Tous les articles par Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

[Parution] Simone Balossino, Le pont d’Avignon. Une société de bâtisseurs (XIIe-XVe siècle), Avignon, Editions universitaires d’Avignon, 2021, 248 p.

Préface de Guido Castelnuovo

Présentation

Pourquoi construire un pont sur le Rhône à Avignon ? Depuis des siècles, les érudits et les historiens se sont attachés à étudier le pont d’Avignon en retrouvant les traces de son fondateur légendaire, le jeune berger Bénézet, en suivant les difficultés de l’Œuvre et de l’hôpital qui y étaient associés depuis le Moyen Âge, et même en racontant l’épopée du Rhône qui, majestueux et imprévisible, passe au-dessous de ses arches et souvent les emportait par ses flots. Mais l’histoire du pont d’Avignon à travers les siècles ne peut se comprendre sans observer aussi le projet collectif de la ville qui l’a financé ou les conflits des pouvoirs, locaux ou étrangers, qui l’ont convoité. C’est à travers ce récit, tout politique, que la complexité de cet ouvrage emblématique ressort avec encore plus d’éclat et explique l’existence et la ténacité des légendes qui entourent encore aujourd’hui le pont brisé le plus célèbre du monde.

Source : Editions universitaires d’Avignon

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Xavier Hélary, L’ascension et la chute de Pierre de la Broce, chambellan du roi († 1278). Étude sur le pouvoir royal au temps de Saint Louis et de Philippe III (v. 1250 – v. 1280), Paris, Honoré Champion, 2021, 520 p.

L'ASCENSION ET LA CHUTE DE PIERRE DE LA BROCE, CHAMBELLAN DU ROI († 1278)

Préface de Philippe Contamine, de l’Institut
Présentation

En juin 1278, Pierre de La Broce, autrefois le chambellan tout-puissant du roi de France Philippe III, est pendu au gibet de Montfaucon. Il est le premier d’une longue série de favoris déchus. Si la mort de Pierre a été publique, les conditions de sa chute sont demeurées mystérieuses pour les contemporains, qui ont eu tout loisir de méditer sur les inconstances de Fortune, qui pousse au sommet de sa roue les hommes, avant de les précipiter dans l’abîme. Les documents conservés dévoilent une partie de ce qui s’est tramé à la cour de France entre 1276 et 1278 : la mort suspecte du fils aîné du roi et de sa première épouse, la mise en cause de sa seconde femme, Marie de Brabant, par Pierre de La Broce, les prétendues révélations d’une sainte femme du diocèse de Liège, le tout sur fond de rumeurs complaisamment répandues autour de la possible homosexualité de Philippe III. Le chambellan a joué, et il a perdu : les barons ont fait corps autour de Marie de Brabant. Au-delà des circonstances à la fois dramatiques et rocambolesques de l’affaire, le riche dossier qui la documente donne accès aux ressorts de la cour capétienne et ouvre des perspectives sur le fonctionnement du gouvernement royal dans la seconde moitié du XIIIe siècle, tandis que la confiscation des archives du chambellan destitué permet de reconstituer l’opulent patrimoine qu’il avait réussi à se constituer, en peu d’années et grâce à la faveur royale. À bien des égards, l’affaire Pierre de La Broce se révèle d’un intérêt exceptionnel.

Source : Honoré Champion

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] « Fortifications savantes, fortifications de savants », 8e colloque international de Bellecroix, Chagny, 15-17 octobre 2021

Colloque sous la direction de Jean Mesqui, Hervé Mouillebouche et Delphine Gautier

fortifications savantes

Dans le paysage castral européen, les forteresses médiévales de plan régulier suscitent de nombreuses questions. Faut-il y voir les prémices des fortifications savantes modernes, ou un simple jeu de formes plus ou moins ésotérique, sans recherche d’efficacité ?

Ce 8e colloque international au château de Bellecroix, qui réunit plus de 20 spécialistes européens, essaiera de mesurer la part et le rôle que les savants et la science ont pris dans la conception et la construction de châteaux et forteresses.

Programme – inscription
Source : CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] « La mort et ses frontières », Revue Frontière.s [Date limite propositions : 20 décembre 2021]

Frontière·s, revue d’Archéologie, Histoire & Histoire de l’art lance un nouvel appel à contributions sur le thème « La mort et ses frontières » dont vous trouverez le détail ci-dessous et sur la page https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=510
L’appel est ouvert jusqu’au 20 décembre 2021. Cette date est également l’échéance à laquelle vous pouvez envoyer vos articles varia pour parution dans le numéro de juin 2022.
 
 
Par ailleurs, Frontière·s se dote d’une newsletter biannuelle qui vous permettra de découvrir les nouveaux numéros et les appels à  contributions, ainsi qu’une liste d’ouvrages disponibles pour compte-rendu : https://www.getrevue.co/profile/frontiere_s pour vous abonner (la première lettre paraîtra le 30 juin). Bien sûr, vous pouvez toujours nous suivre sur Facebook (@labofrontieres) et Twitter (@Frontiere_s_).
 
Source :
Reine-Marie BÉRARD, chargée de recherche au Centre Camille Jullian
Vincent CHOLLIER, chercheur associé au laboratoire HiSoMA
Responsables scientifiques de Frontière·s no 6 « La mort et ses frontières »
 
 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Frontière.s, Revue d’Archéologie, Histoire et Histoire de l’Art, « Investir la frontière », n° 4, 2021

Le nouveau numéro de Frontière.s est paru, avec un dossier intitulé « Investir la frontière » dirigé par Marine Lépée et Gaëlle Perrot, deux varia et deux comptes rendus.

Retrouvez-le ici : https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=506

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] Journée internationale en hommage à Denis Muzerelle  (4 mars 2022) [Date limite candidatures : 15 septembre 2021] et Prix Denis Muzerelle

La Gazette du livre médiéval, en collaboration avec l’Institut de recherche et histoire des textes (IRHT), organise le vendredi 4 mars 2022, une journée en l’honneur de Denis Muzerelle (†2021), ingénieur de recherche à l’IRHT et fondateur de la revue.

La participation de jeunes chercheurs et chercheuses est vivement encouragée. On privilégiera les réflexions sur les problématiques et la méthodologie relatives au livre médiéval, les études de populations de manuscrits ou d’incunables, ainsi que les contributions relatives à la matérialité de l’objet livre.

Les propositions, accompagnées d’un court résumé (une dizaine de lignes environ, dans l’une des cinq langues habituellement utilisées dans la Gazette), sont attendues avant le 15 septembre 2021 à l’adresse redaction.gazlimed@gmail.com.

Une annonce plus détaillée concernant la logistique et les modalités de participation sera diffusée en septembre prochain.

Pour ceux qui le souhaitent, et avec l’accord du Comité de lecture, les contributions pourront ensuite être publiées dans la revue. Les textes devront parvenir à la rédaction au plus tard le 30 mars 2022 pour une parution dans le numéro 66/2022 de la Gazette du livre médiéval.

Prix Denis Muzerelle

Dans le même esprit, un prix de 2 000 euros sera accordé à une contribution de haute qualité scientifique publiée dans le numéro 66/2022 de la revue, que son auteur ait ou non participé à la journée du 4 mars. Ce prix est réservé aux non-titulaires d’un poste dans une Institution universitaire ou de recherche.

Initiatives parrainées par l’Association des amis de l’IRHT, l’Association paléographique internationale Culture Écriture Société (APICES), le Comité international de paléographie latine et l’École nationale des chartes.

Source : IRHT

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] « Experiencing Power in the Middle Ages », org. Grup de Recerca Consolidat en Estudis Medievals « Espai, Poder i Cultura », Universitat de Lleida, 28 juin – 1er juillet 2021 [En ligne]

 

VIRTUAL CONGRESS 
 
EXPERIENCING POWER IN THE MIDDLE AGES*
 
 
On-line discussion on the different experiences
of power in the medieval period.
 
28th June – 1st  July 2021

 

 

 
Link: https://eu.bbcollab.com/collab/ui/session/guest/862b91f960a346a39129dc97f4ccdb57

Free participation
 
Organised by Grup de Recerca Consolidat en Estudis Medievals « Espai, Poder i Cultura »,
Universitat de Lleida

* This activity is developed within the project “Power experienced in the Late Middle Ages: perception, representativeness and expressiveness in the management and reception of power” (PID2019-104085GB-I00).

www.medieval.udl.cat

Contact: medieval@historia.udl.cat


Follow us on social media



@SGRMedieval_UdL
 
 
 
 
 
Source : Olivier Brisville-Fertin

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Olivier Simonin et Caroline De Barrau (éd.), La Formule au Moyen Âge III. Formulas in Medieval Culture III, Turnhout, Brepols, 2021, 447 p.

Présentation

Étude interdisciplinaire sur le concept de formule au Moyen Âge

Les modes de pensée et de représentation médiévaux sont profondément marqués par l’usage de reprises et de régularités attendus et reconnaissables, qui sont sources de tensions productives entre expression individuelle et normes collectives, changement et continuité, création et convention. De façon très générale, toute formule se caractérise par un figement ou une régularité plus ou moins marquée laissant la place, en creux, à l’innovation. La définition de la formule se décline différemment en fonction de la discipline considérée, et cet ouvrage propose une réflexion interdisciplinaire sur ses différentes acceptions et sur les recoupements que l’on peut observer entre elles. En outre, un échange entre plusieurs intervenants, poursuivant une discussion sous forme de table ronde à l’occasion du colloque international organisé à Perpignan en 2014, vient clore le volume et propose un premier aperçu synthétique de l’emploi de la notion pour les différentes disciplines concernées : codicologie, diplomatique, épigraphie, histoire, histoire de l’art, littérature, linguistique, musicologie.

Table des matières

Olivier Simonin et Caroline de Barrau, De la polysémie de la formule

Histoire

Anne Brenon, Quand les brebis mangent les loups. Subversion de la formule et hérésie cathare

Viola Mariotti, Vulpes transfiguratas in talpas : les cathares entre renards et taupes dans l’épître Audite, cœli d’Henri de Clairvaux. Métamorphose d’une formule allégorique anti-hérétique

Noemi Barrera Gómez, Explicar la trinidad mediante su formulación. Une gramática teológica en el De proprietatibus rerum

Florence Ninitte, Enjeux d’un transfert formulaire. Du débat islamo-chrétien d’al-Hashimii et d’al-Kindii à l’encyclopdie Speculum Historiale de Vincent de Beauvais

María Jesús Fuente, La fórmula Esther. La reina bíblica como modelo de reinas medievales

Manuscrits, chartes et inscriptions

Véronique Soreau, L’art de la formule dans l’art de guérir. Édition et étude d’extraits en moyen-anglais des recettes médicinales des manuscrits : Cambridge, Trinity College, Wren Library 1037 (O.1.13) et 921 (R.14.51)

Emilie Cottereau-Gabillet, Colophons de manuscrits et constructions formulaires (France, XIVe et XVe siècles)

Chantal Senseby, La « date de lieu » et ses variations du Xe au XIIe siècle en Anjou et en Touraine

Paolo Buffo, Expérimentations notariales et modèles textuels dans la documentation de Philippe de Savoie-Achaïe (1295-1334)

Histoire de l’art

Marie Charbonnel, Pour faire et accomplir les choses dessus dites. Formules en contextes, les fondations entre acte et lieu du XIIIe au XVe siècle

Angélique Ferrand, Donner forme au(x) temps. La formule du Zodiaque et son association avec les Occupations des Mois

Anne Leturque, Des formules pour peindre des images

Musicologie

Anne Ibos-Augé, Formules, lieux communs, stéréotypes ? L’emploi de citations lyriques dans un traité spirituel : l’exemple du Livre d’amoretes

Anne-Zoé Rillon-Marne, Les formes de l’intertextualité biblique dans la lyrique latine des conduits (fin XIIe-XIIIe siècle)

Langue et littérature françaises médiévales

Malinka Velinova, La formule épique dans le moule de la relative en ancien français

Laurence Picano-Doucet, Les formules magiques de Médée dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure

Quentin Vincenot,«Sis lupus et sensum hominis habeas ». Le loup-garou entre l’être, le paraître et le dire

Stéphanie Bulthé, Formules didactiques dans les exemples du Livre de Regnart

Élyse Dupras, Formules de culpabilité, formules de pénitence dans les Miracles de Notre Dame par personnages

Autres littératures romanes

Antonio Sotgiu, Boccace et les formulaires pour les confesseurs. Le cas de la nouvelle de Sire Chapelet

Gemma Pellissa Prades, Hi ha una fórmula única per caracteritzar el fenomen de la ficció sentimental a la península ibèrica?

Postface

Table ronde sur la formule

Index des œuvres et des auteurs

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Bernard Andenmatten (dir.), Othon 1er de Grandson (vers 1240-1328). Le parcours exceptionnel d’un grand seigneur vaudois, Lausanne, Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 2020

OthonGrandsonimage

Présentation

Les contrastes d’une figure fascinante.

Retracer la vie d’Othon Ier, sire de Grandson, permet de souligner les contrastes d’une figure fascinante. Grand seigneur issu de la noblesse vaudoise à la carrière internationale – de l’Angleterre à la Terre sainte, en passant par la France et l’Italie –, financier doué pour les affaires qui se lança dans de grandes opérations bancaires, aristocrate particulièrement imbu de son identité chevaleresque ; célibataire laïc sans postérité qui mena d’une main ferme la politique familiale, avant d’aller reposer pour l’éternité dans un somptueux tombeau, installé dans le chœur de la cathédrale de Lausanne aux côtés de ses cousins évêques : Othon Ier de Grandson étonnera par les multiples facettes et les indéniables ambivalences d’une longue vie aventureuse.

Le présent ouvrage collectif rassemble des études inédites sur le personnage, regroupées autour de trois thématiques principales : le séjour anglais et l’aventure orientale ; les activités financières et leurs répercussions politiques ; la création d’une mémoire liturgique et familiale en pays de Vaud.

Table des matières

Bernard Andenmatten, Avant-propos………………………………………………..V

LA CARRIÈRE INTERNATIONALE

Michael Prestwich, Othon de Grandson et la cour d’Edouard Ier…………3

Alain Corbellari, Le crépuscule des Croisades…………………………..…….23

Susan Marti, Entre Orient et Occident: l’antependium d’Othon de Grandson…………………………..…………………………..…………………………...37

Xavier Hélary, Othon de Grandson au siège d’Acre…………………………55

LE GRAND FINANCIER

David Kusman, Haute noblesse et profit financier…………………………..73

Christian Hesse, Succès et aléas de l’activité commerciale et financière de la noblesse…………………………..…………………………..…………………..103

JeanDaniel Morerod, Finances et sentiments.………………………….…..125

Clémence Thévenaz Modestin, Une châtellenie pour des créances….135

LA MÉMOIRE EN PAYS DE VAUD

Daniel De Raemy, Le châteaurésidence d’Othon de Grandson………159

Dave Lüthi, Un monument funéraire d’exception…………………………..195

Bernard Andenmatten, La part de Dieu et la mémoire des hommes219

 

Source : Cahiers lausannois d’histoire médiévale

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Webinaire] « The Medieval Mediterranean : Local and Global Perspectives » ; session « Maritime Conflict in the Medieval Mediterranean », 18 mai 2021

El proper dimarts, dia 18 de maig, a les 19:00 CET (18:00 GMT), se celebrarà la sisena sessió dels webinars « The Medieval Mediterranean: Local and Global Perspectives » (coorganitzats pel Medieval Studies Research Group de la University of Lincoln, el Woolf Institute de Cambridge, la Institució Milà i Fontanals del CSIC a Barcelona i la Université de Liège).

Maritime Conflict in the Medieval Mediterranean

Speaker: 
Dr Victòria A. Burguera i Puigserver (Institució Milà i Fontanals-CSIC, Barcelona & Universitat de les Illes Balears)

In conversation with:
Dr Antonella Liuzzo Scorpo (University of Lincoln)
and
Dr Alessandro Rizzo (University of Liège)


Per participar-hi, cal registrar-se a:

https://www.societymedievalmediterranean.com/news

Source : Olivier Brisville-Fertin

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Comptes rendus] Séminaire des médiévistes , séance du 29 avril 2021, « Recherches doctorales au CIHAM « 

La 7e et dernière séance du séminaire des médiévistes a été consacrée à la recherche doctorale au CIHAM.

Elle a commencé par la communication de Cécile Noridal, enseignante dans le secondaire et doctorante du CIHAM, en 4e année de thèse, sous la direction de Marylène Possamaï-Pérez (Lyon 2). Elle nous a proposé un aperçu des recherches de sa thèse, intitulée « Transgressions, transformations et métamorphoses dans le cycle de Huon de Bordeaux ».

Cécile Noridal a d’abord présenté le cycle de Huon de Bordeaux, une chanson de geste tardive, écrite autour de 1260. Huon de Bordeaux, qui a oublié de se rendre à l’assemblée pour rendre hommage à l’empereur Charles et qui a tué son fils dans un duel dans les règles, est envoyé par Charles en Orient pour y accomplir plusieurs quêtes épiques qui vont évoluer en voyage au-delà des frontières du monde connu.

Cécile Noridal a engagé une réflexion autour de la notion de transgression, au sein de cette chanson de geste, qui exprime l’évolution de ce genre dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

La transgression est d’abord diégétique : contrairement à l’usage répandu de la narration des chansons de geste, ce ne sont pas les vassaux qui remettent en cause l’autorité du roi mais c’est l’empereur Charles qui transgresse lui-même cet ordre en abusant de son pouvoir. C’est l’excès de colère de Charles qui déclenche l’aventure : le héros privé de son héritage doit retrouver ce qui lui a injustement été enlevé en entamant une série de quêtes démesurées.

De cette rupture du contrat vassalique par le roi, l’image de la personne du roi (mais non le rôle du roi) en sort ternie, a indiqué Cécile Noridal en soulignant que le cycle s’achève par Aubéron, le roi de Faeris, expliquant à Charles pourquoi le hanap magique, qui se remplit lorsqu’il est tenu par une personne vertueuse, se vide lorsque c’est Charles qui le tient : c’est parce que Charles a contrevenu à son rôle de roi. Sa désobéissance au code chevaleresque a nécessité l’intervention merveilleuse du roi de Faeris.

La transgression est ensuite thématique : le merveilleux se mêle à l’épique. Cécile Noridal a rappelé les trois domaines du merveilleux relevés par Jacques Le Goff (Jacques Le Goff, L’Imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985) : le mirabilis qui tire ses origines des temps préchrétiens, le magicus qui est l’être surnaturel et maléfique lié au diable, et le miraculosus qui est le domaine du merveilleux chrétien, lié à Dieu.

Alors que le merveilleux chrétien (miraculosus) domine d’habitude dans la chanson de geste, dans Huon de Bordeaux, le mirabilis est prédominant. La première partie, qui se passe dans l’empire carolingien, met le surnaturel chrétien au premier plan (sermons sur les reliques, ordalie, songes prémonitoires et émissaires évangéliques envoyés à Charles). Cependant, dans la suite du récit, lors du voyage au-delà des frontières de l’empire carolingien, le miraculosus cède le pas au magicus (affrontement du géant l’Orgueilleux, fils de Belzébuth), mais surtout au merveilleux préchrétien (mirabilis) grâce au personnage du roi fée Aubéron. Néanmoins, contrairement au conte merveilleux où le mirabilis est omniprésent au-delà des frontières carolingiennes, l’auteur du cycle de Huon de Bordeaux introduit seulement l’univers merveilleux sans y plonger entièrement : il se distingue alors en intégrant dans le roman, le merveilleux féérique de manière raisonnée.

Néanmoins, Cécile Noridal a démontré que l’auteur transgresse ses propres règles en brouillant le merveilleux chrétien et féérique : à la fin du récit le personnage d’Aubéron, venu dans l’empire de Charles, est christianisé car dans ce royaume chrétien sa magie ne peut provenir que de Dieu.

Cécile Noridal a poursuivi son analyse avec une troisième transgression, celle de la figure du héros épique. Huon est loin du héros épique classique, il est humanisé, faillible. Le héros épique participe à une aventure collective, ses qualités sont démesurées et il n’est défini que par son discours et ses actions, qu’il a préalablement annoncées. Huon, lui, est accompagné de chevaliers et aidés par Aubéron, mais une partie de son aventure se fait séparé de son groupe ; il sort vainqueur de ses combats seulement grâce à l’aide de ses compagnons ou de la magie ; son discours n’annonce pas seulement ses actions futures, mas il sert aussi à exprimer ses émotions.

L’auteur transgresse les règles de la chanson de geste et les fait évoluer en individualisant le héros.

Cécile Noridal a conclu sa communication en insistant sur la valeur des transgressions de Huon de Bordeaux : elles inscrivent le texte en décalage par rapport au canon traditionnel de l’épopée, grâce à l’influence du roman et du conte merveilleux. La société carolingienne n’est alors plus idéalisée, le héros est humanisé ; il est un héros en devenir et le merveilleux devient indispensable à la réussite de sa mission, tout en apportant originalité et esthétisme à l’œuvre qui expriment la touche de l’écrivain, au-delà de l’œuvre orale collective.

S’en est suivi une discussion où Cécile Noridal a rappelé l’actualité de la recherche littéraire : on ne sait pas si les auteurs médiévaux s’interrogeaient sur l’évolution du genre de la chanson de geste et du roman, mais la recherche actuelle rend compte que les frontières entre les genres et entre les trois grandes thématiques littéraires (matière de France, de Bretagne, Antique) ne sont pas hermétiques, qu’il y a des transfuges et des inspirations d’une matière à l’autre. Comme l’a montré Cécile Noridal, la chanson de Huon de Bordeaux s’inspire des autres genres et évolue en tant que genre en s’éloignant, notamment, de son ancrage historique traditionnel pour aller vers un divertissement plaisant.

 

Compte rendu rédigé par Eve Defaÿsse.

 

 

Ensuite, dans sa communication intitulée « La dépense publique, un moteur du changement ? Fiscalité, institutions et société dans la commune de Bologne de la fin du XIIIe siècle à la fin du XIVe siècle », Marco Conti a présenté une partie de son travail pour lequel lui a été tout récemment décerné le titre de docteur, à l’issue d’une soutenance le 11 janvier 2021. Sa thèse (« Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) »), sous la direction du professeur Jean-Louis Gaulin (Université Lumière Lyon 2) visait en effet à dresser un état de la fiscalité à Bologne, de la fin du XIIIe à la moitié du XIVe siècle, en étudiant plusieurs séquences politiques. La matière était abondante (plus de 200 registres à l’Archivio di Stato di Bologna) et plaidait pour une étude à la fois fine et totale.

Dans son enquête, la question de la dépense publique s’avère centrale. A la question initiale (« la dépense publique est-elle un moteur du changement ? »), Marco Conti répond par l’affirmative. Dans le sillage des travaux de Paolo Cammarosano et de Patrizia Mainoni, on sait désormais que c’est la dépense publique qui permet aux villes de trouver de nouvelles sources de financement. Les dépenses militaires s’alourdissent à mesure de la concurrence entre cités italiennes.

Marco Conti a ensuite présenté les différentes phrases chronologiques qui constituent le fil rouge de sa thèse, au miroir des finances et de la fiscalité. Là encore, la dépense publique est un aiguillon à l’action politique. Adaptation, équilibre des forces politiques, recherche de nouveaux financements en sont les maîtres mots.

La première période, centrée sur l’année 1288, est bien connue par les sources, notamment statutaires. Bologne, cité influente, ne serait-ce que par l’aura de son Studium, est dirigée par le Popolo et le Conseil des Anciens joue un rôle important. Plus de 70 % des dépenses sont constituées par les dépenses militaires et l’approvisionnement de la ville en blé. Ces dépenses sont financées par un grand nombre d’impôts indirects et par quelques impôts directs occasionnels.

L’équilibre se rompt avec le conflit (1296-1297) qui oppose Bologne au seigneur de Ferrare, Azzo d’Este. La guerre provoque de profondes mutations institutionnelles. On voit apparaître des commissaires dont certains ont en charge la question financière. En un semestre seulement de l’année 1296, la commune de Bologne dépense 30% de plus que lors d’un même exercice en 1288 ! C’est dire si l’adage selon lequel « l’argent est le nerf de la guerre » prend tout son sens ici.

Le début du XIVe siècle constitue la troisième période, marquée par la « crypto seigneurie » pourrait-on dire de Romeo Pepoli qui réussit à partir de 1310 à bâtir une véritable seigneurie personnelle, contrôlant directement ou indirectement les instances de la Commune. Des commissions ad hoc sont pérennisées, à l’instar des Difensori dell’avere. La question annonaire et le financement de la guerre continuent de guider les dépenses.

Avec le bannissement de Romeo Pepoli en 1321 s’ouvre une nouvelle période. De 1320 à 1334, le célèbre Bertrand du Pouget, légat du pape, contrôle directement la ville. La question financière est au cœur de la praxis administrative. Bertrand du Pouget réforme en profondeur les institutions citadines. Si le Conseil des Anciens, émanation du pouvoir du Popolo reste en place, il n’en est pas moins dépossédé de ses fonctions fiscales.

Puis, en 1334-1337, les institutions communales sont restaurées via la pars schacchese, avec comme chef de file Taddeo Pepoli, le propre fils de Romeo. La nouvelle administration s’accompagne d’une amélioration des conditions d’archivages (et l’on sait, a posteriori, toute la manne documentaire que cela peut apporter au chercheur). L’argent public est contrôlé par Taddeo Pepoli en ce que seuls ou presque ses propres ordres de paiement guident la dépense. Certes, les dépenses militaires diminuent au cours de la période, mais c’est le reflet d’une baisse significative des conflits. En conclusion pour cette période, Marco Conti parle d’une « ligne budgétaire clairement seigneuriale ».

La dernière séquence retenue est celle de la seigneurie des Visconti (1350-1360). Les Visconti, qui ont acheté la seigneurie, font largement appel à des officiers forains qui leur sont liés. Pour autant, le Conseil des Anciens joue un rôle étroit en tant qu’intermédiaire entre la société bolonaise et les Visconti. Le régime des Visconti se caractérise par des dépenses militaires accrues (le niveau des dépenses militaires remonte à 50 % environ du budget de la ville) et surtout par un « volume d’endettement plus audacieux ».

A l’heure du bilan comparatif, Marco Conti insiste sur l’habileté et la puissance des Visconti. Ceux-ci replacent l’élite du Popolo dans le jeu politique. Ils font ainsi participer l’élite des prêteurs, changeurs en les impliquant dans le fonctionnement et la décision de la dépense publique, tout en maintenant un jeu complexe d’équilibre politique. Les Visconti trouvent dans l’élite du Popolo un allié de circonstance. En cela, ils rompent avec l’expérience Bertrand du Pouget : pendant la domination du légat, si l’élite est toujours au cœur de la commune, la décision de la finance publique ne lui appartient plus. Et lors de l’hégémonie de Romeo Pepoli, l’élite est réduite à une seule personne et à son clan en quelque sorte.

Après cette présentation, Marco Conti a répondu à de nombreuses questions qui n’ont pas manqué d’alimenter la discussion (évasion fiscale, question territoriale). En tentant une pesée d’ensemble, il appert que Bologne, malgré ses expériences politiques variées, connaît un « statu quo territorial sur un siècle » : nulle augmentation des recettes possible ou presque. Derrière ce tableau fort complet de toutes ces séquences politiques guidées par la dépense publique et au miroir de son impressionnant corpus de sources, Marco Conti dégage une certaine ambivalence. Il s’agit là de l’alliance entre innovation et tradition dans le champ politique et documentaire.

 

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

 

Troisième communication :

Julien Rebière, « Les monnaies de bronze (fals/fulûs) dans le califat omeyyade (661-750) « 

Compte rendu à suivre

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Offre d’emplois] Université de Fribourg (Suisse), 1 poste Maître d’enseignement et de recherche /1 poste Professeur(e) en Histoire médiévale [Date limite candidature : 30 juin 2021]

La Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université de Fribourg (Suisse) met au concours

  • un poste de MER (Maître d’enseignement et de recherche) 60-80% en Histoire médiévale
  • un poste de Professeur-e (open rank) à 80-100% en Histoire médiévale

avec une entrée en fonction le 1er septembre 2022

 

Appel à candidatures détaillé_MER_28042021

Appel à candidatures détaillé_PO_28042021

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Offre d’emploi] 4 post-doc projet ERC AGRELITA [Date limite candidature : 15 juin 2021]

Présentation


Dans le cadre du Projet ERC Advanced grant 2020 AGRELITA, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), quatre postes contractuels de post-doctorants à temps plein (100%) sont à pourvoir à compter du 01/10/2021.

AGRELITA est basé à l’Université de Lille et financé pour cinq ans par l’ERC (2021-2026). Des déplacements sont à prévoir en France et à l’étranger.
Durée du contrat pour chaque poste : 3 ans, avec un renouvellement possible de 2 ans

Appel à candidatures détaillé :

ERCPost-docAGRELITA_FR.pdf

 

Source : Prof. Catherine Gaullier-Bougassas

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Philippe Contamine, Nobles et noblesse en France (1300-1500), Paris, CNRS Editions, 2021, 400 p.

Présentation

De l’an mil à 1789, la noblesse fut en France une qualité transmise par le sang, dans le cadre, prépondérant sinon exclusif, du mariage chrétien. Spécifiquement, son histoire visait à s’inscrire sous le signe de la reproduction sociale. De 1300 à 1500, le fort sentiment d’identité de ses membres se trouva encore renforcé par l’intervention des hérauts d’armes. Quoique très minoritaires, les nobles persistèrent alors à jouer un rôle central, malgré les crises auxquelles ils furent confrontés et les contestations dont ils furent l’objet.
Les études ici réunies traitent de ce vaste sujet, l’accent étant mis sur le château, vu de l’intérieur et de l’extérieur, la seigneurie comme source de pouvoir et de revenus et les chevaux « de nom ». Parmi les activités propres à ce milieu – telle la chasse avec chiens ou oiseaux et plus encore les armes –, les joutes et les tournois, ce sport aristocratique pratiqué dans le cadre de la vie de cour, ne sont pas oubliés.
Certes, juridiquement et idéologiquement, on est en présence d’une société d’ordres, ce qui aurait dû conduire à un immobilisme structurel. Mais la réalité est plus complexe, comme le montre, au sein des « bonnes villes », la place des nobles face aux notables. La noblesse ? Une « élite » parmi d’autres, qui, de facto sinon de jure, se renouvelait régulièrement. Ici comme ailleurs, la vie l’emportait sur les principes.

 

Source : CNRS Editions

 

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] Journées d’étude internationales, « Les animaux comme matrices mnémotechniques et exégétiques de l’Antiquité au XVIe siècle », 8 octobre 2021 (Lille) et 15 décembre 2021 (Louvain) [Date limite candidature : 31 mai 2021]

Organisation

Naïs Virenque – Université Catholique de Louvain
Raphaël Demès – Université de Lille
Angélique Ferrand – Université de Nantes
Antoine Paris – Sorbonne-Université / Université de Montréal

Affiche et appel à communications
Source : Naïs Virenque

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] « Culture matérielle mudéjare et morisques de la péninsule Ibérique (XIVe – XVIIe siècle) », SEHM du CIHAM, 6 mai 2021, En ligne

Le Séminaire d’Étude hispaniques médiévales du CIHAM/UMR 5648 (SITE) organise le prochain jeudi 6 mai de 13h30 à 17h30 une après-midi d’étude intitulée: « Culture matérielle mudéjare et morisque de la péninsule Ibérique (XIVe-XVIIe siècles) ».
Nous aurons le plaisir d’écouter:  
— J. Jiménez Gadea (Musée d’Ávila), « Inscripciones árabes de Ávila: manifestación material del islam en una ciudad castellana medieval »;
– E. Paulino Montero (UNED), « Arquitectura y cultura material en la Castilla bajomedieval: del  problema historiográfico del mudéjar al paradigma de la interconexión »;
— B. Franco Llopis (UNED), « Problemas metodológicos en el estudio de la cultura material morisca en las fiestas públicas (s. XV-XVII) »
— F. Javier Moreno Diaz del Campo (Universidad de Castilla la Mancha), « Los moriscos de Castilla, en casa y en el taller. Una aproximación a los objetos de su día a día ».
 
Vous trouverez le programme détaillé en pièce jointe.
 
Le séminaire aura lieu en visioconférence: connexion à la session « SEHM_2021 » à partir de ce site; mot de passe invité: SEHM_2021; nom d’utilisateur qui apparaîtra dans la session au choix.
 
 
Source : Olivier Brisville

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Anna Constantinidis et Cesare Mascitelli (dir.), La Matière épique dans l’Europe romane au Moyen Âge. Persistances et trajectoires, Paris, Classiques Garnier, 2021, 240 p.

La Matière épique dans l’Europe romane au Moyen Âge. Persistances et trajectoires

Résumé

Au Moyen Âge, l’épopée française a exporté son patrimoine formel et thématique au-delà de ses propres frontières, génériques et géographiques. Les études réunies dans ce volume explorent différentes modalités et trajectoires du réemploi de la matière épique dans l’espace roman médiéval.

Source et sommaire : Classiques Garnier

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Caroline Chevalier-Royet, Les Livres des Rois dans l’empire carolingien. Exégèse et actualité, Paris, Classiques Garnier, 2021, 602 p.

Les Livres des Rois dans l’empire carolingien. Exégèse et actualité

Résumé

La lecture des commentaires carolingiens des livres des Rois – deux recueils anonymes et trois commentaires suivis de Claude de Turin, Raban Maur et Angélome de Luxeuil, composés entre 800 et 840 – éclaire les méthodes de ces exégètes et leur vision du monde, notamment leur conception du pouvoir terrestre.

Source et sommaire : Classiques Garnier

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts