[Compte rendu] Séminaire des médiévistes  – séance du 30 janvier 2020. « Recherches doctorales au Ciham»

La séance du séminaire des médiévistes du 30 janvier 2020 était consacrée à la présentation des travaux de doctorants ou jeunes docteurs du laboratoire. Quatre intervenants se sont succédés : Léo-Paul Blaise, Pierre Brugnon, Shirley Daumas et Aurélien Montel. Nous proposons ci-dessous les comptes rendus de leur communication.

 

Léo-Paul Blaise | Les Mérovingiens dans quelques chansons de geste tardives .

Léo-Paul Blaise est en 3e année de doctorat au laboratoire du CIHAM – UMR 5648. Il travaille sous la direction de Beate Langenbruch (ENS de Lyon) et Muriel Ott (Université de Strasbourg) à une thèse dont l’intitulé est : Le cycle de Dagobert ou la question d’un « cycle archéologique » : les Mérovingiens dans la chanson de geste tardive.

La conférence proposée par Léo-Paul Blaise proposait l’étude de trois extraits de chansons de geste tardives (xive siècle) qui constituent un sous ensemble de l’histoire poétique du roi Dagobert. Cette étude avait pour vocation de proposer des pistes de réflexion sur le sens de l’épique mérovingienne. Les trois textes étudiés étaient les suivants :

  • L’épilogue de Ciperis de Vigneveaux (manuscrit unique).

  • La Belle Hélène de Constantinople.

  • La chanson de Dieudonné de Hongrie.

L’étude tendait à montrer le nouveau type de héros épique, le héros tardif, qui laisse voir un homme en devenir, un homme en pleine construction identitaire. Léo-Paul Blaise résumait cela par la tension entre l’idem et l’ipse, autrement dit, la tension entre le « déjà là » et le « pas encore ».

Compte rendu réalisé par Amalia Desbrest

 

Pierre Brugnon | Contestations et violences politiques à la fin du xve siècle en  Savoie. Une principauté en perte de souveraineté ?

La communication de Pierre Brugnon, intitulée « Contestations et violences politiques à la fin du xve siècle en Savoie. Une principauté en perte de souveraineté ? » a permis de rendre compte de ses travaux de recherches doctorales menés sous la direction du Professeur Guido Castelnuovo (Avignon Université) tout en s’inscrivant dans les thématiques explorées par plusieurs membres du Ciham à partir de l’étude de la principauté savoyarde.

Avec faconde, Pierre Brugnon a commencé par justifier les bornes chronologiques de son sujet. Reprenant à son compte l’adage selon lequel « on est toute sa vie dans la nostalgie de son master 1 », ce qui se traduit par son attachement à la famille de Montmayeur à laquelle il a consacré ses premiers travaux, il a dépeint le xve siècle savoyard comme étant quasiment un angle mort historiographique ; une paléographie plus que difficile aidant sans doute à ce relatif désintérêt.

Tout au long de sa communication, Pierre Brugnon a retracé cette époque de grandes tensions, au miroir de documents d’archives. Le paysage politique savoyard est en effet marqué par d’innombrables ligues nobiliaires et par l’apogée de la violence dans les pratiques de pouvoir. Si dès le crépuscule du xive siècle se cristallisent les premières oppositions politiques dans le cadre de la lutte sous la régence entre le parti de Bonne de Bourbon et le parti de Bonne de Berry, c’est bien dans les années 1410-1420 et surtout dans les années 1440-1450 que s’épanouissent les ligues nobiliaires.

Dans le sillage des travaux pionniers d’Alessandro Barbero, Pierre Brugnon a établi un panorama chronologique de ces épisodes de tensions entre 1446 et 1456 tout en insistant sur la nouveauté politique, à savoir l’opposition frontale de toute une partie de la noblesse à l’égard du duc de Savoie qui prend pour favori Jean de Compey. S’il appartient au groupe des « Chyppriens » gravitant autour de la duchesse Anne de Chypre, ce dernier est pourtant issu d’un lignage ancien du Genevois et n’est pas arrivé dans les bagages d’Anne de Chypre. Il a intégré ce groupe et c’est en captant la faveur du prince qu’il s’est constitué un solide réseau d’inimitiés, ce qui lui a valu d’être agressé à l’épée par les membres d’une ligue nobiliaire ; les impétrants étant aussitôt bannis par le duc Louis.

Mettant ainsi en perspective cette époque marquée par des tensions extrêmes et des violences nobiliaires exacerbées (assassinat en 1455 par exemple de Pierre de Menthon, seigneur de Montrottier, par Jean de Compey), Pierre Brugnon a mesuré la part de nouveautés dans l’économie générale de la principauté savoyarde. C’est un nouveau paradigme politique qui se dessine. Pour la première fois, les nobles ne comprennent pas vraiment la politique ducale, courroucés par l’accumulation de charges et de faveurs dont bénéficie Jean de Compey, nommé ainsi lieutenant général en 1448, à l’occasion de la campagne milanaise. Nombreux d’entre eux refusent, chose nouvelle, de servir le prince en armes, alors même que la dimension militaire était au fondement même de la pratique collégiale du pouvoir entre le duc et les nobles. L’échec cuisant de la guerre contre Sforza est en partie lié à ce refus inédit.

En outre, toute une partie de la communication de Pierre Brugnon a justement montré combien le roi de France a profité des contestations nobiliaires en Savoie pour étendre son ingérence et ainsi mettre en péril la souveraineté de cette principauté d’Empire. En effet, par le biais de documents inédits et au moyen d’un dur labeur paléographique, Pierre Brugnon a retrouvé toute une série de mémoires de nobles savoyards en exil auprès du roi de France (et parfois pensionnés) appelant à l’intervention du prince Valois.

Au total, une belle communication visant à montrer, aux dires de l’auteur, qu’aux côtés de la crise financière, de la répétition de régences, ce sont sans doute la politique ducale et surtout la nouvelle contestation nobiliaire qui constituent les causes sérieuses du déclin de la principauté savoyarde tardo-médiévale.

Par le biais d’un échange avec l’auditoire, Pierre Brugnon a précisé sa pensée et émis plusieurs hypothèses. Au premier rang figure celle de la spécificité savoyarde de la collégialité traditionnelle du pouvoir entre le prince et sa noblesse. Compey est le premier favori, ce qui constitue une nouveauté pour la Savoie mais un exemple particulièrement tardif au regard d’autres constructions politiques.

On notera également le soin de Pierre Brugnon à ne pas enfermer les noblesses dans des catégories restrictives. Tout comme d’autres recherches au Ciham le montrent, la noblesse savoyarde doit être saisie dans sa bigarrure. Une distinction stricte entre noblesse d’épée et noblesse de robe (quand bien même ces distinctions recouvrent parfois des conceptions plus modernes) n’est guère opérante. Des individus appartiennent à de vieilles familles seigneuriales mais peuvent se tourner vers des spécialisations en droit. Il est des choix, des investissements qui divergent en fonction des circonstances, des alliances et des occasions politiques.

Compte-rendu réalisé par Florentin Briffaz

 

Shirley Daumas | Étudier les archives de l’érudition : le fonds Pierre Pansier (1864‑1934)

Shirley Daumas est doctorante à l’Université d’Avignon; elle travaille pour sa thèse sur le fonds Pansier, travail qu’elle a présenté au séminaire. Shirley Daumas a montré comment les archives de Pierre Pansier (1864-1934), léguées au musée Calvet d’Avignon à la mort de ce médecin ophtalmologue et érudit avignonnais qui s’est inscrit dans le mouvement de l’érudition non professionnelle de la fin du xixe et du début du xxe siècles sont intéressantes à plusieurs titres pour l’historien.ne.

D’abord, pour sa qualité documentaire. Les archives Pansier, essentiellement constituées d’une production massive de documents (3,5m linéaires, 17.000 folios) par le notable et en majorité consacrés à l’histoire médiévale, histoire de la médecine et des institutions médicales comme histoire d’Avignon, et à la langue et la littérature provençales, contiennent en effet des documents précieux pour la recherche actuelle, du fait de la précision et de la rigueur qui caractérise le travail du docteur; elles ont ainsi pu être utilisées par Jacques Chiffoleau et Daniel Le Blévec.

Par ailleurs, les caractéristiques de la production de Pansier, qui réutilise beaucoup de papiers courants pour produire ses notes et fiches, permettent d’avoir accès à un ensemble de documents rarement conservés et qui sont précieux pour une histoire de la vie quotidienne: publicités, correspondance commerciale, faire-parts, cartes de visite, voire documents judiciaires, le docteur réemployant des documents ayant appartenu à son père avocat.

Shirley Daumas va plus loin et montre comment il est possible de considérer ce fonds non pas comme auxiliaire de recherche, mais également comme objet historique et historiographique indépendant: les archives Pansier permettent de retracer une autre histoire, celle de la méthode historique de l’érudition de ce début du xxe siècle, à un moment où se met en place la professionnalisation du métier d’historien, et où l’archive tend à prendre plus d’importance dans la constitution du savoir historique. Ce fonds peut ainsi aider à l’archivistique et à l’histoire de la science du classement, l’érudit ayant développé une méthode de classement précise, marqueur du besoin de travailler avec rapidité et efficacité. De même, le format des cahiers utilisés par Pansier qui autorisent une prise de notes plus aisée en archive témoignent d’un changement dans les pratiques de l’érudition à cette époque.

Compte-rendu réalisé par Matthias Gille Levenson

 

Aurélien Montel | L’étude des relations entre al-Andalus et le Maghreb à l’époque des Omeyyades de Cordoue : enjeux épistémologiques et documentaires

Aurélien Montel, actuellement ATER à l’université Lumière Lyon 2, a soutenu, en juillet 2019, une thèse intitulée « al-Andalus et le Maghreb à l’époque des Omeyyades de Cordoue. Réseaux d’échanges et ambitions impériales (iiie/ixe-ive/xe siècle) », sous la direction de Dominique Valérian.

L’objectif de cette recherche était de remettre en perspective une historiographie coloniale qui présentait le Maghreb comme un espace passif à l’époque médiévale, les impulsions venant invariablement de l’Espagne. Intéressé par des questionnements épistémologiques sur la pertinence d’un concept comme celui d’Occident musulman, A. Montel a essayé de montrer comment le pouvoir omeyyade de Cordoue a cherché à se projeter vers le Maghreb, dans des dynamiques politiques, économiques et religieuses pour lesquelles ni la guerre ni la mer ne formaient d’obstacles conséquents. En empruntant des paradigmes à des domaines académiques autres (comme la géographie) pour penser la question des circulations humaines et matérielles, A. Montel s’est appuyé sur un corpus principalement composé de dictionnaires biographiques (ṭabaqāt), épluchant ainsi des notices lui permettant de restituer de façon sérielle les itinéraires suivies par les hommes et les biens dans la région.

Sa thèse a ainsi pu montrer que le Maghreb fut bien plus qu’un simple réceptacle mais aussi un espace où les acteurs locaux entrèrent en politique pour négocier des alliances avec le pouvoir omeyyade. Revitalisant des circuits commerciaux hérités de l’Antiquité tardive, les pouvoirs en place participèrent à ces circulations, dont les trajectoires, jusqu’à la crise du ive/xie siècle, révèlent l’hétérogénéité des interactions entre deux espaces qu’on ne peut envisager séparément.

Compte-rendu réalisé par Enki Baptiste

 

 

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. CIHAM, ENS de Lyon.

More Posts