[Séminaire] Le médiévalisme – Des usages contemporains du Moyen Âge

Organisé par Aude Mairey, Directrice de recherche (LaMop – CNRS/Paris 1).

Depuis quelques décennies, le médiévalisme, que l’on peut définir à la suite de Louise d’Arcens comme « la réception, l’interprétation ou la recréation du Moyen Âge européen dans les cultures post-médiévales », est devenue une discipline à part entière, d’abord dans les pays anglophones puis dans l’ensemble de l’Europe occidentale (pour ne s’en tenir qu’à elle). Le champ est vaste : de Victor Hugo à J.R.R. Tolkien, de la recréation d’une architecture néo-gothique aux jeux vidéos populaires, de l’anneau de Jeanne d’Arc à la reconstitution de batailles médiévales, les usages contemporains du Moyen Âge sont nombreux – littéraires, cinématographiques, ludiques, mais aussi politique… Pourtant, alors que nos collègues littéraires ont été les premiers à s’emparer de ce champ au sein du monde universitaire, cela n’a pas été le cas (ou à peine) pour les historiens. Ce séminaire se propose donc d’envisager, en complémentarité avec les autres disciplines, tant l’histoire du médiévalisme que la diversité de ses usages actuels.

Il portera cette année sur les rapports entre le médiévalisme et l’Orient.

Les séances sont ouvertes à tous et se tiendront si possible le vendredi de 14h à 16h en salle Perroy, à la Sorbonne. Une tenue par Zoom est de toute façon prévue. Si vous souhaitez y assister, inscrivez-vous à l’adresse suivante : aude.mairey@univ-paris1.fr.

Télécharger le programme au format PDF.

 

Programme 2020-2021 (2nd semestre) :

5 février 2021 – Annliese Nef (Université Paris 1), « Des usages contrastés du passé islamique de l’Europe ».

12 mars 2021 – Florian Besson (agrégé et docteur en histoire), « “À l’est, tout était différent”. L’Orient de Game of Thrones, monde d’altérités ».

26 mars 2021 –  William Blanc (EHESS), « Comme un samouraï. Figure du guerrier dans le cinéma et les manga japonais de l’Après-Guerre ».

9 avril 2021 – Yohan Chanoir (EHESS), « Un Moyen Âge plastique ? Le médiévalisme des cinémas chinois ».

14 mai 2021 – Catherine Richarte (INRAP), « Médiévalisme, modernité des usages et renouvellement des connaissances sur le Moyen Âge. Quelques allégations revues à travers le prisme de l’archéologie ».

28 mai 2021 – Benoît Grévin (EHESS), « Un médiévalisme très oriental : les Hongrois et la pensée de l’origine asiatique ».


Source: LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Parution] Conversion to Islam in the Premodern Age A Sourcebook, University of California Press, 2020.

Éditeurs : Nimrod Hurvitz, Christian C. Sahner, Uriel Simonsohn, Luke Yarbrough

Rights: Available worldwide
Pages: 382
ISBN: 9780520296732
Trim Size: 6 x 9
Illustrations: 2 maps

Conversion to Islam is a phenomenon of immense significance in human history. At the outset of Islamic rule in the seventh century, Muslims constituted a tiny minority in most areas under their control. But by the beginning of the modern period, they formed the majority in most territories from North Africa to Southeast Asia. Across such diverse lands, peoples, and time periods, conversion was a complex, varied phenomenon. Converts lived in a world of overlapping and competing religious, cultural, social, and familial affiliations, and the effects of turning to Islam played out in every aspect of life. Conversion therefore provides a critical lens for world history, magnifying the constantly evolving array of beliefs, practices, and outlooks that constitute Islam around the globe. This groundbreaking collection of texts, translated from sources in a dozen languages from the seventh to the eighteenth centuries, presents the historical process of conversion to Islam in all its variety and unruly detail, through the eyes of both Muslim and non-Muslim observers.

Table des matières: 2020_Book_co_edited_Conversion_to_Islam

Enki Baptiste

Doctorant en Histoire médiévale (Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648 / CEFAS USR 3141)

More Posts

[Séminaire] Codicologie quantitative & sociologie du livre médiéval. Membra disjecta – Membra conjucta II. À l’épreuve de la reconstitution

Séminaire fondé par Ezio Ornato, Jean-Philippe Genet et Carla Bozzolo, et coordonné par François Foronda, Émilie Cottereau-Gabillet et Octave Julien.

Le webinaire se tient à la Sorbonne, en salle Édouard Perroy virtuelle, sur Zoom, ID : 939 6119 6908 – Clé : CODICO (de 17h à 19h).


Programme de l’année (à télécharger au format PDF) :

 

Jeudi 28 Janvier, DARWIN SMITH (CNRS, Lamop) – Membra peregrinanda. Livres et bibliothèque à Notre-Dame de Paris

Jeudi 11 Février, PIERRE CHAMBERT-PROTAT (Biblioteca Apostolica Vaticana) – Travailler non seulement sur des textes, mais dans des livres. Florus et le milieu lyonnais face à la structure matérielle du codex

Jeudi 18 Février, LAURA ALBIERO (IRHT) – La bibliothèque cachée. Fragments de manuscrits à la Bibliothèque nationale de France

Jeudi 4 Mars, KASSER-ANTTON HELOU (IUT d’Évry, Dypac) – Les manuscrits produits à Saint-Jean d’Acre : méthodes, enjeux et difficultés d’identification

Jeudi 18 Mars, JUDITH KOGEL (CNRS, IRHT) – La bibliothèque médiévale des Juifs de Colmar

Jeudi 8 Avril, ALBERTO TORRA (Archivo de la Corona de Aragón), GIORGIOS MAGKANAS, HÉCTOR BAGAN, MARIA CARME SISTACH et JOSÉ F. GARCÍA (Universitat de Barcelona, Secciò departamental de Química Analítica) – Une reconstitution toujours en progrès : nouvelles miniatures et caractérisation matérielle du Liber Feudorum Maior


Source: LaMOP

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire] Le monde du savoir au Moyen âge – Séminaire de l’UPEC

Programme de l’année 2020–2021.
Les jeudi, 17h-18h30.  Pour le moment, les séances sont prévues en distanciel, sur Zoom. Un lien sera envoyé quelques jours avant les conférences.

Programme :

7 janvier
Fernand Peloux (CNRS, FRAMESPA)
Ancrage et circulation de l’hagiographie de part et d’autre des Pyrénées. Lien vers la salle de visioconférence

28 janvier
Marie-Céline Isaïa (Université Lyon-3, CIHAM)
Écrire l’histoire. Le savoir-faire des hagiographes, IXe-Xe siècles

11 février
Anne Raffarin (Université Paris-Est, Créteil – LIS)
Une somme de savoirs sur la Rome antique : le Roma triumphans de Flavio Biondo

11 mars
Baptiste Laïd (Université Paris-Est, Créteil – LIS)
La bibliothèque d’une femme instruite : aux sources de la bibliothèque de Marie de France (1180)

18 mars
Benoît Grévin (CNRS, EHESS – CRH)
Fonder en raison la « Première loi du Royaume ». Nouvelles recherches sur la création de l’acte de fixation de la majorité des rois de France de 1374

1er avril
Pauline Spychala (Université Paris-Est, Créteil – CRHEC)
Réseaux de sociabilités universitaires à la fin du Moyen Âge : que peuvent apporter les suppliques ?

6 mai
Jacques Dalarun (Institut de France)
Corpus franciscanum. François d’Assise, corps et textes

Source: RMBLF

Matthias GILLE LEVENSON

Doctorant, philologie et littérature médiévale castillane. Casa de Velázquez, ENS de Lyon

More Posts

[Séminaire d’archéologie médiévale du Ciham] – Thèses récentes et actualités de la recherche en archéologie médiévale – 07/01/2021

Le jeudi 7 janvier se tiendra la prochaine séance du séminaire d’archéologie médiévale du CIHAM, coordonnée par Damien Martinez (Univ. Lyon 2) et Laurent Schneider (CNRS/EHESS).

Le séminaire se déroulera à distance, de 14h à 17h. Lien de connexion à demander par mail aux organisateurs.

Anna Lafont-Chardin

Doctorante en histoire et archéologie médiévales - EHESS / CIHAM - UMR 5648

More Posts

[Allocations de formation et de recherche] Ministère de la Culture, Direction Générale des Patrimoines, AFR 2021 [Date limite candidature : 12 février 2021]

Critères d’attribution
 

Ces allocations sont accordées à des travaux de Master 1, Master 2 et Doctorat consacrés à une recherche sur trois domaines de compétence de la direction générale des Patrimoines : Archéologie, Inventaire général du patrimoine culturel et Monuments historiques. Les sujets concernant le domaine des Musées ou celui de l’Architecture en tant que création contemporaine ne sont pas éligibles.

L’attribution des allocations résultant d’une commission centralisée et interdisciplinaire, il est inutile de candidater sur plusieurs domaines à la fois.

Ces allocations ne sont pas accordées selon des critères sociaux : elles correspondent à une aide de financement pour un travail de recherche.

Pour les sujets d’intérêt territorial, les candidatures doivent être revêtues de l’avis préalable obligatoire du service patrimonial correspondant et géographiquement compétent (Archéologie : SRA ; Inventaire général : SRI ; Monuments historiques : CRMH ou ACMH ; cfr. annuaire en annexe du Formulaire du candidat). À l’issue de leur recherche, les étudiants produisent un rapport. L’utilisation de ces bourses est contrôlée, les travaux sont suivis par les services ayant présenté les demandes et, le cas échéant, publiés.

Les bourses permettent, dans certains cas, de pallier l’absence de ou le moindre financement des filières de formation universitaires pour des disciplines dont l’enseignement est apparu relativement récemment et dont les méthodes d’investigation sont complémentaires.

L’attribution des allocations peut également faire partie d’une politique d’accompagnement d’autres actions : dans le cadre de convention passées entre les universités et les services régionaux de l’Archéologie, les bourses permettent d’assurer la participation d’étudiants spécialisés à des projets de recherches précis intéressant ces services.

Les allocations de formation et de recherche allouées par la direction générale des Patrimoines sont d’un montant mensuel moyen de 915 euros pour une durée allant de 1 mois à 9 mois maximum. Leur renouvellement deux années consécutives reste tout à fait exceptionnel et doit être dûment motivé. Enfin, les dossiers de candidats ne bénéficiant d’aucun autre dispositif de soutien financier analogue seront évalués de façon prioritaire.

CRITERES D’ ATTRIBUTION_AFR 2021_VF

Formulaire du candidat_AFR 2021_VF
 
Modalités d’envoi des candidatures

Les candidatures constituées des formulaires de demandes d’allocations complétées et signées, accompagnées des pièces jointes et de l’avis du responsable du service patrimonial territorialement compétent (SRA, CRMH, SRI), sont à retourner sous format numérique exclusivement et par les demandeurs, avant le vendredi 12 février 2021 

à l’attention de Mme Carole Giovannetti : carole.giovannetti@culture.gouv.fr

 

Source : Christian Cribellier et Nicolas Payraud via Serge Pinche

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Hervé Mouillebouche, Delphine Gautier et Nicolas Faucherre (dir.), Le château de fond en comble. Hiérarchisation verticale des espaces dans les châteaux médiévaux et modernes. Actes du septième colloque international au château de Bellecroix, 18-20 octobre 2019, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, 2020, 632 p.

Présentation et table des matières sur le site de l’éditeur, CeCaB

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Offre de contrat doctoral] Vitium, defectus, macula. Le corps « incapable » dans la pensée juridique de l’Occident médiéval latin (XIIe-XVe s.), Université d’Angers, 1er avril 2021-31 mars 2024 [Date limite candidature : 15 janvier 2021]

Présentation

Dans le cadre du programme Fil_IAM, un financement de 36 mois est réservé à la conduite d’une recherche doctorale sur les questions relatives aux « vices » et « défauts » des corps dans les productions normatives médiévales.

Dates prévisionnelles du contrat : 1er avril 2021-31 mars 2024

Sujet : Vitium, defectus, macula. Le corps « incapable » dans la pensée juridique de l’Occident médiéval latin (XIIe-XVe s.)

Pour structurer la réflexion sur les régimes de filiations « à défaut » et les enjeux normatifs et sociaux à penser et vivre le handicap juridico-social et/ou physique, un séminaire « Corps empêchés » est programmé à raison de trois séances par an pendant le temps du contrat doctoral. Ainsi, le ou la doctorant.e bénéficiera de l’animation de la recherche rendue possible par ces rencontres pluridisciplinaires régulières. Il.elle pourra également être associé.e aux actions de recherche engagées dans les autres axes du programme Fil_IAM (https://anr.fr/Projet-ANR-19-CE41-0004).

Le ou la doctorante sera par ailleurs membre à part entière du laboratoire TEMOS et participera aux différentes activités de l’unité, spécialement au sein de l’axe 1 : Enfance, Genre, Traces de soi (https://temos.cnrs.fr/le-laboratoire/).

Calendrier et procédure

Pièces à envoyer avant le 15 janvier 2021 à carole.avignon@univ.angers.fr et mireille.loirat@univ-angers.fr :

  • un curriculum vitae académique
  • une lettre de motivation
  • la version électronique (.pdf) du mémoire de Master-2 (ou équivalent)

Descriptif complet de l’offre de contrat doctoral en pdf

Source : https://filiam.hypotheses.org/36

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Samuel Hayat, Corinne Péneau et Yves Sintomer (dir.), La représentation avant le gouvernement représentatif, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 372 p.

Ce livre souligne le rôle joué par la représentation symbolique dans les pratiques politiques et il éclaire, à partir d’une large palette d’exemples, les pratiques parlementaires médiévales et modernes. Il étudie les différentes manières de représenter le peuple par des procédures inscrites dans la loi ou, au contraire, apparues lors de périodes de révoltes. Ces contributions d’historiens et de politistes spécialistes de la représentation politique au sein d’espaces variés (France, Aragon, Saint-Empire, Suède, péninsule italienne, Chine, etc.) aux époques médiévale et moderne invitent à mieux évaluer, par contraste, la signification de la démocratie représentative contemporaine.

Table des matières et autres informations pratiques sur le site de l’éditeur, les Presses universitaires de Rennes

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] Marc Suttor (éd.), Les espaces frontaliers de l’Antiquité au XVIe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2020, 256 p.

Présentation

Ce volume comporte neuf communications données à l’occasion d’un colloque international organisé par le CREHS (Anne Gagey, Pierre Schneider, Marie-Odile Laforge-Charles et Stéphane Lebreton), qui s’est tenu à l’université d’Artois les 15 et 16 octobre 2014. Le grand intérêt des communications a poussé plusieurs collègues à en souhaiter l’édition. L’intérêt de cet ouvrage consiste à confronter différents champs disciplinaires sur la notion de frontière au sens propre comme au sens figuré : frontière linguistique, religieuse, économique, sociale, géographique, culturelle, artistique, religieuse et naturellement politique. On y trouvera dès lors des contributions (3 pour l’Antiquité, 6 pour le Moyen Âge) portant sur l’histoire, la géographie, l’’histoire de l’art, l’archéologie et les religions, mais aussi des études linguistiques et culturelles. La définition et la perception de la frontière sont envisagées comme une zone de rencontres, d’échanges, de regroupements mais aussi comme une zone de confrontation ou de fracture politique, religieuse, militaire.

Table des matières en pdf

Source : Artois Presses Université

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Le genre des célibats, Paris, septembre ou octobre 2021 [Date limite propositions : 1er mars 2021]

Présentation et argumentaire

Si la question du célibat apparaît en filigrane dans les travaux liés au mariage et à la vie familiale et conjugale, ce colloque, organisé par Juliette Eyméoud (EHESS) et Claire-Lise Gaillard (Paris 1, CRHXIX), avec le soutien financier de la Cité du Genre, IdEx Université de Paris, ANR-18-IDEX-0001, lui donnera la première place. Refusant une définition en négatif de l’alliance, définition qui passe forcément à côté de toutes les nuances et complexités du célibat, ces deux journées pluridisciplinaires seront l’occasion de bâtir un outillage théorique commun.

L’historiographie anglosaxonne s’est intéressée de longue date aux célibataires, du Moyen-Age à l’époque contemporaine, toutes classes sociales confondues, hommes comme femmes (Amy M. Froide, John G. MacCurdy). En France, c’est le courant de l’histoire des femmes qui a majoritairement orienté la recherche sur le célibat (Arlette Farge, Cécile Dauphin). Ce dernier a donc fait l’objet d’études portées sur les XIX e et XX e siècles et a quelque peu délaissé le célibat masculin. L’histoire religieuse s’est en revanche penchée sur ce thème, dans une approche à la fois théologique (Nicole Grévy-Pons) et sociale (Myriam Deniel-Ternant, Cindy-Sarah Dumortier). Le célibat est pris dans un ensemble de représentations forgées par notre modernité occidentale qui a fait du couple le modèle normatif. Les sociologues, en allant à la rencontre des célibataires, ont témoigné de leur triste solitude, des difficultés économiques et des stigmates sociaux qui peuvent accompagner cette condition (Pierre Bourdieu, Marie Bergström, Françoise Courtel et Géraldine Vivier). En créant le dialogue entre les disciplines, entre les périodes historiques et les aires culturelles, ce colloque souhaite montrer la pluralité des situations de célibat. Une confrontation des célibats féminins et masculins devrait également permettre de sortir des stéréotypes du vieux garçon et de la vieille fille.

 

Trois axes envisagés

  • 1. Définitions et typologie du célibat : un célibat, des célibats ?

Ce premier axe visera à définir l’objet « célibat » en évitant l’écueil de la définition en négatif. Il faudra s’attacher à identifier la construction historique du célibat comme catégorie juridique, sociale et littéraire. Les dimensions institutionnelles et juridiques en seront un point de départ.
Les communications seront amenées à dresser une typologie des célibats en distinguant plusieurs variables. On isolera par exemple le célibat temporaire dans l’attente d’un mariage, du célibat de circonstance lié à une activité professionnelle, ou encore du célibat définitif et systémique.
Il faudra également redessiner les frontières poreuses du célibat avec le veuvage, la prostitution, le divorce, la jeunesse et la sexualité prénuptiale.
Les variations de genre face aux différents célibats formeront un angle important de notre approche. Le dialogue transdisciplinaire et la confrontation des différents outils méthodologiques devraient permettre d’interroger les définitions possibles du célibat.

 

  • 2. Vivre le célibat au sein des structures sociales et familiales

Ce deuxième axe étudiera le célibat à hauteur des trajectoires individuelles au sein des structures familiales. La place des célibataires dans ces structures doit, là encore, se décliner au pluriel car la valeur accordée au couple et les logiques d’alliance varient selon les aires culturelles et les périodes historiques.
Le célibat selon qu’il est subi, accepté ou revendiqué façonne différemment les vies des hommes et des femmes. Le célibat structure-t-il plus ou moins profondément la vie sociale, professionnelle ou familiale selon le genre et l’âge des individus ? Intériorisation, rejet ou stratégies de contournement, quelles marges les célibataires ont-ils/elles face aux normes et stéréotypes qui pèsent sur eux/elles ?

 

  • 3. Intimité, sexualité, vie affective des célibataires

Le troisième axe s’intéressera aux intimités célibataires. Le célibat peut être considéré comme une variable pour étudier les sexualités et vécus affectifs des individus, des relations individuelles aux amitiés collectives. C’est en somme l’ensemble du régime d’intimités du célibat qui pourra être étudié.
Le regard médical sur le corps des hommes et femmes célibataires pourra faire l’objet d’une attention particulière. Nous espérons également entrer en dialogue avec les recherches en psychanalyse et en psychologie.

Modalités de soumission des propositions

Un projet de communication, clairement rattaché à l’un des trois axes, et qui ne dépasse pas 3 000 caractères ;
Une courte notice biographique (discipline et champs de recherches, publications).

Le tout est à envoyer avant le 1er mars 2021, aux adresses suivantes :

Le colloque se tiendra sur deux jours, à Paris, en septembre ou octobre 2021. Etant tributaires des circonstances sanitaires, nous attendons d’en savoir plus pour fixer un lieu et une date précise.

Source : CRH

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Parution] François Blary et Jean-Pierre Gély, Pierres de construction, Paris, Editions du CTHS, 2020, 288 p.

Présentation

La pierre de construction est dotée d’une riche histoire. Utilisé depuis l’Antiquité, ce matériau noble et solide a connu un renouveau ces trente dernières années grâce aux nouvelles techniques d’extraction et de taille. Son usage s’est ainsi étendu à des édifices plus variés malgré la concurrence croissante du béton et du verre.
Indispensable à la restauration des monuments historiques, la pierre naturelle doit apporter la preuve de ses qualités écologiques et de sa rentabilité pour garantir son avenir dans une démarche de développement durable.
Cet ouvrage illustré recense les nombreuses ressources lithiques du sous-sol français et retrace l’évolution de leur circuit jusqu’à l’exploitation de plus en plus réglementée dans les carrières et chantiers. En croisant les approches complémentaires des géologues, archéologues et historiens, il permet d’accéder à une compréhension globale de l’économie et de l’aventure du bâti en France et en Europe.

Table des matières en pdf
Source : Editions du CTHS

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts

[Appel à communication] Présence de Juvénal, colloque, MSH Clermont-Ferrand, 18-20 novembre 2021 [Date limite propositions : 28 février 2021]

Présentation

COLLOQUE PRÉSENCE DE JUVÉNAL
organisé les 18, 19 et 20 novembre 2021
à la MSH de Clermont-Ferrand par le CELIS et le Centre de recherches André Piganiol-Présence de l’Antiquité sous la direction de Fabrice GALTIER et Rémy POIGNAULT

Argumentaire

Le colloque Présence de Juvénal se situe dans le sillage des précédentes réunions scientifiques issues de la collaboration établie depuis longtemps entre le CELIS et le centre André Piganiol-Présence de l’Antiquité, dont l’objectif est la réception de l’Antiquité.
Il s’agit, en l’occurrence, d’explorer la réception des Satires de Juvénal, œuvre dont le rayonnement et l’influence suscitent depuis quelques années un regain d’attention. En 2005, le Cambridge Companion to Roman Satire en réinterrogeait déjà certains aspects. Mais l’intérêt pour cette question s’est accru depuis, comme en témoignent, en Italie, le colloque qui s’est tenu en 2014, Giovenale tra storia, poesia e ideologia, dont les actes ont été publiés par A. Stramaglia, S. Grazzini et G. Dimatteo (Berlin/Boston, De Gruyter, 2016) et celui qui est prévu à Aquino en mars 2021 sur La fortuna di Giovenale nella letteratura europea, centré surtout sur la littérature italienne, en France, la journée d’études organisée par H. Casanova-Robin et S. Grazzini en mars 2019 sur « La satire de Juvénal et sa postérité », et, tout récemment, le colloque « De la satire à la juvénale : formes et enjeux de la satire chez Rétif de la Bretonne », qui soulignait la filiation entre le satiriste romain et l’auteur français. Cependant, ce vaste champ d’exploration n’a jusqu’ici fait l’objet d’aucune véritable enquête d’ampleur. L’angle d’approche choisi pour la mener à bien concerne, au-delà du seul genre satirique, l’apport de Juvénal à l’expression littéraire des réalités, thèmes ou idées qu’il entend représenter et la manière dont cet apport a été perçu, traduit ou assimilé dans la culture occidentale.
Les principaux axes de réflexion, à titre indicatif, sont les suivants :
– Juvénal et la satire : son rapport au genre et à ses prédécesseurs (Théophraste, Lucilius, Horace, Perse…) ; son influence sur les auteurs de satires (Mathurin Régnier, Théophile de Viau, Boileau, Johnson…)
– Les apports de Juvénal à l’écriture satirique dans l’Antiquité et au-delà, sa réception et son influence : Lucien et la seconde sophistique, les textes satiriques chrétiens (Tertullien, Commodien, Arnobe, Lactance, Prudence, Claudien…), Agrippa d’Aubigné, La Bruyère, Quevedo, Rétif de La Bretonne, Victor Hugo, Léon Bloy, Barbey d’Aurevilly, Octave Mirbeau, Paul Léautaud…
– La satire de Juvénal au carrefour des genres littéraires : épopée (Juvénal et Virgile…) ; histoire (Juvénal et Tacite…) ; philosophie ; rhétorique ; théâtre…
– Juvénal et l’empire romain :

. la réalité de l’empire au prisme du regard du satiriste

. Juvénal inspirateur d’images de l’empire romain dans la littérature et les arts à l’époque moderne et contemporaine

– Éditions, traductions, gloses de Juvénal…


Comité scientifique

– Frédéric Duplessis, ENS de Lyon
– Fabrice Galtier, Université Clermont Auvergne, CELIS
– Stefano Grazzini, Université de Salerne
– Catherine Notter, Université de Strasbourg
– Rémy Poignault, Université Clermont Auvergne, CELIS
– Antonio Stramaglia, Université de Bari

Comité d’organisation

– Grégoire Blanc, doctorant sous contrat, CELIS
– Fabrice Galtier
– Rémy Poignault


Les actes du colloque feront l’objet d’une publication dans la collection « Caesarodunum » du Centre de recherches André Piganiol-Présence de l’Antiquité.


Prière d’adresser le titre de votre proposition de communication avec un bref résumé à fabrice.galtier@orange.fr et remy.poignault1@orange.fr avant le 28 février 2021.

Présence de Juvénal- appel à communication en pdf

Source : Frédéric Duplessis

Florentin BRIFFAZ

Doctorant en Histoire médiévale, Université Lumière Lyon2 (CIHAM - UMR 5648)

More Posts