[COMPTE RENDU] SÉMINAIRE DES MÉDIÉVISTES – SÉANCE DU 6 FÉVRIER 2020. “LITTÉRATURE FRANÇAISE ET SCIENCES MÉDIÉVALES, INTERACTIONS ET CONVERGENCES”

Pour cette troisième séance du séminaire des médiévistes de l’année 2020, nous avons eu le plaisir de recevoir Joëlle Ducos, directeur d’études cumulant à l’EPHE, section des Sciences historiques et Philologiques et professeur de linguistique médiévale et de philologie à l’Université Paris-Sorbonne. Cette invitation représentait plus particulièrement la dimension littéraire des recherches du CIHAM, mais avec une approche plus philologique.

Les recherches de Joëlle Ducos s’articulent en trois axes principaux :

  • la science médiévale et la météorologie
  • la diffusion et la réception médiévale de textes savants
  • la traduction et ses enjeux, à travers l’étude de la vulgarisation, des moyens lexicaux pour rendre compte de la nouveauté de concepts et la comparaison entre les vernaculaires européens.

Elle est également à l’origine de l’ANR Creal-science qui porte un projet de dictionnaire du français scientifique médiéval.

La communication s’organisait en deux temps, une partie plutôt théorique où Joëlle Ducos nous invitait à réfléchir à la notion même de littérature au Moyen Âge et à la relation entre littérature vernaculaire et savoir scientifique, et une deuxième partie consacrée à des études de cas.

Joëlle Ducos a d’abord rappelé que la notion de littérature au Moyen Âge, tout comme celle de science, était bien différente de la conception qu’on peut en avoir à partir de l’époque moderne. Elle a évoqué le contexte d’émergence de la science au Moyen Âge ainsi que la différence entre les « petites encyclopédies » (écrites en langue vernaculaire) et les « grandes encyclopédies » (écrites en latin). Il ressortait également que la littérature était, pour beaucoup, hors cursus, c’est-à-dire seulement reliée à l’étude de la grammaire et de la rhétorique. Toutes ces réflexions nous invitaient finalement à nous demander si l’écriture vernaculaire était seulement dépendante de l’écriture savante en latin. Joëlle Ducos a alors fait référence à Savoir médical et sexualité au Moyen Âge, ouvrage fondateur dirigé par Claude Thomasset et Danièle Jacquart qui montre que les textes littéraires permettent l’émanation d’un savoir, notamment au sujet des théories de l’amour. Finalement, il ressort de cette première partie que la littérature de divertissement telle que nous l’entendons aujourd’hui n’existe pas vraiment au Moyen Âge, et nous pouvons pour cela reprendre les mots de Pierre-Yves Badel dans son Introduction à la vie littéraire du Moyen Âge (1984) : «Tout est didactisme au Moyen Âge. […] Tout écrit marque la volonté de son auteur de diffuser son savoir».

À l’issue de cette première partie, nous avons procédé à une série de questions, et Joëlle Ducos a évoqué les thèmes de recherches liés à la vulgarisation du savoir au Moyen Âge méritant une attention toute particulière. Elle a invité les jeunes chercheurs à se diriger vers l’étude des écritures mathématiques, domaine qui reste assez peu étudié car souvent effrayant pour des non-spécialistes.

La deuxième partie de la séance a été consacrée à des études de cas, au nombre de trois.

La première, portant sur « Evrart de Conty, entre sciences et littérature », a permis à Joëlle Ducos d’aborder l’image des échecs amoureux. De plus, en retraçant le parcours et l’œuvre de ce médecin attaché au service du futur Charles V, c’est l’idée même d’auteur littéraire qui a été battue en brèche. Son activité est en réalité celle d’un polygraphe, de la même façon qu’elle témoigne de la circulation des savoirs. L’exemple d’Evrart de Conty illustre bien le caractère multiforme de la culture médiévale. Il se distingue autant par sa qualité de médecin écrivant que par sa connaissance fine des milieux savants.

La deuxième étude de cas a porté sur « la Consultation de Maître Hélie de Toulouse », qui se trouve dans le Lancelot en prose, très beau roman du XIIIe siècle. L’occasion a été donnée alors d’évoquer la question de la géographie des savoirs et de l’interprétation des songes. On connaît toute l’importance du rêve dans l’horizon culturel médiéval et dans la production littéraire, et ce, depuis les Somnia Danielis, livre d’origine grecque qui a connu une grande diffusion à l’époque médiévale. A travers l’étude de plusieurs passages de la Consultation de Maître Hélie, Joëlle Ducos a pu appréhender le rituel divinatoire comme une véritable mise en scène du savoir et du pouvoir du clerc. Et de conclure méthodiquement que la consultation de Galehaut, telle qu’elle se trouve dans le récit, « est donc en lien avec les savoirs les plus précis de l’époque ».

Avec Guillaume de Digulleville et son Livre de pèlerin de vie humaine, nous avons pu étudier l’image de la sphère et du papillon, animal assez rare dans les textes, mais qui apparaît de plus en plus à partir du XIIIe siècle, en particulier dans les marges des manuscrits. L’exemple ici donné est édifiant. Le livre de Digulleville retrace au premier chef la progression de la vie humaine ; c’est pourtant en même temps la florescence d’une nouvelle forme d’encyclopédie par le biais d’une écriture allégorique qui relève du XIVe siècle et non plus du XIIIe siècle.

En fin de compte, cette séance de séminaire nous a permis d’aborder la question de la vulgarisation du savoir, au sens où le savoir se diffuse peu à peu en langue vulgaire. Il semble que cela mette en exergue la création d’une langue savante en français médiéval, ou au moins une adaptation de la langue latine au lexique vulgaire, via l’utilisation de termes locaux ou de traductions littérales, ce qui peut expliquer la « fausse simplicité » de la littérature médiévale qui goûte peu le jargon scientifique.

Compte-rendu réalisé par Amalia Desbrest et Florentin Briffaz.

 

Amalia Desbrest

Doctorante en littérature médiévale espagnole, ENS de Lyon - CIHAM -UMR 5648.

More Posts