[Soutenance] Jean-Paul Rehr, Hérésie, politique et inquisition dans le comté de Toulouse. Édition et étude du ms. 609 de la Bibliothèque municipale de Toulouse : le registre de la « grande enquête inquisitoriale » à Toulouse, 1245-46 – Lyon, 2 octobre 2023

Informations pratiques

Titre : Hérésie, politique et inquisition dans le comté de Toulouse. Édition et étude du ms. 609 de la Bibliothèque municipale de Toulouse : le registre de la « grande enquête inquisitoriale » à Toulouse, 1245-46

Date : 2 octobre 2023 à 14h

Lieu :  Amphithéâtre Benvéniste, Lyon 2 Bâtiment Gaïa / Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Berges du Rhône

Résumé

Pendant 231 jours entre mai 1245 et juillet 1246, la plus grande inquête inquisitoriale connue du Moyen Âge s’est déroulée à Toulouse. Plus de 5 400 habitants de plus de 100 villages situés entre Toulouse et Carcassonne – des seigneurs et des dames aux fabricants de textiles et aux couteliers des paroisses du Lauragais – ont dû parcourir des journées entières pour se rendre à l’abbaye de Saint-Sernin et confesser aux inquisiteurs dominicains Bernart de Caux et Johan de Saint-Pierre toute connaissance de l’hérésie, qu’il s’agisse des vivants ou des morts. Les traces de cette « grande enquête inquisitoriale » est sont conservées dans les 260 folios du ms. 609 de la Bibliothèque municipale de Toulouse (MS609), qui contient plus de 5 700 confessions et dénégations d’hérésie. Depuis la « redécouverte » du manuscrit au milieu du XIXe siècle, un consensus s’est rapidement établi parmi les historiens, selon lequel ces milliers de dépositions reflètent une « enquête générale sur l’état de la religion » dans le Lauragais. Le MS609, affirme-t-on, fournit la preuve de l’hérésie dualiste des Cathares et de leur église hérétique, ainsi qu’une mesure de la pénétration de l’hérésie dans la population par le mélange de confessions et de dénégations. Le manuscrit est devenu controversé avec The Corruption of Angels de Mark Pegg, la seule monographie sur l’inquisition contenue dans le MS609. Mark Pegg soutient que toute apparence de catharisme dans les dépositions est une projection des historiens, une interprétation de ces derniers basée sur le fait que les inquisiteurs eux-mêmes ciblent sélectivement certaines pratiques « séculières » et « religieuses » de la population et des bons hommes et femmes (les « hérétiques »), et les transforment en actes hérétiques.

La présente thèse s’inscrit dans cette controverse avec deux objectifs. Le premier est de fournir aux historiens une édition savante du MS609, dans la mesure où tout débat a été entravé par le manque d’accès au texte complet permettant de tester les hypothèses. L’édition est « numériquement native », encodée en TEI-XML, et disponible en libre accès en ligne (http://medieval-inquisition.huma-num.fr/) avec de nombreux outils pour faciliter l’utilisation et la recherche du contenu. Le deuxième objectif est de soutenir l’édition par une étude diplomatique et historique du manuscrit et de son contenu avec une méthodologie qui dépasse l’échantillonnage sélectif que l’on trouve dans l’historiographie du catharisme. L’étude tente de comprendre la « grande enquête
inquisitoriale » comme un événement historique, encadré par la question suivante : « Comment les inquisiteurs ont-ils interrogé 5400 personnes en 231 jours ? » De nouvelles réponses à cette question émergent lorsque l’inquisition est envisagée dans sa globalité, facilitée par l’édition numérique. L’inquisition n’était pas une « enquête générale » mais visait une classe sociale spécifique dans les villages, peu discutée dans l’historiographie : les consuls et les probi homines. Les « hérésies » et les « hérétiques » apparaissent dans les aveux moins comme le reflet d’une réalité complexe que comme des déclarations de culpabilité préparées et coachées. De plus, bien que les confessions contiennent des auto-accusations claires d’hérésie, les punitions infligées par les
inquisiteurs par la suite ne semblent pas refléter la culpabilité d’un individu donné en matière d’hérésie, mais plutôt les conséquences de la rupture d’un serment prêté aux inquisiteurs. Pourtant, le contexte est important : les villages du Lauragais se sont révélés résistants à l’inquisition, et différents inquisiteurs ont tenté et échoué à soumettre la région pendant près d’une décennie. Dans l’ensemble, la « grande enquête inquisitoriale » donne l’impression d’être moins une enquête générale que le résultat bien préparé d’une négociation. Cette négociation elle-même semble avoir été une solution politique au moment où l’inquisition de l’hérésie et les conflits profonds qu’elle générait, interféraient avec les ambitions plus vastes et croisées du comte de Toulouse Raimond VII, du roi de France Louis IX, du pape Innocent IV et de l’empereur Frédéric II.

Jury

  • Cécile Caby, Professeure des Universités, Sorbonne Université
  • Marie Dejoux, Maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Jean-Louis Gaulin, Professeur des Universités, Université Lumière Lyon 2
  • Claire Lemercier, Directrice de recherche CNRS, CSO Sciences Po Paris (rapporteuse)
  • Laurent Macé, Professeur des Universités, Université Jean Jaurès Toulouse 2
  • R.I. Moore, Professor Emeritus, University of Newcastle
  • Mark Gregory Pegg, Professor of History, Washington University, St. Louis (rapporteur)
  • Julien Théry, Professeur des Universités, Université Lumière Lyon 2 (directeur de thèse)

Simon Rozanès

Doctorant en histoire médiévale, j'étudie la vie politique dans les petites communautés de la basse vallée du Rhône, dans une perspective d'histoire "par le bas".

More Posts

Follow Me:
LinkedIn


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Simon Rozanès (26 septembre 2023). [Soutenance] Jean-Paul Rehr, Hérésie, politique et inquisition dans le comté de Toulouse. Édition et étude du ms. 609 de la Bibliothèque municipale de Toulouse : le registre de la « grande enquête inquisitoriale » à Toulouse, 1245-46 – Lyon, 2 octobre 2023. Doc-Ciham. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nubv


Simon Rozanès

Doctorant en histoire médiévale, j'étudie la vie politique dans les petites communautés de la basse vallée du Rhône, dans une perspective d'histoire "par le bas".

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search