Appel : “Les nouveaux territoires diocésains de l’époque médiévale à nos jours”, Saint-Flour, 15-16 juin 2017 [délai : 20 décembre]

Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé de 20 lignes maximum et une courte bio-bibliographie de 10 lignes maximum.

Date limite d’envoi des propositions : 20 décembre 2016

Stephane Gomis

Vincent Flauraud

Extrait de l’argumentaire [téléchargeable ici]:

Le 9 juillet 1317, le pape Jean XXII instaure de nouveaux diocèses dans le royaume de France. Ces créations s’effectuent par démembrement d’entités territoriales issues d’un lent processus de morphogenèse achevé au XIIIe siècle. Parmi ces territoires diocésains, on compte celui de Saint-Flour. Jusqu’alors le haut pays d’Auvergne relevait de l’autorité de l’évêque de Clermont. Pour autant, les frontières du diocèse actuel ne sont que pour partie les héritières de celles du XIVe siècle. La reconfiguration révolutionnaire et concordataire engagée à l’échelle du pays a redessiné à son tour la géographie ecclésiastique en s’appuyant sur les circonscriptions départementales. Le diocèse de Saint-Flour a englobé un temps la Haute-Loire, détachée ensuite pour former le diocèse du Puy. Ces mutations montrent que la fréquente continuité des dénominations de sièges épiscopaux n’est pas forcément permanence des territoires.

Dans cette perspective nous entendons porter la réflexion sur les dynamiques à l’œuvre dans les phases transitoires où des diocèses sont créés, redécoupés, absorbés ou disloqués. Cette approche prend place dans une historiographie qui s’emploie à considérer le diocèse comme un lieu spatialisé de représentations, de pratiques et de pouvoirs. Nous serons particulièrement attentifs aux modalités de construction et de reconfiguration territoriales, ainsi qu’aux pratiques socio-spatiales qui nourrissent une identité. Nous poserons également la question de la pérennité de ces entités diocésaines, y compris dans le cadre des recompositions les plus récentes.

Le socle principal de cette enquête sera le diocèse de Saint-Flour, selon des visées comparatistes avec d’autres aires géographiques à l’échelle de la catholicité. En effet, on ne saurait envisager une telle rétrospective sans qu’elle ne soit liée étroitement à l’histoire du christianisme. Le choix d’une large temporalité, depuis l’époque médiévale jusqu’à nos jours, permettra également de caractériser les continuités et les ruptures.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts