[Appel à communication] Poétiques de la Nuit. Night studies de l’Antiquité à l’époque moderne, Paris, 29 avril 2020 [Date limite propositions : 15 février 2020]

Présentation du projet et argumentaire
Antoine Paris et Naïs Virenque souhaiteraient mettre en place (en vue, peut-être, d’un projet de plus grande ampleur) un groupe de recherche sur un domaine d’étude assez récent : les Night Studies.
 
Pour l’instant, les Night Studies constituent un objet scientifique surtout abordé par des contemporanéistes spécialistes d’histoire urbaine. En 2019, lors d’une conférence à la Sorbonne, le professeur canadien Will Straw a remarqué l’expansion de ce thème et a retracé l’histoire de ce qu’il appelle  « la ‘construction d’un champ’ dans la vie académique ». En novembre dernier, des historiens, sociologues et anthropologues ont organisé à Prague un colloque intitulé « Working at Night », où il était essentiellement question de travailleurs sociaux dans les démocraties populaires, de cinéma russe et de théâtre alternatif. À Lisbonne, un groupe de recherche mené par des anthropologues et des sociologues spécialistes d’Urban Studies a publié un appel à communications pour une première International Conference on Night Studies, centrée exclusivement sur l’époque contemporaine. Actuellement, la revue Asie lance un appel à contributions pour un numéro dont le titre sera « La nuit dans l’art asiatique : perceptions, imaginaires, représentations ». Du reste, les Night Studies tiennent une place de plus en plus grande en art, littérature et communication muséographique. En témoignent, par exemple, le roman éponyme de Cyrus Colter, publié en 1979, ou, plus récemment, l’exposition L’oeil et la nuit, qui se tient à l’Institut des Cultures d’Islam de Paris jusqu’au 9 février 2020.
 
Antoine Paris et Naïs Virenque souhaiteraient initier une réflexion collective relevant des problématiques des Night Studies appliquées aux périodes antique à moderne. Il ne s’agira donc pas d’accumuler les études de cas sur des objets historiques, littéraires ou artistiques en les abordant à travers la thématique de la nuit, mais plutôt de proposer une réflexion conceptuelle et notionnelle d’ordre philosophique, heuristique, herméneutique, épistémologique, esthétique ou encore historiographique sur la spécificité de la nuit.
 
Quelques propositions :
– Qu’est-ce que la nuit ?
– La nuit comme repère spatio-temporel, comme durée isolée dans le temps
– La nuit et son atmosphère propre
– Qu’est-ce que discourir sur la nuit ?
– Nuit et perception sensorielle (visuelle, olfactive, sonore, haptique, gustative, mais aussi thermique, spatiale ou encore temporelle)
– Raconter la nuit
– La nuit comme alternative au jour ?
– Spécificité des activités nocturnes
– Des modalités de récit et de mise en image spécifiques à la nuit ?
– La nuit au-delà de l’obscurité du ciel, de la lumière de la lune et du scintillement des étoiles : acteurs, récits, politiques, narration, pièges, ruses, magie, ésotérisme, sorcellerie, démonologie
– Nuit et histoire de l’astronomie, du ciel et des objets célestes
– Apprendre, mémoriser, enseigner, être initié la nuit : quelle spécificité, quels objectifs, quelle efficacité ?
– Prier, célébrer, méditer la nuit
– Symbolique de la nuit
 
– La nuit et d’autres phénomènes d’obscurité : éclipses, brouillard, nuées, tunnels
– Les animaux et les végétaux de la nuit : ceux que l’on entend, ceux que l’on redoute
– Les transformations liées à la nuit : créature hybrides, monstres
– Divinités de la nuit
– Reproduire la nuit : grottes, monastères, chambres, volets, rideaux, paravents, théâtre
– Éclairer la nuit
 
Modalités et informations pratiques
 
Les propositions de communication, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 15 février 2020 à antoine7.paris@gmail.com et nais.virenque@gmail.com.
 
La journée, intitulée « Poétiques de la Nuit. Night Studies de l’Antiquité à l’époque moderne » aura lieu à Paris le 29 avril 2020.
 
S’agissant de la première étape de la constitution d’un groupe de travail, nous ne pourrons malheureusement pas prendre en charge les frais de déplacement et d’hébergement des participants.
 
Source: Naïs Virenque et Antoine Paris

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts