Appel à communication – Journée doctorale du CIHAM – 16 mars 2016 – “Frontières : marges et contacts” – Délai : le 21 février

Appel à communication : Journée d’étude doctorale du CIHAM – UMR 5648

16 mars 2016 [Date limite : le 21 février 2016]

Contact : olivier.brisville[arobase]ens-lyon[point]fr

La journée d’étude des doctorants du CIHAM de cette année présente des modifications par rapport aux années précédentes, discutées et acceptées lors de la rentrée du laboratoire du 9 décembre 2015 dernier.

Tout d’abord, la date de la journée a été avancée à la mi-mars, afin que toutes les disciplines participant du CIHAM puissent être représentées, notamment l’archéologie, peu présentes jusqu’alors en raison des missions de fouilles.

Ensuite, la journée d’étude propose deux parties : une partie thématique, détaillée ci-dessous (une vingtaine de minutes de présentation), et une partie varia permettant aux doctorants qui souhaitent communiquer plus librement de présenter leur sujet de thèse ou un aspect de celui-ci. La proportion de cette seconde partie dépendra du nombre total de propositions reçues. Cette ouverture cherche volontairement à donner la possibilité à un maximum de doctorants de proposer une intervention, afin de permettre d’échanger, que ce soit thématiquement, disciplinairement ou méthodologiquement sur les recherches doctorales en cours. Ces interventions pourront être plus courtes et synthétiques que les communications sur les thématiques retenues, à savoir une quinzaine de minutes, pour que le plus de doctorants possibles, en particulier ceux en première année, puissent prendre la parole. En fonction du total des participants, la durée des interventions sera reprécisée.

Cette journée d’étude se veut un moment de rassemblement et d’échange propice au dialogue entre disciplines et entre jeunes chercheurs.

« Frontières : marges et contacts »

Le trio conceptuel proposé pour cette journée d’étude 2016 pourrait paraître essentiellement spatial et géographique. Pourtant, l’ampleur, l’importance et surtout la polysémie de ces notions présentent des enjeux inter-, voire transdisciplinaires, pouvant fédérer les diverses disciplines du CIHAM, à l’image des axes de recherche du laboratoire. En effet, si l’on peut souligner des renvois évidents au nouvel axe 1 « Territoires, marges et frontières » ou au séminaire « Marges et frontières de l’Islam médiéval », tous les axes de recherche sont en réalité invoqués ici : tous peuvent aborder cette thématique.

La frontière, comme limite, est une division entre deux espaces, qui se projette et se concrétise pour devenir une réalité construite : le mur d’Hadrien est un exemple du limes romain antique, comme la ligne Maginot l’est de la frontière franco-allemande. Cependant, cette notion renvoyait davantage au Moyen Âge à des espaces militarisés périphériques, à des marches ou marges, à des fronts, origine étymologique du terme « frontière », plus qu’à une ligne séparatrice d’un territoire intégralement dominé et maîtrisé. On pourra alors penser aux marches de l’empire carolingien ou à celles d’al-Andalus. Étudier ces espaces marginaux permet ainsi d’envisager des stratégies de défense, d’appropriation et d’organisation de l’espace, des mécanismes géopolitiques de démarcation et de maîtrise d’un territoire, des volontés d’affirmation d’un pouvoir ou d’une entité politique. Cela permet également de considérer les relations entre ces marges frontalières et les centres de pouvoir, l’intégration dans des réseaux qui pouvaient de fait être transfrontaliers.

En effet, comme marge, la frontière est tant ce qui sépare que ce qui unit et implique nécessairement des contacts entre plusieurs espaces et communautés, ainsi que des échanges. Ces zones limitrophes sont par définition aussi bien en lien avec l’intérieur, qu’en contact permanent avec l’extérieur. Bien loin de constituer une séparation hermétique comme zones tampons, les marges pouvaient au contraire être le lieu de transferts, l’interface rendant possible des échanges et des emprunts à plus large échelle entre plusieurs ensembles, pouvant même donner lieu à des hybridations : les monnaies franques en langue arabe, les motifs orientaux dans la culture matérielle comme les tapisseries ou les fresques, l’architecture mudéjare, etc. Les contacts s’illustrent aussi tout particulièrement dans le domaine des humanités, par les emprunts de motifs littéraires ou d’éléments lexicaux : la poésie lyrique du troubadour occitan qui se diffuse à travers l’Occident, par exemple, ou encore l’intégration d’arabismes dans les langues romanes. Ce sont alors des contacts entre genres et traditions textuels ou entre variétés linguistiques qui peuvent être abordés.

À une autre échelle, les frontières peuvent être cette fois internes, donnant lieu à des divisions et des séparations au sein de régions, de villes ou de sociétés, qui font émerger des marges et s’accompagnent d’interrelations conflictuelles ou symbiotiques. Il en ressort, ainsi, plusieurs intérêts et enjeux : l’organisation et les dynamiques spatiales d’une ville ou d’un territoire, les relations entre divers groupes et communautés d’une collectivité, mais aussi, par exemple, le discours sur ces franges internes à la société.

D’un point de vue textuel, le terme de marge peut aussi bien être envisagé dans son sens propre – comment ne pas penser aux marges du manuscrit ou du livre ? –, que dans son sens figuré, le cotexte, le contexte et l’intertexte apparemment « laissés en marge », mais qui revêtent une importance cruciale pour le philologue. Bien souvent, si tout texte peut être appréhendé comme une unité en soi, son étude nous permet de mettre à jour un réseau dans lequel il s’insère et avec lequel il entretient explicitement ou non des liens : la transmission par l’adoption et l’adaptation des classiques antiques, que ce soit dans une œuvre comme l’Ovide moralisé ou les écrits aristotéliciens commentés par les penseurs arabo-musulmans, transcende les frontières chronologiques, linguistiques et géographiques.

Une autre dimension de cette thématique – dernière de cet argumentaire mais n’épuisant en aucun cas la richesse de celle-ci –, porte sur la question méthodologique : réfléchir aux frontières de nos domaines, aux marges thématiques à explorer dues aux limites paradigmatiques ou factuelles de nos disciplines et aux contacts entre celles-ci : comment les études archéologiques, par exemple, contribuent à pallier des lacunes documentaires grâce à la palynologie ou l’archéozoologie ou comment la linguistique diachronique permet d’attester la prédominance d’une communauté sur une autre via l’ascendance de sa variété.  Bien que nos formations académiques soient aussi diverses que nos sources, nos démarches ne sont-elles pas semblables à bien des égards et le contact et l’échange entre champs d’étude ne peuvent-ils enrichir et aider à approfondir nos recherches ? Ces dernières années ont vu l’affirmation d’une dynamique allant dans le sens de l’interdisciplinarité et de la transdisciplinarité, ou du moins des encouragements et des incitations à aller en ce sens. Dans le cadre de cette dynamique, il conviendrait de s’interroger sur les difficultés, les écueils et les avantages d’une telle démarche.

Olivier Brisville-Fertin

Doctorant en études hispaniques sur les manuscrits aljamiados des communautés mudéjares et morisques d'Aragon, en particulier les prédications musulmanes en vernaculaire.

More Posts