Tous les articles par Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

[Offre d’emplois] Université de Fribourg (Suisse), 1 poste Maître d’enseignement et de recherche /1 poste Professeur(e) en Histoire médiévale [Date limite candidature : 30 juin 2021]

La Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université de Fribourg (Suisse) met au concours

  • un poste de MER (Maître d’enseignement et de recherche) 60-80% en Histoire médiévale
  • un poste de Professeur-e (open rank) à 80-100% en Histoire médiévale

avec une entrée en fonction le 1er septembre 2022

 

Appel à candidatures détaillé_MER_28042021

Appel à candidatures détaillé_PO_28042021

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Offre d’emploi] 4 post-doc projet ERC AGRELITA [Date limite candidature : 15 juin 2021]

Présentation


Dans le cadre du Projet ERC Advanced grant 2020 AGRELITA, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), quatre postes contractuels de post-doctorants à temps plein (100%) sont à pourvoir à compter du 01/10/2021.

AGRELITA est basé à l’Université de Lille et financé pour cinq ans par l’ERC (2021-2026). Des déplacements sont à prévoir en France et à l’étranger.
Durée du contrat pour chaque poste : 3 ans, avec un renouvellement possible de 2 ans

Appel à candidatures détaillé :

ERCPost-docAGRELITA_FR.pdf

 

Source : Prof. Catherine Gaullier-Bougassas

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Philippe Contamine, Nobles et noblesse en France (1300-1500), Paris, CNRS Editions, 2021, 400 p.

Présentation

De l’an mil à 1789, la noblesse fut en France une qualité transmise par le sang, dans le cadre, prépondérant sinon exclusif, du mariage chrétien. Spécifiquement, son histoire visait à s’inscrire sous le signe de la reproduction sociale. De 1300 à 1500, le fort sentiment d’identité de ses membres se trouva encore renforcé par l’intervention des hérauts d’armes. Quoique très minoritaires, les nobles persistèrent alors à jouer un rôle central, malgré les crises auxquelles ils furent confrontés et les contestations dont ils furent l’objet.
Les études ici réunies traitent de ce vaste sujet, l’accent étant mis sur le château, vu de l’intérieur et de l’extérieur, la seigneurie comme source de pouvoir et de revenus et les chevaux « de nom ». Parmi les activités propres à ce milieu – telle la chasse avec chiens ou oiseaux et plus encore les armes –, les joutes et les tournois, ce sport aristocratique pratiqué dans le cadre de la vie de cour, ne sont pas oubliés.
Certes, juridiquement et idéologiquement, on est en présence d’une société d’ordres, ce qui aurait dû conduire à un immobilisme structurel. Mais la réalité est plus complexe, comme le montre, au sein des « bonnes villes », la place des nobles face aux notables. La noblesse ? Une « élite » parmi d’autres, qui, de facto sinon de jure, se renouvelait régulièrement. Ici comme ailleurs, la vie l’emportait sur les principes.

 

Source : CNRS Editions

 

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] Journées d’étude internationales, « Les animaux comme matrices mnémotechniques et exégétiques de l’Antiquité au XVIe siècle », 8 octobre 2021 (Lille) et 15 décembre 2021 (Louvain) [Date limite candidature : 31 mai 2021]

Organisation

Naïs Virenque – Université Catholique de Louvain
Raphaël Demès – Université de Lille
Angélique Ferrand – Université de Nantes
Antoine Paris – Sorbonne-Université / Université de Montréal

Affiche et appel à communications
Source : Naïs Virenque

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] « Culture matérielle mudéjare et morisques de la péninsule Ibérique (XIVe – XVIIe siècle) », SEHM du CIHAM, 6 mai 2021, En ligne

Le Séminaire d’Étude hispaniques médiévales du CIHAM/UMR 5648 (SITE) organise le prochain jeudi 6 mai de 13h30 à 17h30 une après-midi d’étude intitulée: « Culture matérielle mudéjare et morisque de la péninsule Ibérique (XIVe-XVIIe siècles) ».
Nous aurons le plaisir d’écouter:  
— J. Jiménez Gadea (Musée d’Ávila), « Inscripciones árabes de Ávila: manifestación material del islam en una ciudad castellana medieval »;
– E. Paulino Montero (UNED), « Arquitectura y cultura material en la Castilla bajomedieval: del  problema historiográfico del mudéjar al paradigma de la interconexión »;
— B. Franco Llopis (UNED), « Problemas metodológicos en el estudio de la cultura material morisca en las fiestas públicas (s. XV-XVII) »
— F. Javier Moreno Diaz del Campo (Universidad de Castilla la Mancha), « Los moriscos de Castilla, en casa y en el taller. Una aproximación a los objetos de su día a día ».
 
Vous trouverez le programme détaillé en pièce jointe.
 
Le séminaire aura lieu en visioconférence: connexion à la session « SEHM_2021 » à partir de ce site; mot de passe invité: SEHM_2021; nom d’utilisateur qui apparaîtra dans la session au choix.
 
 
Source : Olivier Brisville

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Anna Constantinidis et Cesare Mascitelli (dir.), La Matière épique dans l’Europe romane au Moyen Âge. Persistances et trajectoires, Paris, Classiques Garnier, 2021, 240 p.

La Matière épique dans l’Europe romane au Moyen Âge. Persistances et trajectoires

Résumé

Au Moyen Âge, l’épopée française a exporté son patrimoine formel et thématique au-delà de ses propres frontières, génériques et géographiques. Les études réunies dans ce volume explorent différentes modalités et trajectoires du réemploi de la matière épique dans l’espace roman médiéval.

Source et sommaire : Classiques Garnier

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Caroline Chevalier-Royet, Les Livres des Rois dans l’empire carolingien. Exégèse et actualité, Paris, Classiques Garnier, 2021, 602 p.

Les Livres des Rois dans l’empire carolingien. Exégèse et actualité

Résumé

La lecture des commentaires carolingiens des livres des Rois – deux recueils anonymes et trois commentaires suivis de Claude de Turin, Raban Maur et Angélome de Luxeuil, composés entre 800 et 840 – éclaire les méthodes de ces exégètes et leur vision du monde, notamment leur conception du pouvoir terrestre.

Source et sommaire : Classiques Garnier

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Exposition] « La fille du Pape. Marguerite de Savoie », Château de Morges (Suisse), 26 mars-4 juillet 2021

Marguerite de Savoie est née il y a 600 ans au Château de Morges. Pour célébrer le destin de cette princesse, le Château de Morges s’est associé aux Archives de l’Etat du Bade-Wurtemberg ainsi qu’aux Archives d’Etat de Turin et propose au public de découvrir l’histoire d’une femme qui a étendu ses réseaux dans toute l’Europe.

Réfugiée à Morges alors que le duché de Savoie était frappé d’une épidémie de peste, Marie de Bourgogne donne naissance à Marguerite de Savoie au Château de Morges en 1420. Ce sera le début d’une vie internationale marquée par trois mariages successifs au sein de grandes maisons régnantes, les Anjou rois de Naples, les comtes du Palatinat et les comtes de Wurtemberg. Entre alliances et intrigues, Marguerite de Savoie se révélera comme une princesse plurilingue, politiquement intéressée et bibliophile.

Pour mettre en lumière la vie de cette femme, un partenariat a été noué entre le Château de Morges, les Archives de l’Etat du Bade-Wurtemberg ainsi que les Archives d’Etat de Turin. Prenant la forme d’une exposition itinérante et plurilingue, chaque institution s’est concentrée sur une étape de la vie de Marguerite de Savoie. A Morges du 26 mars au 4 juillet, des objets, tableaux et bijoux issus de l’environnement savoyard permettront de revenir sur ses premières années de vie sur les rives du lac Léman.

Du passage de Marguerite de Savoie au Château de Morges, on retiendra aussi les pieds de Servagnin que sa mère Marie de Bourgogne aura offert aux Morgiens pour les remercier de leur bon accueil. Ce cépage encore cultivé aujourd’hui fait partie intégrante du patrimoine viticole de la ville.

Des conférences  sont également prévues dans le cadre de cette exposition. Toutefois, selon l’évolution de la crise sanitaire, elles devront se tenir en ligne.

Catalogue de l’exposition

Sous la direction Peter Rückert, Anja Thaller et Klaus Oschema, en collaboration avec Julia Bischoff.

2020. Stuttgart. Kohlhammer. 248 pages avec CD et Booklet. 22€, ISBN 978-3-17-039679-1

 

Source et lien vers le programme et les conférences :
site internet du château de Morges

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Replay] Conférences du séminaire « Usages modernes de l’écrit médiéval « 

Les vidéos des conférences déjà tenues dans le cadre du Webinaire « Usages modernes de l’écrit médiéval » organisé par Sébastien Fray (UJM Saint-Etienne) sont désormais disponibles sur la chaîne YouTube consacrée : 

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEMKw8jHgdRZEgmHFir9Ji95a4i2dv37

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Compte rendu] Séminaire des médiévistes , séance du 8 avril 2021, Riccardo Rao, « Productions locales et commercialisation dans l’Italie du bas Moyen Âge »

Pour cette sixième et avant-dernière séance de la saison 2020/2021 du séminaire des médiévistes, Riccardo Rao, professeur à l’université de Bergame et chercheur associé au CIHAM est venu présenter une partie de ses recherches les plus récentes.

La séance s’est ouverte sur un hommage à Pierre Guichard, grand spécialiste d’al-Andalus et du Maghreb, ancien directeur du CIHAM de 1994 à 2003, décédé le 6 avril dernier.

Ensuite, Jean-Louis Gaulin, l’animateur de la séance, a présenté le conférencier du jour au miroir d’une sélection de publications emblématiques. L’enquête menée sur les lieux du pouvoir urbain est novatrice en ce qu’elle décentre notamment le regard sur les marges de l’Italie communale, de la Provence au Frioul en passant par les territoires insulaires de Corse et de Sardaigne[1]. Elle témoigne avec force de la dimension collective qui anime les travaux de Riccardo Rao, tant du point de vue des thèmes étudiés que du point de vue de la méthode de recherche. La question de la comunia, terme préféré à la notion plus restrictive de beni communi, structure largement les recherches actuelles de Riccardo Rao et est éclairée par une approche d’histoire économique et sociale[2]. Jean-Louis Gaulin a ensuite mis en lumière un autre versant de recherches : la transformation des paysages. Avec la synthèse parue en 2015, I paesaggi dell’Italia[3], Riccardo Rao chemine à travers l’Italie médiévale et brosse le portrait tout en nuances de bourgs neufs et de villages abandonnés, par le biais de la notion de paysage définie de façon originale au pluriel. Quatre grands types se dégagent : les paysages ruraux, les paysages agraires, les formes de l’habitat et les paysages urbains.

Un dernier grand axe de recherches portant sur les biens, leur statut et la question lancinante de la globalisation s’inscrit en écho avec plusieurs travaux menés au CIHAM et en particulier à un programme en cours sur les marchés et les marchands. C’est de cette dynamique de recherches que la présente conférence a rendu compte, avec une deuxième partie centrée sur l’analyse précise d’un corpus de sources.

 

Riccardo Rao a rappelé que sa communication s’inscrivait dans un programme de recherches en cours qu’il co-pilotait, intitulé « Loc-Glob. The local connectivity in an age of global intensification : infrastructural networks, production and trading areas in late-medieval Italy (1280-1500) » et financé par le ministère italien de la recherche.

La présentation historiographique liminaire a montré in fine la nécessité de ne pas opposer les échelles locale et internationale, de ne pas opposer villes et campagnes. Les productions internationales médiévales ne sont pas tournées uniquement vers le luxe et une clientèle élitaire, loin s’en faut. Au contraire, elles peuvent atteindre des catégories de population bien variées, en particulier les populations rurales et les populations plus pauvres.

Après ce panorama très riche, Riccardo Rao a présenté les enjeux et les avancées du programme « Loc-Glob ». L’objectif premier est de mieux saisir le réseau de productions locales dans l’Italie tardo-médiévale et de retracer les échanges internes à l’économie régionale. En somme, « comment les productions locales arrivent-elles dans le commerce international ? ». Cette question est d’une acuité toute particulière si l’on songe à la production de fer dans les Alpes qui se retrouve sur le marché en Allemagne ou à Venise par exemple. Ce faisant, un pan important de l’analyse est consacré aux marchandises (typologies, valeurs). Il convient d’étudier la variation qualitative de la consommation, de la demande, le rôle des péages comme outil de contrôle de la circulation des produits.

Pour conduire cette recherche pluridimensionnelle, plusieurs types de sources sont convoqués : les sources douanières et tarifaires (dans la lignée notamment des travaux de Gian Maria Varanini ou encore de Patrizia Mainoni), les cartulaires des notaires, les inventaires de biens et les sources archéologiques, encore peu exploitées et surtout étudiées pour le Haut Moyen Âge en Italie.

Le cas lombard a ensuite été pris en exemple, avec deux terrains d’étude, deux observatoires complémentaires, la plaine avec Pavie et la montagne avec la Valteline (Valtellina), vallée de l’Adda jusqu’à son embouchure au lac de Côme. Du côté de la cité de Pavie, bien documentée notamment par les cartulaires des notaires, les opérateurs, largement originaires de la ville, contrôlent étroitement les marchés locaux. C’est le portrait d’une cité qui maîtrise les relations économiques et commerciales avec le contado. Le XIVe siècle voit d’ailleurs le développement d’un fort endettement des paysans à l’égard des gros marchands de Pavie. Du côté maintenant de la Valteline, le paysage est d’une autre nature. Point de ville à proprement parler, mais un chapelet de localités très vivantes depuis Sondrio, gagnées par de nombreux itinéraires secondaires guidant les mobilités marchandes. Politiquement, la Valteline dépend de la ville voisine de Côme qui tombe dans l’escarcelle des Visconti au XIVe siècle. Economiquement, la montagne est ici ferrugineuse. Les fruits de l’alpage, comme les fromages mais aussi l’élevage sont autant de débouchés concourant au dynamisme de la vallée. L’Adda sert au flottage du bois qui est ainsi exporté vers les lacs et Milan. En somme, les bourgs sont de véritables carrefours recevant les richesses des montagnes voisines et du fond de la vallée pour les rediriger vers l’extérieur. Plusieurs « opérateurs économiques » résident dans ces localités centrales. Des marchands viennent cependant de Côme et, traitant avec de petits producteurs selon un fonctionnement qualifiable de troc, sont au cœur de ce système qui repose sur des opérateurs venus d’espaces extérieurs à la vallée : Côme, mais également Bergame, voire d’autres vallées alpines.

Le deuxième grand temps de la conférence de Riccardo Rao a été consacré à l’analyse du corpus de sources tarifaires notamment. La variabilité des péages, les habitudes de consommation, les circuits d’échanges, les valeurs et types de productions locales à l’heure du comparatisme sont autant d’informations qui ressortent d’une analyse serrée de ce type de documentation qui participe d’une approche dynamique et connectée de ces espaces. La laine d’Allemagne semble plus recherchée que la laine locale (de Brescia et de Vérone notamment). Les panni bergamasques produits dans les vallées sont d’un coût bien moindre que les draps florentins.

 

Au total, cette étude complète a suscité toute une série de questions, en lien avec l’analyse réticulaire qui est au cœur de la démarche de Riccardo Rao. En effet, le projet « Loc-Glob » s’appuie sur la mise au point d’un puissant SIG. Une cartographie dynamique, localisant les données tarifaires, l’origine et la circulation des marchandises permet de visualiser l’ensemble de manière saisissante. Si tant est que le travail soit encore à l’état du work in progress, les premières données sont déjà fort éclairantes, ce qui n’a pas manqué d’être relevé dans la discussion. Qui plus est, le versant cartographique, en ligne, est en accès libre[4], ce qui constitue une très belle vitrine pour un programme résolument multiscalaire.

 

[1] Simone Balossino et Riccardo Rao (a cura di), Ai margini del mondo comunale. Sedi del potere collettivo e palazzi pubblici dalle Alpi al Mediterraneo / Aux marges du monde communal. Lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée, Florence, Insegna del Giglio, 2020, version en open access disponible à cette adresse : https://www.insegnadelgiglio.it/prodotto/ai-margini-del-mondo-comunale/

[2] Riccardo Rao, Comunia. Le risorse collettive nel Piemonte comunale (secoli XII-XIII), Milan, LED, 2008 ; Id., I beni del comune di Vercelli. Dalla rivendicazione all’alienazione (1183-1254), Verceil, Società storica vercellese/Università del Piemonte orientale, 2005.

[3] Id., I paesaggi dell’Italia medievale, Rome, Carocci editore, 2015

[4] www.actus.it/loc-glob/

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Pierre Prétou, L’invention de la piraterie au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 2021, 228 p.

L'invention de la piraterie en France au Moyen Âge

Présentation

À la fin du Moyen Âge, après des siècles d’abandon du lexique maritime antique, les mots d’une nouvelle accusation pénale – le crime de piraterie des Latins – réapparaissent dans les archives. Peu à peu, le lexique médiéval des « larrons de mer » se retire des rivages, tandis que s’avance le pirate : au seuil de la modernité, la France réinvente son criminel en mer. Cette mécanique fut avant tout atlantique et royale : une invention, ou découverte, de la piraterie, telle une relique sainte du passé romain qui serait remontée à la surface avant d’être exploitée par les Valois pour ses vertus pénales. Cette épiphanie médiévale du pirate français est remarquable en ce qu’elle scrute l’obéissance des gens de mer, ainsi mis en sujétion par une inflexion profonde de la doctrine pénale. Le royaume de France, devenu au XVe siècle une puissance maritime, livre ainsi un nouveau récit des navigations, dans lequel pirates et rois se combattent, pour mieux transformer le statut de ses frontières atlantiques.

Source : PUF

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Vincent Challet et Jean-Philippe Juchs (dir.), La violence seigneuriale à l’époque moderne, Revue Criminocorpus [En ligne]

Actes de la journée d’études organisée par Vincent Challet et Jean-Philippe Juchs le 8 novembre 2018 à l’université Paul-Valéry Montpellier (CEMM, EA 4583).

Sommaire et mis en ligne des articles sur le site de la revue Criminocorpus

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Séminaire interdisciplinaire – MEDIEVARS. Figures de soi, reflets du monde. Portraits de femmes, 23 avril 2021, 14h-17h

Séminaire organisé par Elisabeth Gaucher Rémond et Ambre Vilain

Medievars - Séminaire interdisciplinaire

Programme du séminaire :
Frédérique LE NAN – MCF HDR en Littérature du Moyen Age, Université d’Angers

« Écritures de soi, voix au féminin et reflets d’un âge d’or occitanien, d’après quelques chansonniers italiens et français des XIIIe et XIVe siècles»

Laure BELLANGER – Masterante Histoire de l’art médiéval, Université de Nantes
« L’héraldique comme outil de représentation de soi: l’exemple des dames bretonnes»

Affiche
Source et toutes informations ici pour s’inscrire

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Journée d’études, Vérité et mensonge(s) : perspectives de recherches dans la péninsule ibérique et ses territoires (XIVe-XVIIe siècles), 6 mai 2021, 9h30-18h

Organisation

Laura Baldacchino, Adrian Guyot et Fiona Karcz

Informations pratiques

Journée d’études en visioconférence

Lien communiqué après pré-inscription à l’adresse suivante : jeverdadymentiras@gmail.com

Programme

 

Source : Laura Baldacchino

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Journée d’études, « les cryptes romanes et leur décor peint », Poitiers-CESCM, 29 avril 2021, 9h-17h30

Journée d’études organisée par le CESCM, sous la coordination de Marcello Angheben et Claire Boisseau
 

Date :  Jeudi 29 avril 2021 – 9h / 17h30

En visioconférence : lien de connexion

La journée se déroule en présentiel (Poitiers, hôtel Berthelot – 24 rue de la chaîne – salle Crozet), pour les étudiants de Master 1 Mondes médiévaux (séminaire Histoire de l’art II, coordonné par Marcello Angheben), sur inscription préalable :
marcello.angheben@univ-poitiers.fr, claire.boisseau@univ-poitiers.fr

Programme

• 9h – Accueil et présentation de la journée

• 9h30 – Christian Sapin (Directeur de recherche émérite CNRS, UMR Artehis, Auxerre-Dijon) : Architecture, fonctions et circulations

• 10h10 – Marcello Angheben (Maître de conférence en histoire de l’art, Université de Poitiers / CESCM) : Présentation des problématiques : les exemples italiens

10h50 – Pause

• 11h10 – Carolina Sarrade (Archéographe, ingénieure d’études, Université de Poitiers / CESCM) : La crypte de Saint-Savin : approche technique

• 11h50 – Claire Boisseau (Doctorante, Université de Poitiers / CESCM) : Comprendre les peintures de la crypte de Saint-Savin à la lumière du culte des saints

 

• 14h – Amaëlle Marzais (Doctorante contractuelle, Université de Tours / CESR, en codirection avec le CESCM) : La crypte de Tavant : architecture et décor peint

• 14h40 – Géraldine Fray (Conservatrice-restauratrice de peinture murale, EURL FRAY) : Bilan sanitaire de la crypte de Notre-Dame-la-Grande : une stabilité précaire

15h20 – Pause

• 15h40 – Claudine Landry (Docteure en histoire de l’art) : Le décor de la crypte de l’église Notre-Dame de Montmorillon

• 16h20 – Cécile Voyer (Professeure d’histoire de l’art, Université de Poitiers, CESCM) : Le décor peint de la crypte de la collégiale de Saint-Aignan-sur-Cher, une image de la confession

• 17h – Conclusions

Contacts :

marcello.angheben@univ-poitiers.fr

claire.boisseau@univ-poitiers.fr

Source : Carnets du CESCM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Térence Le Deschault de Monredon, « Autour d’une iconographie peu ordinaire sur la cheminée du Châtel de Theys : entre chevalerie, érotisme et alliance matrimoniale », 15 avril 2021, 17h30

Séminaire doctoral de Litt&Arts, Association Litthésarts

Lien Zoom : https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/j/95269099444?pwd=YXJtdExCZHh2U2ZtdXY4aDRQamRUQT09

Présentation de la conférence

Le Châtel de Theys est un édifice médiéval surprenant situé sur le balcon de Belledonne. Son décor peint, essentiellement connu par un petit groupe de spécialistes, se fonde sur le Perceval  de Chrétien de Troyes. Cependant, son analyse est plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Un point particulier de cet ensemble, situé sur la cheminée de la salle, est particulièrement difficile d’interprétation. L’iconographie visible à cet endroit ne peut être déchiffrée qu’en ayant recours à différentes sources : historiques, héraldiques, littéraires et iconographiques. Ce cas d’espèce sera l’occasion de suivre le raisonnement et la méthode, ayant permis de proposer une hypothèse d’interprétation pour une scène qui n’entrait pas dans la logique interprétative du reste du décor. Cette approche pluridisciplinaire est susceptible d’intéresser un large public et facilement accessible à des auditeurs non spécialistes en histoire de l’art.

Présentation du conférencier

Térence Le Deschault de Monredon est docteur ès lettres de l’université de Genève, historien de l’art médiéviste et conseiller pour le patrimoine auprès de la commune de Theys. Spécialiste des décors peints civils, il a publié un ouvrage intitulé « Le décor peint de la maison médiévale. Orner pour signifier en France avant 1350 (Paris, Picard, 2015) ». Après plusieurs années passées en tant que chercheur associé à l’Université autonome de Barcelone, il se consacre à présent à la sauvegarde et à la mise en valeur des peintures murales civiles médiévales en France, travaillant en collaboration avec des musées, des municipalités et des propriétaires privés.

Source : https://maigre.hypotheses.org/2069

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Guillaume Grillon, Jean-Pierre Garcia et Thomas Labbé, Vignes et vins de Talant. 800 ans d’histoire en Bourgogne, Dijon, Editions Faton, 2021, 144 p.

Vignes et vins de Talant

Présentation

À l’image de nombreux autres vignobles urbains, le vignoble de Talant est en plein renouveau. Avec la réhabilitation du cellier ducal dans les années 1980, la plantation d’une première parcelle sur le coteau de la Côte aux Ailles au début des années 1990 et la remise en vignes des Époutières en 2015, la Ville entend replacer ses vignes et ses vins sur le chemin de l’histoire.
À partir de documents d’archives inédits mais aussi des traces sur le terrain, cet ouvrage emmène le lecteur à la découverte du passé viticole de Talant, une ville nouvelle et fortifiée fondée sur les hauteurs de Dijon en 1208 par le duc de Bourgogne Eudes III. Avec 26 hectares de vignes, le domaine ducal de Talant constitue au Moyen Âge l’un des quatre grands vignobles produisant les vins bus à la cour de Bourgogne et offerts en cadeaux diplomatiques aux grands personnages du royaume. Si Talant a connu ses plus belles heures sous la dynastie des ducs Valois (1367-1477), c’est au xixe siècle que le vignoble talantais atteint sa plus grande extension, avec près de 190 hectares plantés en gamay en 1830 et 75 % des ménages qui se déclarent vignerons. Alors qu’ils auraient pu prétendre à devenir de grands climats, le Clos Meunier, le Clos Marosse ou encore le Clos Marchand ont été morcelés et délaissés pour finalement disparaître sous les habitations. Hormis les vins rouges et blancs, la production talantaise se distingue à la fin du Moyen Âge par le « galant de Madame », un vin cuit probablement aromatisé à la gentiane et particulièrement apprécié de la duchesse Marguerite de Flandre. Aujourd’hui, outre son bourgogne blanc du coteau de la Fontaine aux Fées, Talant a maintenant son crémant et bientôt un bourgogne rouge !

Source : Editions Faton via Artehis

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[A paraître] Céline Berrette (dir.), Les renaissances du château de Pontus de Tyard à Bissy-sous-Fley, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 2021, 125 p.

Le château et l'Žéglise de Châteauneuf (Côte-d'Or, au Moyen Âge

Présentation

Située au sud de la côte viticole chalonnaise, la maison forte de Bissy-sur-Fley est un exemple particulièrement bien conservé de manoir aristocratique de la fin du style gothique. C’est aussi le lieu où naquit il y a 500 ans le savant et poète Pontus de Tyard, qui aimait à s’y retrouver parfois avec ses amis humanistes.
Depuis 20 ans, une association de bénévoles réussit à préserver sa mémoire dans le respect de l’esprit de son temps : dans les décors, les jardins et dans sa fabuleuse vigne conservatoire.

Source : CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts