Tous les articles par Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

[Séminaire doctoral] Islam : approches plurielles, INALCO, déc. 2020-juin 2021

Année 2020-2021 : Temps de l’Islam, temps de l’histoire : périodisations et temporalités

Ce séminaire est organisé par le Centre de recherches Moyen-Orient Méditerranée (CERMOM), Hocine Benkheira (EPHE), Francesco Chiabotti (Inalco), Jean-Jacques Thibon (Inalco), avec la collaboration de Faten Ajmi (post-doctorante GIS-MOMM).
Toutes les séances auront lieu les mardis de 16h30 à 19h30. En fonction de la situation sanitaire, la salle ou le lien zoom seront précisés avant chaque séance.

DESCRIPTIF DU SEMINAIRE

Malgré certains constats « négatifs », évoquant un déclin de la recherche dans les études islamiques de langue française, on doit au contraire reconnaître ces dernières années une certaine vitalité. Sans doute qu’il n’y a plus de figures éminentes (à la manière de Blachère, Massignon, Rodinson ou Cahen). Certainement les recherches menées n’ont pas la même renommée que celles rédigées en langue anglaise, auxquelles profite le monolinguisme planétaire. Outre les aspects matériels et financiers, un des principaux travers, qui menace ce champ d’études, c’est l’absence d’échanges et discussions sur les questions méthodologiques et théoriques auxquelles chacun est confronté. En effet l’hyper-spécialisation et la division technique du travail poussée qui caractérisent le champ ne permettent pas d’avoir une vue d’ensemble, chacun se contentant d’exploiter le sous-domaine qu’il occupe. Depuis la mise en place du GIS MOMM, il existe un cadre une fois par an où des échanges et des rencontres peuvent avoir lieu. Toutefois on peut remarquer que les divisions et séparations anciennes sont réintroduites lors du Congrès bisannuel : on se réunit entre spécialistes des mêmes questions étroites.
Il ne s’agit pas de critiquer, voire de dénoncer l’hyper-spécialisation. C’est une étape indispensable dans l’évolution d’un champ d’études. Qui maintenant est en mesure de dominer à la fois l’histoire politique et sociale du monde islamique et son histoire religieuse dans tous ses aspects ?
C’est pour cela qu’il nous est apparu opportun de mettre en place un cadre d’échanges entre spécialistes de domaines différents, sous la forme d’un séminaire doctoral mensuel qui se déroulera à l’Inalco et s’adresse aux doctorants ainsi qu’aux étudiants de Masters. Il est conçu et animé par Hocine Benkheira (EPHE), Francesco Chiabotti et Jean-Jacques Thibon (Inalco) qui en assurent la responsabilité scientifique. Ce séminaire propose d’aborder, pour des sujets historiques ou islamologiques, des questions de méthode et de théorie qui sont communes, comme l’emprunt (comme transfert cultuel), la périodisation, les formes politiques, l’histoire de la terminologie technique d’une discipline, les interférences sémantiques entre ces diverses disciplines (soufisme, hadith, falsafa). Il s’agira à chaque séance, sans parti pris, d’inviter deux ou trois personnes, collègues et doctorants, à présenter leurs réflexions sur un thème fédérateur, en relation avec leurs propres recherches. Dans un second temps, on pourrait également faire appel à des collègues d’autres champs disciplinaires (par ex. des antiquisants, des indianistes, voire des géologues ou des biologistes…) afin de réfléchir sur une base comparative élargie. L’objectif de ces séances n’est pas seulement une confrontation profitable aux seuls spécialistes. Elles sont destinées à donner aux étudiants de masters et aux doctorants des repères et des outils utiles dans les constructions temporelles comme dans l’élaboration de problématiques théoriques conformes aux exigences de la démarche scientifique. Ce sera pour eux l’opportunité d’être confrontés aux recherches en cours et d’acquérir des outils méthodologiques et des connaissances fondamentales pour leurs futurs travaux.
Le thème général de la première année est intitulé Temps de l’Islam, temps de l’histoire : périodisations et temporalités. Dans tous les domaines de spécialité, nous sommes tous confrontés à cette question. Voire même nous élaborons tous, explicitement ou non, des périodisations restreintes à nos domaines spécifiques. Celles-ci sont parfaitement légitimes. Mais en même temps c’est là que le bât blesse. En effet, se restreindre à son domaine de spécialité c’est ne pas voir l’ensemble. Aussi une interrogation ne peut manquer de se poser : comment penser l’articulation du particulier et du général ? Certes une périodisation unique n’est plus de mise, la périodisation politique n’est pas suffisante même si elle offre un cadre commode pour classer les faits et les « évènements », et ensuite les présenter. Mais une telle manière de faire donne le sentiment que l’histoire des idées est à la traîne de l’histoire politique, qui seule, maîtrisant le tempo, donne sa cohérence au tout. Or la preuve même qu’une telle problématique est mutilante c’est que les recherches suffisamment poussées dans plusieurs domaines attestent au contraire du décalage entre l’histoire politique et l’histoire religieuse : de nombreuses transformations et mutations importantes ont lieu au cours des IXe et Xe s., à l’apogée du Califat abbasside et non au moment de son émergence. On peut faire une observation analogue au sujet des Mamelouks comme des Ottomans : les formes religieuses en effervescence, contemporaines à ces « dynasties », ne sont en rien déterminées quant au fond par elles. Certes la plupart des mouvements politiques en Islam ont une dimension religieuse forte, mais la sphère des idées religieuses (et pas seulement) échappe en grande partie à cette détermination. Tel pouvoir politique peut apporter son appui à tel courant religieux, mais détermine-t-il complètement sa diffusion et son succès ? De nombreuses questions peuvent être abordées à la lumière d’une telle démarche. Elles doivent surgir des travaux particuliers que chacune et chacun conduit de son côté, seul ou collectivement.
Le séminaire devrait également aborder la question des temporalités qui sont propres à la vision interne que chaque discipline islamique, que chaque groupe ou acteur a conçue de sa propre histoire et de son devenir. Réorganisées dans de nouvelles périodisations, ces temporalités revues à travers l’interrogation historique et sociale révèleront des moments « fondateurs », oubliés à la faveur de reconstructions généalogiques forcement sélectives et nécessairement téléologiques. Une attention particulière sera donc consacrée à des thèmes « mineurs » car exclus ou oubliés des débats relevant de l’histoire islamique, mais capables de soulever des interrogations fécondes.
Dans la perspective du Séminaire de l’année 2020-2021, les contributions peuvent aborder des problèmes aussi divers que les origines, les ruptures et changements, la continuité, les marges, dans leur pluralités (sociales, idéologiques, ethniques ou linguistiques), telle ou telle périodisation, des débats historiographiques récents etc. Des séances seront consacrées à l’histoire du soufisme médiéval, à la question de l’histoire du mouvement chiite et de ses contacts avec d’autre courants (soufisme, philosophie), ou encore à l’histoire des rites et des praxis religieuses. Ce séminaire essaiera enfin de faire dialoguer également histoire sociale et histoire des textes, dans le but de retrouver des « moments » clefs de l’histoire islamique.

PROGRAMME DES SEANCES – THEMES – NOM DES PARTICIPANTS

– Le 15 décembre 2020, Séance 1 : Introduction générale : Écrire l’histoire des pratiques en islam : étude de cas

  • Jean-Jacques Thibon : présentation du séminaire
  • Hocine Benkheira : « Exégèse du Coran et Histoire du jeûne »
  • Francesco Chiabotti : « La prière abrahamique »

Attention : pour suivre en distanciel cette séance, il faudra prochainement vous inscrire en cliquant ici.


– Le 26 janvier 2021, Séance 2 :  En quête/enquête de sagesse (ḥikma) : (modérateur FC)

  • Jean-Jacques Thibon : « Le concept de sagesse (ḥikma) dans les manuels de soufisme »
  • Meryem Sebti : « Sagesse et rationalité dans le corpus avicennien »
  • Moussa Abou Ramadan : « La maṣlaha dans le Jamʿ al-jawāmiʿ de Tāj al-dīn al-Subkī (m. 771/1369) et ses commentaires »


– Le 16 février 2021, Séance 3 : Quelques débats historiographiques récents sur les rapports entre chiisme et soufisme, (modérateur JJT)

  • Mathieu Terrier et Francesco Chiabotti : « La question des origines : débats autour des sources et des méthodes »
  • Doctorant : Belgacem Aboudi : « La réception de la Burda de Būṣayrī »


– Le 23 mars 2021, Séance 4 : Coran et histoire (modérateur HB)

  • Mehdi Azaiez : « L’eschatologie coranique : enjeux, présupposés et limites de méthodes de lecture »
  • Asma Hilali : « Enseigner et apprendre le Coran VIIème-Xème siècle. Regards croisés sur la méthodologie « coraniste » et les sources historiques. »


– Le 13 avril 2021, Séance 5 : L’expression du temps et de la temporalité dans les textes fondateurs (modérateur JJT)

  • Denis Gril : « Les modalités temporelles du Coran »
  • Pierre Lory : « L’emploi de l’accompli et de l’inaccompli dans plusieurs exégèses eschatologiques mystiques au 4e et 5e siècles AH ».


– Le 11 mai 2021, Séance 6 : Écrire l’histoire de la sainteté (modérateur FC)

  • Ruggero Vimercati : L’isnād-paradigme ou l’histoire de l’islam comme histoire du renouvellement du lien (en anglais reconnection) au Prophète
  • Catherine Mayeur-Jaouen : « Sainteté et culte des saints : quelle périodisation ? »


– Le 8 juin 2021, Séance 7 : La naissance du fiqh : (modérateur HB)

  • Christian Müller : « Naissance et évolution du Fiqh au sein de l’ordre juridique califal »
  • Mathieu Tillier : « Dater le hadith : réflexions méthodologiques sur l’émergence de l’autorité prophétique »


Organisateurs : Hocine Benkheira (EPHE), Francesco Chiabotti (Inalco), Jean-Jacques Thibon (Inalco).

Contacts : francesco.chiabotti@inalco.fr et jean-jacques.thibon@inalco.fr

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] M. A Amir-Moezzi, Ali, le secret bien gardé. Figures du premier Maître en spiritualité shi’ite, CNRS éditions, Nov 2020.

Ali, gendre et cousin du prophète Muhammad, est au centre de trois événements historiques majeurs indissociables des débuts de l’islam : le problème de la succession de Muhammad, les conflits et guerres civiles entre Musulmans, et enfin l’élaboration du Coran et du Hadith. C’est à lui que Mohammad Ali Amir-Moezzi consacre une étude, au fait des recherches les plus récentes, et ouverte à ses multiples aspects mystiques.
À partir d’une analyse historique et philologique des sources anciennes ou récentes, cet ouvrage montre que le shi’isme est la religion du Maître comme le christianisme est celle du Christ, et Ali le premier Maître ainsi que l’Imam par excellence des Shi’ites. Le shi’isme peut donc être défini, dans ses aspects religieux les plus spécifiques, comme la foi absolue en Ali. Homme divin, lieu de la manifestation la plus parfaite des attributs de Dieu, en même temps refuge, modèle et horizon spirituels.
Par-delà les prises de position et les polémiques séculaires, Mohammad Ali Amir-Moezzi nous restitue les multiples facettes de ce personnage de l’islam des origines, le seul des Compagnons du Prophète demeuré jusqu’à nos jours l’objet d’une fervente dévotion pour des centaines de millions de fidèles en terre d’islam, notamment en Orient.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Post-Doc] Post-doctorat en archéologie islamique (H/F), UMR 8167-GUICHA-003, Ivry sur Seine (lim. 7 déc. 2020)

Nouvelle offre d’emploi: Post-doctorat en archéologie islamique (H/F) CDD Scientifique à IVRY SUR SEINE (Ref: UMR8167-GUICHA-003)

L’oasis de Khaybar, située dans l’ouest de l’Arabie Saoudite est un haut lieu de l’histoire locale. Elle a été préservée pendant des millénaires et son occupation humaine semble avoir été quasiment ininterrompue depuis la préhistoire la plus ancienne jusqu’à nos jours. Le nouveau projet de prospections et de fouilles archéologiques de Khaybar a débuté en octobre 2020, et se poursuivra jusqu’à la fin 2024. Le projet, co-dirigé par G. Charloux (CNRS, UMR-8167 Orient & Méditerranée), R. Crassard (CNRS, UMR-5133 Archéorient) et M. Almushawah (KSU, RCU) est financé par l’Agence française pour le développement d’AlUla (Afalula, France), en partenariat avec la Royal Commission for AlUla (RCU, Arabie Saoudite). Le projet a notamment pour objectif de fournir une nouvelle documentation archéologique pour comprendre l’occupation humaine et les dynamiques environnementales de l’oasis de Khaybar à travers le temps.

Description de l’offre: Activités techniques et scientifiques :

– Assister le directeur du projet dans l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie d’étude du site.

– Prospecter à la recherche de nouveaux sites et structures archéologiques.

– Récolter des informations auprès des populations locales sur la vie quotidienne, la localisation des sites, le rôle des tribus locales, la gestion des systèmes hydrauliques, les pratiques communautaires, etc.

– Superviser la fouille de plusieurs secteurs, à raison d’au minimum trois mois de terrain par an.

– Diriger une équipe composée de spécialistes, d’ouvriers et d’étudiants.

– Rédiger les rapports détaillés des fouilles et des prospections.

– Superviser (et compléter) la gestion de la documentation et des archives du projet (base de données, SIG).

– Contribuer à la relecture des rapports de l’équipe.

– Contribuer aux publications scientifiques du projet (rédaction ou participation à la rédaction d’articles, participation à des colloques, séminaires).

Activités de formation :

– Participer à la formation d’étudiants français et saoudiens à l’archéologie de terrain.

Logistique :

– Contribuer à préparer les missions de terrain, en lien avec les codirecteurs et le manager du projet.

Plus d’informations : https://emploi.cnrs.fr/Offres/CDD/UMR8167-GUICHA-003/Default.aspx?fbclid=IwAR3Q3Vs27rIYfSKrXHJ8kRIaX6532b2GEB0bFpFR4QL7pVPOqALhRVMjimo

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Marco Demichelis, Violence in Early Islam. Religious Narratives, the Arab Conquests and the Canonization of Jihad, I.B. Tauris, avril 2021

About Violence in Early Islam

The concept of jihad holds a prominent place in Islamic thought and history. Beyond its spiritual meanings, the term has historically been associated with the sweeping Arab-Believers conquests of the 7-8th century BCE. But given advances in our understanding of the historicity and chronology of the Qur’an and early Islamic texts, is it correct to identify jihad and Islam with violent conquest?

In this book, Marco Demichelis explores the history of the concept of jihad in the early proto-Islamic centuries (7-8th). Deploying an interdisciplinary approach which combines the hermeneutical study of the famous ‘Verses of the Sword’ within the Qur’an itself, with historical writing by Islamic chroniclers as well as non-Islamic sources, numismatics, epigraphical and architectural evidence, the book questions the relationship between the religious concept of jihad and the conquests. The book argues that Christian Byzantine Foederati forices who previously fought against the Persians may have had a formative effect on the later emergence of more bellicose rhetoric. In so doing, it calls into question assumptions about warlike attitudes inherent within Islamic doctrine, and reveals a more nuanced and complicated history of religious violence in the pre, proto and early Islamic period.

Table of contents

Preface
Introduction

Part 1
1. The Arabs outside Arabia before Islam
2. Ghazawat and Futuh: From rurality to urbanisation.
3. The religious factor: when did an Islamic identity emerge?
4. Can we still consider the Futuh Islamic?

Part 2
5. Qur’an, Otherness and Jihad
6. Qur’an and militant violence in Chronology
7. The process of Belligerency and the canonisation of Jihad in early Islam

Conclusion

Index
Bibliography

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Mideo, 35, 2020, Les interactions entre šīʿites imāmites et chrétiens

This volume 35 is made up of a dossier gathering most of the papers presented at the conference held in April 2018 at the Institut Catholique de Paris on the interactions between Imamites and Christians. Starting from the hypothesis that history, theology, and literature bear witness to the intercultural dimension of encounters and relationships, the authors show how the identities of each person have been shaped and constructed. The history of missionaries, accounts of travels, diplomatic letters from writers or polemicists shed light on the reality of these exchanges and the linguistic, cultural and theological transfers, beyond a dogmatic, hegemonic and closed vision of theological statements.

Dossier – Les interactions entre šīʿites imāmites et chrétiens

Éditeurs : Dennis Halft, Emmanuel Pisani

Mohammad Ali Amir-Moezzi

ʿAlī comme le Second Christ De quelques très anciennes convergences entre šīʿisme et christianisme

Raphaela Veit

L’intérêt d’Andrea Alpago (m. 1521 ou 1522) pour le Shah Ismāʿīl Ier et les doctrines du šīʿisme duodécimain

Rudi Matthee

Safavid Iran and the Christian Missionary Experience Between Tolerance and Refutation

Catherine Marin

Les relations de voyage d’Occidentaux (missionnaires, marchands et diplomates) en Perse au xviie siècle

Thi Kieu Ly Pham

Le séjour d’Alexandre de Rhodes à Ispahan (1654-1660) Regard d’un jésuite sur la société asiatique et persane

Dennis Halft

A Newly Discovered Persian Treatise on Biblical ‘Proofs’ of Muḥammad’s Prophethood (ca. 1702) by a Missionary Convert to Šīʿī Islam

Ali B. Langroudi

Questioning the Reliability of the Evangelists An 18th-Century Persian Translation of the Four Gospels by Mīr Muḥammad Bāqir Ḫātūnābādī

Amelia Gallagher

The Making of ʿAlawī Šīʿism in the Writings of Samuel Lyde (1825‒1860)

Yann Richard

Ali Shariati et la quête du divin [Full text]

Éditions du dossier

Catherina Wenzel

Pietro della Valle’s Risāla on ‘Some Matters Related to Christianity’ A Critical Edition

Michael Weichenhan

Transcription of the Latin Translation of Pietro della Valle’s Risāla

Articles

Ilyass Amharar

Abū ʿImrān al-Ǧawrāʾī et sa profession de foi (ʿaqīda). À la découverte d’un théologien ašʿarite maghrébin encore inconnu Édition critique et traduction

Emilio Giuseppe Platti

De Graf à Griffith L’œuvre classique des Arabes chrétiens

Document

Emmanuel Pisani

Le Document sur la fraternité humaine d’Abou Dhabi du 4 février 2019 et la Charte de La Mecque du 29 mai 2019 Entre stratégies concurrentielles et avancées théologiques

Note critique

Emilio Giuseppe Platti

What is Islam ? de Shahab Ahmed (1966-2015)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Spoken Images of/in Islam. Languages and Translations in Texts and Images, Mediating Islam in the Digital Age, Spring School 2021 (lim. 5 janv. 2021)

The Innovative Training Network “Mediating Islam in the Digital Age” (MIDA) and the European Network for Islamic Studies (ENIS) organise the MIDA/ENIS Spring School 2021

Spoken images of/in Islam  Languages and Translations in Texts and Images

Ken and Jenny Jacobson Orientalist Photography Collection

MIDA/ENIS Spring School 2021

« Spoken images of/in Islam: Languages and Translations in Texts and Images »

Catania – Sicily: 1st – 6th of March 2021

Deadline: 5th of January 2021

Host institution: Università degli Studi di Catania

The main objective of this school is to investigate the image–text relations in Muslim traditions by applying to different genres of images and texts and by thinking about how they are affected by translation or interpretation. The Spring School will bring together advanced academics and lecturers from different disciplines with doctoral and MA students to explore how the transfer of texts and images move from one culture to another in Muslim societies and beyond; and in what ways language functions as a mediator in this process.

Translation is an integral part of any culture, and Muslim societies are no exception. The Spring School attempts to investigate the extent to which ideology can impact the translator’s style and selection of words that will, accordingly, shape the receivers’ worldviews. For instance, in mediaeval times Arabic scholars translated Greek philosophical and medical works and employed this knowledge in their elaboration of Islamic sciences. Translations or rather adaptations of Western works, inspired Muslim scholars, writers and artists in the nineteenth century to produce new hybrid scholarly and artistic amalgamation of their own. Take for example, the heavy debates among Muslim scholars regarding the translation of the Qur’an throughout history. The debate has diminished and the translation of the Qur’an in almost all world languages is now reality. Also, western technologies of figurative painting and photography were introduced in the nineteenth century in the Middle East; they became striving media in the hands of local actors and practitioners. Today, Turkish television series conquer Netflix in adapted, dubbed and subtitled versions. What are the consequences of transferring a medium to another cultural context? Young researchers are stimulated to think about such questions by taking the textual and visual languages of Muslim societies as transmitters in this process throughout history.

Because they belong to a non-verbal system of representations, figurative images require specific methods of analysis taking into account the ambiguity of the meaning they project and the ways they are shaped by pre-established visual schemes and codes. Together, we aim to develop our skills pertaining to critical academic analysis and positioning the agency of texts and images in Islamic societies, their authorship and dissemination; and how this transfer impacts what texts and images may represent. This hypothesizes, for example, that images are mediated translations of reality, staged and edited before reaching their audience. In this sense we require participants to think about the question how images frequently function in association with words, through titles, captions and labels, since gathering and composing additional information about images and words has the power to transform their message. The specifics of visual communication acquire extra weight in cultures that had long lived under a regime of aniconism, as is the case of the Sunni Muslim world.

The Spring School will also offer PhD and MA students the opportunity to develop research questions for their theses and/or present their research projects by singling out, describing, and analyzing the main semiotic features of Muslim texts and images and the ways they become a mirror, which may passively and actively reflect the mind of the exegete or the reader. The aim is to jointly further our knowledge of how translation or interpretation of texts, images or filmic materials affects their original meaning. How can we study Muslim texts and images in their different cultural, political, social and religious contexts? How are such translations or interpretations received in Islamic societies in different historical contexts? Can analytical methods grounded in the study of Western imagery be transferred to the analysis of the visual language in the Middle East and other Muslim regions?

Requirements for applications

PhD candidate students and advanced MA students, whose research focuses on this topic  are invited to apply for participation.

Please note:

Candidates enrolled in other universities than the ones mentioned are requested to apply at one of the four institutions only.

It is mandatory to specify in the application: Application Spring School 2021

Successful applicants may receive some funding from the Selection Committee.

Scientific Committee

  • Dr. Petra de Bruijn (NISIS, Leiden University)
  • Prof. Pascal Buresi (CNRS / EHESS-IISMM)
  • Prof. Albrecht Fuess (CNMS / Philipps-University of Marburg)
  • Dr. Pierre Hecker (CNMS / Philipps-University of Marburg)
  • Prof. Christian Lange (Director NISIS)
  • Prof. Daniela Melfa (SeSaMO / University of Catania)
  • Maike Neufend (CNMS / Philipps-University of Marburg)
  • Prof. Umar Ryad (NISIS / KU Leuven)
  • Prof. Thijl Sunier (VU University Amsterdam)
  • Prof. Mercedes Volait (CNRS / InVisu)

Applications must include the following:

  1. a CV
  2. a motivation letter
  3. a one-page description of your PhD or MA project
  4. a title and an abstract* of 300 words (max.) of your presentation (15 minutes) to be given at the spring school
  5. a short biography* of 50 words (max. in the third person)

*If your application is successful these will be used in the digital program booklet. Please send your abstract and biography in word format (.doc or .docx)

Please note the following:

Successful applicants must arrange their own visa (if applicable), transport and accommodation

Please note that due to the outbreak of COVID-19 the Spring School dates may change at the last moment. We recommend you to buy tickets that can be changed or cancelled without additional costs (except for the participants through IISMM, whose transport and accommodation will be taken care of). The event could take place in an online mode.

About MIDA

The MIDA-project rests on the premise that technological innovations today and in the past have had a tremendous and unprecedented influence on Islam: on the modes of expression and communication of religious messages and traditions, and on the modes of engagement with society, and ultimately also on religious doctrines. In short, they have unleashed forces that have ultimately changed the face of religion This holds true as much for contemporary digitisation as for previous technological transformations. Instead of singling out one specific technological landmark as unique, subsequent innovations and transformations must be brought together into one analytical frame.

About ENIS

ENIS (European Network for Islamic Studies) stems from the collaboration of various European academic institutions: NISIS (the Netherlands Interuniversity School for Islamic Studies), IISMM (l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman), CSIC (Consejo superior de investigaciones científicas), CNMS Philipps-University of Marburg (Centrum für Nah-und Mittelost-Studien),  SeSaMO (Società Italiana di Studi sul Medio Oriente).

 Illustration : ©Photographe Abdul Gaffar, Muslims at prayer at Mecca, circa 1880, Ken and Jenny Jacobson Orientalist Photography Collection, Getty Research Institute

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] La récitation dans les premiers siècles de l’Islam/Reciting in the Early Islamic Empire, VIIe-IXe siècles (limite : 1er fév. 2021)

Dans le prolongement du colloque en ligne du 16-18 octobre, un appel à contribution pour des articles en arabe, français et anglais est ouvert à tous les chercheurs pour le MIDEO 37 (2022): Reciting in the early Islamic Empire à soumettre avant le February 1ˢᵗ, 2021.

Keywords

  • Qurʾānic Recitation ‒ Psalmody ‒ Orality ‒ Transmission.
  • Islam ‒ Judaism ‒ Christianity ‒ Zoroastrianism ‒ Late Antiquity and Early Islam.
  • Torah ‒ Bible ‒ Psalms ‒ Qurʾān ‒ Qaṣaṣ ‒ Poetry ‒ Prayer ‒ Rites ‒ Saǧʿ ‒ reading ‒ memorisation.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam : histoire et archéologie, IFPO (lim. 28 fév. 2021)

Résumé

Une table ronde internationale organisée les 4 et 5 mai 2019 à l’université de Salahaddin (Erbil, Irak) a mis en évidence l’intérêt d’un ouvrage collectif sur la question du christianisme en Irak au tournant de l’Islam. Les Presses de l’Ifpo lancent donc un appel à contribution sur ce thème.

Argumentaire

La disparition de l’Empire perse et le repli de l’Empire byzantin suite aux conquêtes arabo-musulmanes ont entraîné pour les chrétiens des régions conquises d’importants changements institutionnels. En Irak, l’Église syro-orientale peut se développer car elle n’est plus limitée par l’empire sassanide de religion zoroastrienne. Néanmoins, il est difficile de restituer les formes qu’a pu prendre ce christianisme ancien et d’évaluer quelles modifications a pu entraîner la conquête. L’architecture des églises semble révéler une proximité de la partie nord de l’Irak avec les territoires byzantins tandis que le sud formerait un ensemble homogène avec le golfe Arabo-Persique. Des points communs semblent néanmoins apparaître entre le nord et le sud de l’Irak, par exemple dans la culture matérielle ou la présence de sépultures dans les églises, interprétées comme des reliques. Il est difficile de savoir si ces différences et ces ressemblances sont liées à des questions d’Églises, de liturgies, d’influence régionale. Depuis les fouilles de D. T. Rice à al‑Hira dans les années 30, des projets archéologiques récents ainsi que des études épigraphiques et historiques apportent des éléments nouveaux sur le devenir du christianisme au début de l’Islam en Irak.

La table ronde internationale Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam a permis de faire un premier état des lieux des recherches, en particulier des données archéologiques. Elle a mis en exergue la continuité des formes du christianisme avant et après l’islam, le tournant de l’islam est finalement la période la mieux documentée, à la fois par l’archéologie et par les textes. L’examen de l’architecture et de la culture matérielle ne révèle aucune rupture. Les églises ne paraissent pas modifiées, les motifs des croix en stuc sont difficiles à distinguer suivant des critères chronologiques, les types céramiques se maintiennent. S’il y a rupture, elle serait plutôt à situer dans le courant du ixe siècle. Les populations conservent leur religion, leur mode de vie, leur langue pendant au moins deux siècles après les conquêtes. Ce phénomène, qui a déjà été mis en évidence en Égypte et en Syrie, doit être mieux documenté en Irak. En effet, le christianisme dans cette région est finalement très mal connu. Il apparaît à la fois nécessaire de reconsidérer les travaux anciens dont les publications sont lacunaires et de publier les premiers résultats de travaux en cours. Cette manifestation a également mis en évidence la richesse d’une approche comparatiste entre les sources : seule la confrontation de sources textuelles et archéologiques permettra de répondre à certaines questions comme celle de la liturgie des édifices religieux.

Éditeurs

Narmin Ali Amin (Université Salahaddin-Erbil)

Julie Bonnéric (Institut français du Proche-Orient)

Barbara Couturaud (Institut français du Proche-Orient)

Comité scientifique

Kayfi Ali (Direction générale des Antiquités du Kurdistan)

Françoise Briquel-Chatonnet (CNRS UMR 8167 Orient & Méditerranée)

Pauline Koetschet (Institut français du Proche-Orient/CNRS UMR 7297 CPAF)

Karel Novacek (Palacký University Olomouc)

Dominique Pieri (Ifpo/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

St John Simpson (British Museum)

Modalités de soumission

Les propositions d’articles (max. 40.000 signes espaces compris sans la bibliographie, max. 10 figures), en français, en anglais ou en arabe, devront être envoyé sous leur forme complète et définitive avec les illustrations avant le 28 février 2021 à l’adresse suivante : j.bonneric@ifporient.com.

Elles comprendront :

– le texte de l’article aux formats doc et pdf, dont la présentation devra se conformer aux règles édictées par la charte éditoriale de la BAH des Presses de l’Ifpo ;

– une bibliographie aux normes selon la même charte ;

– la liste des légendes des figures et/ou des planches ;

– les illustrations au format tif ;

– les résumés de l’article (max. 1.200 signes espaces compris), en français, en anglais et en arabe.

Les fichiers lourds (illustrations notamment) pourront être envoyés via des plateformes de téléchargement comme Dropbox ou Wetransfer.

L’obtention des droits de reproduction nécessaires, y compris sur internet, est de la responsabilité de l’auteur.

Les articles proposés seront évalués par des pairs (double aveugle) et une réponse sera donnée aux auteurs dans les trois mois suivant le dépôt de leur article. La parution du volume est prévue au premier semestre 2022.

Contacts

Narmin Ali Amin (narminaliamin@yahoo.fr)

Julie Bonnéric (j.bonneric@ifporient.com)

Barbara Couturaud (b.couturaud@ifporient.com)

Télécharger l’appel à contribution (En/Fr)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Bourses AMI] Bourses d’aide à la mobilité doctorale au CEFAS (Koweït) (lim. 1er déc. 2020)

Date limite d’envoi des dossiers de candidature : 1er décembre 2020 (à minuit, heure de Paris)

Le CEFAS propose DES AIDES A LA MOBILITE DOCTORALE à des étudiant(e)s doctorant(e)s inscrit(e)s en thèse dans une université française, et qui effectuent leur recherche doctorale sur la région de la péninsule Arabique dans le domaine de l’archéologie et des sciences humaines et sociales. L’obtention de la bourse est conditionnée à l’inscription en thèse.

Ces AIDES A LA MOBILITE DOCTORALE sont pour une période de 9 mois éventuellement renouvelable.

Le montant de l’aide est de 1 100 € par mois. En outre, l’hébergement sera gratuit au CEFAS à Koweït durant toute la durée de l’aide. Le CEFAS prendra en charge les billets d’aller et de retour France-Koweït au meilleur tarif de vol disponible et pour un montant maximal de 550 €.

Le boursier ou la boursière devra résider au Koweït et pourra effectuer des missions de travail dans les pays de la zone de compétence du CEFAS, à l’exclusion du Yémen : Koweït, Bahreïn, Émirats arabes unis, Qatar, Sultanat d’Oman, Arabie saoudite. Il ou elle recevra l’appui scientifique et logistique du CEFAS. Il ou elle participera à l’animation scientifique du centre, et prendra part régulièrement à ses activités (conférences, séminaires, colloques, publications, etc.).

Il est rappelé que l’AIDE A LA MOBILITE DOCTORALE n’étant pas considérée comme un salaire, elle n’ouvre droit ni aux prestations sociales, ni aux allocations chômage et ne peut être prise en compte dans le calcul des droits à la retraite. Les bénéficiaires doivent donc souscrire eux-mêmes les assurances nécessaires pour une résidence à l’étranger concernant la couverture des dépenses de santé, accidents du travail et rapatriement.

L’AIDE A LA MOBILITE DOCTORALE prendra effet au 1er janvier 2021 ou, si les conditions ne le permettent pas, au 1er février 2021.
Pour toute information complémentaire, contacter le directeur du CEFAS, Abbès ZOUACHE, à l’adresse suivante : direction@cefas.cnrs.fr.

Les dossiers de candidature sont disponibles ci-dessous en document joint, et devront être complétés et envoyés accompagnés des pièces demandées en version numérique uniquement, en un seul document PDF. Les pièces demandées sont les suivantes :

  Première candidature : CV, publications, copie du dernier diplôme, projet de recherche doctorale, attestation d’inscription en doctorat.
  Renouvellement : attestation d’inscription en doctorat.

Le dossier de candidature doit être adressé aux adresses suivantes :
direction@cefas.cnrs.fr ; regie@cefas.com.ye ; dima.asad@cefas.cnrs.fr

Date limite d’envoi des dossiers de candidature :
1er décembre 2020 (à minuit, heure de Paris).

Documents joints

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Colloque] La récitation dans les premiers siècles de l’Islam (7e-9e s.), Le Caire, 16-18 oct. 2020, en ligne

Colloque : « La récitation dans les premiers siècles de l’Islam (7ᵉ‒9ᵉsiècles) »

 En ligne et au Caire, 16‒18 octobre 2020 

Vous pouvez assister à ce colloque de 2 manières différentes : 

1) en ligne, par Zoom (toutes les interventions seront en anglais sauf une, en arabe). 

2) sur place à l’Idéo, au Caire, dans notre salle de conférence. Nous ne traduirons pas les interventions mais à la fin de chaque session en ligne, nous présenterons un résumé et nous animerons une discussion en arabe (non retransmise sur Zoom). 

 Merci de nous écrire à secretariat[at]ideo-cairo.org pour recevoir les liens Zoom (si vous assistez depuis chez vous) ou pour vous inscrire pour assister aux discussions en arabe à l’Idéo au Caire (20 places disponibles). Ces inscriptions sont gratuites

Vendredi 16 octobre 

  • 1/5. “Notes on Form and Function in Extra-Liturgical Uses of the Qurʾān”→ 19:00‒20:00(Le Caire)/13:00‒14:00(Atlanta):

Conférence en ligne par Devin Stewart, suivie d’une discussion en arabe à l’Idéo (20:00‒21:00). 

Samedi 17 octobre 

  • 2/5. « Chrétiens et musulmans récitent »

→14:00‒15:30 (Le Caire) / 20:00‒21:30 (Atlanta) : Première session en ligne, suivie d’une discussion en arabe à l’Idéo (15:30‒16:30). 

Ágnes Mihálykó Tothne (Oslo, études coptes): “Recitation, Transmission, and Textual Stability: Liturgical Prayers in Western Thebes”. 

Paul Neuenkirchen (Paris, études syriaques): “Late Antique Syriac Homilies and the Qurʾān: A Comparative Study of Content and Context”. 

Simon Pierre (Paris, études islamiques): “Say ‘amen’ to the monk’s prayer: A Case of Intercultural Recitation”. 

  • 3/5. « Pierre, voix et papier, supports de la récitation» → 17:30‒19:00 (Le Caire) / 11:30‒13:00 (Atlanta) : Deuxième session en ligne, suivie d’une discussion en arabe à l’Idéo (19:00‒20:00).

Frédéric Imbert (Aix-en-Provence, épigraphie arabe): “Stone Orality: Recitation and Invocation in the Graffiti of the First Islamic Centuries”. 

Lauren Osborne (Whitman, études coraniques): “The Sound-History of the Qurʾān”. 

Ahmad Amine Hadjdjadj-Aoul (Paris, manuscrits coraniques »). 

Dimanche 18 octobre 2020 

  • 4/5. « Buts et enjeux de la récitation » → 14:00‒15:30 (Le Caire) / 20:00‒21:30 (Atlanta) : Troisième session en ligne, suivie d’une discussion en arabe à l’Idéo (15:30‒16:30) :

Anne-Sylvie Boisliveau (Strasbourg, études coraniques)  

Asma Hilali (Lille, études islamiques) 

Devin Stewart (Emory,études islamiques) 

  • 5/5. « Conclusions et hypothèses »

→ 17:30‒19:00 (Le Caire) / 11:30‒13:00 (Atlanta) : Quatrième session en ligne, suivie d’une discussion en arabe à l’Idéo (19:00‒20:00). 

Anne-Sylvie Boisliveau (Strasbourg, études coraniques) 

Asma Hilali (Lille, études islamiques) 

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’étude] Les médiévistes face à la documentation des érudits modernes : méthodes et enjeux, 5-6 oct. 2020, Université Bordeaux Montaigne

Organisateur(s)

Delmulle Jérémy, Morvan Haude (univ. Bordeaux)

Les spécialistes qui travaillent sur les mondes anciens et médiévaux, qu’ils soient historiens, philologues, historiens de l’art, archéologues ou épigraphistes, sont souvent amenés à utiliser des sources de l’époque moderne. En effet, les érudits des XVIIe-XVIIIe siècles ont été un maillon fondamental dans la transmission de connaissances sur les textes et les monuments. Ces sources doivent cependant être utilisées de manière critique, en pénétrant en profondeur les enjeux et les méthodes de leurs auteurs. Si l’histoire se constitue en véritable science au XVIIe siècle, affranchie de la répétition des auctoritates et appuyée sur un certain nombre de sciences auxiliaires (diplomatique, paléographie, codicologie, héraldique, épigraphie, numismatique), elle n’en reste pas moins liée à un contexte religieux, politique, culturel et intellectuel qu’il convient de connaître de manière plus fine.

Ces journées d’études interdisciplinaires, qui constituent le second volet d’une première rencontre organisée en 2019 à l’IRHT, visent à interroger l’apport des sources modernes, manuscrites et imprimées, pour la recherche, la collecte, l’analyse et l’édition de témoignages scripturaires et matériels de la culture médiévale, témoignages dont les originaux peuvent avoir depuis disparu ou avoir été mutilés. Cette rencontre est l’occasion de questionner les différentes méthodes qu’il convient d’adopter dans l’utilisation de cette documentation.

Dates :

05/10/2020 – 13:30

06/10/2020 – 09:30

Lieux :

Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine

Salle Jean Borde

Université Bordeaux Montaigne

10 Espl. des Antilles, 33607 Pessac

Programme de la journée d’étude

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Yann Potin, Trésor, écrits, pouvoirs. Archives et bibliothèques d’État en France à la fin du Moyen Âge, Paris, CNRS

Les pouvoirs de l’écrit dans la société médiévale ne reposent pas seulement sur la capacité des institutions à le produire ou à le diffuser. Le cas particulier du royaume de France et de son État en gestation à la fin du Moyen Âge manifeste un rapport singulier à la conservation des supports et des valeurs de l’écrit dans des espaces réservés et situés au cœur des Palais et qui forment autant de « trésors ». La localisation de ces dépôts structure l’espace et la dynamique de centralisation du pouvoir capétien et assure indirectement, par leur inscription dans les espaces urbains, une présence et un pouvoir de l’écrit bien plus large : la visibilité indirecte des trésors d’écritures. Ces « trésors » de titres, de chartes, de manuscrits informent la « sapience » d’un souverain qui pose ainsi les fondements d’une « science de l’État ».
Cet ouvrage rassemble un certain nombre d’études singulières sur le Trésor des chartes entre le XIIIe et le XVIe siècle, et la librairie royale, dite « de Charles V », entre son installation au Louvre en 1368 et sa dispersion au début du XVe siècle. Ces travaux sont précédés de textes généraux sur la question du statut de la fonction politique et symbolique de la thésaurisation royale.

Informations : https://www.cnrseditions.fr/catalogue/histoire/tresor-ecrits-pouvoirs/

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] La fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles) (lim. 20 nov. 2020)

Bordeaux – Boulogne-sur-Mer, 12 mai 2021 et 11 février 2022
Université Bordeaux Montaigne, UR 4593 CLARE Université Littoral Côte d’Opale, UR 4030 HLLI
Organisatrices : Grace BAILLET, Priscilla MOURGUES

Cette manifestation scientifique répartie sur deux journées les 12 mai 2021 et 11 février 2022 proposera une réflexion sur la fabrique du texte médiéval, sa matérialité et l’évolution des procédés de mise en forme du XIIIe siècle au XVIe siècle en se fondant sur différents types de récit. Dans le cadre d’autres réflexions, des chercheurs se sont attelés à analyser les techniques d’écriture dans les récits médiévaux et ont appréhendé ces textes pour comprendre les modalités de transmission et de diffusion de la culture française. Pour aborder cette thématique sous un angle plus neuf, dans une double perspective, diachronique et comparatiste, nous envisagerons de sonder la structuration des récits médiévaux classiques et tardifs en laissant de côté les problèmes que peut rencontrer l’éditeur actuel lors de l’élaboration d’une édition critique pour mieux nous concentrer sur le texte dans son époque.

Argumentaire :

Les recherches menées sur les récits médiévaux et leur élaboration ont bien souvent permis d’éclairer l’esthétique et les divers enjeux, poétiques, littéraires et historiques, subordonnés à la tradition de ces textes. Déjà dans les années 1970, Paul Zumthor adoptait dans son Essai de poétique médiévale un point de vue formaliste en décrivant et en analysant par la forme des modèles d’écriture. À la même époque, le théoricien du langage Henri Meschonnic esquissait la notion de « forme-sens » en avançant l’idée que l’œuvre crée sa propre forme. Ce concept sera repris quelques décennies plus tard dans le domaine des études médiévales et développé dans les travaux de Danièle James-Raoul, notamment dans « Forme-sens : du legs de la tradition à la modernité créatrice » (2002), dans la mesure où celui-ci permet d’envisager le sens des textes médiévaux, en particulier la matière arthurienne, à partir de la forme qu’ils adoptent. Ce constat prouve le besoin d’inscrire le texte dans une forme pour mieux l’éprouver. D’autres études de ce début du XXIe siècle ont tendu à présenter les textes dans une structure. En 2001, Alberto Varvaro s’interrogeait ainsi sur l’« Élaboration des textes et modalités du récit dans la littérature française médiévale » pour comprendre le mélange des genres dans les manuscrits des XIIe et XIIIe siècles et la mouvance des textes narratifs. Dans une perspective plus générale, en 2008, Pierre Chastang, dans son article sur « L’archéologie du texte médiéval », définit deux niveaux d’études complémentaires du texte pour mieux le contextualiser : le premier stade est la restitution d’une stratification textuelle grâce à l’examen du manuscrit ; le second est la nécessité de « situer le matériel dans son environnement1 ». Sans toutefois sonder les procédés de mise en forme du récit lui-même, de telles données abordent de plus en plus la notion de structure et démontrent l’intérêt de repositionner le matériel dans son époque. Par ailleurs, la multiplication des manifestations scientifiques de la dernière décennie témoigne une fois encore du désir de saisir avec exactitude l’esthétique et les techniques d’écriture à une époque définie. Nous songeons, entre autres, aux nombreuses contributions de Maria Colombo Timelli sur les mises en prose et aux manifestations qui furent consacrées à ce phénomène (Mettre en prose aux XIVe et XVIe siècles) en combinant des approches diversifiées sur le sujet (linguistiques, philologiques, littéraires, etc.). Nous pensons également aux études qui, dans un but similaire d’approfondissement, se concentrent plus spécifiquement sur l’art de la mise en prose dans un atelier localisé, tel celui du Maître de Wavrin, qui a fait l’objet d’un ouvrage collectif, L’Art du récit à la cour de Bourgogne, coordonné par Jean Devaux et Matthieu Marchal (2018). Dans la lignée de ces manifestations, des journées d’étude et colloques ont prolongé la réflexion en interrogeant la transmission et la diffusion de ce fonds littéraire médiéval au tournant de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance, en lien avec le changement de média que constituent les premiers imprimés (Les premiers imprimés français et la littérature de Bourgogne (1470-1550), colloque organisé en 2015 par Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou à l’Université du Littoral). Ce regard renforcé sur ces œuvres, manuscrites et imprimées, a contribué également à enrichir le domaine de l’édition critique actuelle en exposant les potentialités que ces deux types de témoins peuvent offrir pour soulever les difficultés qu’implique l’élaboration d’une édition (L’édition des textes médiévaux de langue française et les imprimés anciens, journée d’étude, 2016). Nous remarquons dès lors que l’étude du texte médiéval est souvent subordonnée au travail

de l’éditeur actuel sans que soit considérée pour autant la matérialité du texte replacé dans son époque. D’une part, à notre connaissance, excepté quelques articles qui analysent et qui approfondissent à certains égards la question des procédés de structuration des récits médiévaux, il n’existe pas d’ouvrage de synthèse ou de collectif se consacrant uniquement à cette thématique. D’autre part, il peut être intéressant d’examiner cette problématique sur la longue durée, sans se borner au traditionnel tournant des XVe et XVIe siècles et sans non plus exclure cette période, pour pouvoir établir des passerelles entre les différentes époques. Ainsi ce projet, « La Fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles) », peut venir à l’appui des recherches amorcées depuis les années 2000 en les complétant et en les éclairant sous des angles moins étudiés. Afin de pouvoir combiner plusieurs types d’approches (littéraire, historiographique, paléographique, etc.) et d’avoir un panel représentatif de récits médiévaux, en vers ou en prose, au fil des siècles, pour examen, nous optons pour le corpus suivant : les chroniques, les romans, les récits de voyage, les récits hagiographiques, les mises en prose, les récits brefs et les nouvelles.

Axes de recherches

Pour analyser les processus de structuration des récits médiévaux et leur évolution du XIIIe siècle au XVIe siècle, les pistes d’exploitation proposées ci-dessous s’articuleront autour de l’étude de la macrostructure et de la microstructure des textes : la composition d’un recueil, la dispositio du texte, les épisodes, la mise en page, les rubriques, les colonnes, les paragraphes, les miniatures, les bois, les sauts, les blancs, les différents marqueurs du texte, la ponctuation, etc.

Axe 1 – Identification et analyse de procédés de structuration Le repérage de procédés de structuration à petite et grande échelles dans les manuscrits et dans les imprimés permettra de déceler ce qui appartient spécifiquement ou non à une époque ou encore de définir ce qui relève d’une catégorie de texte (par exemple, l’écriture sous forme d’épisode dans les récits brefs). Ainsi on pourra analyser les principes qui s’installent. Par ailleurs, on pourra s’intéresser aux normes des œuvres fabriquées dans un même atelier et milieu culturel pour définir des pratiques spécifiques ou originales de mise en forme et pour en comprendre les particularités.

Axe 2 – La question de la frontière générique par la forme Pour compléter le premier axe, il s’agira de croiser les techniques appliquées à différentes catégories de textes. Si l’on songe, par exemple, à la question de la mise en recueil, certains manuscrits ou imprimés regroupent parfois des textes assez différents. La présentation matérielle de récits de même catégorie possédant des caractéristiques communes ou au contraire très variées peut également être examinée. Les réflexions sur un corpus constitué de récits du même genre, envisagés sur une longue période peuvent aussi apporter des compléments à cette question.

Axe 3 – L’adoption d’usages et de réflexes de structuration et les écarts Pour pouvoir mesurer l’écart de normes entre les récits médiévaux, on pourra s’interroger sur les réflexes adoptés au cours des processus d’écriture, de mises en forme et de structuration : ces gestes sont-ils comparables ou existe-t-il un fossé entre deux époques bien distinctes ? Doit-on les évaluer sur le même plan ? Les usages sont-ils toujours respectés ? Dans quelles conditions ? De même, ces questions peuvent se poser pour des productions créées à des périodes moins éloignées dans le temps, voire composées au même siècle

Si l’on pense également à la question des formats manuscrit et imprimé, il peut être intéressant de comparer les pratiques structurelles pour la composition d’une même histoire, que ce soit pour une tradition uniquement manuscrite, pour une tradition transmise par les seuls imprimés ou pour une transmission mixte du récit, pour évaluer le degré d’aménagement et pour en saisir les raisons.

Axe 4 – Les effets de l’évolution des pratiques Enfin, pour parfaire les trois axes précédents, il convient d’observer les impacts et effets que peut produire l’évolution des pratiques de mise en forme lors de la fabrique du texte. Ces observations peuvent se situer au niveau de la diffusion. Pour quelles raisons un texte est-il fondu dans une forme déterminée ? Les constats peuvent aussi s’effectuer à partir de la réception des structures des récits médiévaux par les contemporains de ces textes. Quelles sont les conséquences de l’accès de plus en plus large au livre et à l’écrit ? Quelles perceptions sont décelables à la lecture d’un récit sous une forme nouvelle ? Cela entraîne-t-il de nouvelles pratiques de lecture ? Dans une époque donnée, quels ont été les effets des transformations des pratiques de lecture sur l’écriture et la structuration des récits ? En outre, l’attention peut aussi se porter sur le rapport à la matérialité du texte du point de vue de l’auteur et du lecteur. Si l’on songe au système de balisage des textes, au rôle structurant des images qui insinue un dialogue texte-image dans la page ou encore aux indices textuels laissés par l’auteur pour son lecteur, un commerce lie de manière certaine le lecteur à son livre et à celui qui participe à sa constitution. Quels rapports peut entretenir le lecteur avec l’espace du livre ? Comment est-il sollicité ? Comment le livre permet-il d’établir une relation de communication entre le lecteur et les divers acteurs gravitant autour de la fabrique des récits (auteur, éditeur, imprimeur, libraire) ? Le lecteur a-t-il finalement une influence sur la fabrication du produit qu’il lira et quels en sont les impacts sur la production ?

D’autres réflexions peuvent bien sûr venir étayer les quatre axes de recherche précédemment exposés.

Informations pratiques :

Les propositions de communication accompagnées d’un argumentaire d’une dizaine de lignes et d’un bref curriculum vitae sont à envoyer aux organisatrices avant le 20 novembre 2020.

Grace BAILLET, ulcogracebaillet@gmail.com Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Comité scientifique :
Maria COLOMBO TIMELLI, Professeur à l’Università degli Studi di Milano, Langue et littérature françaises du Moyen Âge
Jean DEVAUX, Professeur à l’Université du Littoral Côte d’Opale, Littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance
Nadine HENRARD, Professeur à l’Université de Liège, Littérature française du Moyen Âge
Danièle JAMES-RAOUL, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Langue et littérature du Moyen Âge

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] P. Larcher, Sur le Coran. Nouvelles approches linguistiques

Ouvrage publié avec le concours de l’Iremam – Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, UMR 7310 – CNRS – Université d’Aix-Marseille.

Ce volume rassemble douze articles ventilés en cinq sections. Texte. Que peut dire un linguiste sur les rapports de l’oral et de l’écrit et la façon dont ils doivent être ordonnés dans le Coran ? Langue. L’arabe coranique apparaît au linguiste comme chronologiquement préclassique et typologiquement non classique, mais classicisé par le biais des « lectures » grammaticales. Lexique. Cette section retrace, à travers leurs occurrences coraniques, le parcours du sens de trois mots clefs : lisān « langue », salām « paix » et ǧihād « guerre ». Discours. Le Coran met en scène une multitude de protagonistes, ce qui conduit un linguiste « énonciativiste » à une analyse polyphonique et, de là, à l’étude de la logique et de l’argumentation coraniques. Koranphilologie médiévale. Appendice aux quatre autres, cette section rappelle l’apport de la tradition linguistique arabe, spécialement de la « philologie coranique » et de sa pièce maîtresse, les Ma‘ānī al-Qur’ān d’al-Farrā’ (m. 207/822).

Voir: http://www.lambert-lucas.com/livre/sur-le-coran-nouvelles-approches-linguistiques/?fbclid=IwAR1nsCs9tQ_vg3F9LaSGqUjEhnM2kCxrd25c-BrLGQAU6iYIBZ3OXUtVpCI

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à contribution] The Visual Culture of Mosques, Dhahran, Saudi Arabia (lim. 28 déc. 2020)

Dhahran, Saudi Arabia

https://www.ithra.com/en/visual-culture-mosques

23rd-25th November 2021

Call for Research Submissions on the Visual Culture of Mosques

Dhahran (November 23 – 25, 2021)

In conjunction with the forthcoming exhibition Shatr AlMasjid: the Art of Orientation, the King Abdulaziz Center for World Culture (Ithra) is collaborating with the Abdullatif Al Fozan Award for Mosque Architecture to host a three-day conference to address the historical meaning, culture, evolution and functions of the mosque.

Ithra and Abdullatif Al Fozan are announcing an open call for research submissions on the visual culture of the mosque for the conference that will take place at Ithra from November 23 – 25, 2021. This is an open call for architects, designers, archeologists, artists, writers, historians and curators to present their original research, objects or insights about mosques and related cultural objects.

Categories of submission include:

  • Research papers.
  • Models, objects.
  • Posters.
  • Audio-visual productions.

The selection criteria include creative ways of addressing the culture, history and meaning of mosques through objects. The goal is a more insightful and expanded understanding of the mosque.

The conference will focus on architectural forms and design elements as well as objects used in and around mosques such as lamps, windows, furniture, carpets, pulpits, calligraphy and so on.

The deadline for submissions is December 28, 2020. For more information, please download this PDF.

Or send your registration submission by email at conference@ithra.com

For more information, please visit https://www.ithra.com/en/visual-culture-mosques

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Conférence] E. Cellard, L’archéologie du palimpseste de Ṣanʿāʾ : des fragments au livre caché, Lyon, mardi 6 octobre 2020

Nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence d’Éléonore Cellard (Collège de France), « L’archéologie du palimpseste de Ṣanʿāʾ : des fragments au livre caché ».

Elle aura lieu le mardi 6 octobre, à 16h, dans l’amphithéâtre de la Maison Internationale des Langues et des Cultures (MILC) – 35 rue Raulin, Lyon 7e.

L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles.

Cette conférence fait partie du cycle « Composer, écrire et transmettre le Coran au premier siècle de l’Islam », organisé par Mehdi Azaiez (Université de Louvain), Anne-Sylvie Boisliveau(Université de Strasbourg) et Iyas Hassan (Université Paris-Sorbonne), à propos duquel vous trouverez plus d’informations à l’adresse suivante (https://www.mehdi-azaiez.org/Cycle-de-conferences-VIDEOS-Composer-ecrire-et-transmettre-le-Coran-au-premier).

Pour toute question pratique relative à la conférence d’Éléonore Cellard, vous pouvez vous adresser à Rémy Gareil (remy.gareil@univ-lyon2.fr)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Bourse] Aide à la Mobilité Internationale (AMI) au sein du Département des études arabes médiévales et modernes de l’IFPO, Beyrouth (lim. 30 sept. 2020)

Date limite de candidature : 30 septembre 2020

Principe

L’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), UMIFRE 6 du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE) – USR 3135 du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) propose une Aide à la Mobilité Internationale (AMI) à un·e étudiant·e doctorant·e de toute nationalité inscrit.e en thèse dans une université française.

Le/la doctorant·e bénéficiant de l’AMI sera rattaché·e à l’antenne de l’Ifpo de Beyrouth au Liban.

Domaine scientifique

Le sujet de thèse devra s’inscrire dans l’un des champs disciplinaires traditionnellement développés par le Département des études arabes, médiévales et modernes (DEAMM), à savoir :

  • Histoire médiévale et moderne (des débuts de l’Islam à la fin de la période ottomane)
  • Etudes linguistiques et dialectologie
  • Littérature arabe (classique et moderne)
  • Philosophie et histoire de la pensée religieuse au Proche-Orient médiéval
  • Histoire des sciences et des techniques au Proche-Orient
  • Papyrologie, codicologie, épigraphie et histoire des arts au Proche-Orient

Durée et lieu

Cette recherche doctorale doit nécessiter un séjour au Liban (au minimum 10 mois sur 12), en fonction des contraintes de sécurité qui prévalent au Liban. La prise de fonction est prévue pour le 15 novembre 2020. La durée de l’allocation est de 12 mois. Elle est éventuellement renouvelable une fois.

Conditions

L’AMI fera l’objet d’une convention entre le/la bénéficiaire et l’Ifpo. L’AMI ne sera attribuée que si le/la candidat·e est inscrit.e en thèse au plus tard à la date du début de l’AMI, sous réserve d’un justificatif officiel : attestation d’inscription de l’école doctorale, carte d’étudiant, etc.

Le montant de l’aide est actuellement de 1 220 € par mois. Les bénéficiaires disposent d’un billet d’avion A/R depuis la France et de la prise en charge de 310 EU maximum de fret non accompagné pour leur déménagement. Il leur revient de trouver eux-mêmes à se loger sur leur lieu d’affectation

Il est rappelé que l’AMI n’étant pas considérée comme un salaire, elle n’ouvre droit ni aux prestations sociales, ni aux allocations chômage et ne peut être prise en compte dans le calcul des droits à la retraite. Les bénéficiaires doivent donc souscrire eux-mêmes les assurances nécessaires pour une résidence à l’étranger incluant la couverture des dépenses de santé, accidents du travail, rapatriement, etc. Les sommes engagées à cette fin sont cependant remboursées annuellement par l’Ifpo, dans la limite de 1 200 €.

Le/La bénéficiaire d’une AMI doit effectuer un séjour d’au moins 10 mois (sur les 12 mois de la durée de l’AMI) dans la zone de compétence de l’établissement. Les versements mensuels seront interrompus et l’AMI annulée si la durée de ses absences de la zone de compétence dépasse les 2 mois cumulés, quelles qu’en soient les raisons (absences diverses, missions de terrain, enseignement, participation à des manifestations scientifiques, recherches documentaires, maladie etc…).

Procédure

Le dossier doit inclure le formulaire dûment complété et les documents demandés

Télécharger le dossier de candidature

Le dossier doit être envoyé, avant le 30 septembre 2020 23h30, à :

secretariat.directeur@ifporient.org  ET  p.koetschet@ifporient.org

Contact

Pour tout renseignement complémentaire, contacter Pauline Koetschet, directrice du Département des études arabes, médiévales et modernes :  p.koetschet@ifporient.org

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Conférences] Cycle 2020-21 des conférences publiques de l’IISMM : La médecine, l’islam, les mondes musulmans

En 2020, les sociétés du monde entier ont été frappées, de manière plus ou moins prononcée, par un virus dont la circulation a été rapide. Un tel phénomène n’est pas inédit dans l’histoire de l’humanité, même si celui-ci possède des caractéristiques propres. Ces dernières sont liées non pas tant aux modes de contamination qu’à la gestion de la crise sanitaire à toutes les échelles géographiques par les responsables politiques, économiques, religieux, culturels, médiatiques. 

C’est dans ce contexte qu’a été déterminé le thème du cycle annuel des Conférences publiques de l’IISMM. Le sujet de la gestion de « l’épidémie » au cours de la période classique ou moderne de l’Islam, comme celui de la dernière pandémie, seront abordés de manière directe mais non exclusive. L’approche de longue durée a été privilégiée. Elle permettra, notamment, de mettre en regard les modalités de transmission de savoirs médicaux puis de leur recomposition à l’époque abbasside, et les différentes formes d’exercice de la médecine en contexte colonial dans les sociétés majoritairement musulmanes. 

La médecine n’a jamais été une discipline indépendante d’autres modalités de connaissances ou de pratiques ; son histoire n’est pas celle d’une sécularisation linéaire. Elle engage des conceptions discutées de ce qu’est l’être humain, autant de représentations anthropologiques qui informent (ou sont informées par) le discours religieux et non religieux. Tel sera l’un des fils conducteurs de ce cycle à venir. 

PROGRAMME

Les mardis de 18h30 à 20h30 – EHESS, Amphithéâtre François Furet, 105 Boulevard Raspail, 75006 Paris. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Port du masque obligatoire.

Mardi 6 octobre 2020 de 18h30 à 19h30 
Françoise Micheau, Professeur émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
« De la médecine grecque à la médecine arabe »

Mardi 3 novembre 2020
Floréal Sanagustin, Professeur de langue et civilisation arabes, Université Lumière-Lyon 2, ICAR
« La médecine d’Avicenne (XIe s.), entre Orient et Occident : le cas de la pharmacologie d’après le Qânûn fîl-ṭibb »

Mardi 1er décembre 2020
Jean-Charles Coulon, Chargé de recherche, CNRS, IRHT
« Les sciences occultes contre la peste dans le monde arabo-islamique au XVe siècle »

Mardi 5 janvier 2021 
Anne-Marie Moulin, Directrice de recherche émérite, CNRS, SPHERE
« Les épidémies dans l’histoire de l’islam »

Mardi 2 février 2021

Fabrizio Speziale, Directeur d’études, EHESS, CEIAS, « Pédagogies croisées : maîtres hindous et musulmans dans la culture médicale indo-persane »

Mardi 2 Mars 2021
Chantal Verdeil, Professeur des Universités, INALCO, CERMOM
« Les facultés de médecine de Beyrouth à la fin de la période ottomane, entre modernisation et impérialismes »

Mardi 6 avril 2021
Sylvia Chiffoleau,
 Directrice de recherche, CNRS, LARHRA
« Lutter ensemble contre les épidémies : comment l’Europe et l’Empire ottoman ont fondé au XIXe siècle le premier internationalisme sanitaire »

Mardi 4 Mai 2021
Claire Fredj
, Maître de conférences, Université Paris Nanterre, IDHES
« Soigner les « indigènes » : l’assistance médicale dans l’Algérie colonisée (fin XIXe-XXe siècle) »

Mardi 1er juin 2021 
Pierre-Jean Luizard, Directeur de recherche, CNRS, GSRL
« Le Hezbollah déclare la guerre au coronavirus : un nouvel humanisme musulman ? »

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Faire l’histoire du monde islamique, VIIe-XXe s., Aix-en-Provence, 2020-21

Séminaire de formation organisé par les enseignants-chercheurs du Département d’histoire d’Aix-Marseille Université : Aurélia Dusserre, Julien Loiseau, Nicolas Michel, Mohamed Ouerfelli, Hayri Gökşin Özkoray et Camille Rhoné-Quer.

Destiné en priorité aux étudiants en Master et en doctorat, ce séminaire mensuel est ouvert à tout public intéressé par l’histoire du monde islamique, de sa formation à nos jours. Chacun des thèmes choisis, volontairement larges et transpériodes, fait l’objet de deux séances successives, au cours desquelles est dressé l’état de la recherche, appuyé sur un choix de publications récentes et d’études de cas.

Sauf mention contraire, les séances ont lieu le mercredi après-midi à la MMSH, en salle 1, au premier semestre, de 14h à 16h ; au second semestre, de 16h à 18h.

Calendrier des séances 2020-2021

Séance 1, mercredi 16 septembre 2020 : le travail (1/2)
Nicolas MichelLe travail dans le monde musulman médiéval

Séance 2, mercredi 30 septembre 2020 : le travail (2/2)
Hayri Gökşin ÖzkorayPistes et questions de recherche pour l’histoire du travail dans l’Empire ottoman (XVe-XVIIe s.)

Séance 3, vendredi 2 octobre 2020, 14h-18h, MMSH (séance mutualisée avec les Séances Médiévales d’Aix-Marseille) : l’empire (1/2)
La formation de l’Empire islamique, avec Sobhi Bouderbala (Université de Tunis, IMéRA, Marseille), Denis Genequand (directeur du musée d’Avenches) et Frédéric Imbert (AMU, IREMAM)

Séance 4, mercredi 14 octobre 2020 : l’empire (2/2)
Julien LoiseauFantômes d’empire dans l’islam médiéval

Séance 5, mercredi 4 novembre 2020 : le droit en Islam (1/2)
Ahmed OulddaliLe droit musulman : histoire, sources et écoles

Séance 6, mercredi 18 novembre 2020 : le droit en Islam (2/2)
Ayoub FilaliLa place de l’iǧtihād (raisonnement juridique) et son évolution dans la pensée musulmane

Séance 7, mercredi 2 décembre 2020 : restitution des comptes-rendus par les étudiants

Séance 8, mercredi 6 janvier 2020 : présentation des travaux des étudiants

Séance 9, mercredi 27 janvier 2021 : ambassadeurs/diplomatie (1/2)
Mohamed OuerfelliQuelles sources pour l’histoire des pratiques diplomatiques dans le monde islamique médiéval ?

Séance 10, mercredi 10 février 2021 : ambassadeurs/diplomatie (2/2)
Camille Rhoné-QuerFonctionnement des ambassades et enjeux des pratiques diplomatiques à l’époque médiévale

Séance 11, mercredi 17 mars 2021 : histoire islamique et histoire globale (1/2 )
Marie Favereau (Université Paris 10-Nanterre) – Empire mongol et histoire globale

Séance 12 , mercredi 7 avril 2021 : histoire islamique et histoire globale (2/2)
Aurélia DusserreFaire l’histoire du monde islamique par les objets

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Séminaire pluridisciplinaire sur le Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2020-2021

Les séances médiévales d’Aix-Marseille, notre séminaire pluridisciplinaire sur le Moyen Âge, reprennent leur cycle interrompu en mars dernier. La première séance de cette nouvelle année universitaire aura lieu le vendredi 2 octobre prochain à la MMSH (salle Paul-Albert Février, 14h-18h).

Nous aurons le plaisir d’accueillir Denis Genequand (directeur du site et musée romains d’Avenches), Sobhi Bouderbala (maître assistant à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, titulaire de la chaire Averroès IMéRA/A*MIDEX-AMU) et Frédéric Imbert (professeur d’épigraphie arabe et islamique à Aix-Marseille Université). Chacun nous apportera son regard sur la formation de l’Empire islamique pour mieux interroger ensemble la notion d’empire à l’orée du Moyen Âge.

Comme à l’accoutumée, et dans les respects des consignes sanitaires, nous nous retrouverons à l’issue du séminaire pour un moment convivial.

Présentation de séance et programme de l’année : 2020.10.02_SMAM_seance 1

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts