[Parution] Frédérique Le Nan, Poétesses et escrivaines en Occitanie médiévale. La trace, la voix, le genre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 272 p.

Dix-sept poétesses ont composé en Occitanie médiévale entre 1170 et 1240 des pièces lyriques, des lettres et des débats. Pour autant nous ne détenons de cet âge d’or, antérieur à la Croisade des Albigeois, que des fragments épars, des pièces isolées, des capitales ornées et de rares notations musicales. Ces poétesses composèrent en langue d’oc, une langue de culture relativement homogène. Leur appartenance à la noblesse, leur éducation et la liberté probable dont elles jouissaient les y disposaient.

Avec le soutien de l’université d’Angers
Introduction et sommaire sur le site de l’éditeur, PUR
Source : PUR

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Tristan Martine, Jessika Nowak et Jens Schneider (éd.), Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques (IXe-XIIIe siècle), Paris, Editions de la Sorbonne, 2021, 244 p.

Présentation

De la fin du IXe au XIIIe siècle a lieu en Occident un processus de séparation des pouvoirs aristocratiques laïques et ecclésiastiques, en lien avec la réforme grégorienne, tandis que l’on assiste également à un phénomène de spatialisation, puis de territorialisation, du pouvoir. Si ces thématiques sont au cœur de nombreuses recherches actuelles, les chercheurs francophones et germanophones les comprennent très différemment. Ainsi, à l’inverse des Français, les Allemands ne se sont quasiment pas, après 1945, intéressés aux problèmes spatiaux : le terme allemand Territorialisierung, qui recouvre l’idée que le pouvoir des aristocrates ait pu être fondé sur un principe territorial et reposer sur des espaces aux frontières plus ou moins bien définies, n’est utilisé que pour décrire des phénomènes à partir de la fin du XIIe siècle.

Ce volume réunit donc les textes de jeunes chercheurs et chercheuses issus des deux rives du Rhin afin de comparer ces approches à partir de l’étude de l’élaboration de nouveaux modèles de domination spatiale dans les royaumes de France et de Germanie. Ils s’intéressent de manière concrète à l’intrication des espaces laïques et ecclésiastiques, aux formes et aux enjeux des zones d’interface entre ces deux mondes, aux conflits et aux interactions résultant de leurs délimitations. Cela doit permettre de dépasser les traditions historiographiques nationales pour susciter de nouvelles approches comparatistes et ainsi créer les conditions d’un dialogue renouvelé.

Sommaire

Avant-propos – Discussions entre voisins. Espace, concept et expérience de l’espace selon les perspectives des médiévistes français et allemands/Gespräche unter Nachbarn. Raum, Raumbegriff und Raumerfahrung aus Perspektiven der französischen und deutschen Mediävistik
Tristan Martine, Jessika Nowak, Jens Schneider

Introduction. Ecclesia et spatialisation des rapports sociaux
Michel Lauwers

Aspekte der Konstituierung von Rechtsräumen
Caspar Ehlers, Tristan Martine, Jessika Nowak, Jens Schneider

Première partie. DES MODÈLES ET DES MOTS : LES ENJEUX DE LA DOMINATION SPATIALE

Des structures domaniales aux territoires ecclésiaux ? Entités spatiales et dynamique du processus de spatialisation dans les actes diplomatiques (VIIe-XIIIe siècles)
Nicolas Perreaux

Recht und Raum zwischen Karolinger- und Ottonenzeit. Zum Sendhandbuch des Abtes Regino von Prüm
Felix Grollmann

Des dominations désincarnées ? Dépendants et dépendantes entre l’abbaye de Maroilles et la seigneurie d’Avesnes au milieu du XIIe siècle
Nicolas Schroeder

Imitatio episcopi ? Le rôle des évêques dans l’émergence de seigneuries laïques polarisées en Lotharingie méridionale (Xe-XIe s.)
Tristan Martine

Deuxième partie. INTRICATION DES ESPACES LAÏQUES ET ECCLÉSIASTIQUES

Implantations prieurales et enjeux territoriaux aux confins de la Bretagne et de l’Anjou (XIe-XIIe siècles)
Jérôme Beaumon

La seigneurie ecclésiastique de Saint-Étienne de Troyes. Approches d’un espace non territorialisé (XIIe-XIIIe siècles)
Thomas Lacomme

Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques en Vermandois occidental (XIe-début XIIe siècles) : complémentarités et distinctions. Le cas du Mont-Saint-Quentin
Paul Chaffenet

Terre d’Église puis seigneurie laïque en Bretagne : l’exemple de Rannée/La Guerche (XIe-XIIIe siècles)
Julien Bachelier

Troisième partie. INTERFACES, CONFLITS ET TENSIONS

Die Integration Burgunds in das Kaiserreich. Eine Analyse der Netzwerke burgundischer Bistümer
Lisa Klocke

Conflits spatiaux et territorialisation seigneuriale. La famille de Lusignan et les espaces ecclésiastiques
Clément de Vasselot de Régné

Die Bischöfe von Verden in ottonischer Zeit. Bischöfliches Agieren in Räumen geistlicher und weltlicher Macht
Tobias P. Jansen

Entre diocèse et seigneurie ecclésiastique. Remarques sur l’espace épiscopal en Gévaudan (XIe-XIIe siècles)
Fernand Peloux

Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques. Définitions, modèles et conflits en zones d’interface (IXe-XIIIe siècles). Éléments de conclusion
Florian Mazel

Index des lieux

Index des personnes

Résumés

Les auteur·e·s

 
Source : Editions de la Sorbonne

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journées d’étude] Les structures matérielles de la route médiévale, 30 mars-31 mars 2021 [visioconférence]

Journées d’étude CIHAM-ARCHÉORIENT dans le cadre du projet Marges et avant-postes soutenu par la MSH de Lyon St-Étienne.

Coordination

Yassir BENHIMA, Sophie GILOTTE, Marie-Odile ROUSSET

Avec les interventions de :

Damien MARTINEZ, Camille RHONÉ-QUER, Christophe GIROS, Bérangère REDON, Maël CRÉPY, Louis MANIÈRE, Julie MARCHAND, Jean-Michel MOUTON, Marie-Odile ROUSSET, Zacharie MOCHTARI DE PIERREPONT, Éric VALLET, Franck BRECHON, Stéphane BOISSELLIER, Yassir BENHIMA, Alain KERSUZAN, Élodie VIGOUROUX

Lien pour assister aux journées : https://us02web.zoom.us/j/81558227748?pwd=a0VRVTBlWHVUSlhtMndyZnhscWtwQT09
Programme complet
Affiche
Source : CIHAM

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Journée d’étude] NORÉCRIT, Pratique de l’écrit dans la Normandie médiévale, vendredi 9 avril 2021, 9h45-17h [En ligne]

Norécrit

Séminaire Érudition et numérique

Cette journée se déroulera sur Zoom : https://bit.ly/30Otc2Z

Programme :

 

9h45-12h45

Introduction, Grégory COMBALBERT

PRATIQUES DE L’ÉCRIT ET VITALITÉ ÉCONOMIQUE. LES COUTUMIERS DE VILLES ET DE PORTS

  • Lény RETOUX et Laurence JEAN-MARIE (Unicaen, Craham), Une édition numérique de coutumiers urbains. Enjeux, choix d’encodage et perspectives

BIBLIOTHÈQUES ET PRODUCTIONS MONASTIQUES

  • Louis CHEVALIER (Unicaen, Craham), L’édition critique numérique des sources liturgiques du Mont Saint-Michel
  • Stéphane LECOUTEUX (Unicaen, Craham), Les notices des manuscrits du Mont Saint-Michel non conservés à Avranches. L’exemple des manuscrits de Figeac et de Vendôme
  • Stéphane LECOUTEUX (Unicaen, Craham), L’étude matérielle des manuscrits anciens du Mont Saint-Michel produits au XIesiècle. Interprétation des résultats
  • Catherine JACQUEMARD (Unicaen, Craham), Objectifs, contraintes et outils pour l’édition numérique de compilations médiévales (collections des manuscrits montois, Avranches, BM, 235 et Vaticano, BAV, Vat. lat. 9668)

14h-17h

L’ADMINISTRATION PAR L’ÉCRIT DU DIOCÈSE DE ROUEN AU XIIIeSIÈCLE

  • Lise LEVIEUX et Élisabeth LALOU (Université de Rouen Normandie, Grhis · EA 3831), Autour d’Eudes Rigaud. Transcription et encodage d’un registre de visites pastorales du XIIIesiècle
  • Émeline MANCEL (CNRS, Craham), Le registre des églises du diocèse de Rouen et sa valorisation en XML-TEI. Choix et enjeux d’encodage
  • Émeline MANCEL (CNRS, Craham), Édition critique et numérique des actes des archevêques de Rouen (1231-1275). Première approche du corpus

APPROCHE TRANSVERSALES
LA CRÉATION D’UN LABORATOIRE NUMÉRIQUE RÉGIONAL DE SOURCES ANCIENNES

  • Marie BISSON (Unicaen, MRSH, pôle Document numérique [PDN], Craham), Anne GOLOUBKOFF et Pierre-Yves BUARD (Unicaen, MRSH, PDN), La création d’un laboratoire de textes. L’expérience Norécrit en contexte

 

Le RIN NORÉCRIT Aux sources de la Normandie. Pratiques docu- mentaires dans la Normandie médiévale, 2018-2021, est financé par la Région Normandie. Resp. Laurence Jean-Marie et Grégory Combalbert (Unicaen, Craham).

Source : Craham

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Haude Morvan, “Sous les pas des frères”. Les sépultures de papes et de cardinaux chez les Mendiants au XIIIe siècle”, Rome-Paris, Ecole française de Rome, 2021 (Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, 389), 300 p.

BEFAR 389-Morvan-copertina-FB

Présentation

Ce livre aborde l’art funéraire du XIIIe siècle par un biais original. Il s’intéresse à la manière dont les Frères Prêcheurs et Mineurs ont traité les sépultures de papes et de cardinaux dans leur discours, à la fois littéraire et monumental, entre 1250 et 1304. L’analyse des tombes de prélats situées dans des églises mendiantes, réparties entre l’Italie et la France, révèle une intervention des frères dans les choix d’emplacement, de forme et d’iconographie. Il ressort ainsi de l’enquête que les Frères Prêcheurs ont eu une politique de leur espace davantage planifiée que les Frères Mineurs, puisqu’ils n’acceptèrent dans le chœur de leurs églises que les sépultures de prélats appartenant à l’ordre, surmontées d’une plate-tombe. De leur côté, les Frères Mineurs ont construit un discours original sur leur rôle dans l’accompagnement des mourants, à la fois dans l’iconographie et dans la littérature homilétique. Enfin, ce livre accorde une place importante aux procédés mis en œuvre par les mendiants pour « créer » des saints parmi les prélats qui étaient issus de l’ordre ou qui en étaient des bienfaiteurs.

Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur
Version en ligne OpenEdition Books

 

Source : Ecole française de Rome

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Nicolas Carrier (dir.), Alleux et alleutiers. Propriété foncière, seigneurie et féodalité (France, Catalogne, Italie, Xe-XIIe siècle), Lyon-Avignon, CIHAM-Editions, 2021, 340 p.

Présentation

« Alleu » est l’un des termes les plus employés pour désigner la propriété foncière au Moyen Âge central. Quant à l’« alleutier», petit ou grand propriétaire libre, il est une figure traditionnelle de l’historiographie, classiquement opposée au vassal, au tenancier et au serf. Les alleux sont le plus souvent documentés au moment où ils sont absorbés par une seigneurie ; les alleutiers semblent donc chroniquement menacés de tomber sous la coupe de plus puissants qu’eux. Ils continuent pourtant d’apparaître dans les sources, ce qui est généralement interprété en termes de résistance. Les auteurs de ce livre réévaluent les rapports de l’alleu avec la seigneurie et la féodalité dans la France, l’Italie et la Catalogne des Xe-XIIe siècles, c’est-à-dire avant la redécouverte du droit romain et la formation de la doctrine dite du « domaine divisé » qui a défini les droits respectifs des seigneurs et des tenanciers. À la lumière des recherches récentes sur les évolutions socio-juridiques propres à cette période – dont l’interprétation a été profondément renouvelée depuis vingt ans — il apparaît que l’alleu n’est pas une butte-témoin de la propriété romaine, un îlot de liberté qui résisterait au féodalisme avec plus ou moins de succès. Il se distingue de la tenure ou du fief, mais imparfaitement, inégalement selon les régions considérées. Il désigne une terre librement conservable, transmissible et aliénable et, en ce sens, il est bien une propriété foncière. Mais la propriété de ce temps — comme déjà, à certains égards, celle de Rome – doit être comprise comme relative, dépendante de la condition personnelle du propriétaire et de sa situation par rapport aux pouvoirs supérieurs. C’est ainsi que peuvent être résolues les apparentes contradictions que présente la documentation et notamment celle-ci : que l’alleu soit par excellence la terre du noble mais qu’il puisse pourtant appartenir à un serf.

Avec les contributions de Dominique Barthélemy, Olivier Bruand, Nicolas Carrier, François Demotz, Sébastien Fray, Emmanuel Huertas, Cédric Jeanneau, Philippe Lefeuvre, Christophe Maneuvrier, Didier Panfili, Flocel Sabaté.

Diffusion De Boccard : http://www.deboccard.com/fr/647_collection-mondes-mdivaux  –   35€

ISBN : 978-2-9568426-3-7

Source : Pascal Collomb, CIHAM-Editions

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] NICOLE BERIOU, Jacques Dalarun et Dominique Poirel – Le manuscrit franciscain retrouvé – CNRS EDITIONS

Minuscule livre de poche (12 x 8 cm), le manuscrit mis en vente en 2014 par une galerie parisienne, usé, dépenaillé et à peine déchiffrable, a pourtant suscité un extraordinaire engouement international et d’intenses investigations scientifiques. Ce libricino qu’un frère itinérant, disciple de François d’Assise, glissait dans sa besace voici huit cents ans fut, en quelques mois, acquis par la BnF, numérisé, et mis en ligne sur Gallica pour être offert à l’expertise internationale.

Quelques années de recherche plus tard, les 122 petits feuillets n’ont pas livré tous leurs secrets, mais les spécialistes ici réunis, experts de physique, chimie, biologie, paléographie, codicologie, histoire ou théologie, ont opéré des avancées décisives.

Ce recueil contient non seulement une Vie inédite de saint François (1186-1226) rédigée dans les années 1230, mais aussi — parmi tant d’autres pièces — divers sermons dont certains connus ou inédits d’Antoine Padoue, un autre, haut en couleur, pris en notes à Paris, un commentaire au Pater noster où vibre peut-être la ferveur du Poverello en personne, des extraits, des florilèges ou la copie d’œuvres entières comme les étranges Révélations du Pseudo-Méthode. Trésor historique inestimable, il est aussi un « objet total » qu’il faut observer, sonder, explorer, pour extraire toutes les informations que recèlent ses matériaux, sa fabrication, son usage. Cet attachant recueil constitue un témoignage exceptionnel sur la production d’une anthologie reflétant les préoccupations et la sensibilité d’un petit groupe de Frères mineurs, au lendemain de la disparition de leur fondateur.

Les experts réunis offrent ici les premiers résultats scientifiques de leurs études. Peut-être le plus important de leurs acquis est-il le dépassement du clivage sciences dures / sciences humaines au service d’une recherche faite de rigueur et d’inventivité.

[Festival] Histoire et Cité, “Voyages”, Genève-Lausanne, [en ligne], 23-28 mars 2021

Retrouvez le festival Histoire et Cité, avec toute une série de conférences, de débats, de replays accessibles gratuitement en ligne à cette adresse : https://histoire-cite.ch

Cette année, le thème, d’une acuité toute particulière, est “Voyages”

Programme en pdf

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Formation] Documenter et contraindre une édition XML-TEI via le format ODD (“One Document DOes IT All”)

Fin mai 2021 se tiendra une formation à ODD (langage de schéma pour XML TEI) issue d’un partenariat entre les laboratoires lyonnais HiSoMA et CIHAM et le consortium COSME2. Celle‑ci se déroulera sur deux matinées (9 h -13 h) les 21 et 28 mai 2021, en visioconférence.

Cette formation est gratuite et ouverte aux chercheurs et chercheuses, aux étudiants et étudiantes de master et aux ingénieur. e. s travaillant sur des projets d’éditions numériques. Pour un meilleur suivi des participants et participantes, nous n’accepterons qu’un nombre limité de candidatures, de l’ordre d’une douzaine. Une bonne connaissance de la TEI et une familiarité avec ses guidelines sont attendues pour pouvoir participer à la formation. Vous trouverez à l’adresse suivante une présentation détaillée du programme et des modalités d’inscription : https://tei-odd-2021.sciencesconf.org

Si vous êtes intéressé.e, vous pouvez vous inscrire avant le lundi 12 avril 2021 à l’adresse suivante : https://tei-odd-2021.sciencesconf.org/registration. Vous devrez fournir un CV synthétique, une lettre de motivation, ainsi qu’un exemple ponctuel d’encodage de votre projet de recherche (représentant un choix d’édition ou un problème de modélisation soulevé par un exemple).

Pour toute question, n’hésitez pas à contacter le comité d’organisation de la formation: Matthias Gille Levenson (CIHAM, EHEHI), Emmanuelle Morlock (CNRS, HiSoMA), Sarah Orsini (HiSoMA) et Ariane Pinche (CIHAM) via l’adresse tei-odd-2021@sciencesconf.org.

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Colloque] Fonctions des cartulaires-rouleaux : approches sociales et contextuelles d’un genre documentaire, 25-26 mars

Colloque du projet ANR JCJC ROTULUS, organisé par le CRULH (EA 3945 – Université de Lorraine)

En visio-conférence : à ce lien.

Le fait qu’on ait parfois choisi la forme en rouleau pour rédiger des cartulaires interroge les médiévistes. Le choix de cette forme matérielle se faisait-il en fonction de possibles vocations ou missions spécifiques pour ces recueils ?

Au cours du travail d’inventaire des cartulaires-rouleaux médiévaux conservés en France, mené dans le cadre du projet ANR ROTULUS, l’examen statistiques a permis de commencer l’exploration de premières hypothèses en ce sens. Après Poitiers (mai 2019) puis Angers (nov. 2019), cette troisième rencontre du projet est l’occasion d’examiner, à travers des approches multiples, deux possibles usages spécifiques.

Un usage récurrent, qui fera l’objet de la première session du colloque, consiste en la compilation de documents par les établissements monastiques, dans le cadre de la gestion domaniale ou l’organisation d’un réseau institutionnel monastique. En effet, de nombreux cartulaires-rouleaux sont relatifs à des dépendances, des unités domaniales voire parfois des offices monastiques. En articulation avec la production et la conservation des autres écrits (chartes et cartulaires-codices) et leur localisation, une réflexion sera menée sur le lieu de production du cartulaire-rouleau, ses potentiels usages qu’il conviendrait de localiser ou contextualiser et sur de possibles envois documentaires qui auraient été réalisés par le truchement d’une compilation en rouleau.

Le second usage souvent privilégié mis en évidence est d’avoir recours à la forme en rouleau pour constituer des dossiers plus ou moins importants en lien avec des conflits ou des situations qui nécessitent de l’institution commanditaire du recueil un effort en vue d’une défense particulière. La forme en rouleau, en ce cas, aurait pu être choisie en vertu des possibilités qu’elle présentait : une possible lecture performative, s’accompagnant de gestes précis (dérouler d’une main, ré-enrouler de l’autre…) ou la perspective d’un déroulement complet, en certains cas, pour procéder à l’ostension d’une série de documents ou, encore, une fonction d’aide-mémoire à usage interne.

 

Programme :

Jeudi 25 mars

9h30-10H15

  • Mot d’accueil par Christine BARRALIS (MCF Université de Lorraine – CRULH)
  • Jean-Baptiste RENAULT (IE CRULH – Université de Lorraine), L’usage du rouleau dans le monde monastique et canonial : premiers résultats de l’inventaire des cartulaires-rouleaux conservés en France.

Les cartulaires-rouleaux des établissements réguliers : gestion domaniale et organisation des réseaux institutionnels

10h30-12h00 : présidence : Léonard DAUPHANT (MCF Université de Lorraine – CRULH)

  • Paul-Henri LÉCUYER (chargé d’études documentaires, Archives départementales de Maine-et-Loire)Les cartulaires-rouleaux de l’abbaye Saint-Florent de Saumur et ses prieurés (XIe-XVe siècles).
  • Chantal SENSÉBY (MCF HDR, Université d’Orléans), Codex, pancartes et rouleaux : choix documentaires en Val de Loire (XIe-XIIIe siècles).
  • Tamiko FOURNIER-FUJIMOTO (docteur, Université de Caen – CRAHAM), Le rouleau de Saint-Etienne de Caen relatif à Cambes et Hérouville (XIIe siècle).

Après-midi : présidence : Timothy SALEMME (maître-assistant, Université de Luxembourg)

13h30-14h30

  • Yingxin LUAN (doctorante, EHESS), L’inventaire-rouleau des franciscains de Rouen (XIIIe siècle) : un outil de gestion interne.
  • Louise GENTIL (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Università degli studi di Milano)Tracer un territoire : rouleaux et codex cisterciens de l’abbaye de Chiaravalle milanese.

14h45-15h45

  • Hubert FLAMMARION (chercheur associé CRULH – Université de Lorraine)Les rouleaux-dossiers des abbayes d’Auberive et de Septfontaines.
  • Marlène HELIAS-BARON (IR, IRHT-CNRS)Les rouleaux de Chaalis : des documents polymorphes pour des usages multiples (XIIIe –XVe siècle).

Vendredi 26 mars

Le rouleau, dossier de défense ou dossier relatif à un conflit

9h00-10h45 : présidence : Laurent MORELLE (directeur d’études EPHE)

  • Simone ALLEGRIA (professeur associé SAF – Istituto centrale per la patologia degli archivi et del libro, Roma)Il rotolo 3 dell’archivio capitolare di Arezzo: tra testo e contesto.
  • Stéphane LAFAYE (chercheur associé CRIHAM – Université de Limoges)Affaires limousines de la fin du XIe siècle : un fragment de rouleau à charge extrait des archives de Cluny.
  • Cécile TREFFORT (PR Université de Poitiers – CESCM)Chanoines contre religieuses : un cartulaire-dossier en rouleau, le « Testament de sainte Radegonde » (XIIe siècle).

11h00-12h00 : présidence : Elodie PAPIN (IE CRULH – Université de Lorraine)

  • Sébastien FRAY (MCF Université de Saint-Étienne – IRHIM)Entre enquête et recueil de documents, le cas du rouleau d’Aurillac (XIIIe siècle).
  • Nicolas RUFFINI-RONZANI (UCLouvain / UNamur)Les rouleaux dans la procédure judiciaire : les « dossiers » de l’abbaye Saint-Aubert de Cambrai (XIIIe – XVe siècles).

Conclusions, par Sébastien BARRET (chargé de recherches, CNRS – IRHT)

13h00 Fin du colloque

 

Source: ROTULUS via RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[AAC] On the Way to the Future of Digital Manuscript Studies (Lim. 10 mai)

On 27-29 October 2021, the ERC Project PASSIM (Patristic Sermons in the Middle Ages, Radboud University Nijmegen) will organize the International Workshop On the Way to the Future of Digital Manuscript Studies.

The Workshop

Over the last decades, the ability to exploit digital potential has radically impacted research in the field of manuscript studies. From the most basic facilities, such as the increasing availability of digitized images and documents, to sophisticated attempts at automatizing the entire process of critical editing, the development of digital tools is extraordinary: it has created unprecedented opportunities to mine the data, achieve innovative results, and display them, in ways which previously could only be imagined.In such a dynamic context, the number of valuable enterprises continues to grow: the time is ripe for a consideration of the achievements already obtained, and of the foundations that our current work is laying for long-term development of the field. Through the organization of this workshop, the ERC Project PASSIM seeks to provide an occasion to pursue this goal.

The meeting aims at gathering scholars who engage in groundbreaking projects in the field of digital manuscript studies. We want to bring together colleagues who work from methodological and theoretical perspectives with those who apply digital techniques to specific subjects, and thus to facilitate fruitful interactions between bottom-up and top-down approaches. The conference environment will be designed to stimulate dialogue and knowledge exchange: we consider cooperation, interoperability and integration at the largest scale as essential to realize the potential of digital manuscript studies, and to help each other in the search for a dynamic, secure and cooperative future for the field.

Early career scholars and scientists (Ph.D. and Post-Doc) are particularly encouraged to apply, as we will reserve some lecture-spots specifically for this group.

Scientific Committee: Mariken Teeuwen (Utrecht Universiteit – Huygens ING-KNAW), Olivier Hekster (Radboud Universiteit – KNAW), Shari Boodts (Radboud Universiteit), Gleb Schmidt (Radboud Universiteit), Riccardo Macchioro (Radboud Universiteit).

Confirmed Speakers include Marjorie Burghart, Mike Kestemont, Thomas Köntges, Inka Moilanen, Elena Pierazzo, Matthieu Pignot, Philipp Roelli, Dominique Stutzmann, Mariken Teeuwen, Anne-Marie Turcan-Verkerk, Martin Wallraff.

The Papers: Scientific issues involved

Among many others, three key areas are crucial for the advancement of digital manuscript studies: 1) the contribution of research projects with a specific goal to the field as a whole; 2) the capacity to expand their (web)application(s) to other disciplines rooted in textual source-material (such as history, philology, cultural studies, and more), and vice-versa; 3) the challenges entailed in developing and implementing common/universal standards and data models (e.g. for data structuring, storage, and interoperability), which is a need becoming more and more crucial within such a quickly evolving domain.

We welcome papers that, taking into account this overall framework, engage in the manifold challenges launched by Digital Manuscript Studies through a wide range of perspectives, methods and approaches. The main focus of the contributions can be on the scholarly problems, as well as on the technical issues involved.

Possible topics include (without being limited to):

Digital approaches to historical phenomena: evaluation of the social impact of a given literary corpus; the reconstruction of disintegrated manuscripts; the digital restoration of dispersed medieval libraries; how digital frameworks enhance the study of the interaction between the materiality of manuscript objects and intellectual concepts like content and organization.

Data management, sustainability, interoperability: construction of big repositories of searchable metadata; the building of shared standards to encode metadata on manuscripts; networking, sustainability of structuring standards, interoperability and reusability of the data accumulated.

Digital stemmatology: translation of stemmatic principles into reception studies; approaches to stemmatology from a digital point of view; automatic grouping of manuscripts; approaches to overabundant manuscript traditions by means of automatic collation tools.

Computational approaches: deep learning and/or machine learning techniques for computational analysis (script identification, full-text analysis, authorship attribution, …); search for a balance between accuracy, exhaustivity, and serendipity, while programming and processing computational-statistical analysis; development and employment of OCR transcription tools.

Interaction between the machine and the human scholar: harmonization of (digital) phylogenetics with the exigency of a not (too) mechanic evaluation of the data; strategies to evaluate and classify the results obtained by launching queries on huge amounts of data.

Visualization strategies and tools: interpretation of the results of overarching queries; representation of connections between complex objects such as collections of texts; innovative digital editions.

Practical information

Abstract submission. Presentations will be approx. 25 minutes long, followed by discussion. Please send your paper proposal, consisting of an abstract of ca. 350 words and a concise CV (max. 1 page), to Riccardo Macchioro (r.macchioro@let.ru.nl) and Gleb Schmidt (gleb.schmidt@ru.nl) before 10 May 2021. Acceptance will be communicated by 15 May 2021. More practical information will follow when your abstract is accepted.

The workshop will be held on 27-29 October 2021, either on location in Nijmegen (ideally), in a hybrid form, or online depending on the development of the Covid-emergency. Board and lodging expenses will be borne by the Organization; unfortunately, we are unable to guarantee coverage of travel costs at this time.

Proceedings. We plan to publish the Proceedings as quickly as possible after the workshop as a volume or special issue of a relevant journal; they are intended as a state-of-the-art portrait of current achievements and potential, as well as a valuable tool for those trying to find their way in the field.

Please do not hesitate to contact us for any questions and further information:

Riccardo Macchioro (r.macchioro@let.ru.nl) – Gleb Schmidt (gleb.schmidt@ru.nl)

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Contrat doctoral] ERC The Finances of the Caliphate: Abbasid Fiscal Practice in Islamic Late Antiquity (lim. 3/05/2021)

This European Research Council award offers one studentship to an academically outstanding candidate who is intending to study on a PhD programme.

ERC project: The Finances of the Caliphate: Abbasid Fiscal Practice in Islamic Late Antiquity (CALIPHAL FINANCES)

The studentship will be funded by the European Research Council and will cover UK level of tuition fees for the PhD in Islamic and Middle Eastern Studies.

Award

The Award will cover the UK level of tuition fee and an annual stipend of £15,285 and will be awarded for a maximum of three years subject to satisfactory annual progress. 

Only the home tuition fee will be covered by the award, successful overseas applicants will be liable for the difference between the UK and Overseas fees rates.  

Eligibility

The award is open to UK and overseas students commencing a PhD degree in the academic year 2021-2022.

It is imperative that the candidate has previously studied Classical Arabic at the undergraduate and/or graduate level. They will select a topic of Abbasid fiscal history for their dissertation, based on the study of published documents in Arabic.

The candidate must be willing to work on the topic of fiscal history using papyrus documents written in Arabic dating to the 8th-10th century CE.  It is imperative that the candidate is fluent in Arabic.

Only applications to year one of the PhD programme of study will be considered.

CALIPHAL FINANCES offers an ambitious new account of a seminal period in Islamic history. It will for the first time provide a view from below on Abbasid fiscal history through a study of papyrus documents in Greek, Coptic and Arabic written in Egypt. This project will refocus scholarship on the totality of Abbasid administration. It will be the first large-scale research project on Abbasid administrative and fiscal history to make use primarily of documentary sources. Egyptian papyri are concerned with everyday arrangements for fiscal collection in secondary urban centres and villages of the Nile valley. Capitalising on this material, the project will study the organisation of tax collection, tax rates and categories of taxpayers (Muslims/non-Muslims, landowners, merchants, among others). The project team will trace how provincial revenues reached the caliph, incorporating information found in provincial chronicles with that in the papyri. Connections between administrators and local elites, religious and linguistic communities, their convergence on fiscal questions, their loyalty or resistance to the caliphate will all be assessed. In a field largely dominated by religious history, CALIPHAL FINANCES will renew our understanding of the dynamics of change in pre-modern state structures, with a focus on the complexity of local agency.

Applying

In order to be considered for the scholarship, please ensure that you have applied for the PhD programme in the first instance and then use the application form below to apply for the scholarship, the deadline for both the PhD and Scholarship applications is the 3rd May 2021. 

Applications for the PhD can be made via the online admissions portal.

Successful applicants will be advised by no later than the end of June 2021.

Before you apply, we strongly recommend that you look at the pre-application information and guidance on our website and follow the steps indicated on the page.

Applicants are encouraged to get in touch with the project principal investigator, Dr Marie Legendre before applying.

The scholarship application must be emailed to LLC PG Scholarships

ERC PhD Application Form 2021 (44.6 KB Word)

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Conférence] Chrétiens et musulmans dans la vallée du Nil au Moyen Âge, IFAO, en ligne (22/03/2021)

 

Dans le cadre du cycle de conférences « Midan Mounira », nous avons le plaisir de vous convier à une conférence en ligne et en direct de Julien Loiseau et Robin Seignobos, le lundi 22 mars à 18h00 (heure du Caire). Cette conférence vous est proposée par l’Institut français d’archéologie orientale et est intitulée « Chrétien et musulmans dans la vallée du Nil au Moyen Âge ».

Julien Loiseau, professeur d’histoire du monde islamique médiéval à Aix-Marseille Université, et Robin Seignobos, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon-2,  sous forme d’un panel animé par Frédéric Abécassis, présenteront au cours de cette conférence le numéro 79 de la revue Médiévales qui vient de paraître sous le titre Pouvoirs chrétiens et musulmans (XIᵉ‒XVᵉ siècle).

Cliquer ici pour plus d’informations sur la conférence et les intervenants… 

 

يسعدنا دعوتكم لحضور محاضرةً بالبثّ المباشر عبر الإنترنت يوم الاثنين الموافق ٢٢ مارس الساعة السادسة مساءً (بتوقيت القاهرة) ضمن سلسلة محاضرات «ميدان منيرة». بدعوة من قبل المعهد الفرنسيّ للآثار الشرقيّة. يلقي چوليان لوازو  ومعه روپان سنيوبوس، محاضرةً بعنوان «مسيحيّو و مسلمو وادي النيل في العصور الوسطى».

يلقي المحاضرة چوليان لوازو، أستاذ تاريخ العالم الإسلامي ّفي القرون الوسطى بجامعة إيكس مرسيليا، و معه روپان سنيوبوس، المحاضر بجامعة لوميير ليون ٢ في شكل مناقشةٍ يديرها فريديريك أبيكاسيس. سيقوما خلال هذه المحاضرة بتقديم العدد ٧٩ من المجلّة العلميّة «ميديڤال» الّتي ظهرتْ للتّوّ تحت عنوان القوى المسيحيّة والإسلاميّة من القرون الحادي عشر الى الخامس عشر. 

اضغط هنا لمزيد من المعلومات…

 

Plus d’information : https://www.ifao.egnet.net/recherche/manifestations/ma1311/

 

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Appel à communication] 3ème journée d’étude des doctorants du CIHAM-UMR 5648, Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?, 28-29 octobre 2021 (lim. 21 mai 2021)

Le Moyen Âge, fabrique de stéréotypes ?

Dans son acception la plus courante, le stéréotype est défini comme « une idée, une opinion toute faite, acceptée sans réflexion et répétée sans avoir été soumise à un examen critique, par une personne ou un groupe, et qui détermine, à un degré plus ou moins élevé, ses manières de penser, de sentir et d’agir » [Trésor informatisé de la langue française]. Malgré son apparente simplicité, cette définition véhicule de nombreuses ambivalences et nuances au sujet de la notion de stéréotype. En effet, si celui-ci peut être propre à chaque individu, l’énonciation d’un stéréotype permet en général de se faire une idée des représentations collectives figées qui circulent dans un groupe. Le stéréotype, en tant qu’idée reçue sur un groupe qui représente l’altérité, participe de la projection de soi autant que de la représentation de l’autre. En définitive, étudier les stéréotypes d’une société permet de se rendre compte des processus évolutifs de construction des identités collectives. Le stéréotype procède par simplification et généralisation pour définir l’Autre, et constitue une véritable source de connaissance pour comprendre le rapport des sociétés à leur passé et leurs contemporains.

Communément, on pense le stéréotype comme une idée figée, ayant traversé le temps sans évolution : le barbare comme une brute poilue, le chevalier courtois ou le vieillard lubrique. Ces journées ont pour objectif au contraire de questionner sur le temps long les processus de fixation de ces représentations, mais aussi leur évolution, leurs reconstructions et les reformulations au gré des contingences politiques, sociales, religieuses par exemple. Nous nous proposons d’étudier à la fois les représentations que les médiévaux forgèrent d’eux-mêmes et de ceux qui les avaient précédées et celles que l’époque moderne et contemporaine construisit et ne cesse de reconstruire sur la période. Cette approche nécessite de croiser des sources iconographiques et textuelles médiévales et des documents plus hybrides de notre temps (séries, réseaux sociaux, jeux vidéo), véritables conservatoires de nos perceptions du Moyen Âge. Partant, le médiévalisme apparaît comme la porte d’entrée pour une étude des représentations stéréotypées du Moyen Âge. Depuis une décennie, les études sur le sujet ne cessent de se développer et montrent tout l’intérêt qu’il y a pour le médiéviste à se pencher sur ces œuvres de la pop-culture dont l’univers est éminemment médiévaliste (Le Seigneur des Anneaux, Game of Thrones). Ces usages publics de l’histoire médiévale ne sont toutefois pas un phénomène récent et invitent à s’interroger sur l’arrière-plan politique et culturel de ces phénomènes de réappropriation du Moyen Âge, ou du moins d’un certain Moyen Âge.

Les communications pourront s’organiser autour de deux pistes principales :

Les stéréotypes à l’époque médiévale :

Les communications se pencheront ici sur la conscience que les sociétés médiévales avaient d’elles-mêmes et de leur passé. Si la rupture entre Antiquité tardive et Moyen Âge doit être interrogée, on remarque toutefois dans les sources littéraires l’émergence d’un positionnement des médiévaux par rapport à l’Antiquité, qui passe par la production de traductions et de commentaires des autorités antiques. Les grands centres littéraires comme l’école d’Orléans en France (xiie siècle) ou l’atelier alphonsin en Espagne (xiiie siècle) commentent et traduisent des auteurs tels qu’Ovide, Tite-Live, Sénèque, fixent les autorités et transmettent une interprétation de ces textes, comme le fait le cliché avec l’image. Il faut faire face aux realia antiques qui peuvent entrer en conflit avec la cosmovision médiévale. La confrontation avec l’Autre, qui est éloigné dans le temps et qui représente une culture lointaine, permet de fixer non seulement une image de l’Antiquité mais aussi de fixer l’image du Moyen Âge.

Partant, dans les sociétés médiévales, pour être partagés, ces stéréotypes sont bien souvent produits par les groupes sociaux dominants, ou le fruit des représentations dominantes dans la société. Ces stéréotypes sont ainsi forgés par le jeu des institutions, de l’Église, du droit, et plus largement par la vie sociale. On s’intéressera par exemple à la construction de la catégorie juridique de l’hérétique et aux qualificatifs qui sont accolés aux populations ainsi accusées. Par suite, l’enjeu est aussi de déterminer leur imprégnation dans l’ensemble de la société, voire, au-delà, l’existence de stéréotypes propres aux groupes dominés. Dans des périodes de tensions, on pourra s’interroger sur la résurgence de représentations et discours stéréotypés et leurs effets délétères, de la marginalisation aux pogroms. Montrer des représentations communes par l’étude des clichés et stéréotypes permet d’étudier en creux la construction des normes mais aussi, dans une certaine mesure, des rapports sociaux, de formation d’identités partagées et des jeux de pouvoir. Sans réduire les sociétés à leurs clichés et stéréotypes partagés, il est possible d’en mesurer la diffusion, la nature, leur rôle et leur importance, ainsi que leurs effets sur les discours, les identités et les comportements.

À plus large échelle, les sources composées par les voyageurs du Moyen Âge véhiculent une vision du monde que l’on peut appréhender à travers les récits miraculeux ou les mappemondes. Marchant dans les pas de Ptolémée, les géographes arabes, par exemple, se sont réappropriés la théorie des climats pour décomposer le monde et penser la diversité de ses populations.

Le Moyen Âge après le Moyen Âge :

Les communications de ce deuxième axe se pencheront sur les représentations du Moyen Âge depuis l’époque moderne et leurs évolutions. Souvent caricaturé comme une période violente et sale, ce Moyen Âge prend corps dans les séries, sur les réseaux sociaux mais aussi dans la perception que forgèrent les modernes à partir du xvie siècle.

Que ce soit par la peinture, la redécouverte et la réédition de textes ou la production d’un discours savant sur le Moyen Âge, la période moderne constitue un véritable filtre déformant dans l’évolution des stéréotypes sur l’époque médiévale. On s’intéressera par exemple à la constitution d’une mythologie du barbare et à l’ambiguïté des stéréotypes sur la figure de la brute au haut Moyen Âge. Entre réappropriation de la trajectoire de ces populations germaniques par les penseurs de l’État au xviiie et au xixe siècle et la formation de l’image négative du barbare comme l’incarnation d’une violence qui serait l’apanage du haut Moyen Âge, les communications pourront s’interroger sur ces tensions et l’évolution des paradigmes.

Enfin, le Moyen Âge est désormais largement réinvesti par la pop-culture. Le nouveau champ d’étude du médiévalisme s’attarde sur les modalités de mise en scène de l’histoire médiévale et sur les reconstructions de ce passé. Jusqu’à maintenant essentiellement cantonnées à l’analyse de séries médiévalistes sur le Moyen Âge chrétien occidental, les recherches débordent désormais le cadre européen et commencent à s’intéresser aux représentations du Moyen Âge dans les mondes musulmans ou en Europe du nord. Le passé viking ou les premiers temps de l’islam sont au cœur de discours de nature variée (apologétiques, polémiques, ludiques) et sont protéiformes (séries télévisées, jeux vidéo, vidéos de propagande). Le médiéviste est donc de plus en plus appelé à se positionner sur ces usages publics de l’histoire qui, in fine, traduisent la manière dont une société perçoit à un moment donné son passé.

Ces journées seront enfin l’occasion de réfléchir à la diffusion d’un discours autour le Moyen Âge sur les réseaux sociaux, que ce soient les plateformes de microblogging ou les commentaires sur les plateformes vidéo par exemple. À quels mots, à quelles idées sont associées les expressions ou termes « Moyen Âge », « médiéval », ou « moyenâgeux » ? Que vaut, dans le discours actuel, le stéréotype du Moyen Âge barbare et obscur ? Nous invitons ici les chercheurs à mener des études quantitatives, diachroniques ou synchroniques, via la textométrie ou la lexicométrie par exemple, mais aussi qualitative (memes, par exemple, ou podcasts).

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 21 mai 2021 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

Comité d’organisation : Laura Baldacchino, Enki Baptiste, Marco Conti, Amalia Desbrest, Matthias Gille Levenson, Simon Rozanès.

            Comité scientifique : Cyrille Aillet, Marie-Pascal Halary, Xavier Hélary, Francesco Montorsi.

Bibliographie indicative :

Besson, Florian, Boestad, Tobias, Fulconis, Maxime, Guéna, Pauline, Hasdenteufel, Simon, Kikuchi, Catherine, Actuel Moyen Âge. L’aventure continue, Paris : Arkhè, 2019.

Burde, Mark, « Entre médiéval et moyenâgeux… de la marge de manœuvre ? » in Élodie Burle-Errecade et Valérie Naudet (éd.), Fantasmagories du Moyen Âge : entre médiéval et moyen-âgeux, Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2014, p. 259‑61, en ligne : http://books.openedition.org/pup/2149.

Di Carpegna Falconieri, Tommaso, The Militant Middle Ages: Contemporary Politics between new Barbarians and Modern Crusaders, Leyde-Boston : Brill, 2020.

Dumézil, Bruno (dir.), Les Barbares, Paris : Presses Universitaires de France, 2016.

Edrom, Julien, et al. « Pour un usage du stéréotype en Histoire », Hypothèses, 21/1, 2018, p. 93-102, en ligne : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2018-1-page-93.htm.

Fossier, Arnaud, « Le Moyen Âge doit-il nous ressembler ? », La Vie des idées, décembre 2019, en ligne : https://laviedesidees.fr/Le-Moyen-Age-doit-il-nous-ressembler.html.

Gautier, Alban et Vissière, Laurent (éd.), Le Moyen Âge en séries, Médiévales, 78, 2020.

Geslot, Jean-Charles, « Stéréotypes et histoire culturelle », Hypothèses, 21/1, 2018, p. 163-176, en ligne : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2018-1-page-163.html.

Weller, Katrin, Bruns, Axel Burgess Jean, Mahrt Merja, et Puschmann Cornelius (éd.), Twitter and Society. Digital Formations 89. New York: Peter Lang, 2014, en ligne: https://eprints.qut.edu.au/66321/1/Twitter_and_Society_%282014%29.pdf.

Appel à communication PDF

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’étude] Le(s) conflit(s) en sciences humaines et sociales

Journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe.

12 mai 2021, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence. 

Des guerres de Religion aux contentieux administratifs, des zones à défendre aux débats scolastiques, des manifestations altermondialistes aux disputes conjugales, la pluralité des formes du conflit rend difficile la compréhension de ses limites et de ses objets. Défini comme une « situation relationnelle structurée autour d’un antagonisme », le conflit révèle les oppositions, les solidarités et les dynamiques de pouvoir au sein d’un système social. Il peut être envisagé comme un point de rupture, un bouleversement et participe à la transformation des sociétés par la remise en question des normes, pratiques, territoires et représentations, sans cesse renégociés. Au-delà de la seule dimension militaire du terme, le parti pris de cette journée d’étude interdisciplinaire sera de considérer le conflit dans toute sa complexité (acteurs, intensités, lieux, temporalités).

Le conflit a donné lieu à des définitions et traditions de recherches variées dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales qui cherchent à en comprendre les origines, les ressorts et les conséquences. L’analyse des conflits s’est ainsi affirmée au fondement même de certains champs d’études disciplinaires, tels que l’histoire des guerres depuis Hérodote ; la psychologie des conflits intra et interpersonnels ; la sociologie de la domination et des mouvements sociaux ; la géopolitique en géographie ; l’étude des désaccords esthétiques fondamentaux en histoire des arts ; l’examen des litiges et des modes de résolution des conflits dans les sciences juridiques.

Le conflit a pu être pensé alternativement comme un obstacle ou un levier de l’évolution des sociétés et des individus. La philosophie de l’histoire hégélienne puis marxiste a fait du processus conflictuel le moteur du changement social et de l’histoire.   La question a été longuement discutée en sociologie, selon que les auteurs placent l’intégration et le consensus, ou au contraire le conflit,  au fondement de l’ordre social.

Dans un contexte encore influencé par le marxisme et nourri des premières approches post-modernes, les recherches sur les conflits connaissent de profonds renouvellements en France dans les années 1970, entre la géopolitique lacostienne et la sociologie des nouveaux mouvements sociaux d’Alain Touraine. Une vingtaine d’années plus tard, l’affirmation de la postmodernité et la fin des « grands récits », sur fond de chute du bloc communiste, conduisent à analyser de nouveaux objets, acteurs et territoires de conflictualité, allant des guerres asymétriques aux affrontements dématérialisés, en passant par la reconfiguration des antagonismes sociaux.

Le conflit est donc une opposition structurelle et structurante qui crée et recrée, redéfinit et reconfigure les territoires et les acteurs·trices impliqué·e·s dans sa résolution. À ces dernièr·e·s de mobiliser les moyens d’action spécifiques à leur société, leur culture et à l’objet même de leur contentieux. Ici apparaît une dualité majeure de la notion de conflit : alors qu’elle révèle les tensions internes à un système d’acteurs·trices, elle mobilise aussitôt de nouvelles solidarités. C’est ce déplacement de l’axe de l’analyse de l’acteur·trice vers l’action qui a attiré l’intérêt des Jeunes chercheurs·ses de TELEMMe, dans la continuité du séminaire 2019-2020 sur les acteurs·trices en sciences humaines et sociales. Le conflit apporte une nouvelle dimension critique à la notion d’agentivité et nécessite une étude systématique de l’articulation entre antagonisme, solidarités et résolution pour définir une approche pluridisciplinaire de cette notion polymorphe des sciences humaines et sociales. 

Trois axes de réflexion sont ainsi proposés aux participant·e·s.

Axe 1 — Cerner le conflit

À partir de quand peut-on parler de conflit ? Quand débute et prend fin un conflit ? Quelles sont les échelles de conflit et comment s’imbriquent-elles ? Le type de conflit a-t-il une influence sur ses modalités d’expression ? Comment identifier et analyser les acteurs mobilisés ? Quelles sont les nouvelles formes de conflit (acteurs non-étatiques, nouveaux territoires, cyberconflictualité) ? De quelle(s) manière(s) les acteur·trice·s se représentent-ils dans les conflits ?

 Axe 2 — Conflit et (dés)ordre

Comment le conflit remet-il en cause un ordre social, territorial, politique, économique,  artistique etc. ? Comment réagissent les groupes sociaux pris dans les conflits (processus de socialisation, création de solidarités, d’antagonismes) ? Comment les conflits sont-ils représentés et/ou instrumentalisés ? Comment le conflit est-il institutionnalisé ? Dans quelle mesure certains conflits s’affranchissent-ils au contraire des normes établies ? En quoi le conflit est-il un outil de régulation de la société ? 

Axe 3 — Conflit et remise en ordre

Quels sont les modes de résolution des conflits (compromis, médiation, négociation, soumission, violence…) et leurs limites ?  Comment se recomposent les rapports de domination suite à la résolution des conflits ?  Comment le conflit crée-t-il de nouvelles normes ?  Quelles stratégies mettre en place pour prévenir, perpétuer ou fuir le conflit ?  Quelles postérités pour les conflits (mémoire, transmission) ?

Ces thématiques pourront être abordées à l’aide d’études de cas et de travaux empiriques issus de diverses disciplines (géographie, histoire, histoire de l’art et archéologie, sociologie, anthropologie, philosophie, langues et littérature, musicologie, psychologie, sciences juridiques, science politique…). Les communications feront apparaître explicitement les spécificités épistémologiques des sujets qu’elles abordent. 

Modalités de contribution

Les propositions des doctorant·e·s ou des jeunes docteur·e·s devront être envoyées avant le 28 mars 2021

à l’adresse : jeunes.chercheurs.telemme@mmsh.univ-aix.fr. Elles comporteront un titre, un résumé de la communication projetée (500 mots environ) ainsi qu’une brève présentation de l’auteur·e (nom, situation, unité de rattachement). 

Si les conditions sanitaires le permettent, la journée d’étude se tiendra le 12 mai 2021 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence. Les frais de transport et d’hébergement restent à la charge des participant·e·s ou de leur institution de rattachement. Le cas échéant, la rencontre pourra être organisée en visioconférence. 

Comité d’organisation

  • Dylan BECCARIA, doctorant en histoire moderne 
  • Charlotte BLANCO, doctorante en géographie
  • Camille CAPAROS, doctorante en histoire moderne
  • Béatrice HERMITTE, doctorante en histoire de l’art contemporain
  • Florie IMBERT-PELLISSIER, doctorante en histoire moderne
  • Mélina JOYEUX, doctorante en histoire contemporaine 
  • Pablo PEREZ, doctorant en histoire moderne 
  • Sascha PERROUX, doctorante en géographie
  • Tristan PORTIER, doctorant en histoire contemporaine 
  • Julie RATEAU-HOLBACH, doctorante en histoire de l’art contemporain 
  • Marguerite VALCIN, doctorante en géographie

[Colloque] 53e Congrès de la SHMESP : Succéder, École française de Rome, mai 2022 (lim. 15 avril 2021)

Le 53e Congrès de notre société se tiendra à l’École française de Rome, du 26 au 29 mai 2022 sur le thème de « Succéder au Moyen Âge ». L’argumentaire scientifique est ci-dessous.

Les propositions de communication doivent être adressées au secrétariat de la SHMESP avant le 15 avril 2021, délai de rigueur, exclusivement par courrier électronique à secretariat@shmesp.fr. Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Les sociétaires intéressés sont invités à prendre attentivement connaissance des grandes orientations fixées par le comité scientifique. Celui-ci fera connaître d’ici fin mai les contributions retenues.

Nous rappelons que la Société ne prend pas en charge les frais des intervenants. Des bourses sont toutefois proposées aux doctorantes et doctorants, ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs, qui interviendraient lors de ce congrès.

Les actes des congrès de le SHMESP paraissent régulièrement à l’occasion de l’Assemblée générale de l’année qui suit, grâce notamment au travail des responsables des publications. Les collègues qui proposent une communication s’engagent donc moralement à publier leur texte en le rendant dans les délais imposés par ce calendrier serré, soit le pour 1er octobre 2022, et en respectant le nombre de signes défini par les responsables des publications ainsi que les normes de la collection.

Nous encourageons vivement les jeunes chercheurs à participer à ce congrès. Les directeurs de thèses sont donc invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés.

En espérant que cet appel retiendra votre attention, nous vous prions d’accepter, chères et chers collègues, l’expression de nos sentiments dévoués,

Argumentaire scientifique

Le thème du congrès de la SHMESP en 2022 tient en un seul mot : succéder. Un verbe, qui, selon le dictionnaire, signifie « prendre la suite de quelqu’un dans un emploi, une charge, une dignité, une fonction ». Il s’agit donc d’une action, d’un phénomène que l’on propose d’observer ici depuis la perspective de l’acteur, que ce dernier soit une personne – celle ou celui qui succède, donc – ou une institution, une œuvre ou encore une idée. Le thème n’inclut pas la transmission et les façons dont celle-ci est réglée par qui s’assure une postérité. Il ne peut être restreint, non plus, à « recevoir » ou à « hériter » : succéder suppose de s’inscrire activement dans une chronologie et de définir sa propre identité en regard d’une entité disparue.
L’importance de la succession à l’époque médiévale doit être soulignée, bien que l’objet « succéder », sur les aspects duquel il existe un grand nombre de travaux, n’ait guère été thématisé comme tel. Diverses notions médiévales ou d’apparence médiévale ont été plus travaillées pour qualifier l’enchaînement, le relai ou le séquençage temporel au sein de la société, notamment dans ses expressions politiques, religieuses et culturelles : « tradition », « réforme », « rénovation » ou « translation ». Toutes témoignent, on le sait, de ce que les institutions du temps répondaient à un besoin de changement sans bouleverser leurs cadres de référence ou, du moins, sans assumer de le faire – parfois dans l’espoir affiché du retour à un état de stabilité antécédent, jugé meilleur. Des travaux récents ont nuancé et enrichi notre connaissance de l’usage contextuel de ces concepts. Qu’en est-il de succéder ? La notion est sans doute plus historienne que médiévale, plus étique qu’émique. Toutefois, le verbe est bien attesté dans les sources françaises de la fin du Moyen Âge, où il désigne d’abord le fait de prendre la suite de quelqu’un – mais cette observation superficielle ne doit pas masquer la nécessité d’une réflexion sur la sémantique de la succession.
Comment succède-t-on ? Quels mécanismes de légitimation, de récupération ou de distanciation met-on en œuvre pour s’assurer une place singulière au terme d’une série ? Pourquoi se présenter ou présenter quelqu’un d’autre, une institution, une ville, une école de pensée, comme la suite d’une entité dont la spécificité est désormais en partie abolie ? Prétendre « succéder », c’est vouloir donner l’impression que coexistent ce qui n’est plus et ce qui est : c’est un outil tout à la fois fort simple et très efficace pour résoudre l’équation de la continuité et du changement, en inversant le fil du temps ou, du moins, en en atténuant la brutalité : le présent n’abolit plus le passé, mais le prolonge sous des modalités neuves. La notion est tout entière contenue dans un paradoxe temporel renvoyant deux objets qui ne peuvent coexister à une seule identité. Le Dictionnaire de Furetière, en 1690, illustre ainsi le terme « succéder » par l’exemple concret des crans d’une roue ou d’une horloge, lesquels « se succèdent, entrent l’un après l’autre dans leur pignon ». Il peut alors étendre la définition à une lecture figurée du verbe : « succéder se dit aussi, en morale, des charges, des dignitez et d’autres places où on entre l’un après l’autre ». Le rôle de successeur revient à prendre possession et à gérer le bilan d’un autre, en se glissant dans les pas et les fonctions identifiées de ce dernier, quitte à le désavouer. La succession peut susciter quelque ambiguïté aux yeux des observateurs, contemporains comme modernes. Pensons à cette ferme détenue pendant quatre cent cinquante ans par un paysan nommé Johannes Hooss . Non que, tel un patriarche, le même homme ait vécu un demi-millénaire : il s’agit bien sûr d’une succession de père en fils, étayée de la transmission d’un nom. Exemple saisissant qui témoigne de ce que, jusqu’aux derniers siècles du « long Moyen Âge », la succession était lourdement réglée et donnait à une partie du monde les apparences de l’immobilité et de l’automaticité, tels des crans entrant dans leur pignon. Mais exemple qui ne doit pas masquer la complexité de l’action de succéder à l’époque médiévale.

Les premières pistes que l’on propose à la réflexion peuvent être ordonnées en trois ensembles.

  1. Légitimation et revendication : succéder selon un ordre
    La rigoureuse série des fils Hooss pointe l’ordre et le formalisme qui règlent souvent la succession familiale et la succession dynastique dans les sources médiévales. Attachés à la notion de continuité, les documents relatant la longue hérédité des rois et princes présentent régulièrement cette dernière comme immémoriale et nécessaire. En Occident, l’avènement royal, moment exemplaire de la succession, ne doit-il pas se dérouler conformément à un ordre consigné dans un manuscrit appelé, précisément, ordo ? Ne trouve-t-on pas de même, dans le monde byzantin, une fameuse Codification de l’ordre du Palais, plus couramment désignée comme le Livre des Cérémonies ? Au service de cet ordre successoral et, donc, au cœur du thème de la rencontre, pointe la question de l’ascendance : la production de littérature généalogique, courante au Moyen Âge, permet de documenter successions et filiations. Construction et reconstruction de listes, énumérations et désignations du rang, d’une place dans un ordre lignager, matérialisent l’idée de suite. On aurait vite fait de croire en l’existence d’un ordre « naturel » de la succession, dont la continuité dynastique serait le paradigme. Mais cet ordre ne doit pas faire illusion : l’ordre successoral est un enjeu et un lieu de tensions plus qu’une structure contraignante. D’ailleurs, ne cherche-t-on pas, dans le Songe du Vergier, le nom de ce roi grec très puissant dont « toutevoies nous lisons que son propre filz ne luy succeda mie, mez le filz d’une jonglerresse» ? Des successions étonnantes se produisirent au cours du Moyen Âge : le fils d’une jongleuse devenant roi, peut-être pas bien souvent, mais il était des usurpations, des avènements imprévus, des successions empêchées, contestées, refusées – parfois même par leur récipiendaire, le successeur ne voulant pas l’être. A contrario, il était des successeurs se présentant comme tels mais qui, pour finir, n’étaient pas acceptés (pensons aux « antipapes », soit ceux qui ont obtenu et exercé la fonction de pape mais que l’histoire ne reconnaît plus aujourd’hui comme tels, parce qu’un concurrent l’a emporté).
    La succession dynastique n’est pas nécessairement familiale – comme l’exemple des papes vient le rappeler –, unique, ni même masculine : des successions électives existent, des successions collectives sont attestées. Des lois successorales organisant le partage ou la possession en commun (indivision) ont prévalu des siècles durant. Mais il arrive tout aussi bien qu’aucune norme ne soit disponible en la matière ou, au contraire, que les règles soient multiples et concurrentes. Les modalités de la succession sont, de fait, évolutives et elles font l’objet de choix : à l’époque mérovingienne, en particulier, il arriva que l’on inventât une norme successorale dans le moment même où l’on prétendait la respecter. À l’autre extrémité du Moyen Âge, la succession royale française, à l’aube de la guerre de Cent Ans, paraît plus ouverte qu’on ne le croirait après coup : elle fait l’objet d’une même application inventive de l’usage et de la loi, qui se trouvent mobilisés, modelés voire inventés pour asseoir une revendication aux dépens d’une autre. De l’ordre « naturel », il faut en effet s’écarter pour porter son regard sur les rapports entre normes et pratiques de la succession, sur la distance qui les sépare et sur les libertés prises par la personne nouvellement intronisée comme sur celles qui peuvent lui être accordées. La bâtardise, notamment, induit un dysfonctionnement révélateur de la tension entre normes, souvent hostiles à sa succession, et pratiques, dont on observe, empiriquement, qu’elles peuvent être accommodantes : il est des bâtards légitimés qui deviennent héritiers.
    D’aucuns répugnent pourtant à considérer comme successeur celui qui prend la suite sans respecter la règle – il est alors qualifié d’usurpateur. La succession est en réalité toujours envisageable, par la capacité génératrice du conflit : on peut contester les procédures, contester la succession, contester le successeur. La revendication du titre et la prise de fonction sont des moments de tension, de faiblesse, voire de crise. Ils peuvent être violents – voir les « guerres de Succession », considérées comme un objet en soi dans la classification polémologique commune, visible sur Wikipédia, par exemple –, aussi bien dans un contexte dynastique qu’entrepreneurial. Car succéder est une opération, soumise à accident : malgré un ordre établi, la succession est soumise à l’imprévisible. Mieux qu’« hériter », « succéder » permet ainsi de réfléchir aux nœuds, aux tensions, aux dysfonctionnements et même à la façon dont on prend possession ou se départit de l’héritage.
  2. Entre inventaire et nouvelles propositions : succéder, récupérer
    On propose, par ce thème, de placer les pratiques de la succession au cœur des observations. De nombreux travaux ont déjà abordé les ressorts de la transmission patrimoniale et dynastique dans la société médiévale (à travers les constitutions d’apanages, par exemple), sous l’angle de l’édification légale comme sous l’angle des rituels. Il s’agirait ici de se pencher sur l’acte consistant à recueillir et récupérer, à faire le bilan d’une activité ou d’une fonction passée pour la tenir à son tour et, potentiellement, l’adapter. La succession renvoie, de fait, à de nombreux domaines de l’action humaine : dynastique ou politique, certes, mais également économique à travers les unités de production, les ateliers ou encore les compagnies commerciales. Elle s’appuie sur des sources spécifiques : on pense, notamment, à l’inventaire, au bilan économique, aux comptes que l’on tient. Succéder implique de gérer ce qui est reçu et de l’assumer. Comment se forme-t-on à prendre la suite d’une activité, qu’elle soit gouvernementale, artisanale ou commerciale ? Le problème de la formation se pose et, à travers lui, la question d’institutions dont l’une des fonctions est celle d’assurer à de plus jeunes la capacité de succéder : écoles et studia, ateliers et botteghe, et l’on en passe.
    La reprise et la suite donnée ne tiennent toutefois pas au seul successeur : cet acteur dépend, souvent, des collaborateurs de celui ou celle qu’il remplace et doit, presque toujours, ménager les « publics » de la succession (sujets d’un royaume, mais aussi clients d’une activité commerciale, élèves d’un maître), qu’il s’agit de rallier, de convaincre ou de gérer en tant qu’ils sont conservateurs et garants d’une qualité passée. Ainsi, quand le maître d’œuvre d’un bâtiment vient à être remplacé, dans quelles limites le nouveau venu peut-il innover sans trahir le commanditaire ? Que fait-il des modèles laissés ? Sous quelles conditions peut-il se revendiquer d’une filiation technique avec celui dont il prend la place ? La question est d’autant plus complexe que, dans le domaine artisanal, la succession est bien souvent collective : l’arrivée d’un nouvel ordonnateur sur un chantier signifie que le relai est pris non pas par un seul homme, mais par une équipe, peut-être en partie la même, en partie une autre. Observer les pratiques du successeur, c’est aussi une façon de poser la question de l’inventaire, conçu comme une médiation entre le patrimoine laissé et le patrimoine reçu. L’objet et son établissement permettent d’interroger les modalités de la prise de possession mais également les obligations et les stratégies qui organisent son évitement : dans quels cas est-il opportun, voire nécessaire, de refuser une succession ? On observe, dans plusieurs espaces, la coutume invitant une partie des enfants à refuser un héritage pour protéger le douaire de leur mère. Au-delà du pragmatisme, le refus de succéder revêt une grande valeur symbolique : qu’on pense, par exemple, à l’écho donné à l’épisode de la « dénudation » de François d’Assise, renonçant à la succession de l’entreprise drapière de son père, en 1206, pour se conformer à une vie de dénuement – épisode dont la popularité est rendue par un abondant corpus biographique dès avant la fin du XIIIe siècle et, bien sûr, par les fresques de Giotto à Assise. Se placer du côté du successeur amène à considérer les tensions apparaissant entre gestion d’un patrimoine (financier, technique ou symbolique) et adaptation à des conditions matérielles ou sociales changeantes.
    Le successeur doit définir sa marge de liberté en regard de pratiques reçues mais aussi de personnels hérités, que l’on peut renouveler (participants au gouvernement comme personnel employé). Car succéder fait se heurter l’individu au passé qu’il récupère : l’un des premiers actes de Louis le Pieux, quand il prend la tête de l’Empire, en 814, est précisément d’écarter du pouvoir une large part des conseillers de Charlemagne, dont ses cousins Adalard et Wala, incités à un exil monastique. La succession fait apparaître des antagonismes relevant de la loyauté, des intérêts ou de l’appartenance générationnelle. Les modifications du statut individuel qu’implique la récupération des charges, des bilans et des responsabilités imposent une reconfiguration des rapports interpersonnels, dans un cadre professionnel comme amical ou familial. Pensons, par exemple, au lien fraternel venant se substituer au lien parental ou marital, lorsque des hommes prennent la succession d’un père ou d’un mari défunt, auprès de leur sœur.
  3. Identifier et comparer : la création du successeur
    La succession doit enfin faire l’objet d’une acception métaphorique. Il est impérieux d’intégrer à cette thématique une approche culturelle et, notamment, historiographique. Dans le contexte médiéval, où la notion moderne de l’auteur est absente, la production intellectuelle et tout particulièrement l’écriture de l’histoire paraissent le domaine même de la succession – dans le monde occidental, où maints prologues mettent en scène le chroniqueur évoquant son devancier, dont il est le « continuateur », comme à Byzance, où abondent continuateurs et continuations (voir Théophane ou Skylitzès), et comme dans le monde islamique, où l’on observe la fréquence et la légitimité de la pratique du dhayl (continuation). Il y a là l’inscription dans une chaîne – où les contemporains sont « des nains sur des épaules de géants », selon la fameuse formule de Bernard de Chartres qui, soit dit en passant, pense la succession comme cumulative, comme une addition plutôt que comme un remplacement. Mais cette succession consciente et parfois revendiquée n’est pas propre à l’historiographie : elle est attestée, selon des modalités et à des degrés divers, dans tous les domaines de la production intellectuelle médiévale.
    À partir de quels critères et dans quelle démarche explicative les chroniqueurs, historiographes, philosophes médiévaux (ou plus récents) établissent-ils les liens de succession quand ceux-ci ne sont réglés ni par la filiation, ni par la loi ? Il est des successions d’individus, mais aussi des successions d’écoles, d’artistes, de normes, pour lesquelles il revient au public d’estimer les similitudes ou les continuations de certaines théories, œuvres ou structures sociales. La question du style artistique et celle de l’emploi et du remploi de certains matériaux et même de certains bâtiments illustrent la possibilité d’une traduction matérielle de ces successions. Souvent, ces successions abolissent l’impératif de continuité chronologique ou jouent avec lui. Les débuts de l’humanisme en sont un exemple aisé, plusieurs auteurs du XIVe siècle étant présentés par leurs contemporains comme les successeurs des grandes plumes antiques. Dans le domaine historiographique, les notions de translatio imperii et de translatio studiorum révèlent le besoin cognitif de créer une continuité des puissances ou des centres en imaginant leur succession, empêchant une vacance.
    La succession spirituelle développe des mécanismes similaires à ceux de la succession intellectuelle, mêlant transfert de connaissances, d’autorité et d’élection pour définir une identité commune perdurant au-delà des générations. Elle peut s’appuyer sur des critères inintelligibles fondés sur le sentiment, mais également sur des conditionnements pratiques. La règle de succession du bouddhisme tibétain, par exemple, s’oriente dès le XIIIe siècle vers le principe de la réincarnation, permettant d’éloigner les monastères des réseaux familiaux – et d’orienter, dans certains cas, le choix de l’enfant élu en fonction des difficultés que la communauté essaye alors de résoudre. À l’inverse, la succession spirituelle peut passer par l’hérédité familiale, notamment dans le monde islamique. Dans les milieux spirituels, la succession dans la sainteté, qualité que l’on hérite généalogiquement, renvoie, en même temps, à des positionnements doctrinaux et textuels, peu formalisés : il en résulte tensions et conflits pour succéder au magistère exercé par le maître. En Occident aussi, la succession religieuse est une question essentielle et, souvent, une importante matrice politique : devenir abbé ou évêque renvoie à une continuité non familiale, mais en esprit, aux implications matérielles et collectives indéniables.
    L’historiographe peut choisir de rendre compte par l’écrit des raisons de cette transmission, notamment lorsqu’il répond à la commande du successeur décrit. C’est à lui que revient de déterminer les causalités rendant cette suite légitime ou non, voire nécessaire. La succession est un fragment de l’histoire – entendue non plus comme discipline du savoir mais comme enchaînement des faits se succédant. Des faits, et des individus. On interprète comme une succession l’enchaînement des générations. Pères et fils, mères et filles, paraissent se suivre et se remplacer : sont-ils trahis par leur ressemblance physique, porteurs du même charisme ? Le successeur offre-t-il l’image de celui qui le précède ? D’individuelle, l’échelle d’observation peut devenir collective, voire globale, en envisageant cette forme de succession, interrogée dans les Écritures et bien pensée par les médiévaux, qu’est le renouvellement des générations (voir Bernard de Chartres, encore) et des « âges ».
    Mais on peut aussi décider de voir en quelqu’un le successeur d’une autre figure, éloignée – figure ancienne et prestigieuse, de préférence, comme dans l’incipit de La Chartreuse de Parme : « Le 15 mai 1796, le général Bonaparte fit son entrée dans Milan à la tête de cette jeune armée qui venait de passer le pont de Lodi et d’apprendre au monde qu’après tant de siècles César et Alexandre avaient un successeur. » Le Moyen Âge avant Stendhal raffolait de ce trope du « successeur » qui permettait de penser et de légitimer les figures contemporaines, de les mesurer à l’aune du passé – entre mille exemples, citons celui, humaniste, de Pétrarque faisant de Stefano Colonna le Jeune un nouveau Théodose. Plus généralement, c’est ainsi que fonctionnent les successions symboliques : d’un général mort mille ans plus tôt à un autre, son successeur ; ou d’une ville à l’autre, Constantinople faisant figure de nouvelle Rome ; voire, dans le domaine du mythe, l’idée que des figures mythologiques s’enchaînent, comme se succèdent les âges de l’histoire de l’humanité (au nombre de quatre, souvent) ou les régimes politiques.
    On le voit, c’est sans renoncer aux diversités des temps, des lieux, des domaines de l’histoire humaine et des acceptions – du littéral au métaphorique du terme – mais en tenant fermement son sens que l’on espère pouvoir éclaircir cette question à l’échelle de tout le Moyen Âge.

Argumentaire_.pdf

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’étude] Vieillesse et pouvoir dans l’Occident médiéval : démographie, stratégie et idéologie, 2 avril 2021, 10h-16h (visioconférence)

Organisation

Emmanuelle Santinelli  (emmanuelle.santinelli@uphf.fr) et Gilles Lecuppre (gilles.lecuppre@uclouvain.be)

Comité scientifique

Martin Aurell, Geneviève Bührer-Thierry, Alban Gautier, Régine Le Jan, Pierre Monnet, Agostino Paravicini-Bagliani

Lien Zoom : https://zoom.us/j/95312229007

 

Programme

10 h : Gilles Lecuppre (Louvain), Emmanuelle Santinelli-Foltz (UPHF, Valenciennes) – Introduction

10h 30 : Emmanuelle Santinelli-Foltz (UPHF, Valenciennes) – Reines et rois mérovingiens « pleins de jours » : parcours et enjeux

11h : Philippe Depreux (Hambourg) – Ils sont venus, ils sont tous là… Dans l’attente de la mort du vieux roi, des temps carolingiens au triomphe de la primogéniture.

11h 30 : Laurence Leleu (Arras) – La vieille et les jeunes. Réalités et représentations de la régence de l’impératrice Adélaïde pendant la minorité d’Otton III

13h 30 : Isabelle Ortega (Nîmes) – Anciens homs, sachanshoms et autres vieillards : la participation des plus âgés au pouvoir dans la principauté de Morée (XIIIe-XIVe siècles)

14h : Christelle Loubet-Balouzat (Nancy) – Les dernières années de Mahaut, comtesse d’Artois (1319-1329) : une vieillesse invisible ?

14h 30 : Alexandra Beauchamp (Limoges) – « com vós, senyor, siats jove […] e fonament de bon príncep sia aver bon consell ». Le statut de « vieil » oncle du roi comme source d’autorité ? Discours et attitudes envers la vieillesse de l’infant Pierre, du roi Pierre IV et de la famille royale d’Aragon au XIVe siècle.

15h : Amandine Le Roux (Evry) – Les vieux officiers de la Chambre apostolique (XIVe – XVe siècles), une expertise au service de l’Église et des églises.

Source et lien vers l’affiche : Les carnets du LAMOP

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Visioconférence] Doctoriales de la MOM, 16 mars 2021

Les Doctoriales de la MOM se tiendront le 16 mars prochain via la plateforme Zoom.

Cette journée sera l’occasion pour les doctorants.e.s des quatre laboratoires de la MOM de s’exprimer sur leurs sujets de recherche autour de deux temps forts (programme en pièce jointe) :

-de 9h30 à 12h, quatre doctorant.e.s présenteront leurs recherches en lien avec la thématique de l’altérité. Vous trouverez leurs résumés sur le site internet de la MOM.

-de 14h à 16h, des doctorant.e.s de 1ère et 2ème année se succèderont pour présenter leurs projets de recherche qui s’inscrivent dans un panorama géographique et chronologique particulièrement varié.

La journée se clôturera par la présentation des deux nouveaux Labos Juniors de la Maison de l’Orient : “(Co)Habiter” et “Nomad’s Land”. Pour suivre cet évènement, merci de vous inscrire en ligne via le formulaire suivant afin de recevoir le lien pour vous connecter : 

https://framaforms.org/doctoriales-de-la-mom-2021-1614604234

Source : Comité d’organisation des Doctoriales de la MOM

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Financement] Contrats doctoraux 2021 fléchés vers la Casa de Velázquez [Date limite candidature : 30 avril 2021]

Dans le cadre du soutien apporté aux actions de coopération internationale, le MENESR propose un dispositif de contrats doctoraux fléchés à l’international (ACI). Ce dispositif peut bénéficier à tout doctorant dont les recherches s’inscrivent dans le cadre des programmes scientifiques d’une des cinq Écoles françaises à l’étranger : École française d’Athènes, École française de Rome, Institut français d’Archéologie orientale, École française d’Extrême-Orient,Casa de Velázquez (École des hautes études hispaniques et ibériques)

Les dossiers de candidatures, qui devront parvenir directement à chacune des EFE concernée, comprendra :

– un projet de thèse (5 p. max.) ;

– un curriculum vitae (3 p. max.);

– une lettre de présentation du ou des directeur(s) de thèse pressenti(s) ;

– l’avis du directeur de l’ED (modèle à télécharger).

La Casa de Velázquez (Madrid) a vocation à accueillir des doctorants préparant une thèse dans les champs disciplinaires qui relèvent de sa sphère de compétence telle qu’elle est définie dans le décret 2011-164 du 10 février 2011 relatif aux Écoles françaises à l’Étranger. Elle « a pour mission de développer […] les recherches relatives aux arts, aux langues, aux littératures et auxsociétés des domaines hispanique et ibérique, ibéro-américain pour les périodes coloniale etcontemporaine, et maghrébin ».

La Casa de Velázquez peut donc accueillir, en convention avec l’École Doctorale du candidat retenu, en septembre 2021 et pour une durée de trois ans, un doctorant travaillant dans ces champs disciplinaires, géographiques et chronologiques. Les candidats trouveront sur le site internet de la Casa de Velázquez une présentation des orientations scientifiques de la programmation quinquennale 2017-2021: https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/politique-scientifique-de-lehehi-2017-2021/

Les documents seront déposés (format pdf) via le formulaire qui se trouve sur le site de la Casa de Velázquez https://www.casadevelazquez.org/fr/recherche-scientifique/formulaires-candidatures/contrats-doctoraux-fleches/

avant le 30 avril 2021 à 15h00. Les dossiers des candidats seront transmis pour évaluation à deux experts externes. Après confrontation de l’avis des experts, les résultats de la sélection seront publiés sur le site de la Casa de Velázquez avant la fin du mois de juin.

Cette allocation vient s’ajouter au contingent d’allocations dont dispose chaque École Doctorale : elle constitue donc à la fois un renforcement de l’aide aux jeunes chercheurs et un soutien à la recherche française à l’étranger. Pour la Casa de Velázquez, c’est aussi l’occasion de renforcer ses partenariats avec les Universités françaises.

Source : Casa de Velázquez 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts