[Parution CIHAM-Editions] Laurence Moulinier-Brogi et Marilyn Nicoud (éd.), Ecritures médicales. Discours et genres, de la tradition antique à l’époque moderne, Lyon-Avignon, CIHAM -Editions, 2019, 390 p.

Le Ciham, en tant qu’éditeur, vient de faire paraître cet ouvrage collectif qui inaugure la nouvelle collection « Mondes médiévaux ». Les différentes études ont été rassemblées par Laurence Moulinier-Brogi, Professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université Lumière Lyon2 et par Marilyn Nicoud, Professeur d’Histoire du Moyen Âge à Avignon Université.

 

Présentation de l’ouvrage par Marilyn Nicoud, Professeur d’Histoire du Moyen Âge à Avignon Université, que nous tenons à remercier chaleureusement ici.

 

Écritures médicales. Discours et genres, de la tradition antique à l’époque moderne. Études réunies par Laurence Moulinier-Brogi et Marilyn Nicoud, Lyon, CIHAM-Éditions, 2019-10-31

Initié par des journées d’études organisées à l’université d’Avignon en 2013, ce volume, fruit d’un travail collectif, vise à réfléchir aux formes discursives employées dans le domaine médical, sur une longue durée qui permet de prendre en compte la tradition antique, notamment dans le domaine de la sémiologie médicale, et d’aborder le passage à l’imprimé, à la fin du Moyen Age.

La littérature médicale se caractérise en effet, comme du reste d’autres domaines des savoirs, par une grande variété formelle, qui va de l’encyclopédie au recueil de recettes, des commentaires à des textes d’autorités aux traités consacrés à un unique sujet. Elle partage certaines de ces formes écrites avec d’autres disciplines enseignées dans les universités médiévales, mais aussi avec les arts mécaniques ou avec le champ plus proprement littéraire : summa, commentarium, quaestio, consilium, regimen, compendium, tractatus, versus et autres tabula constituent autant de modalités d’expressions, difficilement réductibles à la notion classique de genre, couramment employée et, en particulier, à la notion de genre médical. Ni l’unicité de l’objet étudié (qu’il s’agisse de gynécologie, de chirurgie, de pharmacopée ou encore de sémiologie), ni le titre donné aux œuvres (qui ne dépend souvent pas de l’auteur, mais de copistes ou d’éditeurs ultérieurs), ni la forme même que ces dernières revêtent ne sauraient suffire à définir un genre, une notion qui soulève parfois plus de difficultés qu’elle n’en résout. Loin d’être une réalité ontologique, un ensemble de conventions discursives qui préexisteraient indépendamment ou préalablement aux productions écrites, le mot utilisé dans le cadre médiéval renvoie en fait à des objets labiles qui sont autant le fruit des conceptions de l’auteur du texte que de son univers de réception. Labiles, ces objets le sont d’autant plus dans le cadre de transmissions manuscrites multiples où la variante est souvent la règle et où la mise en livre produit des effets de lectures qui ne sont pas sans incidence sur la perception et les usages de ces œuvres.

Sans prétendre proposer une approche exhaustive, les contributions rassemblées dans cet ouvrage se proposent d’examiner la généalogie de certaines des formes employées dans le domaine médical, depuis leur création « auctoriale » jusqu’à leur réception « lectoriale ».

Sommaire et fiche technique sur le site du diffuseur, les Editions De Boccard

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts