Tous les articles par loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

Appel à contribution – Voyageurs et voyages. Incursions culturelles et linguistiques – 15/16 juin, 2018. Délai: avant le 15 mai.

Université de l’Ouest de Timişoara, Roumanie

La VIIe édition du Colloque International Communication et Culture dans la Romania Européenne (CICCRE) propose comme thème de réflexion et de débat le voyageur et ses voyages, réels ou symboliques, et la manière dont ils se reflètent dans les littératures, les arts et les langues romanes.

Le voyage représente une expérience permanente dans toutes les étapes de la vie de l’homme. Homo viator fait partie de l’épopée de l’humanité et chaque langue le représente à sa manière, dans la sphère du réel ou du symbolique. Les voyages réels, les grandes découvertes, tout comme les grands explorateurs des terres inconnues nous permettent de reconstruire et d’imaginer des itinéraires. En même temps, la littérature transfère le voyage dans le plan de l’imaginaire, du symbolique, de l’inconnu, de l’initiation où le personnage met à l’œuvre sa maturité spirituelle et même toute son existence.

La culture de l’Antiquité (surtout grecque et latine), nous offre des œuvres qui traitent le thème du voyage. Il suffit de rappeler Homère et Virgile qui ont rendu à l’histoire et aux littératures à venir, et surtout à l’imaginaire collectif du monde occidental, la figure du voyageur par excellence et du voyage (maritime ou terrestre) en tant que punition et sublimation de l’être humain. Ulysse, vainqueur dans les guerres grâce à la force de son intelligence, est, en même temps, vainqueur des espaces lointains grâce à la puissance de son âme. Énée parcourtle monde afin de jeter les fondements d’une des plus grandes civilisations de l’Antiquité. C’est lui qui conduit Dante dans les trois mondes d’au-delà, dans son exploit de compréhension dela condition tragique de l’homme.

Par son célèbre personnage Don Quichotte, Cervantès ajoutera d’autres horizons sémantiques au voyage et au drame du voyageur. Le Grand Tour, qui constitue, pendant quelques siècles, un rituel obligatoire dans la formation des jeunes aristocrates, ajoute au voyage de nouvelles significations.

À partir du XIe siècle, l’Europe se trouve dans un mouvement de plus en plus intense, grâce à la reprise du commerce et aux voyages des commerçants. Les nouveaux voyageurs, partout dans l’Europe ou au-delà de ses frontières, sont animés de raisons différentes. Les chevaliers errants parcourent les fiefs afin de se mettre au service des châtelains; les moines pérégrins transmettent dans leurs voyages, à travers le temps et l’espace,les valeurs de la culture chrétienne et antique à la fois; des jongleurs, des troubadours, des trouvères, des artistes, errant d’une Cour à l’autre, laissent dans des œuvres les traces de leur passage dans ces endroits. Les pèlerins et les commerçants, voyageurs par excellence du Moyen Âge, tout comme les grandes découvertes géographiques, les progrès réalisés dans les domaines de la science et de la technique, les changements politiques et religieux de la Renaissance et des siècles suivants changent profondément les conceptions sur le monde et sur la vie.

Le thème du voyage connaît des transformations significatives de nos jours. De nouvelles catégories de voyageurs réels (par exemple les astronautes) et des types différents de voyages littéraires (commela science-fiction) et linguistiques (les nouveaux langages) apparaissent. On peut y ajouter les catégories de la navigation virtuelle: l’Internet et les réseaux sociaux avec leur jargonspécifiques.

Le voyage – quelles que soient ses coordonnées – va connaître de nouvelles formes qui reflètent les changements des modèles culturels de référence ou de l’imaginaire collectif, dont les facettes sont nombreuses et dynamiques.

Les organisateurs du CICCRE 2018 invitent les participants à l’analyse de ce thème complexe, proposantcomme possibles sujets de réflexion et de débat:

– les héros et les voyages;
– les voyages initiatiques ;
– les pèlerins et le thème du pèlerinage ;
– les voyages dans les mers, les naufrages, les exils ;
– les voyages terrestres, les migrations, le croisement des civilisations ;
– les voyages dans l’imaginaire ;
– la métaphore du voyage dans la musique et dans les arts visuels ;
– les notes des voyageurs étrangers sur les Roumains et sur leur langue ;
– le lexique des découvertes géographiques et scientifiques ;
– la langue– le meilleur moyen de voyager dans le temps ;
– les mots voyageurs– la circulation des mots dans l’Europe romane ;
– le jargon des réseaux sociaux ;
– l’internationalisation des termes.

Tous ceux qui sont intéressés par les voyageset les voyageursainsi que par les incursions linguistiques, littéraires et culturelles dans l’espace de la Romania – enseignants, chercheurs, doctorands – sont invités à proposer des communications dans l’une des sections du colloque: langue et littérature latines; langue et littérature roumaines; le roumain comme langue étrangère; langue et littérature françaises; langue et littérature italiennes ; langue et littérature espagnoles; langue et littérature portugaises; didactique des langues romanes ; histoire et théologie ; musique et théâtre ; beaux-arts.
Calendrier du colloque

La VIIe édition du CICCRE aura lieu les 15-16 juin 2018 à l’Université de l’Ouest de Timișoara, 4 bd. Vasile Pârvan, Timişoara ;
le 1er mai 2018 : soumission des propositions (titre et résumés en français et en anglais)

et envoi du bulletin d’inscription (voir ci-dessous) à ciccre@gmail.com ainsi qu’au(x) responsable(s) de la section choisie (voir les adresses électroniques en haut)

le 15 mai 2018 : notification d’acceptation aux auteurs.

Les langues de travail du CICCRE 2018 sont : le roumain, le français, l’italien, l’espagnol et le portugais.
Bulletin d’inscription

(à renvoyer par courriel avant le 1er mai 2018)

Nom(s):
Prénom(s):
Statut (professeur, chercheur, doctorant, etc.) :
Affiliation (université, institut, centre de recherche, etc.)
Courriel électronique:
Section du colloque :
Intitulé de la communication:
Résumés en français et en anglais (200 – 250 mots)
5 mots-clés et 5 Keywords :
Vidéoprojecteur pour la présentation de la communication en diapos : Oui ou non

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Publication – « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) », dir. Maria Alessandra Bilotta

Notions of movement and mobility are central to understanding many aspects of medieval society. Essentially, movement involves connections across time, objects, people, and space. The essays in this volume investigate how the circulation, motion, and mobility of people, patterns, and ideas influenced artistic creation between the 6th and 15th centuries – from the Mediterranean to the Atlantic coast. Scholarship in the volume manifests the international scope of current research on artistic and cultural circulation and mobility in the European Middle Ages. In it, readers are presented with a detailed image illustrating the effects of social and cultural exchange and mobility on artistic creation. As a whole, the collection aims at developing critical and constructive interdisciplinary revision of these matters. New and exciting questions are also raised for future discussion.

Works from scholars specializing in history, history of art, palaeography, codicology, literature, and the history of ideas are bound in a single volume. The book brings together twenty-five contributions from: L. U. Afonso, X. Barral i Altet, C. Barreira, M. A. Bilotta, G. Boto Varela, E. Condello, L. Correia de Sousa, M. Cursi, G. Donati, J. Dubois, I. Escandell Proust, P. Almeida Fernandes, D. Espada, M. Fiorilla, P. Flor, L. Geymonat, J.-M. Guillouët, Ch. Heck, M. V. Herráez Ortega, A. Lemos, E. Lozano, L. Marcozzi, A. A. Nascimento, C. Pulsoni, A. M. Rodrigues, J. Rodrigues, C. Ruzzier, M. Signorini, C. Varela Fernandes, G. Videira Lopes, C. Valdaliso, B. Van den Bossche

Medieval Europe in Motion

Présentation française :

Cette publication rassemble les travaux présentés lors du premier colloque international « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) » (Lisbonne, 18-20 Avril 2013;
https://sites.google.com/site/medievaleuropeinmotion2013/home), organisé par l’Instituto de Estudos Medievais da Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa (IEM-NOVA FCSH), et réunit les contributions des académiciens du Portugal, d’Italie, de la France et de l’Espagne, sous la direction scientifique de Maria Alessandra Bilotta, chercheur de l’IEM-NOVA FCSH et spécialiste des circulations des manuscrits juridiques, en particulier du Midi de la France, au Moyen Age. Le livre est le résultat d’une collaboration éditoriale entre l’Instituto de Estudos Medievais (http://iem.fcsh.unl.pt) et l’éditeur italien Officina di Studi Medievali de Palerme (http://www.officinastudimedievali.it/it/).

Les notions de mouvement et de mobilité sont essentielles à la compréhension de nombreux aspects de la société médiévale. Essentiellement, le mouvement implique des connexions entre le temps, les objets, les personnes et l’espace. Les contributions de ce volume enquêtent sur la façon dont les circulations, les mouvements et la mobilité des objets, des modèles, des commanditaires et des idées ont influencé la création artistique entre les siècles VI et XV de la Méditerranée à la côte atlantique. Le volume montre également la dimension internationale et interdisciplinaire de la recherche actuelle sur la circulation artistique et culturelle et la mobilité au Moyen Age européen.

Informations pratiques :

Maria Alessandra Bilotta (dir.), Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries). Introduction de Gerardo BOTO VARELA – Conclusions de Xavier BARRAL i ALTET, Officina di Studi Medievali, Palermo 2018, 464 pp. (Laboratorio di idee, 2).

Source : Officina di Studi Medievali

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

PROJET: CHANTIER 2018 DU CHÂTEAU MÉDIÉVAL DE BONNEVILLE (BONNEVILLE, 74): 03-29 SEPTEMBRE 2018 [DÉLAI : 15 JUIN]

Campagne de fouilles sur un site fortifié en Haute-Savoie.
Château de Bonneville (Bonneville, 74)
03-29 septembre 2018

Situé sur la route reliant Genève à Cluses et Chamonix, le site de Bonneville connait une histoire relativement longue. Le site fortifié apparait au début du XIIIe siècle et succède à Châtillon-sur-Cluses en tant que capitale du Faucigny. Il domine alors une ville-neuve et possède un intérêt économique certain. Par mariage, le site passe aux mains du Dauphiné assez rapidement et sera au cœur d’un conflit avec la Savoie entre 1268 et 1355. A cette dernière date, il devient possession savoyarde mais perd en partie son intérêt. Il sera par la suite transformé en prison. L’ensemble présente encore aujourd’hui de nombreuses parties médiévales mais l’organisation interne reste peu connue.
L’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du Conseil Départemental de la Haute-Savoie est à l’initiative de cette première campagne de fouille. Ces investigations entrent dans le cadre d’un projet européen visant la transformation du site en musée mais aussi l’acquisition de connaissances archéologiques et historiques plus étendues du site.  De même, elles sont également intégré à mes recherches doctorales. Cette campagne va s’orienter sur l’approche de la zone résidentielle et plus particulièrement de l’aula et du secteur des chambres. Il s’agira alors d’établir la stratigraphie, de mettre le potentiel archéologique du site et enfin d’acquérir une plus grande connaissances de l’organisation de l’espace à cet endroit.

Contact: Loïc Benoit
06-75-87-25-16
Envoyer CV et lettre de motivation à loic.benoit@hautesavoie.fr(link sends e-mail)

Conditions:
– 18 ans minimum
– Vaccin antitétanique
– Expériences requises
– Logement en dur (5min en voiture) et repas pris en charge.

Campagne de fouilles
Lundi 3 Septembre 2018 – Samedi 29 Septembre 2018
Bonneville (74)

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

PROJET: CHANTIER 2018 DU CHÂTEAU MÉDIÉVAL DE CLERMONT (CLERMONT, 74):09 JUILLET – 3 AOUT 2018 [DÉLAI : FIN MAI]

Campagne de fouille sur un site fortifié disparu en Haute-Savoie.
Château de Clermont (Clermont, 74)
Lundi 9 juillet 2018 – Samedi 4 août 2018

Situé en retrait de la route reliant Seyssel à Genève et non loin du grand axe Genève-Chambéry, le site de Clermont connait une histoire relativement longue. Les seigneurs de Clermont apparaissent dans la documentation dès le XIIe siècle et sont très tôt en étroite relation avec les comtes de Genève, une des trois grandes familles se divisant l’actuel territoire haut-savoyard. La fortification rentre très vite en possession de cette grande lignée, si bien que dès le XIIIe siècle elle en fait une de ses résidences comtales principales. Aussi, sa position en fait un des points clés de la défense et de l’économie genevoise. Dès 1401, le comté est racheté par la famille de Savoie. Le site perd alors de son intérêt et le conflit franco-savoyard du début du XVIIe siècle verra la destruction de la forteresse. Aujourd’hui, peu de vestiges sont observables car tous en sous-sol.
L’Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du Conseil Départemental de la Haute-Savoie est à l’initiative de la première campagne de fouille (2017). Cette dernière a mis au jour une partie de la tour maîtresse présentant une construction en moyen appareil et des vestiges atteignant plus d’un mètre de haut pour plus de trois mètres de large. Ces investigations entrent dans le cadre d’une volonté du Département d’étudier un site lui appartenant et n’ayant fait l’objet que de peu d’observations. De même, elles sont également intégré à mes recherches doctorales. La nouvelle campagne continuera l’approche sur la tour maîtresse, mais cette fois dans son intégralité. De même, une première approche du secteur de l’aula sera mise en place. Il s’agira alors d’établir la stratigraphie ainsi que de mettre le potentiel archéologique du site en avant afin de réaliser une opération de plus grande envergure par la suite.

Contact: Loïc Benoit
06-75-87-25-16
Envoyer CV et lettre de motivation à loic.benoit@hautesavoie.fr(link sends e-mail)

Conditions:
– 18 ans minimum
– Vaccin antitétanique
– Expériences requises
– Logement en dur (5min en voiture) et repas pris en charge.

Campagne de fouilles
Lundi 9 Juillet 2018 – Samedi 4 Août 2018
Clermont (74270)

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Parution: Mathias Tranchant, « Les ports maritimes de la France atlantique (XIe-XVe siècle) », t. 1 : « Tableau géohistorique ».

C’est durant la seconde moitié du Moyen Âge que fut mis en place l’essentiel du dispositif portuaire de la France atlantique. Cette genèse s’inscrit dans le même rythme que les grands mouvements de croisance économique puis de crise qui ont marqué l’Europe occidentale à cette époque. Au cours des soixante dernières années, les médiévistes ont beaucoup étudié les sociétés littorales et avec elles les trafics, les marchandises et les navires, mais ils se sont peu préoccupés des espaces portuaires à partir desquels leurs activités étaient rendues possibles. Les cales et les quais, les bassins de stationnement, tous les dispositifs qui permettaient le service des vaisseaux sont passés sous leur regard, ce dernier restant fixé sur les horizons maritimes plus ou moins lointains du commerce et de la pêche. Les ports, considérés en tant que territoires à part entière et non pas comme de vagues appendices urbains ou de simples outillages du négoce, n’ont que très peu attiré l’attention. Il en va de même des efforts considérables consentis par les populations et les autorités publiques qui, face aux menaces d’érosion et d’envasement, ont voulu préserver les lieux dans lesquels les navires trouvaient refuge et par lesquels les denrées circulaient. Les ports sont en cela exceptionnels : ils ont parfois suscité, auprès de sociétés souvent enclines à renoncer devant la force des phénomènes naturels et des changements environnementaux, des réactions collectives de grande ampleur destinées à y résister. Fondé sur une somme significative de monographies produites depuis le XIXe siècle, portant sur les agglomérations maritimes et les provinces littorales, ainsi que sur un corpus important de sources nouvelles tirées des archives centrales, cet ouvrage entend rassembler et organiser nos connaissances relatives aux ports du XIe au XVe siècle. C’est un tableau géohistorique qui présente une vue d’ensemble de la cartographie portuaire de l’époque, en référençant quelque 620 sites. Il fournit de surcroît, dans un but utilitaire, une somme d’informations et de faits nécessaires aux recherches qui sont et seront conduites à leur sujet.

Table des matières : ici

1514986804

Mathias Tranchant est historien médiéviste, maître de conférences à l’université de La Rochelle. Spécialiste des sociétés littorales du Centre-Ouest, il a particulièrement travaillé sur leurs économies ainsi que sur les problématiques de risque maritime. Depuis quelques années, il focalise ses recherches sur les dynamiques des territoires portuaires de la France atlantique.

Informations pratiques :

Mathias Tranchant, Les ports maritimes de la France atlantique (XIe-XVe siècle), t. 1 : Tableau géohistorique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018 (Histoire). 15,5 x 24 cm, 264 p. Couleurs et N & B. ISBN : 978-2-7535-5533-4. Prix : 25,00 €.

Source : Presses universitaires de Rennes

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Parution: Philippe Durand, « Les châteaux de la baronnie de Montmorillon. Reconstruction castrale et modèles royaux et princiers à la fin du Moyen Âge »

Plus de trente ans après sa rédaction, voici en n disponible pour le grand public l’une des thèses majeures de la castellologie française. En étudiant une douzaine de châteaux-forts du Haut-Poitou, Philippe Durand livre des monographies qui sont déjà des références.

Capture d_écran 2017-12-10 à 14.19.08

Surtout, l’auteur fait du Montmorillonnais un exemple et un modèle. De là, il revisite toute l’évolution de la construction castrale : la place du décor et de l’architecture, le rôle symbolique et ostentatoire des éléments de défense, et l’utilisation des modèles royaux et princiers dans les forteresses seigneuriales à la n du Moyen Âge.

Informations pratiques :

Philippe Durand, Les châteaux de la baronnie de Montmorillon. Reconstruction castrale et modèles royaux et princiers à la fin du Moyen Âge, Chagny, CeCaB, 2017. 495 p., 650 ill., 35 €. ISBN 979-10-95034-07-0.

Bulletin de commande : Bulletin de commande CeCaB

 

Source: https://rmblf.be/2017/12/14/publication-philippe-durand-les-cha%CC%82teaux-de-la-baronnie-de-montmorillon-reconstruction-castrale-et-modeles-royaux-et-princiers-a-la-fin-du-moyen-a%CC%82ge/

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Financement: Conference travel grants – Religious Studies

 

Apply: Conference travel grants – Religious Studies

The journal Religions, announces the opening of the competition for two annual travel awards sponsored by Religions.

The Travel Awards, each of 800 Swiss Francs, will be granted to PhD students, postdoctoral fellows or young lecturers to assist towards attending any religions-related conference in 2018.

Deadline:l 1 April 2018.

Please find additional details here.

Source: Peter Iver Kaufman / D. Valérian / http://www.mdpi.com/journal/religions/awards

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Appel à contribution :Branches of Time Thinking and Representing History through the Arboreal Motif: 20-22 août, Stockholm. [13 janv 18]

Branches of Time
Thinking and Representing History through the Arboreal Motif
Organisation

Naïs Virenque – Antoine Paris – Pippa Salonius – Sergi Sancho Fibla

3rd INTH network Conference
“Place and Displacement: The Spacing of History”

Stockholm, August 20th-22nd, 2018

We are pleased to announce that Trames Arborescentes is preparing a panel proposal for the International Network for Theory of History (INTH) conference (http://www.inth.ugent.be/conference) that will take place in Stockholm on August 2018.

“Place and Displacement: The Spacing of History” has been chosen as the main theme for the aforementioned meeting. Within this framework, Trames Arborescentes has decided to participate by proposing a panel that will gather several speakers around the subject “Branches of Time. Thinking and Representing History through the Arboreal Motif”.

This panel traces the arboreal motif through time, using it as a means to reflect on the making and the representation of History since Antiquity. Three main subjects will be taken into account: “Synchrony and Diachrony”, “Thinking Trees versus Teaching Trees” and “Growth as Progress”.

 

Synchrony and Diachrony:

The first point focuses on the shape of the tree. The Greek term for history (historia) referred to research through time and space. This research required the elaboration of a method for organizing, classifying and presenting information, either for the gathering or the disposition of processes. In this manner History produced a guide that was arranged and, at times, graphically represented. Yet the term “method” implies a system that proceeds by steps. Its original sense, from the Greek term methodos, aims at providing a path to follow according to a path already walked. Therefore, from its origins, this method incorporated both the writing, but also the making of history, as a spatial- temporal shift along a timeline. There is no other way to read an arboreal diagram, but in a temporal sense. Its branches are situated along a principal axis which leads to the chronological reading of its content.

This is precisely the backbone of all arboreal structures, which organize diachrony as a synoptic tool through a line of progression. Indeed, diagrammatical and schematic trees are used in the field of history in different shapes and patterns precisely because they are able to articulate both unity and developments (ramifications) in an itinerary based on succession. However, it is crucial to reflect on the effect these graphic or textual models have on history itself. We typically conceive them as mere distillations of complex historical events and ideas, but their cognitive benefits have already been proven. Likewise, while we acknowledge they are particularly well-suited to the field of history, is their use completely appropriate? Why? Why not?

Thinking Trees versus Teaching Trees

Our second point focuses on research and teaching. As a matter of fact, historians often use arboreal structures as analytical and pedagogical tools. However, are these models used to frame existing content or rather is it the form itself that is pre-existing and the historian brings to light? How are they combined or contrasted with other graphical tools like timelines and tables? Are there differences between the use of tree structures in research and in teaching? How and why would they be different?

Growth as Progress

These kinds of schematic representations are not shaped by a closed geometric figure, but by a form open to indefinite ramifications. In this way trees avoid a certain appearance of linearity. They challenge the idea of narrative chronology in favour of multidirectional temporality. In the final decades of the twentieth century arboreal structures became an object of poststructuralist thought, mainly because of their extremely rational and systematized function. Other models such as Deleuze’s rhizomes were placed in the spotlight in order to avoid synthetic structures. This highlights a political aspect of arboreal imagery. The vertical growth of tree schemata might be seen as a foothold for the unfashionable concept of “progress”. We seek to gain a greater understanding of the political connotations conveyed by tree structures with a series of case studies that show how history has been instrumentalised by them.

We welcome papers that focus on these subjects and/or other aspects of arboreal structures and their use within the field of history.

Proposals containing personal information (including academic affiliation), an abstract (up to 300 words), and a short bio are welcome for this panel. Documents may be submitted to our email address tramesarborescentes@gmail.com before January 13, 2018.

source: Trames Arborescentes: https://trarborescentes.sciencesconf.org/resource/page/id/48

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Parution: Charles Kraemer et Jacky Koch, « Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge. Conquête des espaces et culture matérielle. »

Écrire l’histoire médiévale de la montagne vosgienne à partir des découvertes archéologiques relève, aujourd’hui encore de la gageure tant il est vrai que les données sont rares, partielles et, lorsqu’elles existent, qu’elles ne concernent que quelques domaines spécifiques de l’activité humaine. Le cloisonnement régional, dû peut-être à la barrière de la langue autant qu’à l’histoire spécifique de chaque versant, a, en effet, probablement joué contre une histoire globale « de la conquête des Hauts », mais l’on peut convenir, à l’inverse, que cette situation a stimulé une myriade de recherches dont il fait regretter, tout de même, et le caractère disparate et le manque de coordination institutionnelle. En devant une science à part entière, affranchie des disciplines desquelles elle était traditionnellement dépendante, et en s’appuyant sur de nouvelles méthodes et pratiques d’investigations, l’archéologie a permis de définir des problématiques inédites, spécifiques aux espaces d’altitude, ouvrant sur de nouvelles pistes de recherche, elles-mêmes susceptibles d’offrir de plus amples résultats sur leur anthropisation et l’impact qu’elle eut sur les paysages autant que sur la culture matérielle telle qu’elle se comprend aujourd’hui, à savoir sur les conditions concrètes d’existence des populations locales, sur leur travail, leur savoir-faire et les productions qui en découlent, sur leur consommation et les échanges qu’elle suscite, sur l’organisation de leur(s) espace(s), domestique(s) ou professionnel(s). Cette rencontre, pensée non comme un aboutissement mais comme un état des lieux des Vosges médiévales – alsaciennes, lorraines et comtoises –, est apparue comme un préalable indispensable à un projet de recherche collectif pluri-, voire inter-, disciplinaire, dont il reste désormais à définir les contours et la problématique.

27000100836730L

Informations pratiques :

Charles Kraemer et Jacky Koch (éd.), Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge. Conquête des espaces et culture matérielle, Nancy, Presses universitaires de Nancy – Éditions Universitaires de Lorraine, 2017. 342 p., ISBN : 9782814303164. Prix : 23 euros.

Source : Le comptoir des Presses d’universités  et rmblf.be 

 

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Colloque: « Enregistrer les conflits. Pratiques délibératives et scripturales des conseils urbains en temps de crise XIIIe-XVe siècles, Europe méridionale », Aix-en-Provence, 24/11/17.

Les productions documentaires des assemblées délibératives et conseils urbains témoignent des tensions internes et des crises multiformes de la n du Moyen Âge. Pourtant, l’institutionnalisation du gouvernement des villes cultive l’image du consensus vis-à-vis de l’extérieur. Les registres de délibérations parlent volontiers d’une seule voix, en particulier dans l’énoncé des ordonnances adoptées après discussion – les reformationes. La construction de cette unanimi- té en temps de crise mérite d’être examinée comme un objet historique, a n de percer le se- cret des assemblées délibératives, de mettre au jour les rapports de forces qui les traversent.

OL VERDON

Programme :

[9h30] Ouverture de la journée ; Laure Verdon, François Otchakovsky-Laurens AMU-CNRS, TELEMMe
[9h45] Lectio inauguralis – Lorenzo Tanzini, Université de Cagliari – La vie politique et l’écrit dans les villes italiennes du Moyen Âge : entre ritualisation et conflits

[10h30-12h] Des registres stéréotypés ?
Présidence : Noël COULET AMU-CNRS, TELEMMe

Matthieu Allingri AMU-CNRS, TELEMMe – La révolte de 1318 contre le régime des Neuf à Sienne : les enjeux de la communication politique au Conseil et de son expression écrite
Solal Abélès, Université du Luxembourg – Les délibérations de Colle Val d’Elsa (1312-1349) : entre réaffirmation de l’autonomie locale et instrument d’assujettissement à Florence

[13h-15h] Enregistrer la violence
Présidence : Pierre Chastang, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines – Dypac

Daniele Bortoluzzi, Universités de Florence et Sienne – Enregistrer et délibérer pendant la crise : Bologne 1303
Vincent Challet, Université Paul Valéry – Montpellier 3 – CEMM – Discordances et dissidences : les registres montpelliérains à l’aune de la révolte de 1379
Laura Miquel Milian, Institució Milà i Fontanals – CSIC de Barcelona – Barcelona’s Council During the Catalan Civil War (1462-1472): the Conflict’s Management Through Municipal Deliberations

[15h15-16h30] Comparaisons et circulation des pratiques documentaires
Présidence : Jean-Paul Boyer AMU-CNRS, TELEMMe

Auderic Maret, EHESS – Centre Norbert Elias – Les délibérations municipales de Marseille des années 1470 : mise en scène d’un pouvoir municipal à l’épreuve
Alberto Luongo, Université de Pise – Les registres de délibérations comme instruments de l’af rmation seigneuriale : le cas de Gubbio à la n du XIVe siècle

[16h30-17h30] Conclusions par Thierry Pécout Université de Saint-Étienne, LEM-CERCOR suivies d’une table-ronde avec les participants de la journée

Informations pratiques :

Vendredi 24 novembre 2017
Salle n°1, MMSH, Aix-en-Provence

Organisée par Laure Verdon et François Otchakovsky-Laurens AMU-CNRS, TELEMMe Cycle Les registres de délibérations ubains – La voix des assemblées Axe 2, gr. 4 Lien social, lien moral. Éthique et politique en Europe méridionale, XIe-XVIIe siècle

Contact :
Caroline Testanière AMU-CNRS, TELEMMe testaniere@mmsh.univ-aix.fr

Accès MMSH 5 rue du Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence Depuis le centre-ville : bus ligne 8 / depuis Marseille : car ligne 49, arrêt Picasso

 

Source: https://rmblf.be/2017/11/16/colloque-enregistrer-les-conflits-pratiques-deliberatives-et-scripturales-des-conseils-urbains-en-temps-de-crise-xiiie-xve-siecles-europe-meridionale/

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Parution: Lucie Galano et Lucie Laumonier, « Montpellier au Moyen Âge ».

Appuyé sur une documentation originale, cet ouvrage se présente comme un bilan des travaux passés sur l’histoire médiévale de Montpellier proposant un panel des recherches nouvelles, et atteste du dynamisme des études historiques et archéologiques sur la ville.

Fondée à la fin du Xe siècle, Montpellier connut une expansion fulgurante à partir du XIIe, à la faveur du développement d’échanges culturels et économiques, vers la Méditerranée ou le nord de l’Europe. Cette expansion était le fruit de politiques menées par les Guilhem et confirmée lors du passage de la seigneurie sous l’autorité des rois d’Aragon et de Majorque après 1204, quand la ville obtint un gouvernement consulaire. Devenue une communauté urbaine d’importance au XIIIe siècle, Montpellier était habitée par une population cosmopolite. Dans et hors les murs se croisaient grands marchands, changeurs et simples revendeurs, universitaires et intellectuels de renom, artisans et agriculteurs. L’attractivité et le rayonnement de Montpellier en faisaient l’une des principales villes du Bas-Languedoc. Pourtant, son histoire médiévale n’a bénéficié que d’une attention inégale de la part des chercheurs. Cet ouvrage, procède d’un colloque international réuni à Montpellier en 2013 et rassemble des articles réalisés par les principaux contributeurs et principales contributrices à l’histoire et à l’archéologie de la ville. Basés sur des archives originales ou sur la réinterprétation de données connues, les recherches proposées ici, tout en présentant un bilan des travaux passés, empruntent des voies nouvelles démontrant les promesses des études historiques et archéologiques sur Montpellier.

rfsvz1sx

Lucie Galano (docteure en histoire, Paul Valéry Montpellier 3 – Sherbrooke) et Lucie Laumonier (Assistant professor, University of Calgary), travaillent toutes deux sur l’histoire de Montpellier. Les recherches de Lucie Laumonier, appuyées sur l’étude de sources de la pratique, se situent dans les champs de l’histoire sociale et de la famille. Lucie Galano étudie les rapports entre la ville et son arrière-pays, ses recherches abordant l’histoire environnementale de la région.

Informations pratiques :

Lucie Galano et Lucie Laumonier, Montpellier au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2017 (Studies in European Urban History (1100-1800), 40). XVI+258 p., 28 b/w ill. + 19 colour ill., 3 b/w tables, 178 x 254 mm. ISBN: 978-2-503-56852-2. Prix : 85,00 €.

Source : Brepols

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts

Journée d’étude: « Bâtir, nourrir la ville au Moyen Âge : produits, acteurs et réseaux », Namur, 8/12/17.

37e journée d’étude du RMBLF

Informations et inscription (souhaitée avant le 4 décembre) :
frederic.chantinne[at]spw.wallonie.be

JE37-RMBLF

Programme :

Séance du matin
9h15-12h45

Pierre Paquet (Inspecteur général f.f. Patri- moine/SPW) – Introduction

Josiane Pimpurniaux (SPW) – Vers une politique wallonne de la ville : une Politique de Promotion de la qualité architecturale et du patrimoine
Laetizia Puccio (Archives de l’État à Namur) et Dolorès Ingels (SPW) – Chièvres : archéologie et histoire urbaine
Catherine Péters (SPW) – Huy et l’archéologie : des bribes de passé dans une ville en mouvement
Philippe Sosnowska et Paulo Charruadas (ULB) – Descendre dans les caves médiévales, un remontant pour l’archéologie urbaine? Programme et enjeux du projet Brussels Archaeological Survey (BAS)
Raphaël Vanmechelen (SPW) – Le Grognon, à Namur : archéologie d’un quartier portuaire

Séance de l’après-midi
14h00-17h00

Guillaume Mora-Dieu (SPW) – Destructions et reconstructions. L’impact des conflits sur une enceinte urbaine : l’exemple de Liège au XVe siècle
Jonathan Dumont (ULg) – Affamer, détruire, vi- der la ville : (encore !) le sac de Liège de 1468
Matteo Ferrari (Poitiers) – Mettre en signe la ville. Acteurs et fonctions de l’image héraldique en contexte urbain (Poitou, XIIIe-XVIe siècles)
Colette Van Coolput-Storms (UCL/KULeuven- Brussel) – Le Roman d’Abladane, passé légen- daire et présent d’une ville du Nord

Répondants :
– Marie-Christine Laleman (Directrice honoraire de la « Zwarte Doos » à Gand)
– Emmanuel Bodart (chef de Service aux Archives de l’État à Namur)

 

Source: https://rmblf.be/2017/11/13/journee-detude-du-rmblf-batir-nourrir-la-ville-au-moyen-age-produits-acteurs-et-reseaux/

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts