[Parution] Alexis Charansonnet, Jean-Louis Gaulin et Xavier Hélary (éd.), Lyon 1312. Rattacher la ville au Royaume ? Lyon, Ciham Editions, 2020, 376 p.

Résumé

Annexion, rattachement ou réunion ? Le bon terme n’est pas facile à trouver, tant le processus qui a conduit les Lyonnais à devenir de bons et fidèles sujets du roi de France a été long et tortueux. Les mots latins du droit (permutatio, annexio, superioritas, imperium, potestas, auctoritas…) employés par les médiévaux eux-mêmes accentuent encore cette difficulté. Une chose est sûre : jusqu’au début du xiv e siècle, la ville relève sans aucun doute possible de l’Empire – séquelle des lointains partages qui ont divisé l’empire de Charlemagne. Mais, depuis saint Louis, les Capétiens ont mis à profit les querelles incessantes qui opposent l’archevêque et les bourgeois de Lyon pour intervenir dans les affaires de la ville. C’est sous Philippe le Bel (1285-1314) que la mainmise se fait plus pesante. En 1307, les « Philippines » fondent la souveraineté du roi sur Lyon ; en 1310, l’armée royale vient à bout des velléités de résistance de l’archevêque ; à partir de 1313, Lyon est le siège d’une sénéchaussée royale nouvellement créée. Tout s’est joué en quelques années. Philippe le Bel et ses conseillers ont montré leur opiniâtreté. Quand la mauvaise foi et la duplicité n’ont pas suffi, ils n’ont pas reculé devant l’usage de la force. À la mort du « Roi de fer », les Lyonnais sont français.

C’est pour mieux comprendre l’entrée de Lyon dans le royaume de France qu’une vingtaine d’historiens ont joint leurs efforts. Il leur a paru nécessaire, en effet, de reprendre la réflexion sur la situation particulière de Lyon à partir du ix e siècle et de la conduire jusqu’au début de l’époque moderne, quand la ville accueille les rois de France sur le chemin des guerres d’Italie. Grâce à leurs contributions, c’est l’histoire toute spéciale d’une ville-frontière, entre France et Empire, qui se trouve éclairée d’un nouveau jour.

Sommaire

IntroductionJean-Louis Gaulin

 

Partie 1 : L’année 1312 et son contexte

 

Lyon 1300Jacques Rossiaud

Philippe le Bel s’est-il posé la question des frontières du royaume ?Elizabeth A. R. Brown

Le tournant décisif (1307-1312) : essai de relecture critiqueSébastien Nadiras

L’« Ost de Lyon » (1310). Les aspects militaires de la réunion de Lyon au royaume (fin XIIIe-début XIVe siècle)Xavier Hélary

L’assemblée générale de mars 1312 à Lyon : un instrument politique méconnu de Philippe IV le BelÉlisabeth Lalou

Imperium pontifical et monarchie française : les couronnements lyonnais de Clément V et de Jean XXII Armand Jamme

 

Partie 2 : Une cité dans le royaume de Bourgogne et dans l’Empire (IXe-XIIIe siècle)

 

Une ville royale sans le roi : la cité des archevêques Burchard, entre nouvelle Église royale et réseaux aristocratiques ancrésFrançois Demotz

Les sœurs ennemies ? Lyon et Vienne de 794 à 1121Nathanaël Nimmegeers

La situation géopolitique de Lyon entre Empire et Royaume (ca. 1230-ca. 1270) : quelques réflexionsAlexis Charansonnet

Les ambitions lyonnaises de la maison de SavoieBruno Galland

 

Partie 3 : Lyon, ville royale (XIVe-XVIe siècle)

 

Défense et illustration de l’Église de Lyon au concile de Constance. Un mémoire en faveur d’Amédée de Talaru (1416)Fabrice Delivré

Lyon et le roi de Bourges (1417-1429) : une loyauté naturelle, réfléchie et calculéePhilippe Contamine

Lyon se défend : délibérations, procès et foires à la fin du Moyen ÂgeGisela Naegle

La ville en représentation face au roi : armoiries lyonnaises et entrées royales, de Louis XI à François IerTania Lévy

Léon, Lyon, le lion : l’art mécanique de Léonard de Vinci au service de la politique royaleMarco Versiero

Une ville-frontière au coeur du royaume. Lyon ville royale et capitale, de Charles VII à François I er (1435-1525)Léonard Dauphant

Index des noms de personne et de lieu

Crédits photographiques et iconographiques

Source : De Boccard

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts