[Soutenance de thèse] Anne Servais, Des Indes à l’Europe : production, commerce et approvisionnement de l’Occident en bois de brésil, XIIe-XVIe siècle, Paris, 25 janvier 2020

Anne Servais, inscrite à l’ED441, soutiendra le 25 janvier 2020 sa thèse, préparée sous la direction de Thierry Lalot, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et intitulée : “Des Indes à l’Europe : production, commerce et approvisionnement de l’Occident en bois de brésil, XIIe-XVIe siècle”
Lieu et horaire de soutenance : 25 janvier 2020 à 14h00
Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – Paris 2e – salle Perrot (2e étage)

Jury
M. Etienne Anheim, Directeur d’études, EHESS, Rapporteur
M. Philippe Bernardi, Directeur de recherche, CNRS-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Examinateur
M. Thierry Lalot, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse
Mme Laurence Rivière-Ciavaldini, Professeur, Université Grenoble-Alpes, Rapporteur
M. William Whitney, Maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Examinateur

Résumé

Le bois de brésil est un bois tinctorial rouge utilisé en Occident à la période médiévale et au XVIe siècle non seulement pour la teinture des étoffes, mais aussi en peinture, en particulier en enluminure, comme l’ont montré des analyses physico-chimiques récentes. Durant le Moyen Age, ce matériau provient d’Asie, puis, à partir de la fin du XVe siècle, d’Amérique latine. Notre étude a pour objet de comprendre dans quelles conditions, au Moyen Age et dans les premiers temps de l’ère moderne, le bois de brésil pouvait parvenir de ces régions lointaines jusqu’en Occident et être ainsi disponible sur le marché européen comme matériau colorant pour les artisans et les artistes. Ce travail s’interroge d’abord sur l’époque et les conditions dans lesquelles l’Occident médiéval est entré en contact avec le bois de brésil, et sur ce que savaient ou non les Européens de ce matériau et de l’arbre qui le produisait. Dans un second temps, le questionnement se déplace en Asie pour y identifier les régions productrices du bois tinctorial et retracer son cheminement jusqu’en Occident, d’abord par l’intermédiaire du Proche-Orient arabo-musulman durant la période médiévale, puis par la route du Cap à partir de la fin du XVe siècle. Enfin, la troisième étape de cette recherche se concentre sur l’Amérique pour déterminer où et comment, à partir de la fin du XVe et au cours du XVIe siècle, le Nouveau Monde se met à produire du bois de brésil, cerner les modalités de cette production et analyser le type de régime commercial spécifique alors établi par les Couronnes ibériques pour l’exploitation du brésil américain.

Source : ED441

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière-Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts