[Appel à communication] Colloque national. Du traité de Verdun à l’an Mil. Frontières, pouvoirs, économies. Regards croisés de l’histoire et de l’archéologie. 16, 17, 18 novembre 2022. Clôture de l’appel le 15 avril 2022.

Colloque organisé entre le mercredi 16 novembre et le vendredi 18 novembre 2022 à Mâcon (Saône-et-Loire) par Daniel Barthèlemy et Gilles Rollier (Inrap).

La connaissance de la période située entre le milieu du IXe siècle caractérisée historiquement par le partage de l’Empire carolingien entre les petits fils de Charlemagne et l’an Mil est en pleine évolution. En témoignent de nombreuses fouilles qui, notamment avec des outils chronologiques plus affinés et une vision plus globale permettant l’intégration des sites dans les différents environnements naturels et humains, apportent des données parfois très inattendues. Du point de vue épistémologique, nous profitons aussi depuis maintenant plusieurs années d’une évolution dans l’historiographie du haut Moyen Âge qui ouvre le champ des possibles pour apprécier les périodes considérées plus dans leurs continuités que dans leurs ruptures. Le colloque proposé en 2022 participera à apporter un débat et une réflexion sur les IXe-Xe siècles, ceux-ci pouvant être interprétés comme un temps participant à la gestation de la société du Moyen Âge central.

La programmation d’un colloque scientifique dans la ville de Mâcon s’inscrit dans la suite des fouilles réalisées à Mâcon en 2019 à la hauteur du jardin de l’ancien couvent des Minimes. L’opération archéologique a mis en évidence une très importante occupation carolingienne qui pourrait être datée de la deuxième moitié du IXe siècle. Les premières conclusions poussent à envisager que la ville de Mâcon connaît dès cette époque une première extension vers le sud, depuis le castrum en direction de la nécropole antique et médiévale dite « des Cordiers ». Ce développement de la ville, précoce, associant habitats et lieux artisanaux orientés en particulier autour de la métallurgie pourrait avoir été voulu par les pouvoirs en place, ceux de l’évêque ou/et du comte de Mâcon. La mise en place d’une importante fortification comportant un large fossé de défense et une palissade est très symptomatique de cette volonté des édiles d’assurer la protection de nouveaux espaces, pôles de production et gages de prospérité. Le glissement de la ville en dehors du secteur du castrum ne marquerait-il pas un dynamisme économique du lieu qu’il faudrait éventuellement pouvoir généraliser à d’autres lieux ? Il paraissait opportun suite aux découvertes de Mâcon mais aussi suite aux résultats de plusieurs fouilles et travaux récents (Entrains-sur-Nohain, Sevrey, Collonges-les-Premières, Coulanges-les-Nevers, Cluny, Molles…) de se donner l’occasion de faire un point sur cette période de l’histoire médiévale. Les travaux mettront l’accent à la fois sur les traditions mais aussi sur les facultés d’évolution de la société carolingienne dans cette période peu connue et souvent dépréciée de l’histoire. Les innovations techniques comme le passage de la céramique à cuisson oxydante à la cuisson en atmosphère réductrice, le développement économique incarné vraisemblablement par un développement plus général de la ville, des campagnes, le rôle des édiles dans ce dynamisme, l’augmentation possible de machines productives comme le moulin hydraulique sont autant de signes, souvent à l’interprétation difficile, qui permettent cependant d’apprécier un peu plus ce moment du Moyen Âge où s’organisent et se structurent les nouveaux territoires, et où s’élaborent d’autres rapports socio-économiques.

Comité scientifique

  • Anne Baud (Arar – Université Lyon II)
  • Daniel Barthèlemy (Inrap – Arar)
  • André Bazzana (CNRS)
  • Luc Bourgeois (Craham – Université de Caen)
  • François Demotz (Ciham – Université Lyon II)
  • Alain Guerreau (ArteHis – CNRS)
  • Damien Martinez (Ciham – université Lyon II)
  • Gilles Rollier (Inrap – Hisoma)
  • Christian Sapin (ArteHis – CNRS)

Les propositions de communication avec titre, résumé et coordonnées de l’auteur (ou des auteurs) doivent être transmises avant le 15 avril 2022, délai de rigueur par mail à daniel.barthelemy[at]inrap.fr ou à gilles.rollier[at]inrap.fr

Possibilité de communications en distanciel.

Appel à communications

Affiche

Source : Inrap.fr

 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts