[Appel à contribution] L’Archéologie, science auxiliaire de l’Histoire ? Archaeologia Medievalis 47 – Namur, 11 12 mars 2024 – DL : 12 janvier 2024

Namur
11-12/03/2024
Moulins de Beez

La 47e édition d’Archaeologia Mediaevalis se tiendra à Namur le lundi 11 et le mardi 12 mars 2024.

Ce colloque ne s’adresse pas uniquement aux archéologues, mais aussi aux archéopédologues, aux paléoanthropologues, aux spécialistes en paléoenvironnement, céramologues, etc., toutes les disciplines qui mènent à une meilleure connaissance de la période. Aussi, nous accueillons toute contribution permettant une étude extensive et intégrée du patrimoine archéologique.

Comme les années précédentes, nous consacrerons le premier jour à une journée thématique dont vous trouverez ci-joint l’argumentaire. Sous le titre « L’Archéologie, science auxiliaire de l’Histoire ? », c’est la relation entre archéologues et historiens qui retiendra notre attention.

Si vous désirez présenter une communication concernant vos travaux de l’année 2023, nous vous prions de nous renvoyer la fiche jointe en annexe complétée avant le 12 janvier 2024.

Vu le nombre toujours plus important de communications chaque année, les organisateurs vous confirmeront si votre communication a été acceptée.

En ce qui concerne la Chronique, nous vous prions de nous faire parvenir vos textes relatifs aux recherches et études archéologiques avant le 12 janvier 2024 à l’adresse courriel suivante : archaeomed[at]gmail.com. Ces textes doivent être de courts résumés (maximum 8000 signes, espaces compris) relatifs aux sujets traités. Les références bibliographiques concernant 2023 seront envoyées séparément.

Thème 2024 : L’Archéologie, science auxiliaire de l’Histoire ?

Voici une cinquantaine d’années que les archéologues sont devenus des contributeurs de l’Histoire des périodes médiévale et moderne.

Mais quel rapport entretiennent-ils avec les historiens ? Comment les données archéologiques sont-elles intégrées dans leurs recherches ?

Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’aménagement du territoire, sous couvert du développement économique, ne cesse de détruire les vestiges de l’histoire de nos villes et de nos campagnes avec une intensité sans précédent.

Dans le contexte agité de cette urgence permanente, les archéologues apparaissent souvent comme des enfants turbulents, non seulement aux yeux des administrations et des entrepreneurs mais aussi des historiens.

Comment ces derniers comprennent-ils la pression qui pèse sur les archéologues obligés de lire leurs sources au fur et à mesure de leur destruction, amplifiée par la nécessité de travailler en équipe pluridisciplinaire en raison de la nature polymorphe de la source, tout en étant confrontés à des sujets inattendus, dans des contextes méconnus, face à des aménageurs toujours pressés ?

Les historiens ont-ils seulement conscience du potentiel heuristique de l’Archéologie… Ont-ils conscience qu’ils ne pourront tendre à l’exhaustivité de la mobilisation de sources disponibles sans y inclure la source archéologique ?

A l’inverse, les archéologues, souvent spécialisés dans l’étude de la Préhistoire ou de l’Antiquité, ont-ils conscience que leurs sources sont aussi des sources « historiques », en ce qu’elles peuvent contribuer à écrire l’Histoire ? Ont-ils conscience de leurs apports et des questions historiques qu’ils pourraient contribuer à résoudre ? Mais comment rendre les historiens disponibles pour envisager ces questions avec eux ?

Quel avenir peut avoir l’archéologie si elle se limite à un acte technique dont le seul objectif serait l’accumulation d’artefacts ?

C’est cette relation entre archéologues et historiens que nous souhaitons aborder lors de cette journée thématique. Comment cette relation a-t-elle évolué ? Quelles sont ses perspectives ?

Source : RMBLF.be

Simon Rozanès

Doctorant en histoire médiévale, j'étudie la vie politique dans les petites communautés de la basse vallée du Rhône, dans une perspective d'histoire "par le bas".

More Posts

Follow Me:
LinkedIn


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Simon Rozanès (13 décembre 2023). [Appel à contribution] L’Archéologie, science auxiliaire de l’Histoire ? Archaeologia Medievalis 47 – Namur, 11 12 mars 2024 – DL : 12 janvier 2024. Doc-Ciham. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nucm


Simon Rozanès

Doctorant en histoire médiévale, j'étudie la vie politique dans les petites communautés de la basse vallée du Rhône, dans une perspective d'histoire "par le bas".

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search