Archives par mot-clé : APPEL À CONTRIBUTION

[Appel à communications] Cacher, voiler, dissimuler au Moyen Âge Journées d’études doctorales du CIHAM (UMR 5648) 27–28 octobre 2022

Cacher, voiler, dissimuler au Moyen Âge

Journées d’études doctorales du CIHAM (UMR 5648)

27–28 octobre 2022


Cacher, voiler, dissimuler : ces trois termes ont en commun de désigner l’action consistant à rendre partiellement ou totalement inaccessible à la vue – ou plus globalement à la perception – une réalité qui continue cependant d’exister. En retenant ces trois termes, la présente journée d’étude entend s’intéresser à l’ensemble des processus qui contribuent ou aboutissent à l’occultation d’un objet historique, d’une idée ou d’un contenu littéraire et narratif, sans pour autant chercher à les détruire purement et simplement. Tout en retenant la proximité de ces concepts, on peut en souligner des variations de sens et des usages historiographiques différents. Si le terme « cacher » apparaît comme le plus englobant et le plus large, les connotations de « voiler » et de « dissimuler » doivent permettre d’affiner une réflexion épistémologique. Le voile peut s’inscrire dans une temporalité définie, et renvoie à un certain univers religieux et au mystère qui entretient le doute tout en insistant sur la réalité de l’objet. La dissimulation hérite en revanche d’une historiographie davantage inscrite dans le champ politique. Elle la met ainsi en relation avec la notion de simulation – désignant un processus conscient et organisé qui vise à feindre une réalité qui n’existe pas – alors que la dissimulation consiste à occulter une réalité qui est. Dans l’appréhension de ces processus, la question de l’intentionnalité occupe une place fondamentale. Le fait de cacher ou de se cacher est-il un choix conscient et assumé, une contrainte imposée et subie, ou bien encore une conséquence accidentelle et involontaire ? Est-il seulement possible de prouver une volonté de dissimulation et d’en établir les motivations ? 


Au-delà de cette question, l’appréhension de ces phénomènes pose un défi de taille aux chercheurs. La thématique de la dissimulation soulève par définition un certain nombre d’enjeux méthodologiques, relatifs notamment aux conditions matérielles de son étude. Face au silence ou à la rareté des sources, comment faire la part entre ce qui a été volontairement omis et ce qui a disparu ? Peut-on voir dans l’action de cacher, voiler et dissimuler un fait social total ? Ces processus semblent en tout cas pouvoir s’observer à tous les niveaux de la société médiévale, selon divers degrés et modalités. La dissimulation recouvre par exemple une part conséquente des pratiques de gouvernement et plus largement des usages politiques. Cacher ou se cacher peut également s’entendre à l’aune des normes établies par les institutions et pouvoirs dominants : soit ceux-ci cherchent à occulter les objets, groupes et comportements jugés déviants (on peut penser à des phénomènes comme la censure), soit l’action dissimulatrice vise, précisément, à se protéger ou à transgresser ces normes. On peut par exemple comprendre le corps comme objet caché, qu’il s’agisse de contrôler ce qu’il est possible d’en montrer, ou que le corps devienne un terrain de subversion des normes et des identités par le travestissement et le déguisement. La tension entre ce qui est caché et ce qui est montré recouvre également de nombreux enjeux intellectuels et esthétiques. C’est le cas notamment des procédés visant à dissimuler des sens cachés au sein de productions littéraires, par le recours à des figures allégoriques ou à d’autres procédés stéganographiques. Le voilement quant à lui renvoie aussi bien à des réalités humaines, du vêtement en particulier, que sacrées : les traditions juives, chrétiennes ou musulmanes usent du voile comme symbole de l’inconnaissable pour manifester la divinité.

 

 Les travaux du CIHAM concernent en premier lieu les mondes chrétiens et musulmans, mais les propositions portant sur d’autres espaces géographiques seront appréciées. Toutes les études liées à l’histoire, à l’archéologie ou à la littérature seront étudiées avec le plus grand intérêt.

 

Axes 

 

Où et Quand ?

Cet axe thématique interroge les espaces et les temporalités où l’on dissimule, volontairement ou involontairement. D’abord, il s’agit de penser les lieux où l’on cache les objets pour penser la continuité de telles pratiques dans la période médiévale. Quels sont les lieux propices à la dissimulation ? Permettent-ils de mettre en évidence des pratiques individuelles ou collectives ? Que nous disent-ils des objets qui sont cachés ? Les trésors de fondation, la thésaurisation en temps de crises (guerre, pandémies, etc.) ou les caches plus individuelles et spontanées peuvent évoquer cet aspect. Au-delà de l’artefact, le fait de dissimuler ou de cacher renvoie aussi à certains modes de structurations domestiques, politiques ou religieux. En effet, il semble possible de mettre en évidence les lieux qui sont cachés et qui renvoient à certaines spécificités culturelles ou religieuses. C’est le cas par exemple des patios des maisons musulmanes qui sont masqués par un vestibule afin de protéger les espaces privés.

Enfin, ces perspectives spatiales et même territoriales sont à mettre en regard avec des problématiques temporelles : quels sont les moments où l’on cache les objets ? Y a-t-il des temps ou des périodes spécifiquement dédiés à la dissimulation ? Ces pratiques évoluent-elles sur le temps long ou sur des temporalités courtes, renvoyant par exemple à des moments de crise et de rupture ? Certains moments de la vie sont-ils davantage propices ou marqués que d’autres par la dissimulation, notamment le temps cérémoniel, à l’image de la prise de voile symbolisant l’entrée dans la vie conventuelle ?

 

Quoi ? 

Les objets ciblés relèvent de différents champs. Il s’agit en premier lieu de la matérialité, que celle-ci soit décrite par des sources, accessibles ou non via l’archéologie, la conservation dans des musées, bibliothèques ou archives (trésors, preuves, images). Il peut s’agir également de l’individu social (enfants ou mariages cachés, clandestinité), comme de l’individu dans sa corporéité (genre, travestissement). Dans le champ politique, cela peut concerner des groupes sociaux, des minorités, des ressources économiques, mais aussi l’espionnage ou la censure. Ainsi, des idées peuvent être dissimulées : idées déviantes, telles les hérésies religieuses, ou pensées politiques subversives. Ces idées sont portées par la parole, mais aussi par le livre, dans sa matérialité comme dans son contenu. La littérature est ainsi un objet de recherche à part entière dans ce champ, à travers les procédés rhétoriques, le contenu narratif (tel le Graal), mais aussi les rébus, les messages cryptés ou les différents niveaux de lecture, cachés à la compréhension de ceux qui ne les maîtriseraient pas. Une réflexion peut également être menée sur le plan historiographique, où certains corpus et sources peuvent ne pas être pris en considération, sciemment ou inconsciemment dissimulés, orientant ainsi le récit qui est fait de l’histoire.

 

Qui ? 

Deux groupes d’acteurs peuvent être distingués : ceux qui dissimulent et ceux qui sont dissimulés. Pour les premiers, il peut être intéressant d’identifier différents profils, formations intellectuelles, politiques ou religieuses ou encore origines sociales. Ces acteurs peuvent se trouver à tous les échelons de la transmission des textes (auteur, copiste, collectionneur ou archiviste plus récent) ou des objets (artisan, nouveau propriétaire, collectionneur, autorité chargée de son entretien). Il ne faut pas non plus écarter ceux qui se cachent eux-mêmes dans les sources médiévales : les espions, les traîtres, ceux considérés comme indésirables ou celles et ceux qui n’ont pas accès à l’espace public peuvent aussi être au cœur des réflexions.

 

Pourquoi ?

Il convient de s’interroger sur les ressorts, les motivations de celles ou ceux qui cachent, ou au contraire, montrer comment cet état de fait est une conséquence involontaire. Une même dissimulation, une même façon de (se) dissimuler peut renvoyer, en fonction des sociétés, des groupes sociaux, ou des personnes considérées, à différentes explications ou motivations. Sans doute, les causes peuvent relever d’une pression (décision théologique, changement politique), d’une contrainte externe (menace militaire), que les acteurs peuvent chercher à contourner, ou doivent au contraire suivre. La volonté de cacher peut également procéder d’une intention d’assurer son pouvoir (secret d’État) ou d’une volonté de valorisation (cacher l’apparence de Dieu). Mais ces raisons mêmes ne sont pas non plus toujours avouées ni avouables, et sont à ce titre également dissimulées. 

 

Comment ?

Les manières de cacher un objet sont multiples : le déguisement comme la censure en relèvent. Ainsi, se donner officiellement le droit de conserver des informations ou des documents constitue l’affirmation d’un pouvoir.

Les processus de la dissimulation informent ainsi sur les conceptions du pouvoir et ses moyens d’action. L’archéologie, en exhumant méthodiquement les vestiges, rend compréhensible la façon dont l’action du temps a recouvert et caché à nos yeux les traces des sociétés passées. La maîtrise fine des études stratigraphiques permet donc de connaître l’enfouissement ainsi que de percevoir les perturbations qui pourraient indiquer une volonté des médiévaux de dissimuler intentionnellement un objet, qu’il s’agisse par exemple d’un objet enterré ou dissimulé dans un mur. La question du « comment » recouvre un vaste champ, dont relèvent aussi bien l’institutionnalisation de la censure que l’étude des textiles utilisés pour voiler les corps, ou encore les jeux littéraires fondés sur une connivence au sein d’une communauté donnée. Les contributions portant sur des questions méthodologiques seront également appréciées.


Les propositions de communication, de 500 mots maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 20 mai 2022 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

Comité d’organisation : Maureen Boyard, Léa Buttard, Baptiste Chopin, Pierre Fournier, Simon Rozanès, Valentin Sentis, Sébastien Villevieille

Comité scientifique : Maïté Billoré (Lyon 3), Caroline Chevalier-Royet (Lyon 3), Lahcen Daaif (Lyon 2), Sophie Gilotte (CNRS), Corinne Pierreville (Lyon 3).


Bibliographie indicative

BILLORÉ, Maïté (dir.) et SORIA, Myriam (dir.). La trahison au Moyen Âge : De la monstruosité au crime politique (Ve-XVe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

CARDON Thibault, Archéologie des dépôts monétaires, The Journal of Archæological Numismatics, vol. 10, 2021.

CAUCHIES Jean-Marie Cauchies et MARCHANDISSE Alain (éd.), L’envers du décor : espionnage, complot, trahison, vengeance et violence en pays bourguignons et liégeois, Neuchâtel, Centre européen d’études bourguignonnes, 2008.

COLLARD Franck, Le Crime de poison au Moyen Age, Paris, PUF, 2003.

DARBORD Bernard et DELAGE Agnès, Le partage du secret : Cultures du dévoilement et de l’occultation en Europe, du Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, Armand Colin, 2013.

SANTAMARIA Jean-Baptiste, Le secret du prince : gouverner par le secret France-Bourgogne XIIIe-XVe siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018.

Secret, public, privé, dossier Questes 2009.

THOMASSET Claude et PAGAN-DALARUN Martine (Dir.), Cacher, se cacher au Moyen Âge, Paris, PUPS, 2011.

WILD Francine (éd.), Le sens caché : usages de l’allégorie du Moyen Âge au XVIIe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2013. 

[Appel à contribution]Justices manifestes. L’enregistrement de la scène judiciaire (Moyen Âge – Époque moderne) 15/02/2022

Mercredi 22 & jeudi 23 juin 2022 – Archives nationales (site de Paris)

Les propositions de communication, sous forme d’un résumé de 500 mots environ en français ou en anglais et accompagné d’un bref CV, devront parvenir avant le 15 février 2022 aux adresses suivantes : aurelien.peter@gmail.com ; elisabeth.schmit@gmail.com .

La rencontre, organisée avec le soutien du LabEx Hastec, des Archives nationales, de l’IHMC et du LaMOP, se tiendra aux Archives nationales (site de Paris) les mercredi 22 & jeudi 23 juin 2022. Il est prévu que les communications dureront 30 minutes et pourront se faire en français ou en anglais. Elles donneront lieu à une publication.

Argumentaire

https://rmblf.be/2022/01/17/appel-a-contribution-justices-manifestes-lenregistrement-de-la-scene-judiciaire-moyen-age-epoque-moderne/

[Appel à contribution] – Armes, armures et équipements, Séminaire de Questes, date limite 31/01/2022

Conditions de soumission
Cet appel à communication s’adresse aux étudiantes et étudiants de master, de doctorat et aux jeunes chercheuses et chercheurs en études médiévales, quelle que soit leur discipline. Les propositions de communication, limitée à 300 mots et à une courte bibliographie, seront accompagnées d’une mention du sujet de mémoire et/ou de thèse. Elles devront être envoyées aux organisateurs à questes.armes@gmail.com, pour le 31 janvier, en vue d’une présentation de vingt minutes durant l’une des trois séances du séminaire, qui se tiendront le 18 mars, le 15 avril et le 20 mai 2022, et d’une publication dans la revue de l’association (questes.revues.org)

Argumentaire détaillé  : 

https://rmblf.be/2021/12/29/appel-a-contribution-armes-armures-et-equipements/

[Appel à contribution] – Premodern Otherness: Encounters with and Expressions of the Other in Classical Antiquity, Medieval, and Early Modern Periods, 01/02/2022

Otherness: Essays and Studies publishes research articles from and across different scholarly disciplines that critically examine the concepts of otherness and alterity. We particularly appreciate dynamic cross-disciplinary study.

This special issue will focus on representations and ideas of Otherness in classical antiquity, medieval, and early modern periods. Confrontations with and distinctive conceptualizations of otherness were also present in the premodern era. The papers in this issue will focus on the different ways in which otherness was expressed in thought, representations, and processes during this period. This can include but is not limited to, philosophical or literary works, material culture, historiography, treatises, etc.

Thinking about Otherness is not limited to contemporary identity politics nor Orientalism in the modern era. Socrates based his anamnesis principle, the idea that we have known everything in a previous life but have simply forgotten it, on his questioning how to deal with the Other and the unknown. However, the relevance of this theory and other premodern thoughts and texts on otherness is often overlooked. When we discuss Otherness today, we mention modern thinkers such as Levinas or Derrida and might then discount the role Socrates and other premodern philosophers have had. The ideas of ancient thinkers have long remained relevant throughout the Middle Ages too and left their traces in the cultural production of that period and beyond. Think, for example, of the interactions in the Old English poem Beowulf between the monster Grendel and his surroundings, or encounters with the Faërie in Arthurian romances. The way in which these unnatural or unfamiliar phenomena are treated can generate fruitful discussions when it comes to Otherness and how it has been conceptualized through time. How can we now study and interpret these traces and what exactly are they? How are the encounters with otherness or the Other visualised, presented, and described in premodern artwork or treatises? What can we learn from looking at representations of Otherness in the past and use those in our own dealings with Otherness now?

For this special issue of Otherness: Essays and Studies, we invite papers that explore representations and conceptualisations of the Other in the premodern period. These representations can be historiographical, literary, architectural, artistic, or interdisciplinary. We seek practice-led research outcomes, cross-disciplinary theoretical considerations, conceptualizations and theory formations and critical and analytical readings of source material.

Welcome topics include but are not limited to:

Representation and Reception of Otherness in Classical and Medieval Philosophy Translation of Otherness in Premodern Literature
Theoretical Frameworks for Premodern Alterity
Framing the Other in Premodern Historiographical Texts

Representations of the Other in Premodern Material Culture Spatial Practices in the Premodern Periods and the Other Encounters with Monstrosities in Premodern Art
The Treatment of Women in Premodern Texts Marginalisation of Race in Premodern Treatises

Articles should be between 5,000 – 8,000 words. All electronic submissions should be sent via email with Word document attachment formatted to Chicago Manual of Style standards to the guest editor Bregje Hoed at otherness.research@gmail.com

Further information: http://www.otherness.dk/journal/ The deadline for submissions is 1 February 2022.

[Appel à contributions]L’idée de réforme dans les pays bourguignons et les régions voisines (XIVe-XVIe siècles) avant le 01/02/2022

Dans la pensée chrétienne et dans le rapport au temps augustinien, marqué par la Chute et l’idée que l’ordre voulu par Dieu est sans cesse menacé par les actions humaines, la réforme, juste, nécessaire, permet de revenir à une forme originelle du monde, de la société et des communautés, conforme à l’ordre divin. Réformer devient ainsi une nécessité récurrente pour refonder, améliorer, amender des institutions et les hommes qui les servent dans le cadre politique aussi bien que religieux. Toutefois, en cette fin de Moyen Âge, comme au début de l’époque moderne, le mot se dote d’une plasticité telle qu’il peut signifier tout et son contraire. Ainsi les princes engagent la réforme de leur gouvernement pour consolider leur autorité, tout autant que les peuples se révoltentpour engager les princes à réformer au nom du bien public. « Reformatio », un mot fourre-tout synonyme de changement et de conservatisme ? Tel sera l’objet des réflexions qui seront engagées dans le cadre de ce colloque. Les études portant sur les pays bourguignons et limitrophes dans les domaines de l’histoire politique, institutionnelle, religieuse et plus largement culturelle seront les bienvenues.

Les titre et résumé (10 lignes) sont à adresser avant le 1er février 2022 au Secrétariat général du CEEB via l’une des adresses suivantes : alain.marchandisse@uliege.be ou gilles.docquier@musee-mariemont.be N’hésitez pas à contacter le Secrétariat général du CEEB/

 

 

Les 63e Rencontres du CEEB se dérouleront à Lille du 22 au 25 septembre 2022 et porteront sur « L’idée de réforme dans les pays bourguignons et les régions voisines (XIVe-XVIe siècles) »

[Appel à communications]Drôles de moines Anomalies, paradoxes et cocasserie des ascetes d’Orient et d’occident2022/2023

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Centre d’Études Médiévales de Montpellier EA4583

Séminaire interdisciplinaire 2020-2023

Drôles de moines ! Anomalies, paradoxes et cocasserie des ascètes d’Orient et d’Occident, Ve-XVe siècles

Appel à contributions pour journées d’études avec publication prévue en 2023

Organisation

Les propositions retenues feront l’objet de journées thématiques, lors de six rencontres prévues en avril et juin 2022, en octobre et décembre 2022, puis en avril et juin 2023.

Les propositions (titre, résumé explicatif en une page maximum et CV) sont à adresser aux deux responsables du comité scientifique, en indiquant si vous préférez intervenir en 2022 ou en 2023, ou si cela vous est indifférent : 

Rosa Benoit-Meggenis : rosa.benoit-meggenis@univ-montp3.fr

Thomas Granier : thomas.granier@univ-montp3.fr

Argumentaire :

Dans les sociétés médiévales, en Orient comme en Occident, les moines occupent une place singulière, remarquable tant par sa constance que par la variété des situations dans lesquelles nous les rencontrons : confesseurs des grands, familiers des souverains, souvent ambassadeurs, espions parfois, les moines ne limitent certes pas leurs activités aux murs de leur monastère et sont des personnages de premier plan de la grande histoire de leur temps.

Les thèmes dégagés lors des rencontres préparatoires (2020-2021) sont les suivants :

Sous le terme général de « moine », nous incluons de fait tous les ascètes religieux, hommes et femmes, afin de pouvoir considérer l’ensemble des trois monothéismes : judaïsme, christianisme et islam. Les notions d’ascèse et de charisme permettent d’élargir le propos aux ascètes musulmans.

            Le vocabulaire des sources : comment nomme-t-on les actions, les pensées, les situations, les comportements anormaux ? Observe-t-on des correspondances entre le vocabulaire des sources narratives et celui des sources normatives qui décrivent et définissent les mauvais comportements (par ex. Règle de saint Benoît xxiii-xxix, xlii-xlvi, liv et lxx) ? Arrive-t-on, via le vocabulaire, à saisir ce qui fait le « mauvais moine » dans le discours de telle œuvre, de tel auteur… ?

            L’écart à la norme, le refus des normes : à Byzance, certains moines ont des comportements inhabituels pour leurs contemporains et pour nous : des moines sans monastère, sans identité (qui refusent de dire leur nom), qui vivent à la cour, gyrovagues ; des moines confesseurs alors qu’ils n’ont pas le droit de « lier et délier » dans le droit canon byzantin. Il convient de s’interroger sur la permanence de cette figure du moine gyrovague ; quelle valeur spirituelle ou sociale lui attribuent les sources, en particulier l’hagiographie, dans le contexte d’un cénobitisme dominant aussi bien en Orient qu’en Occident ? Et cette figure a-t-elle le même succès en Occident qu’en Orient ? Comment les sources hagiographiques peuvent-elles présenter leur héros comme des modèles de sainteté alors même qu’ils vivent en contradiction avec les prescriptions canoniques ?

La figure du moine mondain dépasse bien sûr les frontières des espaces occidental et byzantin. Par exemple, deux personnages du royaume d’Arménie cilicienne oscillent entre le trône, royal pour le premier, comtal pour le second : le roi Hét’oum II qui, entre 1289 et 1307, réside alternativement dans son palais et son couvent franciscain, et son parent et contemporain, Hét’oum de Korykos, tantôt moine prémontré en Chypre, tantôt connétable du royaume.

La question se pose aussi pour les hagiographies et les chansons de geste en langue romane, avec de manière d’autant plus cruciale que ces textes ont pour vocation d’édifier les laïcs, à l’exemple de leurs protagonistes. Comment procède l’édification, quelles valeurs prône-t-elle, si celles-ci s’écartent de l’idéal monastique, au point parfois de le discréditer ? Il semble que la littérature en langue romane privilégie l’écart, alors même qu’elle émane de milieux monastiques comme les plus étranges des proses du Graal – la Queste del Saint Graal, le Haut Livre du Graal. La représentation du moine dans l’objet littéraire se trouve ainsi souvent à la frontière de l’écart et de la réprobation.

            Les comportements contraires, non plus aux règles monastiques, mais aux attentes de la société : nous retrouvons ici le thème du « mauvais moine », en particulier du moine glouton, déjà étudié par Béatrice Caseau pour les IVe-Ve siècles et dont nous pourrons sans doute voir la permanence pendant toute la période médiévale, en Orient comme en Occident. L’iconographie peut nous apporter des réponses, mais il existe très peu de matériau oriental d’où la difficulté de réfléchir sur les sources iconographiques de façon équilibrée entre Orient et Occident. La littérature latine et romane, en revanche, tire abondamment partie de cette veine, qui nourrit polémique et satire.

                        L’humour : humour des moines entre eux et humour des regards extérieurs. Dérision et autodérision rejoignent l’idée de la rupture avec la convention sociale (Jeanne-Nicole Saint-Laurent, Humour in Syriac Hagiography). Certaines miniatures de manuscrits de Cîteaux du XIIe siècle, par leur satire des comportements répréhensibles, ont une fonction moralisante. D’une façon générale, les travaux reposant sur un matériau iconographique sont très bienvenus.

L’influence néfaste : les sources historiographiques montrent des figures d’empereurs trompés par de faux moines, des charlatans, qui n’ont d’angélique que l’habit : pouvons-nous repérer des lieux communs, des topoi, propres à une littérature ouvertement critique ? Si oui, que signifie le succès de cette littérature quand tous les grands s’entourent de moines comme conseillers ? Ces affirmations reflètent-elles vraiment des faits, ou sont-elles seulement rhétoriques ?

Sur ce thème des étranges conseillers du prince, beaucoup de parallèles entre Byzance et pays d’islam : ces hommes ont la « baraka » et sont proches de Dieu, inspirés, prophètes, conseillers militaires, comme ce cheikh kurde du XIIIe siècle proche de Baibars, qui prédit ses victoires, son avènement comme sultan, puis qui est incarcéré et assassiné en prison.

            Les contradictions et les paradoxes : dans la chrétienté byzantine, il y a des comportements excessifs condamnés au nom du danger de l’orgueil, et pourtant admirés des fidèles et considérés comme signe de sainteté. Dans les laures, les exercices ascétiques plus poussés ne sont normalement possibles que sur autorisation de l’higoumène. Il peut donc y avoir des tensions entre moine excessifs et supérieurs, thème qui rejoint celui de la conflictualité : il y a des sources et de la bibliographie sur les condamnations et les procès de moines (Élisabeth Lusset 2017 et colloques Enfermements I-III 2011-2017).

Parmi les paradoxes, celui des « fols en Christ » » – figure féconde en littérature, du jongleur de Dieu à l’autoportrait de Raymond Lulle en fou de Dieu –  dont les comportements à première vue aberrants sont en fait souvent des imitations radicales du Christ qui s’est laissé humilier, insulter, torturer… Quelles sont les réponses de la hiérarchie à ces contradictions ? La contradiction peut éventuellement n’être qu’apparente : l’ultra orthodoxie peut ressembler, sous certains regards, à de l’hétérodoxie.

Une précaution méthodologique est indispensable : réussir à différencier la perception du paradoxe par les auteurs médiévaux et la nôtre ; elles peuvent être très différentes. Il faut bien sûr rester d’abord à l’intérieur du regard des sources médiévales elles-mêmes et ne pas nous laisser tromper par nos propres illusions, par nos biais sur les concepts et les mots.

            La confrontation des dimensions interne et externe : les points de vue des moines eux-mêmes, les regards sur eux, et le regard déformant des sources. On peut ici s’inspirer des travaux du colloque du CESCM de Poitiers, 20-22 janvier 2022, Effet de réel, effet du réel : dans la narration des faits, il y a une part d’illusion. L’« effet de réel », c’est la présence de détails réalistes qui donnent de la crédibilité au récit, pas forcément nécessaires à l’histoire ; l’« effet du réel », ce sont les effets de la réalité sur l’écriture. Les sources hagiographiques usent abondamment de l’effet de réel afin de donner plus de poids aux épisodes charismatiques de leurs héros. Mais nous devons nous interroger sur l’effet du réel sur les récits (historiographie et hagiographie) : la condamnation de moines charlatans est-elle un effet de la présence réelle de ces moines à la cour ou une représentation rhétorique de la légitimité du pouvoir ?

[APPEL À CONTRIBUTION] Dominer la nature, naturaliser les dominations. Quelle est la nature de la nature? Université paris I, 2/3 novembre 2021. Date limite 24/05/2021

Argumentaire :

La naturalisation d’un phénomène social est, dès l’Antiquité, une stratégie utilisée par certains groupes sociaux pour imposer des rapports de domination : c’est par exemple le cas de la réification des esclaves. Cependant, les éléments associés à la « nature », et la définition même de ce qu’est la « nature », changent selon les contextes et les configurations sociales. Nous souhaitons interroger ces usages des catégories « naturelles », ainsi que le double-sens du mot « nature » : elle est à la fois un espace opposé aux espaces culturels, et une identité perçue comme intrinsèque aux individus. Nous nous intéressons tout particulièrement aux liens qui sont parfois faits entre ces deux définitions dans un but de contrôle social, ainsi qu’à la remise en cause de ces phénomènes.

 

La naturalisation des dominations sociales est un phénomène connu, qui s’applique notamment dans le champ de la classe, du genre et de la race. En attribuant des caractéristiques physiques à la pauvreté, en identifiant le sexe avec le genre et en leur attribuant des caractéristiques sociales[1], ou en créant une division ethnique de la société autour de la race, de nombreux phénomènes de domination ont été rendus évidents en les biologisant. De la même manière, la constitution d’une identité collective pour un peuple (l’ethnogenèse et les récits des origines étudiés par Magali Coumert[2]) a pu contribuer à rendre évidente, naturelle, l’organisation de nombreuses sociétés. Si ces phénomènes sont connus, leurs critiques et leurs remises en cause sont également d’un grand intérêt pour analyser leur construction.

 

Le mouvement inverse, mais complémentaire du premier, est celui de la domination de l’environnement, en créant une « nature » radicalement différente de la sphère humaine (la « culture »). Par cette différence, il est devenu concevable de s’extraire de la nature, et donc de pouvoir l’exploiter à des fins productives. Cette différence a été construite par des discours (Descartes qui fait l’homme « comme maître et possesseur de la nature »), mais aussi par des pratiques comme la cartographie, analysées en histoire ou en géographie[3]. Ce « grand partage », remis en cause dès les travaux de Philippe Descola[4], puis par la crise écologique et les questionnements sur l’impact de l’humanité, a également été mis au service des catégories sociales dominantes.

C’est le croisement entre ces deux analyses (naturalisation des dominations sociales, domination naturalisée sur l’environnement) qui nous intéresse tout particulièrement. Sa remise en cause dans le champ scientifique, dans le sillage des questionnements politiques sur l’intersectionnalité des luttes à partir des années 1990, s’est d’abord porté sur la domination de l’Occident hors d’Europe lors de la colonisation, où la domination sur les corps a permis de justifier l’exploitation d’une nature construite comme vide, ce que montre bien Sylvia Federici[5]. Cependant, de nombreux aspects de cette construction croisée restent à analyser, notamment la production de discours justificatifs, la construction du cadre juridique permettant cette domination, ou la concrétisation des rapports de force. On peut aller jusqu’à évoquer aussi des résistances à ces dominations, voire un retournement de la logique de naturalisation en faveur de l’émancipation des dominé.e.s : les écoféministes, tout en dénonçant la naturalisation ⋅ ⋅ des femmes par le patriarcat, cherchent à se réapproprier la nature et à construire une autre forme de rapport à elle. Il peut également être intéressant de s’intéresser à certaines figures jouant avec ces frontières (comme celle de François d’Assise, qui remet en cause tant la domination sociale de l’institution cléricale qu’humaine sur la nature), ou à des moments qui cristallisent ces conflits (l’esclavage, la crise des enclosures analysée par Thompson[6]…).

 

Afin de donner plus d’ampleur à cette analyse croisée, nous voulons ouvrir ce colloque à des chercheuses et chercheurs de toutes les périodes historiques et de toutes les sciences humaines (notamment des géographes et des anthropologues). Les thèmes déjà évoqués offrent une base de propositions, mais nous sommes ouvert.e.s à toute communication qui aborderait ces problématiques générales sous un autre angle. Le choix de proposer ce colloque pendant les vacances scolaires est aussi une invitation à la participation de collègues en poste dans le secondaire, afin de diversifier les profils des participant.e.s et d’enrichir les discussions.

 

Afin de diversifier le type d’interventions et de permettre des discussions plus variées sur ce sujet, nous acceptons aussi bien des interventions classiques (20 minutes de prise de parole, 10 minutes de question), que des propositions d’ateliers plus personnalisés, pouvant être animés par un.e ou plusieurs doctorant.e.s, et prendre des formes variées (pour une durée de 30 minutes). La proposition de communication ou d’atelier devra faire une page maximum, et être envoyée avant le lundi 24 mai à l’adresse : colloquenature@protonmail.com.

Les réponses seront données aux candidat-e-s fin juin et le colloque se tiendra au Campus Condorcet, Centre des Colloques, les 2 et 3 novembre 2021.

[1] HÉRITIER Françoise, Masculin/Féminin I. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996 ; HÉRITIER Françoise, Masculin/Féminin II. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002.

[2] COUMERT Magali, Origines des peuples. Les récits du haut Moyen Âge occidental (550-850), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2007.

[3] RETAILLÉ Denis, « Cartographie, quadrillage et ordre sédentaire », L’Information géographique, 2013/4 (Vol. 77), pp. 88-108.

[4] DESCOLA Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

[5] FEDERICI Sylvia, Caliban et la sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive, Genève, Entremonde, 2014.

[6] THOMPSON E.P., La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, Paris, La Découverte, 2014 [1975].

Comité d’organisation

Justine Audebrand (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP)

Jonas Matheron (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, SIRICE)

Hugo Vidon (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP)

Comité scientifique

Geneviève Bührer-Thierry, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Jean-Pierre Devroey, Université Libre de Bruxelles

Catherine Larrère, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Marylène Patou-Mathis, CNRS rattachée au Muséum National d’Histoire Naturelle

Lien de l’argumentaire : https://lamop.pantheonsorbonne.fr/actualite/dominer-nature-naturaliser-dominations