[Appel à communications] Journée d’étude, “Renaissances de la transgression antique. Epoques moderne et contemporaine”, Lyon, Ecole normale supérieure de Lyon, 7 mai 2021 [Nouvelle Date limite propositions : 7 mars 2021]

Journée d’étude organisée par le Laboratoire junior TAntALE (Transgression dans l’Antiquité : Approche des Limites et des Ecarts)

Appel à communications

Ouvert aux doctorants, jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs

Appel à communications complet

Source : TAntALE

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Conférence] J. Bonnéric, Islam & Christianity in the Gulf (7th-9th c.) in Light of the last Excavations in Failaka & Beyond, conférence CEFREPA, Islam: History and Society, en ligne, 21 fév. 2021

The history of Islam and Christianity in the Arab-Persian Gulf was based mainly on written sources. However, archeaological discoveries have also offered many insights that attempt to define the religious landscape of the area from the 7th to the 9th century. It is not always possible to identify the faith of the inhabitants when excavating a settlement, and such identifications are only allowed with the discovery of structures such as place of worship or a burial area, or specific objects such as crosses for Christians, and possibly the study of dietary habits. But excavations help to reconsider the decline of Christianity, in particular at the monastery of al-Qusur on Failaka Island (Kuwait), and to better characterize the Christian and Muslim populations.

 

Dr. Julie Bonnéric is an associate researcher at CEFREPA-Kuwait. She is a specialist of Islamic archaeology with a specific emphasis on religious anthropology. She is currently the heaf of the French-Kuwait archaeological mission at Faylaka.

Dr. ‘Awad al-Assiri (Najran University) is a historian of jewish and christian communities in the Early Islamic Period and Southern Arabia (Najran).

The lecture will be held online in English via Zoom.

Sunday, 21 February 2021

4.00 PM (GMT +3:00) Kuwait

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Compte rendu] Séminaire des médiévistes, séance du 11 février 2021, Sébastien Douchet, “La lecture des textes médiévaux au XVIIe siècle ou comment réévaluer un préjugé de l’histoire culturelle à partir d’archives négligées”

Pour cette deuxième séance du séminaire des médiévistes, Sébastien Douchet, maître de conférences HDR en langue et littérature du Moyen Âge à Aix-Marseille Université, est venu parler de ses recherches autour d’un dossier inédit qui a été la pierre de touche de son essai d’HDR, soutenue le 10 novembre 2018.

Sébastien Douchet est un spécialiste de la réception des textes médiévaux à l’âge classique, un thème qui, s’il a été mis en évidence par les travaux pionniers de Nathan Edelman (Attitudes of Seventeenth-Century France toward the Middle Ages, 1946), quoique portant essentiellement sur les sources imprimées, est corseté dans de sérieux « préjugés » pour reprendre la formule de l’auteur. La thèse de Marine Roussillon (Plaisir et Pouvoir. Usages des récits chevaleresques à l’âge classique, 2011) a constitué un jalon important de cette recherche mais elle minore selon lui l’importance de cette réception. « Le XVIe et le XVIIe siècles ont lu le Moyen Âge mais notre histoire littéraire en dissimule la réception » : tel est le constat dressé par Sébastien Douchet qui a proposé ensuite une démonstration saisissante.

A la façon d’une étude de cas, le propos de cette communication très riche s’est concentré sur la présentation d’un manuscrit exceptionnel, conservé à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras (ms. 405), contenant notamment le texte d’une chanson de geste, le roman de Beuve d’Hantone, et sur l’identification d’une famille de parlementaires aixois du Grand Siècle, les Gallaup de Chasteuil, à l’origine de cette compilation et de cette activité érudite intense qui témoigne de la lecture active au temps de Louis XIV des textes médiévaux, « vieux » si l’on reprend la terminologie moderne, c’est-à-dire au sens de textes « vivant encore dans les mémoires ».

La première partie de la communication, par l’étude codicologique et philologique, s’est attachée à montrer toute la dimension « composite » du manuscrit 405 de la bibliothèque Inguimbertine. C’est là pourtant une terra incognita dans l’historiographie qui se contente de prélever le texte de la chanson de geste (Beuve d’Hantone) et d’éditer cette version sans donner les indications codicologiques et surtout sans rendre compte du caractère résolument composite du recueil, avec ses autres textes insérés (La consolation de la philosophie de Boèce dans sa traduction attribuée à Jean de Meun spécialement), ses nombreux découpages de miniatures médiévales, ses collages de gravures du XVIIe siècle et la table des matières moderne. Et Sébastien Douchet de montrer toute la stratigraphie de la confection moderne de ce recueil à l’image des rinceaux médiévaux découpés et réutilisés en regard d’écritures et de gravures modernes.

La deuxième partie de la communication a été consacrée aux recherches sur l’identification du collectionneur érudit à l’origine de ce manuscrit composite. Sébastien Douchet a conté l’odyssée de l’enquête, véritable « travail de titan », de son aveu même. L’étude des ex-libris et de la devise Adversante fortuna (interprétée à nouveaux frais), couplée à d’autres analyses précises, a permis de se tourner vers une famille de parlementaires aixois du Grand Siècle, les Gallaup de Chasteuil et de reconstituer leur immense bibliothèque, issue pour partie des livres du cardinal de Granvelle, le fameux conseiller de Charles Quint. Pierre (1644-1727) et Hubert (1624-1679)– ce dernier étant l’acteur principal de la confection du manuscrit carpentrassien-, sont loin d’être des lecteurs passifs. Au contraire, Sébastien Douchet a montré que la réception de la culture et de la littérature médiévales se faisaient justement in vivo ; les frères Gallaup de Chasteuil annotant largement les textes compilés. Hubert a une véritable compétence linguistique ; le langage médiéval infuse largement sa réflexion érudite et ce sont là quasiment les origines de la philologie qui se dessinent derrière l’activité d’un lecteur éclairé de l’époque galante. Son activité n’est pas celle d’une réception conservatoire ; elle s’opère par une réécriture active des textes médiévaux, ce qui nuance le constat de Marine Roussillon dans ses travaux précités.

Mais « pourquoi lire des manuscrits médiévaux à l’âge classique » ? Cette question essentielle a permis à Sébastien Douchet de brosser le parcours chaotique d’Hubert Gallaup de Chasteuil et de comprendre que sa propre vie, ses propres objets de réflexion entraient en écho avec la matière qu’il compilait. Beuve d’Hantone et la littérature médiévale sont appréhendés par la lorgnette du juriste qui cherche à saisir les usages au Moyen Âge (en témoignent ses annotations terminologiques et sémantiques). La lecture exigeante des tensos vise à trouver la source de privilèges juridiques, l’expression poussée d’un contre-pouvoir institutionnel au monarque, à l’image du parlement de Provence où officie Hubert Gallaup de Chasteuil en tant qu’avocat général, avant de perdre sa charge.

In fine, le Moyen Âge permet une exploration et une expression de soi-même, et ce, au plus profond du Grand Siècle et de ses frondes. La consolation de la philosophie de Boèce, rédigée au VIe siècle alors qu’il est en prison, constitue, selon l’expression de Sébastien Douchet, « une mise en abyme de la propre situation » d’Hubert Gallaup de Chasteuil, au moment même où ce dernier est embastillé. Il n’est pas d’autre modernité médiévale que celle de la remémoration personnelle.

Compte rendu rédigé par Florentin Briffaz

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Aurélie Stuckens, Les hommes de l’écrit : agents princiers, pratiques documentaires et développement administratif dans le comté de Flandre (1244-1305), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2020, 454 p.

Présentation

La seconde moitié du XIIIe siècle est une période charnière dans l’histoire de la culture écrite de l’Occident latin. Dans le comté de Flandre, sous Marguerite de Constantinople (1244-1278) et Gui de Dampierre (1278-1305), c’est le temps où la prédominance de la charte cède le pas à l’essor des pratiques administratives au sens large. Aurélie Stuckens a publié dans notre série Studies in Belgian History une monographie sur cette évolution.

Le développement de la principauté flamande s’inscrit dans une évolution qui touche, à quelques décennies d’intervalle, la plupart des administrations royales, princières et seigneuriales de l’Europe occidentale. L’originalité de la Flandre réside néanmoins dans sa précocité à mettre au point certains outils administratifs (registres, formulaires, mentions de commandement des actes, etc.), au soin porté à la conservation de l’écrit au sens large – notamment aux documents préparatoires – et à l’émergence progressive de premières fonctions bureaucratiques intimement liées au déploiement de ces pratiques documentaires. Parmi ces fonctions se distinguent particulièrement celles de receveur général des finances, de maître et receveur des « terres nouvelles » du comte et de « chancelier de facto ».

Ces agents princiers et leurs subalternes sont les acteurs talentueux d’un XIIIe siècle qui les a vus façonner l’administration du comté de Flandre, pôle culturel, économique et politique majeur de l’Europe du Nord-Ouest au Moyen Âge.

Source : Archives de l’Etat en Belgique

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Informations] La lettre du CIHAM, numéro 10, février 2021

Le numéro 10 de la Lettre du CIHAM (février 2021) vient de paraître. Vous y trouverez toutes les informations scientifiques et institutionnelles du laboratoire et de ses membres, dans le cadre d’un nouveau contrat quinquennal et d’une nouvelle équipe de direction.

Pour retrouver l’ensemble des lettres du CIHAM, rendez-vous à la page consacrée de Doc-Ciham ! Bonne lecture !

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] A. El Aloui et N. Khalfallah, Les enjeux de l’écriture mystique, Éditions des archives contemporaines, 2020.

Cet ouvrage examine d’une part les difficultés que rencontrent les Soufis lorsqu’ils s’adonnent à exprimer l’inexprimable et à illustrer, par des mots, un vécu insaisissable. Délibérément, ils mettent en œuvre les procédés et motifs littéraires, notamment issus de la poésie, pour décrire leurs expériences intérieures. D’autre part, cet ouvrage met en lumière la contribution des Soufis qui, en dépassant les exigences doctrinales perçues comme des « obstacles épistémologiques », ont pu composer des œuvres techniques, relevant des disciplines de leur époque, comme l’exégèse, la jurisprudence, la théologie où un profond échange s’est établi entre les références mystiques et les savoirs doctrinaux d’alors.

L’écriture mystique a fait montre d’originalité et de dynamisme en inspirant, dans diverses aires culturelles, bien d’expériences littéraires contemporaines ; celles-ci ont puisé des motifs et des thématiques dans les Textes et figures les plus emblématiques, comme ont fait Gamal Ghitany, Théophile Gautier, André Gide, Doris Lessing et d’autres.

Cet ouvrage revisite donc les enjeux de l’écriture mystique, souvent à la quête d’une authenticité expressive, et ce depuis les hésitations des premiers Soufis jusqu’à l’innovation d’un modèle littéraire singulier et le développement d’une terminologie spécialisée fondant plusieurs disciplines. Cette écriture reste toutefois ouverte, car elle reprend, inlassablement, le questionnement primaire, et éternel, sur les zones d’ombre de la conscience humaine.

Ouvrage publié avec le soutien de : Université Paris 8, CERMOM – INALCO, LIS – Université de Lorraine.

 

Sommaire

Introduction, Abdelaziz El Aloui, Nejmeddine Khalfallah

 Première partie : L’écriture mystique : spécificités et controverses

 Expression littéraire et vécu mystique chez al-Hallâj, Pierre Lory

Entre expérience et doctrine. Un exemple de controverse poétique soufie à Bagdad au Xe siècle, Jean-Jacques Thibon

« Al-Ḥallāǧ » entre l’écriture de soi et du monde, Hassan Fathi

« Exprimer l’inexprimable ». Lecture de l’approche de Huǧwīrī dans Kašf al-Maḥǧūb, Randa El Amraoui

L’acte d’écriture chez Ibn ʿArabī dans Les Illuminations Mecquoises. Entre l’écriture par code (al-ramz) et l’écriture par sagesse (al-ḥikma), Mohssine Fathi

Le soufisme ou la mystique chez Abū Ḥayyān al-Tawḥīdī, Faisal Kenanah

Deuxième partie : L’écriture mystique : exigences doctrinales et horizons

Exégète soufi du XXe siècle, Nejmeddine Khalfallah

« Fiqh » et « Taṣawwuf ». Influence réciproque, Mohyedine Hajjar

Mind the Gap. The Spiritual Progress of Early Sufi Women, Jason Welle

La voix d’al-Niffarī dans Kitāb al-tağalliyāt de Ğamāl al-Ġīṭānī, Abdelaziz El Aloui

Théophile Gautier et la poétique de l’extase. Evanescence soufie dans son « Voyage en Algérie », Rafika Hammoudi

Le mysticisme gidien raconté par André Walter. Les Cahiers et les poésies d’André Walter, Saida Ben Salem

The Mystical Experience in Doris Lessing’s Early Fiction, Hajer El Arem

Biographies des auteurs

https://eac.ac/books/9782813003768

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Journée d’étude] Les structures matérielles de la route médiévale, Lyon et en ligne, 30-31/03/2021

Journée d’études CIHAM-Archéorient : « Les structures matérielles de la route médiévale (Terre d’Islam, monde méditerranéen) », 30-31 mars 2021

Journées d’études CIHAM-Archéorient dans le cadre du projet Marges et avant-postes soutenu par la MSH Lyon St-Étienne

Coordination : Yassir BENHIMA, Sophie GILOTTE et Marie-Odile ROUSSET

En visioconférence, informations à venir sur le site du CIHAM.

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[compte-rendu] Séminaire des médiévistes – séance du 28 janvier 2021, Présentation des nouvelles recherches du CIHAM

En 2021, le CIHAM relance son traditionnel « Séminaire des médiévistes », en ligne pour le moment. Comme cela est désormais l’usage, la première séance de l’année était consacrée à la présentation des « Nouveaux objets de recherche au CIHAM » et de ses nouveaux chercheurs, Damien Labadie et Robin Seignobos.

 

Damien Labadie, Le In quattuor animalia : itinéraires d’un récit pseudo-patristique en Égypte, Nubie et Éthiopie à l’époque médiéval

Damien Labadie, chargé de recherches au CNRS, CNU section 35, depuis le 1er novembre 2020 nous a présenté le projet sur lequel il travaille actuellement, l’édition et l’analyse philologique du In quattuor animalia : itinéraires d’un écrit pseudo-patristique entre Égypte, Nubie et Éthiopie à l’époque médiévale.

Il est membre du projet ERC de Julien Loiseau, HornEast.

Damien Labadie nous a d’abord brièvement rappelé son parcours, un parcours éclectique et brillant, ce qui nous a permis de mieux comprendre comment il en est arrivé à s’intéresser à des sujets aussi exotiques, pour reprendre ses mots.

Ses recherches sont organisées autour de 5 axes : philologie des langues de l’Afrique médiévale, littérature chrétienne tardo-antique (patristique, hagiographie, apocryphes), langues et littératures de l’Orient chrétien, le christianisme proto-byzantin et la philologie hébraïque.

Damien Labadie nous a ensuite parlé un peu plus précisément de ce texte qu’est le In quattuor animalia, une homélie faussement attribuée à Jean Chrysostome, qui reprend des textes de l’Apocalypse (4, 6-9), d’Ezéchiel (1, 5-21) et d’Isaïe (6, 2-3) et dont la diffusion a été très large en Afrique orientale. Le In quattuor animalia s’inscrit dans le genre du mémoire apostolique, d’origine copte, qui met en scène un discours de révélation de Jésus à ses disciples. On conserve aujourd’hui 31 textes de ce genre (certains sont inclus à des textes pseudo-patristiques, d’autres sont indépendants).

Né en Égypte, le mémoire apostolique a ensuite été diffusé en Nubie et en Éthiopie. Il s’agit de textes composés / traduits entre le Xe et XIIe siècle. Il nous a rappelé que le mémoire apostolique occupe une place prééminente dans le corpus littéraire nubien et qu’une grande place est accordée aux archanges, notamment à l’archange Michel. En ce qui concerne la diffusion et la transmission du mémoire apostolique en Éthiopie, Damien Labadie nous a rappelé qu’il s’agit d’une thématique qui n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique.

Il a terminé sa présentation par un petit inventaire des versions du In quattuor animalia et de leur contenu : elles sont au nombre de 4, une en copte sahidique, une en arabe, une en vieux-nubien et une en guèze qui est inédite.

Damien Labadie a finalement conclu en présentant trois projets de publication, tous très enthousiasmants en rapport avec la version en guèze du In quattuor animalia et à la version en vieux-nubien.

Pour en savoir plus sur le projet ERC HornEast : https://horneast.hypotheses.org/julien-loiseau

Pour suivre l’actualité de la recherche de Damien Labadie : http://damienlabadie.blogspot.com

Compte-rendu réalisé par Amalia Desbrest

 

Robin Seignobos, Une tribu entre deux mondes, les Banū al-Kanz d’Assouan : nouveaux corpus et nouvelles questions (XIe-XIVe siècle)

Recruté comme maître de conférence en histoire médiévale des pays d’Islam en septembre 2020, Robin Seignobos a présenté ses projets en cours en s’appuyant sur un article paru le jour même dans le dernier numéro de la revue Médiévales consacré aux pouvoirs en Éthiopie, Égypte et en Nubie médiévales (https://journals.openedition.org/medievales/11042).

Alliant considérations méthodologiques et approche historique, R. Seignobos s’intéresse à la trajectoire d’une tribu arabe installée dans la région d’Assouan dans le courant du IXe siècle. En 1006, le chef de la tribu obtient du calife fatimide cairote le titre héréditaire de Kanz al-Dawla. Dès lors, on parle des Banū al-Kanz pour désigner cette entité tribale qui s’impose comme la force politique et militaire dominante dans la région frontalière entre les domaines égyptiens et les territoires nubiens, alors aux mains d’un pouvoir chrétien. Ce royaume chrétien de Dongola (aussi connu comme royaume de Dotawo) est parvenu à résister à la pression des conquêtes arabes pour finalement négocier un traité bilatéral avec le pouvoir islamique d’Égypte. Alors que l’historiographie considérait que l’expansion du pouvoir du Kanz al-Dawla rimait avec l’affaissement du royaume chrétien de Nubie, le travail de R. Seignobos montre au contraire que la documentation (parfois inédite) atteste de la survivance de cette entité politique entre le XIIe et le XVe siècle.

R. Seignobos s’appuie sur trois corpus distincts pour mettre en lumière cette histoire régionale longtemps passée sous silence. Les sources mameloukes, tout d’abord, composées en arabe par les historiographes du pouvoir cairote, n’ont pas toutes été suffisamment exploitées par les recherches précédentes. Le dossier des textes nubiens met également en lumière ces relations entre pouvoirs chrétiens et musulmans sous un jour nouveau. Enfin, R. Seignobos a récemment mis la main sur un corpus d’archives arabes permettant d’éclairer sous un jour nouveau l’histoire de cette tribu des Banū al-Kanz. Éparpillés dans divers organismes du Caire, ces textes de la pratique doivent encore être étudiés, mais l’on sait déjà qu’il s’agit de contrats de mariage et de transactions diverses réalisées dans ces régions frontalières. Grâce à l’exploitation de ce dossier, R. Seignobos est parvenu à reconstituer l’arbre généalogique des Banū al-Kanz. Longtemps restée dans l’ombre, cette famille est désormais bien mieux connue, de même que son rôle dans le contrôle territorial et foncier d’une région de frontière en lien avec le sultanat mamelouk. In fine, derrière l’exploitation d’un cas d’étude, c’est une part méconnue de l’histoire sociale, juridique et politique de la haute Égypte médiévale qui se dévoile aux historiens.

La seconde partie de l’intervention de R. Seignobos était dédiée à l’établissement d’une première chronologie de ce qu’il appelle les « guerres de succession de Nubie », entre 1268 et 1323. En s’intéressant à ces conflits qui se trouvent être essentiellement localisés dans la cellule familiale élargie, R. Seignobos met en évidence les ingérences mameloukes dans ces jeux de pouvoir mais également les résistances locales des entités tribales à ces tentatives cairotes pour imposer leurs candidats. Il montre également que la question religieuse est finalement de peu d’importance pour saisir ces conflits : si un souverain musulman finit par s’imposer sur les territoires chrétiens de Dongola après une première période de conflit, suivi par la restauration d’un roi chrétien en 1331, ce n’est pas leurs confessions respectives qui commandaient ces luttes de pouvoir. D’ailleurs, il est remarquable que les Mamelouks aient usé de la rhétorique du jihad contre les croisades alors qu’il n’en est jamais question dans les rapports du sultanat avec les entités chrétiennes de Nubie.

Le chantier est en cours : au-delà de cette chronologie politique, R. Seignobos cherche désormais à mieux comprendre les stratégies politiques et matrimoniales employées par les différents acteurs à différentes échelles dans cette lutte pour le contrôle territorial et foncier d’un territoire de frontière.

Compte-rendu réalisé par Enki Baptiste

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Parution] Nicolas Bock et Michele Tomasi (éd.), Art et économie en France et en Italie au XIVe siècle. Prix, valeurs, carrières, Revue “Etudes de lettres”, 314, 2020/4,

Couv-EDL314-web.jpg
Présentation

Ce volume invite à se jouer des frontières disciplinaires et à s’aventurer sur un terrain encore trop peu exploré pour le XIVe siècle, l’un des plus grands siècles de l’art européen.
Les contributions réunies ici éclairent les rapports entre art, économie et société à l’aide de quelques études de cas, en adoptant différentes démarches: de la microanalyse de la production d’un seul artiste à la réflexion sur l’organisation de toute la chaîne de valeur, de la fabrication jusqu’aux réseaux de commerce et d’échange de marchandises artistiques. De Giotto à l’orfèvre parisien Jean le Braelier, d’Avignon à Naples en passant par Majorque, en abordant des tableaux, des monuments funéraires, des fresques, des lambrissages en bois précieux et même un faldistoire royal, les auteurs s’interrogent sur l’impact des facteurs économiques sur la création artistique.
Ces articles ouvrent ainsi le débat en montrant l’intérêt d’enquêtes qui osent franchir les limites entre histoire de l’art, histoire sociale et histoire économique, afin d’appréhender de manière globale les conditions d’élaboration et de réception des œuvres.

Source : Université de Lausanne
Résumé des contributions sur le site de l’éditeur

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Dominique Hervier et Eva Renzulli, André Chastel, portrait d’un historien de l’art (1912-1990). De sources en témoignages, Paris, Comité d’histoire du Ministère de la Culture /La Documentation française, 2021, 455 p.

Présentation

Comment faire découvrir aux nouvelles générations cet historien de l’art exceptionnel que fut André Chastel ? Grâce aux voix d’une vingtaine de témoins, un portrait vivant et contrasté de ce chantre du patrimoine français s’offre aux lecteurs. Leurs souvenirs, leurs jugements parfois sévères ont été recueillis pour le Comité d’histoire et confrontés à ses propres confidences, à la correspondance qu’il a entretenue avec des savants du monde entier. Ces témoignages, joints à la consultation d’archives écrites souvent inédites, sont une belle démonstration de la pertinence des archives sonores utilisées avec méthode par le Comité d’histoire depuis plus de vingt ans pour établir l’histoire de ceux et de celles qui ont contribué à faire vivre le ministère de la Culture.

André Chastel, interlocuteur d’André Malraux et de Jack Lang, fut une autorité reconnue tant aux Monuments historiques qu’aux Secteurs sauvegardés. Il s’illustra par sa volonté d’innovation en cette période des trente Glorieuses, au cours de laquelle il suffisait de vouloir pour faire, comme le fait remarquer Florence Descamps.

Avec sa forte personnalité de journaliste au Monde, de professeur à la Sorbonne et au Collège de France, André Chastel fut l’inventeur de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, l’animateur de nombreuses associations professionnelles. Il a permis ainsi à l’histoire de l’art de sortir d’une période de marasme – si bien décrite par Pierre Vaisse en prologue à cet ouvrage – et de conquérir une existence à part entière entre érudition et littérature.

Source : Ministère de la Culture

(Sommaire et avant-propos téléchargeables sur le site de l’éditeur)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Séminaire] “Exclusion et communauté au Moyen Âge”, séminaire des historien-nes médiévistes de l’Université Grenoble-Alpes, 4 février-4 mai 2021 [en ligne]

En ligne, via Zoom : https://cutt.ly/xhuBADc

De 17h à 19h
(Accessible à toutes et tous, sous réserve de connexion sous un nom clairement identifiable (l’accès est contrôlé par l’animateur-trice de la séance).

Télécharger le programme complet des séances

Organisation : Historien-nes médiévistes de l’Université Grenoble Alpes

Source : LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe)

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Webinaire] ScriptHis (Les scripturalités dans l’histoire), Strasbourg, Laboratoire ARCHE, 4 février-20 mai 2021

Programme 2020-2021 du séminaire ScriptHis :

 

Jeudi, 4 février (14h-16h) – Webinaire

Anne Rauner,docteure en histoire médiévale (ARCHE)

« Penser les documents nécrologiques médiévaux à l’échelle du système documentaire de la memoria

 

Jeudi, 4 mars (14h-16h) – Webinaire

Laurence Buchholzer-Remy, MCF en histoire du Moyen Âge (ARCHE)

« Combler l’absence et la distance: pratiques épistolaires municipales en Haute-Allemagne (XIIIe-début XVIe siècle) »

 

Jeudi, 15 avril (14h-16h) – Webinaire

Juliette Deloye, docteure en histoire moderne (ARCHE / U. Montpellier)

« Instituer le ministère des Affaires étrangères par l’écriture (XVIIIe-début du XIXe siècle) ».

 

Jeudi, 20 mai (14h-16h) – salle à préciser

Cléo Rager, docteure en histoire médiévale (LAMOP / U. Lille)

« Verba volant, scripta manent ? Les logiques de conservation de l’écrit municipal à Troyes à partir du XIVe siècle. »

Toutes informations sur le séminaire et sur les modalités de connexion  ici

 

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[visioconférence] Bénédicte Sère, Régimes de polémicité et débats à l’heure du Grand Schisme. Quelle écriture de l’histoire ? Séminaire de Cécile Caby, Lyon , 10 février 2021, 17h-19h

Dans le cadre du séminaire de Cécile Caby (Université Lumière Lyon 2), “Eglise et pratiques culturelles à la fin du Moyen Âge”,

Bénédicte Sère (Université Paris Nanterre) viendra parler de ses recherches sur le thème suivant : ” Régimes de polémicité et débats à l’heure du Grand Schisme. Quelle écriture de l’histoire ?“.

Horaire : Jeudi 4 février 2021, 17h-19h [visioconférence]

Renseignements auprès de Cécile Caby : cecile.caby[at]univ-lyon2.fr
 
Source : Cécile Caby

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts