Soutenance : Prunelle Deleville, Métamorphose des Métamorphoses, édition critique et étude littéraire des manuscrits Z de l’Ovide moralisé, Lyon, 13/06

Thèse présentée et soutenue en vue de l’obtention du doctorat ès Lettres et Arts, spécialité langue et littérature françaises du Moyen Âge sous la direction de M. Collet et Mme Possamai-Pérez

Le 13 juin 2019, à 14 heures

Salle des colloques (Bâtiment Erato), 18 quai Claude Bernard, 69007 Lyon

Devant un jury composé de

  • Président du jury : M. Jean-Yves Tilliette, Professeur honoraire, Université de Genève
  • Rapporteur : Mme Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeure émérite, Université Paris-Sorbonne
  • Rapporteur : M. Richard Trachsler, Professeur, Université de Zurich
  • Membre du jury : M. Olivier Collet, Professeur associé, Université de Genève
  • Membre du jury : Mme Marylène Possamai-Pérez, Professeure, Université Lumière-Lyon 2

« L’Ovide moralisé, texte du début du XIVe siècle, représente la première traduction et adaptation en français des Métamorphoses d’Ovide. Son auteur anonyme a également moralisé la matière ovidienne, en l’agrémentant d’allégories qui s’appuient sur les quatre sens de l’Écriture. Le texte nous est parvenu dans une vingtaine de témoins, composés entre le début du XIVe siècle et la fin du XVe siècle.Nous distinguons, parmi les copies tardives de l’Ovide moralisé, un groupe spécifique, appelé Z dans le stemma. Il est formé des codices : Berne, Burgerbibliothek, 10 (Z1) écrit après 1456 ; Paris, BnF, français 874 (Z2) copié en 1456 ; Paris, BnF, français 870 (Z3) composé autour de 1400 pour le texte et 1450 pour le décor ; Paris, BnF, français 19121 (Z4) probablement réalisé entre 1390 et 1410. Ces quatre manuscrits présentent une véritable réécriture du texte « original » : le remanieur modifie le récit de la fable, ajoute des expositions historiques qu’on ne lit pas dans les autres copies. Malgré ces points communs, les témoins Z3 et Z4 sont dépourvus d’allégories religieuses, alors que ces dernières ont été réintroduites dans Z1 et Z2. Ces quatre manuscrits présentent donc un moment fort intéressant dans la vie de l’Ovide moralisé

Notre édition critique se base sur le témoin Z3. Ce travail s’accompagne d’une étude linguistique pour mettre en lumière les spécificités de la langue à l’œuvre dans ce remaniement, d’une étude dialectale pour éclairer la production manuscrite, d’un examen des sources pour identifier les influences du remanieur, d’un glossaire pour faciliter la compréhension du texte et enrichir notre connaissance du moyen français. En outre, notre étude codicologique tente de cerner à quel lectorat sont destinées ces versions sans allégories religieuses et donc de mieux comprendre les différentes nuances de la vie intellectuelle et culturelle entre la fin du XIVe siècle et le début du XVe siècle. 

D’autre part, notre commentaire littéraire rend compte de l’originalité de ce remaniement. Son adaptateur n’a pas seulement élidé les allégories religieuses, mais il a aussi développé le niveau concret d’interprétation en ajoutant de nouvelles expositions historiques. Il a également modifié la traduction de la fable afin d’insister sur les thématiques qui intéressent et préoccupent son époque : la conception de l’amour, le statut de la femme. Il reconstruit surtout en profondeur le texte de façon à évacuer toute trace du dogme chrétien. Sa réécriture de l’Ovide moralisé se fait ainsi l’écho des goûts d’un certain lectorat en même temps que d’un débat sous-jacent autour du type de vérité — spirituelle ou uniquement concrète — à accorder aux fables païennes. Notre étude conjointe des témoins Z1 et Z2, dans lesquels les allégories ont été ajoutées, montre en effet que deux visions opposées de la lecture des textes antiques se côtoient. Cette approche de la vie de l’Ovide moralisé témoigne de la façon dont un texte est pétri des représentations de son époque, aussi bien esthétiques, idéologiques que philosophiques, et plus spécifiquement de celles de tel ou tel lecteur. »

Ronan CAPRON

Doctorant en histoire médiévale, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin

More Posts