Tous les articles par arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

Colloque:Monachisme urbain : 300-1300:Poitiers, 30/06/2017 et 1/07/2017

ANNONCE

Argument

This interdisciplinary conference aims to explore the influence of monasticism in the city from Late Antiquity to the Late Middle Ages as well as in shaping attitudes to the body. What was the social status of the “monastic family” in the towns (including the vassals who held the monastic lands on loan)? How did monasteries integrate into the social fabric of cities? What role did they play in care for the sick? What was the relation between consecrated persons and laity? What economic role did monasteries play in towns? How did monastic art, schools and scriptoria contribute to the life of the city? To what extent did monasteries, abbots and abbesses get involved in urban politics? How did urban monasteries shape urban identity?

Programme

June 30

CESCM, Salle Crozet

24, rue de la Chaîne, Poitiers

  • 3:30 pm: registration and welcome
  • 4 pm: Lucien-JeanBord O.S.B. (Ligugé), Penser le moine et la ville dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge
  • 4:30pm: Marianne Sághy (Budapest), Practicing and prescribing  asceticism in fourth-century Rome
  • 5pm: Vincent Debiais (Poitiers), Epigraphic evidences from urban monastic communities: the example of Saint-André-le-Bas (Vienne)

5:30 pm Cocktail

  • 6pm: Keynote lecture Constant Mews (Melbourne), The monastic body and the city from the early middle ages to high scholasticism: Saint-Denis, theology and song

8 pm dinner

July 1

Société des Antiquaires de l’Ouest

Hotel de l’Échevinage et des Grandes Écoles

7, rue Paul Guillon, Poitiers

  • 10:30 am: Carol Williams (Monash), Educating St Denis monks in Paris around 1300: the music pedagogy of MS Harley 281
  • 11 am:John Crossley (Monash), Dancing in the streets, chanting in the choir: Educating St-Denis monks in Paris around 1300
  • 11:30 am:Riccardo Saccenti (Bologna), Cistercians in Thirteenth-Century Paris: the Collège des Bernardins

12-2:30 pm lunch break

  • 2:30 pm:Emilie Kurdziel (Poitiers), Monastères et chapitres de chanoines dans les villes italiennes des IXe-XIe siècles: partage des fonctions ou concurrence?
  • 3 pm:Kyly Walker (Monash), Westminster Abbey in the Early Twelfth Century
  • 3:30 pm: Teemu Immonen (Turku), Monastic Influences on Romanesque Art in Twelfth-Century Rome

4 pm coffeebreak

4:30 pm Keynote lecture Cécile Treffort (Poitiers), Hommes et femmes de Dieu en ville : l’exemple des établissements bénédictins de Poitiers au XIIe siècle

Organizers

  • Marianne Sághy (CEU Budapest) saghym@ceu.edu
  • Teemu Immonen (Turku University) teemu.immonen@utu.fi

in cooperation with Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CEMS) Poitiers (France), Central European University, Budapest (Hungary), University of Turku (Finland), Monash University (Australia)

Pour plus d’informations : « Monachisme urbain : 300-1300 », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 14 juin 2017, http://calenda.org/408319

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge:AAC N° 26 revue ¿ Interrogations ?[délai:31/08/2017]

*  *  *

Publié le lundi 12 juin 2017 par Anastasia Giardinelli

RÉSUMÉ

Depuis la Renaissance, les sociétés occidentales manifestent un « goût pour le Moyen Âge  ». Le succès de séries télévisées, qu’elles soient globalisées comme Vikings ou Game of Thrones, ou plus localisées comme Wolf Hall en 2015, souligne aussi la vigueur de l’intérêt pour cette période. La présence sur nos étals de produits aux noms médiévaux et l’intérêt public pour les fêtes médiévales, entre autres, suggèrent que le Moyen Âge – ou ce qu’il est censé être – s’affirme bel et bien comme un passé qui reste présent. Le Moyen Âge est un objet réinventé. Cette fabrication du passé dans notre présent porte un nom : le médiévalisme. Ce concept peut être défini comme la reconstruction du Moyen Âge dans des siècles ultérieurs. Reconnu par la communauté académique, le médiévalisme fait l’objet d’un vigoureux effort historiographique, d’un« dynamisme croissant ». Au cœur de nombreux séminaires, de plusieurs monographies, de colloques, il est désormais entré dans une période analytique, après avoir nourri une phase essentiellement descriptive.

ANNONCE

Argumentaire

Depuis la Renaissance, les sociétés occidentales manifestent un « goût pour le Moyen Âge  » (Amalvi, 1996). Force est de reconnaître que cet intérêt s’est accéléré depuis les années 2000 : la saga littéraire Game of Thrones s’est vendue à plus de cinquante millions d’exemplaires dans le monde ; la bande dessinée médiévale a conquis un large public ; l’adaptation de la matière arthurienne est en plein essor (Blanc, 2016), comme l’illustrent les huit tomes dérivés de la série Kaamelott publiés entre 2008 et 2015, ou encore le cycle Excalibur de Jean-Luc Istin ; le cinéma « moyenâgeux  » (de la Bretèque, 2015) a les faveurs du public et des studios. Les grandes figures médiévales sont revisitées (Robin des Bois de Ridley Scott, 2010 ; Robin des Bois, la véritable histoire, Anthony Marciano, 2015) tandis que la geste des Vikings bénéficie d’un revival. Enfin, le succès de séries télévisées, qu’elles soient globalisées comme Vikings ou Game of Thrones, ou plus localisées comme Wolf Hall en 2015, souligne aussi la vigueur de l’intérêt pour cette période.

Le panorama serait incomplet sans prendre en compte les autres manifestations du Moyen Âge dans notre société au-delà des expressions médiatiques. La présence sur nos étals de produits aux noms médiévaux comme le pain Viking, l’audience des reconstitutions comme celle de la bataille d’Hastings et l’intérêt public pour les fêtes médiévales, entre autres, suggèrent que le Moyen Âge – ou ce qu’il est censé être – s’affirme bel et bien comme un passé qui reste présent. Approprié par de nombreux acteurs, diffusé par des vecteurs différents, transformé selon des intérêts particuliers, revisité par des ambitions plurielles, le Moyen Âge est un objet réinventé. Cette fabrication du passé dans notre présent porte un nom : le médiévalisme. Ce concept peut être défini comme la reconstruction du Moyen Âge dans des siècles ultérieurs. Il s’inscrit alors dans la question des régimes d’historicité (Hartog, 2002), définis comme les relations entre passé, présent et futur développées par une société. Reconnu par la communauté académique, le médiévalisme fait l’objet d’un vigoureux effort historiographique, d’un « dynamisme croissant » (Ferré, 2010 : 9). Au cœur de nombreux séminaires, de plusieurs monographies, de colloques, il est désormais entré dans une période analytique, après avoir nourri une phase essentiellement descriptive. Les premiers bilans ont été dressés (Kendrick, Moran, Reid, 2003), tandis que des synthèses globales (Falconieri, 2015) et thématiques, comme sur la bande dessinée (Marine, 2016), ont été proposées. Il est désormais possible de s’interroger sur la portée du médiévalisme, sur ses champs d’application et sur ses relations avec la médiévistique – définie comme la science et les acteurs qui étudient le Moyen Âge – et les autres sciences humaines. La réflexion peut être ordonnée autour des axes suivants :

  • Le Moyen Âge comme mythe contemporain
  • Le Moyen Âge fantastique
  • Les pratiques du Moyen Âge
  • L’utilisation politique du Moyen Âge

Pour plus d’informations :« Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 12 juin 2017, http://calenda.org/407720

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Atelier doctoral:Vivre sur les marges, vivre à la frontière au sud de la Méditerranée:4-6/12/2017, Tunis, Casa de Velazquez[délai:15/09/2017]

Vivre sur les marges, vivre à la frontière au sud de la Méditerranée

4 DÉCEMBRE- 6 DÉCEMBRE 2017
TUNIS
ÉCOLE THÉMATIQUE
Inscriptions à l’atelier doctoral ouvertes jusqu’au 15 septembre 2017.
Coord. : Thouraya Belkahia (Université de Tunis) et Stéphanie Guédon (Université de Limoges)
Org. : Laboratoire Histoire des économies et des sociétés méditerranéennes (Université de Tunis), EA 4270 (CRIHAM, Université de Limoges), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Partenariat Hubert Curien France-Maghreb (Ministère des Affaires étrangères et du Développement international – France, Ministères de l’Enseignement et de la Recherche scientifique – Algérie, Maroc, Tunisie)
Encadrants :
Th. Belkahia (Université Tunis 1)
L. Callegarin (Casa de Velázquez, Madrid)
J.-Ch. Ducène (EPHE, Paris)
A. El Bahi (Université de Kairouan)
St. Guédon (Université de Limoges)
Date limite d’inscription : 15 septembre 2017

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée doctoral:La fabrique des savoirs du Moyen Âge au XIXe siècle:15/06/2017, EPHE, Paris

La fabrique des savoirs du Moyen Âge au XIXe siècle

Supports, instruments, pratiques.

*  *  *

Publié le mercredi 07 juin 2017 par Anastasia Giardinelli

RÉSUMÉ

Le jeudi 15 juin 2017 se tiendra une nouvelle édition des journées doctorales du laboratoire Saprat (EA 4116 de l’EPHE) qui réunit actuellement un peu plus d’une centaine de doctorants. Cette année, la thématique retenue est celle de la fabrique des savoirs en lien avec les supports, les instruments et les pratiques. Même si les supports peuvent être différents dans l’étude et l’analyse, les approches et le contact entre les diverses disciplines qui composent le laboratoire peuvent être analogues. Véritable mémoire des savoirs, les supports conditionnent la conservation de ces objets et la transmission des connaissances dont ils sont le vecteur. Les instruments, qu’il s’agisse d’outils, d’instruments de mesure ou de machines, ont permis l’émergence des connaissances scientifiques consolidées au fil des siècles. Les pratiques, enfin, mettent l’accent sur le rôle des hommes qui les utilisent, les transforment et les adaptent par le biais de l’utilisation de telles connaissances.

ANNONCE

Programme

15 juin 2017

8h30-9h : Accueil des participants et du public

9h-9h15 : Ouverture de la journée

Mot d’accueil de Brigitte Mondrain (directrice du laboratoire Saprat)

9h15-11h15

Session 1: Acteurs de savoirs, faiseurs de pratiques

présidée par Joël Coste

9h15-9h35 : Ilario Mosca : « Souvenirs et copies de lettres : les marchands florentins de la seconde moitié du XVIe siècle et leurs pratiques épistolaires »

9h35-9h55 : Laurène Haslé : « Adolphe Lemoine-Montigny au Gymnase (1844-1880) : le savoir-faire d’un directeur de théâtre »

9h55-10h15 : Anne-Sophie Pimpaud : « Le Sepulchretum de Théophile Bonet (1679) : de la pratique des nécropsies à l’ébauche d’une science de l’anatomie pathologique au XVIIe siècle »

10h15-10h35 : Sergio G. Americano : « Un nouveau fragment d’Antiochos de Saint-Sabas dans la Chaîne du Cantique des Cantiques du Marcianus gr. Z 23 (496) »

10h35-10h50 : questions du public

10h50-11h15 : pause

11h15-12h30

Session 2: Adapter, transformer, transmettre

présidée par Anne-Marie Turcan-Verkerk

11h15-11h35 : Ottavia Mazzon : « Apprendre en extraits : le cas de la miscellanée grammaticale transmise par le Paris. Suppl. gr. 1194, le Marc. gr. X 3 et le Darmstadt. 2773

11h35-11h55 : Carole Hofstetter : « Réception des textes antiques et adaptations byzantines : qu’a vraiment écrit Platon ? »

11h55-12h15 : Angela Cossu : « Dans le laboratoire de Micon de Saint-Riquier : supports, instruments et pratiques scolaires d’un maître au IXe siècle »

12h15-12h30 : questions du public

Pause repas : 12h30-14h

14h00-15h20

Session 3 : De l’image aux images : pratiques, rôles et interprétations

présidée par Jean-François Belhoste

14h-14h20 : Thomas Cocano : « Britannia et image du pouvoir souverain sur la médaille »

14h20-14h40 : Nadia Mariana Consiglieri : « Les images zoomorphiques comme outil dynamique dans la construction du savoir médiéval. Praxis, matérialité et signification de la représentation animale dans les Beatus »

14h40-14h55 : questions du public

14h55-15h20 : pause

15h20-17h

Session 4 : Des savoirs et des lieux. Approches locales des pratiques savantes

présidée par Laurent Morelle

15h20-15h40 : Thomas Lacomme : « P pour Pierre de Bruyères ou Pierre de Clesles ? Les initiales et anthroponymes du cartulaire de la collégiale Saint-Étienne de Troyes face au Dictionnaire historique d’Alphonse Roserot »

15h40-16h : Océane Boudeau : « Le plain-chant dans la péninsule Ibérique : point de rencontre de plusieurs pratiques liturgiques »

16h-16h20 : Wissem Gueddich : « Les vies des documents, La Genizah du Caire l’archive malgré elle »

16h20-16h35 : questions du public

16h35-17h : pause

17h-18h15

Session 5: Savoirs entre deux rives, savoirs voyageurs

présidée par Jean-Claude Waquet

17h-17h20 : Ciro Giacomelli: « Le texte du Ps.-Aristote entre Orient et Occident : la traduction latine du De mirabilibus auscultationibus par Barthélémy de Messine (XIIIe s.) »

17h20-17h40 : Antonin Durand : « Pratique des mobilités étudiantes à la fin du XIXe et au premier XXe siècle en France et en Italie »

17h40-18h : Marijke Michielin : « Florence dans les relations de voyage par des Français au XVIIe siècle : quelques pistes d’études »

18h-18h15 : questions du public

18h15 : Conclusions et clôture de la journée

Pour plus d’informations : « La fabrique des savoirs du Moyen Âge au XIXe siècle », Journée d’étude, Calenda, Publié le mercredi 07 juin 2017, http://calenda.org/407236

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Séminaire:Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle):2-5/10/2017, Bielle

CPIM2017_présentation

CPIM2017_affiche

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2017 : le recours aux armes

2 OCTOBRE – 5 OCTOBRE 2017
BIELLE (PYRÉNÉES-ATLANTIQUES)

SÉMINAIRE

Inscriptions au séminaire international ouvertes jusqu’au 7 juillet 2017.

Présentation

Ce séminaire est organisé par l’université Toulouse – Jean Jaurès, l’université Bordeaux Montaigne, l’université de Pau et des pays de l’Adour, et l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid). Il vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.
À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.
C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution: La parenté dans la matière de Bretagne et la matière de France: N° 4 de la revue « Juslittera » [15/09/2017]

RÉSUMÉ

Le quatrième numéro de la revue interdisciplinaire Juslittera (à paraître en décembre 2017) portera sur la parenté. Les articles devront s’intéresser à la matière de Bretagne et/ou à la matière de France. Les études menées dans une perspective comparatiste seront particulièrement appréciées mais les articles pourront également ne porter que sur l’un des deux corpus.

ANNONCE

Appel à contribution pour le numéro 4 de la revue en ligne Juslittera

Présentation

Le quatrième numéro de la revue interdisciplinaire Juslittera (à paraître en décembre 2017) portera sur la Parenté. Les articles devront s’intéresser à la Matière de Bretagne et/ou à la Matière de France. Les études menées dans une perspective comparatiste seront particulièrement appréciées mais les articles pourront également ne porter que sur l’un des deux corpus.

Bien que la revue Juslittera s’intéresse particulièrement au droit et à la littérature, les contributions pourront provenir de d’autres champs disciplinaires : civilisation/histoire, iconographie, linguistique…

Pour plus d’informations : « La parenté dans la matière de Bretagne et la matière de France », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 juin 2017, http://calenda.org/406777

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution: Argent et marchandises en voyage (XIIe-XXe siècle): Revue « Clio@Themis » [délai:30/09/2017]

RÉSUMÉ

Le thème proposé cherche à permettre la constitution d’un dossier centré sur l’histoire du droit des affaires, qui ne se contente pas de mobiliser le droit et l’histoire, mais qui fasse largement appel aux savoirs économiques, managériaux, sociologiques ou bien encore géographiques. Il s’agirait en l’occurrence d’offrir un questionnement qui envisage la longue durée (du XIIe au XXe siècle) sans limitation spatiale, afin de pouvoir appréhender la variété des réponses juridiques apportées aux problèmes du transport de l’argent et des marchandises, à travers les principaux enjeux suivants : les instruments juridiques permettant de faire voyager les capitaux et les marchandises ; la fluctuation de la valeur de l’argent et des marchandises d’un endroit à l’autre ; les risques du voyage de l’argent et des marchandises ; les motivations et l’organisation du voyage ; l’intervention des pouvoirs publics dans le voyage.

ANNONCE

Proposition de dossier thématique pour la revue Clio@Themis

Coordination

  • Luisa Brunori (CNRS/université de Lille)
  • Xavier Prévost (université de Bordeaux)

Argumentaire

Le thème proposé cherche à permettre la constitution d’un dossier centré sur l’histoire du droit des affaires, qui ne se contente pas de mobiliser le droit et l’histoire, mais qui fasse largement appel aux savoirs économiques, managériaux, sociologiques ou bien encore géographiques.

Il s’agirait en l’occurrence d’offrir un questionnement qui envisage la longue durée (du XIIe au XXe siècle) sans limitation spatiale, afin de pouvoir appréhender la variété des réponses juridiques apportées aux problèmes du transport de l’argent et des marchandises. Ainsi, parmi les principaux enjeux qui pourraient être abordés, on peut énumérer :

  1. Les instruments juridiques permettant de faire voyager les capitaux et les marchandises.
  2. La fluctuation de la valeur de l’argent et des marchandises d’un endroit à l’autre.
  3. Les risques du voyage de l’argent et des marchandises.
  4. Les motivations (besoins, curiosité, modes, agrément, …) et l’organisation du voyage (moyens de transport, transporteurs, parcours, réseaux marchands, …).
  5. L’intervention des pouvoirs publics dans le voyage.

Pour plus d’informations : « Argent et marchandises en voyage (XIIe-XXe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 juin 2017, http://calenda.org/406555

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Deuxièmes rencontres archéologiques départementales des Alpes de Haute-Provence:Amphithéâtre Paul-Albert Février – IUT de DIGNE-LES BAINS Digne-les-Bains, le 10/06/2017

Cette manifestation scientifique et culturelle a pour objectif de proposer un état des lieux des recherches archéologiques récentes conduites dans les Alpes provençales. Tout en valorisant la richesse archéologique de ce territoire, il s’agit de restituer au public les résultats des principales opérations et de permettre aux archéologues de présenter les résultats de leurs travaux. L’objectif est également d’offrir un moment d’échange et de convivialité à ces derniers, quelles que soient leurs spécialités chronologiques ou leurs organismes de rattachement. L’édition 2017 comportera une session thématique sur la recherche archéologique dans la vallée de l’Ubaye, suivie d’une session d’actualité diachronique consacrée aux Alpes provençales.

ANNONCE

Argumentaire

Le Département des Alpes de Haute-Provence organise en 2017 la deuxième édition des Rencontres archéologiques départementales. Cette manifestation scientifique et culturelle, gratuite et ouverte à tous, a pour objectif de proposer un état des lieux des recherches archéologiques récentes conduites dans les Alpes provençales. Tout en valorisant la richesse archéologique de ce territoire, il s’agit de restituer au public les résultats des principales opérations et de permettre aux archéologues de présenter les résultats de leurs travaux. L’objectif est également d’offrir un moment d’échange et de convivialité à ces derniers, quelles que soient leurs spécialités chronologiques ou leurs organismes de rattachement. L’édition 2017 comportera une session thématique sur la recherche archéologique dans la vallée de l’Ubaye, suivie d’une session d’actualité diachronique consacrée aux Alpes provençales.

Les Rencontres archéologiques départementales sont organisées en partenariat avec l’IUT d’Aix-Marseille site de Digne-les-Bains, qui accueille la manifestation dans ses locaux. La diffusion de l’événement, qui s’inscrit dans le cadre des Journées nationales de l’archéologie, reçoit l’appui de la ville de Digne-les-Bains et de l’Inrap. La librairie la Ruelle (Digne-les-Bains), proposera un stand de vente d’ouvrages dédié à l’histoire, à l’archéologie et au patrimoine local.

Inscription nécessaire pour la participation à la journée et au repas (gratuit), à l’adresse archeologie@le04.fr ou par téléphone au 04.92.30.04.35, avant le 31 mai 2017.

Programme

9h : Café, accueil des participants

9h15 : Mot d’accueil

La recherche archéologique dans la vallée de l’Ubaye

  • 9h30 : L’archéologie dans la vallée de l’Ubaye : des érudits du XIXe siècle aux recherches actuelles (Delphine ISOARDI /CCJ – UMR 7299 ; Florence MOCCI / CCJ – UMR 7299)
  • 10h15 : Archéologie du lac de Serre-Ponçon : approche méthodologique et études de cas en Ubaye (Karine RAYNAUD / Ass. Patrimoine et Archéologie dans le Sud des Alpes)

11h00 : Pause

Actualités archéologiques dans les Alpes provençales

  • 11h30 : A la recherche du rempart antique et de la cathédrale de Gap (Lucas MARTIN / Inrap)
  • 12h00 : Les fouilles préventives du Castrum de Lazer dans les Hautes-Alpes : 1989-2016 (Florian BONVALOT / Eveha, Laurent FIOCCHI / Eveha)

12h30 : Pause déjeuner (buffet sur site, gratuit sur inscription)

  • 14h00 : Pas si vide ! Le Paléolithique supérieur dans les Préalpes du sud : les Prés de Laureet la moyenne vallée du Jabron (Antonin TOMASSO / université de Liège ; Guillaume PORRAZ /CNRS AnTeT, Louise PURDUE / CNRS CEPAM)
  • 14h30 : Le Plan de Chateauredon : état des connaissances sur les occupations préhistoriques (Mathieu MANENT)
  • 15h00 : La dendrochronologie dans les Alpes de Haute-Provence : résultats récents(Vincent LABBAS / LA3M – UMR 7298 ; Lisa SHINDO / CCJ – UMR 7299)

15h30 : Pause

  • 16H00 : Une sépulture protohistorique à Manosque, avenue Frédéric Mistral (Jenny SELEQUE /SDA 04)
  • 16h30 : L’archéologie préventive en milieu montagnard : le cas du Chazelet à La Grave (Audrey COPETTI ; Baptiste VAPPEREAU)
  • 17h00 : Dernières découvertes archéologiques au prieuré de Salagon à Mane(Vincent BUCCIO / SDA 04)

Pour plus d’informations : « Deuxièmes rencontres archéologiques départementales des Alpes de Haute-Provence », Journée d’étude, Calenda, Publié le mercredi 31 mai 2017, http://calenda.org/406223

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution: Les monastères de chanoines réguliers dans le Nord de la France:XIe journée d’étude à Saint-Martin-aux-Bois (Oise), 26/05/2018[délai:31/01/2018]

RÉSUMÉ

Il s’agit d’une journée d’études annuelle organisée par l’association Stalles de Picardie et l’univesité de Picardie Jules Verne qui se tiendra le samedi 26 mai 2018 dans la commune de Saint-Martin-aux-Bois (Oise). L’objectif est de faire le point de la recherche actuelle sur les monastères de chanoines réguliers dans le Nord de la France.

ANNONCE

XIe journée d’étude à Saint-Martin-aux-Bois (Oise), Samedi 26 mai 2018

Argumentaire

Les communautés canoniales régulières sont particulièrement bien implantées dans les diocèses situés au Nord de la Loire à l’époque médiévale. Leur fondation a souvent été favorisée par le pouvoir royal, épiscopal ou encore les seigneurs locaux cherchant à diffuser les ordres nouveaux. L’abbaye de Saint-Martin-aux-Bois est un élément représentatif de la diffusion de l’ordre de saint Augustin dans le diocèse de Beauvais. Une partie de la journée sera consacrée à l’actualité de la recherche concernant cet établissement religieux.

Le contexte scientifique actuel sur les ordres de chanoines réguliers est en plein renouvellement et nécessite de comparer des communautés et des environnements religieux différents. Cette journée d’études se propose, dans une perspective thématique élargie et dans un cadre géographique vaste, celui du Nord de la France, de comparer le mode de diffusion de ces différentes communautés, leur implantation dans le diocèse et leurs rapports avec leur environnement social immédiat. Les études régionales sont donc privilégiées avec des angles de réflexion variés, tant du point de vue de l’histoire de l’art, de l’archéologie que de l’histoire religieuse.

L’objectif est de saisir les grandes caractéristiques de ces communautés religieuses, les influences réciproques qui s’exercent au cours de leur histoire et leurs particularités ou ressemblances avec le reste du monde monastique. Les communications pourront concerner un établissement religieux en particulier, un ordre canonial ou un espace géographique précis permettant de saisir leurs caractéristiques, dans les domaines économique, judiciaire, liturgique, artistique etc. de la période allant du développement du mouvement canonial au XIe siècle jusqu’à la fin du Moyen Âge. Les interventions présentant des points de comparaison avec les monastères de moines sont également les bienvenues.

Journée organisée par l’association Stalles de Picardie et l’Université de Picardie Jules Verne (EA 4284 TrAme), accueillie par la commune de Saint-Martin-aux-Bois (Oise).

Pour plus d’informations: « Les monastères de chanoines réguliers dans le Nord de la France », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 31 mai 2017, http://calenda.org/406254

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Les femmes dans les chansons lyriques de croisade en langue vulgaire : voix, motifs, représentations et enjeux: Liège, 1-2/03/2018[délai:30/06/2017]

RÉSUMÉ

Les chansons lyriques de croisade constituent un corpus littéraire encore relativement peu étudié ; a fortiori, l’articulation des femmes à ce massif textuel n’a guère été scrutée. Aucune des études dédiées au genre des chansons de croisade (Bédier/Aubry, Bec, Dijkstra, Paterson, Barbieri…) n’a en effet porté aux femmes une attention particulière, et parmi les travaux sur la place des femmes et de leurs voix au Moyen Âge et dans la littérature (e.a. W. Paden, A. Classen, A. L. Klinck et A. M. Rasmussen, S. Gaunt, M. Tyssens, A. Rieger), aucune ne s’est spécifiquement intéressée aux chansons de croisade.

ANNONCE

Université de Liège, 1er-2 mars 2018

Argumentaire

Les chansons lyriques de croisade constituent un corpus littéraire encore relativement peu étudié ; a fortiori, l’articulation des femmes à ce massif textuel n’a guère été scrutée. Aucune des études dédiées au genre des chansons de croisade (Bédier/Aubry, Bec, Dijkstra, Paterson, Barbieri…) n’a en effet porté aux femmes une attention particulière, et parmi les travaux sur la place des femmes et de leurs voix au Moyen Âge et dans la littérature (e.a. W. Paden, A. Classen, A. L. Klinck et A. M. Rasmussen, S. Gaunt, M. Tyssens, A. Rieger), aucune ne s’est spécifiquement intéressée aux chansons de croisade. La place des femmes est pourtant importante dans ces textes dont elles sont, avec la Terre sainte, un enjeu considérable : ce sont elles que l’on quitte, dans l’espoir, parfois ténu, d’un amour plus grand ; c’est vers elles que l’on part ou que l’on revient ; c’est leur souvenir qui accompagne le croisé.

Le projet Troubadours, Trouvères and the Crusades de l’Université de Warwick met désormais à la disposition de la communauté scientifique le corpus de chansons lyriques de croisade françaises et occitanes dans des éditions revues et accessibles en ligne ; il devrait permettre une relance des recherches sur ce genre quelque peu délaissé par la critique récente. C’est dans ce cadre que s’inscrit ce colloque, qui a pour ambition de se pencher sur la représentation des femmes dans la production lyrique produite au sein d’une Europe occidentale médiévale aux prises avec la problématique de la croisade, dans un contexte social et religieux en pleine mutation. Source par elle-même d’importants bouleversements, l’entreprise de la croisade vient aussi réinterroger la place des femmes dans la société : leur fonction de régente sur les territoires du croisé, leur participation aux expéditions et à l’œuvre de salut chrétien, et leur éventuel affranchissement de la puissance masculine.

Dans les chansons lyriques qui font écho aux événements de la croisade, les femmes sont tantôt sujets (voire autrices) de textes en « je » lyrique féminin (par exemple RS 1616, RS 1659, RS 1656b), tantôt objets du discours d’un énonciateur masculin (qu’il s’agisse de leur amant, ou d’autres hommes). Elles apparaissent en tant que Dame individuée d’un amant en particulier, ou comme représentatives du groupe auquel elles appartiennent. En outre, dans les textes à tournure exhortative et à dimension plus résolument politique et religieuse, il est de grand intérêt d’étudier la figuration des femmes comme objet intellectuel et sociétal.

Il s’agira donc de questionner les chants de croisade pour voir ce qu’ils disent des femmes, et ce qu’ils leur font dire. De même, on cherchera à comprendre les enjeux de ces voix de femmes et des motifs afférents, pour les auteurs et dans le paradigme de cette lyrique, qu’il s’agira de situer au sein d’une production discursive plus large : philologie, études littéraires, ainsi qu’histoire des émotions semblent pouvoir ici se saisir d’un tel ensemble de textes.

Pour plus d’informations : « Les femmes dans les chansons lyriques de croisade en langue vulgaire : voix, motifs, représentations et enjeux », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 30 mai 2017, http://calenda.org/405746

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

École d’été:Beyond Editing: Advanced Solutions and Technologies:Prague, 4-8/09/2017[délai:10/06]

Beyond Editing: Advanced Solutions and Technologies

Summer School
Prague – 4-8 Sept. 2017

Organised by the Faculty of Arts, Charles University Prague, and CNRS CIHAM UMR 5648, with the support of DARIAH’s Humanities at Scale programme

Call for Applications

This Summer School targets Humanities scholars, librarians and students who have already acquired a working knowledge of digital scholarly editing, especially TEI encoding, and wish to go further. If the encoding is a crucial step, that translates the modelisation of a text or document into a computer-readable form, scholars need to put this encoding to good use by displaying, processing and analysing it. To this end, it is necessary to master other technologies, which are often more difficult to learn, with much rarer training opportunities.

During this week-long school, the participants will learn how to display, transform and process a scholarly XML edition, with the aim of becoming able to work on their own editions with the latest digital methods.

The week will be organised as follows:

a “main course” (all the morning sessions), centered on XSLT (eXtensible Stylesheet Language Transformation), a powerful language especially designed to work with XML;
a few “sides”, or workshops, will be offered during the afternoon sessions, to introduce the participants to more specialised technologies and solutions allowing them to enhance a scholarly edition (geographical data, linguistic tools, network analysis, etc.)
We invite applications from scholars, students (Master level and beyond), librarians, archivists and other research professionals involved in the production and valorisation of scholarly digital editions. The selection committee particularly invites applicants from Central and Eastern Europe.

Bursaries

The participation in the Summer school programme is free, and in addition, selected applicants will receive a bursary: DARIAH’s Humanities at Scale programme will cover the cost of their travel and accommodation, up to a maximum of 500 EUR (participants will be refunded, up to 500 EUR, after the training school and upon presentation of the receipts).

Venue

The Summer school will be hosted by the Faculty of Arts, Charles University, in the historical centre of Prague.

How to apply?

To apply, please fill in this online form: https://goo.gl/forms/lqUd5O5BnLzB6ZOH3

Applications are welcome until 10 June 23:00 GMT

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Trier, classer, organiser : ordonner le monde au Moyen Âge:16-17 juin 2017, Maison de la Recherche de la Sorbonne, Paris.

Quatre axes principaux guideront la réflexion : 1) textes de savoirs ; 2) théologie et symbolique ; 3) la société : représentations et imaginaire ; 4) écrits politiques, écrits pragmatiques.

Programme

Vendredi 16 juin

Maison de la Recherche 28 rue Serpente à Paris, salle D323, 9h-17h30

  • 9h – Accueil
  • 9h15 – Mot d’Accueil par Sylvie Lefèvre
  • 9h30 – Introduction par Louis-Patrick Bergot, Pauline Guéna, Marie Piccoli-Wentzo et Adeline Sanchez
  • 10h – Meyssa Ben Saad (Université Paris-Diderot), Critères et arguments de la classification des animaux chez le naturaliste arabe médiéval al-Djâhiz (776-868)
  • 10h30 – Yoan Boudes (Université Paris-Sorbonne), Diviser pour mieux nommer ? L’organisation du discours sur les reptiles dans l’encyclopédisme médiéval

11h – Pause

  • 11h30 – Adeline Sanchez (Université Paris-Sorbonne), La liste comme structure du savoir dans le Lilium medicine de Bernard de Gordon
  • 12h – Alice Laforêt (Ecole Nationale des Chartes), Entre herbe et arbre : classer les végétaux au statut ambivalent dans la littérature encyclopédique médiévale

12h30 – Buffet

  • 14h30 – Sergi Sancho Fibla (Université Aix-Marseille), Ecrire est ordonner : trois exemples littéraires de l’arbor
  • 15h – Louis-Patrick Bergot (Université Paris-Sorbonne), Les quinze signes du Jugement dernier selon Pierre le Mangeur : étude des différentes versions françaises

15h30 – Pause

  • 16h – Elise Haddad (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), Bête eschatologique, bête sauvage : quelle place pour la bestia dans les ensembles eschatologiques ?
  • 16h30 – Clémence Legoux (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La place des saints dans les mandorles angéliques du XVe siècle
  • Soirée – Promenage historique dans Paris guidée par Annabelle Marin (Université Paris-Sorbonne)

Samedi 17 juin

Maison de la Recherche 28 rue Serpente à Paris, salle D323, 9h30-17h30

  • 9h30 – Accueil des participants
  • 10h – Thalie Baylan (Université Grenoble Alpes), Toute une assemblée hiérarchisée ordonnée sous un manteau. Le cas du thème de la Vierge de miséricorde dans l’art peint de l’ancien duché de Savoie (XVe-XVIe siècles)
  • 10h30 – Marie Piccoli-Wentzo (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La mise en ordre du monde et la construction du paysage chez I. B. Alberti

11h – Pause

  • 11h30 – Nicolas Garnier (Université Paris-Sorbonne), La liste et la course : les listes bestournées du Roman de Renart
  • 12h – Joanna Augustyn (Ecole Normale Supérieure de Lyon), Classer pour déclasser : les femmes comme l’état le plus bas dans le Livre des manières d’Etienne de Fougères

12h30 – Buffet

  • 14h30 – William Trouvé (Université d’Angers), Aux origines de la liste. Les listes de rois du haut Moyen Âge sont-elles des documents administratifs ou des abrégés de textes d’histoire ?
  • 15h – Elodie Papin (Université Rennes 2), Les cartulaires de l’abbaye de Margam : archiver et ordonner les biens monastiques au pays de Galles au XIIIe siècle

15h30 – Pause

  • 16h – Thomas Lacomme (Ecole Pratique des Hautes Etudes), Choix de classement et représentation du monde. Eléments de synthèse sur les cartulaires produits en Champagne méridionale au XIIIe siècle
  • 16h30 – Mélanie Dubois Morestin (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Ordonner son activité et son entreprise : la gestion des archives privées de Jean Teisseire, artisan du XIVe siècle
  • 17h – Conclusion par Pierre Chastang (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Pour plus d’informations : « Trier, classer, organiser : ordonner le monde au Moyen Âge », Journée d’étude, Calenda, Publié le vendredi 05 mai 2017, http://calenda.org/404258

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à communication:Les intellectuels au Moyen Âge : soixante ans d’un anachronisme fondateur:19-20 octobre 2017:Université d’Artois, Arras[délai:10/O6/2017]

RÉSUMÉ

Cet appel à communication concerne un colloque organisé les 19 et 20 octobre 2017 à l’université d’Artois (Arras) et intitulé « Les intellectuels au Moyen Âge : 60 ans d’un anachronisme fondateur. Hommage à Jacques Le Goff ».

Argumentaire

L’année 2017 coïncide avec le 60e anniversaire de la publication des Intellectuels au Moyen Âge de Jacques Le Goff (Seuil, 1957). Lors de sa parution, l’ouvrage constituait – avec Marchands et banquiers au Moyen Âge (Puf, 1957) – l’un des volets du diptyque consacré au « travail au Moyen Âge », sujet d’une thèse esquissée et restée inachevée. Cette étude fondatrice, construite sur l’emploi d’un anachronisme assumé par son auteur – le substantif intellectuel n’apparaissant en français qu’avec l’affaire Dreyfus à la fin du XIXe siècle –, arracha l’histoire des élites intellectuelles médiévales du seul domaine de l’histoire des idées, où elle avait été longtemps cantonnée, pour la faire entrer dans le champ de l’histoire sociale et culturelle. Si le caractère heuristique de l’usage du terme d’« intellectuels » pour le Moyen Âge a généralement été salué par l’historiographie, son caractère anachronique a pourtant souvent détourné les historiens de son emploi au profit d’autres concepts qui ne recouvrent pas exactement le même sens[1]. Surtout, l’intégration de la réflexion d’Antonio Gramsci sur la catégorie des « intellectuels organiques », dans la préface que livra Jacques Le Goff à la réédition de 1984, a souvent été ignorée, alors qu’elle constitue une inflexion essentielle de la réflexion du médiéviste. Soixante ans après cette publication, il convient donc de s’en saisir à nouveau, comme d’un hommage au grand médiéviste, mais aussi pour en souligner l’actualité renouvelée dans le champ historiographique.

Trois types de questionnement seront au cœur de cette relecture collective de son œuvre :

1/ Le premier consistera à dresser, plus de vingt ans après celui proposé par Alain Boureau[2], un bilan de la réception de l’œuvre de Jacques Le Goff auprès des historiens et des spécialistes des sciences sociales, d’en circonscrire les lectures et les relectures, voire d’en mesurer l’écart parfois avec l’intention initiale de son auteur.

2/ Le second axe entend reprendre la question de la pertinence du concept d’« intellectuel » pour la période médiévale et d’en discuter les contours à la lumière d’une historiographie renouvelée. Pour Jacques Le Goff, cette catégorie sociale était née de l’« alliance de la réflexion personnelle et de sa diffusion dans un enseignement »[3]. L’historien avait d’abord conçu « ses intellectuels » comme des enseignants-chercheurs, dominés par la figure du maître des XIIe-XIIIe siècles, même si, de son propre aveu, il n’avait pu se résoudre à écarter les « littérateurs », pour peu que ceux-ci fussent frottés de culture universitaire[4]. La préface de 1984 proposait néanmoins quelques inflexions et envisageait de « nouveaux intellectuels » médiévaux[5] : l’« intellectuel autorisé » qui prétendait « participer aussi du pouvoir ecclésiastique » et « s’arroger une influence politique », ou l’« intellectuel marginal » – réservé à Rutebeuf – qui affichait au contraire son mépris pour les honneurs, jusqu’aux « intellectuels organiques » – selon l’acception établie par Gramsci –, produits de la recomposition du paysage social, de l’émergence de nouvelles catégories auxquelles ils sont liés, et dont ils sont amenés à définir et à légitimer le rôle social en critiquant l’ordre établi et en endossant le rôle de véritable « organisateurs de la société »[6]. Au gré d’un « repentir », Jacques Le Goff rejoignait l’acception qui s’était progressivement imposée, depuis l’affaire Dreyfus, et qui voyait justement dans l’intellectuel « quelqu’un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas » (J.-P. Sartre), qui use de ses fonctions créatrice et médiatrice hors de son champ d’activité traditionnel, pour les mettre au service d’une cause, généralement politique, ou d’un public large[7]. Ainsi, l’étude des relations entretenues par les intellectuels médiévaux avec le(s) pouvoir(s) sera-t-elle privilégiée.

3/ Le troisième axe souhaiterait proposer un nouvel examen des nombreuses intuitions historiques et pistes d’interprétation ouvertes par J. Le Goff, dont certaines constituent des terrains de recherche toujours fructueux pour les historiens. Il serait ainsi l’occasion de s’interroger sur la chronologie médiévale de la naissance et de l’affirmation des intellectuels : ne peut-on envisager des intellectuels avant le XIIe siècle ? Quel rôle la professionnalisation des universitaires au XIVe siècle joua-t-elle dans leur rapport avec le pouvoir politique[8] ? L’humanisme est-il un « anti-intellectualisme » ? Par ailleurs, le lien entre le cadre urbain et la fonction intellectuelle que mettait en évidence Jacques Le Goff est-il irréductible ? Ne peut-il y avoir d’intellectuels au village ? On invitera également à examiner la variété des situations géographiques pour déterminer ou non l’existence de spécificités locales dans la définition d’un profil des intellectuels : ainsi, l’« intellectuel laïc » est-il une exception italienne[9] ? Dans cette perspective, on se montrera particulièrement attentif aux conditions sociales et matérielles des intellectuels : conditions de travail ; moyens et niveaux de rémunérations, réelles ou symboliques ; stratégies de distinctions déployées.

Pour plus d’informations : « Les intellectuels au Moyen Âge : soixante ans d’un anachronisme fondateur », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 09 mai 2017, http://calenda.org/404187

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Projet: Chantier 2017 du Château médiéval de Clermont (Clermont, 74):10-29 juillet 2017 [Délai : 15 juin]

Réalisation d’un chantier de fouilles archéologiques au château mé diéval de Clermont du 10 au 29 juillet 2017 sous la conduite de Loïc Benoit, archéologue à l’unité archéologie et patrimoine bâti du Conseil départemental de la Haute-Savoie et doctorant au CIHAM, recherche des volontaires pour participer.

Si vous voulez plus d’information pour proposer votre candidature, cliquez ici. Le délai court jusqu’à la mi-juin grand maximum.

Présentation

Le château médiéval de Clermont fait partie des résidences principales des Comtes de Genève durant le Moyen-Âge. Positionné non loin d’axes routiers importants (Seyssel / Genève et Chambéry Genève), il semble qu’un ensemble bâti existe dès le XIIe siècle comme l’atteste la mention d’une famille de Clermont, seigneurs du lieu. Le château apparait en possession des comtes de Genève dès le XIIIe siècle. En 1401 le comté est racheté par la famille de Savoie. L’intérêt défensif et économique  du site se perd alors peu à peu. Enfin, dans la première moitié du XVIIe siècle, le conflit franco-savoyard mène à la destruction de la fortification la laissant à l’état de ruine. Ces dernières, seront visible jusque dans les années trente où les habitants finiront le démantèlement.
Les problématiques sont multiples: entreprendre une étude plus approfondie sur un des sites les plus importants de l’histoire médiévale départementale, obtenir des données pour la majorité inédites, mettre en exergue l’organisation des bâtiments, les méthodes de constructions ainsi que la vie sur place. Enfin, ces études s’inscriront dans un état des lieux patrimonial et seront mises en valeurs par le biais d’expositions.

Qui est Loïc Benoit ?

Actuellement archéologue médiéviste en contrat Cifre au Conseil Départemental de la Haute-Savoie, je suis titulaire d’un Master 2 recherche en archéologie (2014). Ce dernier portait sur l’étude archéologique et historique du site de Château-Neuf d’Allinges (74). J’ai alors voulu poursuivre mes recherches sur la région par le biais d’un doctorat. Celui-ci  est réalisé sous la codirection Elisabeth Sirot / Jean-Michel Poisson et a pour intitulé: « Château et Habitat dans l’ancien diocèse de Genève ( XIIIe – XVIe siècle): formes, organisations et construction ». Ce sujet a pour objectif de définir et de qualifier une évolution de l’habitat seigneurial et des bourgs dans le temps à travers l’architecture, les sources écrites, les cadastres et autres sources. Je suis aujourd’hui en D2 puisque je me suis laissé un an afin de trouver un financement (ledit contrat Cifre).

Affiche de l’évènement : panneau clermont

Soutien financier

Conseil Départemental de la Haute-Savoie

Partenaire scientifique

Unité Archéologie et Patrimoine Bâti, Conseil Départemental de la Haute-Savoie
CIHAM, UMR 5648

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude: Les marges: Paris, 18/05/2017

Le jeudi 18 mai 2017 se tiendra la journée thématique annuelle de l’IRHT consacrée aux marges. Ce thème, qui se trouve au carrefour des sciences du texte, rassemble toutes les sections du laboratoire, en ce qu’il touche aussi bien à la philologie, la lexicographie, l’histoire, la paléographie, qu’à la codicologie.

Argumentaire

Le jeudi 18 mai 2017 se tiendra la journée thématique annuelle de l’IRHT consacrée aux marges. Ce thème, qui se trouve au carrefour des sciences du texte, rassemble toutes les sections du laboratoire, en ce qu’il touche aussi bien à la philologie, la lexicographie, l’histoire, la paléographie, qu’à la codicologie.

Autour du texte, dimension essentielle de la culture et de sa transmission, les espaces laissés vides sont devenus le réceptacle de mentions, décors, marques codicologiques, etc. qui participent à son histoire. Sur tous les supports – papyrus, parchemin ou papier, manuscrit ou imprimé – et quel que soit le type de document, des écrits de la pratique aux livres liturgiques, en passant par les textes scientifiques et juridiques, ces ajouts, contemporains ou postérieurs, doivent être analysés. Il s’agira ainsi de rendre compte de pratiques éditoriales (rubriques, manchettes, références, iconographie), de pratiques de lecture et d’utilisation des textes transmis (marques de repérage, annotations, gloses, commentaires), mais également de tout autre type d’ajouts indépendants (mentions de noms, listes de livres, décomptes).

Vous pouvez consulter le programme détaillé sur le Carnet de l’IRHT.

 

Pour plus d’informations :

« Les marges », Journée d’étude, Calenda, Publié le jeudi 20 avril 2017, http://calenda.org/402566

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts