[Compte rendu] Séminaire des médiévistes , séance du 8 avril 2021, Riccardo Rao, “Productions locales et commercialisation dans l’Italie du bas Moyen Âge”

Pour cette sixième et avant-dernière séance de la saison 2020/2021 du séminaire des médiévistes, Riccardo Rao, professeur à l’université de Bergame et chercheur associé au CIHAM est venu présenter une partie de ses recherches les plus récentes.

La séance s’est ouverte sur un hommage à Pierre Guichard, grand spécialiste d’al-Andalus et du Maghreb, ancien directeur du CIHAM de 1994 à 2003, décédé le 6 avril dernier.

Ensuite, Jean-Louis Gaulin, l’animateur de la séance, a présenté le conférencier du jour au miroir d’une sélection de publications emblématiques. L’enquête menée sur les lieux du pouvoir urbain est novatrice en ce qu’elle décentre notamment le regard sur les marges de l’Italie communale, de la Provence au Frioul en passant par les territoires insulaires de Corse et de Sardaigne[1]. Elle témoigne avec force de la dimension collective qui anime les travaux de Riccardo Rao, tant du point de vue des thèmes étudiés que du point de vue de la méthode de recherche. La question de la comunia, terme préféré à la notion plus restrictive de beni communi, structure largement les recherches actuelles de Riccardo Rao et est éclairée par une approche d’histoire économique et sociale[2]. Jean-Louis Gaulin a ensuite mis en lumière un autre versant de recherches : la transformation des paysages. Avec la synthèse parue en 2015, I paesaggi dell’Italia[3], Riccardo Rao chemine à travers l’Italie médiévale et brosse le portrait tout en nuances de bourgs neufs et de villages abandonnés, par le biais de la notion de paysage définie de façon originale au pluriel. Quatre grands types se dégagent : les paysages ruraux, les paysages agraires, les formes de l’habitat et les paysages urbains.

Un dernier grand axe de recherches portant sur les biens, leur statut et la question lancinante de la globalisation s’inscrit en écho avec plusieurs travaux menés au CIHAM et en particulier à un programme en cours sur les marchés et les marchands. C’est de cette dynamique de recherches que la présente conférence a rendu compte, avec une deuxième partie centrée sur l’analyse précise d’un corpus de sources.

 

Riccardo Rao a rappelé que sa communication s’inscrivait dans un programme de recherches en cours qu’il co-pilotait, intitulé « Loc-Glob. The local connectivity in an age of global intensification : infrastructural networks, production and trading areas in late-medieval Italy (1280-1500) » et financé par le ministère italien de la recherche.

La présentation historiographique liminaire a montré in fine la nécessité de ne pas opposer les échelles locale et internationale, de ne pas opposer villes et campagnes. Les productions internationales médiévales ne sont pas tournées uniquement vers le luxe et une clientèle élitaire, loin s’en faut. Au contraire, elles peuvent atteindre des catégories de population bien variées, en particulier les populations rurales et les populations plus pauvres.

Après ce panorama très riche, Riccardo Rao a présenté les enjeux et les avancées du programme « Loc-Glob ». L’objectif premier est de mieux saisir le réseau de productions locales dans l’Italie tardo-médiévale et de retracer les échanges internes à l’économie régionale. En somme, « comment les productions locales arrivent-elles dans le commerce international ? ». Cette question est d’une acuité toute particulière si l’on songe à la production de fer dans les Alpes qui se retrouve sur le marché en Allemagne ou à Venise par exemple. Ce faisant, un pan important de l’analyse est consacré aux marchandises (typologies, valeurs). Il convient d’étudier la variation qualitative de la consommation, de la demande, le rôle des péages comme outil de contrôle de la circulation des produits.

Pour conduire cette recherche pluridimensionnelle, plusieurs types de sources sont convoqués : les sources douanières et tarifaires (dans la lignée notamment des travaux de Gian Maria Varanini ou encore de Patrizia Mainoni), les cartulaires des notaires, les inventaires de biens et les sources archéologiques, encore peu exploitées et surtout étudiées pour le Haut Moyen Âge en Italie.

Le cas lombard a ensuite été pris en exemple, avec deux terrains d’étude, deux observatoires complémentaires, la plaine avec Pavie et la montagne avec la Valteline (Valtellina), vallée de l’Adda jusqu’à son embouchure au lac de Côme. Du côté de la cité de Pavie, bien documentée notamment par les cartulaires des notaires, les opérateurs, largement originaires de la ville, contrôlent étroitement les marchés locaux. C’est le portrait d’une cité qui maîtrise les relations économiques et commerciales avec le contado. Le XIVe siècle voit d’ailleurs le développement d’un fort endettement des paysans à l’égard des gros marchands de Pavie. Du côté maintenant de la Valteline, le paysage est d’une autre nature. Point de ville à proprement parler, mais un chapelet de localités très vivantes depuis Sondrio, gagnées par de nombreux itinéraires secondaires guidant les mobilités marchandes. Politiquement, la Valteline dépend de la ville voisine de Côme qui tombe dans l’escarcelle des Visconti au XIVe siècle. Economiquement, la montagne est ici ferrugineuse. Les fruits de l’alpage, comme les fromages mais aussi l’élevage sont autant de débouchés concourant au dynamisme de la vallée. L’Adda sert au flottage du bois qui est ainsi exporté vers les lacs et Milan. En somme, les bourgs sont de véritables carrefours recevant les richesses des montagnes voisines et du fond de la vallée pour les rediriger vers l’extérieur. Plusieurs « opérateurs économiques » résident dans ces localités centrales. Des marchands viennent cependant de Côme et, traitant avec de petits producteurs selon un fonctionnement qualifiable de troc, sont au cœur de ce système qui repose sur des opérateurs venus d’espaces extérieurs à la vallée : Côme, mais également Bergame, voire d’autres vallées alpines.

Le deuxième grand temps de la conférence de Riccardo Rao a été consacré à l’analyse du corpus de sources tarifaires notamment. La variabilité des péages, les habitudes de consommation, les circuits d’échanges, les valeurs et types de productions locales à l’heure du comparatisme sont autant d’informations qui ressortent d’une analyse serrée de ce type de documentation qui participe d’une approche dynamique et connectée de ces espaces. La laine d’Allemagne semble plus recherchée que la laine locale (de Brescia et de Vérone notamment). Les panni bergamasques produits dans les vallées sont d’un coût bien moindre que les draps florentins.

 

Au total, cette étude complète a suscité toute une série de questions, en lien avec l’analyse réticulaire qui est au cœur de la démarche de Riccardo Rao. En effet, le projet « Loc-Glob » s’appuie sur la mise au point d’un puissant SIG. Une cartographie dynamique, localisant les données tarifaires, l’origine et la circulation des marchandises permet de visualiser l’ensemble de manière saisissante. Si tant est que le travail soit encore à l’état du work in progress, les premières données sont déjà fort éclairantes, ce qui n’a pas manqué d’être relevé dans la discussion. Qui plus est, le versant cartographique, en ligne, est en accès libre[4], ce qui constitue une très belle vitrine pour un programme résolument multiscalaire.

 

[1] Simone Balossino et Riccardo Rao (a cura di), Ai margini del mondo comunale. Sedi del potere collettivo e palazzi pubblici dalle Alpi al Mediterraneo / Aux marges du monde communal. Lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée, Florence, Insegna del Giglio, 2020, version en open access disponible à cette adresse : https://www.insegnadelgiglio.it/prodotto/ai-margini-del-mondo-comunale/

[2] Riccardo Rao, Comunia. Le risorse collettive nel Piemonte comunale (secoli XII-XIII), Milan, LED, 2008 ; Id., I beni del comune di Vercelli. Dalla rivendicazione all’alienazione (1183-1254), Verceil, Società storica vercellese/Università del Piemonte orientale, 2005.

[3] Id., I paesaggi dell’Italia medievale, Rome, Carocci editore, 2015

[4] www.actus.it/loc-glob/

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts