[Comptes rendus] Séminaire des médiévistes , séance du 29 avril 2021, “Recherches doctorales au CIHAM “

La 7e et dernière séance du séminaire des médiévistes a été consacrée à la recherche doctorale au CIHAM.

Elle a commencé par la communication de Cécile Noridal, enseignante dans le secondaire et doctorante du CIHAM, en 4e année de thèse, sous la direction de Marylène Possamaï-Pérez (Lyon 2). Elle nous a proposé un aperçu des recherches de sa thèse, intitulée « Transgressions, transformations et métamorphoses dans le cycle de Huon de Bordeaux ».

Cécile Noridal a d’abord présenté le cycle de Huon de Bordeaux, une chanson de geste tardive, écrite autour de 1260. Huon de Bordeaux, qui a oublié de se rendre à l’assemblée pour rendre hommage à l’empereur Charles et qui a tué son fils dans un duel dans les règles, est envoyé par Charles en Orient pour y accomplir plusieurs quêtes épiques qui vont évoluer en voyage au-delà des frontières du monde connu.

Cécile Noridal a engagé une réflexion autour de la notion de transgression, au sein de cette chanson de geste, qui exprime l’évolution de ce genre dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

La transgression est d’abord diégétique : contrairement à l’usage répandu de la narration des chansons de geste, ce ne sont pas les vassaux qui remettent en cause l’autorité du roi mais c’est l’empereur Charles qui transgresse lui-même cet ordre en abusant de son pouvoir. C’est l’excès de colère de Charles qui déclenche l’aventure : le héros privé de son héritage doit retrouver ce qui lui a injustement été enlevé en entamant une série de quêtes démesurées.

De cette rupture du contrat vassalique par le roi, l’image de la personne du roi (mais non le rôle du roi) en sort ternie, a indiqué Cécile Noridal en soulignant que le cycle s’achève par Aubéron, le roi de Faeris, expliquant à Charles pourquoi le hanap magique, qui se remplit lorsqu’il est tenu par une personne vertueuse, se vide lorsque c’est Charles qui le tient : c’est parce que Charles a contrevenu à son rôle de roi. Sa désobéissance au code chevaleresque a nécessité l’intervention merveilleuse du roi de Faeris.

La transgression est ensuite thématique : le merveilleux se mêle à l’épique. Cécile Noridal a rappelé les trois domaines du merveilleux relevés par Jacques Le Goff (Jacques Le Goff, L’Imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985) : le mirabilis qui tire ses origines des temps préchrétiens, le magicus qui est l’être surnaturel et maléfique lié au diable, et le miraculosus qui est le domaine du merveilleux chrétien, lié à Dieu.

Alors que le merveilleux chrétien (miraculosus) domine d’habitude dans la chanson de geste, dans Huon de Bordeaux, le mirabilis est prédominant. La première partie, qui se passe dans l’empire carolingien, met le surnaturel chrétien au premier plan (sermons sur les reliques, ordalie, songes prémonitoires et émissaires évangéliques envoyés à Charles). Cependant, dans la suite du récit, lors du voyage au-delà des frontières de l’empire carolingien, le miraculosus cède le pas au magicus (affrontement du géant l’Orgueilleux, fils de Belzébuth), mais surtout au merveilleux préchrétien (mirabilis) grâce au personnage du roi fée Aubéron. Néanmoins, contrairement au conte merveilleux où le mirabilis est omniprésent au-delà des frontières carolingiennes, l’auteur du cycle de Huon de Bordeaux introduit seulement l’univers merveilleux sans y plonger entièrement : il se distingue alors en intégrant dans le roman, le merveilleux féérique de manière raisonnée.

Néanmoins, Cécile Noridal a démontré que l’auteur transgresse ses propres règles en brouillant le merveilleux chrétien et féérique : à la fin du récit le personnage d’Aubéron, venu dans l’empire de Charles, est christianisé car dans ce royaume chrétien sa magie ne peut provenir que de Dieu.

Cécile Noridal a poursuivi son analyse avec une troisième transgression, celle de la figure du héros épique. Huon est loin du héros épique classique, il est humanisé, faillible. Le héros épique participe à une aventure collective, ses qualités sont démesurées et il n’est défini que par son discours et ses actions, qu’il a préalablement annoncées. Huon, lui, est accompagné de chevaliers et aidés par Aubéron, mais une partie de son aventure se fait séparé de son groupe ; il sort vainqueur de ses combats seulement grâce à l’aide de ses compagnons ou de la magie ; son discours n’annonce pas seulement ses actions futures, mas il sert aussi à exprimer ses émotions.

L’auteur transgresse les règles de la chanson de geste et les fait évoluer en individualisant le héros.

Cécile Noridal a conclu sa communication en insistant sur la valeur des transgressions de Huon de Bordeaux : elles inscrivent le texte en décalage par rapport au canon traditionnel de l’épopée, grâce à l’influence du roman et du conte merveilleux. La société carolingienne n’est alors plus idéalisée, le héros est humanisé ; il est un héros en devenir et le merveilleux devient indispensable à la réussite de sa mission, tout en apportant originalité et esthétisme à l’œuvre qui expriment la touche de l’écrivain, au-delà de l’œuvre orale collective.

S’en est suivi une discussion où Cécile Noridal a rappelé l’actualité de la recherche littéraire : on ne sait pas si les auteurs médiévaux s’interrogeaient sur l’évolution du genre de la chanson de geste et du roman, mais la recherche actuelle rend compte que les frontières entre les genres et entre les trois grandes thématiques littéraires (matière de France, de Bretagne, Antique) ne sont pas hermétiques, qu’il y a des transfuges et des inspirations d’une matière à l’autre. Comme l’a montré Cécile Noridal, la chanson de Huon de Bordeaux s’inspire des autres genres et évolue en tant que genre en s’éloignant, notamment, de son ancrage historique traditionnel pour aller vers un divertissement plaisant.

 

Compte rendu rédigé par Eve Defaÿsse.

 

 

Ensuite, dans sa communication intitulée « La dépense publique, un moteur du changement ? Fiscalité, institutions et société dans la commune de Bologne de la fin du XIIIe siècle à la fin du XIVe siècle », Marco Conti a présenté une partie de son travail pour lequel lui a été tout récemment décerné le titre de docteur, à l’issue d’une soutenance le 11 janvier 2021. Sa thèse (« Gouverner l’argent public. Finances et fiscalité à Bologne, de la commune du Peuple (1288) à la seigneurie des Visconti (1360) »), sous la direction du professeur Jean-Louis Gaulin (Université Lumière Lyon 2) visait en effet à dresser un état de la fiscalité à Bologne, de la fin du XIIIe à la moitié du XIVe siècle, en étudiant plusieurs séquences politiques. La matière était abondante (plus de 200 registres à l’Archivio di Stato di Bologna) et plaidait pour une étude à la fois fine et totale.

Dans son enquête, la question de la dépense publique s’avère centrale. A la question initiale (« la dépense publique est-elle un moteur du changement ? »), Marco Conti répond par l’affirmative. Dans le sillage des travaux de Paolo Cammarosano et de Patrizia Mainoni, on sait désormais que c’est la dépense publique qui permet aux villes de trouver de nouvelles sources de financement. Les dépenses militaires s’alourdissent à mesure de la concurrence entre cités italiennes.

Marco Conti a ensuite présenté les différentes phrases chronologiques qui constituent le fil rouge de sa thèse, au miroir des finances et de la fiscalité. Là encore, la dépense publique est un aiguillon à l’action politique. Adaptation, équilibre des forces politiques, recherche de nouveaux financements en sont les maîtres mots.

La première période, centrée sur l’année 1288, est bien connue par les sources, notamment statutaires. Bologne, cité influente, ne serait-ce que par l’aura de son Studium, est dirigée par le Popolo et le Conseil des Anciens joue un rôle important. Plus de 70 % des dépenses sont constituées par les dépenses militaires et l’approvisionnement de la ville en blé. Ces dépenses sont financées par un grand nombre d’impôts indirects et par quelques impôts directs occasionnels.

L’équilibre se rompt avec le conflit (1296-1297) qui oppose Bologne au seigneur de Ferrare, Azzo d’Este. La guerre provoque de profondes mutations institutionnelles. On voit apparaître des commissaires dont certains ont en charge la question financière. En un semestre seulement de l’année 1296, la commune de Bologne dépense 30% de plus que lors d’un même exercice en 1288 ! C’est dire si l’adage selon lequel « l’argent est le nerf de la guerre » prend tout son sens ici.

Le début du XIVe siècle constitue la troisième période, marquée par la « crypto seigneurie » pourrait-on dire de Romeo Pepoli qui réussit à partir de 1310 à bâtir une véritable seigneurie personnelle, contrôlant directement ou indirectement les instances de la Commune. Des commissions ad hoc sont pérennisées, à l’instar des Difensori dell’avere. La question annonaire et le financement de la guerre continuent de guider les dépenses.

Avec le bannissement de Romeo Pepoli en 1321 s’ouvre une nouvelle période. De 1320 à 1334, le célèbre Bertrand du Pouget, légat du pape, contrôle directement la ville. La question financière est au cœur de la praxis administrative. Bertrand du Pouget réforme en profondeur les institutions citadines. Si le Conseil des Anciens, émanation du pouvoir du Popolo reste en place, il n’en est pas moins dépossédé de ses fonctions fiscales.

Puis, en 1334-1337, les institutions communales sont restaurées via la pars schacchese, avec comme chef de file Taddeo Pepoli, le propre fils de Romeo. La nouvelle administration s’accompagne d’une amélioration des conditions d’archivages (et l’on sait, a posteriori, toute la manne documentaire que cela peut apporter au chercheur). L’argent public est contrôlé par Taddeo Pepoli en ce que seuls ou presque ses propres ordres de paiement guident la dépense. Certes, les dépenses militaires diminuent au cours de la période, mais c’est le reflet d’une baisse significative des conflits. En conclusion pour cette période, Marco Conti parle d’une « ligne budgétaire clairement seigneuriale ».

La dernière séquence retenue est celle de la seigneurie des Visconti (1350-1360). Les Visconti, qui ont acheté la seigneurie, font largement appel à des officiers forains qui leur sont liés. Pour autant, le Conseil des Anciens joue un rôle étroit en tant qu’intermédiaire entre la société bolonaise et les Visconti. Le régime des Visconti se caractérise par des dépenses militaires accrues (le niveau des dépenses militaires remonte à 50 % environ du budget de la ville) et surtout par un « volume d’endettement plus audacieux ».

A l’heure du bilan comparatif, Marco Conti insiste sur l’habileté et la puissance des Visconti. Ceux-ci replacent l’élite du Popolo dans le jeu politique. Ils font ainsi participer l’élite des prêteurs, changeurs en les impliquant dans le fonctionnement et la décision de la dépense publique, tout en maintenant un jeu complexe d’équilibre politique. Les Visconti trouvent dans l’élite du Popolo un allié de circonstance. En cela, ils rompent avec l’expérience Bertrand du Pouget : pendant la domination du légat, si l’élite est toujours au cœur de la commune, la décision de la finance publique ne lui appartient plus. Et lors de l’hégémonie de Romeo Pepoli, l’élite est réduite à une seule personne et à son clan en quelque sorte.

Après cette présentation, Marco Conti a répondu à de nombreuses questions qui n’ont pas manqué d’alimenter la discussion (évasion fiscale, question territoriale). En tentant une pesée d’ensemble, il appert que Bologne, malgré ses expériences politiques variées, connaît un « statu quo territorial sur un siècle » : nulle augmentation des recettes possible ou presque. Derrière ce tableau fort complet de toutes ces séquences politiques guidées par la dépense publique et au miroir de son impressionnant corpus de sources, Marco Conti dégage une certaine ambivalence. Il s’agit là de l’alliance entre innovation et tradition dans le champ politique et documentaire.

 

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

 

Troisième communication :

Julien Rebière, “Les monnaies de bronze (fals/fulûs) dans le califat omeyyade (661-750) “

Compte rendu à suivre

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts