Appel à contributions sur « Faire communauté »

Le séminaire du groupe Questes propose une réflexion sur « Faire communauté », les vendredis 11 avril, 16mai et 13 juin 2014.

Communitas, communio, commune ou communia ? Que l’on se réfère aux racines latines ou aux traductions contemporaines (communauté ou commune), les substantifs susceptibles de désigner la communauté au Moyen Âge sont nombreux.  Ils ne sont pas pour autant interchangeables et traduisent la complexité du terme, la diversité des réalités auxquelles il fait référence. Chacune de ces variations renvoie cependant à l’être-ensemble, à la notion d’un groupe d’individus lié par des intérêts communs et considéré comme un ensemble, uni aussi bien par son action propre que dans son attitude à l’égard de ce qui lui est extérieur.

Le concept a soulevé beaucoup de controverses dans les divers domaines de la sociologie, de la littérature ainsi que de l’histoire. Il ressort de ces recherches une vitalité particulière du terme au cours du Moyen Âge. Des penseurs contemporains, tels Adalbéron de Reims ou l’annaliste de Bénévent, invitèrent à penser la communauté médiévale, qui connut également des applications concrètes. À partir du Moyen Âge central, les communautés se multiplient et s’institutionnalisent de façon à assurer leur pérennité. Ces dernières prennent alors quatre formes principales :

– Les communautés d’habitants (urbaines et rurales)
– Les communautés de métier
– Les communautés religieuses
– Les communautés confessionnelles ou ethniques

Aussi, afin de croiser les champs et d’adopter une approche dynamique, nous proposons de réfléchir au « Faire communauté ». Comment constituer, souder, maintenir une communauté ? Outre leur existence institutionnelle, on pourra envisager les façons dont se définissent et se constituent les communautés, dans la vie quotidienne mais également à travers les représentations iconographiques ou la littérature qui peuvent quelquefois contribuer à les consolider.

L’analyse pourra ainsi s’organiser autour de trois problématiques :

– Entrer en communauté : Comment se forme-t-elle ? Pourquoi et comment entre-t-on en communauté, concrètement et symboliquement ? Qu’apporte-t-on à la communauté et à quoi doit-on renoncer pour la rejoindre ?

– Vivre en communauté : Comment se structure et s’organise au quotidien la vie d’une communauté ? L’idée médiévale de communauté inclut en effet de nombreuses inégalités et hiérarchies. Quelles sont les règles et les institutions qui la régissent, les droits et les devoirs qui incombent à tout membre ? Qu’est-ce qui fait une communauté ?

– Maintenir la communauté : Quels mécanismes, enfin, sont mis en œuvre pour assurer la pérennité d’une communauté ? Quels symboles, quels mythes fondateurs la sous-tendent ? Les rituels, l’art et la littérature sont des vecteurs essentiels  de cette entreprise : puysmédiévaux, mythes à visée identitaire, poésie (tel le Jeu de la Feuillée d’Adam de la Halle qui réunit la communauté d’Arras), tous ces récits y contribuent. Mais le maintien de la communauté amène aussi à se questionner sur sa dissolution, sur l’exclusion de la communauté et les moyens de la quitter.

Quatre ou cinq contributions d’une vingtaine de minutes seront présentées lors de trois séances du séminaire du groupe Questes qui auront lieu les vendredis 11 avril, 16 mai et 13 juin 2014 entre 18 et 20h à la Maison de la Recherche, 28 rue de Serpente (salle D 223). En tant que groupe de jeunes chercheurs, nous privilégions les contributions de doctorants médiévistes. Les présentations en langue française peuvent toucher à l’histoire, l’archéologie, la littérature, l’histoire de l’art, ainsi qu’à la philosophie et à la théologie médiévales.

Après acceptation par le comité de lecture, les contributions pourront faire l’objet d’une parution dans le bulletin de l’association Questes au cours de l’année suivante (http://questes.hypotheses.org/category/bulletin).
Les propositions sont à envoyer aux adresses suivantes : j.conesa.soriano@
gmail.com et pilorget.julie@wanadoo.fr avant le 24 mars 2014.

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts