Tous les articles par Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

[Séminaire] Séminaire des doctorants du CIHAM, Co-modal (Lyon-3 et visioconférence), 19 mai 2021

Le séminaire aura lieu en salle Caillemer (Lyon-3, campus des quais), le mercredi 19 mai 2021 de 14h à 17h.

Pour recevoir le lien de connexion ou pour assister en présentiel, une inscription préalable est nécessaire en écrivant à l’adresse suivante: enki.baptiste1@univ-lyon2.fr.

Programme

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloque] Congrès de la SHMESP : Modèles, réseaux et échanges curiaux au Moyen Âge, 20-23/05/2021, en ligne

52e Congrès de la SHMESP : « Modèles, réseaux et échanges curiaux au Moyen Âge », 20-23 mai 2021

La situation sanitaire, et l’obligation d’une quarantaine de 10 jours imposée en Belgique aux personnes provenant de zones rouges, nous a obligés, à regret, à basculer une fois encore notre congrès en distanciel. Le programme a été modifié en conséquence afin de rendre supportables les journées, la plupart des intervenants ayant choisi d’envoyer leurs textes à l’avance et de limiter leurs présentations à un court résumé, visant à amorcer la discussion.

Celles et ceux qui souhaiteraient assister au congrès en ligne à en informer le secrétariat général de la SHMESP, d’ici le 13 mai, afin que leur soient envoyés les liens avec les différentes sessions et les textes des interventions  : secretariat[at]shmesp.fr

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] A. Nef, Révolutions islamiques. Émergences de l’Islam en Méditerranée (VIIe-Xe siècle), EFR, mai 2021

Comment comprendre l’émergence du monde islamique aux VIIe-Xe siècles ? L’empire islamique est-il le dernier des grands empires antiques ou au contraire le premier empire médiéval ? Cet ouvrage propose de dépasser l’opposition entre rupture et continuité. Si l’empire islamique emprunte à l’existant, il engage aussi la création d’un monde nouveau, fruit d’une révolution symbolique inscrite dans un temps long. Ce processus révolutionnaire accompagne les conquêtes et produit des répliques dans les régions nouvellement intégrées qui, en retour, co-produisent ce monde nouveau. Une attention particulière est portée ici sur l’Occident islamique, trop souvent encore considéré comme périphérique, et sur la nature de la révolution shiite fatimide que cette région a connue au Xe siècle.

Annliese Nef est professeur d’histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de la Méditerranée islamique, elle a publié notamment : Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, 2011, et plus récemment un livre remarqué, L’Islam a-t-il une histoire ? Du fait religieux comme fait social, Bordeaux, 2017

Livre en vente sur le site des publications 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Journal of Islamic Archaeology, Refuse and reuse in Islamic Archaeology, Special Issue Summer 2022 (lim. fin 2021)

“Something ends, something begins”. Refuse and reuse in Islamic Archaeology

Guest Editor: Dr. Jose C. Carvajal Lopez (University of Leicester)

Refuse and reuse are ever-present and well-documented phenomena in the archaeology of Islamic societies, but even if they are at the core of the formation of many of our datasets, they remain understudied in themselves. There is little work yet done to understand the relationship between these phenomena and the idea of Islamic societies emerging from the remains of previous (Islamic or pre-Islamic) societies.

The advances of Islamic archaeology in the last decades have taken us away from the exclusive focus on art history and architecture that characterised the first steps of the field. It is more and more frequent to find research on Islamic societies where the technologies and typologies of common wares are studied along with highly decorated glazed vessels, small villages and modest houses are documented along palatine and religious complexes and bioarchaeological approaches consider faunal and botanical remains and human bones to understand the lives of women and men, the powerful and the weak alike. And yet, within Islamic contexts, relatively little attention has been paid to the processes of formation of the archaeological contexts that we study and even less to the processes of resignification of refused materials.

In this special issue we welcome papers that deal with the information provided by refuse contexts about the Islamic societies that left or reused them. This information may emerge from taphonomic considerations of one or several categories of refuse (bones, plant remains, ceramics), or it may reflect specific behavioural traits that have led to the accumulation of specific refuse, or a combination of both. We also encourage explorations of the meaning of reuse of materials. Which affordances of things, which associations of meanings led to the particular selection of elements to be reused? This is a question where New Materialist approaches may offer exciting insights, although this issue is open to all theoretical perspectives.

Please get in touch for more details and for expressions of interest!

Submissions should be ready by end of 2021

Jose C. Carvajal Lopez: jccl2@leicester.ac.uk

University of Leicester

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] BEO 69 – Faire archive au Proche-Orient hier et aujourd’hui : légitimités, matérialités, temporalités (lim. 15 juin 2021)

Depuis une dizaine d’années, des historiens de l’Islam médiéval se sont saisis de la question des archives, envisagées non plus uniquement comme sources mais comme objets historiques à part entière, et ont interrogé les modes de constitution de leurs différents corpus documentaires d’étude. Leurs travaux sont ainsi largement revenus, à travers la prise en compte de la matérialité de l’archive, sur l’idée auparavant répandue d’une absence de culture archivistique dans les sociétés pré-ottomanes. La rareté, sinon l’absence, des archives datant de cette période et ayant survécu jusqu’à nos jours a longtemps été perçue comme reflet de l’absence de volonté conservatoire à l’époque médiévale, alors que ces études récentes montrent qu’il y avait bien des pratiques de l’archive, mais qui pouvaient mener à leur destruction. Les résultats de ces études plaident en faveur d’un regard anthropologique capable d’appréhender la manière dont diverses pratiques documentaires faisaient partie de stratégies de formation et de reproduction de groupes sociaux (Tamer El-Leithy 2011 ; Maaike van Berkel 2014 ; Julien Loiseau 2009 ; Frédéric Bauden 2013). Ces études ont ainsi montré la nécessité de se départir d’une logique construite autour d’une catégorie spatiale et matérielle de l’archive dérivée de l’expérience historique occidentale, en faveur d’une analyse en termes de « pratiques d’archives » (Konrad Hirschler 2016).

L’Empire ottoman, quant à lui, est connu pour avoir non seulement généré de très nombreuses archives, mais également pour avoir développé un système d’archivage très robuste. Selon Halil Inalcik, la production d’un defter (registre impérial) faisait partie intégrante des pratiques d’incorporation à l’empire de territoires nouvellement conquis par les Ottomans (Halil Inalcik 1954). D’autres travaux, portant sur la période des tanzimât, ont souligné par ailleurs que « la réforme de l’Etat est une réforme de ses registres » (Marc Aymes 2019), appelant à se saisir des pratiques archivistiques comme clé de lecture des transformations impériales au XIXe siècle. Avec la fin de l’Empire ottoman et la création d’Etats-nations dans la région du Proche-Orient, et plus encore avec l’accession à l’indépendance de ces derniers, la question des archives est progressivement devenue, ici comme ailleurs, un enjeu de légitimité historique. Le fait d’assembler les archives d’une “nation” est en effet un acte fondateur pour le récit national, quand il ne participe pas de l’effort-même de construction de l’Etat. La question des pratiques d’archives s’est donc aussi imposée comme un domaine de recherche dynamique dans le champ des études contemporaines. Ainsi, plusieurs programmes, manifestations scientifiques ou ouvrages ont tenté, ces dernières années, d’interroger les pratiques de l’archive au Proche-Orient. En 2019 est paru l’ouvrage de référence Archiver au Proche-Orient. Fabriques documentaires contemporaines (Christine Jungen et Jihane Sfeir (dir.) 2019), qui nous entraîne dans une exploration éclectique de lieux dans lesquels sont constitués, conservés et mobilisés des documents historiques. Toujours en 2019, le colloque « Nouvelles archives numériques au Proche-Orient » organisé à Beyrouth par l’Ifpo, l’Institut français du Liban, la MMSH et l’ANR SHAKK a engagé une réflexion, nécessaire en sciences humaines, quant à l’exploitation scientifique et la valorisation de collections qui ont été constituées dans/sur les pays du Proche-Orient. Il a initié un dialogue entre les différents acteurs intéressés par ce nouveau type de documents, leur collecte et leur archivage, avec un focus sur l’image, l’audiovisuel et le web. Ce ne sont là que deux exemples montrant la vitalité et la nécessité d’un retour critique sur les processus de mise en archives, leurs acteurs et leurs enjeux.

Dans l’ensemble de ces travaux, portant sur les périodes médiévale, moderne et contemporaine de l’histoire du Proche-Orient, la réflexion s’est donc portée sur les logiques sociales et politiques présidant au développement de cultures archivistiques spécifiques. Elle s’est surtout éloignée d’une conception étroitement stato-centrée de l’archive pour envisager les pratiques de production et de conservation documentaire déployées par une variété d’acteurs. Ces pratiques, saisies dans leurs dimensions sociales, spatiales ou matérielles, deviennent alors de précieux sites d’observation à partir desquels appréhender les enjeux de pouvoir, de mémoire et de vérité qui traversent les sociétés du Proche-Orient à ces différentes périodes.

Dans ce numéro du Bulletin d’études orientales, nous voudrions mettre en dialogue des contributions venues de disciplines diverses (histoire, littérature, anthropologie notamment) et portant sur des périodes variées, mais qui se rejoignent autour d’un ensemble de questions :

1) Les questions liées aux enjeux de légitimité, s’agissant aussi bien de celle, parfois contestée, des acteurs de l’archive (Etats, institutions communautaires, familles, organisations de la société civile, entrepreneurs de mémoire…), que de celle dont certains groupes sociaux cherchent à doter, à travers diverses pratiques de l’archive, leurs revendications sociales, politiques ou mémorielles.

2)  Les questions touchant à la matérialité et à l’environnement physique des pratiques archivistiques, qu’il s’agisse d’interroger les traces matérielles relevées sur différents types de documents (coutures, reliures, ratures, annotations, etc.) comme autant d’indices d’une logique conservatoire, de penser les rationalités sous-jacentes aux agencements et recompositions de divers ensembles documentaires, ou encore d’observer les effets des circulations de matériaux documentaires entre différents supports ou différents corpus (Pour une exploration de ce type de questionnements dans la période contemporaine, voir Christine Jungen et Candice Raymond 2012).

3)  Les questions qui touchent à la mise en archives de sources non-écrites et de processus en cours. Comment se saisir de l’éphémère pour l’inscrire dans la temporalité de l’archive ? Ainsi, les travaux récents sur la constitution d’archives orales et leur valorisation, mais aussi sur les archives théâtrales et du spectacle vivant ou la constitution de corpus de vidéos vouées à disparaître, nous ont interpellées et conduites à nous interroger sur les raisons qui poussent le chercheur à vouloir « faire archive », et comment la constitution des archives elle-même peut prendre en compte leur valorisation et leur utilisation future.

Les articles soumis pourront faire entre 10 et 20 pages environ (format ‘Word’, Times New Roman 12, espacement 1.5), soit plus ou moins 10 000 mots ou 60 000 caractères (espaces compris). Les articles suivront impérativement les instructions présentées dans la charte éditoriale de l’Ifpo (pour les normes bibliographiques et les caractères de transcription). Les articles seront obligatoirement accompagnés d’une bibliographie des ouvrages ou des études cités dans le corps de l’article. Des planches et photographies peuvent illustrer l’article, en nombre raisonnable et en noir et blanc si possible.

Ce dossier sera dirigé par : Pauline Koetschet, Falestin Naïli, Najla Nakhlé-Cerruti et Candice Raymond. Les propositions d’articles sous forme de résumés devront parvenir avant le 15 juin 2021 à l’adresse de Pauline Koetschet, directrice du DEAMM et du BEO : p.koetschet@ifporient.org

Les articles correspondant aux propositions acceptées seront ensuite à remettre avant le 15 janvier 2022.

English

Bibliographie

Marc Aymes 2019, « La main courante de l’archivation. Deux histoires ottomanes », in C. Jungen, J. Sfeir (dir), Archiver au Proche-Orient. Fabriques documentaires contemporaines, Paris, Karthala, p.27.

Frédéric Bauden 2013, « Du destin des archives en Islam. Analyse des données et éléments de réponse », in D. Aigle, S. Péquignot (dir.), La correspondance entre souverains, princes et cités-États. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (XIIIe-début XVIe s.), Turnhout, pp. 9-30.

Maaike van Berkel 2014, « Reconstructing Archival Practices in Abbasid Baghdad », Journal of Abbasid Studies 1, pp. 7-22.

Tamer El-Leithy 2014, « Living documents, dying archives: towards a historical anthropology of medieval Arabic marchives », Al-Qantara 32, 2011, pp. 389-434.

Konrad Hirschler 2016, « From archives to archival practices : rethinking the preservation of Mamluk administrative documents », Journal of the American Oriental Society 136.1, pp. 1-28.

Halil Inalcik 1954, « Ottoman methods of conquest », Studia Islamica 2, pp. 103-129.

Christine Jungen et Jihane Sfeir (dir.) 2019, Archiver au Proche-Orient. Fabriques documentaires contemporaines, Paris, Karthala.

Christine Jungen et Candice Raymond 2012, « Les trajectoires matérielles de l’archive », introduction au numéro thématique « Pratiques d’archives. Fabriques, modelages, manipulations », Ateliers d’anthropologie 36, en ligne : https://journals.openedition.org/ateliers/9080

Julien Loiseau 2009, « Le silence des archives : conservation documentaire et historiographie de l’Etat dans le sultanat mamelouk (XIIIe-XVIe siècle) », in L’autorité de l’écrit au Moyen-Âge, Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, pp. 285-298.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Diffusion de la recherche] nouveau carnet Hypothèses sur l’ibadisme médiéval et contemporain

Le nouveau carnet de recherche Islams ibadites. L’ibadisme dans les sociétés de l’islam médiéval et contemporain se veut être le digne successeur du carnet Maghribadite administré depuis 2012 par Cyrille Aillet et qui sera clôturé dans les semaines à venir. En élargissant la focale et en englobant aussi bien l’histoire des sociétés ibadites médiévales que contemporaines, orientales et maghrébines, le nouveau carnet espère devenir la plateforme francophone de veille scientifique sur l’ibadisme.

Les intéressés y trouveront également un annuaire (en cours de construction) des principaux chercheurs, des informations sur les lieux de la recherche et des bibliographies (en cours de construction.

L’équipe de rédaction se compose des membres suivants:

  • Cyrille AILLET, professeur des Universités à l’Université Lumière Lyon-2 et membre du laboratoire CIHAM-UMR 5648
  • Salah BAHMANI, doctorant en histoire médiévale à l’EPHE et membre du laboratoire PROCLAC UMR 7192.
  • Enki BAPTISTE (rédacteur en chef), doctorant en histoire médiévale à l’Université Lumière Lyon-2, membre du laboratoire CIHAM-UMR 5648, et associé au CEFREPA USR 3141.
  • Augustin JOMIER, maître de conférence à l’INALCO, membre du laboratoire CERMOM.
  • Soufien MESTAOUI, principal membre de l’association Ibadica.

L’équipe de rédaction est joignable à l’adresse suivante: islamsibadites@gmail.com.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloque] Medievalisms on the Screen: The Representation of the Middle Ages in Audiovisual Media in the 21st Century, Central European University, 29 avril-1er mai 2021, en ligne

Register here to follow the conference online.

The technological advancements in audiovisual production that have taken place in the first two decades of the 21st century have accentuated the multiple representations of the Middle Ages in popular media. The explosion of the video game industry, the refinement of digital technologies for the re-creation of historical locations and spaces, and the popularization of streaming services, like YouTube and Netflix, have all fostered an increase in platforms for representing the medieval past. Be it the crusaders of Assassin’s Creed (2007) or the Scandinavian world of Vikings (2013-2020), the fantasy universe of Game of Thrones (2011-2019), bands like Rhapsody of Fire or the hack-and-slash hell of Dante’s Inferno (2011), it is a non-academic version of the past that is more familiar to the general public.

The ways in which media affects our perception of the past have real-world ramifications. Specific, distorted representations of the Middle Ages have served as fuel for acts of violence and contributed to the rise of authoritarian, xenophobic, and racist political agendas. Interestingly, this process has gone past traditional “medieval” scenarios and entered into a more global arena: the 2015 Indian film Padmaavati exacerbated tensions in Hindu-Muslim relations in some regions of the subcontinent, further highlighting the close connections among media production, politics, and representations of the past.

The purpose of this interdisciplinary PhD conference is to explore the characteristics and implications of calling an audiovisual product “medieval” in the 21st century. From products that purposely undermine their own historicity like A Knight’s Tale (2001) to those that rely on “accuracy” as part of their advertisement, such as certain videogames, from “Europe-based” productions like Dark Souls to Netflix’s Kingdom (2019) set in Korea, or Team Ninja’s Nioh (2017) set in Japan, we have invited contributions from every area of knowledge relevant to this discussion. Topics might include, but are not limited to:

  • Global Middle Ages in popular media
  • Media and national identity
  • Accuracy vs. authenticity
  • Gender relations in medieval productions
  • Magic and the supernatural
  • Political histories and their (sub)conscious implications
  • Middle Ages and fantasy
  • Rock music and the Middle Ages
  • Screenwriting, cinematography, and representation
  • Gameplay mechanics, coding, and procedural rhetoric
  • History popularization and education
  • LARPers and the Middle Ages
  • Museums, memory, and cultural institutions 

Organizing team: Juan Manuel Rubio Arévalo (main organizer), Karolina Anna Kotus, Vania Buso, Halil Evren Sünnetcioglu, Juan Bautista Juan-López

Attachment: 

Medievalisms on the Screen – Schedule

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Publication d’éditions critiques ou traductions au MIDEO (limite : 30 mai 2021)

Dear Colleague,

I am writing to let you know that MIDEO —the Miscellanies of the Dominican Institute for Oriental Studies— is accepting, in addition to articles and book reviewscritical editions of primary texts in Arabic, Persian, and other languages relevant to understanding the intellectual history of Islamicate societies throughout the centuries. We also accept translations of such works into English or French.

As a non-commercial, internationally peer-reviewed research journal of Islamic studies, we consider critical editions and/or translations of any length, i.e. also those that might be either too long for commercial journals or too short for a book project. The deadline for submission for the next issue of MIDEO is May 31, 2021.

We would be delighted to receive your proposal. If you have any further questions, please do not hesitate to contact us.

With best wishes,

Dr. Dennis Halft, OP
Directeur de la publication / Editor / رئيس تحرير المجلّة

MIDÉO (Mélanges de l’Institut dominicain d’études orientales)
Secrétariat | 1 rue al-Ṭarābīchī | ʿAbbāssiyya B.P. 18 |
11381 Le Caire | Égypte
mideo@ideo-cairo.org

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] S. J. Shoemaker, A Prophet Has appeared : The Rise of Islam through Christian and Jewish Eyes. A Sourcebook, University of California Press, mars 2021.

Early Islam has emerged as a lively site of historical investigation, and scholars have challenged the traditional accounts of Islamic origins by drawing attention to the wealth of non-Islamic sources that describe the rise of Islam. A Prophet Has Appeared brings this approach to the classroom. This collection provides students and scholars with carefully selected, introduced, and annotated materials from non-Islamic sources dating to the early years of Islam. These can be read alone or alongside the Qur’an and later Islamic materials. Applying historical-critical analysis, the volume moves these invaluable sources to more equal footing with later Islamic narratives about Muhammad and the formation of his new religious movement.

Included are new English translations of sources by twenty authors, originally written in not only Greek and Latin but also Syriac, Georgian, Armenian, Hebrew, and Arabic and spanning a geographic range from England to Egypt and Iran. Ideal for the classroom and personal library, this sourcebook provides readers with the tools to meaningfully approach a new, burgeoning area of Islamic studies.

Table of Contents

Acknowledgments

Introduction 

1 The Teaching of Jacob the Newly Baptized 

2 Synodical Letter, Homily on the Nativity, and Homily on Epiphany
Sophronius of Jerusalem

3 A Syriac Fragment Concerning the Believers’ Invasion of Syria

4 Letter 14
Maximus the Confessor

5 Chronicle 
Thomas the Presbyter

6 The Armenian Chronicle of 661 attributed to Sebeos

7 The Spiritual Meadow, Appendix to the Georgian Version
John Moschus

8 Homily on the End-Times
Ps.-Ephrem the Syrian

9 Letter 14C
Isho?yahb III of Adiabene

10 Edifying Tales, Homily on the Lord’s Passion, The Hodegos, and Questions and Answers
Anastasius of Sinai

11 The Khuzistan Chronicle 

12 The Apocalypse of Rabbi Shim?on b. Yohai, The Secrets of Rabbi Shim?on b. Yohai 

13 Pirqe de-Rabbi Eliezer 30 

14 The Maronite Chronicle 

15 On the Holy Places 
Adomnán / Arculf

16 The Apocalypse of Ps.-Shenoute

17 The Book of Main Points 
John Bar Penkaye

18 Fourth Letter to John the Stylite
Jacob of Edessa

19 The Passion of Peter of Capitolias 
20 Excerpts from a Lost Seventh-Century Greek Source,
The Chronicle of Theophanes, The Chronicle of Agapius,
The Chronicle of Michael the Syrian, and The Chronicle of 1234

About the Author

Stephen J. Shoemaker is Professor of Religious Studies and Ira E. Gaston Fellow in Christian Studies at the University of Oregon. He is a specialist on early Christian apocrypha, devotion to the Virgin Mary, and the rise of Islam. He is the author of The Death of a Prophet, The Apocalypse of Empire, and Mary in Early Christian Faith and Devotion, among many other publications.

https://www.ucpress.edu/book/9780520299610/a-prophet-has-appeared#about-author

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] Arabic Pasts: Histories and Historiographies, Londres, oct. 2021 (lim. 19 av. 2021)

Institute for the Study of Muslim Civilisations

This annual exploratory and informal workshop offers the opportunity to reflect on history writing in Arabic. We encourage contributions focused on methodologies, research agendas, and case studies that investigate history writing in the Middle East and North Africa in any period from the seventh century to the present.

We are interested in papers that consider the practical and conceptual challenges of working on history writing in the region. Papers might elucidate the following sorts of questions:

  • Through what practices of writing or otherwise encoding the past, and of remembering and forgetting, have different groups in the Middle East and North Africa viewed their pasts? At different times and places, how have the significant contours, events and actors in their histories been seen? Was the significant past the same for court historians as for literary historians; for bureaucrats as for the military; for Sufis as for Muslim lawyers and Traditionists?
  • How did non-Muslims and Muslims, men and women, adherents of different sectarian or juristic traditions, or speakers of different languages, within societies that became “Islamic” imagine the shape and meaning of their specific societies’ own pasts, and their relation to the universal history of the Islamic community?
  • How have urban and rural people, workers and peasants, the religiously educated and the technocratic elite, developed different ways of writing, remembering, or commemorating particular events in, or the broad sweep of, local, national, or “Islamic” history?
  • In what ways do educational institutions, museums, media organisations and proponents of heritage use history writing in Arabic to shape loyalties and senses of belonging in the Middle East, North Africa, and Europe?
  • How can digital methods now enhance or change our understandings of the past? What additional information and perspectives do they offer?

Contributions are invited from scholars at all career levels, addressing any period and any part of the Middle East and North Africa, broadly defined.

This year we anticipate running the workshop from the Aga Khan Centre in London (subject to UK government guidelines on travel), with the possibility to have an online component featuring participants who are unable to travel to the UK. As in past years, there is a small budget to provide some travel assistance for scholars outside of London.

 

Date

The workshop will take place on 7 and 8 October 2021.

Organisers

Arabic Pasts is co-organised by Sarah Bowen Savant (AKU-ISMC), Hugh Kennedy (SOAS University of London) and James McDougall (University of Oxford).

Submission

Please submit an abstract of 300 words or less by 19 April to ArabicPastsConf@aku.edu.

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Contrat doctoral] ERC The Finances of the Caliphate: Abbasid Fiscal Practice in Islamic Late Antiquity (lim. 3/05/2021)

This European Research Council award offers one studentship to an academically outstanding candidate who is intending to study on a PhD programme.

ERC project: The Finances of the Caliphate: Abbasid Fiscal Practice in Islamic Late Antiquity (CALIPHAL FINANCES)

The studentship will be funded by the European Research Council and will cover UK level of tuition fees for the PhD in Islamic and Middle Eastern Studies.

Award

The Award will cover the UK level of tuition fee and an annual stipend of £15,285 and will be awarded for a maximum of three years subject to satisfactory annual progress. 

Only the home tuition fee will be covered by the award, successful overseas applicants will be liable for the difference between the UK and Overseas fees rates.  

Eligibility

The award is open to UK and overseas students commencing a PhD degree in the academic year 2021-2022.

It is imperative that the candidate has previously studied Classical Arabic at the undergraduate and/or graduate level. They will select a topic of Abbasid fiscal history for their dissertation, based on the study of published documents in Arabic.

The candidate must be willing to work on the topic of fiscal history using papyrus documents written in Arabic dating to the 8th-10th century CE.  It is imperative that the candidate is fluent in Arabic.

Only applications to year one of the PhD programme of study will be considered.

CALIPHAL FINANCES offers an ambitious new account of a seminal period in Islamic history. It will for the first time provide a view from below on Abbasid fiscal history through a study of papyrus documents in Greek, Coptic and Arabic written in Egypt. This project will refocus scholarship on the totality of Abbasid administration. It will be the first large-scale research project on Abbasid administrative and fiscal history to make use primarily of documentary sources. Egyptian papyri are concerned with everyday arrangements for fiscal collection in secondary urban centres and villages of the Nile valley. Capitalising on this material, the project will study the organisation of tax collection, tax rates and categories of taxpayers (Muslims/non-Muslims, landowners, merchants, among others). The project team will trace how provincial revenues reached the caliph, incorporating information found in provincial chronicles with that in the papyri. Connections between administrators and local elites, religious and linguistic communities, their convergence on fiscal questions, their loyalty or resistance to the caliphate will all be assessed. In a field largely dominated by religious history, CALIPHAL FINANCES will renew our understanding of the dynamics of change in pre-modern state structures, with a focus on the complexity of local agency.

Applying

In order to be considered for the scholarship, please ensure that you have applied for the PhD programme in the first instance and then use the application form below to apply for the scholarship, the deadline for both the PhD and Scholarship applications is the 3rd May 2021. 

Applications for the PhD can be made via the online admissions portal.

Successful applicants will be advised by no later than the end of June 2021.

Before you apply, we strongly recommend that you look at the pre-application information and guidance on our website and follow the steps indicated on the page.

Applicants are encouraged to get in touch with the project principal investigator, Dr Marie Legendre before applying.

The scholarship application must be emailed to LLC PG Scholarships

ERC PhD Application Form 2021 (44.6 KB Word)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Conférence] Chrétiens et musulmans dans la vallée du Nil au Moyen Âge, IFAO, en ligne (22/03/2021)

 

Dans le cadre du cycle de conférences « Midan Mounira », nous avons le plaisir de vous convier à une conférence en ligne et en direct de Julien Loiseau et Robin Seignobos, le lundi 22 mars à 18h00 (heure du Caire). Cette conférence vous est proposée par l’Institut français d’archéologie orientale et est intitulée « Chrétien et musulmans dans la vallée du Nil au Moyen Âge ».

Julien Loiseau, professeur d’histoire du monde islamique médiéval à Aix-Marseille Université, et Robin Seignobos, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon-2,  sous forme d’un panel animé par Frédéric Abécassis, présenteront au cours de cette conférence le numéro 79 de la revue Médiévales qui vient de paraître sous le titre Pouvoirs chrétiens et musulmans (XIᵉ‒XVᵉ siècle).

Cliquer ici pour plus d’informations sur la conférence et les intervenants… 

 

يسعدنا دعوتكم لحضور محاضرةً بالبثّ المباشر عبر الإنترنت يوم الاثنين الموافق ٢٢ مارس الساعة السادسة مساءً (بتوقيت القاهرة) ضمن سلسلة محاضرات «ميدان منيرة». بدعوة من قبل المعهد الفرنسيّ للآثار الشرقيّة. يلقي چوليان لوازو  ومعه روپان سنيوبوس، محاضرةً بعنوان «مسيحيّو و مسلمو وادي النيل في العصور الوسطى».

يلقي المحاضرة چوليان لوازو، أستاذ تاريخ العالم الإسلامي ّفي القرون الوسطى بجامعة إيكس مرسيليا، و معه روپان سنيوبوس، المحاضر بجامعة لوميير ليون ٢ في شكل مناقشةٍ يديرها فريديريك أبيكاسيس. سيقوما خلال هذه المحاضرة بتقديم العدد ٧٩ من المجلّة العلميّة «ميديڤال» الّتي ظهرتْ للتّوّ تحت عنوان القوى المسيحيّة والإسلاميّة من القرون الحادي عشر الى الخامس عشر. 

اضغط هنا لمزيد من المعلومات…

 

Plus d’information : https://www.ifao.egnet.net/recherche/manifestations/ma1311/

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] 3ème journée d’étude des doctorants du CIHAM-UMR 5648, Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?, 28-29 octobre 2021 (lim. 21 mai 2021)

Le Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?

Dans son acception la plus courante, le stéréotype est défini comme « une idée, une opinion toute faite, acceptée sans réflexion et répétée sans avoir été soumise à un examen critique, par une personne ou un groupe, et qui détermine, à un degré plus ou moins élevé, ses manières de penser, de sentir et d’agir » [Trésor informatisé de la langue française]. Malgré son apparente simplicité, cette définition véhicule de nombreuses ambivalences et nuances au sujet de la notion de stéréotype. En effet, si celui-ci peut être propre à chaque individu, l’énonciation d’un stéréotype permet en général de se faire une idée des représentations collectives figées qui circulent dans un groupe. Le stéréotype, en tant qu’idée reçue sur un groupe qui représente l’altérité, participe de la projection de soi autant que de la représentation de l’autre. En définitive, étudier les stéréotypes d’une société permet de se rendre compte des processus évolutifs de construction des identités collectives. Le stéréotype procède par simplification et généralisation pour définir l’Autre, et constitue une véritable source de connaissance pour comprendre le rapport des sociétés à leur passé et leurs contemporains.

Communément, on pense le stéréotype comme une idée figée, ayant traversé le temps sans évolution : le barbare comme une brute poilue, le chevalier courtois ou le vieillard lubrique. Ces journées ont pour objectif au contraire de questionner sur le temps long les processus de fixation de ces représentations, mais aussi leur évolution, leurs reconstructions et les reformulations au gré des contingences politiques, sociales, religieuses par exemple. Nous nous proposons d’étudier à la fois les représentations que les médiévaux forgèrent d’eux-mêmes et de ceux qui les avaient précédées et celles que l’époque moderne et contemporaine construisit et ne cesse de reconstruire sur la période. Cette approche nécessite de croiser des sources iconographiques et textuelles médiévales et des documents plus hybrides de notre temps (séries, réseaux sociaux, jeux vidéo), véritables conservatoires de nos perceptions du Moyen Âge. Partant, le médiévalisme apparaît comme la porte d’entrée pour une étude des représentations stéréotypées du Moyen Âge. Depuis une décennie, les études sur le sujet ne cessent de se développer et montrent tout l’intérêt qu’il y a pour le médiéviste à se pencher sur ces œuvres de la pop-culture dont l’univers est éminemment médiévaliste (Le Seigneur des Anneaux, Game of Thrones). Ces usages publics de l’histoire médiévale ne sont toutefois pas un phénomène récent et invitent à s’interroger sur l’arrière-plan politique et culturel de ces phénomènes de réappropriation du Moyen Âge, ou du moins d’un certain Moyen Âge.

Les communications pourront s’organiser autour de deux pistes principales :

Les stéréotypes à l’époque médiévale :

Les communications se pencheront ici sur la conscience que les sociétés médiévales avaient d’elles-mêmes et de leur passé. Si la rupture entre Antiquité tardive et Moyen Âge doit être interrogée, on remarque toutefois dans les sources littéraires l’émergence d’un positionnement des médiévaux par rapport à l’Antiquité, qui passe par la production de traductions et de commentaires des autorités antiques. Les grands centres littéraires comme l’école d’Orléans en France (xiie siècle) ou l’atelier alphonsin en Espagne (xiiie siècle) commentent et traduisent des auteurs tels qu’Ovide, Tite-Live, Sénèque, fixent les autorités et transmettent une interprétation de ces textes, comme le fait le cliché avec l’image. Il faut faire face aux realia antiques qui peuvent entrer en conflit avec la cosmovision médiévale. La confrontation avec l’Autre, qui est éloigné dans le temps et qui représente une culture lointaine, permet de fixer non seulement une image de l’Antiquité mais aussi de fixer l’image du Moyen Âge.

Partant, dans les sociétés médiévales, pour être partagés, ces stéréotypes sont bien souvent produits par les groupes sociaux dominants, ou le fruit des représentations dominantes dans la société. Ces stéréotypes sont ainsi forgés par le jeu des institutions, de l’Église, du droit, et plus largement par la vie sociale. On s’intéressera par exemple à la construction de la catégorie juridique de l’hérétique et aux qualificatifs qui sont accolés aux populations ainsi accusées. Par suite, l’enjeu est aussi de déterminer leur imprégnation dans l’ensemble de la société, voire, au-delà, l’existence de stéréotypes propres aux groupes dominés. Dans des périodes de tensions, on pourra s’interroger sur la résurgence de représentations et discours stéréotypés et leurs effets délétères, de la marginalisation aux pogroms. Montrer des représentations communes par l’étude des clichés et stéréotypes permet d’étudier en creux la construction des normes mais aussi, dans une certaine mesure, des rapports sociaux, de formation d’identités partagées et des jeux de pouvoir. Sans réduire les sociétés à leurs clichés et stéréotypes partagés, il est possible d’en mesurer la diffusion, la nature, leur rôle et leur importance, ainsi que leurs effets sur les discours, les identités et les comportements.

À plus large échelle, les sources composées par les voyageurs du Moyen Âge véhiculent une vision du monde que l’on peut appréhender à travers les récits miraculeux ou les mappemondes. Marchant dans les pas de Ptolémée, les géographes arabes, par exemple, se sont réappropriés la théorie des climats pour décomposer le monde et penser la diversité de ses populations.

Le Moyen Âge après le Moyen Âge :

Les communications de ce deuxième axe se pencheront sur les représentations du Moyen Âge depuis l’époque moderne et leurs évolutions. Souvent caricaturé comme une période violente et sale, ce Moyen Âge prend corps dans les séries, sur les réseaux sociaux mais aussi dans la perception que forgèrent les modernes à partir du xvie siècle.

Que ce soit par la peinture, la redécouverte et la réédition de textes ou la production d’un discours savant sur le Moyen Âge, la période moderne constitue un véritable filtre déformant dans l’évolution des stéréotypes sur l’époque médiévale. On s’intéressera par exemple à la constitution d’une mythologie du barbare et à l’ambiguïté des stéréotypes sur la figure de la brute au haut Moyen Âge. Entre réappropriation de la trajectoire de ces populations germaniques par les penseurs de l’État au xviiie et au xixe siècle et la formation de l’image négative du barbare comme l’incarnation d’une violence qui serait l’apanage du haut Moyen Âge, les communications pourront s’interroger sur ces tensions et l’évolution des paradigmes.

Enfin, le Moyen Âge est désormais largement réinvesti par la pop-culture. Le nouveau champ d’étude du médiévalisme s’attarde sur les modalités de mise en scène de l’histoire médiévale et sur les reconstructions de ce passé. Jusqu’à maintenant essentiellement cantonnées à l’analyse de séries médiévalistes sur le Moyen Âge chrétien occidental, les recherches débordent désormais le cadre européen et commencent à s’intéresser aux représentations du Moyen Âge dans les mondes musulmans ou en Europe du nord. Le passé viking ou les premiers temps de l’islam sont au cœur de discours de nature variée (apologétiques, polémiques, ludiques) et sont protéiformes (séries télévisées, jeux vidéo, vidéos de propagande). Le médiéviste est donc de plus en plus appelé à se positionner sur ces usages publics de l’histoire qui, in fine, traduisent la manière dont une société perçoit à un moment donné son passé.

Ces journées seront enfin l’occasion de réfléchir à la diffusion d’un discours autour le Moyen Âge sur les réseaux sociaux, que ce soient les plateformes de microblogging ou les commentaires sur les plateformes vidéo par exemple. À quels mots, à quelles idées sont associées les expressions ou termes « Moyen Âge », « médiéval », ou « moyenâgeux » ? Que vaut, dans le discours actuel, le stéréotype du Moyen Âge barbare et obscur ? Nous invitons ici les chercheurs à mener des études quantitatives, diachroniques ou synchroniques, via la textométrie ou la lexicométrie par exemple, mais aussi qualitative (memes, par exemple, ou podcasts).

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 21 mai 2021 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

Comité d’organisation : Laura Baldacchino, Enki Baptiste, Marco Conti, Amalia Desbrest, Matthias Gille Levenson, Simon Rozanès.

            Comité scientifique : Cyrille Aillet, Marie-Pascal Halary, Xavier Hélary, Francesco Montorsi.

Bibliographie indicative :

Besson, Florian, Boestad, Tobias, Fulconis, Maxime, Guéna, Pauline, Hasdenteufel, Simon, Kikuchi, Catherine, Actuel Moyen Âge. L’aventure continue, Paris : Arkhè, 2019.

Burde, Mark, « Entre médiéval et moyenâgeux… de la marge de manœuvre ? » in Élodie Burle-Errecade et Valérie Naudet (éd.), Fantasmagories du Moyen Âge : entre médiéval et moyen-âgeux, Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2014, p. 259‑61, en ligne : http://books.openedition.org/pup/2149.

Di Carpegna Falconieri, Tommaso, The Militant Middle Ages: Contemporary Politics between new Barbarians and Modern Crusaders, Leyde-Boston : Brill, 2020.

Dumézil, Bruno (dir.), Les Barbares, Paris : Presses Universitaires de France, 2016.

Edrom, Julien, et al. « Pour un usage du stéréotype en Histoire », Hypothèses, 21/1, 2018, p. 93-102, en ligne : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2018-1-page-93.htm.

Fossier, Arnaud, « Le Moyen Âge doit-il nous ressembler ? », La Vie des idées, décembre 2019, en ligne : https://laviedesidees.fr/Le-Moyen-Age-doit-il-nous-ressembler.html.

Gautier, Alban et Vissière, Laurent (éd.), Le Moyen Âge en séries, Médiévales, 78, 2020.

Geslot, Jean-Charles, « Stéréotypes et histoire culturelle », Hypothèses, 21/1, 2018, p. 163-176, en ligne : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2018-1-page-163.html.

Weller, Katrin, Bruns, Axel Burgess Jean, Mahrt Merja, et Puschmann Cornelius (éd.), Twitter and Society. Digital Formations 89. New York: Peter Lang, 2014, en ligne: https://eprints.qut.edu.au/66321/1/Twitter_and_Society_%282014%29.pdf.

Appel à communication PDF

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloque] 53e Congrès de la SHMESP : Succéder, École française de Rome, mai 2022 (lim. 15 avril 2021)

Le 53e Congrès de notre société se tiendra à l’École française de Rome, du 26 au 29 mai 2022 sur le thème de « Succéder au Moyen Âge ». L’argumentaire scientifique est ci-dessous.

Les propositions de communication doivent être adressées au secrétariat de la SHMESP avant le 15 avril 2021, délai de rigueur, exclusivement par courrier électronique à secretariat@shmesp.fr. Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Les sociétaires intéressés sont invités à prendre attentivement connaissance des grandes orientations fixées par le comité scientifique. Celui-ci fera connaître d’ici fin mai les contributions retenues.

Nous rappelons que la Société ne prend pas en charge les frais des intervenants. Des bourses sont toutefois proposées aux doctorantes et doctorants, ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs, qui interviendraient lors de ce congrès.

Les actes des congrès de le SHMESP paraissent régulièrement à l’occasion de l’Assemblée générale de l’année qui suit, grâce notamment au travail des responsables des publications. Les collègues qui proposent une communication s’engagent donc moralement à publier leur texte en le rendant dans les délais imposés par ce calendrier serré, soit le pour 1er octobre 2022, et en respectant le nombre de signes défini par les responsables des publications ainsi que les normes de la collection.

Nous encourageons vivement les jeunes chercheurs à participer à ce congrès. Les directeurs de thèses sont donc invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés.

En espérant que cet appel retiendra votre attention, nous vous prions d’accepter, chères et chers collègues, l’expression de nos sentiments dévoués,

Argumentaire scientifique

Le thème du congrès de la SHMESP en 2022 tient en un seul mot : succéder. Un verbe, qui, selon le dictionnaire, signifie « prendre la suite de quelqu’un dans un emploi, une charge, une dignité, une fonction ». Il s’agit donc d’une action, d’un phénomène que l’on propose d’observer ici depuis la perspective de l’acteur, que ce dernier soit une personne – celle ou celui qui succède, donc – ou une institution, une œuvre ou encore une idée. Le thème n’inclut pas la transmission et les façons dont celle-ci est réglée par qui s’assure une postérité. Il ne peut être restreint, non plus, à « recevoir » ou à « hériter » : succéder suppose de s’inscrire activement dans une chronologie et de définir sa propre identité en regard d’une entité disparue.
L’importance de la succession à l’époque médiévale doit être soulignée, bien que l’objet « succéder », sur les aspects duquel il existe un grand nombre de travaux, n’ait guère été thématisé comme tel. Diverses notions médiévales ou d’apparence médiévale ont été plus travaillées pour qualifier l’enchaînement, le relai ou le séquençage temporel au sein de la société, notamment dans ses expressions politiques, religieuses et culturelles : « tradition », « réforme », « rénovation » ou « translation ». Toutes témoignent, on le sait, de ce que les institutions du temps répondaient à un besoin de changement sans bouleverser leurs cadres de référence ou, du moins, sans assumer de le faire – parfois dans l’espoir affiché du retour à un état de stabilité antécédent, jugé meilleur. Des travaux récents ont nuancé et enrichi notre connaissance de l’usage contextuel de ces concepts. Qu’en est-il de succéder ? La notion est sans doute plus historienne que médiévale, plus étique qu’émique. Toutefois, le verbe est bien attesté dans les sources françaises de la fin du Moyen Âge, où il désigne d’abord le fait de prendre la suite de quelqu’un – mais cette observation superficielle ne doit pas masquer la nécessité d’une réflexion sur la sémantique de la succession.
Comment succède-t-on ? Quels mécanismes de légitimation, de récupération ou de distanciation met-on en œuvre pour s’assurer une place singulière au terme d’une série ? Pourquoi se présenter ou présenter quelqu’un d’autre, une institution, une ville, une école de pensée, comme la suite d’une entité dont la spécificité est désormais en partie abolie ? Prétendre « succéder », c’est vouloir donner l’impression que coexistent ce qui n’est plus et ce qui est : c’est un outil tout à la fois fort simple et très efficace pour résoudre l’équation de la continuité et du changement, en inversant le fil du temps ou, du moins, en en atténuant la brutalité : le présent n’abolit plus le passé, mais le prolonge sous des modalités neuves. La notion est tout entière contenue dans un paradoxe temporel renvoyant deux objets qui ne peuvent coexister à une seule identité. Le Dictionnaire de Furetière, en 1690, illustre ainsi le terme « succéder » par l’exemple concret des crans d’une roue ou d’une horloge, lesquels « se succèdent, entrent l’un après l’autre dans leur pignon ». Il peut alors étendre la définition à une lecture figurée du verbe : « succéder se dit aussi, en morale, des charges, des dignitez et d’autres places où on entre l’un après l’autre ». Le rôle de successeur revient à prendre possession et à gérer le bilan d’un autre, en se glissant dans les pas et les fonctions identifiées de ce dernier, quitte à le désavouer. La succession peut susciter quelque ambiguïté aux yeux des observateurs, contemporains comme modernes. Pensons à cette ferme détenue pendant quatre cent cinquante ans par un paysan nommé Johannes Hooss . Non que, tel un patriarche, le même homme ait vécu un demi-millénaire : il s’agit bien sûr d’une succession de père en fils, étayée de la transmission d’un nom. Exemple saisissant qui témoigne de ce que, jusqu’aux derniers siècles du « long Moyen Âge », la succession était lourdement réglée et donnait à une partie du monde les apparences de l’immobilité et de l’automaticité, tels des crans entrant dans leur pignon. Mais exemple qui ne doit pas masquer la complexité de l’action de succéder à l’époque médiévale.

Les premières pistes que l’on propose à la réflexion peuvent être ordonnées en trois ensembles.

  1. Légitimation et revendication : succéder selon un ordre
    La rigoureuse série des fils Hooss pointe l’ordre et le formalisme qui règlent souvent la succession familiale et la succession dynastique dans les sources médiévales. Attachés à la notion de continuité, les documents relatant la longue hérédité des rois et princes présentent régulièrement cette dernière comme immémoriale et nécessaire. En Occident, l’avènement royal, moment exemplaire de la succession, ne doit-il pas se dérouler conformément à un ordre consigné dans un manuscrit appelé, précisément, ordo ? Ne trouve-t-on pas de même, dans le monde byzantin, une fameuse Codification de l’ordre du Palais, plus couramment désignée comme le Livre des Cérémonies ? Au service de cet ordre successoral et, donc, au cœur du thème de la rencontre, pointe la question de l’ascendance : la production de littérature généalogique, courante au Moyen Âge, permet de documenter successions et filiations. Construction et reconstruction de listes, énumérations et désignations du rang, d’une place dans un ordre lignager, matérialisent l’idée de suite. On aurait vite fait de croire en l’existence d’un ordre « naturel » de la succession, dont la continuité dynastique serait le paradigme. Mais cet ordre ne doit pas faire illusion : l’ordre successoral est un enjeu et un lieu de tensions plus qu’une structure contraignante. D’ailleurs, ne cherche-t-on pas, dans le Songe du Vergier, le nom de ce roi grec très puissant dont « toutevoies nous lisons que son propre filz ne luy succeda mie, mez le filz d’une jonglerresse» ? Des successions étonnantes se produisirent au cours du Moyen Âge : le fils d’une jongleuse devenant roi, peut-être pas bien souvent, mais il était des usurpations, des avènements imprévus, des successions empêchées, contestées, refusées – parfois même par leur récipiendaire, le successeur ne voulant pas l’être. A contrario, il était des successeurs se présentant comme tels mais qui, pour finir, n’étaient pas acceptés (pensons aux « antipapes », soit ceux qui ont obtenu et exercé la fonction de pape mais que l’histoire ne reconnaît plus aujourd’hui comme tels, parce qu’un concurrent l’a emporté).
    La succession dynastique n’est pas nécessairement familiale – comme l’exemple des papes vient le rappeler –, unique, ni même masculine : des successions électives existent, des successions collectives sont attestées. Des lois successorales organisant le partage ou la possession en commun (indivision) ont prévalu des siècles durant. Mais il arrive tout aussi bien qu’aucune norme ne soit disponible en la matière ou, au contraire, que les règles soient multiples et concurrentes. Les modalités de la succession sont, de fait, évolutives et elles font l’objet de choix : à l’époque mérovingienne, en particulier, il arriva que l’on inventât une norme successorale dans le moment même où l’on prétendait la respecter. À l’autre extrémité du Moyen Âge, la succession royale française, à l’aube de la guerre de Cent Ans, paraît plus ouverte qu’on ne le croirait après coup : elle fait l’objet d’une même application inventive de l’usage et de la loi, qui se trouvent mobilisés, modelés voire inventés pour asseoir une revendication aux dépens d’une autre. De l’ordre « naturel », il faut en effet s’écarter pour porter son regard sur les rapports entre normes et pratiques de la succession, sur la distance qui les sépare et sur les libertés prises par la personne nouvellement intronisée comme sur celles qui peuvent lui être accordées. La bâtardise, notamment, induit un dysfonctionnement révélateur de la tension entre normes, souvent hostiles à sa succession, et pratiques, dont on observe, empiriquement, qu’elles peuvent être accommodantes : il est des bâtards légitimés qui deviennent héritiers.
    D’aucuns répugnent pourtant à considérer comme successeur celui qui prend la suite sans respecter la règle – il est alors qualifié d’usurpateur. La succession est en réalité toujours envisageable, par la capacité génératrice du conflit : on peut contester les procédures, contester la succession, contester le successeur. La revendication du titre et la prise de fonction sont des moments de tension, de faiblesse, voire de crise. Ils peuvent être violents – voir les « guerres de Succession », considérées comme un objet en soi dans la classification polémologique commune, visible sur Wikipédia, par exemple –, aussi bien dans un contexte dynastique qu’entrepreneurial. Car succéder est une opération, soumise à accident : malgré un ordre établi, la succession est soumise à l’imprévisible. Mieux qu’« hériter », « succéder » permet ainsi de réfléchir aux nœuds, aux tensions, aux dysfonctionnements et même à la façon dont on prend possession ou se départit de l’héritage.
  2. Entre inventaire et nouvelles propositions : succéder, récupérer
    On propose, par ce thème, de placer les pratiques de la succession au cœur des observations. De nombreux travaux ont déjà abordé les ressorts de la transmission patrimoniale et dynastique dans la société médiévale (à travers les constitutions d’apanages, par exemple), sous l’angle de l’édification légale comme sous l’angle des rituels. Il s’agirait ici de se pencher sur l’acte consistant à recueillir et récupérer, à faire le bilan d’une activité ou d’une fonction passée pour la tenir à son tour et, potentiellement, l’adapter. La succession renvoie, de fait, à de nombreux domaines de l’action humaine : dynastique ou politique, certes, mais également économique à travers les unités de production, les ateliers ou encore les compagnies commerciales. Elle s’appuie sur des sources spécifiques : on pense, notamment, à l’inventaire, au bilan économique, aux comptes que l’on tient. Succéder implique de gérer ce qui est reçu et de l’assumer. Comment se forme-t-on à prendre la suite d’une activité, qu’elle soit gouvernementale, artisanale ou commerciale ? Le problème de la formation se pose et, à travers lui, la question d’institutions dont l’une des fonctions est celle d’assurer à de plus jeunes la capacité de succéder : écoles et studia, ateliers et botteghe, et l’on en passe.
    La reprise et la suite donnée ne tiennent toutefois pas au seul successeur : cet acteur dépend, souvent, des collaborateurs de celui ou celle qu’il remplace et doit, presque toujours, ménager les « publics » de la succession (sujets d’un royaume, mais aussi clients d’une activité commerciale, élèves d’un maître), qu’il s’agit de rallier, de convaincre ou de gérer en tant qu’ils sont conservateurs et garants d’une qualité passée. Ainsi, quand le maître d’œuvre d’un bâtiment vient à être remplacé, dans quelles limites le nouveau venu peut-il innover sans trahir le commanditaire ? Que fait-il des modèles laissés ? Sous quelles conditions peut-il se revendiquer d’une filiation technique avec celui dont il prend la place ? La question est d’autant plus complexe que, dans le domaine artisanal, la succession est bien souvent collective : l’arrivée d’un nouvel ordonnateur sur un chantier signifie que le relai est pris non pas par un seul homme, mais par une équipe, peut-être en partie la même, en partie une autre. Observer les pratiques du successeur, c’est aussi une façon de poser la question de l’inventaire, conçu comme une médiation entre le patrimoine laissé et le patrimoine reçu. L’objet et son établissement permettent d’interroger les modalités de la prise de possession mais également les obligations et les stratégies qui organisent son évitement : dans quels cas est-il opportun, voire nécessaire, de refuser une succession ? On observe, dans plusieurs espaces, la coutume invitant une partie des enfants à refuser un héritage pour protéger le douaire de leur mère. Au-delà du pragmatisme, le refus de succéder revêt une grande valeur symbolique : qu’on pense, par exemple, à l’écho donné à l’épisode de la « dénudation » de François d’Assise, renonçant à la succession de l’entreprise drapière de son père, en 1206, pour se conformer à une vie de dénuement – épisode dont la popularité est rendue par un abondant corpus biographique dès avant la fin du XIIIe siècle et, bien sûr, par les fresques de Giotto à Assise. Se placer du côté du successeur amène à considérer les tensions apparaissant entre gestion d’un patrimoine (financier, technique ou symbolique) et adaptation à des conditions matérielles ou sociales changeantes.
    Le successeur doit définir sa marge de liberté en regard de pratiques reçues mais aussi de personnels hérités, que l’on peut renouveler (participants au gouvernement comme personnel employé). Car succéder fait se heurter l’individu au passé qu’il récupère : l’un des premiers actes de Louis le Pieux, quand il prend la tête de l’Empire, en 814, est précisément d’écarter du pouvoir une large part des conseillers de Charlemagne, dont ses cousins Adalard et Wala, incités à un exil monastique. La succession fait apparaître des antagonismes relevant de la loyauté, des intérêts ou de l’appartenance générationnelle. Les modifications du statut individuel qu’implique la récupération des charges, des bilans et des responsabilités imposent une reconfiguration des rapports interpersonnels, dans un cadre professionnel comme amical ou familial. Pensons, par exemple, au lien fraternel venant se substituer au lien parental ou marital, lorsque des hommes prennent la succession d’un père ou d’un mari défunt, auprès de leur sœur.
  3. Identifier et comparer : la création du successeur
    La succession doit enfin faire l’objet d’une acception métaphorique. Il est impérieux d’intégrer à cette thématique une approche culturelle et, notamment, historiographique. Dans le contexte médiéval, où la notion moderne de l’auteur est absente, la production intellectuelle et tout particulièrement l’écriture de l’histoire paraissent le domaine même de la succession – dans le monde occidental, où maints prologues mettent en scène le chroniqueur évoquant son devancier, dont il est le « continuateur », comme à Byzance, où abondent continuateurs et continuations (voir Théophane ou Skylitzès), et comme dans le monde islamique, où l’on observe la fréquence et la légitimité de la pratique du dhayl (continuation). Il y a là l’inscription dans une chaîne – où les contemporains sont « des nains sur des épaules de géants », selon la fameuse formule de Bernard de Chartres qui, soit dit en passant, pense la succession comme cumulative, comme une addition plutôt que comme un remplacement. Mais cette succession consciente et parfois revendiquée n’est pas propre à l’historiographie : elle est attestée, selon des modalités et à des degrés divers, dans tous les domaines de la production intellectuelle médiévale.
    À partir de quels critères et dans quelle démarche explicative les chroniqueurs, historiographes, philosophes médiévaux (ou plus récents) établissent-ils les liens de succession quand ceux-ci ne sont réglés ni par la filiation, ni par la loi ? Il est des successions d’individus, mais aussi des successions d’écoles, d’artistes, de normes, pour lesquelles il revient au public d’estimer les similitudes ou les continuations de certaines théories, œuvres ou structures sociales. La question du style artistique et celle de l’emploi et du remploi de certains matériaux et même de certains bâtiments illustrent la possibilité d’une traduction matérielle de ces successions. Souvent, ces successions abolissent l’impératif de continuité chronologique ou jouent avec lui. Les débuts de l’humanisme en sont un exemple aisé, plusieurs auteurs du XIVe siècle étant présentés par leurs contemporains comme les successeurs des grandes plumes antiques. Dans le domaine historiographique, les notions de translatio imperii et de translatio studiorum révèlent le besoin cognitif de créer une continuité des puissances ou des centres en imaginant leur succession, empêchant une vacance.
    La succession spirituelle développe des mécanismes similaires à ceux de la succession intellectuelle, mêlant transfert de connaissances, d’autorité et d’élection pour définir une identité commune perdurant au-delà des générations. Elle peut s’appuyer sur des critères inintelligibles fondés sur le sentiment, mais également sur des conditionnements pratiques. La règle de succession du bouddhisme tibétain, par exemple, s’oriente dès le XIIIe siècle vers le principe de la réincarnation, permettant d’éloigner les monastères des réseaux familiaux – et d’orienter, dans certains cas, le choix de l’enfant élu en fonction des difficultés que la communauté essaye alors de résoudre. À l’inverse, la succession spirituelle peut passer par l’hérédité familiale, notamment dans le monde islamique. Dans les milieux spirituels, la succession dans la sainteté, qualité que l’on hérite généalogiquement, renvoie, en même temps, à des positionnements doctrinaux et textuels, peu formalisés : il en résulte tensions et conflits pour succéder au magistère exercé par le maître. En Occident aussi, la succession religieuse est une question essentielle et, souvent, une importante matrice politique : devenir abbé ou évêque renvoie à une continuité non familiale, mais en esprit, aux implications matérielles et collectives indéniables.
    L’historiographe peut choisir de rendre compte par l’écrit des raisons de cette transmission, notamment lorsqu’il répond à la commande du successeur décrit. C’est à lui que revient de déterminer les causalités rendant cette suite légitime ou non, voire nécessaire. La succession est un fragment de l’histoire – entendue non plus comme discipline du savoir mais comme enchaînement des faits se succédant. Des faits, et des individus. On interprète comme une succession l’enchaînement des générations. Pères et fils, mères et filles, paraissent se suivre et se remplacer : sont-ils trahis par leur ressemblance physique, porteurs du même charisme ? Le successeur offre-t-il l’image de celui qui le précède ? D’individuelle, l’échelle d’observation peut devenir collective, voire globale, en envisageant cette forme de succession, interrogée dans les Écritures et bien pensée par les médiévaux, qu’est le renouvellement des générations (voir Bernard de Chartres, encore) et des « âges ».
    Mais on peut aussi décider de voir en quelqu’un le successeur d’une autre figure, éloignée – figure ancienne et prestigieuse, de préférence, comme dans l’incipit de La Chartreuse de Parme : « Le 15 mai 1796, le général Bonaparte fit son entrée dans Milan à la tête de cette jeune armée qui venait de passer le pont de Lodi et d’apprendre au monde qu’après tant de siècles César et Alexandre avaient un successeur. » Le Moyen Âge avant Stendhal raffolait de ce trope du « successeur » qui permettait de penser et de légitimer les figures contemporaines, de les mesurer à l’aune du passé – entre mille exemples, citons celui, humaniste, de Pétrarque faisant de Stefano Colonna le Jeune un nouveau Théodose. Plus généralement, c’est ainsi que fonctionnent les successions symboliques : d’un général mort mille ans plus tôt à un autre, son successeur ; ou d’une ville à l’autre, Constantinople faisant figure de nouvelle Rome ; voire, dans le domaine du mythe, l’idée que des figures mythologiques s’enchaînent, comme se succèdent les âges de l’histoire de l’humanité (au nombre de quatre, souvent) ou les régimes politiques.
    On le voit, c’est sans renoncer aux diversités des temps, des lieux, des domaines de l’histoire humaine et des acceptions – du littéral au métaphorique du terme – mais en tenant fermement son sens que l’on espère pouvoir éclaircir cette question à l’échelle de tout le Moyen Âge.

Argumentaire_.pdf

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Recrutement] Postes mis au concours en histoire des mondes musulmans et en langue et littératures arabes, septembre 2021

Maître de conférence, Université Lumière Lyon-2 CIHAM UMR 5648, département d’Études arabes, civilisation médiévale.

Fiche de poste

Maître de conférence, Université Paris 1 Orient Méditerranée, département d’Histoire, Histoire médiévale des pays d’Islam

Fiche de poste

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Conférence] 3ème Forum du GIS MOMM « Au-delà des frontières. La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs au Maghreb et au Moyen-Orient », 23, 30 mars et 6 avril

Forum en ligne – 23 mars, 30 mars et 6 avril 2021
Inscriptions 

Depuis 2016, le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans organise, en alternance avec son Congrès, un Forum annuel, visant à engager un débat large sur un aspect particulier lié aux pratiques de la recherche sur le Maghreb, le Moyen-Orient et les mondes musulmans. Après la question de l’enseignement (Enseigner les mondes musulmans, Lyon 2016), et celle des nouvelles formes d’écriture de la recherche, notamment numériques ((D’)écrire les mondes musulmans au XXIe siècle, Aix-en-Provence, 2018), le Forum 2020-21 sera l’occasion de s’intéresser aux dimensions régionales et aréales des recherches menées aujourd’hui concernant le Maghreb, le Moyen-Orient et les mondes musulmans.

À l’heure du tournant global de la recherche en sciences humaines et sociales, quelle peut être la pertinence des recherches menées à une échelle régionale, qui ne se cantonnent pas au seul cadre national, sans pour autant se situer à une échelle mondiale ? Quelles représentations régionales et aréales sont encore à l’œuvre dans les découpages épistémologiques et académiques qui innervent la recherche en France ? Dans quelle mesure sont-elles convergentes ou en décalage avec les dynamiques transnationales de la recherche ailleurs en Europe, dans le monde, et tout particulièrement au Maghreb et au Moyen-Orient ?

Au-delà de ces enjeux scientifiques, le Forum a pour ambition d’ouvrir un espace de travail commun rassemblant les laboratoires de recherche métropolitains membres du GIS, les UMIFRE du Maghreb et du Moyen-Orient, et un certain nombre d’acteurs locaux ou régionaux de la recherche. Accompagné de la publication d’un Cahier du GIS MOMM consacré aux dispositifs de recherche mis en place dans la région par l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, ce Forum s’inscrit dans le travail mené par le GIS depuis 2017 sur les conditions de la recherche au Maghreb et au Moyen-Orient en temps de crise et permettra de poursuivre le dialogue sur ces sujets avec les pouvoirs publics.

L’organisation de ce Forum a bénéficié d’un soutien financier de la DGRI du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (plan SHS 2019).

23 mars 2021

9h15 Introduction, Eric Vallet & Elise Massicard (GIS Moyen-Orient et mondes musulmans)

9h30-11h Table-ronde 1 : Les instituts européens au Moyen-Orient : état des lieux et perspectives

11h15-12h45 : Table-ronde 2 : Favoriser le travail en réseau entre les UMIFRE : l’expérience de SOCOSMA (Séminaire d’Observation du Covid-19 dans les sociétés du Monde Arabe) et des Observatoires urbains.

14h-16h : Table-ronde 3 : La circulation des savoirs entre Europe et Moyen-Orient à l’âge du numérique : traduction et édition, recherche et réseaux sociaux

16h Conclusions

30 mars 2021

9-12h : Table-ronde 4 : La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs : Égypte, Proche-Orient, péninsule Arabique

6 avril 2021

9-10h30 : Table-ronde 5 : La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs : Maghreb

11h-13h : Table-ronde 6 : La recherche française et les nouvelles circulations régionales des savoirs : mondes turc et iranien, Asie Centrale

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Conférence] J. Bonnéric, Islam & Christianity in the Gulf (7th-9th c.) in Light of the last Excavations in Failaka & Beyond, conférence CEFREPA, Islam: History and Society, en ligne, 21 fév. 2021

The history of Islam and Christianity in the Arab-Persian Gulf was based mainly on written sources. However, archeaological discoveries have also offered many insights that attempt to define the religious landscape of the area from the 7th to the 9th century. It is not always possible to identify the faith of the inhabitants when excavating a settlement, and such identifications are only allowed with the discovery of structures such as place of worship or a burial area, or specific objects such as crosses for Christians, and possibly the study of dietary habits. But excavations help to reconsider the decline of Christianity, in particular at the monastery of al-Qusur on Failaka Island (Kuwait), and to better characterize the Christian and Muslim populations.

 

Dr. Julie Bonnéric is an associate researcher at CEFREPA-Kuwait. She is a specialist of Islamic archaeology with a specific emphasis on religious anthropology. She is currently the heaf of the French-Kuwait archaeological mission at Faylaka.

Dr. ‘Awad al-Assiri (Najran University) is a historian of jewish and christian communities in the Early Islamic Period and Southern Arabia (Najran).

The lecture will be held online in English via Zoom.

Sunday, 21 February 2021

4.00 PM (GMT +3:00) Kuwait

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] A. El Aloui et N. Khalfallah, Les enjeux de l’écriture mystique, Éditions des archives contemporaines, 2020.

Cet ouvrage examine d’une part les difficultés que rencontrent les Soufis lorsqu’ils s’adonnent à exprimer l’inexprimable et à illustrer, par des mots, un vécu insaisissable. Délibérément, ils mettent en œuvre les procédés et motifs littéraires, notamment issus de la poésie, pour décrire leurs expériences intérieures. D’autre part, cet ouvrage met en lumière la contribution des Soufis qui, en dépassant les exigences doctrinales perçues comme des « obstacles épistémologiques », ont pu composer des œuvres techniques, relevant des disciplines de leur époque, comme l’exégèse, la jurisprudence, la théologie où un profond échange s’est établi entre les références mystiques et les savoirs doctrinaux d’alors.

L’écriture mystique a fait montre d’originalité et de dynamisme en inspirant, dans diverses aires culturelles, bien d’expériences littéraires contemporaines ; celles-ci ont puisé des motifs et des thématiques dans les Textes et figures les plus emblématiques, comme ont fait Gamal Ghitany, Théophile Gautier, André Gide, Doris Lessing et d’autres.

Cet ouvrage revisite donc les enjeux de l’écriture mystique, souvent à la quête d’une authenticité expressive, et ce depuis les hésitations des premiers Soufis jusqu’à l’innovation d’un modèle littéraire singulier et le développement d’une terminologie spécialisée fondant plusieurs disciplines. Cette écriture reste toutefois ouverte, car elle reprend, inlassablement, le questionnement primaire, et éternel, sur les zones d’ombre de la conscience humaine.

Ouvrage publié avec le soutien de : Université Paris 8, CERMOM – INALCO, LIS – Université de Lorraine.

 

Sommaire

Introduction, Abdelaziz El Aloui, Nejmeddine Khalfallah

 Première partie : L’écriture mystique : spécificités et controverses

 Expression littéraire et vécu mystique chez al-Hallâj, Pierre Lory

Entre expérience et doctrine. Un exemple de controverse poétique soufie à Bagdad au Xe siècle, Jean-Jacques Thibon

« Al-Ḥallāǧ » entre l’écriture de soi et du monde, Hassan Fathi

« Exprimer l’inexprimable ». Lecture de l’approche de Huǧwīrī dans Kašf al-Maḥǧūb, Randa El Amraoui

L’acte d’écriture chez Ibn ʿArabī dans Les Illuminations Mecquoises. Entre l’écriture par code (al-ramz) et l’écriture par sagesse (al-ḥikma), Mohssine Fathi

Le soufisme ou la mystique chez Abū Ḥayyān al-Tawḥīdī, Faisal Kenanah

Deuxième partie : L’écriture mystique : exigences doctrinales et horizons

Exégète soufi du XXe siècle, Nejmeddine Khalfallah

« Fiqh » et « Taṣawwuf ». Influence réciproque, Mohyedine Hajjar

Mind the Gap. The Spiritual Progress of Early Sufi Women, Jason Welle

La voix d’al-Niffarī dans Kitāb al-tağalliyāt de Ğamāl al-Ġīṭānī, Abdelaziz El Aloui

Théophile Gautier et la poétique de l’extase. Evanescence soufie dans son « Voyage en Algérie », Rafika Hammoudi

Le mysticisme gidien raconté par André Walter. Les Cahiers et les poésies d’André Walter, Saida Ben Salem

The Mystical Experience in Doris Lessing’s Early Fiction, Hajer El Arem

Biographies des auteurs

https://eac.ac/books/9782813003768

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’étude] Les structures matérielles de la route médiévale, Lyon et en ligne, 30-31/03/2021

Journée d’études CIHAM-Archéorient : « Les structures matérielles de la route médiévale (Terre d’Islam, monde méditerranéen) », 30-31 mars 2021

Journées d’études CIHAM-Archéorient dans le cadre du projet Marges et avant-postes soutenu par la MSH Lyon St-Étienne

Coordination : Yassir BENHIMA, Sophie GILOTTE et Marie-Odile ROUSSET

En visioconférence, informations à venir sur le site du CIHAM.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[compte-rendu] Séminaire des médiévistes – séance du 28 janvier 2021, Présentation des nouvelles recherches du CIHAM

En 2021, le CIHAM relance son traditionnel « Séminaire des médiévistes », en ligne pour le moment. Comme cela est désormais l’usage, la première séance de l’année était consacrée à la présentation des « Nouveaux objets de recherche au CIHAM » et de ses nouveaux chercheurs, Damien Labadie et Robin Seignobos.

 

Damien Labadie, Le In quattuor animalia : itinéraires d’un récit pseudo-patristique en Égypte, Nubie et Éthiopie à l’époque médiéval

Damien Labadie, chargé de recherches au CNRS, CNU section 35, depuis le 1er novembre 2020 nous a présenté le projet sur lequel il travaille actuellement, l’édition et l’analyse philologique du In quattuor animalia : itinéraires d’un écrit pseudo-patristique entre Égypte, Nubie et Éthiopie à l’époque médiévale.

Il est membre du projet ERC de Julien Loiseau, HornEast.

Damien Labadie nous a d’abord brièvement rappelé son parcours, un parcours éclectique et brillant, ce qui nous a permis de mieux comprendre comment il en est arrivé à s’intéresser à des sujets aussi exotiques, pour reprendre ses mots.

Ses recherches sont organisées autour de 5 axes : philologie des langues de l’Afrique médiévale, littérature chrétienne tardo-antique (patristique, hagiographie, apocryphes), langues et littératures de l’Orient chrétien, le christianisme proto-byzantin et la philologie hébraïque.

Damien Labadie nous a ensuite parlé un peu plus précisément de ce texte qu’est le In quattuor animalia, une homélie faussement attribuée à Jean Chrysostome, qui reprend des textes de l’Apocalypse (4, 6-9), d’Ezéchiel (1, 5-21) et d’Isaïe (6, 2-3) et dont la diffusion a été très large en Afrique orientale. Le In quattuor animalia s’inscrit dans le genre du mémoire apostolique, d’origine copte, qui met en scène un discours de révélation de Jésus à ses disciples. On conserve aujourd’hui 31 textes de ce genre (certains sont inclus à des textes pseudo-patristiques, d’autres sont indépendants).

Né en Égypte, le mémoire apostolique a ensuite été diffusé en Nubie et en Éthiopie. Il s’agit de textes composés / traduits entre le Xe et XIIe siècle. Il nous a rappelé que le mémoire apostolique occupe une place prééminente dans le corpus littéraire nubien et qu’une grande place est accordée aux archanges, notamment à l’archange Michel. En ce qui concerne la diffusion et la transmission du mémoire apostolique en Éthiopie, Damien Labadie nous a rappelé qu’il s’agit d’une thématique qui n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique.

Il a terminé sa présentation par un petit inventaire des versions du In quattuor animalia et de leur contenu : elles sont au nombre de 4, une en copte sahidique, une en arabe, une en vieux-nubien et une en guèze qui est inédite.

Damien Labadie a finalement conclu en présentant trois projets de publication, tous très enthousiasmants en rapport avec la version en guèze du In quattuor animalia et à la version en vieux-nubien.

Pour en savoir plus sur le projet ERC HornEast : https://horneast.hypotheses.org/julien-loiseau

Pour suivre l’actualité de la recherche de Damien Labadie : http://damienlabadie.blogspot.com

Compte-rendu réalisé par Amalia Desbrest

 

Robin Seignobos, Une tribu entre deux mondes, les Banū al-Kanz d’Assouan : nouveaux corpus et nouvelles questions (XIe-XIVe siècle)

Recruté comme maître de conférence en histoire médiévale des pays d’Islam en septembre 2020, Robin Seignobos a présenté ses projets en cours en s’appuyant sur un article paru le jour même dans le dernier numéro de la revue Médiévales consacré aux pouvoirs en Éthiopie, Égypte et en Nubie médiévales (https://journals.openedition.org/medievales/11042).

Alliant considérations méthodologiques et approche historique, R. Seignobos s’intéresse à la trajectoire d’une tribu arabe installée dans la région d’Assouan dans le courant du IXe siècle. En 1006, le chef de la tribu obtient du calife fatimide cairote le titre héréditaire de Kanz al-Dawla. Dès lors, on parle des Banū al-Kanz pour désigner cette entité tribale qui s’impose comme la force politique et militaire dominante dans la région frontalière entre les domaines égyptiens et les territoires nubiens, alors aux mains d’un pouvoir chrétien. Ce royaume chrétien de Dongola (aussi connu comme royaume de Dotawo) est parvenu à résister à la pression des conquêtes arabes pour finalement négocier un traité bilatéral avec le pouvoir islamique d’Égypte. Alors que l’historiographie considérait que l’expansion du pouvoir du Kanz al-Dawla rimait avec l’affaissement du royaume chrétien de Nubie, le travail de R. Seignobos montre au contraire que la documentation (parfois inédite) atteste de la survivance de cette entité politique entre le XIIe et le XVe siècle.

R. Seignobos s’appuie sur trois corpus distincts pour mettre en lumière cette histoire régionale longtemps passée sous silence. Les sources mameloukes, tout d’abord, composées en arabe par les historiographes du pouvoir cairote, n’ont pas toutes été suffisamment exploitées par les recherches précédentes. Le dossier des textes nubiens met également en lumière ces relations entre pouvoirs chrétiens et musulmans sous un jour nouveau. Enfin, R. Seignobos a récemment mis la main sur un corpus d’archives arabes permettant d’éclairer sous un jour nouveau l’histoire de cette tribu des Banū al-Kanz. Éparpillés dans divers organismes du Caire, ces textes de la pratique doivent encore être étudiés, mais l’on sait déjà qu’il s’agit de contrats de mariage et de transactions diverses réalisées dans ces régions frontalières. Grâce à l’exploitation de ce dossier, R. Seignobos est parvenu à reconstituer l’arbre généalogique des Banū al-Kanz. Longtemps restée dans l’ombre, cette famille est désormais bien mieux connue, de même que son rôle dans le contrôle territorial et foncier d’une région de frontière en lien avec le sultanat mamelouk. In fine, derrière l’exploitation d’un cas d’étude, c’est une part méconnue de l’histoire sociale, juridique et politique de la haute Égypte médiévale qui se dévoile aux historiens.

La seconde partie de l’intervention de R. Seignobos était dédiée à l’établissement d’une première chronologie de ce qu’il appelle les « guerres de succession de Nubie », entre 1268 et 1323. En s’intéressant à ces conflits qui se trouvent être essentiellement localisés dans la cellule familiale élargie, R. Seignobos met en évidence les ingérences mameloukes dans ces jeux de pouvoir mais également les résistances locales des entités tribales à ces tentatives cairotes pour imposer leurs candidats. Il montre également que la question religieuse est finalement de peu d’importance pour saisir ces conflits : si un souverain musulman finit par s’imposer sur les territoires chrétiens de Dongola après une première période de conflit, suivi par la restauration d’un roi chrétien en 1331, ce n’est pas leurs confessions respectives qui commandaient ces luttes de pouvoir. D’ailleurs, il est remarquable que les Mamelouks aient usé de la rhétorique du jihad contre les croisades alors qu’il n’en est jamais question dans les rapports du sultanat avec les entités chrétiennes de Nubie.

Le chantier est en cours : au-delà de cette chronologie politique, R. Seignobos cherche désormais à mieux comprendre les stratégies politiques et matrimoniales employées par les différents acteurs à différentes échelles dans cette lutte pour le contrôle territorial et foncier d’un territoire de frontière.

Compte-rendu réalisé par Enki Baptiste

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts