Appel : Parler, crier, chanter : la voix à l’époque romane, 26e Colloque international d’art roman [15 mai]

* Parler, crier, chanter : la voix à l’époque romane, 26e Colloque international d’art roman

date : 21, 22, 23 octobre 2016

lieu : Issoire (Auvergne, Puy-de-Dôme), Halle aux grains

La voix, composante omniprésente et pourtant si difficile à saisir de la réalité médiévale, a été retenue comme thématique pour la vingt-sixième édition du colloque d’Issoire qui se déroulera les 21-22 octobre 2016.

Longtemps réservée aux musicologues, l’étude de la voix concerne en réalité tous les champs de la médiévistique. Si elle reste inaccessible dans son expérience, la voix des hommes et des femmes du Moyen Âge résonne encore dans les sources iconographiques, épigraphiques, littéraires et liturgiques, mais aussi dans la documentation diplomatique et les textes narratifs. Après avoir interrogé le livre et la culture livresque en 2015, il s’agit d’aborder les empreintes de l’oralité dans les productions – textuelles et matérielles, quotidiennes et artistiques – de l’époque romane, en suivant les pistes de recherche tracées par Paul Zumthor, Michel Banniard, Michel Zink, plus récemment par Irène Rosier, Gunilla Iversen et Marie-Noël Colette.

Immédiate et continue, particulière et universelle, intérieure et extérieure, la voix est le mode d’expression essentiel de la communication médiévale, entre activation, transmission et réception des informations. Lien d’engagement, de partage et de communion, la voix se diffuse dans l’espace et dans le temps des relations sociales qu’elle manifeste. En complément ou supplément de l’écrit, elle scelle les contrats, diffuse la connaissance, institue les droits, enseigne les lois humaines et divines. La voix du chantre et du poète proclame la louange de Dieu. La voix du prêtre transforme, dans la liturgie, les biens terrestres en nourritures célestes. Avec l’exploration du rôle de la voix et sa représentation à l’époque romane, il s’agit de contribuer à l’archéologie des paysages sonores médiévaux. De la parole, manifestation articulée du langage, au chant, performance ordonnée et mélodique du texte, en passant par les pratiques codifiées du cri et du silence, la voix connaît des modalités différentes dans son expression, individuelle ou collective, grâce auxquelles l’individu affirme sa singularité (le serment, l’injure, la prière) ou son appartenance au groupe (le chant en chœur, l’hommage, le rituel).

La voix est centrale pour nuancer une opposition excessive entre oralité et textualité dans un Moyen Âge où l’écrit fige et monumentalise la parole autant que la parole réactive et vivifie l’écrit. Elle permet également d’interroger les notions de performance et d’empreinte, et concerne des thématiques connexes très actuelles : les émotions, l’individu, les cultures immatérielles…

La question de « la voix à l’époque romane » pourrait être déclinée suivant plusieurs axes, qui ne sont que des pistes sans prétention d’exhaustivité.

Interpréter/qualifier la voix :

Étude du vocabulaire médiéval désignant et/ou qualifiant la voix, les sons produits par la voix humaine, son opposition au cri animal ou au son musical, la différenciation des types d’énoncés par la voix (speech acts) ; approche lexicographique et théorique de ce que le Moyen Âge a dit de la voix, de ses caractéristiques, de son usage.

Activer/spatialiser la voix :

La voix, le corps, l’espace. Approche du fonctionnement et des pathologies de la voix. Lieux d’activation de la voix : emplacements privilégiés ; évocations visuelles de la performance vocale et de ses contenus. La voix en rythme et en ton ; influence de la prosodie (mètre/vers) sur la composition poétique et sa performance. La figure du poète, une performance de la voix et du texte. Changer de langue, changer de voix. Place de la voix dans l’art de se souvenir, de se remémorer : la voix qui signifie, qui présentifie, occupe l’espace.

Transmettre/matérialiser/réactiver la voix :

Mettre en signes la voix. Ecrit ; images ; notation musicale (rapport signe-sens) ; transition parler-écrire. Notation et transcription (sermons, enseignement, copie, dictée) ; les supports matériels de la voix ; la voix en dehors du monde manuscrit (tablettes, brouillons, notes). Traces de l’oralité dans la diplomatique ; rapport contrat oral/contrat tacite/contrat écrit. L’historien et l’accès aux langues, parlers et dialectes, entre latins et vernaculaires.

La voix de Dieu :

Venue du Ciel dans l’Ancien Testament, la voix de Dieu est une forme privilégiée de la théophanie, entre son, bruit, tumulte et parole ; avec l’Incarnation, elle apparaît au monde dans le Christ. La voix du Messie est le cœur de la vie publique du Christ, de la synagogue au sermon sur la montagne. Exploration exégétique et iconographique de la manifestation verbale de la divinité. Les anges, messagers de la voix divine.

La voix des officiants :

Prière et liturgie ; parole performative, efficacité sacramentelle, parole communautaire, parole déléguée. Rapport entre l’oralité nécessaire du rituel et la présence centrale du livre dans le déroulement de la liturgie ; liens entre la voix et les objets du culte et le décor du sanctuaire. Différenciation des types de paroles prononcées par les officiants, entre chant, oraison et lecture.

Les voix du siècle :

Oralité et chansons de geste. Troubadours et vocalité. Voix profanes et rapport au sacré, cantilènes rustiques. Formes et fonctions des cris dans les textes qui les rapportent, dans le jeu social. Étude des aspects juridiques de la parole prononcée ou de la parole soustraite ou empêchée ; serment, parole, parjure, injure, calomnie, mensonge, vœu, témoignage.

  • Date limite d’envoi des propositions de communication : 15 mai 2016 (titre de la communication et résumé de 10 lignes maximum en français et en anglais).
  • Réunion du conseil scientifique et élaboration du programme : début juillet 2016. Vous recevrez aussitôt un courrier vous avisant de la décision du conseil scientifique.
  • 21, 22 et 23 octobre 2016 : colloque et excursion.
  • 15 mai 2017 : date limite d’envoi des textes pour publication.

Vos propositions de communication sont à retourner avant le 15 mai 2016 par mail à marie-charbonnel@hotmail.fr et vincent.debiais@univ-poitiers.fr.

Merci d’y préciser :

. Vos nom et prénom­

. Profession / Structures de rattachement

. Adresses postale et email

. Titre et Résumé (Anglais/Français)

. Évaluation des frais de déplacement

Renseignements pratiques

Le voyage, les repas et le logement des communicants sont pris en charge par l’association Terres Romanes d’Auvergne sous couvert du rendu effectif de la contribution au volume d’actes. La publication des actes est assurée par l’Alliance Universitaire. Une excursion prévue le dimanche 23 octobre, dont le programme précis reste à définir, vous sera également offerte.

Le colloque sera organisé sur deux journées, les 21 et 22 octobre 2016 à la Halle aux grains de la ville d’Issoire, située place du général de Gaulle, 63500 Issoire (Puy-de-Dôme – France)

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts