Tous les articles par Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

[Ecole doctorale] Autumn school in medieval studies, Castelo de Vide (Portugal), 6-7  octobre 2020 [Date limite candidature : 15 juin 2020]

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

The Institute for Medieval Studies (IEM – NOVA FCSH) and the Municipality of Castelo de Vide are organizing a Autumn School for twenty Master’s and PhD students in medieval studies, that will take place during the 6h and the 7th of October in Castelo de Vide.

The goal of this initiative is to create a place for open debate and experience sharing in which the students can increase their knowledge and skillset, benefitting from the presence of renowned specialists from respected European universities, and promoting an interdisciplinary approach to the selected topic.

The Autumn School is structured by theoretical session followed by debates, research workshops with a hands-on approach and a study-visit to Castelo de Vide’s Historical Centre.
Students can also present their research’s subject and methodology in poster format to be debated during the School, in a reserved session. Poster printing is supplied by the organization.
The school official languages are Portuguese, Spanish and English.

CALL AUTUMN SCHOOL

Source : Denis Menjot

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Ecole thématique] PopFam 2020 (Population, Famille, Parenté : sources et méthodes), La Rochelle, 25-30 octobre 2020 [Date limite candidature : 15 mai 2020]

École thématique PopFam2020 (Population, Famille, Parenté : sources et méthodes)
Organisée par la Société de Démographie Historique
25 octobre – 30 octobre 2020, La Rochelle


Comité scientifique

Sandra BREE ; Julie DOYON ; Vincent GOURDON ; Jean-François
MIGNOT ; Michel ORIS


Comité d’organisation

Cyril GRANGE ; Isabelle ROBIN ; Isabelle SEGUY
Contact: Isabelle Robin (robin.izabelle@orange.fr)


Organisation de la SDH, avec le soutien du CNRS, de l’Ined et du Centre Roland Mousnier

Résumé
L’école thématique « Population, Famille, Parenté » se propose de rendre plus visibles les travaux récents et les dernières évolutions méthodologiques et documentaires des disciplines associées à l’étude des populations, de la famille et de la parenté. L’école est ouverte aux chercheurs, aux ingénieurs d’études ou de recherche et aux jeunes chercheurs (mastérants, doctorants, post-doctorants). L’objectif est aussi de structurer une communauté élargie de chercheurs qui rencontrent les enjeux de la démographie historique et de l’histoire de la famille en histoire, en sociologie et en anthropologie.

Présentation, argumentaire, pré-programme et modalités d’inscription :
École thématique PopFam2020 (Population, Famille, Parenté : sources et méthodes)

 

Source : Société de Démographie Historique

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Les lieux de culte dans les agglomérations secondaires antiques et petites villes médiévales dans le Massif central, Revue Siècles, 48, 2020, en ligne

Couverture_Siecles_48

Sous la direction de Thomas Areal, Maxime Calbris, Marion Monier et Émeline Retournard

Ce dossier thématique souhaite faire dialoguer historiens, archéologues et historiens de l’art de l’Antiquité et du Moyen Âge afin de réfléchir sur la place et le rôle du lieu de culte dans les agglomérations secondaires antiques et les petites villes médiévales. Dans une zone d’étude restreinte au Massif central, plusieurs études de cas envisagent lesrelations de ces édifices aux systèmes de peuplement, à l’échelle des villes et des territoires. On trouvera en complément une réflexion sur les origines de la ville de Montferrand, dont la fondation fut justement liée à l’existence de plusieurs églises.

Sommaire
  • Thomas Areal, Maxime Calbris, Marion Monier et Émeline Retournard ,  Introduction
 
  • Florian Baret
    Lieux de culte et agglomérations antiques. Formes d’intégration et topographie urbaine dans les cités du Massif central
  • Maxime Calbris
    L’évolution du lieu de culte de l’agglomération antique de Mathonière à Allanche (Cantal) : apports des prospections pédestres, aériennes et géophysique
  • Fernand Peloux
    Les agglomérations secondaires et leur topographie religieuse dans le Gévaudan du haut Moyen Âge. Hagiographie, transformations territoriales et construction chrétienne de l’espace
  • Claire Bourguignon
    Les espaces conventuels des ordres mendiants dans les « petites villes » du diocèse de Clermont (XIIIe-XVe siècles)
  • Thomas Areal
    Une petite ville de basse Auvergne. Billom et ses lieux de culte au Moyen Âge 
  • Emmanuel Grélois
    Une histoire ecclésiastique de Montferrand au XIIe siècle
Source : Siècles (Numéro consultable à cette adresse)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[A paraître] L’archéologie au village. Le village et ses transformations, du Moyen Âge au premier cadastre, Archéologie du Midi Médiéval, t. 36, n° spécial, 2018, parution mars 2020

Actes du colloque des 20-22 septembre 2017, Palais des rois de Majorque, Perpignan, organisé par le Département des Pyrénées-Orientales – Service Archéologique Départemental, l’Université de Perpignan – Via Domitia

Textes réunis par Aymat Catafau et Olivier Passarrius

Sommaire et bon de commande
Source : Association Archéologique des Pyrénées Orientales

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[A paraître] Damien Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2020, rééd, 608 p.

Dès ses débuts dans la première moitié du XIIe siècle, l’ordre du Temple a trouvé dans la basse vallée du Rhône une aire de développement privilégiée, où il a établi un dense réseau de maisons rassemblant autour d’elles un vaste patrimoine foncier. Présentes en ville comme à la campagne, les commanderies templières tissèrent des liens étroits avec la société laïque, au sein de laquelle elles eurent un intense rayonnement spirituel.

Issu d’une thèse de doctorat, ce livre s’est rapidement imposé, après sa première parution en 2005, comme un classique dans l’historiographie internationale des ordres religieux-militaires. Fondée sur l’étude d’un corpus riche de quelque 1600 actes de la pratique complété par des sources narratives et archéologiques, l’enquête de Damien Carraz met en valeur la nouveauté de l’expérience religieuse templière, qui alliait idéal monastique et éthique guerrière, en décrivant les modalités de son intégration dans la société provençale. Les liens entretenus avec la Terre sainte, la réforme ecclésiastique, l’intérêt porté par les dynasties comtales de Provence et de Toulouse et l’état intermédiaire de moine-soldat contribuèrent à expliquer le succès de l’ordre, dont cette étude pionnière montre le bon accueil aussi bien par le clergé que par les laïcs, l’insertion dans les contextes urbains, l’ouverture au droit et aux nouvelles pratiques de l’écrit.

Cette nouvelle édition est précédée d’une préface de Philippe Josserand, maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université de Nantes, lui aussi spécialiste reconnu de l’histoire des ordres religieux-militaires. Elle constitue une référence essentielle pour qui s’intéresse à l’ordre du Temple et aux sociétés méridionales de façon générale.

Damien Carraz est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université Clermont-Auvergne, rattaché au Centre d’histoire « Espaces et cultures ». Il est secrétaire des Cahiers de Fanjeaux et coresponsable de la publication de la revue Siècles du Centre d’histoire « Espaces et cultures ». Ses travaux portent sur les ordres militaires et les sociétés urbaines méridionales du second Moyen Âge. Il a notamment publié L’Architecture médiévale en Occident (Presses universitaires de France, « Que sais-je ? », 1999), Les Templiers et la guerre (Lemme Édit, 2012) et Comptes de la commanderie de l’Hôpital de Manosque pour les années 1283 à 1290 (avec Karl Borchardt et Alain Venturini, CNRS éditions, 2015).

A paraître le 12/03/2020

Presses universitaires de Lyon, Collection Histoire et archéologie médiévales, 608 pages, 15,5×24 cm, 35 euros

Source : Presses universitaires de Lyon

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journée d’études] “Les bibliothèques d’historiennes et d’historiens : un nouvel objet d’études ?” , Guyancourt, 6 mars 2020

Date et lieux

Vendredi 6 mars 2020

Université de Versailles Saint-Quentin-en-YvelinesAuditorium de la Bibliothèque universitaire de St-Quentin

45 boulevard Vauban à Guyancourt – accès

Entrée libre et gratuite

Programme

9h15 Accueil

9h45 Introduction de la journée – Jonathan Barbier (LaSSP/BnF), Jean-Charles Geslot (CHCSC, UVSQ), Agnès Sandras (BnF)

Matinée : Les historiens dans leurs livres

Présidence : Yann Potin (Archives nationales)

10h15 Kondylenia Belitsou (Université de Paris-Diderot/Université d’Athènes) – La bibliothèque des auteurs de manuels d’histoire ancienne : les cas de Charles Cayx (1793-1858) et Philippe Lebas (1794-1860)

10h45 Emmanuelle Haim (Sorbonne Université) – La bibliothèque de l’académicien Gabriel Hanotaux : un historien bibliophile

Questions et pause

11h45 Cédric Audibert (Centre Norbert Élias) – Une bibliothèque avignonnaise à la mort de son possesseur : Alain Moreau, historien de la Provence

12h15 François-Olivier Touati (Université de Tours) – Marc Bloch et ses livres (1886-1944) : voies d’approches plurielles

Questions

Après-midi : Que faire des bibliothèques d’historiens ?

Présidence : Agnès Sandras (Bibliothèque nationale de France)

14h30 Matthieu de Oliveira (Université de Lille SHS – IRHIS) – Mais est-ce aux laboratoires de recherche de conserver les bibliothèques de leurs anciens chercheurs ? Retour d’expérience

15h Nelly Sciardis (SCD Université polytechnique des Hauts-de-France) et Élise Meyer (BU Rennes-2) – Regards croisés sur deux bibliothèques de médiévistes conservées au sein d’une bibliothèque universitaire pluridisciplinaire : Robert Fossier, Robert Delort

Questions et pause

16h Table ronde : Conserver et étudier l’histoire des spectacles : les fonds Nicole Wild et Jean-Louis Tamvaco à la Bibliothèque universitaire de Saint-Quentin-en-Yvelines, avec Dorothée Hennes-Cordel (SCD UVSQ), Stella Rollet (CHCSC). Animation : Jean-Charles Geslot (CHCSC, UVSQ)

Contact : jean-charles.geslot@uvsq.fr

Télécharger l’affiche et le programme

 

Source : BIBLHIS

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journée d’étude] Les sceaux : des images pour l’Histoire, Paris, Archives nationales, 17 mars 2020

archivesnationales.JPG

Programme

 

Informations pratiques
Organisation

Sylvie Nicolas, responsable du département de l’accueil des publics de Paris : sylvie.nicolas@culture.gouv.fr

Entrée libre et sans inscription
Date et lieux

Mardi 17 mars 2020, 14h-17h30

Archives nationales
CARAN
11, rue des Quatre-Fils
75003 Paris
Salle d’albâtre
(rez-de-chaussée du CARAN)

Accès

Métro : Hôtel de Ville (ligne 1),
Rambuteau (ligne 11),
Arts et métiers (ligne 3)
Bus : n° 29 et 75, arrêt « Archives-
Haudriettes » ou « Archives-Rambuteau

Source : Archives départementales de l’Aube

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Conférence] Véronique Chankowski, Présentation du Réseau des Ecoles françaises à l’étranger, Lyon, 26 février 2020.

Véronique Chankowski, directrice de l’École française d’Athènes et présidente du Réseau des Écoles françaises à l’étranger, présentera le Réseau des 5 EFE (Athènes, Rome, Madrid, Le Caire, Extrême-Orient) le mercredi 26 février à 16h30 à la MSH (salle Marc-Bloch)

Affiche de présentation

Source : Stéphane Gioanni

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journée d’étude] Pratiques de la grâce princière et royale. Enjeux et perspectives d’une comparaison, Dijon, 5 mars 2020.

La multiplication des travaux récents autour des pratiques de la grâce à la fin du Moyen Âge, en particulier sur les lettres de rémission, permet d’envisager l’approfondissement de comparaisons entre les actes de clémence royaux et ceux accordés par les princes qui, régulièrement semble-t-il, s’inspirent du modèle des souverains français. Il s’agit ici d’aborder les pratiques de grâces criminelles des rois de France et d’autres grands princes de la fin du Moyen Âge, tels que les ducs de Bourgogne et de Bretagne. Cette dimension comparative ne doit pas se limiter à la seule forme des documents mais aussi et surtout à leur fond. Parmi les aspects liés à la criminalité tardo-médiévale, plusieurs thèmes seront abordés tels que la violence des hommes de guerre, la place des femmes dans les lettres de rémission ou encore celle de la sorcellerie. Il s’agira ainsi de s’interroger sur la présentation de ces diverses caractéristiques selon les autorités accordant leur grâce, en s’intéressant également aux évolutions qu’elles connaissent du XIVe au XVIe siècle.

Organisation

Rudi Beaulant et Bruno Lemesle

Date et lieu

Jeudi 5 mars 2020, 10h – 17h

Dijon, Maison des Sciences de l’Homme, salle R 03

Affiche et programme
Source : Rudi Beaulant

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] “Histoire des villes à travers leur comptabilité à la fin du Moyen Âge”, Revue Comptabilité(S), 12, 2019

Sommaire
  • Béatrice Touchelay
    Éditorial
  • Geneviève Dumas et Lucie Galano
    Avant-propos 
  • Denis Menjot
    Faire l’histoire des villes médiévales à travers leurs comptabilités 
  • Thierry Pécout
    Comptabilité urbaine, comptabilité du prince : modèles et interactions en Provence (XIIIe-début XIVe s.)
  • Cléo Rager
    Les institutions municipales troyennes au regard de leurs comptabilités : entre concurrence et collaboration des pouvoirs (XVe siècle)
  • Anne Kucab
    Les comptabilités rouennaises conservées de la seconde moitié du xve siècle : d’une histoire de la ville à celle de la vie quotidienne
  • Geneviève Dumas
    Responsabilité et reddition des comptes à Montpellier au xve siècle
  • Xavier Bach et Pierre-Joan Bernard
    Une double comptabilité latin-occitan à Montpellier au xve siècle
  • Lucie Laumonier
    Les impôts directs dans la fiscalité montpelliéraine (fin xive–xve s.)
  • Lucie Galano
    Les recettes du consulat majeur de Montpellier au xve siècle : impôts indirects et revenus domaniaux d’après les documents comptables.
  • Clémentine Stunault
    Les repas des capitouls à l’appui des comptes de la municipalité de Toulouse (1444-1470)
  • Romain Fauconnier
    Les écoles de grammaire dans les livres de comptes de Montpellier (1370 – 1510)
  • Catherine Dubé
    L’apport des sources comptables à l’étude du réseau viaire de Montpellier à la fin du Moyen Âge
Numéro en texte intégral à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/comptabilites/3352

 

Source : Revue Comptabilité(S)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] Espaces maritimes, ports et littoraux du Roussillon à la Provence au Moyen Âge, Montpellier, 12-13 juin 2020 [Date limite propositions : 1er mars 2020]

Les XIIe – XIIIe siècles, période d’essor économique et d’accroissement des échanges, notamment en Méditerranée, constituent à bien des égards un âge d’or des ports maritimes et fluviaux. Mais qu’est-ce qu’un port au Moyen Âge ? La question, posée à l’occasion du renouveau des recherches en histoire maritime et sur les sociétés littorales, peut sembler banale mais vise à définir les spécificités des établissements portuaires qui constituent des escales incontournables au sein des réseaux d’échanges en Méditerranée, et couvrent ainsi un large champ de spécialités. Ont été envisagés plus particulièrement dans ces recherches récentes, le choix du site géographique et l’évolution générale du paysage littoral, les liens entre terre et mer – par l’intermédiaire, parfois, d’un espace lagunaire –, mais aussi les fonctions et types d’infrastructures, les logiques d’organisation de la ville et du port au cours du temps et les modes de structuration du territoire, intégrant les préoccupations politiques et économiques des pouvoirs régionaux et extrarégionaux. Le choix d’implantation, de la confluence de cours d’eau au fond de baie, du cordon littoral à la lagune abritée, conditionne autant la lutte incessante contre l’envasement des infrastructures que la structuration de la ville en fonction de son bassin d’approvisionnement et du stockage de ses exportations.

L’espace portuaire possède une profonde valeur patrimoniale géohistorique. Le choix de fonder un port répond à des mutations profondes des sociétés et de leurs moteurs d’échange. Aigues-Mortes et son port fondés au XIIIe siècle par le roi de France Louis IX constituent un exemple emblématique de ces enjeux croisés, à la fois politiques, géographiques et économiques, qui ont conduit à la création d’une ville portuaire.

Comprendre la disparition d’un port est une démarche tout aussi enrichissante. Elle rend compte des changements d’ordre politiques, économiques et environnementaux, auxquels les sociétés ont dû faire face et, par là-même, déployer leurs capacités d’adaptation. Ces modalités d’adaptation sont complexes (techniques, financières) et se produisent sur différentes temporalités, tantôt progressives et continues dans le temps (entretien des bassins, des aménagements portuaires…), tantôt plus ponctuelles en réponse à des événements météo-marins extrêmes. L’adaptation des sociétés littorales ne dépend pas uniquement d’aspects techniques, mais aussi de l’engagement et des ressources des pouvoirs politiques afin de soutenir des travaux d’entretien, de dragage, de réparation, de modernisation pour pérenniser l’existence du port. Toutefois, lorsque les défis s’annonçaient trop difficiles à relever (premières manifestations du Petit Âge Glaciaire, concurrence, guerre), l’abandon du port pouvait s’imposer, révélant ainsi les limites de l’adaptation des sociétés littorales aux changements environnementaux, mais aussi sociaux et politiques, alors à l’œuvre.

Cette rencontre entend réunir des historiens, géographes et géoarchéologues, spécialistes des sources textuelles, cartographiques, autant que matérielles issues de l’archéologie et de la géomorphologie, afin de confronter les approches et de tirer des enseignements de ces regards croisés sur les changements sociétaux et environnementaux de la période médiévale qui ont touché les sociétés littorales et les établissements portuaires. Les questionnements portant sur le cas spécifique d’Aigues-Mortes trouveront peut-être un écho dans le cas d’autres sites méditerranéens actuellement étudiés, soulevant des analogies ou des situations contradictoires susceptibles d’apporter des éléments de réponse. Ces regards croisés permettront d’apprécier les singularités d’un port, son degré de développement et ses évolutions, ainsi que de l’appréhender à différentes échelles spatiales et temporelles.

Thèmes abordés :
– Le contexte géographique de l’implantation du port maritime et/ou fluvial médiéval
– Les fonctions et les infrastructures portuaires
– Bassin d’approvisionnement maritime et/ou fluvial du port
– Les relations ville/port/avant-port
– La délimitation d’une « zone » portuaire (mouillage au large, escales de déchargement)
– Les réseaux et les dynamiques portuaires
– Changements côtiers et pérennisation de la structure portuaire
– L’adaptation des sociétés portuaires aux évènements paroxystiques

Détails et informations pratiques (soumission, inscription…) sur la plateforme dédiée : https://portsmoyenage.sciencesconf.org/

 

Source : SHMESP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] François Foronda, Privauté, gouvernement et souveraineté, Castille, XIIIe-XIVe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2020, 294 p.

Un moment fondateur de l’expérience médiévale du pouvoir d’État en Castille : la privauté ou le choix de l’amitié contre la parenté.

Avant le temps des ministres-favoris de l’époque baroque, les rois de l’Europe médiévale ont compté dans leur proximité sur l’assistance de personnages souvent vus comme leur préfiguration. Cette expérience de la privauté n’est cependant pas partout de même intensité. Ainsi, la Castille de la fin du Moyen Âge se distingue-t-elle par une continuité d’expérience. Ce terrain s’avère donc particulièrement propice pour interroger l’identité de la privauté médiévale, son sens historique. La privauté (privanza) est un choix, celui de l’amitié contre la parenté. Réalisé sur le terrain idéologique à partir du milieu du XIIIe siècle, ce choix se fait stratégique au début du XIVe siècle : contre ses parents et ses barons, qui entendent exercer une emprise sur sa royauté, le roi lance ses créatures, les privados, pour s’en libérer. Si ceux-ci œuvrent donc à une expulsion, ils organisent dans le même temps une participation alternative et plus large au gouvernement du roi, celui de sa personne et de son royaume. La privauté fait ainsi sentir quel dépassement sociétal affecte la compagnie royale à partir du XIIIe siècle. Et la répétition des expériences de privauté au XIVe siècle fonde un régime politique, marqué par la distinction entre gouvernement et souveraineté. Cet essai envisage à nouveaux frais ce moment fondateur de l’expérience médiévale du pouvoir d’État.

Table des matières

I. – Une relation gouvernementalisante 
II. – L’amitié gouvernementale 
Annexe 1. – Les mots de la privauté dans la Gran conquista de Ultramar et leurs correspondants français 
Annexe 2. – Schémas de cooccurrences 
III. – Une formule de réassurance 
IV. – Un régime politique 
Annexe finale. – Privanza ¿Una definición? 
Sources
Bibliographie 
Table analytique

Source : Casa de Velázquez

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journée d’étude] Chanoines des montagnes et des piémonts alpins au Moyen Âge, Lyon, 18 mars 2020

Date et horaires

Mercredi 18 mars 2020, 10h-13h et 14h-30-17h30

Lieu

MSH Lyon-Saint-Etienne, 14 avenue Berthelot, Lyon 7ème, Salle Marc-Bloch

Organisation

Cécile Caby (Lyon 2, CIHAM) et Laurent Ripart (USMB, LLSETI)

Présentation

Longtemps moins étudiées que les fondations monastiques, les nombreuses fondations ou congrégations canoniales des Alpes et de leurs piémonts ont fait l’objet, dans les dernières années, de multiples approches monographiques ou régionales, notamment dans le cadre de recherches doctorales. Dans la foulée de cette dynamique et en écho aux objectifs du programme HALA, visant, entre autres, à valoriser les archives des anciens États de Savoie, cette journée d’étude internationale entend promouvoir les échanges entre chercheurs d’horizons méthodologiques et historiographiques différents et fournir l’occasion d’un bilan sur les archives et la documentation disponibles (en y incluant les sources iconographiques et matérielles) pour éclairer la présence et les fonctions sociales des chanoines séculiers et réguliers dans ces régions.

Programme
Contact

cecile.caby[at]univ-lyon2.fr

Source : Ciham 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Conférence] Ali Benmakhlouf, “Un robinson andalou : la fable d’Ibn Tufayl entre hominisation et humanisation”, Cycle Lectures méditerranéeneS, Rome, Fondazione Primoli, 20 février 2020.

Date et lieu

Jeudi 20 février 2020, à 18h

Fondazione Primoli, Via Giuseppe Zanardelli, 1, 00186 Roma

Présentation

À partir de la fable du XIIe siècle d’un philosophe autodidacte, seul sur son île, la conférence essaiera de saisir les enjeux qui permettent de croiser une hominisation (survie de l’espèce) avec une humanisation (la vie des hommes selon les institutions). La fable servira de point d’appui aux problématiques actuelles du rapport de l’homme à son environnement naturel et social.

Basato sulla leggenda del XII secolo di un filosofo autodidatta, solo sulla sua isola, l’incontro cercherà di cogliere i temi che permettono di incrociare l’ominazione (la sopravvivenza della specie) con l’umanizzazione (la vita degli uomini secondo le istituzioni). La leggenda costituirà la base per le questioni attuali del rapporto tra l’uomo e il suo ambiente naturale e sociale.

Informations pratiques

La conférence se déroulera en langue française avec traduction simultanée en italien.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Partenaires : Ambassade de France en Italie – Institut français Italia, Fondazione Primoli, Istituto della Enciclopedia Italiana Treccani, Institut français – Centre Saint-Louis

 

 

Source : Ecole française de Rome

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] “L’eugénisme en question : généalogie, transmission et savoirs de l’hérédité du Moyen Âge à nos jours”, Metz, 2-3 avril 2020.

Date : 2-3 avril 2020

Lieu : Salle Ferrari, Campus du Saulcy, Metz

Organisation : Jean-Christophe Blanchard, Université de Lorraine – CRULH (jean-christophe.blanchard@univ-lorraine.fr) et Jérôme Viret, Université de Lorraine – CRULH (jerome.viret@univ-lorraine.fr)

Programme ici
Source : CRULH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Jessika Nowak, Jens Schneider et Anne Wagner (dir.), Ein Raum im Umbrunch? Herrschaftsstrategien in Besançon im Hochmittelalter, Köln, Böhlau Verlag GmbH & Cie, 2020.

Source  (et lien vers table des matières) : https://www.vandenhoeck-ruprecht-verlage.com/themen-entdecken/geschichte/geschichte-des-mittelalters/49215/ein-raum-im-umbruch

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] “Les sources perdues, une fatalité pour l’historien ?”, Journée d’études, Tours, 4 juin 2020 [Date limite propositions : 15 mars 2020]

Journée d’études organisée par l’AJCH (Association des Jeunes Chercheurs en Histoire)

Appel à communications ici (argumentaire, informations et modalités de soumission)

Source : AJCH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] Arbitraire et arbitrages : les zones grises du pouvoir (XIIe-XVIIIe siècle), Montréal (Québec), 5- 7 mai 2021 (date limite propositions : 1er mai 2020)

Argumentaire

Dans le monde occidental contemporain régi par le droit et la loi, par les constitutions et les chartes, envahi par une normativité galopante, l’idée que le pouvoir puisse avoir une part d’arbitraire peut surprendre ou choquer. Les dictionnaires de la langue française, depuis la première édition de celui de l’Académie en 1694, donnent le ton : « On appelle pouvoir arbitraire un pouvoir absolu qui n’a pour règle que la volonté du souverain. Il ne se dit qu’en mauvaise part. » Cette mauvaise part persiste et s’amplifie même par la suite. Le dictionnaire Larousse définit ainsi l’arbitraire comme rien de moins que ce « qui dépend de la volonté, du bon plaisir de quelqu’un et intervient en violation de la loi ou de la justice ». En 1690 pourtant Antoine Furetière proposait une définition plus nuancée, reflétant une signification ancienne inspirée de la pratique du droit : « qui dépend de l’estimation des hommes, qui n’est point fixé par le droit, ni par la loi », un sens que l’on retrouve déjà chez Jean Froissart en 1397 : « qui dépend de la décision du juge », tout simplement.

L’ambivalence du mot arbitraire s’enrichit d’une connotation bien plus positive lorsque l’on introduit le terme, plus acceptable aujourd’hui, de « discrétion ». Chargé des valeurs morales d’intelligence, de compétence ou de sensibilité, on le réserve plus volontiers aux juges dans l’exercice de leurs fonctions, qu’aux hommes et aux femmes qui interviennent dans le champ du politique, dépositaires des souverainetés nationales ou simples agents chargés du maintien et de l’application des lois. C’est qu’aucune loi, aucune constitution, aucune norme ne peut prétendre régir l’intégralité de l’activité humaine ni non plus définir avec objectivité la manière dont sont appliquées l’ensemble de ces normes. Contre Accurse, pour qui « tout se trouve dans le corps du droit », Thomas d’Aquin reconnaissait que le législateur ne pouvait ni ne voulait tout exprimer dans la loi. Il reconnaissait donc l’existence d’une zone grise qui échappe aussi bien à l’interprétation juridique qu’à l’administration de preuves rationnelles. Les circonstances infinies des relations humaines ne se laissent, en outre, pas enfermer dans les codes et traités normatifs. Leur nécessaire appréciation dans les processus de régulation des relations sociales implique également de laisser une certaine latitude à ceux qui en sont en charge. Dans l’administration de la justice par exemple, l’arbitraire des juges a été défini, dès le xiie siècle, comme la capacité d’appréciation des circonstances des crimes ou des délits afin d’arbitrer, c’est-à-dire, simplement, de choisir les peines les plus appropriées. Par ailleurs, l’arbitrage du juge, presque universellement reconnu, ne se distingue pas nettement de celui des arbitres du droit privé, « amiables compositeurs » investis par la volonté des parties d’une fonction médiatrice aussi déterminante que celle des juges dans la procédure du règlement des conflits.

Le prince, le juge et l’arbitre, chacun dans son champ d’action et dans la limite de ses capacités, répondent à un même besoin des sociétés humaines de réguler les interactions sociales (instaurer et garantir le respect des normes ou des lois) ; de combler le fossé entre les normes et les pratiques (par exemple à propos de la détermination ou de l’application des peines) ; de compenser l’absence de normes reconnues (vides juridiques ou cas de terra nullius) ; ou encore de régir les modes de dérogation à la norme (par exemple dans les cas d’exception fondés sur la nécessité). En cela, l’arbitraire se situe au carrefour de la contrainte et de la liberté, dans un clair-obscur de l’exercice du pouvoir, lieu d’insertion de valeurs morales comme la caritas, la grâce et la miséricorde. Il introduit les notions de transaction, de négociation et de contrat, abordées dans plusieurs études récentes qui proposent de revisiter les schémas encore trop linéaires qui président à notre compréhension de la construction de l’État et de la souveraineté modernes. Et si entre le temps de Froissart et celui des lexicographes de la fin du xviie siècle, l’affirmation du pouvoir, les transformations de la notion de souveraineté et l’évolution des modes de gouvernement ont gommé la dualité originelle du terme arbitraire, entre arbitrage et arbitraire, ils n’ont pas fait disparaître l’importance de la légitimité, de la recherche du consensus et du consentement, comme corollaire de l’exercice du pouvoir dans tout régime politique, à l’exception peut-être de la tyrannie.

Ce colloque, au carrefour de l’histoire, du droit, de la philosophie et de l’anthropologie, propose d’envisager de manière pluridisciplinaire ou interdisciplinaire et par une lecture comparative les pratiques arbitraires/arbitrales dans le champ du droit privé, du droit pénal et de l’exercice du pouvoir public. Il cherche ainsi à observer les limites posées par le droit, la coutume, la morale à la liberté de l’exercice d’un pouvoir contraignant, voire absolu, dans l’espace européen et dans ses colonies, entre le xiie et le xviiie siècle. Plus concrètement, les propositions pourront se pencher sur :

  • les pratiques de la souveraineté médiées par des instances de représentation ouvrant au dialogue à différentes échelles (conseils, diètes, cortès, parlements, états et assemblées) ;
  • la pratique de l’exception comme la grâce, les rémissions ou les abolitions ;
  • les modalités d’interpellation des pouvoirs comme la supplique, la requête ou la pétition ;
  • les lieux, les moments et les modalités d’exercice et d’application
    • de l’arbitrage proprement dits, en tant que renoncement volontaire à une marge de liberté au bénéfice d’un tiers ;
    • de l’exception dans les domaines politique (suivant l’aphorisme de Karl Schmitt, « Le souverain est celui qui décide de/dans la nécessité »), ou du droit (cas royaux, lèse-majesté, voire procès politiques)
  • ainsi que les tensions et les résistances produites par l’exercice de l’arbitraire (par exemple la mise par écrit des coutumes).

Nombre de ces éléments ont fait l’objet d’études, parfois récentes et souvent exhaustives. L’intérêt de ce colloque tient plutôt à la réflexion croisée qu’il propose sur convergences et les divergences qui unissent ou, au contraire, opposent ces pratiques pour mieux comprendre la diversité des pratiques politiques de l’Europe médiévale et moderne : existence de contraintes conjoncturelles et structurelles (sociales ou institutionnelles) ; interférence de l’action humaine dans les pratiques du pouvoir (l’arbitraire/arbitrage étant par définition œuvre humaine et non institutionnelle) ; lieux de réflexion sur ces marges du pouvoir où interagissent souvent le droit et la morale (traités juridiques ou des peines comme le De pœnis temperandis de Tiraqueau, miroirs des princes ou traités de gouvernement de toute nature). Cette approche pourrait enrichir une réflexion plus ouverte encore, sur la fonction de lissage de l’ensemble de ces pratiques arbitrales dans le choc des libertés en conflit, sur la fragilité des espaces-limites entre polities et tyrannies ou sur la persistance d’un oxymore qui n’est qu’apparent : y a-t-il un lieu de normativité de l’arbitraire ?

Modalités de contribution

Le colloque se tiendra à l’Université du Québec à Montréal du 5 au 7 mai 2021. Les propositions de communications (1500 caractères) accompagnées d’un bref curriculum vitae sont à adresser avant le 1er mai 2020

par voie électronique à :

Benjamin Deruelle, professeur Département d’histoire Université du Québec à Montréal deruelle.benjamin@uqam.ca ou à : Michel Hébert, professeur émérite Département d’histoire Université du Québec à Montréal hebert.michel@uqam.ca

Prise en charge

Dans toute la mesure du possible, les organisateurs chercheront à assurer le transport et le logement des participants au colloque. Cependant, tous ceux ou celles qui peuvent éventuellement assurer leur propre financement, par la voie de leurs universités ou de centres de recherche, sont invités à le faire savoir au moment de l’envoi du dépôt de leur proposition. L’existence de tels financements externes (même non encore assurés), en effet, est un important prérequis pour la demande de subvention générale qui sera déposée pour l’organisation du colloque.

Comité scientifique
  • Pascal Bastien (UQAM),
  • Josep Capdeferro (U. Pompeu Fabra),
  • Fanny Cosandey (EHESS)
  • Benjamin Deruelle (UQAM),
  • Jean-Philippe Garneau (UQAM),
  • Claude Gauvard (U. Paris 1),
  • Michel Hébert (UQAM),
  • Olivier Matteoni (U. Paris 1),
  • Lyse Roy (UQAM).
Source : Calenda

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Inland Harbours in Central Europe : Nodes between Northern Europe and the Mediterranean Sea, Regensburg, Schnell & Steiner, 2020, 268 p.

International conference, 1-2 december 2016, Maison des Sciences de l´Homme (MSH) de Dijon within the framework of the Special Research Programme (DFG-SPP 1630) »Harbours from the Roman Period to the Middle Ages«

Inland harbours as gateways between water and land are crucial nodes for mobility and economic exchange in Antiquity as well as in the Middle Ages. This volume is a collection of 20 papers given in 2016 at the international conference »Inland harbours in Central Europe: Nodes between Northern Europe and the Mediterranean Sea« in Dijon (University of Burgundy, France).

– Inland harbours in Antiquity and the Middle Ages
– Their role for mobility and economic exchange

Source : Schnell & Steiner

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance de HDR] Sarah Baudelle-Michels, “Réécritures épiques et historiographiques, transmission et appropriations”, Paris, 14 février 2020

Sarah Baudelle-Michels soutiendra son Habilitation à Dirigée des Recherches intitulée “Réécritures épiques et historiographiques : transmission et appropriations” le vendredi 14 février 2020 à 14h en Sorbonne, amphithéâtre Milne Edwards, Escalier B, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5e

Composition du jury

Madame le Professeur Maria Colombo Timelli, Sorbonne Université (garant)

Monsieur le Professeur Jean Devaux, Université du Littoral – Côte  d’Opale

Madame le Professeur Catherine Gaullier-Bougassas, Université de Lille

Madame le Professeur Nadine Henrard, Université de Liège

Madame le Professeur Sylvie Lefèvre, Sorbonne Université

Madame le Professeur Gabriella Parussa, Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Source : Alithila

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts