Tous les articles par Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

[ATELIER] Projet CoMOR, atelier sur les foires de Lyon – 25 juin 2021 – ENS de Lyon

Le troisième atelier du projet de recherche CoMOR (Configurations of European fairs, merchants, objects, routes, 1350-1600), organisé autour du thème des des foires de Lyon, aura lieu ce vendredi 25 juin entre 9h30 et 17h30. Il sera coordonné par Jean-Louis GAULIN et Susanne RAU.

L’atelier se tiendra à l’ENS de Lyon (Lyon 7e), site Descartes, en  salle D8-001 (bâtiment Buisson) ainsi qu’en visioconférence.

Inscription préalable demandée pour suivre l’atelier, à distance ou sur site : contacter jean-louis.gaulin[at]univ-lyon2.fr.

Affiche-programme.

 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à communication] “De mal en peine : méthodes et outils d’estimation de la douleur” – Colloque du projet junior DESDEMONE (Lyon, 10-11 février 2022). Date limite : 1er août 2021.

Le projet junior DESDEMONE (Douleurs et Souffrances : descriptions, expressions, méthodes et outils de notation et d’estimation) est un projet de recherche porté par trois doctorantes : 

– Maureen Boyard (Université Lyon 3 – CIHAM UMR 5648),

– Fanny Boutinet (Université Lyon 3 – IHRIM UMR 5317),

– Clémence Vendryes (Université Aix-Marseille – IREMAM UMR 7310/IFPO).

Il a pour projet de favoriser un dialogue pluridisciplinaire sur les questions d’estimation et de classification de la douleur et de permettre un partage de méthodes, d’outils et de réflexions sur ce thème. Pour plus d’informations et suivre ce projet de recherche : https://desdemone.hypotheses.org/

Le colloque
Suivant la définition donnée par le Comité de taxonomie de l’International Association for the Study of Pain (IASP), la douleur est une « expérience désagréable, sensorielle et émotionnelle associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel ou décrite en ces termes ». Les outils d’estimation de la douleur constituent à la fois des objets spécifiques de recherche et des outils méthodologiques de la recherche. Il s’agit au cours de ces deux journées de permettre un dialogue entre les disciplines et les approches autour de ce problème spécifique qu’est l’estimation de la douleur.

Les échelles d’évaluation de la douleur sont mobilisées pour objectiver une sensation subjective qui réclame une compréhension et une intervention extérieure, médicale ou non. Ces outils ont un usage pratique dans le cadre de la médecine, mais cette discipline n’est pas la seule qui a besoin d’estimer et de classifier les phénomènes douloureux. En effet, qu’il s’agisse en droit de catégoriser les douleurs subies à indemniser ou de réglementer les protocoles de recherche sur des sujets humains ou animaux, les échelles de douleur et leurs liens avec des échelles de valeur sont au cœur du débat social. Depuis plusieurs décennies, les sciences humaines et sociales se sont également intéressées au phénomène douloureux, à ses variations, à sa plasticité, ainsi qu’à ses contextualisations sociales et culturelles. Or l’étude de la variation suppose la création d’un cadre, d’outils et de méthodes particulières.

Cette émulation de la recherche qui fait se rencontrer sciences sociales et sciences médicales, chercheurs et professionnels de la santé, rend particulièrement utile et pertinente une réflexion qui prend pour objet spécifique les catégories et les outils permettant d’étudier le phénomène douloureux :

Quels éléments du phénomène douloureux peuvent être transmis, partagés et classifiés ? Quelles raisons motivent la création de classifications des douleurs ? Comment ces catégories ainsi créées influencent-elles notre perception du phénomène ? Comment décrire et rendre intelligibles les normes de comportement ou de représentation de la douleur et leurs variations ?

Pour étudier ces différentes questions, nous avons retenu quatre axes de recherche dans lesquels peuvent s’intégrer les futures communications. Les pistes envisagées ne sont cependant pas exhaustives, et toute proposition offrant un point de vue éclairant sur ces objets est bienvenue.

Axes d’étude 

Axe 1 : Biologie et médecine
Les communications pourront traiter de l’estimation de la nociception et de douleur en contexte médical ainsi que les avantages et limites des différents systèmes d’estimation. Elles pourront s’intéresser aux outils utilisés en recherche ou en clinique chez l’humain comme chez l’animal. Les possibilités ou difficultés posées par l’étude des modèles animaux pour étudier les mécanismes à l’œuvre chez l’humain pourront également être abordées.

Axe 2 : Sémiologie
Une approche sémiologique de la douleur pourra être développée. La douleur est fréquemment considérée comme un indicible, intraduisible : comment alors penser l’expression par le langage d’une sensation profondément subjective et que les mots ne sauraient traduire ? Les échelles de douleur et méthodes d’estimation questionnent la douleur et ses signes, expressions et manifestations.

Axe 3 : Douleurs et sociétés
Les catégorisations des douleurs varient selon les contextes sociaux, politiques et religieux. L’estimation de la douleur permet de fixer des compensations (dans le domaine judiciaire) et les bornes de la douleur acceptable (dans le domaine de l’éthique). Les communications pourront également s’intéresser aux bouleversements introduits par des événements violents (guerres par exemple) ou aux grilles d’interprétation religieuses qui peuvent dessiner de nouvelles catégories d’intensité et donner des sens différenciés aux événements douloureux.

Axe 4 : Arts et représentation
Les communications pourront porter sur des corpus artistiques, ou rendre compte de recherches en arts et littérature consacrées à des corpus médicaux dans la continuité des recherches sur la représentation de la douleur dans les modernités. Sont aussi vivement encouragées les interventions portant sur des productions et propositions artistiques contemporaines, qui interrogent les normes de représentation de la douleur.

Soumission des propositions :
Chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et professionnels concernés par le thème d’étude sont invités à soumettre leurs propositions de contribution (300 mots maximum, accompagnés d’une courte notice bio-bibliographique) jusqu’au 1er août 2021 inclus à l’adresse projet.desdemone@gmail.com.

Les communications peuvent être faites en français ou en anglais. 

Les propositions seront relues par les membres du projet, avec le soutien scientifique de :

Julie Henry, MCF en philosophie à l’ENS Lyon (Triangle UMR 5206)

Lucie Bidouze, médecin généraliste au centre hospitalier Gérard Marchant (Toulouse)

 

Bibliographie indicative

Raphaële Andrault, Ariane Bayle, exposition : « Le médecin face à la douleur, 16e-18e siècles », Lyon, 2019 et 2021.

Raphaële Andrault, Ariane Bayle, « Le médecin de l’Époque moderne face à la douleur »,  Pour la science n°508, février 2020, p. 74-79.

Isabelle Baszanger, Douleur et médecine, la fin d’un oubli, Paris, Seuil, 1995.

Florence Chantoury-Lacombe, Peindre les maux : arts visuels et pathologie, XIVe-XVIIe siècle, Paris, Hermann, 2010.

Nicolas Danziger, Vivre sans la douleur ?, Paris, Odile Jacob, 2010.

Bernard Durand, Jean Poirier et Jean-Pierre Royer (dir.), La douleur et le droit, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

Marilina Gianico et Michel Faure (dir.), Raconter la douleur : La souffrance en Europe (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Garnier, 2018.

David Le Breton, Anthropologie de la douleur, Paris, Éditions Métailié, 1995.

René Leriche, Chirurgie de la douleur, Paris, Masson et cie, 1937.

Geneviève Lévy (dir.), La Douleur. « Au-delà des maux », Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1992.

Claire Marin et Nathalie Zaccaï-Reyners (dir.), Souffrance et douleur. Autour de Paul Ricoeur, Paris, PUF, 2013.

Javier Moscoso, Histoire de la douleur. XVIe-XXe siècle, Frédérique Langue (trad.), Paris, Les Prairies ordinaires, 2015.

Christophe Perruchoud, Manuel pratique d’algologie. Prise en charge de la douleur chronique, Paris, Elsevier Masson, 2017.

Roselyne Rey, Histoire de la douleur, Paris, La Découverte, 2011.

Elaine Scarry, The body in pain: the making and unmaking of the world, Oxford, Oxford University Press, 2004.

Lisa Silverman. Tortured Subjects: Pain, Truth, and the Body in Early Modern France, Chicago, University of Chicago Press. 2001.

Guy Simonnet, Bernard Laurent, David Le Breton, L’Homme douloureux, Paris, Odile Jacob, 2018.

Informations sur le blog Hypothèses de DESDEMONE https://desdemone.hypotheses.org/appel-a-communication
 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Colloque] Les habitants des villes UNESCO, Avignon, 10-12 juin 2021

A l’occasion des 25 ans de l’inscription d’Avignon sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco, la Ville d’Avignon et Avignon-Université co-organisent un colloque sur ” Les habitants des villes du patrimoine mondial : attachement patrimonial et discours du quotidien “.  Plusieurs membres du Ciham ont participé à l’organisation ou interviendront dans le cadre de ce colloque.

Le colloque se tiendra en présentiel, et est accessible à tou-tes (dans la mesure des places disponibles), sur inscription auprès de la mairie à l’adresse unesco[at]mairie-avignon.com ou au 04 90 80 83 61.

Programme

Plus d’informations sur les sites de la mairie d’Avignon et du Centre Norbert Elias.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Webinaire] Mythes et discours, entre l’ “inter” et le “trans” – 26 et 27 mai 2021 – Université de Biskra

L’équipe SELEN (Sémiotique en Enseignement de la Littérature à l’Ere du Numérique) du laboratoire SEPRADIS (Sémiotique et Pratiques Discursives) de l’Université de Biskra, organise, les 26 et 27 mai 2021, un wébinaire international sur les mythes et leurs discours.

Vous trouverez ci-dessous le programme avec les liens d’accès aux différentes sessions.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à contribution] Table ronde “Convertir un lieu”. Jeudi 10 et vendredi 11 mars 2022, Université Côte d’Azur (Nice). Date limite : 20 septembre 2021

Le Programme Espace et Religieux, programme de recherche informel lancé en novembre 2021 dans le cadre de réflexions doctorales et adossé à des UMR, organise une première table ronde à l’université Côte d’Azur les 11 et 12 mars 2022. Ce programme vise à développer et à rendre visibles les travaux de jeunes chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales autour des notions d’espace et de religieux. Afin de promouvoir des échanges sur la longue durée, cette première Table ronde à Nice sera suivie d’une prochaine rencontre à Paris en mars 2023.

Appel à communications :

En France, l’intérêt des sciences humaines et sociales pour l’espace comme entrée et objet d’analyse pertinents, croissant depuis les années 1980 (le « tournant spatial »), est désormais généralisé. Les études portant sur les spatialités des sociétés se multiplient, notamment en ce qui concerne l’analyse des faits religieux. En histoire et en archéologie, c’est d’abord pour la période médiévale et l’étude du christianisme que s’est développée une réflexion sur la construction de l’espace appuyée sur des notions d’anthropologie (Congrès de la SHMESP, 2007). Plus récemment, une géographie des faits religieux s’est constituée en une branche distincte de la géographie culturelle, mobilisant des concepts sociologiques et anthropologiques (Dejean, Endelstein, 2013). En sociologie et en anthropologie des religions, le terrain d’enquête n’est plus seulement décor mais paysage des expériences et des représentations (Obadia, 2015). Face à cet intérêt pour les rapports entre l’espace et le religieux, la Table ronde des 10-11 mars 2022, intégrée au programme Espace et Religieux, se voudrait être une occasion de dialogue entre les disciplines. La thématique choisie est celle de la conversion de l’espace. Fortement transversale, elle fait écho à d’importantes dynamiques religieuses de l’histoire, inévitablement associées à des mécaniques socio-politiques. La conversion des lieux renvoie du reste à des considérations contemporaines : visibilité religieuse dans l’espace ou enjeux patrimoniaux (Sainte Sophie à Istanbul). 

            Nous nous intéresserons ici à la notion de conversion dans sa dimension religieuse, soit l’adoption de nouvelles croyances par un individu ou un collectif, de manière forcée ou volontaire (Azria, Hervieu-Léger, 2010). Puisque l’humain est spatial (Lussault, 2007), la conversion des hommes et des femmes doit s’envisager dans des lieux et des territoires. Bien qu’abordés par différents groupes de recherche, tels que le programme en histoire POCRAM, les questionnements sur la conversion de l’espace restent limités par leurs cadres disciplinaire, chronologique et/ou géographique. Cette journée d’étude entend décloisonner la réflexion en invitant des chercheurs, jeunes ou confirmés, de tout horizon disciplinaire au sein des sciences humaines et sociales. Chaque participant sera invité à expliciter ses démarches et ses modèles, afin de permettre d’éventuels transferts entre disciplines. Toutes les « religions » peuvent être envisagées : les trois monothéismes (judaïsme, christianisme et islam), les polythéismes (historiques tels que le panthéon grec et actuels tels que l’hindouisme) et d’autres expressions spirituelles (bouddhisme, animisme, totémisme). Le « lieu » d’inscription des faits religieux peut renvoyer à des espaces anthropiques ou naturels (Unesco, 1998), abstraits ou matérialisés, et être étudié à différentes échelles et à travers différents types de représentation. Aucune limite géographique ou historique (de la Préhistoire à nos jours) n’est imposée.

            Nous voudrions inviter à réfléchir à la conversion de l’espace du point de vue des acteurs (politiques, religieux, économiques), de leurs motivations et des moyens mis en œuvre, et à ses conséquences socio-spatiales. Des distinctions seraient à opérer dans le processus entre des religions universalistes et missionnaires et des religions non englobantes. La conversion de l’espace peut se traduire par une modification matérielle du paysage (édification de lieux de culte, mise en scène de symboles) ; par des rituels ou mobilités « territorialisant » la religion (Bonnemaison, 1992) ; par l’adoption d’une autre conception de l’espace sacré (Nordeide, 2013) ; par la gestion des co-spatialités dans le cas d’une coexistence religieuse ; par l’instauration de nouvelles dénominations (toponymes, substantifs désignant l’espace religieux) ; par la théorisation et l’institutionnalisation des lieux religieux par des discours normatifs ; par l’évolution des représentations autour des cultes inscrits dans l’espace (patrimonialisation, sécularisation). Les questions de continuité ou de temporalité (moment de la conversion ou processus sur la longue durée) offrent également matière à réflexion. Ces différents phénomènes permettent in fine d’interroger la nature spatiale de la conversion : existe-t-il des transitions religieuses s’opérant sans conséquences territoriales, ou la conversion religieuse est-elle fondamentalement spatialisée ? 

Dans cette optique, les propositions pourront s’insérer dans l’un des trois axes suivants : 

  1. Convertir un lieu pour lui donner un sens religieux.  
  2. Convertir un lieu pour inscrire une norme religieuse différente de celle qui était auparavant liée à ce lieu.
  3. Convertir un lieu afin d’effacer ou d’occulter sa dimension religieuse. 

Les propositions de communication (résumé et titre) ne devront pas dépasser 500 mots et seront accompagnées de renseignements (situation institutionnelle, domaine de recherche). Nous attendons vos propositions avant le 20 septembre par mail à l’adresse suivante : peer.collectif@gmail.com

Bibliographie indicative 

  • Bonnemaison J., « Le territoire enchanté. Croyances et territorialités en Mélanésie », Géographie et Cultures, 3, 1992, p. 71-88. 
  • Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, Actes des congrès de la SHMESP, 37ᵉ congrès tenu à Mulhouse, Publications de la Sorbonne, Paris, 2006. 
  • Dejean F., Endelstein L., « Approches spatiales des faits religieux. Jalons épistémologiques et orientations contemporaines », dans Carnets de Géographes, 2013. 
  • « Conversion », dans R. Azria, D. Hervieu-Léger (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Presses Universitaires de France, Paris, 2010, p. 188-190. 
  • Nordeide S. W. (dir.), Sacred Sites and Holy Places: Exploring the Sacralization of Landscape through Time and Space, Brepols, Turnhout, 2013.
  • Obadia L., « Spatial turn, beyond geography: a new Agenda for sciences of religion? », International Review of Sociology, 25:2, 2015, p. 200-217. 
  • Poutrin I., « Changement de décor. La conversion des lieux de culte », Conversion/Pouvoir et religion, 3 novembre 2014. En ligne : http://pocram.hypotheses.org/429    
  • Les Sites sacrés naturels, Symposium Unesco, Paris, France, 22-25 septembre 1998. 
  • Scheid J., De Polignac F., « Qu’est-ce qu’un “paysage religieux” ? Représentations cultuelles de l’espace dans les sociétés anciennes », Revue de lhistoire des religions, 2010/4, p. 427-434.

Comité d’organisation
Manon Banoun, doctorante, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ArScan
Angela Baranes, doctorante, Université Côte d’Azur, CEPAM ; Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ArScan

Comité scientifique
Marie-Pierre Ballarin, historienne chargée de recherche à l’IRD ; Université Côte d’Azur, URMIS
Manon Banoun, doctorante, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ArScan
Angela Baranes, doctorante, Université Côte d’Azur, CEPAM ; Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ArScan
Lucine Endelstein, géographe chargée de Recherche CNRS, Université Toulouse Jean-Jaurès, LISST
Michel Lauwers, PU en histoire médiévale, Université Côte d’Azur, CEPAM
Anne Nissen, PU en archéologie médiévale, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ArScAn

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Séminaire] 15 avril 2021. Noms, parenté, migrations : la lente évolution du système anthroponymique durant le Moyen Âge occidental – Prochaine séance du séminaire Nommer les Hommes dans les mondes anciens (Laboratoire HiSoMA)

Le 15 avril 2021 en webinaire, de 17h à 19h, aura lieu la prochaine séance du séminaire Nommer les Hommes dans les mondes anciens organisé par le laboratoire HiSoMA.

La séance, intitulée “Noms, parenté, migrations : la lente évolution du système anthroponymique durant le Moyen Âge occidental” sera assurée par Bruno Dumézil (Sorbonne Université) et Arnaud Lestremau (Lycée Paul Eluard, Saint-Denis, LAMOP).

Lien de connexion et page du séminaire sur le site du laboratoire HiSoMA.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Colloque] Rome, 11-12 Mars 2021 : Église(s) et vies des grands hommes. Les renouvellements de la biographie religieuse entre Renaissance et réformes

Les 11 et 12 mars 2021 aura lieu le colloque international “Eglise(s) et vies des grands hommes”,  organisé dans le cadre du projet de recherches quinquennal Hommes illustres.

Il se tiendra en format hybride. Pour obtenir le lien de connexion, contacter Cécile Caby ou Grazia Perrino.

Présentation :

  • La représentation en série des « grands hommes » se déploie tous azimuts dans la production littéraire et artistique de l’Europe, entre fin du Moyen Âge et première modernité, devenant un instrument d’exaltation d’individus contemporains, une modalité d’écriture de l’histoire du temps présent et de mise en scène de la gloire et du triomphe des institutions. Loin de se cantonner aux portraits des princes et des rois, des hommes de guerre ou des lettrés et artistes laïcs, le motif des hommes illustres pénètre au cœur de l’institution ecclésiale de deux façons parallèles et souvent entrelacées :

    –         D’une part, les catalogues d’hommes illustres quels qu’ils soient (recueils, cycles peints ou gravés etc.) englobent en leur sein des papes, évêques, frères et autres clercs, sans parler des hommes d’armes au service de la respublica christiana, incorporés à un titre ou à un autre aux formes de la gloire du présent ;

    –         D’autre part, l’Église romaine ou certains groupes en son sein – comme les ordres religieux –, puis les différentes Églises réformées surent capter à leur profit les potentialités de cette nouvelle forme d’écriture biographique et historique qui dépassait en réalité les seules collections d’hommes illustres, pour se déployer largement dans toutes les déclinaisons de la rhétorique eulogique.

    Ainsi, s’interroger sur les renouvellements de la biographie religieuse entre Renaissance et réformes permet de parcourir deux pistes d’analyse, trop souvent oubliées dans l’historiographie : l’une relative à l’évolution des formes de représentation des mondes ecclésiaux et de leur histoire au travers des portraits d’hommes illustres, l’autre attentive à la promotion des nouvelles pratiques culturelles humanistes au service de la construction et de la promotion des identités religieuses.

    Dans les deux cas, les enjeux pour l’appréhension des relations entre pratiques humanistes et institution ecclésiale sont cruciaux, que ce soit à la curie romaine dès le tournant des XIVe et XVe siècles ou dans les multiples foyers de la diffusion humaniste dans l’Europe du XVIe siècle, a fortiori lorsque le motif des hommes illustres devient un instrument stratégique dans les conflits entre l’Église romaine et les nouvelles Églises issues des réformes protestantes.

    Dans ce cadre programmatique, diverses questions pourront être envisagées, comme par exemple :

    –         De quelle façon les clercs et serviteurs de l’Église sont-ils incorporés dans les principales collections humanistes d’hommes illustres ? Dans quels types de contextes (discursifs, iconographiques etc.) sont-ils exaltés comme grands hommes ?

    –         Par quels moyens le registre des hommes illustres fut-il acclimaté au service de l’écriture d’une l’histoire et d’une exaltation des grands hommes des églises du temps présents ? Quels rapports ce registre entretint-il avec d’autres formes de biographie religieuse, notamment l’hagiographie, et d’autres formes d’exemplarité ?

    –         Quels individus ou quelles fonctions (pape, évêques, abbés ou serviteurs des prélats) ou statuts (lettrés, orateurs/prédicateurs, mystiques etc.) furent-ils choisis de préférence pour célébrer la gloire des églises ?

    –         Par quels vecteurs et selon quelle chronologie ce registre s’est-il diffusé à l’échelle européenne, en particulier après le concile de Trente ou dans le cadre des nouvelles réformes protestantes ? Peut-on distinguer des modèles communs ou, au contraire, des spécificités ?

    –         Comment ces modèles s’articulent-ils avec une pensée de la réforme religieuse et comment l’exaltation de la gloire présente s’articule-t-elle dans ces portraits, biographies ou catalogues biographiques religieux à celle de l’aspiration à l’unique gloire céleste ?

    Avec la participation de Susanna Allès Torrent, Thierry Amalou, Concetta Bianca, Luca Boschetto, Marion Deschamp, Johannes Helmrath, Anne Huijbers, Alessandra Malquori, Antonio Manfredi, Olivier Millet, Clémence Revest, Daniele Solvi, Amedeo de Vincentiis, Philipp Zitzlsperger

    Comité scientifique : C. Bianca, C. Caby, E. Crouzet-Pavan, C. Revest

    Institutions partenaires : École française de Rome, CIHAM (UMR 5648), École normale supérieure de Lyon; avec la participation du Centre Roland Mousnier.

    Programme complet

Source de l’information : Carnet Hypothèses Hommes Illustres.

 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Colloque international] 1-3 février 2021 – Institut Pontifical d’Archéologie Chrétienne. Recherche en archéologie chrétienne, Antiquité tardive et haut Moyen Âge. IIe colloque international. En ligne.

Le IIe colloque international organisé par les doctorant-es de l’Institut pontifical d’archéologie chrétienne (PIAC) se tiendra en ligne du 1er au 3 février prochain, les après-midis. Il rassemblera doctorant-es et docteur-es autour de recherches en archéologie chrétienne, Antiquité tardive et haut Moyen Âge.

Lien du programme (pdf).

Accès libre sur Zoom, à partir du lien donné sur la page de l’évènement (site des doctorant.es du PIAC).

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Séminaire d’archéologie médiévale du Ciham] – Thèses récentes et actualités de la recherche en archéologie médiévale – 07/01/2021

Le jeudi 7 janvier se tiendra la prochaine séance du séminaire d’archéologie médiévale du CIHAM, coordonnée par Damien Martinez (Univ. Lyon 2) et Laurent Schneider (CNRS/EHESS).

Le séminaire se déroulera à distance, de 14h à 17h. Lien de connexion à demander par mail aux organisateurs.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

1er séminaire Jeunes Chercheurs Équipe IT&M (Images, Textes & Monuments) (Université Côte d’Azur, laboratoire CEPAM), 6 et 13 novembre 2020

Le vendredi 6 novembre matin et le vendredi suivant 13 novembre après-midi se tiendra la première édition du séminaire des jeunes chercheurs de l’équipe Images, Textes & Monuments du laboratoire CEPAM-UMR 7264 (CNRS-Université Côte d’Azur), organisé par les doctorantes Angela Baranes et Aude Lazaro.

Ces deux demi-journées regrouperont treize communications autour de quatre thèmes distincts : “Arts, sciences et techniques” et “Rhétorique et discours anciens” le 6 novembre, et “Figures et mythes à travers les âges” et “Écrire l’histoire, créer un patrimoine” le 13 novembre.

Du fait du confinement, le séminaire se tiendra à distance par visioconférence sur la plateforme Zoom.

Affiche, programme et lien Zoom au lien suivant.

Source : Page de l’évènement sur le site du laboratoire CEPAM.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[PARUTION] Ai margini del mondo comunale. Sedi del potere collettivo e palazzi pubblici dalle Alpi al Mediterraneo / Aux marges du monde communal. Lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée, a cura di Simone Balossino, Riccardo Rao

Les palais communaux constituent l’une des traces les plus importantes laissées par les grandes communes urbaines, notamment en Lombardie, en Émilie et en Toscane. Avec des caractéristiques typologiques clairement reconnaissables, ils ont eu un impact monumental sur les centres des villes communales, soumis à des rénovations et des restaurations au fil des siècles. Mais que se passe-t-il dans les zones où les communes ont une vie plus discontinue ? Existe-t-il des palais communaux à la limite du monde communal et, si oui, quelles formes prennent-ils ? C’est le thème de recherche abordé par cet ouvrage, qui propose un large regard sur les palais communaux du monde méditerranéen, des Alpes au sud de l’Italie, en passant par la Croatie, la Corse et la Provence. Il fait suite à différentes entrevues entre Bergame et Avignon, et notamment au colloque international éponyme qui s’était tenu les 30 septembre et 1er octobre 2016 à Bergame.

Sommaire

Introduzione, Simone Balossino, Riccardo Rao

1. Case dei consoli e palazzi nelle città della Provenza occidentale: tra comuni ed esperienze signorili, Simone Balossino, François Guyonnet

2. Palazzi comunali nei borghi nuovi del Piemonte sud-occidentale: modelli comunali e signorili a confronto, Andrea Longhi, Riccardo Rao

3. Sedi e palazzi pubblici dei centri minori della Marca Veronese-Trevigiana e delle città del versante meridionale delle Alpi orientali (secoli XIII-XV), Gian Maria Varanini

4. L’area friulana: palazzi comunali o case della comunità?, Enrico Faini, Elisabetta Scarton

5. Le sedi del potere municipale nelle città istriane (sec. XIII-XIV), Dario Canzian

6. La construction des palais communaux, entre diffusions des modèles et interprétations locales (État pontifical, fin XIIe-début XVe siècle), Jean-Baptiste Delzant

7. Le sedi dei poteri pubblici nelle città del regno di Napoli (secoli XIV-XV), Pierluigi Terenzi

8. Palazzi comunali nella Sardegna medievale, Lorenzo Tanzini

9. Les lieux de pouvoir génois en Corse : Diffusion d’un modèle urbanistique communal en milieu colonial (XIIIe-XVe siècles), Vannina Marchi

10. Osservazioni conclusive: imparare dai margini, Giuliano Milani

L’ouvrage est disponible en Open Access au lien suivant : https://www.insegnadelgiglio.it/prodotto/ai-margini-del-mondo-comunale/

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

Enquête du CPCN sur le projet de LP(P)R [jusqu’au 7 octobre 2020]

Nous relayons la consultation sur le projet de Loi de Programmation pour la Recherche menée auprès des communautés scientifiques par la conférence des président.e.s du comité national (CPCN).

Le questionnaire est anonyme et comprend des questions sur le projet de loi, sur les actions à entreprendre (si la loi prenait mal en compte les besoins exprimés), et sur la situation des répondant.es.

Il peut être trouvé au lien suivant :
https://www.c3n-cn.fr/survey/index.php/541972?lang=fr
La date limite de réponse est fixée au 7 octobre.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

BLog en grève

En solidarité avec la coordination nationale des facs et labos en lutte, en opposition à la réforme des retraites et à la Loi pour la programmation pluriannuelle de la recherche, nous avons décidé de suspendre momentanément l’activité de notre blog. Cette suspension est effective à compter de la publication de ce message, pour une semaine reconductible. Aujourd’hui 5 mars 2020, “l’université et la recherche s’arrêtent.”

L’équipe éditoriale du blog.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Exposition] Aux sources du Moyen Âge, 350-1000 (Musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne, 07/02/2020-28/06/2020)

Le musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne présente du 7 février au 28 juin une exposition sur le haut Moyen Âge en Suisse occidentale intitulée Aux sources du Moyen Âge, 350-1000. Les découvertes archéologiques récentes y sont mises à l’honneur.

 

L’exposition dévoilera la petite et la grande histoire, les œuvres de personnages connus comme l’artisanat des petites gens. Dans un décor digne d’un édifice religieux prestigieux, elle offrira au public un parcours se déclinant de part et d’autre d’un axe central.

La période de l’histoire qui s’étend de la fin de l’Antiquité à l’an 1000 reste mal connue du public, sinon mal considérée. Elle est au mieux située dans le temps après l’époque romaine, et les noms des Burgondes, des Alamans et des Francs n’évoquent guère que de vagues souvenirs d’école. De nombreux clichés lui restent attachés : les invasions barbares ayant ravagé les villes et les campagnes, propageant famines et maladies et anéantissant pour longtemps toute trace de civilisation. Le développement de l’archéologie du Haut Moyen Âge depuis maintenant plus de quarante ans, en Suisse comme en France, permet aujourd’hui de renouveler fondamentalement cette image.

Les visiteurs auront l’occasion de découvrir la richesse et la diversité des témoignages de cette période conservés dans la région choisie, qui couvre les cantons du Valais, de Vaud et de Genève, ainsi qu’une partie de ceux de Fribourg, de Neuchâtel et du Jura.

Entrée : 8 francs CHF (gratuit pour les moins de 25 ans). Gratuit le premier samedi du mois.

Source et informations : site du musée.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Séminaire d’archéologie médiévale du Ciham] – Actualité des recherches en archéologie médiévale métropolitaine – 09/01/2020

Le jeudi 9 janvier se tiendra la prochaine séance du séminaire d’archéologie médiévale du CIHAM, consacrée à l’actualité des recherches en archéologie médiévale métropolitaine, sous la coordination de Damien Martinez (Univ. Lyon 2) et Laurent Schneider (CNRS/EHESS).

Elle se tiendra à la Maison des Sciences de l’Homme Lyon-Saint-Étienne, 14 avenue Berthelot, 69007 Lyon, en espace Marc Bloch, de 10h à 12h et de 14h à 17h.

Entrée libre.

Programme :

10h-12h :

  • Loïc Benoit (doctorant UMR 5648-CIHAM) et Jean-Michel Poisson (EHESS) : Fortifier les Alpes au Moyen Âge : bilan des recherches et perspectives du PCR.
  • Christophe Mathevot (Ass. La Diana) : Un habitat élitaire des monts du Forez et son mobilier : le site castral de Couzan (IXe-XIIe siècle)

14h-17h :

  • Adrien Saggese (SCAP/Ville de Besançon, UMR 6398 – ArTeHis) : Le Portois (Haute-Saône) du IVe au XIIe siècle, évolution des pouvoirs et dynamiques du peuplement.
  • Sophie Liegard (Service archéologique départemental d’Eure-et-Loir) : L’établissement rural carolingien de Villeneuve à Poupry (Eure-et-Loire).
  • Remi Carme (Hadès) : Artisanat potier et ensilage groupé aux portes de Montpellier : Le site de Verchamp du VIIe au XIIe siècle (Castelnau-le-Lez, Hérault).

Pour plus d’informations sur le séminaire d’archéologie médiévale : https://mastermondesmedievaux.univ-lyon2.fr/histoire-et-archeologie-de-l-habitat-rural-au-moyen-age-683519.kjsp?RH=1464946383772.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Séminaire-Atelier] «Concevoir le territoire du long Moyen Âge», Lyon, laboratoire ArAr, 29/11/19

Séminaire-atelier de l’équipe 3 de l’Axe 5 Territoires du laboratoire ArAr, organisé par Emma Bouvard et Franck Chaleat, chercheurs associés au laboratoire.

Ce séminaire se veut un lieu et un moment d’échanges et de présentations, qui permettent aux étudiants et aux chercheurs de confronter leur démarche, leur expérience mais aussi leur discours à propos des territoires du passé en Auvergne-Rhône-Alpes.


Il aura lieu le vendredi 29 novembre 2019 de 8h45 à 17h à l’Université Lyon 2,  86 rue Pasteur – Lyon 7e, amphi Benveniste.

Télécharger l’affiche 

Programme

 

Source : https://www.arar.mom.fr/recherche-et-activites/seminaires-d-archeologie/concevoir-le-territoire-du-long-moyen-age

 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts