[Compte-Rendu] Soutenance de thèse – Olivier Brisville-Fertin, « Le discours aljamiado et sa communauté »

La soutenance de la thèse d’Olivier Brisville-Fertin, intitulée « Le discours aljamiado et sa communauté », a eu lieu vendredi 4 septembre de 14h à 18h à l’ENS de Lyon, devant un jury composé de Éric Beaumatin (Président, U. Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Paris), de Nuria de Castilla (Rapporteure, EPHE-PSL, Paris), de Mercedes García-Arenal (CCHS-CSIC, Madrid), de Linda G. Jones (U. Pompeu Fabra, Barcelone), de Julie Marquer (U. Lumière-Lyon 2, Lyon) , et des deux co-directeurs, Carlos Heusch (ENS de Lyon) et Alberto Montaner (U. de Zaragoza). Mónica Castillo-Lluch de l’Université de Lausanne avait établi le second rapport préliminaire autorisant la soutenance. En raison des circonstances sanitaires, cette soutenance a eu lieu de façon multimodale, en présentiel et en virtuel, ce qui a pu poser quelques problèmes techniques qu’a su surmonter le doctorant.

Olivier Brisville-Fertin est hispaniste et travaille sur les communautés mudéjares et morisques aragonaises entre le bas Moyen Âge et le début de l’époque moderne [ndr :on parle de morisques à partir des conversions au catholicisme du premier quart du XVIe siècle], selon une approche avant tout sociolinguistique, ce qui a été le centre de son travail de Master II, qui a permis de poser les bases théoriques de son étude de l’aljamié, « produit d’activités spécifiques à un contexte d’islam minoritaire en vue d’y remplir des finalités de maintien de cadres et valeurs communautaires ». Un premier faisceau de trois hypothèses a ainsi d’abord guidé ses travaux: hypothèses sociolinguistiques, hypothèses sociopragmatiques et hypothèses d’élaborations discursive. Il est important de souligner, comme l’impétrant l’a fait, le caractère interdisciplinaire de sa thèse conjuguant philologie, histoire et sciences sociales. En effet, son projet de thèse a évolué au cours du travail du doctorat, pour intégrer pleinement des aspects philologiques et un retour indispensable au manuscrit, avec un intérêt particulier porté aux textes de prédication, méconnus jusqu’alors. Ce retour au texte primaire se matérialise par la transcription de plusieurs centaines de folios en annexes, afin de pouvoir travailler sur des textes édités selon une même norme.

La notion de communauté a été centrale dans sa réflexion : la problématique de « Comment, grâce au discours aljamiado, les Tagarins “faisaient-ils communauté” ? » guide ainsi tout le travail de thèse.

Le premier axe d’étude du candidat a été un travail double sur l’histoire de l’aljamiado et sur celle des communautés mudéjares et morisques du XIIe siècle au XVIIe siècle, pour comprendre le contexte de production des textes conservés. Ce travail fait l’objet des deux premières parties de la thèse : à la suite du « status quæstionum » initial, la deuxième partie est construite comme une synthèse de l’histoire de ces groupes qui dépasse le simple état de la recherche historique. L’émergence et la configuration des communautés mudéjares est un prérequis à la compréhension et à l’étude du discours de ces communautés. Ainsi peut-on comprendre la production manuscrite aljamiée comme une « préservation et l’établissement mudéjar d’une tradition discursive islamique, […] celui d’un cadre islamique proprement hispanique, non seulement par l’adaptation au contexte de soumission, mais aussi par le recours progressif au roman ».

La troisième partie de la thèse s’est intéressée à la relation entre codex et praxis : comment fait-on communauté à partir du discours ? Ici apparaît l’importance du personnage central de l’alfaquí, juriste et garant de la norme islamique qui prend une importance croissante au fil des siècles, en ce sens qu’il acquiert une fonction proprement communautaire par sa connaissance des textes.

La quatrième partie de la thèse une opposition entre aljamía (le roman des mudéjares et morisques) et aljamiado (la version scripturaire du premier, langue « artificiellement mixte » et discours des élites, dès lors « sociolecte propre à une catégorie de savants pour véhiculer un discours communautaire et ayant donc des aspects d’ethnolecte ».). Ainsi, « l’émergence de l’aljamiado est le résultat d’une progressive substitution linguistique de l’arabe dialectal par le roman, dont les étapes peuvent seulement être conjecturées ». L’aljamiado peut donc être décrit comme un ethnolecte (langage qui véhicule un discours communautaire) et un hiérolecte, car véhiculant un discours reliant au sacré.

Enfin, c’est à la prédication que s’est intéressé Olivier Brisville-Fertin dans la cinquième et dernière partie de sa thèse : selon trois thématiques, il a étudié comment le discours régulateur de la prédication permettait de construire les frontières de la communauté et de véhiculer un système de croyances.

Le jury a salué un travail extrêmement bien documenté et une thèse constituant un véritable apport pour la communauté scientifique : la précision dans l’utilisation des sources primaires et secondaires, ainsi que la transcription de ces dernières sont également la preuve d’une grande maîtrise des bibliothèques et des manuscrits, a-t-il été souligné. Enfin, plusieurs membres du jury ont mis en avant la grande maturité du travail d’Olivier ainsi que sa capacité de synthèse qui rendent la thèse particulièrement claire. La publication en a donc été vivement encouragée.

Le jury a suggéré plusieurs pistes d’ouverture pour la suite, tout en appuyant un travail d’édition numérique pour offrir une réelle édition des manuscrits et, bien, sûr la continuation du travail sur les sources et leur évolution.

Olivier Brisville-Fertin a été admis au grade de docteur de l’Université de Lyon et a reçu les félicitations chaleureuses du jury.

Compte-rendu rédigé par Amalia Desbrest et Matthias Gille Levenson

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts