[Séminaire] Séance 3 du séminaire doctoral MAiGRE “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ?”

Date : le 21 février

Carnet Hypotheses du séminaire : https://maigre.hypotheses.org/

Chères toutes, chers tous,

L’unité de recherche MAiGRE (Moyen Âge interdisciplinaire à Grenoble) est ravie de vous inviter à la troisième séance de son séminaire mensuel sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” qui aura lieu le mercredi 21 février à 17h30 en ligne sur Zoom (code secret : 724290). 

Nous aurons le plaisir d’écouter Rémi Leroy, doctorant en 4e année de thèse de philosophie à l’Institut de Philosophie de Grenoble. Son travail de thèse se consacre à “La question théologico-politique chez Augustin et Farabi”. Son intervention dans cadre du séminaire s’intitulera Augustin, un médiéviste ? – De la notion d’un “augustinisme politique” médiéval à la philosophie de l’histoire d’Augustin lui-même. En voici le résumé : 

L’historiographie contemporaine se propose de redécouvrir la fin de l’Antiquité, conçue non plus comme l’annonce d’un « âge sombre » et d’une brusque rupture vers le Moyen Age, mais comme une évolution progressive dénommée « Antiquité tardive ». Au sein de cette période, Augustin (354-430) est dès lors vu comme une expression particulièrement flamboyante de l’Antiquité tardive (BROWN, 2001) et non plus comme une figure de la « fin de la culture antique » (MARROU, 1949) comme le défendit Marrou avant de se rétracter (MARROU, 2003). 

Sans dénier l’apport majeur de la revalorisation de l’Antiquité tardive, cette communication visera à étudier un angle nouveau : si Augustin est assurément un homme de l’Antiquité, n’est-il pas possible de voir en lui simultanément un homme médiéval, par sa philosophie de l’histoire, un des précurseurs et des théoriciens, à la faveur des crises de son époque dont il se fait l’interprète (notamment le sac de Rome en 410 point de départ de l’ouvrage La cité de Dieu) de l’entrée dans un nouvel âge, que nous appellerons ensuite  « Moyen Age » ? Comment Augustin peut-il nous aider à réfléchir sur la dynamique qui traverse cette période qui semble n’être appelée parfois que par défaut, comme un milieu entre deux cimes, « Moyen Age » ? Augustin peut-il nous dire quelque chose de la conscience d’eux-mêmes des hommes médiévaux, de leur rapport au temps et à l’histoire ?

 Cette analyse requiert dès lors de comprendre autrement ce que l’on a dénommé « augustinisme politique » (ARQUILLIERE, 1934) dans la continuité des études augustiniennes contemporaines (SOLIGNAC et TARDIVEL, 2021) et, sur le plan historique, dans la continuité du rôle déterminant donnée par les études récentes à l’Eglise dans l’évolution du Moyen Age (MAZEL, 2021).

Nicolas Mazel

Nicolas Mazel est doctorant à l'Université Lumière Lyon 2 et à l'Université de Genève. Il effectue une thèse de littérature intitulée "Fortune des Héroïdes d'Ovide au Moyen Âge (XIe-XVe siècles : domaines français, latin et italien) sous la direction de Marylène Possamaï et de Cédric Giraud.

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nicolas Mazel (16 février 2024). [Séminaire] Séance 3 du séminaire doctoral MAiGRE “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ?” Doc-Ciham. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vuma


Nicolas Mazel

Nicolas Mazel est doctorant à l'Université Lumière Lyon 2 et à l'Université de Genève. Il effectue une thèse de littérature intitulée "Fortune des Héroïdes d'Ovide au Moyen Âge (XIe-XVe siècles : domaines français, latin et italien) sous la direction de Marylène Possamaï et de Cédric Giraud.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search