Tous les articles par arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

Journées d’étude:La Nació a l’Edat Mitjana:Balaguer, 11-13/07/2018

Càtedra d’estudis medievals del Comtat d’Urgell
XXIII Curs d’estiu-Reunió Científica del Comtat d’Urgell
LA NACIÓ A L’EDAT MITJANA

Balaguer, 11-13 de juliol de 2018

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Actualité:Assemblée générale du CIHAM:03-04/07/2018, Lyon.

Chères doctorants et chers doctorantes,
La prochaine Assemblée générale de votre laboratoire aura lieu le mardi (après-midi) 3 et le mercredi 4 juillet à Lyon. Il s’agit de notre rendez-vous à mi-parcours du contrat quinquennal qui sera l’occasion de faire un premier bilan de nos activités, partenariats, publications, soutenances, valorisation, etc.
La présence de tous est indispensable.
Merci par conséquent de réserver dès à présent ces deux jours. Les modalités d’organisation de cette AG vous seront communiquées prochainement.
Avec mes plus cordiales salutations,
Jean-Louis Gaulin

Directeur du CIHAM – UMR 5648
Histoire, archéologie, littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux
CNRS – EHESS – ENS de Lyon – Université Lyon 2 – Université Lyon 3 – Université d’Avignon
c/o Maison des Sciences de l’Homme- Lyon St-Etienne
14 avenue Berthelot – F-69363 Lyon cedex 07

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Humanités numériques : de nouveaux outils pour le médiéviste:7-8/05/2018, Université de Namur.

L’ambition de cette rencontre bilingue (anglais / français) destinée en particulier aux jeunes chercheurs et aux étudiants sera, d’une part, d’illustrer combien et comment les humanités numériques contribuent à redynamiser de nombreux champs de recherche en études médiévales et, d’autre part, de fournir une première initiation à certains outils de travail dont les rudiments peuvent s’acquérir au prix d’efforts mesurés.

ANNONCE

Argumentaire

L’informatique, on le sait, s’est aujourd’hui imposée comme un outil incontournable pour le médiéviste. Depuis plusieurs décennies, bon nombre d’historiens, d’historiens de l’art et de philologues du Moyen Âge appuient en effet leurs travaux sur des corpus diplomatiques, des éditions numériques et des bases de données dont la conception a, parfois, été pensée dès le milieu des années 1980. Pourtant, en dépit des apparences, l’exploitation de ces instruments de recherche et de ces corpus demeure globalement en-deçà de leurs potentialités. Hormis quelques notables exceptions, rares sont les médiévistes à s’être engagés dans une approche quantitative globale et fouillée de ces ensembles documentaires numérisés. Les formidables instruments de travail à disposition des chercheurs, dont le Thesaurus Diplomaticus et sa nouvelle mouture des Diplomata Belgica constituent d’excellents exemples belges, sont ainsi trop souvent cantonnés à une fonction unique : celle de servir de répertoires d’éditions. Sans être exclusives des approches plus traditionnelles – bien au contraire –, de nouvelles méthodes d’analyse permettent pourtant d’interroger sur d’autres bases ces corpus documentaires. La portée et la pertinence de ces approches s’accroissant au fil des ans, tout laisse présager qu’elles autoriseront, bientôt, l’émergence de nouvelles formes d’exploration de l’histoire, des arts et des littératures du Moyen Âge, dans lesquelles l’expérimentation et l’innovation méthodologiques occuperont sans aucun doute une place majeure.

L’ambition de cette rencontre bilingue (anglais/français) destinée en particulier aux jeunes chercheurs et aux étudiants sera, d’une part, d’illustrer combien et comment les humanités numériques contribuent à redynamiser de nombreux champs de recherche en études médiévales et, d’autre part, de fournir une première initiation à certains outils de travail dont les rudiments peuvent s’acquérir au prix d’efforts mesurés. La focale portera sur trois méthodes d’analyse quantitative des sources textuelles : 1) l’analyse de réseaux, qui, par l’utilisation de calculs et de graphes, permet d’étudier les relations entre entités sociales, et ainsi de mieux comprendre certains phénomènes sociaux ; 2) le text mining, qui vise à explorer de vastes ensembles documentaires numérisés pour en extraire des données textuelles exploitables par le chercheur ; 3) la stylométrie, dont l’ambition est d’étudier le style propre d’un auteur par le recours à des outils statistiques et, partant, de jeter une lumière nouvelle sur les questions d’attribution.

Concrètement, la rencontre s’articulera en deux temps. La première journée, organisée à l’Université de Namur, illustrera les potentialités de l’analyse de réseaux, du text mininget de la stylométrie dans le cadre de présentations mêlant réflexions méthodologiques et études de cas. La seconde journée, prévue à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), adoptera, quant à elle, une visée plus pédagogique, puisqu’elle proposera une initiation aux méthodes de l’analyse de réseaux, du text mining et de la stylométrie à travers des ateliers ouverts aux débutants. Ces journées d’étude ont avant tout l’ambition de défricher le terrain en vue de l’éventuelle organisation d’autres activités liées aux humanités numériques. Elles aboutiront à la mise en ligne d’un répertoire synthétique décrivant les potentialités et les limites des outils numériques utilisés par les intervenants.

Ce rendez-vous sera organisé conjointement par le Réseau des Médiévistes belges de Langue française (groupe de contact du F.R.S.-FNRS), qui a depuis quelques années entamé sa « mue numérique », et par les groupes de recherche « PraME – Pratiques médiévales de l’écrit » (Université de Namur) et « H37 – Histoire et cultures graphiques » (Université catholique de Louvain).

Programme

Université de Namur

Lundi 7 mai 2018

9h15 : Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent)et Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ) – Introduction

Modérateur : Tristan Martine (Université Lyon-III)

  • 9h30 : Johannes Preiser-Kapeller (Österreichische Akademie der Wissenschaften)– Mapping Medieval Conflicts: A Network Analytical Approach Towards Political Dynamics in the Pre-Modern Period
  • 10h15 : Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ) – Analyse de réseaux et critique historique : quelques enseignements tirés de l’étude du « schisme » de Cambrai (vers 1100)

11h00 : pause

Modérateur : Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent)

  • 11h15 : Nicolas Perreaux (Goethe Universität Frankfurt am Main) – Les corpus diplomatiques numérisés : contenus, méthodes, possibilités
  • 12h00 : Dominique Stutzmann (CNRS / IRHT) La recherche en plein texte dans les manuscrits médiévaux : la reconnaissance des écritures manuscrites dans le projet HIMANIS

12h45 : pause de midi

  • 14h00 : Jeroen De Gussem (UGent) – Forgery in Saint-Denis: A Stylometric Study in the Donation of Charlemagne

Modératrice : Adélaïde Lambert (ULiège)

  • 14h45 : Jean-Baptiste Camps (École nationale des Chartes) – L’analyse généalogique de traditions textuelles : présentation du module « Stemmatology » pour R

15h30 : Pause

  • 15h45 : Nicolas Mazziotta (ULiège) – Lire, choisir et découvrir, puis numériser : la part du philologue dans les nouvelles technologies
  • 16h30 : Pascale Renders (Université de Lille / Université de Liège)et Esther Baiwir (Université de Lille / Université de Liège) – Ancien picard, picard moderne : quelles ressources numériques ?
  • 17h15 : Paul Bertrand (UCLouvain) – Remarques conclusives

Université catholique de Louvain

mardi 8 mai 2018

Ateliers

  • 9h30 : Atelier no 1 – Initiation à l’analyse de réseaux, org. par Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent), Nicolas Ruffini-Ronzani (UNamur / UVSQ)etJohannes Preiser-Kapeller (Österreichische Akademie der Wissenschaften)

12h30 : pause de midi

  • 14h00 : Atelier no 2 – Initiation à la fouille de texte, à l’analyse sémantique et à la stylométrie, org. par Jeroen De Gussem (UGent), Sébastien de Valeriola (UCLouvain / UGent) et Nicolas Perreaux (Goethe Universität Frankfurt am Main)

Pour plus d’informations : « Humanités numériques : de nouveaux outils pour le médiéviste », Journée d’étude, Calenda, Publié le vendredi 23 mars 2018, https://calenda.org/437094

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Moyen Âge et séries[délai:31/07/2018]

La revue Médiévales : Langues, Textes, Histoire envisage la publication en 2020 d’un numéro thématique provisoirement intitulé « Moyen Âge et séries ». Ce numéro thématique sera coordonné par Alban Gautier (Université de Caen Normandie) et Laurent Vissière (Sorbonne Université). Les contributions pourront proposer soit des études de cas appuyées sur une bibliographie critique, soit des réflexions plus théoriques illustrées par l’analyse d’exemples précis. Il n’y a aucune exclusive dans les disciplines et les approches : nous accepterons les propositions de spécialistes de littérature, histoire, filmologie, sociologie, histoire de l’art, médialogie, langues et civilisations étrangères, philosophie, sciences politiques, etc.

ANNONCE

Argumentaire

La revue Médiévales : Langues, Textes, Histoire envisage la publication en 2020 d’un numéro thématique provisoirement intitulé « Moyen Âge et séries ».

Les séries occupent une place croissante dans les pratiques culturelles contemporaines, et plusieurs d’entre elles ont à voir avec la période médiévale. Il peut s’agir en premier lieu de la mise en scène d’un épisode historique, d’une période donnée, de la vie d’un personnage célèbre, voire de l’adaptation d’une œuvre littéraire médiévale ou ayant pour cadre le Moyen Âge – ce qui implique un travail documentaire plus ou moins scientifique. Il existe aussi, bien entendu, un Moyen Âge de fantasy, fantastique et fantaisiste, mais que le spectateur reconnaît néanmoins comme « moyenâgeux ». Certaines séries, enfin, comportent des références plus subtiles et moins immédiatement intelligibles à des œuvres ou des événements de la période médiévale.

Quel que soit l’objet de leur travail, les scénaristes et les réalisateurs peuvent appréhender le Moyen Âge à travers les sources primaires et les travaux des historiens, mais ils se référent aussi souvent, et sans le dire, à des passeurs comme Shakespeare, Walter Scott ou Tolkien – pour ne citer que trois noms qui, par leur influence sur la culture anglophone, jouent un rôle majeur dans la vision du Moyen Âge que véhiculent aujourd’hui les séries télévisées. Ils sont également amenés à faire un important travail de reconstitution, concernant aussi bien les vêtements, les objets et même les gestes de la vie quotidienne, que la parole, la musique et tout ce qui relève de la bande-son. Ils traitent ainsi, et pas forcément de manière ridicule, de champs historiques longtemps délaissés par la recherche médiévale, mais aujourd’hui en plein essor (culture matérielle, anthropologie, paysages sonores, etc.).

Les productions culturelles qui pourront faire l’objet de contributions dans ce numéro de Médiévales sont de nature très variée. On retiendra comme objets d’étude des séries télévisées ou produites pour des plateformes de vidéo à la demande ; les séries « patrimoniales » des chaînes de télévision françaises ou étrangères ou des séries récentes, à grand succès ou non. Il convient dans tous les cas que les œuvres considérées répondent à quatre critères : 1. sérialité (de la mini-série de cinq ou six épisodes au feuilleton-fleuve) ; 2. production pour les écrans (en dehors du grand écran et des jeux vidéo) ; 3. dimension fictionnelle (séries documentaires et docu-fictions seront a priori exclus) ; 4. rapport au Moyen Âge.

Le rapport à l’histoire (comme passé et comme science), la variété des représentations du Moyen Âge, la nature de la « médiévalité » et de ce qui « fait Moyen Âge » dans les séries, à la fois dans la conception et dans la réception, font partie des thèmes qui pourront être abordés. Le Moyen Âge est ici défini dans son sens habituel en France, comme la période allant du Ve au XVe siècle, mais rien n’empêche de l’étendre en amont et en aval du moment que l’œuvre étudiée relève d’une forme de Moyen Âge. En termes de géographie, on aura le loisir de traiter des séries venues d’aires culturelles éloignées (par exemple asiatiques), pour lesquelles des codes narratifs et visuels installent le spectateur dans ce qu’il identifie spontanément comme un Moyen Âge. Par ailleurs, on pourra s’intéresser à la réutilisation d’œuvres médiévales dans des séries traitant d’autres périodes ou d’autres mondes – comme la transposition d’un schéma arthurien dans le monde contemporain, ou des péripéties inspirées de la guerre de Cent Ans sur une autre planète.

Enfin, des médiévistes de toutes disciplines sont impliqués dans la production de certaines séries, comme experts pour l’écriture ou la révision des scénarios, voire sur les tournages eux-mêmes. De plus en plus nombreux, les chercheurs étudiant le Moyen Âge s’intéressent aux séries : c’est parmi eux que se recrutent la plupart des spécialistes de ce champ de recherche qu’on appelle désormais le médiévalisme. La constitution des séries médiévalisantes en objet d’étude et domaine d’activité des médiévistes pourra aussi être abordée par les contributions. Cette redéfinition progressive du champ de la médiévistique porte des implications politiques et sociétales qui méritent d’être analysées : entre scientificité et médiation à destination du « grand public », il y là a une dialectique qui n’est pas dépourvue d’ambiguïtés. Pensons aussi à l’enseignement du Moyen Âge à l’école et à l’université, en France et dans le monde : la place qu’y tiennent les séries n’est plus négligeable.

Les contributions pourront proposer soit des études de cas appuyées sur une bibliographie critique, soit des réflexions plus théoriques illustrées par l’analyse d’exemples précis. Il n’y a aucune exclusive dans les disciplines et les approches : nous accepterons les propositions de spécialistes de littérature, histoire, filmologie, sociologie, histoire de l’art, médialogie, langues et civilisations étrangères, philosophie, sciences politiques, etc.

Ce numéro thématique sera coordonné par Alban Gautier (Université de Caen Normandie) et Laurent Vissière (Sorbonne Université).

Le calendrier prévisionnel est le suivant :

  • 31 juillet 2018 : date limite pour la remise des projets de contribution ;
  • septembre 2018 : sélection des contributions, envoi des réponses aux postulants ;
  • 31 mars 2019 : date limite pour la remise des articles ;
  • avril-septembre 2019 : relecture et expertise des articles par les coordinateurs et par le comité de rédaction de la revue ;
  • 30 novembre 2019 : date limite pour la remise des articles révisés ;
  • juin 2020 : parution du numéro, d’abord en volume, puis en ligne sur les plateformes OpenEdition et Cairn.

Dans un premier temps, nous demanderons donc aux personnes désireuses de proposer un article pour ce numéro d’envoyer aux deux coordinateurs (alban.gautier@unicaen.fr et lvissiere@gmail.com) un bref CV (1 page) et un projet de contribution (2 pages) exposant clairement l’angle choisi pour l’étude d’un des aspects mis en avant par le présent appel à communication. Ces deux documents sont à renvoyer avant le 31 juillet 2018.

Pour plus d’informations : « Moyen Âge et séries », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 28 mars 2018, https://calenda.org/437754

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Soutenance:Exploitation minière et implantation castrale en Dauphiné médiéval (Xe-XVe siècle) Surveiller, organiser et prélever la production minière, Benjamin Oury:14/03/2018, Université Lyon 3.

La soutenance de thèse de M. Benjamin Oury, doctorant au CIHAM, se tiendra
Mercredi 14 mars 2018 à 14h
Salle de la Rotonde, Université Lyon 3 (6e étage)
18 rue Chevreul, 69007 LYON

Sujet : Exploitation minière et implantation castrale en Dauphiné médiéval (Xe-XVe siècle) : Surveiller, organiser et prélever la production minière

Examinateurs :
Catherine Verna, Professeure des Universités, Université Paris 8, EA 1571
Jean-Michel Poisson, Maître de Conférence, EHESS Lyon, CIHAM UMR 5648
Laurent Schneider, Directeur de Recherche, CNRS-EHESS Lyon, CIHAM UMR 5648
Rapporteurs :
Aline Durand, Professeure des Universités, Université du Maine, CRéAAH UMR 6566
Nicolas Carrier, Professeur des Universités, Université Jean Moulin, Lyon 3, CIHAM UMR 5648
Directeur :
Mathieu Arnoux, Directeur d’études, EHESS Paris, CRH UMR 8558

Résumé : Le contrôle des ressources minières est un enjeu d’impor-tance pour le pouvoir seigneurial qui, en plus d’un atout économique, en tire un certain prestige. En Dauphiné, les premières mines de métaux précieux sont exploitées au moins dès le Xe siècle dans des territoires où le relief facilite grandement la découverte et l’exploitation des filons. Les comtes d’Albon, intéressés par ces métaux, débutent leur conquête des ressources souterraines de leur territoire grâce aux donations similaires de l’empereur Frédéric Ier en 1155. Les mines de métaux non-précieux, mais très importants pour la société médiévale, comme le fer, sont aussi exploitées assez tôt dans les montagnes dauphinoises. En parallèle, les implantations castrales, multipliées depuis les environs de l’an Mil, sont le reflet de la prise de pouvoir progressive de seigneurs locaux et participent au contrôle des territoires. Le château, au-delà de son rôle militaire propre, fait office d’édifice multifonctionnel.
Ce sont de véritables relais du pouvoir comtal capables de surveiller et de défendre mais aussi d’administrer leur territoire, particulièrement en contexte minier. Cependant, les liens entre châteaux et exploitations minières ne sont pas forcément visibles et dépendent souvent de la nature du gisement, précieux ou non, du degré de contrôle du territoire ou de sa topographie. À Brandes (Oisans, Isère) comme à L’Argentière, sites argentifères, le château est délaissé dès la fin de l’exploitation minière (fin XIIIe – début XIVe siècle), signe de liens étroits pour le pouvoir comtal entre mines et châteaux. Cela ne se vérifie pas dans les territoires pro- ducteurs de fer où les châteaux ont une autre vocation que protéger et encadrer la production minière : ils assurent la défense de la principauté (zones frontalières) et maintiennent l’autorité comtale auprès des populations.
La mise en place d’une nouvelle politique minière après la grande crise du milieu du XIVe siècle, avec l’octroi de concession nominatives et exclusives, bouleverse aussi la fonction du château qui n’a alors plus de rôle dans l’exploitation minière.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Les manuscrits hagiographiques du Nord de la France et de la Belgique actuelle à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle)[délai:01/06/2018]

À la fin du Moyen Âge, la production hagiographique manuscrite se transforme et connaît son dernier âge d’or entre le succès éditorial de la Légende dorée et l’arrivée de l’imprimerie. De nombreux textes anciens sont abrégés pour intégrer de nouvelles collections. Ce phénomène est en partie responsable du relatif désintérêt des historiens à leur égard : à quoi bon s’intéresser à ces abrégés alors qu’il reste tant à découvrir dans les grands légendiers du Moyen Âge central, et qu’on commence à peine à mieux connaître les tout premiers manuscrits conservés[1] ? Un examen récent de l’immense œuvre hagiographique produite par Jean Gielemans (1427-1487) à l’abbaye de Rouge-Cloître au sud de Bruxelles, où il mit en chantier plusieurs manuscrits, permet de comprendre l’intérêt qu’il y a à explorer les collections tardives[2]. Chez le chanoine de Windesheim s’entremêlent à la fois des modèles hagiographiques anciens, l’exaltation patriotique du Brabant et une spiritualité marquée par la devotio moderna, trame dévotionnelle à l’œuvre dans de nombreuses communautés religieuses d’alors. Cependant, une telle entreprise ne saurait refléter la culture hagiographique de son temps, dans les Pays-Bas méridionaux et plus encore dans une large France du Nord, où existent peu d’études historiques sur la question. L’objectif de ces journées d’études est donc de mieux saisir la place du manuscrit hagiographique, entendu ici au sens large, dans cet espace à la fin du Moyen Âge, en prolongeant notamment les réflexions de Guy Philippart sur la fabrique et les usages des légendiers, à une période où la documentation susceptible de les appréhender est plus abondante, qu’elle se trouve dans les manuscrits eux-mêmes (prologues[3], colophons, marques d’appartenances, notes marginales etc) ou bien à l’extérieur (comptabilité, sources notariées, catalogues anciens)[4].

La parution toute récente dans le dernier volume d’Hagiographies d’une synthèse sur les œuvres produites dans l’espace belge, sous la plume de Valerie Vermassen pour l’hagiographie latine et de Werner Verbeke pour celle en vers et en moyen néerlandais offre un point de départ solide et invite à saisir ensemble les légendiers latins et vernaculaires, en moyen néerlandais comme dans les parlers d’oïl[5]. De ce point de vue, après les remarques fondatrices de Paul Meyer sur les légendiers vernaculaires, les études des romanistes ont jeté une lumière nouvelle sur ces manuscrits et leurs textes[6]. La situation linguistique du nord de la France et de la Belgique induit nécessairement un travail collaboratif, seul à même de faire réfléchir collectivement à la circulation des modèles et des traductions, aux conditions matérielles de la circulation des textes hagiographiques, mais aussi à l’usage de ces manuscrits, dans le cadre de la pastorale et des pratiques cultuelles collectives comme dans celui de l’affirmation de l’individu à la fin du Moyen Âge.

Il s’agira de procéder à l’examen d’un ou de plusieurs manuscrits hagiographiques, mais aussi de rassembler des témoignages anciens sur l’usage de la littérature hagiographique et de ses manuscrits en veillant toujours au contexte de leur production et de leurs usages, au choix et à l’agencement de leurs textes, afin de saisir le rôle de l’hagiographie dans les pratiques culturelles et sociales à l’aube de la modernité. Dans un tel cadre relativement souple, quatre points peuvent être soulevés, sans prétendre à l’exhaustivité :

Typologie de la circulation de l’hagiographie

Dans la longue durée de l’histoire des manuscrits hagiographiques, on trouve généralement à côté des grands légendiers per circulum anni des légendiers thématiques consacrés par exemple à des saintes femmes, des apôtres ou bien encore des ascètes. On prendra en compte aussi bien ces catégories que les libelli consacrés à un nombre restreint de saints. On inclura également les recueils hybrides, les miscellanées, et plus largement, l’association des textes hagiographiques avec d’autres types de textes, qu’ils soient littéraires ou non. On privilégiera ainsi l’étude de l’insertion de récits hagiographiques dans des documents diplomatiques, dans des compilations juridiques, dans des livres municipaux qui permettent d’étudier l’appropriation qui a pu être faite de l’hagiographie dans l’espace public à la fin du Moyen Âge, au-delà du seul monde ecclésial. De même, les premiers imprimés hagiographiques et leur relation avec la production manuscrite pourront être étudiés. D’une manière générale, on veillera aussi aux aspects matériels de ces manuscrits en étudiant leur mise en page, leur décoration afin d’éclairer au mieux leurs fonctions.

Dispositif liturgique et culte des saints

On pourra explorer le lien entre culte des saints et manuscrits hagiographiques. La place de ces manuscrits dans les pratiques liturgiques n’est pas évidente et si des légendiers ont vu leurs textes découpés en leçons dans un second temps, beaucoup d’entre-eux n’ont jamais été utilisés dans un cadre liturgique. Quels rapports entretiennent-ils avec les reliques qu’on trouve dans l’établissement pour lequel ils ont été produits et utilisés ? Comment le manuscrit hagiographique s’articule-t-il au sanctoral de l’abbaye tel qu’on peut le connaître au travers des manuscrits liturgiques ? Dans une telle perspective, les lectionnaires et les bréviaires, dans lesquels les textes hagiographiques se trouvent découpés et normalisés pourront être appréhendés.

Public et utilisation

Pour qui les manuscrits hagiographiques ont-ils été produits, dans quel but, à quel besoin répondent-ils dans un premier temps ? L’étude de leurs provenances et de leurs origines permet de faire réfléchir à la destination de ces manuscrits, tout comme le choix des textes qui les composent permet d’éclairer les buts et les usages attendus de leurs commanditaires. On peut envisager, à l’échelle d’une même ville ou d’une même région ou bien encore d’un même ordre monastique, d’appréhender toute la production de manuscrits hagiographiques afin de mettre en lumière des tendances en fonction de chacun des milieux de production. L’étude de la langue et des traductions opérées peut aussi éclairer ces points et permettre de mieux cerner sinon le public, du moins l’horizon d’attente des collections, si ce n’est repérer des individus à l’œuvre derrière la commande et l’utilisation de tel ou tel manuscrit.

Quels textes circulent ?

S’il s’agit de ne pas négliger le support matériel qu’est le manuscrit hagiographique, c’est bien son contenu qui sera au cœur de ces journées. Comment les textes sont-ils choisis ? À quelle époque ont-ils été composés, sont-ils réécrits ? Les modèles de sainteté qu’ils véhiculent seront ainsi appréhendés en mesurant la proportion entre la production hagiographique ancienne et les saints et les textes plus récents. Quand un établissement donné met en chantier un légendier, quel est le rapport entre celui-ci et les collections hagiographiques déjà présentes ? On ne négligera pas du reste les traces de l’utilisation, à la fin du Moyen Âge, de manuscrits produits dans les siècles précédents, qui peuvent-être relus, supplémentés, rendus plus maniables (tables, foliotation, normalisation linguistique etc). Quant aux légendiers d’auteurs, dont la Légende dorée et ses traductions, on sera attentif aux marques d’appropriation, à leurs adaptations locales, à leurs suppléments éventuels. Bref, il s’agit de comprendre la logique interne des collections, l’idéologie qui les sous-tend, toujours en lien avec le contexte politique et social dans lequel elles sont nées.

Conditions de soumission

Les propositions de communication (500 mots maximum, en français ou en anglais), sont à envoyer

avant le 1er juin 2018.

Nous vous ferons savoir dans le meilleur délai si votre proposition est retenue.

Contact : fernand.peloux@unamur.be

Dates

  • 30 novembre 2018(Université de Lille)
  • 21 mars 2019 (UNamur)
  • 22 mars 2019 (UCL)

Pour plus d’informations : « Les manuscrits hagiographiques du Nord de la France et de la Belgique actuelle à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 05 mars 2018, http://calenda.org/435206

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Appel à contribution:Quand le fait religieux travaille les identités:29/06/2018,Journée d’étude des doctorants du CéSor, EHESS,Paris[délai:19/03/2018]

Au centre des problématiques sociétales contemporaines, les mots « religion », « identité », « laïcité » et « sécularisation », dont les acceptions diverses et parfois antagonistes reviennent inlassablement dans les débats, ne cessent d’interroger le chercheur·e. Souvent instrumentalisé, leur usage dans les débats publics est souvent basé sur des conceptions anhistoriques et essentialistes, comme si ces termes désignaient en soi des réalités empiriques. L’objectif de cette journée d’étude consacrée aux discours, pratiques, et subjectivités des acteurs religieux est de rassembler les étudiant·e·s et jeunes chercheur·e·s (doctorant·e·s, jeunes docteur·e·s, post-doctorant·e·s) en sciences humaines et sociales et de susciter des réflexions et analyses pluridisciplinaires. En valorisant la pluralité des approches, des époques et des aires culturelles, il s’agira d’interroger aussi bien les discours et pratiques que de réfléchir aux formes d’appartenances et d’identifications, collectives et individuelles, privées et publiques, qui en découlent.

ANNONCE

Journée d’étude des doctorants du CéSor du vendredi 29 juin 2018

Argumentaire

Au centre des problématiques sociétales contemporaines, les mots « religion », « identité », « laïcité » et « sécularisation », dont les acceptions diverses et parfois antagonistes reviennent inlassablement dans les débats, ne cessent d’interroger le chercheur.e. Souvent instrumentalisé, leur usage dans les débats publics est souvent basé sur des conceptions anhistoriques et essentialistes, comme si ces termes désignaient en soi des réalités empiriques. L’objectif de cette journée d’étude consacrée aux discours, pratiques, et subjectivités des acteurs religieux est de rassembler les étudiant.e.s et jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s) en sciences humaines et sociales et de susciter des réflexions et analyses pluridisciplinaires. En valorisant la pluralité des approches, des époques et des aires culturelles, il s’agira d’interroger aussi bien les discours et pratiques que de réfléchir aux formes d’appartenances et d’identifications, collectives et individuelles, privées et publiques, qui en découlent.

Longtemps perçue comme inéluctable, l’idée d’un « désenchantement du monde » (Weber, 1917 ; Gauchet, 1985), engendrée par le « rêve moderniste » (Geschiere, 2007), est appréhendée comme la prise de distance à l’égard de la pratique religieuse et des croyances. Or, la revitalisation des grands monothéismes (Hervieu-Léger, 1990) et l’essor de nouvelles formes de religiosités conduisent à repenser les catégories et cadres d’analyse ainsi que les conceptions du croire et du faire croire (Piette, 1999 ; Aubin-Boltanski et al. 2014). Les bouleversements géopolitiques auxquels nous assistons, marqués systématiquement par le pluralisme et pouvant certes s’expliquer par divers facteurs sociaux-culturels, économiques et politiques, donnent aussi à voir la manière dont la religion, source de tensions à l’échelle mondiale, travaille les questions identitaires. En effet, des exemples tirés de l’actualité plus ou moins récente font ainsi apparaitre des interactions entre pluralisme, sécularisation(s) et mécanismes de constructions identitaires, qu’il s’agisse de défendre sa propre spécificité ou une unité culturelle, d’établir des connexions diasporiques et transnationales en fonction des affinités et/ou des alliances dogmatiques, de développer des revendications ou de faire entendre une voix. Évoquons par exemple, les « printemps arabes » (2011), l’usage et l’instrumentalisation des « racines chrétiennes » en Europe, ainsi que les tensions inter et intraconfessionnelles et conflits ethnico-religieux dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, notamment. La prolifération des religions missionnaires (évangéliques et (néo)pentecôtistes), des « nouvelles spiritualités » (New-Age, néopaganisme et chamanisme), des cultes syncrétiques (type Bwiti fang du Gabon), des Églises prophétiques (harristes, kimbanguistes) et des cultes afro-brésiliens ou afro-cubains, qui transforme fondamentalement les paysages socioreligieux, est également basée sur une constellation de sous-ensembles fondés sur des polarités identitaires diverses.

Si l’articulation des questions religieuses et identitaires se pose avec une acuité particulière dans les sociétés contemporaines (Lamine, 2004), les débats qu’elle engendre ne sont pourtant pas propres à celles-ci. Ils ont traversé les époques et les générations, même si leur évocation semble aujourd’hui parfaitement banalisée. Les transformations et les évolutions des sociétés peuvent être analysées au prisme des identités, négociant un espace entre tradition religieuse et passé d’une part, dynamiques présentes et (re)définitions nouvelles d’autre part. On pourrait tout aussi bien citer comme exemples, dans une perspective plus historique, les croisades du Moyen-Âge, les conversions religieuses (spontanées ou forcées) des temps modernes, les missions catholiques aux xviet xviisiècles ainsi que celles des Églises issues de la Réforme au xviiisiècle et en particulier à la fin du xixsiècle… autant d’exemples qui donnent à voir les tensions et contradictions qui se nouent dans l’articulation entre « identité » et « appartenance religieuse ».

Comment et de quelles manières le religieux travaille-il les identités ? Comment les discours, les pratiques, les représentations religieuses et spirituelles (re)définissent-ils les contours des identités nationales, ethniques, de classe, de genres et/ou de sexualités ? Quelles sont les dynamiques sociales – individuelles et collectives – à l’œuvre ? Quels engagements et mobilisations donnent-ils à voir ?

Il s’agit là de pistes d’analyse non exhaustives, applicables à toutes les périodes historiques et à des champs d’investigation pluriels (la classe, le genre, l’« ethnico-racial », l’orientation sexuelle, etc.), sur des terrains sans exclusive géographique, à partir desquels penser l’articulation entre questions religieuses et mécanismes de constructions identitaires.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Lors de cette journée d’étude nous aurons l’occasion de mettre en commun et de confronter nos savoirs théoriques, nos corpus et données empiriques. Les propositions de communication se feront sous la forme d’un résumé de 300 à 500 mots et sont à envoyer par courriel

au plus tard le 19 mars 2018 

à l’adresse suivante : jedoctorantcesor@gmail.com

Elles comporteront un titre, cinq mots-clés, une brève présentation de l’auteur.e et doivent idéalement s’articuler autour de l’un des deux axes suivants :

  1. Pluralisme religieux et mécanismes de constructions identitaires
  2. Engagements et mobilisations

Pour plus d’informations : « Quand le fait religieux travaille les identités », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 mars 2018, http://calenda.org/434761

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Fouille, étude et inventaire : les grands ensembles mobiliers en archéologie préventive:22-23/03/2018, Université de Caen

En prenant l’exemple des immenses dépotoirs urbains de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, cette table ronde envisagera de manière pluridisciplinaire le traitement des grands ensembles de mobilier archéologique.

Au cours des deux dernières décennies, la généralisation des méthodes de fouille et d’étude des grands ensembles mobilier a permis d’enrichir de façon très conséquente nos corpus. Mais elle a également induit un accroissement important des temps et des coûts de fouille, d’étude et d’inventaire, le tout dans le contexte contraint d’opérations archéologiques préventives et de mise en concurrence des différents opérateurs depuis la loi de 2003.
La problématique visée est de confronter les méthodologies et les attentes des différents acteurs de l’archéologie préventive (Drac, Inrap, collectivités, entreprises privées, musées, etc.) par rapport à la fouille, l’étude et l’inventaire du mobilier archéologique, et tout
particulièrement des grands lots de matériel issus des chantiers archéologiques.
Cette table ronde a pour objectif de nous interroger sur nos capacités à traiter la masse des données de terrain, au travers de multiples exemples concrets dans de nombreux domaines. L’accent sera porté sur les méthodologies à adapter selon les cas (type de
mobilier, d’artisanat, de terrain, etc.) dans le but de dégager des perspectives pour l’avenir, en discutant des finalités scientifiques, des méthodes et des moyens mis en œuvre.

Programme

22/03

Bât. D, salle du Belvédère, DR 408

9h-12h

Introduction

  • Bénédicte Guillot (Inrap, Craham)

La fouille des grands dépotoirs publics à Rouen. Avantages et inconvénients de la fouille en carroyage

  • Gilles Deshayes (Made, Craham)

Les terres cuites architecturales

[pause déjeuner]

14h-18h

  • Élisabeth Lecler-Huby (Inrap, Craham)

Les grands ensembles céramiques en contexte de dépotoir ou d’habitat

  • Alban Horry (Inrap, Arscan)

Les ateliers de potiers

[pause]

16h15

  • Sébastien Gaime (Inrap, Géolab)

Le mobilier métallique

  • Nolwenn Zaour (Inrap, Iramat, LMC)

La paléo-métallurgie

18h15

Apéritif-discussion : « Que faire du mobilier d’époque contemporaine ? Exemple du camp et hôpital de la seconde guerre mondiale, la Touchelais à Savenay (44) ».
Antoine Le Boulaire (Inrap, CReAAH) et Édith Peytremann (Inrap, Craham).

23/03

Bâtiment F, Amphithéâtre de la MRSH

9h-12h

  •  Benoît Clavel (CNRS, MNHN), Anaïs Chalant (MNHN, Labex BCDiv)

La faune, la micro-faune, l’ichtyologie : quels prélèvements ?

  • Vincent Bernard (CNRS, CReAAH)

Les bois

  • Luc Bourgeois (Unicaen, Craham)

Un regard archéologique sur la gestion des déchets dans une ville contemporaine : le Garbage Project, Tucson (Arizona)

Pour plus d’informations : « Fouille, étude et inventaire : les grands ensembles mobiliers en archéologie préventive », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 21 février 2018, http://calenda.org/434526

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Colloque:Les femmes dans les chansons lyriques de croisade en langue vulgaire:Liège, Belgique, 1-2/03/2018

Les chansons lyriques de croisade constituent un corpus littéraire encore relativement peu étudié. La place des femmes est pourtant importante dans ces textes dont elles sont, avec la Terre sainte, un enjeu considérable : ce sont elles que l’on quitte, dans l’espoir, parfois ténu, d’un amour plus grand ; c’est vers elles que l’on part ou que l’on revient ; c’est leur souvenir qui accompagne le croisé. Source par elle-même d’importants bouleversements, l’entreprise de la croisade vient aussi réinterroger la place des femmes dans la société : leur fonction de régente sur les territoires du croisé, leur participation aux expéditions et à l’œuvre de salut chrétien, et leur éventuel affranchissement de la puissance masculine.

ANNONCE

Présentation

Les chansons lyriques de croisade constituent un corpus littéraire encore relativement peu étudié. La place des femmes est pourtant importante dans ces textes dont elles sont, avec la Terre sainte, un enjeu considérable : ce sont elles que l’on quitte, dans l’espoir, parfois ténu, d’un amour plus grand ; c’est vers elles que l’on part ou que l’on revient ; c’est leur souvenir qui accompagne le croisé. Source par elle-même d’importants bouleversements, l’entreprise de la croisade vient aussi réinterroger la place des femmes dans la société : leur fonction de régente sur les territoires du croisé, leur participation aux expéditions et à l’œuvre de salut chrétien, et leur éventuel affranchissement de la puissance masculine.

Programme

Jeudi 1er mars 2018

9h Accueil des participants

9h30 Ouverture du colloque

  • Annick Delfosse, Vice-doyenne à la Recherche à l’Université de Liège
  • Laure Fagnart, Directrice de l’Unité de recherche Transitions
  • Nadine Henrard, Présidente du Département de Langues et littératures françaises et romanes
  • Introduction par Marjolaine Raguin

Matinée sous la présidence de Gérard Gouiran

10h-11h

  • Danielle Buschinger (Université d’Amiens, France) Amour de la dame et amour de Dieu dans la chanson de croisade des pays de langue allemande
  • Wendy Pfeffer (University of Louisville, États-Unis d’Amérique) L’anneau en question : trois textes et une image en commun

Pause

11h30-12h30

  • Julien Maudoux (Université de Bordeaux, France) Les femmes dans les chansons de croisade : du lexique au discours
  • Elena Muzzolon (Università degli Studi di Padova, Italie) « Conment vivra cors seus ? ». La femme proche et lointaine dans les chansons de croisade

Déjeuner 

Après-midi sous la présidence de Linda Paterson

14h30-16h00

  • Angelica Rieger (RWTH Aachen University, Allemagne) Conon de Béthune entre oc et oïl 
  • Anne Ibos-Augé (Conservatoire de musique de Perpignan, France) « Se mes cors va servir nostre signour, pour çou n’ai pas bonne amour oubliee ». La lyrique de la croisade possède-t-elle une « voix musicale féminine » propre ?
  • Francesco Saverio Annunziata (Università Federico II di Napoli, Italie) L’elogio della dama e la propaganda crociata. Interferenze registrali in alcuni testi trobadorici relativi a Federico II di Svevia.

Pause

16h30-17h30

  • Meritxell Simó Torres (Universitat de Barcelona, Espagne) Les chansons de croisade chez les romanciers du XIIIe siècle
  • Marjolaine Raguin (Université de Liège, Belgique) Les voix de femmes dans les chansons lyriques de croisade : un écho de la prédication ?

Vendredi 2 mars 2018

8h30 Accueil des participants

Matinée sous la présidence de Danielle Buschinger

9h-10h30

  • Marie Guérin (Université Paris-Sorbonne, France) Et chascuns dit : « Ma fame, que fera ? ». Regards croisés sur la participation des femmes à la quatrième croisade
  • Emma Bahillo (Universidad de Valladolid, Espagne) La séparation des amants : émotions et voix féminines dans la chanson lyrique de croisade
  • Sophie Albert (Université Paris-Sorbonne, France) Hélène à la croisée des genres dans le manuscrit de Turin, Biblioteca Nazionale, L-II-14 (1311)

Pause

11h-12h30

  • Luca Gatti (Università di Parma, Italie) Les interférences attributives « du genre » dans la tradition des chansons lyriques à voix féminine en langue d’oïl
  • Patricia Gillies (University of Essex, Royaume-Uni) La croisade n’aura pas lieu: les femmes qui barrent le chemin dans les chansons de croisade de Bertran de Born 
  • Roy Rosenstein (The American University of Paris, France) Belle parleüre? Le statut de la chanson de croisade / chanson de femme R21

Déjeuner

Après-midi sous la présidence d’Angelica Rieger

  • 14h30-15h Earl Jeffrey Richards (Bergische Universität Wuppertal, Allemagne) La figure de de la guerrière dans Le ditié de Jehanne d’Arc de Christine de Pizan
  • 15h-16h Conférence de clôture Sophie Marnette (University of Oxford, Royaume-Uni) Voix de Femmes dans les textes médiévaux : Une approche narratologique et linguistique.

16h Conclusions et clôture officielle du colloque

LIEUX

  • Salle des Professeurs, Liège Université – 7 Place du 20-août
    Liège, Belgique (4000)

Pour plus d’informations: « Les femmes dans les chansons lyriques de croisade en langue vulgaire », Colloque, Calenda, Publié le mardi 20 février 2018, http://calenda.org/434599

 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Publication – C.H . Lawrence, « Le Monachisme médiéval. Formes de vie religieuse en Europe occidentale au Moyen Âge », trad. fr. Nicolas Filicic

Publication – C.H . Lawrence, « Le Monachisme médiéval. Formes de vie religieuse en Europe occidentale au Moyen Âge », trad. fr. Nicolas Filicic

Au IVe siècle, le monachisme fait une timide apparition en Occident, à la faveur des récits de pèlerins et d’évêques orientaux réfugiés en Europe. Quelques siècles plus tard, il occupe une place incontournable dans la société médiévale. L’ouvrage de C. H. Lawrence raconte le prodigieux essor de ce mouvement, ainsi que les nombreuses formes de vie religieuse auxquelles il a donné naissance.

Le moine, selon la célèbre Règle établie par saint Benoît au VIe siècle, partage sa journée entre la prière, le travail et l’étude. Mais la nécessité de gérer des monastères au patrimoine et aux revenus toujours plus importants, de répondre aux sollicitations des pouvoirs temporel et ecclésiastique, d’accorder une place aux femmes dans les maisons religieuses, ou encore de faire face à l’apparition de l’université obligèrent parfois les religieux à déroger aux exigences premières de la vie monastique. Au cours du Moyen Âge, de l’Irlande à l’Italie, les hommes et les femmes vouant leur vie au service de Dieu apportèrent de multiples réponses aux défis posés par ces évolutions. Ces réponses donnèrent naissance à autant de mouvements religieux (Cluny, Cîteaux, Grandmont, Sempringham… ; chanoines, templiers, frères prêcheurs…) dont C. H. Lawrence dresse un portrait saisissant de force et de vitalité.

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Séminaire:Le genre au Moyen Âge, Paris, 15/02, 09/03, 12/04, 24/05, 14/06.

Le genre au Moyen Âge

Phénomènes, pratiques, constructions pour une histoire culturelle

Ce séminaire interdisciplinaire se propose de rassembler des jeunes chercheur·e·s et des chercheur·e.·s confirmé·e·s en histoire médiévale qui font du genre leur objet d’étude, ou qui l’utilisent comme un outil dans leurs recherches. Le but du séminaire est de se focaliser sur la réflexion identitaire et genrée au Moyen Âge. C’est pourquoi les approches d’histoire intellectuelle et culturelle ont été privilégiées. Néanmoins, les autres disciplines et les objets d’études mis en discussions seront également mobilisés.

Argumentaire

Ce séminaire interdisciplinaire se propose de rassembler des jeunes chercheur·e·s et des chercheur·e.·s confirmé·e·s en histoire médiévale qui font du genre leur objet d’étude, ou qui l’utilisent comme un outil dans leurs recherches.

Le but du séminaire est de se focaliser sur la réflexion identitaire et genrée au Moyen Âge. C’est pourquoi les approches d’histoire intellectuelle et culturelle ont été privilégiées. Néanmoins, les autres disciplines et les objets d’études mis en discussions seront également mobilisés.

Chaque session sera ouverte par l’exposé des recherches d’un.e intervenant.e confrontées à un.e discutant.e. la format choisi permettra de favoriser le dialogue ouvert avec les assistant.e.s, ainsi qu’une prédisposition à la réflexion plurielle. Ce séminaire a vocation à être largement ouvert, puisque la présence des membres de l’EHESS sera combinée avec celle de chercheur.e.s appartenant à des institutions françaises et étrangères, ce qui permettra d’élargir davantage le dialogue entre disciplines, cadres chrono-géographiques et méthodologies.

Les objectifs principaux de cet évènement scientifique seront:
De créer l’espace pour une réflexion sur l’étude du Moyen Âge à partir de la perspective du genre.
De créer un dialogue interdisciplinaire qui permette d’offrir une vision complémentaire de chacun des aspects et sous-thèmes compris dans ce cadre général.
De mettre en contact des doctorant.e.s, des postdoctorant.e.s et des chercheur.e.s confirmé.e.s qui mènent actuellement leur recherche sur ces thèmes et qui appartiennent à des institutions françaises et étrangères.
De présenter des recherches et des travaux en cours de tous niveaux pour les mettre en discussion avec des chercheur.e.s confirmé.e.s et d’autres membres de la communauté.
De confronter des points historiographiques et des outils de recherche (analogiques ou numériques), afin de découvrir des nouvelles voies méthodologiques pour l’étude du genre au Moyen Âge.
E construire un espace d’échanges autour d’informations concernant ces questions, pour ainsi favoriser l’émergence d’un réseau dynamique d’associations, de groupes de recherche qui puisse mettre en commune, des analyses lors de colloques ou des journées d’études, et partager une visibilité de la recherche du genre au Moyen Âge, à Travers la mise en commun de publication ou d’appels à contributions

L’histoire du genre jouit actuellement d’une production fructueuse, malgré une diffusion hétérogène de la réflexion académique, plus dynamique dans le monde anglo-saxon que dans l’Europe méridionale. Ce dynamisme montre l’intérêt évident qu’ont les chercheur.e.s à se saisir d’un sujet qui se concentre sur les représentations ou les rôles sociaux différenciés selon le genre. L’organisation de ce séminaire vise à créer un espace de discussion sur ces questions, pour ainsi combler un vide dans l’histoire médiévale, pour débattre et confronter les nombreuses publications dans les dernières décennies (C. Klapisch-Zuber et Herlihy, D., Les Toscans et leurs familles. Une analyse du catasto florentin de 1427 , Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1978; D. Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre XIIe-XVe siècle, Paris, Armand Colin, 2013),

Ce premier séminaire annuel du genre au Moyen Âge voudrait s’interroger particulièrement sur la construction et la déconstruction des identités genrées afin de questionner les relations existantes entre individualité et collectivité. Cette thématique permet également de questionner les mondes des croyances et du religieux (sorcellerie, vie monastique et liturgie, hagiographies, hérésies), qui seront présentes dans la plupart des sessions. En ce sens, la thématique choisie s’inscrit dans les travaux menés par le Groupe Histoire du Genre du CRH, dont un axe de recherche est intitulé Histoire des croyances et des pratiques religieuses, institutions religieuses et dissidence.

Programme

15 Février 2018, 13h-15h

Salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris

Introduction: Penser le Moyen Âge à travers le genre

  • Laura Cayrol-Bernardo (EHESS)
  • Charles de Miramon (EHESS)
  • Sergi Sancho Fibla (Aix-Marseille Université / CNRS)

9 Mars 2018,13h-15h

Salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris

Sorcellerie diabolique: un crime au féminin? L’importance du genre dans les premières accusations pour crime de sorcellerie en 13h-15h Europe (XVe s.)

  • Pau Castell (Universitat de Barcelona)
  • Disc. Maxime Perbellini (EHESS)

12 Avril 2018, 13h-15h

Salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris

Confusion des genres et distinction des sexes au Moyen Âge : l’anthropologie chrétienne des émotions

  • Damien Boquet (Aix-Marseille Université)
  • Emmanuel Bain (Aix-Marseille Université)
  • Disc. Chloé Maillet (EHESS)

24 Mai 2018, 13h-15h

Salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris

Cunning Men, Emotional Women and Viceversa: The Gendering of Inquisitorial Interrogations in the Late Middle Ages

  • Delfi Nieto-Isabel (Universitat de Barcelona)
  • Disc. Sergi Sancho Fibla (Aix-Marseille Université)

14 Juin 2018, 13h-15h

Salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris

Gender and Liturgical Space among Dominicans in Castile

  • Mercedes Pérez Vidal (Universität Düsseldorf)
  • Disc. Ghislain Baury (Univ. du Maine)

Pour plus d’informations : « Le genre au Moyen Âge », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 07 février 2018, http://calenda.org/432942

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Financement:Contrat post-doc, fondation Fyssen[délai:05/04/2018]

Objectifs et attribution des allocations post-doctorales

Objectifs
Les allocations d’études s’adressent à des chercheurs de niveau post-doctoral, travaillant dans les disciplines de recherche telles que l’éthologie, la psychologie, la paléontologie, l’archéologie, l’anthropologie sociale et la neurobiologie

Ces allocations  sont attribuées à des chercheurs de toutes nationalités, titulaires d’un doctorat étranger et qui souhaitent réaliser leur projet dans un laboratoire en France; ou titulaires d’un doctorat français qui souhaitent réaliser leur projet dans un laboratoire à l’étranger (sont exclus les pays d’origine et de co-tutelle)

Conditions d’éligibilité
Débuter grâce à ce financement son premier stage post-doctoral.
Avoir 35 ans maximum le jour de la clôture de l’appel à candidature.
Être titulaire d’un doctorat de moins de deux ans au 1er septembre de l’année de candidature ou bien soutenir sa thèse au plus tard le 31 décembre de l’année de candidature.
Le candidat doit impérativement avoir soutenu sa thèse avant de commencer son stage post-doctoral.
Pour les laboratoires d’accueil situés en France : le bénéficiaire accueilli dans le cadre d’un contrat à durée déterminée devra s’assurer qu’une convention de co-financement pourra être signée entre la Fondation et le laboratoire pour couvrir, à parts égales, le coût du salaire brut chargé.

Montant de l’allocation
Ces allocations, d’un montant annuel maximum de 30 000 euros, seront destinées à couvrir les frais d’hébergement, de séjour et d’assurance santé.

Durée de l’allocation post-doctorale
De 12 mois non renouvelables, ou de 24 mois sous réserve de l’approbation du Conseil Scientifique après l’examen d’un rapport en fin de première année.

Le stage post-doctoral devra débuter au plus tôt le 1er septembre de l’année de candidature , et au plus tard en janvier de l’année suivante.

Calendrier

13 février 2018 : mise en ligne des formulaires de candidature
5 avril 2018 : clôture des candidatures en ligne à 12:00 (midi) heure française (Gmt +1) ET date d’envoi du dossier papier complet en un exemplaire (strictement identique à la version web) à la Fondation par courrier (le cachet de la poste faisant foi).
Un email notifiant la bonne réception du dossier de candidature en ligne et du dossier papier sera adressé au candidat.
mi juillet 2018 : envoi des résultats par courrier.

Télécharger et imprimer les affiches concernant les allocations post-doctorales

Télécharger la liste des bénéficiaires d’allocations post-doctorales en 2017

Pour plus d’informations : http://www.fondationfyssen.fr/fr/bourses-detudes/objectifs-et-attribution/ 

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Journée d’étude:Déployer le texte biblique Les trames arborescentes et l’exégèse de la Bible de l’Antiquité au Moyen Âge :20/02/2018, Paris, Bibliothèque historique de la ville de Paris.

De l’arbre de la connaissance du bien et du mal en Genèse 2-3 à l’arbre de vie en Apocalypse 2, du chêne de Mambré en Genèse 12 au figuier maudit par Jésus en Marc 11, l’arbre est omniprésent dans les récits bibliques. C’est également comme image littéraire que l’arbre occupe une place majeure dans la Bible, que ce soit dans des récits de rêve comme le songe de Nabuchodonosor en Daniel 4, dans des paraboles comme celle du grain de moutarde en Matthieu 13 ou dans des poèmes comme le Psaume 1.

Or, dès ses débuts, l’exégèse biblique a fréquemment recours à l’image métaphorique, potentiellement structurante, de l’arbre et/ou de l’arborescence. En effet, l’arbre apparaît dans des commentaires de passages bibliques, comme Genèse 15, 2 pour lequel Philon d’Alexandrie fait intervenir la métaphore des graines, des racines et du tronc (Quis rerum divinarum heres sit, 34) ou I Corinthiens 15, dont Origène développe l’image végétale pour défendre la réalité de la résurrection (Contre Celse V, 18). Par-delà cet usage métaphorique, l’exégèse a également recours à l’arbre en tant que mode d’ordonnancement du texte, dont les étapes s’organisent selon une structure arborescente.

Cette double réalité imprègne également la production visuelle d’images. De fait, la primauté que la culture du XIIe siècle accorde à la vue a pour cause et conséquence d’exploiter activement tous les ressorts de l’imagination, notamment ceux qui rendent possible la production mentale de nouvelles images, de nouvelles associations d’idées et, par là, de nouveaux sens. Ainsi naît la pratique de plus en plus répandue de l’exégèse visuelle, qui consiste en la quête d’une signification supérieure via le rapprochement signifiant d’une image et d’un texte. Héritière directe de l’intérêt que le XIe siècle accorde aux arts libéraux, que la pensée augustinienne considère comme une propédeutique de l’exégèse chrétienne, l’exégèse visuelle progresse aux côtés de l’exégèse textuelle. Les structures arborescentes y opèrent comme des schémas heuristiques : en distinguant des idées et des concepts ou en permettant des rapprochements, au moins spatiaux, entre les éléments qu’elles contiennent, ces structures garantissent à celui qui les regarde/lit de comprendre la trame qui sous-tend le texte biblique.

Jonas à l’ombre de la coloquinte : l’interprétation de Jérôme

Tiphaine Lorieux, École Pratique des Hautes Études, Section des Sciences religieuses

Le réseau des paraboles végétales comme exégèse de la narration dans l’Évangile selon Marc

Antoine Paris, Université Paris-Sorbonne/Université de Montréal, Faculté de Littérature grecque et Département d’Études bibliques

Commodien : genèse et promesse du Bois de vie pour les lettres latines

Éric Pohlé, Université de Fribourg, Faculté de théologie

L’arbre comme cause de chute et source de salut dans l’exégèse patristique et médiévale

Cyriane Rohner-Ouvry, Université de Strasbourg, Faculté de théologie protestante

 

Images végétales dans l’exégèse carolingienne : les lettres de Paulin d’Aquilée et le Liber Manualis de Dhuoda

Luce Carteron, Université Sorbonne Nouvelle, Centre d’Études et de Recherches Antiques et Médiévales

Les Arbores significantes beatitudinum ordines de Lambert de Saint-Omer : configuration et mnémotechnique d’un outil exégétique tabulaire et arborescent

Naïs Virenque, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Exégèse, iconographie et arborescence : autour des ciboires du XIIe siècle

Eliana Magnani, CNRS, Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris

Le végétal arborescent comme stratégie discursive d’un dispositif visuel extérieur : le cas du portiro de la basilique San Zeno à Vérone

Mathieu Beaud, Institut National d’Histoire de l’Art

Voir, révéler et interpréter. L’arbre de Constance de Rabastens et les Écritures

Sergi Sancho Fibla, Université d’Aix-Marseille. CNRS, Labexmed, TELEMME

Pour plus d’informations : https://trarborescentes.sciencesconf.org/resource/page/id/45

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts

Atelier:Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale:28/05/2018 au 01/06/2018, CESCM de Poitiers[délai:15/03/2018]

Appel à candidature – Ecole thématique CNRS en épigraphie médiévale

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale organise du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 une école thématique  CNRS consacrée aux inscriptions médiévales. Elle entend fournir une formation théorique et pratique de haut niveau en épigraphie permettant le recensement, la lecture, l’exploitation et la conservation des inscriptions tracées sur pierre, bois ou métal au cours du Moyen Âge.

Présentation

Le Moyen Âge sait écrire ; le Moyen Âge aime écrire. L’idée d’une société médiévale tout à fait analphabète, étrangère aux pratiques de l’écriture, est fort heureusement obsolète, et la recherche des trente dernières années a démontré l’étendue, la variété et la richesse des usages de l’écriture au Moyen Âge, sous toutes ses formes et dans toute la diversité de ses acteurs.

Parmi les témoignages graphiques à la disposition des hommes et des femmes du Moyen Âge, on trouve également les inscriptions tracées sur pierre, métal, bois ou verre, placées à la façade des églises et des édifices publics, dans les cimetières, sur les œuvres d’art et offertes à la vue du plus grand nombre, partie intégrante du paysage vécu par la société médiévale. Ces sources épigraphiques bénéficient d’une longue tradition d’étude et de recherche pour l’Antiquité grecque et romaine ; elles restent en revanche très largement à interroger pour le Moyen Âge et constituent à ce titre un champ de recherche fécond.

Le paradoxe entre l’omniprésence des inscriptions, au Moyen Âge mais aussi aujourd’hui (sur les monuments, dans les musées, dans les dépôts de fouille) et leur utilisation très discrète jusqu’alors dans les études sur le Moyen Âge s’explique en grande partie par le nombre très réduit des formations en épigraphie proposées aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et aux professionnels dans le panorama académique français. Pour cette raison, et malgré son intérêt dans l’appréhension des formes médiévales de l’écriture, l’inscription reste encore un objet méconnu, voire anecdotique, parmi les productions culturelles du Moyen Âge utilisées comme sources de la connaissance. Difficiles à décrire, à lire, à dater, à traduire, à publier, à interpréter, à mettre en valeur, à conserver, la plupart des textes épigraphiques restent trop souvent dans les tiroirs de l’histoire.

Objectifs

Pour y remédier, l’école thématique CNRS qui se tiendra au CESCM du 28 mai au 1er juin 2018 propose l’acquisition des connaissances permettant de diffuser leur compréhension et leur utilisation tant dans le monde scientifique que patrimonial. Cette école thématique présente six objectifs principaux :

1- Présenter la documentation épigraphique du Moyen Âge sous toutes ses formes, matériaux, supports, contenus, fonctions, états de conservation.

2- Découvrir l’objet épigraphique dans toutes ses dimensions (matérielles, graphiques et textuelles) en apprenant à recenser, à décrire, à lire, à relever, dessiner, photographier les inscriptions, ainsi qu’à les replacer dans leur contexte initial d’exposition ou d’utilisation (grâce à l’archéologie du bâti par exemple).

3- Apprendre à éditer les inscriptions médiévales pour les mettre à disposition de la communauté scientifique grâce aux outils numériques (base de données, encodage TEI, édition en ligne).

4- Transformer l’objet épigraphique en notice, l’inventaire en corpus, le recensement en objet d’histoire.

5- Intégrer les inscriptions médiévales dans le grand panorama des pratiques graphiques médiévales en mettant en regard les textes tracés sur pierre, sur bois et sur métal, avec les textes étudiés par la paléographie (codices et documents d’archives) et d’autres disciplines d’érudition (sigillographie, numismatique, emblématique…) pour analyser les spécificités, les points communs, les rencontres entre toutes les formes de l’écriture médiévale.

6- Réfléchir à la question de la conservation et de la mise en valeur des inscriptions au fil des siècles.

Cette école thématique consacrée à l’épigraphie médiévale propose quatre modalités pédagogiques complémentaires, complétées, en amont par une préparation préalable à distance (lectures incontournables, envoi d’un exemplier et d’un glossaire). Sur place, les participants assisteront à : des sessions plénières sous forme de cours magistraux pour l’acquisition des grandes notions et des principes élémentaires de la discipline ; des travaux dirigés en groupe restreint pour la mise en pratique des méthodes et l’utilisation des outils bibliographiques et documentaires ; des sessions de travaux pratiques pour l’acquisition des techniques de relevés et de photographies des inscriptions médiévales, des méthodes traditionnelles (estampages, calques) aux nouvelles technologies (clichés numériques, scans), ainsi que pour les techniques de l’édition numérique des textes épigraphiques (encodage TEI, initiation à EPIDOC) ; l’étude directe d’inscriptions médiévales conservées en différents lieux de la ville de Poitiers.

Inscriptions et informations pratiques

L’école thématique s’adresse aux doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés (ingénieurs et chercheurs CNRS, enseignants chercheurs), acteurs du patrimoine et de la culture.

Elle se déroulera du 28 mai au 1er juin 2018 au CESCM de Poitiers et est limitée à 25 participants.

Tarifs (inscription et hébergement) : doctorants = 200 euros ; salariés de la fonction publique = 300 euros ; salariés du secteur public = 300 euros ; agents CNRS = gratuit.

Les candidatures (lettre de motivation et CV) sont à adresser avant le 15 mars 2018 à l’adresse électronique suivante :

ecolethematiquecescm@gmail.com

Pour tout renseignement, contacter Vincent Debiais (vincent.debiais@univ-poitiers.fr) ou Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr)

arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts