Appel à contribution:Quand le fait religieux travaille les identités:29/06/2018,Journée d’étude des doctorants du CéSor, EHESS,Paris[délai:19/03/2018]

Au centre des problématiques sociétales contemporaines, les mots « religion », « identité », « laïcité » et « sécularisation », dont les acceptions diverses et parfois antagonistes reviennent inlassablement dans les débats, ne cessent d’interroger le chercheur·e. Souvent instrumentalisé, leur usage dans les débats publics est souvent basé sur des conceptions anhistoriques et essentialistes, comme si ces termes désignaient en soi des réalités empiriques. L’objectif de cette journée d’étude consacrée aux discours, pratiques, et subjectivités des acteurs religieux est de rassembler les étudiant·e·s et jeunes chercheur·e·s (doctorant·e·s, jeunes docteur·e·s, post-doctorant·e·s) en sciences humaines et sociales et de susciter des réflexions et analyses pluridisciplinaires. En valorisant la pluralité des approches, des époques et des aires culturelles, il s’agira d’interroger aussi bien les discours et pratiques que de réfléchir aux formes d’appartenances et d’identifications, collectives et individuelles, privées et publiques, qui en découlent.

ANNONCE

Journée d’étude des doctorants du CéSor du vendredi 29 juin 2018

Argumentaire

Au centre des problématiques sociétales contemporaines, les mots « religion », « identité », « laïcité » et « sécularisation », dont les acceptions diverses et parfois antagonistes reviennent inlassablement dans les débats, ne cessent d’interroger le chercheur.e. Souvent instrumentalisé, leur usage dans les débats publics est souvent basé sur des conceptions anhistoriques et essentialistes, comme si ces termes désignaient en soi des réalités empiriques. L’objectif de cette journée d’étude consacrée aux discours, pratiques, et subjectivités des acteurs religieux est de rassembler les étudiant.e.s et jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s) en sciences humaines et sociales et de susciter des réflexions et analyses pluridisciplinaires. En valorisant la pluralité des approches, des époques et des aires culturelles, il s’agira d’interroger aussi bien les discours et pratiques que de réfléchir aux formes d’appartenances et d’identifications, collectives et individuelles, privées et publiques, qui en découlent.

Longtemps perçue comme inéluctable, l’idée d’un « désenchantement du monde » (Weber, 1917 ; Gauchet, 1985), engendrée par le « rêve moderniste » (Geschiere, 2007), est appréhendée comme la prise de distance à l’égard de la pratique religieuse et des croyances. Or, la revitalisation des grands monothéismes (Hervieu-Léger, 1990) et l’essor de nouvelles formes de religiosités conduisent à repenser les catégories et cadres d’analyse ainsi que les conceptions du croire et du faire croire (Piette, 1999 ; Aubin-Boltanski et al. 2014). Les bouleversements géopolitiques auxquels nous assistons, marqués systématiquement par le pluralisme et pouvant certes s’expliquer par divers facteurs sociaux-culturels, économiques et politiques, donnent aussi à voir la manière dont la religion, source de tensions à l’échelle mondiale, travaille les questions identitaires. En effet, des exemples tirés de l’actualité plus ou moins récente font ainsi apparaitre des interactions entre pluralisme, sécularisation(s) et mécanismes de constructions identitaires, qu’il s’agisse de défendre sa propre spécificité ou une unité culturelle, d’établir des connexions diasporiques et transnationales en fonction des affinités et/ou des alliances dogmatiques, de développer des revendications ou de faire entendre une voix. Évoquons par exemple, les « printemps arabes » (2011), l’usage et l’instrumentalisation des « racines chrétiennes » en Europe, ainsi que les tensions inter et intraconfessionnelles et conflits ethnico-religieux dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, notamment. La prolifération des religions missionnaires (évangéliques et (néo)pentecôtistes), des « nouvelles spiritualités » (New-Age, néopaganisme et chamanisme), des cultes syncrétiques (type Bwiti fang du Gabon), des Églises prophétiques (harristes, kimbanguistes) et des cultes afro-brésiliens ou afro-cubains, qui transforme fondamentalement les paysages socioreligieux, est également basée sur une constellation de sous-ensembles fondés sur des polarités identitaires diverses.

Si l’articulation des questions religieuses et identitaires se pose avec une acuité particulière dans les sociétés contemporaines (Lamine, 2004), les débats qu’elle engendre ne sont pourtant pas propres à celles-ci. Ils ont traversé les époques et les générations, même si leur évocation semble aujourd’hui parfaitement banalisée. Les transformations et les évolutions des sociétés peuvent être analysées au prisme des identités, négociant un espace entre tradition religieuse et passé d’une part, dynamiques présentes et (re)définitions nouvelles d’autre part. On pourrait tout aussi bien citer comme exemples, dans une perspective plus historique, les croisades du Moyen-Âge, les conversions religieuses (spontanées ou forcées) des temps modernes, les missions catholiques aux xviet xviisiècles ainsi que celles des Églises issues de la Réforme au xviiisiècle et en particulier à la fin du xixsiècle… autant d’exemples qui donnent à voir les tensions et contradictions qui se nouent dans l’articulation entre « identité » et « appartenance religieuse ».

Comment et de quelles manières le religieux travaille-il les identités ? Comment les discours, les pratiques, les représentations religieuses et spirituelles (re)définissent-ils les contours des identités nationales, ethniques, de classe, de genres et/ou de sexualités ? Quelles sont les dynamiques sociales – individuelles et collectives – à l’œuvre ? Quels engagements et mobilisations donnent-ils à voir ?

Il s’agit là de pistes d’analyse non exhaustives, applicables à toutes les périodes historiques et à des champs d’investigation pluriels (la classe, le genre, l’« ethnico-racial », l’orientation sexuelle, etc.), sur des terrains sans exclusive géographique, à partir desquels penser l’articulation entre questions religieuses et mécanismes de constructions identitaires.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Lors de cette journée d’étude nous aurons l’occasion de mettre en commun et de confronter nos savoirs théoriques, nos corpus et données empiriques. Les propositions de communication se feront sous la forme d’un résumé de 300 à 500 mots et sont à envoyer par courriel

au plus tard le 19 mars 2018 

à l’adresse suivante : jedoctorantcesor@gmail.com

Elles comporteront un titre, cinq mots-clés, une brève présentation de l’auteur.e et doivent idéalement s’articuler autour de l’un des deux axes suivants :

  1. Pluralisme religieux et mécanismes de constructions identitaires
  2. Engagements et mobilisations

Pour plus d’informations : « Quand le fait religieux travaille les identités », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 01 mars 2018, http://calenda.org/434761


arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

More Posts