[Appel à contributions]L’idée de réforme dans les pays bourguignons et les régions voisines (XIVe-XVIe siècles) avant le 01/02/2022

Dans la pensée chrétienne et dans le rapport au temps augustinien, marqué par la Chute et l’idée que l’ordre voulu par Dieu est sans cesse menacé par les actions humaines, la réforme, juste, nécessaire, permet de revenir à une forme originelle du monde, de la société et des communautés, conforme à l’ordre divin. Réformer devient ainsi une nécessité récurrente pour refonder, améliorer, amender des institutions et les hommes qui les servent dans le cadre politique aussi bien que religieux. Toutefois, en cette fin de Moyen Âge, comme au début de l’époque moderne, le mot se dote d’une plasticité telle qu’il peut signifier tout et son contraire. Ainsi les princes engagent la réforme de leur gouvernement pour consolider leur autorité, tout autant que les peuples se révoltentpour engager les princes à réformer au nom du bien public. « Reformatio », un mot fourre-tout synonyme de changement et de conservatisme ? Tel sera l’objet des réflexions qui seront engagées dans le cadre de ce colloque. Les études portant sur les pays bourguignons et limitrophes dans les domaines de l’histoire politique, institutionnelle, religieuse et plus largement culturelle seront les bienvenues.

Les titre et résumé (10 lignes) sont à adresser avant le 1er février 2022 au Secrétariat général du CEEB via l’une des adresses suivantes : alain.marchandisse@uliege.be ou gilles.docquier@musee-mariemont.be N’hésitez pas à contacter le Secrétariat général du CEEB/

 

 

Les 63e Rencontres du CEEB se dérouleront à Lille du 22 au 25 septembre 2022 et porteront sur « L’idée de réforme dans les pays bourguignons et les régions voisines (XIVe-XVIe siècles) »

[Appel à communications]Drôles de moines Anomalies, paradoxes et cocasserie des ascetes d’Orient et d’occident2022/2023

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Centre d’Études Médiévales de Montpellier EA4583

Séminaire interdisciplinaire 2020-2023

Drôles de moines ! Anomalies, paradoxes et cocasserie des ascètes d’Orient et d’Occident, Ve-XVe siècles

Appel à contributions pour journées d’études avec publication prévue en 2023

Organisation

Les propositions retenues feront l’objet de journées thématiques, lors de six rencontres prévues en avril et juin 2022, en octobre et décembre 2022, puis en avril et juin 2023.

Les propositions (titre, résumé explicatif en une page maximum et CV) sont à adresser aux deux responsables du comité scientifique, en indiquant si vous préférez intervenir en 2022 ou en 2023, ou si cela vous est indifférent : 

Rosa Benoit-Meggenis : rosa.benoit-meggenis@univ-montp3.fr

Thomas Granier : thomas.granier@univ-montp3.fr

Argumentaire :

Dans les sociétés médiévales, en Orient comme en Occident, les moines occupent une place singulière, remarquable tant par sa constance que par la variété des situations dans lesquelles nous les rencontrons : confesseurs des grands, familiers des souverains, souvent ambassadeurs, espions parfois, les moines ne limitent certes pas leurs activités aux murs de leur monastère et sont des personnages de premier plan de la grande histoire de leur temps.

Les thèmes dégagés lors des rencontres préparatoires (2020-2021) sont les suivants :

Sous le terme général de « moine », nous incluons de fait tous les ascètes religieux, hommes et femmes, afin de pouvoir considérer l’ensemble des trois monothéismes : judaïsme, christianisme et islam. Les notions d’ascèse et de charisme permettent d’élargir le propos aux ascètes musulmans.

            Le vocabulaire des sources : comment nomme-t-on les actions, les pensées, les situations, les comportements anormaux ? Observe-t-on des correspondances entre le vocabulaire des sources narratives et celui des sources normatives qui décrivent et définissent les mauvais comportements (par ex. Règle de saint Benoît xxiii-xxix, xlii-xlvi, liv et lxx) ? Arrive-t-on, via le vocabulaire, à saisir ce qui fait le « mauvais moine » dans le discours de telle œuvre, de tel auteur… ?

            L’écart à la norme, le refus des normes : à Byzance, certains moines ont des comportements inhabituels pour leurs contemporains et pour nous : des moines sans monastère, sans identité (qui refusent de dire leur nom), qui vivent à la cour, gyrovagues ; des moines confesseurs alors qu’ils n’ont pas le droit de « lier et délier » dans le droit canon byzantin. Il convient de s’interroger sur la permanence de cette figure du moine gyrovague ; quelle valeur spirituelle ou sociale lui attribuent les sources, en particulier l’hagiographie, dans le contexte d’un cénobitisme dominant aussi bien en Orient qu’en Occident ? Et cette figure a-t-elle le même succès en Occident qu’en Orient ? Comment les sources hagiographiques peuvent-elles présenter leur héros comme des modèles de sainteté alors même qu’ils vivent en contradiction avec les prescriptions canoniques ?

La figure du moine mondain dépasse bien sûr les frontières des espaces occidental et byzantin. Par exemple, deux personnages du royaume d’Arménie cilicienne oscillent entre le trône, royal pour le premier, comtal pour le second : le roi Hét’oum II qui, entre 1289 et 1307, réside alternativement dans son palais et son couvent franciscain, et son parent et contemporain, Hét’oum de Korykos, tantôt moine prémontré en Chypre, tantôt connétable du royaume.

La question se pose aussi pour les hagiographies et les chansons de geste en langue romane, avec de manière d’autant plus cruciale que ces textes ont pour vocation d’édifier les laïcs, à l’exemple de leurs protagonistes. Comment procède l’édification, quelles valeurs prône-t-elle, si celles-ci s’écartent de l’idéal monastique, au point parfois de le discréditer ? Il semble que la littérature en langue romane privilégie l’écart, alors même qu’elle émane de milieux monastiques comme les plus étranges des proses du Graal – la Queste del Saint Graal, le Haut Livre du Graal. La représentation du moine dans l’objet littéraire se trouve ainsi souvent à la frontière de l’écart et de la réprobation.

            Les comportements contraires, non plus aux règles monastiques, mais aux attentes de la société : nous retrouvons ici le thème du « mauvais moine », en particulier du moine glouton, déjà étudié par Béatrice Caseau pour les IVe-Ve siècles et dont nous pourrons sans doute voir la permanence pendant toute la période médiévale, en Orient comme en Occident. L’iconographie peut nous apporter des réponses, mais il existe très peu de matériau oriental d’où la difficulté de réfléchir sur les sources iconographiques de façon équilibrée entre Orient et Occident. La littérature latine et romane, en revanche, tire abondamment partie de cette veine, qui nourrit polémique et satire.

                        L’humour : humour des moines entre eux et humour des regards extérieurs. Dérision et autodérision rejoignent l’idée de la rupture avec la convention sociale (Jeanne-Nicole Saint-Laurent, Humour in Syriac Hagiography). Certaines miniatures de manuscrits de Cîteaux du XIIe siècle, par leur satire des comportements répréhensibles, ont une fonction moralisante. D’une façon générale, les travaux reposant sur un matériau iconographique sont très bienvenus.

L’influence néfaste : les sources historiographiques montrent des figures d’empereurs trompés par de faux moines, des charlatans, qui n’ont d’angélique que l’habit : pouvons-nous repérer des lieux communs, des topoi, propres à une littérature ouvertement critique ? Si oui, que signifie le succès de cette littérature quand tous les grands s’entourent de moines comme conseillers ? Ces affirmations reflètent-elles vraiment des faits, ou sont-elles seulement rhétoriques ?

Sur ce thème des étranges conseillers du prince, beaucoup de parallèles entre Byzance et pays d’islam : ces hommes ont la « baraka » et sont proches de Dieu, inspirés, prophètes, conseillers militaires, comme ce cheikh kurde du XIIIe siècle proche de Baibars, qui prédit ses victoires, son avènement comme sultan, puis qui est incarcéré et assassiné en prison.

            Les contradictions et les paradoxes : dans la chrétienté byzantine, il y a des comportements excessifs condamnés au nom du danger de l’orgueil, et pourtant admirés des fidèles et considérés comme signe de sainteté. Dans les laures, les exercices ascétiques plus poussés ne sont normalement possibles que sur autorisation de l’higoumène. Il peut donc y avoir des tensions entre moine excessifs et supérieurs, thème qui rejoint celui de la conflictualité : il y a des sources et de la bibliographie sur les condamnations et les procès de moines (Élisabeth Lusset 2017 et colloques Enfermements I-III 2011-2017).

Parmi les paradoxes, celui des « fols en Christ » » – figure féconde en littérature, du jongleur de Dieu à l’autoportrait de Raymond Lulle en fou de Dieu –  dont les comportements à première vue aberrants sont en fait souvent des imitations radicales du Christ qui s’est laissé humilier, insulter, torturer… Quelles sont les réponses de la hiérarchie à ces contradictions ? La contradiction peut éventuellement n’être qu’apparente : l’ultra orthodoxie peut ressembler, sous certains regards, à de l’hétérodoxie.

Une précaution méthodologique est indispensable : réussir à différencier la perception du paradoxe par les auteurs médiévaux et la nôtre ; elles peuvent être très différentes. Il faut bien sûr rester d’abord à l’intérieur du regard des sources médiévales elles-mêmes et ne pas nous laisser tromper par nos propres illusions, par nos biais sur les concepts et les mots.

            La confrontation des dimensions interne et externe : les points de vue des moines eux-mêmes, les regards sur eux, et le regard déformant des sources. On peut ici s’inspirer des travaux du colloque du CESCM de Poitiers, 20-22 janvier 2022, Effet de réel, effet du réel : dans la narration des faits, il y a une part d’illusion. L’« effet de réel », c’est la présence de détails réalistes qui donnent de la crédibilité au récit, pas forcément nécessaires à l’histoire ; l’« effet du réel », ce sont les effets de la réalité sur l’écriture. Les sources hagiographiques usent abondamment de l’effet de réel afin de donner plus de poids aux épisodes charismatiques de leurs héros. Mais nous devons nous interroger sur l’effet du réel sur les récits (historiographie et hagiographie) : la condamnation de moines charlatans est-elle un effet de la présence réelle de ces moines à la cour ou une représentation rhétorique de la légitimité du pouvoir ?

[Journée d’étude]ORESM : LA RÉCONCILIATION DES DONNÉES ISSUES DES BIBLIOTHÈQUES, DES ARCHIVES ET DE LA RECHERCHE 26/11/2021

La journée d’étude du vendredi 26 novembre 2021 (9h30-17h) posera la question de la réconciliation des données issues des bibliothèques, des archives et de la recherche dans le cadre du projet ORESM (Œuvres et Référentiels des Étudiants, Suppôts et Maîtres). Un des aspects importants tient dans la volonté de recomposer virtuellement et de mettre à disposition les fonds d’archives permettant de documenter les universitaires, les étudiants et plus largement toutes personnes ayant gravité autour de l’université de Paris, des écoles et des collèges sur la période 1200-1600.

Le projet ORESM a pour objectif d’accompagner la recherche en histoire médiévale (prosopographie, mobilité géographique et sociale, vie intellectuelle, pouvoirs et sociétés…) en facilitant l’exploitation des sources liées à l’université parisienne au Moyen Âge.

 

Programme (Zoom possible )

PROGRAMME

  • 9h30 – Ouverture : Laurence Bobis (directrice de la BIS) et Lucie Vieillon (cheffe du projet ORESM, BIS)
  • 9h50 – Jean-Philippe Genet et Thierry Kouamé (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP), Studium Parisiense dans ORESM
  • 10h10 – Marc Smith (École nationale des Chartes, EPHE), Les archives, la paléographie et le numérique dans ORESM

10h30 – Pause

  • 10h50 – Régis Robineau (EquipEx Biblissima), Mise en œuvre des standards et technologies IIIF dans le cadre de Biblissima
  • 11h10 – Jean-François Moufflet (Archives nationales, DMAAR), Lucie Vieillon et Louise Gousseau (BIS), Mise en perspective : pour une archéologie du fonds des archives de l’université de Paris, des écoles et collèges parisiens au Moyen Âge
  • 11h30 – Discussion sur les interventions de la matinée

12h-14h – Pause déjeuner

  • 14h – Jean-François Moufflet (Archives nationales, DMAAR) et Florence Clavaud (Archives nationales, Lab), Construction d’un graphe de connaissances RDF à partir des données d’ORESM à l’aide de l’ontologie RiC-O : premiers résultats. [sous réserve de modification]
  • 14h20 – Jean de Cinquarbres, Aurélia Rostaing (Archives nationales, Département du Minutier Central des notaires de Paris), présentation filmée
  • 14h30 – François Mistral (ABES), Au service d’ORESM : IdRef, autorités et référentiels mutualisés et ouverts pour la communauté ESR et sur le web

15h – Pause

  • 15h20 – Stéphane Lamassé (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, LaMOP), La prosopographie comme exercice d’incertitude
  • 15h40 – L’EAD, Danis Habib (Archives nationales, DMC), présentation filmée
  • 15h50 – Le cartulaire de Hubant, Jean-François Moufflet (Archives nationales, DMAAR), présentation filmée
  • 16h – Table Ronde conclusive

Détails et liens du zoom : https://www.irht.cnrs.fr/fr/agenda/journee-detude/oresm-la-reconciliation-des-donnees-issues-des-bibliotheques-des-archives

 

[Webinaire] Séminaire franco-allemand d’histoire médiévale, 15 novembre 2021 – 17 janvier 2022

Présentation

Nils Bock (université de Münster) et Catherine Rideau-Kikuchi (Université de Versailles Saint-Quentin) organisent un séminaire franco-allemand d’histoire médiévale en lien avec les programmes des concours du secondaire : « Ville et construction étatique en Europe du Nord-Ouest du XIIIe au XVe siècle » (agregation) et « La construction de l’Etat monarchique, 1380-1715 » (CAPES). Ce séminaire vise à faire connaître aux chercheurs, chercheuses, ainsi qu’aux preparationnaires de ces concours les recherches les plus récentes en France et en Allemagne sur ces sujets.

Le séminaire se déroule en ligne (via Zoom) le lundi de 18h à 20h. La langue des interventions est l’anglais mais, lors de la discussion, les participants pourront poser leurs questions en français : si nécessaire, une traduction sera assurée par les organisateurs.

Pour s’inscrire, merci d’envoyer un mail à nils.bock@uni-muenster.de

 

Programme :

15 novembre 2021

Louis Genton, The book of justice of the abbey of Saint-Germain-des-Prés. An example of the redefinition of monastic judicial power in medieval Paris (circa 1270-1280)

Julia Bruch, Writing practices among urban craftsmen. Methodological considerations for the analysis of pre-modern chronicle manuscripts

12 décembre 2021

Elisabeth Schmit, The king of justice and his cities : about the division of the Parlement of Paris in the 15th century

Willem Fiene, Putting the King’s justice to good use : the Parlement of Paris and local conflicts in Languedoc (1360-1420)

17 janvier 2022

Jean-Dominique Delle Lucche, Shooting contests and urban hierarchy in the Holy Roman Empire

Christa Birkel, Closed Houses ? Medieval Hospital Networks between Caritas, Economy and Politics

Source : APHG

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à contributions] “Les frontières de l’eau”, Revue Frontière.s, n°7 [date limite propositions : 20 juin 2022]

Coordination du numéro
Blandine BESNARD, Archéorient
Aldo BORLENGHI, ArAr
Sébastien NIELOUD-MULLER, ArAr
 
 
Toutes les informations disponibles sur cette page : https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=510
 
Appel à contributions en français et en anglais disponible également ci-dessous
 
Source : Revue Frontière.s

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Colloque] “Les disputes théologiques entre ašʿarites et ḥanbalites et leurs représentations du XIe/Ve siècle jusqu’au wahhabo-salafisme contemporain”, Paris, INALCO, 18-19 novembre 2021

Colloque international (format hybride) dans le cadre du projet DISCORDIA « Des dissensions sur le statut du Coran aux XIIème et
XIIIème siècles entre ḥanbalites et ašʿarites à la doctrine wahhabitesalafiste actuelle », financé
par le Ministère de l’Intérieur au titre des appels à projets (AAP) 2020 «Islam, religion et société»

Organisateurs

Jean-Jacques Thibon (Inalco (Paris)/CERMOM)
Yakota Gobran (Inalco (Paris)/CERMOM)
Ilyass Amharar (Aix-Marseille Université/IREMAM)

Programme détaillé
Argumentaire et modalités d’assistance

 

Source : Yakota Gobran

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communications] Journées d’étude “Nouvelles traductions et réceptions indirectes de la Grèce ancienne (textes et images, 1300-1560)”, projet ERC AGRELITA, 15 et 16 septembre 2022 ; 19-20 janvier 2023 [Date limite propositions : 15 décembre 2021]

Journées d’études organisées par Catherine Gaullier-Bougassas (U. Lille), dans le cadre du projet ERC AGRELITA

Toutes les informations sur le projet et toutes les modalités de soumission sur l’appel à communications

 

Source : Caroline Crépiat 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Frontières spatiales, frontières sociales au Moyen Âge. Actes du LIe congrès de la SHMESP (Perpignan, 2020), Paris, Editions de la Sorbonne, 2021, 370 p.

Présentation de l’ouvrage

L’étude des frontières est contemporaine de la naissance de la discipline historique et de l’émergence des États-nations. Bien que la frontière ne soit pas une notion proprement médiévale, elle est cependant un thème classique des études sur le Moyen Âge. À la fois prégnant et souvent insaisissable, cet objet a été envisagé dans une optique comparatiste, en considérant les limites entre pouvoirs ou entre cultures, les divisions administratives, mais aussi les zones frontalières, de l’Angleterre à l’Empire mongol, de la Saxe aux terres valenciennes ou castillanes et à l’Iran. Sans négliger l’étude des espaces qui délimitent des aires d’exercice de pouvoirs et contribuent à la construction des territoires, les auteurs s’attachent à une histoire sociale, à des échelles variables, du quartier urbain à l’empire. Ce volume présente les résultats des échanges du 51e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, tenu virtuellement à Perpignan malgré les restrictions d’accès aux archives et aux bibliothèques. Rassemblant les travaux d’historiens confirmés et de chercheurs plus jeunes, il dresse un panorama des frontières spatiales et des frontières sociales des mondes latin, byzantin et musulman. Ces choix permettent de mettre l’accent sur les modes de construction des frontières à travers des prismes variés : les processus, les outils et les lieux qui rendent visible la frontière, les actions qui la définissent et construisent les territoires.

Table des matières

Dominique Valérian, Avant-propos

Stéphane Boissellier et Lucie Malbos, Frontières spatiales, frontières sociales au Moyen Âge. Rapport introductif

 

Rendre visible la frontière

 Éva Collet, Tracer la frontière juridique entre Byzance et l’Islam (Nord du Bilād al-Šām, IIe-Ve siècle h/VIIIe-XIe siècle)

 Camille Rhoné-Quer, Ériger les cours d’eau en frontières. Ṭabarī (839-923) et les confins iraniens, entre héritages mythiques et écriture de l’histoire impériale islamique

 Marc Suttor, Définir et rendre visible une frontière fluviale. Le cas de la Meuse moyenne du XIIIe au XVIe siècle

 Juliette Dumasy-Rabineau, Les cartes perdues des frontières de Bourgogne au milieu du XVe siècle

 Laurence Leleu, Frontières spatiales et frontières mentales de la Saxe (IXe-XIe siècle)

 

 (Re)définition des frontières et territorialisation

 Frédérique Laget, La construction d’une frontière maritime en Angleterre à la fin du Moyen Âge

 Giovanni Stranieri, Les territoires locaux dans la Pouille méridionale du VIIe au Xe siècle. Un reflet de la frontière de Byzance en Adriatique ?

 Simon Hasdenteufel, L’empereur au-delà du fleuve. La construction d’un territoire politique dans l’Empire latin de Constantinople (1204-1213)

Simon Berger, Mingghan et tamma. L’administration nomade des frontières dans l’Empire mongol au XIIIe siècle

 Romain Saguer, Consolidation ou disparition des frontières ? Les comtés de Roussillon et de Cerdagne après la chute de la Couronne de Majorque (seconde moitié du XIVe siècle)

 Simon Dorso, Délimiter le territoire. Réflexions le long de la frontière du royaume de Jérusalem (Galilée, XIIe-XIIIe siècle)

 

Sociétés de frontière

Olivier Marin, L’expérience de la frontière au miroir du Liber de legationibus de Gilles Charlier (1433-1435)

Arnaud Lestremau, Ex paterno genere Danici. L’onomastique d’une société frontalière. L’exemple des Midlands aux Xe-XIe siècles

Josep Torró, La frontière médiévale comme processus d’appropriation. Quelques considérations concernant le cas ibérique au XIIIe siècle : cuadrilleros, almonedas, suertes

 Tristan Martine, D’un royaume à l’autre. Frontières mouvantes et sociétés aristocratiques en Lotharingie méridionale (fin IXe-Xe siècle)

 Damien Coulon, Pareurs de Perpignan au-delà des limites de la couronne d’Aragon et des frontières sociales

 Ingrid Houssaye Michienzi, Sarah Maugin et Claire Soussen, La frontière interconfessionnelle, un concept pertinent dans l’espace urbain de la Couronne d’Aragon des XIIIe-XVe siècles ?

 

Philippe Sénac, Conclusions

 

Résumés

 Abstracts

Source : SHMESP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journées d’étude] Pratiques et normes du butin dans l’Antiquité, Lyon, Université Lyon 3, salle de la Rotonde, 8-9 novembre 2021

Dans le cadre des journées Du butin au tribut ? Pratiques et normalisations de la prédation dans les sociétés médiévales (Orient/Occident : IVe-XVIIe s.), organisées par Yassir BENHIMA et Armand JAMME, se tiendra une rencontre les 8 et 9 novembre 2021  intitulée “Pratiques et normes du butin dans l’Antiquité

Programme détaillé à télécharger
Source : Yassir Benhima

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts