[APPEL À COMMUNICATION] Genre et manuscrits au Xe siècle, Paris, DL 22 Janvier 2024

Le Xe siècle, pendant un temps considéré comme un « siècle de fer » par l’historiographie, a fait l’objet de multiples réévaluations depuis le début du XXIe siècle. Du point de vue de la production manuscrite cependant, le Xe siècle apparaît comme un parent pauvre du Moyen Âge. Reconsidérant cet apparent déclin, les récents travaux interrogent les transmissions et les transformations des pratiques manuscrites carolingiennes, montrant au contraire le renouveau des codices au Xe siècle1. Des grands centres carolingiens comme Saint-Gall, Reims, Auxerre, Fleury ou encore Ratisbonne copient de nouveaux textes et insèrent de nouveaux commentaires et de nouvelles gloses dans les manuscrits. La production manuscrite s’accentue aussi dans des espaces périphériques comme le nord de l’Espagne et le sud de l’Angleterre.

En outre, cette production manuscrite n’a encore que peu été étudiée sous l’angle du genre, sans doute en raison du déclin des monastères féminins à partir de la fin du IXe siècle. Pourtant, certaines institutions féminines, notamment en Saxe ottonienne, continuent d’être des lieux de copie et de production écrite : c’est à Gandersheim que Hrotsvita compose ses poèmes, ses drames et ses œuvres historiques. Mais elle n’est pas seule : dans le royaume de León, Ende réalise les centaines de miniatures du Beatus de Gérone.

Le psautier perdu de la reine Emma témoigne aussi de la commande et de la possession de manuscrits. Dans l’Europe du Xe siècle, les femmes composent, copient, possèdent et utilisent les codices.

Le but de cette journée d’étude est donc de proposer une réflexion sur l’articulation entre les manuscrits du Xe siècle et le genre. L’approche sera résolument comparatiste : toute l’Europe de l’Ouest pourra être traitée, y compris des régions parfois encore considérées, à tort, comme marginales, à l’instar de l’Espagne ou de l’Angleterre. La borne chronologique du Xe siècle ne doit pas être comprise de façon restrictive et peut inclure les décennies précédentes et le début du XIe siècle.

Dans cette perspective, les participant‧e‧s sont invité‧e‧s à réfléchir autour de plusieurs axes :

La production, la diffusion et les réseaux de circulation des manuscrits. Les institutions masculines et féminines prennent-elles part de la même manière à la copie des manuscrits au cours du Xe siècle ? La forme prise par les manuscrits est-elle différente ? Les institutions féminines insèrent-elles dans les mêmes réseaux de production et de diffusion des codices ? Les femmes s’inscrivent-elles dans les mêmes réseaux de lettré·e·s que les hommes ?

Les œuvres lues et la literacy. Est-ce que les hommes et les femmes lisent les mêmes choses ? Leurs usages des manuscrits diffèrent-ils ? Quels est leur rapport à l’écrit ? La question vaut tant pour le latin que pour les langues vernaculaires, précocement écrites en Angleterre par exemple, et pour l’accès au grec.

La mise en scène dans le manuscrit. Les hommes et les femmes se mettent-ils en scène de façon similaire à travers les manuscrits ? Les colophons et, partant, les copistes ont-ils recours aux mêmes tropes et aux mêmes techniques ? Les inscriptions marginales ou non révèlent-elles des dynamiques genrées ?

L’auctoritas. L’auctoritas est-elle genrée ? Les femmes sont-elles en marge ? En quoi la réception des œuvres féminines est-elle différenciée au Xe siècle ? La conservation et la transmission des œuvres féminines dépend-t-elle d’un critère genré ?

Les propositions de communication, en français ou en anglais d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 22 janvier 2024 à justine.audebrand@univ-poitiers.fr et julie.richard-dalsace@univ- paris1.fr.

Date : 12 octobre 2024. 

Bibliographie indicative Selective bibliography

I/ Manuscrits et genre / manuscripts and gender

Beach Alison, Women as Scribes: Book Production and Monastic Reform in Twelfth- Century Bavaria, Cambridge, Cambridge University Press, 2004

Bodarwé Katrinette, Sanctimoniales litteratae: Schriftlichkeit und Bildung in den ottonischen Frauenkommunitäten Gandersheim, Essen und Quedlinburg, Münster, Aschendorff, 2004.

Bosseman Gaëlle, « Femmes et memoria liturgique dans la péninsule Ibérique (Xe-XIIIe siècle). Une approche à partir des Beatus », Médiévales, 80, 2021, p. 119-135

Goullet Monique, La femme et l’écriture au Moyen Âge, Auxerre, Musée Abbaye Saint Germain, 1998. Le Nan Frédérique, Poétesses et escrivaines en Occitanie médiévale. La trace, la voix, le genre, Rennes,

PUR, 2021.

Saunders Corinne, Watt Diane (éd.), Women and Medieval Literary Culture. From the Early Middle Ages

to the Fifteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2023. II/ Manuscrits au Xe siècle / manuscripts during the 10th century

Greer Sarah L., Hicklin Alice et Esders Stefan (éd.), Using and Not Using the Past after the Carolingian Empire, c. 900 – c. 1050, Abingdon, Routledge, 2019.

Kitzinger Beatrice E. et O’Driscoll Joshua (éd.), After the Carolingians. Re-defining Manuscript Illumination in the 10th and 11th Centuries, Berlin, De Gruyter, 2019.

Pezé Warren (éd.), Wissen und Bildung in einer Zeit bedrohter Ordnung. Knowledge and Culture in Times of Threat: The Fall of the Carolingian Empire (ca. 900), Stuttgart, Hiersemann, 2020.

Version anglaise dans le PDF ci joint.

AAC_genreetmanuscrits 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
sebastienvillevieille (7 novembre 2023). [APPEL À COMMUNICATION] Genre et manuscrits au Xe siècle, Paris, DL 22 Janvier 2024. Doc-Ciham. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nuc9


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search