[Parution] Maria Cristina Panzera et Marco Conti (éd.), Ecritures normées et professions (Moyen Âge – XVIe siècle), Bordeaux, Ausonius Editions, 2019, 110 p.

L’expression “écritures normées” est utilisée aujourd’hui particulièrement dans les sciences sociales et le management par référence à l’encadrement des pratiques professionnelles et aux systèmes de gouvernance à l’intérieur des sociétés (rapports, référentiels, formulaires, etc.). La normativité y est conçue comme un outil d’uniformisation, de rationalisation, comme le résultat d’une interaction, voire d’une négociation entre deux forces, celle de l’autorité qui s’exerce d’en haut et celle des groupes professionnels compétents dans la gestion des différentes tâches. Jamais neutre, rarement stable, la norme s’adapte, évolue, parfois disparaît, suivant le rythme des changements économiques, politiques ou sociaux. Qu’en est-il de ces dynamiques pour les époques anciennes ? Comment les historiens abordent-ils les normes d’écriture et leur transmission à l’intérieur des sociétés du passé, faisant le lien avec les questions d’identité sociale et politique ? Ce livre explore à travers différents corpus d’écritures normées le travail des professionnels de l’écriture, le scribe, le secrétaire, l’expert-comptable, le notaire ou encore le spécialiste de l’art militaire, pour reconstruire leur périmètre d’action, le savoir technique qu’ils maîtrisent, leur rapport aux différentes formes de pouvoir. Le lien entre l’écrit, le pouvoir et la société est analysé dans l’espace roman (France, Espagne, Italie) à partir de l’Antiquité et du bas Moyen Âge jusqu’à la première Modernité. L’attention au geste d’écriture, au statut du professionnel habilité à écrire, à l’aspect matériel de sa production et au savoir-faire qu’elle manifeste correspond au renouveau qui caractérise aujourd’hui l’approche historien du rapport entre écrit, pouvoirs et société en Occident.

Sommaire

Marco Conti & Maria Cristina Panzera, Introduction        p. 9

Illo Humphrey, Le métier de scribe-secrétaire dans l’Antiquité et la sténographie latine      p. 15

Michaël Cousin, A la recherche des normes de l’écriture épistolaire chez les chrétiens d’Al-Andalus au IXe siècle    p. 33

Gaël Chenard, La norme capétienne au XIIIe siècle: une certaine écriture de la réalité     p.  47

Marco Conti, La documentation comptable de Bologne (fin du XIIIe – début du XIVe siècle)     p. 59

Sergio Lubello, Les notaires et la plume dans le Moyen Âge italien   p. 75

Maria Cristina Panzera, Les livres pour secrétaires à la Renaissance: nouvelles approches de la question de la norme    p. 87

Michel Pretalli, Normes de composition dans les dialogues sur l’art de la guerre de la seconde moitié du XVIe siècle   p. 101

 

Source et informations complémentaires : Ausonius Editions

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts