Journée d’études “Faire de l’histoire comparée” (I.S.H., 22 juin 2012)

Journée d’études “Faire de l’histoire comparée”

Lyon, Institut des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot
Vendredi 22 juin, à partir de 9h00
, Salle Marc Bloch (4 e  étage)

Tout historien comparatiste a été confronté dans son travail aux critiques parfois très dures des détracteurs de cette méthode, selon lesquels elle conduit à gommer les particularités de chaque exemple  étudié  et  à  réduire  à  une  problématique  unique  des  cas  dont  les  historiographies nationales  ou  locales  révèlent  pourtant  la  complexité.

Néanmoins, il s’agira moins lors de cette journée doctorale de défendre notre chapelle que de réfléchir  aux  problèmes  concrets  que  pose  la  pratique  de  ce  type  d’histoire.  Quel  type  de terrains doit-on comparer ? Ces terrains doivent-ils se situer dans la même aire de civilisation comme  le  suggérait  Marc  Bloch  ou  doit-on  oser  englober  des  terrains  aussi  bien  européens qu’extra-européens  comme  le  propose  l’anthropologue  Jack  Goody  lorsqu’il  compare  les renaissances  européennes,  chinoises  et  musulmanes ?  Doit-on  choisir  l’échelle  de  la  nation, comme  ce  fut  longtemps  le  cas  dans  une  histoire    comparée  centrée  sur  la  question  du sonderweg,    ou  plutôt  celle  de  la  région,  de  la  ville ?  Le  terrain  de  recherche  doit-il  être nécessairement  déterminé par une unité géographique, ou ne peut-on pas aussi comparer des institutions (des associations, des partis politiques, des journaux etc.), ou des réseaux (de lettrés ou de savants par exemple) ? Quels problèmes posent l’éventuelle disparité des sources dans ces  différents  terrains,  autant  dans  la  nature  que  dans  l’ampleur  de  la  documentation ? Comment s’y prend-on  pour poser des questions similaires  dans des terrains différents, pour faire  émerger  cette  problématique  commune,  que  Haupt  désigne  par  le  terme  quelque  peu mystérieux  de  tertium  comparationis  (le  troisième  terme  de  la  comparaison,  s’il  y  a  deux terrains)”.  Comment  relever  enfin  le  défi  narratif  que  représente  l’histoire  comparée, autrement dit, comment raconter non pas une mais deux ou trois histoires parallèles ?

Vous trouverez ici le programme de la Journée.

 

Magali Romaggi

Agrégée de lettres classiques, doctorante en littérature médiévale à l'Université Lumière Lyon 2, elle travaille sur la figure de Narcisse au Moyen Âge.

More Posts