[compte-rendu] Séminaire des médiévistes – séance du 28 janvier 2021, Présentation des nouvelles recherches du CIHAM

En 2021, le CIHAM relance son traditionnel « Séminaire des médiévistes », en ligne pour le moment. Comme cela est désormais l’usage, la première séance de l’année était consacrée à la présentation des « Nouveaux objets de recherche au CIHAM » et de ses nouveaux chercheurs, Damien Labadie et Robin Seignobos.

 

Damien Labadie, Le In quattuor animalia : itinéraires d’un récit pseudo-patristique en Égypte, Nubie et Éthiopie à l’époque médiéval

Damien Labadie, chargé de recherches au CNRS, CNU section 35, depuis le 1er novembre 2020 nous a présenté le projet sur lequel il travaille actuellement, l’édition et l’analyse philologique du In quattuor animalia : itinéraires d’un écrit pseudo-patristique entre Égypte, Nubie et Éthiopie à l’époque médiévale.

Il est membre du projet ERC de Julien Loiseau, HornEast.

Damien Labadie nous a d’abord brièvement rappelé son parcours, un parcours éclectique et brillant, ce qui nous a permis de mieux comprendre comment il en est arrivé à s’intéresser à des sujets aussi exotiques, pour reprendre ses mots.

Ses recherches sont organisées autour de 5 axes : philologie des langues de l’Afrique médiévale, littérature chrétienne tardo-antique (patristique, hagiographie, apocryphes), langues et littératures de l’Orient chrétien, le christianisme proto-byzantin et la philologie hébraïque.

Damien Labadie nous a ensuite parlé un peu plus précisément de ce texte qu’est le In quattuor animalia, une homélie faussement attribuée à Jean Chrysostome, qui reprend des textes de l’Apocalypse (4, 6-9), d’Ezéchiel (1, 5-21) et d’Isaïe (6, 2-3) et dont la diffusion a été très large en Afrique orientale. Le In quattuor animalia s’inscrit dans le genre du mémoire apostolique, d’origine copte, qui met en scène un discours de révélation de Jésus à ses disciples. On conserve aujourd’hui 31 textes de ce genre (certains sont inclus à des textes pseudo-patristiques, d’autres sont indépendants).

Né en Égypte, le mémoire apostolique a ensuite été diffusé en Nubie et en Éthiopie. Il s’agit de textes composés / traduits entre le Xe et XIIe siècle. Il nous a rappelé que le mémoire apostolique occupe une place prééminente dans le corpus littéraire nubien et qu’une grande place est accordée aux archanges, notamment à l’archange Michel. En ce qui concerne la diffusion et la transmission du mémoire apostolique en Éthiopie, Damien Labadie nous a rappelé qu’il s’agit d’une thématique qui n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique.

Il a terminé sa présentation par un petit inventaire des versions du In quattuor animalia et de leur contenu : elles sont au nombre de 4, une en copte sahidique, une en arabe, une en vieux-nubien et une en guèze qui est inédite.

Damien Labadie a finalement conclu en présentant trois projets de publication, tous très enthousiasmants en rapport avec la version en guèze du In quattuor animalia et à la version en vieux-nubien.

Pour en savoir plus sur le projet ERC HornEast : https://horneast.hypotheses.org/julien-loiseau

Pour suivre l’actualité de la recherche de Damien Labadie : http://damienlabadie.blogspot.com

Compte-rendu réalisé par Amalia Desbrest

 

Robin Seignobos, Une tribu entre deux mondes, les Banū al-Kanz d’Assouan : nouveaux corpus et nouvelles questions (XIe-XIVe siècle)

Recruté comme maître de conférence en histoire médiévale des pays d’Islam en septembre 2020, Robin Seignobos a présenté ses projets en cours en s’appuyant sur un article paru le jour même dans le dernier numéro de la revue Médiévales consacré aux pouvoirs en Éthiopie, Égypte et en Nubie médiévales (https://journals.openedition.org/medievales/11042).

Alliant considérations méthodologiques et approche historique, R. Seignobos s’intéresse à la trajectoire d’une tribu arabe installée dans la région d’Assouan dans le courant du IXe siècle. En 1006, le chef de la tribu obtient du calife fatimide cairote le titre héréditaire de Kanz al-Dawla. Dès lors, on parle des Banū al-Kanz pour désigner cette entité tribale qui s’impose comme la force politique et militaire dominante dans la région frontalière entre les domaines égyptiens et les territoires nubiens, alors aux mains d’un pouvoir chrétien. Ce royaume chrétien de Dongola (aussi connu comme royaume de Dotawo) est parvenu à résister à la pression des conquêtes arabes pour finalement négocier un traité bilatéral avec le pouvoir islamique d’Égypte. Alors que l’historiographie considérait que l’expansion du pouvoir du Kanz al-Dawla rimait avec l’affaissement du royaume chrétien de Nubie, le travail de R. Seignobos montre au contraire que la documentation (parfois inédite) atteste de la survivance de cette entité politique entre le XIIe et le XVe siècle.

R. Seignobos s’appuie sur trois corpus distincts pour mettre en lumière cette histoire régionale longtemps passée sous silence. Les sources mameloukes, tout d’abord, composées en arabe par les historiographes du pouvoir cairote, n’ont pas toutes été suffisamment exploitées par les recherches précédentes. Le dossier des textes nubiens met également en lumière ces relations entre pouvoirs chrétiens et musulmans sous un jour nouveau. Enfin, R. Seignobos a récemment mis la main sur un corpus d’archives arabes permettant d’éclairer sous un jour nouveau l’histoire de cette tribu des Banū al-Kanz. Éparpillés dans divers organismes du Caire, ces textes de la pratique doivent encore être étudiés, mais l’on sait déjà qu’il s’agit de contrats de mariage et de transactions diverses réalisées dans ces régions frontalières. Grâce à l’exploitation de ce dossier, R. Seignobos est parvenu à reconstituer l’arbre généalogique des Banū al-Kanz. Longtemps restée dans l’ombre, cette famille est désormais bien mieux connue, de même que son rôle dans le contrôle territorial et foncier d’une région de frontière en lien avec le sultanat mamelouk. In fine, derrière l’exploitation d’un cas d’étude, c’est une part méconnue de l’histoire sociale, juridique et politique de la haute Égypte médiévale qui se dévoile aux historiens.

La seconde partie de l’intervention de R. Seignobos était dédiée à l’établissement d’une première chronologie de ce qu’il appelle les « guerres de succession de Nubie », entre 1268 et 1323. En s’intéressant à ces conflits qui se trouvent être essentiellement localisés dans la cellule familiale élargie, R. Seignobos met en évidence les ingérences mameloukes dans ces jeux de pouvoir mais également les résistances locales des entités tribales à ces tentatives cairotes pour imposer leurs candidats. Il montre également que la question religieuse est finalement de peu d’importance pour saisir ces conflits : si un souverain musulman finit par s’imposer sur les territoires chrétiens de Dongola après une première période de conflit, suivi par la restauration d’un roi chrétien en 1331, ce n’est pas leurs confessions respectives qui commandaient ces luttes de pouvoir. D’ailleurs, il est remarquable que les Mamelouks aient usé de la rhétorique du jihad contre les croisades alors qu’il n’en est jamais question dans les rapports du sultanat avec les entités chrétiennes de Nubie.

Le chantier est en cours : au-delà de cette chronologie politique, R. Seignobos cherche désormais à mieux comprendre les stratégies politiques et matrimoniales employées par les différents acteurs à différentes échelles dans cette lutte pour le contrôle territorial et foncier d’un territoire de frontière.

Compte-rendu réalisé par Enki Baptiste

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts