[Parution] Marie-Céline Isaïa, François Bougard et Alexis Charansonnet (éd), Lyon dans l’Europe carolingienne. Autour d’Agobard (816-840), Turnhout, Brepols, 2019, 382 p.

Lyon, capitale des Burgondes (Ve-VIe siècles), avait été marginalisée au temps des royaumes mérovingiens de l’Entre-Seine-et-Rhin, et ses élites décimées par les pouvoirs francs (VIIe-VIIIIe siècles). La création d’un empire par Pépin le Bref puis Charlemagne a changé la donne. Dans une construction politique qui veut unir la Germanie à l’Italie, la Saxe à la Catalogne, Lyon retrouve une place centrale : porte de l’Espagne chrétienne, voie d’accès privilégiée à l’Italie lombarde dont Charlemagne a fait son premier objectif militaire, la ville devient la tête de pont de la présence franque dans le sud de l’Europe.
Le pouvoir carolingien cependant ne s’impose pas à Lyon seulement par la force, mais en y relevant le gouvernement épiscopal. Des évêques choisis par les empereurs pour leurs compétences intellectuelles sont placés à la tête de la cité. Leidrade et Agobard, Amalaire puis Amolon assurent le rayonnement durable de Lyon par l’excellence des écoles qu’ils fondent et qui attirent des clercs de l’Europe entière, ainsi que par la profusion des manuscrits qu’ils réunissent dans la bibliothèque cathédrale. L’intense activité culturelle lyonnaise du IXe siècle n’est pas corsetée par le soutien politique initial des Carolingiens. Au contraire, les clercs proposent des politiques alternatives au gouvernement des princes francs ; ils appellent à la création d’une Europe unifiée par le respect d’une loi unique et la renaissance d’un empire chrétien universel… Des propositions qui tiennent de l’idéalisme et du fondamentalisme biblique, et qui ne seront jamais suivies d’effet.

Le présent volume réunit des contributions rédigées à l’occasion du douzième centenaire de l’élection épiscopale d’Agobard à Lyon (816-840).

Participation de plusieurs membres du CIHAM à l’ouvrage

Table des matières

Michel Rubellin, Introduction

Jean-François Reynaud, Lyon à l’époque d’Agobard (816-840)

David Ganz, Les plus anciens manuscrits de Lyon et leurs annotations, témoins des activités culturelles. Avant l’épiscopat de Leydrade

Claire Tignolet, Les Hispani à Lyon au temps d’Agobard

Cullen J. Chandler, Agobard and Adoptionism. A Controversy Continues

Fernard Peloux, Lyon au temps d’Agobard, réceptacle hispanique et laboratoire hagiographique

Pierre Chambert-Protat, Des computistes au travail sous Agobard. Pour une archéologie de la vie intellectuelle dans le Lyon carolingien

Louis Holtz, La fidélité de Florus envers Agobard. Témoignage de deux manuscrits

Caroline Chevalier-Royet, La Bible d’Agobard

Claire Dantin, Le manuscrit de Fourvière. Un nouveau manuscrit lyonnais de la Dacheriana

Paul Mattei, Les citations de quelques auteurs grecs dans l’Aduersusdogma Felicis d’Agobard de Lyon. Problèmes de critique textuelle

Warren Pezé, Florus, Agobard et le concile de Quierzy de 838  

Kristina Mitalaité, Agobard et la question des images à l’époque de Louis le Pieux

Michel Jean-Louis Perrin, Agobard et Raban dans la crise des années 830

Philippe Depreux, À l’envers du modèle consensuel. Agobard et la dissension

Charlotte Gaillard, Topographie monastique et réforme durant le haut Moyen Âge

Olivia Puel, Architecture et topographie monastique à Saint-Martin de Savigny du IXe au Xe siècle

Susan Rankin, Agobard’s Corrections to the Antiphoner

Jean-Paul Bouhot, Agobard et Amolon

Marie-Céline Isaïa, Agobard, et après ? La réception d’Agobard à Lyon d’après le manuscrit Paris, BnF, lat. 2853

Jean-Benoît Krumenacker, Pierre Rostaing et la bibliothèque carolingienne de Saint-Jean ou la Renaissance ratée d’Agobard

Jean-Louis Quantin, Protestants et parlementaires. La réception paradoxale d’Agobard au XVIIe siècle

François Bougard, Agobard et son milieu. Conclusions

Index

Tous renseignements sur le site de l’éditeur, Brepols

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts