Tous les articles par Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

[Appel à communications] Journée d’étude, « Renaissances de la transgression antique. Epoques moderne et contemporaine », Lyon, Ecole normale supérieure de Lyon, 7 mai 2021 [Nouvelle Date limite propositions : 7 mars 2021]

Journée d’étude organisée par le Laboratoire junior TAntALE (Transgression dans l’Antiquité : Approche des Limites et des Ecarts)

Appel à communications

Ouvert aux doctorants, jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs

Appel à communications complet

Source : TAntALE

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Compte rendu] Séminaire des médiévistes, séance du 11 février 2021, Sébastien Douchet, « La lecture des textes médiévaux au XVIIe siècle ou comment réévaluer un préjugé de l’histoire culturelle à partir d’archives négligées »

Pour cette deuxième séance du séminaire des médiévistes, Sébastien Douchet, maître de conférences HDR en langue et littérature du Moyen Âge à Aix-Marseille Université, est venu parler de ses recherches autour d’un dossier inédit qui a été la pierre de touche de son essai d’HDR, soutenue le 10 novembre 2018.

Sébastien Douchet est un spécialiste de la réception des textes médiévaux à l’âge classique, un thème qui, s’il a été mis en évidence par les travaux pionniers de Nathan Edelman (Attitudes of Seventeenth-Century France toward the Middle Ages, 1946), quoique portant essentiellement sur les sources imprimées, est corseté dans de sérieux « préjugés » pour reprendre la formule de l’auteur. La thèse de Marine Roussillon (Plaisir et Pouvoir. Usages des récits chevaleresques à l’âge classique, 2011) a constitué un jalon important de cette recherche mais elle minore selon lui l’importance de cette réception. « Le XVIe et le XVIIe siècles ont lu le Moyen Âge mais notre histoire littéraire en dissimule la réception » : tel est le constat dressé par Sébastien Douchet qui a proposé ensuite une démonstration saisissante.

A la façon d’une étude de cas, le propos de cette communication très riche s’est concentré sur la présentation d’un manuscrit exceptionnel, conservé à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras (ms. 405), contenant notamment le texte d’une chanson de geste, le roman de Beuve d’Hantone, et sur l’identification d’une famille de parlementaires aixois du Grand Siècle, les Gallaup de Chasteuil, à l’origine de cette compilation et de cette activité érudite intense qui témoigne de la lecture active au temps de Louis XIV des textes médiévaux, « vieux » si l’on reprend la terminologie moderne, c’est-à-dire au sens de textes « vivant encore dans les mémoires ».

La première partie de la communication, par l’étude codicologique et philologique, s’est attachée à montrer toute la dimension « composite » du manuscrit 405 de la bibliothèque Inguimbertine. C’est là pourtant une terra incognita dans l’historiographie qui se contente de prélever le texte de la chanson de geste (Beuve d’Hantone) et d’éditer cette version sans donner les indications codicologiques et surtout sans rendre compte du caractère résolument composite du recueil, avec ses autres textes insérés (La consolation de la philosophie de Boèce dans sa traduction attribuée à Jean de Meun spécialement), ses nombreux découpages de miniatures médiévales, ses collages de gravures du XVIIe siècle et la table des matières moderne. Et Sébastien Douchet de montrer toute la stratigraphie de la confection moderne de ce recueil à l’image des rinceaux médiévaux découpés et réutilisés en regard d’écritures et de gravures modernes.

La deuxième partie de la communication a été consacrée aux recherches sur l’identification du collectionneur érudit à l’origine de ce manuscrit composite. Sébastien Douchet a conté l’odyssée de l’enquête, véritable « travail de titan », de son aveu même. L’étude des ex-libris et de la devise Adversante fortuna (interprétée à nouveaux frais), couplée à d’autres analyses précises, a permis de se tourner vers une famille de parlementaires aixois du Grand Siècle, les Gallaup de Chasteuil et de reconstituer leur immense bibliothèque, issue pour partie des livres du cardinal de Granvelle, le fameux conseiller de Charles Quint. Pierre (1644-1727) et Hubert (1624-1679)– ce dernier étant l’acteur principal de la confection du manuscrit carpentrassien-, sont loin d’être des lecteurs passifs. Au contraire, Sébastien Douchet a montré que la réception de la culture et de la littérature médiévales se faisaient justement in vivo ; les frères Gallaup de Chasteuil annotant largement les textes compilés. Hubert a une véritable compétence linguistique ; le langage médiéval infuse largement sa réflexion érudite et ce sont là quasiment les origines de la philologie qui se dessinent derrière l’activité d’un lecteur éclairé de l’époque galante. Son activité n’est pas celle d’une réception conservatoire ; elle s’opère par une réécriture active des textes médiévaux, ce qui nuance le constat de Marine Roussillon dans ses travaux précités.

Mais « pourquoi lire des manuscrits médiévaux à l’âge classique » ? Cette question essentielle a permis à Sébastien Douchet de brosser le parcours chaotique d’Hubert Gallaup de Chasteuil et de comprendre que sa propre vie, ses propres objets de réflexion entraient en écho avec la matière qu’il compilait. Beuve d’Hantone et la littérature médiévale sont appréhendés par la lorgnette du juriste qui cherche à saisir les usages au Moyen Âge (en témoignent ses annotations terminologiques et sémantiques). La lecture exigeante des tensos vise à trouver la source de privilèges juridiques, l’expression poussée d’un contre-pouvoir institutionnel au monarque, à l’image du parlement de Provence où officie Hubert Gallaup de Chasteuil en tant qu’avocat général, avant de perdre sa charge.

In fine, le Moyen Âge permet une exploration et une expression de soi-même, et ce, au plus profond du Grand Siècle et de ses frondes. La consolation de la philosophie de Boèce, rédigée au VIe siècle alors qu’il est en prison, constitue, selon l’expression de Sébastien Douchet, « une mise en abyme de la propre situation » d’Hubert Gallaup de Chasteuil, au moment même où ce dernier est embastillé. Il n’est pas d’autre modernité médiévale que celle de la remémoration personnelle.

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Aurélie Stuckens, Les hommes de l’écrit : agents princiers, pratiques documentaires et développement administratif dans le comté de Flandre (1244-1305), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2020, 454 p.

Présentation

La seconde moitié du XIIIe siècle est une période charnière dans l’histoire de la culture écrite de l’Occident latin. Dans le comté de Flandre, sous Marguerite de Constantinople (1244-1278) et Gui de Dampierre (1278-1305), c’est le temps où la prédominance de la charte cède le pas à l’essor des pratiques administratives au sens large. Aurélie Stuckens a publié dans notre série Studies in Belgian History une monographie sur cette évolution.

Le développement de la principauté flamande s’inscrit dans une évolution qui touche, à quelques décennies d’intervalle, la plupart des administrations royales, princières et seigneuriales de l’Europe occidentale. L’originalité de la Flandre réside néanmoins dans sa précocité à mettre au point certains outils administratifs (registres, formulaires, mentions de commandement des actes, etc.), au soin porté à la conservation de l’écrit au sens large – notamment aux documents préparatoires – et à l’émergence progressive de premières fonctions bureaucratiques intimement liées au déploiement de ces pratiques documentaires. Parmi ces fonctions se distinguent particulièrement celles de receveur général des finances, de maître et receveur des « terres nouvelles » du comte et de « chancelier de facto ».

Ces agents princiers et leurs subalternes sont les acteurs talentueux d’un XIIIe siècle qui les a vus façonner l’administration du comté de Flandre, pôle culturel, économique et politique majeur de l’Europe du Nord-Ouest au Moyen Âge.

Source : Archives de l’Etat en Belgique

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Informations] La lettre du CIHAM, numéro 10, février 2021

Le numéro 10 de la Lettre du CIHAM (février 2021) vient de paraître. Vous y trouverez toutes les informations scientifiques et institutionnelles du laboratoire et de ses membres, dans le cadre d’un nouveau contrat quinquennal et d’une nouvelle équipe de direction.

Pour retrouver l’ensemble des lettres du CIHAM, rendez-vous à la page consacrée de Doc-Ciham ! Bonne lecture !

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Nicolas Bock et Michele Tomasi (éd.), Art et économie en France et en Italie au XIVe siècle. Prix, valeurs, carrières, Revue « Etudes de lettres », 314, 2020/4,

Couv-EDL314-web.jpg
Présentation

Ce volume invite à se jouer des frontières disciplinaires et à s’aventurer sur un terrain encore trop peu exploré pour le XIVe siècle, l’un des plus grands siècles de l’art européen.
Les contributions réunies ici éclairent les rapports entre art, économie et société à l’aide de quelques études de cas, en adoptant différentes démarches: de la microanalyse de la production d’un seul artiste à la réflexion sur l’organisation de toute la chaîne de valeur, de la fabrication jusqu’aux réseaux de commerce et d’échange de marchandises artistiques. De Giotto à l’orfèvre parisien Jean le Braelier, d’Avignon à Naples en passant par Majorque, en abordant des tableaux, des monuments funéraires, des fresques, des lambrissages en bois précieux et même un faldistoire royal, les auteurs s’interrogent sur l’impact des facteurs économiques sur la création artistique.
Ces articles ouvrent ainsi le débat en montrant l’intérêt d’enquêtes qui osent franchir les limites entre histoire de l’art, histoire sociale et histoire économique, afin d’appréhender de manière globale les conditions d’élaboration et de réception des œuvres.

Source : Université de Lausanne
Résumé des contributions sur le site de l’éditeur

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Dominique Hervier et Eva Renzulli, André Chastel, portrait d’un historien de l’art (1912-1990). De sources en témoignages, Paris, Comité d’histoire du Ministère de la Culture /La Documentation française, 2021, 455 p.

Présentation

Comment faire découvrir aux nouvelles générations cet historien de l’art exceptionnel que fut André Chastel ? Grâce aux voix d’une vingtaine de témoins, un portrait vivant et contrasté de ce chantre du patrimoine français s’offre aux lecteurs. Leurs souvenirs, leurs jugements parfois sévères ont été recueillis pour le Comité d’histoire et confrontés à ses propres confidences, à la correspondance qu’il a entretenue avec des savants du monde entier. Ces témoignages, joints à la consultation d’archives écrites souvent inédites, sont une belle démonstration de la pertinence des archives sonores utilisées avec méthode par le Comité d’histoire depuis plus de vingt ans pour établir l’histoire de ceux et de celles qui ont contribué à faire vivre le ministère de la Culture.

André Chastel, interlocuteur d’André Malraux et de Jack Lang, fut une autorité reconnue tant aux Monuments historiques qu’aux Secteurs sauvegardés. Il s’illustra par sa volonté d’innovation en cette période des trente Glorieuses, au cours de laquelle il suffisait de vouloir pour faire, comme le fait remarquer Florence Descamps.

Avec sa forte personnalité de journaliste au Monde, de professeur à la Sorbonne et au Collège de France, André Chastel fut l’inventeur de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, l’animateur de nombreuses associations professionnelles. Il a permis ainsi à l’histoire de l’art de sortir d’une période de marasme – si bien décrite par Pierre Vaisse en prologue à cet ouvrage – et de conquérir une existence à part entière entre érudition et littérature.

Source : Ministère de la Culture

(Sommaire et avant-propos téléchargeables sur le site de l’éditeur)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] « Exclusion et communauté au Moyen Âge », séminaire des historien-nes médiévistes de l’Université Grenoble-Alpes, 4 février-4 mai 2021 [en ligne]

En ligne, via Zoom : https://cutt.ly/xhuBADc

De 17h à 19h
(Accessible à toutes et tous, sous réserve de connexion sous un nom clairement identifiable (l’accès est contrôlé par l’animateur-trice de la séance).

Télécharger le programme complet des séances

Organisation : Historien-nes médiévistes de l’Université Grenoble Alpes

Source : LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Webinaire] ScriptHis (Les scripturalités dans l’histoire), Strasbourg, Laboratoire ARCHE, 4 février-20 mai 2021

Programme 2020-2021 du séminaire ScriptHis :

 

Jeudi, 4 février (14h-16h) – Webinaire

Anne Rauner,docteure en histoire médiévale (ARCHE)

« Penser les documents nécrologiques médiévaux à l’échelle du système documentaire de la memoria

 

Jeudi, 4 mars (14h-16h) – Webinaire

Laurence Buchholzer-Remy, MCF en histoire du Moyen Âge (ARCHE)

« Combler l’absence et la distance: pratiques épistolaires municipales en Haute-Allemagne (XIIIe-début XVIe siècle) »

 

Jeudi, 15 avril (14h-16h) – Webinaire

Juliette Deloye, docteure en histoire moderne (ARCHE / U. Montpellier)

« Instituer le ministère des Affaires étrangères par l’écriture (XVIIIe-début du XIXe siècle) ».

 

Jeudi, 20 mai (14h-16h) – salle à préciser

Cléo Rager, docteure en histoire médiévale (LAMOP / U. Lille)

« Verba volant, scripta manent ? Les logiques de conservation de l’écrit municipal à Troyes à partir du XIVe siècle. »

Toutes informations sur le séminaire et sur les modalités de connexion  ici

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[visioconférence] Bénédicte Sère, Régimes de polémicité et débats à l’heure du Grand Schisme. Quelle écriture de l’histoire ? Séminaire de Cécile Caby, Lyon , 10 février 2021, 17h-19h

Dans le cadre du séminaire de Cécile Caby (Université Lumière Lyon 2), « Eglise et pratiques culturelles à la fin du Moyen Âge »,

Bénédicte Sère (Université Paris Nanterre) viendra parler de ses recherches sur le thème suivant :  » Régimes de polémicité et débats à l’heure du Grand Schisme. Quelle écriture de l’histoire ?« .

Horaire : Jeudi 4 février 2021, 17h-19h [visioconférence]

Renseignements auprès de Cécile Caby : cecile.caby[at]univ-lyon2.fr
 
Source : Cécile Caby

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Claude Andrault-Schmitt, Patrick Bouvart et Cécile Treffort (dir.), Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2021, 302 p.

Présentation

Si le monastère de Fontevraud est étudié depuis longtemps, et savamment, le réseau de ses prieurés reste insuffisamment exploré, qu’il s’agisse des établissements installés au plus près du Moûtier principal, dans la même enceinte, ou des satellites dispersés en France, en Angleterre et un peu en Espagne. En septembre 2015, un colloque a permis d’ouvrir ce dossier passionnant. Chacun des sites évoqués a été traité de façon autonome, mais l’ensemble a mis en cause la pertinence des listes tardivement établies, l’universalité du système des prieurés doubles (femmes et hommes dans deux cloîtres proches), la façon de nommer les dépendances.

La recherche n’est qu’amorcée. Toutefois, les Actes ici réunis montrent que si la problématique est originale, en raison d’un gouvernement centralisé, exercé par une femme, elle est susceptible d’éclairer l’étude d’autres ordres religieux. Ainsi, interroger la terminologie et la notion de prieuré, qui au Moyen Âge central renvoie exclusivement aux personnes, prieurs et prieures, se situe au cœur de l’actualité scientifique.

Introduit par un avant-propos de Jacques Dalarun, l’ouvrage aborde ensuite des sujets soulignant l’originalité du phénomène fontevriste: les questions de l’inventaire, de la genèse, voire de l’échec, des prieurés; la présentation des fonds d’archives disponibles; une mise en perspective politique et artistique dans l’Aquitaine plantagenêt. La quatrième et plus importante partie du recueil réunit six ensembles claustraux en huit contributions. Ces monographies sont diversement argumentées en raison des conditions de l’investigation archéologique mais aussi des rythmes d’évolution des fondations; elles appellent au lancement de nouveaux chantiers et à la multiplication des enquêtes.

Sommaire

– Présentation – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Avant-propos : Le projet de Fontevraud – Jacques DALARUN

I – La question de l’ordre fontevriste

– Les prieurés de l’ordre de Fontevraud : définition et inventaire des sites – Patrick BOUVART

– Divorcer de Pétronille ou adhérer à Fontevraud. Géraud de Salles et la genèse de l’Ecclesia fontevriste – Alexis GRELOIS

II – Les sources

– Le «?Trésor?» de l’abbaye de Fontevraud  aux Archives départementales de Maine-et-Loire – Élisabeth VERRY

– Le grand cartulaire de Fontevraud, un monument pour le premier siècle de l’ordre – Robert FAVREAU

– Un prieuré fontevriste frustré dans l’Espagne  du XIIe siècle, Gema del Vino – Charles GARCIA

III – Le contexte de l’Aquitaine Plantagenêt

– The Plantagenets and the Priories of Fontevraud: New Connections, Old Resonances? – Nicholas VINCENT

– Fontevraud et les ordres « au désert ».  L’expression architecturale de l’austérité et sa chronologie en territoire Plantagenêt – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Les prieurés fontevristes de Lencoître et Villesalem : la place de la sculpture dans les églises – Bénédicte FILLION-BRAGUET

IV- Les prieurés à la lumière des enquêtes archéologies

– Saint-Lazare de Fontevraud – Daniel PRIGENT

– Le Clos de la Madeleine à Fontevraud : étude préalable d’archéologie – Stéphane AUGRY

– Quelques réflexions sur le Clos de la Madeleine à Fontevraud : bilan et perspectives – Patrick BOUVART et Stéphane AUGRY

– Les fouilles archéologiques du prieuré de la Madeleine-lez-Orléans – Philippe BLANCHARD

– Une installation difficile pour les moniales,  une archéologie complexe. L’exemple de Montazais – Patrick BOUVART

– Tusson : de la recherche archéologique à la valorisation patrimoniale – Didier DELHOUME, Patrick BOUVART

– 50 ans de recherches au prieuré de  Moreaucourt (Somme) : des résultats et un potentiel à explorer – Sébastien SIREAU

– Les possessions de l’eau du prieuré fontevriste de Moreaucourt (XIIe-XVIIIe siècle) – Christophe CLOQUIER

– Conclusions – Cécile TREFFORT

– Références complètes des ouvrages cités

– Index des noms de personnes (antérieurs à la Révolution)

– Etablissements religieux et églises cités

Source : Presses universitaires de Limoges

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à candidature] Arpamed, Prix Master 2021 [Date limite déclaration candidature : 1er juin 2021]

Présentation

 

Créé en 2016, Arpamed (Archéologie & Patrimoine en Méditerranée) est le premier fonds de dotation dédié à l’archéologie française en Méditerranée. Avec l’appui des Ecoles françaises à l’Etranger, l’action d’Arpamed en 2020 a impacté 18 sites archéologiques dans 9 pays Méditerranéens, de la France à la Syrie.
Au service de la recherche et du public, son conseil scientifique sélectionne différents projets dans le champ de l’archéologie – fouilles, expositions ou restaurations de sites- pour leur apporter un soutien matériel. En 2021, afin de développer son soutien aux jeunes chercheurs, le fonds Arpamed crée le premier prix Master pour l’archéologie en Méditerranée.
Ce prix Arpamed couronnera un mémoire de M2 recherche soutenu en 2021 et concernant l’archéologie sur le pourtour méditerranéen ou l’archéologie sous-marine en Méditerranée, sans restriction de période. Peuvent concourir des mémoires d’archéologie, d’histoire, histoire de l’art, anthropologie, science de l’antiquité. Le prix sera décerné à l’automne 2021 après sélection par le conseil scientifique d’Arpamed à l’issue d’une procédure présentée en annexe. Le jury sera attentif aux qualités scientifiques du mémoire, aux qualités de communication manifestées dans la rédaction, à la sensibilité de l’auteur aux enjeux de l’archéologie en Méditerranée.
D’un montant de 1 500 €, ce prix sera remis au candidat ou à la candidate retenu(e) lors d’un événement organisé par Arpamed en présence des mécènes du fonds.

Procédure de candidature

La candidature doit être communiquée par le directeur de recherche à l’adresse contact@arpamed.fr au plus tard le 1er juin par un mail accompagné d’un document nommé NOM(candidat) 2021. Ce document en format PDF comportera le nom, l’adresse mail et l’adresse postale du candidat, le titre du mémoire (accompagné si le candidat le souhaite d’un bref texte exposant le lien entre le mémoire et l’archéologie méditerranéenne), le nom de l’établissement, le département de rattachement, le nom du directeur de recherche et le nom de l’équipe de recherche et/ou du laboratoire auxquels ce dernier est rattaché. L’ensemble du document ne doit pas dépasser une page.


Le mémoire nommé NOM(candidat) 2021 sera envoyé après soutenance au plus tard le 15 juillet, sous forme électronique, en fichier attaché ou par transfert de dossier lourd, à l’adresse contact@arpamed.fr. Seuls les mémoires des candidats s’étant déclarées au plus tard le 1er juin seront examinés.


Les mémoires seront évalués par des experts du domaine n’appartenant ni à l’établissement, ni au laboratoire du candidat. Ces experts travailleront avec le conseil scientifique pour la désignation du lauréat. Le conseil scientifique est souverain pour l’attribution du prix.


Calendrier :
1er juin 2021 : Date limite de déclaration des candidatures

15 juillet 2021 : Date limite d’envoi du mémoire soutenu en 2021
Octobre 2021 : Réunion du conseil scientifique pour l’attribution du prix
Octobre-novembre 2021 : Communication au lauréat et publication sur le site d’Arpamed
Date à préciser en 2021 : Remise du prix lors d’un événement Arpamed associant mécènes et archéologues

Affiche Prix Master ARPAMED 2021

Source : Arpamed

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] « Ethiopie, Nubie, Egypte. Pouvoirs chrétiens et musulmans (XIe-XVe siècle) », Médiévales, n° 79, automne 2020

Couverture Med_79

Sommaire

 

  • Robin Seignobos
    Pouvoirs chrétiens et musulmans, de la Corne de l’Afrique à la vallée du Nil (xie-xve siècle)
     
  • Marie-Laure Derat
    L’affaire des mosquées. Interactions entre le vizirat fatimide, le patriarcat d’Alexandrie et les royaumes chrétiens d’Éthiopie et de Nubie à la fin du xie siècle
  • Julien Loiseau
    Chrétiens d’Égypte, musulmans d’Éthiopie. Protection des communautés et relations diplomatiques entre le sultanat mamelouk et le royaume salomonien (ca 1270-1516)
  • Benjamin Weber
    Damiette, 1220. La cinquième croisade et l’Apocalypse arabe de Pierre dans leur contexte nilotique
  • Bertrand Hirsch
    Le récit des guerres du roi ʿAmda Ṣeyon contre les sultanats islamiques, fiction épique du xve siècle
  • Amélie Chekroun
    Entre Arabie et Éthiopie chrétienne. Le sultan walasmaʿ Saʿd al-Dīn et ses fils (début xve siècle)
  • Essais et recherches
    • Lucien Dabadie
      Les béguins du Languedoc ont-ils cru au troisième âge de l’Esprit-Saint ?
    • Marie Dejoux
      La fabrique d’une loi. Retour sur la « grande ordonnance de réforme de 1254 »
  • Point de vue
    • Marie-Laure Derat
      Moyen Âge africain. Plaidoyers pour des histoires de l’Afrique
      The African Middle Ages. Advocating Histories of Africa
  • Notes de lecture
    • Gion Wallmeyer
      Nathalie Bouloux, Ana Dan, Georges Tolias (dir.), Orbis disciplinae. Hommages en l’honneur de Patrick Gautier Dalché, Turnhout, Brepols, 2017, 841 p.
    • Victor Barabino
      Loïc Chollet, Les Sarrasins du Nord. Une histoire de la croisade balte par la littérature (xiiexve siècle), Neuchâtel, Éditions Alphil, Presses universitaires suisses (« Histoire », 3134), 2019, 544 p.
    • Boris Bove
      Sharon Farmer, The Silk Industries of Medieval Paris. Artisanal Migration, Technological Innovation, and Gendered Experience, Philadelphie (PA), University of Pennsylvania Press (« The Middle Ages Series »), 2017, 354 p.
    • Juliette Dumasy-Rabineau
      Paul Fermon, Le Peintre et la carte. Origines et essor de la vue figurée entre Rhône et Alpes (xive-xve siècle), Turnhout, Brepols (« Terrarum orbis », 14), 2018, 507 p.
    • Anne-Marie Helvétius
      Alban Gautier, Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au haut Moyen Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne (« Histoire ancienne et médiévale », 149), 2017, 791 p.
    • Anna Caiozzo
      Julia Gonnella, Friederike Weis, Christoph Rauch (éd.), The Diez Album, Contexts and Contents, Leyde, Brill (« Islamic Manuscripts and Books », 11), 2016, xviii-672 p.
Source  et liens vers la revue ici

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Laurent Ripart, Christian Guilleré et Pascal Vuillemin (éd.), La naissance du duché de Savoie (1416), Chambéry, Presses universitaires Savoie Mont-Blanc/Laboratoire LLSETI, 2020, 396 p.

Présentation

Le 9 février 1416, Sigismond, souverain du Saint-Empire, vint à Chambéry où il éleva le comte Amédée VIII de Savoie au titre ducal. Ce passage du comté au duché constitua une reconnaissance de l’importance croissante que la principauté savoyarde jouait à l’échelle de l’Europe médiévale. Ce livre, qui réunit les actes du colloque international tenu du 18 au 20 février 2016 dans le château de Chambéry, sur les lieux même où Amédée VIII avait été fait duc, offre une histoire renouvelée de cet événement. Il vise aussi à en étudier la signification, en se demandant dans quelle mesure la promotion ducale concrétisait la transformation du vieux pouvoir féodal des comtes de Savoie en un véritable État moderne. Il s’attache ainsi à déterminer si l’essor notable que la principauté savoyarde avait pu connaître au temps d’Amédée VIII s’était accompagné d’une mutation de ses institutions juridiques, militaires, financières et monétaires.

Cet ouvrage est aussi l’occasion de présenter le renouvellement récent de l’historiographie savoyarde, dont on trouvera l’expression dans les contributions d’une vingtaine de spécialistes actuels de la question, venus d’Allemagne, de Suisse, d’Italie et de France. Il cherche ainsi à mettre en évidence le renouveau que l’historiographie savoyarde a pu connaître depuis une trentaine d’années, en raison des programmes de recherche menés désormais dans une perspective transfrontalière et européenne, au sein des dépôts d’archives des anciens États de Savoie, une principauté qui s’étendait au temps d’Amédée VIII du lac de Neufchâtel à la Méditerranée et de la vallée de la Saône jusqu’au pays de Verceil.

Sommaire

Avant-Propos
Hervé Gaymard    p. 9
Denis Varaschin    p. 12

La promotion ducale de 1416 : un événement fondateur pour les états de Savoie ?
Laurent Ripart, Christian Guilleré et Pascal Vuillemin    p. 15

Présence lointaine, médiation et réalités difficiles : la politique extérieure de Sigismond de Luxembourg (1368-1437)
Gisela Naegle    p. 23

Les rapports entre l’empereur Sigismond de Luxembourg et le comte Amédée VIII de Savoie
Daniel Cereia     p. 47

Des voyages pour un duché. L’accueil de Sigismond de Luxembourg à Chambéry pour l’investiture d’Amédée VIII, entre préparation et cérémonial (1414-1416)
Eva Pibiri    p. 65

I Visconti ed il titolo ducale ? : qualche riflessione
Federica Cengarle    p. 95

Piémont, 1418 : les enjeux documentaires d’une transition dynastique
Paolo Buffo    p. 107

Les «bonnes épouses»: mariages et liens politiques avec les marquis de Montferrat au temps d’Amédée VIII
Beatrice Del Bo    p. 131

Comment opérait-on une annexion territoriale ? Officiers ducaux et administration financière à Verceil avant et après 1427
Alessandro Barbero    p. 14

Amédée VIII et les guerres génoises
Fabien Lévy    p. 181

Le règne d’Amédée VIII : un îlot de paix ?
Roberto Biolzi    p. 195

La répression du crime au service du duc : d’une justice de concorde à une justice d’état ?
Lionel Dorthe    p. 217

Les finances d’Amédée VIII (1391-1416)
Christian Guilleré    p. 243

Le duc Amédée VIII de Savoie et sa monnaie (vers 1420-vers 1434)
Franco Morenzoni    p. 299

Architectures et politiques territoriales à la naissance du duché de Savoie : châteaux et palais au sud des Alpes
Andrea Longhi    p. 357

Les communautés paysannes savoyardes au temps d’Amédée VIII
Nicolas Carrier et Fabrice Mouthon    p. 373

La mue d’une principauté : essai de conclusion
Guido Castelnuovo    p. 401

Investiture faite à Amédée VIII du duché de Savoie par le roi des Romains, Sigismond (9 février 1416)
Christian Guilleré et Laurent Ripart    p. 415

Index

Source : LLSETI

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Financement] Allocations de thèse en histoire proposées par le ministère des armées pour l’année 2021 [Date limite candidature : 19 mars 2021]

Le ministère des Armées attribue au titre de l’année 2021 jusqu’à six allocations de thèse en histoire militaire. Le montant de l’allocation est de 10 000 euros.
 
Ces allocations sont ouvertes à tout candidat inscrit en thèse au moment du dépôt de dossier de candidature, à l’exception des doctorants bénéficiant d’un contrat doctoral.
Peut faire acte de candidature :
– Tout doctorant, sans distinction de nationalité, inscrit dans une université française et rattaché à un laboratoire français.
– Tout doctorant de nationalité française inscrit dans une université étrangère.
 
Les dossiers de candidature sont soumis au Conseil scientifique de la recherche historique de la défense (CSRHD) qui décide de l’attribution de ces allocations.
 
L’allocation est attribuée pour une durée d’un an. Elle peut être renouvelée deux fois, sur demande explicite du candidat. Le renouvellement n’étant pas automatique, le candidat doit établir chaque année un nouveau dossier de candidature comprenant un état des travaux effectués depuis sa précédente demande ; ce dossier est soumis une nouvelle fois au CSRHD qui appréciera l’évolution du travail du candidat.
Après acceptation par le CSRHD, une convention d’allocation de thèse est adressée par le ministère des Armées à chaque bénéficiaire de l’allocation.

 

Date limite du dépôt des candidatures : vendredi 19 mars 2021 (23h59) 

 

 

 
Source : Alain Marzona

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Soutenance de thèse] Marco Conti, « Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) », 11 janvier 2021, 14h (visioconférence)

Le lundi 11 janvier 2021, à 14 heures en visioconférence, Marco CONTI soutiendra sa thèse, intitulée  » Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) » et dirigée par Jean-Louis GAULIN.

Membres du jury : Jean-Louis GAULIN (Université Lyon 2), Armand JAMME (CNRS), Anne LEMONDE (Université́ Grenoble Alpes), Patrizia MAINONI (Studiosa dell’Università di Padova) et Giuliano MILANI (Université Gustave-Eiffel).

Source : CIHAM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Allocations de formation et de recherche] Ministère de la Culture, Direction Générale des Patrimoines, AFR 2021 [Date limite candidature : 12 février 2021]

Critères d’attribution
 

Ces allocations sont accordées à des travaux de Master 1, Master 2 et Doctorat consacrés à une recherche sur trois domaines de compétence de la direction générale des Patrimoines : Archéologie, Inventaire général du patrimoine culturel et Monuments historiques. Les sujets concernant le domaine des Musées ou celui de l’Architecture en tant que création contemporaine ne sont pas éligibles.

L’attribution des allocations résultant d’une commission centralisée et interdisciplinaire, il est inutile de candidater sur plusieurs domaines à la fois.

Ces allocations ne sont pas accordées selon des critères sociaux : elles correspondent à une aide de financement pour un travail de recherche.

Pour les sujets d’intérêt territorial, les candidatures doivent être revêtues de l’avis préalable obligatoire du service patrimonial correspondant et géographiquement compétent (Archéologie : SRA ; Inventaire général : SRI ; Monuments historiques : CRMH ou ACMH ; cfr. annuaire en annexe du Formulaire du candidat). À l’issue de leur recherche, les étudiants produisent un rapport. L’utilisation de ces bourses est contrôlée, les travaux sont suivis par les services ayant présenté les demandes et, le cas échéant, publiés.

Les bourses permettent, dans certains cas, de pallier l’absence de ou le moindre financement des filières de formation universitaires pour des disciplines dont l’enseignement est apparu relativement récemment et dont les méthodes d’investigation sont complémentaires.

L’attribution des allocations peut également faire partie d’une politique d’accompagnement d’autres actions : dans le cadre de convention passées entre les universités et les services régionaux de l’Archéologie, les bourses permettent d’assurer la participation d’étudiants spécialisés à des projets de recherches précis intéressant ces services.

Les allocations de formation et de recherche allouées par la direction générale des Patrimoines sont d’un montant mensuel moyen de 915 euros pour une durée allant de 1 mois à 9 mois maximum. Leur renouvellement deux années consécutives reste tout à fait exceptionnel et doit être dûment motivé. Enfin, les dossiers de candidats ne bénéficiant d’aucun autre dispositif de soutien financier analogue seront évalués de façon prioritaire.

CRITERES D’ ATTRIBUTION_AFR 2021_VF

Formulaire du candidat_AFR 2021_VF
 
Modalités d’envoi des candidatures

Les candidatures constituées des formulaires de demandes d’allocations complétées et signées, accompagnées des pièces jointes et de l’avis du responsable du service patrimonial territorialement compétent (SRA, CRMH, SRI), sont à retourner sous format numérique exclusivement et par les demandeurs, avant le vendredi 12 février 2021 

à l’attention de Mme Carole Giovannetti : carole.giovannetti@culture.gouv.fr

 

Source : Christian Cribellier et Nicolas Payraud via Serge Pinche

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts