hidden in plain sight. Printed books from the Japanese Mission Press in the Bodleian Collections’

Friday, February 26
Kanupriya Dhingra (SOAS, University of London)
‘Streets and Serendipity: “Locating” Daryaganj Sunday Patri Kitab Bazar’

Friday, March 5
Benjamin Wardhaugh (University of Oxford)
‘Hunting for readers in sixteenth-century editions of the works of Euclid’

Friday, March 12
William Stoneman  (Cambridge, MA)
‘Buying Incunabula at Gimbel Brothers Department Store: A Curious Chapter in the History of American Book Collecting’

Source : Bodleian Libraries via RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Séminaire des médiévistes du CIHAM

Coordonné par Nicolas CARRIER (Lyon 3), le séminaire des médiévistes réunit les membres du laboratoire et les masterants tous les quinze jours durant le deuxième semestre, de 9 h 30 à 12 h 30.

Organisé autour d’un invité ou de membres du CIHAM, ouvert à tout public, ce séminaire est un lieu de rencontre entre historiens, archéologues et littéraires spécialistes de l’époque médiévale.


JEUDI 28 JANVIER 2021

Damien LABADIE, Robin SEIGNOBOS

JEUDI 11 FÉVRIER 2021

Sébastien DOUCHET

JEUDI 25 FÉVRIER 2021

Gian Luca POTESTÀ

JEUDI 29 AVRIL 2021
 
 
Plus d’informations sur la page du séminaire

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Séminaire de latin médiéval. Poésie et politique à l’époque carolingienne: lecture et analyse des Gesta Berengarii imperatoris

Responsable : Frédéric Duplessis (MCF, ENS de Lyon)

Les Gesta Berengarii imperatoris sont un panégyrique en vers composé vers 916 en l’honneur de Bérenger Ier d’Italie. Ce poème anonyme est une des principales sources narratives à la disposition des historiens pour retracer les événements politiques survenus en Italie du nord entre 888 et 915. À travers l’analyse de la trame générale du panégyrique, la traduction de certains passages-clefs de cette œuvre et la confrontation de ces passages avec d’autres sources contemporaines (notamment l’Antapodosis de Liudprand de Crémone, les annales de Fulda et le Chronicon de Réginon de Prüm), l’enjeu de ce séminaire est d’étudier le traitement de la matière historique dans ce poème épidictique du Xe siècle et de montrer, en retour, comment les historiens peuvent utiliser une telle source littéraire.

Ce séminaire est ouvert aux étudiants de M1, de M2 et aux doctorants. Les latinistes débutants sont les bienvenus.

Programme [docx]


Horaire : jeudi de 11h à 13h du 18 janvier au 7 mai 2021. 

Lieu : ENS de Lyon – en distanciel 

Merci d’écrire à frederic.duplessis@ens-lyon.fr pour assister au séminaire.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Le médiévalisme – Des usages contemporains du Moyen Âge

Organisé par Aude Mairey, Directrice de recherche (LaMop – CNRS/Paris 1).

Depuis quelques décennies, le médiévalisme, que l’on peut définir à la suite de Louise d’Arcens comme « la réception, l’interprétation ou la recréation du Moyen Âge européen dans les cultures post-médiévales », est devenue une discipline à part entière, d’abord dans les pays anglophones puis dans l’ensemble de l’Europe occidentale (pour ne s’en tenir qu’à elle). Le champ est vaste : de Victor Hugo à J.R.R. Tolkien, de la recréation d’une architecture néo-gothique aux jeux vidéos populaires, de l’anneau de Jeanne d’Arc à la reconstitution de batailles médiévales, les usages contemporains du Moyen Âge sont nombreux – littéraires, cinématographiques, ludiques, mais aussi politique… Pourtant, alors que nos collègues littéraires ont été les premiers à s’emparer de ce champ au sein du monde universitaire, cela n’a pas été le cas (ou à peine) pour les historiens. Ce séminaire se propose donc d’envisager, en complémentarité avec les autres disciplines, tant l’histoire du médiévalisme que la diversité de ses usages actuels.

Il portera cette année sur les rapports entre le médiévalisme et l’Orient.

Les séances sont ouvertes à tous et se tiendront si possible le vendredi de 14h à 16h en salle Perroy, à la Sorbonne. Une tenue par Zoom est de toute façon prévue. Si vous souhaitez y assister, inscrivez-vous à l’adresse suivante : aude.mairey@univ-paris1.fr.

Télécharger le programme au format PDF.

 

Programme 2020-2021 (2nd semestre) :

5 février 2021 – Annliese Nef (Université Paris 1), « Des usages contrastés du passé islamique de l’Europe ».

12 mars 2021 – Florian Besson (agrégé et docteur en histoire), « “À l’est, tout était différent”. L’Orient de Game of Thrones, monde d’altérités ».

26 mars 2021 –  William Blanc (EHESS), « Comme un samouraï. Figure du guerrier dans le cinéma et les manga japonais de l’Après-Guerre ».

9 avril 2021 – Yohan Chanoir (EHESS), « Un Moyen Âge plastique ? Le médiévalisme des cinémas chinois ».

14 mai 2021 – Catherine Richarte (INRAP), « Médiévalisme, modernité des usages et renouvellement des connaissances sur le Moyen Âge. Quelques allégations revues à travers le prisme de l’archéologie ».

28 mai 2021 – Benoît Grévin (EHESS), « Un médiévalisme très oriental : les Hongrois et la pensée de l’origine asiatique ».


Source: LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Codicologie quantitative & sociologie du livre médiéval. Membra disjecta – Membra conjucta II. À l’épreuve de la reconstitution

Séminaire fondé par Ezio Ornato, Jean-Philippe Genet et Carla Bozzolo, et coordonné par François Foronda, Émilie Cottereau-Gabillet et Octave Julien.

Le webinaire se tient à la Sorbonne, en salle Édouard Perroy virtuelle, sur Zoom, ID : 939 6119 6908 – Clé : CODICO (de 17h à 19h).


Programme de l’année (à télécharger au format PDF) :

 

Jeudi 28 Janvier, DARWIN SMITH (CNRS, Lamop) – Membra peregrinanda. Livres et bibliothèque à Notre-Dame de Paris

Jeudi 11 Février, PIERRE CHAMBERT-PROTAT (Biblioteca Apostolica Vaticana) – Travailler non seulement sur des textes, mais dans des livres. Florus et le milieu lyonnais face à la structure matérielle du codex

Jeudi 18 Février, LAURA ALBIERO (IRHT) – La bibliothèque cachée. Fragments de manuscrits à la Bibliothèque nationale de France

Jeudi 4 Mars, KASSER-ANTTON HELOU (IUT d’Évry, Dypac) – Les manuscrits produits à Saint-Jean d’Acre : méthodes, enjeux et difficultés d’identification

Jeudi 18 Mars, JUDITH KOGEL (CNRS, IRHT) – La bibliothèque médiévale des Juifs de Colmar

Jeudi 8 Avril, ALBERTO TORRA (Archivo de la Corona de Aragón), GIORGIOS MAGKANAS, HÉCTOR BAGAN, MARIA CARME SISTACH et JOSÉ F. GARCÍA (Universitat de Barcelona, Secciò departamental de Química Analítica) – Une reconstitution toujours en progrès : nouvelles miniatures et caractérisation matérielle du Liber Feudorum Maior


Source: LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Le monde du savoir au Moyen âge – Séminaire de l’UPEC

Programme de l’année 2020–2021.
Les jeudi, 17h-18h30.  Pour le moment, les séances sont prévues en distanciel, sur Zoom. Un lien sera envoyé quelques jours avant les conférences.

Programme :

7 janvier
Fernand Peloux (CNRS, FRAMESPA)
Ancrage et circulation de l’hagiographie de part et d’autre des Pyrénées. Lien vers la salle de visioconférence

28 janvier
Marie-Céline Isaïa (Université Lyon-3, CIHAM)
Écrire l’histoire. Le savoir-faire des hagiographes, IXe-Xe siècles

11 février
Anne Raffarin (Université Paris-Est, Créteil – LIS)
Une somme de savoirs sur la Rome antique : le Roma triumphans de Flavio Biondo

11 mars
Baptiste Laïd (Université Paris-Est, Créteil – LIS)
La bibliothèque d’une femme instruite : aux sources de la bibliothèque de Marie de France (1180)

18 mars
Benoît Grévin (CNRS, EHESS – CRH)
Fonder en raison la « Première loi du Royaume ». Nouvelles recherches sur la création de l’acte de fixation de la majorité des rois de France de 1374

1er avril
Pauline Spychala (Université Paris-Est, Créteil – CRHEC)
Réseaux de sociabilités universitaires à la fin du Moyen Âge : que peuvent apporter les suppliques ?

6 mai
Jacques Dalarun (Institut de France)
Corpus franciscanum. François d’Assise, corps et textes

Source: RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] Avant l’État. Droit international et pluralisme politico-juridique en Europe, XIIe -XVIIe siècle (Lim. 31 janv.)

 Colloques de Rome (20 septembre 2021) et de Lille/Courtrai (18-19 mai 2022).

L’ambition de ces deux rencontres est de contribuer à combler une lacune historiographique en nouant un dialogue entre les études historiques – où l’on observe depuis longtemps un regain d’intérêt pour l’étude des relations internationales et, en particulier, pour la diplomatie à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne – et les études relevant de l’histoire du droit, en particulier l’histoire de la pratique et de la doctrine médiévale du droit des gens.

L’État étant considéré comme l’acteur exclusif et même l’a priori de toute compréhension possible des relations internationales, on conçoit encore souvent le droit international comme le droit interétatique : du même coup, on exclut du champ d’investigation les relations entre pouvoirs politiques les plus divers. Or la constellation politique médiévale était caractérisée par une pluralité de centres de pouvoir au statut variable, où l’autorité politique était répartie à différents niveaux. Au lieu d’un lien univoque entre souveraineté et territoire, cette constellation révèle un entrelacement et un chevauchement complexe de différentes juridictions, fondées sur des liens de dépendance personnelle et sur des relations de sujétion territoriale. Loin de pouvoir être conçu comme un droit interétatique dominé par l’État national souverain, le droit international de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne devrait plutôt être considéré comme le cadre multi-normatif qui régit les relations entre une grande variété d’acteurs.

Sur cette question, nous organisons deux rencontres, la première à Rome le 20 septembre 2021 et la deuxième à Lille et Courtrai les 18-19 mai 2022. Notre but est d’aborder un vaste éventail de thèmes concernant le droit international, comme la guerre (ses conditions et son déroulement, soldats et mercenaires, droit de prise et de captivité, négociation et exécution des traités de paix), les représailles, la diplomatie (envoyés diplomatiques, traités d’alliance, ligues et adhaerentiae), les relations féodales (par exemple l’obligation du vassal de répondre à l’appel aux armes du seigneur), la relation entre juridiction et territoire (notion de frontière, statut des étrangers), le droit international privé, le droit de la mer (y compris le statut des pirates), les commerces et les relations avec les juifs et les « infidèles ».

En outre, trois thèmes transversaux feront l’objet d’une attention particulière. Il s’agit des acteurs du droit international (leur sélection, leur statut et la dynamique de leurs relations réciproques) ; des sources du droit international, étant donné que ce dernier ne constituait pas à l’époque prémoderne une branche autonome de la science juridique ; et de la résolution des conflits, en particulier à travers la médiation et l’arbitrage (deux institutions qui ont reçu moins d’attention dans l’historiographie par rapport à la négociation et la guerre).

L’organisation de deux rencontres et la contribution de chercheurs de différentes formations nous permettront de discuter cet ensemble de thèmes sur une période qui s’étend du XIIe au XVIIe siècle, en Europe occidentale et sans exclure les relations des acteurs européens avec l’Orient (Byzance, les Mongols, les Ottomans), le Maghreb et les terres « découvertes » au XVe et au XVIe siècle.

Du point de vue méthodologique, nous envisageons une étude aussi bien de la pratique que de la doctrine. Concernant la pratique, il faut comprendre quels étaient les mécanismes qui permettaient de gérer les relations entre des ordres politiques et juridiques différents. Concernant la doctrine, il s’agit d’étudier la manière de laquelle ce rôle fut joué surtout par le ius commune – produit de la science du droit romain, canonique et féodal – qui fournit aux juristes les concepts et les méthodes nécessaires pour gérer la multi-normativité et, en particulier, les relations entre des systèmes juridiques locaux (appelés iura propria).

Des communications s’inscrivant dans la thématique de ces deux colloques sont attendues. Les propositions, en anglais, en français ou en italien, doivent être adressées par courrier électronique à dante.fedele@univ-lille.fr, randall.lesaffer@kuleuven.be et savy_pierre@yahoo.fr. Elles doivent parvenir d’ici le 31 janvier 2021 et compter au moins 3000 caractères. Le résultat de la sélection sera communiqué avant le 28 février 2021.

Une publication des actes soumise au contrôle des pairs est envisagée. Les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge par les institutions partenaires du projet.


Partenaires: Centre d’histoire judiciaire (UMR 8025) – Université de Lille École française de Rome KU Leuven, Department of Roman Law and Legal History

Organisateurs: Dante Fedele (CHJ UMR 8025 Lille),  Randall Lesaffer (KU Leuven), Pierre Savy (EFR)

Source: EFR

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Bourse] Bourses de recherche de la Société Mabillon

Règlement relatif à l’attribution de bourses de recherche par la Société Mabillon

(arrêté par le Conseil d’Administration du 24 juin 2019)

  1. Pour contribuer au développement des études dans son champ d’activité, la Société Mabillon institue des bourses de recherche en faveur de jeunes chercheurs de toutes nationalités.
  2. Ces bourses, d’un montant de 500 à 1 000 €, sont destinées à apporter une aide financière à des recherches dans les archives et bibliothèques, notamment pour la préparation d’articles.
  3. Les bourses sont attribuées à des chercheurs préparant le doctorat ou titulaires de celui-ci depuis moins de quatre ans à la date de candidature. Exceptionnellement, pourront aussi être retenus des candidats n’entrant pas dans ces catégories.
  4. Les dossiers de candidature, rédigés en français, sont à adresser avant le 31 janvier à la Société (aux deux adresses suivantes : querol@cnrs-orleans.fr et sebastien.barret@cnrs-orleans.fr). Ils comporteront :
    1. Un curriculum vitae du candidat, incluant une liste de ses travaux et publications antérieurs ;
    2. Une note de présentation du projet pour lequel il sollicite une bourse (max. 5000 signes) ;
    3. Une évaluation des coûts prévus pour la réalisation du projet ;
    4. Une attestation du directeur de thèse ou d’une personnalité scientifique appuyant le projet.
  1. Le Bureau de la Société confie l’examen de chaque dossier de candidature à un membre du Conseil d’administration, qui rédige un rapport écrit. La décision d’attribution des bourses appartient à un comité composé du Bureau de la Société, du directeur de la Revue et du responsable de la Rédaction. Les décisions, qui ne peuvent faire l’objet de réclamations ou de recours, sont notifiées aux intéressés avant le 30 avril suivant.
  2. Les bénéficiaires d’une bourse fourniront à la Société (mêmes adresses que les dossiers de candidature), avant le 31 janvier suivant la date d’attribution, un compte rendu scientifique et financier d’utilisation de la somme allouée. Ils sont invités à accorder une priorité à la Revue Mabillon pour publier une étude éventuellement issue des travaux financés par la bourse. Cet article sera soumis aux procédures ordinaires d’évaluation en vigueur pour les textes proposés à la Revue, qui pourra ou non le retenir.
  3. Le Président de la Société rendra compte à l’Assemblée générale ordinaire des attributions de bourses de l’année précédente et des rapports rendus par les boursiers.
  4. La dotation globale destinée au financement des bourses est arrêtée chaque année par l’Assemblée générale ordinaire de la Société, sur proposition du Trésorier. Le comité d’attribution défini à l’article 5 détermine, à l’intérieur de cette enveloppe, le montant alloué à chacun des lauréats qu’il retient en tenant compte de la nature de son projet et des besoins exprimés. Si une partie de la dotation n’est pas distribuée, elle est réaffectée au budget annuel de la Société.
  5. La Société et la Revue Mabillon feront connaître le présent dispositif de bourses par tous les moyens qu’elles estimeront appropriés.

Source: RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Cours en ligne]  Notariato medievale Italiano

Il Centro Europeo Ricerche Medievali di Trieste in collaborazione con la Scuola di Paleografia E Storia (SPES), alla quale partecipa anche il Centro studi frate Elia da Cortona, organizza il Corso: Notariato medievale Italiano.

Il corso si propone di tratteggiare in 16 lezioni la figura “chiave” della cultura documentaria medievale italiana: il notarius. Le lezioni, tutte organizzate “da remoto”, verteranno su tematiche diverse con frequenti rinvii alla cultura, alla formazione e all’attività notarile dell’alto come del pieno medioevo italiano.

Il ciclo di lezioni, a numero chiuso, coordinato da Attilio Bartoli Langeli, Marialuisa Bottazzi e Paolo Cammarosano si svolgerà dal 1 febbraio al 29 marzo 2021 in nove lunedì consecutivi, dalle ore 17 alle ore 19.30, secondo il seguente calendario.

Trattandosi di un corso di lezioni di alta formazione, possono accedere solo coloro che sono in possesso di un diploma di laurea (quadriennale o specialistica o magistrale) o di analogo titolo accademico conseguito all’estero, equiparabile per durata e contenuto al titolo italiano. L’ammissione sarà stabilita dai coordinatori in base ai titoli e ai curricula dei candidati.

Le domande di iscrizione al corso di lezioni sul Notariato medievale italiano, corredate di un curriculum vitae et studiorum, dovranno essere inviate entro il 30 dicembre 2020 al seguente indirizzo: segreteria@cerm-ts.org.

Si richiede, inoltre, di compilare per motivi organizzativi il modulo predisposto al link [compte google nécessaire].

Per qualsiasi informazione contattare: segreteria@cerm-ts.org o consultare le pagine web del CERM (Centro Europeo di Ricerche Medievali): www.cerm-ts.org.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Appel à contribution] Première journée de jeunes chercheur.es en histoire urbaine de la SFHU (Lim. 11 janvier)

Soucieuse de maintenir l’intégration des jeunes chercheurs à la communauté scientifique malgré des conditions pratiques compliquées, la Société Française d’Histoire Urbaine organisera début avril 2021 une journée en visio-conférence consacrée aux communications de doctorante.es et jeunes docteur.es en histoire urbaine. À cette occasion, ceux-ci pourront proposer une étude de leur choix sur leurs travaux en cours, quelles que soient la période ou l’aire géographique considérées. Les communications, en français ou en anglais, dureront chacune 20 min afin de préserver un temps d’échange avec l’assistance. Un résumé de la communication sera fourni par l’auteur de celle-ci pour une mise en ligne sur le site de la SFHU à l’issue de la rencontre.
Les propositions de communications sont à envoyer à Virginie Mathé (virginie.mathe@u-pec.fr) le
lundi 11 janvier au plus tard. Elles devront comporter les informations suivantes :

  • Nom et prénom
  • Pays et adresse mail
  • Rattachement institutionnel (université et/ou laboratoire de recherche)
  • Titre et nom du directeur ou de la directrice de la thèse en cours.
  • Titre et résumé de la proposition de communication (300 mots maximum)

Après réception, l’ensemble des propositions sera étudié par le bureau de la SFHU. Le résultat de ces délibérations sera transmis avant la fin du mois de janvier à l’ensemble des personnes ayant
soumis une proposition.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Journée d’Étude] La fabrique des comptes urbains en France à la fin du Moyen Âge, 15 décembre

Journée d’étude du programme régional « Corpus médiéval des comptabilités urbaines ligériennes » piloté par le CeTHiS et organisé avec le concours du consortium COSME2. Avec les interventions de Jean THIBAULT et Ronan CAPRON.

En visioconférence uniquement: cethis@univ-tours.fr

PROGRAMME

9 h 30 – accueil des participants

9 h 45 – présentation

10 h – Thomas Roy Les comptabilités des villes d’Amboise et de Tours. Des comptes finaux aux pièces annexes : vers la reconstitution d’un processus de production ?

10 h 30 – Françoise Michaud-Fréjaville. Gérer les comptes d’une ville avant, pendant et après un siège : Orléans 1427-1431

11 h 00 – Jean Thibault. Nevers les registres comptables d’une petite cité : l’impôt révélateur de la transformation financière, administrative et politique de la cité

                   Discussions

14 heures – Cléo Rager. La fabrique des comptes troyens dans la seconde moitié du XIVe siècle : acteurs, pratiques, finalités

14 h 30 – Aurore Denmat-Leon. Rendre compte, rendre des comptes à Nantes après la guerre franco-bretonne

15 heures – Ronan Capron. De la mémoire au contrôle : mutations et rationalisation des comptes et des procédures administratives dans les communes rurales du Valentinois (XIVe-XVe siècle)

                   Discussions


Affiche-programme

Date:  9 h 30 à 16 h 30 le mardi 15 Décembre 2020
Lieu: Visioconférence uniquement

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] Julia Conesa Soriano, Entre l’église et la ville. Pouvoirs et réseaux de chanoines de Barcelone (1472-1516), Madrid, Casa de Velázquez, 2020, 347p.

Présentation

Au sortir de la guerre civile catalane de 1462-1472, Barcelone, principale cité de Catalogne et grand port méditerranéen, entre dans une phase de reconstruction. Le roi Ferdinand le Catholique transforme les modalités d’entrée au gouvernement municipal, formalise l’accès à la noblesse et implante dans la ville une nouvelle Inquisition sous contrôle royal. Affecté également, le haut clergé cherche sa place, et les chanoines de la cathédrale en particulier tâchent d’assurer leur implantation au sein des pouvoirs urbains en recomposition. Au croisement de l’histoire canoniale et de l’histoire urbaine, cette étude montre comment, au-delà de leurs attributions religieuses, évêques et chanoines, pleinement intégrés à l’élite dirigeante de la ville, sont amenés à jouer un véritable rôle dans la vie publique d’une cité en pleine mutation.

Préface d’Élisabeth Crouzet-Pavan et Denis Menjot

Table des matières

Préface

Introduction

PREMIÈRE PARTIE. LE CHAPITRE DANS LA VILLE
Chapitre premier. — La cathédrale un centre de pouvoir au sortir de la guerre
Chapitre II. — La cathédrale et les institutions municipales

DEUXIÈME PARTIE. LES CHANOINES DANS LA VILLE
Chapitre III. — Être chanoine à Barcelone
Chapitre IV. — Contrôler le canonicat

TROISIÈME PARTIE. LES CHANOINES ET LES RÉSEAUX DE POUVOIR
Chapitre V. — Les chanoines à la croisée des réseaux
Chapitre VI. — Un pouvoir informel dans la ville

Conclusion. — Les chanoines entre l’Église et la ville

Annexe
Sources et bibliographie

Source: Casa de Velázquez

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] Fermín Miranda García, María Teresa López de Guereño Sanz (éd.), La muerte de los príncipes en la Edad Media. Balance y perspectivas historiográficas, Madrid, Casa de Velázquez, 2020, 426p.

Présentation

Siguiendo un claro enfoque multidisciplinar, este libro presenta un balance historiográfico sobre la muerte de los príncipes en la Edad Media, tanto hispana como francesa, entendiendo el término «príncipes» en su sentido más amplio. No solo se examinan casos particulares relativos a los miembros de la familia regia, sino que se profundiza también en los diversos ámbitos de la aristocracia eclesiástica, militar y urbana. Desde la ritualización funeraria —liturgia, música—, la memoria cronística y documental, las obras de arte o su reflejo en la literatura, hasta la antropología física, los estudios presentados se enfocan a calibrar la relación de la muerte y su tratamiento con la imagen del poder que dichas élites proyectan y su emulación por parte de los restantes grupos sociales.


Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Colloque] Aux origines de la dette publique en Europe (XIIIe-XVIIe s.), 12-14 nov.

Coordination: Armand Jamme (CNRS) et Pere Verdés Pijuan (CSIC)

Partout, au cours des derniers siècles du Moyen Âge et au début des Temps modernes se développent en Europe diverses formes d’endettement public. Le programme IEA (ex-PICS), lancé par le CNRS et le CSIC en 2018, les étudie : précocité du phénomène autour de la Méditerranée, attitudes des individus et des sociétés qui incorporent ce nouvel instrument financier dans leurs propres stratégies, renouvellements doctrinaux de la pensée sur la valeur et la monnaie, et bien sûr conséquences sur le développement économique et politique des États. Après deux rencontres organisées à Barcelone et Rome, centrées principalement sur les expériences développées dans les espaces ibérique et italien, nos investigations se poursuivent en accordant plus de place à l’Europe du Nord.

Programme à retrouver ici

Lien vers la salle virtuelle.

La rencontre est organisée dans le cadre d’un International Emerging Action (ex Projet International de Coopération Scientifique) développé par le CNRS et le CSIC: Aux origines de l’endettement public. Gouverner la dette dans l’Europe méditerranéenne (XIIIe-XVIe siècles), ref. PIC2017-FR8PIC2017FR8. Il bénéficie du soutien des programmes I+D PGC-2018-100979-B-C21 et C22, du Grupo de Investigación Consolidado 2017 SGR 1068, du Consortium Cosme2 (CNRS) et du CIHAM.

Dates: 12-14 novembre 2020

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] C. Pierreville (dir.), « Renart le Contrefait, d’après le manuscrit BNF fr. 1630 », Paris, Honoré Champion, 2020, 2 vol., 1380 p.

Édition critique sous la direction de C. Pierreville, en collaboration avec R. Bellon, M. Bonansea, C. Lachet, M. Le Person, L. Louison et M. Possamaï

Roman encyclopédique rassemblant les savoirs d’un érudit du XIVe siècle, oeuvre reliquaire destinée à l’édification, Renart le contrefait est l’ultime épigone que le Moyen Âge ait donné au Roman de Renart. Son auteur, un clerc anonyme chassé des ordres pour bigamie, réécrit diverses aventures du goupil afin d’enseigner à ses lecteurs la voie étroite permettant d’utiliser l’art de Renart sans pour autant perdre son âme. Comme dans d’autres récits tardifs, le goupil incarne le mal qui ronge ce siècle, le modèle de ce qu’un preudhomme doit éviter, félonie, orgueil, luxure et gloutonnerie. Mais de manière plus inédite, il lui arrive de brider ses instincts animaux et d’obéir à la Raison. Il devient alors un exemple de la prudence et de la persévérance à suivre si l’on veut déjouer les coups du sort et les assauts de la Fortune, un miroir auquel s’identifier, une figure de l’auteur et du romancier. Le manuscrit BnF français 1630, qui conserve la première version de l’oeuvre, composée entre 1320 et 1327, n’avait encore jamais été édité en intégralité et n’était connu que par des extraits. La présente édition cherche à rendre justice au talent et aux mérites de ce clerc champenois injustement méconnu, tout en s’efforçant d’identifier les multiples textes dont s’est nourrie sa création.

Table des matières : ici

 
Renart le Contrefait, d’après le manuscrit BNF fr. 1630, éd. C. Pierreville, en collaboration avec R. Bellon, M. Bonansea, C. Lachet, M. Le Person, L. Louison et M. Possamaï, Paris, Honoré Champion, 2020 (Classiques français du Moyen Âge, 192). 2 vol., 1380 p. ISBN : 9782745353900. Prix : 92,90 euros.
 
 

Source: Honoré Champion via RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts