[Contrat doctoral] Offre de contrat doctoral à Avignon-Université. Date limite : 18 mai avant 17h

Un contrat doctoral est proposé à Avignon-Université pour la rentrée 2022-2023 et pour une durée de 3 ans, dans le cadre de l’École doctorale 537 Culture et Patrimoine et avec un rattachement au laboratoire du CIHAM-UMR 5648. Le contrat est adossé à trois sujets distincts, avec une direction de thèse par Guido Castelnuovo ou Marilyn Nicoud. Possibilité de co-direction ou de co-tutelle.

La date limite du dépôt des candidatures est fixée au 18 mai prochain. La/le candidat.e qui aura, au préalable, pris contact avec l’un des deux directeurs de thèse pour définir son sujet, doit envoyer à celui ou celle-ci au plus tard le 18 mai avant 17h, un dossier constitué d’un CV détaillé explicitant ses expériences de recherche, d’une lettre de motivation explicitant son intérêt pour une thèse et pour le sujet proposé, son relevé des notes de M1 et de M2 ou tout autre document équivalent, d’ 1-2 lettre(s) de recommandation de responsables pédagogiques et/ou responsables de stages et d’une lettre de recommandation du directeur de thèse.

Sujets proposés

Sources : site du CIHAM et G. Castelnuovo.

Plus d’informations sur le site internet d’Avignon-Université.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à communications] Cacher, voiler, dissimuler au Moyen Âge Journées d’études doctorales du CIHAM (UMR 5648) 27–28 octobre 2022

Cacher, voiler, dissimuler au Moyen Âge

Journées d’études doctorales du CIHAM (UMR 5648)

27–28 octobre 2022


Cacher, voiler, dissimuler : ces trois termes ont en commun de désigner l’action consistant à rendre partiellement ou totalement inaccessible à la vue – ou plus globalement à la perception – une réalité qui continue cependant d’exister. En retenant ces trois termes, la présente journée d’étude entend s’intéresser à l’ensemble des processus qui contribuent ou aboutissent à l’occultation d’un objet historique, d’une idée ou d’un contenu littéraire et narratif, sans pour autant chercher à les détruire purement et simplement. Tout en retenant la proximité de ces concepts, on peut en souligner des variations de sens et des usages historiographiques différents. Si le terme « cacher » apparaît comme le plus englobant et le plus large, les connotations de « voiler » et de « dissimuler » doivent permettre d’affiner une réflexion épistémologique. Le voile peut s’inscrire dans une temporalité définie, et renvoie à un certain univers religieux et au mystère qui entretient le doute tout en insistant sur la réalité de l’objet. La dissimulation hérite en revanche d’une historiographie davantage inscrite dans le champ politique. Elle la met ainsi en relation avec la notion de simulation – désignant un processus conscient et organisé qui vise à feindre une réalité qui n’existe pas – alors que la dissimulation consiste à occulter une réalité qui est. Dans l’appréhension de ces processus, la question de l’intentionnalité occupe une place fondamentale. Le fait de cacher ou de se cacher est-il un choix conscient et assumé, une contrainte imposée et subie, ou bien encore une conséquence accidentelle et involontaire ? Est-il seulement possible de prouver une volonté de dissimulation et d’en établir les motivations ? 


Au-delà de cette question, l’appréhension de ces phénomènes pose un défi de taille aux chercheurs. La thématique de la dissimulation soulève par définition un certain nombre d’enjeux méthodologiques, relatifs notamment aux conditions matérielles de son étude. Face au silence ou à la rareté des sources, comment faire la part entre ce qui a été volontairement omis et ce qui a disparu ? Peut-on voir dans l’action de cacher, voiler et dissimuler un fait social total ? Ces processus semblent en tout cas pouvoir s’observer à tous les niveaux de la société médiévale, selon divers degrés et modalités. La dissimulation recouvre par exemple une part conséquente des pratiques de gouvernement et plus largement des usages politiques. Cacher ou se cacher peut également s’entendre à l’aune des normes établies par les institutions et pouvoirs dominants : soit ceux-ci cherchent à occulter les objets, groupes et comportements jugés déviants (on peut penser à des phénomènes comme la censure), soit l’action dissimulatrice vise, précisément, à se protéger ou à transgresser ces normes. On peut par exemple comprendre le corps comme objet caché, qu’il s’agisse de contrôler ce qu’il est possible d’en montrer, ou que le corps devienne un terrain de subversion des normes et des identités par le travestissement et le déguisement. La tension entre ce qui est caché et ce qui est montré recouvre également de nombreux enjeux intellectuels et esthétiques. C’est le cas notamment des procédés visant à dissimuler des sens cachés au sein de productions littéraires, par le recours à des figures allégoriques ou à d’autres procédés stéganographiques. Le voilement quant à lui renvoie aussi bien à des réalités humaines, du vêtement en particulier, que sacrées : les traditions juives, chrétiennes ou musulmanes usent du voile comme symbole de l’inconnaissable pour manifester la divinité.

 

 Les travaux du CIHAM concernent en premier lieu les mondes chrétiens et musulmans, mais les propositions portant sur d’autres espaces géographiques seront appréciées. Toutes les études liées à l’histoire, à l’archéologie ou à la littérature seront étudiées avec le plus grand intérêt.

 

Axes 

 

Où et Quand ?

Cet axe thématique interroge les espaces et les temporalités où l’on dissimule, volontairement ou involontairement. D’abord, il s’agit de penser les lieux où l’on cache les objets pour penser la continuité de telles pratiques dans la période médiévale. Quels sont les lieux propices à la dissimulation ? Permettent-ils de mettre en évidence des pratiques individuelles ou collectives ? Que nous disent-ils des objets qui sont cachés ? Les trésors de fondation, la thésaurisation en temps de crises (guerre, pandémies, etc.) ou les caches plus individuelles et spontanées peuvent évoquer cet aspect. Au-delà de l’artefact, le fait de dissimuler ou de cacher renvoie aussi à certains modes de structurations domestiques, politiques ou religieux. En effet, il semble possible de mettre en évidence les lieux qui sont cachés et qui renvoient à certaines spécificités culturelles ou religieuses. C’est le cas par exemple des patios des maisons musulmanes qui sont masqués par un vestibule afin de protéger les espaces privés.

Enfin, ces perspectives spatiales et même territoriales sont à mettre en regard avec des problématiques temporelles : quels sont les moments où l’on cache les objets ? Y a-t-il des temps ou des périodes spécifiquement dédiés à la dissimulation ? Ces pratiques évoluent-elles sur le temps long ou sur des temporalités courtes, renvoyant par exemple à des moments de crise et de rupture ? Certains moments de la vie sont-ils davantage propices ou marqués que d’autres par la dissimulation, notamment le temps cérémoniel, à l’image de la prise de voile symbolisant l’entrée dans la vie conventuelle ?

 

Quoi ? 

Les objets ciblés relèvent de différents champs. Il s’agit en premier lieu de la matérialité, que celle-ci soit décrite par des sources, accessibles ou non via l’archéologie, la conservation dans des musées, bibliothèques ou archives (trésors, preuves, images). Il peut s’agir également de l’individu social (enfants ou mariages cachés, clandestinité), comme de l’individu dans sa corporéité (genre, travestissement). Dans le champ politique, cela peut concerner des groupes sociaux, des minorités, des ressources économiques, mais aussi l’espionnage ou la censure. Ainsi, des idées peuvent être dissimulées : idées déviantes, telles les hérésies religieuses, ou pensées politiques subversives. Ces idées sont portées par la parole, mais aussi par le livre, dans sa matérialité comme dans son contenu. La littérature est ainsi un objet de recherche à part entière dans ce champ, à travers les procédés rhétoriques, le contenu narratif (tel le Graal), mais aussi les rébus, les messages cryptés ou les différents niveaux de lecture, cachés à la compréhension de ceux qui ne les maîtriseraient pas. Une réflexion peut également être menée sur le plan historiographique, où certains corpus et sources peuvent ne pas être pris en considération, sciemment ou inconsciemment dissimulés, orientant ainsi le récit qui est fait de l’histoire.

 

Qui ? 

Deux groupes d’acteurs peuvent être distingués : ceux qui dissimulent et ceux qui sont dissimulés. Pour les premiers, il peut être intéressant d’identifier différents profils, formations intellectuelles, politiques ou religieuses ou encore origines sociales. Ces acteurs peuvent se trouver à tous les échelons de la transmission des textes (auteur, copiste, collectionneur ou archiviste plus récent) ou des objets (artisan, nouveau propriétaire, collectionneur, autorité chargée de son entretien). Il ne faut pas non plus écarter ceux qui se cachent eux-mêmes dans les sources médiévales : les espions, les traîtres, ceux considérés comme indésirables ou celles et ceux qui n’ont pas accès à l’espace public peuvent aussi être au cœur des réflexions.

 

Pourquoi ?

Il convient de s’interroger sur les ressorts, les motivations de celles ou ceux qui cachent, ou au contraire, montrer comment cet état de fait est une conséquence involontaire. Une même dissimulation, une même façon de (se) dissimuler peut renvoyer, en fonction des sociétés, des groupes sociaux, ou des personnes considérées, à différentes explications ou motivations. Sans doute, les causes peuvent relever d’une pression (décision théologique, changement politique), d’une contrainte externe (menace militaire), que les acteurs peuvent chercher à contourner, ou doivent au contraire suivre. La volonté de cacher peut également procéder d’une intention d’assurer son pouvoir (secret d’État) ou d’une volonté de valorisation (cacher l’apparence de Dieu). Mais ces raisons mêmes ne sont pas non plus toujours avouées ni avouables, et sont à ce titre également dissimulées. 

 

Comment ?

Les manières de cacher un objet sont multiples : le déguisement comme la censure en relèvent. Ainsi, se donner officiellement le droit de conserver des informations ou des documents constitue l’affirmation d’un pouvoir.

Les processus de la dissimulation informent ainsi sur les conceptions du pouvoir et ses moyens d’action. L’archéologie, en exhumant méthodiquement les vestiges, rend compréhensible la façon dont l’action du temps a recouvert et caché à nos yeux les traces des sociétés passées. La maîtrise fine des études stratigraphiques permet donc de connaître l’enfouissement ainsi que de percevoir les perturbations qui pourraient indiquer une volonté des médiévaux de dissimuler intentionnellement un objet, qu’il s’agisse par exemple d’un objet enterré ou dissimulé dans un mur. La question du « comment » recouvre un vaste champ, dont relèvent aussi bien l’institutionnalisation de la censure que l’étude des textiles utilisés pour voiler les corps, ou encore les jeux littéraires fondés sur une connivence au sein d’une communauté donnée. Les contributions portant sur des questions méthodologiques seront également appréciées.


Les propositions de communication, de 500 mots maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 20 mai 2022 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

Comité d’organisation : Maureen Boyard, Léa Buttard, Baptiste Chopin, Pierre Fournier, Simon Rozanès, Valentin Sentis, Sébastien Villevieille

Comité scientifique : Maïté Billoré (Lyon 3), Caroline Chevalier-Royet (Lyon 3), Lahcen Daaif (Lyon 2), Sophie Gilotte (CNRS), Corinne Pierreville (Lyon 3).


Bibliographie indicative

BILLORÉ, Maïté (dir.) et SORIA, Myriam (dir.). La trahison au Moyen Âge : De la monstruosité au crime politique (Ve-XVe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

CARDON Thibault, Archéologie des dépôts monétaires, The Journal of Archæological Numismatics, vol. 10, 2021.

CAUCHIES Jean-Marie Cauchies et MARCHANDISSE Alain (éd.), L’envers du décor : espionnage, complot, trahison, vengeance et violence en pays bourguignons et liégeois, Neuchâtel, Centre européen d’études bourguignonnes, 2008.

COLLARD Franck, Le Crime de poison au Moyen Age, Paris, PUF, 2003.

DARBORD Bernard et DELAGE Agnès, Le partage du secret : Cultures du dévoilement et de l’occultation en Europe, du Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, Armand Colin, 2013.

SANTAMARIA Jean-Baptiste, Le secret du prince : gouverner par le secret France-Bourgogne XIIIe-XVe siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018.

Secret, public, privé, dossier Questes 2009.

THOMASSET Claude et PAGAN-DALARUN Martine (Dir.), Cacher, se cacher au Moyen Âge, Paris, PUPS, 2011.

WILD Francine (éd.), Le sens caché : usages de l’allégorie du Moyen Âge au XVIIe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2013. 

[Appel à communications] 9e colloque international de Bellecroix, “Cuisiner au château. Architectures, fonctions et usages de la cuisine castrale”, Chagny, Château de Bellecroix, 20-22 octobre 2023 [Date limite proppositions : 31 décembre 2022]

Colloque sous la direction de Jean Mesqui, Christian Rémy, Hervé Mouillebouche
Cuisiner au château
Argumentaire et modalités d’inscription détaillés sur le site du CeCab

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] 53e congrès de la SHMESP, “Succéder au Moyen Âge”, Rome, Ecole française de Rome, 26-29 mai 2022

Informations pratiques et livret du programme à télécharger sur le site de la SHMESP

A noter : Enki Baptiste et Sébastien Villevieille, doctorants au CIHAM, de même que Marie-Céline Isaïa (MCF HDR à l’université Jean-Moulin Lyon 3, CIHAM) participeront à ce 53e congrès de la SHMESP

Source : SHMESP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Elise Louviot, Charles Garcia et Stephen Morrison (éd.), La formule au Moyen Âge IV/Formulas in Medieval Culture IV, Turnhout, Brepols, 2021 (Atelier de Recherche sur les Textes Médiévaux, 31), 302 p.

Présentation de l’ouvrage
Un ouvrage pluridisciplinaire consacré à la formule dans tous les genres textuels de l’Occident médiéval.
 
Le phénomène formulaire est foisonnant, protéiforme et omniprésent dans tous les aspects des pratiques culturelles médiévales. Poésie, actes épiscopaux, encyclopédies, récits de miracles, charmes, formulaires notariaux, chroniques : tous ces genres textuels emploient des formules à des degrés divers et sous des formes variées. Au-delà de cette diversité apparente se dessinent cependant des problématiques communes: désir de permanence, argumentation fondée sur un savoir partagé unissant une communauté d’utilisateurs (et excluant ainsi ceux qui n’appartiendraient pas à ladite communauté), souplesse et adaptabilité bien réelles derrière la fixité apparente de la forme.
 
Ce quatrième ouvrage consacré à la formule médiévale rassemble des contributions en français, en anglais et en espagnol. À travers l’étude fine d’une multitude de documents de natures et d’origines géographiques très variées, ces articles analysent les formules à la fois dans leur fonctionnement textuel (et parfois graphique) et dans leur rôle social. La confrontation de disciplines différentes permet d’aborder le phénomène formulaire dans sa globalité, et ainsi de mieux distinguer ce qui n’est propre qu’à un type de formules ou de texte particulier et ce qui est au contraire essentiel au concept de formule.
 
Table des matières

Introduction,  Elise Louviot (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Expression du pouvoir

Le formulaire de la corroboratio dans les documents d’un cartulaire médiéval portugais, Maria Cristina Cunha et Maria João Oliveira e Silva (Faculté des Lettres de l’Université de Porto – Portugal / CITCEM)

Los prólogos de los cartularios de Santa Cruz de Coimbra (siglo XII): entre la continuidad y la innovación formularia, Leticia Agúndez San Miguel (Universidad de Cantabria)

“Pro ratione officii nostri debemus”. Les devoirs du bonus pastor dans les actes de l’évêque Barthélemy de Joux (1113-1151), Adele Di Lorenzo (Université de Sienne)

Derecho es que se fagan lealmente. El formulario de la compraventa de Sevilla en la segunda mitad del siglo XIII, Pilar Ostos Salcedo (Universidad de Sevilla)

La presentación gráfica de las fórmulas diplomáticas en documentos y códices de Santiago de Compostela en los siglos XIV y XV, Adrián Ares Legaspi (Universidad de Sevilla)

Formuler la prééminence du prince en Savoie (XIIIe-XVe siècles), Florentin Briffaz (Université Lumière-Lyon 2)

Récits

Les formules désignant le roi Arthur dans l’Alliterative Morte Arthure, Anne Mathieu et Colette Stévanovitch (IDEA, Université de Lorraine)

The Stereotypical Representation of the Jewish Figure in Some Late Medieval English Texts”, Agnès Blandeau (Université de Nantes)

Usage des formules bibliques dans les récits de miracles eucharistiques. L’exemple du verset Qui manducat… (1 Cor 11, 29), François Wallerich (Université Paris-Nanterre)

La formulation tripartite du monde dans les encyclopédies et textes littéraires du Moyen Âge, Natalia I. Petrovskaia (Utrecht University)

Protéger et guérir

A il herbe pour mal de teste ? Formules et style formulaire dans Le Livre de Sydrac, Valérie Gontero-Lauze (Aix-Marseille Université)

“Medicinal Formulas and the Art of Healing: the Power of Words. A Study of Middle English Extracts from Medical Recipes of MSS O. 1. 13, R. 14. 32 and R. 14. 51”, Véronique Soreau (Université de Poitiers)

Les formules apotropaïques : le pouvoir de la parole, le pouvoir des lettres, Edina Bozoky (Université de Poitiers et Centre d’Études supérieures de civilisation médiévale)

Conclusion

La formularité au prisme des formules liturgiques, Charles Garcia (Université de Poitiers et CESCM)

Table des manuscrits

Index des oeuvres et auteurs

Table des illustrations

Source : Brepols

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque international] Cluny, 23-25 juin 2022 – Infirmeries monastiques et hospices. Lieux de soin du Moyen Âge à l’époque moderne

Un colloque international, coorganisé par l’Université Lyon 2 (et notamment le laboratoire ArAr – UMR 5138), l’université de Columbia et l’université de Toronto, autour des Infirmeries monastiques et hospices. Lieux de soin du Moyen Âge à l’époque moderne, se tiendra à Cluny (Saône-et-Loire) du 23 au 25 juin 2022.

Programme

Affiche

Informations : Laboratoire ArAr.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Appel à communication] Colloque national. Du traité de Verdun à l’an Mil. Frontières, pouvoirs, économies. Regards croisés de l’histoire et de l’archéologie. 16, 17, 18 novembre 2022. Clôture de l’appel le 15 avril 2022.

Colloque organisé entre le mercredi 16 novembre et le vendredi 18 novembre 2022 à Mâcon (Saône-et-Loire) par Daniel Barthèlemy et Gilles Rollier (Inrap).

La connaissance de la période située entre le milieu du IXe siècle caractérisée historiquement par le partage de l’Empire carolingien entre les petits fils de Charlemagne et l’an Mil est en pleine évolution. En témoignent de nombreuses fouilles qui, notamment avec des outils chronologiques plus affinés et une vision plus globale permettant l’intégration des sites dans les différents environnements naturels et humains, apportent des données parfois très inattendues. Du point de vue épistémologique, nous profitons aussi depuis maintenant plusieurs années d’une évolution dans l’historiographie du haut Moyen Âge qui ouvre le champ des possibles pour apprécier les périodes considérées plus dans leurs continuités que dans leurs ruptures. Le colloque proposé en 2022 participera à apporter un débat et une réflexion sur les IXe-Xe siècles, ceux-ci pouvant être interprétés comme un temps participant à la gestation de la société du Moyen Âge central.

La programmation d’un colloque scientifique dans la ville de Mâcon s’inscrit dans la suite des fouilles réalisées à Mâcon en 2019 à la hauteur du jardin de l’ancien couvent des Minimes. L’opération archéologique a mis en évidence une très importante occupation carolingienne qui pourrait être datée de la deuxième moitié du IXe siècle. Les premières conclusions poussent à envisager que la ville de Mâcon connaît dès cette époque une première extension vers le sud, depuis le castrum en direction de la nécropole antique et médiévale dite « des Cordiers ». Ce développement de la ville, précoce, associant habitats et lieux artisanaux orientés en particulier autour de la métallurgie pourrait avoir été voulu par les pouvoirs en place, ceux de l’évêque ou/et du comte de Mâcon. La mise en place d’une importante fortification comportant un large fossé de défense et une palissade est très symptomatique de cette volonté des édiles d’assurer la protection de nouveaux espaces, pôles de production et gages de prospérité. Le glissement de la ville en dehors du secteur du castrum ne marquerait-il pas un dynamisme économique du lieu qu’il faudrait éventuellement pouvoir généraliser à d’autres lieux ? Il paraissait opportun suite aux découvertes de Mâcon mais aussi suite aux résultats de plusieurs fouilles et travaux récents (Entrains-sur-Nohain, Sevrey, Collonges-les-Premières, Coulanges-les-Nevers, Cluny, Molles…) de se donner l’occasion de faire un point sur cette période de l’histoire médiévale. Les travaux mettront l’accent à la fois sur les traditions mais aussi sur les facultés d’évolution de la société carolingienne dans cette période peu connue et souvent dépréciée de l’histoire. Les innovations techniques comme le passage de la céramique à cuisson oxydante à la cuisson en atmosphère réductrice, le développement économique incarné vraisemblablement par un développement plus général de la ville, des campagnes, le rôle des édiles dans ce dynamisme, l’augmentation possible de machines productives comme le moulin hydraulique sont autant de signes, souvent à l’interprétation difficile, qui permettent cependant d’apprécier un peu plus ce moment du Moyen Âge où s’organisent et se structurent les nouveaux territoires, et où s’élaborent d’autres rapports socio-économiques.

Comité scientifique

  • Anne Baud (Arar – Université Lyon II)
  • Daniel Barthèlemy (Inrap – Arar)
  • André Bazzana (CNRS)
  • Luc Bourgeois (Craham – Université de Caen)
  • François Demotz (Ciham – Université Lyon II)
  • Alain Guerreau (ArteHis – CNRS)
  • Damien Martinez (Ciham – université Lyon II)
  • Gilles Rollier (Inrap – Hisoma)
  • Christian Sapin (ArteHis – CNRS)

Les propositions de communication avec titre, résumé et coordonnées de l’auteur (ou des auteurs) doivent être transmises avant le 15 avril 2022, délai de rigueur par mail à daniel.barthelemy[at]inrap.fr ou à gilles.rollier[at]inrap.fr

Possibilité de communications en distanciel.

Appel à communications

Affiche

Source : Inrap.fr

 

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Cycle de conférences] – De la grêle et du tonnerre. Comprendre les intempéries dans l’arrière-pays des paysans au Moyen Âge – Jean-Pierre Devroey – Collège de France – du 9 au 30 mars 2022

Sur proposition de Patrick Boucheron et invitation de l’Assemblée du Collège de France, Jean-Pierre Devroey, professeur émérite de l’Université libre de Bruxelles et membre de l’Académie royale de Belgique proposera un cycle de conférences du 9 au 30 mars 2022, autour du thème “De la grêle et du tonnerre. Comprendre les intempéries dans l’arrière-pays des paysans au Moyen Âge.

Programme :

Le mercredi de 17h 30 à 18 h 30 – Salle 2, site Marcelin Berthelot

9 mars 2022
De la grêle et du tonnerre. Une micro-histoire de la perception médiévale des intempéries.

16 mars 2022
Manipuler les vents, combattre les tempêtes.

23 mars 2022
L’économie des intempéries dans l’Arrière-pays des paysans.

30 mars 2022
Affronter les tempêtes dans un monde chrétien.

Passe sanitaire requis, masque obligatoire.

Source : RMBLF.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts