Appel à comm. : AFAM, “Cherchez la (petite) bête : l’animal au haut Moyen Âge” (6-8 oct 2016) (date limite : 29 février)

 

APPEL A COMMUNICATION

Association française d’archéologie mérovingienne (AFAM) 2016

“Cherchez la (petite) bête : l’animal au haut Moyen Âge”.

6 au 8 octobre 2016 à Saint-Dizier (Haute-Marne)

Chassé, pêché, domestiqué, familier ou sauvage, l’animal est indispensable à la survie de l’homme et se place naturellement au centre de l’économie des sociétés pré-industrielles.

En effet, l’animal est aussi précieux vivant que mort. Vivant, il est tout autant le pourvoyeur de ressources directes (fumier, lait, graisse, miel, laine, fourrure, etc.) que, par sa force motrice, le complément indispensable aux activités agricoles, artisanales et commerciales. Mort, un large éventail d’activités – boucherie, tannerie, tabletterie, etc. – le transforme et il connaît alors une seconde vie.

Par ailleurs, l’animal participe à l’affichage du statut social d’une personne, de son vivant comme dans sa mort, comme en témoignent la pratique de la chasse, la taille d’un cheptel ou encore les tombes de chevaux jouxtant des sépultures royales et aristocratiques.

Mais la relation animal-homme ne se limite pas à une simple exploitation de l’un par l’autre et l’on ne saurait étudier les sociétés altomédiévales sans prendre en compte la part affective, symbolique, voire religieuse, de l’animal : ornementation sur les bijoux et les accessoires vestimentaires, enluminures de manuscrits, dépôts alimentaires ou banquets funéraires. Ce vaste champ imaginaire et spirituel recèle encore des pans à explorer.

Ces dernières décennies, l’archéozoologie et les spécialités apparentées se sont révélées comme d’irremplaçables vecteurs de connaissance des modes alimentaires, des pratiques agro pastorales, des épizooties, mais aussi des contextes paléoenvironnementaux, notamment à travers l’étude d’espèces tels que les amphibiens, les mollusques ou les insectes. De tels apports ne peuvent que modifier le regard du chercheur et l’amener à réfléchir sur les méthodes de fouille, de prélèvement, ainsi que sur les nouveaux champs d’étude à privilégier dans un avenir proche.

A poils, à pattes, à plumes, à écailles ; du parasite au mammifère : ce colloque se propose donc de faire le bilan des connaissances sur l’animal au haut Moyen Âge (Ve-XIe siècles) en privilégiant la diversité des sources archéologiques, iconographiques et historiques, ainsi que le croisement des approches et des regards.

Une session sera consacrée aux actualités archéologiques altomédiévales, en privilégiant le quart nord-est de la France.

Date limite : 29 février 2016

Merci de nous envoyer vos propositions de communication ou de poster avant le 29 février 2016 à : afamsaintdizier2016@gmail.com

 

Comité d’organisation

Stéphanie Desbrosse-Degobertière (Inrap/CRAHAM UMR 6273)

Virginie Dupuy (Responsable du Musée de Saint-Dizier)

Marie-Cécile Truc (Inrap/CRAHAM UMR 6273)

Comité scientifique

Alain Dierkens (Professeur à l’Université libre de Bruxelles)

Jacques Guillaume (UMR 6298 ARTeHIS)

Olivier Putelat (Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan, UMR 7041 ArScan)

Jean-Hervé Yvinec (Inrap, UMR 7209)

Institutions

AFAM : Association française d’Archéologie mérovingienne – www.afamassociation.fr

 

Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

More Posts