[Parution] Pauline Bouchaud et Robert Chanaud (dir.), Le Temps des Limousins. Chroniques, horloges, nostalgies, prospectives du XIe au XXIe siècle, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2019, 244 p.

cover

Présentation

Chaque époque a une manière qui lui est propre d’habiter le temps : de mesurer le temps qui passe et celui qui est passé, d’instrumentaliser le passé pour mieux tirer parti du présent, de rêver ou de craindre le futur. Comment les habitants du Limousin, au cours de l’histoire, ont-ils habité leur temps ?

Mesurer le temps. Comment les chroniqueurs médiévaux parvenaient-ils à débrouiller l’écheveau des siècles passés ? Comment la succession des événements politiques du royaume venait-elle scander les registres des consuls de Limoges ? Le temps du juge et celui de l’assassin pouvaient-ils s’accorder sur l’heure du crime ? Et comment, faute de pendule à la maison, les enfants des villages éloignés du chef-lieu arrivaient-ils à l’heure à l’école ? Et de quelle heure parle-t-on ? Celle du soleil, bien sûr, sauf que chaque commune avait la sienne !

Et puis il y a les usages que l’on fait du passé, de la lecture que l’on en donne – généralement celle qui vous arrange, que ce soit dans le cadre d’un procès familial ou d’une politique. Lorsqu’une église médiévale intégrait des remplois d’édifices antérieurs, c’était pour mieux affirmer l’ancienneté de sa fondation (et les historiens de l’art doivent se débattre avec ce mélange des époques). Comparable était la motivation des bâtisseurs de châteaux néo-gothiques : auréoler du lustre du passé une position sociale. Les édiles municipaux, quant à eux, s’efforçaient plutôt de détruire les encombrants vestiges pour construire une ville moderne, tournée vers l’avenir. Au tournant des XXe et XXIe siècles, le Limousin fut pionnier en matière de prospective régionale ; et il s’avère que cette démarche appartient déjà au passé…

Le Limousin a-t-il fait preuve d’originalité dans son rapport au temps ? Rien ne le prouve, mais on souhaiterait vivement que d’autres études régionales viennent lui donner la réplique.

Sommaire

 

– Robert Chanaud – Avant-propos. Le futur est de retour

– Pauline Bouchaud – Introduction

1 – Mesurer le temps

– Julien Bellarbre – Adémar de Chabannes et les âges du monde. De nouveaux éléments concernant le « millénarisme » de l’auteur.
– Christian Remy – Une mémoire contentieuse au château de Bonneval dans la première moitié du XVIe siècle.
– Nicolas Lestieux – Une lecture des temporalités des registres consulaires du Château de Limoges à l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècles) :  entre rythmes des temps et mémoire du passé.
– Philippe Grandcoing – L’heure du crime. Se repérer dans le temps face à la justice dans les années 1830-1840.
– Vincent Brousse – Le temps de la justice. Chocs des temporalités, 1800-1960. Temps vécu, temps estimé, temps subi.
– Pascal Bousseyroux – Les horloges publiques en Corrèze au XIXe siècle (1830-1923).
– Michel C. Kiener – Le temps, le jour et l’heure. Du temps contraint à l’heure exacte (1800-1914).

2 – Se projeter dans le temps

– Laura Viaut – Construire le futur au Moyen Âge. La justice restaurative de l’an mil à travers le corpus limousin.
– Jean-Marie Allard, Jean François Boyer, Robert Chanaud, Luc Ferran, Stéphane Lafaye, Christian Remy – Geoffroi de Vigeois. La construction du récit historique chez un chroniqueur du XIIe siècle.
– Pauline Bouchaud – Réécrire le passé. L’exemple du chanoine limousin Étienne Maleu († 1322), historien de son église.
– Claude Andrault-Schmitt – Le temps du monument. Un piège pour l’historien de l’architecture médiévale.
– Nicolas Lestieux – Du passé réinventé au passé revendiqué : le gaulois Duratius et la superposition des temporalités dans une cité à l’époque moderne.
– Philippe Grandcoing – Conserver, restaurer, reconstruire. Le XIXe siècle et l’héritage du passé à Limoges et en Haute-Vienne.
– Michel C. Kiener – Limoges 1890-2020. La ville voulue, les rêves brisés.
– Robert Savy – La prospective régionale en Limousin. Limousin 2007 – Limousin 2017.

Source : Presses universitaires de Limoges

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts